Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Déjeuner en tête à tête - Ft Mike Fallen - Page 2 Bouton_off
AccueilDernières imagesFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Logo de la barre de navigation

Déjeuner en tête à tête - Ft Mike Fallen - Page 2 Forum_1Déjeuner en tête à tête - Ft Mike Fallen - Page 2 Forum_3
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

Déjeuner en tête à tête - Ft Mike Fallen

 
Sam 12 Déc 2020 - 11:52 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Mike venait enfin de retrouver la raison mais pour combien de temps ? Le regard de Jeffrey suivit la chute du couteau au sol et rebondir avec ce son métallique. Il resta interdit et choqué parce qu’il venait de vivre. Sa première pensée était de demander à Mike de foutre le camp d’ici et de ne jamais revenir. Mais il se retint de le dire, écoutant Mike, se confondre avec des excuses à répétition et un semblant d’explication.
Là maintenant, avec la tension qui retombait d’un cran, Jeffrey commença à infléchir sa colère par de la peine pour son camarade. Il comprenait qu’il n’avait pas été maître de son comportement et que c’était maladif. Et là ça change tout.

« Tes excuses sont acceptées. Mike, tu es malade. Là, tu aurais pu me blesser ou te blesser gravement. Il faut absolument que tu ailles consulter un docteur et que tu reprennes ton traitement. Il n’y a pas de honte ou de culpabilité à être malade, même si c’est psychique. Moi aussi je souffre de certains troubles. Et quel ami serai-je si je te repoussais parce que tu es malade ? Un ami ne doit-il pas être encore plus présent pour aider à surmonter les épreuves comme celle de la maladie ? »

Tout en parlant, avec célérité (encore humaine), il ramassa le couteau tombé au sol pour aller le ranger dans la cuisine. Prudence est mère de sûreté. Il en profita pour ouvrir toutes les fenêtres et laisser passer des grands courants d’air. Mike pouvait ainsi mieux respirer. Jeffrey revint avec diligence se positionner devant la porte d’entrée, bloquant ainsi l’accès.

« Mike, je ne peux pas te laisser partir dans cet état. Tu pourrais faire une nouvelle crise et encore plus grave de ce qu’il vient de se passer. Je te laisse trois possibilités. Soit je te raccompagne chez toi. Soit tu appelles tes parents pour qu’il vienne te chercher. Soit tu appelles ton médecin pour qu’il vienne ou que je t’y accompagne. Si je te laisserais repartir comme tel, cela serait de la non-assistance en personne en danger. Et je ne me pardonnerai pas qu’il t’arrive quelque chose. Donc que choisis-tu ? »

Plusieurs choix avaient été donnés à Mike pour qu’il choisisse la version la moins stressante pour lui. Il ne le savait peut être pas mais Jeffrey pouvait se montrer têtu comme une mule. Et là il s’était mis dans la tête qu’il ne laisserait pas partir Mike comme cela. Son regard brillait d’une détermination palpable mais aussi d’une profonde tristesse.

Pour une journée, pour laquelle il était censé se reposer, il y aurait encore des progrès à faire après cet instant d’émotion qu’il venait de vivre. Mais Jeffrey était convaincu d’avoir eu la bonne réaction et attitude. Il découvrait peu à peu ce qu’être un pote. Et il savait que cela serait source d’ennuis car Jeffrey est d’une loyauté et d’une bienveillance sans faille pour ceux qui rentrent dans son cercle d’intimité.

Toutes les cartes étaient maintenant dans les mains de Mike !
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 13 Déc 2020 - 11:26 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Lorsque Jeffrey ouvre la fenêtre je ressens ma respiration revenir peu à peu en profitant de l'air frais qui vient me caresser tendrement le visage. Je me sens revigorer, le bien que ça fait de pouvoir ressentir sa pression artérielle revenir à la normale. A vrai dire, la réaction de Jeff me surprend au plus haut point. J'étais effrayé à l'idée qu'il ne veuille plus me parler après l'esclandre que je venais de lui offrir à cause de mes troubles mentaux. Heureusement, il souhaite toujours rester mon ami, en quelque sorte ça me rassure et me réconforte. Honnêtement, Jeffrey, je l'apprécie énormément, et pourtant j'ai beaucoup de difficulté à apprécier les personnes que je ne connais pas. Je ressens un lien étrange qui commence à se tisser entre nous, j'ai le pressentiment que nous pourrions nous aider mutuellement à traverser certaine difficulté de la vie. De plus, a présent il connaît mon secret, ce secret que je m'efforce de cacher depuis ta mort. Et puis sérieusement, sur le coup j'ai merdé, moi qui pensait être guérit juste car la sensation d'être normal était à son paroxysme quand j'étais avec Jeff, me voila revenue à la case départ. Il est en quelque sorte la raison qui m'a fait arrêter les traitements obligatoires que je suis obligé de suivre quotidiennement. A aucun moment je me suis sentis différent des autres la première fois qu'il m'a adressé la parole, de ce fait, j'ai pensé naïvement que je ne comportais plus aucun trouble mentaux. Tu parles d'un génie, plutôt décevant, n'est-ce pas Chloé ?

J'écoute calmement son discours moralisateur, de la bouche de quelqu'un d'autre cela m'aurait certainement agacé, mais provenant de Jeff, c'est différent. Le fait que tu m'ai conseillé de faire de Highmore un ami me fait voir cette amitié comme un joyau précieux à conserver, et dans les reflets du diamant brut de ce joyau, ton âme vibre, scintille. En quelque sorte, cela me rattache à toi. Je conserve notre lien à travers Jeffrey, je respecte ta volonté, et la promesse que je t'ai faite autrefois. Tu voulais qu'il soit celui qui te succèderai après ton départ, je pense que j'ai accompli ton souhait. Je pense être prêt pour faire acte de présence pour lui en cas de problème, je pense être prêt à découvrir ce qu'est d'être un ami sur qui l'on pourrait compter. C'est aujourd'hui que tout c'est joué, c'est aujourd'hui qu'un lien nouveau et resplendissant a vu le jour, celui de deux âmes brisées et solitaires réunis par le destin.

