Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
What lurks in the shadows - Jeffrey - Page 2 Bouton_off
AccueilDernières imagesFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Logo de la barre de navigation

What lurks in the shadows - Jeffrey - Page 2 Forum_1What lurks in the shadows - Jeffrey - Page 2 Forum_3
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

What lurks in the shadows - Jeffrey

 
Jeu 10 Déc 2020 - 21:26 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Curieux, Jeffrey ne put s’empêcher de passer sa tête sur le côté pour voir qu’elle était cette créature qui l’avait attaqué. Etrange et dégoûtant sont les deux mots qui pouvaient illustrer l’expression grimaçante sur son visage. En tout cas, la réputation de celui qu’on appelle Luz n’était pas usurpée. Cette corde de lumière, il n’avait jamais vu un truc pareil. Il avait presqu’envie de la toucher mais il se retint de le faire. C’était peut être dangereux et puis cela ne se faisait pas lorsqu’on a un peu d’éducation. A la vue de l’état de l’armure de Luz, il en déduit que le combat avait dû être rude et qu’il ne fallait pas se fier à la petite chose maigrichonne qui était maintenant saucissonnée. L’apparence était fort trompeuse. Cette créature était redoutable. Si jamais elle avait réussi à le toucher à la Promenade, il se mit à imaginer le pire. Le jeune homme prit encore plus conscience des dangers qui guettent sur Star City. Il n’y avait rien à faire mais il devrait tôt ou tard reprendre ses entraînements de course qui avaient été suspendus pour repos imposé par le médecin.

Heureusement que l’inspecteur ne put voir le visage de Jeffrey lorsque le magicien de lumière exposa avec un aplomb absolu comment l’adolescent avait apporté la victime jusqu’ici. Il aurait tout de suite vu ses joues rougir de honte et de surprise. Mais clairement c’était un mensonge de génie ! Des baskets enchantés, il fallait y penser. Pourtant Jeffrey lui avait dire de ne pas mentir pour lui. C’est beta mais cela le mettait mal à l’aise d’autant que là c’était mentir à un inspecteur. En tout cas pour des baskets enchantés, elles n’étaient pas très résistantes vu leur état de charpie laissant quelques orteils à nus.

Cet épisode faisait réfléchir Jeffrey car il avait devant ses yeux un veilleur, un super héros qui avait décidé d’agir à visage découvert. Il n’avait pas besoin de supercherie, de masque, et de mensonge pour vivre sa vie. Et cela correspondait plus à l’état d’esprit de Jeffrey qui n’aime pas les faux semblants. Alors il y avait surement des inconvénients à mettre en contre balance notamment le risque de mettre en danger ses proches. C’est le premier inconvénient qui lui venait à l’esprit. Il aurait peut être aimé en discuter avec lui mais un super héros si prestigieux n’avait surement pas son temps à perdre avec un adolescent insignifiant.

« Mes baskets sont maintenant mortes »

Cela n’est pas un mensonge en soi vu leur état.
L’infirmière revint avec un sac mortuaire, accédant ainsi rapidement à la demande du Légionnaire. Il fallait surtout cacher cette horreur car cela aurait pu effrayer des visiteurs et des patients. Et puis question hygiène, il y avait mieux que de promener un cadavre de la sorte.

Jeffrey n’avait plus vraiment aucune raison de rester. L’inspecteur semblait maintenant lui lâcher les baskets ! Enfin si, il lui restait une bonne raison : avoir des nouvelles de l’ami de Luz. Quoique non, il se sentait maintenant de trop. Un pompier ne reste pas pour savoir si les victimes qu’il a sauvées des flammes s’en sortent. Il fait tout simplement son devoir comme Jeffrey a fait le sien avec le pouvoir qu’il disposait. Rien de plus normal pour le jeune homme.

Pendant que Rafael avait fort affaire pour s’occuper du cadavre et pour discuter avec les médecins, Jeffrey reprit le chemin de la sortie, en descendant par l’ascenseur. Il avait laissé un petit message à l’infirmière à remettre au magicien pour souhaiter un bon rétablissement à son ami et le remercier pour son rôle de Veilleur. Regardant ses chaussures, il se demandait comment il allait expliquer cela à son frère. S’il lui racontait tout, il allait se faire du mouron. Et s’il ne lui disait rien, Jason lui ferait une grande leçon à la Jeffrey qu’il n’a pas respecté les consignes du docteur…
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 11 Déc 2020 - 13:57 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rafa cligna des yeux quand l’aura orangée fit une remarque sur l’état de ses chaussures. Lui-même plissa des yeux pour ignorer son aura et baissa le nez pour constater que… effectivement, ses chaussures étaient, pour ainsi dire, inexistantes. Du genre, il était capable de compter les orteils du gamin.

Il n’était pas le seul à avoir regardé, l’inspecteur aussi avait baissé le nez avant de reporter son regard sur lui, comme s’il attendait… quelque chose? Rafa n’était pas sûr de savoir quoi. Des excuses? Une explication?

... je lui rachèterais une paire de chaussures”.

Peut-être pas le commentaire qu’on attendait de lui, mais c’était tout ce que Rafa avait été capable d’imaginer, là, tout de suite. Pour faire bonne mesure, il hocha la tête pour confirmer que oui, il irait vraiment acheter une paire de chaussures. Pas tout de suite, rapport qu’il n’avait pas d’argent sur lui et qu’il avait encore la bestiole à gérer, mais il le ferait. Sauf s’il oubliait, ce qui était tout à fait possible avec sa mémoire.

La question lui sortit de la tête dès qu’une infirmière se présenta avec un sac mortuaire. Elle proposa de l’aider à disposer de la créature, mais entre sa voix, légèrement tremblante, et la couleur de son aura, Rafa réussit à comprendre tout seul qu’elle espérait très fort qu’il dise non. Dans le doute, il préférait de toute façon s’en occuper seul. Lui était… disons… immunisé au mal et ce truc était peut-être encore dangereux, même mort.

L’opération fut quand même un peu délicate, en partie parce que les membres avaient commencé à se raidir, en partie parce que le sac n’était pas tout à fait adapté. La même infirmière - ou ptet une autre, difficile à dire? - lui ouvrit la porte d’une chambre vide pour qu’il puisse l’y laisser le temps d’aller prendre des nouvelles de Léo. L'inspecteur semblait avoir pris congés - difficile à dire, son aura avait été générique au possible - mais comme il n'était pas revenu lui poser des questions...

Le canadien s’était réveillé et il n’était, pour ainsi dire, pas de bonne humeur de s’être fait étalé par la créature. Rafa réussit à comprendre qu’il s’était fait attaquer par derrière, mais que Léo ne considérait pas ça comme une excuse et qu’il aurait dû l’entendre. Il marmonna et pesta encore un moment avant de se rappeler qu’il n’avait pas remercié l’espagnol et de le faire, avec tous les accents de la sincérité mais un air encore vaguement bougon. Rafa n’avait besoin que d’un coup d’oeil à son aura pour savoir qu’il avait encore mal, et pas besoin de regarder en-dessous pour savoir qu’il avait probablement une sale tête et besoin de se reposer. Il pouvait soigner beaucoup de blessures physiques, mais pas pour autant reconstituer les pertes de sang. Pour preuve, une transfusion sanguine était branchée près du canadien.

Rafa ne s’attarda pas. En partie parce qu’il devait encore s’occuper de la bestiole, en partie parce qu’une infirmière était venue lui faire une injection de morphine et que Léo avait glissé dans les vapes très facilement.

L’espagnol se rappela l’existence du gamin quand une infirmière lui glissa un mot dans la main, alors qu’il avait déjà le sac mortuaire sur l’épaule. Il n’allait pas trop tarder à aller le déposer à la Tour ou au Comptoir, parce que, vraiment, c’était pas super discret. Ptet plus le Comptoir. Plus près et sans doute plus apte à l’aider.

Pour en revenir au gamin donc, l’infirmière lui glissa qu’il venait de partir, alors Rafa n’eut pas trop de difficultés à le retrouver dans la rue. Il chercha une aura orange pâle et quelqu’un de grand. Quand il en trouva une, il glissa ses lunettes sur le nez, le temps d’activer la fonction anti-aura, et de constater qu’il avait les baskets en lambeaux. Gagné. Le bandeau en cuir de ses lunettes remonta sur son front.

Désolé pour les baskets. Et euh… merci pour ton aide. T’as bien réagi alors que… ça aurait pu être dangereux”.

Très dangereux, même. Même lui avait eu de la chance et il avait… disons… de l’expérience? Disons que c’était pas sa première bestiole ophidienne et qu’il avait appris à se battre très tôt.

T’habites loin? Y a…” Il eut un moulinet de la main. Il lui arrivait souvent de commencer une phrase et de se rendre compte qu’il ne l’avait pas du tout fait de la bonne façon. “J’ai euh… des alliés qui ont un QG, pas loin. Je vais leur apporter euh… ça. Ptet qu’ils auront une paire de baskets en rab ou… au moins de quoi te payer un taxi. Pardon, t’as… un prénom? Fin t’es pas obligé de me le donner”.

Il allait probablement avoir quelques difficultés à s’en souvenir au-delà de cette soirée, mais en attendant, pour l'instant, il s'appelait Machin dans sa tête. Ou le gamin.
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 11 Déc 2020 - 16:38 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le jeune marchait tranquillement sur le trottoir, la tête dans les nuages, repensant à cette petite aventure. C’était maintenant son troisième sauvetage depuis qu’il avait découvert ses pouvoirs. La première fois c’était pour sauver son frère Jason d’une attaque lors de la seconde invasion de Terminus, la seconde c’était pour sauver des gamins lors d’un gala au Parc des Expositions et enfin la troisième c’était pour ce qu’il se venait de se passer. Dans aucun des trois, il n’avait jamais été à amener à combattre. Il faisait ce qu’il savait mieux faire : courir. Et qu'Hermès le préserve encore de ne pas se retrouver en situation de combattre ! Il avait déjà eu une certaine frayeur avec son camarade de classe, Mike, qui avait pété un câble avec un couteau chez lui.

L’arrivée du Veilleur dans son dos lui soutira de ses pensées pour se consacrer totalement à lui. Jeffrey se demanda s’il avait oublié un truc ou commis un impair.

« Ah…ce n’est pas grave pour mes baskets. Malheureusement j’en change souvent quand je m’entraîne. Cela doit être les frictions avec le sol. Et vous n’avez pas à me remercier, j’ai fait ce qu’il était juste de faire, même si je prends conscience que c’était très dangereux. J’ai un petit dicton : il vaut mieux agir trop rapidement que d’attendre trop longtemps. Sinon je m’appelle Jeffrey »

Jeffrey ne voyait pas d’inconvénient à révéler son prénom. Si le magicien avait voulu en savoir plus sur lui, il aurait suffi de se renseigner auprès de l’infirmière ou de l’inspecteur.

« Je suis désolé que vous vous soyez senti obligé de mentir auprès de l’inspecteur pour trouver une explication réaliste à ce que j’avais fait. Je n’aime vraiment pas les mensonges et encore moins pousser quelqu’un à le faire pour moi. L’idée des chaussures magiques était géniale. Et sinon vous avez vraiment le pouvoir de les enchanter ? »

Jeffrey n’était plus à quinze minutes près de retard. Il accepta de suivre le magicien, notamment pour assouvir cette curiosité d’en connaître plus sur lui et la Légion.

« J’habite au quartier du Centre. C’est vrai que cela fait un petit bout de chemin à faire, en tout cas à pied et en marchant. Pour revenir sur tout à l’heure avec le policier, cela mérite peut être une petite explication. Je veux garder en fait mes pouvoirs secrets, en tout cas pour l’instant car je suis encore trop jeune pour faire ce choix d’avoir une étiquette sur le dos d’humain à super pouvoir. Il y a des gens qui ne les aiment pas et qui d’autres pourraient me faire pression pour que je sois à leur service. C’est un choix courageux de celui d’être un veilleur et d’agir ainsi à visage découvert, comme vous le faîtes. Et encore cela ne suffit même pas à avoir la reconnaissance des policiers. J’avais été indigné lorsque j’ai lu dans le journal ce qu’ils vous ont fait. Un délit de faciès, c’est cela ? Après il y a malheureusement des crétins de partout. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Sam 12 Déc 2020 - 14:11 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rafa hocha machinalement la tête. Pas tant qu’il approuvait ce que disait le gamin - enfin, dans l’ensemble, si, à peu près - mais plutôt parce que c’était comme ça qu’il montrait qu’il écoutait ce qu’on lui disait. Il avait cette manie de laisser ses pensées dériver très rapidement.

Jeffrey. Ok. Rafa” se présenta l’espagnol, avec l’air de quelqu’un qui se rappelait qu’il ne s’était pas présenté.

Et qui avait aussi complètement oublié que ce n’était peut-être pas forcément nécessaire. Il était Veilleur depuis quelques mois tout juste et il avait beaucoup de mal avec le concept de célébrité. Là, il n’avait pas du tout songé que, peut-être, le gamin savait très bien qui il était.

Oh, c’est pas grave. Fin… je l’aurais pas fait si ça m’avait dérangé” nuança Rafa.

Vraiment, il n’estimait pas qu’il y avait mort d’homme. Mentir, c’était peut-être mal, mais sur le moment, ça lui avait semblé encore plus mal de jeter un gamin qui n’avait rien demandé sous le bus. Il se gratta le menton, réajusta la position du sac sur son épaule dans le même mouvement. La… euh… chose? ne pesait pas très lourd mais elle était encombrante. Et légèrement odorante, pour tout dire.

... j’ai jamais essayé pour être honnête, mais je suppose que je pourrais? Enfin pas que ça te serait très utile parce que t’as déjà une mutation pour courir.... Ca te serait plus utile d’avoir des chaussures enchantées pour pas s’user, par exemple”.

Fidèle à lui-même, le magicien réfléchissait déjà à ça. Son cerveau était construit comme ça. On lui balançait une idée d’enchantement et, si c’était intéressant, son esprit commençait à imbriquer les runes pour le réaliser. Là, il était en parallèle sur les chaussures qui font courir et les chaussures qui ne s’usent pas. Si on lui laissait assez de temps, il aurait fini par inventer un combiné des deux avant la fin de la nuit.

Oh, oui, non. Je comprends tout à fait” approuva Rafa. “Enfin t’es quand même un gamin. Pas que ce soit un mal, moi aussi j’ai été un gamin, un jour. Mais là, je suis un adulte. Enfin ce que je veux dire…” essaya de se corriger l’espagnol. “C’est que tu as le droit de vouloir être juste un gamin”.

Voilà, c’était à peu près l’idée qu’il voulait transmettre. Rafa n’avait jamais été très doué pour articuler sa pensée en des phrases cohérentes. Là, il ne s’en était pas trop mal sorti. Dans l’ensemble.

Rafa se gratta encore le menton. Un geste récurrent pour signifier qu’il réfléchissait. Ou qu’il était mal à l’aise. Dans ce cas précis, c’était plutôt la seconde option.

Pour tout dire, j’ai pas vraiment pris la peine de couvrir mon visage au début de euh… ma carrière héroïque, je suppose. Donc c’est pas vraiment de l’héroïsme”.

Plutôt… il ne savait pas trop. De la bêtise? Un manque de prudence? Un truc du genre. En fait, comme ça n’avait pas changé grand chose dans sa vie, dans sa façon d’intervenir, Rafa n’avait pas tout à fait capté qu’il était un héros susceptible d’être reconnu dans la rue. Même là, que le gamin l’ait reconnu alors qu’il portait son armure, ça l’étonnait presque.

Il était euh… un peu trop occupé à être raciste pour me reconnaître. Je suppose”.

Il ne se voyait pas expliquer le problème du racisme systémique, là, tout de suite. Déjà, parce que sa soirée avait été assez longue comme ça, ensuite, parce qu’il n’aurait pas su par quel bout prendre le problème et, enfin, parce que c’était encore un peu trop frais dans son esprit. Ce n’était pas le premier incident du genre qu’il subissait, juste le pire. Il lui fallait encore un peu de temps pour s’en remettre.

Heureusement, Rafa eut une excuse toute trouvée pour ne pas avoir à s’étaler plus que ça. Le Comptoir était en vue. A cette heure, la vitrine façon vintage de la boutique de magie était éteinte et le petit panneau indiquait un “We’re closed!”, invitant à repasser plus tard. Rafa, lui, savait que ça n’était pas un problème. Il y avait toujours quelqu’un derrière le comptoir. D’ailleurs, il n’eut à patienter qu’une demi-minute pour qu’on vienne leur ouvrir après avoir frappé.

Bonsoir Rafa.
-Salut…
-Alma” lui rappela aimablement la grande femme aux cheveux noirs, aux yeux bruns et à la silhouette longiline perdue dans une robe à manche larges qui venaient de leur ouvrir. Quoiqu’elle ne ressemblait pas à ça pour Rafa. Elle avait une aura violette pâle teintée de lumière. Elle s’écarta d’ailleurs du passage pour les laisser entrer.
Alma. Pardon. C’est…” Petit moment de doute. Ca commençait pas un J… James? John? Jay? “Jeffrey. J’amène ça. C’est… un truc?
-Où est Léo?
-Hôpital. Et pas très content d’y être, mais ça va. J’t’expliquerais. Ah et euh… Jeffrey aurait besoin d’une paire de chaussures. Si t’as ça. J’peux poser ça où?
-Laboratoire”.

La porte du magasin se verrouilla derrière la magicienne et elle reprit la tête pour les conduire jusqu’à une porte marquée “réservée au personnel” en passant entre les rayonnages d’herbes ou de livres traitant de magie. Toujours encombré par le cadavre de sa bestiole, Rafa dût manœuvrer entre les meubles et l’encadrement de la porte avant de pouvoir passer.

Contrairement à ce qu’on pouvait croire de prime abord, la porte ne donnait pas sur une remise mais sur un couloir desservant des dizaines de portes de chaque côté. Certaines ouvertes, d’autres fermées, d’autres simplement des arcades donnant sur des pièces communes. On n’aurait jamais pu s’imaginer, en voyant la façade du bâtiment, que tout ça pouvait tenir à l’intérieur, et pour cause. Tout ça tenait dans une dimension de poche magique.

Attends, je vais poser ça”.

Rafa était venu assez souvent ici pour savoir où trouver le laboratoire. Il poussa la porte du pied, maoeuvra encore pour passer et alla poser son sac mortuaire sur la table. Comme il l’avait portée en travers de son épaule et que la rigidité cadavérique avait commencé à faire son effet, la créature était littéralement pliée en deux, dans le sac. Il la laissa là pour l’instant et réfléchit un instant avant d’aller vers la cuisine.

Tu veux un chocolat chaud? Un thé?
 
Revenir en haut Aller en bas

Sam 12 Déc 2020 - 16:57 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Est-ce que tous les magiciens sont aussi bizarres ? Jeffrey n’avait pas la réponse car c’était sa première rencontre avec un vrai magicien. Et c’est vrai que Rafa était un peu étrange ou perché sur une étoile inconnue. Peut-être aussi qu’il maîtrisait mal la langue américaine en étant d’origine hispanophone l’obligeant ainsi à chercher ses mots. Jeffrey apprenait cette langue, l’espagnol, mais il était plus douté à l’écrit qu’à l’oral.
Il fut surpris de découvrir que leur destination était une boutique de magie comme dans Harry Potter. S’il n’aimait pas qu’on parle de lui comme un gamin car après il était qu’à un an de la majorité, l’idée de rentrer dans une boutique de magie le faisait revenir en enfance.

« Bonsoir madame Alma. Enchanté de faire votre connaissance. Je suis en effet Jeffrey. »

Le mot « enchanté » lui fit déclencher un petit sourire car le mot était vraiment de circonstance dans ce lieu étrange et mystique. Son regard fut tout de suite happé par les nombreux livres qui occupaient les étagères. Poussé par la curiosité, il se permit juste de regarder quelques titres sur les reliures, bien sûr sans jamais toucher un de ces livres. La plupart était écrit dans un langage qui lui était inconnu alors que d’autres ciblaient des connaissances sur les plantes, les pierres, etc…
Il y a un autre truc qui l’interpella. Dehors la boutique paraissait petite et là tout paraissait disproportionné. Est-ce que c’était seulement un effet d’optique.

« Pour les baskets, ne vous embêtez pas trop. J’ai une réserve de chaussures à la maison. Même une paire de chaussons pourra faire l’affaire. Ca ne tiendrait qu’à moi, je passerai des heures, voir des jours et des nuits à lire tous ses livres. Certains ont l’air très anciens.»

C’était vraiment la caverne d’Ali Baba pour lui. Il s’imaginait déjà tous les secrets étranges que ses livres pouvaient renfermer, tel que des secrets pour fabriquer des élixirs d’enchantement et de charme. Il était presque hypnotisé par tout le mysticisme de l’endroit, en réalisant après coup qu’il avait oublié de répondre à la question posée.

« Je veux bien un chocolat. Mais je dois vous prévenir que je ne dois pas rester très longtemps sinon mon frère va s’inquiéter. Et normalement je ne devrais pas être sorti si longtemps car je suis de repos, en convalescence. Ici, c’est un endroit…..vraiment….magique…»

Tout en parlant, Jeffrey prenait conscience qu’il n’avait pas tenu sa promesse envers Raphaël en utilisant ses pouvoirs. Certes, c’était un cas de force de majeure. Mais il le tiendrait parfaitement au courant de cette mésaventure. Tant pis pour le musée !

« C’est votre quartier général de légionnaire ? J’ai cru qu’on allait à la grande tour. Mais je préfère mille fois cet endroit. Je n'imagine même pas tout le savoir que doivent renfermer ces livres et encore bien d'autres que je ne vois. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 13 Déc 2020 - 17:06 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Alma accueillit Jeffrey d’un sourire, sans se soucier de savoir d’où le sortait Rafa. Sous ses airs de perdu, l’espagnol était plutôt bon juge de caractère. Surtout, s’il avait été dangereux, d’une quelconque manière, l’adolescent n’aurait jamais pu entrer dans la boutique. Or, il était entré sans aucun problème.

Je vais voir ce que je peux te trouver”.

Un peu perdu dans ses pensées, Rafa releva la tête pour voir la magicienne s’éloigner et son cerveau termina de décrypter la remarque de l’adolescent à ses côtés. Ca lui arrivait souvent, que son cerveau entende quelque chose mais que comme il pensait à autre chose, il ait besoin d’une ou deux minutes pour que ça monte.

Oh. Oui. Enfin, y en a des plus vieux dans la bibliothèque”.

En réalité, sous leurs airs anciens et mystiques, la plupart des livres vendus côté boutique étaient plutôt communs pour un magicien. Les ouvrages les plus précieux n’étaient pas en vente, ils servaient aux membres de l’Ordre, dans leurs recherches, pour préparer leurs missions.

Ah, oui, bien sûr. Je… je demanderais à Alma si elle a de quoi te payer un taxi, si tu veux. Et tu peux aussi appeler ton frère”.

A ce stade, Rafa ne s’était pas vraiment demandé si le frère en question était plus ou moins jeune que l’adolescent qui l’accompagnait. Au fond, ça ne changeait pas grand chose. Il préféra l’emmener avec lui jusque dans la cuisine - une pièce donnant l’impression de sortir tout droit d’un catalogue des années cinquante ou soixante avec sa table et ses chaises en formica et son vieux frigo - et s’attela à la préparation d’un chocolat. Chez lui, les placards se seraient ouverts tous seuls pour lui dire où chercher quoi. Là, il dût tous les faire avant de mettre la main sur une tasse, du cacao et du lait.

Hum? Oh, non, c’est… C’est celui d’un ordre magique auquel j’appartiens. Plus ou moins”.

Son rapport avec l’Ordre était pour le moins euh… compliqué. Il en était à un stade où il faisait tout juste la paix avec l’idée d’être possédé par l’Esprit de Lumière tout en ayant encore dans l’idée de s’exorciser. Il avait réussi plusieurs fois à méditer jusqu’à pouvoir entrer en contact avec lui - une expérience plutôt bizarre, et ça en disait long venant de quelqu’un qui baignait dans la magie depuis tout petit - mais sans réussir à le convaincre de se choisir un autre hôte. En attendant, il n’arrivait pas à juste ignorer les problèmes que devaient gérer l’Ordre, alors il aidait comme il pouvait. A ce stade, lui-même était prêt à admettre qu’il devait être un genre de membres honoraires.

Vu la tête de la bestiole, ils seront plus aptes à m’aider pour l’identifier. Une fois que ça sera fait… je suppose que j’aviserais avec la Légion”.

Il allait faire un rapport, tout ça. Pas un exercice qu’il appréciait particulièrement, expliquer des trucs. Surtout à l’écrit. La première fois, ça lui avait pris des jours, parce que ses idées étaient sorties d’une manière très brouillonne.

Il glissa la tasse dans un micro-ondes étonnamment moderne, en comparaison du reste, et pressa quelques boutons pour le mettre en route. L’appareil se mit à ronronner tranquillement et Rafa en profita pour retirer son armure. Il eut besoin d’une simple pression sur sa nuque, là où il avait posé le tatouage, et d’une incantation qu’il murmura pour lui-même pour que les écailles commencent à se désolidariser et à se ranger dans le tatouage. Il ferait la maintenance plus tard.

C’est pas… Enfin y a des endroits avec beaucoup plus de livres. Je dis pas ça pour dénigrer le Comptoir, plutôt dans le sens.. Qu’il y a des bibliothèques magiques beaucoup plus impressionnantes”.

Le pas d’Alma remontait tranquillement le couloir et elle se présenta à la porte quelques secondes plus tard avec une paire de tennis en toile à enfiler dans les mains. Le genre qu’on mettait pour faire du sport dans un gymnase. Ou, en l'occurrence, que les membres de l’Ordre enfilaient pour s’entraîner.

Je pense qu’elles seront à ta taille. Je vais m’occuper d’identifier cette créature. N’hésitez pas si vous avez besoin de quoi que ce soit”.

Rafa hocha la tête et sursauta presque quand le micro-ondes tinta. Il l’avait brièvement oublié, presque bercé par le ronronnement de l’appareil. Il termina la préparation de la tasse et la déposa, encore fumante, devant Jeffrey.

Voilà. Fais attention, c’est peut-être un peu chaud”.

Difficile à dire. Lui-même était immunisé à la chaleur depuis qu’il était possédé et ça donnait parfois lieu à des quasi catastrophes quand il faisait à manger.
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 13 Déc 2020 - 19:27 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rafa n’était pas le seul à avoir la tête parfois ailleurs. Celle de Jeffrey l’était également, un peu comme un enfant dans un immense magasin de jouets, sauf que là les jouets pour lui c’étaient les livres et le côté décalé et magique de l’endroit. En rentrant dans la cuisine, il eut l’impression de faire un voyage dans le passé. Cela ne lui déplaisait pas d’ailleurs. Il aimait les choses anciennes et empreintes d’histoire.

« Ne vous en faîtes pas pour le taxi. J’ai de quoi me l’offrir. Et j’ai mon téléphone portable pour appeler mon frère. Il va justement me poser milles questions quand je vais rentrer pour savoir ce que je tramais pendant cette longue absence. En fait, normalement, je suis en convalescence, en repos forcé. Rien de grave et de contagieux. Je vous rassure. Juste des problèmes de sommeil. Et ça va beaucoup mieux. Aujourd’hui j’avais décidé de me dégourdir un peu les jambes et de m’oxygéner. Donc pour revenir à mon frère, je vais avoir le droit à un petit interrogatoire en bon uniforme. Mais bon c’est tout de même le plus grand !»

Jeffrey fit les gros yeux en voyant l’armure du magicien disparaître sous ses yeux. La magie ne semblait avoir aucune limite.

« Oui j’imagine bien qu’il existe des bibliothèques beaucoup plus grandes. Certains doivent avoir de nombreux mystères. Par exemple, il ne me semble qu’il n’ait été trouvé aucune trace matérielle de la bibliothèque d'Alexandrie. Les historiens ont formulé plein d’hypothèses de destruction par la guerre ou par des séismes mais aucun d’entre eux n’a envisagé qu’un magicien puissant l’ait camouflé par un sort. Je délire peut être mais je trouve cela beau de le rêver. »

Jeffrey offrit un large sourire à Alma, de retour avec une paire de chaussures de tennis en toile. Elle était très bien à son goût. Il les enfila rapidement car avoir les orteils à l’air ce n’était pas très convenable.

« Merci madame Alma. Elles me vont comme un gant »

Trop tard pour l’avertissement de la chaleur. Jeffrey, toujours trop rapide, posa ses mains sur sa tasse de chocolat chaud pour les retirer aussitôt. Effectivement c’était très chaud, voir bouillant. Il souffla sur ses mains rougies par une petite brûlure mais rien de bien méchant.
Il attendrait donc que son chocolat soit nettement moins chaud pour y tremper les lèvres. Si Jason avait été là, il aurait fait la grosse moue qu’on lui serve un chocolat chauffé aux micro-ondes, en criant au sacrilège. Cette image lui fit décrocher un sourire.

« C’était quoi la créature que vous avez affrontée ? Une sorte de démon ou un extraterrestre ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Lun 14 Déc 2020 - 16:41 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rafa hocha la tête quand l’adolescent se chargea de le rassurer sur la question du taxi ou du téléphone. L’espagnol n’avait pas une once de méchanceté en lui, au point qu’il avait même du mal à imaginer que ses actions puissent être mal interprétées. Par exemple, il ne s’était pas dit “Je vais lui proposer un taxi et un appel pour qu’il soit bien rassuré que je l’enlève pas”, c’était juste que ça lui paraissait tout à fait normal d’agir comme ça. Quand bien même, sa réputation de Légionnaire - celle qu’il n’avait pas tellement conscience d’avoir - aurait suffi à rassurer n’importe qui. 

Ah. Possible? Fin en soi, ça serait pas très compliqué à faire…” réfléchit le magicien à voix haute. Comme pour l’histoire des baskets magiques pour faire courir sans s’user, son cerveau réfléchissait déjà à la façon dont lui s’y serait pris pour arriver à ce résultat. “Et il y avait pas mal de magiciens en Egypte à cette époque”. 

Magiciens qui, finalement, n’avaient peut-être été que des mutants. C’était difficile à dire, en fait. La science n’avait pu expliquer que récemment les mutations et, pendant des siècles, ça avait été considéré comme de la magie. 

Hum… à défaut d’un meilleur mot, je dirais que c’était un démon? Quoique je saurais pas te dire ce que c’est dans le détail. Alma est plus douée que moi pour les identifier”. 

En partie parce qu’il était plutôt débutant pour tout ce qui concernait la magie et les créatures ophidiennes, en partie parce qu’il avait tellement freiné des quatre fers avec cette histoire de possession et d’Esprit qu’il ne s’y était pas intéressé autant qu’il aurait dû. Les choses changeaient, lentement. Disons qu’il avait grapillé des trucs par-ci par-là à force d’y être confronté quoi. 

Le terme de démon conviendrait le mieux” se permit d’intervenir Alma. “Même si ce n’est pas entendu au sens judéo-chrétien du terme. C’est… disons une créature corrompue par une magie dangereuse”. 

Elle ne poussa pas plus loin les explications et c’était probablement raisonnable. Disons que Jeffrey était encore jeune et que Rafa ne voyait pas bien l’intérêt de lui expliquer, dans le détail, la magie ophidienne, sa corruption, ses effets. Que, des siècles en arrière, cette créature vaguement humaine avait peut-être été humaine. Qu’elle devait peut-être sa transformation à ses propres choix, ou peut-être qu’elle avait été sacrifiée. Difficile à dire. 

Dans les faits, elles n’ont pas vraiment de noms à part ceux que nous, nous leur donnons. Celle-ci appartient à… disons… une espèce familière. Elle a reçu une désignation latine depuis longtemps. Dans le langage courant, on l’appelle un Griffé. relativement commun pour une créature ophidienne. Toujours dangereuse, bien sûr”. 

Pour les griffes. Oui, logique. Rafa hocha la tête mais jeta quand même un regard vaguement inquiet vers Alma. Disons que, encore une fois, Jeffrey était un gamin. Autant ne pas le traumatiser en lui révélant tout ce qui se cachait dans l’ombre de cette ville. Il avait sans doute bien assez à gérer avec les invasions aliens sans rajouter des monstres. 

T’en… inquiète pas trop. Je veux dire… On s’en occupe”. 

Fallait peut-être qu’il bosse ses discours rassurants, non? 
 
Revenir en haut Aller en bas

Lun 14 Déc 2020 - 20:40 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les yeux de Jeffrey fixaient la fumée de son chocolat chaud, encore bien trop chaud pour être bu. Comme l’élève studieux qu’il est au lycée, il écouta avec attention les explications données sur la créature sombre et étrange qu’ils avaient affrontée. Il apprécia qu’elles étaient assez limitées et imprécises mais suffisantes pour l’inquiéter. Jeffrey était devenu un bileux depuis la mort de ses parents. Il se sentait investi le rôle de grand protecteur envers son petit frère Jason. Dans sa liste de dangers potentiels, il y avait en tête les extraterrestres. Maintenant il pourrait y ajouter ces choses au nom de Griffé, espèce ophidienne. Pour être sûr d’avoir bien compris, il reformula à sa façon ce qu’il avait entendu.

« Donc il y aurait la magie blanche en fait la magie des lumières pour contrer la magie noire, en fait la magie des ombres et ténébreuses. Cette magie des ombres aurait le pouvoir de pervertir des créatures comme des maladies ou des parasites, c’est bien cela ? »

Son chocolat fumait moins, signe qu’il avait probablement suffisamment refroidi pour être touché. Ses lèvres en burent une petite gorgée. Ce n’était pas le meilleur chocolat au monde mais il y avait toujours ce petit plaisir de rémission à l’enfance à le boire.

« C’est en effet peu rassurant de se savoir menacer par de telles créatures. Je suis toujours admiratif de gens tels que vous qui dévouent leur vie pour le bien et la protection de nos vies et de nos âmes. Je vous remercie encore chaleureusement. Je ne sais pas quel parcours et cheminement vous avez dû traverser pour devenir le magicien ce que vous êtes mais j’imagine que cela n’a pas été simple et peut être qu’il y a eu des sacrifices. »

Le questionnement de Jeffrey était loin d’être neutre. Il était arrivé à un âge à se poser des questions existentielles sur son avenir. Et avoir un témoignage pouvait être intéressant pour se forger un avis.

« Vous avez pu constater que j’ai un pouvoir dont l’origine m’est inconnue. Mais l’important n’est pas là. En effet qu’importe d’où ça vient. La question c’est de se savoir ce que je vais en faire. C’est pour cela que je vous ai posé ces questions. Je m’interroge de la responsabilité qu’impliquent mes pouvoirs. Et un retour d’expériences comme le vôtre est toujours intéressant. Après bien sûr je peux comprendre que c’est un peu trop indiscret comme questions. »

Jeffrey ne voulait pas se montrer grossier ou ouvertement trop curieux. Il appréciait déjà la chance d’être dans cet endroit magique. Et il garderait cela secret.

Il avait encore oublié la moustache chocolatée que pouvait lui laisser cette boisson chaude.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mar 15 Déc 2020 - 14:04 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le visage d’Alma se plissa en une grimace, celui de Rafa resta plus neutre, même s’il fronça l’espace entre ses sourcils sans s’en rendre compte. La plupart des magiciens n’aimait pas particulièrement cette dichotomie entre magie blanche et magie noire, principalement parce qu’elle ne voulait pas dire grand chose. La magie était une science bien plus complexe que cela.

La magie des ombres pervertit. Entre autre” nuança Rafa. Là aussi, c’était plus compliqué. La magie ophidienne, pour ne citer qu’elle, allait de la corruption d’un corps à des sortilèges offensifs utilisant des ombres… Bref, il y avait un paquet de trucs. “Mais on euh… ne parle pas vraiment de magie blanche ou noire pour parler de magie de lumière ou d’ombre. Ou d’autres choses. La magie c’est euh… un outil, je dirais? Même un sortilège qu’on peut considérer comme bénéfique peut être utilisé à mauvais escient, alors ça a pas trop de sens de faire cette séparation. C’est très…” Il moulina l’air de la main. Dans sa tête, l’idée à exprimer était très clair, mais il ne savait plus trop par quel bout prendre ses mots pour terminer la phrase qu’il avait commencé. Le problème étant qu’il l’avait sans doute mal commencé. “C’est une idée qui vient beaucoup de la fiction, pour tout dire. Plus que de la pratique”.

Les joues de Rafa prirent une teinte plus soutenue et il marmonna un très vague “Euh bin de rien” en réponse aux remerciements de l’adolescent. Plus par politesse que parce qu’il pensait véritablement faire quelque chose d’extraordinaire. Il avait le pouvoir d’aider, il aidait, c’était aussi simple que ça. Comme souvent, quand il ne savait plus où se mettre, il se gratta la joue, toussota aussi. Autant de petites attitudes destinées à lui donner deux ou trois secondes de répit avant de devoir se remettre à parler.

En plus, il ne lui posait pas des questions faciles. Rafa n’avait jamais trop réfléchi en termes de responsabilité. Pas consciemment, en tout cas? S’il avait creusé un peu ses motivations, il aurait sans doute trouvé des idées comme “Bin je lutte contre les trucs ophidiens parce que je suis supposé le faire depuis que je suis possédé par l’Esprit et que l’idée de laisser les gens se démerder me dérange”, ce qui ressemblait quand même beaucoup à de la responsabilité.

A ce stade, le magicien appuya son bassin contre un meuble, les jambes étendues devant lui, les bras croisés sur son torse, le visage plissé dans la réflexion.

T’es un métahumain. Ton… ton aura est orange” précisa Rafa, en se rappelant que l’affirmation sortait probablement de nul part à moins qu’il n’explique un peu. “Je vois les auras et les métahumains ont une aura orange. Sinon bin...”. Il s’arrêta de parler, rien qu’une seconde. Histoire de remettre ses idées en place. Il décroisa aussi ses jambes, mais les recroisa en fait aussitôt dans l’autre sens. “Je dirais que t’es pas obligé à quoi que ce soit. Ton premier devoir est… envers toi-même. C’est… une vie dangereuse, t’es encore jeune. Je dirais que t’as pas à te décider là, maintenant, d’entrer dans la Légion ou de jouer les justiciers. Ça veut pas dire que c’est pas une bonne idée d’apprendre à contrôler tes pouvoirs, parce que ça peut toujours servir. Disons que… entre ne pas les utiliser du tout et courir dans toute la ville au devant du danger pour sauver des gens… y a des entre-deux. Sauver des chats dans les arbres ou… Aider quelqu’un à traverser, je sais pas. En fait, ce que j’essaie de te dire… C’est que si tu as envie de te lancer dans ce genre de trucs… Tu finiras par le faire presque sans t’en rendre compte? Dans le sens où… Bin tu resteras pas inactif si tu vois quelqu’un dans le besoin. Si... ça a du sens, ce que j'te dis”.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mar 15 Déc 2020 - 15:55 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jeffrey appréciait cette conversation autour de son bol de chocolat, maintenant à moitié vide. Même si Rafa avait quelques tics étranges, il prenait son temps de discuter avec lui, sur des sujets mêmes plutôt complexes. Et après tout c’était un magicien et donc normal qu’il soit parfois un peu étrange.

« Je comprends. C’est très clair. Vous pourriez être un excellent professeur de magie. Donc si je résume la magie est un matériau et selon son utilisateur il peut fabriquer de belles ou de mauvaises choses. En fait c’est comme tout pouvoir. »

La suite de la conversation lui fit élargir un énorme sourire sur le visage. Il était également content d’apprendre une information sur les sources de son pouvoir. Et il n’avait aucune raison de remettre en cause ses dires ou ses compétences.

« Je pensais que c’était le dieu Hermès qui m’avait donné mes pouvoirs. Après il a peut-être aussi le pouvoir de modifier le code génétique d’un être humain pour le faire devenir un métahumain. Et sinon existe-t-il une couleur pour les Bétahumain comme mon frère ?»

Si Jason l’avait entendu, il serait parti en mode bouderie pour on ne sait jusqu’à quand. Concernant l’origine de ses pouvoirs, cela ne changerait en tout cas en rien la forte croyance qu’il avait envers le dieu Hermès. Et puis l’idée que c’était Hermès qui l’avait fait devenir un métahumain tenait bien la route. De toute façon, même sans pouvoir, cela n’aurait rien changé avec l’attachement qu’il a avec ce dieu.

« J’espère que ce pouvoir sur les auras n’est pas accessible à de nombreuses personnes car j’imagine comment certains esprits mal intentionnés pour l’utiliser »

Jeffrey pensait par exemple à ceux qui voudraient éliminer les métahumains ou bien les faire chanter ou leur exercer une pression pour qu’ils soient leurs esclaves.

« Tout le monde peut apprendre à faire de la magie. Moi par exemple le pourrai-je si l’envie m’en prenait et bien sûr avec la condition de trouver un bon professeur? Après, je suis peut-être trop béta pour cela. »

Là Jason aurait applaudi des deux mains cette autocritique. Jeffrey posait la question par curiosité. Il fallait toujours se préparer à toutes les éventualités et possibilités.
D’une seule traite, il termina son chocolat devenu presque tiède. Ses jambes se croisèrent. Il avait du mal à rester statique sur sa chaise.

« Ça ne vous dérangerait pas de me montrer les toilettes ? »

Jeffrey se demandait si les toilettes allaient être magiques. Mais ce deuxième chocolat en à peine deux heures lui avait rempli la vessie et il devenait urgent maintenant de la vider !
 
Revenir en haut Aller en bas

Mer 16 Déc 2020 - 13:26 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ah. Euh… merci? Enfin en fait… je suis pas très bon pour expliquer, généralement”.

Disons plutôt qu’il avait du mal à s’exprimer clairement, qu’il avait toujours l’impression qu’entre la pensée qu’il avait et les explications qu’il donnait à voix haute, quelque chose s’était perdue. Les mots n’étaient pas assez précis, ce genre de trucs, mais ce n’était pas comme s’il en avait d’autres à sa disposition. Alors, forcément, ça se ressentait dans sa façon de parler.

De fait, Jeffrey lui prouvait - comme Noélie, qui comprenait toujours où il voulait en venir, comme des tas de gens, en fait - qu’il était plus pédagogue, à sa façon un peu décousue. Après tout, l’adolescent avait compris ce qu’il lui racontait.

En gros? Après, bon… évidemment, c’est plus compliqué de faire le bien avec un sortilège qui implique des trucs pas sympathiques”.

Au choix, des âmes humaines, des sacrifices, tout ça. Enfin, fondamentalement, l’idée, c’était qu’on pouvait faire du mal avec un sortilège a priori bénéfique, mais qu’on pouvait difficilement faire le bien avec un sortilège aux effets plus délétères. Vu qu’on commençait par faire du mal, tout ça.

Euuuuh… là, je saurais pas dire? Enfin j’crois pas qu’il… pourrait?

Pour tout dire… il n’en savait rien? C’était un dieu. Peut-être que c’était possible? A la limite, il pourrait lui poser la question s’il le recroisait. Et s’il n’oubliait pas la question entretemps. Il était plus que probable qu’il oublie, entretemps.

En fait, il avait déjà oublié la question parce que Jeffrey avait fait une remarque que Rafa n’avait pas compris tout de suite. Pour sa défense, l’anglais n’était pas sa langue première et la plaisanterie jouait sur les mots, ce qui n’était pas les trucs les plus faciles à repérer. Alors oui, il eut quelques secondes de latence avant de lâcher un “oooh” de réalisation.

Oui, oui, je vois la… la blague. Euh… non. Enfin s’il est… métahumain aussi, il sera de la même couleur, mais sinon… c’est juste une couleur de gens normal”.

En l'occurrence, les gens dénués de capacités, qu’elles soient magiques ou mutantes, avaient des auras toutes en nuance de gris pour le magicien.

Je saurais pas dire. Je les vois depuis toujours, mais c’est pas une capacité commune au naturel. Après… C’est toujours possible d’enchanter des lunettes pour les voir”.

En fait, Rafa, beaucoup trop gentil pour son bien, n’avait jamais imaginé que la lecture des auras puisse être utilisée avec des buts clairement néfastes. Il l’avait toujours considérée comme une capacité plutôt neutre, voire… normale? Enfin lui voyait le monde comme ça depuis tout petit, alors il le considérait comme normal. Le truc… c’était qu’il ne voyait pas bien ce qu’il pouvait faire pour empêcher ça. Si quelqu’un voulait fabriquer des lunettes pour voir des auras et faire chanter des métahumains… il ne pouvait pas le prévenir. L’arrêter, le cas échéant, mais pas plus.

“Oui, je suppose. C’est beaucoup de travail… Souvent, il faut maîtriser le latin ou le grec parce qu’il y a beaucoup d’écrits dans cette langue, pas forcément traduits. Après, tout dépend de la branche de la magie. Y en a des plus accessibles que d’autres et puis des facilités naturelles des gens”.

Heureusement que Jeffrey demandait ça par curiosité parce que si ça avait été une perche tendue, Rafa l’aurait complètement loupé. Il n’avait jamais véritablement envisagé de prendre des élèves. Il y avait bien Marisol, mais c’était pas pareil. Elle avait son âge, ils étaient amis. Et puis les gens de sa famille non plus, c’était pas pareil. C’était des cousins ou des neveux, il leur apprenait comme on lui avait appris à lui, quand il avait leur âge.

Alma, beaucoup plus sensible à ce genre de sous-entendus, resta silencieuse, quoiqu’elle souriait pour elle-même. La magicienne avait entrepris de laver le peu de vaisselle dans l’évier, restes des repas des membres de l’Ordre qui étaient passés par là.

Tout de suite à gauche, troisième porte sur la droite, pour le vestiaire des hommes. Les toilettes sont au fond”.

Et propre. Les magiciens de l’Ordre vivaient en communauté depuis assez longtemps pour que le ménage ne soit pas un problème. Encore moins quand on pouvait enchanter balai et éponge pour nettoyer derrière soi.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mer 16 Déc 2020 - 18:43 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le jeune homme remercia Alma tout en registrant bien dans sa tête l’information de la direction indiquée des toilettes car il ne faudrait pas se tromper de portes et d’éviter ainsi de se retrouver dans une autre dimension ou face un dragon. L’imagination de Jeffrey était très fertile en la matière. Il revint au bout de quelques minutes à la cuisine, un peu confus par cette obligation naturelle à satisfaire.

« Pardonnez-moi …alors vous disiez qu’il faut avoir des connaissances en langues, notamment en latin et en grec. Moi je me débrouille pas mal dans ses matières à l’école. Je suis passionné par la Grecque Antique. Ma mère a fait un doctorat sur le sujet pour occuper ensuite la place de professeur d’histoire. Hélas elle n’est plus de ce monde… »

Il porta son bol de chocolat à sa bouche alors qu’il était totalement vide. Voyant cette ineptie, il le reposa. Cela avait été un réflexe défensif. La mort de ses parents n’était plus un sujet tabou mais restait douloureux à évoquer.

« Cet endroit fait-il aussi office d’école de magie ? Et si oui comment on peut l’intégrer ? Il y a des épreuves à passer ? Un concours ? »

Toutes ses questions montraient un intérêt grandissant au sujet de la magie par le jeune homme. De nouvelles perspectives s’ouvraient à lui.

« Je pose beaucoup de questions et du coup paraître mal élevé avec autant de curiosité...»

Il afficha un grand sourire d’excuses, ce genre de sourire qu’à l’époque où ses parents étaient encore vivants ils pouvaient craquer et lui pardonner certaines bêtises.

« Je ne voudrais pas abuser de votre temps et de votre hospitalité. »

Jeffrey se leva pour se mettre debout derrière la chaise, les deux mains posés dessus. Il était sur le départ mais peut-être qu’il obtiendrait tout de même réponses à ses questions ?

« Et par hasard, vous n’auriez pas besoin d’un jeune homme comme moi pour vous aider dans certaines tâches de temps en temps ? Je suis un jeune homme sérieux, appliqué et rigoureux. »

Qui ne tente rien n’a rien. Jeffrey recherchait des petits boulots pour apprendre et avoir des expériences. A l’origine, c’était aussi pour se faire un peu d’argent de poches même si son bienfaiteur Raphaël Mercury était généreux et comblait leurs principaux besoins. Mais là être au contact avec un magicien et de tout ce savoir ça serait plutôt un énorme privilège.

« Je ne vous demanderai même pas d’argent. Juste peut être quelques livres que vous pourriez me laisser lire… »
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 17 Déc 2020 - 14:33 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rafa se redressa dès le départ de Jeffrey pour les toilettes, en partie pour étirer un peu ses muscles - il avait toujours des courbatures après une mission - en partie pour bouger un peu. A défaut de voir Alma, il sentit son regard peser sur elle.

Tu vas bien?
-Ouai, juste… courbaturé, ça va. L’armure a tout pris”.

Et il ne disait pas ça pour la rassurer. La créature ne l’avait pas blessée. Elle avait fait quelques rayures sur son armure, pas plus. Il aurait quelques bleus, les muscles engourdis, mais pas plus.

Et Léo?
-Je l’ai soigné au maximum avant qu’il ne soit emmené à l’hôpital, ils le gardent surtout par précaution”.

Alma hocha la tête. Rafa ne la voyait pas froncer les sourcils, mais son aura s’était colorée pour montrer son inquiétude. Une émotion compréhensible. Léo et elle étaient amis. Enfin quelque chose lui disait aussi que la bestiole n’aurait pas dû se trouver là, mais les bestioles ophidiennes n’étaient jamais supposées se trouver là.

Les deux magiciens se tournèrent presque d’un même mouvement vers Jeffrey quand l’adolescent revint dans la cuisine après son passage aux toilettes, les restes de cette conversation tombant pour l’instant aux oubliettes. Disons que l’un et l’autre estimaient, sans avoir besoin d’un référer à l’autre, que ce n’était pas le genre de détail que l’adolescent avait besoin d’entendre.

Oh. Euh… désolé de l’apprendre”.

Rafa glissa un regard vers Alma, juste… au cas où? Il n’était pas très bon pour gérer ce genre de situation. Avec ses proches, ça allait, mais là, il ne connaissait pas du tout le jeune homme alors il ne savait pas trop quoi dire de plus. Comme Alma ne le reprit pas, il supposa qu’il n’avait pas commis d’impair.

Oh, euh… non, c’est pas une école”. Rafa réalisa qu’il avait répondu d’emblée mais qu’en fait… il n’était même pas sûr? Ses liens avec l’Ordre étaient compliqués. Ils voulaient qu’il prenne sa place comme Porteur, lui ne rêvait que de s’exorciser pour que l’Esprit aille posséder quelqu’un de plus méritant. “... on fait pas ça hein?
-Non, nous ne sommes pas une école. Certains d’entre nous prennent parfois des apprentis mais c’est une décision personnelle”.

Rafa confirma de quelques mouvements de menton. En fait, les écoles de magie étaient relativement rares. Ce qu’il avait connu de plus approchant, c’était le domaine de ses parents, qui formaient les plus jeunes dans des classes parce qu’ils étaient une grande famille et qui acceptaient des apprentis venus d’ailleurs. Sinon… c’était beaucoup par autodidacte ou une relation de maître-élève.

Huuuum…
-Nous allons devoir y réfléchir, en parler avec notre Administratrice. La magie de la lumière est… particulière, tu trouverais peut-être plus ton bonheur dans d’autres branches de la magie”.

Une manière polie, pour la magicienne, de l’éloigner de l’Ordre. Non pas qu’elle remettait en question les qualités du jeune homme… plutôt qu’elle savait ce qu’ils affrontaient au quotidien.

Si… ça t’intéresse, tu peux toujours commencer par lire des bouquins de base? Fin… y en a des bons qui présentent les différentes branches, qui expliquent la théorie de certains sortilèges ou enchantements basiques…
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 17 Déc 2020 - 20:16 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le visage du jeune homme prit une teinte un peu rosacée, signe de sa confusion. Il se devait maintenant de clarifier sa demande car ses questions avaient suscité en toute logique certaines réactions. Il les comprenait tout à fait d’ailleurs.

« Pardon, je suis surtout très curieux de tous ces livres qui pourraient être à ma disposition. Je suis passionné par la lecture, l’histoire et notamment la Grecque Antique. Apprendre la magie serait un bonus si jamais je pouvais apprendre quelques petits tours mais je pensais plutôt à servir d’aide et d’assistance, comme un petit boulot. Cela pourrait consister en faire de l’archivage, du classement, du nettoyage, porter des messages. J’aime bien l’ambiance qui règne ici et ce que vous faîtes pour l’intérêt général. Cela serait pour moi une bonne expérience. L’apprentissage serait un plus mais nullement obligatoire. Ce n’est pas mon but recherché. Et puis j’en suis peut être complètement incapable ».

Jeffrey ne voulait surtout pas s’imposer. Mais s’il devait travailler quelque part, ce genre d’environnement lui plairait beaucoup. Alors pour une fois il avait tenté sa chance ! Il n’ y a qu’en osant qu’on peut obtenir quelque chose.

« Je peux vous laisser mon numéro de portable si jamais cela vous intéresse. Vous pourrez ainsi réfléchir à ma proposition en prenant votre temps. Et puis si c’est négatif, je comprendrais tout à fait que cela ne soit pas possible. Car après tout je suis presqu’un inconnu. En tout cas, Alma et Rafa, je vous remercie pour votre chocolat chaud et pour les chaussures. Je n’aurai pas à me promener les orteils à l’air. Je vais appeler un taxi et rentrer chez moi avant que mon frère ne commence à trop s’inquiéter. Je devrais ainsi vite rentrer. Encore un grand merci. J’ai été très honoré de faire votre connaissance et peut être au plaisir de se revoir peut être pour ma demande ou pour toutes autres raisons. On ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve après tout. »

Jeffrey leur laissa son numéro de téléphone. Son portable en main, il était prêt à appeler son taxi en attendant un dernier au revoir. Oui, le temps avait filé à très grande vitesse. Jason devait s’impatienter comme jamais. Il était capable d’appeler leur tuteur ou Raphaël pour leur signaler son infraction au repos imposé. Il en entendrait parler encore des jours. Et son petit filou de frangin pourrait aussi s’en servir comme excuses pour commettre une nouvelle bêtise dont lui seul a le secret...
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 18 Déc 2020 - 14:31 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rafa se gratta l’arrière du crâne. Lui n’était pas trop porté sur le côté “avoir un élève”, en partie parce qu’il considérait qu’il avait déjà du mal à se gérer lui-même. Là, tout de suite, quand il réfléchissait à ce que lui disait Jeff, il se disait “Mais qu’est-ce que je ferais faire à un gamin comme lui s’il était mon stagiaire?” Sur le coup, il aurait très probablement trouvé à l’occuper hein. Probablement à grands renforts de “Alors euh tu pourrais peut-être euuuuh”.

Euh… je sais vraiment pas si… on devrait vraiment en parler avec Judith. Je pense”.

Judith, l’administratrice du Comptoir. La boss quoi. Rafa avait même eu un coup d’oeil pour Alma, qui confirma d’un mouvement de menton. La magicienne était un peu plus au fait que son collègue de ce qui se passait ici. Certes, côté boutique, l’endroit était parfaitement inoffensif. Côté comptoir, en revanche… disons que la créature que Rafa avait géré ce soir n’était pas la pire chose qu’ils avaient vu passer.

Bien sûr. Je te ferais savoir notre réponse rapidement”.

Rafa se redressa à son tour - toujours dans l’optique de ne pas rester en place parce qu’il sentait que ses muscles allaient se figer dans leur position actuelle sinon - et patienta le temps que l’adolescent appelle un taxi. Il le raccompagna même jusqu’à l’entrée et s’assura qu’il monte bien dans un taxi avant de retourner à l’intérieur. Juste… au cas où quoi. Ca restait quand même un gamin. Encore un peu, et il aurait poussé le vice sans hésiter jusqu’à suivre le véhicule jusqu’à chez lui, histoire de s’assurer qu’il rentrerait sain et sauf.

Il l’aurait sans doute fait s’il avait été encore plus jeune. A la place, il retourna à l’intérieur, verrouilla la porte de la boutique derrière lui. Ses épaules commençaient à lui faire mal à chaque mouvement. Logique, vu qu’il avait porté le Griffé, en plus de s’être battu avec lui. Il grimaça, dans la pénombre, tout en essayant d’assouplir tout ça. Alma le trouva entre deux rayons, occupé à essayer de détendre ses muscles.

Tu as une minute?
-Hum? Oui?
-J’aimerais qu’on parle du Griffé.
-Oh. Euh… oui. Ok.
-Ca peut attendre si…
-Non, ça va. Vraiment”.

En tout cas, ça irait mieux demain, après une bonne nuit de sommeil. Bon, le sommeil allait apparemment devoir attendre la fin d’une leçon express avec Alma. Pas que ça enchantait Rafa d’en apprendre plus sur les ophidiens, mais il admettait qu’en attendant de pouvoir se débarrasser de l’Esprit, il valait mieux qu’il en sache le maximum sur ses ennemis. En plus, il allait devoir faire un rapport, en parler à la Légion, peut-être à l’UNISON, en plus de la SCPD…. Bref, il n’était peut-être pas couché, en fait.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
What lurks in the shadows - Jeffrey
 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Revenir en haut 
What lurks in the shadows - Jeffrey - Page 2 Forum_6What lurks in the shadows - Jeffrey - Page 2 Forum_8


What lurks in the shadows - Jeffrey - Page 2 Forum_1What lurks in the shadows - Jeffrey - Page 2 Forum_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What lurks in the shadows - Jeffrey - Page 2 Forum_6What lurks in the shadows - Jeffrey - Page 2 Forum_8

Sauter vers:  
Prédéfinis


Scénarios


Postes à pourvoir


Préliens
Nos voisins
      
      
      
      
Le saviez-vous ?