Tag 4 sur Star City Heroes Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Tag 4 sur Star City Heroes Categorie_1Tag 4 sur Star City Heroes Categorie_3

132 résultats trouvés pour 4

AuteurMessage
Sujet : Cavalier en H5, Echec! - Noélie
Noélie A. Inagawa
Réponses : 71
Vues : 913

Rechercher dans : Les Docks   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Cavalier en H5, Echec! - Noélie    Aujourd'hui à 12:29
Personnellement, y aller à l’avance me convient. Tant qu’on ne se fait pas repérer, ça nous donnera l’avantage de pouvoir examiner le terrain. Potentiellement mettre sur pied une stratégie correcte pour coincer le Cavalier, ce genre de choses. Ça, c’est la théorie, en tout cas. Problème étant qu’après avoir pris congé de Callie et ses troupes, et ressorti la voiture, l’itinéraire le plus rapide se retrouve coincé par un embouteillage conséquent. Je n’ai même pas vraiment le temps de prévenir la sirène, en prime. Notre voiture a évité le gros du problème, puisque je surveille toujours nos itinéraires grâce à Inori, mais ça ne règle le souci qu’à moitié. Déjà, la moitié de l’équipe est quand même coincée, mais surtout, ça force à un détour trop important pour être anodin. Lorsqu’on arrive finalement en vue du quartier où est supposée se dérouler la rencontre - un coup d’oeil rapide à l’heure affichée dans mon champ de vision m’apprend qu’elle est soit en cours, soit terminée s’ils étaient eux-même dans les temps.

Quelques instants plus tard, Callie nous fait parvenir la localisation d’une voiture suspecte. Je fais arrêter la voiture un instant, le temps de mettre mes drones en vol délicatement, histoire de pouvoir visualiser le véhicule.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Le Cavalier est à la bourre aussi, il arrive seulement sur les lieux.
    Echec : il s’en va.

    Lancer de dés #2
    Réussite : il est seul dans sa voiture.
    Echec : Nope.

    Lancer de dés #3
    Réussite : Une occasion de stopper la voiture se présente.
    Echec : Non.

    Lancer de dés #4
    Réussite : Noélie trouve rapidement les points faibles de la sécurité et peut leur ménager une voie d’entrée.
    Echec : La paranoïa, ce fléau.


Quelques minutes plus tard, je réalise qu'on a un léger problème. A savoir qu'avec le peu de retard que j'avais, le Cavalier a tout de même déjà fini de faire ce qu'il était venu faire ici, quoique ce soit. Je marmonne quelques mots peu polis avant de communiquer l'information avec Callie.

« Il faut qu'on arrête cette fichue voiture. »

J'ai lancé les mots à voix haute cette fois. Je guide Shiru pour qu'elle puisse se mettre sur sa trace, et commence à calculer les itinéraires qui nous permettraient de lui couper la route. Finalement, ma chance vient de ce bouchon, au final. Quand la voiture allait jusque là droit vers le centre de la ville, elle change de direction à proximité de l'engorgement. Sans doute pour remonter et prendre un autre itinéraire. Sauf qu'en alternative et dans ce sens, il n'y en a qu'un. Et je visualise très bien l'un des embranchements. Petite rue à sens unique, peu de passants... Heureusement que mon Egide est aussi une conductrice confirmée, parce qu'on arrive à prendre de vitesse notre cible, grâce à nos drones et à Inori.

Après ça, juste au moment où le Cavalier arrive, Shiru bloque l'issue de la rue, la voiture perpendiculaire à l'axe de celle-ci. La vitre arrière est baissée. Yami, avec sa précision habituelle, tire dans les pneus avant du véhicule pour l'immobiliser, tandis que Shiru, Totsuka et Zeta descendent, restant à couvert pour le moment.

Tout au long de notre petite entreprise, j'ai guidé Callie, pour qu'elle arrive avec ses alliées par l'autre côté de la rue. J'espère qu'elle arrivera à temps. Yami teste le pare-brise d'un tir précis avant de me signaler que les vitres sont renforcées.
Sujet : Alaska, nous voilà !
Renan Le Guerec
Réponses : 57
Vues : 629

Rechercher dans : Le reste du monde   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Alaska, nous voilà !    Lun 14 Déc 2020 - 16:34
Après cette discussion, la progression fut presque trop facile ! Renan garda son pouvoir actif afin de neutraliser les éventuelles caméras ou autres systèmes de surveillance, mais ils ne tombèrent sur personne qui tente de les arrêter. Le Français réfléchissait déjà à la suite, se demandant comment ils allaient s'y prendre si jamais le badge qu'ils possédaient ne fonctionnait pas. Il n'était pas impossible qu'ils aient déclenché des systèmes de défense en tentant de pénétrer dans d'autres pièces !

Il décida toutefois de ne pas trop présager de la suite et préféra se concentrer sur l'instant présent, assurant les arrières en laissant ses agents se charger d'ouvrir la marche. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, ils arrivèrent au cœur du bunker, face à la porte qui leur bloquait l'accès à la zone la plus intéressante de l'endroit. Inspirant profondément, Tesla observa l'huis, remarquant le lecteur de badges qui pourrait peut-être leur permettre de régler tout cela en deux ou trois coups de cuillère à pot ! C'était peu probable cela dit : même si les hommes qui les avaient accueillis à leur arrivée semblaient plus importants que les sbires de base, il doutait du fait qu'ils aient l'accès direct au cœur du bâtiment. Mais qui sait ? La chance allait peut-être décider de rester de leur côté ?

Son regard mordoré se posa finalement sur l'agent Carter lorsque cette dernière reprit la parole pour lui demander ce qu'ils allaient faire. Il resta tout d'abord silencieux, puis répondit d'un ton mesuré, détaillant à nouveau la porte imposante du regard.

« Je propose que nous commencions par tester les badges en notre possession. Avec un peu de chance, ils vont fonctionner. Si ce n'est pas le cas, je vais essayer de voir s'il y a un système à neutraliser et si je n'y arrive pas, je tenterai de passer de l'autre côté pour nous ouvrir le passage. Si ça échoue aussi... Nous aviserons à ce moment, mais ça voudrait dire qu'il faudra que je déniche un Irlandais pour l'intégrer à l'équipe et nous porter chance à l'avenir. »

Une boutade, mais l'idée pouvait fonctionner, non ? Sans perdre davantage de temps, l'Officier récupéra le badge dans sa poche et s'approcha du lecteur avant de la passer dedans. Ses collègues étaient probablement prêts à s'éloigner si jamais les choses tournaient mal... Mieux valait rester prudent vu ce ce que cet endroit avait l'air de dissimuler !

    Lancer de dé #1
    RÉUSSITE : la badge fonctionne, tout bêtement.
    ÉCHEC : il ne fonctionne pas.

    Lancer de dé #2 (Si échec au #1)
    RÉUSSITE : il peut neutraliser le système.
    ÉCHEC : il ne peut pas.

    Lancer de dé #3 (Si échec au #2)
    RÉUSSITE : il peut passer de l'autre côté.
    ÉCHEC : il ne peut pas.

    Lancer de dé #4 (Si réussite au #3)
    RÉUSSITE : il y a un système pour ouvrir la porte.
    ÉCHEC : il n'y en a pas.


Lorsqu'il passe le badge dans le lecteur, une lumière rouge s'activa et un bip facile à comprendre emplit un instant l'atmosphère. Il ne s'attendait pas trop à ce que ce soit aussi simple et ne fut donc pas déçu ! Malgré tout, Renan décida de garder la badge sur lui, considérant qu'il pouvait toujours servir plus loin. Après l'avoir rangé toujours aussi soigneusement, il s'écarta à nouveau de la porte et se concentra pour essayer de trouver la trace du système d'ouverture de la prote. Grâce au magnétisme dégagé par les appareils de ce type, le Français pouvait localiser le cœur du système et le neutraliser en coupant les connexions qui en assuraient le bon fonctionnement. Évidemment, c'était toujours risqué, car il pouvait provoquer une réaction en chaîne gravissime s'il coupait le mauvais système, mais c'était malheureusement tout ce qu'il pouvait faire. Le contrôle du magnétisme ne procurait pas le don de technopathie après tout !

Après quelques secondes de concentration, le Breton finit par repérer ce qui l'intéressait et, sans perdre davantage de temps, entreprit de s'occuper de son cas. Son pouvoir enveloppa les ondes magnétiques, les brisant, les séparant jusqu'à ce que tout ce beau bordel ne soit plus en mesure de fonctionner. Lorsqu'il fut certain que rien n'allait poser problème, Renan délaissa cette zone et se concentra sur les portes afin d'utiliser son pouvoir de la manière la plus brute qui soit : en utilisant leur magnétisme pour les déformer tout simplement. Ce n'était pas aussi propre qu'il l'aurait souhaité, mais malheureusement la neutralisation du système n'avait pas déclenché l'ouverture automatique de l'huis.

Lorsque la déformation fut suffisante pour qu'ils y passent tous, Renan s'arrêta puis s'approcha de l'ouverture désormais formée afin de jeter un coup d’œil de l'autre côté. Un couloir s'ouvrait devant eux et les noms collés à côté des portes les plus en avant étaient prometteurs : salle des archives et laboratoire n°1. Si avec ça ils ne trouvaient pas leur bonheur, ce serait un comble ! Reculant d'un pas, il tourna la tête vers ses hommes.

« Je vous avais dit qu'on y arriverait. Qui se porte volontaire pour vérifier que j'ai bien désactivé le système de sécurité ? »

Le ton était taquin : il était sûr de lui et n'enverrait personne en première ligne s'il y avait le moindre risque, mais c'était tout de même une bonne manière de vérifier si ses alliés avaient confiance en lui ou non !
Sujet : Alaska, nous voilà !
Esprit du Hasard
Réponses : 57
Vues : 629

Rechercher dans : Le reste du monde   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Alaska, nous voilà !    Lun 14 Déc 2020 - 16:34
Le membre 'Renan Le Guerec' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Tag 4 sur Star City Heroes Echec

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Tag 4 sur Star City Heroes Reussite

--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :
Tag 4 sur Star City Heroes Reussite

--------------------------------

#4 'Jugement du Hasard' :
Tag 4 sur Star City Heroes Reussite
Sujet : Tout est toujours possible en matière d'alliances
Esprit du Hasard
Réponses : 35
Vues : 518

Rechercher dans : La Tour de la Paix   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Tout est toujours possible en matière d'alliances    Lun 14 Déc 2020 - 15:03
Le membre 'Adrian Pennington' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Tag 4 sur Star City Heroes Reussite

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Tag 4 sur Star City Heroes Reussite

--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :
Tag 4 sur Star City Heroes Echec

--------------------------------

#4 'Jugement du Hasard' :
Tag 4 sur Star City Heroes Reussite
Sujet : Tout est toujours possible en matière d'alliances
Adrian Pennington
Réponses : 35
Vues : 518

Rechercher dans : La Tour de la Paix   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Tout est toujours possible en matière d'alliances    Lun 14 Déc 2020 - 15:03
Star Knight était encore en état de se battre et c'était plutôt rassurant. Elle avait beau être très résistante avec son armure, Adrian était bien placé pour savoir que la magie pouvait parfois se montrer étonnamment efficace contre des défenses technologiques ! Heureusement, ces jeunes n'avaient pas développé leur préparation jusqu'à pouvoir neutraliser définitivement le Chevalier Stellaire.

Comme la jeune femme était capable de se débrouiller seule, Adrian s'intéressa à sa fée qui était visiblement aux prises avec quelques-uns des gamins qui essayaient de récupérer leurs objets. Ils ne savaient pas à quoi ils s'attaquaient ! L'Aziza semblait prendre ça pour un jeu et les repoussait gentiment pour le moment, mais elle avait très mauvais caractère et risquait bien de perdre patience et de décider de se débarrasser d'eux d'une manière un peu moins pacifiste. Il allait devoir intervenir avant que ça ne déborde trop ! Mais, pour le moment, Eldoth préférait se concentrer sur le plus important. Star Knight avait réussi à neutraliser le gamin qui menait l'assaut, mais les autres continuaient à essayer de la neutraliser. S'il pouvait étendre son sortilège d'immobilisation aux nouveaux arrivants, il allait peut-être pouvoir offrir plus de tranquillité à son alliée.

Bien sûr, être sur tous les fronts était compliqué et Adrian ne vit pas immédiatement la jeune en train de tartiner le sol avec son sang. Il aurait aussitôt trouvé ça louche, du fait de son expérience, mais trop concentré sur sa tâche, il n'allait peut-être le remarquer que trop tard... Et dieu seul savait ce qu'elle était en train de préparer !

    Lancer de dé #1 :
    RÉUSSITE : il peut les immobiliser.
    ÉCHEC : il ne peut pas.

    Lancer de dé #2 :
    RÉUSSITE : il repère la gamine à temps.
    ÉCHEC : il n'en a pas le temps.

    Lancer de dé #3 : (Si échec au #2)
    RÉUSSITE : elle lance simplement un sortilège sur Adrian.
    ÉCHEC : elle invoque un gros machin.


    Lancer de dé #4 :
    RÉUSSITE : Adrian n'est pas attaqué.
    ÉCHEC : il l'est.


La magie pouvait être extrêmement capricieuse, mais la chance était du côté du centenaire qui sentit aussitôt que son sortilège était en train d'opérer. La magie se glissa autour des membres des jeunes gens qui se retrouvèrent bientôt pétrifiés à l'instar de leurs camarades qui attendaient sagement depuis le début de l'opération des deux Légionnaires. Star Knight allait avoir le champ libre pour s'occuper du jeune qui avait été épargné par le sortilège de l'Archimage – il ignorait si sa collègue voulait l'interroger ou simplement le neutraliser.

Nafasi avait donc réussi à récupérer les objets et revint auprès du centenaire en battant joyeusement des ailes. Adrian ne fit pas attention à elle, mais lorsqu'elle lui tapa sur l'épaule et désigna quelque chose d'un geste du menton, il lui offrit un regard interrogateur.

« C'est normal ça ? Vous êtes bizarres chez les humains... »
« Quoi donc ? »

Joignant le geste à la parole, Adrian regarda dans cette direction et comprit ce qu'elle voulait dire. Il distingua une adolescente, le bras ouvert, en train de maculer le sol de son sang. Elle traçait des symboles et même si Eldoth ne décryptait pas ce qu'elle préparait, il savait que ce n'était pas quelque chose de bon ! Levant la main pour orienter sa magie vers elle, le vieux mage étendit son sortilège encore actif à la demoiselle qui fut à son tour pétrifiée et incapable de terminer ses glyphes magiques.

« Tu veux bien aller effacer son sang s'il te plaît ? »

Il distingua clairement la contrariété dans le regard de la fée, mais elle ne protesta pas. Au lieu de cela, Nafasi ouvrit les bras et lâcha ce qu'elle tenait sur les mains, pratiquement sur les pieds de son maître, puis s'envola en quelques coups d'ailes pour se poser devant la gamine. Elle entreprit alors de « laver » le sol à sa manière et à grand renfort de protestations marmonnées dans sa barbe.

Détournant le regard de la jeune femme, Adrian s'approcha de Star Knight et observa le jeune qu'elle venait de neutraliser. Lorsqu'il fut aux côtés de sa collègue, il s'adressa à elle :

« Que suggérez-vous ? Que nous les laissions là pour essayer de trouver le fin mot de cette histoire, ou que nous réussissions à les faire parler ? »

La deuxième hypothèse lui semblait compliquée, mais il y avait toujours des solutions intéressantes, il suffisait simplement de les trouver.
Sujet : Karma Hospital [Rafa]
Abel R. Khan
Réponses : 6
Vues : 62

Rechercher dans : Hôpital central de Star City   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Karma Hospital [Rafa]    Mar 8 Déc 2020 - 10:56
Citation :
lancer #1:
réussite: un pc sécurité au même étage
échec: il est au rdc

(lancer #2 si réussite au 1:
réussite: il n’y a que deux assaillants visibles
échec: au moins 6 personnes identifiées par les caméras)


(lancer #3 si échec au 1:
réussite: il atteint le pc sécurité du rdc sans problème
échec: il croise la route d’un preneur d’otages

lancer #4 si réussite au 3:
réussite: nombre de terroristes: 2
échec: nombre de terroristes: 6


Très bien… je, d’accord.” lança le docteur Reyes en essayant de reprendre contenance. “Malheureusement notre salle de sécurité est au rez-de-chaussée, couloir B porte 3.” dit-elle ensuite en se mordant la lèvres inférieure. Il faudrait qu’au prochain conseil d’administration, ils envisagent le fait d’avoir un pc sécurité sur différents étages. Ce n’était pas négligeable comme option à bien y penser. La tête lui tournait mais elle devait rester concentrée.