Et voila la partie que je redoutais le plus qui fait son apparition, avec des mots qui sont aussi effrayant que les hallucinations que je subis depuis ta mort. Il me laisse trois options, et je vois bien dans son regard que celles-ci sont non négociable. Premièrement, me raccompagner jusqu'à chez moi. Deuxièmement, appeler ma mère pour qu'elle vienne me chercher. Troisièmement, appeler le médecin, où s'y rendre en sa compagnie. A vrai dire je ne cherche même pas à contre-argumenter, je reconnais cette étincelle dans le regard, il me fait exactement les mêmes yeux emplis de détermination que tu me faisais autrefois Chloé.

- Je veux bien que tu m'accompagnes jusque chez moi, s'il te plaît. J'ai besoin de marcher un peu.

J'abaisse le regard, et merde, sur le haut de mon t-shirt se trouve une énorme trace de transpiration clairement visible à l'œil nue. Je me sens un peu gêné de sortir avec ça, je veux dire, ça fait vraiment " fou ". Ce n'est pas l'image que je veux véhiculer lorsque l'on marchera dehors.

- Jeff, t'aurais pas un t-shirt à me prêter ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 13 Déc 2020 - 12:31 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Mike avait choisi la solution du raccompagnement. C’était probablement celle que Jeffrey préférait car lui aussi il avait besoin de dégourdir un peu les jambes. Et il ne voyait pas là une infraction à cette semaine de repos imposé. Prendre un l’air et s’oxygéner étaient même en soi recommander. Ce fut un soulagement de constater que son camarade, ami ou pote (c’était encore nouveau pour lui pour trouver le bon qualificatif) ait retrouvé le chemin de la raison.
Un t-shirt à prêter ? Ca s’était une demande facile à accéder et dans sa portée. Il eut toutefois un petit doute sur la sincérité de cette demande, le genre de petite astuce facile pour en profiter pour se barrer une fois qu’il serait parti chercher ce t-shirt.

« Oui bien sûr. Viens, on en a pour quelques secondes à en choisir un. »

Jeffrey l’invita à le suivre, en passant par la porte qui menait dans la partie nuit de l’appartement à travers un petit couloir et deux portes de chaque côté du mur. Il ouvrit la porte de droite, donnant directement dans sa chambre. Les deux posters de joueurs de baseball sur les murs ne laissaient aucun doute qu’il s’agissait bien de la chambre de Jeffrey. Pour une chambre d’adolescent, elle était hyper bien rangée et sobre avec un style assez rustique et anglais. Elle était assez grande avec un beau bureau en bois sur lequel étaient posé un globe terrestre et un cadre avec une photo de famille. Il y avait également un petit tas bien empilé de livres avec au sommet celui de Troïlus et Cressida de l’auteur William Shakespeare. Un bref coup d’œil sur certains ouvrages laissait percevoir un goût très prononcé pour le jeune homme sur la Grecque Antique. Et des livres il n’y en avait partout sur des étagères et sa table de nuit.

Il ouvrit le placard qui faisait face à son lit. Les vêtements y étaient empilés au carré. Il passa en revue la pile avec un doigt pour finalement en choisir un : un t-shirt à col rond uni noir et à manches longues avec un motif de joueur de baseball qui tape une balle.

« Tiens. C’est l’un de mes préférés pour sortir dehors sous ce froid. »

Jeffrey lui laissa quelques instants seuls pour se changer, en profitant pour glisser dans deux Tupperware des parts de pizzas mi chaudes qu’il mit dans son sac à dos. Il pourrait peut-être les manger en route qui sait !
Doudoune bleue et bonnet de la même couleur sur la tête, il était enfin prêt pour sortir. Lorsque Mike fut de retour, il l’accueillit avec un petit sourire. Cela lui faisait drôle de voir quelqu’un avec l’un de ses T-Shirt préférés sur le dos.

« Couvre toi bien, il fait froid dehors d’autant que la nuit est tombée. Au fait, tu habites dans quel quartier ? »

D’un geste de la main, il invita à sortir, après avoir veillé à bien fermer la porte. A force d’habitude, il faillit descendre par l’escalier mais se rétracta car il n’était pas tout seul.

« J'ai pris quelques parts de pizzas si ça te dit de les manger sur le chemin. Et pour les parts qui restent sur la table, tu vas faire un heureux, Jason adore les pizzas.»
 
Revenir en haut Aller en bas

Lun 14 Déc 2020 - 2:48 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Qu'est-ce qu'une illusion ? Il s'agit d'une interprétation fausse de ce que l'on perçois, d'une projection dépourvue de réalité. Lorsque Jeffrey me tend ce t-shirt de Baseball, j'ai sur le coup pensé qu'il s'agirait peut-être d'une autre hallucination. Moi ? Porter ce genre de maillot ? J'ai horreur de ce sport, enfin, j'ai horreur du sport en général, mais avec le Baseball, nous ne sommes pas vraiment ami. En revanche je suis celui de Jeff, donc c'est bien une concession que je peux faire je pense. Mon regard ne peut s'empêcher de s'attarder sur les livres présents dans la chambre de mon camarade. Un sourire se dessine sur mon visage lorsque j'ai entrevu les titres de différents ouvrages que je reconnais du premier coup d'œil. A vrai dire, je commence à être admiratif de la personne que j'apprends à découvrir peu à peu. D'après ce que je constate, c'est quelqu'un qui a l'air de travailler énormément pour cultiver son intelligence. Même si mon quotient intellectuel est supérieur au sien, je fais pâle figure à côté. Moi, je me repose sur mes acquis et les capacités que dame nature à jugée bon de me donner à la naissance, avant ta mort j'ai toujours été très assidu en cours, mais ma chambre est à l'antipode total de ce qu'est celle de Jeffrey. En effet, la mienne comporte un ordinateur de bureau semblant être monté de toute pièce avec deux écrans d'une taille assez mirobolante, des bandes dessinés, divers consoles électroniques des plus anciennes aux plus récentes, et une infinité de jeux-vidéos qui reposaient dans une bibliothèque vitrée. Sans la bibliothèque de l'école dans laquelle je passe le plus clair de temps libre entre deux cours, et tout ces documentaires qu'il m'arrive de regarder à la maison, la culture de Jeff écraserai surement de loin la mienne. Ouais, je réalise que Jeffrey à énormément plus de mérite que moi, s'il venait à me dépasser intellectuellement parlant ce serait en somme tout à fait logique. Il mérite les bonnes appréciations acquises auprès de nos professeurs. Et en plus, contrairement à moi, il est doué en sport, ce qui est un facteur qui a une certaine importance pour rentrer à l'université.

