Ann Huxley - Witch from another time Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Ann Huxley - Witch from another time Categorie_1Ann Huxley - Witch from another time Categorie_2_bisAnn Huxley - Witch from another time Categorie_3
 

Ann Huxley - Witch from another time

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 2 Fév 2021 - 22:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Hell Club
Hell Club

Ann Huxley
Hell Club

Personnage
[U.C.]
ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 07/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 02/02/2021
ϟ Nombre de Messages : 135
ϟ Nombre de Messages RP : 89
ϟ Célébrité : Lyne Renée
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Rafael Colón - Raphaël Mercury - Callie Aegia - Gabriel Colt
ϟ Âge du Personnage : 39
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : Sans emploi
ϟ Réputation Civile : Niveau 0 ϟ Réputation Héroïque : Niveau 1 ϟ Identité : Secrète
ϟ Signes particuliers : écrire ici
ϟ Pouvoirs : écrire ici
ϟ Liens Rapides : Le passé
Le présent
Le coven
Le grimoire
Le téléphone
Le tarot
Joueur
[U.C.]
ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 07/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 02/02/2021
ϟ Nombre de Messages : 135
ϟ Nombre de Messages RP : 89
ϟ Célébrité : Lyne Renée
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Rafael Colón - Raphaël Mercury - Callie Aegia - Gabriel Colt
ϟ Âge du Personnage : 39
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : Sans emploi
ϟ Réputation Civile : Niveau 0 ϟ Réputation Héroïque : Niveau 1 ϟ Identité : Secrète
ϟ Signes particuliers : écrire ici
ϟ Pouvoirs : écrire ici
ϟ Liens Rapides : Le passé
Le présent
Le coven
Le grimoire
Le téléphone
Le tarot
Ann Huxley
ϟ Sexe : féminin
ϟ Âge : 39 ans
ϟ Date et lieu de naissance : 9 mars 1775. Canterwich ,Comté d’Essexe, Angleterre
ϟ Nationalité : Britannique
ϟ Orientation : Bisexuelle
ϟ Métier : Sans emploi
ϟ Célébrité : Lyne Renée
ϟ Crédits : moi
ϟ Pseudo et âge réel : Capfab. 29 maintenant
ϟ Parlez-nous de vous : Cf les 4 autres comptes
ϟ Comment avez-vous connu le forum ? Cf les 4 autres comptes
ϟ Que pensez-vous du forum ? Cf les 4 autres comptes
Histoire
Voir message suivant

Dossier Médical
ϟ Corpulence : Ann a une silhouette longiligne, éloignée des clichées qui veut que les gens du passé aient tous été petits. Avec près d’un mètre soixante-quinze, Ann a toujours été grande, une taille qui la faisait être remarquée de loin, qui a participé, entre autres, à créer les murmures qu’elle a toujours entendu sur son passage. Les critères modernes pourraient presque la décrire comme athlétique. Taille fine, membres gracieux, Ann dégage ce qu’on pourrait appeler un certain charme, quoique l’éclat de ses yeux le teint de quelque chose d’inquiétant. Ses cheveux noirs sont généralement portés libres sur ses épaules, parfois attachés ou tressés en fonction des besoins.
ϟ Visage : Ann a un visage à la mâchoire anguleuse, un profil volontaire. Ses yeux verts surmontent un nez fin et droit, des lèvres bien dessinées qu’elle étire volontiers en un sourire charmant, même si ce n’est pas une émotion qu’elle ressent volontiers.
ϟ Particularités : Hasard ou coup du destin, Ann a une tache de naissance de quelques centimètres de longueur sur sa cuisse droite, ce qui n’a pas manqué d’être utilisé pendant le simulacre de procès qu’on lui a infligé aux côtés de sa famille. Son corps présente quelques cicatrices, vestiges de certaines épreuves qu’on lui a fait subir pour prouver ses liens avec les œuvres du Malin comme la brûlure d’une croix sur les côtes ou des traces de piqûres sur les bras. Son cou est marqué de cicatrices anciennes, d’anciennes tentatives de lui retirer son pendentif.
ϟ Qualités et défauts : Ann sait être aussi loyale que rancunière, aussi généreuse qu’avide selon qu’on soit son allié ou son ennemi. A ceux qui ont su gagner sa confiance, elle sera fidèle, toujours. Ceux qui l’ont trahi connaîtront toute l'étendue de sa vengeance. Très imaginative, la sorcière se montre volontiers cruelle envers ses ennemis, sans que cela ne lui pose un quelconque problème d’ordre moral. Si on peut lui reprocher beaucoup de choses, l’impulsivité ne fait pas partie de ses défauts, au contraire. Ann sait être aussi patiente que nécessaire. Elle peut attendre une semaine, deux mois, trois ans ou plus si cela peut lui permettre d’atteindre son objectif.
Ann est aussi ambitieuse, ce qu’elle proclamerait comme une qualité mais qu’on pourrait qualifier de défaut tant l’ambition est, chez elle, associée à une soif de pouvoir. Elle qui a été tant malmenée refuse d’être une victime. Elle veut plus de puissance, être capable d’écraser ses ennemis d’un coup de talon si elle le désire.
ϟ Goûts et dégoûts : De toutes les choses que peut détester la sorcière, l’hypocrisie figure en bonne place, une attitude qu’elle a souvent rencontré chez les habitants de son village, tour à tour capable d’appeler une sorcière à l’aide pour se soigner et de la condamner au bûcher à la lune suivante.
Au-delà de ça, Ann a des goûts simples. Ses meilleurs souvenirs sont marqués par l’odeur des plantes médicinales sur ses doigts, par le goût d’un ragoût partagé avec sa mère et sa soeur, la sensation d’un vêtement neuf contre sa peau.
En ce qui concerne le monde moderne et son tourbillon de vie, Ann réserve son jugement. Elle aime la nourriture mais déteste l’odeur d’essence. Elle apprécie la vie, un peu moins le brouhaha constant.
ϟ Rêves et peurs : Les peurs d’Ann ne sont pas de celles qu’on peut nommer. Ses craintes sont secrètes, même à elle-même tant elle s’efforce constamment de les nier. Elle ne peut ressentir la peur trop ouvertement, mais l’émotion est parfois là. Sa propre faiblesse la terrifie tant elle est indépendante, déterminée à s’en sortir par elle-même. Son rêve, d’ailleurs, est liée à cette faiblesse. Elle rêve, non, elle veut être assez forte pour se suffire à elle-même, pour inviter les autres dans sa vie parce qu’elle le veut, et non parce qu’elle en aurait besoin.
Après son long enfermement, elle craint les espaces restreints. Les pièces trop petites, sans fenêtres, lui rappellent trop les quelques minutes de conscience avant de sombrer ou après son réveil.
ϟ Quelle vision votre personnage a-t-il des autres ? Le monde d’Ann est binaire. Il se divise en deux catégories de gens: ceux qu’elle considère comme ses proches, et les autres. Pour ses proches, elle pourrait soulever des montagnes, brûler des mondes entiers, aller combattre un dieu ou un autre. Pour les autres? Ils seraient ceux qui brûleraient dans les mondes en question, ceux qu’elle sacrifierait sans hésiter pour obtenir plus de pouvoirs, ou s’arroger une alliance. Ses proches, elle les aime, de tout son être. Les autres ne sont que des outils, des opportunités. S’ils n’ont pas d’utilité pour elle, ils seront sacrifiés. Le passage dans la catégorie des élus n’est pas aisé, il faut savoir gagner sa confiance et son affection. En revanche, il peut être aisé de passer de la catégorie des proches à celle des autres. Une trahison suffit.

ϟ Où se placerait-il dans l’échelle qui va du Super-Vilain au Super-Héros ? Il est inutile de se voiler la face. Ann n’est pas une héroïne. Si elle a pu sauver des gens qu’elle aimait, cela s’est toujours fait au détriment de dizaines, de centaines d’autres vies qu’elle a mutilées. Sa soif de vengeance a déjà frappé plus d’une fois, que ce soit en Angleterre ou aux États-Unis.

ϟ Est-il prêt à tout pour arriver à ses fins ? Si elle y trouve son compte, Ann serait prête à mentir, à trahir, à voler, à tuer les autres. S’il est question de sacrifier ses proches, là, la chose serait différente. Plutôt mourir que de sacrifier quelqu’un qui compte pour elle. Mieux, plutôt trouver quelqu’un d’autre à tuer.

ϟ Serait-il prêt à blesser ou tuer pour gagner un combat ? Bien sûr. Elle pourrait arracher un membre, un œil, un cœur sans que cela ne l’empêche de dormir. Elle a déjà mutilé et torturé des hommes et des femmes et cela ne joue nullement sur son sommeil. Pour autant, elle est aussi capable de clémence, à l’occasion. Elle peut, parfois, offrir une chance de fuite. Dans ce cas, il vaut mieux avoir l’intelligence de la saisir.

ϟ Pourra-t-il user de violence pour se sortir d'une situation de crise ? Là encore, sans aucun problème moral. Si pour survivre, elle doit tuer ou blesser, elle n’hésitera pas une seconde. Sa détermination la fait volontiers passer pour un être cruel mais Ann peut être aussi douce qu’elle peut être cruelle. Rien ne surpasse son désir de survie et de liberté et elle est prête à écraser tous ceux qui tenteraient de se mettre sur son chemin.

Super Dossier
ϟ Groupe et raisons : Indépendants.
Sorcière d’un autre temps, Ann n’a guère d’alliés sur lesquels elle peut compter à Star City. La ville qu’elle a connu comme Providence a bien changé et elle doit elle-même s’adapter, trouver sa place dans ce monde… et des alliés. Les descendants de ceux qui l’ont emprisonnés à son époque sont peut-être à ses trousses.

