Valentine's Day - Tlatla - Page 2 Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Logo de la barre de navigation

Valentine's Day - Tlatla - Page 2 Forum_1Valentine's Day - Tlatla - Page 2 Forum_3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

Valentine's Day - Tlatla

 
Message posté : Lun 29 Mar 2021 - 16:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ma très chère, la tête me tourne rien qu’à t’imaginer. L’honneur de me trouver en ta présence, même si tu devais m’ignorer, pousserait mon imagination à déployer des trésors de poésie, espérant que cela suffirait à te convaincre de baisser les yeux sur un être aussi indigne que moi de les supporter”.

Peut-être en faisait-il un peu trop. Tout juste. Il était Olympien. Les siens étaient connus pour leur côté dramatique. Si on l’avait accusé, le dieu de l’éloquence aurait prétendu se livrer à un exercice satyrique.

Te méfier de moi? Allons, allons, ne va pas me blesser, je n’oserais jamais me montrer aussi tortueux avec toi, ma tendre aimée”.

Si le ton était des plus convainquants, Tlazolteotl le connaissait assez pour ne pas s’y laisser prendre. Cela n’aurait pas été la première fois qu’il se serait joué d’elle. La seule différence avec d’autres de ses victimes était que l’aztèque n’avait jamais eu à partir d’une franche malveillance de sa part. Il s’agissait de plaisanterie ou d’enjeux minimes, et non de catastrophes.

Il profita de la remarque de la déesse pour lui offrir un sourire, et de sa façon de se blottir contre lui pour déposer un baiser sur son front. L’Olympien aurait pu deviser pendant des heures sur la façon qu’elle avait de le faire sentir comme s’ils étaient seuls au monde, quand bien même ils étaient attablés dans un café bondé de couples ou d’amis, de serveurs marchant dans tous les sens pour faire le service et de machines à cafés sifflantes de chaleur.

Je suppose que je peux me montrer indulgent en ce cas?

Même si l’excuse était pour le moins faible. Il aurait même pu pousser jusqu’à dire qu’elle était de mauvaise foi, mais enfin, il ne tenait pas à gâcher ce délicieux moment qu’ils partageaient.

Toi et moi savons parfaitement que je n’aurais nullement eu besoin de te jeter sur mon épaule et de t’enlever, tu m’aurais suivi de toi-même si je m’étais avisé de laisser mon portail ouvert quelques secondes de trop après mon départ”.

Il exagérait à peine. Lors de leur première rencontre, l’Olympien lui avait dit, qu’un jour, il ouvrira un portail pour elle et qu’elle s’y engagerait sans réfléchir. De réflexion, il n’y avait guère eu, quoiqu’il supposait qu’elle avait joué les fortes têtes à ne pas vouloir s’y engager tout de suite. Tlazolteotl avait toujours aimé se faire désirer.

Ton frère m’a toujours fait les yeux doux, bien avant cette visite. Je devrais songer à lui rendre visite à l’occasion. Il est l’un de mes seigneurs des Cieux préférés”.

Un poste qu’il n’était guère compliqué de conquérir, dans le cœur de l’Olympien, puisque l’un des autres prétendants était son géniteur, Zeus en personne. Autant dire que si la compétition se jouait entre le père des dieux grecs et tous les autres seigneurs des cieux, il serait bon dernier, ou pas loin.

Ceci étant dit, Hermès n’avait guère envie de penser à son géniteur quand il se trouvait en compagnie de l’aztèque, et encore moins alors qu’ils espionnaient leurs jeunes protégés. Le reproche de la déesse lui fit arquer un sourcil.

Allons, allons… et passer à côté de l’occasion de livrer des fleurs pour sa bien-aimée en son nom?

Si elle protesta, ou critiqua, Tlazolteotl ne s’en exécuta pas moins. Non sans un sourire, l’Olympien déposa un baiser sur ses lèvres si léger qu’elles eurent tout juste le temps de se toucher.

En digne dieu des voleurs, il dissimula le bouquet dans son dos alors qu’il s’avançait vers la table d’Hadrien avec le prétexte d’aller aux toilettes. Quand il passa derrière sa chaise, il laissa tomber le porte-feuille entre ses pieds, donnant l’illusion qu’il venait de taper dedans du bout de sa chaussure.

Ah!” s’exclama-t-il.

Ce fut assez pour faire sursauter un Hadrien toujours occupé à retourner toutes ses poches. Il avait, de son côté, pivoté dans la foulée et profiter de l'inattention de son prêtre pour déposer le bouquet sur la table, devant la place d’Estelle.

Est-ce vous jeune homme?

Son visage n’avait rien à voir avec celui que connaissait le prêtre et, comme précaution supplémentaire, la question avait été posée avec un accent allemand des plus convaincants. Le soulagement qui habilla aussitôt le visage de l’adolescent était digne d’être immortalisé.

Bon sang, vous me sauvez la vie, j’ai crû que je l’avais oublié!
-Ah, ça arrive, oui? Profitez bien petit garçon”.

L’Olympien poussa le vice jusqu’à lui tapoter l’épaule d’un air bourru et poursuivit son chemin vers les toilettes. Il croisa Estelle alors que celle-ci sortait des sanitaires, et qu’Hadrien se retournait pour tomber nez à nez avec le bouquet. Il aurait bien protesté, mais sa chère et tendre se réjouit de son cadeau avant qu’il n’en ait le temps.

Qu’ai-je loupé?” se renseigna l’Olympien.

D’un portail, il s’était téléporté jusqu’à la table qu’il occupait avec Tlazolteotl au lieu d’entrer dans les toilettes.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 11 Avr 2021 - 14:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
En fait de remerciement, c’est cette fois un éclat de rire qui franchit mes lèvres. L’Olympien est à la limite du ridicule, à parler de façon excessive.

« Oh, tais toi un peu, Hermès. Tu abuses » je le sermonne.

Gentiment, bien entendu. Il sait que je ne le pense pas réellement. Disons que je ne me laisserais probablement jamais aller à ce genre de propos, mais je sais bien que cela l’amuse et je ne veux pas réprimer ses petits loisirs. Ceci dit, il n’a pas l’air de vouloir se calmer un tant soit peu.

« Hm. Bien entendu. Tu n’oserais jamais. »

Je lui lance un regard qui lui signifie clairement que je ne suis pas dupe un seul instant. Il n’y a rien qu’il n’oserait pas faire quand il s’agit de se distraire. Ses plaisanteries ne me rebutent cependant pas. Je ne serais pas là, à lui tenir compagnie, si ça n’était pas le cas. Je suis tout à fait capable de m’imposer la présence de quelqu’un que j’exècre par jeu ou pour atteindre l’un ou l’autre but, mais pas aussi longtemps. Et je n’ai certainement pas le même genre de gestes d’affection avec ceux que je manipule, je songe machinalement en me blottissant contre lui.

« Ton indulgence me serait extrêmement agréable, en effet, yollotl. »

Je souris légèrement avant de me taire un instant. Aurais-je suivi le mouvement ? Hm. Peut-être. Peut-être pas. Parfois, je peine à me souvenir de celle que j’étais. C’était il y a bien trop longtemps pour que j’en garde autre chose que des réminiscences floues. J’avais évidemment une mémoire plus performante que l’humaine lambda, mais elle restait bien moins performante que celle d’Hermès, apparemment incapable d’oublier quoi que ce soit.

« Peut-être que je ne l’aurais pas fait. Je n’aimais pas être prise pour acquise. Je n’aime toujours pas. »

Il me semblait me remémorer avoir jouer les têtes de mule plus d’une fois.

« Quetzal serait sans doute ravi de te revoir. Il t’apprécie plus qu’il ne l’admettra jamais à voix haute. Et je te rappelle que c’est Huitzilopochtli le véritable seigneur des Treize Cieux. Il délègue simplement cette tâche à notre Serpent à Plumes car il s’est lassé de cela. »

L’intéressé était à l’aise dans ce rôle, même s’il ne s’en réclamerait jamais. Mes frères et soeurs étaient aussi satisfaits que moi de lui laisser le droit de nous gouverner pour le compte du dieu qui se tenait à l’écart.

« Passer à côté de te donner en spectacle une fois de plus, tu veux dire ? Tiens. »

Je lui donne son bouquet et le laisse s’esquiver sans un mot, récupérant ma tasse pour la siroter avec un sourire légèrement moqueur au coin des lèvres. Une déité bien trop facétieuse. Il exécute son petit tour sans le moindre mal, et même si je ne l’entends pas vraiment, je me doute qu’il a dû travestir sa voix également. Je le laisse s’aventurer vers les toilettes tout en revenant à Estelle. Celle-ci a tout de même un léger temps d’arrêt, comme si elle avait brièvement reconnu l’expression de mon pouvoir dans le bouquet, mais son inexpérience joue évidemment en notre faveur. Je tourne brièvement le nez vers l’Olympien lorsqu’il réapparaît à côté de moi.

« Pas grand-chose. La petite est ravie. Elle vient de l’embrasser et je dirais qu’ils s’apprêtent à partir. »

Je désigne le couple d’un signe de tête. Hadrien s’est redressé et Estelle rassemble sagement ses affaires. Je me demande ce qu’ils comptent faire par la suite.

« Tu comptes les suivre encore longtemps, yollotl ? Juste pour savoir à quoi m’attendre. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 12 Avr 2021 - 15:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Puis-je vraiment abuser quand j’obtiens de toi ce délicieux son que l’on appelle ton rire?” lui retourna l’Olympien avec un regard aussi tendre que sa façon de déclamer ce presque vers d’une ode à son honneur.

La tendresse dans ses yeux disparut derrière la malice quand ses lèvres formèrent le sourire qui habillait si souvent ses traits, qui illustrait à lui seul toutes les facéties dont il était capable. Hermès, fils de Zeus, n’était pas un dieu roublard pour rien, mais il savait l’utiliser à bon escient.

Je ne l’offrirais pas aussi légèrement à quelqu’un d’autre que toi”.

Un mensonge léger dont Tlazolteotl devait être conscience. L’indulgence de l’Olympien n’était pas aussi difficile à conquérir qu’il le laissait entendre. Hadrien, pour ne citer que lui, n’avait pas beaucoup d’efforts à faire pour en bénéficier.

Il est vrai. Cela fait parti de ton charme. Cela dit… que tu franchisses mon portail ne signifie pas que tu es acquise, plutôt que tu me donnes l’autorisation de chercher à te conquérir”.

Il déposa un baiser sur le bout de ses doigts. De toute les fois où il s’était livré à ce jeu avec l’aztèque - ouvrir un portail pour elle et attendre qu’elle le traverse - il avait connu quelques désagréments, des occasions où elle n’était pas venue. Dans le cas où elle l’avait franchi, cela avait été l’occasion de jeux de séduction qui n’appartenaient qu’à eux.

Oh, vraiment, je suis apprécié? Voilà une information des plus intéressantes que je ne manquerais pas de partager avec le concerné lors de ma prochaine visite”.

La chose serait sans doute amusante. Quetzalcoatl n’était pas sa soeur, plus farouche, plus timide. L’Olympien n’avait jamais fait rougir Tlazolteotl de ses compliments, mais la chose était fréquemment arrivée avec le serpent à plume. Outre ses qualités d’amant, la déité l’appréciait pour d’autres choses. Sa conversation était fascinante.

Que puis-je dire pour ma défense? Peut-être aurais-je dû être le dieu du théâtre, ou au moins des acteurs”.

Sa performance était digne d’un prix d’interprétation. Il était certes aidé par son pétase et les traits modifiés de son visage, mais le changement de voix, de diction, l’accent, l’attitude, tout cela ne pouvait venir que de lui. Même Hadrien qui le côtoyait quasi quotidiennement depuis des mois s’y laissa prendre, sans doute trop pris par son inquiétude concernant son porte-feuille disparu, ou par la présence d’Estelle.

Ne sont-ils pas adorables…

L’Olympien se fendit d’un soupir attendri, secouant doucement la tête. Son prêtre et sa partenaire étaient effectivement sur le départ, rassemblant leurs affaires, enfilant une veste, déposant un billet pour payer. Au moment de partir, Estelle glissa sa main dans la sienne et le tira derrière elle entre les tables vers la sortie.

Eh bien, je suppose que nous pourrions leur emboîter le pas, mais je n’ai fini ni mon chocolat viennois, ni mes muffins et il me semble que quelqu’un ici me doit un rendez-vous incluant chocolat, fleurs, dîner aux chandelles et de sensuels plaisirs charnels”.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 16 Avr 2021 - 23:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Oh, oui, tu peux, yollotl. »

Je tapote doucement le bout de son nez de l’index, comme pour effacer le sourire des plus malicieux qui est apparu sur ses traits. En sachant pertinemment que cela ne fonctionnera pas vraiment, quoi qu’il en soit. Pas alors qu’il ment gentiment dans la foulée. Il est excessivement indulgent envers autrui, si l’on me demande mon avis. La proximité qu’il cultive avec les mortels me laisse parfois perplexe. Même si je suis aussi capable que lui de m’attacher à ces petites étoiles que sont parfois mes fidèles, pour la plupart d’entre eux, je préfère malgré tout conserver de la distance.

Lui travaille souvent à l’effacer.

« Peut-être pas pour toi, ni pour moi, mais pour un œil extérieur ? Ça aurait été vu comme une de tes victoires. Et je n’ai jamais pu me le permettre, yollotl, tu sais bien. »

Vivre si longtemps, c’est collectionner les ennemis et les dangers, après tout. Je balaie le sujet, trop sérieux à mon goût, d’un vague geste de la main. Je préfère amplement m’attarder sur les sentiments de Quetzal à son égard. Mon frère est d’une douceur exceptionnelle, même dans l’expression des secrets de son coeur. Sans compter sa réserve. Il sera sans doute plus embarrassé que jamais si Hermès s’amuse avec lui ainsi. Je lui lance un regard faussement courroucé.

« Ne va pas perturber mon Seigneur Serpent à Plumes, Olympien, sous peine de réveiller mon ire. »

Il n’est pas bien difficile de réaliser que je me moque de lui, bien entendu.

« Ils le sont certainement, yollotl. Et tu ne vas pas tarder à fondre si tu continues de t’attendrir de la sorte. »

Je reprends distraitement la dégustation de ma propre pâtisserie, tout en suivant attentivement Estelle de mes yeux sombres. Il va falloir que je lui touche deux mots au sujet de ses relations. Simplement pour lui signifier que même si je les encourage, je préfèrerai qu’elle n’empiète pas sur son apprentissage.

« Hm ? »

Je détourne le regard et reviens à Hermès. Encore attardé sur la Saint-Valentin, semble-t-il.

« Tu te souviens tout de même que cette fête n’a rien à voir, ni avec toi, ni avec moi, yollotl ? Enfin. Je dois bien pouvoir t’emmener chez moi pour répondre à tes exigences. Il faut juste que je passe me changer. »

Et changer de visage, soit dit en passant. Je finis mon chocolat chaud en prenant mon temps, ceci étant, peu désireuse de courir après le temps.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 17 Avr 2021 - 13:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Si je puis me permettre de partager avec toi mon opinion…” Même si le ton était léger, il était évident que l’Olympien ne passerait pas à côté de l’occasion de partager ladite opinion, peu importait les éventuelles protestations de l’aztèque. “Tu te soucies bien trop du regard extérieur. De plus, si l’on considère que cela aurait été considéré comme une victoire pour moi, aurais-tu véritablement perdu? Il me semble que la chose n’aurait pas été entièrement désagréable pour toi”.

Elle n’avait jamais émis de plaintes allant dans ce sens, en tous les cas. Il se trouvait simplement que Tlazolteotl avait assez d’orgueil pour que sa victoire suffise à la refroidir de ses envies à son égard.

Ce fut au tour de l’Olympien de se fendre d’un rire et d’effleurer le nez de la déesse du bout de l’index.

Ma chère, je perturbe ton Seigneur Serpent à Plumes par ma simple présence”.

Sans trop d’exagération. Le concerné perdait adorablement son sang-froid en présence du messager de l’Olympe, ce dont ce dernier profitait allégrement. Pouvait-on lui reprocher de s’amuser ainsi de l’un de ses amants préférés? Il n’était d’ailleurs pas que son amant, mais également un ami. Sa conversation était aussi agréable que leurs ébats et l’Olympien se satisfaisait autant de l’une que des autres.

Qu’y puis-je si j’ai le coeur tendre, hum?

Il détourna à son tour son regard du couple d’adolescents. Ils avaient de toute façon rejoint la sortie et l’Olympien ne comptait pas empiéter outre mesure sur les plates-bandes de son protégé. L'embarrasser au temple, quand il était entouré d’amis, qu’il était chez lui, était une chose. L’embarrasser en présence de son premier amour en était une autre.

Je m’en souviens parfaitement, oui, mais vais-je pour autant passer à côté d’une occasion d’être couvert de tes présents et de tes attentions? Ce ne serait guère avisé de ma part”.

Il était évident qu’il était attendu de lui qu’ils les transportent de ce point A jusqu’au point B suivant. Non pas que la chose le dérangeait quand la demande venait de l’aztèque. Pour autant, il prit autant son temps qu’elle pour finir son chocolat chaud et poussa même le vice jusqu’à commander un autre muffin.

En guise de paiement, il laissa un billet bien trop généreux qui ferait office de pourboire pour leur charmante serveuse. D’une main tendue, il invita Tlazolteotl à se lever et la fit tourner sur elle-même pour l’attirer contre lui.

Alors voyons, où allons-nous? Ton appartement terrestre? Tes appartements divins? Ailleurs? Oh”. Il s'arrêta tout juste sorti du café, ou presque. Il avait eu la bonté de ne pas le faire devant la porte et de ne pas bloquer le passage, mais ils étaient encore devant la vitrine. “Ai-je droit à un baiser avant que nous allions où que ce soit?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 22 Avr 2021 - 1:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Je ne te permets pas. J’étais une jeune déesse. Je ne pouvais pas me permettre ce genre de réputation. »

Pas alors que j’en étais à asseoir mon pouvoir ici et là. J’ai toujours eu un intérêt certain pour toutes ces choses là, contrairement, semble-t-il, à Hermès. J’aime l’idée de la puissance, ou je l’aimais à l’époque. Aujourd’hui, ce genre de préoccupations m’a quittée. M’établir quelque part est un jeu, non plus une nécessité.

« Et la chose a été tout à fait agréable de la façon dont elle s’est passée. »

La précision est faite d’un ton narquois. Il est beaucoup plus gratifiant de signaler qu’il m’a été ridiculement facile de séduire l’Olympien malgré le barrage de deux de mes frères, trop protecteurs pour réaliser que je n’avais absolument pas besoin d’être chaperonnée, à quelque moment que ce soit.

« Certes. Le pauvre est impressionnable. »

Je n’exagère pas du tout. Même si Quetzalcoatl est plus… Emotif qu’impressionnable. Je l’ai déjà vu dans des situations où il devait garder son sang-froid, là n’est pas la question. Et il sait le faire admirablement bien. Mais lorsqu’il sait pouvoir se le permettre, le Seigneur Serpent à Plumes semble soudain doux, presque délicat, et prêt à afficher ce qu’il ressent, y compris en présence de l’Olympien. Je trouve cela plutôt mignon de sa part. Peut-être que je l’envie aussi un peu, par moment.

« Pas grand chose. Je t’aime avec ton coeur trop tendre, Olympien. »

Je hausse les épaules. Il l’est plus que moi, certes, ou alors il s’en cache moins. Je ne sais guère. Je l’observe d’un air amusé. Je n’avais pas spécialement prévu de le couvrir de présents, mais j’ai certaines choses pour lui qui feront parfaitement l’affaire quoi qu’il en soit, j’imagine. Son enthousiasme pour la situation me semble particulièrement amusante.

« Faisons un crochet par chez moi, yollotl, je murmure, coincée contre lui après avoir été attirée dans ses bras. Que je change donc de robe. J’en ai une parfaite en tête. »

Je souris et l’embrasse à lui en faire perdre le souffle, jusqu’à m’assurer que ses pensées soient essentiellement tournées vers moi. Lorsque je m’écarte, mon sourire s’est fait malicieux. Il se transforme d’ailleurs en rire quand je constate que plusieurs personnes, proches de la vitrine du café, nous regardent avec des regards surpris, ou intéressés, parfois. Je glisse une main dans la sienne et l’entraîne hors de vue, le temps qu’il nous emmène dans mon logis terrestre. Après l’avoir encouragé à s’installer, je file récupérer la robe à laquelle je pense. La passer me prend seulement quelques minutes, après avoir récupéré la morphologie adéquate d’une pensée précise. Je reviens à Hermès dans la foulée :

« On peut y aller. Chez moi. Nous aurons plus de temps, comme ça. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 22 Avr 2021 - 15:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ah, il semblerait que je me le sois permis malgré tout” nota l’Olympien, presque distraitement, comme si la chose n’était au demeurant pas très grave. “J’ajouterais que même à cette époque, ta réputation était déjà bien établie”.

En partie parce qu’il s’était chargé de la faire grandir sous l’Olympe. Il était un diplomate, avait visité tous les Panthéons sous cette qualité - ou une autre d’ailleurs, tout n’était pas que visite professionnelle. Il s’était fait un plaisir de vanter les qualités d’un bon nombre de divinités extérieurs à l’Olympe et n’avait pas manqué de décrire Tlazolteotl comme une déesse charmante mais particulièrement inaccessible, dont il fallait mériter l’attention.

Tu me flattes”.

A son ton narquois, il répondit d’un sourire malicieux. Leur première rencontre était encore fraîche dans sa mémoire, comme tout ce qu’il avait vécu. Il n’oubliait jamais rien, et quand bien même sa mémoire aurait été faillible, il n’aurait certainement pas oublié Tlazolteotl et ses machinations pour se retrouver seule avec lui, au nez et à la barbe de ses frères.

Impressionnable, mais tout à fait charmant”.

Tlazolteotl le connaissait assez pour savoir qu’il était tout à fait sérieux dans son affection pour le Serpent à Plumes. Dans le cas contraire, elle lui aurait sans doute fait comprendre qu’il n’avait pas intérêt à le faire souffrir, d’une façon ou d’une autre.

Mais avec plaisir, mon cher et tendre amour”.

Réchauffé par le baiser pour le moins passionné que la déesse lui avait donné, il lui emboîta le pas jusque dans une ruelle. Au cours de petit trajet, il en profita pour retirer son pétase et retrouver ses traits d’Olympien. Le chapeau disparut dans l’une des poches de son manteau avant qu’il ne fasse un pas au travers d’un portail, l’aztèque sur les talons.

Il se laissa tomber sur le canapé, effleurant les feuilles de quelques plantes parsemant l’appartement terrestre de la déité pendant que celle-ci se changeait. Il tourna un œil distrait, presque paresseux vers elle, quand elle apparut dans l’encadrement de la porte, la détailla sans en avoir l’air.

Vos désirs sont des ordres, très chère”.

L’Olympien se releva sans effort, avec la grâce qui le caractérisait depuis toujours. D’un claquement de doigts aussi théâtral qu’à l’accoutumée, il ouvrit un portail vers le domaine céleste de Tlazolteotl et l’invita, d’une gracieuse révérence, à le devancer. Il ferma la marche, refermant le portail derrière eux dès qu’il eut posé les pieds sur le plan divin des Treize Cieux, dans le crépuscule éternel que chérissait la déesse.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 27 Avr 2021 - 0:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
J’esquisse un sourire. Il ne se l’est pas tout à fait permis. Je le lui ai permis, et ce n’est absolument pas la même chose en définitive. Ou en tout cas, ça ne l’était pas. Aujourd’hui, la seule raison pour laquelle je n’affiche pas nécessairement notre relation, c’est que nos panthéons respectifs risqueraient d’avoir quelque chose à y redire. S’envoyer en l’air avec la moitié de l’univers ne pose pas de problèmes dès lors que l’on pense à s’apparier avec quelqu’un de chez soi. Ridicule. Et on se demande de qui tient l’humanité.

Je souris avec un peu plus de patience lorsqu’il évoque Quetzalcoatl. L’affection qu’il peut éprouver pour le Serpent à Plumes me plaît. Tout comme l’idée qu’ils soient amants, qui, je l’admets, m’amuse au dernier degré. Mon charmant frère cède pourtant assez rarement à ses impulsions.

« Je suis tout à fait ravie de te l’entendre dire. »

S’il avait été mauvais avec Quetzal, de toute façon, j’y aurais rapidement mis bon ordre. Peu de mes confrères et consoeurs des Treize Cieux ont le droit à ce genre de protection - même si j’entrerais en guerre s’il le faut pour n’importe lequel ou laquelle d’entre eux - mais le Serpent à Plumes en fait indubitablement partie. Paradoxalement, cet empêcheur de tourner en rond de Tezcatlipoca est du nombre également. La seule fois où il l’a réalisé, j’ai prétendu que c’était simplement en vertu de sa relation avec ma fille. Le fait est que s’il peut parfois se comporter comme un crétin avec moi, je l’aime tout particulièrement. Et vice-versa.

Enfin. Le temps de me changer et de passer une robe plus adéquate, et nous voilà partis pour les Treize Cieux. Comme toujours, ou presque, Hermès ouvre son portail devant l’entrée de mon palais. Le fait est qu’y entrer directement est… Délicat. Il faut ma permission pour cela, mais même avec, je l’ai construit avec de nombreux enchantements, grâce à ma magie personnelle. Seul Tez’ serait capable de comprendre entièrement les sortilèges gravés ici et là, car nous partageons une grosse partie de notre savoir. De toute façon, ce n’est pas là que nous irons aujourd’hui. Je retire mes chaussures avec un soupir de contentement. En lieu et place de ma coiffe habituelle, je n’ai que quelques plumes passées dans l’une de mes nattes et un bijou fin, fait d’or, qui imite un diadème par sa position.

« Viens. Nous allons par là, ce soir. »

Je glisse un bras sous le sien et l’entraîne vers la forêt luxuriante qui borde l’un des côtés de mon domaine. Un chemin s’ouvre sous nos pieds au fur et à mesure que nous avançons. L’avantage réside surtout dans le fait que mon influence est si basse ici qu’il ne ressentira aucune gêne. je m’arrête lorsque nous atteignons une percée dans la végétation, avec une moue satisfaite.

« Une seconde, yollotl, si tu permets ? »

Je ferme les yeux, l’image de la trouée discrète imprimée derrière mes paupières, et commence à travailler. Dégager une véritable clairière ne me prend guère de temps. De l’herbe douce vient pousser sur le chemin, une petite prairie fleurie d’essences à l’odeur douce, avant que ne surgisse de la terre une tonnelle fine, elle aussi revêtue de fleurs en tous genres. Quelques minutes plus tard, le cadre est devenu plus qu’idyllique et nous avons de quoi nous asseoir. Je pivote sur mes talons et tend un bouquet à Hermès, apparu entre mes mains.

« Pour toi, yollotl. »

Un instant j’incline la tête sur le côté, détaille ses traits avec un doux sourire. Comme toujours dans ces instants, j’espère ne jamais lui causer le chagrin de ma perte. SHADOW m’a rendue cruellement consciente du fait que l’éternel n’existe pas vraiment.

« J’espère que le décor sera à ta convenance. Izahuia est partie prévenir le personnel du palais, mais il va falloir patienter un petit peu pour que nous puissions dîner. »

Un sourire amusé me monte aux lèvres avant que je ne lui désigne l’une des chaises, plantée devant une table si délicatement forgée qu’elle ne semble pas faite de terre seule.

« Si cet Olympien veut bien se donner la peine ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 27 Avr 2021 - 16:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L’Olympien esquissa un sourire. Il ne doutait absolument pas du ravissement de l’aztèque, connaissait bien ses tendances protectrices pour certains des siens. Non pas que le Serpent à Plumes aurait été incapable de se défendre si cela avait été nécessaire, au contraire, mais le mal dont il était question n’était pas tant physique qu’émotionnel.

Dans ce cas précis, la protection de Tlazolteotl n’était guère utile. Hermès appréciait beaucoup trop la compagnie de Quetzalcoatl pour le blesser d’une quelconque manière. Cela ne voulait pas dire qu’il ne s’était jamais amusé des menaces à demi-voilées de la déesse à son égard par le passé.

Toujours vêtu de la même tenue terrienne, l’Olympien aurait pu paraître hors de propos aux côtés de la déesse et de sa robe somptueuse s’il n’y avait pas eu son charme divin, l’élégance innée de ses gestes pour compenser. Il aurait pu se contenter d’un sac de toile de jute pour tout vêtement et tout de même réussir à charmer les foules.

Il imita la déesse, retira ses chaussures avant de la suivre, le bras accroché au sien, profitant de la chaleur de la terre et de la végétation entre ses orteils à chaque pas.

Hum? Oh, mais bien sûr, ma chère et tendre”.

Il se fendit d’une révérence accompagnée de quelques moulinets élégants de son bras libre pour l’inviter à procéder. Tlazolteotl ne tarda pas à faire montre de ses talents en dégageant un espace libre entre les arbres. La regarder travailler était toujours aussi fascinant, même après tous ses millénaires passés à l’observer.

Sans un mot, il libéra son bras pour s’avancer sous la tonnelle végétale, tournant lentement sur lui-même pour admirer le travail de sa compagne. Il effleura un pétale du bout des doigts, se pencha pour en humer un autre, termina son inspection rapide des lieux en rejoignant la déesse.

Ah, tu me gâtes, elles sont magnifiques”.

Il porta le bouquet à son nez pour humer le délicat mélange de senteur, dessina les contours d’une corolle de pétales du bout des doigts. Même s’il avait dû réclamer ce bouquet, il n’en était pas moins ravi de le recevoir. Peut-être le confierait-il un instant à Perséphone, déesse du printemps, ou bien à Zyanya, la fille qu’il partageait avec Tlazolteotl, afin de le préserver.

Pour toi, mon tendre amour, je me donnerais toutes les peines du monde”.

Il la frôla d’un peu trop près à dessein en s’avançant vers sa chaise, en profita pour l’enlacer de son bras libre et la renverser en arrière pour un baiser appuyé. Il ne la redressa qu’après plusieurs minutes, que lorsqu’il sentit son souffle brûlant et heurté contre ses lèvres.

Le bouquet fut délicatement posé à l’abri et l’Olympien prit place sur la délicate création de la déesse.

Tu te surpasses pour moi, mon amour”.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 28 Avr 2021 - 1:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les manières de l’Olympien m’arrachent un sourire amusé. Je ne me déconcentre pas pour autant et m’emploie à nous dégager un chemin d’accès correct, puis finalement un lieu de rendez-vous pensé sur mesure. Et qui retournera au néant dès lors que nous repartirons. Cette forêt est là pour ça : c’est un terrain de jeu, un gigantesque bac à sable dans lequel je sculpte mes envies au fil du temps. J’y ai probablement déjà amené Hermès, même si je n’en ai pas le souvenir précis. Il faut dire que depuis nos débuts, j’en ai modifié l’apparence tant de fois que je n’ai plus que des réminiscences vagues de ce que le bois a été au tout départ.

« Il paraît que tu te trouves en manque de fleurs. »

Ma réponse est offerte d’un ton léger, amusé. Il a comme qui dirait réclamer quelques cadeaux. J’en ai d’autres, que je garde ici et là pour lui, mais je préfère attendre le bon moment pour les lui offrir. Aujourd’hui est un jour aussi approprié qu’un autre, mais encore faut-il trouver l’instant idéal. Sans être aussi… Romantique qu’il est en mesure de l’être lui-même, je sais ménager mes effets. On ne vit pas des millénaires sans apprendre cela.

Je ris brièvement, surprise par son étreinte, le laisse embrasser mes lèvres. J’ai glissé mes mains autour de son cou, pour le retenir près de moi, peut-être. Ou simplement car j’apprécie son contact contre ma propre peau. Qui sait ? Lorsque je me redresse, j’admets être légèrement essoufflée, sans que cela ne me dérange le moins du monde, soit dit en passant. Je m’assieds en face de lui après l’avoir rejoint en quelques pas, les bras croisés. L’une des femmes qui a choisi de passer son éternité dans mon royaume - l’entente que nous avons est des plus basiques : elles me rendent service lorsque je suis présente, je les préserve de l’outremonde et des créatures dangereuses qui arpentent les Treize Cieux - vient déposer deux verres devant nous. Des cocktails faits à base d’alcool d’agave - version divine - et de fruits que je fais pousser dans une des cours de mon palais.

« Merci, querida. »

Je salue l’esprit de la jeune femme d’un sourire aimable et la regarde s’incliner gracieusement avant de faire demi-tour. Je reviens aussitôt à l’Olympien.

« Tu es plutôt facile à contenter, yollotl. »

Il sait le plaisir que j’ai à sculpter mon environnement. Je suis toujours surprise que lui apprécie le spectacle qui doit pourtant paraître seulement à demi satisfaisant pour un dieu des vents.

« Est-ce que quelque chose de particulier te ferait plaisir en guise de repas, yollotl ? »

Je m’informe paisiblement, une main posée contre une des siennes, sur laquelle je trace des arabesques abstraites sans vraiment y penser. Ma posture s’est sensiblement détendue, une fois de retour chez moi. Mon monde me manque, parfois. Etrange, quand on sait que je l’ai parfois quitté pour des centaines d’années, sans avoir la moindre envie d’y mettre les pieds. Je ne suis pas vraiment déité à se sédentariser.

« Oh, et vas-y doucement avec ton verre, mon coeur. Je crois que c’est Mayahuel qui m’a offert cet alcool là et elle n’est pas déesse de l’ébriété pour rien. »

La dernière fois que j’ai goûté à une de ses créations, je me suis sentie très rapidement… Touchée.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 28 Avr 2021 - 14:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
A la remarque de la déesse, il répondit d’un sourire, d’un haussement d’épaules aussi, comme s’il n’avait pas lui-même réclamé les fleurs quelques instants plus tôt.

Eh bien, comme tu le sais, je n’oublie jamais rien, or il se trouve que la dernière fois que tu m’as offert des fleurs remonte à plusieurs siècles. Partant de ce constat, mon manque de fleurs s’en trouve aisément justifié, qu’en penses-tu?

De la même façon qu’il avait pris le temps d'humer les fleurs au moment de les recevoir, il respira le parfum du verre servi par l’une des servantes de l’aztèque. Il était un visiteur relativement régulier des Treize Cieux, souvent dans un cadre diplomatique, mais il avait toujours été reçu avec égards. Ces égards impliquaient de goûter à la production d’alcool local et il avait été le premier à admettre qu’elle n’avait rien à envier à celle de son frère cadet.

Que puis-je dire? Je suis une déité des plaisirs simples. Ta simple présence suffit à me plaire, le reste n’est qu’agréable bonus à mes yeux”.

La flatterie était parfaitement sincère. Tlazolteotl l’avait amené jusqu’ici, mais il aurait été tout aussi ravi de passer la soirée avec elle dans son appartement starpolitain, ou bien dans un restaurant ou un autre de la ville. Il était une déité versatile, capable de se sentir chez lui dans le plus miteux des fast-foods ou dans le plus huppé des restaurants de luxe.

Toi?” répondit l’Olympien avec tout le sérieux du monde. Il se fendit d’un sourire tout à la fois charmant, malicieux ou séducteur qu’il assortit d’un haussement d’épaules. “Je n’ai jamais eu à me plaindre de la cuisine des Treize Cieux. Je serais contenté par tout”.

Son éternel sourire aux lèvres, il porta son verre à ses lèvres comme si Tlazolteotl ne lui avait rien dit sur la qualité de l’alcool qu’il contenait. S’il ne le vida pas d’un trait, il n’en fut pas loin, claqua la langue, comme pour mieux le savourer, et lâcha un “Hum”, pensif.

Si je ne te connaissais pas mieux, je pourrais craindre que tu ne cherches à m’intoxiquer pour abuser de mon corps”.

Son verre vide retrouva la table et il souleva celui de Tlazolteotl qu’il vida dans la foulée, avec la même efficacité que le premier. L’alcool était divin, de cela, il ne doutait pas. Contrairement aux alcools mortels, celui-ci avait effectivement le goût de l’ivresse. Sa gorge picotait encore du passage du liquide.

Loin de moi l’idée d'être ingrat mais il me semble que tu es assise un peu trop loin de moi”.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 2 Mai 2021 - 21:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Plusieurs siècles sans fleurs, peut-être mais qu’on ne vienne pas dire qu’il ne m’est jamais arrivée de lui offrir bien d’autres choses. Je peux bien lui faire ce plaisir, ceci dit. Non seulement cela ne me coûte rien, mais je trouve cela amusant pour un dieu lié aux cieux plus qu’à la terre d’être si attaché à cela. Mignon, même, j’imagine.

« Tout à fait, yollotl. »

Je ne proteste pas. Ne signale pas non plus que nous ne nous sommes que peu voire pas vus ces derniers siècles et qu’à partir de là, il m’aurait été difficile de lui offrir quoi que ce soit. Mais enfin, depuis, j’aurais eu le temps de me rattraper, de fait.

« Oh, vraiment ? Tu te lasserais, à force, Olympien. »

Ce qui n’a rien de bien vexant. Même en tant que déesse, je reste positivement certaine que nul n’est fait pour passer le plus clair de son temps avec une seule personne. Sans doute est-ce de bon ton qu’Hermès prenne les mêmes libertés que moi. Je l’aime d’une façon dont je n’aime personne d’autre, mais cela ne veut pas dire que je n’ai d’amour que pour lui pour autant. Et vice versa, soit dit en passant.

« Disons que si je suis au menu, ce sera plutôt en guise de dessert, et que nous pouvons remercier les Treize Cieux que Tez’ ne soit pas ici, une telle réplique l’aurait forcément fait surgir pour un sermon interminable. »

Je sais toutefois qu’il est sur l’un de nos mondes favoris, à l’heure actuelle. Autant dire qu’il ne sera pas invoqué par les répliques quelque peu osées de mon charmant compagnon.

« Je n’ai pas besoin de t’intoxiquer pour abuser de ton corps, il me suffit de demander. »

Je hausse les épaules avec désinvolture, puis charge Cetl de prévenir les cuisines de ce qui me fait envie à l’heure actuelle, puisque Hermès, lui, n’a pas l’air d’avoir de préférences. Je me ressers un verre calmement une fois que la déité a fini de vider le mien, puis fais de même avec le sien. Il faut bien qu’un de nous se tienne un minimum.

« L’anticipation fait partie du plaisir et je ne viendrais pas plus près pour le moment. »

J’incline légèrement la tête, un sourire amusé aux lèvres.

« Sauf si tu demandes très, très gentiment, peut-être. Va savoir, yollotl. Il paraît que je suis une créature relativement versatile, vois-tu. »

Peut-être que s’il se montre suffisamment adorable, je pourrais considérer l’idée de venir m’asseoir bien plus proche de lui. Je vide mon verre avant qu’il ne lui prenne l’envie de m’en délester une fois de plus. L’alcool réchauffe ma gorge, sa morsure familière me tirant un sourire. N’en déplaise aux quatre cents dieux de l’ivresse, Mayahuel a vraiment un talent tout particulier.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 4 Mai 2021 - 22:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L’absence de protestation de la déesse lui valut un sourire rayonnant. Tlazolteotl pouvait être aussi agacée qu’amusée de ses facéties et il ne se privait jamais de profiter de l’une et de l’autre de ses émotions dès qu’il en avait l’occasion.

Me lasser de ta personne? Serait-ce seulement possible?

Peut-être. Très probablement, après quelques siècles. Leur relation fonctionnait aussi pour cela, parce qu’ils ne s’étaient pas liés d’une relation exclusive. L’une comme l’autre papillonnaient, rencontraient, se plaisaient avec d’autres… mais ils revenaient vers l’autre, toujours. Peu importait les siècles.

Oh, nous n’avons pas le temps pour un sermon” affirma l’Olympien, les sourcils froncés dans une mine sérieuse, le menton s’agitant de gauche à droite pour chasser cette possibilité. “Vois-tu, nous serons beaucoup trop occupé à déguster notre plat principal, et par la suite, je devrais savourer mon dessert”.

En d’autres circonstances, peut-être qu’Hermès aurait proposé, avec sa malice habituelle, de faire venir le dieu aztèque jusqu’ici et se serait amusé à répéter sa proposition à voix haute en sa présence. Il se trouvait que déguster Tlazolteotl en dessert lui plaisait plus que de s’amuser de son frère.

Peut-on parler d’abus si tu me demandes mon avis et que je te donne mon accord?

S’il reprit son verre sitôt rempli, il ne le vida pas tout de suite, préférant se perdre un instant dans la contemplation de la déesse. La courbe de sa mâchoire, la façon qu’avait ses doigts de lever son verre à ses lèvres, ou dont le tissu de sa robe embrassait chacune de ses courbes.

Hum?

Le menton dans sa main, l’air complètement perdu, l’Olympien sembla considéré la réponse de la déesse avec l’expression de quelqu’un qui avait oublié la question qu’il avait posé. La question n’avait pas totalement quitté son esprit, mais la contemplation de l’aztèque avait soudain bien plus d’attrait que les mots qu’elle lui offrait en réponse.

Tlazolteotl, ma sauvage et enflammée déesse, ma beauté du crépuscule, mon amour… Viens t’asseoir à mes côtés, je te prie. Tu ferais de moi le plus heureux des dieux, de ce panthéon, du mien, et de tous les autres”.

Peut-être se laisserait-elle séduire par ses mots. Dans le cas contraire… eh bien l’Olympien supposait que rien ne l’empêchait de venir s’asseoir à côté d’elle.

Tu ne m’as pas embrassé depuis une éternité, je crains d’avoir oublié le goût de tes lèvres”.

Leur dernière étreinte ne remontait peut-être qu’à quelques minutes, mais le dieu de l’éloquence qu’il était donnait l’impression qu’elle remontait à des temps anciens, oubliés de toutes les mémoires.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 9 Mai 2021 - 20:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ma foi, j’imagine que la lassitude peut frapper n’importe qui, même au contact des meilleurs, n’est-il pas ? Ou des meilleures, dans ce cas. J’esquisse un léger sourire et acquiesce d’un signe de tête.

« Sûrement que si, je dirais. »

Je l’observe sans dissimuler mon amusement alors qu’il évoque Tez’ et ses sermons. Je suis sûre que l’intéressé adorerait savoir que nous n’avons pas le temps pour lui. Il le prendrait sans doute assez mal, je pense. Mais sans doute aussi car il n’apprécie pas beaucoup l’Olympien.

« Savourer ton dessert, tu dis ? J’avoue que ça soulève ma curiosité, yollotl. »

Je suppose qu’on ne peut pas dire que j’abuse de sa personne, effectivement, mais même sans lui demander son avis, dans ce cas précis, je sais qu’il sera soit tout à fait d’accord, soit tout à fait en mesure de dire non. Ce qui veut donc dire qu’alcool ou pas, je ne risque pas vraiment d’abuser de lui.

« Peut-on parler d’abus tout court ? »

Je l’interroge d’un ton curieux, poli, sans dérouler le fond de ma pensée. Avant de réaliser qu’il n’écoute pas tout à fait. Je me sens sourire presque malgré moi quand je comprends qu’il est apparemment perdu dans une certaine contemplation de ma personne. J’incline légèrement la tête, rajuste une mèche de cheveux, et ris légèrement lorsqu’il reprend la parole.

« Demandé comme ça, comment te résister, yollotl. »

J’attrape la chaise sur laquelle je suis assise et la déplace jusqu’à me trouver plutôt aux côtés de l’Olympien qu’en face de lui. Je glisse une main contre sa joue pour qu’il tourne la tête vers moi, avec délicatesse, l’embrasse de nouveau avec langueur, oublieuse de la présence d’une de mes servantes qui nous dépose une assiette à chacun en toute discrétion. Me détacher de ses lèvres me conduit simplement à déposer les miennes contre sa joue, dans son cou, et finalement contre son épaule. Je me détourne ensuite pour attraper une tortilla de blé et me servir avec soin d’un peu de la garniture à la viande qui a été apportée également.

« J’espère que cela te convenait, et maintenant, si tu me permets, j’ai faim quoi qu’il en soit. Je préfère autant être en forme avant de m’occuper de toi. »

Je lui lance un regard discret, mon sourire toujours en place, avant de goûter le repas et de soupirer de bonheur en reconnaissant des saveurs familières qui me manquent bien trop sur Terre. Même dans mes adresses pour manger mexicain, rien ne peut égaler la qualité des repas que je peux prendre ici.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 12 Mai 2021 - 19:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Hum… j’en doute. Après tous ces millénaires, je dirais plutôt que ta présence m’ensorcelle un peu plus à chaque rencontre”.

Certes, il aurait pu être argué qu’il s’écoulait parfois un certain temps entre leurs rencontres. Avant de se retrouver à Star City, les déités ne s’étaient pas croisées pendant des siècles. A cela, l’Olympien aurait rétorqué un argument simple. Pour des êtres multimillénaires comme eux, deux ou trois siècles avaient valeur d’une longue après-midi. Une semaine, tout au plus.

Oh, j’escompte bien soulever un peu plus que ta curiosité, très chère”.

Que sa chère déesse des Vices y entende ce qu’elle voulait bien y entendre. L’Olympien savait être tout à fait subtil dans ses avances, ou bien beaucoup moins qu’on n’aurait pu le croire. Il fallait bien varier les plaisirs, s’adapter à ses amants… N’était-ce pas ainsi qu’on s’évitait la lassitude?

Si je me fie à la définition même du terme, j’en concluerais que non. Je peux certes parfois abuser de ta patience, mais de ton corps? Je ne me le permettrais jamais, et toi non plus”.

La déité ne fit aucun effort pour dissimuler le regard qu’il balaya sur la déesse aztèque. Qu’elle le remarque, c’était là le but. Aussi beau que puisse être la tonnelle naturelle créée pour ce rendez-vous, rien ne pouvait égaler celle de Tlazolteotl.

Tu ne le pourrais pas, même si tu t’y essayais, c’est là toute la beauté de la chose”.

Non sans un sourire quelque peu victorieux aux lèvres, Hermès suivit chacun de ses mouvements des yeux. La façon qu’elle eut de déplacer sa chaise, d’arranger les plis de sa robe en s’installant, sans en avoir l’air. Il se laissa guider par les mouvements de ses doigts sur sa joue, savoura le langoureux baiser qu’elle déposa sur ses lèvres, laissa éclater un sourire sur celles-ci quand il reçut un autre baiser sur la joue ou dans le cou.

Mes plus sincères remerciements, tu connais ma mémoire, elle a toujours été défaillante. Je tâcherais de me souvenir que tu as promis de t’occuper de mon humble personne, cette promesse me paraît tout à fait prometteuse”.

Il confisqua sa main, rien qu’un instant, le temps de déposer un baiser sur ses doigts. L’une des servantes de l’aztèque avait profité de leur discussion pour servir le repas et l’Olympien ne perdit pas de temps pour se servir d’une tortilla et la garnir de ce qu’il trouva à portée.

Ah, je réalise que j’ai passé bien trop de temps loin des Treize Cieux. Autant car la cuisine y est délice que parce que tu n’es jamais aussi heureuse que dans ton domaine”. Il se fendit d’un léger mouvement de tête. “Ou bien quand tu es avec nos enfants”.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 13 Mai 2021 - 13:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Ne dis pas ça trop fort devant ta famille. Ils seraient fichus de me reprocher de t’avoir ensorcellé et placé sous ma coupe, je relève en levant les yeux au ciel. Je ne suis pas sûre que cela améliorerait nos relations. »

Qui sont pour le moment plutôt positives. Même si je me doute que notre relation ne serait pas mieux vue par l’Olympe que par les Treize Cieux. Apparemment, forniquer avec nos lointains cousins est acceptable, mais plus que cela, et c’est la catastrophe. Parfois, nous devrions vraiment éviter d’adopter ce genre de coutumes pourtant ridiculement humaines. Vraiment.

« Parfait. »

J’avoue que les propos d’Hermès sont toujours propices à soulever plus que de la curiosité en moi, mais je ne vais pas me montrer plus expansive que cela. Pas pour l’instant. Un peu de maîtrise n’aura jamais fait de mal à personne.

« C’est bien ce que je disais, yollotl. »

Je n’irais pas abuser de lui de quelque façon que ce soit. Je ne suis pas faite de ce bois-là, pour commencer, et j’aime trop la façon qu’il a de me regarder, de se comporter avec moi, pour risquer quoi que ce soit.

« Ne lance pas des défis que tu perdrais, je le sermonne pourtant. Je suis tout à fait capable de te résister par principe pendant un siècle ou deux par pure fierté, et je te manquerais trop dans l’intervalle. »

Même s’il ne s’agit là que d’une poignée de minutes à l’échelle de notre temps, un siècle peut tout de même nous paraître long sous les bonnes conditions. Ou les mauvaises, peut-être. J’ai toujours le sourire aux lèvres tandis que je mange, le regard égaré sur les environs qui me correspondent à la perfection, pour revenir au visage d’Hermès lorsqu’il reprend la parole. Je hausse les épaules.

« Je suis plus heureuse ici, mais je finis par m’y morfondre en quelques jours. Je ne suis pas faite pour rester cloîtrée dans mon domaine. »

Cruelle ironie s’il en est. Il n’y a qu’ici que je sois aussi parfaitement à ma place, baignée par les énergies qui me nourrissent en même temps qu’elles exaltent mes pouvoirs, et pourtant je ne peux pas supporter d’y rester trop longtemps sans m’y ennuyer profondément. J’aime trop les mondes et mes fidèles pour rester ici. Ou pour rester en permanence avec mes enfants, que ce soit ceux que j’ai eu de l’Olympien et dissimulé à ma famille ou ceux qui sont reconnus et légitimes dans notre panthéon.

« Ceci dit, je suis d’accord avec toi. La cuisine est délicieuse, je complète avec un rire. Bien meilleure que tout ce que j’ai pu manger chez vous, si je puis me permettre. »

Les goûts et les couleurs, n’est-ce pas ? Il serait dommage de ne pas le taquiner au moins un peu.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 14 Mai 2021 - 16:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Devrais-je plutôt le dire devant la tienne?” s’amusa l’Olympien.

Il doutait que les aztèques soient plus ravis que les Olympiens de l’entendre parler ainsi. Sa popularité n’atteignait pas les même niveaux chez tous les représentants des Treize Cieux. La plaisanterie avait également le mérite de reconnaître la pertinence de la remarque sans pour autant entrer dans le détail. Il y avait fort à parier que Zeus ne serait pas ravi d’apprendre les détails de sa relation avec la déesse. Quelques coucheries au fil des millénaires étaient une chose. Trois enfants divins, fruits de deux Panthéons, en étaient une autre.

Serais-tu en train de me dire que je ne te manquerais pas une seule seconde?

Tlazolteotl semblait disposée à relever le défi, par pur envie de le défier, pouvait-on réellement reprocher à l’Olympien de creuser quelque peu le sujet? Que son égo ait été un peu moins développé que chez le reste de son Panthéon ne voulait pas dire qu’il n’aimait pas le flatter, de temps à autre.

Ah, tu ferais certainement une excellente divinité voyageuse. Tu ne sais pas plus tenir en place que moi”.

Hermès se satisfaisait parfaitement de ses quartiers Olympiens. Son palais dépasait de loin la beauté des temples que les mortels avaient pu ériger pour les siens. De la même façon, une fête dyonisiaque pouvait l’amuser pendant un temps… mais au coeur, il était voyageur, ne tenait pas en place. A rester trop longtemps au même endroit, il ne ferait que dépérir.

Il me semble détecter chez toi un certain chauvinisme. Si je puis me le permettre”.

Un chauvinisme qu’il ne comptait pas entretenir en se fendant d’un nouveau compliment à destination de la déesse, quoiqu’il mettait certainement de l’entrain à déguster le repas présenté devant lui. Il avait à peine terminé sa première tortilla garnie qu’il s’en prépara une seconde.

Jusqu’à présent, je dois dire que je suis ravi. Des fleurs, un diner délicieux et romantique… Cela manque peut-être de chandelles mais il me semble que ce serait un risque avec autant de végétation… J’ai hâte de voir ce que me réserve le reste de la nuit”.

Il s’empara de la main de la déesse et porta ses doigts à ses lèvres un instant. Dans le meme geste, ou presque, il relâcha ses doigts et leva le verre de la déesse à ses lèvres. Le sien était plein, contrairement à celui de l’Olympien. Si l’on ajoutait à cela qu’il ne perdait jamais une occasion de la taquiner…
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 18 Mai 2021 - 20:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La pensée d’un Olympien en train d’avouer à ma charmante famille divine ce qu’il en est de nos relations me tirent une grimace qui n’a rien de feinte.

« Bien sûr, fais donc cela, si tu tiens à déclencher un accident diplomatique à grande échelle. J’en connais deux ou trois qui seraient absolument ravis d’apprendre ça. »

Bien entendu, certains sont plus ou moins au courant, mais ils ferment soigneusement les yeux. Xochiquetzal, ma fille, fait partie de ceux-là. Elle prend même garde de ne pas y penser en présence de son époux quelque peu ombrageux, histoire d’éviter des ennuis à tout le monde.

« Je n’ai jamais dit que tu ne me manquerais pas, Hermès, juste que j’en serais capable. Si je me laissais gouverner par le manque, je ferais une piètre déesse, non ? »

Je me suis déjà laissée aller à certaines émotions, mais la fierté fait parfois faire de drôles de choses également. Enfin. Peu importe. Là n’est pas la question et si je peux éviter de devoir battre froid à un certain Olympien pendant quelques siècles, la chose m’arrangerait certainement. Que j’en sois capable ne veut en aucun cas dire que j’apprécie cela.

« Si tu permets, j’ai déjà bien assez de domaines sur lesquels je dois veiller pour ne pas m’en rajouter encore. Nul besoin d’être une divinité voyageuse pour ne pas tenir en place. »

A partir du moment où je représente la tentation entre autre chose, je crois qu’il est assez… Aisé de devenir que la routine et la sagesse ne me correspondent guère. J’aime découvrir de nouveaux horizons, parfois dans les choses les plus simples d’un quotidien humain. Les instants que je peux avoir ici, au sein des Treize Cieux, restent privilégiés, mais ils ne sont pas et ne seront sans doute jamais le coeur de mon existence. J’esquisse un sourire malicieux quand Hermès reprendre la parole.

« Je te permets, mais n’ai-je pas parfaitement raison ? »

J’incline légèrement la tête, une moue rieuse aux lèvres, avant de reprendre mon repas paisiblement. Je suis bien obligée de l’interrompre un instant lorsqu’il dérobe ma main - puis mon verre, ce qui lui vaut une oeillade agacée de ma part - mais de façon relativement momentanée.

« Tu as bien conscience que ton verre est plein, yollotl ? »

Il me semblait pourtant qu’il avait un certain sens de l’observation.

« Je n’aime pas trop le feu, pour des raisons assez évidentes. Je n’ai pas envie de déclarer un incendie ici. Tout cela m’est lié et ce serait… Désagréable que tout brûle. »

Je n’ai aucune affinité pour cet élément, de toute façon. Mais qu’importe.

« Le reste de la nuit ? Mais je n’avais prévu qu’un dîner » je fais mine de m’offusquer.

Comme si je trompais encore quelqu’un par ce genre d’affirmations.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 22 Mai 2021 - 16:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Accident diplomatique ne permet pas de décrire l’ampleur de la catastrophe que déclencherait cette révélation, si tu veux mon avis” nota l’Olympien.

Il aurait plutôt été tenté de dire qu’elle avait le potentiel d’annihiler toute vie dans le Multivers puisque la chose pourrait très bien commencer comme une simple querelle entre deux Panthéons et finir en bataille rangée entre des dimensions entières. Si Hermès était une déité facétieuse, il n’était pas non plus idiot au point de provoquer la fin du Multivers tel qu’il était connu, au contraire. Il avait une certaine affection pour le Multivers en question.

Voilà un détail que je suis flatté d’apprendre. Ainsi, pendant tous les siècles où tu as boudé ma présence, je t’ai constamment manqué?

Non pas qu’il était obtus au point de ne pas le savoir avant ce soir. Pour autant, il aurait argué qu’il ne lui déplaisait pas de l’entendre. Il s’attendait déjà à récolter un regard roulé au ciel, peut-être une légère dénégation du menton et un soupir.

A qui le dis-tu… je suis la déité de toutes les choses que les autres ne veulent pas”.

Il s’agissait en tout cas du diction officieux sur l’Olympe. Hermès - et Mercure, de son nom romain - cumulait un certain nombre de casquettes - ou de pétases, pour rester dans l’ambiance antique. Dieu des voleurs, marchands, menteurs, éloquents, voyageurs, orphelins, guide des âmes des morts vers les Enfers, dieu de la chance et du hasard, patron des ingénieurs… Déclamer chacun de ses épithètes à chacune de ses entrées en tant que diplomate aurait pris des jours.

Je ne nierais ni ne confirmerais cette affirmation, ma chère. L’une ou l’autre de ses possibilités à le potentiel de provoquer une catastrophe diplomatique, et ce n’est nullement mon intention”.

Sans exagération aucune, bien sûr. Cela ne correspondait pas du tout à l’Olympien. Tout comme il ne se permettrait pas de se servir du verre de l’aztèque quand le sien avait pour lui d’être plein et à sa disposition, juste sous son nez.

Vraiment? Quelle chose étonnante. Le tien me paraissait pourtant beaucoup plus attrayant”.

Tout l’étonnement du monde pouvait se sentir dans l’intonation de la déité, dans sa façon de hausser les sourcils comme s’il était véritablement surpris de ce constat, et tout à fait convaincu de l’argument qu’il venait de servir à l’aztèque.

Oublions les bougies, mais tu ne me feras pas croire que tu n’es pas disposée à prolonger cette entrevue. Ou alors…” L’Olympien leva un bras, le pouce contre son index et le majeur, prêt à claquer et à ouvrir un portail. “Je suppose que je pourrais regarder mes pénates dès maintenant. Loin de moi l’idée d’imposer ma présence à une hôtesse aussi délicieuse si celle-ci n’a pas de quoi me distraire pour la soirée. Pour sa défense, je me suis quelque peu imposé”.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 28 Mai 2021 - 20:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

SSN :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Je te trouve bien pessimiste. »

Peut-être faisons-nous preuve d’un manque de confiance déplacé envers nos panthéons respectifs ? Vraiment, je suis certaine que Tez’ pourrait faire preuve de retenue et ne détruire qu’un monde ou deux dans l’aventure. Que demander de plus, vraiment ?

Je laisse toutefois le sujet de côté, soupirant plutôt devant les petites plaisanteries d’Hermès. Lui arrive-t-il seulement de s’arrêter cinq minutes ou trouve-t-il toujours quelque chose à redire, vraiment ?

« Constamment est un bien grand mot, et tu n’as qu’à deviner seul ce que tu crois à ce sujet. »

Je ne compte pas me montrer aussi précise dans ma description de mes ressentis vis à vis de lui. Pas le moins du monde. Je n’en ai pas envie, et il sait parfaitement que je ne sais jamais trop quoi dire quand il s’agit de chanter ses louanges. Ou plutôt celles de l’amour que j’ai pour lui.

« Je ne te connaissais pas si prudent » plaisantais-je d’un ton amusé.

Se décider pour la neutralité est tout à fait fascinant. Un peu comme sa tendance à me dérober mes verres, quoique celle-ci soit pourtant plus pénible qu’autre chose. Sa réponse lui vaut un regard noir, d’ailleurs. Il pourrait très certainement boire ailleurs que dans le récipient qui m’appartient.

« Et bien tiens-toi à ton propre verre avant que je ne te confisque l’un et l’autre, yollotl. »

Je récupère mon verre avec un regard vaguement agacé, claquant ma langue contre mon palais dans une mimique de contrariété. Presque feinte. Entièrement feinte, sans doute. Enfin. Qu’importe.

« Je suppose que tu pourrais, mais tu ne vas rien regagner du tout car tu ne veux pas que je sois de mauvaise humeur, au vu des conséquences que cela pourrait avoir sur toi ? Hm ? Mettons nous d’accord là dessus. »

Un large sourire étira mes lèvres pour compléter ces propos tandis que je reprenais mon repas, toujours aussi délicieux qu’il l’était précédemment. Je grignote quelques tacos supplémentaires sans dire grand-chose, satisfaite par sa simple proximité. Lorsque j’en ai terminé, toutefois, c’est pour mieux retrouver les bras de mon Olympien favori.

« Aurais-tu quelque chose contre un petit tour dans mes bassins ? Cela nous rappellera quelques bons souvenirs. »

Et cela nous tiendra également bien au chaud. Non pas que la température soit particulièrement rude à l’heure actuelle, ou quelque heure que ce soit dans mon monde. Mais enfin, n'est-ce pas là qu’un détail ?
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Valentine's Day - Tlatla
 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  SuivantRevenir en haut 
Valentine's Day - Tlatla - Page 2 Forum_6Valentine's Day - Tlatla - Page 2 Forum_8


Valentine's Day - Tlatla - Page 2 Forum_1Valentine's Day - Tlatla - Page 2 Forum_3
 Sujets similaires
-
» [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\
» L'héritage du Feu [PV Valentine Crowblack]/!\Hentaï/!\[Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valentine's Day - Tlatla - Page 2 Forum_6Valentine's Day - Tlatla - Page 2 Forum_8

Sauter vers:  
Prédéfinis

Scénarios

Postes à pourvoir

Préliens
Nos voisins
      
      
      
      
Le saviez-vous ?