J'attends timidement que Jeff sorte de la pièce pour retirer ce tissu plein de sueur collant et enfiler à la place de maillot si précieux de mon camarade de classe. On peut dire ça change, ce n'est pas du tout le genre de vêtement que je porte habituellement. Mais je suis plutôt heureux de le porter en réalité, par principe, et probablement à cause du symbole que le port de ce t-shirt représente à mes yeux. Lorsqu'il me demande de me couvrir, je reste sur la défensive, je comprends parfaitement la réaction de mon pote, mais actuellement, un feu bouillant brûle en moi.

- Je vais rester en t-shirt. Je remettrai ma veste s'il fait trop froid.

La réponse est assez spontanée, c'est probablement la bouffée de chaleur qui s'exprime. Je le suis durant son parcours à l'extérieur de son domicile, et acquisse simplement lorsqu'il me propose de déguster quelques parts de pizzas sur la route. Des flashs me viennent alors à l'esprit, me faisant revenir en mémoire la manière qu'il avait de déguster la nourriture de la cafétaria où la réaction qu'il avait eu lorsqu'il m'a aperçu avec les pizzas. Je constate donc qu'il aime la nourriture, c'est bon à savoir, je vais retenir ça. Tu m'as toujours dis de retenir ce genre de chose quand je n'avais pas encore d'ami, c'est le moment d'appliquer tes conseils. Lorsqu'il fait mention de son petit frère, un léger sourire, plus sincère cette fois-ci, débarque de nul part sur mon visage un peu perdu suite aux évènements récents survenu dans l'appartement de Jeff.

- Ouais, c'est aussi pour lui que j'ai acheté autant de Pizza. Il a l'air d'être vraiment quelqu'un de bien, et vous semblez très complice tout les deux.

Cette complicité fraternel, c'est la première chose à laquelle je pense lorsque je vois ces deux frangins côte à côte. Ouais, cela me rend un un tant soit peu nostalgique de toi, je dois bien l'admettre. C'est quoi la prochaine étape Chloé ? Montrer de l'intérêt à ce qu'il aime ? M'intéresser à sa vie ? Ca me semble être dans mes cordes.

- Alors comme ça, tu t'intéresses à la Grèce antique ? Désolé, j'ai pas pu m'empêcher de remarquer les livres dans ta chambre.
 
Revenir en haut Aller en bas

Lun 14 Déc 2020 - 22:08 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jeffrey plissa le front légèrement lorsque Mike voulut rester en t-shirt alors que dehors la température approchait les zéro. Mais il ne voulait pas se battre là-dessus. Son camarade s’en rendrait compte par lui-même à moins que lui aussi avait un super pouvoir ? Comme Jeffrey, il se pouvait qu'il cache un tel secret, se laissa formuler comme hypothèse.

La nuit était en effet arrivée alors qu’il devait être à peine 18 heures. Le quartier du centre prenait ainsi une nouvelle vie avec les éclairages festifs des décorations de Noel. Le ciel était également découvert laissant apercevoir une robe scintillante d’étoiles autour d’une lune au trois quart visible.

« Je ne sais toujours pas où on va mais je te suis Mike. Oui c’est gentil pour la pizza. Jason est le seul membre de la famille qui me reste alors on prend soin chacun de l’un et de l’autre. Bon parfois ce n’est pas toujours la fête entre nous. Il trouve que je l’étouffe trop. Ce n’est pas facile de trouver le juste milieu car je veux à la fois le protéger et le laisser libre. Je ne suis également très doué pour parler avec les gens comme tu as pu le constater. Et puis il est à l’âge de faire des bêtises…Et je dois faire le mauvais rôle de père moralisateur de temps en temps. »

La bêtise qui lui vint tout de suite en tête c’était de l’avoir pris la main dans le sac en train de fumer une cigarette. Il toucha du bois car depuis c’était un peu l’accalmie. Peut-être le calme avant la tempête ?
Jeffrey n’avait pas oublié la question sur ses goûts sur la Grecque antique. Il avait attendu d’être dehors, entretenant un peu le suspens. Il ne lui en voulait pas de cette curiosité. Jeffrey aurait sans doute fait de même.

« Je me demande comment tu as pu remarquer que je suis passionné par la Grecque antique. Mais oui tu as tout à fait raison. C’est probablement un héritage familial : une spécialité de ma mère historienne et mon père passionné autant. Moi je trouve c’est une période de l’histoire l’une des plus riches en savoir tels que l’architecture, la philosophie, les mythes, les sciences mathématiques, l’astronomie, les jeux olympiques….C’est à l’origine de tant de choses. Et toi as-tu des passions ? Surement pas le baseball en tout cas, j’ai cru comprendre. »

Jeffrey offrit un sourire sincère. Il n’y avait rien de grave à ne pas aimer le Baseball.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mar 15 Déc 2020 - 1:37 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je l'écoute parler calmement, j'ai complètement oublié de lui donner l'adresse de mon lieu de domicile, il faut dire, mon esprit à du mal à retrouver sa pleine tangibilité, il n'attend qu'une chose, c'est de retrouver sa pleine capacité. La première chose que je ressens en arrivant dehors, c'est un sentiment de vivacité enivrant. J'ai l'impression de revivre et je retrouve peu à peu les repères que j'avais perdu chez Jeffrey. Evidemment, je ressens les effets du froids, cependant après l'énorme chaleur ressentie durant ma crise ce n'est pas quelque chose que je prends négativement. Mon regard se plonge dans les décorations de Noël, je perçois toutes ces lumières festives comme le rappel que cette fête hivernale sera la première que je vivrai sans toi.

- Ouais, ça m'est sorti de la tête. La 40ème avenue, c'est la où j'habite.

Les précisions apportées vis à vis de sa relation avec son frère me font sourire de manière sincère. Je reconnais bien la le rôle délicat d'être le petit frère d'une personne protectrice et aimante. La sensation d'étouffement, l'envie de se rebeller, c'est quelque chose qui doit être assez commun. C'est exactement le genre de choses que tu pourrais dire de moi si tu étais encore en vie Chloé.

- Ouais, enfin, c'est normal j'imagine. Il s'assagira avec le temps. En tout cas, je mettrais ma main à couper qu'au fond de lui, il apprécie beaucoup les couvaisons que tu lui offre. Ce que je veux dire c'est que...

Je marque un temps d'arrêt avant de poursuivre la conclusion de cette phrase. Mon regard s'abaisse vers le sol avec une lueur nostalgique brillant au fond de mes pupilles, avant de se tourner vers Jeffrey.

- Moi j'appréciais beaucoup ces moments-là, même si j'étais trop fier pour l'admettre à l'époque.

En effet, j'avais beaucoup trop de fierté, et ce n'est qu'aujourd'hui que je me rend compte que je chérissais de tout mon être ces instants que tu m'offrais de bon cœur. Quand je l'écoute me parler de la Grèce Antique, je le laisse parler, sans lui couper la parole comme j'ai l'habitude de faire lors de certains débats intellectuels. J'acquiesce, et j'approuve chacun de ces dires en projetant les paroles qu'il me dit dans mon subconscient, rêvassant le temps d'un instant de toutes les richesses de la Grèce Antique. Sa géopolitique, ces paysages, sa culture, il y avait de quoi en laisser plus d'un rêveur en effet. Je reprends mes esprits rapidement lorsqu'il me demande mes passions, ricanant d'un ton bas mais sincère lorsqu'il fait mention de mon amour pour le baseball.

- J'aime l'informatique, et les mathématiques. J'aime la rationalité, ça me rassure en quelque sorte. Je n'aime pas rester sans réponse, c'est pour ça que je me raccroche à des éléments qui ne laissent que très peu de place au doute. J'ai besoin d'avoir certains repères qui sont bien plus présent dans ces deux matières.

Bon, il est vrai que je me suis cantonner au milieu scolaire, mais j'allais quand même pas lui dire que je suis passionné de jeux-vidéos et de bandes-dessinés. Et puis, disons qu'il y a une grosse part d'informatique dans les consoles de jeux, de ce fait, je reste dans le thème de ce que j'ai décris à Jeffrey.

Autant le froid me faisait énormément de bien lorsque je suis tout juste sortie de chez lui et que j'étais encore sous l'effet de la chaleur oppressante qui avait envahit tout mon être durant la crise, autant il commence à offrir de légers frissons le long de mes bras. Je me décide de sortir ma veste bleu foncé de mon sac à dos pour l'enfiler, c'est préférable, je n'ai pas besoin d'une hypothermie sur le dos.

- Je prendrai bien une part de pizza, je commence à avoir faim. Pas toi ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Mar 15 Déc 2020 - 18:49 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jeffrey appréciait d’avoir le retour de quelqu’un qui sait ce que c’est d’avoir un grand frère ou une grande sœur. Toutefois, il hésita à creuser le sujet en profondeur avec Mike, de peur de réveiller une nouvelle crise ou souffrance. Il n’avait peut-être pas encore fait son deuil pour parler de sa sœur. Jeffrey avait presque mis deux ans avant de pouvoir reparler de ses parents.

« Mike, ce sont des paroles rassurantes. C’est gentil. Merci. »

Son camarade commençait à un peu parler de lui. Il semblait beaucoup plus détendu. Mais c’était encore loin d’être la panacée, quoique Jeffrey juge cela bien suffisant en leur stade de relation. Il ne fallait pas se précipiter pour nouer des liens forts.

« Les mathématiques et l’informatique. Je ne suis pas très étonné à vrai dire. Tu savais que la plupart des grands mathématiciens sont des philosophes. C’était en tout cas très vrai dans la période Grecque antique mais aussi bien après comme par exemple à Descartes. Il a fait la démonstration de l’existence de dieu. D’autres philosophes après ont montré certaines failles à son raisonnement. Mais je trouve cela très intéressant. J’aime beaucoup aussi les mathématiques. Par contre l’informatique, j’avoue y être plutôt distant. Pourtant c’est l’avenir avec le développement de l’intelligence artificielle et la robotisation. Au fait, tu sais jouer aux échecs ? Si oui cela serait intéressant une partie de confrontation ! »

Tout en parlant, il avait défait son sac à dos pour y sortir les boîtes dans lesquelles il avait glissé les pizzas. Il lui tendit la sienne.

« On s’arrête là le temps de manger les pizzas ? »

Il lui désigna un banc inoccupé et éclairé par un lampadaire. Deux trois pigeons y picoraient le sol.

« Tout à l’heure, pendant ta crise, je te parlais de la petite et mignonne Kalisté qui te regarde avec des papillons dans les yeux. Et toi tu as du caca dans les yeux. Tu ne vois que dalles. Et donc je te demandais ce que tu attendais pour au moins prendre contact.»

Jeffrey pouvait critiquer mais il ne faisait pas mieux. Mais il pensait l’approche de Kalisté plus sincère que celles des autres personnes.

« Toi si quelqu’un s’intéresse à toi, c’est beaucoup sincère. Moi, on me voit d’abord comme le lanceur de l’école ou un trophée à conquérir. Je ne veux pas de ce genre de relation. Quelque part c’est super que tu n’aimes pas le baseball. Mais tu devrais tout de même faire un peu de sport, c’est bon pour le moral. Tu en fais peut être ? Du footing ?»

Jeffrey engloutit sa pizza et se lécha les doigts et les babines pour ne laisser aucune miette, au grand désespoir des pigeons.

« Elle était trop bonne cette pizza, même si chaude elle aurait été encore meilleure. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Mer 16 Déc 2020 - 8:16 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L'amitié pur et sincère est une denrée rare, du moins c'est ce que tu me répétais souvent. J'espère pouvoir un jour ressentir la puissance de tes mots, pour l'instant, avec Jeff, ça commence bien. Je préfère ne pas avoir de faux espoirs, c'est peut-être éphémère, mais je compte bien profiter du temps qu'il m'accordera en sa présence. On possède pas mal de points sur lesquelles on ne s'accorde pas vraiment, mais je relève tout de même plus de points communs que l'inverse. Je me demande jusqu'où aboutira ce lien naissant, en tout cas, même après le dérapage que je lui es révélé, il est resté. Je me sens plutôt bien durant cette ballade devenu nocturne à cause de l'heure hivernal, c'est un moment de complicité agréable à savourer, un instant que je ne pensais pas un jour découvrir avec quelqu'un du lycée, encore moins avec un joueur de Baseball. Je prend plaisir à l'entendre parler de Descartes, les discussions prennent une tournure des plus intéressantes à mes yeux, et ce n'est pas vraiment des sujets de conversations avec qui je peux discuter avec tout le monde.

- Je pense donc je suis. Ouais, Descartes est considéré par beaucoup de monde comme le fondateur de la philosophie moderne. Tout n'est pas à jeter dans la preuve cartésienne de l'existence de Dieu, bien que ça ai été réfuté plus tard, sa définition du libre arbitre est intéressante en soit, même si celle-ci se repose essentiellement sur l'étude d'un animal à qui l'on a placé de l'eau et de la nourriture à égale distance de lui-même. Il est intéressant de noter que l'âne de Buridan ce soit simplement laisser mourir lorsqu'il n'était pas porté plus d'un côté que de l'autre. Après, plusieurs facteurs sont à prendre en compte, l'instinct primitif de la bête ne peux pas s'appliquer à l'homme. Et puis, ce paradoxe se repose sur une légende, ce n'est pas comme si l'âne avait existé, même si ça reste un excellent sujet d'étude.

Evidemment, quand il se met à parler d'informatique, mon regard change aussitôt. Voilà un sujet qui me passionne et me laisse réellement rêveur et admiratif. Je prend la part de Pizza qu'il me tend et m'assois afin de parler d'une manière beaucoup moins terre à terre de ce domaine, a chaque fois qu'il m'arrive de parler d'informatique, la passion l'emporte souvent sur le rationalisme exacerbant auquel j'ai toujours eu énormément de mal à me détacher.

- L'informatique ce n'est pas l'avenir, ce n'est pas le monde de demain. Enfin, selon moi, c'est le monde d'aujourd'hui. Tiens, toi qui adore la philosophie, il y en a en réalité plus que ce qu'on pourrait penser dans l'informatique. Par exemple, le cerveau humain et l'ordinateur sont étroitement liés. Certes l'ordinateur sera capable de faire des calculs plus sophistiqués à la secondes et possède une capacité de stockage plus imposante que le cerveau humain, mais fondamentalement, les bases sont les mêmes. Les différences reposent essentiellement sur la performance, et non sur les fonctions qu'ils proposent l'un et l'autre.

Oui, je sais de quoi je parle, si mon cerveau serait un ordinateur, il serait surement remplie de bug, et je ne suis pas certain qu'une simple mise à jour soit suffisante pour remettre d'aplomb mon esprit malade et discouru. Pendant que je mange ma Pizza, mon regard se perd peu à peu dans un souvenir qui semble lointain lorsqu'il se met à parler d'échec. En effet, j'ai été viré de plusieurs clubs d'échecs du lycée, non pas à cause de mon niveau, mais parce que je critiquais celui des autres. J'ai aussi joué énormément de parties dans le parc de Star City, dans la partie réservée aux échiquiers, mais j'ai vite compris qu'il faudrait que j'évite de continuer à m'y rendre après que j'ai énervé ce qui semblait être un détenue qui n'avait pas la critique facile. Suite à ce genre d'expérience, j'ai énormément joué en ligne, la où je ne pouvais pas polluer la partie de remarques désobligeantes qu'il m'arrivait de faire de temps à autres lors de parties réels. Peut-être que je peux laisser une deuxième chance à ce jeu que j'apprécie tant ? Et puis, j'ai le sentiment qu'il pourrait m'offrir bien plus de difficulté que mes précédents adversaires, peut-être même pourrais-je perdre face à lui ? C'est une perspective intéressante.

- C'est mon jeu favori, et je serai ravi d'y jouer avec toi.

Lorsqu'il me parle de Kalisté, je ne peux m'empêcher de rougir légèrement. Ouais, c'est vrai qu'elle m'a toujours tapée dans l'œil elle aussi. Cependant, je suis conscient que ce genre de relation ne pourras jamais aboutir à cause de mes troubles mentaux. Tant que je te verrai, Chloé, je crains qu'il n'y ai pas beaucoup d'avenir au niveau romantique pour moi. Je m'y suis fait, c'est comme ça. Par ailleurs, je décide d'être assez honnête envers Jeff vis à vis de ce que je ressens concernant une potentielle petite amie que je pourrais avoir. De ton vivant, j'aurais peut-être pu avoir un meilleur intérêt pour tenter quelque chose même si je ne l'aurais probablement jamais fait par crainte du rejet, mais aujourd'hui, toutes mes chances sont réduites à zéro, et j'en suis bien conscient. Et puis, je dois bien admettre que Kalisté compte un peu pour moi, et je pense que je m'en voudrais trop de lui offrir ce genre de spectacle auquel mon ami à pu assister à son domicile. Ce n'est pas comme ça que je veux qu'elle me voit, et ce n'est pas comme ça que je voulais que mon camarade me voit aussi.

- Sérieux Jeffrey, tu peux me regarder droit dans les yeux et me dire que c'est une bonne idée après ce que tu as vu chez toi ? Je pense pas que ce soit le cas. Tant qu'il y aura tout ces bugs dans mon esprit, je peux tirer un trait à toutes relations amoureuses, telle qu'elle soit. Et puis même si je ne serai pas malade, les filles comme elle ne s'intéresse pas aux gars comme moi. Elle mérite quelqu'un qui soit meilleur que moi.

Je prend un temps de réflexion avant de poursuivre ma phrase. En effet, elle mérite beaucoup mieux que moi, et la liste des personnes qui seraient à mes yeux meilleurs que moi est longue. Seulement, il y a peut-être un nom qui ressort plus que tout les autres. Et il s'agit de mon nouvel ami, mon seul ami. Ce n'est pas difficile à admettre, selon moi, Jeffrey est bien meilleur que moi. Il est normal, c'est déjà un bon point non négligeable, et il sait parler aux gens. En tout cas, c'est l'impression que j'en ai après avoir discuté avec lui, il sait me parler. Avec lui, on se sent bien, sans impression de jugement, et il est aussi intelligent, avec une capacité de raisonnement assez incroyable. Contrairement à moi, il cerne les gens avec plus de facilité, moi je me contente de me focaliser sur leurs défauts, ce qui n'est pas vraiment une qualité lorsque l'on veut lutter contre la solitude omniprésente. Je décide donc d'entamer la conclusion de ma réponse en fixant Jeffrey droit dans les yeux, avec un regard des plus sincères démontrant que je pensais ce que je disais, avec une intonation vocale plus basse que d'habitude.

- Quelqu'un comme toi, par exemple.

Une question me taraude quand il fait mention de mes aptitudes physiques. Comment a t-il deviné que je ne fais pas de sport ? C'est donc si flagrant que ça ? Mon regard ne peut s'empêcher de regarder ma carrure, et la sienne, en gage de comparaison. Merde, c'est vraiment flagrant en fait. Lorsqu'il me demande si je fais du footing, il me faut un certain temps de réflexion. En effet, généralement il m'arrive de me réveiller en pleine nuit, au milieu de la rue, couvert de transpiration, comme si j'avais couru un marathon. Ca survint bien trop souvent lors de certains cauchemars trop présent, autant dans le monde onirique que le monde réel. Est-ce que je devrais en faire mention ? Ce n'est probablement pas le moment de l'incomber de ce genre de détail, il pourrait me trouver encore plus bizarre que je ne le suis déjà.

- Non, je fais pas de sport. J'ai essayé de m'y m'être, mais c'était plutôt catastrophique. En cours d'éducation physique, quand je suis sur le gymnase, j'essaye vraiment de m'appliquer, je réfléchis à toutes les notions acquises lors du débriefing de certains cours collectifs, je fais le pour et le contre de chacun des agissements que je pourrais faire pour donner l'ascendant à mon équipe, mais ça finit généralement très mal. Je reste juste planté sur place comme un poteau sans savoir quoi faire tant le déroulé des évènements est trop rapide à mes yeux. Et pour ce qui est des sports individuels, comme le monté de corde, c'est encore pire. Sérieusement, qui a inventé le monté de corde ? On devrait pendre ce gars la. Je connais la théorie de toutes ces disciplines par cœur, et pourtant je n'arrive pas à passer à la pratique.

Je termine ma part de pizza d'un air plutôt satisfaisant. Parler avec quelqu'un d'autre que toi, c'est vraiment super Chloé. Tout comme lui, j'ai adoré la pizza. En ce moment, j'ai un peu de difficulté à manger, et ça m'a fait du bien de me revigorer avec cette pizza, même si elle n'était pas aussi chaude qu'elle aurait du l'être. Je ne peux m'empêcher de lui proposer de renouveler l'expérience avec une étincelle dans les yeux qui avait disparue bien trop longtemps et qui semble être heureuse et excitée de faire son retour triomphal.

- Il faudra se refaire ça. Je veux dire, chez toi ce sera difficile, mais dans des espaces ouverts où même chez moi, j'apprécierai beaucoup.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mer 16 Déc 2020 - 20:08 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Voilà une perception intéressante de l’informatique qui captiva l’attention de Jeffrey. Sa main gratta son menton, en pleine réflexion. Il n’était pas certain d’être totalement d’accord avec lui, ce qu’il essaya d’exprimer sans rentrer dans un débat d’opposition. Il ne cherchait pas à avoir raison mais se faire sa propre opinion.

« C’est un point de vue très intéressant avec cette comparaison du cerveau et de l’ordinateur. Il y a toutefois des différences notables que je pense à relever. Bon après je ne suis pas un expert en biologie. Il me semble qu’il n’y a pas de la mécanique dans le cerveau comme des réactions chimiques qu’on ne trouve pas dans un ordinateur. Et puis il y a aussi le côté spirituel. Mais bon après on tombe dans des discussions sur les croyances et c’est un peu moins rationnel. »

Jeffrey venait de trouver un point commun avec Mike. Lui aussi aime jouer aux échecs.

« Ah c’est chouette que tu aimes jouer aux échecs. On pourra se faire des parties en pause déjeuner au lycée ou le soir par distance avec les ordinateurs. Oui j’ai tout de même un petit ordinateur portable, je ne suis pas totalement à la page. »

Jeffrey avait un sourire niais au visage mais qui avait un côté attendrissant.

« Cela fait un bail que je n’ai pas joué. La dernière fois que j’ai joué c’est avec mon père. Un excellent joueur. A la fin je le battais… »

Il lâcha un grand soupir. Maintenant, il pouvait parler de ses parents. Ca le rendait mélancolique mais les mots arrivaient à sortir de sa bouche.
Un sujet plus léger était maintenant en discussion : les filles ! Jeffrey le regarda droit dans les yeux car Mike lui avait défié de le faire.

« Comme moi ? La plupart ne s’intéresse à moi seulement parce que je suis populaire avec le baseball. Mes goûts, mes valeurs, mes passions….tout le monde s’en fout. J’exagère peut être mais je ne dois pas être très loin du vrai. Il parait que l’amour est un remède à beaucoup de maux. Remplis ton cœur et vide un peu ta tête. Cela sera mon conseil d’aujourd’hui. J’espère que tu vas prendre des mesures sérieuses pour te soigner. Car tout à l’heure tu m’as vraiment fait peur et inquiéter. Tu perçois des propos agressifs alors que c’est tout le contraire. Si tu veux en parler, je serais pour t’écouter. Il parait que cela fait du bien de parler. Pour moi-même, tu m’auras fait prendre conscience que je dois consulter un psychologue et trouver un remède pour que les cauchemars cessent de hanter mon sommeil. »

Les pizzas terminés, Jeffrey rangea les boites dans son sac, prêt maintenant à repartir.

« Je ne dirais rien à ta mère. Ce choix t’appartient. Mais prends au moins tes médicaments s’il te plaît. Je t’encourage à mettre tout en œuvre pour guérir, pour toi, pour ceux qui t’aiment et pour ceux qui t’ont aimé. On reprend notre route ?»
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 18 Déc 2020 - 5:45 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Plus je passe du temps avec Jeff, et plus je le trouve vraiment intéressant. C'est génial de parler avec quelqu'un qui comprends ce que je dis, et qui sait rebondir à chacune de mes informations. Il a une faculté de compréhension respectable, quand on sait regarder derrière sa carapace de fer, ce que je n'ai jamais su faire avec qui que ce soit, on peut apercevoir les reflets du vrai Jeffrey. C'est nouveau pour moi, mais je pense commencer à comprendre le mécanisme. Il suffit simplement de se laisser aller, ne pas trop penser. Je n'ai jamais réussi à faire ça, mais avec mon camarade, c'est assez facile de laisser libre court à l'homme que je pense être. Il faudrait que je sois encore plus fou que je ne le suis déjà pour ne pas profiter de l'occasion pour découvrir toutes ces choses insoupçonnés qui m'a toujours été inconnu. Il ne doit probablement pas s'en rendre compte, mais je me suis vite attaché à lui, même si cela doit probablement être une des conséquences de mes troubles mentaux. Dans un sens, Highmore est inspirant, il ouvre la porte de la sérénité sans avoir peur de tendre la main dans les profondeurs de l'enfer. Je n'en suis pas rendue au point de passer de l'ombre à la lumière, mais une graine pleine de positivité vient d'être planté au fond de moi. Il n'advient qu'à moi de la faire cultiver.

Tout ces sentiments éphémères disparaissent aussitôt lorsqu'il se met à parler de son rapport aux autres. Le sentiment de jalousie revient aussitôt. Je n'en suis pas au point de me mettre en colère, même si j'aimerai énormément, mais je ressens une certaine étincelle de haine au fond de mon cœur, ainsi qu'un profond sentiment d'injustice. Je préfère ne pas lui en faire part, mais je perçois les grognements incessants de Cerbère au fond de mon âme. A vrai dire, j'ai toujours envié sa réputation, et même si dans le pire des cas ce serait par profil, au moins il n'est pas seulement vu comme le gars bizarre à éviter à tout pris. Il me faudrait une vie entière pour retirer ce sentiment d'incertitude qui m'a toujours rongé et qui pour le coup, était la bien avant ta mort Chloé. Je sais, j'ai toujours eu énormément de mal à me mettre à la place d'autrui. Peut-être qu'il souffre plus que ce que je veux bien l'imaginer. C'est peut-être la mon plus gros problème, il faut que je me mette dans le crane que je ne suis pas le seul qui souffre sur cette. Comme tu me l'as toujours répété Chloé, je ne peux pas avoir le monopole de la souffrance humaine. Je décide de prendre la parole, d'une manière assez sincère, en espérant que ça puisse excuser les propos que j'ai pu pensé vis à vis de lui.

- Tu sais, moi je m'en fout pas. Et honnêtement, je m'en fiche complètement que tu puisses jouer au Baseball.

Je ne peux m'empêcher de penser si ce n'était pas un poil trop niais ? J'imagine déjà la réponse que tu m'offrirais si tu étais la. Peut-être que Jeffrey à raison lorsqu'il dit que je dois me vider la tête et remplir mon cœur, enfin, rectification, il a raison. Après tout, n'est-ce pas ce que tu me répétais souvent à longueur de journée ? Je dois passer moins de temps dans mon esprit, moins de temps à penser. Je ne peux qu'acquiescer, assez timidement, à l'écoute de ce conseil. Être plus à l'écoute d'autrui pourrait me permettre d'en apprendre d'avantage sur moi-même. Je me sens en pleine cours d'assise lorsqu'il fait mention de mes troubles mentaux, mais je dois l'entendre, même si c'est assez difficile à écouter. J'apprécie néanmoins le fait qu'il me dise que rien ne sera dit à ma mère, je n'ai pas vraiment besoin de ça en ce moment. En tout cas, sur la vitalité de la reprise de mes traitements, la encore, il sonne juste, et je suis dans l'obligation de lui donner raison, oralement cette fois-ci.

- Ouais, je vais faire ce qu'il faut. Tu peux compter sur moi.

Est-ce que je vais réellement le faire ? Je n'en sais strictement rien. Des moments de lucidités, j'en ai eu un sacrée paquet depuis ton départ, est-ce que ça a déjà abouti à quelque chose ? Jamais. La différence aujourd'hui, c'est que des gens ont pleine conscience qu'il ne s'agit pas simplement d'anxiété comme il m'arrivait d'en faire étant gamin. Ce détail change tout dans l'équation, je l'espère du moins. Quand il me demande si nous devrions reprendre notre route, je décide de me lever du banc pour poursuivre la ballade, et la discussion.

- Ouais, on ferait mieux d'y aller.
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 18 Déc 2020 - 17:36 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

« Et tu peux aussi compter sur moi pour faire ce qu’il faut. »

Mike n’était pas forcément conscient du bien que sa rencontre avait fait à Jeffrey. Il était maintenant plus convaincu qu’il doit se faire lui aussi soigner en consultant un psychologue pour retrouver trouver un sommeil normal, sans être réveillé à tout bout de champs par des cauchemars.

« Je n’aime pas trop louper les cours. J’aime bien le lycée. Tu vois que bien je ne suis pas un adolescent normal… Je pense que c’est un privilège que nous avons d’étudier car sur planète les enfants sont nombreux à ne pas pouvoir se rendre dans une école. Et puis il faut bien s’occuper la tête. Quand je vais rentrer après t’avoir déposé, je vais courir réviser mes classiques des échecs pour ne pas être ridicule quand on fera une partie. Je dois être très rouillé maintenant. Je te préviens, je n’aime pas perdre ! Et mon petit doigt me dit que toi non plus. Cela va être passionnant. »
Ils avaient repris leur marche, à un rythme plutôt cool, comme si aucun des deux n’étaient pressés de se retrouver chez Mike.

« Tu as mon numéro de portable. N’hésite pas à m’appeler ou à m’écrire si tu en ressens le besoin, comme un petit coup de mou, une baisse de moral, une envie de parler d’un truc, ou de partager quoique ce soit. Et je te le redis encore une fois, je me répète mais ce n’est pas grave, prends confiance en toi, projette toi dans l’avenir. Réfléchis comment tu pourrais mettre à profit ton intelligence pour faire quelque chose de bien. Quand on fait du bien, on se fait du bien aussi. Pour les fêtes, tu restes ici ou tu vas partir ? Moi je reste ici bien sûr. J’espère que je pourrais aller visiter le musée de l’histoire. Et si cela dit, je demanderai si tu peux venir avec nous. »

Il leva sa tête au ciel.

« Tu crois qu’il va bientôt neiger ? J’aime les fêtes avec la neige. C’est plus l’esprit. »

Ils arrivaient enfin dans l’avenue où Mike habitait. Jeffrey était presque déçu d’être arrivé aussi vite. Cela lui avait fait du bien de prendre un peu l’air. Il espérait que cette relation allait se construire et se renforcer avec le temps. Mais il fallait absolument que Mike fasse tout pour guérir et ne pas ainsi renouveler le genre de crise qu’il avait faîte dans son appartement. Il croisait les doigts.
 
Revenir en haut Aller en bas

Sam 19 Déc 2020 - 8:23 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Cette marche me permet de respirer, aussi bien physiquement que mentalement. C'est un moment agréable, c'est en solitaire qu'il m'arrive généralement de marcher en pleine nuit, mais ça reste tout aussi appréciable de partager cet instant avec quelqu'un qui à bien des égards me ressemble. Pas d'hallucination en vue, pas de voix malveillantes audible, juste moi et lui. Mes problèmes me paraissent loin en l'état actuel des choses, et sous l'éclat lunaire parsemant le chemin de lueurs grisonnante, je me sens vivant. Chaque pas me rapproche un peu plus de mon domicile, et pourtant je sens le rythme de la cadence ralentir. Le temps se fige pour nous permettre de toucher du bout des doigts ce qui s'assimile à quelque chose d'indescriptible. Nous sommes deux âmes solitaires qui s'aventurent dans deux chemins différent, il est cependant bon de se retrouver lors de certaines intersections pour souffler. Il est difficile de vivre avec la sensation de lutter contre le monde en étant tout seul, pourquoi ne pas essayer à deux ?

Un sourire s'échappe de mon visage lorsqu'il précise qu'il fera lui aussi ce qu'il faut de son côté. Je ne serai donc pas le seul à devoir faire des concessions, c'est plutôt cool. Cela me booste un peu, avec tout les pas en avant qu'il a fait vers un avenir radieux, je pense que je peux au moins essayer d'en faire ne serait-ce un. Savoir que quelqu'un partage le même combat intérieur est motivant en soit, du moins c'est ce que prétendent certaines études sociologiques. En revanche, je trouve intéressant son avis sur l'assiduité en cours, bien que cela me renvoi à quelques laisser aller que j'ai fais tout au long de l'année depuis que tu n'es plus présente. J'ai beau être ce qu'ils appellent un génie, je n'arriverai à rien si je refuse de faire acte de présence en classe.

Lorsqu'il me parle de la partie d'échec en revanche, l'esprit de compétition prend lentement le dessus sur moi. Je me met à observer mon ami avec un œil de challenger, en me sentant comme un boxeur scrutant son adversaire avant d'attaquer. Si il y a une personne qui pourrait me vaincre, c'est effectivement lui. Est-ce que ce serait si dramatique ? Du tout, j'adore gagner, mais n'ayant jamais expérimenté la défaite, faisant tout au plus des matchs nuls contre les meilleurs joueurs du classement Elo, je me met à envisager le goût que pourrait avoir l'insuccès. Je le connais depuis peu, mais quelque chose me dit qu'il pourrait être bien plus coriace que mes précédents adversaires. Peut-être peut-il même me faire défaillir.

- J'ai hâte qu'on se la fasse cette partie.

C'est sincère, et accompagné d'un sourire complaisant. En revanche, un sujet est amené sur le tapis, celui de noël. Cette année, c'est sans toi que la fête sera effectuée, et malgré ce moment assez unique en son genre, je ne peux m'empêcher de penser à cette chaise qui sera vide lors du repas familial prévu pour ce jour censé donner le sourire aux lèvres.

- Je le ferais avec ma famille, comme chaque année. Mais je pense que je pourrais venir pour le musée.

Une question vient dans la tête de Jeffrey, celle de la potentielle chute de neige qui pourrait survenir pour l'occasion. Enfin, c'est plus une interrogation qu'autre chose, est-ce qu'il neigera ? Est-ce si important ? Je dois admettre que ce n'est pas quelque chose a laquelle je pense sur le moment. Et puis, j'ai toujours eu horreur de la neige, mais, enfin, essayons de ne pas paraître bizarre alors qu'on vient à peine d'être ce qui se rapproche le plus de l'amitié.

- J'espère aussi. Un noël sans neige c'est un noël vide.

Nous voici devant mon domicile. Il semblerait que ce moment de complicité arrive à son terme, toutes les bonnes choses ont une fin après tout. Je m'aventure simplement vers la porte d'entrée en laissant Jeffrey en arrière, le saluant d'un geste de la main censé représenté un " aurevoir " temporaire.

- On se revoit bientôt Jeff, porte toi bien, et repose toi surtout.

Je décide finalement de rentrer chez moi, le cœur un peu plus léger qu'il ne l'était auparavant. Après avoir quitté Jeffrey et refermé la porte, je perçois en moi un retour à la réalité assez brutal. Tout mes problèmes réapparaissent d'un seul coup, comme si cette ballade qui m'avait faite tant de bien n'avait jamais existée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Déjeuner en tête à tête - Ft Mike Fallen
 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Revenir en haut 
Déjeuner en tête à tête - Ft Mike Fallen - Page 2 Forum_6Déjeuner en tête à tête - Ft Mike Fallen - Page 2 Forum_8


Déjeuner en tête à tête - Ft Mike Fallen - Page 2 Forum_1Déjeuner en tête à tête - Ft Mike Fallen - Page 2 Forum_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Déjeuner en tête à tête - Ft Mike Fallen - Page 2 Forum_6Déjeuner en tête à tête - Ft Mike Fallen - Page 2 Forum_8

Sauter vers:  
Prédéfinis


Scénarios


Postes à pourvoir


Préliens
Nos voisins
      
      
      
      
Le saviez-vous ?