Tag 2 sur Star City Heroes Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Tag 2 sur Star City Heroes Cadre_1Tag 2 sur Star City Heroes Cadre_2_bisTag 2 sur Star City Heroes Cadre_3

385 résultats trouvés pour 2

AuteurMessage
Sujet : Songe d'une nuit d'hiver
Marisol Aguilar
Réponses : 7
Vues : 45

Rechercher dans : La Colline aux Lanternes   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Songe d'une nuit d'hiver    Hier à 13:53
Marisol n’osait pas détourner le regard de l’homme. Elle aurait voulu pouvoir surveiller l’état de Morales - s’il était mort, elle n’avait aucun intérêt à rester ici, si elle ne l’était pas, pourquoi ne se réveillait-il pas ? - mais préférait s’occuper de la menace immédiate. L’inconnu était angoissant à cause de sa façon d’être. Il en faudrait plus qu’une paire de gamins déformés et un homme seul pour mettre l’Espagnole à mal, ou du moins l’espérait-elle. Pourtant, ce type se comportait comme s’il avait su quelque chose qu’elle ignorait. Quoi que. On devait pouvoir remplir des livres entiers avec ce qu’il connaissait et elle non, sans doute, vu ses accointances avec la magie.

« Monsieur Morales vit seul. Vous ne devriez pas être ici. Il n’a pas eu besoin de me contacter pour que je comprenne cela. »

Prudemment, l’agente recula d’un pas et se repositionna pour échapper à l’avancée des enfants terribles de Ciarán.

« S’il a contracté des dettes envers vous, il y a des organismes habilités à les collecter. »

L’homme réprimanda ses créatures et les ramena plus près de lui. Marisol en retint un soupir soulagé, désireuse de ne donner aucune prise à celui qu’elle menaçait de son arme. Elle n’avait pas tiré. Sans agression de sa part, sans appel au secours de cet idiot de Morales toujours endormi, elle n’osait pas le faire. N’avait pas envie de blesser par erreur. Elle le laissa s’approcher, légère sur ses appuis, prête à filer si la situation s’avérait inconfortable. La soldate, toutefois, le regretta bien vite. Ses dernières paroles, en effet, semblaient… Etrangement menaçante. Tendue comme un arc, elle ne réfléchit pas plus lorsqu’il leva une main.

Quoi qu’il veuille faire, c’était sans doute désagréable. Bien lui en prit puisqu’en décalant ses appuis une seconde en avance, elle évita de se prendre de plein fouet l’étrange nuage qui s’était formé sous le souffle de Ciarán. Marisol n’attendit pas plus. Les créatures macabres qui entouraient l’inconnu se rapprochaient d’ores et déjà d’elle. Tout en visant soigneusement celle qui bondissait vers elle, elle appela le Soleil à mi-voix, en espagnol comme toujours.

« Protéger et servir. »

Puis elle tira.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Marisol touche.
    Echec : elle rate.

    Lancer de dés #2
    Réussite : Son Arcane la protège efficacement, pour l’instant au moins.
    Echec : Gni.


Le coup de feu partit mais ne rencontra que le vide. A vrai dire, la créature ne fut arrêtée que grâce à Teo qui se matérialisait devant son Invocatrice et levait sa lance pour interrompre son saut. Le gnome infernal fut renvoyé plus loin dans le même mouvement, tandis que Marisol, derrière le Soleil, prenait le temps de réfléchir à la situation. Dans cette situation et dans la pénombre, la lueur de la lance de son Arcane avait tendance à brouiller sa vision. C'était sûrement le cas pour tout le monde dans la pièce, ceci étant.

L'Espagnole n'avait pas envie de laisser un fou furieux en liberté dans les rues de Star City. Ceci dit, fondamentalement parlant, elle était ici pour le salut d'Adrian et rien d'autre. Tout ce qu'il lui fallait, c'était rejoindre l'homme et poser sa main sur lui. Elle n'aurait alors qu'à invoquer le Chariot à la place du Soleil puis les téléporter tous les deux. Tout cela impliquait cependant deux impératifs conséquents : le premier, dépasser le collecteur de dettes auto-proclamé et ses sbires tout ce qu'il y avait de plus flippant. Le second, de ne pas rater méchamment son timing. Il y avait des délais, faibles mais existants, entre deux invocations. Pendant quelques dizaines de secondes, Marisol ne pourrait compter que sur elle-même.

Essaye de neutraliser l'homme. Si on le met hors service, peut-être que ses chiens de garde disparaitront
, ordonna finalement l'Espagnole, via leur lien psychique. Et ouvre moi un chemin jusqu'à celui qui dort.
Sujet : Crimson symphony [Cassandra et Steve]
Cassandra Wormwood
Réponses : 25
Vues : 167

Rechercher dans : Little Italy   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Crimson symphony [Cassandra et Steve]    Ven 17 Jan 2020 - 20:37
Steve n’était déjà guère dans les bonnes grâces de Cassandra. La volonté qu’il mettait à résister au venin d’Hapatra, ainsi que l’opiniâtreté avec laquelle il souhaitait mettre la médium en cause n’aidaient certainement pas à lui attirer de meilleurs sentiments. La demoiselle se retint de lui jeter un regard courroucé et préféra approuver d’un signe de tête, jouant le jeu de l’inquiétude.

« J’ai peur que la créature revienne, murmura-t-elle, ignorant le fait que l’homme l’avait accusée d’en être la propriétaire. »

Les renforts appelés par la police ne tarderaient pas, songea la demoiselle. D’une façon ou d’une autre, elle se devait de s’évader. Si Ptit Chou arrivait avant les renforts, il n’aurait aucune difficulté à l’enlever à trois agents et un justicier à peine capable de se mouvoir. Sinon, il lui suffisait de faire en sorte que le policier la lâche… Peut être aussi de le tuer rapidement, car elle ne voulait pas que celui qui avait parfaitement pu discerner ses traits se balade dans la nature. Elle aurait eu honte de devoir décrire celui-ci à Evelyn pour qu’elle fasse le ménage derrière elle.

    Lancer de dés #1

    Réussite : Ptit Chou revient avant les secours et emmène Cassie après s’être débarrassé de son bienfaiteur.
    Echec : Ptit Chou n’a pas encore atteint le Pandémonium, il va falloir faire autrement.

    Lancer de dés #2 (si réussite au #1)

    Réussite : Ptit Chou peut s'occuper en bonus des autres policiers.
    Echec : ceux-ci se tiennent sur leurs gardes, mieux vaut ne pas tenter le diable.


    Lancer de dés #3 (si échec au #1)

    Réussite : Cassie parvient à faire en sorte que le policier la lâche avant l’arrivée des secours.
    Echec : Nope.

    Lancer de dés #4 (si échec au #1 et au #2)
    Réussite : Les secours n’arrivent pas encore.
    Echec : Bon, bah il va falloir se montrer inventive pour Cassandra.


Cassandra attendit autant qu'elle l'osa, dans l'espoir de pouvoir retrouver son chien infernal et de régler la situation de la meilleure façon qui soit. Mais son molosse devait être occupé ailleurs, et elle ne voulait pas risquer d’avoir plus de gens pour voir ses traits, plus de gens pour l’empêcher de partir. Il n’y avait plus qu’à déguerpir. Elle leva les yeux vers l’agent qui la surveillait et la soutenait, remuant doucement, malgré la douleur que cela réveillait. Comme si elle n’avait pas su comment se mettre. Elle se retourna à demi, finalement. L’observa avec attention, et fit en sorte de le distraire suffisamment pour se dégager une seconde de sa prise.

En l’occurrence, la demoiselle fit la première chose qui lui vint à l’esprit. Elle porta brutalement le poignet de l’homme, celui qui la tenait, jusqu’à sa bouche et mordit violemment la peau. Au sang. L’agent ne devait sans doute pas s’attendre à ce que la médium se rebelle alors qu’elle n’avait été que douceur et faiblesse jusque là. Toujours était-il qu’il la lâcha. Très brièvement, il s’apprêtait à la rattraper aussitôt, d’ailleurs. Mais elle avait déjà rejoint le plan astral. Avec un peu de chance, un peu de sang du policier avait coulé ailleurs que dans sa bouche, contre sa peau, et elle pourrait le maudire pour le faire taire. Ce serait amusant de mettre les apprentissages d’Evelyn en application.

Cassie n’avait pas l’envie inextinguible de tuer Steve, ni les autres agents de police. Son seul objectif avait été de récupérer la jeune femme. Elle y était parvenue. Comme toujours, la petite-fille de Lady Satan se contentait de satisfaire ses lubies, ses envies sans queue ni tête. Ce soir, ça avait été d’offrir un cadeau à la chère Varvara. Demain, peut-être aurait-elle envie de danser jusqu’à en perdre la tête. Ou de chasser l’innocence pour mieux la corrompre.