ϟ Pouvoirs et capacités : Les Huxley sont une famille de sorcières. Pendant des générations, elles ont été connues commes des femmes de savoir, des guérisseuses capables de soigner par leurs connaissances en herbologie et leurs pouvoirs mystiques. Les pouvoirs qu’Ann utilisent le plus fréquemment lui viennent d’un collier, présent dans sa famille depuis des générations, et donnant à son porteur des pouvoirs mentaux.
Pendentif des Huxley
Ce pendentif présente une pierre de quartz fumé avec un pendentif en or. Transmis de génération en génération aux femmes de la famille Huxley, il confère à sa porteuse des pouvoirs mentaux. En outre, le pendentif ne peut être retiré ou arraché par une autre personne que sa porteuse. De même, elle doit librement le céder à une autre pour que l’objet confère des pouvoirs à sa nouvelle porteuse.
Contrôle mental
Grâce à son pendentif, Ann peut imposer sa volonté aux gens. En mettant de l’intention dans ses demandes, elle peut contrôler les actions des gens. Elle peut, par exemple, leur demander de lui donner tout son argent, ou bien de la laisser entrer dans un lieu sécurisé, ou bien d’ignorer sa présence. Si l’ordre est simple, Ann peut imposer sa volonté à cinq ou six personnes à la fois, par exemple, si elle leur ordonne de s’asseoir. Si l’ordre est plus complexe, elle doit concentrer sa volonté et ne peut le donner qu’à une seule personne, voire même être obligée de la toucher pour renforcer son influence.
Télékinésie
Ann peut utiliser son esprit pour déplacer des objets. L’objet en question ne doit pas peser plus de 100 kilos et elle ne peut le déplacer que dans un rayon de 25 mètres autour d’elle, ou bien en hauteur. Plus l’objet sera éloigné et moins son contrôle sera précis. Ainsi, en théorie, elle peut insérer une clé dans une serrure avec son esprit mais y parviendra plus facilement si la porte se trouve à cinq mètres plutôt qu’à vingt.
Asservissement mental
Ann peut asservir complètement des personnes à sa volonté. Pour asseoir son contrôle sur sa victime, Ann doit lui imposer sa volonté, ce qui peut prendre quelques minutes, si elle se trouve face à quelqu’un de faible volonté, ou beaucoup plus longtemps face à quelqu’un de mentalement fort. Une fois la personne asservie, celle-ci conserve une ombre de libre-arbitre. Elle pourra décider spontanément de se nourrir si elle a faim, ou bien d’aller dormir si elle est fatiguée, mais son principal souci sera de satisfaire Ann, de quelque façon que ce soit.

ϟ Surnom et costume : Ni l'un ni l'autre pour l'instant

Informations Complémentaires
Pour donner quelques précisions sur le mystérieux ordre qui a emprisonné Ann: leur plan initial était de s’emparer du collier des Huxley et du pouvoir qu’il renferme. Cela impliquait d’obtenir d’Ann qu’elle le leur cède, d’une façon ou d’une autre. Ils ont donc choisi de l’enfermer dans un sort de stase avec dans l’idée de la sortir de là, de temps à autre, pour la torturer. Comme les pouvoirs du collier sont plutôt dangereux et qu’Ann n’a pas trop de scrupules, ils ont préféré utiliser ce sort plutôt qu’un autre pour être certain qu’elle ne pourrait pas s’en libérer. Dans l’idée, le sort de stase devait également leur permettre de gagner du temps pour faire des recherches et essayer de neutraliser les pouvoirs du collier tant qu’Ann en serait la propriétaire. Il se trouve juste que le coven a disparu peu de temps après et que leur plan n’a jamais été appliqué. Comme le sort de stase était conçu pour être autosuffisant, il n’a pas bougé pendant quasi deux siècles. Même s’il lui a servi de prison, le sort a aussi préservé Ann: elle a l’air de n’avoir pris que quelques années et pas deux siècles.
Pour ce qui est du personnage d’Elijah, mentionné dans la fiche, il est prévu pour être un antagoniste d’Ann voire un scénario. Bref, tout ça pour dire que ce sont des bases qui seront développées inRp
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 2 Fév 2021 - 22:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Hell Club
Hell Club

Ann Huxley
Hell Club

Personnage
[U.C.]
ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 07/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 02/02/2021
ϟ Nombre de Messages : 135
ϟ Nombre de Messages RP : 89
ϟ Célébrité : Lyne Renée
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Rafael Colón - Raphaël Mercury - Callie Aegia - Gabriel Colt
ϟ Âge du Personnage : 39
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : Sans emploi
ϟ Réputation Civile : Niveau 0 ϟ Réputation Héroïque : Niveau 1 ϟ Identité : Secrète
ϟ Signes particuliers : écrire ici
ϟ Pouvoirs : écrire ici
ϟ Liens Rapides : Le passé
Le présent
Le coven
Le grimoire
Le téléphone
Le tarot
Joueur
[U.C.]
ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 07/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 02/02/2021
ϟ Nombre de Messages : 135
ϟ Nombre de Messages RP : 89
ϟ Célébrité : Lyne Renée
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Rafael Colón - Raphaël Mercury - Callie Aegia - Gabriel Colt
ϟ Âge du Personnage : 39
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : Sans emploi
ϟ Réputation Civile : Niveau 0 ϟ Réputation Héroïque : Niveau 1 ϟ Identité : Secrète
ϟ Signes particuliers : écrire ici
ϟ Pouvoirs : écrire ici
ϟ Liens Rapides : Le passé
Le présent
Le coven
Le grimoire
Le téléphone
Le tarot
Historique

31 Octobre 2020, Manoir abandonné de la Colline aux Lanternes, Star City

Qu’est-ce qu’on fout là déjà?
-On fête Halloween.
-Je persiste à dire qu’on aurait pu juste faire deux trous dans un drap pour se déguiser en fantôme et aller à la fête de Kim
-Rooooh, allez, avoue que tu t’amuses quand même.
-Nan, je m’amuse pas Carter. Je flippe. Ca m’amuse pas de me faire flipper, je sais même pas pourquoi je suis venue” pesta Megan.

Elle pesta d’autant plus qu’elle avait marché sur un truc mou et qu’elle était quasi sûre que c’était un cadavre de rat. Dans le doute, elle n’éclaira pas. Elle n’avait pas envie de savoir. Déjà que sa semelle faisait un drôle de bruit à chaque fois qu’elle marchait maintenant…

Ce n’était pas le premier truc bizarre dans lequel elle marchait depuis qu’ils étaient là. Les faisceaux des lampes de poche suffisaient tout juste à percer les ténèbres des lieux. Carter adorait ce genre de conneries. Explorer des lieux abandonnés, quand il faisait nuit, parce que sinon ce n’était pas drôle. Leah suivait parce qu’elle voulait se taper Carter et elle suivait… parce qu’elle était stupide, voilà. A chaque fois, elle se disait qu’elle ne se laisserait pas embobiner, à chaque fois, elle se trouvait à crapahuter entre deux salles glauques au possible et un sous-sol plein de toiles d’araignées, ou de rat, ou pire.

Pour cette fois, Carter s’était surpassé. Il les avait traînées jusqu’à un manoir abandonné de la Colline aux Lanternes. Le genre cossu, qui datait de la fondation de la ville mais qui avait été abandonné à un moment ou à un autre et qui était peu à peu tombé en ruines. Il était bien connu de la communauté urbex et des squatteurs. Carter était déjà venu plusieurs fois avec d’autres amis, mais là, c’était différent. Il avait trouvé un passage secret jusqu’au sous-sol, n’avait pas arrêté de leur en parler. Les deux jeunes femmes l’avaient suivi dans un escalier branlant. Les tags et les canettes de bière vides avaient laissé place à des toiles d’araignées, une odeur de rats crevés et… quelque chose qui mettait Megan très mal à l’aise. Elle ne savait pas quoi, exactement, mais ses cheveux se dressaient sur l’arrière de son crâne et elle avait la chair de poule. C’était comme marcher dans le décor d’un foutu film d’horreur et si elle n’avait pas été légèrement flippette, elle aurait fait demi-tour tout de suite. Là, c’était trop tard. Ça impliquait de refaire toute seule tout le chemin en sens inverse jusqu’au rez-de-chaussée. Hors de question.

Un truc bizarre sur le mur la fit s’arrêter. Ça ressemblait vaguement à des lettres et elle se fit la réflexion que, dans un film, ça serait typiquement l’avertissement pour leur dire de pas aller plus loin. Le temps qu’elle essaie de déchiffrer un A ou un E, Leah et Carter avaient continué d’avancer alors elle lâcha l’affaire et se dépêcha de les retrouver.

Le sous-sol était gigantesque. Des enfilades sans fin de couloirs en pierre avec des portes. C’était aussi pour ça qu’elle ne voulait pas faire demi-tour toute seule. Elle se serait paumée et elle n’était pas sûre que Carter ait bien marqué leur trajet avec des croix faites à la craie.

“Est-ce qu’on peut partir maintenant?
-T’es vraiment une flippée!”

Oui, elle était flippée. Elle était flippée parce que dans cette foutue ville, on se tapait des aliens et des sorciers tous les quatre matins. Elle n’allait pas s’excuser d’être flippée, voilà.

Regarde ça!

Megan savait, depuis le temps, que son déplaisir était proportionnel à l’excitation dans la voix de Carter. Là, il venait de trouver une porte en bois vermoulue qu’il n’eut qu’à pousser pour révéler une nouvelle série de marches. Elle poussa un soupir et s’engagea à la suite de ses amis.

Bordel mais qu’est-ce que c’est que ce truc?!

Pourquoi Carter était toujours surexcité quand ils trouvaient des trucs bizarres et flippants? Leah trépignait d’excitation, mais Megan la connaissait assez pour savoir qu’elle était flippée aussi. La main qui tenait son téléphone pour filmer tremblait légèrement. Au centre de la pièce, il y avait une espèce de sarcophage d’une drôle de matière, posé sur un piédestal. La lumière des lampes de poches la faisait paraître dorée ou ambrée. Il y avait l’air d’y avoir quelque chose dedans - il y avait une forme sombre - mais la matière était trop opaque pour qu’on puisse distinguer quoi exactement.

Enfin… jusqu’à ce que Carter ait la brillante idée de donner un grand coup de manche sur le dessus du sarcophage d’ambre pour en chasser la poussière. Autant les côtés étaient opaques, autant le dessus était plus ou moins transparent.

Bordel de chiotte mais y a quelqu’un là-dedans!
-Quoi?
-Y a une femme” renchérit Léah, la caméra de son téléphone braquée sur le sarcophage.

Jusque-là, Megan n’avait pas trop osé s’approcher. Elle connaissait Carter depuis qu’ils étaient gosses. Il lui avait déjà fait le coup mille fois de la traîner dans un lieu glauque au possible où il prétendait n’avoir jamais mis les pieds, mais en fait, il avait posé un squelette ou un truc du genre, prêt à lui tomber dessus quand elle ne s’y attendait pas. Là, elle osa monter les quelques marches conduisant jusqu’au cube. Elle faillit se vautrer quand Leah poussa un hurlement de terreur.

Mais ça va pas!
-Elle a ouvert les yeux!
-Quoi? Mais n’importe quoi, elle peut pas avoir ouvert les yeux!

Bordel, si Leah s’y mettait aussi… Elle commençait à en avoir marre. Elle se haussa sur la pointe des pieds pour mieux voir. Il y avait effectivement une femme là-dedans. La trentaine peut-être, dans une robe à l’ancienne, du genre qu’on voyait dans les films sur la révolution américaine, ce genre de trucs. Megan reconnaissait que c’était bien fait, très réaliste. Par contre, elle avait les yeux fermés.

Ok, c’est bon. Je t’ai déjà dit que tes blagues avaient arrêté d’être drôle en 2012 Carter.
-Hey, mais j’y suis pour rien!
-C’est ça, comme t’y étais pour rien pour le squelette qui m’est tombé dessus l’an dernier. Ou pour l’araignée, l’année d’avant.
-Meg.
-Quoi?

Elle baissa les yeux par automatisme, parce que Carter fixait quelque chose et avait l’air blanc comme un linge. Elle faillit lâcher sa lampe de poche. Merde. Elle avait les yeux ouverts.

***

Août 1789, Canterwich, Essexe,

Ann retint son pied juste à temps. Plutôt que de se poser sur l’ourlet de sa robe, le crachat éclata au sol.

Catin” grommela l’homme qui passa près d’elle.
Pardon?” le retint l’adolescente alors qu’il continuait son chemin.

L’homme tourna la tête vers elle, presque surprise qu’elle ose protester. Ann garda le menton levé dans une attitude de défi, l’encourageant à se répéter à voix haute s’il l’osait. Il l’avait interpellée en plein milieu du marché, mais n’avait pas parlé assez fort pour que les autres l’entendent.

Tu m’as entendu, foutue sorcière, catin du démon. Ta mère, ta soeur, toutes autant que vous êtes”.

Il cracha trois fois au sol, entre Ann et lui. L’adolescente n’aurait pas su dire pourquoi. Il n’était pas le seul à faire ça à son passage, à celui des autres femmes de sa famille. Une vieille superstition lui avait dit sa grand-mère. Complètement inutile avait-elle précisé dans la même phrase.

J’y penserais, la prochaine fois que tu auras besoin d’aide pour tes infections Peter. Tu sais. Celles qui t’empêchent de bander pour ta femme”.

Ann lui offrit un sourire charmant pour aller avec le signe de tête qu’elle lui adressa, ajusta le panier qu’elle portait au creux du coude et reprit son chemin.

***

31 Octobre 2020, Manoir abandonné de la Colline aux Lanternes, Star City

Il doit y avoir un moyen de l’ouvrir…
-On ne va pas ouvrir le sarcophage d’une matière flippante avec une dame flippante dedans.
-Elle a ouvert les yeux! Ça se trouve, elle est vivante! On peut quand même pas la laisser là!

Megan s’en trouva bouche bée tellement la situation était stupide. Elle essayait vraiment de convaincre un type qui avait dû ingurgiter tous les films d’horreur du monde que c’était une idée de merde de libérer une femme enfermée dans un truc? Rapport que c’était le scénario de tous les films d’horreur en question?

"Ça va faire un carton sur mon blog!

… Évidemment, cet abruti faisait ça pour des likes et des vues… Elle allait le tuer.

***

Septembre 1789, Canterwich, Essexe

C’est de pire en pire”.

Les bûches craquaient dans la cheminée, la maison était baignée dans la lumière orangée et dansante du feu. Ann était assise en tailleur sur un banc, le menton posé sur ses mains, le regard perdu dans les flammes. Sarah, sa jumelle, effeuillait des plantes dans un bol en terre. Sa grand-mère était emmitouflée dans une couverture, assise près du feu. Sa mère, les manches retroussées, tressaient une brioche tout en secouant la tête. Pendant un instant, les ombres dansèrent sur son visage.

Ils ne nous feront rien.
-Ils sont ignorants” marmonna sa grand-mère. “La récolte a été mauvaise, ils aiment avoir des bouc-émissaires.
-Ils n’arrêtent pas de venir nous demander de l’aide” nota Sarah. “On a accouché Margaret la semaine dernière.
-Tu crois que tu serais la première à brûler après avoir aidé? Les hommes n’aiment pas les femmes comme nous, celles qui n’ont pas besoin d’eux. Ils nous tolèrent tant qu’on leur sert, et là, on leur sert à avoir un coupable pour leurs mauvaises récoltes, pour leurs péchés. Il faut se débarrasser du prêtre, il les excite contre nous.
-Tuer le prêtre ne nous aidera qu’à passer pour des meurtrières, ce que nous ne sommes pas”.

Ann glissa un regard vers Sarah. Elle avait rarement besoin de mots pour communiquer avec sa jumelle. Là, l’une et l’autre soupiraient d’avance. Ce n’était pas la première fois que leur mère et leur grand-mère avaient ce débat. L’une voulait partir, l’autre rester, l’une voulait se débarrasser du prêtre, l’autre voulait l’épargner.

Il avait une dent contre Ann et Sarah depuis son arrivée, quelques années plus tôt. Les jumelles étaient une malédiction, un signe du diable, de sorcellerie, du mal. Il affirmait, d’un air très hautain, qu’il connaissait les démons, qu’il ne laisserait pas un autre coven impie invoquer le diable pour faire venir son enfant sur terre, qu’il ne laisserait pas non plus des filles du démon, des succubes séduire les hommes. Qu’un jour, il aurait la preuve de leur origine démoniaque.

Aucune des deux sœurs ne savait de quoi il voulait parler au juste. Leur magie n’avait rien à voir avec cela. Elles connaissaient les herbes pour faire les potions nécessaires à la guérison, savaient ordonner les choses d’une certaine façon. Aucune des deux n'indiquait des démons. L’absence de leur père n’était nullement l’indication d’une quelconque ascendance démoniaque. Elle signifiait simplement qu’elle n’avait pas de père. Le père Robertson n’en démordait pourtant pas. Elles étaient forcément des filles du Diable ou, a minima, d’un démon. Il n’arrêtait pas de dire qu’elles devaient être purifiées du péché de leurs parents.

Là aussi, quoique cela veuille dire.

***

31 Octobre 2020, Manoir abandonné de la Colline aux Lanternes, Star City

Bordel mais qu’est-ce que t’as foutu!
-Bin j’ai regardé les symboles sur le piédestal et je les ai désactivés. Je t’avais dit que j’étudiais la magie, non?

Oui, Carter le lui avait dit. Megan avait trouvé ça stupide alors, et n’avait pas changé d’avis maintenant. Elle était née à Star City. Elle avait connu des robots tueurs, des magiciens, des machins du Terminus. Elle aurait eu les moyens, elle aurait déménagé pour une vie plus calme. Apprendre la magie, c’était tenter le destin, vouloir attirer des emmerdes jusqu’à eux. Bref. Stupide.

Accessoirement, y avait un truc bizarre. Que Carter ait lu deux-trois bouquins de magie, elle voulait bien l'admettre. Qu'il ait réussi à désactiver un sortilège bizarre, ça, par contre... En fait, maintenant qu'elle le regardait, il n'avait pas l'air flippé. Pas autant qu'il avait prétendu l'être. Megan plissa les yeux. Elle repensait à tout ce dédale de couloirs, à toutes les portes qu'ils avaient trouvés ouvertes. Carter n’avait pas hésité une seule fois sur le chemin.

T’es venu combien de fois?
-C’est la première fois!

Maintenant qu’elle savait qu’il mentait, elle ne se laisserait plus avoir. Elle insista d’un regard.

... quelques fois? J’ai pris des photos, montré les symboles aux gars du coven…
-Vous n’êtes pas un coven parce que t’as lu un bouquin sur la magie!
-Hey, Elijah est un pro j’te signale! Ses parents sont des magiciens! D’après lui, y avait plein de sorts pour protéger cette pièce, mais comme le manoir est à l’abandon, ils doivent être affaiblis. Il m’a expliqué comment...

Megan roula des yeux. Elle n’avait pas le temps d’arguer que pour ce qu’ils en savaient, Elijah s’appelait Roger ou une connerie du genre et qu’il était aussi spécialiste de magie qu’elle était spécialiste en thermonucléaire, qu’il lui avait raconté n’importe quoi, et qu’il avait juste eu de la chance. Comment Carter pouvait être aussi naïf et brillant à la fois, ça la dépassait. Au moins, il avait le bon sens d’avoir l’air penaud.

... elle a jamais ouvert les yeux avant” plaida-t-il. “Avoue que c’est quand même un peu cool, non? J’ai fait de la magie!

Megan aurait été d’avis que ce n’était pas le truc le plus important, à l’heure actuelle. Le sarcophage était en train de fondre. Le gros pavé n’était plus aussi régulier qu’avant, les arềtes n’étaient plus aussi droites, les coins non plus. Megan avait l’impression de regarder un glaçon en train de fondre au soleil mais à vitesse accélérée. L’espèce d’ambre redevenait liquide, dégringolait les escaliers en cascade, leur trempait les pieds. Le liquide poissait, c’était comme marcher dans de la confiture. Au-delà des considérations purement économiques - ses chaussures étaient foutues - elle avait d’autres inquiétudes. Ça fondait super vite et elle n’avait aucune envie d’être là quand la femme serait libre.

On s’en va.
-On va pas la laisser là!
-Evidemment qu’on va laisser là la femme super flippante enfermée dans un bloc d’ambre!

Elle se tourna vers Leah en quête de soutien. Elle avait toujours été entre les deux. A la fois flippée et excitée par les explorations de Carter. De fait, la blonde n’en menait pas large. Ses jointures avaient blanchi à force de serrer son téléphone, elle était blanche dans le faible éclat des lampes de poches. Surtout, elle regarda Megan avec de grands yeux de biche prise dans des phares de voiture. Jusqu’à ce qu’elle regarde Carter et que ses hormones en folie pour son physique ne lui redonne un peu de courage. Et de bêtise.

Je… mais… et si elle a besoin d’aide?

***

Canterwich, Essexe, Octobre 1789

Son pied accrocha une branche cassée et Ann tomba vers l’avant. Déjà à bout de souffle à cause de sa course, le peu d’air restant dans ses poumons s’expulsa d’un coup quand elle heurta le sol. La poitrine comprimée, elle resta au sol une seconde.

Un cri, des centaines de mètres en arrière, la réveilla avec l’efficacité d’un électrochoc. Non, pas un cri. Un hurlement. Celui de sa mère en train de brûler sur un bûcher. Ou de sa sœur? Elle se remit debout comme elle put, tira sur l’ourlet de sa robe pour la libérer des ronces où elle s’était accrochée, repartit comme elle put dans la forêt, trébuchant à chaque pas. Elle entendait des pas derrière elle, des cris. Le tissu de ses vêtements collait contre la peau à vif, là où le prêtre avait collé sa croix chauffée à blanc pour la torturer, la douleur irradiait à chaque pas, à chaque inspiration.

Le prêtre n’avait eu besoin que d’un petit mois de plus pour monter le reste du village contre elles. Quelques dimanches à inventer des histoires sur l’enfant du diable et les démons. Le poison de ses mots avait initié le mouvement, les superstitions avaient fait le reste. Les tâches de naissance sur leurs corps, leurs connaissances des herbes, les mauvaises récoltes.

Ann pleurait, sans savoir si c’était de la douleur de sa chute ou des tortures, du choc subséquent à sa fuite. Sa mère lui avait donné le collier des Huxley pour son anniversaire, quelques mois plus tôt. Les villageois avaient essayé de le lui retirer, sans succès. Son cou portait encore les marques de la chaîne qu’on avait essayé de briser en tirant dessus. A défaut de pouvoir les soumettre à sa volonté, elle avait défait ses liens, avait réussi à libérer sa sœur. Ils l’avaient rattrapée, Ann avait réussi à fuir. Sarah lui avait hurlé de fuir, Ann avait hésité, rien qu’un instant, mais elle n’avait pas osé s’arrêter, elle avait eu trop peur. Elle ne voulait pas mourir, encore moins dans les flammes d’un bûcher.

Elle ne se pardonnerait jamais d’être partie.

Allait-elle au moins dans la bonne direction? La forêt paraissait tellement différente la nuit. Elle ne cessait de se retourner pour essayer de deviner ses poursuivants. Ils devaient l’entendre. Ils devaient entendre ses pas qui faisaient craquer des brindilles, son souffle précipité, son cœur battant, ses sanglots. Elle se trouva presque surprise en déboulant du couvert des arbres jusque dans une clairière où trônait un chêne gigantesque. Celui qu’elle cherchait. Elle se précipita jusqu’au tronc, les doigts courant sur l’écorce. Où étaient les runes? Sa mère les lui avait montrées, celle du Coven des environs. Elles n’en faisaient pas partie, mais elles avaient des relations cordiales avec lui. Les sorcières l’aideraient.

Là. Sous ses doigts, elle sentit le creux d’une rune. Elle tâtonna encore pour retrouver le début, jetant sans arrêt un regard en arrière pour guetter l’arrivée de ses poursuivants. Les doigts tremblant, elle dût s’y reprendre à plusieurs fois avant de réussir à suivre les contours de chaque rune pour activer le sortilège, pour révéler le sentier lumineux. Elle serait la seule à le voir. Il fallait juste qu’elle arrive au bout. Elle repartit en courant.

***

31 Octobre 2020, Manoir abandonné de la Colline aux Lanternes, Star City

Megan sentait venir la crise de panique. C’était pas possible bordel. Elle avait déjà failli mourir trois fois pendant la deuxième Invasion Terminus. Elle refusait de risquer sa peau une quatrième fois.

Je m’en vais!

Une annonce qui passa complètement inaperçue. L’ambre avait fondu jusqu’à libérer le visage de la femme et elle venait de prendre un souffle d’air. Une grande inspiration, comme une noyée retrouvant le chemin de la surface après de longues minutes d’agonie. Elle avait les yeux ouverts, voulut bouger la tête, mais une bonne partie de son crâne était encore enchâssée dans l’ambre. Ou peu importait ce que c’était.

***

Janvier 1793, Canterwich, Essexe,

Bénissez-moi mon père, car j’ai péché.
-Je t’écoute mon enfant”.

Il n’arrivait pas à distinguer la jeune fille, à travers le rideau. Elle avait l’air d’avoir gardé sa capuche. Il n’y avait pas beaucoup de jeunes filles à Canterwich, ce devait être Mary, ou la grande Betty. Elle ne sonnait pas comme Lisbeth.

Je suis une catin, mon père”.

Le prêtre fronça les sourcils. C’était une drôle d’entrée en matière, mais il avait entendu bien pire. Surtout des femmes. Toutes des pécheresses, prêtes à tomber dans les filets du Diable. Leur chair était trop faible, leur volonté quasi nulle.

Une catin infernale” continua la jeune fille, sur le même ton de voix imperturbable. “Une enfant du démon, un signe du mal, une succube et une sorcière”.

Le père Robertson se tortilla de son côté du confessionnal. Il avait déjà rencontré des femmes dont la chair était guidée par la Luxure. Plus d’une fois. Il savait les mater. Ce n’était pas… orthodoxe, l'Eglise Anglicane n’aurait sans doute pas approuvé ses méthodes, mais elles étaient efficaces. Il savait quoi faire pour extirper le mal de leur être. Il pouvait sauver cette brebis égarée.

Toute âme peut être sauvée si elle le désire. Veux-tu être sauvée, mon enfant? Recevoir le sacrement de la confession?
-Je veux…
-Oui?

L’affaire était quasiment réglée. Elle jouait les timides, les effarouchées. Sans doute prétendrait-elle un peu plus lorsqu’il lui expliquerait ce qu’elle devait accepter de lui pour être lavée de ses péchés, mais il n’était pas dupe. Il n’était jamais dupe. Toutes les femmes étaient des catins attendant d’être matées.

Je veux que tu fasses chauffer ta croix sur la flamme d’une bougie et que tu la presses contre ton front”.

Avait-il seulement conscience de l’étrangeté de la demande? Vaguement. Pas du tout? Elle lui avait demandé de faire chauffer sa croix, alors il avait très naturellement tiré celle-ci de sous son col. Une belle croix en fer ouvragée qu’il présenta à la flamme des bougies à côté de lui. Il ne s’étonna pas que la jeune fille se lève alors qu’il n’avait pas donné sa bénédiction. Encore moins qu’elle écarte le rideau. Il devait faire chauffer sa croix et la presser contre son front. C’était tout ce qu’il devait accomplir aujourd’hui.

Il fut à peine étonné quand elle abaissa sa capuche, qu’il reconnut l’angle de la mâchoire, la lueur de défi dans les yeux verts, la pierre grisée ornant un pendentif. Il ne résista pas quand une main délicate lui souleva le menton pour l’obliger à regarder droit dans ces prunelles.

N’oublie pas. La souffrance sert à chasser le Malin”.

Il approuva d’un signe de tête. Oui. Oui, la souffrance servait à cela. A chasser le Malin. Il le disait toujours avant de purifier des sorcières ou des servantes du Diable. Sa main commençait à cloquer sous l’effet de la chaleur, du métal chauffé et de la proximité de la flamme. Sa main tressauta au moment d’amener la croix jusqu’à son front. Quelque chose voulait le retenir. Ce devait être le Malin. Il voulait l’empêcher de se purifier. Il força et pressa la croix sur son front, un sourire presque béat sur les lèvres. Voilà. Il était pur. Le Malin ne l’aurait pas.

***

Le cri du prêtre résonna derrière elle alors qu’Ann sortait de l’église. Il lui rappelait un autre cri qui avait résonné quatre ans plus tôt. Celui de sa soeur, de sa mère. Ils avaient noyé sa grand-mère en l’obligeant à une ordalie par l’eau, dans la rivière qui bordait le village. Une bien maigre consolation. La noyade n’était pas une mort beaucoup plus agréable que le bûcher.

Elle, elle avait trouvé le coven, trouvé des soeurs, survécu. Elles l’avaient soignées, elles l’avaient consolée. A leur contact, elle avait appris à mieux maîtriser son pendentif. Elle s’était préparée pour sa vengeance. Aujourd’hui était le jour où elle arrivait. Elle serait totale, aussi brûlante que les flammes qui avaient tué sa mère et sa sœur.

Elle n’avait pas fait trois pas hors de l’église qu’elle croisa un visage familier. Henry, époux de Margaret. Elle l’arrêta d’un sourire, d’une main posée sur son bras. Il eut le premier réflexe de vouloir se dégager, hésita brièvement en croisant son regard. Erreur fatale, qui laissa le temps à Ann de placer quelques mots.

Tu vas aller trouver ta femme et lui ouvrir le ventre avec ton couteau. Quand tu auras terminé, tu étrangleras ton fils. Ne laisse personne t’arrêter”.

C’était ce qui aurait dû arriver, quatre ans plus tôt. Margaret serait morte en couches si sa mère, sa soeur et elle n’avaient pas été là. Si elles n’avaient pas aidé le bébé à se retourner, alors qu’il arrivait par le séant. Le petit avait failli mourir, étranglé par son cordon. Elles les avaient aidées, et ils les avaient reniées. Quand ils n’avaient pas vociféré pour encourager leurs morts, ils étaient restés là, à regarder.

Elle arrêta une femme. Elle venait souvent les voir pour s'assurer que les champignons qu’elle cueillait n'étaient pas toxiques. Ann l’envoya chercher les plus toxiques qu’elle connaissait. A une autre, elle fit manger les plumes de son poulet. A un éleveur de moutons, elle ordonna de se laisser piétiner par les bêtes qu’elle aidait à soigner. Patiemment, Ann passa de maison en maison. Ses sœurs avaient dressé une barricade autour du village. Personne n’en sortirait avant qu’elle n’en ait terminé avec chacun d’entre eux. Elle avait passé quatre ans à imaginer les supplices qu’elle infligerait à chacun des hommes, des femmes, des enfants de ce village maudit. Quand elle en aurait terminé, Canterwich ne serait plus qu’un souvenir, une terre maudite et stérile.

Déjà, les cris résonnaient autour d’elle. Ceux des enfants qui assistaient à la mort de leurs parents, des épouses essayant de retenir leur mari, des pères essayant de sauver les enfants qu’elle avait envoyés se noyer.

Ann sourit et s’avança vers une fillette.

***

31 Octobre 2020, Manoir abandonné de la Colline aux Lanternes, Star City

La femme était vivante. L’information paraissait trop grosse pour que son cerveau puisse l’appréhender. Elle bougeait, se débattait pour s’extraire de la gangue collante qui l’avait emprisonnée. Ses cheveux poissaient de la substance, elle avait essayé tant bien que mal d’essuyer son visage pour ouvrir les yeux en grand, sans beaucoup de succès. Ses vêtements lui collaient à la peau, l’éclat d’un pendentif niché entre ses seins était atténué.

Ce n’était pas que Megan n’osait pas bouger, c’était qu’elle ne pouvait pas. Son cerveau était sous le choc, et même en admettant qu’elle ait pu ordonner à ses jambes de se mettre en mouvement pour l’emmener loin d’ici, elles n’auraient peut-être pas obéi. La seule autre fois où elle s’était sentie terrorisée à ce point, c’était pendant l’invasion, quand elle s’était retrouvée nez à nez avec une créature du Terminus. Elle avait eu du cul, ce jour-là. Une équipe de l’UNISON était dans le coin, elle avait survécu in extremis. Elle n’avait pas l’air d’avoir du cul ce soir. En tout cas, pas d’UNISON à proximité.

Elle était d’autant plus flippée que Carter, ce crétin de Carter, ne disait rien. Il regardait la femme bouger sans oser s’approcher, sans oser rien faire. Elle était quasi certaine que quelqu’un s’était pissé dessus, vu l’odeur, et n’osait pas vérifier pour voir qui c’était. Elle n’aurait pas su l’expliquer exactement, mais… ce n’était pas juste l’ambiance. Le sous-sol, les rats crevés. Quelque chose était sortie de cette gangue gluante. Un truc parfaitement terrifiant. Ou alors c’était la femme qui dégageait ça? Si elle avait dû le décrire, Megan aurait dit que c’était comme une odeur de plastique brûlé, mais incrustée directement dans sa tête. Ça n'avait aucun sens.

***

Mai 1799, Providence City

Les choses étaient différentes de ce côté de l’Atlantique. Les gens ne s’effrayaient pas qu’une femme puisse connaître les effets d’une herbe ou d’une autre. Ou peut-être était-ce qu’elle avait un homme à ses côtés? La présence de Liam devait aider, avec ses grands yeux bleus, ses cheveux blonds, ses fossettes rieuses. Il était véritablement charmant et elle paraissait beaucoup moins suspecte. Elle ne pouvait être une sorcière si elle était mariée, n’est-ce pas? Et puis elle avait appris. Maintenant, elle savait les connaissances qu’elle pouvait dévoiler, celles qu’elle devait dissimuler aux non-initiés. Elle ne se ferait plus prendre au piège.

Elle avait rencontré Liam à Boston, cinq ans plus tôt, après son exil ici. Son émigration? Elle n’avait pas été chassée, elle était partie d’elle-même, deux ans après la destruction de Canterwich. En manipulant les uns et les autres, elle avait poussé les villageois à s’entretuer, à brûler leur village. Le lieu était maudit, pas tant par une véritable malédiction que par les superstitions. Les villageois des alentours évitaient le lieu comme la peste quand elle avait embarqué pour l’Amérique. Ils n’osaient même pas prononcer ce nom, de peur d’attirer sur leur village le même malheur, de faire venir la sorcière noire. Elle aurait pensé que la vengeance lui ferait du bien. Elle s’était rendue compte qu’au-delà de la satisfaction immédiate, elle ne lui avait rendu ni sa soeur, ni sa mère, ni sa grand-mère. Alors elle était partie, pour recommencer ailleurs.

Liam ignorait cela. Il était sorcier lui-même, maîtrisait des invocations, mais il était trop doux pour connaître cette partie de son passé. Il savait qu’elle avait été accusée d’être une sorcière et torturée pour cela bien sûr. Les cicatrices de ses sévices étaient encore visibles. Seulement, il ne savait pas qu’elle s’en était vengée. Il était né ici, de ce côté de l’océan, ne connaissait de l’Angleterre que ce que ses parents lui avaient dit.

Tout comme il était trop doux pour connaître une partie de son présent, le sort qu’elle réservait à leurs ennemis. Une fois, elle avait été clémente. Elle avait laissé vivre un empoisonneur de mots et il avait tué sa famille. Plus jamais. Que les gens soient plus tolérants ici quant à sa connaissance des herbes ne voulait pas dire qu’ils n’avaient pas de préjugés. Personne ne mourrait. Pas officiellement en tout cas. Ils partaient, simplement. Ils quittaient Boston pour Washington, New York, Providence. Il se passait la même chose à Providence. Les voisins qui venaient jusque dans son potager voler ses récoltes étaient partis pour Boston. Le puritain qui avait voulu la purifier était parti pour Londres.

Dans la réalité, leurs corps pourrissait dans un endroit ou un autre, affreusement mutilés. Tout dépendait du châtiment qu’Ann avait décidé de leur infliger. Personne ne toucherait plus à sa famille. Ni à son mari, ni à sa fille.

***

12 Novembre 1814, Manoir de la Colline aux Lanternes, Providence City

Peut-être aurait-elle dû donner son pendentif à sa fille? La pensée avait eu du mal à naître dans son esprit, comme si elle avait dû forcer plusieurs couches de coton avant d’arriver jusqu’à sa conscience. Sa tête roula sur le sol, elle papillonna des yeux, regardant passer sans vraiment les voir des silhouettes.

Elle ne se souvenait pas de tout. Ils avaient voulu s’en prendre aux siens. Pas seulement des hommes ordinaires, mais des sorciers et des sorcières. Ils ne venaient pas d’ici, mais ils étaient venus pour elle. Elle, ses enfants, son époux. Elle aurait dû donner son collier à sa fille aînée, mais alors… Comment aurait-elle pu protéger leur fuite?

Avaient-ils seulement réussi à fuir?

Et elle, pouvait-elle fuir?

Son corps ne lui répondait plus. Elle n’était pourtant pas attachée. Elle ne sentait aucun lien sur ses poignets ou ses chevilles. Elle était simplement étendue sur le sol, les cheveux défaits de sa tresse, sa jupe étalée entre ses jambes, son collier dans le creux de son cou. Sa peau la brûlait là. Une sensation familière. On avait essayé de le lui retirer, de l’arracher. Sans succès. Elle était la seule à pouvoir le faire.

Qui étaient ces gens? Ces traîtres qui s’en prenaient à une autre sorcière? Une pointe de colère l’envahit, elle l’aiguilla, comme elle l’avait appris, précipita l’un sur un autre, les envoyant valser au sol.

Il faut commencer!

Elle frappa au hasard, sa volonté s’envolant au hasard pour essayer de faire taire les incantations. Elle fit taire une voix, mais cinq autres résonnaient, ou peut-être même plus. Quelque chose montait. Elle sentait un liquide ramper sur sa peau à mesure que son niveau montait. Elle essaya de se redresser, de le repousser avec son esprit et le pouvoir du pendentif, sans succès. Elle ne pouvait même pas parler, ils étaient trop loin pour qu’elle puisse les contrôler ou les asservir.

Un réflexe voulut lui faire lever le menton, le visage, n’importe quoi qui lui aurait permis de lever le nez, de gagner une précieuse seconde d’oxygène alors que le liquide montait sur ses joues, sur son front. En quelques minutes, elle était figée.

***

31 Octobre 2020, Manoir abandonné de la Colline aux Lanternes, Star City

Ann réussit à s’agenouiller. Ses vêtements étaient alourdis par la substance qui l’avait emprisonnée, elle peinait à garder les yeux ouverts.

Quelque chose n’allait pas, mais elle ne savait pas quoi.

Trois jeunes gens se tenaient devant elle. Un homme trop jeune pour être qualifié ainsi, mais trop vieux pour être seulement un garçon. Deux jeunes filles. Leurs vêtements étaient étranges. Elles portaient des pantalons, des chaussures qu’elle n’avait jamais vu. Tous les trois la regardaient avec de grands yeux.

... Où suis-je?

Le silence lui répondit. Chacun eut un regard pour ses camarades. La question était-elle si compliquée? La comprenaient-ils? Avait-elle seulement parlé? Sa gorge la brûlait, elle avait dû avaler du liquide quand celui-ci l’avait libérée.

... Star City?

Elle tourna la tête vers le garçon. La voix était hésitante et le nom, parfaitement inconnu. L’avait-on déplacé, pendant sa captivité? Combien de temps l’avait-on gardé ici?

... quelle année?

De nouveaux regards échangés. Ann en profita pour essayer de se lever. Le liquide était épais, mais semblait obéir aux lois de la gravité. Il gouttait de ses vêtements pour rejoindre le sol. Elle prit une seconde pour se stabiliser sur ses jambes, une fois qu’elle eut réussi à se mettre debout. La réponse à sa seconde question arriva alors qu’elle osait prendre son premier pas.

2021”.

Son regard se déplaça vers la brune. 2021. En quelle année l’avait-on emprisonné? 1814. Deux siècles? Elle contempla la substance gluante sur ses mains, tout ce qui s’était écoulé sur le sol.

Deux siècles. Sa famille devait être morte depuis longtemps, en admettant qu’ils aient réussi à s’enfuir. Pouvaient-ils mentir? Une part d’elle l’espérait. Une part plus rationnelle était tentée d’arguer que le mensonge n’aurait guère eu de sens. Le monde avait dû changer. Les vêtements avaient certainement changé. Aucune jeune femme n’aurait porté un haut dévoilant ainsi son ventre ou sa poitrine. Elle décida de conclure qu’ils lui disaient la vérité, pour l’instant. Ils n’étaient pas sa préoccupation la plus urgente. Ceux qui l’avaient emprisonnée, en revanche? Étaient-ils encore présents? La cave qui avait abrité leur rituel semblait pour le moins… décrépie. Quelques pierres s’étaient déchaussées du mur, des runes manquaient au cercle entourant sa prison. Les lieux semblaient à l’abandon. Leur ordre était-il éteint? Avaient-ils été anéanti? Devait-elle sa libération à la chance? Au hasard?

La sorcière évalua les trois jeunes devant elle. Ils avaient l’air sous le choc, mais pas nécessairement dangereux. Le garçon semblait fort cela dit, mieux valait se méfier. Si elle voulait bien admettre qu’ils l’avaient sorties d’ici, elle ne comptait pas se laisser dominer par eux.

Ecoutez madame euh… je crois qu’on devrait vous emmener à l’hôpital.
-L’hôpital.
-Vous… vous étiez enfermée dans ce truc et… Et vous saviez pas en quelle année on était et…Vous êtes habillée comme si vous arriviez tout droit d’un autre siècle”.

La brune semblait dégourdie. Ann pencha la tête sur le côté pour la considérer un peu plus longuement. La brune pouvait lui être utile. La blonde? Elle était aussi grande qu’elle. Elle pouvait être utile aussi. Le garçon, par contre…

Elle tendit la main vers lui. Elle n’avait besoin que d’un geste pour…

Elle fronça les sourcils. Elle sentait son coeur. Plus exactement, elle sentait que son pouvoir touchait son cœur, mais elle n’arrivait pas à l’arracher de sa poitrine.

Elle contempla sa main, porta l’autre à son collier. Avait-il été abîmé par la substance? Par le temps? Non, c’était autre chose. Elle n’était plus… aussi connectée à lui. La sensation lui rappelait la première fois qu’elle l’avait mis. Cette sensation de pouvoir, mais un peu trop étrangère à elle. Elle secoua la tête.

J’étais si puissante. Avant”.

***

Carter avait bien senti une sensation désagréable dans sa poitrine mais, pour être parfaitement honnête, il se sentait mal depuis que ce machin avait commencé à fondre. Il espérait très fort qu’aucune des filles ne réaliserait qu’il s’était pissé dessus, sans trop savoir pourquoi. Il aurait juré que de la peur s’était libéré de ce sarcophage bizarre, et il n’était pas une flipette.

Il ouvrit la bouche pour proposer, une nouvelle fois, de l’emmener à l’hôpital, mais il n’eut pas le temps de prononcer un mot qu’une pierre heurta son crâne à toute vitesse. Il s’effondra au sol, le sang s’écoulant déjà.

***

La blonde avait poussé un cri de terreur. La brune resta simplement bouche bée, mais blanche comme un linge. Elle admirait son courage. Ce ne pouvait pas être de la bêtise. Elle espérait que ce ne soit pas de la bêtise. Elle avait besoin qu’elle soit aussi brillante qu’elle paraissait l’être. D’un geste presque paresseux, en vérité alourdi par la substance poisseuse qui la recouvrait, Ann souleva la pierre ensanglantée et la précipita dans l’orbite de la blonde.

Elle avait dû mourir avant d’avoir heurté le sol. Contrairement au garçon. Il lui semblait qu’il respirait encore. Bah, plus pour longtemps.

Elle souleva le tissu de sa jupe pour descendre les quelques marches du piédestal. La brune n’avait toujours pas bougé, ne le fit pas plus quand elle s’approcha d’elle. Elle sembla se rappeler que le bon sens voulait qu’elle s’enfuit à toute jambe quand la sorcière leva les mains pour encadrer son visage. Elle était tellement sous le choc que même affaiblie comme elle l’était, Ann n’eut aucun mal à la soumettre à sa volonté, à l’asservir. La lueur de combativité au fond des prunelles de la brune s’envola. Ses bras semblaient mollir, comme si elle n’était plus rien d’autre qu’une poupée de chair.

Quel est ton nom?
-Megan”.

Elle avait l’air de se demander pourquoi elle avait répondu. Ann ne lui avait guère laissé le choix. En théorie, asservie comme elle l’était, elle aurait obéi à tout, mais elle se sentait faible. Si l’asservissement n’avait pas pris… Elle ne prendrait pas le risque.

Megan. Je vais avoir besoin de la tunique de ton ami. Et des vêtements de ton amie”.

Elle hocha la tête, sembla hésiter un instant. Pas tant sur ce qu’on demandait d’elle mais de l’ordre dans lequel elle devait l’effectuer. Le t-shirt en premier? Les vêtements? Peut-être voulait-elle du t-shirt pour s’essuyer avant de se changer? Elle avait commencé par lui parler de Carter, alors elle commença par déshabiller Carter. Vite, avant que le sang ne tâche le tissu.

***

31 janvier 2021, Studio étudiant de Megan, Quartier du Front de Mer, Star City

La sorcière était toujours là. C’était elle qui le lui avait dit, qu’elle était une sorcière. Parce qu’elle lui avait demandé où en trouver d’autres, mais Megan n’avait pas su lui répondre. Elle était désespérément normale. Ni mutante, ni magicienne, juste Megan. Ann lui avait demandé des choses et elle s’était exécutée. Elle lui avait demandé d’aller chercher des vêtements chez son amie Leah, et elle l’avait fait. Elle lui avait demandé de lui apprendre à se servir de la télévision ou de l’ordinateur, et elle l’avait fait.

Ann avait passé beaucoup de temps à regarder la télé et à aller sur internet. Elle avait posé des milliers de questions à Megan auxquelles l’étudiante avait répondu comme elle pouvait. Sur Providence, sur Star City, sur les deux siècles d’histoire.

Elle lui foutait une trouille bleue, mais elle n’arrivait pas à partir. Elle avait essayé. Deux fois, ou peut-être trois? Elle avait pris ses clés de voiture, son sac mais s’était trouvée incapable de quitter son appartement pour aller voir la police. Elle ne sortait quasiment plus. A tout le monde, elle disait qu’elle était choquée de la disparition de Leah et Carter. Ils s’étaient disputés, parce qu’elle voulait aller à une fête et qu’ils voulaient explorer un endroit flippant et elle les avait plantés là. Oui, ils étaient vivants quand elle les avait vus pour la dernière fois avait-elle juré à la police. Maintenant, ils étaient morts, leurs corps perdus dans un lieu inconnu, et elle s’en voulait terriblement. Si elle était allée avec eux, peut-être qu’ils seraient encore en vie? Elle avait dit une version de cette phrase à tout le monde, ou presque.

Après coup, elle s’était demandée pourquoi elle avait menti. Leah était morte, la dernière fois qu’elle l’avait vue. Carter, elle n’aurait pas juré. Ensuite, elle s’était souvenue. Ann lui avait dit de mentir. Elle avait posé beaucoup de questions sur la technologie et la police. Si on allait chercher ses amis ou non, à quoi servait ces rectangles en métal et plastique dans leurs mains et leurs poches.

Le visage de la jeune femme s’éclaira quand Ann s’installa à côté d’elle sur le canapé. Elle ne savait pas pourquoi, elle souriait toujours quand elle s’approchait d’elle. Elle avait envie de lui plaire, sans trop savoir pourquoi. Elle savait juste que si elle ne le faisait pas, elle en mourrait, d’une certaine façon? C’était très étrange. Pourquoi lui donnait-elle un bloc-note et un stylo déjà?

Ah, oui.

Elle devait écrire une lettre.

Elle déboucha le stylo mais n’eut pas le temps de poser la pointe sur le papier qu’Ann lui fit relever le menton pour croiser son regard. Par automatisme, elle répondit à son sourire par la même expression, savoura la tendresse du geste.

Tu te souviens de ce que tu dois écrire?

Elle hocha la tête. Oui. Ann le lui avait expliqué. Elle devait expliquer pourquoi elle avait tué Carter puis Leah. Parce qu’elle aimait beaucoup les deux, mais qu’ils ne la voyaient pas comme ça. Qu’elle se sentait coupable de désirer Leah de cette façon, plus que de désirer Carter. Qu’elle en avait eu assez d’être la troisième roue du carrosse. Ils l’avaient encore exclue, mais ça avait été la fois de trop. Elle n’avait pas trop réfléchi. Elle avait vu la pierre, elle avait frappé. D’abord Carter, puis Leah. Ensuite, elle avait paniqué, elle avait essayé… essayé de s’occuper d’eux, alors elle les avait déshabillés. C’était pour ça qu’elle les avait déshabillés, n’est-ce pas?

Les mots coulaient facilement sous sa plume. Plus facilement que ses pensées. Ann regardait par-dessus son épaule aussi Megan s’appliquait-elle plus que de raison. Elle expliquait qu’elle en avait assez de mentir. Qu’elle avait voulu s’enfuir, mais qu’elle n’avait pas pu. Trop de culpabilité. Alors elle avouait. Elle avouait qu’elle avait tué Carter et Leah. Elle expliquait où les trouver. Elle s’excusait.

Elle reboucha son stylo. Ann avait l’air contente. Elle comprenait vaguement ce qu’impliquait la lettre qu’elle venait d’écrire. Elle comprenait qu’elle allait mourir, mais elle n’en était pas dérangée. Elle le faisait pour Ann.

Tout comme elle avait retiré l’intégralité de ses économies et autant que possible de son prêt étudiant pour Ann. La banque avait été étonnée, mais elle n’avait aucune raison de refuser. Megan n’était pas une suspecte dans cette disparition. Pas officiellement. L’inspecteur avait bien des soupçons, mais à ce stade, ça n’était que ça. Des amis à elle avaient témoigné. Ils avaient juré qu’ils l’avaient vue à la soirée de Kim. Ce qui était très étrange, parce qu’elle n’avait pas du tout été à cette soirée.

En fait, maintenant qu’elle y pensait, ses amis avaient dit ça parce qu’Ann le leur avait demandé quand ils étaient venus, le lendemain matin. Elle s’était réveillée dans son lit avec un mal de tête, avec des souvenirs étranges de sa nuit. Elle avait pleuré, avait été au bord de l’hystérie en expliquant à la sorcière que la police allait venir l’arrêter parce que ses amis étaient morts, avait baragouiné des choses sur des séries télés, ce qui était à peu près ses seules références policières. La sorcière avait fait mentir ses amis pour l’aider. Elle ne savait pas comment elle avait fait exactement, mais elle lui en était reconnaissante.

Parce qu’elle n’avait pas tué ses amis. Enfin.. si, elle l’avait fait, parce qu’elle l’avait écrit. C’était un peu confus. Non… elle ne les avait pas tué, mais Ann avait besoin qu’elle l’écrive. Ann avait besoin qu’elle soit suspecte. C’était pour cela qu’elle avait retiré son argent. Elle n’en aurait pas besoin là où elle allait, mais il fallait qu’elle soit suspecte. C’était ce qu’elle avait dit, non? Quand elle avait expliqué cette série policière à Ann? Si elle prenait tout son argent, c’était pour partir, et c’était suspect. Mais elle ne devait pas s’inquiéter. Ann s’occuperait de garder son argent en sécurité.

Il y avait un service pour poster le courrier dans la résidence, alors Megan descendit jusque là pour la déposer sur le bureau. Quand elle revint, Ann avait enfilé son blouson et des lunettes de soleil. Elle avait acheté des vêtements pour elle, parce que les vêtements de Leah ne lui plaisaient pas. L’étudiante resta sur le pas de la porte et accepta le baiser qu’Ann déposa sur son front.

Merci ma chérie, tu as été brillante. Tu sais ce que tu dois faire?

Elle hocha la tête. Elle savait. C’était étrange. Elle n’avait jamais été aussi sereine de sa vie. Certainement pas pendant les trois derniers mois. Ann mit le sac de sport contenant l’argent sur son épaule, en souleva un deuxième contenant ses vêtements. Un dernier sourire, et elle était partie.

Mais elle, elle avait encore des choses à faire pour Ann. Elle chantonnait un air joyeux quand elle alla fouiller dans un placard du coin cuisine. Elle chantonnait toujours quand elle commença à répandre le contenu de plusieurs bidons d’alcool sur le parquet ou le canapé-lit. Elle souriait toujours quand elle versa le reste d’un bidon sur elle et qu’elle alluma une allumette.

***

31 janvier 2021, Star City

Le bruit des voitures était toujours aussi assourdissant. L’éclat des bâtiments la dérangeait, d’où les lunettes de soleil. Pourtant, à sa démarche, Ann ne semblait déranger ni par les voitures, ni par les odeurs. Elle avançait avec toute l’assurance du monde. Le manque de confiance était une preuve de faiblesse et elle n’avait pas le loisir d’être faible.

Megan lui avait été utile et une partie d’elle aurait aimé la garder. Elle était brillante, perspicace. Elle avait tout de suite compris qu’elle n’était pas de cette époque. Elle avait eu des remarques brillantes quand elle lui avait parlé des caméras, des empreintes digitales, de toutes ces choses qui n’existaient pas à son époque et qui pouvaient la compromettre maintenant. Elle lui avait présenté ses plans un par un, jusqu’à en avoir un qui tenait la route.

Elle ne pouvait pas prétendre que Carter et Leah étaient partis à l’autre bout du pays, parce que personne n’avait utilisé leurs cartes de crédit depuis Halloween, personne n’avait utilisé leur téléphone. Elle avait dû manipuler un enfant pour qu’il aille les chercher pour elle d’ailleurs. Il n’était pas question de prendre un risque.

Elle ne pouvait pas garder Megan, elle ne pouvait pas lui dire de partir à l’autre bout du monde. Il y avait trop de choses pour la tracer. Des caméras, internet, la banque… Tant de choses qui n’existaient pas à son époque. Au bout d’un moment, la police finirait par trouver quelque chose et Ann n’était pas disposée à être celle qu’on accuserait, aussi coupable soit-elle.

Alors Ann avait sacrifié Megan. Elle n’avait été qu’une chose pour elle. Pas une soeur. Pas une amie. Juste une chose. Et elle avait besoin de survivre.

Une autre partie de son plan des trois derniers mois. D’un côté, effacer ses traces du mieux possible. De l’autre, s’adapter à ce monde. Elle avait dû réapprendre à parler. La langue qu’on parlait ici était de l’anglais, mais l’accent, les mots étaient différents. Elle avait regardé la télé, répété les mots qu’elle entendait, discuté avec Megan. A présent, le résultat était correct, dans l’ensemble. Son vocabulaire n’était plus aussi désuet, son accent ressemblait à celui d’une américaine de cette époque. Ce n’était pas parfait, mais cela ferait l’affaire. Elle avait lu des articles, appris que ce monde moderne accueillait des mutants, capables des mêmes merveilles que des magiciens, mais d’une autre façon, que des créatures étaient venus d’autres planètes et pas seulement de dimensions infernales.

Elle aurait certainement eu besoin de plus de temps pour s’adapter, mais elle ne pouvait se permettre d’attendre plus longtemps. Tant pis. Elle saurait s’en débrouiller. Ce n’était pas la première fois qu’elle se réinventait.

***

31 janvier 2021, Star City

Megan avait été un peu trop suspicieuse. Elijah s’appelait bien Elijah et il pratiquait bien la magie. En revanche, il n’avait plus vingt ans depuis deux ou trois décennies. Rien qu’un sortilège d’illusion ne pouvait dissimuler, le cas échéant, si une rencontre devenait inévitable. Son seul mensonge, pour mieux s’intégrer au groupe en ligne. Non pas qu’il avait véritablement eu l’intention de les former à la magie, non, il avait d’autres projets en tête pour ces gamins stupides.

Il cherchait quelqu’un. Et quelque chose que possédait ce quelqu’un. Il avait mis du temps avant de retrouver la trace d’Ann Huxley, capturée par un coven au début du XIXe siècle. Son enquête avait été lente, minutieuse. Il avait rencontré plus de fausses pistes et d’impasses que dans aucune autre enquête magique.

Jusqu’à ce qu’il trouve le manoir du coven. Il l’avait acheté pour une bouchée de pain tant la bâtisse tombait en ruines, presque vingt ans plus tôt. L’endroit était indéniablement chargé de magie. Il avait mis des années pour fouiller la bâtisse, pour révéler tous ses secrets. Sa découverte du passage secret jusqu’au sous-sol était récente. Il n’avait pas pu aller aussi loin qu’il l’aurait voulu. La pierre était incrustée de magie, de sorts qui l’empêchaient d’avancer la tête claire. Alors il avait cherché des gens. D’autres collègues sorciers s’y étaient essayés, sans plus de succès que lui. Les sorts leur donnaient la migraine, les faisaient vomir ou trembler de peur. Elijah aurait volontiers féliciter celui ou celle quil les avaient créés tant leur construction était délicate et vicieuse. Ils ne semblaient viser que ceux qui pratiquaient la magie.

Alors Elijah avait cherché des naïfs cherchant à l’apprendre. Internet était rempli de forums de l’occulte, de sujets de discussion parlant de vieilles superstitions ou de choses un peu plus véridiques. Il avait fini par tomber sur Joshua, Raul et tous les autres. Il avait fini par tomber sur Carter.

Carter était parfait. Il était starpolitain, il était passionné d’occulte, il n’aimait rien de mieux que de fouiller des bâtisses abandonnées à la recherche de mystères occultes, il buvait chacune de ses paroles. Le guider jusqu’au manoir avait été un jeu d’enfants. Il avait suffi de quelques phrases bien placées pour entretenir le mystère et Carter avait couru. Ne serait-il pas amusant d’emmener ses amis explorer le manoir le soir d’Halloween? Est-ce qu’il n’avait pas envie d’impressionner Leah en pratiquant de la magie devant elle? C’était facile, il avait juste besoin de désactiver des symboles dans le bon ordre, de suivre ses consignes. Carter avait été trop heureux d’obéir.

Ensuite, Carter n’avait plus donné de nouvelles. Quelques jours après Halloween, Elijah avait eu le déplaisir de découvrir qu’il était porté disparu avec l’une de ses amis.

Son plan avait été parfait. Il n’avait juste pas songé qu’Ann Huxley serait en état de se défendre. Il l’avait surestimée, et maintenant, il ignorait si la sorcière était seulement en vie.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 3 Fév 2021 - 23:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Présidente du Hell Club
Présidente du Hell Club
En ligne

Evelyn Wormwood
Présidente du Hell Club

Personnage
Ann Huxley - Witch from another time Ladysa10

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 19/12/2017
ϟ Nombre de Messages : 1859
ϟ Nombre de Messages RP : 1113
ϟ Célébrité : Alina Kovalenko
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Abigaïl Frankenstein, Anton Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 30 ans en apparence, plus de quatre siècles en réalité
ϟ Statut : Catin du Diable
ϟ Métier : PDG de Wormwood Entertainments, Présidente du Hell Club, Antéchrist
ϟ Réputation Civile : Niveau 4 ϟ Réputation Héroïque : Niveau 5 ϟ Identité : Secrète
ϟ Signes particuliers : 1m80, cheveux roux, tâches de rousseur.

Sa chevelure devient plus rougeâtre et ses traits changent légèrement quand elle est Lady Satan.
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la démonologie XIII
- Maîtrise de la nécromancie X
- Maîtrise des malédictions XIII
- Maîtrise des métamorphoses X
- Maîtrise des possessions X

- Maîtrise du fouet

- Antéchrist (invulnérabilité partielle)
- Âme démoniaque (immortalité)
- Don de la Nuit (sommeil accéléré)
- Vision ténébreuse (nyctalopie)
- Sang du Diable (régénération)
- Peau du Diable (immunité au feu)
- Parangon du Mal III (aura maléfique)
- Dualité infernale (communion avec le Diable)
- Communion infernale (projection spirituelle vers les enfers)
- Papesse noire (autorité infernale)
- Machiavélisme (super-intelligence)
- Langue des damnés (omnilinguisme)
- Virtuose impie (envoûtement musical)
- Devineresse de péchés
- Aura de tentation (charisme)
- Graine de corruption (corruption sexuelle)
- Sœur des mensonges (détection des mensonges)
- Mère des mensonges II (mensonges indétectables)
- Mascarade diabolique (actrice de génie)
- Présence insidieuse (aura masquée)
- Maîtresse de la douleur (insensibilité douleur)
- Scarifications infernales (protection magique)

- Pacte démoniaque II
- Pacte de sorcellerie
- Pacte de vampirisme
- Pacte de lycanthropie
- Pacte de la moisson noire
- Pacte de Mammon
- Pacte de guérison impie

- Forme de démon III
- Force Impie III (super-force 40T)
- Vigueur Impie III (super-résistance 40T)
- Souffle démoniaque

- Flammes infernales III
- Vrilles ténébreuses I
- Drain de vie I
- Poids des âges I
- Démons intérieurs III
- Surgissement de diablotins IV
- Dagyde IV
- Envoûtement III
- Agonie I
- Terreur I
- Corruption I
- Damnation I
- Manipulation de l'âme I
- Divination par le sang I
- Projection astrale I
- Consécration infernale III

- Linceul des ombres (havre ténébreux, garde-robe infernale, volonté des ombres, régénération des ombres, conjuration des ombres, incarnation des ténèbres, ténèbres infinies)
- Lame du déchu (buveuse d'âme, lame d'emprisonnement)
- Échine de Léviathan (volonté impie, interminable)
- Main de Gloire (paralysie)

- Corde de Salem (cou protégé)
- Croix inversée (protection contre le sacré)
- Pendentif du Diable (prison de l'âme)
- Souliers d'argent (téléportation)
- Culte des Goules (animation de momies)
- PDA (démon informatique)
- Plume de l'Archange Michel (destruction des démons)
- Halyomorpha halys (punaises espionnes)
- Serre de Kigatilik (toucher glacial)
- Ossements du Wendigo (malédiction du Wendigo)
- Masque de Halloween (transformation en psychopathe)
- Bracelet de Rübezahl (conjuration de tempête)
- Armure de peau humaine (déguisement en humain)
- Lance de la Terre Noire II (projection de rayons)
- Glaive de la Stryge (plaies maudites)
- Shin Guntō type 94 (buveuse d'âmes)
- Kanabō (massue changeant de taille)

- Caliban (démon)
- Varvara (démon)
- Naamah (démone, succube)
- Orias (démon)
- Asmodée (démon)
- Rakdos (démon)
- Sam, démon d'Halloween (démon)
- Krampus, démon de Yule (démon)
- Le Cavalier sans-tête (serviteur mort-vivant)
- Raton le nain (serviteur mort-vivant)
- Subunel (serviteur)
- Doom Girl (compagnon)
- Diable du New Jersey (compagnon)
- Bruja (sorcière, compagnon)

- Cavale de cauchemar (cheval démoniaque)
- Broomstick (balais volant)
- Plymouth Fury modèle 1958 (voiture consciente meurtrière)

- Rite de Damnation (arme du jugement dernier)

- Le Pandémonium (base)
- Les catacombes de Paris (base)
- Hell City (base)
- Manoir Leblanc (sanctuaire)
- Hôtel Crossroad (sanctuaire)
- Cabane dans les bois (sanctuaire)
ϟ Liens Rapides : Naissance du mal
Âmes damnées
Pactes démoniaques
Livre des enfers
Blasphèmes
Collection d'âmes
Joueur
Ann Huxley - Witch from another time Ladysa10

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 19/12/2017
ϟ Nombre de Messages : 1859
ϟ Nombre de Messages RP : 1113
ϟ Célébrité : Alina Kovalenko
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Abigaïl Frankenstein, Anton Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 30 ans en apparence, plus de quatre siècles en réalité
ϟ Statut : Catin du Diable
ϟ Métier : PDG de Wormwood Entertainments, Présidente du Hell Club, Antéchrist
ϟ Réputation Civile : Niveau 4 ϟ Réputation Héroïque : Niveau 5 ϟ Identité : Secrète
ϟ Signes particuliers : 1m80, cheveux roux, tâches de rousseur.

Sa chevelure devient plus rougeâtre et ses traits changent légèrement quand elle est Lady Satan.
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la démonologie XIII
- Maîtrise de la nécromancie X
- Maîtrise des malédictions XIII
- Maîtrise des métamorphoses X
- Maîtrise des possessions X

- Maîtrise du fouet

- Antéchrist (invulnérabilité partielle)
- Âme démoniaque (immortalité)
- Don de la Nuit (sommeil accéléré)
- Vision ténébreuse (nyctalopie)
- Sang du Diable (régénération)
- Peau du Diable (immunité au feu)
- Parangon du Mal III (aura maléfique)
- Dualité infernale (communion avec le Diable)
- Communion infernale (projection spirituelle vers les enfers)
- Papesse noire (autorité infernale)
- Machiavélisme (super-intelligence)
- Langue des damnés (omnilinguisme)
- Virtuose impie (envoûtement musical)
- Devineresse de péchés
- Aura de tentation (charisme)
- Graine de corruption (corruption sexuelle)
- Sœur des mensonges (détection des mensonges)
- Mère des mensonges II (mensonges indétectables)
- Mascarade diabolique (actrice de génie)
- Présence insidieuse (aura masquée)
- Maîtresse de la douleur (insensibilité douleur)
- Scarifications infernales (protection magique)

- Pacte démoniaque II
- Pacte de sorcellerie
- Pacte de vampirisme
- Pacte de lycanthropie
- Pacte de la moisson noire
- Pacte de Mammon
- Pacte de guérison impie

- Forme de démon III
- Force Impie III (super-force 40T)
- Vigueur Impie III (super-résistance 40T)
- Souffle démoniaque

- Flammes infernales III
- Vrilles ténébreuses I
- Drain de vie I
- Poids des âges I
- Démons intérieurs III
- Surgissement de diablotins IV
- Dagyde IV
- Envoûtement III
- Agonie I
- Terreur I
- Corruption I
- Damnation I
- Manipulation de l'âme I
- Divination par le sang I
- Projection astrale I
- Consécration infernale III

- Linceul des ombres (havre ténébreux, garde-robe infernale, volonté des ombres, régénération des ombres, conjuration des ombres, incarnation des ténèbres, ténèbres infinies)
- Lame du déchu (buveuse d'âme, lame d'emprisonnement)
- Échine de Léviathan (volonté impie, interminable)
- Main de Gloire (paralysie)

- Corde de Salem (cou protégé)
- Croix inversée (protection contre le sacré)
- Pendentif du Diable (prison de l'âme)
- Souliers d'argent (téléportation)
- Culte des Goules (animation de momies)
- PDA (démon informatique)
- Plume de l'Archange Michel (destruction des démons)
- Halyomorpha halys (punaises espionnes)
- Serre de Kigatilik (toucher glacial)
- Ossements du Wendigo (malédiction du Wendigo)
- Masque de Halloween (transformation en psychopathe)
- Bracelet de Rübezahl (conjuration de tempête)
- Armure de peau humaine (déguisement en humain)
- Lance de la Terre Noire II (projection de rayons)
- Glaive de la Stryge (plaies maudites)
- Shin Guntō type 94 (buveuse d'âmes)
- Kanabō (massue changeant de taille)

- Caliban (démon)
- Varvara (démon)
- Naamah (démone, succube)
- Orias (démon)
- Asmodée (démon)
- Rakdos (démon)
- Sam, démon d'Halloween (démon)
- Krampus, démon de Yule (démon)
- Le Cavalier sans-tête (serviteur mort-vivant)
- Raton le nain (serviteur mort-vivant)
- Subunel (serviteur)
- Doom Girl (compagnon)
- Diable du New Jersey (compagnon)
- Bruja (sorcière, compagnon)

- Cavale de cauchemar (cheval démoniaque)
- Broomstick (balais volant)
- Plymouth Fury modèle 1958 (voiture consciente meurtrière)

- Rite de Damnation (arme du jugement dernier)

- Le Pandémonium (base)
- Les catacombes de Paris (base)
- Hell City (base)
- Manoir Leblanc (sanctuaire)
- Hôtel Crossroad (sanctuaire)
- Cabane dans les bois (sanctuaire)
ϟ Liens Rapides : Naissance du mal
Âmes damnées
Pactes démoniaques
Livre des enfers
Blasphèmes
Collection d'âmes
Bienvenue5 avec ce nouveau personnage5 Ann Huxley - Witch from another time 2877800265
 
Revenir en haut Aller en bas





Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 4 Fév 2021 - 9:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Seconde de MindStorm
Seconde de MindStorm

Noélie A. Inagawa
Seconde de MindStorm

Personnage
Ann Huxley - Witch from another time 181024121903977341

ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 24/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 1930
ϟ Nombre de Messages RP : 1206
ϟ Célébrité : Yuko Suzuhana
ϟ Crédits : gif par Renan (♥) ; vava & code Sio
ϟ Doublons : Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Siobhan O'Reilly, Marisol Aguilar, Aria Romanelli, Nerys Fitzgerald
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : En couple avec la Mort
ϟ Métier : Chanteuse dans le groupe Borderland / développeuse web / lieutenante de MindStorm
ϟ Réputation Civile : Niveau 5 ϟ Réputation Héroïque : Niveau 4 ϟ Identité : Secrète
ϟ Signes particuliers : • Incroyablement bavarde
• Sort toujours apprêtée jusqu'au bout des ongles
• Cheveux très longs, parfois méchés de bordeaux, turquoise ou rose, au rythme de ses envies et de ses concerts

ϟ Pouvoirs : Noélie est une mentaliste dotée d'une super-intelligence qui compte autant sur ses capacités de réflexion et d'observation que sur son groupe d'Egides et ses équipements pour se tirer d'affaires. La liste de tout cela est consultable ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Ann Huxley - Witch from another time 181024121903977341

ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 24/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 1930
ϟ Nombre de Messages RP : 1206
ϟ Célébrité : Yuko Suzuhana
ϟ Crédits : gif par Renan (♥) ; vava & code Sio
ϟ Doublons : Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Siobhan O'Reilly, Marisol Aguilar, Aria Romanelli, Nerys Fitzgerald
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : En couple avec la Mort
ϟ Métier : Chanteuse dans le groupe Borderland / développeuse web / lieutenante de MindStorm
ϟ Réputation Civile : Niveau 5 ϟ Réputation Héroïque : Niveau 4 ϟ Identité : Secrète
ϟ Signes particuliers : • Incroyablement bavarde
• Sort toujours apprêtée jusqu'au bout des ongles
• Cheveux très longs, parfois méchés de bordeaux, turquoise ou rose, au rythme de ses envies et de ses concerts

ϟ Pouvoirs : Noélie est une mentaliste dotée d'une super-intelligence qui compte autant sur ses capacités de réflexion et d'observation que sur son groupe d'Egides et ses équipements pour se tirer d'affaires. La liste de tout cela est consultable ici.
ϟ Liens Rapides :
Re-bienvenue à toi Ann Huxley - Witch from another time 2877800265

Comme quoi, il ne faut jamais dire jamais, ça peut jouer quelques tours Ann Huxley - Witch from another time 2329031912
 
Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 4 Fév 2021 - 11:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Hell Club
Hell Club

Ann Huxley
Hell Club

Personnage
[U.C.]
ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 07/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 02/02/2021
ϟ Nombre de Messages : 135
ϟ Nombre de Messages RP : 89
ϟ Célébrité : Lyne Renée
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Rafael Colón - Raphaël Mercury - Callie Aegia - Gabriel Colt
ϟ Âge du Personnage : 39
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : Sans emploi
ϟ Réputation Civile : Niveau 0 ϟ Réputation Héroïque : Niveau 1 ϟ Identité : Secrète
ϟ Signes particuliers : écrire ici
ϟ Pouvoirs : écrire ici
ϟ Liens Rapides : Le passé
Le présent
Le coven
Le grimoire
Le téléphone
Le tarot
Joueur
[U.C.]
ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 07/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 02/02/2021
ϟ Nombre de Messages : 135
ϟ Nombre de Messages RP : 89
ϟ Célébrité : Lyne Renée
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Rafael Colón - Raphaël Mercury - Callie Aegia - Gabriel Colt
ϟ Âge du Personnage : 39
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : Sans emploi
ϟ Réputation Civile : Niveau 0 ϟ Réputation Héroïque : Niveau 1 ϟ Identité : Secrète
ϟ Signes particuliers : écrire ici
ϟ Pouvoirs : écrire ici
ϟ Liens Rapides : Le passé
Le présent
Le coven
Le grimoire
Le téléphone
Le tarot
Alors là, pour la peine Ann Huxley - Witch from another time 3929991665 Je screen et je posterais l'image quand tu auras posté la fiche de ton 8e compte!

 
Revenir en haut Aller en bas


A witch ought never to be frightened
in the darkest forest ...
Because she should be sure in her soul
that the most terrifying thing in the forest was her.

Message posté : Jeu 4 Fév 2021 - 13:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Oh ben on a déjà des screens de ça non ? Ann Huxley - Witch from another time 1432157319

Re-re-re-re-bienvenue Ann Huxley - Witch from another time 2329031912
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 8 Fév 2021 - 16:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

La Maire
Maître du Jeu

Personnage
Madame la Maire

ϟ Âge : 53
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 16679
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Réputation Civile : Niveau 5 ϟ Réputation Héroïque : Niveau 1 ϟ Identité : Secrète
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Notice
Joueur
Madame la Maire

ϟ Âge : 53
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 16679
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Réputation Civile : Niveau 5 ϟ Réputation Héroïque : Niveau 1 ϟ Identité : Secrète
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Notice

Bienvenue à toi sur le forum !

Après lecture de ta fiche, je ne vois rien à y redire mais le contraire serait quand même surprenant ! Tout est donc bon pour moi.

Tu commences avec un niveau 0, je te l'ajoute à ton profil. Tu pourras le faire augmenter en gagnant des points de réputation, alors n'hésite pas à te lancer immédiatement dans l'aventure. Tu gagnes par ailleurs 15 points de réputation bonus pour avoir rédigé une fiche 24h chrono !

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Ensuite tu pourras débuter le jeu, tu peux regarder si une des demandes de ce sujet t'intéresse, sinon tu peux toujours poster la tienne ou demander directement à un membre. Enfin, si tu en as l'utilité, n'hésite pas à aller faire certaines des demandes disponibles ici. En tous les cas si tu as des questions les administrateurs sont à ta disposition ! Je t'encourage aussi à venir flooder et à passer sur la ChatBox ! C'est comme cela que l'on trouve des liens et des sujets le plus facilement, d'autant que ça permet de faire connaissance avec les autres joueurs. Il y a toujours quelqu'un dessus alors n'hésite pas !

Bon courage pour ton intégration à ce nouveau monde !

 
Revenir en haut Aller en bas

 
Ann Huxley - Witch from another time
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Ann Huxley - Witch from another time Categorie_6Ann Huxley - Witch from another time Categorie_8


Ann Huxley - Witch from another time Categorie_1Ann Huxley - Witch from another time Categorie_3
 Sujets similaires
-
» Empty Storytime [PV Gak' & Eva] [Hentaï Page 2&3]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ann Huxley - Witch from another time Categorie_6Ann Huxley - Witch from another time Categorie_8

Sauter vers: