Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Push through hell and rise Bouton_off
AccueilDernières imagesFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Logo de la barre de navigation

Push through hell and rise Forum_1Push through hell and rise Forum_3
 

Push through hell and rise

 
Ven 18 Fév 2022 - 19:09 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Marisol n’avait pas eu une vie très remplie ces derniers mois. Et pour cause : elle avait essuyé un sale revers lorsqu’elle avait été blessée dans l’exercice de ses fonctions. L’accident avait menacé sa vie, mais surtout, il l’avait handicapée un bon moment. Elle avait été écartée du service des mois entiers, après un coma qui avait duré puis des semaines de rééducation intenses et douloureuses, même après être sortie de l’hôpital, elle avait eu besoin d'un fauteuil roulant par moment. La caporale avait perdu du poids et son état physique n’était guère reluisant.

Raison pour laquelle elle avait très longtemps hésité avant de convier le jeune Bishop à son entraînement, ce jour-là. Elle n’avait pas spécialement envie de se montrer sous ce jour-là, d’autant qu’il s’agissait d’une session destinée à lui remettre le pied à l’étrier. Elle ne comptait pas se ménager, mais elle ne serait sans aucun doute pas au meilleur de sa forme.

Toutefois, elle n’avait pas envie que le policier croit qu’elle lui avait promis un tel exercice dans le vent, et cela faisait déjà des mois qu’elle le faisait patienter. Son bon coeur avait surpassé sa gêne, et elle l’avait contacté pour lui proposer cet entraînement qu’il espérait tant, sans s’ouvrir outre mesure sur les raisons qui l’avaient poussée à remettre la chose au lendemain jusque là. Elle n’aimait pas vraiment aborder des sujets personnels, ni être regardée comme une victime.

L’entraînement avait lieu chez l’un de ses amis. Un agent de l’UNISON, mage lui aussi. Il avait le mérite de disposer d’un sous-sol réaménagé pour ce genre d’occasion. Des enchantements isolaient soigneusement les lieux du reste du monde, pour éviter tout débordement impromptu.

« C’est pas aujourd’hui que ton poulain doit se pointer, lui demanda Khalid en lui ouvrant la porte, avant de l’aider à entrer.
Ouep. Por dios, lâche moi, je peux marcher je suis pas en sucre ! »

L’exclamation courroucée fut ponctuée d’une tape sur la main qui s’était tendue vers elle, pour la soutenir. Elle ne pouvait pas cacher tout à fait avoir mal. La rééducation avait bien aidé, mais elle n’était pas tout à fait finie.

« T’auras qu’à lui ouvrir quand il arrivera, je descends. Il a l’adresse. »

Marisol planta son compagnon là, histoire de pouvoir descendre les marches tranquillement. Il fallait dire que l’agent de l’UNISON était têtue. Sans doute trop. Ses Arcanes auraient pu accélérer sa guérison, tout comme Adrian, ou bien d’autres. Mais elle avait refusé. Elle aurait trop eu l’impression de tricher.

Enfin. Quand Andrew arriva, il fut accueilli par Khalid, qui lui indiqua le chemin jusqu’à la cave avec un sourire après s’être présenté comme étant un agent d’équipe d’intervention lui aussi. La Caporale Aguilar, elle, était occupée à s’étirer soigneusement, réveillant ses muscles les uns après les autres. Une fois en mouvement, tout irait bien mieux.

@Andrew Bishop
 
Revenir en haut Aller en bas

Mar 22 Fév 2022 - 14:56 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les jours de repos ne se suivent pas, mais se ressemblent trait pour trait. Je pourrais très bien décider de rester sous la chaleur envahissante de la couette, et me lever vers onze heures voir midi. Me prendre un chocolat chaud, et me blottir sous un plaid devant la télévision pour mater une série. Mais non.

Un jour de repos typique, ça ressemble plutôt à ça. Réveil matin, aux alentours de six heures. Pas de douche, j'enfile juste du dentifrice sur une brosse à dent, et je nettoie mon haleine putride matinale. Une veste, un jogging, Zeus, et une balade le long des arbres par des températures fraîches. Le vent est comme une caresse glaciale à cette heure là, et si son étreinte inconfortable perdure, j'aurais comme l'impression d'être totalement anesthésié du visage. Un léger craquement, le bord des lèvres, puis un autre. J'aurais du mettre une écharpe, mais pour courir c'était pas des plus pratiques. Juste un bonnet, pour garder les oreilles et une partie de la tête au chaud.

Après une bonne demie heure de course, puis quelques petites minutes d'étirement, je suis fin prêt pour me doucher.

Derrière, généralement, j'en profite pour prendre une légère collation. Je suis généralement un gros mangeur, la plupart du temps. Mais jamais le matin. C'est pas que "y'a rien qui passe" c'est qu'il y a pas grand chose qui passe, j'ai pas encore les crocs. Je presse cinq oranges, je lance la cuisson d'un morceau de bacon avec deux œufs, et ça sera largement assez. Je me fourre par la suite dans le canapé.

Je ne m'attends, à aucun moment, à recevoir un message. Premièrement, je pensais que ça venait du Saint Patron, môsieur Bill Maddicks, me demandant va savoir quoi. Puis je me dis, c'est possiblement Elena. Au final, ni l'une, ni l'autre. J'ai tendance à être très formel sur les noms répertoriés sur mon téléphone. Rien ne dépasse. Du coup quand je vois "Caporale", je suis légèrement intrigué. Je l'avais presque oubliée, avec le temps.

Elle me propose un entraînement. Enfin, du moins, c'est pas tant une proposition qu'une incitation. Y'a une adresse, une heure. Je réponds tac-au-tac que je suis en chemin. Le cul levé, chaussures aux pieds, Andy démarre cette espèce de voiture futuriste high-tech pouvant se splitter en deux motos. Il me faut à peine de temps pour rejoindre l'adresse. Qui est celle d'un type. De prime abord, je me demande si je me suis pas gourré. Mais le GPS du véhicule m'indique que je suis à bon port.

Il se présente à moi, j'ai l'air un poil perdu au départ mais ça va, je suis rapidement mis en confiance. Agent d'équipe d'intervention, un certain Khalid. Officier Andrew, STAR Squad. Une poignée de main et il je le rejoins dans une sorte de cave. Ça pue le plan pourri, je sais pas pourquoi. Sur le coup, je me méfie. Est-ce que l'entraînement commence genre, maintenant ? Je reste sur mes gardes, au cas où, tout les sens aux aguets avec ce bonhomme dans mon dos.

Premièrement, lorsque je vois Marisol, j'ai un sourire aux lèvres. Content de la revoir, après tout ce temps. Mais je suis pointilleux, avant de dire quoi que ce soit, je visualise la salle dans laquelle nous sommes. Je note les différents points d'entrée et de sortie, je me fais une imagerie mentale du truc. Elle à l'air amochée, par rapport à la dernière fois. La Caporale qui, avait un sourire digne des meilleures publicités promouvant un dentifrice blanchissant, semblait dissimuler un air grimaçant. Je le reconnaîtrait entre mille. J'avais la même tête, celle d'un type qui daigne garder la face, avoir la tête haute, lorsque je suis sorti de l'hôpital après ma débâcle à Port-Royal.

▬ Vous avez... changée, depuis la dernière fois. Caporale.

Bras croisés, planté face à elle, j'inclinais légèrement la tête pour lui passer le bonjour. Je détaillais sa jambe, sans piper mot. Y'avait de l'ego, de sûr, de vouloir s'entraîner dans un état pareil. Et encore plus d'ego, si elle pensait que même légèrement handicapée, elle avait toutes ses chances contre moi. Toujours se méfier des bêtes blessées.

Par ailleurs, j'avais certainement changé depuis la dernière fois aussi. Je le remarque pas, personnellement, mais j'ai l'air d'avoir un poil plus d'assurance avec les autres. Un peu moins chien fou, et un peu plus les pieds sur terre. Moins innocent, et moins naïf.
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 6 Mar 2022 - 10:31 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Marisol avait pris le temps de détailler Andrew lorsqu’il était entré, comme pour vérifier qu’il était en forme. Ce n’était que justice qu’il fasse la même chose, mais sa remarque la fit tout de même grimacer et se redresser presque brutalement. Par pure fierté mal placée, clairement, sans compter le fait que la douleur se rappela à son bon souvenir au passage.

« Que mierda, marmonna l’Espagnole entre ses dents avant de poursuivre avec un sourire un tout petit peu forcé. T’as changé aussi, Bishop. »

Un léger rire franchit finalement ses lèvres avant qu’elle ne s’avance pour lui donner une accolade des plus naturelles. Marisol et ses habitudes. Elle l’appréciait, le gamin.

« Mais tu sais bien que tu peux m’appeler Marisol. On ne va pas sortir nos grades alors qu’on se met sur la gueule, c’est moche. »

L’ami de la Caporale était redescendu à la suite d’Andrew et se laissa tomber sur une des marches de l’escalier,les bras croisés. Il était là pour jouer les arbitres, aider, aussi, mais aussi pour garder un oeil sur son amie. Laquelle n’était pas vraiment supposée se remettre à l’entraînement si tôt. Tôt étant très relatif. Plusieurs mois à l’hôpital, des séquelles, des semaines entières de rééducation, elle semblait toujours à deux doigts de retourner dans son lit à tout moment. Sans compter son genou encore fragile. Mais Marisol était toujours une foutue tête de mule, et elle allait finir par péter un plomb si elle ne remettait pas le pied à l’étrier.

« En tous cas, c’est pas parce que j’ai une sale tête que ça changera quelque chose. Je tiens debout, et j’ai besoin de m’entraîner si je veux retrouver le service. Si ça te pose souci, je te rappellerai une autre fois. »

Elle avait été légèrement sur la défensive en prononçant la dernière phrase. L’agent de l’UNISON n’aurait tout simplement pas supporté qu’on la regarde avec pitié. Elle détestait profondément sa condition actuelle, comme une injustice de plus dans sa vie sans dessus-dessous. Côté personnel, tout n’était pas tout rose non plus, et cet accident n’avait fait qu’ajouter à la longue liste de ses récriminations. Depuis son réveil, l’Espagnole si pieuse n’était plus allée à l’office, pas plus qu’elle ne priait encore. Elle était fatiguée au delà des mots, et elle aurait eu l’impression d’être hypocrite d’en appeler à Dieu alors qu’elle ne se sentait plus doucement encouragée par la conscience de sa présence auprès d’elle.

« Et sinon… Tu veux que j’utilise ma magie ou pas du tout ? Qu’on fixe les règles avant toute chose. »

De ce qu’elle avait compris, c’était aussi l’aspect pouvoirs qui avait attiré Andrew, mais il avait peut-être envie d’autre chose à la réflexion.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Push through hell and rise
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Push through hell and rise Forum_6Push through hell and rise Forum_8


Push through hell and rise Forum_1Push through hell and rise Forum_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Push through hell and rise Forum_6Push through hell and rise Forum_8

Sauter vers:  
Prédéfinis


Scénarios


Postes à pourvoir


Préliens
Nos voisins
      
      
      
      
Le saviez-vous ?