Immatérielle et invisible, elle fila avant que les renforts ne puissent arriver. Avant que des personnes plus à même de vaincre l’occulte ne viennent à pointer le bout de leur nez. Elle ne prit même pas la peine de saluer Steve. Aux yeux des présents, la gamine effrayée s’était simplement volatilisée, corroborant au passage les dires du vigilant. Nul ne pourrait voir que haut dans le ciel, son chaton vampire déguerpissait dans la nuit. Nul ne pourrait la voir réapparaître au coeur du Pandémonium, les lèvres bleuies par le froid mais soulevées en un sourire ravi en retrouvant Ptit Chou et une proie se débattant vigoureusement, qu’Hapatra eut la gentillesse de guérir avant que la troupe ne la traîne jusqu’à la chambre d’un certain Duc des Enfers. Et nul ne saurait que Cassie glisserait bien vite deux mots à l’Antéchrist à propos de ses mésaventures et des encombrants regards qui s’étaient posés sur elle.

Spoiler:
 
Sujet : Sang pour Sang
Siobhan O'Reilly
Réponses : 37
Vues : 464

Rechercher dans : Circus Maximus   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Sang pour Sang    Ven 17 Jan 2020 - 20:11
Si l’oeillade curieuse de Solveig ne m’échappa pas, je n’offrais aucune réponse à une question qu’elle n’avait pas posé. La cruauté qu’elle avait réveillé en moi ce soir, que je n’avais pas voulu regarder jusqu’ici, s’était simplement heurtée à ma mémoire et aux rares principes auquel je m’accrochais encore. J’avais considéré la souffrance des espoirs brisés en mille morceaux suffisante. Je n’avais pas voulu voir en face tout ce que je pouvais être, tout ce que j’aurais pu faire d’autres. Ridicule, certes. Je me mentais à moi-même, en quelque sorte. Surtout qu’à côté, j’avais lâché un monstre dans les rues de la ville sans arrière-pensée, sans une once de regret. Etonnant comme deux actions également terribles me paraissaient différentes. Je devrais sans doute réfléchir à cela un jour.

Mais pas aujourd’hui. Que l’ignorance crasse et la naïveté de l’idiote trépassée m’aient ramené à de meilleurs sentiments ne changeaient rien au fait que je m’étais pour un temps au moins amusée des soubresauts de la proie prise au piège par les chasseresses que nous étions. Je devrais l’accepter demain, peut-être. En attendant, j’avais juste envie de retrouver mon domicile. J’avais envie d’avoir moins mal - mon corps régénérait lentement, trop lentement pour que l’alcool ingurgité avec la nécromancienne suffise à effacer la douleur définitivement. Envie de fermer les yeux, même si cela invoquerait immanquablement mes cauchemars. Ma compagne se hissa à sa place de nouveau avec mon aide, puis nous reprîmes notre chemin.

« Peut-être. Sans doute. »

Réponse laconique à sa remarque tout à fait intelligente. Comme nous avions partagé la soif de bataille, nos aveux arrosés puis l’exaltation meurtrière, nous partagions à présent la lassitude et la fatigue. Il ne fut pas bien complexe de retrouver ma créature : le sang qu’elle avait répandu en rivières pourpres dans les rues de la ville nous faisait un chemin tout tracé. Je remarquais les forces de l’ordre juste après elle. Un soupir attristé franchit mes lèvres. Si je voulais récupérer mon sang, il fallait que je sois plus proche. Ceci dit, je n’avais pas besoin d’être juste à côté.

« Il faut que je désamorce le sortilège. Je n’aime pas laisser de mon sang traîner n’importe où, dis-je dans un souffle. Tu peux me laisser descendre ? »

    Lancer de dés #1
    Réussite : Siobhan a l’occasion de se rapprocher assez sans se faire repérer.
    Echec : Nope.

    Lancer de dés #2 (si échec au #1)
    Réussite : Elle parvient à se faire passer pour une victime encore en vie et à s’esquiver ensuite.
    Echec : Booooon, chouette, ça va encore être discret de partir de là.

    Lancer de dés #3 (si échec au #2)
    Réussite : Sio s’en tire sans mal en forçant le passage.
    Echec : Toujours pas, osekour.


Une fois de retour sur le plancher des vaches, je cherchais vainement à me rapprocher assez pour pouvoir remplir mon objectif sans toutefois être vue. Peine perdue. Après une brève hésitation, je résorbais donc mon armure de sang, remerciant mon combat avec Solveig pour les plaies et l'état pitoyable de ma mise. Je passerais avec un peu de chance pour une miraculée. Pour parfaire le tableau, je simulais le saignement des entailles visibles grâce à mes pouvoirs, liquéfiant le sang coagulé d'une pensée. Puis je titubais, le regard un peu perdu, me coulant dans mon rôle avec facilité. Je l'avais vécu plus d'une fois, après tout. Je me drapais dans ce que j'avais ressenti lorsque Raphaël m'avait asservie, dans l'horreur d'une nuit passée avec Vladislas Markov, puisse-t-il rester mort à tout jamais, dans les souvenirs de l'Enfer.

« Madame, ne venez pas par là, m'attrapa au passage un agent de police égaré.
Il faut... Ma fille, il faut que je l'arrête, il faut que je la retrouve, hasardais-je, plaçant là les premiers mots qui me vinrent à l'esprit. »

Rien de tel que l'amour familial pour justifier la conduite la plus incohérente. Je me dégageais et courais vers les agents qui cernaient les lieux, tenant prudemment la créature à distance lorsque celle-ci tentait de fuir, prétendant chercher un visage connu parmi les victimes ensanglantées. Dès que je fus à portée, j'attirais à moi le sang qui formait le sceau sur notre chasseur affamé. L'effet fut immédiat. Il tomba à genoux et vomit ses tripes, secoué par un mélange de panique et d'horreur. Je me laissais entraînée vers des horizons plus calmes par le policier bien intentionné, écoutant à peine les mots rassurants et les promesses vides de sens. Quand nous fûmes à l'écart, je me laissais asseoir au sol, dans l'attente de secours qui ne tarderaient pas, dit-il. Il retourna aussitôt à ses devoirs.

J'en profitais pour filer sans attendre, retrouvant Solveig là où je l'avais laissée, après lui avoir demandé de patienter un instant.

« Une bonne chose de faite, dis-je simplement en rencontrant son regard. Nous devrions filer, maintenant. »

Avant que quelqu'un ne remarque que nous n'aurions sans doute pas dû être là. Mon armure était réapparue, pour me protéger et protéger mon identité.
Sujet : La fierté et la bêtise sont faites du même bois
Jay Lane
Réponses : 21
Vues : 141

Rechercher dans : Lincoln   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : La fierté et la bêtise sont faites du même bois    Lun 13 Jan 2020 - 10:37
Le pseudo-compliment de la rouquine laissa Jay de marbre. Il se contenta de hausser les épaules, comme si le fait de faire quelque chose de « pas très prudent » était parfaitement naturel pour lui. En fait, c'était parfaitement le cas : le trentenaire s'était battu lors de combats à mort alors qu'il n'était pas encore doté de ses capacités actuelles, autant dire que l'imprudence, c'était un mode de vie chez les Lane.

Il emboîta donc le pas à la gonzesse, jetant en même temps un coup d’œil vers le sol pour vérifier que ce dernier tenait bien le coup. Il n'avait pas frappé assez fort pour tout se faire s'écrouler, mais ça ne l'empêchait pas de se méfier. Certains constructeurs ne proposaient pas un béton aussi solide qu'ils l'auraient dû ! Fort heureusement, ils étaient tombés sur un bâtiment construit par un type honnête et purent donc se diriger vers l'escalier sans le moindre dommage. Le Texan s'immobilisa tout en haut des marches alors que la magicienne les descendait comme si elle était bourrée... Ou débile... Ou un peu des deux. Mais vu que ça fonctionnait, il n'y avait aucune raison de mettre sa technique en doute, non ? Jay s'appliqua donc à poser les pieds au même endroit qu'elle, suivant sa piste d'une démarche un peu moins gracieuse qu'elle, il fallait l'avouer. Mais au final, ils arrivèrent tous les deux à l'étage inférieur, ce qui leur permettrait de se tirer d'ici si tout se passait bien....

Sauf que rien ne se passait jamais bien, il aurait dû le savoir. Lorsque la rousse lui demanda s'il sentait quelque chose, Jay leva les yeux vers elle, sourcils légèrement froncés.

« J'en sais rien, j'suis pas un foutu clébard. »

Il aurait peut-être pu faire l'effort de renifler pour vérifier, mais après avoir vécu dans une maison peuplée d'hommes qui avaient une vision discutable de l'hygiène, son odorat ne devait pas être très performant. De toute manière, la question fut reléguée au second plan lorsque la gonzesse se mit à rire d'une manière parfaitement stupide. Alors quoi ? Elle décidait que c'était le bon moment pour se foutre de sa tronche ? Jay se rembrunit davantage, lui décrochant un regard noir et passablement agacé. Qu'est-ce qu'elle avait bouffé bordel ?

    Lancer de dés #1 :
    RÉUSSITE : il est immunisé.
    ÉCHEC : il ne l'est pas.

    Lancer de dés #2 : (Si échec au #1)
    RÉUSSITE : il est simplement hilare.
    ÉCHEC : ses pouvoirs se stoppent.


    Lancer de dés #3 : (Si réussite au #1)
    RÉUSSITE : il peut faire réagir Siobhan.
    ÉCHEC : il ne peut pas.


Jay ne comprenait pas ce qui était en train de se passer pour la bonne et simple raison qu'il n'était pas touché par l'odeur qui accaparait apparemment les cellules grises de la jeune femme. C'était sans doute en raison de sa capacité à résister aux drogues et aux phéromones, même si ces dernières étaient probablement de nature magique. Quoi qu'il en soit, le Texan ne tenait pas à rester ici, à faire face à une nana qui se foutait de sa poire. Il n'avait pas besoin qu'on lui rit au nez pour comprendre qu'il avait une tronche et une dégaine discutables.

Reniflant d'un air désapprobateur, il s'approcha légèrement de la rousse, sans pour autant oser la toucher comme si ce geste le contaminerait – de quoi ? Bonne question. Secouant la tête, il finit par l'admonester une nouvelle fois d'un ton passablement contrarié.

« Arrête ça bordel ! T'es torchée ou quoi ? »

Sauf que ça n'avait pas l'air d'avoir beaucoup d'effets. Jay balaya les environs du regard, essayant de trouver quelque chose qui pourrait lui permettre de la faire sortir de cet état, sauf qu'il n'y avait strictement rien. Plus agacé par le fait qu'il allait devoir la toucher que par la situation, le trentenaire finit par se rapprocher encore et leva les mains pour la saisir aux bras, sous l'épaule, puis la secouer sans ménagement. Il n'utilisa pas sa force améliorée vu que le but n'était pas de lui péter la nuque, mais n'y alla pas doucement pour autant.

« Arrête de respirer, t'es conne ou quoi ? »

Bon, respirer était sans doute vital pour elle. Après l'avoir secouée comme un prunier et obtenu un résultat mitigé, Jay relâcha brusquement Siobhan, puis s'éloigna de quelques pas avant de trouver ce qu'il cherchait. Enfin, en partie. Se penchant pour ramasser un vieux tissu crasseux sur le sol, il revint auprès de la rouquine et lui colla l'horreur contre le nez et la bouche sans même lui demander la permission.

« Tu sniffes un truc pas clair bordel, arrêtes de rigoler, tu m'soules ! »

Il espérait que ça fonctionnerait bien cette fois-ci. En attendant qu'elle réagisse, il prit soin de garder le tissu sale collé contre le visage de la jeune femme. Qu'on ne dise pas qu'il ne faisait pas attention à elle !
Sujet : Collaboration inattendue
Ezio Valentino
Réponses : 19
Vues : 97

Rechercher dans : Les services publics   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Collaboration inattendue    Dim 12 Jan 2020 - 22:02
L'homme semblait prendre tout au pied de la lettre, mais ce n'était pas un mal. Au moins était-il sûr de ne passer à côté de rien ! Quoi qu'il en soit, il semblait qu'Ezio ne s'était pas trompé et qu'il faisait bien face à quelqu'un qui pourrait l'aider... Si du moins il le désirait. Le fait était qu'il ne se présentait pas comme un héros, ce qui pouvait signifier qu'il ne comptait pas se mêler de cette affaire. Sauf qu'il enchaîna bientôt pour se présenter, une démarche qui pouvait logiquement faire comprendre à l'Italien qu'il était prêt à collaborer avec lui. Ce dernier hocha la tête pour le saluer, puis répondit d'un ton bref.

« Trinité. »

Il n'allait pas donner sa véritable identité après tout, même s'il était aisé de pouvoir le reconnaître. C'était simplement parce qu'il agissait en tant que Trinité et non que prêtre.

Son attention se détourna à nouveau de l'homme, l'imitant lorsqu'il contempla le bâtiment éventré. Ils allaient devoir y pénétrer pour essayer de fouiller les environs. Très sincèrement, Ezio doutait qu'il subsiste quelque chose d'intéressant. Ils avaient vidé la réserve du peu qu'il restait et ce qui avait été détruit dans l'explosion avait certainement dû être emmené dans les laboratoires de la police scientifique pour essayer d'en apprendre davantage sur les responsables de tout ceci.

Il finit par acquiescer tout en répondant à la question de l'homme.

« En effet. J'espérais trouver une piste qui me permettrait de savoir dans quelle direction aller. Cependant, je doute un peu de dénicher quelque chose. J'imagine que la police a déjà tout dû vider et garder précieusement ses trouvailles en sécurité. » Il jeta une œillade au prénommé Rafa. « Mais nous ne perdons rien à vérifier. Peut-être trouverons-nous une piste sur l'endroit où se trouvent les informations que nous cherchons. »

Vérifiant que personne ne les surveillait, Ezio se lança finalement, marchant d'un pas leste en direction du bâtiment éventré. Y pénétrer fut une formalité bien évidemment. L'électricité avait été coupée et aucune caméra ne capterait leur passage, ce qui lui convenait parfaitement. Lorsqu'ils furent à l'abri du regard d'éventuels passants, l'Italien entreprit de fouiller les environs, aussi bien avec ses yeux qu'avec ses mains. Il voulait essayer de trouver des traces écrites de l'endroit où tout ce barda avait été emporté, ou quoi que ce soit d'autre. Un détail, une information qui leur indiquerait dans quelle direction débuter leur enquête ! Sans cela, l'aventure était terminée avant même d'avoir débutée... Et Ezio n'était pas le genre d'homme qui reculait devant la difficulté.

    Lancer de dés #1 :
    RÉUSSITE : ils trouvent quelque chose.
    ÉCHEC : il n'y a rien ici.

    Lancer de dés #2 : (Si réussite au #1)
    RÉUSSITE : c'est un nom de lieu.
    ÉCHEC : c'est l'endroit où les informations sont gardées.


Malheureusement, la fouille du prêtre ne sembla guère porter ses fruits. Il ne dénicha absolument rien d'intéressant, ce qui n'était pas si surprenant compte tenu du fait que la zone avait été quasiment intégralement vidée. Peut-être que son collègue improvisé allait avoir plus de succès ? En tous les cas, s'ils ne dénichaient rien ici, ils allaient probablement devoir prendre des risques en essayant d'infiltrer le commissariat pour y trouver ce dont ils avaient besoin. Sauf que c'était d'un autre calibre que de vouloir leur prêter main forte. Les risques étaient élevés et Ezio ne tenait pas spécialement à attirer l'attention sur lui en se faisant emprisonner : les morts par blessures infligées à l'aide d'une lance étaient reconnaissables et les policiers pourraient faire le lien avec lui.

Soupirant légèrement, il pivota pour jeter un coup d’œil à Rafa.

« Avez-vous trouvé quelque chose ? De mon côté, j'ai fait chou blanc. »

Restait à voir si la chance était au moins avec l'un d'eux.
Sujet : La fierté et la bêtise sont faites du même bois
Siobhan O'Reilly
Réponses : 21
Vues : 141

Rechercher dans : Lincoln   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : La fierté et la bêtise sont faites du même bois    Dim 12 Jan 2020 - 22:01
J’aurais volontiers signalé à Jay que je n’avais pas grand chose à quoi me tenir, mais ça aurait été râlé dans le vide, et j’étais déjà plutôt concentrée. Je me contentais donc de résister aux coups de nos ennemis après m’être laissée momentanément tombée au sol, à genoux. Plus simple que de s’accrocher, anticiper la chute. J’avais mes méthodes. Et si Jay Lane disait que ça allait secouer, c’est qu’il fallait s’accrocher fissa.

Il s’approcha du bord de ma garde et frappa violemment du pied sur le sol. Le béton au sol peina à résister à son agression, notais-je distraitement, en me retenant de l’engueuler d’ailleurs : je n’avais aucun doute sur le fait que Jay savait doser sa force et qu’il avait calculé son coup. Je n’allais pas commencer à jouer les harpies alors même qu’il faisait l’effort certain d’accepter mon expertise, presque. Le tout s’était joué sur quelques secondes à peine, mais les hommes semblaient l’avoir prévu. Ils n’étaient même pas un tout petit peu déstabilisé.

Les cinq. Je soupçonnais fortement que l’un de leurs enchantements leur amélioraient l’équilibre. Ou alors c’était des combattants accomplis et surentraînés. Une autre possibilité. Je commençais à préparer la riposte quand Lane se précipita vers la garde. Je la laissais tomber précipitamment, avant qu’il ne se prenne l’espèce de… Coup de jus qui venait avec le contact avec celle-ci et invoquais une nuée d’aiguilles de sang. Celle-ci vint transpercer la gorge de deux des cinq connards qui nous assaillaient. Ce n’était pas à proprement parler de la magie, juste des armes particulières. La plupart des mages n’y songeaient pas. Ça ne rata pas cette fois ci. Le temps que je termine, Jay, lui, envoya un autre valser. Rapidement, nous avions mis tout le monde hors d’état de nuire. Je jetais un oeil amusé à mon employeur.

« Bien joué. Pas très prudent, mais bien joué. »

Sur ce qui ressemblait à s’y méprendre à un compliment, je m’aventurais avec précaution en haut de l’escalier. C’était un véritable nid à emmerdes.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Sio trouve une voie sûre.
    Echec : nope.

    Lancer de dés #2 (si échec au #1)
    Réussite : elle parvient à éviter ou désamorcer les pièges au fur et à mesure, si bien que le duo arrive à l’étage inférieur sans dommages.
    Echec : oups.

    Lancer de dés #3 (si réussite au #1)

    Réussite : Jay et Siobhan parviennent à avancer vers l'étage suivant une fois de plus sans soucis.
    Echec : Eh non.


Je me concentrais et recommençais mon petit jeu après avoir fait un signe à Jay. Je devais avoir l'air profondément conne, car je sautais d'une marche à l'autre en profitant des vides de pouvoir discrets mais bien réels. La plupart des sorts étaient déclenchés au contact, depuis le début de nos aventures... En l'occurrence, toutes les marches n'étaient pas piégées. Je pris soin de ne toucher ni le mur ni la rambarde, jusqu'à atteindre le palier suivant. Mais alors que je m'apprêtais à continuer, je me figeais.

« Tu ne trouves pas qu'il y a une drôle d'odeur dans l'air, demandais-je soudain à Jay, perplexe. »

Un relent douceâtre, un peu comme si quelque chose pourrissait tout doucement pas loin d'ici. Ça ne refoulait pas la nécromancie, mais pas loin, en quelque sorte. Je réalisais ce qui se passait en réalisant que Lane avait l'air... Bizarre. Comprenez que je ne le voyais plus tout à fait comme avant. Comme s'il avait été flou. Ou tordu. Ou les deux. C'était assez amusant en fait, songeais-je en riant bêtement.

Je comprenais bien qu'il y avait un truc pas net à la source de ces faits. Mais je commençais à m'en foutre cordialement. Si bien qu'au lieu de continuer à descendre, je m'arrêtais et observais mon compagnon distordu en riant comme une idiote. Pourquoi m'étais je fait du souci, en premier lieu ?
Sujet : Braquage à l'américaine ▬ libre
Jay Lane
Réponses : 7
Vues : 130

Rechercher dans : Eastern Seaboard Bank   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Braquage à l'américaine ▬ libre    Dim 12 Jan 2020 - 14:19
La prudence n'avait jamais vraiment fait partie de la vie de Jay, mais il préférait éviter de trop attirer l'attention sur lui. Il ne savait rien de cette fille et, pour être honnête, s'en fichait complètement. Elle avait tapé plutôt fort lors de leur précédente rencontre, ce qui lui laissait penser qu'elle devrait pouvoir s'en sortir si jamais ils tombaient face à des adversaires coriaces. Toutefois, le Texan n'allait pas s'en soucier si ce n'était pas le cas. Il n'avait rien du bon samaritain et se fichait éperdument de l'avenir de gens qu'ils rencontraient. Si elle se prenait une balle dans la tête au détour d'un couloir, ma foi, il croiserait simplement les doigts pour qu'aucune caméra ne capture ce moment et ne le fasse accuser de non assistance à personne en danger... Si tant est que cela puisse être possible lorsque la personne en question venait de se ramasser une balle dans le crâne.

Alors qu'il divaguait un peu, Jay finit par tourner la tête de l'autre côté en entendant des bruits étranges approcher d'eux. C'était des pas qui s'approchaient rapidement et que Jay identifiait sans mal comme l'arrivée d'ennuis. Son premier réflexe fut de faire face et cela malgré sa volonté de ne pas s'attirer de problèmes. Ce n'était pas sa faute : il avait toujours appris à réagir ainsi ! Se confronter aux emmerdes, les prendre à bras-le-corps et taper dans le tas, c'était typique des Lane ! Mais, cette fois-ci, Jay n'était pas seul et lorsqu'il aperçut la silhouette élancée de la gonzesse se tapir dans un coin, il comprit qu'il allait sans doute réprimer son réflexe. Elle n'avait pas tort, mais encore faudrait-il qu'ils ne les voient pas !

Il était un peu tard pour réagir, mais Jay se décida sur un élan purement instinctif. Il n'avait jamais été très délicat ou subtil dans ses mouvements, ni même entraîné au combat au point de réussir à en acquérir une certaine souplesse, mais il parvint tout de même à se diriger vers un renfoncement du mur d'un pas presque silencieux. Tournant rapidement la tête du côté d'où les hommes venaient, il se demanda si les hommes allaient passer devant eux dans les voir, où s'ils étaient partis pour un premier affrontement ! Dans les deux cas, le Texan ne comptait pas se débiner. S'ils passaient, il se contenterait de descendre les marches situées non loin d'eux et s'ils s'arrêtaient, Jay jouerait des poings pour se libérer de ce léger problème... Que cela plaise ou non à sa coéquipière forcée.

    Lancer de dés #1 :
    RÉUSSITE : ils passent sans les voir.
    ÉCHEC : ils les voient.

    Lancer de dés #2 : (Si échec au #1)
    RÉUSSITE : Jay le neutralise.
    ÉCHEC : ils ne peuvent pas.


Jay avait sans doute mis trop de temps avant de se décider à se cacher, car l'homme qui arriva devant eux se dirigea aussitôt vers lui, arme à la main et prêt à en découdre. C'était sans compter sur la réactivité du Texan qui était habitué à ce genre d'affrontement : dès que l'homme leva son arme vers lui, Jay l'attrapa et resserra sa main dessus, produisant un bruit étrange lorsque le canon se broyait. Alors que l'homme était visiblement sous le coup de la surprise, le trentenaire leva son poing et l'expédia en direction du visage de son assaillant qui s'affaissa aussitôt. Il n'avait pas frappé suffisamment fort pour le tuer, mais même avec sa sorte de masque sur le visage, le type allait sans doute avoir le nez cassé... Et quelques autres dégâts secondaires.

Le trentenaire vérifia que l'arme n'était plus utilisable, puis se redressa et tourna la tête vers la jeune femme pour vérifier si elle avait pris ses jambes à son cou, ou si elle était restée dans le coin. C'était la deuxième option. Il renifla d'un air sceptique, comme s'il regrettait qu'elle ne se soit pas tirée pendant qu'elle en avait l'occasion.

« Bon, bouge ton cul, sauf s't'as envie d'voir l'reste d'la compagnie débarquer. »

Sans attendre sa réponse, le Texan se détourna afin de se rapprocher de l'escalier qu'il avait aperçu un peu plus loin. Coup de bol pour eux, ils ne croisèrent personne. Sans doute que les responsables du braquage se massaient tous du même côté ? Jay s'en souciait assez peu en vérité. Il était juste intéressé par le moyen de sortir d'ici, avec ou sans cette fille.

Comme il commença à descendre les marches, des bruits étouffés arrivèrent à leurs oreilles. C'était des cris de personnes bâillonnées, il n'avait pas le moindre doute là-dessus. Les bruits provenaient d'un bureau non loin d'eux et ils allaient devoir passer à côté pour accéder aux prochains escaliers. Sauf que Jay ne comptait pas s'emmerder à prendre des otages avec eux. Il se chargea d'ailleurs d'en informer la jeune femme en levant les yeux vers elle.

« On les laisse ici. »

Remarque qui n'était pas sujette à discussion.
Sujet : La fierté et la bêtise sont faites du même bois
Jay Lane
Réponses : 21
Vues : 141

Rechercher dans : Lincoln   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : La fierté et la bêtise sont faites du même bois    Dim 12 Jan 2020 - 14:13
Jay aurait préféré apprendre que les magiciens étaient en minorité dans ce foutu bâtiment, mais il se doutait bien que ce n'était sans doute pas le cas. À moins que ses adversaires et rivaux ne soient de véritables imbéciles qui n'exploitaient pas les points faibles des gens qu'ils voulaient éliminer ! D'un côté, c'était presque un compliment de voir tout ce qu'ils avaient mis en place, mais le Texan ne songeait pas à cela, il se demandait plutôt pourquoi est-ce que ces abrutis lui en voulaient autant. Il était venu ici pour discuter et négocier une potentielle alliance, pourquoi lui cracher à la gueule ? Les Ymir étaient liés au Cartel tandis que ces abrutis n'étaient rien.

Soupirant légèrement, le trentenaire laissa la rousse se débarrasser de l'homme avant de prendre les devants en se chargeant de faire le sherpa. Jay n'aimait guère l'idée de dépendre de quelqu'un, mais tant qu'à faire, il préférait que ce quelqu'un soit une personne qu'il connaissait un minimum ! Et, accessoirement, avec qui il avait déjà effectué plusieurs missions.

Il suivit donc Siobhan en silence, promenant son regard sur les environs tandis que la gonzesse les entraînait dans des directions bizarres. Si elle le faisait, c'était sans doute pour une bonne raison et non pour faire son sport de la journée ! Il n'était pas sûr qu'elle sache ce que « sport » voulait dire de toute manière. Retombé dans le rôle de l'homme qui suivait, l'ancien prisonnier s'exécuta sans se faire prier lorsque sa coéquipière lui demanda de faire un joli trou dans le mur, puis il s'immobilisa un peu plus loin lorsqu'elle déploya une nouvelle fois sa protection. Juste à temps pour bloquer leurs assaillants qui, visiblement, étaient prêts à en découdre ! Jay fronça légèrement les sourcils, observant les individus en question et notant que Siobhan avait l'air de galérer. Super, ça sentait mauvais. Soupirant malgré lui, le trentenaire détailla brièvement les environs, essayant de trouver un moyen de régler – au moins en partie – le problème.

Ces gars savaient utiliser la magie, mais ça ne signifiait pas pour autant qu'ils étaient capables de tenir face à une attaque plus frontale, non ? Se décidant un peu sur un coup de tête, comme souvent, Jay glissa quelques mots à la rousse, espérant pour elle qu'elle capterait ce qu'il voulait dire.

« Tiens-toi, ça va bouger un peu. »

La première chose qu'il avait apprise en se battant, c'était que pour éviter qu'une personne vous frappe trop fort, vous deviez l'immobiliser ou la neutraliser. Sans trop attendre, au cas où leurs adversaires comprendraient son idée, Jay se rapprocha du bord du bouclier et donna un brusque et brutal coup de pied sur le sol, insufflant une bonne partie de sa force améliorée pour causer un mini tremblement de terre. Il veilla tout de même à ne pas trop en faire, au risque de briser le sol et de les faire atterrir à l'étage du dessous, mais le béton se craquela tout de même sur une bonne épaisseur et une bonne distance. Avec un peu de chance, ça suffirait à faire chanceler les hommes et à leur permettre de prendre le dessus.

    Lancer de dés #1 :
    RÉUSSITE : les hommes sont déstabilisés.
    ÉCHEC : ils tiennent bon.

    Lancer de dés #2 :
    RÉUSSITE : ils sont neutralisés.
    ÉCHEC : ils résistent.


Les hommes ne furent pas déstabilisés. Ils tinrent bon et semblaient prêts à leur faire face ! Mais Jay n'était pas du genre à rester passif et à laisser sa coéquipière se charger du boulot, surtout lorsqu'elle semblait faiblir. Inspirant profondément, le trentenaire décida de tenter le coup. Sa régénération était suffisante pour le sauver de quasiment toutes les blessures et même si la magie était fonctionnelle sur lui, il savait aussi qu'elle se révélait parfois inutile. Il n'y avait qu'à voir le feu utilisé par la gamine chiante rencontrée quelques semaines plus tôt !

Tentant le tout pour le tout, Jay s'élança donc hors du bouclier de protection de la jeune femme et serra le poing pour percuter le premier homme qui se trouva à proximité de lui. Avec sa force améliorée, les dégâts furent importants et le type vola dès l'impact pour aller s'écraser quelques mètres plus loin. L'assaut sembla effrayer, ou du moins étonner, es survivants qui s'interrompirent pendant un bref instant. Le temps pour Siobhan de se mêler de leur affaire, ou de prendre des jambes à son cou si elle décidait que, finalement, elle n'était pas assez bien payée pour ce job.
Sujet : Run, witch, run - Lawrence
Siobhan O'Reilly
Réponses : 23
Vues : 157

Rechercher dans : Chinatown   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Run, witch, run - Lawrence    Dim 12 Jan 2020 - 12:42
Mais c’était que le loup était malin. Bien évidemment, je n’allais certainement pas avoué à qui que ce soit que mes affaires avec ma proie étaient létales et seraient définitivement réglées sous peu. Je n’étais pas du genre à déblatérer sur mes haut-faits et me satisfaisaient de l’anonymat relatif dont je disposais. Je supposais que certains de mes meurtres avaient dû être reliées à moi - après tout, ce n’était pas moi qui m’était affublée du surnom de Bloody Mary, au départ. Une de mes victimes l’avait lâché sur un ton d’effroi lorsque j’étais venue le cueillir. J’avais trouvé ça aussi amusant que pertinent et l’avait adopté.

Cela me convenait bien plus que de redevenir Morrigan, d’autant que le poste était déjà pris. Ce qui me semblait extrêmement drôle, d’ailleurs. La garce avait dégotté un moyen de continuer de hanter Star City ou la personne qui avait pris ce nom ignorait tout de la déesse ? J’en appelais à des dieux, mais il n’y avait qu’elle que j’honorais encore. Et simplement par peur. Je croyais de moins en moins à ce qu’on nous entrait dans le crâne, au sein du clan O’Reilly. Qu’en tant que descendant de Morrigan, nous avions accès à son pouvoir par le biais de la Gardienne du Sang. Après toutes ces années, alors que nous n’avions plus qu’un soupçon infinitésimal d’elle dans nos veines ? Non, je commençais à croire que nous disposions simplement d’une magie familiale. Apprise à la sueur de nos fronts seulement. Si j’étais capable de décider qui pourrait exercer et qui ne le pourrait pas, c’était simplement à cause de nos liens du sang. Parce que j’étais la plus puissante des miens. Bon, l’exploit n’avait rien de concret maintenant que les miens étaient un tas de cendres. Je savais avec certitude qu’il me restait deux cousines - une excellente hématomancienne et sa soeur qui avait hérité d’une branche bâtarde de notre magie et faisait dans la divination, je crois - exilée en Russie. Un oncle encore en vie quelque part aux Etats-Unis, également. J’aurais pu fouiller et retrouver les autres, mais je n’en avais pas envie.

« Je ne mentionne pas ce genre de noms à voix haute. Je ne voudrais pas fâcher votre… Mère ? Ou grand-mère ? Vous devez sûrement savoir de quelle famille vous venez, louveteau. »

Un léger rire secoua mes épaules malgré moi. Je n’avais pas envie d’évoquer les fruits du Diable sur Terre. On ne savait jamais quand ils tendaient l’oreille, avec ma veine cela aurait pu en invoquer un ou deux de plus sur place. Peu importait au fond. Je m’étais vite remise en mouvement, et cette fois, mon épée avait fini par mordre la chair. A peine, mais c’était déjà satisfaisant. Le gentleman avait l’air un peu contrarié.

« Très galant de votre part, raillais-je en me retenant de lever les yeux au ciel. »

De fait, j’aurais pu m’abstenir de le provoquer. Après ses propos, je ne m’attendais pas à ce qu’il bondisse si vite. J’amorçais une retraite un temps en retard, si bien qu’il réussit à me rattraper par le bras… Et m’écraser au sol avec une violence certaine. Une fois de plus, je me retrouvais à bout de souffle, papillonnant des paupières, immobile sous le pied… Hm, la patte griffue de la créature qui m’assaillait. Il n’allait pas tarder à se retrouver nu, à ce rythme, notais-je distraitement tandis que je peinais à respirer normalement. Je regrettais presque qu’il n’ait pas frappé plus fort, ceci dit. Ça m’aurait épargné ses remarques incessantes sur le petit chaperon rouge. Mon épée de sang, tombée un peu plus loin, se résorba momentanément, disparaissant dans le bracelet à mon poignet.

« Faites vous soigner, cette obsession pour les demoiselles en rouge est ridicule, répondis-je simplement. Qu’allez-vous faire, si je refuse d’apporter des réponses à vos questions ? M’arrêter ? Super, ça vous avancera. »

Un sourire mauvais s’invita sur mon visage.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Sio arrive à surprendre Lawrence suffisamment pour se dégager.
    Echec : il parvient à la garder par terre (méchant loup).

    Lancer de dés #2 (si réussite au #1)

    Réussite : Elle enfonce son avantage et le blesse plus sérieusement.
    Echec : Bon au moins, elle est libre, voyons le positif.


    Lancer de dés #3 (si échec au #1)
    Réussite : Elle arrive tout de même à lui faire mal, ça soulage.
    Echec : Nope. Zéro pour la sorcière.

Etre au sol ne voulait rien dire. A moins de me fracasser le crâne ou d'avoir un joli petit artefact neutralisant la magie sous ses poils, il ne pouvait pas m'empêcher complètement de manipuler le sang. Et du sang, j'en avais à revendre. Je plaquais ma main droite sur sa cheville et invoquait un pic assez épais pour transpercer sa cheville et y faire du dégât. Ceci dit, malgré la sensation qui devait être quelque peu désagréable, il ne bougea même pas. Je relevais les yeux vers son visage, de plus en plus agacée.

Ma patience tenait dans un dé à coudre et avait atteint ses limites il y a dix minutes, quand il m'avait foiré ma chasse. J'allais finir par lui invoquer un pieu directement dans son coeur de loup justicier, histoire de me débarrasser de lui cinq minutes. Ma main à couper qu'il réussirait à guérir ça aussi. Cochonnerie de loup-garou.

« Dégagez de là, râlais-je en me débattant cette fois, décidée à me libérer de sa prise. »

Malheureusement, sa force surpassait clairement la mienne. Et lorsque j'invoquais de nouveau des aiguilles derrière lui, il parvint aussi à éviter ça. J'allais le tuer. Et renvoyer ses foutus poils à Lady Satan. Elle était censée me foutre la paix si je faisais de même. Pourquoi ça, et pourquoi maintenant ? C'était sa progéniture, à elle de la contrôler.

« Et de toute façon, qu'est ce que vous lui voulez, vous, à cette sorcière ? »

Il l'observait bien aussi, non ? Ou c'était moi qu'il suivait depuis le début.
Sujet : Crimson symphony [Cassandra et Steve]
Cassandra Wormwood
Réponses : 25
Vues : 167

Rechercher dans : Little Italy   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Crimson symphony [Cassandra et Steve]    Dim 12 Jan 2020 - 12:14
Attentive, Cassie remarqua le moment où l’un des policiers remarqua l’état du bras de Steve. Un regard un peu plus méfiant vers elle l’en informa. Mais elle ne bougea pas des bras de son bienfaiteur. La naïveté et le pouvoir des apparences avaient encore de beaux jours devant eux, à n’en pas douter. Même lorsqu’il s’exprima et l’accusa de faits rigoureusement exacts, les agents le firent mettre à terre.

« Il y avait un monstre, souffla la médium à son compagnon, frissonnant de plus belle. Il a attaqué un couple alors qu’on passait ici tous les trois, et ensuite cet homme est arrivé, et il m’a menacée. La bête s’est retournée contre lui, je crois. »

La voix douce de la descendante du Diable vacillait dans le noir, comme soufflée par instant par une trop grande émotion ou bien par la morsure acérée de la douleur au creux de son ventre. Il n’était guère difficile de convaincre, dans ces conditions. A vrai dire, c’était même presque trop facile. Jusqu’à ce que Steve ne mentionne son téléphone toutefois.

Le dernier agent de police baissa les yeux, sondant le sol avec attention pour trouver le fameux objet. Cassandra savait qu’elle avait obtenu ce qu’elle voulait. Elle avait tout intérêt à déguerpir. Elle regrettait juste que ses actions à venir ne soient en quelque sorte un aveu de culpabilité. Elle aurait adoré attirer des ennuis durables à son adversaire.

    Lancer de dés #1
    Réussite : le téléphone est plus loin, le policier peine à le retrouver.
    Echec : il le trouve immédiatement et confirme les dires de Steve.

    Lancer de dés #2 (si réussite au #1)
    Réussite : Cassie convainc son compagnon d’aider son collègue et en profite pour déguerpir.
    Echec : Il insiste pour rester, inquiet pour sa santé.


    Lancer de dés #3

    Réussite : Cassandra s’esquive via le plan astral sans dommages supplémentaires.
    Echec : elle est retenue.


Un instant, Cassandra hésita. Un instant très bref qui lui coûta la porte de sortie la plus aisée qui soit. Néanmoins, la demoiselle avait le défaut regrettable d'être joueuse. Elle voulait voir jusqu'où irait cette histoire. Et la police n'aurait en définitive aucun moyen de la retenir pour toujours. Aussi, lorsque le policier mit la main sur le téléphone de Steve et confirma ses dires, elle était toujours là, proche d'un agent qui resserra sa prise sur son poignet en réaction. Elle conjura une mine étonnée et vulnérable sur ses traits.

« Vous me faites mal. »

Le ton était déboussolé, si penaud que l'on peinait à imaginer que sa propriétaire puisse avoir fait quelque mal que ce soit. Par précaution toutefois, l'agent de police immobilisa la demoiselle.

« J'appelle une ambulance, lança le détenteur actuel du téléphone. Ils vont avoir besoin de soin tous les deux. »

Il s'éloigna le temps d'appeler les secours. L'intention des agents étaient apparemment d'embarquer toute la petite troupe. S'il leur venait l'idée de solliciter l'aide d'équipes plus à même d'arrêter Cassandra, celle-ci se trouverait en difficulté. Elle voulut donc se dématérialiser... Mais lorsqu'elle voulut le faire, elle n'y parvint tout simplement pas. Surprise, la médium baissa les yeux vers la main qui l'immobilisait. Apparemment, quelqu'un ici l'empêchait de faire usage de sa magie. Mais elle n'était pas vraiment inquiète. Ptit Chou ne tarderait pas à arriver au Pandémonium avec sa proie. Lorsqu'il reviendrait, il pourrait faire diversion. Pourquoi pas enlever une autre demoiselle, songea la jeune femme avec malice. Qui irait la croire coupable de quoi que ce soit si le monstre qui avait agressé Steve et un autre homme innocent l'enlevait avec sauvagerie sous les yeux de la police ?

« Venez, vous devriez vous asseoir, mademoiselle. »

L'adorable policier entraîna la médium vers sa voiture et la fit asseoir sur la banquette. Il vérifia rapidement que la blessure qu'elle avait ne menaçait pas sa vie immédiatement et confia ensuite le soin à Cassandra d'appuyer fermement sur celle-ci à l'aide de sa veste.

« Vous êtes si gentil, souffla la demoiselle avec un doux sourire. »

Et il était le seul à avoir eu son visage de très près, songea-t-elle. Elle craignait fort qu'il n'arrive malheur à cet agent ci... Ou au moins qu'on le prie d'oublier les traits de la petite Cassandra.
Sujet : Circulez y a des gens qui risquent leur peau - Andrea
Andrea Parker
Réponses : 17
Vues : 120

Rechercher dans : Little Italy   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Circulez y a des gens qui risquent leur peau - Andrea    Lun 6 Jan 2020 - 22:08
Il y avait quoi sous l’aura ? Andrea se surprit à rougir ; Elle avait l’impression qu’il cherchait à l’effeuiller, son aura, pour voir ce qui se cachait dessous et elle se trouvait cela étrangement dérangeant. C’était comme s’il cherchait à voir en elle mais en plus... Etrange. Enfin, étrange, c’était surtout la tête qu’il faisait à essayer de la détailler des yeux et si la métisse Ultime avait dû parier là-dessus, elle aurait dit qu’il devait commencer à sérieusement ne plus y voir grand-chose. Contrecoup du poison ou conséquence fâcheuse de sa nature Ultime ? Elle resserra sa veste autour d’elle par acquis de conscience et secoua la tête, resserrant son emprise sur son crayon jusqu’à le fendre. Ils avaient du pain sur la planche : l’homme était, après tout, en train de mourir. Autant épargner le temps dont ils disposaient à parler de choses qui importaient vraiment. Comme lui sauver la vie.

« On ne doit pas juger les gens sur leur physique. Ni sur leur aura. » L’admonesta-t-elle finalement.

Même si elle n’était pas encore bien certaine de ce que cela signifiait.

Telle une élève appliquée, Andrea prit note de tout ce que lui disait Rafael – même si rien de tout cela ne faisait vraiment sens à ses yeux – et jeta un coup d’œil sur la liste dument rédigée une fois qu’il eut fini de parler. Elle espérait n’avoir rien omis mais si tel était le cas... Et bien tant pis ! Le magicien venait de tomber dans les pommes, ce qui signifiait qu’il ne lui restait plus qu’à s’exécuter et croiser les doigts que ce ne soit pas son cerveau délirant qui ait parlé. Au pire elle pouvait toujours l’emmener au large de Star City et faire exploser son cadavre en vol pour empêcher toute contagion.

Arrête tes conneries Andrea, se fustigea-t-elle.

Le sel et le vinaigre ne furent pas compliquée à trouver : par « chance », ils se trouvaient dans une rue bordée d’échoppes traditionnelles et moins traditionnelles. Une fois ses achats en main, guettant Rafael du coin de l’œil tandis qu’elle courait d’un bout à l’autre de la rue, Andrea poussa la porte d’une petite herboristerie. L’odeur de soufre et de plante manqua de lui faire rendre tripes et boyaux. Elle plaqua une main sur sa bouche, traversa la boutique d’où pendaient des bottes d’herbes en tout genre et s’approcha du comptoir. Là, une petite femme ridée leva un œil bienveillant vers elle. Une bouffée de chaleur l’étreignit.

Lancer de dé #1
Réussite : ils ont du bézoard liquide.
Échec : ce sera poudre ou rien.

Lancer de dé #2
Réussite : la bestiole se décroche.
Échec : elle ne se décroche pas.


L’espoir, toutefois, s’évanouit aussitôt. Lorsque la métisse Ultime sortit de la boutique, prenant une grande bouffée d’air, exactement six minutes s’étaient écoulées et elle n'avait pas de bézoard liquide. Ce qui signifiait qu’il lui en restait plus ou moins quinze pour sauver la vie de Rafael. Tout se passe super bien, fit la voix du mystique dans un coin de sa tête. Elle pesta et retourna auprès de lui. Il avait le teint crayeux, de larges poches sous les yeux et des lèvres exsangues. Craignant le pire, elle posa une main sur sa gorge où elle pouvait encore sentir un pouls régulier et poussa un soupir pas tout à fait rassuré.

Elle se mit alors aussitôt à l’œuvre.

Première étape : préparer le bézoard. Elle mélangea méticuleusement les ingrédients, essaya de ne pas régurgiter lorsqu’elle prit les sangsues magiques, petits vers parcourut de spasmes et d’où jaillissaient des étincelles, par poignées et touilla énergiquement.

Seconde étape : préparer la plaie. La métisse Ultime se mordit la lèvre et eut un instant d’hésitation. Il allait se mettre à hurler, non ? Non, il n’était plus vraiment là. Et au pire il était paralysé. Elle jeta un coup d’œil autour d’elle. Personne. Bon. Le sel tomba en abondance sur la plaie à vif et, comme en réaction, la bestiole commença à s’agiter méchamment en couinant tirant sur la chair qui se déchirait. Elle eut une pensée désolée pour lui.

Troisième étape : s’occuper du crabe-sangsue. Elle arrosa abondamment la tique de vinaigre, ce qu’elle n’aima pas du tout. La créature magique se tortilla si bien que sa poche ventrale céda, libérant un contenu épais et particulièrement odorant au milieu duquel des petites billes translucides brillaient. En y regardant de plus près, on pouvait constater que chacune contenait une tique miniature qui n’attendait que d’arriver à maturité. Andrea n’hésita pas une seconde et les nimba de vinaigre.

Il ne lui restait plus qu’à lui faire avaler le bézoard et détacher la tique.

Luttant contre l’envie de vomir, Andrea essaya de tirer dessus doucement.

Rien ne se passa.

« Et merde. » Fit-elle simplement.

Sujet : Crimson symphony [Cassandra et Steve]
Cassandra Wormwood
Réponses : 25
Vues : 167

Rechercher dans : Little Italy   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Crimson symphony [Cassandra et Steve]    Lun 6 Jan 2020 - 16:59
Cassandra observa brièvement Steve. Ce qu’elle était ne tiendrait pas en une phrase ni même en dix. La demoiselle était le fruit de tant de mélanges, d’expérimentations et autres promesses que le résultat n’avait plus grand sens. Même Evelyn n’aurait probablement pas su répondre à cette question.

« Pas une sorcière. Ni une créature. N’importe qui peut avoir des compagnons dans notre monde. »

Ce n’était pas tout à fait vrai dans le cas d’un molosse infernal comme Ptit Chou, mais elle n’avait pas spécialement envie de se contredire d’elle-même et se contenta donc d’enjoindre l’animal de récupérer son jouet d’un soir. Steve tenta bien de l’arrêter grâce au fil qu’il avait sorti d’on ne sait où, mais celui-ci rompit sous la pression.

Il se rabattit donc sur sa seconde cible, à savoir Cassandra. Celle-ci, voyant là une occasion, ne prétendit même pas vouloir l’esquiver. Non, elle se contenta de laisser le couteau s’enfoncer dans sa peau et traverser ses muscles, grimaçant à peine lorsque la douleur l’atteignit. En parallèle, elle attrapa le poignet du bras blessé de l’homme… Et Hapatra planta ses crocs dans celui-ci.

Après cela, Steve l’agrippa, espérant sans doute contrarier sa dématérialisation vers le plan astral ce faisant. Non pas que cela fonctionne, puisqu’elle partait seule, mais il s’en rendrait compte bien assez tôt.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Cassie peut établir un lien miroir avec Steve.
    Echec : elle n’y parvient pas, peut être à cause de la perte de sang.

    Lancer de dés #2
    Réussite : les secours n’arrivent pas encore.
    Echec : les secours arrivent.

    Lancer de dés #3
    Réussite : il s'agit d'une ambulance.
    Echec : il s'agit de la police.


Libre de toute interférence, Ptit Chou avait eu largement le temps de déguerpir avec le cadeau de Varvara, à savoir la malheureuse victime de ce soir. Néanmoins, cela ne résolvait pas entièrement le petit souci de Steve. A savoir, la charmante Cassandra. Celle-ci dressa l'oreille au son des sirènes de police, ignorant momentanément les paroles de son adversaire - qui, lorsqu'elles étaient prononcées par un paralytique en devenir, n'avaient sincèrement pas le même impact à ses yeux. Elle disparut aussitôt, pour ne faire que quelques pas pour se mettre en sécurité. Ses mains comprimaient soigneusement la plaie.

« Pas un geste ! Déposez vos armes immédiatement. »

La voix avait retenti derrière elle... Elle se retourna, les traits inquiets, une douleur factice affichée sur son visage. Le premier policier la tenait en joue tandis que les deux autres pointaient Steve de leurs armes. En même temps, le tableau était plutôt en sa défaveur. Si l'on oubliait le fait qu'il serait bientôt paralysé, il y avait là un homme à l'air un tantinet menaçant, avec une jeune femme qui semblait à peine sortie de l'enfance, qui avait visiblement été agressée et semblait terrifiée. Les hommes étant ce qu'ils sont, ils avaient tendance à penser que c'était la demoiselle en détresse qui avait appelé au secours. D'autant que Judith avait eu le bon sens de dissimuler, que Ptit Chou était en fuite depuis un moment, et que Hapatra était redevenu un simple tatouage en une fraction de seconde.

« Il... Il m'a poignardée, couina la dite demoiselle, tremblante. »

Dans les faits, elle tremblait de froid, mais cela lui était fort pratique à l'instant. Les policiers se regardèrent entre eux, un peu hésitants. Puisqu'elle n'avait envie que de gagner du temps à son chien infernal, Cassie s'en satisfaisait volontiers. Néanmoins pour faire bonne mesure, elle chancela vers l'agent de police le plus proche, qui finit par la rattraper, emporté par sa pitié.

« Ça fait mal, murmura-t-elle, les yeux mi-clos. »

Avec un peu de chance, Steve ne pouvait plus parler à cause de la paralysie, et les policiers ne pourraient pas entendre sa version des faits avant un moment. Bien sûr, le cadavre déchiqueté du compagnon de la jeune femme serait en sa faveur, de même que la façon dont Cassie comptait lui fausser compagnie. Mais ils n'en étaient pas encore là, n'est ce pas ?

Spoiler:
 
Sujet : Run, witch, run - Lawrence
Siobhan O'Reilly
Réponses : 23
Vues : 157

Rechercher dans : Chinatown   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Run, witch, run - Lawrence    Lun 6 Jan 2020 - 16:22
Dieux, je ne comprenais pas tout à fait cet homme. Il ne ressemblait pas vraiment aux autres agents de l’UNISON que j’avais pu croisé dans mon existence. Ceci étant, j’avais assez de prudence pour éviter habituellement de me trémousser devant des personnes capables de comprendre que la femme qu’ils avaient combattu était supposément morte. Etre un cadavre officiellement parlant me convenait parfaitement et je n’avais pas la moindre envie que les choses changent.

Ceci dit, je commençais à me demander si son badge n’était pas un faux. Depuis quand l’UNISON recrutait des monstres pareils ? Des monstres sortis des entrailles de l’Enfer. En prime.

« J’ai des affaires à régler avec elle, lâchais-je d’un ton railleur. »

Ce n’était pas totalement faux, après tout. J’allais régler cette affaire de façon létale et définitive, mais enfin. J’aurais toujours mon âme et ma dignité, avait dit le grand abruti. Connard.

« Arrêtez de me renifler, au nom des dieux, ajoutais-je brutalement en le voyant réitérer son petit jeu. Vous croyez qu’une rousse aux relents de soufre pourrait être votre soeur, et vous puez l’enfer à plein nez. N’importe quel crétin un tant soit peu cultivé peut deviner de quel arbre familial vous êtes tombés. »

Parler ne m’empêchait pas de fomenter mon attaque suivante pour autant. Cette fois, pourtant, ce fut lui qui prit l’initiative. Je n’attendais pas sur place de tester son allonge une fois de plus, notant distraitement ses changements, alors que j’évitais ses coups grâce à quelques pas agiles et en laissant parler l’instinct. Le corbeau de Morrigan, bien au chaud sous mon armure, accomplit cette fois parfaitement son office, puisque combiné à mes enchantements guerriers, il me permit amplement de me mettre en sécurité.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Sio parvient à toucher sur sa contre-attaque.
    Echec : noooo.

    Lancer de dés #2 (si réussite au #1)
    Réussite : elle fait un joli petit trou dans le monsieur.
    Echec : son épée touche sans aller très profond toutefois. Snif.

Je pivotais dans la foulée sur mes appuis, à présent que j’étais derrière lui - je l’avais laissé être emporter dans son élan pour profiter de ce fragile instant où il serait dos à moi - et frappais de ma lame. Le sang coula, j’en avais la certitude, puisque je parvins à en récupérer un peu grâce à mes pouvoirs. Néanmoins, le peu de résistance que j’avais rencontré m’informa surtout que je n’avais fait que tracer une estafilade peu profonde dans sa chair. Rien qui n’irait le ralentir seulement.

Ou alors les loups étaient devenus bien moins résistants du jour au lendemain. J’aurais adoré cette solution. Tout en tentant de le maîtriser, je fis en sorte de me rapprocher de l’extrémité de la rue qui m’intéressait. Si je parvenais à le mettre à terre, je n’aurais plus qu’à filer. Je n’avais besoin que d’une minute avec la sorcière pour la tuer, puis je pourrais déguerpir et effacer mes traces pour que Médor ne me suive pas jusque chez Abby. J’aurais adoré avoir la même monture que Solveig, à cet instant.
Sujet : Run, witch, run - Lawrence
Siobhan O'Reilly
Réponses : 23
Vues : 157

Rechercher dans : Chinatown   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Run, witch, run - Lawrence    Mer 1 Jan 2020 - 23:26
Devais-je l’informer que je ne plaisantais pas et que c’était ma façon naturelle de m’exprimer lorsque j’avais à faire à un louveteau à la dérive ? Hm. Probablement pas. Je ne voulais pas froisser le brave agent ? Oh, non, une seconde… Je n’en avais rien à cirer.

« Je ne plaisantais pas, lâchais-je, sans même rebondir sur son histoire de badge. »

Bien entendu, j’allais me laisser arrêter sagement. C’était l’armure, l’épée, ou ma tête qui lui avaient permis d’avoir de tels rêves ? Enfin, peu m’importait, au fond. Ou à la surface, maintenant que j’y pensais. Je passais à l’attaque sans plus attendre… Et ratais mon premier coup. Bon sang, le cabot des enfers était plutôt rapide. Peut-être même bien plus que moi ? Je me concentrais un peu plus, l’occupant de ma lame en préparant l’invocation de mes chaînes.

Qu’il sentit venir, ou vit venir, que pouvais-je bien savoir de la façon dont la créature que j’affrontais se débrouillait pour se mettre hors d’atteinte ? Je tentais de prendre la mesure de ses changements qui l’affligeaient. J’en avais assez des monstres infernaux. Assez des démons, des vampires et des putains de loup-garous. Malheureusement, eux n’en avaient pas assez de moi, apparemment.

Contrairement à lui, je n’eus pas le temps d’achever mon esquive lorsque je le vis armé son bras - lorsque le corbeau de Morrigan envoya un retentissant avertissement dans mon esprit. Son poing heurta l’armure avec violence. Une violence suffisante pour que le choc ne se répercute dans mon corps, et, surtout, pour que je parte en arrière, en un vol plané qui n’avait rien d’agréable. J’expulsais tout l’air de mes poumons en touchant le sol, tirant un vague réconfort du grognement de douleur du loup.

Mais je n’avais pas que ça à faire. Je me redressais un peu plus laborieusement, soulagée de constater que le sang contre ma peau avait bien rempli son rôle. Je m’apprêtais à reprendre là où je m’étais arrêtée quand il reprit la parole. Mon regard effleura son badge. Dieux. Il avait fallu que je tombe sur un agent de l’UNISON. Vu sa dégaine et sa nature, j’aurais pu m’en douter.

« Parce que vous en rencontrez souvent ? »

La question avait fusé d’un ton désabusé. Le Loup et son Petit Chaperon Rouge. C’était odieusement cliché.

« Vous ne voulez pas que je vous signe un rapport complet, tant qu’on y est ? Je vais la perdre à cause de vous. »

Mes doigts se crispèrent et le sang qui avait servi à construire des chaînes pour tenter de l’arrêter forma un nouveau sceau sous ses pieds. Celui-ci aurait dû le mettre à terre sous le coup d’une douleur inextinguible. Au lieu de quoi, cela ne fit… Rien du tout.

« Depuis quand les gens de votre maudite famille appartiennent à l’UNISON, demandais-je pour détourner son attention autant que parce que j’étais en train de chercher une explication. »

J’en avais une toute trouvée - je ne faisais pas d’erreur, pas sur des sortilèges aussi basiques pour une hématomancienne comme moi - mais je la détestais. Je commandais au liquide de former un nuage de pointes écarlates et les lançais à l’assaut de sa peau sans réfléchir plus avant.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Sio touche.
    Echec : Toujours pas, heureusement le ridicule ne tue pas.

    Lancer de dés #2

    Réussite : Sio s’est tirée sans mal du coup de Lawrence.
    Echec : il a frappé assez fort pour que ça fasse bobo et puisse potentiellement l’handicaper plus tard. (méchant chien)


Les armes ne rencontrèrent que le vide une nouvelle fois. Je n'avais pas attendu pour dégager de là. Tant que je me maintenais en mouvement, au rythme des siens, j'étais plus difficile à intercepter. Dans la théorie. La pratique m'avait moyennement réussi. J'étais bien plus sérieuse et concentrée au fur et à mesure que je réalisais que le loup allait me donner du fil à retordre. Je pouvais faire une croix sur ma proie pour ce soir, apparemment.
Sujet : Crimson symphony [Cassandra et Steve]
Cassandra Wormwood
Réponses : 25
Vues : 167

Rechercher dans : Little Italy   Tag 2 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Crimson symphony [Cassandra et Steve]    Mer 1 Jan 2020 - 20:45
Assez certaine des capacités de son adorable chien infernal - qui aurait pu, d’ailleurs, se contenter d’enflammer Steve une bonne fois pour toutes, mais partageait l’attrait de sa maîtresse pour le jeu - Cassandra était presque en train de siffloter gaiement. A vrai dire, elle fredonnait la mélodie d’une chanson qu’elle avait entendu la veille au soir au Pandémonium, à mi-voix. Elle était retournée vers sa proie qu’elle observait d’un air rien moins que méditatif. Ptit Chou occupé, il allait être proprement pénible de tirer la jeune femme vers le Taxi Fantôme, si celui-ci daignait toutefois se montrer.

Songeuse, la médium releva la tête, l’air aussi surprise que si elle l’avait complètement oublié, lorsque Steve l’apostropha soudainement. Curieuse, elle nota du coin de l’oeil que l’homme avait un bras quelque peu machouillé. Mais là n’était pas la question. Non, ce qui la tracassait véritablement, c’était de savoir pourquoi diable les ignares qu’elle croisait en ville s’entêtaient-ils donc à la qualifier de sorcière ? N’était-il pas évident qu’elle n’en était pas une ? Non pas que cela soit vexant d’être appelée par ce qualificatif, juste inexact.

Cassie n’avait rien d’une sorcière. Sa magie était liée à sa nature infernale et son héritage de Pythie, mais elle ne l’exprimait que de façon purement instinctive. Pas de sorts, de formules, de dessins. C’était tout juste si elle ne l’exprimait pas à la faveur d’un éternuement ou d’un moment de surprise. Enfin… La seule sorcellerie dont elle était capable, c’était ses malédictions. Et elle commençait très sérieusement à envisager d’en fixer une sur Steve. Il saignait partout, il lui aurait été aisé d’en récupérer quelques gouttes pour s’en servir ensuite, à la maison.

« Je ne suis pas une sorcière, prit-elle le temps d’établir en priant toujours mentalement le Taxi Fantôme de répondre à son appel et d’apparaître dans la rue. Pourquoi tout le monde se trompe-t-il ? »

La question méritait d’être posée, non ?

    Lancer de dés #1
    Réussite : Le Taxi Fantôme répond finalement à l’appel de Cassandra.
    Echec : apparemment, il n’est pas d’humeur. Ou il n’aime pas kidnapper des gens, allez savoir.

    Lancer de dés #2 (si réussite au #1)
    Réussite : Cassie parvient à traîner sa victime, jusqu’à la voiture, tandis que Ptit Chou occupe son adversaire.
    Echec : Ptit Chou est distrait par l’arrivée d’un véhicule - apparemment quelqu’un n’était pas loin.

    Lancer de dés #3 (si échec au #2)
    Réussite : c’est une ambulance.
    Echec : la police est dans le coin, oups.


Les bras croisés, et tandis que son chien repassait à l'attaque, Cassie lança un regard plein d'espoir vers l'entrée de la petite rue. Mais aucune voiture ne daigna se montrer, si bien qu'elle finit par soupirer et baisser les yeux vers la jeune femme. La solution de repli consistait à laisser le molosse porter la victime dans sa gueule, même si elle risquait d'être quelque peu... Abimée à l'arrivée. La pensée avait à peine effleuré la médium que celle-ci se corrigea. Si la poupée en devenir était cassée, Hapatra pourrait la mordre de nouveau, mais en instillant l'autre venin, celui qui guérissait, assez étrangement.

Cassandra ordonna donc à son compagnon canin de délaisser Steve pour plutôt emmener la jeune femme allongée - qui commençait à tenter de se mouvoir, sans grand succès toutefois. Elle prit soin de se placer entre le justicier et ce qu'elle souhaitait acquérir ce soir là. Elle n'avait rien d'une combattante, au contraire de son protecteur infernal. Même Judith ne lui serait pas d'une aide fantastique. Mais Hapatra pouvait mordre Steve et l'immobiliser s'il s'approchait assez. Et au pire des cas, elle était bien indifférente à son propre sort. Cassie ne pouvait mourir définitivement. Si les choses devenaient trop complexes, elle n'aurait qu'à utiliser le plan astral pour se cacher dans un endroit approprié pour expirer son dernier souffle. Il s'agissait juste... De gagner du temps.
Revenir en haut 
Page 1 sur 26Aller à la page : 1, 2, 3 ... 13 ... 26  Suivant
Tag 2 sur Star City Heroes Cadre_6Tag 2 sur Star City Heroes Cadre_7_bisTag 2 sur Star City Heroes Cadre_8
Sauter vers: