Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Tag 1 sur Star City Heroes Bouton_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Logo de la barre de navigation

Tag 1 sur Star City Heroes Categorie_1Tag 1 sur Star City Heroes Categorie_3

385 résultats trouvés pour 1

AuteurMessage
Sujet : Une vie sans émotion est une vie perdue
Victoria Neutron-Grey
Réponses : 16
Vues : 102

Rechercher dans : Brett Building   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Une vie sans émotion est une vie perdue    Mar 16 Aoû 2022 - 9:49
Pourtant, tu serais la monture par-faite ! s’exclama-t-elle en riant.

Des larmes perlaient au coin de ses yeux tant elle avait ri, non pas moqueuse mais bien amusée, de voir Hakon sous sa forme d’ours essayer de se dépatouiller entre deux sauts. C’était… et bien, burlesque, comme Victoria l’espérait en l’amenant ici. Pendant un moment, cette dimension lui avait servi de zone d’entrainement pour contrôler sa mutation et ses rebonds. Depuis qu’elle maîtrisait cette partie de son pouvoir, elle l’utilisait davantage comme une salle de jeu où elle venait parfois souffler si elle désirait être seule.

Mh, un gage ? Intéressant… Je peux tout faire, avec ma mutation, tu devrais le savoir. Tout ! Je suis un être supérieur, bouahahaha !

À nouveau, la jeune femme exagérait à dessein le discours cliché d’un super-vilain lambda pour le simple plaisir de s’amuser. Elle ne se pensait supérieure à personne et elle était loin de pouvoir tout faire.

Mon cher nounours, pour cela, encore faudrait-il que tu me dépasses… Je te propose de rebondir jusqu’au champignon mauve avec des pois blancs, tout là-bas. Le premier arrivé donne un gage à l’autre, et tous les coups sont permis.

Vu leur résistance mutuelle, il faudrait au moins cela pour que la course soit amusante ! Victoria aurait pu tricher en lançant son bras très loin pour gagner du terrain mais elle avait bien parlé de « rebondir » donc elle s’y tiendrait. Comme ils se trouvaient au même niveau ou presque, elle sauta sur son champignon, sauta encore pour prendre de l’élan et culbuta dans les airs avant de retomber droit sur ses pieds sur le champignon suivant.

T’es à la traine, beau blond !

Jet du hasard #1 :
Réussite : Victoria gagne la course.
Échec : Hakon gagne la course.


Durant la course, Victoria se donna en spectacle en enchainant les figures dans les airs, s'amusant à rebondir avec grâce et habileté. Hakon n'avait, objectivement, pas la moindre chance de l'emporter sauf si elle le laissait gagner car elle avait quasiment fait ça toute sa vie, depuis qu'elle avait découvert sa mutation. Le viking possédait bien des talents mais pas celui de triompher dans un duel de bonds. Ainsi, Victoria arriva la première au sommet du champignon mauve à pois blancs qui n'avait de place à son sommet que pour une personne, vu son étroitesse et la forme de son chapeau. On aurait dit un parapluie plié.

Gloire à moi ! s'exclama-t-elle en levant son poing vers le ciel. Pour ton gage, mh... Et si tu allais au bureau en portant un pyjama licorne ? Tu sais, celui en une pièce avec un bonnet intégré, tout doux, tout chaud. Tu ferais un malheur.

Comme le Major Colt s'il l'apprenait, probablement... Mais plus rien ne devait l'étonner avec ces deux énergumènes.
Sujet : The worst form of injustice is pretended justice
Nerys Fitzgerald
Réponses : 23
Vues : 250

Rechercher dans : Les niveaux supérieurs   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : The worst form of injustice is pretended justice    Lun 15 Aoû 2022 - 22:47
Je suis tellement focalisée sur cette fichue odeur de pourriture que je ne vois pas grand-chose. Donc je m’oblige à fouiner avec plus d’attention, déplaçant un carton détrempé - vous avez pas idée d’à quel point ça pue, le carton mouillé, je déteste ça - quand Natalia m’appelle. Je me redresse comme un suricate aux aguets. N’importe quel indice qui nous emmènera loin d’ici. Je trottine jusqu’à elle - c’est vite fait, on est dans une ruelle, pas un boulevard - et baisse le nez sur ce qu’elle a trouvé. Une plume. Argentée. Ok. Ça, c’est Silver Angel.

J’observe ça d’un air dubitatif avant d’appeler Alwin, occupé à renifler autre chose, puis je lui désigne le tout. Il s’emploie à l’inspecter très attentivement pendant que de mon côté, je me décompose en voyant l’héroïne repousser une plaque d’égoût. Ah, oui, vraiment, on n’a aucun pitié pour moi.

« Avoue que tu me détestes » je gémis.

Avant de me souvenir d’à qui je parle.

« Enfin, euh, c’est une blague, mais ça pue… ça sent mauvais, là dedans. »

Je rougis vaguement et la dépasse avant de me laisser glisser le long de l’échelle. Alwin se laisse tomber, lui, et je le rattrape avec la force de l’habitude.

Quelqu’un va avoir droit à une douche en rentrant.
Pourquoi ?!


Je jette un regard entendu à Alwin. Bah tiens, comme s’il ne savait pas. Je tapote l’écran sur mon bras pour qu’il éclaire les environs et fronce le nez. Dieux, je déteste de plus en plus cette histoire. Zoé est tout à fait d'accord avec moi, soit dit en passant. Elle a enfoui son museau dans le haut de ma tenue. Noodle est le seul qui n'est pas plus dépaysé que ça, en fait. Au moins, j'ai pas les pieds dans l'eau. On va voir le positif.

    Lancer de dés #1
    Réussite : la plume a effectivement blessé l’inconnu·e.
    Echec : ça restera un mystère pour le moment.

    Lancer de dés #2
    Réussite : malgré les égoûts, Nerys et Alwin peuvent suivre une piste.
    Echec : il va falloir improviser et espérer trouver d’autres indices car la piste s’estompe très vite.

J'attends que Natalia me rejoigne et je lui jette un regard éteint. Yeurk, yeurk, re-yeurk.

« Oh, au fait, y'avait du sang, sur la plume. Avec cette sale odeur, là. Avec un peu de chance, ça nous aidera à le pister ici. »

J'attends pas de réponse pour faire ça. Rapport au fait que la piste continue en bas. A la première intersection, je tourne à droite sans hésiter. Parfois, il faut un peu de temps pour qu'on avance, mais finalement, on arrive à un cul de sac. Enfin, disons que sinon, ça implique de rentrer dans l'eau jusqu'à la taille et si on peut éviter... Je remonte l'échelle la plus proche, file une crise cardiaque à un passant, hume l'air, et redescend quand je fais chou blanc.

Super.

Eau dégueulasse ce sera, quoi.

« Je suppose que faut continuer par là, mais je te laisse passer devant. T'as pas un moyen de nous éviter... De patauger là dedans, par hasard, » je demande, pleine d'espoir.

De toute façon, le tunnel continue en ligne droite, on peut pas se tromper. On touche peut-être au but ? Faudrait que je prévois un harnais de portage pour Alwin, tiens, ce serait tellement mieux. Le faire remonter va être tellement pénible. Je vérifie que Noodle sera assez haut dans mon costume pour ne pas risquer de boire la tasse, avant de me lancer.
Sujet : Help me, Cassandra Wormwood, you're my only hope
Cassandra Wormwood
Réponses : 33
Vues : 292

Rechercher dans : Les mondes possibles   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Help me, Cassandra Wormwood, you're my only hope    Lun 15 Aoû 2022 - 17:20
Célébrer la libération de Solveig n’était pas au planning du jour. Cassandra était passée devant elle en courant et avait entamé aussitôt l’ascension de la volée de marches qui les avaient menées dans cette salle de malheur quelques minutes plus tôt. Elle ne s’arrêta pas plus en traversant les couloirs de l’étage, même si un dérapage à peine contrôlé la mena à un ouvrage qu’elle ramassa en passant. Sans savoir pourquoi, mais à ce stade précis des événements, elle agissait sans réfléchir. Elle considèrerait l’utilité des pages rongées par le temps plus tard.

Elle en aurait presque oublié le couteau qu’elle n’avait pas pris la peine de dégager de sa paume, partant du principe qu’une géante occupée à voir sa main brûler était une géante qui ne leur courait peut-être pas après. Même si elle ne risquait pas de pouvoir prendre l’escalier, la petite médium n’aurait pas parié sur une mauvaise surprise quelconque.

Le hall défila devant ses yeux et la demoiselle fila droit devant elle… Avant de se souvenir qu’elles n’étaient pas arrivées ici par une quelconque entrée. Arrivée à la croisée des chemins, elle stoppa net sa course, levant le nez vers la trouée par laquelle Solveig avait échoué ici en premier lieu. Peu habituée à ce genre de folies, son endurance bâtie sur d’autres types d’efforts, Cassie respirait difficilement. Elle grimaça en voulant prendre appui sur le mur le plus proche, Esh se rappelant à son bon souvenir. Tout en contemplant les trois tunnels obscurs face à elle, la demoiselle serra les dents et retira la lame de sa main. Au moins, le feu avait cautérisé la plaie autour de la lame longtemps auparavant... Elle n'avait pas laissé une piste impossible à manquer derrière elle.

Le couteau retrouva sa place, dans le brassard qui le contenait, et le feu infernal cessa peu à peu de grignoter sa peau. Avec une grimace, la prophétesse laissa retomber son bras le long de son corps et s’employa à faire les cent pas devant les entrées. Les secondes puis les minutes s’écoulèrent inexorablement, ponctuées de légers regards chargés d’inquiétude pour le temple invisible à leurs yeux.

« Celui-ci. »

Le verdict tomba enfin. Cassandra désignait le tunnel le plus à gauche d’un geste manquant singulièrement d’assurance, avant de s’y engager, sans trop se soucier d’éclairer son chemin. Parfois, il était plus facile pour elle d’être guidée dans le noir, quand seules ses intuitions fonctionnaient, et de toute façon, un puits de lumière creusé dans le sable illuminait la voie, de loin en loin.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Le tunnel mène assez rapidement à une sortie.
    Echec : Well, what the fuckity fuck ?

    Lancer de dés #2
    Réussite : toujours personne en vue.
    Echec : ça ne manquait à personne, pourtant, vraiment.


Tout se déroula mieux que l'on aurait pu le prévoir au vu des débuts désastreux de leur exploration. Plusieurs croisements se succédèrent, et chaque fois, la médium mettait un peu moins de temps à se décider. Elle remarqua bien à un moment que leur chemin remontait en pente douce, mais ce ne fut qu'après une bonne dizaine de minutes de marche rapide dans une semi-pénombre que le duo retrouva le désert brûlant. Ou une de ses oasis, en l'occurrence. Le tunnel débouchait dans un semblant de grotte formé par un aplomb rocheux qui n'avait pas été enfoui par le sable. Un bassin débordait à l'extérieur, ses eaux claires ne révélant pourtant aucun signe de vie.

Clignant des yeux devant la lumière éclatante qui baignait les lieux, Cassie pivota vers la gueule obscure de l'étroit passage qu'elle venait d'emprunter puis s'aventura au dehors. Elle ne tenait pas à rester là plus longtemps que nécessaire, même si elle ne savait absolument pas où Solveig et elle avaient atterri.

« Tu crois qu'elle risque de nous suivre ? »

C'était les premiers mots qu'elle prononçait depuis un moment et sa voix habituellement enjouée était basse, presque éteinte. L'astral lui était de nouveau accessible et elle aurait pu fuir mais une partie d'elle se demandait si la géante pourrait les suivre à travers le tissu des mondes, jusqu'à la Terre Prime. Il devait bien y avoir une raison à son emprisonnement, non ?
Sujet : On se connaît, non ?
Mikhaïl Lesovsky
Réponses : 24
Vues : 190

Rechercher dans : Les lieux publics   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : On se connaît, non ?    Sam 13 Aoû 2022 - 20:37
Kat était une femme très compétente, mais elle était surtout dotée de capacités très utiles. Ses sens étaient tous améliorés et elle n'avait aucune difficulté à repérer des bruits, des odeurs ou des mouvements louches. Perchée sur son toit, elle sonda la zone afin d'essayer de repérer des traces indiquant ce qui s'était passé ici. Avec un peu de chance, elle allait réussir à identifier les intentions des personnes qui semblaient essayer de pénétrer dans le bâtiment... si elles n'y étaient pas déjà arrivées !

De leur côté, les alliés et collègues de Mikhaïl parcouraient les environs du regard, faisant des rondes discrètes en essayant de repérer un visage louche au milieu de la foule. La quasi-totalité des gardes du corps avait suivi des cours leur permettant de détecter et d'identifier les micro-expressions et de démasquer les personnes n'ayant pas la conscience tranquille, mais cela ne voulait pas dire qu'ils y arrivaient à chaque fois. Il ne s'agissait pas d'une science exacte, et au vu de son entraînement à contrôler ses émotions, le Russe était bien placé pour savoir qu'il suffisait d'une bonne maîtrise de soi pour passer au travers des mailles du filet. Il croisa donc les doigts en espérant que les éventuels intrus infiltrés dans la soirée n'étaient pas dotés de cette capacité. Sinon... ils risquaient d'avoir du mal à les localiser, et encore plus à les neutraliser afin de les éloigner du reste de la foule.

Après quelques instants d'un silence trop pesant, le Russe glissa quelques mots dans le communicateur commun aux membres de l'équipe.

« Est-ce que quelqu'un a repéré quelque chose ? »

    Lancer de dé #1
    RÉUSSITE : Kat peut suivre les traces et localiser la zone d'entrée.
    ÉCHEC : elle ne trouve rien.

    Lancer de dé #2
    Résultat de 1 à 5 : il n'y a qu'un homme peut dangereux.
    Résultat de 6 à 40 : il y a trois hommes, mal organisés.
    Résultat de 41 à 60 : il y a trois hommes, bien organisés.
    Résultat de 61 à 95 : il y a six hommes, bien organisés.
    Résultat de 96 à 100 : il y a six hommes, très bien organisés et équipés.

    Lancer de dé #3
    RÉUSSITE : le nombre de réussite détermine le nombre de personnes repérées.


« Rien de mon côté, répondit Kat d'un ton agacé.
Chez moi pareil.
Côté est, j'ai repéré quelque chose... »

Plusieurs voix s'élevèrent dans l'oreillette du Russe qui en arriva à la conclusion que quatre personnes louches étaient repérées au milieu de la foule. Elles avaient été difficiles à localiser et semblaient savoir ce qu'elles faisaient, se mêlant à la foule avec une aisance qui semblait indiquer que ce n'était pas une première pour eux. Le Slave fronça les sourcils, se questionnant sur la suite des événements. Certes, ils avaient identifié quatre suspects, mais était-ce tout ? Peut-être y avait-il d'autres personnes qui n'avaient pas été repérées ! Alors que les collègues de Mikhaïl décrivaient avec précision l'aspect de leurs suspects, le Russe prit contact avec Natalia.

« Mademoiselle Greene, des gens se sont infiltrés parmi les convives. Nous avons réussi à en identifier quatre, mais rien ne nous dit qu'il n'y en a pas d'autres. Ces personnes ont l'air relativement à l'aise, déclencher une évacuation risquerait de provoquer plus de mal que de bien. Je propose que nous les appâtions à l'écart des civils. Il marqua une pause, semblant hésiter, puis reprit. Si c'est bien vous qu'ils veulent, essayez de vous éloigner de la foule, d'aller vous isoler dans un coin, voire dans une autre pièce. Je suis à l'affût, je vous rejoins et j'assurerai vos arrières. Il s'était déjà mis en mouvement et conclut d'un ton rassurant : Faites-moi confiance. »

Il ne restait qu'à espérer qu'elle ne le regretterait pas.
Sujet : Help me, Cassandra Wormwood, you're my only hope
Solveig Mortensen
Réponses : 33
Vues : 292

Rechercher dans : Les mondes possibles   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Help me, Cassandra Wormwood, you're my only hope    Mer 10 Aoû 2022 - 15:46
Avec un espoir feint, Solveig espéra que Cassandra l’écouterait. Elle espéra la voir filer à travers le pont, traverser la petite esplanade et être engloutie par le trou noir d’où étaient sortis les monstres ailés. Ainsi, la nécromancienne aurait pu se raccrocher au fait qu’au moins l’une d’entre elles pouvait s’en sortir et survivre. Mais c’était trop – ou trop peu – en attendre de la jeune femme, qui n’était visiblement pas décidée à laisser sa compagne derrière elle, même si ça signifiait que ni l’une ni l’autre n'y survivrait. La guerrière était partagée. Partagée entre un sentiment de soulagement, un peu de fierté et beaucoup de consternation.

Ce dernier sentiment passa toutefois nettement au second plan lorsque, sous la pression de la géante, son armure craqua, dévoilant des zébrures dans le métal noir, qui cédait peu à peu sous la poigne irrémédiable de celle qu’elles avaient libérée. Solveig ne put continuer à invectiver Cassandra pour lui demander de partir ; Elle commençait à peiner à respirer, sa vision se troublait sensiblement et la géante l’avait tant élevée dans les airs qu’elle ne pouvait plus voir la silhouette grêle de la jeune médium en-dessous d’elle. Tout ce qu’elle pouvait espérer, c’est qu’elle ne ferait rien d’inconsidéré pour essayer de la sauver…

Mais là encore, c’était optimiste de sa part. Et mal connaître Cassie.

Quoiqu’elle ait fait – et clairement, Solveig avait décidé de s’en préoccuper plus tard –, cela devait avoir fonctionné car la géante, sous le coup de la douleur, relâcha aussitôt sa prise sur la nécromancienne et la laissa tomber à sa grande surprise. Cette dernière fut toutefois de courte durée car, là encore, ce fut grâce à Cassandra qu’elle évita une rencontre un peu trop prématurée avec le sol. Ainsi, tandis qu’elle reprenait son souffle du mieux qu’elle le pouvait, une chauve-souris horrifique prit soin de la déposer devant l’entrée où Cassandra la rejoignit quelques instants plus tard.

La supplique qu’elle lui adressa du bout des lèvres fut une raison suffisante pour Solveig de pas s’attarder sur place plus longtemps. Elle héla Erik pour lui signaler leur repli, en conséquence de quoi le Jarl porta son cor à ses lèvres et souffla dedans. Le son se répercuta sèchement sur les murs nus de la salle, faisant vacille les flammes qui siégeaient en haut des obélisques lorsque la magie impie imprégna les lieux. Solveig eut à peine le temps d’apercevoir la forme du bateau spectrale se dessiner aux abords de la plateforme, et les premiers spectres débarquer pour se battre et couvrir leur fuite.

Sur les talons de Cassandra, la nécromancienne courait à en perdre haleine. Elles remontèrent l’escalier qui les avait conduites dans les profondeurs du temple à toute allure, traversèrent les couloirs aux portes désormais ouvertes sans jamais se retourner. La nécromancienne se risqua bien à jeter un œil par l’entrebâillement de l’une des cellules et ce qu’elle y vit finit de la convaincre que les pratiquants du temple ne connaissaient pas tous des fins heureuses. Mais déjà les pensées filaient dans son esprit à mesure que ses enjambées avalaient le sol et mettaient de la distance entre leurs adversaires et elles.

Lancer de dé #1
Réussite : elles ont toujours une large avance
Echec : elles se sont fait rattraper

Lancer de dé #2 (si échec au lancer #1)
Réussite : par deux petites créatures
Echec : par une grosse créature


Lancer de dé #3 (si réussite au lancer #1)
Réussite : il n’y a qu’une seule route
Echec : il y a plusieurs chemins possibles


Elles traversèrent le hall sous le regard de l’immense statue qui les toisait ; En dépit de son beau visage, et à la lumière des derniers événements, les peuples défigurés à ses pieds avaient maintenant une toute autre signification aux yeux de Solveig. Son regard mort était celui d’un prédateur, ni plus ni moins, et en-dessous d’elle se trouvaient les prédatés. Il n’y avait pas d’humanité, dans son coeur, pas de considération pour les autres espèces. Elle ne ressentait ni plaisir, ni peine. Elle avait une mission : exterminer. Était-elle unique en son genre ? Qu’était-elle, cette femme ? Se demanda la nécromancienne. Et, irrémédiablement, une autre voie lui répondait : une calamité venue des cieux.

Il y avait des questions qu’il valait mieux laisser sans réponse.

La guerrière traversa l’entrée ravagée du temple, toujours sur les talons de Cassandra, ne s’attarda pas sur les mosaïques ni sur ce qu’elles narraient. Elle n’avait plus qu’un seul objectif : partir vite et loin. Elles étaient aidées en ça par le fait qu’il ne semblait y avoir personne sur leurs talons, ce qui ôtait un poids considérable des épaules de Solveig. Toutefois, son soulagement fut de courte durée parce qu’elle avait oublié un petit détail. Elle n’était pas exactement arrivée ici par des moyens… Conventionnels. En tout état de cause, constata-t-elle en se tenant devant la colonne de sable, elles allaient devoir trouver une autre sortie. Sauf que devant elles s’ouvraient trois tunnels creusés à même la pierre. Evidemment. Ça aurait été trop simple.

« Et merde, siffla-t-elle entre ses dents. Elle se tourna vers Cassandra : tu as une idée du chemin à prendre ? »

Sujet : On se connaît, non ?
Natalia Greene
Réponses : 24
Vues : 190

Rechercher dans : Les lieux publics   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : On se connaît, non ?    Mar 9 Aoû 2022 - 23:44
Natalia attendit sagement la décision de Mikhaïl concernant la démarche à adopter et qu’il ne lui dise ce qu’il attendait d’elle. Visiblement, ils avaient la possibilité de déclencher une espèce de protocole d’urgence si le menace était avérée. La druidesse se souvenait qu’ils en avaient discuté un peu auparavant, lorsqu’ils avaient fait le tour de la salle ensemble. Et même si elle ne se souvenait pas de tous les détails, elle savait que ça impliquait au moins d’évacuer la salle. Sur ce point, la druidesse était partagée : évacuer la salle, c’était mettre les invités à l’abri... Ou assurer à l’assaillant qu’il avait été découvert et qu’il ferait mieux d’agir au plus vite. Or, c’était précisément ce qu’ils voulaient éviter, non ? Visiblement, le jeune homme était de son avis – du tout moins concernant la procédure à mettre en place. Lorsqu’il reprit la parole, elle inclina doucement la tête d’un air de dire qu’elle comprenait.

« C’est entendu, fit-elle. J’attendrai là-bas. Elle s’apprêta à sortir, se tourna vers Mikhaïl au dernier moment et pointa la fleur épinglée à sa poitrine. Si je repère quelque chose, je vous contacterai via l’émetteur. »

Pas jouer les héroïnes, facile à dire ! Songea la druidesse en traversant le hall d’entrée. Comment devait-elle faire ça ? Natalia était nerveuse ; C’était horrible de se dire qu’elle savait que quelque chose de terrible pouvait survenir à n’importe quel moment et qu’elle ne pouvait rien faire pour l’en empêcher. Pire encore : elle devait se contenter de faire semblant que tout allait bien. D’attendre que les autres fassent le travail à sa place. Elle détestait ça, viscéralement. Elle n’en avait jamais été capable. Arrivée devant la double porte, derrière laquelle se tenait la réception, la druidesse prit une profonde inspiration et afficha un sourire factice. Ou tout du moins, essaya. Oh misère...

Elle se faufila à travers les invités, salua quelques personnes qu’elle n’avait pas encore eu l’occasion de remercier de leur présence et accorda quelques mots à la presse locale. Même si l’immense partie de ses pensées étaient tournées sur l’état d’alerte dans lequel elle se trouvait, Natalia put faire illusion pendant un certain temps. Elle virevolta entre les groupes de gens, riait aux blagues qu’on lui faisait, souriait à ceux qui lui souriaient... Et s’attardait de temps en temps auprès de l’un des autres Légionnaires présents en l’informant de la situation, leur suggérant la plus extrême vigilance. Puis elle s’éloignait comme si de rien n’était. Ce faisant, la druidesse laissait traîner ses prunelles autour d’elle. Les invités, répartis en petits groupes, avaient commencé à évacuer le centre de la salle, où s’était improvisée une piste de danse.

Les lumières avaient été tamisées en conséquence. Le bon côté, c’était qu’elle pouvait observer plus consciencieusement sans attirer l’attention de quiconque.

Lancer de dé #1
Réussite : elle repère quelqu’un.
Echec : rien du tout.


Ce qui ne lui fut pas d’un grand secours. Toutes les personnes qu’elle croisait, Natalia les connaissait au moins de vue. Pour le moment, il n’y avait personne qui ait l’air de ne rien avoir à faire là. D’un autre côté, à sa connaissance, aucune intrusion ne lui avait été rapportée pour le moment. Peut-être que Mikhaïl avait du nouveau du côté des toits ? À dire vrai, la druidesse espérait que non. En fait, elle espérait que tout cette machination n’existe que dans l’imaginaire du sans-abri qui voulait se faire passer pour un héros et que personne ne soit en danger à cause d’elle.

Malheureusement, son intuition lui affirmait le contraire.


Spoiler:
Sujet : The worst form of injustice is pretended justice
Natalia Greene
Réponses : 23
Vues : 250

Rechercher dans : Les niveaux supérieurs   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : The worst form of injustice is pretended justice    Mar 9 Aoû 2022 - 21:49
Leurs découvertes soulevaient plus de questions que ce qu’elles y répondaient. C’est en observant scrupuleusement le bijou que Natalia en vint à ce constat ; C’était une histoire qui n’avait en réalité rien de bien compliquée à la base – un super-héros qui tournait mal, malheureusement, ça n’aurait pas été la première fois – mais qui se troublait à mesure que le temps passait. Et qui éloignait le spectre de la culpabilité de Silver Angel. Car Jason n’avait pas été seul dans cet appartement. Il y avait eu au moins deux autres personnes, qui n’avaient pas été tués mais qui n’étaient plus là. Une personne humaine. Une personne viciée. Et un collier ensorcelé.

La druidesse leva le regard vers Nerys lorsqu’elle lui signala qu’elle descendait pour suivre la piste de la sortie de secours et elle opina du chef. Le temps qui leur était accordé était de toute façon presque écoulé et la druidesse n’avait pas envie d’abuser de la bienveillance du Lieutenant Patel… Même si quelque chose lui disait qu’on ne leur aurait pas vraiment tenu rigueur de rester un peu plus longtemps. Ils n’avaient de toute façon plus rien à observer ici. Si des réponses les attendaient, elles ne se trouvaient pas dans cet appartement.

« Je vais rejoindre ma camarade en bas, signala la druidesse en se relevant, vous pouvez fermer derrière nous. N’hésitez pas à communiquer les informations que nous avons obtenues au Lieutenant Patel, lorsque vous rentrerez au poste. Nous la tiendrons au courant s’il y a du nouveau. Elle esquissa un sourire à l’attention du policier. Merci de votre aide. »

La Légionnaire sortit de l’appartement sur ces mots, laissant derrière elle l’officier et un phalaénopsis resplendissant de vie. Il ne lui fallut pas longtemps pour retrouver Nerys, laquelle n’était visiblement pas allée bien loin. Natalia fronça les sourcils. La piste s’était-elle arrêtée de façon si prématurée ? La jeune femme avisa sa camarade et lui indiqua la ruelle. Elle suivit Nerys, regardant consciencieusement autour d’elle pour voir si elle observait quelque chose qui sorte de l’ordinaire.

Lancer de dé #1
Réussite : Natalia trouve quelque chose.
Echec : Natalia ne trouve rien.

Lancer de dé #2 (si réussite au lancer #1)
Double réussite : on a un témoin... un tout petit témoin.
Une seule réussite : c’est quoi, ça, par terre ?
Double échec : il y a bien une plaque d’égout, mais... ?


Un éclat argenté attira le coin de son regard, entre deux cartons délavés par les intempéries. Elle les écarta du bout du pied pour mettre à jour une magnifique plume de couleur argentée, dont l’appartenance à Silver Angel ne faisait aucun doute. Comment s’était-elle retrouvée là en revanche ? Si Jason n’était pas sorti de l’appartement, ça signifiait que la personne suspecte l’avait emmenée avec elle. Natalia interpella Nerys pour lui dire de venir voir. Sans la toucher, puisque c’était une pièce à conviction, elle se pencha au-dessus pour mieux l’observer.

« La personne à l’odeur... Viciée. Tu penses qu’elle a pu être blessée avec ça ? »

C’était l’hypothèse la plus probable, mais la druidesse préférait avoir la confirmation. Si c’était bien le cas, elles avaient maintenant la certitude que la personne qui était présente au moment du meurtre était passée par la fenêtre, puis par la ruelle. Ce qui ne les avançait pas beaucoup, puisqu’elles n’avaient toujours pas la moindre idée de qui était cette personne, ni de l’endroit où elle avait pu partir après avoir quitté l’appartement. À moins que... ?

Elle regarda autour d’elle, avisa d’autres cartons empilés et divers détritus qui jonchaient le sol. La poubelle ouverte aussi. Poubelle dont elle s’approcha et qui, heureusement, était équipée de roulettes... Ce qui lui facilita grandement la tâche lorsqu’elle décida de la pousser, dévoilant une plaque d’égout. La druidesse poussa un soupir sonore. L’idée ne lui plaisait pas, mais elles ne pouvaient pas se permettre de ne pas y faire un tour.

C’était ça ou elles considéraient que leur suspect s’était volatilisé.

« Après toi ? » Fit-elle dans un sourire désolé destiné à Nerys.
Sujet : La racine du mal
Noélie A. Inagawa
Réponses : 24
Vues : 383

Rechercher dans : La Colline aux Lanternes   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : La racine du mal    Lun 8 Aoû 2022 - 23:24
Je n’aurais pas oublié la promesse de toute façon, mais ça me semble quelque peu inutile de surenchérir dans l’immédiat. Nous avons d’autres préoccupations et d’autres préparatifs en tête. Même en voiture, avec une Abigaïl plus morte que jamais, nous n’abordons plus la question, aussi plaisante qu’elle soit. J’entretiens la conversation avec le groupe, tout de même, sauf quand je dors ou quand je planifie soigneusement possibilité après possibilité, plan après plan.

Sur place, tout devient plus concret. Je sors de la voiture en écoutant Abigaïl d’une oreille. Je n’ai aucun doute au sujet des systèmes de sécurité que nous allons rencontrer : ils seront loin d’être magiques uniquement. Mais j’aviserai au fur et à mesure. Ce ne sera ni la première, ni la dernière fois.

J’acquiesce d’un signe de tête, ajuste mon masque, et m’avance, laissant la nécromancienne derrière moi. Comme toujours, c’est Totsuka qui ouvre la marche, suivant des instructions qu’il est le seul à entendre. Shiru reste près de moi, prête à me mettre en sécurité en cas de besoin. Yami est la plus décontractée, dans sa combinaison. Elle adore en jouer. Mon épée personnelle s’arrête devant les doubles portes, cherche mon regard. Un assentiment, un signe de tête, et je me m’approche pour utiliser le badge de Faust.

La porte se déverrouille et nous entrons dans un immeuble dont nous ne savons rien. Quelques secondes plus tard, mes trois drones se sont répartis autour de moi, reconstituant soigneusement le hall et jonglant entre leurs différents modes de détection pour vérifier la présence ou l’absence de vivants sur place.

    Lancer de dés #1
    Réussite : le bâtiment n’est pas entièrement vide.
    Echec : il n’y a personne de vivant.

    Lancer de dés #2
    Réussite : les drones peuvent reconstituer efficacement toute une partie des couloirs environnants.
    Echec : les murs sont construits de façon à bloquer une partie des outils de Noélie, ce qui lui complique la tâche.


Rapidement, un listing de quelques signaux compatibles avec la présence d'êtres vivants s'affichent sur ma rétine, couplée à une estimation imprécise de leurs positions respectives. Ce qui ne me parvient pas, en revanche, c'est un plan de nos alentours immédiats. Quelques entrées de couloir, deux bureaux, l'emplacement d'un ascenseur et d'une cage d'escalier, et c'est bien tout. Les murs sont trop épais et construits comme ceux de ma propre base. Impénétrables. Je fronce les sourcils. Je n'en suis pas surprise, mais ça ne m'empêchera pas d'en être vaguement déçue. Je partage mes découvertes à mon équipe grâce à nos implants et me tourne vers Abigaïl, sur le seuil de la bâtisse.

« Il y a encore des gens, là-dedans, à priori, que je ne peux pas dénombrer, ceci dit. Ni positionner précisément. Un des signaux vient de là, j'ajoute en désignant le couloir qui s'ouvre sur notre gauche. Tout ça est sans doute construit pour te piéger. Vous piéger. »

Je hausse les épaules.

« Tu ne veux pas attendre ici ? »

Quoi ? Qui ne tente rien n'a rien, après tout. Si je peux la protéger, pour une fois... Je me retourne vers le hall. Vaste, peint entièrement en blanc, à vous brûler la rétine, avec juste un écran de télévision derrière un bureau d'accueil vide. Yami s'en est prudemment rapprochée sur mes ordres pendant que nous parlions, pour vérifier s'il contient le moindre élément intéressant, mais elle finit pas me signifier que ce n'est pas le cas. Il va falloir avancer.
Sujet : Help me, Cassandra Wormwood, you're my only hope
Cassandra Wormwood
Réponses : 33
Vues : 292

Rechercher dans : Les mondes possibles   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Help me, Cassandra Wormwood, you're my only hope    Dim 7 Aoû 2022 - 23:38
La frayeur de Cassandra semblait avoir contaminée Solveig. Non pas que cela importe à la demoiselle. Elle ne pensait plus qu’à une chose, sortir d’ici et peu importait ce qu’il faudrait faire pour cela. Elle n’hésita pas une seconde quand il fallut détruire une assaillante ailée, mais son deuxième lancer ne fut pas aussi fructueux. Les nouvelles venues venaient toujours vers elles, et la nécromancienne ne paraissait pas vouloir bouger.

Malgré la médium, qui la secouait vigoureusement et alla jusqu’à la gifler, dans sa panique. Elle n’était pas certaine que ce soit cela qui l’ait poussée à se remettre en mouvement, mais la monstruosité qui se ruait vers elle fut interrompue au dernier moment. Cassie laissa ses épaules retomber, soulagée au delà des mots… Un bref instant.

Car une fois n’était pas coutume, la demoiselle ne savait tout simplement pas quoi faire. Elle qui avait parfois regretté ses dons regrettait à présent leur absence, leur silence de mauvais augure. Elle était toujours habitée de certitudes. Dans son monde, elle n’errait pas au hasard, même si ses lubies pouvaient faire croire le contraire : chaque pas était habituellement décidé par le sort.

La géante happa au vol un nouvel ennemi. Solveig récupéra Tourment, écouta ses plaintes. Le Jarl Erik Mortensen fut invoqué, et Cassandra ne vit rien de tout ça car elle vibrait d’une impatience contenue, une impatience tournée toute entière vers leur issue, leur salut.

Tout aurait pu bien se passer. Tout aurait dû bien se passer, mais les deux femmes jouaient apparemment de malchance. La prophétesse courut comme elle ne l’avait plus fait depuis longtemps. Elle fixait le dos de Solveig et suivait vaillamment, son sang continuait de goutter à chaque pas, sa frayeur ne s’apaisait pas, mais elle suivait le mouvement. Puis la géante s’exprima. La petite-fille de l’Antéchrist n’encaissa pas l’ordre silencieux de plein fouet. Solveig, si.

Ce fut avec une horreur non feinte que l’enfant des Enfers vit sa compagne soulevée par une main immense, une main déterminée à la broyer comme de rien. L’injonction de la guerrière, pourtant, ne la fit pas fuir. Elle ne pouvait pas décemment abandonner une alliée, une amie, à sa façon. Pas alors qu’elle avait peut-être les moyens de la tirer d’affaires.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Cassie peut se lier à la géante.
    Echec : Apparemment, madame est trop bien protégée.

    Lancer de dés #2
    (si échec au #1)
    Réussite : qu’à cela ne tienne, Cassie attaque à son tour.
    Echec : BON.

    Lancer de dés #3 (si échec au #2)
    Réussite : Solveig va peut être la détester mais tant pis, il faut ce qu’il faut. Cassie la poignarde avec Enath.
    Echec : Alors, ça fonctionne, hein. C’est juste que Cassie est un peu occupée et ne peut pas ressortir Enath de sa victime de suite.


    Lancer de dés #4 (si réussite au #1, #2 ou #3)
    Réussite : le duo arrive à atteindre la porte. C'est pas la joie, mais c'est un mieux.
    Echec : Oui bah un problème à la fois, faut pas pousser mémé dans les orties.


A sa décharge, Cassandra n'hésita pas un seul instant. Elle se tendit vers l'aura de la géante, malgré son dégoût, malgré la réaction de rejet viscérale que cela lui inspirait, et lia leurs corps d'une pensée. Cette fois, ce fut Esh qui scintilla dans sa main. Esh qu'elle ne lança pas sur l'ennemie, mais qu'elle planta plutôt dans sa paume ouverte. Le feu infernal enveloppa la lame, brûla sa chair, la douleur presque intolérable - pour qui n'aurait pas été aussi habituée qu'elle à la dompter, du moins. Peut-être était-ce le cas de la femme, car elle ouvrit grand les doigts, tandis qu'un sang noirâtre ruisselait de la plaie, que les flammes s'emparaient de sa chair à elle également. Elle recula et le sol trembla.

Solveig fut rattrapée au vol par l'une des invocations de Cassandra. Une chauve-souris géante qui fila vers la sortie, ne disparaissant qu'une fois la rescapée devant la porte qui les avait menées ici en premier lieu. Derrière la nécromancienne, la petite médium fila, fila comme si elle avait eu la mort aux trousses.

Nul ne me blesse. Nul ne me survit.


L'injonction retentit dans l'esprit de la jeune femme mais elle ne s'arrêta pas. Elle ne s'arrêta pas quand la douleur dans sa main devint impossible à supporter, ne s'arrêta pas quand les pas lourds du plus terrifiant des monstres de la pièce la suivirent, ne s'arrêta pas quand l'une des créatures ailées referma sa gueule juste derrière ses talons, à un cheveu de la mettre à terre. Pas plus qu'elle n'osa s'arrêter pour briser le lien encore établi entre elle et la géante.

Pourtant, la magie qui connectait leur corps aurait pu la rendre folle à nouveau. A chaque pas, de nouvelles visions l'assaillaient, des promesses, des images du passé et d'un futur terrifiant qui s'entremêlaient. Chaque fois que ses pieds heurtaient le sol, la nausée montait un peu plus, son souffle s'étranglait dans sa gorge, jusqu'à ce que se souvenir de respirer devienne aussi une épreuve.

« Cours. »

Pas un cri, pas un ordre, une supplique adressée à Solveig comme elle atteignait enfin la sortie, poursuivie par les survivantes ailées. Cassie n'attendit pas de vérifier si la nécromancienne avait le bon goût d'obtempérer. Elle fila sans se retourner, fuyant plus vite qu'elle ne l'avait jamais fait. Si elle avait été certaine que cela suffise à arrêter la géante, elle aurait sans doute plongé l'un de ses couteaux dans son propre cœur. D'ailleurs, Vorpal était dans sa main intacte, prête à servir si l'on en venait là.
Sujet : On se connaît, non ?
Mikhaïl Lesovsky
Réponses : 24
Vues : 190

Rechercher dans : Les lieux publics   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : On se connaît, non ?    Dim 7 Aoû 2022 - 20:50
Même s'il ne croyait pas que l'intervention de Natalia allait faire grand-chose, il la laissa faire. Et fut déçu du résultat. Évidemment, l'homme était instable, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure ! Il devait probablement s'imaginer qu'il était le seul capable de protéger l'héroïne, peut-être même pensait-il que les agents de sécurité étaient une partie du problème ? C'était possible, et même probable. Il resta silencieux tandis que l'inconnu s'enfonçait dans son mutisme, puis releva les yeux vers le visage de la demoiselle au moment où elle s'excusait d'un sourire. Mikhaïl secoua légèrement la tête de manière à la rassurer, même s'il savait bien que ça n'y changerait pas grand-chose.

Il avait décidé de la laisser partir avant de reprendre l'interrogatoire de manière un peu plus musclée, mais avant qu'il n'en ait l'occasion, l'un des hommes de l'équipe arriva dans le local pour lâcher une nouvelle inquiétante. Le visage banal de l'ancien militaire resta parfaitement neutre, mais il n'était pas ravi. Pas du tout. Quelque chose clochait, sauf qu'il ne voulais pas inquiéter la demoiselle en le montrant. Toujours avoir l'air sûr de soi, c'était la clé de la réussite ! Bien entendu, Natalia se tracassait de la situation et semblait prête à obéir à ses ordres. Il reste quelques secondes silencieux avant de répondre d'un ton assuré.

« Rendez-vous dans la salle avec le reste des invités, prévenez vos amis si vous le pouvez, mais ne jouez pas les héroïnes. Enfin, vous m'avez compris. C'était inhabituel de travailler avec une héroïne ! En réunissant tout le monde, on maximise nos chances de bloquer d'éventuels assaillants. Les entrées sont toutes sécurisées, on va aller voir ce qui se passe sur les toits avant de déclencher le protocole d'alerte, mais à la moindre manifestation inquiétante, on priorise la sécurité de vos invités. »

Il aurait pu le faire dès à présent, mais cela aurait sonné le fin de la soirée, car le protocole d'alerte demandait une évacuation immédiate des lieux. Or, le Russe ne voulait pas ruiner les projets des Légionnaires, pas sans être certain qu'il y avait un risque réel, et non une succession d'éléments étranges, mais totalement déconnectés les uns des autres. Avant de quitter la pièce, le Russe jeta un dernier regard à l'homme pour vérifier qu'il n'était pas décidé à parler. Si ce n'était pas le cas, il filerait dans les coulisses pour envoyer Kat sur les toits histoire de vérifier ce qui s'y passait, puis il ordonnerait un tour d'horizon de la part de tous les hommes postés près des entrées. Ils n'avaient rien de débutants, ils allaient s'en sortir, c'était certain.

    Lancer de dé #1
    Résultat de 1 à 5 : l'homme avoue tout et donne des détails très précis. Il peut même cité le nom du criminel.
    Résultat de 6 à 40 : l'homme avoue tout et donne des détails précis.
    Résultat de 41 à 60 : l'homme avoue une partie en disant ce qui va se produire, mais il ignore que le plan a légèrement changé.
    Résultat de 61 à 95 : l'homme ne dit rien.
    Résultat de 96 à 100 : l'homme ment pour les induire en erreur et Mikhaïl est déjà parti, il ne peut donc pas le voir.

    Lancer de dé #2
    RÉUSSITE : l'assaut est repéré.
    ÉCHEC : il ne l'est pas.


Enfermé dans son mutisme, l'homme refusa de lâcher la moindre information. Mikhaïl ordonna à l'un de ses hommes de rester à ses côtés et de l'entraver, puis il fila en direction de la zone réservée au traiteur, non sans avoir rappelé à Natalia qu'elle ne devait pas se mettre en danger. Puisqu'elle semblait être la cible de l'assaut, il était plus que logique qu'elle devait rester aussi éloignée que possible des entrées du bâtiment. Évidemment, comme il s'attendait à ce qu'elle cherche tout de même à défendre ses invités, il ordonna à l'un des gardes de la suivre et de rester discret, puis de le prévenir si elle désobéissait aux ordres.

Après avoir rejoint les coulisses de la soirée, Mikhaïl contacta Kat en lui demandant d'aller faire un tour sur le toit afin de vérifier comment se portaient les hommes qui s'y trouvaient, puis il contacta le reste de l'équipe en leur ordonnant de faire une ronde de la zone qu'ils surveillaient afin de repérer d'éventuels mouvements louches.

Il ne fallut pas longtemps avant que la nouvelle ne tombe : Kat retrouva les hommes, blessés et inconscients, ainsi que des signes d'effraction. Visiblement, quelqu'un avait réussi à entrer dans le bâtiment. Quelqu'un, ou un groupe entier ? Mikhaïl optait plutôt pour la première option, mais préféra rester sur ses gardes. Il lança un message sur la ligne sécurisée qui leur permettait de communiquer entre eux.

« Quelqu'un est entré, peut-être plusieurs personnes. La cible semble être Nymphea, mais restez attentif à tout. Si vous voyez un visage pour la première fois ce soir, intervenez tout de suite. »

Tous les employés de la société étaient doués pour mémoriser les visages, et la plupart d'entre eux pourraient reconnaître les visages déjà croisés ce soir. Évidemment, il y en avait trop pour qu'une seule personne les mémorise tous, mais à eux tous, ils allaient bien réussir à faire quelque chose, non ?
Sujet : Help me, Cassandra Wormwood, you're my only hope
Solveig Mortensen
Réponses : 33
Vues : 292

Rechercher dans : Les mondes possibles   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Help me, Cassandra Wormwood, you're my only hope    Dim 7 Aoû 2022 - 19:17
Les mots de Cassandra lui firent l’effet d’une douche froide. Pas tant le fait qu’il faille absolument qu’elles partent, ça, la nécromancienne l’avait compris très bien toute seule. Mais cette histoire d’aura, par contre, lui donnait des frissons. Qu’est-ce que ça voulait dire, même Eve n’a pas ce genre d’aura ? De quel genre d’aura parlait-on ? Elle présumait que ce n’était pas une bonne nouvelle, mais n’osa pas vraiment poser la question à Cassandra, qui semblait suffisamment perturbée comme ça. Et elle n’en eut pas vraiment le temps non plus, puisque déjà l’un des monstres ailés tourna son attention vers elles et fendit les airs pour les attaquer. Jag se chargea de lui apprendre le respect et leur offrit un répit momentané qui permit à Solveig de réfléchir à leur situation.

Les créatures qui avaient été libérées lorsqu’elles étaient arrivées dans cette salle n’en menaient pas large, mais elles parvenaient à détourner l’attention de la géante. Combien de temps avant que Celle-ci ne finisse par les en débarrasser et ne tourne leur attention vers elles ? L’occasion aurait été idéale de profiter du chaos pour s’échapper mais ça voulait dire se faufiler entre les créatures qui voulaient déchirer leurs chairs et les pieds de la femme qui, elle n’en doutait pas, chercheraient à les happer si elle les voyait passer près d’Elle. Après tout, maintenant qu’Elle était libre, quel intérêt elles représentaient pour Elle ?

Avec horreur, Solveig réalisa que Cassandra et elle avaient été manipulées depuis le départ. On l’avait empêchée de quitter cette dimension précisément pour être entraînées ici et accomplir leur grand œuvre. Si Cassandra avait pu avoir une vision du passé de cette planète, sans doute aurait-elle vu cette figure bestiale y régner en maîtresse absolue. Qui avait réussi à l’enfermer alors ? Quel fléau avaient-elles libéré ? Elle eut une image très brève, presque subliminale, de ce qui les attendait. Ou du passé. Elle s’imprima dans sa rétine. Des fleuves de sang. La destruction de tout. La fin de l’existence en tant que telle. Mais pas seulement celle de cette planète.

La vision lui arracha des frissons, mais moins que de constater que la géante avait tourné son regard vers elle. Un regard froid. Sans émotion.

Sans. Aucune. Emotion.

Elle ne pensait même pas cela possible. La guerrière resta figée, incapable de bouger. Et si ça n’avait été pour Cassandra qui tentait vainement de la ramener à elle, Solveig se serait probablement laissée dévorer par les monstres qui venaient d’atterrir sur la plateforme. Mais elle cligna des yeux, revint à elle juste à temps pour, d’un mouvement souple du poignet, faire vriller la lame de son épée qui trancha sec la tête de l’une des créatures. Le sang gicla autour d’elle et sur elle, attaquant sans pitié le métal de son armure. Elle siffla entre ses dents en essuyant son brassard sur le corps de la créature avant que son acide ne le ronge trop profondément.

Elle pointa en direction de l’autre créature, laquelle avait visiblement décidé de faire de Cassie son goûter. Sauf que la nécromancienne ne l’entendait pas de cette oreille. Sa lame fendit les airs, se muant en vol en lance qui vint planter le monstre en vol, le crucifiant sur l’un des obélisques en pierre. Après s’être débattu pendant un temps, et convulsé pendant un autre, le monstre finit par s’immobiliser tout à fait et Tourment revint près d’elle en sifflant.

« Ce sssssang est infect maîtresssssse, gronda l’arme.
Je sais, répondit Solveig de son accent tranchant, et crois-moi j’en suis désolée. »

Mais elle avait d’autres préoccupations pour l’heure. Par exemple, fuir. Vite et loin.

Clairement, elles n’étaient pas de taille face à la femme géante. Tout ce qu’elles pouvaient espérer, c’était qu’en la libérant, elles avaient levé par la même occasion leur impossibilité de rejoindre la Terre Prime. La guerrière se fichait bien de laisser cet univers aux griffes de la créature sanguinaire et conquérante qu’elle semblait être, si elle-même pouvait s’en sortir. Ce qu’elle était décidée à faire. Solveig tendit la main devant elle et traça les runes qu’elle incanta dans la langue ancienne de son clan pour appeler son ancêtre à elle. Les perles d’os qui ornaient son poignet cliquetèrent furieusement lorsque le Jarl Erik Mortensen se matérialisa à ses côtés. Elle n’eut guère besoin de lui faire un état des lieux de la situation critique dans laquelle elles se trouvaient.

Il avait la mine sombre, soucieuse, étant donné ce qui menaçait sa descendance.

« Quels combats m’attendent, mon enfant ? Demanda-t-il de sa voix grondante.
J’ai besoin que tu couvres notre fuite, fit-elle précipitamment. Son regard coulait vers la sortie.
On fuit devant l’adversité ? Ce n’est pas faire honneur au sang qui coule dans tes veines.
Erik, ce n’est pas le moment ! Hurla-t-elle en vieux norrois.
Je vais faire ce que je peux. » Répondit le revenant.

Lancer de dé #1
Réussite : Il peut détourner l’attention de la géante.
Echec : Il détourne son attention mais pas assez longtemps.

Lancer de dé #2 (si échec au lancer #1)
Réussite : Solveig parvient à s’échapper.
Echec : Solveig se fait attraper.


Solveig observa son aïeul s’élancer dans le combat dans un grand éclat de rire. L’Orage Moqueur se fendit un chemin entre les créatures, à coup de masse d’arme, leur libérant le passage par la même occasion. Dans quelques instants, il serait dans l’angle de vue de la géante. Il n’y avait pas une minute à perdre.

« Allons-y. » Fit Solveig à l’intention de Cassandra. Elle prit sa main et s’élança.

Erik leur ouvrait la voie et Tourment se chargeait de protéger leurs arrières. Il ne leur restait que quelques mètres à parcourir avant la porte de sortie. Plus que quelques mètres et...

Nul ne m’échappe. Nul ne me survit.

Ses muscles se figèrent, tétanisés par une injonction silencieuse. De la peur ? Non, c’était autre chose. Plus inconscient. Plus viscéral. Solveig réagit à peine quand les doigts immenses s’enroulèrent autour de son corps, la soulevèrent du sol comme si elle ne pesait pas plus qu’une poignée de brindilles. Elle ne réalisa réellement ce qui se passait que lorsqu’une pression commença à se faire sentir sur son armure. Son armure enchantée, qui commençait à plier sous la force de la géante. Le souffle commençait déjà à lui manquer. Encore quelques minutes et elle serait tout à fait broyée.

« VA T’EN CASSANDRA, hurla-t-elle. RETOURNE AU CAMP ET PARTEZ D’ICI. »

La jeune femme le ferait-elle vraiment ? Elle aurait tout intérêt. C’était probablement son seul moyen de s’en sortir.
Sujet : The worst form of injustice is pretended justice
Natalia Greene
Réponses : 23
Vues : 250

Rechercher dans : Les niveaux supérieurs   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : The worst form of injustice is pretended justice    Dim 7 Aoû 2022 - 16:09
Natalia laissa traîner ses prunelles sur les étagères chargées de photographies. Elle savait, elle savait qu’elle n’aurait pas dû. Qu’elle ne devrait pas. Elle savait que ça allait lui faire du mal de voir ces visages souriants, ce bonheur à jamais figé dans des images qui n’étaient en rien le reflet de la réalité. C’était une famille des plus normales. Presque trop parfaite. Une famille sans relief. Une famille chargée de souvenirs et d’amour et ils avaient été balayés en l’espace de quelques instants. En une seconde, leur vie avait pris fin et cette inéluctable issue avait emporté avec elle leurs espoirs, leurs rêves, leurs projets. Les yeux de la druidesse s’était arrêté sur une photographie des enfants du couple, qui jouxtait un phalaénopsis fané et un mot. On pouvait y lire des félicitations pour une admission prochaine à l’université. Natalia pinça douloureusement les lèvres, refoulant ses larmes. Personne n’avait pensé à prendre soin de cette plante. Pourtant, elle devait avoir eu une importance pour quelqu’un, non ?

Les mots de Nerys l’arrachèrent à ses pensées douloureuses. Elle avait des pistes. Bien.

Natalia s’approcha d’elle, ses mains sur ses hanches dans l’attitude de quelqu’un à l’écoute.

Ce que lui expliquait la jeune femme était troublant. Elle fronça les sourcils.

« Donc Jason était bien là. Mais il n’était pas tout seul, fit-elle. Elle leva les yeux vers Nerys. Qu’est-ce que tu veux dire par... Pas normal ? Que t’inspire cette odeur ? »

Il avait été admis publiquement que Silver Angel avait été arrêté sur les lieux du crime, Natalia se souvenait au moins de ce détail concernant son arrestation. Il n’y avait rien de surprenant à y trouver son odeur. Cela dit, cela n’expliquait pas ce qu’il faisait là le soir du crime. Cela n’expliquait pas non plus cette autre odeur que Nerys et Alwin avaient relevé, puisqu’on n’avait jamais supposé qu’il puisse avoir un complice. Une odeur aigre, anormale. Celle de l’agresseur ? Songea Natalia. Et si on avait piégé Jason en le faisant venir dans un appartement où un meurtre venait d’avoir lieu ?

« Nous n’avons trouvé aucune autre empreinte que celle de Silver Angel, intervint le jeune agent de police. Par contre... L’odeur de la fenêtre, c’est peut-être celle de la fille du couple. Elle a essayé de s’échapper par la fenêtre. Essayé, releva la druidesse.
Qui a fermé la fenêtre derrière elle alors ? Les enquêteurs ? »

L’homme fit non de la tête. Natalia tourna la tête vers Nerys.

« Ça vaudrait quand même le coup d’aller voir en bas, affirma-t-elle. La personne qui avait l’odeur aigre, elle n’a pas pu disparaître sans laisser de trace et je doute que Jason l’ait laissé partir par la porte d’entrée s’ils se sont croisés. Par contre, elle est peut-être sortie par la fenêtre elle aussi ? »

Restait le collier. La druidesse se pencha sur le bijou. Il ne semblait rien avoir d’anormal pour elle, il était même très beau. Mais Nerys affirmait qu’il était étrange, aussi la druidesse le considéra comme tel. Restait à savoir ce qu’il avait de particulier, en dehors de son odeur. Elle s’accroupit pour mieux l’observer.

Lancer de dé #1
Réussite : Natalia perçoit des résidus de magie.
Echec : Natalia ne perçoit rien.


L’objet lui renvoyait une très mauvaise impression, du genre de celle que lui inspirait les magies noires. Soudainement, elle eut la certitude que ce qui était arrivé était en lien direct avec le collier. Qu’il ait causé tout ça ou non, il y avait été impliqué d’une manière ou d’une autre.

« Je crois qu’il a été ensorcelé, fit Natalia. Par contre je ne saurais pas dire par qui, ou par quoi. Ni même pour quelle raison. La seule chose dont je suis sûre, c’est que c’est néfaste et que ça a été impliqué dans le drame qui s’est déroulé ici. D’une manière ou d’une autre. »

Malheureusement, la druidesse ne pouvait pas en dire plus. Elle n’avait pas les compétences nécessaires pour identifier quel sortilège lui avait été appliqué... Ni même estimer de quelle magie il s’agissait. Par contre, elle commençait à avoir la certitude que Jason était victime d’un coup monté.

Restait à le prouver. Et pour ça, elles devaient faire la lumière sur cette histoire.
Sujet : Help me, Cassandra Wormwood, you're my only hope
Cassandra Wormwood
Réponses : 33
Vues : 292

Rechercher dans : Les mondes possibles   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Help me, Cassandra Wormwood, you're my only hope    Dim 7 Aoû 2022 - 15:25
Qu’est-ce qu’elle faisait ? Elle aurait été bien en peine de répondre. Quand elle reprit conscience d’elle-même, du sang qui coulait goutte à goutte au sol, Cassandra découvrit en même temps que Solveig ce qui venait de se passer. Les yeux agrandis par sa surprise et par sa frayeur, la petite médium ne put se décider à se mouvoir quand le cristal se fractura au-dessus d’elles. Ce fut Solveig qui l’attrapa pour la tirer hors du chemin des éclats qui venaient s’écraser au sol tout autour d’elle, Solveig qui l’entraîna en sécurité.

La demoiselle se contenta de refermer l’une de ses mains sur l’armure de sa compagne, le coeur battant, clignant furieusement des paupières. Le cristal avait contenu l’aura de la créature qu’il enfermait, mais maintenant qu’elle la voyait… Le pouvoir qui s’en dégageait était colossal, et avait la même signature que celui qui l’empêchait de franchir le plan astral vers un autre monde. C’était cette… Femme et nulle autre qui bloquait leur fameuse chatière, pour reprendre l’image montée de toutes pièces par Cassandra lorsqu’elle avait rejoint la nécromancienne.

Mais elle avait beau se battre contre les monstruosités qui avaient rampées jusqu’à elle, elle n’avait rien de bénéfique. La prophétesse finit par se forcer à détourner ses prunelles de la créature, car la nausée commençait à monter en elle. Cela ne lui était plus arrivée depuis de longues années, mais il y avait quelque chose chez leur alliée providentielle qui la remuait. Elle avait l’impression qu’un de ces monstres venait de planter ses griffes dans son abdomen, qu’on lui avait versé de l’acide plein la bouche.

« On ne doit pas rester là » réitéra-t-elle d’un ton balbutiant.

L’une des créatures ailées se propulsa vers elle, décidée à les déchiqueter, à punir leur intrusion dans le temple, mais la femme interrompit son vol pour sanctionner l’attaque.

« On ne peut pas rester là. Solveig, ce n’est pas… Je n’ai jamais senti ça. Même Mère n’a pas ce genre d’aura. »

Pour un peu, elle aurait pu crever ses propres yeux. Tout plutôt que de se laisser happer à nouveau par ça. De la même façon que ça avait subjugué son esprit, tout en douceur, pour la pousser à la libérer.

    Lancer de dés #1
    Réussite : il y a une autre issue.
    Echec : va falloir passer devant la troupe si elles veulent fuir, ça sent un peu beaucoup l’idée foireuse.

    Lancer de dés #2
    Réussite : la femme tient aisément à distance les monstres ailés.
    Echec : certains d’entre eux arrivent à la dépasser pour s’en prendre à Cassie et Solveig.


Le problème majeur résidait toutefois dans le fait qu'il n'y avait nulle autre issue que celle qui les avait menées là en premier lieu. Pas d'escalier plongeant vers les profondeurs, pas de pont dissimulé à l'arrière de celle-ci, rien que la lumière glauque n'illumine pour le présenter à leurs regards. Rien si ce n'était une ouverture minuscule dans laquelle s'attardait l'une de ces choses ailées.

Et aussi rapide que soit leur géante, elle ne pouvait arrêter les treize monstruosités - douze, plutôt - qui en avaient après les deux humaines égarées là. Peut-être étaient-elles aveugles, mais elles semblaient pouvoir les pister. On était du moins en droit de le supposer étant donné que lorsque l'une d'elle parvint à passer le barrage de leur gardienne, elle se rua droit vers Solveig et Cassandra.

Celle-ci ne laissa pas le temps à sa compagne de réagir, mue par sa frayeur autant que par ses instincts. Jag, la lame ointe de son sang, fila et trouva sa cible à quelques mètres des deux femmes, pour la faire exploser. Un petit sifflement de douleur échappa à Cassandra quand quelques gouttes de fluide noirâtre et acide s'écrasèrent en fumant contre sa peau nue.

Deux autres monstres se posèrent de l'autre côté de la plateforme, leur attention portée sur la petite médium et sa compagne armée.
Sujet : The worst form of injustice is pretended justice
Nerys Fitzgerald
Réponses : 23
Vues : 250

Rechercher dans : Les niveaux supérieurs   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : The worst form of injustice is pretended justice    Dim 7 Aoû 2022 - 13:57
Je dois regarder Natalia un chouïa trop longtemps pour que ce soit poli, mais elle n’a franchement pas l’air d’avoir envie de monter. Même si elle sourit et qu’elle est très… Digne dans ses attitudes, mais je la connais juste assez pour savoir qu’elle est mal à l’aise. Maintenant, je suis parfois mal à l’aise aussi, ça ne m’empêche pas de prendre sur moi et d’aller chercher plus loin. De me dépasser. Je lui emboîte donc le pas, plutôt que de continuer à fixer son dos.

Alwin et moi, on est bien rodés. Vraiment. Ce n’est ni la première, ni la dernière fois qu’on utilise son flair. Mais je marque quand même une halte quand on entre dans l’appartement, le nez froncé et la mine rebutée. Je partage ses capacités olfactives et laissez moi vous dire que cet endroit sent la mort. Littéralement. Ce mélange de fluides corporels, de peur, de violence, presque. Il me faut une trentaine de secondes pour m’y faire et ravaler ma nausée. L’odeur ferreuse du sang reprend petit à petit le dessus et je secoue la tête - me secoue tout court avant de faire le tour. J’ai posé Zoé et je lui ai demandé de chercher dans les recoins de l’appartement tout ce qui lui semble étrange. Alwin, lui, passe d’une preuve à l’autre pendant que je marche entre les plots pour m’accroupir près de la tâche de sang et la renifler doucement. Une personne, une seule. Mais il y a eu du sang ailleurs.

    Lancer de dés #1

    Double réussite : Alwin et Nerys flairent plusieurs pistes.
    Une réussite : Alwin trouve une piste, c’est mieux que rien du tout.
    Double échec : Well.

    Lancer de dés #2
    Réussite : Zoé trouve des choses intéressantes.
    Echec : Rien de rien.


Rapidement, on peut démêler plusieurs choses. Je marque mentalement les pistes que l'on trouve, les informations que l'on pourrait utiliser, en essayant de me souvenir quand cette histoire a eu lieu et s'il a plu depuis. Je finis par marcher une halte près de la fenêtre, descendre ma manche sur ma main, l'ouvrir, et humer l'air de la plateforme de secours. Petit regard vers Al' qui acquiesce. Zoé revient après ses propres recherches, les pattes vides. Je m'accroupis et lui tend la main pour qu'elle puisse percher de nouveau sur mon épaule puis je me redresse.

« Quelqu'un est ressorti par la fenêtre. Je crois pas que ce soit Jason. On a identifié son odeur ailleurs, même s'il faudrait qu'on puisse comparer pour être sûr. Puis y'a une odeur bizarre, un peu... Aigre ? Acide ? Particulièrement là où y'a la tâche de sang, puis aussi dans la chambre, et sur la porte. Comme si c'était quelqu'un qui avait senti comme ça mais c'est pas du tout... Normal ? »

Je fronce les sourcils et pivote sur mes talons. Alwin se rapproche d'un cadre brisé et le renifle à son tour avant de s'asseoir là où il est, la langue pendante. Lui aussi est mal à l'aise. Je passe les mains sur mes bras. Sous mes protections, j'ai la chair de poule.

« Puis il y a ça, aussi. »

Je désigne l'un des plots, posé à côté d'un collier au fermoir brisé. La chaine est en argent, le pendentif aussi, du moins la partie qui entoure un cristal assombri.

« Je sais pas ce que c'est mais il pue. »

Je frissonne.

« On doit pouvoir un peu suivre la piste à la fenêtre, si jamais. Pas jusqu'au bout, je crois pas, mais il est parti par le bas, pas par les toits. »
Sujet : On se connaît, non ?
Natalia Greene
Réponses : 24
Vues : 190

Rechercher dans : Les lieux publics   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : On se connaît, non ?    Dim 7 Aoû 2022 - 12:42
Natalia se glissa discrètement dans l’entrebâillement de la porte qu’elle referma derrière elle. Elle n’approcha pas de l’homme directement, se contentant de laisser faire le service de sécurité. Elle observa Mikhaïl, admira l’aisance avec laquelle il parvenait à mener l’interrogatoire ; Contrairement à elle, il avait l’ascendant sur son interlocuteur à chaque instant et, clairement, il avait l’habitude de ce genre d’exercice. Lorsque leurs attentions se portèrent sur elle, la druidesse approcha finalement de la table où ils étaient installés. Elle plongea son regard dans les prunelles de l’homme, l’espace d’un instant et y vit une instabilité manifeste, mais aussi... de l’admiration. Du genre qu’on ne pouvait pas simuler. Malgré tout, elle avait du mal à avaler la version de l’histoire qu’il voulait leur faire croire. Mikhaïl avait raison sur toute la ligne : l’homme ne leur disait pas tout, voire leur mentait carrément. Mais pour quelle raison ? Que craignait-il ?

« Si un super-vilain a décidé de venir me tuer, intervint-elle doucement, vous n’allez pas pouvoir y faire grand-chose tout seul et armé d’un couteau. »

Elle ne voulait pas brusquer l’homme, elle n’était pas encore certaine qu’il soit parfaitement stable, mais il fallait le mettre face à ses réalités. Par-là, elle espérait qu’il réalise qu’ils étaient les plus à mêmes d’organiser la défense du lieu si une attaque était à prévoir. Elle espérait sincèrement que non, mais ils ne pouvaient définitivement pas écarter cette possibilité.

« Si vous nous donnez plus d’informations, l’homme ici présent peut assurer la sécurité de tous, y compris la mienne. Mais il faut qu’il ait toutes les cartes entre ses mains, vous comprenez ? Après un instant, elle ajouta : d’une certaine façon, si vous nous donnez ces informations, c’est vous qui me sauvez, vous savez ? »

C’était la seule chose qu’elle avait entendu à travers la porte et elle espérait que ce soit l’argument qui le fasse finalement flancher.

Lancer de dé #1
Double réussite : l'homme leur dit tout
Un échec : il donne des informations partielles
Double échec : il s'entête

Lancer de dé #2 (si double échec au lancer #1)
Réussite : rien ne se passe
Echec : on vient les prévenir de mouvements étranges


L’homme parut hésiter pendant un moment, un instant pendant lequel Natalia espéra avoir fait mouche. Rapidement, elle comprit qu’il n’en était rien ; L’homme commença à secouer la tête d’un air de dire qu’il ne pouvait pas, puis il balança d’avant en arrière pour chasser le malaise qui lui collait visiblement à la peau. Quelque information qu’il ait, il refusait des les leur partager. Natalia laissa s’échapper un sourire et lança à Mikhaïl un regard parfaitement désolé. Elle s’éloigna de la table, décidée à le laisser faire. De toute évidence, il obtenait de bien meilleurs résultats qu’elle.

Ce fut à cet instant que l’un des hommes du service de sécurité ouvrit la porte.

Instinctivement, elle comprit que quelque chose n’allait pas.

« Nos hommes postés en extérieur observent des mouvements suspects sur les toits. Il ajouta : on n’a plus de visuel depuis trois minutes. On lance le protocole d’alerte ? »

Le protocole d’alerte, génial. Voilà qui ne laissait rien présager de bon. Bon, avec un peu de chance c’était une fausse alerte ? Tout ça n’était peut-être qu’une grosse coïncidence au fond. Ou pas. Pouvaient-ils prendre le risque ? Natalia, inquiète, se tourna vers Mikhaïl :

« Que voulez-vous que je fasse ? » Lui demanda-t-elle.

Il était la personne la plus à même de prendre les décisions. Leur priorité était de protéger les personnes présentes, pas de jouer les héroïnes.


Spoiler:
Sujet : On se connaît, non ?
Mikhaïl Lesovsky
Réponses : 24
Vues : 190

Rechercher dans : Les lieux publics   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : On se connaît, non ?    Mer 3 Aoû 2022 - 21:33
Il était évident qu'il ne fallait pas renvoyer l'homme sans en apprendre davantage sur ce qui le tracassait, mais Mikhaïl n'avait aucune envie de lui donner accès au reste du bâtiment. Il avait été assez proche de lui pour constater qu'il n'avait pas de bombe apparente, mais il n'avait pas de don lui permettant de voir à travers les vêtements ! Toutefois, le Russe fut rassuré lorsqu'il entendit Natalia déclarer qu'elle allait rejoindre ses invités et qu'elle le laissait se débrouiller seul. Il avait réellement craint qu'elle ne veuille se mêler de l'histoire et qu'elle décide de faire faux bond à ses invités. En silence, le Slave hocha donc la tête et la regarda s'éloigner après quelques mots lancés à l'attention de l'homme étrange qui sembla désespéré par le fait qu'elle ne resterait pas avec eux.

Dès que la jeune femme fut hors de vue, Mikhaïl pivota sur lui-même pour faire face à l'homme et lui offrit un visage neutre. L'autre aurait probablement trouvé étrange que le Russe soit trop amical, et il ne voulait pas le braquer en se montrant trop hostile.

« Suivez-moi. Je vous conseille d'écouter les paroles de mademoiselle Greene et de ne pas faire de problèmes. Tout le monde finira par obtenir ce qu'il veut et tout se passera bien. »

Rien n'était moins sûr, mais il préférait partir sur une note encourageante. Levant la main, Mikhaïl la glissa près du dos de l'homme, mais ne le toucha pas. C'était une manière polie de lui faire comprendre qu'il devait bouger. L'individu finit par s'exécuter et se laissa accompagner jusqu'au fameux local d'entretien qui avait été préparé à l'avance par l'équipe du Russe. Ils y avaient installé une table et quelques chaises pour le cas où quelqu'un viendrait à poser problème. Cachées à la vue de tout le monde, le groupe avait aussi placé deux paires de menottes. Quant à Mikhaïl, il avait toujours quelques Serflex souples glissés dans sa poche de veste.

Après avoir invité l'homme à s'installer sur une chaise, Mikhaïl décida de faire de même afin de se mettre au même niveau que lui. Il se glissa derrière la table, non sans adresser un regard à son collègue qui l'avait accompagné. Ce dernier quitta la pièce afin d'aller prévenir les autres employés de l'entreprise de la situation. Un perturbateur était une raison assez sérieuse de se montrer encore plus attentif qu'auparavant, surtout lorsqu'il semblait totalement terrifié par quelque chose. Lorsqu'ils furent seuls, le Slave posa un regard calme sur le sans-abri.

« Bien. Maintenant, expliquez-moi de quoi vous avez peur. Pourquoi vouliez-vous entrer, et pourquoi êtes-vous armé ? Vous savez qui organise cette soirée ? »

Plusieurs questions lancées en même temps afin de voir à laquelle il allait décider de répondre. Il voulait le mettre en confiance en commençant par quelque chose d'assez léger avant de le coincer en ne lui laissant aucune échappatoire et aucune chance de louvoyer en esquivant les questions gênantes.

    Lancer de dé #1 :
    RÉUSSITE : il parle.
    ÉCHEC : il refuse.

    Lancer de dé #2 : (Si échec au #1)
    RÉUSSITE : il parle lorsque Mikhaïl devient plus insistant.
    ÉCHEC : il refuse toujours.


Était-ce l'endroit un peu inquiétant ou l'attitude amicale de Mikhaïl qui faisait effet, toujours est-il que l'homme décida de parler. Il inspirant profondément et tritura avec anxiété sa manche de veste tout en balayant la pièce du regard. Il avait l'air aux abois, mais parvint à se focaliser sur le Russe avant de prendre la parole d'un ton hésitant.

« Je sais que Nymphea est là ce soir. Les autres Légionnaires aussi, mais c'est pour elle que je suis venu. Mikhaïl resta silencieux, mais l'encouragea à poursuivre d'un hochement de tête. Je sais qu'un super-vilain a décidé de venir ici ce soir. Il veut la tuer. Se venger je crois, mais je n'ai pas compris comment. Je suis venu ici pour la protéger. »

Il ferma la bouche d'un geste si sec que le trentenaire entendit ses mâchoires claquer l'une contre l'autre. Cette annonce n'avait rien de surprenant et il veilla à ne pas avoir l'air amusé, méfiant ou inquiet. Le tout était de garder le contrôle de la situation.

« Vraiment ? Et comment avez-vous appris ça ? L'autre hésita.
J'ai... des contacts dans certains milieux, on m'a proposé un boulot en lien avec ça.
Je vois. Et vous pensiez pouvoir le neutraliser avec votre couteau ? Pourquoi ne pas nous avoir prévenus tout de suite ? L'homme eut un tic nerveux.
C'est à moi de la sauver, vous ne comprenez pas ! »

À peine eut-il terminé de parler que la porte de la pièce s'ouvrit sur une Nymphea qui ne semblait pas capable de laisser les autres assurer sa propre sécurité. Mikhaïl observa aussitôt l'homme qui détailla la jeune femme d'un regard clairement adorateur. Avec son talent pour décrypter les micro-expressions, l'ancien militaire comprenait que l'inconnu ne leur disait pas tout. D'un ton calme, il reprit la parole tout en contemplant l'homme.

« Vous voulez la sauver et la protéger, pourtant vous nous mentez. Ou vous ne nous dites pas tout. Commencez par tout nous expliquer et nous verrons si nous pouvons vous croire. »

Natalia arrivait en cours de conversation, mais elle devait comprendre de quoi il en retournait, et peut-être déciderait-elle d'intervenir. Il semblait évident qu'il allait devoir composer avec elle, aussi Mikhaïl décida-t-il de ne pas l'empêcher.
Sujet : On se connaît, non ?
Mikhaïl Lesovsky
Réponses : 24
Vues : 190

Rechercher dans : Les lieux publics   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : On se connaît, non ?    Mar 2 Aoû 2022 - 20:29
La réponse que lui fit Natalia l'étonna un peu. Comment pouvait-on être une Légionnaire, agir à visage découvert, et être aussi naïve quant à la nature humaine ? Il eut presque envie de lui demander si elle avait envisagé que le sans-abri puisse être dangereux, mais il ravala ses mots et se contenta de hocher la tête lorsqu'elle lui demanda s'il voulait bien l'accompagner jusqu'à l'entrée. Sur ses gardes, le Slave resta en retrait et observa les personnes qu'ils croisèrent et qu, évidemment, n'accordèrent pas la moindre attention à l'agent de sécurité qu'il était. Lorsqu'ils furent à proximité de l'individu suspect, Mikhaïl nota qu'il avait l'air vraiment très négligé et qu’il n'avait probablement pas eu l'idée de venir ici pour se faire des amis. Pour de la nourriture ? Il n'y croyait pas trop. Il y avait plusieurs soupes populaires dans les quartiers voisins, et comme la plupart des sans-abris rechignaient déjà à l'idée de demander l’aumône dans ces lieux, il les voyait très mal débarquer à une soirée où tout le monde était bien habillé pour demander de quoi manger !

Imperceptiblement, il se rapprocha de Natalia qui était beaucoup trop proche de l'homme à son goût. Le regard clair du Slave détailla l'homme sans que ce dernier ne le remarque, trop concentré qu'il était sur Natalia. Cette dernière semblait avoir captivé toute son attention, ce qui permit à Mikhaïl de remarquer le geste qu'il eut vers l'intérieur de son manteau. Qui portait un manteau avec une telle chaleur ? Qui plus est, la nervosité de l'homme était plus qu'étrange, et le Russe n'hésita pas à réagir dès qu'il repéra le manège de l'intrus. Évidemment, comme il ignorait à qui il avait affaire, le trentenaire veilla à ne pas se montrer trop brusque et s'avança simplement d'un pas leste, lançant sa main en avant pour saisir celle du sans-abri avant qu'il ne la sorte de sous son manteau. Il s'était rapproché de lui, semblant presque le coller, comme s'il voulait lui chuchoter quelque chose à l'oreille.
L'homme sentait fort la transpiration et la peur. Mais pourquoi ?

    Lancer de dé #1 :
    RÉUSSITE : c'est un papier.
    ÉCHEC : c'est une arme.

    Lancer de dé #2 :
    RÉUSSITE : l'homme se laisse maîtriser.
    ÉCHEC : il résiste.

    Lancer de dé #3 : (Si réussite au #2)
    RÉUSSITE : il accepte de repartir.
    ÉCHEC : il s'obstine.

    Lancer de dé #3 : (Si échec au #2)
    RÉUSSITE : il reste calme, mais hausse la voix.
    ÉCHEC : il devient violent.


Sans doute parce qu'il arrivait armé à une soirée donnée par une Légionnaire ? Lorsqu'il attrapa la main de l'homme sous son manteau, le Russe sentit aussitôt le contact froid de l'acier d'un couteau. Il était chaud à certains endroits, comme si l'inconnu l'avait longuement trituré avant d'arriver ici. Le temps semblait s'être suspendu, même si rien d'anormal n'était visible de l'extérieur. On pouvait s'étonner qu'un homme en costume semblât collé à un sans-abri en lui chuchotant visiblement quelque chose à l'oreille, mais en dehors de ça, personne ne pouvait soupçonner ce qui se passait réellement. D'un ton bas, mettant à profit leur proximité, Mikhaïl parla à l'homme d'un ton ferme.

« Lâchez votre couteau, ne m'obligez pas à me montrer plus brusque.
Je ne peux pas !
Si. »

Le trentenaire glissa son autre main sur l'épaule du sans-abri qu'il sera plus fort que ne pouvait le laisser présager sa silhouette assez fine. L'inconnu fut pris de court et relâcha sa pression sur le manche du couteau, permettant à Mikhaïl de le lui retirer des doigts. Il recula d'un pas, glissant d'un air plus que discret la lame dans sa propre veste de costume, puis il reprit la parole d'un ton calme.

« Vous devriez accompagner mon collègue ici présent. Il comptait appeler la police pour les prévenir de l'incident. Coopérez, ce sera plus simple pour tout le monde. Mais l'homme semblait toujours aussi pétris de peur.
Non ! Je ne peux pas ! Je dois entrer, vous ne comprenez pas.
Alors expliquez-nous.
Pas ici ! Il se tourna vers Natalia, esquissa un pas vers elle, mais Mikhaïl lui bloqua le chemin.
Mademoiselle Greene est occupée ce soir. Vous allez discuter de ça avec moi. »

Mais l'homme implorait Natalia du regard, et malgré l'insistance de Mikhaïl qui essayait de l'entraîner à l'écart dans une pièce spécialement prévue pour ce genre d'incident, il persistait à la dévisager, semblant lui demander de les accompagner pour lui révéler son secret. Ou n'était-ce qu'une tentative pour l'isoler et essayer de l'attaquer ? Le Russe espérait que la Légionnaire allait s'en-aller et s'occuper de ses invités, mais au vu de son comportement depuis le début de la soirée, il se doutait qu'elle choisirait sans doute l'autre option...
Sujet : Help me, Cassandra Wormwood, you're my only hope
Cassandra Wormwood
Réponses : 33
Vues : 292

Rechercher dans : Les mondes possibles   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Help me, Cassandra Wormwood, you're my only hope    Mar 2 Aoû 2022 - 13:24
Malgré elle, la médium avait laissé échapper un petit rire. Malgré elle, et malgré son malaise. Solveig avait encore quelques petites choses à apprendre concernant sa compagne du moment, semblait-il. Ce que celle-ci s’empressa d’expliquer à l’intéressée d’une voix légère, patiente.

« Solveig… Je suis habituée à reconnaître les gens grâce à leurs auras. Enfin, l’aura et le corps en dessous, certes, mais imagine… Que tu aies une tâche sur ton champ de vision, tout le temps, qui entoure toutes les personnes que tu croises. Tu finis par te focaliser sur la tâche, parce que c’est plus facile et plus rapide pour toi. Je reconnaitrais l’aura de Mère n’importe où, mais une statue ? »

Elle haussa les épaules. Maintenant que la nécromancienne le disait, il y avait bien un air de ressemblance, du moins le supposait-elle. Mais c’était toutefois peu probable. Qu’aurait fait une représentation de la démone ici, alors qu’elle n’y était à priori jamais venue en personne ?

« Pourquoi Mère serait représentée ici, ceci dit ? Dans un temple. »

Bien entendu, la demoiselle était consciente que sa mère adoptive avait été vénérée plus d’une fois, mais de là à lui construire un lieu de culte dans un autre monde ?

« Rien d’intéressant. Soit parce qu’on me les dissimule, soit parce qu’elles sont trop vieilles les images sont… Floues. Pauvres. Inintéressantes. »

Malgré leur omniprésence, paradoxalement. A croire que l’antique bâtisse était riche d’histoire. Ce fut toutefois sans la moindre protestation que Cassandra se faufila à la suite de Solveig, sur une pente obscure qui semblait presque ne mener nulle part. Elle marqua bien un temps d’arrêt à l’entrée du couloir, pour jeter un dernier regard à la vaste salle où tombait encore un peu de lumière, avant de soupirer et de rattraper la sorcière.

    Lancer de dé #1
    Réussite : All is ok
    .
    Echec : Il ne serait pas piégé, ce couloir, alors ?

    Lancer de dé #2
    Réussite : Cassie a une petite intuition.
    Echec : Fallait pas passer devant, Sol’.


Malgré le mauvais pressentiment persistant de la prophétesse - perceptible à la fréquence à laquelle elle passait ses mains sur ses bras, comme pour chasser une sensation de froid - rien ne se passa sous la lueur froide de la lanterne de la nécromancienne. Rien si ce n'était les murmures et suppliques d'âmes emprisonnées dans les lieux ou les murs eux-mêmes. De temps à autre, Cassandra s'arrêtait brièvement, comme si elle tendait l'oreille pour mieux les comprendre, avant de se souvenir de les ignorer.

Finalement, leur descente s'était interrompue et le couloir s'était poursuivi, dans les profondeurs du temple. De part et d'autre, une succession de portes solides, faites de fer et gravés de symboles qu'elle ne reconnaissait pas, étaient demeurées résolument closes. Treize portes, précisément. La quatorzième ouvrait sur un nouveau couloir, et fut la seule à leur livrer passage, s'ouvrant sur une salle tout aussi obscure dans laquelle étaient entreposées de nombreuses malles, mises à mal par le passage du temps, mais aussi des livres qui paraissaient prêts à tomber en poussière au moindre effleurement. Parfaitement circulaire, la petite pièce avait un sol parcouru de rainures profondément creusées qui attiraient l’œil.

Et sur tout le pourtour de la salle, quatre autres portes réparties régulièrement, toutes closes sauf une. Cassandra lança à Solveig un regard dans lequel brillait une lueur que l'on ne voyait que rarement dans ses prunelles de glace : l'inquiétude.

« Je crois que nous ne sommes pas supposées nous trouver là » murmura-t-elle, et elle cilla comme les murmures des défunts pris au piège s'élevaient un peu plus, comme s'ils avaient été derrière elle, à lui chuchoter à l'oreille d'un ton rageur.

Et, une fois n'était pas coutume, la petite médium ne toucha à rien, observant les environs d'une mine circonspecte.
Sujet : On se connaît, non ?
Natalia Greene
Réponses : 24
Vues : 190

Rechercher dans : Les lieux publics   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : On se connaît, non ?    Mar 2 Aoû 2022 - 12:36
Dans les prunelles de Natalia brillait la flamme d’une attente curieuse. Il s’écoula un temps avant que l’homme ne prenne la parole, comme s’il tentait lui aussi de se souvenir des circonstances de leur rencontre – si elle avait bien eu lieu. Elle ne pouvait guère lui en vouloir… La druidesse était presque sûre que ça remontait à plusieurs années en arrière et de l’eau avait coulé sous les ponts depuis. Lorsqu’il reprit finalement la parole, il dissipa le moindre des doutes de la druidesse et ce fut comme si on lui enlevait une épine du pied.

« Ah oui c’était ça ! Elle claqua des doigts. Blessure par balle au flanc, je me souviens. Je n’ai jamais réussi à savoir dans quelles circonstances c’était arrivé d’ailleurs, à l’époque. Aujourd’hui, je comprends un peu mieux. Le métier d’agent de sécurité, après tout, était risqué. Elle lui coula un regard bienveillant sur Mikhaïl. Mais bon, le plus important c’est que vous alliez mieux aujourd’hui. Et que vous soyez habillé cette fois. »

Elle avait ajouté cela d’un ton badin, concluant à son tour la discussion à ce sujet. Les premiers invités arriveraient d’ici quelques minutes et ils n’avaient plus une seconde à perdre, ni l’un ni l’autre. Aussi, lorsque Mikhaïl lui signala qu’il prenait congé d’elle, la druidesse inclina doucement la tête d’un air de dire qu’elle approuvait. Elle acquiesça aussi vivement lorsqu’il l’encouragea à utiliser le communicateur en cas de besoin, même si au fond d’elle Natalia espérait ne pas avoir à s’en servir.

« Bien sûr, je n’hésiterai pas ! Elle eut un sourire charmant et ajouta : on se voit plus tard alors. »

À huit heures tapantes, les invités affluèrent dans la salle et, avec beaucoup de satisfaction, Natalia réalisa que la plupart des individus ne lui disaient rien. C’était des citoyens comme les autres, tout simplement. Dans le lot, il y avait également quelques visages qui ne lui étaient pas inconnus ; Des PDG, des grands journalistes, des humanitaires, d’autres Légionnaires… Tous s’étaient réunis ici ce soir pour offrir leur soutien à la cause que les Veilleurs portaient ce soir et elle n’aurait pas su être plus fière d’y appartenir.

Les choses ayant été bien faites, une fois la capacité maximale de la salle atteinte et les entrées refermées, des serveurs commencèrent à déambuler dans la salle en portant sur des plateaux des verres de champagnes et des bouchées salées et sucrées. De quoi faire patienter les gens en attendant le moment où Natalia prendrait la parole. Ce moment ne tarda pas à arriver puisque après s’être concertée avec les autres membres de son équipe, la druidesse gravit les quelques marches qui la séparaient de l’estrade et prit place derrière le pupitre, encadrée par d’autres membres des Veilleurs, en tenue civile eux aussi. L’un d’eux posa sa main sur son épaule et la pressa doucement pour lui donner du courage.

Après avoir pris une grande inspiration, elle se lança.

« Bonsoir, entama-t-elle d’une voix forte. Elle laissa s’installer un silence. Quand je regarde cette salle, je ne peux que constater que vous êtes nombreux, citoyens et citoyennes, à avoir répondu présent. Et pour ça, je vous adresse mes plus sincères remerciements. Salve d’applaudissements. Il y a un peu plus d’un an, reprit-elle, Star City a été la cible d’une odieuse attaque de la part d’individus qui furent plus tard connus sous le nom d’Héritiers de l’Ombre. De nombreuses vies furent perdues ce jour-là et aujourd’hui encore, nombre de survivants pansent leurs plaies ou pleurent leurs morts, qu’ils aient été marqués dans leurs chairs ou dans leur âme. Quelles que soient les séquelles, pour chacun, la vie s’est arrêtée ce jour-là. Aussi aimerais-je, avec vous, leur consacrer une minute de silence. Silence. Il y a un peu plus d’un an, répéta-t-elle d’une voix douce, notre ville a fait les frais du fanatisme et de la cruauté d’individus qui y voyaient le meilleur moyen de faire passer un message. Aujourd’hui, il nous est possible de faire en sorte que de tels actes ne se reproduisent plus, notamment en aidant les acteurs locaux de lutte contre la radicalisation qui œuvrent jour après jour dans les quartiers les plus défavorisés pour aider ces personnes avant qu’elles ne commettent l’irréparable. C’est pour cela, aujourd’hui, que je vous ai réunis. Pour que vous puissiez échanger avec ces acteurs et les aider à faire de Star City une ville plus sûre pour chacun. Elle marqua une pause, attendant que les applaudissements ne finissent par s’éteindre. Je profite également de l’occasion pour vous annoncer que la construction des deux stèles in memoriam des vies perdues ce jour-là est finalement achevée et que l’argent en surplus qui a été récolté a rejoint la cagnotte qui sera reversée à des associations de soutien aux familles des victimes dans les semaines qui viennent, pour les aider à se reconstruire et à guérir, elle secoua la tête, même si certaines plaies ne se referment jamais. C’est pourquoi il est de notre devoir de faire en sorte que ces événements ne puissent plus se reproduire. Chacun, à notre échelle, nous pouvons faire bouger les choses. Merci de votre attention. »

Natalia descendit de l’estrade sous un tonnerre d’acclamations. Aussitôt, elle fut assaillie par la foule qui voulait lui adresser des remerciements, des félicitations, des questions et bien d’autres choses encore qu’elle n’était pas sûre d’avoir saisi dans leur entièreté. Il y avait tant de monde autour d’elle, il fallait dire, que ça en était étourdissant. Être au centre de toutes les attentions, de toute l’agitation… À croire qu’elle ne s’y ferait jamais. Après ce qui lui sembla un temps interminable, la druidesse finit par se retrouver un peu seule, notamment grâce au concours de ses alliés qui s’étaient efforcés de prendre le relais des débats à sa place et de l’éloigner des cercles de discussion. Malheureusement, son soulagement fut de courte durée puisque moins de cinq minutes après – tout juste le temps de manger un canapé à dire vrai – Mikhaïl vint la trouver pour lui annoncer qu’une personne suspecte se présentait à l’entrée de la salle… Natalia soupira.

« Je vois, merci. Elle secoua la tête. On ne peut pas accueillir plus de monde, on a atteint notre capacité maximale par rapport aux normes incendies donc à moins que quelqu’un s’en aille... Natalia se mâchonna pensivement la lèvre. Je vais aller lui parler. C’est peut-être juste une personne qui veut un peu de nourriture. Vous voulez venir avec moi ? »

L’idée que l’homme puisse être mal intentionné ne lui avait même pas effleuré l’esprit. D’ailleurs, le fait qu’il soit un sans-abri ne changeait rien au fait qu’elle considère qu’il ait sa place parmi les autres invités. Malgré tout, elle devait admettre que le timing n’était pas idéal et que l’homme n’était probablement pas venu par hasard. Toutefois, elle n’aurait pas pu présumer de ses intentions, même si, aux yeux du service de sécurité, il passait visiblement pour une personne dérangée. Elle verra cela d’elle-même ! La druidesse se dirigea vers la porte d’entrée d’un pas déterminé, saluant sur son passage quelques personnes qui lui adressaient des sourires et des signes de la main.

Arrivée à proximité de la porte-tambour, Natalia dut convenir que l’apparence de l’homme n’avait rien d’engageante, ce qui ne l’empêcha pas de l’aborder sereinement.

« Bonsoir monsieur, fit la druidesse en passant la porte. Je suis vraiment désolée mais nous n’allons pas pouvoir vous accueillir à l’intérieur pour le moment.
C’est pas ouvert à tout le monde, alors ? Rétorqua l’homme. Ses yeux brillaient étrangement.
Si, mais la salle est pleine à craquer et il ne serait pas raisonnable de faire rentrer plus de monde. En cas d’accident, nous serions tenus pour responsables. Vous comprenez ? Elle marqua une pause, observant ses réactions. Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous ? »

Lancer de dé #1
Réussite : il veut de la nourriture
Echec : ce n'est pas ça


« Faut que je rentre, marmonna-t-il pour lui-même plus que pour eux.
Je vous l’ai dit monsieur, c’est impossible, il y a déjà trop de monde à l’intérieur mais si vous avez faim je peux vous donner de…
Je dois rentrer ! S’exclama-t-il brusquement. Laissez-moi rentrer ! »

Natalia fronça les sourcils, coula un regard chargé d’incompréhension à Mikhaïl. Dans les yeux du sans-abri il y avait de l’empressement et de la… Peur ? Quelque chose n’allait pas. Mais avant que Natalia n’ait pu dire quoique ce soit, l’homme passa sa main sous son long manteau... Et le temps se suspendit.
Sujet : Tu crois que ça se fume ? ft. Natalia
Natalia Greene
Réponses : 26
Vues : 204

Rechercher dans : Le Bourgeon Vert   Tag 1 sur Star City Heroes Pas_petitSujet : Tu crois que ça se fume ? ft. Natalia    Lun 1 Aoû 2022 - 19:32
Natalia soutint le regard de Nightbold, sans ciller. Le canon de l’arme non plus ne vacillait pas, comme la menace d’une sentence qui n’appelait à aucune hésitation de la part de l’homme qui la tenait. Parviendrait-elle à déployer son écorce à temps ? C’était la grande inconnue. Ce qui était certain, en revanche, c’était que ce n’était plus qu’une question d’instants, maintenant. D’un moment à l’autre, il allait appuyer sur la détente. Pour le moment il jubilait. Il réparait l’injustice qui lui avait été faite. Il prouvait qu’il aurait pu faire de grandes choses au sein de la Légion des Etoiles, s’il était capable de descendre une héroïne aguerrie comme Nymphea. La druidesse pouvait presque voir défiler les pensées malsaines dans son esprit... Mais le temps qu’il passait à se concentrer sur elle, c’était du temps qu’il passait en moins à se préoccuper de ce que pouvaient faire les otages ou à remarquer que la druidesse n’avait peut-être pas été seule à l’étage. Ça laissait à Victoria du temps pour agir.

Natalia ne cligna même pas des yeux lorsque la licorne apparut sur le comptoir, près d’elle. Parce qu’elle connaissait très bien la licorne, déjà, et aussi parce que c’était surtout la distraction parfaite qu’elle avait attendu pour s’occuper de son adversaire. L’homme eut le malheur d’avoir un instant d’inattention. Un seul instant qui fut sa perte et qui fut suffisant à la druidesse pour appeler à elle les forces de la nature. Et elles lui répondirent volontiers, pour ce qu’elle était entourée précisément dans son élément ; À son appel, d’un geste de la main, des lianes solides jaillirent de toutes parts pour ligoter son adversaire. Pendant un bref instant, elle songea qu’ils étaient tirés d’affaire... Puis elle entendit le cri et vit le second homme qui tenait en joue une adolescente terrifiée. Le souffle de Natalia se figea dans sa poitrine. La situation était devenue sensiblement plus complexe.

Elle leva les mains en geste d’apaisement et les lianes relâchèrent leur emprise sur Nightbold.

« Il est libre, d’accord ? Fit Natalia calmement. Ne lui faites pas de mal. »

Son calme n’était qu’apparences car intérieurement, elle se fustigeait. S’il n’y avait pas eu le deuxième preneur d’otage, les choses auraient pu être déjà réglées. Où était-il caché pour qu’elle ne le remarque pas ? Qu’est-ce qu’elle ratait d’autre ? Il y avait trop de plantes dans cette boutique. Leurs odeurs puissantes masquaient tout le reste... Leurs lamentations aussi. Des lamentations ? La druidesse fronça les sourcils. Pourquoi se lamentaient-elles ? Il était arrivé quelque chose à un otage ? À Michael ? L’arrivée de Victoria l’arracha à peine à ses pensées obsessionnelles, que quelque chose de grave soit arrivé à quelqu’un. Elle craignait soudainement que le coup de feu qu’elle avait entendu n’ait rien eu d’un tir de sommation.

« Non, jamais vu, répondit-elle en coulant un regard sombre vers son amie. Un camarade mercenaire, sans doute. Elle regarda les preneurs d’otage : écoutez, il n’y a pas encore mort d’homme. Laissez-moi soigner les blessés. Vous pouvez encore vous arrêter et éviter de faire une énorme bêtise. »

En fait non, c’était probablement déjà trop tard. Natalia gageait qu’ils n’en étaient pas à leur coup d’essai et qu’elle n’était qu’un nom de plus ajouté à une très longue liste de victimes. Mais ça valait le coup d’essayer, des fois que Nightbold ait un sursaut de conscience. Elle voulait croire qu’il n’allait pas appuyer sur la détente. Vraiment, elle le voulait.

Lancer de dé #1
Réussite : Natalia convainc Nightbold
Echec : ses arguments ne fonctionnent pas

Lancer de dé #2 (si échec au lancer #1)
Réussite : les phyto-hormones de Natalia font effet
Echec : elle n'a pas le temps de les déployer

Lancer de dé #3 (si échec au lancer #2)
Réussite : elle peut déployer son écorce à temps
Echec : elle ne la déploie pas entièrement



L’homme n’entendit rien de ce qu’elle lui disait, rien de la justesse de ses arguments. Son acolyte venait de le pousser en avant et au crime, et il n’eut pas un seul instant d’hésitation. Visiblement, savoir qu’il serait définitivement accepté au sein du groupuscule criminel était une raison suffisante pour mettre fin à sa vie car il lui fallut moins d’une seconde pour lever son arme et appuyer sur la détente. La druidesse ne put rien faire. Elle n’eut pas le temps d’essayer de les contraindre avec ses phéromones et eut tout juste le temps de se recouvrir d’écorce pour empêcher un coup fatal. La fine couche qui recouvrit sa peau put empêcher la balle de pénétrer trop profondément, mais elle sentit quand même la morsure douloureuse du projectile juste au-dessus de sa poitrine qui lui coupa le souffle. Sous le coup du choc et de la douleur, ses jambes cédèrent sous elle et elle s’effondra.

La douleur était lancinante.

Mais quoiqu’il arrive par la suite, elle ne devait pas tomber dans les pommes.

Surtout pas.


Spoiler:
Revenir en haut 
Page 1 sur 20Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10 ... 20  Suivant
Tag 1 sur Star City Heroes Categorie_6Tag 1 sur Star City Heroes Categorie_8
Sauter vers:  
Prédéfinis

Scénarios

Postes à pourvoir

Préliens
Nos voisins
      
      
      
      
Le saviez-vous ?