D’accord. Je vais y aller. L’étage à l’air calme. Si vous vous en sentez la force, essayez de rassembler un maximum de personnes et d’attendre qu’on vienne vous chercher pour vous évacuer. Si votre équipe de sécurité parvient à neutraliser les individus, ils devraient appliquer vos protocoles d’évacuation.” Enfin, il espérait que tout ça soit à jour. Parce qu’on voyait bien trop souvent des institutions ou des organismes qui mettaient de côté ces aspects là en pensant que ce type d’évènement ne pouvait pas arriver.

Le karma avait une fâcheuse tendance à prouver le contraire. Combien d’incendies s’étaient déclarés à cause de protections obsolètes ? Il en allait de même pour toute agression ou tentative. On ne le répétait jamais assez: sécurité et prévention allaient de paire. Mais il restait optimiste. Il y avait toujours un service de sécurité. Même si ce personnel n’était peut-être pas formé à la prise d’otages, ils l’étaient au niveau de l’évacuation des personnes. On était dans un hôpital.

Bon de toute façon, il fallait d’abord déterminer le nombre d’assaillants ainsi que leur revendication. Ce qui ne devrait pas tarder. Ces gens-là aimaient bien faire des annonces à la terre entière. Ils ne tarderaient pas à prendre le micro. Le jeune garde du corps avait poussé la porte après avoir écouté une dernière fois le silence de l’étage. Il avança dans le couloir. A priori personne n’était sorti malgré l’alarme. Ce n’était pas une mauvaise chose. D’autres, pouvaient ne pas y croire tout simplement. D’un pas alerte et vif, reprenant des heures d’entraînement, Abel traversa le hall en faisant attention à chaque intersection. Il poussa la porte des escaliers et dévala rapidement les marches.

Sur sa route il ne croisa personne. Mais derrière certaines portes, plus il approchait le rez-de-chaussée, plus il entendait du bruit. Le mieux était encore de ne rien tenter tant qu’on avait pas les orientations des assaillants. Abel posa la main sur la porte, puis l’oreille. Elle absorba une partie du matériau et il put entendre plus facilement les bruits. Pas de cris. Il avisa un plan qui était près de ladite porte et repéra le bureau 3. Puis, il tira discrètement la porte et se faufila dans le large couloir. L’hôpital était grand et quelques personnes couraient. Le métis atteignit le bureau sans problème qui était en effervescence. Un membre de la sécurité l’arrêta.

Ne bougez pas !
Doucement, je suis de votre côté. J’étais en rendez-vous avec le docteur Reyes. Je suis garde du corps je peux vous aider.” lança t-il d’un ton calme mais assuré. L’autre, le toisa quelques instants et avisa le badge qu’on lui avait donné plus tôt. Puis il hocha la tête.

Nous avons identifié deux personnes armées pour le moment. Ils sont au niveau du hall et retiennent le personnel de l’accueil. Nous n’avons pas réussi à établir le contact avec eux. Votre avis?” demanda l’homme visiblement tendu. Abel prit le temps de la réflexion.

Le mieux, c'est d’attendre d’avoir leur revendication. Pendant ce temps, essayez de déterminer les issues de secours appropriées et les référents de zone pour l’évacuation.” expliqua t-il d’un ton professionnel. Il observa les écrans dans la pièce et son oeil se posa sur ceux de l’accueil. Effectivement un des hommes veillait à l'entrée, l'autre était près du comptoir. C’est lui qui attira le plus l’attention du jeune homme. C’était un homme à la carrure bien balèze. Il portait une sorte de combinaison qui avait des allures militaires. Elle était sombre et une tête de mort occupait le plastron. Et sur une des épaulières un large smiley jaune au sourire diabolique. Il était visiblement armé. Même à travers l’écran il pouvait sentir une aura maléfique. Un homme à ne pas prendre à la légère.

Je dois les atteindre.” dit-il un ton plus bas et il sortit. Il avait en tête le plan du rdc. Derrière l'accueil, il y avait un mur qui donnait dans une salle d’attente. Il devait atteindre cet endroit.
Sujet : Cavalier en H5, Echec! - Noélie
Noélie A. Inagawa
Réponses : 71
Vues : 913

Rechercher dans : Les Docks   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Cavalier en H5, Echec! - Noélie    Lun 30 Nov 2020 - 19:56
Pas mal, pas mal. J’ai déjà fait mieux, mais ceci n’est pas le sujet du moment. Puis de toute façon, je sais que Callie plaisante. Et je suis plutôt détendue. Je crois qu’après tout l’épisode avec les Purple Hats, le Cavalier ne me semble pas plus effrayant que ça. C’est un homme, ou une femme, pour commencer. Pas mon double maléfique venant d’une autre terre, ni une nuée de prêtresses magiques, et je ne risque rien métaphysiquement parlant. Bref.

Rien de bien inquiétant. Je suppose que je commence petit à petit à devenir blasée, ce qui est rassurant et dérangeant. Rassurant parce que j’étais stressée comme pas permis, dans ce genre de situations, avant. Dérangeant parce que ça veut dire que je vais devoir nourrir mon goût prononcé pour l’adrénaline autrement à l’avenir. Youpi.

Malheureusement, notre captif ne semble pas décidé à parler. Du tout. Enfin, disons qu’il a l’air complètement obnubilé par la sirène. Je secoue légèrement la tête avant de lui demander avec toute la tranquillité du monde :

« Tu peux le libérer ? Ou sinon, combien de temps faudrait-il pour qu’il reconnecte sa cervelle ? »

    Lancer de dés #1
    Réussite : pas de panique, l’autre est au courant aussi.
    Echec : Nope.

    Lancer de dés #2 (si réussite au #1)
    Réussite : Nono le fait parler à sa manière.
    Echec : Non.

    Lancer de dés #3 (si échec au #2)
    Réussite : Callie y parvient.
    Echec : Again, too much power.

    Lancer de dés #4 (si échec tout partout)
    Réussite : une fois au QG, Nono trouve une façon de localiser le Cavalier.
    Echec : Nope.


En attendant sa réponse, je me suis tournée vers l'autre homme, qui est toujours avec des filles de Callie. Je fais signe à Totsuka de me le secouer un peu.

« J'essaie juste un truc, avant que tu le cuisines ? »

Je m'approche, le temps de lui retirer son masque. Quelques minutes plus tard, je me suis installée sur un tas de palettes empilées dans un coin, face à notre belle au bois dormant, en attendant qu'il revienne à lui. Lorsque c'est chose faite, je le salue d'un signe de tête. Par son nom civil. Puis je commence à débiter une liste de noms - ceux de ses deux enfants, de son ex-femme, de son actuel petit ami, de ses parents, de ceux du dit copain, et ainsi de suite. Je n'irais pas vraiment leur faire quoi que ce soit. Le truc amusant, c'est que je n'ai jamais touché un cheveu de la tête d'un civil.

En général, ma réputation d'être un peu brutale dans ma façon d'éliminer les problèmes me précède, et ça suffit. Après quelques minutes de "ne leur faites pas de mal" et autres variations, je croise les bras et pose mes questions. J'obtiens un nom, et une localisation, sans savoir si c'est la bonne. Et surtout, quelqu'un qui parlera si je demande gentiment. Je descends de mon perchoir et m'éloigne après y avoir invité Callie.

« Ça te dit quelque chose Silvio Figueroa, toi ? Jamais entendu parler, et Inori n'a aucune trace de lui dans ses dossiers. Je ne sais pas encore à quoi correspond l'adresse qu'il nous a donné, par contre. On devrait peut-être attendre les résultats, avant de s'y rendre. Histoire de ne pas sauter dans un piège de plus. »

Je jette un oeil à notre bavard. J'ai parlé en japonais au cas où, sachant que Callie pourra faire de même. Il me surveille, l'air inquiet. Je hausse les épaules et reviens à la sirène. Non. Le regard effrayé de quelqu'un ne me blesse plus depuis longtemps. Si je devais être entièrement honnête, je devrais sans doute admettre qu'il y a même un côté assez jouissif, à vrai dire.
Sujet : L'économie d'accord, l'écologie d'abord | Sujet libre
Hakon Bjǫrnson
Réponses : 30
Vues : 296

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : L'économie d'accord, l'écologie d'abord | Sujet libre    Jeu 26 Nov 2020 - 14:13
J'ai senti dès le début que ce gamin en avait dans la cervelle. Lorsqu'il réussit à amadouer le type en le flattant, je ne peux retenir un sourire amusé. Je me rappelle avait dû user du même genre de discours la seule fois où ma route a croisé celle d'un dragon ! Mais il était beaucoup plus imposant et effrayant que ce gars déguisé. Je reste silencieux maintenant que le petit jeune a pris les choses en main, je me contente d'aider les autres otages à relever la blessée, puis à la déplacer. Le mieux aurait été de la porter directement, mais aucune des personnes du lot ne semble capable de le faire. Si je les avais accompagnés, ça n'aurait pas été un problème, mais il va falloir faire sans !

Je les suis du regard alors qu'ils marchent presque trop tranquillement vers la sortie, puis je finis par tourner la tête vers République qui tient toujours son arme, mais la dirige maintenant vers le sol. Ça aurait été le moment idéal pour tenter de l'interpeller, mais avec les otages, je préfère éviter. Je reste donc debout, croisant mes bras sur mon ventre en alternant du regard entre les personnes présentes ici. Je m'attarde un peu sur le gamin qui gère sacrément bien cette histoire. S'il n'est pas policier, il doit bosser dans le domaine probablement. Quoique, il n'a pas nié en être un ! Il a simplement dit qu'il n'est pas armé.

Finalement, après un petit moment, les otages sont évacués, probablement déjà interceptés et pris en charge dans la rue, puis nous, on se retrouve tous les trois en amoureux. Je suis toujours planté au milieu du rayon, un sourire collé aux lèvres, mais je me décide enfin à bouger un peu. Je commence par soupirer légèrement avant de prendre la parole du même ton détendu que depuis le début de cette histoire. Maintenant que les otages ne sont plus là, mes quelques réticences se sont envolées.

« Bon. Maintenant qu'on est entre nous, si tu nous expliquais un peu ce que tu as en tête ? Et pas ton histoire de loi, parce que j'imagine que tu as une autre idée derrière la tête, non ? République agite son arme, mais sans la diriger vers nous.
Ah oui ? Et qu'est-ce qui te fait dire ça ? Je hausse les épaules.
Baaaah... J'espère juste pour toi que tu n'attends pas qu'on abroge les lois sur l'écologie pour te tirer d'ici, parce que tu risques de camper un sacré moment. Sans compter qu'en plus, on est pas des célébrités, rien n'empêche la police de décider de nous laisser mourir ici et de tes descendre aussi. »

Je vois que République fronce les sourcils sous son masque. Il n'a pas l'air très ravi à cette idée, peut-être même qu'il est en train de regretter d'avoir laissé filer les autres otages ? Sauf qu'il n'y avait probablement pas de célébrité non plus là-bas. Je soupire une fois de plus, les bras toujours croisés sur mon ventre, puis je reprends mon laïus.

« L'écologie c'est un truc à la mode, on est d'accord là-dessus, mais t'en prendre à un magasin c'est stupide. C'est eux qui rapportent de l'argent, sans compter que c'est hors de prix. Sérieusement, tu as regardé les étiquettes ? »

Je recule d'un pas et je tapote l'une des étiquettes de prix. Il est vrai que ce n'est pas franchement abordable, même si moi je m'en fiche : je ne suis pas du genre à être près de mes sous, l'économie, ça m'échappe totalement. Je reporte finalement mon regard sur notre ami.

« Tu devrais laisser tomber avant que ce soit trop grave. Si tu continues ta prise d'otage, ça peut mal tourner, mieux vaut arrêter les frais, non ? »

Je doute qu'il soit d'accord, mais je ne perds rien à tenter le coup !

    Lancer de dés #1 :
    RÉUSSITE : une fois de plus, le type se laisse convaincre.
    ÉCHEC : il en a marre d'écouter Hakon et s'énerve.

    Lancer de dés #2 : (Si échec au #1)
    RÉUSSITE : il le frappe simplement.
    ÉCHEC : il tire sur Hakon.


    Lancer de dés #3 :
    RÉUSSITE : il ne voit rien.
    ÉCHEC : il voit que Hakon est armé.

    Lancer de dés #4 : (Si échec au #3)
    RÉUSSITE : il se laisse convaincre.
    ÉCHEC : il s'énerve.


« Ouais, peut-être, mais je ne veux pas terminer en prison, alors je dois bien continuer.
Oh, pas forcément... »

Je m'apprête à reprendre la parole, à lui expliquer qu'il ne fera qu'aggraver la situation s'il continue à nous garder avec lui, mais il ne m'en laisse pas l'occasion. Je le vois se redresse brusquement et me dévisager d'un air plein de colère. Enfin, je le devine sous son masque, et le ton de sa voix m'indique clairement qu'il vient de changer d'avis en ce qui me concerne.

« T'es armé ? C'est quoi ce truc sous ta veste ? Je baisse machinalement les yeux.
Quoi ? Où ? Il se rapproche, veillant toujours à ne pas se mettre danger, puis désigne la fameuse bosse.
Je parle de ça, là. Enlève ta veste et montre-moi ça.
Ok, calme-toi. »

Je lève les mains pour le calmer, puis je finis par lui obéir et je retire ma veste. Ça lui laisse clairement voir que je suis bel et bien armé, mais il ne m'a rien demandé, je n'allais pas lui dire comme ça, non ? Je vois que ça l'énerve, je décide donc de prendre les devants en lui expliquant la situation.

« Ne t'énerve pas. C'est une arme spéciale, je ne peux pas m'en séparer.
Comment ça ?
C'est une arme magique. On est liés. Et tu ne peux pas la toucher, sinon ça risque de mal tourner pour toi. Tu devrais plutôt te détendre.
Arrête de me dire de me calmer bordel ! Retire ton flingue et pose-le là-bas. T'es quoi, un foutu mage ? Pourquoi t'as une arme magique, bordel !? Je soupire, ça va être long à expliquer.
C'est compliqué. Mais non, je ne fais pas de magie. »

Je retire mon arme de son holster, puis je m'approche du comptoir qu'il m'a désigné et je pose Yngvild dessus. Je n'aime pas m'en séparer, mais je sais que c'est juste provisoire. En attendant, puisqu'il a l'air énervé contre moi, je préfère me taire et laisser le gosse faire son truc magique qui lui permet de retourner notre ami comme une crêpe !
Sujet : Hell of a day — Mikhaïl
Cassandra Wormwood
Réponses : 35
Vues : 297

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Hell of a day — Mikhaïl    Mer 11 Nov 2020 - 23:07
Même s’il affirmait le contraire, le Slave n’avait pas l’air d’aller bien. C’était pour cela qu’elle s’était arrêtée. Avec l’intégralité ou presque de ses pouvoirs, si elle se retrouvait sans lui ou sans Amity, Cassie aurait aussi bien pu arpenter les rues de Los Angeles avec une superbe cible peinte dans son dos. Néanmoins, sa sollicitude ne naissait pas réellement de ce constat. Malgré son ascendance, malgré la malice voire même la cruauté dont elle était capable de faire occasionnellement preuve, la demoiselle était sans doute l’une des plus adorables femmes de la famille Wormwood. Si elle était capable de tourner un regard absolument aveugle aux souffrances d’autrui, elle était aussi plutôt à l’écoute de ceux qu’elle appréciait.

Et clairement, pour Mikhaïl, ça n’allait pas. Néanmoins, après un vague regard inquiet, elle acquiesça et commença à repartir. Dans la théorie. Dans la pratique, elle se retrouva aussitôt à se retourner vers lui, la mine vaguement démunie. Il n’allait pas bien du tout.

« Mikhaïl … ? »

Cassandra s’était rapprochée avec hésitation alors qu’il glissait au sol. Elle pinça les lèvres. Oui, il était censé la défendre. La jeune femme savait très bien ce qu’on lui avait dit en lui collant des gardiens dans les pattes. Elle était supposée obtempérer. Evelyn lui avait dit et répété qu’elle avait tout droit de les sacrifier si l’on en venait là. De toute façon, même morts, ils pourraient tous la servir. Avec les deux autres membres de sa garde rapprochée, elle n’aurait pas hésité une seconde. Avec Mikhaïl, en revanche… Son agneau égaré, en quelque sorte.

Même quand un bruit de pas se fit entendre, la médium hésita. Elle releva son joli minois vers l’entrée de la rue. Jeta un regard vers le Slave. Et s’illumina soudain.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Hapatra arrive à guérir Mikhaïl.
    Echec : Ça le soulage et ça lui évitera de mourir - parce que pour attraper une Cassie sauvage, rien ne vaut un poison mortel, mais pour le slave, ça aurait peut être fait plus de dégâts - mais il est seulement à demi-fonctionnel quand même.

    Lancer de dés #2 (si échec au #1)
    Réussite : Cassie finit par écouter et partir. Sauf qu’elle s’arrange pour que leur nouvel ennemi la suive elle. Faut pas trop en demander question obéissance.
    Echec : Dans la pratique, ça ne marche pas super bien.

    Lancer de dés #3 (si échec au #2)
    Réussite : Cassandra arrive à atteindre Rachel sans problème.
    Echec : yes. Ça devient pas du tout compliqué, cette histoire.


    Lancer de dés #4 (si réussite au #1)
    Réussite : en attendant, Ptit Chou, à défaut d’être un messager performant, met bon ordre à tout ça.
    Echec : oui bon vraiment, faut arrêter avec les échecs.


Alors qu'elle avait finalement fait quelques pas comme pour fuir, Cassandra revint brutalement en arrière. Elle venait de se souvenir qu'elle avait un moyen de sauver Mikhaïl. Elle attrapa son bras, dénuda son poignet, et soudain, le tatouage plus vrai que nature de serpent qui s'enroulait sur son propre membre s'anima. Le reptile qui en sortit darda sa langue avant de descendre presque paresseusement vers la chair qu'on lui présentait.

Et de mordre. Le liquide présent dans une des glandes reliées à ses crocs diffusa aussitôt dans le sang du Slave. Il faudrait un peu de temps pour que la guérison opère, mais il n'y avait nulle raison que cela échoue.

« Hapâtra va vous guérir, dit-elle d'un ton ferme, même si elle manquait tout de même d'assurance à ce propos.
Cassandra. »

La voix d'Amity claqua sèchement. La demoiselle se retourna à demi pour constater qu'une femme était sur eux. Par réflexe - et en situation de détresse - elle appela Ptit Chou. Celui-ci se matérialisa et sauta aussitôt à la gorge de l'agresseur. Où qu'il ait été piégé - à dire vrai, à la lisière de la maisonnée de Rachel qu'il n'avait jamais réussi à pénétrer malgré son obstination - il avait répondu à l'appel de sa petite maîtresse. Celle-ci, le coeur battant, se trouva soudain à attendre de voir si Mikhaïl récupérait suffisamment pour se relever.
Sujet : Fake wife of the year - Noélie
Noélie A. Inagawa
Réponses : 83
Vues : 1115

Rechercher dans : Le quartier du Centre   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Fake wife of the year - Noélie    Dim 8 Nov 2020 - 1:10
« Je n’imaginais pas que ça deviendrait trop fréquent, peut-être, au hasard ? »

Me chamailler avec lui est plutôt divertissant, je dois bien l’admettre. Même si ça ne dure pas et qu’en toute versatilité, je finis plutôt coincée contre lui, à me demander ce que je fous là - ou, plutôt, à avoir l’air de me demander ce que je fous là, je vous rassure, je suis toujours au courant.

Malheureusement, le problème dans tout ça, c’est que Hermès n’a pas tout à fait l’occasion de répondre à mes questions et que malgré mon statut de divinité vulpine nouvellement acquis dans une autre dimension, on ne peut pas me prier moi. Apparemment. Si j’avais su exactement ce qu’il comptait faire, je lui aurais filé un de mes communicateurs personnels, reliés à Inori et entièrement fonctionnels, mais non. Je m’adoucis visiblement lorsque la déité olympienne prend ma défense, assortissant mon regard d’un sourire hésitant juste ce qu’il faut. Du genre “tu n’es pas tiré d’affaire, mais, quand même, tu marques des points”.

Je n’aime pas particulièrement qu’on me traite comme une potiche, en prime, mais bon. Même Riley apprécierait moyennement vu son niveau. Et son intellect. Il y a du bon à savoir que je suis en train de la mettre à l’envers au type qui me prend pour quantité négligeable. Et toc, Wallner. Tout en travaillant, j’écoute la conversation, les sourcils froncés, sans avoir besoin de me concentrer entièrement dessus pour réagir au bon moment.

« Je suppose. Un pur plaisir de rendre service à quelqu’un d’aussi aimable » je raille.

Ça me vaut une oeillade moyennement aimable, à laquelle je réponds par un sourire aussi faux que mon alliance.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Nono réussit à s’ouvrir une voie royale dans les serveurs sans être repérée.
    Echec : pas de bol, Wallner est averti par son I.A. d’une faille.

    Lancer de dés #2 (si échec au #1)
    Réussite : l’avantage, c’est qu’il se casse de là, et que Nono a toutes les informations nécessaires en main.
    Echec : sinon, un petit tour ?

    Lancer de dés #3
    Réussite : il ne soupçonne pas du tout le duo.
    Echec : Ah.

    Lancer de dés #4
    Réussite : Au moins, Wallner n’est pas un connard pédophile, juste un connard.
    Echec : Bah, d’un autre côté, ça évite la nécessité d’être aimable, quoi.


Je me doute qu'il y a un souci dans l'histoire quand Wallner jette un oeil à son portable fantastique, celui que j'observais toute à l'heure, et qu'il sort aussitôt de la pièce. Je m'emploie rapidement à protéger mes traces en réalisant que son I.A. vient de lui envoyer une alerte. Intrusion potentielle. Pfeuh. Elle n'est pas potentielle mais avérée, et en prime, bon courage pour nous retrouver.

Hermès, il y a deux artefacts divins dans le bâtiment, un grec et un autre celtique, et de ce que j'ai vu, pas de preuves d'une quelconque tendance pédophile, mais ça reste un con, si tu me permets.

A peu près à ce moment, notre hôte envoie un nouveau message. Vu que c'est un des trois gardiens qui sont restés avec nous qui réagit aussitôt, je capte vite le souci. A savoir que Wallner se méfie de nous - question de timing, qui pointe certes en notre défaveur. Avant que je n'ai le temps de dire ouf, je me retrouve séparée d'Hermès et forcée à genoux. Super.

Ah, et, Hermès ? Je crois bien que Wallner se demande si c'est ta faute. L'intrusion sur le serveur. Note qu'il ne me soupçonne pas du tout.

Mais c'est quand même sur ma tempe qu'on pointe une arme. La femme qui m'a tirée des toilettes, pour être précise, pendant qu'un des deux hommes interpelle Raphaël et lui demande ce qu'il a fait avec les serveurs de M. Wallner s'il tient à moi un tant soit peu. Chic. Pas du tout grossier et brutal, comme méthode.
Sujet : Don't Jinx it - Nerys
Nerys Fitzgerald
Réponses : 61
Vues : 545

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Don't Jinx it - Nerys    Dim 1 Nov 2020 - 19:02
Bon. L’avantage, c’est qu’on a retrouvé une partie de l’équipement. Des armes, des outils, des pièces d’armure, un peu ce qu’on veut. Pas de corps, mais plus de sang, et une autre porte. La vache, c’est sacrément grand, cet endroit. A se demander quand est-ce qu’on aura fini de faire le tour, quoi. Je m’aventure vers la porte en question quand Rafa dit qu’on a un problème dans le communicateur. Je fronce les sourcils. Alwin. Va avec lui.

Le chien file aussitôt ventre à terre, avant même qu’Aleksia explique un peu de quoi il s’agit. Et mince.

« Essaie de trouver un truc efficace, je vais aider Rafa. »

Pas que je n’ai pas confiance en lui, mais il n’est déjà pas bien, alors bon. Je cours avec assurance entre les obstacles, dérape dans l’entrée de la pièce et tombe sur une scène tout à fait sympathique : Alwin qui aboie sur le truc, et saute dessus, pour lui passer au travers. Au moment où l’ennemi se retourne pour viser mon chien, mon sang ne fait qu’un tour. Je prends mon élan et me jette en avant avant de prendre appui pour lui balancer un bon coup de pied, en espérant avoir le bon timing.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Nerys a fait mouche, il n’a pas eu le temps de devenir intangible.
    Echec : oupas.

    Lancer de dés #2 (si réussite au #1)
    Réussite : Nerys et Al’ arrivent à capitaliser sur leur avantage et à occuper efficacement le truc.
    Echec : non, retour à la case au secours.


    lancer de dés #3 (si échec au #1)
    Réussite : Au moins, elle n’est pas dans le caca.
    Echec : cent pour cent dans la merde, yes.

    Lancer de dés #4
    Réussite : Aleksia a trouvé un truc efficace.
    Echec : Déso ?


Le coup de pied que je lui balance est du genre à bien déséquilibrer n'importe quoi. Sauf qu'il ne rencontre que du vide, du coup, c'est moi qui suis déséquilibrée, et bien salement. Je sautille pour me rattraper, me replace, sauf qu'entre temps, Alwin a fait un vol plané et que le choc se répercute sur moi à travers notre lien. Je retiens un couinement de douleur et appelle le Border pour vérifier que ça va. Juste avant d'attirer l'attention du truc en question à mon tour. Je recule d'un bond agile, mais il l'est à peu près autant que moi.

Non plus que moi. Lorsque je m'esquive d'un saut, non seulement il me suit, mais en plus il me rattrape au vol et me plante... Un genre d'épée pas bien visible mais bien perceptible, hein, pas de problème, en plein dans le bide. Au bas mot, outch. Dans les faits, c'est plus une plainte étouffée qui s'échappe de mes lèvres, renouvelée quand la lame ressort et que j'ai juste l'impression qu'elle a décidé d'emporter une partie de mes intérieurs avec elle. Je vois pas comment dire ça autrement. Alwin aboie furieusement mais j'ai les oreilles qui bourdonnent et les jambes un peu chancelantes, là de suite. Je n'arrive pas à savoir où il est, j'ai juste la sensation de Noodle qui s'est contracté autour de mon bras à cause de la douleur, d'Epona au dehors qui piaffe. Tout le monde trinque avec moi. J'en appelle à Artémis en me demandant si je vais pas finir dans l'au-delà plus tôt que prévu quand la chose décide de me coller une droite qui m'envoie valser bien proprement.

Ok. On dit que je peux rester juste deux minutes par terre, ça va, non ?

Mais par terre, je ne sers à rien. Je me projette dans le corps d'Alwin. Il a mal partout, mal comme s'il était moi, mais il n'a pas la répercussion physique de la douleur, lui. On saute tant bien que mal sur le monstre. On mord ce qui est à portée, pour éviter que ce truc me tue. Il ne saigne pas comme nous, mais il disparaît au moins pour se dérober à la douleur. On retombe par terre, devant mon corps, les dents découvertes et un grognement mauvais en guise d'avertissement. Et moi, je retourne dans mon propre corps sans vraiment le vouloir, juste parce que je suis épuisée.
Sujet : Alaska, nous voilà !
Renan Le Guerec
Réponses : 57
Vues : 629

Rechercher dans : Le reste du monde   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Alaska, nous voilà !    Jeu 22 Oct 2020 - 20:19
Quiconque avait déjà regardé un film d'horreur, savait que c'était une très mauvaise idée de se séparer dans un endroit où des gens avaient disparu ! Mais Renan s'en fichait pas mal : en général, lorsqu'il y avait un méchant dans une histoire, c'était lui. Autant dire qu'il n'avait pas spécialement peur de tomber sur une créature bizarre. Il en avait vu suffisamment depuis qu'il était au service de SHADOW, on pouvait dire que ça faisait partie de sa routine quotidienne.

Laissant ses hommes chercher de leur côté, l'Officier entreprit de fouiller la zone où il se trouvait, utilisant davantage ses pouvoirs afin de localiser un champ magnétique humain. Peu importait qu'ils soient morts, ils continuaient à dégager la même chose, c'était tout ce qui comptait ! Mais ce fut la pièce rapportée de l'équipe qui dénicha le premier corps. Renan la rejoignit aussitôt et s'accroupit aux côtés du corps abîmé. Il observa attentivement la tête, ou plutôt ce qui en restait, avant de finalement hocher la tête.

« On dirait. » Scrutant les bords du crâne qui avait été brisé net, il enchaîna. « C'est arrivé avant sa mort. Enfin, c'est probablement ce qui l'a provoquée. » Il voulait simplement dire que ce n'était pas un animal sauvage affamé qui avait arrangé le cadavre de la sorte. « Ça peut être une arme, mais ça peut aussi être un pouvoir méta humain. Faire exploser un crâne n'est pas si difficile avec les bonnes capacités. »

Lui-même pouvait transformer un humain en véritable légume alors qu'à la base, il n'était censé contrôler que le magnétisme. Tout était une question d'entraînement ! Renan n'aurait donc pas été étonné d'apprendre qu'ils étaient tombés sur une équipe adverse qui avait utilisé ses pouvoirs et fait sauter tous les crânes comme des bouchons de champagne. Dans la mesure du possible, même s'il ne pourrait pas mourir grâce à la magie de Lady Death, il préférait éviter de tester ça.

Le Breton se rapprocha du crâne en morceaux, essayant de repérer de quelconques traces pouvant lui indiquer s'il s'agissait d'une blessure par balle, ou de tout autre chose. Peut-être qu’avec un peu de chance, les autres membres de l'équipe allaient trouver les corps manquants, et la déduction en serait plus facile ?

    Lancer de dé #1
    RÉUSSITE : il peut identifier la blessure.
    ÉCHEC : il ne peut pas.

    Lancer de dé #2 (Si réussite au #1)
    RÉUSSITE : c'est une attaque par balle.
    ÉCHEC : c'est une blessure infligée par un pouvoir.


    Lancer de dé #3
    RÉUSSITE : d'autres corps sont trouvés.
    ÉCHEC : aucun autre corps en vue.

    Lancer de dé #4 (Si réussite au #3)
    RÉUSSITE : même blessure que l'autre corps.
    ÉCHEC : ils sont indemnes, impossible de savoir de quoi ils sont morts.


La blessure ne ressemblait à rien de ce que Renan avait déjà pu voir. Il fut donc parfaitement incapable d'identifier ce qui avait causé la mort de cet homme et n'eut aucune honte à le reconnaître. Tout en se redressant, il s'adressa à l'agent à ses côtés.

« Je n'arrive pas à savoir ce qui a provoqué ça. Continuons à chercher, nous reviendrons plus tard pour le récupérer. »

Leur mission principale était de savoir ce qui avait tué ces deux équipes, mais surtout de découvrir ce qui se passait dans cette base ! Adressant un geste de la tête à l'agent Carte, Renan l'invita donc à le suivre. Ils ne firent que quelques pas avant qu'une nouvelle voix ne résonne dans leur oreillette :

« J'ai trouvé d'autres corps. »
« On arrive. »

Pressant le pas, l'Officier de la Pénombre rejoignit rapidement la position de l'agent qui se tenait debout aux côtés de plusieurs corps. Leur peau était blême, ce qui était normal puisqu'ils étaient morts, mais le plus étrange restait qu'ils n'avaient pas l'air morts. Leurs corps étaient parfaitement indemnes, on avait presque l'impression qu'ils étaient morts après s'être allongés pour piquer un roupillon. Fronçant les sourcils, le Français s'accroupit à nouveau aux côtés de l'un des corps et entreprit de fouiller ses poches pour essayer de dénicher quelque chose d'intéressant, mais en vain. Il jeta un rapidement coup d’œil à ses agents.

« Fouillez leurs poches, voyons si nous trouvons quelque chose. Sinon, on laisse tout en place et on se dirige vers leur objectif en essayant de dénicher des indices. »

Ils avançaient à tâtons, mais on ne pouvait pas vraiment dire qu'ils avaient d'autre choix, compte tenu de la situation actuelle !
Sujet : Sweet revenge - Eve
Noélie A. Inagawa
Réponses : 72
Vues : 764

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Sweet revenge - Eve    Mar 29 Sep 2020 - 19:05
Le regard que je reçois de la part de Lady Satan en réponse à mes petits constats me donne envie d’aller me laver de la tête aux pieds. Un peu trop suggestif à mon goût, vraiment. De toute façon, les rousses, ce n’est pas mon truc. Je préfère les blondes à demie-mortes, désolée. C’est encore mieux si on ne parle pas d’un petit morceau de Sa Majesté Satan en train de traîner ses guêtres sur la Terre Prime. Mais bon, ce n’est probablement pas le moment de penser à ça. Pourquoi je pense à ça, hein ? Quelle idiote.

Pendant que la sorcière fait mumuse avec son ennemie personnelle, je me retrouve encerclée avant d’avoir eu le temps de suivre Kitsune. Ce n’est pas pour autant que je n’ai pas suivi sa trajectoire - Inori me la garde colorée, avec ma lentille, donc j’aurais une piste rapide et efficace. Si, du moins, Bruja arrive à me débarrasser de mon groupe de fans, apparemment décidés à m’étrangler au pire des cas, à m’enlever à mes protecteurs dans le meilleur. Ou peut-être l’inverse. Fondamentalement, s’ils m’étranglent, j’ai un joker nommé Abby à domicile. S’ils m’enlèvent, je vais juste devoir recommencer à essayer de survivre en terres inconnues. Mauvais plan.

Heureusement pour moi, la sorcière et son compagnon dénué de charme s’en sortent terriblement bien. Assez vite, Shiru n’a même plus besoin de maintenir son bouclier - ce qui n’est pas plus mal vu qu’elle semble à peine y parvenir, comme si les armes de nos ennemis avaient grillé l’énergie de plusieurs heures de travail en une poignée de secondes. Je suppose que je peux commencer à considérer que je suis à poil côté défenses. Totsuka a débarrassé Lady Satan de ses propres ennemis, et se tient plus haut, en attente. Le sourire de triomphe de Bruja me fait hausser les épaules. Et la féliciter via le communicateur, vu que je ne vais pas être ingrate. Sans hésiter une seconde, je me remets en route, esquivant les dangers sans mal jusqu’à atteindre le portail. J’avoue y marquer une pause, curieuse, à observer les sigils autant que les circuits électroniques qui en garnissent les bords. La structure est vraiment étrange. Je l’effleure à peine, du bout des doigts, et frissonne. Même fermé à demi, l’impression qui en ressort est… Au bas mot, désagréable.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Noélie met la main sur Kitsune sans aucun mal.
    Echec : et elle est partie où, cette petite garce ?

    Lancer de dés #2
    Réussite : Les troupes de Eve ont pris largement le dessus, finalement.
    Echec : malgré la disparition d’une bonne partie des troupes, le restant résiste encore.

    Lancer de dés #3 (si échec au #1)
    Réussite : Nono peut la pister aisément, elle est toujours dans le complexe.
    Echec : où qu’elle soit, elle sait bien se dissimuler. Un truc avec ses nanorobots ?

    Lancer de dés #4 (si échec au #3)
    Réussite : Kitsune est trop occupée à sauver sa peau pour s’occuper du portail.
    Echec : et non.


Je remonte la piste indiquée par Inori jusqu'à dépasser le portail. Personne ne se trouve plus là, mais Kitsune, dans sa fuite, a laissé une porte grande ouverte. Je marque une halte, Shiru sur mes talons m'encourage à la prudence. Un regard en arrière m'apprend cependant que même si Lady Satan a bel et bien maté son double, ses troupes sont un peu occupées à autre chose qu'à m'aider à débusquer une toute petite Noélie isolée. Franchement, coupée de mes gardiens, je suis vulnérable. Elle a l'air de l'être autant, sinon elle ne se serait pas sauvée comme ça.

Pour info, tout va bien. Je me lance sur la piste de Kitsune.

Un petit message pour Lady Satan avant de m'engouffrer dans l'embrasure de la porte. Dans sa précipitation, mon double a laissé des traces de son passage. Au départ, des empreintes poisseuses, à cause du sang qui imbibait les sols dans la salle que je viens de quitter. Puis d'autres signes, plus subtils. A certaines intersections, et grâce au plan que j'ai créé de la salle, je me contente de déduire où elle est allée. Finalement, je finis par l'apercevoir au bout du couloir dans lequel nous nous engageons. Comme je ne suis franchement pas la meilleure coureuse qui soit, je lance Bruja et son compagnon sur sa trace. Ce n'est plus qu'une question de temps avant que je l'attrape. Et que je lui passe l'envie de courir. On finit par y parvenir près de l'entrée d'un tunnel vide. Mon double finit écrasée au sol. Plus qu'à l'attraper. En espérant qu'aucune catastrophe n'a eu lieu derrière moi.
Sujet : Sweet revenge - Eve
Noélie A. Inagawa
Réponses : 72
Vues : 764

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Sweet revenge - Eve    Lun 28 Sep 2020 - 22:26
Pendant que je m’occupais de mon côté, à essayer d’attaquer mon cher petit kitsune sans grand succès à cause de sa chienne de garde, Lady Satan n’a pas été en reste. Je dois avouer que je suis plutôt contente de ne plus être son ennemie quand elle invoque le démon gigantesque qui a assisté à ma menue prestation de chant dans son établissement, il y a plusieurs mois. Un an, plus, même. Hm, enfin, ça ne me rend pas folle de joie de le voir là, dirons nous. Ce qui ne m’empêche pas de faire quelques petites remarques à l’intention de mon alliée, laquelle répond aussitôt. Ce qui me tire un rire derrière mon masque.

« Vous croyez que j’ai attendu ça pour me poser la question ? »

Je hausse les épaules.

« Faites ce que vous avez à faire…, je commence avant de marquer une pause pour observer la créature que le double de la rousse a invoqué. Charmant. Je préfère votre démon, finalement. Vraiment, ce délire avec les tentacules… »

Je lève les yeux au ciel et fais un petit signe de la main à Totsuka et Shiru. Ainsi qu’à Bruja. Je les réunis autour de moi et nous guide vers un endroit un peu plus à l’écart du combat - comme je peux, forcément - histoire de guetter une ouverture. Ouverture qui ne tarde pas à se présenter quand Lady Satan écarte sa proie de la mienne. Par-fait. Je ne me laisse pas distraire quand un autre démon se pointe, même si je le remarque du coin de l’oeil. De toute façon, la pièce entière est devenue une immense foire infernale. Merveilleux.

« Attrapez-moi ça. »

    Lancer de dés #1
    Réussite : Shiru et Totsuka font mouche, tandis que Bruja peut neutraliser les éventuels sorts protégeant Kitsune.
    Echec : Quelque chose rate.

    Lancer de dés #2
    Réussite : Kitsune a simplement réussi à anticiper correctement.
    Echec : Hm, problème magique en vue ?

    Lancer de dés #3 (si réussite au #1)
    Réussite : Totsuka évacue l’autre Noélie en toute discrétion.
    Echec : Il est repéré, oups.


    Lancer de dés #4
    Réussite : Quels que soient les projets de Kitsune concernant ses ennemis, la neutraliser/neutraliser le portail a empêché efficacement de les mettre en route.
    Echec : Et non.


Dans la théorie, rien de plus facile. Elle est finalement seule. Dans les faits, elle doit avoir la même facilité à anticiper que moi, parce qu'avant que Shiru ait pu la viser - ou Totsuka lui sauter à la gorge, d'ailleurs - la jeune femme disparaît de notre vue, protégée par plusieurs des combattants des Purple Hats. J'aperçois un éclat de bordeaux qui s'éloigne en direction du portail - ou plutôt du reste du laboratoire, que le portail cache. Mince.

Malheureusement, ce n'est pas forcément ce qui semble prioritaire, là maintenant. Je me retrouve assez rapidement encerclée par quatre... Cinq personnes, si on peut appeler ça des personnes, forçant Totsuka, Shiru et Bruja à se resserrer autour de moi. Diversion ou attaque ciblée, ça ne m'arrange absolument pas. J'hésite un instant, très bref, surtout en réalisant que Lady Satan, tandis qu'elle s'attaque à son double, est en train de se faire entourer de la même façon. Avec moins de succès parce que ses démons sont plus nombreux et ont réagi, mais ça sent l'arnaque à plein nez. Totsuka. Suis-la, et sors-la de ce trou. On se débrouille.

Lui n'hésite pas avant d'obéir à mes ordres. Au même moment, l'un des cinq me tire dessus avec... Hm. Quelque chose de non identifié, que Shiru arrête mais qui neutralise son bouclier aussitôt. Assez longtemps pour qu'un des scientifiques mutés essaie de refermer ses sales pattes sur mon coup, aussitôt récompensé par un vol plané par dessus mon épaule qui utilisait son propre élan. Je me redresse presque avec surprise. Il semblerait que j'ai mieux écouté que prévu pendant mes leçons. Mon Egide arrive à redresser son bouclier mais elle grimace sous l'effort. Bon. Trouver une solution, en espérant que le piège destiné à Lady Satan ne soit pas plus méchant que le mien. Je suis persuadée qu'on s'en sortira sans trop de mal. En partie parce que j'ai fait le choix de ne pas avoir mon équipe habituelle, et que par là même, mes stratégies ne sont pas celles que Kitsune aura pu étudier. Et toc, petite peste, prends toi ça dans les dents, je songe. Bruja, débarrasse nous de tout ça. Je suis sûre qu'elle ne se plaindra pas d'avoir un peu de travail, non ?
Sujet : Sweet revenge - Eve
Noélie A. Inagawa
Réponses : 72
Vues : 764

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Sweet revenge - Eve    Ven 18 Sep 2020 - 22:35
« De la chance ? Je crois que vous ne m’avez pas encore fréquentée assez, Lady Satan. Premièrement, se reposer sur quelque chose d’aussi trivial que la chance, ça ne me ressemble pas. Ensuite, vous trouvez vraiment que j’ai l’air de quelqu’un qui a de la chance ? »

Je retiens un rire. Parce que ça n’est pas le moment, mais franchement, la chance n’est pas ma qualité première. Plutôt celle qui me fait cruellement défaut. Ce qui ne m’empêche pas de me faufiler jusqu’à un des postes, à la recherche de quelques informations. Cette fois encore, je peine à trouver une voie d’entrée sur le compte administrateur. Ou le serveur. En fait, les systèmes installés en guise de sécurité sont aussi adaptables que ceux dont j’ai entouré Inori et ses serveurs. J’ai l’impression que d’une seconde sur l’autre, je ne tombe pas sur les mêmes données. Très étrange.

« J’aimerais autant ne pas avoir le temps de m’y habituer », je lance en relevant la tête.

Ce qui me permet de réaliser que ce qui vit de l’autre côté du portail nous a bien remarqué et compte bien s’incruster à la fête. Je le signale d’un geste à mon alliée infernale et retourne à ma tâche. Je ne suis toujours pas la plus efficace quand il s’agit de combattre, mais pour le reste, je suis censée être capable de me débrouiller mieux que ça. Je laisse le soin à la démone d’invoquer une flopée de monstruosité, jusqu’à ce que Shiru me pose une main pressante sur l’épaule. Elle n’était pas censée garder l’entrée ? Mince.

« Ah. »

Ah, ils étaient beaucoup, de l’autre côté du portail. Ah, trop de prêtresses des litanies. Ah, ils sont trop nombreux et ça commence à sentir le roussi pour nous. Ah… Je me redresse à demi, sourcils froncés derrière mon masque. Deux nouvelles venues. L’une respire l’arrogance, dans son costume totalement indécent. L’autre a cette apparence d’assurance tranquille, un peu distante, que je connais par coeur pour la cultiver avec soin. Mon regard s’égare sur l’ordinateur, la sensation de familiarité que j’avais en travaillant à hacker cette fichue console… Masque de kitsune, d’un pourpre tout à fait somptueux. La tenue de l’une et de l’autre, l’association. Je serais un piètre petit génie si je n’étais pas capable d’additionner deux et deux. Mon expression s’illumine d’un sourire narquois.

« Oh. C’est absolument fascinant, à tout point de vue. »

Le concept de terres parallèles, de versions alternatives et tout le reste, ça ne m’est pas inconnu. Pas en fréquentant Abby, ou Raphaël. Ils ont considérablement élargi mes horizons, même si je soupçonnais déjà quelque chose de ce genre. Je me secoue. Une Noélie, ayant à disposition des technologies imprégnées de magie, qui nous dépassent carrément ? Chaque seconde que je lui laisse pour apprécier son environnement et l’analyser est un risque énorme.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Noélie réussit à bloquer les passages du portail. Certes, elles sont toujours en mauvaise posture, mais rien de plus ne viendra se joindre à la fête.
    Echec : Vraiment, essayer de se hacker soi-même, plus ou moins, c’est compliqué.

    Lancer de dés #2
    Réussite : Kitsune est l’équivalent à tout point de vue de Nono, sauf que ses Egides sont bloquées de l’autre côté du portail, c’est triste, hein ?
    Echec : Kitsune a poussé les capacités de son IA et de son corps à leur maximum. Ça fait longtemps qu’elle est capable de faire ce que font les Egides de Nono, et plus encore. Yipi.

    Lancer de dés #3 (si échec au #2)
    Réussite : Elle ne parvient pas à toucher Nono pour le moment.
    Echec : Well.

    Lancer de dés #4 (si échec au #3)
    Réussite : blessure physique.
    Echec : je connais quelqu’un qui s’est fait hacker son I.A.


    Lancer de dés #5
    (si réussite au #1)
    Réussite : Noélie ayant réglé le problème de portail temporairement, elle peut se concentrer sur autre chose. Aka coordonner un peu ses Egides. Une bonne partie des troupes autour d’elle est neutralisée, y compris une des prêtresses.
    Echec : Disons que la situation n’est pas pire qu’avant ?


Ce qui me fait penser. Je retiens un énorme éclat de rire, me retourne vers la console, rouvre une interface, et lance Inori sur la question. Oh, bon sang, très mauvais timing à notre petit kitsune venu d'ailleurs. Vrai-ment. Maintenant que je sais qui est probablement derrière tout ça... Et bingo. L'ordinateur se déverrouille. Enfin, ordinateur, c'est un grand mot.

« Bruja, j'ai besoin de toi. »

J'aurais eu besoin de Rhasa, de fait, mais on prend ce qu'on a. Sitôt qu'elle est à mes côtés, je m'attelle à la tâche consistant à trouver les mécanismes de sécurité du portail. Grâce à mon I.A., je finis par les verrouiller. Temporairement, mais charge à nous d'en profiter. Je me redresse et fais un petit signe de la main à mon double maléfique. Sa posture ne change pas, mais je sais exactement où elle en est : en pleine tentative de reprendre la main. Sauf que la différence entre nous, c'est que je ne vois ses Egides nulle part. Elle est virtuellement à poil, et je vous jure que je vais prendre un plaisir terrible à me mettre moi-même au tapis.

« Totsuka. Sépare-la des autres », je murmure gentiment à son oreille.

Je me redresse ensuite, et, bien à l'abri derrière le bouclier de Shiru, je commence à reprendre les choses en main. Pour une fois, la chance veut bien être de mon côté, et je compte bien en profiter. Mes communications entre Egides fonctionnent encore, ce qui est parfait. Sans un mot à voix haute, je positionne Shiru et Bruja de telle sorte qu'elles soient en mesure de porter le bon coup, au bon moment. L'invunche de la sorcière n'est pas en reste. Pendant que Lady Satan tient tant bien que mal, je m'occupe d'équilibrer un peu les comptes, jusqu'à finalement avoir une prêtresse des litanies dans ma ligne de mire. Avec de la patience, j'ai fait en sorte de l'isoler un minimum. Le familier l'agresse, Shiru désactive son bouclier et tire une seule fois. En pleine tête. Vu la puissance des balles de son fusil, autant dire que ça fait du dégât. Même si elle doit arriver à court de munitions, je me sens beaucoup plus légère. J'ai fait en sorte de me rapprocher de la démone - la mienne - entre temps.

Je reviens au petit kitsune pourpre et sa compagne... Et hausse un sourcil. Totsuka a battu en retraite, chassé par le double de la rouquine. Laquelle s'est interposée si naturellement entre lui et l'autre Noélie que j'en viens à me poser des questions. Elles agissent avec une synergie que je reconnais pour l'avoir déjà vue plus d'une fois. Ok. Je jette un oeil surpris à Lady Satan. Ma parole, est-ce qu'elles n'auraient pas fricoté ensembles ?

« Hm... Assez bizarrement, c'est fascinant également. »

Je ne suis pas très fan des tentacules, mais enfin.

« Si ces femmes sont aussi haut placées que vous et moi, j'aurais tendance à dire que ça serait une bonne idée de les mettre hors d'état de nuire. Le portail est bloqué, pour le moment. Mais je suis presque sûre que si on laisse l'occasion au kitsune de s'y mettre, elle va me jeter en dehors des systèmes et on sera de retour à la case départ. »

J'observe la femme et ses tentacules, alors qu'elle fait le ménage autour d'elle. Grimace.

« Et si celle-ci est à moitié aussi efficace que vous, j'aimerais autant qu'on ne leur laisse pas le temps de réagir. Depuis le temps, elles savent qu'on est impliquées, à tous les coups. Je ne serais jamais venue ici sans un plan très solide pour se débarrasser de nous. »

Autrement dit, si on leur laisse trop de temps, ça va mal finir pour nous. Je jette un oeil sur le côté quand un chien s'écrase contre le bouclier de Shiru, sans sursauter quand elle le met au tapis grâce à son laqueus. Relève le nez vers Lady Satan et Noélie bis.
Sujet : Tu t'envoles, tu t'envoles, tu t'envooooles... ou pas - Aria
Aria Romanelli
Réponses : 36
Vues : 365

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Tu t'envoles, tu t'envoles, tu t'envooooles... ou pas - Aria    Lun 14 Sep 2020 - 21:02
Il m’est toujours étonnant de constater avec quel calme Rafael peut réagir face au danger, quand il me paraît parfois si… Etrange par ailleurs. Peut-être est-ce pour cela que je ne peine pas à travailler à ses côtés, à combattre avec lui. Il ne vaut pas mes subordonnés, il est vrai, mais il a leur capacité à mettre toute anxiété de côté au profit de la plus pure efficacité. La concentration est une vertu cardinale, au combat.

Il loge une autre de ses flèches quelque part, au vu du cri de la créature - moins désagréable toutefois que celui qu’elle a poussé juste auparavant. Malgré tout, le monstre parvient à se saisir de mon élève et allié. Je réagis aussitôt. Le temps que j’arrive auprès d'elle, toutefois, le mage s’est déjà dégagé. Je vérifie du coin de l’oeil qu’il ne chute pas, mais reste focalisée sur notre ennemi.

    Lancer de dés #1
    Réussite : le machin est tout à fait concentré sur Rafa, Aria en profite avec succès.
    Echec : nope.

    Lancer de dés #2
    Réussite : les Lames du Crépuscule, elles, font mouche.
    Echec : Non toujours pas.

    Lancer de dés #3 (si réussite au #1 ou au #2)
    Réussite : la créature est handicapée.
    Echec : ça la ralentit un tout petit peu, mais voilà tout.


    Lancer de dés #4 (si échec au #1)
    Réussite : L'armure d'Aria la protège.
    Echec : ça fait bobo.


Je décoche une flèche, qui fait mouche mais sans l'efficacité de celles de Rafael. Sans doute à cause de sa magie. Il doit les renforcer d'une façon ou d'une autre. Ou alors la lumière qui les illumine. Dans le doute, je repasse une énième fois à mon épée. Je vais devoir me mettre un peu plus en danger, mais dans le même élan, je me stabilise juste derrière le monstre. Je l'érafle à peine, ceci étant. La pointe de mon épée est vêtue un bref instant d'une goutte de sang noirâtre, qui disparaît dans le vide sous mes pieds. Sans attendre, je pivote dans les airs, évitant un coup de patte, puis un autre.

C'est l'équivalent d'un ballet aérien, délicat à tenir. La créature semble avoir reporté son attention sur moi. C'est une victoire en soi. Je me laisse tomber d'un mètre, stabilise, aussitôt suivie par mon adversaire. Je m'élance en avant, finalement, mais alors que je lève mon arme en un mouvement ascendant, à deux doigts de parvenir à la surprendre et à l'embrocher - si j'arrive à passer le cuir qui la recouvre, du moins - elle ouvre la bouche et pousse de nouveau ce cri horrible.

Je manque d'ouvrir les doigts et de lâcher Lux Aeterna, désarçonnée, me recroquevillant pour fuir ce son. J'ai l'impression que sa voix poignarde jusqu'à l'intérieur de mon crâne et de mes entrailles. Un sifflement de douleur se coule entre mes lèvres et lorsque je redresse les yeux, c'est pour mieux les écarquiller. J'ai simplement le temps de pivoter à demi, pour que son membre à la pointe acéré heurte mon armure plutôt que l'espace entre deux plaques, à l'épaule. Le choc me force à redéployer grand mes ailes, pour essayer d'équilibrer un peu ma situation précaire.
Sujet : Sweet revenge - Eve
Noélie A. Inagawa
Réponses : 72
Vues : 764

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Sweet revenge - Eve    Jeu 10 Sep 2020 - 17:55
Je relaie le message de Lady Satan à Bruja, laquelle s’emploie aussitôt à sonder la pièce. Pendant ce temps, je dispatche ma petite armée de drones dans les différents couloirs, afin de finir d’esquisser un plan correct de cet endroit. Grâce aux filtres des caméras, j’arrive même à me rendre compte des pièces et de leur taille. Même si je m’en méfie, vu que je ne vois personne. Même les cadavres encore entiers ne m’apparaissent pas sur les images. Ne pas pouvoir me fier à ces yeux supplémentaires me met profondément mal à l’aise.

Quelque chose cloche et mon petit doigt me dit que si on ne trouve pas quoi rapidement, cette histoire va mal finir. Et pas seulement pour les Purple Hats. J’avance lentement, mais sûrement. Si bien que quand la démone nous rejoint finalement, suivie de Doom Girl - apparemment son âme damnée, si j’ai bien compris, et difficile d’en douter vu la façon dont elle regarde l’Antéchrist - je sais à peu près comment est fichu le complexe. Géographiquement, je n’ai aucune idée de ce qui peut s’y cacher encore.

Je secoue légèrement la tête lorsque Bruja répète qu’elle ne trouve rien. Aucun sens. La construction de l’endroit doit être faite de telle sorte que la protection tienne même s’ils sont surpris. En tout cas, c’est ce que j’ai fait pour mon QG. On ne repose pas sa défense uniquement sur des êtres conscients et faillibles, sauf à vouloir inviter ses ennemis à la maison. Machinalement, je projette le plan complet de l’étage. Je n’ai pas trouvé d’escalier ou de rampe permettant de changer de niveau.

« Je ne sais pas comment ils font, mais je ne vois pas les membres des Purple Hats sur mes caméras la plupart du temps. Même les corps. Je n’ai que le plan, mais pas les obstacles éventuels, quoi. »

    Lancer de dés #1
    Réussite : Noélie et Evelyn peuvent repérer une anomalie dans le plan qui pourrait être une pièce cachée.
    Echec : Rien de ce genre.

    Lancer de dés #2
    Réussite : Rien de bien dangereux non plus.
    Echec : Well, on n’a pas de mauvais pressentiments pour rien, hein ?

    Lancer de dés #3 (si échec au #2)
    Réussite : Noélie remarque quelque chose assez vite pour que ce petit monde puisse réagir.
    Echec : Non, ils vont juste prendre la foudre par surprise, apparemment.

    Lancer de dés #4 (si réussite au #1)
    Réussite : la voie est entièrement dégagée jusque là.
    Echec : il va falloir faire un peu de ménage, mais pas de raison que l’équipe n’y parvienne pas.


Au fur et à mesure que les pièces s'affichent en trois dimensions, en un bien joli hologramme, je réfléchis. J'élimine plusieurs possibilités après réflexion, mais je finis par pointer du doigt un espace apparemment vide entre deux pièces. Ma foi, le problème quand on veut tromper l'oeil d'une caméra, c'est que si elle ne voit rien, ça fait désordre sur le plan. Sans ma capacité à tout reconstituer, ça serait sans doute passé inaperçu, remarquez.

« Je pense qu'il doit y avoir une pièce que mes caméras ne peuvent pas voir, sur cet espace, je dis donc en pointant l'endroit en question du doigt. Ce n'est pas si loin d'ici. Au point où on en est, on ne perd rien à vérifier. »

Je hausse les épaules, essayant de me débarrasser de la sensation que c'est exactement ce qui est attendu de nous. Je déteste agir de façon aussi prévisible, mais en même temps, nous n'avons pas quarante solutions. Je fais volte-face avec un geste pour Shiru, Totsuka et Bruja et m'aventure dans les couloirs, louvoyant entre les corps inertes, mutants ou humains. Premier coude à droite, un long corridor avec plusieurs portes qui ne semblent pas abriter grand-chose d'intéressant, de nouveau à droite, puis à gauche. Je me retrouve devant un mur aveugle, et sans personne pour nous avoir arrêté.

« Je ne sais pas vous, je dis doucement à l'intention de la démone, mais je n'ai pas du tout l'impression que nous ayons réellement l'avantage. »

Peut-être que je vire simplement paranoïaque, à ce stade, ça ne m'étonnerait qu'à moitié.

Rhasa, comment ça se passe pour vous ?


Silence. Je fronce les sourcils. Rhasa ? Zeta ? ... Varvara ?Toujours rien. Fantastique.

« J'ai perdu la communication avec les autres équipes. »

J'essaie de reprendre le contrôle de mes caméras. Rien non plus. De mieux en mieux.

« Et de mes caméras. »

C'est plus ou moins là que je réalise que ça implique mes caméras dans l'entrée du complexe. Et aussi que le silence est retombé. Alors que nous n'en sommes pas si éloignés. Je me sens comme aveugle et sourde. Ma main à couper qu'on va se prendre une bonne claque sous peu, mais quoi ? Je n'y comprends absolument rien. Sans perdre mon calme, ceci étant, je demande à Lady Satan :

« Vous voyez une porte ? Ou on emploie la méthode consistant à passer à travers le mur. »

La délicatesse commence à me sortir par les yeux, alors je suis vraiment prête à me faire ma propre porte, là, de suite.
Sujet : Sweet revenge - Eve
Noélie A. Inagawa
Réponses : 72
Vues : 764

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Sweet revenge - Eve    Mar 8 Sep 2020 - 22:32
J’avais bien compris qu’il ne fallait pas compter sur l’aide du Hell Club tout de suite. De toute façon, j’ai choisi d’avancer seule en sachant que la tâche risquait de se compliquer. Je souhaite bien du courage à mon alliée quand elle ramènera mon cadavre à Abby. Pas sûre qu’elle adore. Je chasse rapidement ces pensées, qui n’ont rien à faire là, et reprend le fil de mes propres réflexions. Totsuka nous fait progresser peu à peu, le fumigène commence à être évacué doucement par la ventilation. Grâce à mon masque, je ne suis pas trop embêtée. De même que Shiru. Bruja nous suit à quelques mètres de distance, fermant la marche et empêchant tout ennemi de passer avec une certaine efficacité. Parfait.

Maintenant, il s’agit de trouver ce qu’on cherche à protéger ici. S’il y a quelque chose. Je suis en train d’y penser alors que nous passons à travers un petit paquet de cadavres quand un nouveau message me parvient de la démone. Je ne perds pas de temps. Pas plus que Shiru, qui relève son bouclier. Il faut que l’on dégage d’ici.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Nono et ses troupes dépassent les cadavres avant toute explosion.
    Echec : Well.

    Lancer de dés #2 (si échec au #1)
    Réussite : personne n’en souffre dans l’équipe.
    Echec : Un Totsuka touché, yipi.


    Lancer de dés #3
    1-5 : Noélie trouve son entrée, et le moyen de la franchir. Il ne semble pas y avoir grand-monde à l’intérieur.
    6-40 : MindStorm entre dans la pièce.
    41-60 : Yipi, ils sont dedans, mais il n’y a pas l’air d’avoir quelque chose d’intéressant.
    61-95 : Ça devient presque lassant tous ces pièges.
    96-100 : Lassant, peut-être, mais pas moins efficace pour autant.

    Lancer de dés #4 (si <41)
    Réussite : Coucou aux prêtresses du coin, et à leur nouvelle grosse bestiole ?
    Echec : Oh, en prime un nouveau portail à la noix à détruire. Quelqu'un a envie de se retrouver en morceaux ?


Je fais signe à la sorcière de Lady Satan de se dépêcher - je ne tiens pas à laisser une suivante de la démone se faire blesser sous ma garde de cette façon, même si elle est là pour me protéger et non l'inverse. Pour ma part, je suis déjà à moitié traînée par ma protectrice attitrée, qui n'a apparemment pas envie de tester l'étanchéité et la solidité de son bouclier. Le temps que le premier cadavre explose ici, heureusement, nous voilà hors de portée.

Je désigne le point du couloir d'où m'ont semblé venir les autres. Sans arrêter de chanter, rapport au fait qu'il y a encore des gens qui dépendent de mon pouvoir. Ils ne durent pas bien longtemps, parce que Totsuka et Bruja s'occupent de me les faire disparaître. Loin de nous. Je me concentre sur la porte. En quelques minutes, je la déverrouille. Shiru ouvre la marche et je la suis de près, bien à l'abri derrière mon bouclier. Nous entrons et...

Et concrètement... Rien du tout. Je fronce les sourcils. Pièce aveugle, aucun mouvement, aucun endroit d'où auraient pu venir toutes les créatures qui nous ont attaquées. Soit je me suis trompée, soit... Inori me repasse les enregistrements de mes caméras. Non, c'était bien là. Un autre portail comme ceux qu'ils ont ouverts dans l'entrée du complexe ? Ou tout autre chose ? Je pivote sur moi-même très lentement, observant attentivement les murs. Une porte dérobée, peut-être aussi, comme sous la salle de spectacles que nous avons attaquée la dernière fois ? Cachée par magie ?

Apparemment... Rien ? Ces gens sont littéralement sortis de nulle part ? Il y a encore une portion du complexe à explorer, mais je ne comprends pas comment il est fichu. Ça n'a aucun sens.

Sauf à vouloir nous piéger une seconde fois, mais comme la foudre ne nous tombe pas dessus, j'ai comme un doute.
Sujet : Sweet revenge - Eve
Noélie A. Inagawa
Réponses : 72
Vues : 764

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Sweet revenge - Eve    Dim 6 Sep 2020 - 11:45
Au moins, à l’entrée de ce complexe, tout a l’air de se passer plutôt bien. A part le groupe d’Anton et Rhasa, tout le monde a l’air de s’en tirer, d’ailleurs. Je trouverais presque ça étonnant, mais je ne vais certainement pas me plaindre que mes alliés aient l’avantage pour une fois. Ça me change. Totsuka ouvre la voie. Chaque fois que nous croisons une porte, nous nous débrouillons pour l’ouvrir et je vérifie les lieux, vérifiant aussi que je ne vois pas de signes indirects de magie protectrice, à défaut d’être capable de la voir directement. J’interroge Bruja de temps à autre, aussi, toujours avec politesse. Je ne l’apprécie pas spécialement mais le fait est qu’elle travaille bien avec les autres et qu’elle apprend vite.

Le petit message de Lady Satan tombe dans mon oreille alors que nous atteignons une seconde intersection sans avoir encore croisé grand monde. Je souris légèrement, sans dévier pour autant de l’observation attentive des deux couloirs qui s’ouvrent devant nous. L’un d’entre eux a l’air plus fréquenté. Comme j’aurais tendance à dire que tout le monde ne se rendrait pas dans le saint des saints des Purple Hats, je fais signe à Totsuka d’aller de l’autre côté.

    Lancer de dés #1
    1-5 : Noélie et sa troupe atteignent aisément l’endroit visé. Et en plus les mesures de protection sont baissées.
    6-40 : Noélie et sa troupe atteignent aisément l’endroit visé.
    41-60 : Ils progressent mais tombent sur un groupe protégeant l’intérieur du complexe.
    61-95 : Ils progressent mais tombent sur un groupe protégeant l’intérieur du complexe et sont rapidement en mauvaise posture.
    96+ : Osekour svp.

    Lancer de dés #2 (si lancer #1 < 41)
    Réussite : pas de portail, mais des prêtresses des litanies.
    Echec : not this again.

    Lancer de dés #3 (si lancer #1 > 95)
    Réussite : Au moins, Noélie est gardée en sécurité par sa troupe.
    Echec : franchement, on se demande comment elle en est arrivée là, parfois.


    Lancer de dés #4
    Réussite : Anton et sa troupe s’en sortent.
    Echec : Ou peut être que non, finalement.


« Beaucoup de pièces vides pour l'instant. »

Je réponds machinalement à Lady Satan pendant que nous avançons. J'ai l'habitude de notre petite routine, en terrain dangereux. De toute façon, je suis cernée. Entre Totsuka devant nous, Shiru à mes côtés, prête à déclencher son bouclier et Bruja et son... Bref, Bruja qui ferme la marche. J'admets ne pas forcément être à l'aise avec l'idée de l'avoir derrière moi, soit dit en passant, mais bon. J'ai un de mes drones principaux qui est parti en avant. Sauf qu'il me refait le même coup que dans le sous-sol de la salle de spectacles. Vous savez, passer devant quelqu'un qui ne s'affiche pas à l'écran ?

Sauf qu'on parle d'un groupe entier, pour le coup. Merveilleux. Je recule d'un pas, suivi par Shiru qui après une brève hésitation, décroche son fusil de son dos. En même temps...

« J'imagine qu'on doit approcher de quelque chose d'intéressant. On vient de tomber sur un groupe. Cinq humains et un bon paquet de leurs chiens mutants. »

Je les dénombre rapidement. Totsuka n'a pas vraiment attendu pour dégainer son sabre, interceptant un chien en plein saut. Qui visait derrière le japonais. En fait, j'aurais dit quelque part vers moi. Fantastique. Pourquoi, ça ? Même si je suis assez identifiable, je ne vois pas pourquoi je serais plus une menace que mes compagnons. Ou alors c'est une histoire d'otage. Ou bien un rapport avec l'autre portail et le morceau de Lady Satan. Allez, avec un peu de chance, j'ai un morceau d'énergie de je ne sais quelle cochonnerie qui se balade encore avec moi. Les autres dégainent leurs propres armes, en face de nous. L'un d'eux est envoyé au tapis quand Shiru fait son premier tir. Le charmant compagnon de Bruja y met également du sien. Globalement, la situation semble relativement maîtrisée. Relativement.

« Je crois qu'on vient de se faire avoir, j'ajoute calmement, probablement un peu trop. Il y a un autre groupe qui arrive derrière nous. »

J'ai autant parlé à l'intention de Lady Satan que pour mes Egides. Shiru respire le bonheur, vraiment. Mais je ne suis pas spécialement enjouée non plus, très honnêtement. Au moins, Rhasa vient de me signaler qu'ils prenaient le dessus de leur côté.
Sujet : Sweet but psycho - Lukaz
Lukaz Le Guen
Réponses : 45
Vues : 1241

Rechercher dans : Fallaenn   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Sweet but psycho - Lukaz    Sam 29 Aoû 2020 - 22:41
L'infiltration des locaux du Cénacle par le duo s'était plutôt bien déroulée jusque là, mais il avait fallu que leur arrivée au dernier étage soit repérée... Comme si ça n'avait pas pu continuer sur la même lancée ! Enfin, Cassie avait au moins réussi à éliminer celui qui les avait vus, même si cela ne se fit pas aussi discrètement qu'ils auraient pu l'espérer. Il n'en fallut donc pas plus à Lukaz pour devenir invisible, bien décidé à remonter les couloirs afin de dépasser ceux qui viendraient nécessairement enquêter, tout cela dans le but de les prendre à revers.

Le plan fonctionna et le voleur n'eut alors plus qu'à faire jaillir un sabre-laser de sa main dans le but de trancher en deux un autre de leurs ennemis ! Ils n'étaient plus que cinq. Le décompte aurait pu se poursuivre ainsi, si Cassandra avait eu davantage de chance. Malheureusement, elle manqua de peu sa cible qui n'hésita pas à riposter et elle n'eut la vie sauve que grâce à ses propres capacités. Au moins, cela eut pour effet de diviser le groupe en deux. Trois hommes partirent à la recherche de la jeune femme tandis que les deux derniers revenaient sur leurs pas, droit sur Lukaz.

    Lancer de dés #1
    Réussite : un fois de plus, Lukaz parvient à éliminer l'un des hommes mais l'autre sait qu'il y a un homme invisible.
    Échec : l'attaque de Lukaz échoue et les hommes sont au fait de la présence d'un homme invisible.

    Lancer de dés #2
    Réussite : la tentative visant à rendre Solar visible échoue !
    Échec : Lukaz redevient visible.

    Lancer de dés #3
    Réussite : Lukaz tente une nouvelle attaque, éliminant l'un des hommes.
    Échec : l'attaque rate !

    Lancer de dés #4
    Résultat de 1 à 5 : il est temps de passer aux choses sérieuses !
    Résultat de 6 à 40 : tant pis pour le grand final mais ça fera quand même mal...
    Résultat de 41 à 60 : c'est déjà ça, au moins.
    Résultat de 61 à 95 : aïe, ce n'était pas prévu, ça...
    Résultat de 96 à 100 : échec critique. Comme s'ils avaient besoin de ça...


Le voleur tenta de réitérer son exploit précédent et une nouvelle fois, il fit apparaître un sabre de lumière entre ses doigts, bien décidé à mettre à mort un autre membre du Cénacle. Malheureusement, l'un de ses adversaires fut prompt à réagir, esquivant l'attaque tout en poussant son partenaire pour lui sauver la vie.

« Putain, y a un foutu invisible, les gars ! »

Ni une, ni deux, l'autre homme pointa son arme droit devant lui mais plutôt que de chercher à viser Solar, il leva le canon vers le plafond et tira directement sur les buses anti-incendie. Le résultat fut immédiat et le couloir se retrouva arrosé par les jets d'eau, trempant les cinq survivants tout en rendant la présence du voleur perceptible. Il avait perdu son atout... Ça ne servait donc à rien de continuer à se dissimuler et le Breton redevint visible, adoptant sa sombre forme solaire.

Sans attendre, il se lança une nouvelle fois à l'assaut, bien décidé à profiter de la confusion. Mettant à profit sa force supérieure, Solar se jeta sur l'un des deux hommes, le plaquant violemment contre le mur de béton dans un craquement sinistre. Il ne l'avait peut-être pas tué sur le coup mais il l'avait clairement mis hors d'état. Malheureusement, Lukaz n'eut pas le temps de l'achever parce que l'autre avait déjà réagi. Pointant son arme sur la sombre silhouette, il appuya sur la gâchette. Si le voleur était capable de résister aux armes blanches, il en allait autrement des armes à feu... La balle traversa son flanc, sans toucher d'organe vital, mais la douleur allait néanmoins l'handicaper pour la suite... Heureusement, il n'en restait plus que quatre.
Sujet : Rien ne peut rester impuni... [avec Noélie]
Noélie A. Inagawa
Réponses : 38
Vues : 455

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Rien ne peut rester impuni... [avec Noélie]    Sam 29 Aoû 2020 - 20:50
Je jette un oeil à Sullivan. Sous ses airs tranquilles, il est sur le qui-vive, et prêt à intervenir. Difficile de ne pas s’en rendre compte. Il conserve sa nonchalance, mais ses muscles vibrent d’une tension contenue que le meilleur acteur du monde peinerait à dissimuler. Je retiens un sourire, annonce calmement que la femme a pour projet de tenter de fuir, au vu de la porte ouverte et de sa démarche pressée vers le parking. Heureusement plutôt éloignée de chez elle.

Tandis que Totsuka s’élance, le lieutenant, lui, passe par la forêt. Puisque leur petit piège est bien établie - on parle d’une hackeuse, pas d’un agent secret surentraîné, à priori - je retourne jusqu’au chalet, ou à l’arrière de celui-ci, qui n’est pas surveillé. J’ai vérifié et il n’y a pas de caméras sur la trajectoire de mes deux accompagnateurs, ni sur la mienne. De quoi rester relativement discret. Les autres nous rejoignent quelques minutes plus tard dans le chalet. Je me suis déjà installée sur une chaise dans la petite cuisine, le dos droit et l’expression tranquille.

La jeune femme a une expression entre résignation et inquiétude, son regard passe rapidement d’un participant à l’autre. Elle ne me paraît pas bien dangereuse, mais plein de gens diraient ça de moi s’ils avaient l’occasion de parler depuis leur au-delà, autant dire que je ne m’y fie absolument pas. Pour ce que j’en sais, elle peut être bien plus féroce qu’il ne me semble.

    Lancer de dés #1
    Réussite : elle parle.
    Echec : elle refuse de parler.

    Lancer de dés #2 (si réussite au #1)
    Réussite : elle ne ment pas.
    Echec : elle ment.

    Lancer de dés #3 (si réussite au #2)
    Réussite : c’est elle la responsable.
    Echec : elle protège quelqu’un d’autre.

    Lancer de dés #4 (si échec au #1)
    Réussite : Noélie arrive à la convaincre.
    Echec : Nope.



« Bonjour, je salue quand ils entrent, la voix aussi posée qu'à mon habitude. Très joli travail que le vôtre, vraiment. D'une hackeuse à une autre. »

J'esquisse un sourire sous mon masque devant son signe de dénégation. Même sans être certaine qu'elle n'est pas la responsable, ou la seule responsable, prêcher le faux pour savoir le vrai est une méthode qui a fait ses preuves plus d'une fois, alors pourquoi pas ?

« Il me semble que mon compagnon ici présent vous a posé une question. »

Je me demande vaguement si elle est réellement impliquée dans les Purple Hats. Ou manipulée, peut-être, par une de leurs larves, si tant est qu'il en restait encore ? Sait-elle qui je suis ? Ce que nous avons fait, Lady Satan et moi ? Probablement pas. Elle n'a pas l'air particulièrement effrayée par moi. C'est vers Sullivan que revient sans arrêt son regard.

« Je... Je n'ai rien fait. Je sais juste qui vous êtes, ce que vous faites, parce que j'ai de la famille dans le milieu, et j'ai eu peur. Je ne vois pas pourquoi on me le reprocherait. »

Pendant qu'elle parle, je l'observe attentivement. Très attentivement. Et mon verdict est sans équivoque.

« Elle ment. A quel sujet précisément, je ne sais pas mais elle ment. »

Je hausse les épaules. Ce n'est pas réellement mon problème, alors je laisse volontiers la main à Sullivan.

« Est-ce que vous avez participé à piéger sa fille ?
... Non », répond-elle d'une voix tremblante.

Et un mensonge de plus. Fantastique.
Sujet : Bella vita, dolce vita - Sio
Siobhan O'Reilly
Réponses : 43
Vues : 387

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Bella vita, dolce vita - Sio    Dim 23 Aoû 2020 - 17:45
Tandis que je surveillais la porte, la sirène n’avait plus qu’à s’activer pour retrouver son artefact. Malheureusement pour nous, la tâche s’avéra vite plus complexe que prévue. C’était ce que je supposais, du moins, étant donné que je l’entendais s’agiter sans la voir revenir avec l’objet de sa convoitise. En revanche, je sentais très bien l’arrivée des renforts. Ils étaient en train d’envoyer les trois quarts de leur troupe vers nous. Je regardais autour de moi. Si nous avions une fenêtre, et si Callie était capable d’avoir confiance en moi jusqu’au bout, je pouvais nous dégager une porte de sortie.

Mais pour cela, il nous fallait déjà mettre la main sur ce qu’elle était venue chercher. Je ne tournais pas la tête vers elle, préférant lancer un bruit d’alerte une fraction de seconde avant qu’une alarme retentisse et, surtout, qu’on entende finalement les bruits de pas des renforts. Quel merdier. J’échangeais les rôles avec la sirène, non sans renforcer le mur de glace avec l’un de mes sortilèges. Je me tournais vers les vitrines vides. Les autres puaient la magie également, mais si la ceinture avait été dans l’une d’entre elles, Callie me l’aurait signalé.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Siobhan peut faire tomber les sortilèges rapidement et efficacement.
    Echec : nope, ça résiste.

    Lancer de dés #2 (si échec au #1)
    Double réussite : bon, c’est juste un sort d’alarme alors ça va.
    Une réussite : Siobhan a tenté le coup. Maintenant, elle a un peu mal. Mais une nouvelle ceinture.
    Double échec : nadaaaaa.

    Lancer de dés #3 (si réussite au #1)
    Réussite : il y a des fenêtres.
    Echec : No.

    Lancer de dés #4 (si réussite au #3)
    Réussite : il y a des fenêtres et en plus on peut les ouvrir normalement.
    Echec : No.


Je détectais rapidement les sortilèges entourant la vitrine. Sans pouvoir déterminer leur usage, ceci dit. Désireuse de ne pas jouer les brutes d'entrée de jeu, j'essayais de trouver les supports des sorts, sans succès. Je tentais ensuite de les faire griller, en les surchargeant avec mes propres énergies. Rien. Finalement, comme la situation s'avérait un peu urgente, je serrais les dents. Recouvrant ma main gauche d'une épaisseur supplémentaire d'armure, je forçais le passage des sorts gardiens. La sensation était éminemment désagréable. Douloureuse, même, mais j'en avais vu d'autres. Et j'étais fatiguée de voir que le moindre effort se transformait en obstacle insurmontable, ces derniers temps.

Il fallut user autant de ma force que de ma magie, mais je ressortis finalement ma main de là, avec une ceinture au bout de celle-ci. Mon armure avait presque fondu, et lorsque je découvris ma peau, ce fut pour réaliser que j'étais brûlée. Je levais les yeux au ciel. Je trouverais quelqu'un pour régler ce problème. En attendant, il ne me restait plus qu'à espérer que le sortilège ne se propage pas plus loin, et à déguerpir d'ici.

« Je l'ai. »

Une affirmation lancée à la volée à Callie tandis que je me rendais jusqu'aux fenêtres. Je tentais d'en ouvrir une, mais rien ne se passa. Soit nous devions passer en force, soit nous devions trouver un autre moyen de sortir d'ici.
Sujet : Bella vita, dolce vita - Sio
Siobhan O'Reilly
Réponses : 43
Vues : 387

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Bella vita, dolce vita - Sio    Mar 18 Aoû 2020 - 20:33
Au dernier instant, je me retrouvais seule. En compagnie d’une flaque d’eau de taille conséquente, mais que personne ne penserait à surveiller. Je reportais mon regard vers la porte, invoquant mon épée de sang. Quelques secondes plus tard, celle-ci s’ouvrit. Je n’hésitais pas bien longtemps avant d’attraper le coupable pour lui trancher la gorge, mais il avait eu le temps de donner l’alerte. Fantastique, vraiment. Je lâchais son corps en passe de rendre l’âme.

Tandis que je combattais, Callie se glissa derrière nos assaillants et revint parmi nous, étouffant un homme à mort. Nous étions de plus en plus nombreux, à cette petite sauterie. Je grinçais presque des dents, à ce stade.

    Lancer de dés #1
    Double réussite : à deux, ces dames parviennent à se débarrasser des hommes qui les ont attaquées.
    Une réussite : bon, la plupart sont par terre, il est temps de courir vers la porte.
    Double échec : AHMAISEUH.

    Lancer de dés #2 (si une réussite au moins au #1)
    Réussite : Siobhan étant une grosse brute, la voilà qui s’occupe de la porte.
    Echec : encore de la magie, et c’est résistant, en plus, donc il faudrait du temps. Ou une flaque qui se glisse en dessous, why not ?

    Lancer de dés #3 (si double échec au #1)
    Réussite : alors, peut être qu’ils ont protégé les portes, mais quand Sio invoque son poney de l’intérieur, il arrive à venir grâce à leur lien.
    Echec : nope, toujours pas.


    Lancer de dés #4
    Réussite : all is oké.
    Echec : Sio is not oké.


Mais grincements des dents ou non, je pouvais toujours être efficace. Tandis que la sirène neutralisait une partie de nos assaillants, je m'occupais des autres, virevoltant autour d'eux, utilisant autant mes sortilèges de combat que mon sixième sens qui me protégeait du danger pour éviter tout mauvais coup. Les quelques-uns qui échappèrent à la purge orchestrée par Callie périrent sous mes propres armes. Dès que le calme revint, je me tournais vers mon employeuse.

« Bougez-vous, on va chercher votre artefact. »

Je ne lui laissais pas le choix, principalement parce que quoiqu'il se passe, elle pourrait probablement se mettre en sécurité. Et puis, maintenant que nous avions été repérées, si nous ne passions pas maintenant, nous risquions simplement de rater le coche. Je courus jusqu'à l'autre bout du couloir, envoyant un pieu fait de sang se ficher dans la gorge d'un type qui déboucha de je ne sais où, sans lui demander pourquoi il était là.

Une fois devant le battant, je reculais de trois pas pour prendre de l'élan. Puis je défonçais l'huis d'un vigoureux coup de pied, renforcée par la magie. Celui-ci alla s'échouer plus loin dans un fracas retentissant, et je passais l'entrée de la salle des trésors sans m'y attarder plus que ça. Rien. Pas de magie. Ou alors, mon coup d'éclat avait envoyé valser les glyphes supposées la porter, allez savoir. Je m'en contrefichais.

« A quoi ça ressemble, cette ceinture ? Je surveille l'entrée, cherchez bien. »
Sujet : Bella vita, dolce vita - Sio
Siobhan O'Reilly
Réponses : 43
Vues : 387

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Bella vita, dolce vita - Sio    Dim 16 Aoû 2020 - 15:12
Je suivis finalement Callie vers le placard qu’elle avait trouvé. On avait vu meilleure option, mais nous n’avions pas vraiment le choix cette fois-ci. J’observais les lieux d’un oeil dubitatif. Nous allions nous retrouver dans la pénombre sitôt la porte refermée, d’autant qu’il valait mieux éviter de laisser la lumière allumée trop longtemps, pour éviter de se faire repérer. Autant dire que je n’appréciais guère l’idée. Mon altercation récente avec Lady Satan n’avait aidé en rien pour ma peur irrationnelle de l’obscurité et de ses ombres mouvantes.

Je gardais mes perceptions focalisées sur les allées et venues dans le bâtiment. Tous ceux qui sont à portée sont dûment surveillés de cette façon. Ça me permettrait au moins de pouvoir réagir rapidement si un homme ou un autre arrivait à quelque moment que ce soit. Pour le reste… J’avais fermé les yeux et je serrais mes doigts l’un contre l’autre comme si ma vie en dépendait, forçant ma respiration à rester calme.

« Je suppose. Quelqu’un qui pense à bannir les esprits hors de sa demeure a généralement des boucliers magiques disposés aux endroits sensibles. Le contraire serait ridicule. »

J’avais parlé d’une voix basse mais mesurée. Inspirer, expirer. Je retins un sursaut quand un souvenir s’imposa à ma mémoire, comme un flash, mais je le repoussais aussitôt, les dents serrées. Je ne me détendis que pour pouvoir répondre à la sirène.

« Ils doivent avoir d’autres artefacts pour leur vente. On protège par magie quand on s’attend à des attaquants qui la pratiquent. Donc des gens qui ont intérêt à récupérer des artefacts dotés de pouvoirs. Je suppose. Et non. Je ne peux pas faire ça. Le sortilège existe, mais il est horriblement compliqué. »

Et je ne le maîtrisais pas suffisamment.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Personne ne vient par ici.
    Echec : Alors, apparemment, quelqu’un a des envies de ménage.

    Lancer de dés #2
    Réussite : il y a du mouvement dans la salle.
    Echec : toujours rien.

    Lancer de dés #3 (si échec au #1)
    Réussite : c’est un membre du personnel d’entretien.
    Echec : c’est un des gardes.

    Lancer de dés #4 (si échec au #1)
    Réussite : ces dames s’en débarrassent en toute discrétion.
    Echec : ah euh oups.


J'étais toujours en train d'y songer quand je rouvris brusquement les yeux.

« Merde. Quelqu'un approche. »

Je me redressais et récupérais ma dague à ma ceinture, prête à intervenir. Nous avions quelques secondes. Si nous étions repérées toutes les deux... Ou alors, je pouvais servir d'appât en cas de besoin. J'étais capable de résister assez longtemps pour donner une ouverture à Callie. Peut-être. Ou peut-être pas, mais j'arriverais au moins à ressortir.

« Faites-le. Votre truc, de vous transformer. Vous serez dissimulée au cas où, et si je me fais repérée, je pourrais peut-être vous laisser une ouverture. »

C'était un plan bancal, offert d'une voix précipitée, et ce serait à elle de décider si elle souhaitait essayer ainsi ou rester avec moi. De toute façon, moins d'une minute plus tard, quelqu'un secouait la porte en réalisant qu'elle était fermée, avant de lancer quelques mots. Finalement le battant s'ouvrit à la volée. J'attirais le type contre moi dans le but de lui trancher la gorge, mais il eut le temps de lancer un avertissement derrière lui. Merde. Cela ne l'empêcha pas de passer l'arme à gauche, pour sa part. Je lâchais le corps et m'avançais en invoquant mon épée de sang, cette fois.
Sujet : Bella vita, dolce vita - Sio
Siobhan O'Reilly
Réponses : 43
Vues : 387

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Bella vita, dolce vita - Sio    Sam 15 Aoû 2020 - 10:40
La compassion n’avait jamais été ma qualité première. C’était la culpabilité qui m’avait retenue, au départ. Puis les années avaient passé. On m’avait battue plus souvent qu’à mon tour, on m’avait fait plus de mal que je n’avais envie de le conter, et tout ça était devenu très secondaire. A quoi bon prétendre que je me souciais encore de qui que ce soit ? Je ne relevais toutefois pas les propos de la sirène, me contentant de faire mon travail. Même s’il était quelque peu compromis pour le moment.

La radio des cadavres grésilla. Je tournais la tête vers l’endroit d’où nous venions. Je ne parlais pas un mot d’italien. J’espérais qu’on n’appelait pas nos victimes aux nouvelles. Heureusement, je n’eus pas à espérer bien longtemps. Apparemment Callie, elle, était capable de déchiffrer les propos que nous venions d’entendre. Je haussais un sourcil et acquiesçais d’un geste sec. A peu près au même moment, deux des gardiens des lieux se dirigèrent vers ce que je supposais être la cage d’escalier. Bien. Nous n’avions plus qu’à trouver le moyen de les suivre. Facile. Je focalisais mes perceptions sur eux, histoire que leur position reste claire dans mon esprit. Restait à trouver une voie d’accès.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Callie et Sio peuvent se faufiler à l’étage du dessous par les escaliers sans être repérée.
    Echec : Nope. Il va falloir ruser.

    Lancer de dés #2 (si échec au #1)
    Réussite : Sio arrive à manipuler ceux devant qui elles doivent passer.
    Echec : toujours pas.

    Lancer de dés #3 (si échec au #2)
    Réussite : elles ne sont pas repérées.
    Echec : elles sont repérées.


    Lancer de dés #4 (si réussite au #1 ou au #2)
    Réussite : la pièce où sont entreposés les objets de la vente aux enchères est relativement proche de la cage d'escalier.
    Echec : les gardes ont déjà traversé la moitié du couloir.


Je considérais la cage d'escalier. Fondamentalement, il suffisait de s'y faufiler discrètement, même si cela nous laisserait à découvert. Mais leurs rondes étaient planifiées de telle sorte qu'il y ait systématiquement quelqu'un à portée de vue de cette entrée. Ce qui était plutôt prudent, mais ne changerait pas grand-chose. Je préparais deux glyphes de contrôle et les positionnais dans le couloir. Lorsque les deux hommes furent en vue, je n'eus qu'à apposer mes sortilèges sur leur peau, ce qui était aisé lorsqu'on contrôlait le sang à distance.

« Attendez ici, soufflais-je à Callie. Je vous ferais signe de passer. »

Pour ma part, je rejoignis mes deux nouveaux compagnons.

« Regardez de l'autre côté, j'ordonnais d'une voix impérieuse, agitant la main vers la sirène pour qu'elle commence à descendre les marches. Vous allez reprendre votre ronde comme si rien ne s'était passé, compris ? »

L'un d'eux tenta de résister à la compulsion, mais je ne lui avais pas donné une tâche si contradictoire avec ses attributions que ça. Il finit par céder et je me glissais dans les marches à la suite de mon employeuse.

« Descendons. Les deux qu'on a envoyé dans la salle où sont les objets sont déjà à mi chemin du foutu bâtiment. »

Je continuais de les suivre, même si je devais garder mon attention sur les enchantements des deux à l'étage.
Sujet : It's pretty big for a bird, right? - Aria
Aria Romanelli
Réponses : 101
Vues : 1045

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : It's pretty big for a bird, right? - Aria    Dim 2 Aoû 2020 - 11:54
Ce que j’entends par là ? Probablement pas quelque chose qu’il cautionnerait ni même apprécierait un tant soit peu. Je lance un regard calme à Rafael et hausse les épaules.

« Vous n’avez pas vraiment envie de savoir. Je ne compte pas le tuer, cela dit. »

Juste l’estropier suffisamment pour lui passer l’envie de recommencer. La mort est parfois un châtiment un peu trop définitif. Je préfère amplement lui laisser un peu de temps pour se repentir, même si j’émets quelques doutes : je ne suis pas certaine que cette misérable créature en soit seulement capable.

« Ce genre d’entités, si je peux me permettre, ne se trompe généralement pas. Qui êtes vous pour préjuger que ses choix ne sont pas les bons ? Vous m’avez semblé bien assez capable, jusqu’ici. »

Je me pose sans poursuivre ce débat plus loin, mais le mage m’étonne. Jamais il ne me viendrait à l’idée de dire à un dieu ou un autre qu’il a mal choisi son champion, son hôte, ou autre. Les dieux peuvent se tromper, les esprits de la nature tout autant, mais que ce point là… Qui octroierait son pouvoir à la légère ? C’est presque arrogant de la part de Rafael que de se révolter face à ce choix. Ou bien c’est la peur qui parle. Je m’apprête à m’éloigner quand il reprend la parole. Cette fois-ci, je me retourne tout à fait vers lui, l’air incrédule.

« D’école de… Neszan, je vole, Rafael, depuis que je suis née. Vous n’avez même pas songé à me demander de vous rendre ce service. »

Je ne sais pas si j’accepterais, mais tout de même ? Il ne m’avait pourtant pas marqué par sa bêtise, jusqu’ici. Peut-être s’est il cogné la tête plus tôt dans la journée ?

Heureusement pour moi comme pour lui, nous obtenons rapidement des problèmes bien plus urgents à traiter. En l’occurrence une meute de chiens dotées d’ailes relativement disgracieuses, mais visiblement plutôt décidés à passer à l’attaque, tout cela alors que nous protégeons plusieurs humains apparemment sans défense. Notre action conjointe nous permet de les maîtriser en un temps raisonnable, mais alors que je me redresse, à l’affût des environs, Rafael en signale d’autres. Je lève le nez, surprise. D’où viennent-ils ?

« Protégez les », je lance au mage avant de fléchir les genoux pour me propulser dans les airs.

Ils volent, certes, mais ils n’ont pas paru si agiles que cela. Je devrais pouvoir intercepter ce petit groupe assez aisément.

    Lancer de dés #1
    Réussite : depuis les airs, Firiel repère l’endroit d’où ils sont observés.
    Echec : non mais toujours pas.

    Lancer de dés #2
    Réussite : elle se débarrasse toujours aussi facilement des bêbêtes.
    Echec : alors euh flûte ?

    Lancer de dés #3 (si échec au #1 et au #2)
    Réussite : Firiel est attaquée mais s’en tire sans mal.
    Echec : ah tiens, ils ont arrêté de seulement observer ?


    Lancer de dés #4 (si échec au #2 seulement)
    Réussite : au moins elle se fait pas machouiller.
    Echec : Hm, si ?


Je prends de la hauteur et m'attache à neutraliser ces chiens là. Mais ma volonté de ne pas les tuer m'impose d'accompagner la chute de ceux-ci, si je ne veux pas voir leurs os se briser en mille morceaux au sol. Tout en les tenant à distance, je pèse le pour et le contre. Si je perds du temps, je risque d'en laisser échapper certains, et ce n'est pas bénéfique pour qui que ce soit. Je dégaine mon épée, ou m'apprête à le faire lorsque je repère du mouvement un peu plus loin, presque à la sortie du petit parc. Mouvement et éclats de lumière, réfléchis par un objet ou un autre. J'y concentre mon attention quand un des chiens mord mon aile. Je pivote et esquisse un mouvement pour le frapper, mais il se montre bien plus agile que je ne l'aurais prédit.

Serrant les dents, je me laisse tomber jusqu'à être à portée d'ouïe pour Rafael, tout en essayant de ne plus me faire mordre, avec un succès assez relatif. Ils semblent suivre une stratégie plus efficace, cette fois, me cernant de toute part pour que me repositionner me soit complexe. Fascinant.

« Ils sont là-bas », je signale à Rafa d'une voix forte en lui désignant le bout du parc de ma main libre.
Sujet : La bourse ou la vie? - Marisol
Marisol Aguilar
Réponses : 46
Vues : 503

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : La bourse ou la vie? - Marisol    Jeu 30 Juil 2020 - 21:08
Marisol aurait pu le dire à Alessia. Quand sa sécurité était concernée au moins, il pouvait se montrer… Bah… L’Espagnole aurait dit complètement bouché, avec un manque certain d’élégance. Etre prudent était, apparemment, totalement optionnel. Ça lui allait bien, de dire ça, après avoir quasiment littéralement tiré ses vingt prochaines minutes à la courte paille. Heureusement, les effets de la Roue de la Fortune tendaient à s’estomper assez rapidement.

« Rien. »

Ça, c’était la réponse à la première question. La réponse à la seconde, elle, fut un regard penaud puis un :

« … Oui ? »

Avec l’interrogation. Comme si elle ne savait pas bien si elle n’allait pas se faire engueuler. Elle n’avait pas trop aimé la première fois. Mais bon, sans vouloir compter les points, Rafa était dix fois pire qu’elle. Elle-même avait tendance à ne pas faire gaffe, mais elle connaissait ses limites. Et elle avait réfléchi avant d’invoquer sa carte. Bref. Tandis que le mage cogitait, complètement perdu dans ses pensées, l’Espagnole avait pris les choses en main et téléporter les membres de leur petite sauterie à l’intérieur. Mage cogitant compris.

Elle attendit que celui-ci se mette en route, menant la marche vers la pièce suivante. Enfin, la porte suivante, qui s’avéra être celle de ce qui avait été un appartement. Arrivant avec un temps de retard, Marisol tomba sur deux types qui, honnêtement, avait leur culpabilité inscrite sur le visage. Habituellement, elle aurait dégainé son badge - ça calmait les ardeurs d’un certain nombre de personnes, et l’un d’eux avait poignardé son ami. Mais cette fois-ci, elle hésita quand à la marche à suivre. Pas longtemps, ceci étant. Concrètement, les deux hommes n’avaient nulle part où aller, déjà, et elle pourrait toujours dégager Rafa ailleurs en cas de besoin.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Komican aide.
    Echec : Komican n’aide pas du tout, le dé suivant est un échec quoi qu’il en soit. Chic.

    Lancer de dés #2
    Réussite : bah, le badge fonctionne bien, apparemment, parce que tout le monde se rend.
    Echec : oupas.

    Lancer de dés #3
    Double réussite : Ils ont juste une porte de sortie, mais abandonnent les affaires de Rafa (si échec au #1, transforme une réussite en échec).
    Une réussite : ils ont une porte de sortie et détalent avec le sac.
    Double échec : oh bah ils attaquent, super.

    Lancer de dés #4
    Réussite : Ils s’attaquent à Marisol.
    Echec : Apparemment, ils auraient bien aimé que Rafa reste poignardé.


Il y eut un instant de flottement, le temps que chacun réalise la situation dans laquelle ils se trouvaient. Puis l'un des deux types attrapa le sac et détala ventre à terre par le fond de l'appartement. Marisol ne réfléchit pas vraiment. Lorsque le deuxième suivit son compagnon, elle partit sur leurs traces en courant - et s'éclata contre le cadre de la porte, d'ailleurs, au passage, avec un juron retentissant. Rafa voulait son sac, il allait avoir son sac, et basta.

« Je reviens », lança-t-elle par dessus son épaule.

Parce que, évidemment, elle comptait sur lui pour attendre très sagement là où il était qu'elle revienne avec son sac, et potentiellement une ou deux personnes en état d'arrestation. Cette histoire commençait sérieusement à lui sortir par les yeux. Pas un instant l'Espagnole ne songea qu'elle venait de quitter la protection toute relative de Komican.

Spoiler:
 
Sujet : It's pretty big for a bird, right? - Aria
Aria Romanelli
Réponses : 101
Vues : 1045

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : It's pretty big for a bird, right? - Aria    Lun 20 Juil 2020 - 23:25
Je n’ai pas eu l’impression que l’homme avait l’air spécialement inquiet, mais peut-être, de fait, n’est-il pas là de son plein gré. Ce qui ne change rien à l’étrangeté du calme qui règne à cet étage, bruits animaux mis à part. Pendant que Rafael observe l’inconnu dans sa tour d’ivoire, je me déplace prudemment pour me rapprocher des autres pièces. Une autre emplie de cages, avec le logo que nous avons aperçu plus d’une fois sur celle-ci. Je suis de plus en plus dubitative sur l’implication réelle de leur Normality. Trop de magie, pour eux. Ils n’aiment pas cela. En utiliser un peu pour discréditer les mages, les accuser de tous les maux, c’est une chose. Mais ça… Une cellule dissidente ? Ou bien sont-ils manipulés, influencés par autrui ? Ou alors simplement terriblement hypocrite, ce qui ne serait pas, au fond, si étonnant. C’est plutôt que la haine humaine est si aveugle, si bornée, que je peine à les imaginer avec de telles machinations.

Je soupire puis passe à la suivante.

    Lancer de dés #1
    Réussite : toujours des cages, et toujours personne.
    Echec : qu’est ce qu’il pensait à propos de chimères humaines, le Rafa ?

    Lancer de dés #2

    Double réussite : Pas de caméras ou d’alarmes, ce qui donne une situation vraiment chelou, mais au moins, personne ne les a vu.
    Une réussite : Effectivement Firiel en voit. Au moins personne ne les a repérés pour l’instant.
    Double échec : elle les a pas vu. Par contre, on les a vus, eux.

    Lancer de dés #3 (si double échec au #2)
    Réussite : ils ont un peu de temps.
    Echec : oupas.

    Lancer de dés #4 (si échec au #3)
    Réussite : toujours des abrutis de Normality, yipi.
    Echec : ça fait quand même professionnel, tout ça, non ? Oh, des toutous poneys. Chic.


    Lancer de dés #5 (si double réussite au #2)
    Réussite : bah en fait, y'a personne parce qu'ils ont déguerpi en abandonnant le scientifique/mage derrière eux, voilà.
    Echec : Y'a personne parce que pourquoi se presser, Firiel et Rafa peuvent pas ressortir. Chouette.


En même temps que je progresse, je me montre particulièrement attentive aux environs. Je lève le regard vers les angles des pièces, détaille les cloisons avec patience, cherchant un signe de surveillance électronique, de systèmes d'alarmes, de pièges, ou autre chose. Mais je ne vois rien. La dernière pièce contient plus de cages. Je m'aventure dans celle-ci et fronce les sourcils. Toutes vides, celles-ci. Grandes, aussi. Les papiers que nous avons pu trouver placardés contre les ouvertures des autres ont disparu. Un doute m'effleure.

« Je n'ai rien vu d'électronique, je lance par dessus mon épaule à Rafa. Mais une des pièces contenant des cages a été nettoyée de fond en comble et tous les papiers ont disparu. »

Je repasse dans le couloir et demande d'un ton plat :

« Pensez-vous qu'ils auraient pu emmener les spécimens les plus prometteurs ? Cela voudrait dire qu'ils ont abandonné celui-ci, j'ajoute en désignant l'endroit où se trouve l'homme enfermé. Donc potentiellement qu'ils n'ont plus besoin de lui. »

Ceci étant...

« Ceci étant, au vu des méthodes du groupe, j'aurais tendance à me méfier de quelqu'un qu'ils n'ont pas tué en filant. Ou alors, je suis dans le faux et ils vont revenir d'une minute à l'autre, ce qui ne me semble pas impossible au vu des circonstances. »

J'étire mes ailes, manifestation d'agacement plus que réelle nécessité. Il y a quelque chose d'anormal dans cette histoire, et je suis contrariée de ne pas être certaine de savoir quoi. L'avis de Sariel serait précieux dans ces circonstances, mais elle n'est pas là pour me le donner, peu importe à quel point je le souhaiterais par ailleurs.
Sujet : Blackmail - Ft. Thalia
Thalia Cristobal
Réponses : 89
Vues : 965

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Blackmail - Ft. Thalia    Lun 20 Juil 2020 - 19:12
A nous deux, en croisant nos travaux de recherche, j’imagine sans peine que nous parviendrons à accomplir notre mission. Les informations que j’ai pu réunir communiquées à Tessa, je me renferme dans un silence contemplatif jusqu’à ce qu’elle prenne sur elle de résumer ce que nous savons déjà. Cela semble peu, et c’est déjà, pourtant, un très bon début. Si j’osais, je dirais que le diable est dans les détails. Un léger sourire me vient aux lèvres, comme souvent lorsque j’évoque ma chère petite Eve.

« Bon courage, dans ce cas. N’hésitez pas à me faire suivre ce qui pourrait nous être utile. »

Après tout, si je peux réussir à croiser l’un ou l’autre des membres de la famille, je pourrais sans aucun doute obtenir quelques informations supplémentaires. Je ne m’approcherai pas de la petite - c’est d’une part trop risqué, d’autre part à contrecourant des rares principes que j’entretiens - mais des deux autres… Très volontiers.

« Faisons comme cela. »

C’est avec des pensées qui tourbillonnent dans mon esprit au sujet de Hanson, sa femme et sa fille que je prends congé de Tessa puis de Denisse et Liliana. Cette dernière tente bien de me retenir sur place, jusqu’à ce que je lui explique que j’ai énormément de choses à faire. Ce qui ne l’empêche d’ailleurs pas de recommencer à se plaindre que je parte trop vite pour faire d’autres choses, soit dit en passant. Mais je finis par pouvoir me détacher d’elle et retourner au temple. De temps à autre, je communie avec mon essaim, dont un représentant entre parfois. La plupart du temps, ils se contentent de rester posés contre les murs, près des fenêtres souvent ouvertes à cette période de l’année de la famille.

Entre temps, Tessa m’informe que l’agent a au moins un loisir puisqu’il joue au tennis les dimanches. Je suppose que cela peut être une façon de le côtoyer sans en avoir l’air. Thalia n’est sûrement pas mauvaise au tennis, après tout. L’enfant, quand à elle, est une mutante, apparemment. Ce qui veut très probablement dire que l’un ou l’autre des parents l’est aussi, car c’est le moyen le plus classique pour hériter d’une telle mutation.

    Lancer de dés #1

    Double réussite : C’est Robert qui a passé sa mutation à sa fille, ça fait bien une information de plus.
    Une réussite : C’est Mathilde.
    Double échec : soit c'est une mutation spontanée, soit les parents étaient porteurs du gène sans l'exprimer eux mêmes.

    Lancer de dés #2
    Réussite : Tlatla arrive à croiser Robert au tennis, d’assez près pour pouvoir fouiner dans ses fautes passées.
    Echec : alors, certes, elle aurait pu, mais ça n’aurait pas été très discret, surtout pour une nouvelle venue.

    Lancer de dés #3 (si réussite au #2)
    Réussite : Robert a son lot de squelettes dans le placard.
    Echec : blanc comme neige, ça devient fortement frustrant.

    Lancer de dés #4 (si réussite au #3)
    Réussite : En prime, ce sont des choses qu'il serait possible de prouver et de faire atterrir par hasard sur le bon bureau au FBI. Chic.
    Echec : pas de preuves, il va falloir s'en servir autrement.


Les jours passent et au dimanche suivant, voilà que Naïma Tahir s'en va jouer au tennis. Il s'est avérée que Thalia a déjà pratiqué. Pas dans le même club, la coincidence aurait été trop belle, mais cela suffit pour que ce ne soit pas plus louche que cela que je m'y rende sous cette identité. Comble du bonheur, un de mes adorables collègues joue et a accepté de m'accompagner sans s'en faire prier. Le dimanche, je laisse donc l'aztèque s'y rendre, tout en lui rappelant de me laisser prendre le contrôle si nous nous trouvons fort opportunément près de Robert Hanson.

L'occasion se présente lorsqu'elle s'absente brièvement pour aller remplir sa bouteille d'eau - il fait plutôt chaud, même au matin. Lorsqu'elle revient, elle joue les maladroites, bouscule à peine l'agent du FBI avant de se répandre en excuses. Celui-ci réagit avec une amabilité qui me surprendrait presque au regard de ce que j'ai pu voir de lui jusqu'ici. Enfin, le plus important reste que pendant ce bref instant où j'ai pu toucher sa peau, j'ai eu tout loisir d'avoir un aperçu des péchés de ce cher Robert. Thalia prend congé, reprend sa partie, tandis que je l'abandonne avec son collègue. Je ne reprends le contrôle que bien plus tard, une fois rentrée chez elle. Chez nous. Chez moi, peut-être même, je dois bien l'avouer.

Pour le moment, je garde mes découvertes pour moi. J'ai rendez-vous avec Tessa avant le fameux week-end où Mathilde et Sally sont supposées s'absenter, peut-être avec le troisième membre de leur petite famille, peut-être sans.

Deux jours plus tard, nous nous retrouvons donc à Mannheim, cette fois encore. J'arrive un peu en retard, je dois bien l'admettre, mais le sourire aux lèvres, saluant mon alliée avec l'humeur légère. J'adore ce genre de jeux, qu'y puis-je donc ? Je m'assois après les politesses d'usage, aux côtés de cette femme que je connais à peine. Il serait temps que je remédie à ça, par ailleurs.

« La bonne nouvelle de mon côté, c'est que grâce à votre petit tuyau concernant les sorties dominicales de notre ami Robert, Thalia a pu s'y rendre. Elle continuera à aller jouer très occasionnellement, comme elle pouvait le faire auparavant. Histoire de n'éveiller aucun soupçon. Figurez-vous que sous sa façade sans reliefs, il n'est pas si innocent que ça. »

Je rouvre la bouteille de thé glacé que j'ai ramené avec moi le temps de boire, sans me départir de mon sourire.

« Ce qui n'est guère étonnant. Je ne connais pas beaucoup d'êtres humains adultes qui peuvent se targuer d'être innocent pour de bon, mais enfin, passons. »

Je ne vais pas m'en plaindre. N'est ce pas un peu me rendre hommage, à moi, au Diable, aux autres déités affiliées aux côtés les plus obscurs de l'humanité ? Puis ça me donne matière à les tourmenter un peu.

« Il y a deux souvenirs qui ressortaient particulièrement. Un qui concerne une affaire précédente. Il a fait accuser quelqu'un à tort, sciemment, parce que les preuves semblaient incriminer cette personne et qu'il voulait obtenir une promotion. J'ai demandé à des membres de l'organisation de se pencher sur la question ceci dit, et ça remonte trop pour qu'on puisse le prouver. Mais s'il l'a fait une fois, pourquoi pas plusieurs ? C'est juste que celle-ci le tourmente particulièrement. Le type en question est mort en prison. Le dernier est plus personnel, et terriblement classique aussi - même si ça ne colle pas avec l'image que j'ai pu me faire de lui, je dois dire. Il soupçonne sa femme de le tromper - de ce que j'ai vu d'elle, j'en doute, mais qu'importe - et dans ses petits fantasmes, il lui rend la pareille. Il y en a d'autres, des transgressions moins importantes, mais il faut que je prenne le temps d'ordonner ce que j'ai ressenti. »

Les souvenirs d'une vie demandent de la concentration. Il y en a un troisième, que je n'ai pas mentionné pour le moment. J'attends de voir ce que Tessa peut ajouter avant de compléter. Peut-être.

Spoiler:
 
Sujet : Piège de Cristal Rouge - Nono
Noélie A. Inagawa
Réponses : 43
Vues : 416

Rechercher dans : Archives des Rencontres   Tag 4 sur Star City Heroes Pas_nouveauxSujet : Piège de Cristal Rouge - Nono    Dim 19 Juil 2020 - 15:56
Callie acceptant son rôle, mes troupes et moi nous mettons en place. Non sans une grimace quand la grille par laquelle elle se glisse tombe au sol. Heureusement sans être entendue. Assez loin dans le couloir pour que, si nous attendons en silence, personne ne fasse attention à nous. Zeta progresse pendant ce temps, un de mes drones sur ses talons. Je la suis machinalement, jusqu’à ce qu’elle soit postée à l’autre bout de l’open space. Enfin, à son entrée, du moins. De là, nous patientons jusqu’à l’arrivée de la sirène. C’est elle qui doit donner le coup d’envoi.

Quand mon drone remarque le regard levé vers le plafond d’un des sbires, je fais signe à Totsuka et Shiru de s’élancer. Je suis pour ma part juste derrière Shiru, prête à agir en cas de besoin. En général, je n’ai même pas besoin de me mouiller, mais sait-on jamais. Le japonais lance une de ses grenades fumigènes au pied d’un des preneurs d’otage.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Le trio neutralise les trois ennemis restants sans trop de mal.
    Echec : Au moins un d’entre eux résiste.

    Lancer de dés #2 (si échec au #1)
    Double réussite : un seul résistant.
    Une réussite : deux résistent, le dernier est à terre.
    Double échec : Bon bon bon.

    Lancer de dés #3 (si échec au #1)
    Réussite : Zeta peut récupérer l’otage du Cartel sans se faire remarquer.
    Echec : un des types la voit.

    Lancer de dés #4 (si échec au #3)
    Réussite : la situation est encore à peu près sous contrôle, puisque Zeta protège efficacement sa cible.
    Echec : alors alors.


    Lancer de dés #5 (si réussite au #1)
    Réussite : les secours ne sont pas encore là, l’équipe a le temps d’évacuer.
    Echec : il va falloir se montrer discrètes.


Tout se passe ridiculement vite. La pièce se remplit de fumée tandis que mes caméras prennent le relais en infrarouge. Je peux voir la silhouette froide de Zeta soulever le type du Cartel et s'esquiver sans que personne n'y trouve grand chose à redire. Shiru utilise le laqueus pour attraper un des hommes, prenant garde à ne pas l'étrangler à mort, malgré tout. Pendant ce temps, Totsuka peut assommer d'un bon coup de la garde de son sabre les deux autres - un homme et une femme. Ceux que Callie faisait suffoquer finissent par s'effondrer.

Le restant des otages a fini par réagir, après un temps d'arrêt. Certains se sont dissimulés, d'autres relevés, prêts à en découdre, sans doute. Une fois la situation sous contrôle, et Zeta à l'étage du dessous avec notre cible, je m'avance jusqu'à la fenêtre la plus proche et l'ouvre. Histoire d'évacuer les fumigènes, qui rendent vite l'atmosphère étouffante.

« Attachez les quelque part, je lance en japonais à mes alliés. Personne n'a l'air prévenu mais moins on s'attarde, mieux c'est. »

Je m'approche de Callie.

« On laisse les autres otages ici et on file ? »

Ils ne risquent rien une fois les agresseurs immobilisés, puis nous ne sommes pas les bons samaritains de la ville, de toute façon. On a fait ce pour quoi on nous avait envoyés ici. Point. Ne reste plus qu'à dégager de là. En plus, cette histoire de Cavalier me laisse un sale goût dans la bouche. Vu comme l'équipe avait l'air préparé, ils ont sans doute une communication avec lui, où qu'il soit. Et s'ils ne répondent plus, et qu'il en a les ressources, on a toujours le risque de se prendre des représailles sur le nez. Très peu pour moi.
Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Tag 4 sur Star City Heroes Categorie_6Tag 4 sur Star City Heroes Categorie_8
Sauter vers: