Tag 1 sur Star City Heroes Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Tag 1 sur Star City Heroes Categorie_1Tag 1 sur Star City Heroes Categorie_2_bisTag 1 sur Star City Heroes Categorie_3

385 résultats trouvés pour 1

AuteurMessage
Sujet : Sortie lacustre - Rafa & les veilleuses
Nerys Fitzgerald
Réponses : 17
Vues : 173

Rechercher dans : Environs de Star City   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Sortie lacustre - Rafa & les veilleuses    Jeu 29 Oct 2020 - 23:45
J’avoue, je suis un peu surprise quand Mélissa rapplique et donne la force nécessaire à tracter Susan et Natalia sur la plage. Pas que ça me dérange, hein, juste que je m’attendais pas à ça ? En tout cas, je suis sacrément soulagée sitôt que je vois les deux Légionnaires à peu près en sécurité. Même si ça ne change rien à notre problème. Le truc dans l’eau est horrible. J’aimerais pouvoir ne pas entendre sa voix, parce que c’est presque à vomir. Quel bazar.

Même si je n’ai pas étudié la cryptozoologie, ni la zoologie magique, je sais ce qu’est un kraken. Enfin, très globalement. Pas trop ce que ça veut dire qu’il a un esprit ophidien dedans, ceci dit. Inconnu au bataillon ? Je me suis accroupie à côté de Susan, que Mélissa a remonté plus haut, en sécurité. Autant que possible. J’essaie tant bien que mal de vérifier que les lacérations sur sa jambe ne sont pas trop vilaines.

« Susan ? Ça va à peu près ? »

Je connais la base de la base des premiers secours, mais bon, ça ne dépasse pas ça, quoi. En plus, on a toujours un problème fait de tentacules sur le feu. Mise à part mon lynx mal embouché, il y a du monde qui essaie de tenir la bête à l’écart, mais ça me fait quand même peur. Pas peur, je ne vais pas empêcher ce truc de faire du mal, peur pour Al’ et Scatach. Je me sens vaguement impuissante, aussi, même si heureusement, j’avais ramené mon arc. J’aime bien pratiquer quand je suis de sortie. Je le monte en quelques gestes, essayant d’être rapide, quand mon chien me le ramène avant de repartir dans l'autre sens pour chercher mon carquois.

    Lancer de dés #1
    Réussite : ça aidera peut-être pas à long terme, mais en attendant, l’effort de guerre de Nerys participe à tenir bestiole un peu à distance.
    Echec : En même temps, des petites flèches et un gros kraken… Bah, le kraken gagne quoi.

    Lancer de dés #2 (si échec au #1)
    Réussite : Tout le monde arrive à tenir ses fesses au sec et sa personne en un seul morceau.
    Echec : désolée c’est pas moi c’est les dés.

    Lancer de dés #3 (si réussite au #1)
    Réussite : peut être que les faiblesses d'un kraken non possédé par un truc ophidien ça suffit ?
    Echec : oui, ou peut-être pas, finalement, hein.


Le temps que je termine, Al' est revenu. Mais il ne me faut pas plus d'une flèche ou deux pour réaliser que ça ne sert pas à grand-chose. Je repose donc l'arme un peu plus loin tout en chargeant mon lynx préféré de continuer à nous aider à rester en sécurité. Disons que personne n'est dans l'eau avec le kraken. Je secoue la tête. Je n'en peux plus d'entendre sa "voix".

« Rafa, je lance d'un ton hésitant en essayant de ne pas le distraire pour autant - donc avec des pauses aux moments critiques, tu n'as pas des informations sur ce qui est un point faible chez un kraken sans... Euh... Truc qui le possède ? »

J'ajouterais bien que je sais pas du tout ce que c'est qu'un truc ophidien, moi, mais pas le moment. Je me cultiverais un jour. Je bondis en arrière souplement quand un tentacule s'abat non loin de moi, entraîne Susan au passage parce que le machin revient. Je ne sais pas quoi faire, tiens. Pour changer. Pourquoi c'est toujours des trucs bizarres comme ça qui viennent dans notre ville, hein ?
Sujet : Don't Jinx it - Nerys
Nerys Fitzgerald
Réponses : 40
Vues : 218

Rechercher dans : Le quartier du Front de Mer   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Don't Jinx it - Nerys    Jeu 29 Oct 2020 - 23:30
Occupée de nouveau à inspecter la pièce, je relève le nez quand Aleksia s’inquiète du bien-être de Rafa. C’est vrai qu’il a quand même bien trinqué, je dirais. Je les observe tous les deux, un bref instant. De là où je suis, je devine quelques marques bleuâtres sur sa gorge, mais rien de plus. La tête de la Veilleuse me renseigne sur le fait que ce n’est pas joli, joli. J’envoie donc Alwin lécher le bout des doigts de Rafa. Réflexe. Pour le rassurer, puis dire qu’on est là avec lui. Oui, bon, c’est peut-être bizarre. Je sais pas.

Mais on a toujours quelques petits problèmes sur les bras, tous les trois, donc pour l’instant, c’est le mieux qu’on puisse faire. Il faut toujours qu’on retrouve Jinx et son matériel, puis il y a le risque ce truc revienne. Genre, je pense qu’Aleksia va la garder pour toujours dans ses miroirs, quoi.

« Tu devrais peut-être te reposer un peu, Rafa, le temps qu’on fouine. »

On n’a pas besoin de tant d’yeux que ça. La pièce n’est pas très, très grande, après tout. Et il n’est pas très en forme. Je lui fais signe qu’il peut s’asseoir et entreprend de regarder autour de moi.

    Lancer de dés #1

    Réussite : une porte.
    Echec : juste une autre sortie, mais ça redonne sur des couloirs vides, qui retournent à l’escalier de la cave.

    Lancer de dés #2 (si réussite au #1)
    Réussite : une autre pièce, avec pas mal de matos. Et un corps ? Peut être ?
    Echec : un couloir qui mène quelque part.

    Lancer de dés #3 (si échec au #1)
    Réussite : Aleksia ou Nerys trouvent des indices sur l’endroit où s’est rendue Jinx ensuite.
    Echec : mouais.


En étant méthodique, je finis par trouver une nouvelle porte dérobée. Le boîtier qui la commande s'avère être planqué dans une petite cache dans le mur quelques mètres plus loin. Et comble de la chance, il est un petit peu usé sur les touches à utiliser. Pas de trucs plus perfectionnés dans ce sens là. J'imagine que du coup, c'est une porte qui est censée garder des trucs dehors, pas empêcher de le passer dans ce sens là. Elle s'ouvre sur un nouveau couloir obscur, et dans un moment de toux intense de ma part, et d'éternuements d'Al'.

« La vache, la poussière », je marmonne en clignant des yeux pour essayer d'accommoder.

Comme je ne sens rien de dangereux et qu'Al et Noodle non plus, je m'engage prudemment dans ce qui s'avère être un endroit très vide. Je ne sais pas vers où ça va. Juste, il y a de nouveau des traces de sang. Plus discrètes, mais bien là.

« Y'a encore du sang. On va par là ? »

Je me suis tournée vers Aleksia. La pauvre. C'est pas facile d'être la leader d'une expédition, mais j'ai l'habitude de me fier à l'expérience de ceux qui m'entourent, donc ça me semble naturel de lui laisser ce rôle.
Sujet : Alaska, nous voilà !
Renan Le Guerec
Réponses : 12
Vues : 84

Rechercher dans : Le reste du monde   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Alaska, nous voilà !    Mer 28 Oct 2020 - 19:43
Même s'il était vrai que ces hommes n'avaient pas l'air d'avoir été blessés, Renan savait que ça ne voulait pas forcément dire qu'ils étaient morts de froid. En fait, il n'y avait aucune raison logique à ce que ce soit le cas : ils portaient probablement des tenues bien isolantes et n'avaient aucune raison d'attendre ici. Ils se dirigeaient vers un point précis, leur décès était donc forcément lié à une mort brutale. Bien évidemment, connaître les raisons du décès aurait sans doute aidé la nouvelle équipe à savoir à quoi ils pouvaient s'attendre, mais ils ne pouvaient pas vraiment faire d'autopsie au milieu de la campagne, ils allaient donc devoir faire sans !

Attrapant les objets tendus pas l'agent Carter, Renan les analysa soigneusement avant de les glisser dans l'une de ses poches, puis pris un peu plus de temps afin de détailler la carte. Son regard se reporta finalement sur la demoiselle qui parlait toujours. Les autres agents ne semblaient pas avoir envie de lui répondre, ce qui n'était pas trop étonnant puisqu'ils parlaient toujours assez peu, mais le Français se chargea de lui faire la conversation. Si ça aidait la jeune femme à mieux réfléchir à la situation, c'était une bonne chose. Qui plus est, cela lui permettait aussi de savoir comment fonctionnait son cerveau.

« Peut-être que si. Il s'agit de deux équipes différentes, elles ont donc pu être interceptées par deux individus différents. Il suffit que l'un d'entre eux ait un pouvoir capable de tuer sans laisser de trace et un autre qui soit plus du genre à faire exploser les têtes. »

Lui-même aurait parfaitement pu tuer ces hommes de la même manière. Il lui suffisait de détruire toutes les connexions de leur cerveau et de les laisser mourir de froid, transformés en légumes. Ils ne s'en rendraient même pas compte. Bien sûr, Renan ne jugea pas utile de souligner de quoi il était capable, préférant ne pas trop en dévoiler face à une potentielle nouvelle recrue. Elle apprendrait à le connaître et à savoir de quoi il était capable si ça s'avérait nécessaire.
Ayant suffisamment potassé la carte, le Breton la rangea, puis poursuivit.

« Le calme s'explique peut-être par l'absence d'adversaires. Ils ne pensent pas forcément qu'une autre équipe va arriver, et s'ils l'ont envisagé, j'imagine qu'ils n'ont pas attendu ici dans le droit. Ils doivent probablement nous attendre près de l'entrée de leur base. » Ce n'était que des supputations, bien évidemment. « Nous savons au moins qu'il y a deux adversaires différents. Ou un adversaire avec deux pouvoirs ou armes très différentes. Mais ça ne va pas nous aider à savoir à quoi nous préparer, malheureusement. »

Le trentenaire finit par se détourner de la jeune femme et porta son regard sur la zone où les deux équipes étaient censées se diriger. Ils savaient que ce qu'ils cherchaient devait se trouver là, mais sans connaître l'emplacement précis. Leur mission n'avait pas encore débutée, ils allaient donc devoir presser un peu le pas s'ils ne voulaient pas finir totalement gelés.

« Allons-y. Nous nous dirigeons vers le point qu'ils visaient, mais restez sur vos gardes. Si vous vous faites avoir comme des débutants, ne comptez pas sur moi pour sauver vos miches, aussi jolies soient-elles, entendu ? »

C'était une question rhétorique, ils se mirent donc en route et l'Officier croisa les doigts en espérant qu'ils n'allaient rencontrer personne avant de pouvoir dénicher l'entrée du territoire du Masque Rouge.

    Lancer de dé #1
    RÉUSSITE : ils ne croisent personne.
    ÉCHEC : ils sont interceptés (voir dé de rencontre).

    Lancer de dé #2 (Si réussite au #1)
    RÉUSSITE : la base est sur place.
    ÉCHEC : ils ne trouvent rien.

    Lancer de dé #3 (Si réussite au #2)
    RÉUSSITE : ils peuvent entrer.
    ÉCHEC :ils ne peuvent pas.


Apparemment, espérer atteindre le point clairement identifié sur la carte aurait été trop beau. D'un autre côté, Renan avait deviné seul que si ces affaires étaient restées sur le corps, c'était probablement pour les attirer vers le point indiqué sur la carte. Peut-être même que cette dernière avait été ajoutée par leurs adversaires, histoire d'être certains qu'ils n'allaient pas se perdre dans les vastes étendues d'Alaska.

Toujours est-il que l'équipe se retrouva rapidement face à une silhouette masquée et vêtue d'une tenue clairement identifiable comme celle d'un Super-Vilain. Il était connu, ou du moins sa tenue semblait étrangement familière au Breton, mais le nom lui échappait. Faisant un signe à ses agents pour qu'ils s'arrêtent, Renan ne quitta pas la silhouette du regard et attendit qu'elle prenne la parole en première... Ce qui ne tarda guère à arriver.

« Je vous attendais plus tôt, vous traînez en chemin ? »
« Peut-être que vous devriez nous conduire chez vous, il fait un peu froid dehors... » L'autre ricana, apparemment amusé.
« Désolé, je n'ai pas le droit d'inviter, mais on va régler ça ici. »

Sans leur laisser le temps de répondre, le criminel tira une sorte de pistolet de sa poche et fit feu dans leur direction. Ce n'était pas des balles qui sortaient de l'arme, mais d'étranges projectiles qui n'auguraient rien de bon...
Sujet : Chaque fleur attire sa mouche (Natalia)
Natalia Greene
Réponses : 13
Vues : 141

Rechercher dans : Forêt de Watson   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Chaque fleur attire sa mouche (Natalia)    Dim 25 Oct 2020 - 13:03
Natalia acquiesça aux suppositions de Susan. Peut-être qu’ils avaient effectivement trouvé un moyen de brouiller leur position exacte. Peut-être aussi qu’ils étaient protégés par le couvert des arbres. Elle ne savait pas exactement où le bâtiment se situait par rapport à la clairière où se trouvaient les débris du Terminus, mais il n’était pas bien grand et la végétation était dense. Il était tout à fait possible qu’elles soient passées dessus sans y faire attention. Dans tous les cas, elles étaient presque certaines d’avoir trouvé le bon endroit et c’était déjà ça de pris.

Lorsque Susan suggéra de continuer, Natalia ne put qu’approuver. Elles n’avaient pas de raison de s’arrêter maintenant qu’elles avaient trouvé quelque chose et que ce quelque chose ne présentait pas de risques apparents. Bien sûr, la druidesse savait que les choses étaient rarement aussi simples et qu’il allait quand même falloir qu’elles se tiennent sur le qui-vive. D’autant qu’elle soupçonnait que le blockhaus n’était que la partie émergée de l’iceberg et qu’elles n’étaient pas au bout de leurs surprises. C’est d’ailleurs bien pour ça qu’elle gardait une flèche encochée. Juste au cas où.

Elles parcourent rapidement et silencieusement la distance qui les séparait de leur objectif où elles purent constater qu’il n’y avait effectivement rien, ni personne, pour garder l’endroit. L’écholocation de Susan leur permit de trouver l’entrée du bâtiment et ce fut encore elle qui leur ouvrit le passage. À première vue, le bâtiment était vraisemblablement désaffecté. Vraisemblablement... Natalia avisa les traces de pas que lui indiquait son amie et inclina doucement la tête. Elle observa ensuite Susan s’approcher, sursauta au petit cri qu’elle poussa et banda son arc pour pointer les ténèbres.

Elle avait voulu s’approcher mais la mise en garde de la mutante l’en avait empêchée.

« Tu n’es pas blessée ? Chuchota-t-elle dans la pénombre. Essaie de repérer les pièges... Si ce n’est pas possible de les éviter, je vais passer devant. Le bois conduit mal l’électricité de toute façon. »

Et ce n’était pas négociable. Natalia pouvait laisser passer beaucoup de choses, mais la sécurité de Susan n’en faisait définitivement pas partie.

Lancer de dé #1
Réussite : elles peuvent esquiver les pièges.
Echec : Natalia doit les activer.

Lancer de dé #2 (si échec au lancer #1)
Réussite : cela ne déclenche pas d’alerte.
Echec : cela déclenche une alerte.


La mutante utilisa ses capacités pour sonder les lieux rapidement et mettre en évidence les pièges qui s’y dissimulaient. Sans grande surprise, elles constatèrent que le blockhaus en était truffé. C’était littéralement impossible d’avancer sans en déclencher un, ce qui laissa supposer à Natalia qu’il existait une autre entrée et que ce bâtiment ne servait qu’à tromper les visiteurs indésirables – comme elles. C’était ennuyeux mais elles ne pouvaient pas faire demi-tour maintenant.

« Bien, déclara-t-elle alors. Suis-moi. »

Comme elles en avaient convenu, ce fut Natalia qui passa devant. Elle murmura les mots de pouvoirs, recouvrit sa peau d’une écorce solide qui, elle l’espérait, ne laisserait pas passer les courants électriques. Puis elle avança prudemment dans la pièce. Même si elle était protégée, la sensation des dalles qui s’enfonçaient sous ses pas et la décharge qui l’accompagnait n’était pas des plus agréables. D’autant qu’elle soupçonnait celui à qui appartenait les lieux d’avoir augmenté le voltage progressivement, histoire de dissuader la personne qui serait tentée de pousser son exploration. Jusqu’à quel point ? Elle préférait ne pas le savoir.

Finalement, Natalia atteint l’interrupteur et l’activa. Aussitôt, une lumière sèche illumina les lieux et la druidesse coula un regard autour d’elle. Des boîtes empilées, des étagères débordantes d’outils tout à fait ordinaires, des pots de peinture usagés, des jerricanes... Elle fronça les sourcils. Ça ressemblait à tout sauf à un laboratoire super-secret. Elle s’apprêta à faire part de ces observations à son amie quand son regard fut attiré par une lumière. Rouge. Clignotante. Et par la caméra qu’elle surmontait. Une caméra qui, de toute évidence, était parfaitement fonctionnelle puisqu’elle bougea pour la suivre du regard lorsque Susna s'approcha.

« Susan... Souffla-t-elle. Je crois qu’on a un problème. »

De toute évidence, c’était raté pour une entrée en toute discrétion. Elle espérait simplement que personne ne se trouvait de l’autre côté de l’écran mais quelque chose lui disait qu’il n’en était rien... Et comme pour répondre à ses inquiétudes silencieuses, un bourdonnement lointain leur parvint des profondeurs de la terre.
Sujet : I am a soul woman - Sol
Solveig Mortensen
Réponses : 15
Vues : 197

Rechercher dans : Le Pandémonium   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : I am a soul woman - Sol    Dim 25 Oct 2020 - 0:33
Impassible, Solveig garda le silence. Non qu’elle ne comprenne pas où son interlocutrice voulait en venir. Bien au contraire, elle entendait très bien la nuance subtile entre le fait d’être deux et le fait dual. Elle saisissait ce que cela signifiait pour elle comme pour tous ceux qui servaient la fille du diable. Après tout elle avait dansé pour Lui, pour sa fille devenue Lui et elle avait signé de son nom dans le Livre Noir. Mais elle comprenait aussi à présent ce qu’elle représentait pour ceux qui habitaient cette terre et pour ceux qui rampaient en Enfer. Elle comprenait où résidait sa force et, pour la première fois, en posant ses prunelles glaciales sur elle, un malaise la saisit. Il n’y avait juste rien à ajouter.

Et puis elles avaient d’autres préoccupations, comme lui rendre l’entièreté de son âme et c’était bien la seule chose qui importait, pour le moment. Une sorte d’empressement crépitait dans l’air ; Elles en étaient si proches que Solveig pouvait le sentir, presque physiquement, comme un frisson d’anticipation qui courait le long de sa peau. C’était comme si les deux parties d’elle-même s’appelaient mutuellement et s’attiraient. Sauf que l’arme n’était pas encore prête à relâcher son dû et la nécromancienne devait admettre qu’elle en éprouvait une sorte de fascination morbide. Pour assouvir ses besoins, sa faim insatiable, elle n’avait pas hésité à faire d’elle la parfaite machine à tuer, à lui ôter toute autre envie que celle faire couler le sang. Et cela avait fonctionné.

Mais pour le moment Tourment reposait sur son piédestal de pierre et, loin d’être inerte, ses rhizomes métalliques couraient le long de la pierre. Comme si elle goûtait son environnement, comme si elle cherchait la chaleur de la main qui la maniait. Elle semblait inoffensive lorsqu’elle n’était pas dans la sienne mais Solveig savait qu’il n’en était rien ; Elle avait été capable d’imposer sa volonté à celles et ceux qui l’avaient maniée avant elle, d’entraîner leur esprit en son sein pour leur ôter toute volonté et cultiver leur dépendance. Et garder leurs âmes pendant des millénaires. On racontait même qu’elle était capable de murmurer à l’oreille de ceux sur lesquels son emprise était la plus forte.

« Elle la porte fort bien, pour ceux qui sont piégés dans ses entrailles. » Releva Solveig avec un sourire aigre, en accrochant les prunelles de l’Antéchrist des siennes.

La douleur était-elle pire que le rien ? Elle ne l’aurait pas parié, non. La Norvégienne avait souffert mille tourments en n’en souffrant précisément aucun. Elle avait senti son esprit s’étendre dans le néant de sont arme jusqu’à ce qu’elle s’oublie elle-même. Et pourtant, même si le souvenir était encore vivace, Solveig ressentait l’envie – non, le besoin – de tendre la main pour sa saisir de Tourment et de sortir d’ici pour perpétrer un massacre. Elle sentait sa présence chaude et entêtante à l’orée de son esprit qui lui rappelait quels bons moments elles avaient passé ensembles et qui lui susurraient qu’elles n’avaient besoin que l’une de l’autre. Et Solveig se sentait obligée d’acquiescer.

Ce fut Evelyn qui la sortit de sa contemplation malsaine. La Norvégienne cligna des yeux, comme au sortir d’un rêve, rappelée à la réalité par les inclinaisons ravies de la voix de la sorcière qu’elle observa prendre du recul. Puis elle avisa ce qu’elle tenait dans le creux de sa main, ce qu’il restait de son âme qui se débattait pour échapper à sa poigne, et son sang se glaça. Elle était là, cette portion d’elle-même qui lui avait été arrachée ; Ses désirs, ses goûts, ses émotions... Si proches. Pourtant, elle ne fit pas un pas pour s’en emparer. Elle savait que ce n’était pas nécessaire.

La sphère éthérée la pénétra, vive et cuisante, et son âme fut complète. Aussi simplement que ça. Elle était entière, enfin. Et en un instant toute sa perception du monde changea ; C’était comme respirer pour la tout première fois, douloureux et inattendu. Et vital. Le souffle coupé, Solveig accueillit l’extase et le coup des souvenirs qui remontaient à flots. En une fraction de seconde, elle se rappelait de tout ce dont elle avait été privée et elle réalisa combien cela lui avait manqué. En d’autres circonstances, elle se serait probablement laissée aller à céder à ses désirs...

Mais quelque chose d’autre requerrait son attention immédiate ; La masse noire qui se formait sur l’autel, l’incarnation de Tourment qui se dessinait dans des ombres mouvantes. Elle leva ses prunelles sur le spectre et se souvint de tout ce qu’il lui avait pris. Une colère glaciale la saisit. Il y eut un instant de flottement, pendant lequel la nécro-guerrière resserra sa poigne sur la hampe du katana, pendant lequel le spectre grandit et étendit ses ailes noires. Elle n’eut pas besoin d’aller bien loin pour comprendre ce qu’il figurait. Puis il attaqua. Il était rapide. Bien plus qu’elle ne pouvait l’imaginer, elle qui était toujours étourdie par la complétion de son âme.

Lancer de dé #1
Réussite : elle esquive.
Echec : elle prend l’attaque de plein fouet.

Lancer de dé #2
Réussite : elle contre-attaque et touche.
Echec : elle rate.


L’aile spectrale claqua l’air, la fouetta assez durement pour la projeter contre le mur opposé dont les pierres nues – lui ferait-on remarquer plus tard – amortirent bien mal le choc. Le cri rauque resta coincé dans sa gorge, tandis qu’elle s’effondrait dans la poussière. Elle retint encore le grognement de rage qui tentait de s’y insinuer tandis qu’elle ravalait la bile amère qui lui montait aux lèvres et son égo bafoué. Ce n’était rien par rapport à la douleur. Elle était presque certaine d’avoir entendu une côte craquer – et on lui ferait remarquer plus tard que c’était effectivement le cas. Mais il ne fallait pas qu’elle baisse les bras maintenant, elle ne pouvait pas. Pas si près du but.

Alors Solveig essuya le sang qui coulait de son nez et, sans perdre des yeux son adversaire, tâtonna pour retrouver le manche du katana qu’elle avait perdu. Puis elle se redressa, en dépit de la douleur et de la nausée qui la prenait aux tripes, et elle s’élança à son tour. Elle frappa d’estoc, de taille, elle feinta, coula de droite et de gauche pour tenter surprendre l’écho de son passé. En vain. Les coups pleuvaient, inlassablement parés par l’apparition et chaque fois que le métal de l’arme frappait contre le reflet de Tourment qu’elle tenait, la rage de Solveig grandissait en conséquence.

Non qu’elle soit surprise, cela dit ; Tourment était une arme ancestrale, qui gardait en son sein la mémoire de tous les membres de son clan. Elle avait été forgée par la main d’une vierge guerrière d’Odin, une déesse qui, la première, avait empreint l’arme de son sang et l’avait imprégnée de son désir. Elle connaissait ses techniques de combat, elle en connaissait bien d’autres que la Norvégienne ne pouvait même pas imaginer. D’aucuns diraient que c’était comme se battre contre soi-même mais c’était tout à fait différent. C’était aussi se battre contre tout son héritage.

Elle serra la mâchoire pour accuser le coup de la douleur qui venait par vague.

Et s’élança à nouveau.
Sujet : Alaska, nous voilà !
Renan Le Guerec
Réponses : 12
Vues : 84

Rechercher dans : Le reste du monde   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Alaska, nous voilà !    Jeu 22 Oct 2020 - 20:19
Quiconque avait déjà regardé un film d'horreur, savait que c'était une très mauvaise idée de se séparer dans un endroit où des gens avaient disparu ! Mais Renan s'en fichait pas mal : en général, lorsqu'il y avait un méchant dans une histoire, c'était lui. Autant dire qu'il n'avait pas spécialement peur de tomber sur une créature bizarre. Il en avait vu suffisamment depuis qu'il était au service de SHADOW, on pouvait dire que ça faisait partie de sa routine quotidienne.

Laissant ses hommes chercher de leur côté, l'Officier entreprit de fouiller la zone où il se trouvait, utilisant davantage ses pouvoirs afin de localiser un champ magnétique humain. Peu importait qu'ils soient morts, ils continuaient à dégager la même chose, c'était tout ce qui comptait ! Mais ce fut la pièce rapportée de l'équipe qui dénicha le premier corps. Renan la rejoignit aussitôt et s'accroupit aux côtés du corps abîmé. Il observa attentivement la tête, ou plutôt ce qui en restait, avant de finalement hocher la tête.

« On dirait. » Scrutant les bords du crâne qui avait été brisé net, il enchaîna. « C'est arrivé avant sa mort. Enfin, c'est probablement ce qui l'a provoquée. » Il voulait simplement dire que ce n'était pas un animal sauvage affamé qui avait arrangé le cadavre de la sorte. « Ça peut être une arme, mais ça peut aussi être un pouvoir méta humain. Faire exploser un crâne n'est pas si difficile avec les bonnes capacités. »

Lui-même pouvait transformer un humain en véritable légume alors qu'à la base, il n'était censé contrôler que le magnétisme. Tout était une question d'entraînement ! Renan n'aurait donc pas été étonné d'apprendre qu'ils étaient tombés sur une équipe adverse qui avait utilisé ses pouvoirs et fait sauter tous les crânes comme des bouchons de champagne. Dans la mesure du possible, même s'il ne pourrait pas mourir grâce à la magie de Lady Death, il préférait éviter de tester ça.

Le Breton se rapprocha du crâne en morceaux, essayant de repérer de quelconques traces pouvant lui indiquer s'il s'agissait d'une blessure par balle, ou de tout autre chose. Peut-être qu’avec un peu de chance, les autres membres de l'équipe allaient trouver les corps manquants, et la déduction en serait plus facile ?

    Lancer de dé #1
    RÉUSSITE : il peut identifier la blessure.
    ÉCHEC : il ne peut pas.

    Lancer de dé #2 (Si réussite au #1)
    RÉUSSITE : c'est une attaque par balle.
    ÉCHEC : c'est une blessure infligée par un pouvoir.


    Lancer de dé #3
    RÉUSSITE : d'autres corps sont trouvés.
    ÉCHEC : aucun autre corps en vue.

    Lancer de dé #4 (Si réussite au #3)
    RÉUSSITE : même blessure que l'autre corps.
    ÉCHEC : ils sont indemnes, impossible de savoir de quoi ils sont morts.


La blessure ne ressemblait à rien de ce que Renan avait déjà pu voir. Il fut donc parfaitement incapable d'identifier ce qui avait causé la mort de cet homme et n'eut aucune honte à le reconnaître. Tout en se redressant, il s'adressa à l'agent à ses côtés.

« Je n'arrive pas à savoir ce qui a provoqué ça. Continuons à chercher, nous reviendrons plus tard pour le récupérer. »

Leur mission principale était de savoir ce qui avait tué ces deux équipes, mais surtout de découvrir ce qui se passait dans cette base ! Adressant un geste de la tête à l'agent Carte, Renan l'invita donc à le suivre. Ils ne firent que quelques pas avant qu'une nouvelle voix ne résonne dans leur oreillette :

« J'ai trouvé d'autres corps. »
« On arrive. »

Pressant le pas, l'Officier de la Pénombre rejoignit rapidement la position de l'agent qui se tenait debout aux côtés de plusieurs corps. Leur peau était blême, ce qui était normal puisqu'ils étaient morts, mais le plus étrange restait qu'ils n'avaient pas l'air morts. Leurs corps étaient parfaitement indemnes, on avait presque l'impression qu'ils étaient morts après s'être allongés pour piquer un roupillon. Fronçant les sourcils, le Français s'accroupit à nouveau aux côtés de l'un des corps et entreprit de fouiller ses poches pour essayer de dénicher quelque chose d'intéressant, mais en vain. Il jeta un rapidement coup d’œil à ses agents.

« Fouillez leurs poches, voyons si nous trouvons quelque chose. Sinon, on laisse tout en place et on se dirige vers leur objectif en essayant de dénicher des indices. »

Ils avançaient à tâtons, mais on ne pouvait pas vraiment dire qu'ils avaient d'autre choix, compte tenu de la situation actuelle !
Sujet : Rando et rencontre(s) [ft Avery]
Abel R. Khan
Réponses : 3
Vues : 43

Rechercher dans : Environs de Star City   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Rando et rencontre(s) [ft Avery]    Mer 21 Oct 2020 - 11:06
Le jeune homme s’était redressé. Une main contre l’arbre qui lui avait servi de dossier. Il n’était c’était pas vraiment rendu compte que finalement il n’était peut-être pas à l’orée du bois. Le bois qui d’ailleurs avait plutôt l’air d’une petite forêt. En effet, l’espacement des arbres qu’il avait vu en arrivant tenait plus de l’effet d’optique. A son endroit le feuillage était déjà plus dense même si la lumière du jour passait aisément. Il laissa son arbre et fronça les sourcils. Les craquements n’étaient pas si proches mais avaient quelque chose de régulier. Qu’est-ce que cela pouvait bien être? Les animaux n’étaient pas aussi actifs en journée.

Abel décida d’en avoir le coeur net. Il se fia à son intuition ainsi qu’à ses sens pour déterminer l’endroit d’où pouvaient venir ces craquements. Rapidement il dû ajouter un visuel au son. Largement devant lui, parmi les frondaisons, des sursauts lumineux brillaient par intermittence. Comme des flashs. Ce n’était pas encore aveuglant car les arbres et les feuilles offraient encore une protection suffisante. Dans la tête du métis des questions fusaient déjà. Qu’est-ce que cela pouvait bien être? Ce n’était sûrement pas naturel. Et une nouvelle fois il écarta la piste animale. Quel genre de bestiole pouvait produire des flashs de lumière?

Son oreille commençait à le chauffer. C’était pas forcément bon signe. Mais ses pas le rapprochaient inexorablement de la source lumineux. Il sentait également comme une petite odeur de brûlé. Ou de chauffage qui vient de se mettre en route. Il n’aurait su choisir entre les deux sensations. Sous ses pas bruissaient les feuilles déjà tombées. Il ne cherchait pas à être discret mais à savoir ce qu’il y avait devant lui. Puis il vit et dû s’arrêter.

Face à lui dans une sorte de clairière dégagée et au milieu une personne en armure. Ce qui le surprit le plus c’étaient les marteaux qu’elle tenait dans les mains et qui produisaient des arceaux électriques. Il comprenait maintenant les craquements et les flashs lumineux. Etait-ce un super qui s’entraînait ? En tout cas le lieu s’y prêtait. Etait-ce un héros ou un vilain? Tout était possible. Le jeune homme fut d’abord subjugué par cette lumière. Il y avait un côté hypnotisant. Mais il secoua la tête pour revenir à l’instant présent et éviter de finir griller. A ce propos il activa son pouvoir.

Abel prit les propriétés isolantes du caoutchouc qu’il avait sur lui pour se protéger. Juste au cas où. L’avantage de son don c’est qu’il pouvait garder son aspect normal. Il avait l’air d’être lui-même mais sa structure moléculaire avait changée pour devenir imperméable à l’électricité. Ensuite seulement il détailla la personne. Une femme de ce qu’il pouvait en dire. En armure. Avec un casque rappelant celui des Vikings d’autrefois. Il n’arrivait cependant pas à bien distinguer son visage. Il décida donc de s’avancer à découvert. Il leva les mains en un geste pacifique.

Heuuu … EXCUSEZ-MOI ! Impressionnant votre armure ! Et le reste !” lâcha t-il en haussant le ton sur certains mots. Souvent la réaction était fulgurante. Les personnes étaient surprises de voir quelqu’un débouler alors qu’elles pensaient être seules. Du coup soit il se faisait attaquer, soit il se faisait courser. Et il aurait bien gagner sa journée. Il avait pas forcément prévu en plus de la rando, une course poursuite dans les bois. Mais si ça se trouve c’était quelqu’un de sympa. Si ça se trouve.


Citation :
Lancé de dés #1:
réussite: le bruit n’a attiré aucune créature bizarre
échec: deux créatures qu’il n’avait jamais vu ont été attirés par le bruit et la lumière


Dans le même temps où Abel faisait son apparition dans la clairière, un bruissement se fit entendre autour d’eux et deux créatures firent leur apparition. Le jeune homme leur jeta un oeil étonné. Il n’avait jamais vu de chose semblable. Pouvait-il dire espèce animale? Elles n’étaient pas plus hautes qu’un faon. Se tenaient sur quatre pattes. Le reste semblait fait de bric et de broc comme les chimères des contes alchimiques. Elles avaient les yeux braqués sur la scène devant.
Sujet : Chaque fleur attire sa mouche (Natalia)
Natalia Greene
Réponses : 13
Vues : 141

Rechercher dans : Forêt de Watson   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Chaque fleur attire sa mouche (Natalia)    Dim 18 Oct 2020 - 17:09
Les lèvres pincées, Natalia avait songé que, quitte à choisir, elle aurait préféré que leur enquête ne tourne pas au vinaigre. Parce que ça aurait signifié qu’elles se seraient trouvées dans une si mauvaise passe qu’elles auraient été obligées d’entraîner avec elles d’autres de leurs compagnons – et la druidesse ne préférait pas y penser. Optimiste dans l’âme, elle songeait même que, avec un peu de chance, ceux qui s’étaient penchés sur travaux de l’Apiculteur avaient fini par s’en désintéresser et qu’elles ne trouveraient sur place que des débris de l’invasion Terminus, des abeilles mutantes et des installations abandonnées. La part le plus rationnelle de son esprit lui soufflait que ça ne serait pas aussi simple... Pour la simple et bonne raison que ça ne l’était jamais.

Après que Susan ait pris place sur la sonomoto, Natalia s’y installa à son tour. Elle passa le casque que son amie lui tendait et glissa ses bras autour d’elle pour assurer sa prise. Après quoi elle lui signala qu’elles pouvaient partir et le duo d’héroïnes se mit en mouvement, direction la forêt de Watson. Ce n’était pas le moyen de transport qu’elle préférait, loin de là, mais rapidement les paysages urbains laissèrent place à des bordées d’arbres qui eurent tôt fait d’engloutir la vision des gratte-ciels qui s’élançaient au loin. Au bout d’un moment, elles finirent par quitter les chaussées goudronnées pour s’enfoncer sur des routes de campagnes boueuses et criblées de trous d’eau. Une poignée de minutes plus tard elle, étaient arrivées à destination.

La forêt semblait calme, mais Natalia savait qu’il n’en était rien ; Comme les frémissements subtils à la surface d’un lac, la druidesse pouvait sentir l’inquiétude de la faune et de la flore poindre aux alentours. C’était indiscernable, comme un murmure qui allait et venait au rythme de la brise qui balayait les cimes, mais c’était bien là. Restait à savoir ce qui en était la cause. Susan, elle percevait d’autres choses par-delà les arbres ; Des crissements métalliques, un moteur... Des sons étouffés en tout cas. Elle fronça les sourcils, essayant d’associer les éléments qu’elles avaient disposition.

« Le laboratoire de l’Apiculteur existait avant l’invasion Terminus. Mais les images satellites ne montrent que les débris de l’invasion, pas de bâtiments... Elle fronça les sourcils. C’est peut-être un complexe souterrain ? Ça expliquerait pourquoi les bruits sont atténués. »

Pas ce qu’il y avait dedans, cela dit. Mais quelque chose lui disait qu’elles n’en sauraient rien à moins d’étudier la question en profondeur. Susan affirmait en tout cas qu’il n’y avait pas d’abeilles mutantes et Natalia considéra que c’était déjà ça de pris.

« Allons-y, décréta finalement Natalia, en passant sa capuche. On va essayer de se rapprocher au maximum. Après un instant, elle ajouta. Et j’irai en reconnaissance, d’accord ? »

Elle avait offert un sourire rassurant à sa meilleure amie, consciente qu’elle ne risquait rien – ou presque – à s’éloigner. Après tout, rien ne ressemblait plus à un animal qu’un autre animal. Les deux jeunes femmes marchèrent en silence, prêtant attention aux bruits de la forêt. Là où Susan portait son ouïe vers leur objectif, rectifiant leur trajectoire lorsque c’était nécessaire, Natalia se concentrait plus sur les sensations qui émanaient des bois alentours. Au bout d’une vingtaine de minutes il apparut clairement qu’elles approchaient de leur objectif : le bruit s’intensifiait, ainsi que le sentiment de malaise croissant qui l’étreignait. Elles trouvèrent abri derrière un large tronc.

« Je te rejoins ici. »

En un clin d’œil, la druidesse laissa place à un rapace de grande taille qui, quelques battements d’ailes plus tard, retrouvait le couvert de la canopée des arbres. À la faveur d’une percée dans les ramures, Natalia put observer les restes de l’invasion Terminus qui marquaient l’emplacement du lieu qui les intéressait. Elle entama une descente pour venir se poser sur une branche basse et observer ce qui se trouvait en contrebas.

Lancer de dé #1
Réussite : il y a bel et bien un bâtiment.
Echec : c’est un complexe entièrement souterrain.

Lancer de dé #2 (si échec au lancer #1)
Réussite : elle arrive à trouver une entrée.
Echec : elle n’y arrive pas.


Lancer de dé #3
Double réussite : ce n’est pas surveillé.
Un échec : il y a des caméras.
Double échec : il y a des caméras et des gardes.


Derrière un bosquet sombre et dense, Natalia discerna le coin d’un édifice de béton brut. Sautillant de branche en branche, la druidesse s’approcha discrètement, s’assurant de toujours se trouver sous le couvert des arbres pour ne pas risque de se faire repérer. Le bâtiment – ou ce qui s’en approchait tout du moins – était en tout et pour tout composé d’un gros bloc grisâtre sans fenêtre apparente et fermé d’une porte en acier rouillée. Sans qu’elle sache vraiment pourquoi, l’allure de la bâtisse lui évoquait un souvenir... Mais elle était bien incapable de mettre le doigt dessus. Elle prit le temps de l’observation et s’envola de nouveau.

Après en avoir fait le tour plusieurs fois, et s’être assurée qu’il n’y avait ni caméras de sécurité, ni gardes, Natalia s’empressa de retourner auprès de Susan.

« J’ai trouvé quelque chose, fit-elle après avoir retrouvé forme humaine. Il y a un bâtiment. Pas enterré mais en béton, peut-être armé. Ça y ressemble en tout cas. Elle leva les yeux vers Susan. Pas de caméras, pas de gardes. J’ai vérifié. Elle marqua une pause. Quelqu’un essaie de faire croire que c’est abandonné. En tout cas, j’en ai l’impression. »

Mais elle savait qu’il n’en était rien, sans quoi son amie n’entendrait pas des bruits en émaner. Pourquoi prendre la peine de faire croire le contraire ?

« On fait quoi du coup ? » Demanda-t-elle finalement.
Sujet : Don't Jinx it - Nerys
Nerys Fitzgerald
Réponses : 40
Vues : 218

Rechercher dans : Le quartier du Front de Mer   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Don't Jinx it - Nerys    Dim 18 Oct 2020 - 1:12
« J’en sais rien. Peut-être qu’il a pas trouvé comme remonter. Ou qu’il était coincé ailleurs et qu’on a pas de chance ? Ou… J’en sais rien ? »

Je sursaute quand un coup plus fort que les autres ébranle la porte. La vache, ce truc ne plaisante pas du tout. Quelques temps plus tard, je me retrouve à attendre près de la porte que Rafa est occupé à marquer avec… Un sort, mais je n’y comprend rien, à ce genre de choses, moi. Je lève brutalement les yeux. Tout vient de s’éteindre. Mince alors. Ça, j’admets, ça craint. J’acquiesce d’un signe de tête et trottine derrière Aleksia, Al’ à ma suite.

Quelques secondes plus tard, la situation… Bah, dégénère ? La porte cède dans un bruit assez assourdissant pour nos oreilles, au border et moi. Et le magicien se fait agresser. Je pose tout mon bordel près de la porte de secours, le coeur au bord des lèvres. Bon, qu’est ce que c’est que ça ? Un truc qui… Qui disparaît et réapparaît ? Non. Enfin je ne sais pas trop, mais je jure que ça pue le Terminus bien comme il faut. J’arme mon arc et tire une flèche qui lui passe à travers. Merde alors.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Nerys fait libérer Rafa.
    Echec : disons qu’il a pu brièvement respirer ?

    Lancer de dés #2 (si réussite au #1)
    Réussite : Elle arrive à tenir au moins la bestiole en respect, même si ce n’est pas franchement facile.
    Echec : nope. Osekour help me please.

    Lancer de dés #3
    Réussite : la porte du bureau est toujours active malgré la panne de courant, and that’s good news.
    Echec : again, that’s a no.


Sans perdre mon calme - encore une fois, avoir peur ne veut pas dire céder à la panique, attention - je me replace et arme soigneusement l'arc. Cette fois, je charge Alwin de faire office de distraction. Même si je déteste cela, il n'est pas du genre à rester en retrait quand on a à faire à ce genre de trucs. Je me concentre, et quand je suis à peu près sûre qu'il est cent pour cent présent, j'ouvre les doigts dans une expiration maîtrisée. Le temps que ma flèche se fiche dans ce qui lui tient lieu de main, sous les lueurs rouges, et il lâche Rafa. Sifflement modulé. Autant pour ramener l'attention néfaste de la créature sur moi que pour indiquer à Al' de ramener l'espagnol vers nous.

Le monstre se dirige à toute vitesse vers moi. Avec tout le sang-froid que je suis capable de déployer, je parviens à le tenir presque à distance. Presque, parce que malgré tout, ce truc se rapproche de plus en plus. Rapport au fait qu'il évite une flèche sur deux et que l'autre le fait simplement freiner une seconde, généralement.

« On peut refermer la porte de l'autre pièce ?! »

J'ai parlé par dessus mon épaule, parce que je n'ose pas détourner les yeux, pas avec la lumière plus que chiche et le fait que je ne vais pas tarder à faire une rencontre rapprochée avec ce truc. Je crois qu'il ne reste plus que trois bons mètres entre nous, à ce stade. Et je n'ai pas une réserve inépuisable de flèches, moi, hein.
Sujet : Will-o'-the-woops - Aria
Aria Romanelli
Réponses : 29
Vues : 169

Rechercher dans : Environs de Star City   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Will-o'-the-woops - Aria    Dim 18 Oct 2020 - 1:01
Tant que je la poignarde. Un acte à peine plus facile à décrire qu’à exécuter, mais je ne me plains pas outre mesure. Je n’ai pas pour habitude de tirer sur le messager, comme le dit l’expression humaine. Quelque part, n’est-il pas plus agréable de ne pas avoir à cibler une partie particulière de la monstruosité à laquelle nous faisons face, je songe en me préparant à son retour. Je l’ai momentanément éloignée de notre bout de terre, mais elle reviendra à la charge. Et effectivement, elle ne tarde pas à le faire.

Je reprends le combat en guettant l’ouverture, ignorant soigneusement les éclats de lumière que causent les attaques de Rafael. Comme je lui tourne le dos la plupart du temps, ils ne me gênent que très modérément et ce n’est pas là chose difficile. J’ai combattu dans des conditions bien plus délicates au cours de ma vie. J’écarte une main griffue du plat de la lance, en profite pour frapper du pied le ventre de la créature en blanc, retourne l’arme et m’apprête à viser. Pourtant, c’est elle-même qui recule cette fois, sans que je ne comprenne pourquoi. Je me redresse légèrement, jette un regard en arrière et réalise que le magicien humain est parvenu à se débarrasser de l’essentiel des corps en marche.

Malheureusement, cela lui a valu les attentions malveillantes de mon ennemi. Celle-ci hurle, si fort cette fois que je vacille et que mon sens de l’équilibre est perturbé. Assez pour que lorsque je tente de l’intercepter, la créature parvienne à m’éviter et à se jeter sur mon allié pour le renvoyer dans l’eau saumâtre qu’il avait à peine quitté, ce me semble.

    Lancer de dés #1
    Double réussite : Aria arrive à atteindre sévèrement la Fae et en profite pour repêcher Rafa.
    Une réussite : elle arrive simplement à la faire lâcher et à sortir son ami de l’eau.
    Double échec : Aria met tout le monde au sec de force, mais bon.

    Lancer de dés #2 (si réussite au #1)
    Réussite : Elle peut l’achever.
    Echec : Non.

    Lancer de dés #3 (si échec au #1)
    Réussite : petit à petit, Aria reprend le dessus.
    Echec : et un oiseau mouillé, un.


Avec un soupir de dépit, j'inverse ma prise sur la lance d'un rebond agile, glisse jusqu'au bord de l'eau et repêche Rafael une fois de plus. Tout en glissant de force un bras autour de sa taille, soutenant son poids et celui de la dame sans mal, je frappe avec violence, visant le cou. La créature lâche un nouveau cri qui me fait chanceler mais je ne cède pas. C'est elle qui lâche prise en premier et je recule en soutenant à moitié le mage humain. Je ne le lâche qu'au milieu de notre îlot.

« Accroupissez-vous, ne bougez plus. »

J'appuie sur son épaule pour le forcer à genoux tout en surveillant attentivement les environs, utilisant ma vue à défaut de mon ouïe malmenée. Je me tiens avec vigilance au dessus de mon allié, ce faisant. C'est finalement du coin de l'oeil que j'avise un mouvement brutal. Je pivote d'un quart de tour sur la gauche sans même toucher Rafael. La créature vient presque s'embrocher d'elle-même sur sa lance. Son cri semble être un cri d'agonie. Elle attrape de ses mains griffues l'arme et sa pointe de fer, tente de le déloger. J'accède à ses désirs, profitant de ce que l'élan l'entraîne jusqu'à pour viser l'emplacement de son coeur, avec toute ma force. La chose cesse de hurler. Je suis à moitié sourde, mais j'aurais tendance à dire que cette monstruosité est vaincue. Je recule à demi, sans lâcher la hampe de mon arme.

« Rafa ? Vous allez bien ? »

Immobile, je réalise qu'il va falloir que je le regarde pour espérer comprendre sa réponse - si seulement il m'a entendu.
Sujet : Here, let me help you die — Callie
Siobhan O'Reilly
Réponses : 32
Vues : 183

Rechercher dans : L'Aegia   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Here, let me help you die — Callie    Dim 18 Oct 2020 - 0:49
    Lancer de dés #1
    Réussite : Sio s’est montrée plutôt efficace, et son petit problème d’ennemis est réglé.
    Echec : nope.

    Lancer de dés #2 (si échec au #1)
    Réussite : elle a évité malgré tout et parvient à achever son ennemi facilement.
    Echec : not again ? :(

    Lancer de dés #3 (si réussite au #1 ou au #2)
    Réussite : rien d’autre au programme.
    Echec : Vorobiev avait un petit atout dans la manche en cas de décès.


Par je ne savais quel miracle, Vorobiev parvint à se libérer de mon charmant petit piège. Je reculais d'un bond lorsque le mur de flammes vint à ma rencontre, devant moi, probablement pour rejouer ma première mort. J'avais déjà été un tas de cendres et d'os, et je ne comptais toutefois pas recommencer. Il me fallut quelques instants pour reprendre la main, et je m'en tirais avec quelques brûlures supplémentaires le long de mon dos, mais finalement, je me retrouvais au dessus du mage de feu.

Un sourire mauvais aux lèvres, je lui décochais un violent coup de poing en plein abdomen - mon armure s'étant hérissée de pointes au dessus de chacune de mes phalanges - savourant l'expression de sa douleur sans m'en dissimuler. Il tomba à genoux, et je lui logeais le mien dans le menton. J'eus presque envie de rire quand il s'effondra. Oh, j'aurais adoré faire durer ce moment encore et encore. J'aurais adoré jouir de ma victoire comme je l'entendais, mais cet homme avait peut-être bien réussi à me tuer une fois. Ses petits pièges et ses jeux de pouvoir avaient mis à mal notre expédition commune aujourd'hui. Je n'allais pas lui laisser l'occasion de recommencer.

« Chacun son tour, Vorobiev, je murmurais en invoquant mon épée et en la pointant sur sa gorge à nu. J'espère que tu ne m'en voudras pas trop. »

En vérité, je n'en avais pas grand-chose à faire, mais qui s'en souciait. Avec une lenteur calculée, j'enfonçais la pointe de l'arme dans ses chairs, transperçant la trachée avec une précision presque chirurgicale. Puis je pris le temps de le regarder s'étouffer.

Tout à fait, Siren. Je crois que mon petit problème vient de se régler. Méfiez-vous tout de même que certains sorts ne se réactivent pas à sa mort. Ne bougez pas, si c'est possible.


Lorsqu'il rendit l'âme, je révoquais mon épée et pivotais sur mes appuis sans un oeil supplémentaire pour ce qui n'était plus qu'un cadavre. Callie semblait avoir mené ses propres combats à bien. Je haussais les épaules et croisais les bras, ignorant l'élancement douloureux qui m'en récompensa.

Tout va bien ? Il me semble que l'endroit est sûr, plus ou moins. Je ne sens plus l'influence des mages, en tous cas.

Je préférais tout de même vérifier que mon alliée n'était pas trop touchée, après tout. Rien ne semblait vouloir prendre feu - ou s'effondrer, ou quoi que ce soit de délétère - ce qui m'était tout à fait appréciable. Sans être lasse, je considérais cette histoire comme réglée et n'avais pas envie d'y perdre trop de temps. En fait, j'aurais apprécié un verre.
Sujet : Blackmail - Ft. Thalia
Thalia Cristobal
Réponses : 86
Vues : 722

Rechercher dans : Base de Mannheim   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Blackmail - Ft. Thalia    Dim 18 Oct 2020 - 0:36
Pendant que Tessa et les agents de SHADOW s’emploient, qui à s’occuper de Hanson, qui à relier plus clairement Spencer à Normality, je me trouve partiellement désoeuvrée. Non pas que cela me dérange particulièrement, à dire vrai, de lever un peu le pied de cette affaire qui dure depuis un moment maintenant. D’autant que j’ai toujours tellement de choses à faire d’un point de vue plus… personnel que je ne suis pas pour autant sans occupation.

J’apprends rapidement que Spencer est lié à certains des attentats récents de Normality. De quelle façon, ceci dit, c’est une autre paire de manches que de s’en informer. Il n’y aucune trace de transaction, évidemment, juste des déplacements qui reflètent le circuit du groupe terroriste. Impossible de savoir ce qu’il réalise pour eux exactement à l’heure actuelle. Sauf à le suivre partout et attendre l’occasion, un rôle que j’attribue finalement à Izahuia. Rien de mieux qu’une créature du plan astral pour établir une filature discrète.

Hanson, pendant ce temps, n’apprécie guère le petit jeu que Tessa a instigué, sur mes suggestions. L’appréhension qui en ressortira sera bénéfique pour notre cause, je l’espère. Régulièrement, j’obtiens des nouvelles de mon alliée qui me donnent une certaine confiance en l’avenir : à un moment ou un autre, l’un d’eux ferait l’erreur de trop, et nous n’aurions plus qu’à en récolter les fruits.

    Lancer de dés #1
    Réussite : finalement la patience de ces dames finit par payer. Spencer est relié par des preuves concrètes à Normality.
    Echec : rien de plus, même si Izahuia a identifié le rôle de notre homme.

    Lancer de dés #2
    Double réussite : une nouvelle provocation de Tlazolteotl fait complètement craquer Hanson.
    Une réussite : Il se dispute violemment avec Mathilde suite à cela, laquelle trouve refuge chez Tessa et se confie à elle.
    Double échec : décidément, notre homme a retrouvé la pleine maîtrise de ses nerfs.


Bien évidemment, attendre que nos proies se montrent imprudentes ne veut pas dire ne pas les y encourager. Puisque je ne connais pas suffisamment Spencer pour m'y laisser aller avec succès, je préfère jouer les provocatrices auprès de Hanson. Puisqu'il commence à avoir l'habitude des courriers adressés à son domicile, à lui ou à sa femme, même s'ils n'ont pas été si nombreux, je me charge d'en coincer un sous les essuie-glaces de son véhicule, pendant l'un de ses interminables séjours sur son lieu de travail. Une jolie photo de celui qui a été injustement écroué. Une autre de Tessa, cette fois. Je mouille un petit peu ma collègue, mais c'est pour la bonne cause. Cette fois, l'agent semble entrer dans une colère noire, et est vu par plusieurs de ses compagnons avant de filer vers chez lui. J'imagine que la suite de sa réaction me sera contée par ma propre alliée. Je fais tout de même sonner son portable le temps de lui signifier de se méfier, puis m'esquive en toute discrétion.

Quelques heures à peine plus tard, SHADOW a réussi à coincer Spencer. Enfin, coincer... Disons qu'ils ont réuni quelques éléments à charge tangibles, du genre à tenir dans une affaire juridique, concernant ses liens avec Normality. Ne manque plus qu'à le relier à Hanson - un certain acte de propriété serait parfaitement utile pour ce cas précis, même si dans ce cas, je ferais en sorte de mimer un vol sur son appartement pour exempter cette chère Tessa de tout soupçon. En somme, nous commençons à disposer de bien assez d'éléments pour pouvoir clore toute cette affaire et détourner les regards de notre chère Maire.
Sujet : Here, let me help you die — Callie
Siobhan O'Reilly
Réponses : 32
Vues : 183

Rechercher dans : L'Aegia   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Here, let me help you die — Callie    Lun 12 Oct 2020 - 22:48
Je ne perdis pas mon calme, pas plus que Callie, quand notre entrée comme notre sortie se virent barrées par un mur de flammes. Je savais d’expérience que la morsure d’un feu magique était éminemment désagréable, en plus de ne pas être toujours facile à stopper. Néanmoins, je n’avais aucune raison de paniquer. Si Vorobiev nous avait coincées ici toutes les deux, c’est qu’il comptait pointer le bout de son nez. Je me doutais, en venant, qu’il ne résisterait pas à l’envie de m’envoyer de me faire passer de vie à trépas personnellement. Tandis que la sirène levait le nez pour inspecter, je révoquais donc mon épée et croisais les bras, ignorant la douleur qui montait de mon poignet et de mon dos.

Il ne fallut pas bien longtemps à la sirène pour tenter d’éteindre les flammes qui nous avaient enfermées ici, sans grand succès cette fois encore. Je finis par repérer l’intéressé. Il était assis sur une caisse avec nonchalance et me fixais, un air mauvais sur le visage. Ma foi. C’était parfait. Mon armure dévoila mes traits, et, surtout mes lèvres retroussées en un sourire qui n’avait d’aimable que l’apparence. D’expérience, la colère faisait faire bien des idioties. Vorobiev n’échappa pas à la règle puisqu’il se redressa aussitôt. Il était seul. Nous n’avions aucune raison de ne pas en faire qu’une bouchée. Pourtant, je restais prudente. Mes dernières péripéties s’étaient souvent soldées par de biens mauvais moments, même si le sort semblait au départ en notre faveur.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Le mage de feu galère très rapidement face à Sio et Callie.
    Echec : il tient la route.

    Lancer de dés #2 (si échec au #1)
    Réussite : Sio repère très aisément les zones à risque.
    Echec : il avait vraiment bien préparé le terrain : n’importe quel pas de travers, et c’est un risque de carbonisation instantanée. Ça rend le meurtre difficile.


    Lancer de dés #3 (si réussite au #1)
    Réussite : il n’avait pas d’autres renforts.
    Echec : d’autres membres de son clan sont dans la bâtisse.


De fait, il mordit à l'hameçon. Ma suffisance avait de quoi mettre n'importe qui en rogne. C'était presque une constante agréable, songeais-je quand il sauta à bas de sa caisse. Droit sur le sigil que j'avais préparé, droit dans des chaînes qui vinrent entourer ses bras, le coupant de sa magie. Il pourrait toujours déclencher des sorts qui étaient déjà pré-activés, mais rien d'autre. J'aurais pu m'amuser, mais je ne fis pas dans la dentelle. Je me lançais en avant avec l'intention avouée de lui trancher la gorge. Je n'avais pas de temps à perdre. Une seconde avant d'y parvenir, toutefois, un mur de feu nous sépara brièvement de lui. Je grinçais presque des dents.

« Il y a deux derniers vivants qui arrivent. Retenez-les un instant. »

Je n'hésitais pas pour ma part. Je fis apparaître un pique juste derrière la gorge de Vorobiev, et le rappelait à moi. Se faire transpercer par cela ne lui ferait aucun bien. Je n'avais pas besoin d'être proche, pour tuer.
Sujet : Will-o'-the-woops - Aria
Aria Romanelli
Réponses : 29
Vues : 169

Rechercher dans : Environs de Star City   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Will-o'-the-woops - Aria    Lun 12 Oct 2020 - 22:30
Je n’ai pas le temps de prendre des nouvelles de Rafael. Il est resté un moment dans l’eau, je crois, mais j’ai des préoccupations plus urgentes. Je me contente donc de demander brièvement quels sont les points faibles de la créature qui nous fait face, si du moins il les connaît. Du fer, répond-il. J’expire entre mes dents, agacée. Mon épée n’est pas en fer. Nous ne l’utilisons plus dans nos alliages depuis bien longtemps, et Lux Aeterna, quoi qu’il en soit, est particulière. Elle a été forgée dans le même métal que mon armure. Je recule d’un bond quand la dame en blanc griffe ma joue, profitant de l’occasion pour frapper son menton du poing et la faire battre en retraite un bref instant.

Un très bref instant. Une poignée de secondes plus tard, je me retourne quand elle passe comme une furie à côté de moi. Les lasers du mage ont illuminé le marais un bref instant, et elle en a semble-t-il pris ombrage. Je suis toutefois quelque peu occupée à me débarrasser d’un cadavre qui tente de m’entraîner sous l’eau à mon tour. Un nouveau cri me fait chanceler. Mes tympans commencent à souffrir de mes moments de combat avec Rafael. L’avantage reste qu’elle a été touchée. Le mage me met son arme entre les mains.

J’observe la lance un instant et rengaine sans une hésitation mon épée. Je maîtrise bien mieux l’épée ou l’arc que la lance, mais je me suis entraînée avec toutes sortes d’armes en sept cent ans. Certains de mes subordonnés adoraient celles-ci. Je l’empoigne, recule d’un bond pour éviter un corps, tout en testant brièvement l’équilibre de l’objet. Seulement alors, je repasse à l’attaque.

    Lancer de dés #1
    Double réussite : Firiel réussit à blesser sérieusement la Fae, qui bat en retraite.
    Une réussite : Elle la blesse un peu, mais cette saleté est rapide.
    Double échec : Hm, c’est plutôt Firiel qui ramasse, pour changer un peu.

    Lancer de dés #2 (si double réussite au #1)
    Réussite : les cadavres battent en retraite avec elle.
    Echec : ils restent.


    Lancer de dés #3 (si un échec au #1)
    Réussite : plouf, un zéro pour la dame ailée.
    Echec : plouf, un zéro pour la dame en blanc, c’est con.


Je réussis à peine à la tenir en respect, au moins au départ. Avec une arme qui n'est pas la mienne, dans des circonstances qui me sont défavorables, je peine à prendre l'ascendant. Pour autant, je ne me décourage pas. Même sans le sort qui bloquait autrefois mes émotions, la peur n'a pas sa place dans mon esprit. Je refuse d'avoir peur, comme une proie faiblarde. Cela fonctionne aussi bien que n'importe quelle malédiction, n'en déplaise à Lady Satan.

Je recule devant la créature en blanc, cela dit, tout en essayant de ménager de l'espace à Rafael. Elle réussit à me toucher au visage une fois de plus, puis entre deux pièces d'armure, sur l'un de mes bras. Sur cette passe, toutefois, j'en profite pour me servir de la lance pour la blesser - je l'effleure à peine, mais c'est suffisant pour la rendre matérielle. Un coup de genou l'éloigne de moi, avant que je n'use du fer pour blesser encore, assorti d'un violent coup de pied dans ce qui devrait être son plexus solaire. La créature valse en arrière, se volatilisant avant de toucher l'eau. Ses corps sont toujours autour de nous, ou sortent de nouveau de l'eau, à tout le moins. Elle va revenir bientôt.

« Le fer peut la tuer ? Pour de bon ? Un endroit à viser ? »

Je ne demande pas comment il se porte. Il y a un temps pour tout, et, déjà la créature revient à l'assaut dans un cri qui me ferait presque voir flou tant il est agressif.
Sujet : Blackmail - Ft. Thalia
Thalia Cristobal
Réponses : 86
Vues : 722

Rechercher dans : Base de Mannheim   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Blackmail - Ft. Thalia    Lun 12 Oct 2020 - 15:59
Ma tasse dans les mains, installée confortablement, j’ignore entièrement la cihuateotl qui nous observe toujours. Izahuia ne bougera sans doute pas jusqu’au départ de Tessa. Cela ne me dérange pas. Dans les Treize Cieux, c’était loin d’être la seule de son espèce à vivre dans mon domaine. Je suis habituée à les avoir autour de moi, peu importe la forme qu’elles prennent pour cela, et plus habituée encore à les ignorer lorsqu’elles rôdent autour d’humains inconscients de leur présence. Je me contente donc d’observer une jeune femme qui elle, observe le monde par les fenêtres. Lorsque je reprends la parole, c’est pour choisir, une fois n’est pas coutume, la voie de la patience.

Oh, ce n’est pas la première fois. Il m’est arrivé de m’incarner sur Terre pour mettre en branle des évènements qui ne connaîtraient leur dénouement que des dizaines d’années plus tard. Le temps a une signification bien différente lorsqu’il est infini. J’ai toutefois tendance à apprécier de voir rapidement mes projets porter leurs fruits, lorsque je le peux. Cette fois, pourtant, ce serait manquer de prudence. Puisque ma compagne semble être de la même opinion que moi, je mets donc cela de côté.

« Gardez cette possibilité à l’esprit. Laissez-lui le temps d’angoisser un peu, et si cela ne suffit pas à plonger… Dites-lui que vous vous sentez coupable vis à vis de Mathilde. Que vous ne voulez pas lui mentir, qu’il faut lui avouer votre vilain petit secret. Laissez-lui le temps de le faire lui-même. L’appréhension peut faire parfois plus de merveilles encore que l’heure des révélations en soi. »

Nous discutons encore quelques temps afin de nous mettre d’accord sur la suite des évènements, pour que finalement, Tessa prenne congé. Je me redresse et la raccompagne à pas légers.

« Ne me remerciez pas. »

Un léger sourire vient relever la commissure de mes lèvres. Il y a tant de créatures pour qui un remerciement vaut pour l’acceptation d’une dette, et je me suis servie de ce genre d’erreur oratoire plus souvent qu’à mon tour, mais ce n’est pas pour cela que je l’enjoins de ne pas le faire. Juste parce que je n’ai rien fait qui demande remerciements. J’apprécie l’humaine. Ce n’est pas vraiment sa faute si comme tant d’autres, elle a été embrigadée dans quelque chose qui la dépasse. Je la salue et referme la porte derrière elle, abandonnant dans un soupir l’illusion d’humanité que je maintiens sans cesse. Izahuia a repris une forme physique. Je détaille son visage squelettique, monstrueux, en silence.

« Elle est jolie.
Et hors limite, mon cœur. Ne la touche pas.
»

Je la renvoie d’un geste et passe dans la chambre en réfléchissant à la suite des évènements. D’abord, me rendre à Mannheim afin de demander plus d’informations au sujet de Spencer. Il s’avère rapidement que celui-ci n’a pas de comptes qu’il utilise réellement. Il semble privilégier l’argent liquide chaque fois qu’il met le nez dehors, ce qui le rend d’autant plus difficile à suivre. Pourquoi, toutefois ? Simple paranoïa ou réel besoin de rester en dehors des radars ? Je ne saurais le dire. Je charge finalement Cetl de le suivre discrètement. Peut-être trouvera-t-elle… Quelque chose ?

Les jours passent et malgré les menaces supplémentaires, Hanson semble tenir bon sous la menace. Ce serait digne d’éloges si ça n’était pas aussi terriblement pénible. Je songe un instant à le maudire, le forcer à revivre ses péchés soir après soir, mais si quelqu’un sent la trace du sortilège sur lui … ? Cela risque juste de le conforter dans ses choix.

    Lancer de dés #1
    Réussite : C’est bel et bien Hanson qui file du liquide à Spencer, mais pourquoi.
    Echec : toujours plus de nouveaux intervenants, ça commence à se disperser tout ça.

    Lancer de dés #2
    Réussite : Spencer et Hanson doivent collaborer depuis un moment, il semble être intervenu sur certaines affaires, de façon officieuse.
    Echec : SHADOW ne trouve rien de plus.


    Lancer de dés #3
    Réussite : les fameux nouveaux intervenants s’avèrent être des sympathisants du CODE et de Normality.
    Echec : Well nope.


Il s'avère finalement que Spencer reçoit son argent de la part de deux autres personnes. Un homme et une femme, qui sont identifiés après quelques jours de recherches comme des sympathisants de Normality. Je ne sais pas quoi faire de cette information de prime abord, jusqu'à réaliser que l'affaire que Hanson a trafiqué a fait emprisonner un super. De là, je demande à SHADOW deux choses : tenter de lier Spencer à d'éventuels attentats du groupe qui auraient eu lieu depuis l'achat de la maison, mais aussi et surtout de trouver si d'autres affaires de l'agent du FBI semblent avoir été falsifiées avec pour résultat un malencontreux dénouement pour des supers ou des mutants. S'il est possible de prouver quelque chose de ce genre, la carrière de Hanson sera finie. Et nous serons débarrassées d'une épine dans le pied. Je transmets ces nouvelles informations à Tessa de vive voix, après l'avoir invitée à passer prendre un thé une fois de plus dans mon appartement, puis reprend le cours de mes propres recherches.

Spoiler:
 
Revenir en haut 
Page 1 sur 26Aller à la page : 1, 2, 3 ... 13 ... 26  Suivant
Tag 1 sur Star City Heroes Categorie_6Tag 1 sur Star City Heroes Categorie_8
Sauter vers: