Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Un peu de culture - Tlazolteotl - Page 2 Bouton_off
AccueilDernières imagesFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Logo de la barre de navigation

Un peu de culture - Tlazolteotl - Page 2 Forum_1Un peu de culture - Tlazolteotl - Page 2 Forum_3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 

Un peu de culture - Tlazolteotl

 
Ven 9 Oct 2020 - 15:17 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
En même temps, j’aurais aussi un intérêt poussé pour un gars qui fait du vin divin. Enfin je préfère la bière, mais je sais m’adapter. J’ai un peu moins d’intérêt pour la partie où se faisait plaisir sur une tombe” nuança Colt.

Franchement, il savait que les grecs étaient obsédés, mais il ne s’imaginait pas que ça pouvait être à ce point quand même. Sa propre culture olympienne s’arrêtait à “Zeus sait pas tenir son zizi” en même temps.

Colt savait généralement garder son calme - il avait “l’expression du Major” qui était une expression de détermination neutre - mais autrement, son visage le trahissait parfois. Comme là, quand elle lui avoua très calmement qu’elle lui disait déjà espérer un second épisode quand le premier n’était pas fini. Il n’était tellement pas habitué à se trouver dans ce genre de situations qu’il se demanda sérieusement s’il n’avait pas bouffé des hormones de la séduction au petit-déj, sans faire attention.

Alors faites attention, parce que ça ressemble à un défi déguisé et je suis capable de le relever sans faire exprès”.

Même si, en toute objectivité, il ne voyait pas non plus ce qu’il aurait pu faire. Pas seulement parce qu’il était dans un musée, et que ça réduisait les possibilités, déjà parce qu’il n’était pas… bah il n’était pas du genre à… retirer ses vêtements et courir tout nu dans un endroit.

Donc attendez, si je comprends bien… J’aurais pu être noble en… ramenant plein de prisonniers de guerre pour être sacrifiés mais des gens auraient pu ensuite manigancer pour que je sois le prochain sacrifice si ma tête leur revenait pas? Ou alors c’était plus une question de “Celui-là nous a donné plein de sacrifiés, il va être le prochain à y passer?”"

On aurait pas dit, comme ça, mais Colt était très loin d’être un abruti. Outre le fait qu’il avait pas mal de diplômes, il n’était aussi pas arrivé Major en se tournant les pouces. La géopolitique, tout ça, ça le connaissait. Peut-être pas au niveau d’Ellis, mais tout de même.

Est-ce que ça veut aussi dire que si j’étais sacrifié à l’un des dieux aztèques, même sans être aztèque moi-même, j’aurais été considéré comme ayant eu une mort honorable?

Est-ce que ça serait encore considéré comme des drôles de questions, au même niveau que cette histoire de cuisse? D’un autre côté, Colt était sincérement curieux. Il voyait ça comme il aurait vu un truc d’ingénieur. Y avait des pièces et un ordre pour que ça fonctionne, mais il avait envie d’aller plus loin que l’explication initiale.

A titre d’exemple, et pour… faire suite à ma question de tout à l’heure… à quel dieu vous m’auriez sacrifié? J’vous dirais bien quelques noms, mais y a de très fortes chances que je les écorche”.

Outre le fait qu’il ne les avait qu’à moitié retenu, même en ayant été attentif. Chez les Olympiens, il partait de quelques bases, totalement inexistantes pour les aztèques. Et franchement, il n’allait pas prendre le risque de prononcer ces noms avec des enchaînements de consonnes bizarres. Un t qui s’enchaînait sur un l? Des x et des z à foison? C’était déjà un cauchemar.

Oui, bien sûr, allez-y”.
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 9 Oct 2020 - 23:23 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Pour être honnête, je ne bois pas d’alcool. Enfin, assez peu. J’aime bien ça, mais je n’ai jamais trop d’occasion. »

Ce qui n’est pas entièrement vrai. Thalia et Naïma sont des petites buveuses. J’admets avoir un certain goût pour des alcools aussi divers que variés, pour ma part, même si j’évite de trop m’y laisser aller dans ce corps qui n’a clairement pas la résistance de mon essence divine.

« Oh que non, ce n’était pas un défi du tout. »

Je souris en le regardant, même si je ne doute pas que ce soit là une simple plaisanterie. Même si Gabriel ne me fait pas l’effet de quelqu’un de désespéré de trouver sa moitié, il n’a pas l’air non plus d’être bien dérangé par la potentialité de ce petit rendez-vous. Amical et plus si affinités. Pas plus qu’il n’a protesté lorsque j’ai évoqué la possibilité d’un deuxième opus.

« Ce n’était pas tant si votre tête ne revenait pas, plus si vous étiez considéré comme dangereux pour x ou y raisons. Quand vous étiez un fauteur de troubles, en somme. C’était particulièrement complexe, d’autant que le titre de dirigeant du peuple aztèque n’avait rien d’héréditaire. Il était élu, généralement par ceux qui avaient atteint la noblesse. En tout cas, il suffisait que les prêtres du dieu en question signifient que vous étiez un bon sacrifice, ou votre fils, votre fille, votre femme, pour qu’il soit mal vu de refuser, en quelque sorte. »

Je hausse les épaules avant d’acquiescer d’un signe de tête :

« En effet. Ceci étant, ces prisonniers de guerre que l’on sacrifiait étaient issus de combats particuliers. Ce que l’on a traduit comme les guerres fleuries, à vrai dire. Ces batailles étaient parfois même organisées entre alliés, avec des forces de taille sensiblement égale de part et d’autre. Le but avoué était de pouvoir obtenir des sacrifices convenables, d’entraîner et distinguer les jeunes guerriers. C’est intervenu dans le fameux contexte de famine, où l’on pensait que les dieux demandaient du sang pour être apaisés. Fondamentalement parlant, les différentes peuplades vénéraient presque les mêmes dieux. Quand bien même ça n’aurait pas été le cas, il y avait un rituel qui entourait la mise en captivité d’un prisonnier. Des mots qui, prononcés, liaient par le sang le guerrier et son sacrifice. Comme si l’un avait été le père et l’autre le fils. Par cette adoption factice, on effaçait la barrière entre les peuples, et l’on sacrifiait ainsi aux dieux un peu de sa famille. »

Astucieux en soi, j’imagine.

« Hm, tout dépend de votre corps de métier. Vu votre âge et votre physique, vous auriez pu convenir pour Huitzilopochtli, ou Tezcatlipoca. Le Seigneur de la Mort, Mictlantecuhtli, également. Xipe Totec, j’imagine. Encore que dans ce dernier cas, il y avait plusieurs formes de sacrifices. »

L’une d’elle impliquant le volontariat et une période préparatoire d’un an. Mais cela est une toute autre histoire. Enfin, encore une fois, Gabriel pose des questions intéressantes. J’espère qu’il ne rêve pas d’être sacrifié. J’ai d’autres projets pour lui.

« Le mythe fondateur aztèque a des aspects assez proches du mythe maya. Le monde fut créé quatre fois, et détruit quatre fois. La dernière fois arriva un déluge qui submergea tout ce qui était et n'est pas sans rappeler celui de Noé. Mais malgré tout, un homme et une femme survécurent, atteignant une montagne sur émergée, sur laquelle ils eurent de nombreux enfants. Ils obtinrent le don des langues de la part d’une colombe, et s’établirent jusqu’à ce que viennent de la mère le Seigneur Quetzalcoatl. Les historiens se demandent si cette divinité n’était pas un ancien Atlante, à dire vrai, même s’il semblerait qu’en vérité, la déité Quetzalcoatl et un Atlante égaré là aient tous deux contribués à fonder la civilisation aztèque telle que les espagnols l’ont connue. Toujours est-il qu’ils leur enseignèrent l’agriculture, l’art de la médecine, l’astronomie, la poésie et les arts, car ils aimaient ce qui était beau. Ils créèrent des lois… Et leur apprirent à ne pas sacrifier d’humains aux dieux, sauf s’ils étaient de leur propre sang. D’où, si vous suivez toujours, le fameux rituel consistant à adopter les victimes sacrificielles. »

Je joins les mains devant moi.

« Mais avant que les hommes ne puissent prospérer, il avait fallu éclairer le monde. Un grand brasier fut allumé, et Tecciztecatl, dieu de la fierté, le fils de Tlaloc et Chalchiuhtlicue proposa de se sacrifier pour donner aux hommes un nouveau Soleil. Toutefois, au moment de se jeter dans le feu divin, il hésita. Il devint donc finalement la Lune. Ce fut finalement Nanahuatl, le dieu de l’humilité, qui se sacrifia et devint ainsi Tonatiuh, l’astre du Soleil. Mais les astres étaient immobiles dans le ciel. Alors les dieux, l’un après l’autre, versèrent leur sang en sacrifice, pour permettre au Soleil et à la Lune de poursuivre leur course. Puis ils confièrent la charge de continuer à leurs enfants mortels et se retirèrent dans les Treize Cieux, qui avaient été ordonnés par les quatre dieux fondateurs, de telle sorte que chacun ait son ou ses domaines. »

Dans les faits, ce ne sont pas pour les astres que nous avons versé le sang, mais pour contenir les créatures qui les auraient menacé. Et c’est pour cela que nous avons exigé le sacrifice de nos fidèles en tout temps. Parce que nous saignions pour eux, pour les protéger de ces choses qui rôdent aux confins de nos Cieux. Mais peu importe.
 
Revenir en haut Aller en bas

Sam 10 Oct 2020 - 15:45 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Colt lâcha un petit rire. Ah, il connaissait ça. Lui-même ne se serait pas décrit comme un pochtron, mais il aimait sa petite bière, à l’occasion. Surtout après une dure journée de travail. Bon. Il voulait bien admettre que sa cuisine l’aurait fait passer pour un pochtron. Avec ses horaires, il ne cuisinait jamais et commandait quasi tous les soirs. De fait, ses seuls achats réguliers de nourriture se partageait entre du café, du pain de mie, du beurre, et de la bière.

J’ai quelques occasions de boire, mais c’est assez mal vu de prendre plus de deux-trois verres”.

Il était d’une constitution plutôt solide, il lui fallait plus que ça pour être même juste un peu éméché… mais comme les occasions en question rassemblaient du gratin et de la presse, Colt ne prenait jamais de risque et n’allait jamais plus loin que deux verres, copieusement épongés d’amuse-gueules.

Là, il était copieusement arrosé d’informations, mais qu’il accueillait, peut-être pas avec le sourire, mais avec un intérêt certain. Toute l’histoire sur les sacrifices, par exemple. D’un point de vue politique, c’était fascinant.

Donc… C’était les prêtres qui avaient tout le pouvoir? Dans le sens où si un noble dérangeait, les prêtres pouvaient le remettre dans le droit chemin en réclamant le sacrifice de… sa femme, son fils, lui…

C’était un peu sournois quand même. Ou alors, il voyait le mal partout? Parce que lui s’imaginait tout à fait des prêtres qui auraient royalement ignoré les consignes divines pour mener leur petit bonhomme de chemin. Une hypothèse qu’il jugeait d’autant plus plausible en partant du principe que même si les dieux avaient effectivement marchés sur Terre… ils n’avaient pas toujours été dans le coin.

... Vous savez, là où je bosse, on fait parfois des matchs de basket amicaux avec d’autres services… Je préfère notre solution, elle est un peu moins… définitive”.

En fait, Colt ne savait pas trop comment considérer ces histoires de sacrifices. Quand on bossait dans un endroit comme l’UNISON, avec des gens venant de tous les milieux, on avait tendance à respecter les croyances de tout le monde. Bon, là, les croyances impliquaient de tuer des gens, ce qui était un peu moins sympathiques. Et en même temps… Il avait lui-même tuer des gens. Pour ce qu’il croyait être de bonnes raisons, mais on aurait pu lui donner tort.

Vu mon âge et mon physique hein?” s’amusa Colt. “Je sais pas comment je dois le prendre”.

Objectivement, il faisait plus jeune que son âge et il était bien bâti. Il n’avait aussi aucun souci d’ego, dans un sens ou dans l’autre. Pas besoin d’être flatté, pas besoin d’être rassuré. Avec sa remarque, il oublia complètement de répondre à son autre question. Dommage, parce qu’il aurait pu placer un “Je bosse à l’UNISON” qui aurait sans doute permis d’éviter une confusion. Ou pas.

J’ai suivi, j’ai suivi” assura Gabriel.

Il fronçait les sourcils, mais surtout parce qu’il faisait un effort d’attention, de compréhension, de mémoire… En gros, Bradley aurait adoré l’avoir aussi concentré quand ils étaient au Brett Building. En même temps, les noms étaient beaucoup plus compliqués dans ce cas que dans celui des rapports de l’UNISON.

D’accord. D’où… aussi les sacrifices, la course du soleil, tout ça”. Il hocha plusieurs fois la tête le temps de tout digérer. “C’est fou quand même. la partie sur le déluge. Et puis c’est aussi le cas chez les égyptiens, je crois? A croire qu’il y a vraiment eu une inondation mondiale et que chaque peuple l’a interprété différemment”.
 
Revenir en haut Aller en bas

Sam 10 Oct 2020 - 22:21 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Et c’est important pour vous d’être bien vu, j’interroge d’un ton léger. Est-ce que le plus important, ce n’est pas de profiter comme vous le souhaitez ? En gardant un peu de raison, tout de même. »

Un sourire accompagne ma question. J’imagine qu’à son poste, les apparences comptent, de fait, même s’il doit pouvoir en boire plus, vu sa carrure. Mais je ne suis pas censée le savoir, et je vais continuer à jouer les ignorantes jusqu’à la fin de cette entrevue.

En parallèle de ces interrogations, je prends le temps de réfléchir aux siennes, pour pouvoir y répondre correctement. Le clergé avait un pouvoir certain, comme pour beaucoup de civilisations, mais de là à leur attribuer l’intégralité de celui-ci.

« Oui et non. Les prêtres avaient du pouvoir. Les nobles aussi. Le dirigeant également. Comme cela était le cas dans les civilisations européennes, en fait. Mais comme pour celle-ci, la religion était en partie pervertie par les intérêts humains. Il semble que nous soyons particulièrement doués pour corrompre ce que nous créons. »

J’incline légèrement la tête. Hausse machinalement les épaules.

« Mais il y avait aussi des prêtres et prêtresses qui n’étaient là que pour leur foi. Certaines divinités semblent avoir favorisé des champions et championnes au fil des siècles, car on a trouvé trace de plusieurs guerriers dotés de magie, par exemple. On suppose que pendant l’âge d’or aztèque, Huitzilopochtli aurait pu intervenir, si les récits sont véridiques. »

Je n’évoque pas mes propres interventions. J’ai travaillé dur à les garder discrète, car je ne veux pas que l’on puisse savoir ce que je peux faire lorsque je m’incarne. Lorsque l’histoire est concernée, Tlazolteotl n’a jamais mis les pieds sur la Terre Prime.

« Plutôt bien, à vrai dire. Saviez-vous que chaque année, lors d’un sacrifice très particulier, on choisissait un homme particulièrement beau, représentant de la caste guerrière, afin de l’offrir à Tezcatlipoca en compagnie de quatre jeunes femmes ? »

Le reste du temps, le dieu de ténèbres et ses effigies restaient dissimulés aux yeux des hommes, sauf à ses prêtres. Comme moi, Tez’ ne demandait pas tant de sang que cela. C’était Huitzilopochtli qui en était le plus bénéficiaire, car il représentait le Soleil et sa course. Quetzalcoatl désapprouvait généralement.

« Et vous avez tout compris. Cela reste beaucoup de morts pour des dieux absents, il est vrai, mais quelque part, les aztèques imaginaient bien faire. Leur rôle était de maintenir notre monde vivant. Les peuples d'ici et d'ailleurs tuent tous pour ce qu'ils croient être les bonnes raisons.»

Je croise les bras et acquiesce d’un signe de tête.

« En effet. Vu la récurrence de l’évènement, il ne serait pas incongru qu’il soit arrivé sous une forme ou une autre. Probablement pas à cause des dieux, mais il était normale de l’interpréter ainsi. »

Je pivote sur moi-même puis me penche vers Gabriel, comme une conspiratrice tout à fait accomplie - et souriante.

« Voulez-vous que nous allions prendre ce café maintenant ? Je crois que je vous ai assez torturé pour aujourd’hui, non ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 11 Oct 2020 - 15:42 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
... disons que ça l’est dans ces circonstances” précisa Colt après un instant de réflexion.

Non, ok, il se voilait la face. Il était Gabriel Colt, major de la base de l’UNISON à Star City. Même s’il n’était pas égocentrique au point de toujours se préoccuper de son image, il n’avait pas trop le choix que de s’en inquiéter. Quand il sortait en tant que Major, il ne pouvait évidemment pas se pochtroner au champagne et au whisky de luxe. Quand il était simplement Gabriel Colt, il ne pouvait pas plus, parce qu’il était un personnage public. Que le Daily Herald le coince un peu trop fait et en fasse sa une, et il était mal barré, aussi compétent qu’il puisse être. Ca la foutait un peu mal quand un type comme lui apparaissait bourré en une, même celle d’un torchon.

Je suppose que c’est comme partout. Il y aura toujours des gens compétents et des gens qui veulent profiter du système”.

Pas que Gabriel était d’humeur à parler politique, là, tout de suite. Son opinion sur la chose était… sans doute surprenante? Disons qu’on lui avait déjà dit plus d’une fois qu’on ne s’attendait pas à ce qu’il soit aussi progressiste. Sans doute parce qu’il avait fait carrière dans l’armée et à l’UNISON, ça vous collait une image de gars conservateur. Au contrire, Colt était d’avis qu’il n’avait jamais côtoyé autant de gens d’horizons différents qu’à l’Air Force. Ca mettait des trucs en perspective.

Ca parait sacrément bizarre quand même. L’idée que les dieux puissent marcher sur Terre. De se dire que… qu’à une époque, le petit vieux croisé sur la route pouvait être le seigneur des dieux, un truc comme ça”.

Franchement, quelque part, heureusement qu’il était au courant pour le Pacte. Au moins, ça mettait un net coup de frein à cette question de “Et si ce type était en fait un dieu?” Même s’il n’aurait pas forcément été du genre à se la poser.

Non, Colt avait d’autres questions à se poser, là, tout de suite, et il obtenait des réponses qui le rendaient… perplexes?

Alors… je ne savais pas… et je ne sais pas si je veux des détails sur… l’usage des jeunes femmes et tout le reste. Je note que vous avez l’air de me trouver beau et digne de... “.

Ouai, il n’allait pas se risquer à répéter le nom de la déité qu’elle avait nommé. Il se contenta d’un moulinet de l’index pour signifier “Celui que vous avez dit là”. C’était qui déjà, celui-là? Celui du soleil? Non, c’était un autre. Mince, il s’emmêlait déjà les pinceaux.

J’appelerais pas ça de la torture mais je ne dirais pas non au café”. Il lui offrit son bras, volontairement cette fois, hésita sur le chemin à prendre un instant, avant de repérer un panneau annonçant les salles suivantes ou le retour vers le hall, sa boutique, et son café. “Est-ce qu’il y aura une évaluation pour la deuxième étape? Que je sache ce que je dois réviser ou pas”.
 
Revenir en haut Aller en bas

Lun 12 Oct 2020 - 12:49 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je ne discute pas plus. La façon dont il évite le sujet me convient, encore une fois. Mon petit jeu ne fonctionnera que s’il continue de me cacher qui il est. Enfin, d’omettre de me le préciser. S’il s’était présenté comme dirigeant de l’UNISON staropolitain, j’aurais dû prendre mes distances immédiatement. Probablement m’excuser platement d’avoir eu des intentions autres que professionnelles envers un supérieur.

« En effet, je préfère donc répondre avec prudence. Malheureusement, ce qui est régi par des humains a tendance à souvent être exploité par certains pour leurs intérêts personnels. C’est une histoire vieille comme le monde. »

Comme les mondes, même. J’acquiesce d’un signe de tête. Sans qu’il ne le sache, l’époque ou le Pacte n’existait pas éveille parfois un peu de nostalgie. Le problème est que sur la Terre Prime, trop de religions différentes ont survécu au passage du temps. Nous aurions fini par détruire ce monde.

« Je préfère vivre à une époque où nous ‘n'avons pas besoin de nous poser ce genre de questions, je prétends dans un rire. Il était un peu trop facile d’offenser la mauvaise personne, quand cette personne pouvait être un dieu doté d’un ego surdimensionné. »

Il faut dire que les deux caractéristiques vont volontiers ensemble. Difficile de ne pas avoir un certain ego lorsque l’on a des millénaires au compteur, et un certain nombre de pouvoirs pour le renforcer.

« De Tezcatlipoca. Le Miroir Fumant. Et vous pouvez noter. »

Je retiens un rire, parce qu’il n’en mène pas large.

« Les jeunes femmes étaient supposées devenir ses épouses dans les Treize Cieux, à dire vrai. Ce qui, à raison d’une fois par an, lui aurait fait une sacrée foule à entretenir. »

A dire vrai, il les entretient personnellement, soit dit en passant, même s’il ne leur accorde pas plus d’attention que cela autrement. Mais enfin, ceci est une autre histoire. Un sourire retrousse mes lèvres lorsqu’il me tend son bras, et je glisse le mien au dessous, ravie de le voir prendre cette petite initiative à son tour.

« Etant donné que vous êtes là pour vous détendre et que je ne voudrais pas vous mettre en difficulté vis à vis de votre collègue, je vous fais grâce de l’évaluation, Gabriel. Pas de panique. »

Je me laisse guider jusqu’au café, choisissant une table avec lui où je m’installe sans me départir de mon sourire. Ma posture n’est pas aussi nonchalante qu’elle peut l’être parfois. Les humains tendent à être un peu nerveux lorsqu’ils ont ce genre d’occasions de se rapprocher de quelqu’un. Je ne veux pas paraître trop détendue. Je demande un cappucino d’une voix posée lorsqu’on vient me demander ce que je souhaite boire.

« Alors votre truc à vous, c’est l’aviation ? De ce que j’ai cru comprendre ? »

Je m’en enquiers d’un ton léger, juste un peu curieux.
 
Revenir en haut Aller en bas

Lun 12 Oct 2020 - 16:49 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ouai, m’en parlez pas”.

Y avait qu’à parler de l’armée, par exemple. Colt s’était vite rendu compte qu’on l’envoyait pas tant aider des gens que sécuriser un territoire avec du pétrole. Ou un autre truc. D’où sa carrière consécutive à l’UNISON. C’était pas parfait - en tout cas, il était pas assez naïf pour se voiler la face - mais au moins, il y avait plus un côté… comment dire… Disons qu’à force de taper des ennemis qui n’avaient rien à voir avec l’humanité, ça soudait l’humanité.

Notez que dans un sens, ça poussait peut-être les gens à être plus respectueux”.

Bon.. ok, peut-être pas. Enfin clairement, si Colt avait eu dans l’idée d’insulter un type parce qu’il lui était rentré dedans avec sa voiture, il l’aurait fait. Pas qu’il aurait particulièrement tenu à la voiture, ça aurait une sorte de réflexe.

Est-ce que tous les dieux ont pas un ego surdimensionné? Non parce que… j’ai quand même l’impression que c’est un prérequis pour être divin”.

Encore une fois, s’il se fiait à ses maigres connaissances mythologiques. Même en prenant en compte qu’il avait été un parfait débutant sur les questions Olympiennes, et encore plus ignorants sur les questions aztèques, le peu qu’il savait suffisait à cette affirmation.

Tezcatlipoca” répéta docilement Colt. “... rappelez-moi ce qu’il fait celui-là?

Pas qu’il avait fait preuve de mauvaise volonté, mais elle avait mentionné tellement avec… eh bah des noms à coucher dehors… Il s’était un peu perdu. Il hocha la tête pour ponctuer la précision sur les jeunes femmes… sans savoir trop quoi en penser exactement. Ca faisait quand même beaucoup de femmes, non? Déjà une, c’était bien, mais quatre? Et tous les ans?

Donc… il gardait toutes ces femmes? Vous me direz… être l’épouse d’un dieu qu’on voit jamais, je suppose que ça peut avoir du bon?

Aucune idée. Déjà, il n’était pas une femme, donc il partait du principe qu’il aurait toujours un biais pour donner son avis. Et puis il ne s’y connaissait pas vraiment en histoire aztèque, donc vraiment, il laissait Naïma lui dire.

C’est gentil à vous”.

Colt tira la chaise en face d’elle, s’installa. Il n’était jamais venu au café du musée - il avait déjà à peine mis les pieds dans le musée - mais trouvait l’endroit sympathique. Des tables rondes, un décor sympa… Il consulta le menu posé sur un socle au milieu de la table, le délaissant dès qu’il eut fait son choix. Il réclama un café viennois à la serveuse, sans être trop stressé.

Enfin… jusqu’à ce qu’elle reparte et que l’ampleur de la situation lui revienne. Il était assis à une table, avec une femme, pour un café. Bah… Ca pouvait pas être plus compliqué qu’une invasion Terminus hein.

C’est ça. Je suis pilote depuis mes dix-sept ans”. Ce qui… commençait à dater un peu, il fallait être honnête. Plus de trente ans derrière un avion. “J’ai fait l’Air Force, j’ai un diplôme d’ingénieur en aéronautique, tout ça. Enfin je veux pas vous embêter avec tout ça. Et puis je vous cache pas que je préfère voler plutôt que discuter de voler”.

Colt lui offrit un sourire. Voilà, il s’en sortait quand même pas mal, non? Il fallait juste être na-tu-rel. Enfin pas trop. Il avait quand même un humour de bidasse. Et il pouvait être un peu rustre. Un relent de l’armée. Gabriel pouvait aussi bien passer une soirée à discuter géopolitique dans un costume impeccable qu’à faire un concours de rot en calbut dans le dortoir d’un baraquement.

Et vous? Vous travaillez ici depuis longtemps?

Oui, parce que jusqu’ici, rien ne laissait penser qu’elle travaillait… disons… ailleurs.
 
Revenir en haut Aller en bas

Lun 12 Oct 2020 - 18:21 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Peut-être. Ou bien peut-être y avait-il plus de disparitions subites. »

Dans les faits, les gens se montraient respectueux selon votre apparence. Mais est-il vraiment pertinent de se pencher sur la question maintenant ? Probablement pas. Mon sourire s’élargit lorsqu’il continue. Oh, quel dommage qu’il ne puisse jamais savoir à qui il parle vraiment.

« J’aurais tendance à dire que ça m’a tout l’air d’être un prérequis, mais en toute honnêteté, je ne suis pas allée vérifier, je plaisante avec un léger rire. J’imagine que pour certains, l’ego est un peu moins surdimensionné que pour d’autres. »

Clairement, l’ego de Hermès et celui de Zeus, pour ne citer qu’eux, n’ont strictement rien à voir l’un avec l’autre. Mais il faut le voir pour le comprendre. De l’extérieur, les dieux sont les dieux.

« Dieu de la chasse, de la guerre, de la discorde, de la sorcellerie, de la nuit, aussi. De la mémoire, en plus faible importance toutefois. De charmantes attributions, n’est-ce pas ? La plus crainte des divinités aztèques. »

Sachant que l’on a fait de moi une déesse des vices, de la discorde, de la sorcellerie et au double visage, je suis en quelque sorte un pendant féminin du Miroir Fumant. Raison pour laquelle il est important pour moi malgré son caractère exécrable. Disons que j’ai au moins une foule d’aspects bienveillants pour rattraper les choses. Je hausse les épaules et prend une mine concentrée pour réfléchir.

« Nous n’avons pas vraiment de sources fiables sur ce qu’il est supposé se passer une fois les élues sacrifiées à leur dieu. Difficile d’aller vérifier cela, il faut dire. »

Personne ne souffre vraiment de ne plus obtenir de sacrifice, dans les Treize Cieux, quoi qu’il en soit. Même si la mort de nos ouailles étaient dûment récompensées, elle a été trop fréquente pendant les dernières années. Quetzalcoatl n’appréciait pas cela, mais Huitzilopochtli a toujours été une divinité sanguinaire, qui jouissait de cette preuve de foi de la part de ses fidèles.

Je ne m’attends pas vraiment à obtenir autant de stress venant de Gabriel lorsque nous nous installons. Je suppose que cela fait vraiment longtemps qu’il n’a pas eu l’occasion de se prêter à ce genre de jeu, pour en concevoir tant d’appréhension. Cela le rend plus adorable encore.

« Oh, vous avez commencé sacrément tôt. Et vous ne m’embêtez pas. C’est moi qui ait posé la question, non ? »

Je souris d’un air amusé, sans insister toutefois, avant de secouer la tête avec un rire franc.

« Et bien, je vais prendre ça pour un compliment concernant mes qualités de guide. Je ne travaille pas ici. Ni dans un autre musée, à vrai dire. Je fais de la recherche dans d’autres circuits, sur les artefacts magiques méso-américains et celtiques, majoritairement. Depuis… oh, bientôt trois ans que je suis ici, mais j’ai grandi en Egypte. Même si ma famille est d’origine mexicaine, elle, mais des origines assez lointaines. »

J’en dis plus qu’il ne faudrait pour noyer un peu le poisson concernant d’éventuelles précisions au sujet de mon emploi.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mar 13 Oct 2020 - 11:56 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Pas très rassurant, comme perspective. Pas que le monde moderne était dénuée de disparitions soudaines, cela dit. Combien de cas de ce genre avait-il vu passer, avant de passer Major, quand il était encore sur le terrain? Même s’il n’était pas de la branche investigation, il avait vu des sacrés trucs dans son équipe d’intervention.

Ouai, tout doit être relatif”.

Ca restait quand même des egos divins, même si Machin en avait moins que Bidule. Non pas que Gabriel avait pour projet de rencontrer ou Machin, ou Bidule. S’il avait su la véritable nature de la femme avec qui il avait passé la dernière heure… Même s’il avait vu un sacré paquet de trucs incroyables, celui-là lui aurait sans doute donné un petit bug.

Wow. Ok? Je… suppose que je rentre dans la case guerre” réfléchit Gabriel à voix haute. “Je suis un peu plus mitigé pour le reste”.

Chasse? Pas trop. Sa famille n’était pas trop portée là-dessus et il n’avait jamais essayé. En partie parce que ça ne l’attirait pas du tout. La discorde? Hum… il n’était pas non plus le genre à chercher le conflit, mais il avait dû en gérer un paquet, alors pourquoi pas. La sorcellerie, c’était carrément un non. Jamais aucun attrait pour un truc qui impliquait de rester assis à étudier pendant un moment. La nuit… pourquoi pas, mais l’explication aurait été alambiquée pour justifier ça. En même temps, Naïma avait dit tout à l’heure qu’un fidèle collait rarement à tous les aspects d’un dieu.

Je ne suis pas hyper partant non plus, pour tout dire. En plus, j’ai une tonne de boulot qui m’attend demain, ça m'arrange pas d’être sacrifié”.

La remarque tenait vraiment de la plaisanterie. Preuve que Gabriel Colt pouvait aussi faire des plaisanteries pas trop nulles sans que ça soit trop… comment dire… humour de bidasse? Pourtant, la situation n’était vraiment pas facile. Pour donner un point de comparaison, il avait un peu l’impression d’être à une soirée officielle où il ne pouvait pas se foirer sans amener la honte sur toute son organisation, et une sorte d’évaluation super importante.

Vrai. Je suis pas sûr que vous sachiez dans quoi vous vous embarquez si je pars là-dedans cela dit”.

Colt n’était pas un scientifique. Parler sciences, entendre parler pendant des heures du processus de recherches derrière un truc, ça l’emmerdait profondément. L'ingénierie, c’était différent. C’était concret, et concret immédiatement. On lui expliquait le fonctionnement d’un piston, il avait un piston sous les yeux, c’était parfait.

Wow…” lâcha Colt, qui n’y connaissait pas plus aux Celtes qu’aux Aztèques. “Et comment on en arrive à étudier tout ça, au juste?

Jusque là, il avait les bras croisés sur la table. Il les décroisa et se recula pour laisser la place à la tasse que la serveuse déposa devant lui. Il la remercia, en ajoutant un sourire, et préleva une bonne cuillère de crème sur le dessus de son café.
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 18 Oct 2020 - 0:32 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Très relatif sans aucun doute, effectivement. J’acquiesce d’un petit signe de tête, sans rien ajouter de bien pertinent à ce sujet. Je préfère répondre à ses interrogations. Même s’il ne sait apparemment pas trop quoi penser de mes réponses. Ce que je peux comprendre en soi.

« Oh, pas besoin d’entrer dans toutes les cases, vous savez. »

Ni même dans une seule, lorsqu’on était sacrifié, mais enfin.

« Mais je peux comprendre que vous passiez votre tour, bizarrement. »

Je pouffe de rire. Pour l’avoir déjà vécu, ce n’est certes pas un moment agréable. J’ai dû sacrifier certaines de mes hôtes occasionnellement, pour alimenter des sortilèges particuliers ou favoriser les récoltes ici et là, au cours de ma longue vie. La douleur, quoique passagère, a de quoi rendre folle. Heureusement que cela ne dure pas.

« Mince, vous allez me faire peur, je plaisante aimablement. Vous avez d’autres loisirs sur lesquels je pourrais vous interroger, ou le terrain est piégé également ? »

Je l’observe avec un sourire en coin, avant que la conversation ne dérive vers mes propres attributions. Qui sont celles de l’identité que je prétends avoir. Je passe également pour une mage de très petite envergure auprès de mes collègues, capable de reconnaître les artefacts qui sont encore porteurs de pouvoirs, mais rien de bien trépidant.

« Au départ, par intérêt personnel quand j’étais plus jeune. A cause de mes origines, le peuple aztèque me fascinait. En plus, ma famille est assez portée sur la spiritualité et s’intéressait beaucoup à leurs divinités. Ensuite, en grandissant, je me suis simplement rendue compte que j’aimais vraiment ça et qu’il serait peut-être possible d’en faire mon métier, donc j’ai suivi cette voie. J’ai un doctorat dans ce domaine. J’ai fait quelques boulots ici et là jusqu’à postuler pour un autre organisme, et me voilà. »

Je goûte mon café du bout des lèvres sans réellement quitter Gabriel du regard.

« J’ai eu de la chance, en réalité, tout s’est très bien enchaîné. Et d’avoir eu des parents qui étaient prêts à me financer tout ça, aussi. Londres est une ville très sympathique pour étudier, mais la vie coûte terriblement chère. »

Le parcours de Naïma m’a été assez rabâché pour que je n’ai aucun mal à m’en souvenir et à dérouler d’innocents mensonges au milieu du reste. Je croise les jambes sous la table, non sans hésiter d’ailleurs à me montrer un tout petit peu plus claire dans mes intentions vis-à-vis de lui.

« Très honnêtement, j’ai un peu atterri ici pour fuir ma famille, ceci dit. »

Je hausse les épaules, avec un sourire toujours en place malgré tout. Thalia ou son alter-ego sont bien mieux loin des leurs.
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 18 Oct 2020 - 16:28 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
[J’espère que... “ Gros instant d’hésitation. Il avait beau avoir entendu le nom plusieurs fois, les enchaînements de consonnes multiples le faisaient hésiter. “[Teztaclipoca? Teezcatlipoca? Enfin que euh…qu’il m’en tiendra pas rigueur”.

Et qu’il ne lui tiendrait pas plus rigueur d’avoir écorché son nom. Heureusement qu’il y avait le Pacte. Ca lui évitait de devoir s’inquiéter qu’un dieu aztèque vienne lui dire sa façon de penser parce qu’il avait écorché son nom et n’aurait pas voulu être sacrifié en son nom.

[Eh bien, pour tout vous dire… y a pas vraiment de terrain qui peut être piégé. J’ai… Comment dire… un très mauvais équilibre entre vie pro et vie perso. Sinon, je serais pas contraint de faire des paris pour sortir de chez moi. Non, mais… sérieusement. Je travaille beaucoup trop alors… je sors rarement. Je vais rarement au cinéma. Ou au théâtre”. Gabriel hocha la tête en même temps qu’il parlait. Disons qu’il avait un rare moment de “J’ai bientôt cinquante ans et j’ai que mon boulot”. Pendant un court instant, il eut un moment de “qu’ai-je fait de ma vie?” qui passa aussi vite qu’il était arrivé. Ce n’était pas le moment de s’attarder là-dessus. Ni le genre de Colt. “[Je fais surtout du sport pour tout dire”.

Il écouta attentivement la réponse de Naïma, tout en continuant à faire disparaître sa chantilly de sa tasse. Quand il n’en resta qu’un fond sur le dessus du café, il touilla un peu.

[Je vous comprends. Beaucoup de gens n’ont pas la possibilité de suivre les études qu’ils veulent par manque de moyens financiers”.

Colt n’avait pas vraiment eu ce problème. Il avait tout fait via l’armée, après son diplôme au lycée. Même l’argent n’avait jamais vraiment été un problème puisque ses parents n’étaient pas spécialement à plaindre. Cela dit, il avait aussi côtoyé un certain nombre de gens beaucoup moins bien lotis que lui et qui avaient fait l’armée dans le but avoué de pouvoir se payer la fac.

Il allait ouvrir la bouche pour relancer la conversation - elle avait parlé de Londres par exemple, et il y avait été stationné quelques temps - mais il sentit quelque chose contre sa jambe. Quelque chose qui ressemblait fortement à un pied qui n’était pas le sien. Comme le contact avait somme toute était furtif, il décida de conclure qu’elle lui avait juste effleuré la jambe en les croisant ou en les bougeant sous la table.

[Envahissants?

Le ton était compatissant, quoique Gabriel ne connaissait pas trop ça. Il venait d’une famille de militaires. Il avait passé une sacrée partie de son enfance, puis de son adolescence, sans l’un de ses parents à la maison. Voire les deux, quand leurs affectations se croisaient.

[Vous avez choisi Star City ou c’était juste une histoire d’opportunité professionnelle?
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 22 Oct 2020 - 16:52 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
En fait, Tez’ lui en aurait probablement tenu rigueur, au vu de son excellent caractère, mais là n’est pas la question. Pas sans admettre que je le connais personnellement et intimement. J’aime parfois embêter les humains avec lesquels j'interagis en leur révélant la vérité sans détour, mais Gabriel n’entre pas dans cette catégorie.

« Je pense qu’il ne sera même jamais au courant. Pas de panique. »

J’adresse un clin d’oeil à Colt avant de boire une gorgée de café. Je ne redeviens sérieuse que parce qu’il évoque sa vie personnelle - sans en dire énormément de bien, notons. Apparemment, il est plus fusionnel encore avec son emploi que je ne l’avais pensé.

« Et ça ne vous manque pas du tout ? Ou ça ne vous intéresse pas plus que ça, peut-être ? Quel genre de sports pratiquez-vous ? Notez que c’est une activité comme une autre. Je fais un peu de tennis mais je suis plutôt très moyenne. »

J’ai également récupéré une bonne partie des aptitudes de Thalia à la gymnastique, ou encore au combat, mais ce ne sont généralement pas des choses à évoquer de trop. Je me contente donc de le relancer de la sorte avant d’expliquer comment j’ai atterri à Star City aux termes d’études partiellement fictives - et dont on trouverait pourtant tous les justificatifs si qui que ce soit s’avisait de se renseigner.

« Malheureusement oui. Le système éducatif est loin d’être juste », je déplore avec un soupir.

Et s’il n’y avait que leur système éducatif. Découvrir tous ces gamins abandonnés à leur sort dans un immeuble de la ville m’a quelque peu marquée, j’imagine. Je suis toujours aussi consternée de constater quel dédain les adultes peuvent cultiver à l’égard de leurs jeunes. Ici ou ailleurs. L’humanité a une partie d’elle entièrement bonne à jeter, j’imagine.

« J’aurais préféré qu’ils ne soient qu’envahissants, je réponds d’un ton plat, presque sans intonation. Mes parents ont tout fait pour contrôler tous les aspects de ma vie, tout en prétendant être tout le contraire. Pour être honnête, je me suis débrouillée pour qu’ils ne sachent même pas que je travaille ici. Pour ce que j’en sais, ils sont peut-être morts, depuis. »

J’ai une légère moue d’excuse.

« Pardon, c’est sans doute un peu violent. Pour vous répondre, c’était une opportunité qui ne se refusait pas, simplement. Je savais que l’endroit était un peu… Dangereux, mais le monde entier peut correspondre à cette description, alors j’ai sauté le pas. »

Je souris à ce stade, un sourire léger, sans doute aussi motivé par le fait que mon pied caresse doucement sa jambe, un instant - suffisant pour qu’il n’y ait pas de doute quand à mes intentions, mais pas si long que cela en devienne gênant s’il ne veut pas y donner suite.

« Vous êtes staropolitain, ou vous êtes arrivés ici par la suite, comme moi ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 23 Oct 2020 - 14:01 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Encore heureux que Tez... euh… truc… ne soit jamais au courant. Vu les attributions qu’il se traînait et la discussion précédente sur l’égo divin, Gabriel préférait très honnêtement ne pas s’y frotter. Bon, il aurait sans doute encore moins fait le malin s’il avait su que sa soeur était assise en face de lui.

Gabriel offrit d’abord un haussement d’épaules et se prit une gorgée de café. Une vieille technique pour gagner du temps quand on vous posait une question un peu… embarrassante. Il faisait ça aussi en conférence de presse. Il laissait passer deux-trois flashs en mode “Je suis sympa, je vous laisser avoir une photo nette de moi où je bouge pas” avant de répondre.

Pas vraiment” admit-il. “C’est peut-être aussi que je m’y suis habitué, depuis le temps”. Ou qu’il utilisait son boulot comme béquille émotionnelle? Est-ce qu’il avait bien envie d’aller sur ce terrain? “Et en même temps... Je me voyais pas avec des enfants. Pour les trucs funs, oui, mais élever des enfants, c'est pas juste les trucs funs. Je me contente d'être l'oncle marrant. J’ai un travail… prenant. Aussi bien en terme de temps que… disons de risques encourus. J’ai grandi dans une famille de militaires, alors je sais ce que ça peut faire sur les membres d’une famille”.

Disons que quand il était gamin, une part de lui s’inquiétait toujours, quand ses parents étaient en déploiement. Il avait le souvenir de plusieurs soirées passées en mode “fort” avec ses frères et soeurs, à attendre anxieusement une nouvelle quand la rumeur qu’un soldat avait été blessé ou tué sur le lieu de déploiement de l’un de leurs parents. Maintenant, ses parents étaient à la retraite, ses soeurs n’étaient plus que rarement sur le terrain, il n’y avait bien que pour Peter qu’il s’inquiétait.

En général, je vais courir. C’est l’activité la plus simple au monde. Un short, une paire de baskets, et on est bon pour y aller. De la boxe aussi. J’aime bien le basket, mais ce n’est pas toujours facile de réunir des copains pour y jouer”.

Disons que les gens qu’il qualifiait comme des “copains” ne couraient pas les rues, déjà. Accessoirement, ceux qu’ils qualifiaient ainsi avaient des vies parfois bien remplies, soit qu’ils étaient eux-mêmes à des postes à responsabilité, soit qu’ils avaient une vie de famille en plus de leur boulot. Ou tout simplement, qu’ils étaient en poste à l’autre bout du pays, voire du monde.

Sa tasse à la main, Colt hocha la tête pour approuver sa remarque sur le système éducatif et, il fallait bien le dire, se trouva un peu interdit devant le reste de son explication. Le portrait de ses parents était bien peu flatteurs, il fallait bien le dire, mais il ne lui serait pas venu à l’idée de la contredire là-dessus ou d’essayer de lui dire que ce ne devait pas être si grave. Si quelqu’un vous disait ça, il y avait des bonnes raisons.

Non non, ne vous inquiétez pas. Je suis surtout désolé de l’apprendre. Vous détacher d’eux n’a pas dû être une décision facile”.

Ca impliquait quand même du courage, de partir sans se retourner, d’aller s’installer dans une ville où on ne connaissait personne… Colt ne pouvait même pas dire qu’il savait de quoi il parlait, parce qu’il n’avait jamais vraiment été seul, dans ces affectations. Même en arrivant à Star City: Bradley l’avait suivie.

Dangereux? Qu’est-ce qui vous fait dire ça? La… deuxième invasion extradimensionnelle en moins d'une décennie?

Il aurait pu continuer la liste à base de “Les robots géants? Les explosions quotidiennes?” Ca ne lui arrivait pas souvent de plaisanter sur ce qui était essentiellement son boulot, mais il avait aussi découvert que ça évitait de devenir complètement timbré. Une manière de dédramatiser les choses.

Je suis de Virginie, à la base. J’ai été muté à Star City en 2010. Avant ça, j'étais en poste en Europe”.

Pour des raisons évidentes, Colt préférait l’annoncer comme ça, plutôt que de dire “y a dix ans”. Dire 2010, ça laissait le flou sur la durée, dans sa tête. Ouai, ça lui donnait un petit coup de vieux à chaque fois.
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 25 Oct 2020 - 2:22 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
S’habituer à ne vivre que par et pour son travail ? Etait-ce réellement une bonne idée ? Je suis parfois sidérée de constater à quel point l’humain moyen peut oublier de vivre tout simplement. Lorsque l’on considère leur durée de vie, c’est pourtant un criant gâchis de temps. Mais enfin. Ce n’est pas si aisé lorsque l’on ne peut pas prendre le recul nécessaire. Cela fait partie de leur charme aussi. L’application qu’ils peuvent mettre dans des choses finalement insignifiantes, qui a pourtant une influence certaine sur le cours des choses.

« Je comprends. J’ai pris la décision de ne pas avoir d’enfants pour des raisons un peu semblables, j’imagine. Moins les risques. A moins qu’un artefact ne m’explose dessus, je ne crains pas grand-chose, et normalement, ils ne font pas ce genre de choses. »

Enfin, nous étions en tout cas étonnamment bien protégés dans le secteur Alpha.

« Courir. Outch. J’avoue que je ne risque pas de vous suivre là-dessus. Je déteste ça. J’ai l’impression que je vais cracher mes poumons, à force. »

J’assortis mes propres d’un rire léger - même si, de fait, je n’aime pas forcément ces efforts si typiquement humains.

« J’apprécierais plus la boxe, je crois. »

Pour ce qui est des jeux de balle, je n’en pratique que de très anciens. Et le tennis, mais c’est une chose que Thalia faisait. Je ne peux pas dire que j’en raffole, même si cela ne me déplaît pas entièrement pour autant. Un sourire aux lèvres malgré les sujets abordés, je continue d’une voix posée :

« C’était difficile sur le coup, mais j’y ai énormément gagné. Je revis, depuis. »

Thalia aurait dû couper les ponts avec ses parents. Voilà des années. Elle l’a presque fait, en un sens, ces derniers mois. Les quelques fois où elle a repris le contrôle de son corps, elle n’a pas cherché à les voir. Ses géniteurs n’ont pas à la voir, de toute façon. Officiellement ils ne sont personne pour Naïma Tahir. Ils n’existent pas dans son arbre généalogique. Cette identité a peut-être fait du bien à l’aztèque. Dommage pour elle que cela ne me fasse ni chaud ni froid.

« Oh, peut-être ça, je suis un peu trouillarde, que voulez vous » je plaisante.

De Virginie. Je n’étais même pas certain qu’il était américain.

« Où en Europe, si ce n’est pas indiscret ? Je n’ai pas beaucoup visité, à part l’Angleterre, évidemment. »

Je croise les bras et recule mes pieds pour le moment. Je suis presque étonnée de constater qu’il ne réagit pas plus que cela. Ma foi. Peut-être n’ose-t-il pas. Ou qu’il a besoin d’invitations plus claires.
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 25 Oct 2020 - 17:23 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Gabriel lâcha un rire. A ce stade, il pensait toujours que Naïma bossait pour le musée, sous une forme ou une autre. En tout cas, il ne l’avait pas du tout reconnue comme une employée de l’UNISON pour le secteur Alpha, où il n’allait quasi jamais. Pas le temps. Donc qu’elle lui annonce tranquillement qu’à moins qu’un truc lui explose au nez, elle serait tranquille, c’était un peu drôle.

On sait jamais, des fois qu’un torque décide de faire dans l’original”.

Pour lui, ce n’était même pas si incroyable que ça. Franchement, quand on avait autant d’années de carrière que lui à l’UNISON, un torque explosif, ça vous faisait hausser les épaules et puis vous vous mettiez au boulot.

Je suis sûr que vous auriez un bon crochet”.

Un peu tôt pour venir boxer avec lui hein? Bon sang, il avait tellement plus l’habitude de ce genre de trucs. Est-ce qu’au moins c’était encore de son âge? On avait pas une retraite des relations amoureuses à un moment? Ca aurait été bien. Sa mère n’arrêtait pas de lui parler de se trouver une femme.

Tant mieux. Parfois, il faut savoir se faire un peu de mal, je pense”.

Bon, après, Colt n’avait jamais eu à vivre ça avec sa propre famille. Ils étaient proches, à leur étrange façon d’être éloigné les uns des autres. Il ne voyait personne “en vrai”, mais ils se téléphonaient avec plus ou moins de régularité. Au moins une fois par an, pour les anniversaires.

Un sourire aux lèvres, Gabriel reprit une gorgée de son café. Trouillarde, trouillarde… fallait du courage pour s’installer ici. Ou dans n’importe quelle grande ville. New York, Los Angeles, Washington… elles avaient toutes des crises de ce genre. Mais c’était aussi dans les grandes villes qu’il y avait des opportunités, alors les gens n’avaient pas toujours le choix.

Oh, non, ça ne l’est pas. J’ai fait… l’Angleterre, la France. L’Allemagne, mais pas longtemps. La Suisse. La Russie, je sais pas si vous comptez ça comme l’Europe. Pas forcément dans cet ordre notez”.

Il lui aurait fallu une paire de secondes pour remettre sa carrière dans l’ordre. Entre l’armée et l’UNISON, il avait beaucoup bougé. En fait, Star City avait été sa plus longue affectation. L’endroit où il avait passé le plus de temps aussi. Même quand il était gosse, il déménageait régulièrement, selon les affectations parentales.

J’ai fait l’Afrique aussi. Moyen-Orient. J’ai pas mal bougé. Je conseille pour les spécialités culinaires”.

Beaucoup moins pour les à-côtés. Disons clairement que la vie qu’il avait mené n’était pas faite pour tout le monde.
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 30 Oct 2020 - 0:01 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un torque aurait certainement pu faire dans l’original et exploser. Des artefacts dangereux, j’en ai croisé quelques-uns depuis que je travaille au Secteur Alpha. Simplement neutralisés. Ce qui aide à ne pas connaître de situations dangereuses, ou ne pas stocker des objets capables de détruire l’entrepôt où ils sont stockés en étant empilés trop près les uns des autres.

« J’admets. On ne sait jamais ce qui peut arriver, je réponds avec un sourire amusé. Même si normalement, mon travail consiste en partie à éviter ce genre de choses. »

Je hausse les épaules sans en dire trop. J’ai été en partie recrutée, d’après le dossier de Naïma, pour quelques capacités latentes à la magie. Pieux mensonge s’il en est, mais il s’avère que Thalia est tout à fait capable de sentir les énergies appliquées à un artefact, et moi-même plus encore.

« Votre confiance me va droit au cœur. Même si je suis positivement certaine qu’à côté de vous, ce serait assez ridicule. A l’occasion, nous pourrions vérifier ça. »

Je tends gentiment une perche. Sans trop en faire non plus, j’espère tout du moins. Une façon comme une autre de réitérer le fait que je ne serais pas contre une seconde rencontre.

« Sacré palmarès ! Vous avez de la chance, décidément. J’adore voyager. Découvrir le monde, les gens qui y vivent, leur culture, … Je regrette de ne pas le faire suffisamment, parfois. »

Ce n’est même pas un mensonge. L’humanité sous toutes ses coutures a quelque chose de fascinant. La diversité de cultures et d’horizons m’a toujours plu, ici bas. Même si elle est aussi l’une des raisons des incessants conflits qui agitent la terre. Facile d’attaquer lorsqu’on s’en prend à l’étranger, pas à quelqu’un de son propre peuple. Eternel problème en soi. Je souris, glisse une main sur celle de Gabriel, un instant. Fugace.

« Vous voulez grignoter quelque chose avec votre café ? »

J’ai un peu faim pour ma part. J’évite généralement de négliger le corps que Thalia m’a si aimablement offert en guise de prison. Par intérêt personnel. Je n’ai pas envie de quitter la Terre immédiatement.

« Et avec tout ça, si vous deviez nommer votre pays préféré, lequel ce serait ? Vous devez bien avoir un petit chouchou, non ? »

Je suis curieuse de savoir ce que cela peut m’apprendre sur lui, je crois. Les préférences sont parfois autant d’informations sur l’âme que dissimule soigneusement la chair.
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 30 Oct 2020 - 14:57 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ah, donc vous faites dans le déminage de torque explosif? C’est un peu de niche comme spécialité, non?

Il plaisantait. A moitié. Encore une fois, il n’aurait pas été spécialement surpris de découvrir qu’un de ses agents était spécialiste là-dedans. A ce stade, un doute fugace passa dans son esprit, mais pas assez longtemps pour qu’il s’y attarde. Pour la première fois depuis un moment, Gabriel Colt avait plus ou moins mis son cerveau en mode “Off boulot”.

Oh, je sais pas. Je pense que vous pourriez me refaire le menton ou le nez, avec un peu d’entraînement”.

Il était… disons à moitié sérieux. Dans les faits, il avait connu des femmes plutôt douées et qui l’avaient fait suer. Ce qu’elles n’avaient pas de force, elles le compensaient autrement. Outre le fait que, parfois, elles tapaient aussi forts que lui. La beauté des mutations et autres améliorations.

Ah, je sais pas si je l’aurais dit comme ça. J’ai rarement eu l’occasion de faire du tourisme”.

Encore plus quand il était à l’armée, puisqu’il était sur le terrain quasiment tout le temps. Il avait eu des permissions, bien sûr, mais on ne sortait jamais de son mode soldat dans ces moments-là. On faisait attention à tout, tout le temps. Est-ce que ce chariot sans surveillance était une bombe? Ce truc, sur la route, c’était un caillou ou une mine? Avec l’UNISON… disons qu’il bossait généralement dans l’avion, au sortir de l’avion, pendant toute la durée de son séjour, et re-dans l’avion. La plus grosse folie qu’il se permettait, c’était généralement un dîner avec Bradley. Où ils bossaient en discutant des projets du lendemain, des réunions du jour…

Son train de pensées dérailla légèrement en sentant sa main se poser sur la sienne. S’il avait encore eu des doutes à ce stade, maintenant, c’était clair. Elle essayait de le séduire. Est-ce qu’il était flatté? Oui, sans doute. Enfin, non, pas de doute. Elle était jolie, charmante… Gabriel s’inquiétait plutôt qu’elle soit un peu jeune pour lui. Lui-même ne faisait pas vraiment son âge. Il allait fêter ses cinquante ans à la fin de l’année, et il en paraissait peut-être dix de moins.

Euh... pourquoi pas? Enfin je sais pas trop ce qu'il propose".

Mince, est-ce qu'on pouvait dire que c'était un rendez-vous maintenant? Un café et une viennoiserie, ça faisait beaucoup plus sérieux que juste un café, m'voyez?

"Ah... je sais pas. J'ai bien aimé le Moyen-Orient. Je vais pas vous mentir, avant d'y aller, j'avais la même opinion que tout le monde ici. C'est une zone sinistrée pleine de terroristes, mais c'est vraiment pas le cas. C'est beau. Enfin.. aussi beau que puissent être des régions qui sont en guerre perpétuelle depuis des décennies".

Là, Gabriel hésitait à poser une question qui lui trottait dans la tête. Clairement, y avait un truc. Dans le sens, elle était jolie, elle avait l'air de le trouver à son goût, et il avait passé un moment plutôt sympa lui-même. Pour autant, il n'était pas cent pour cent certain de ce qui se passait alors... Oh. Puis merde.

"Désolé de... poser la question comme ça mais... est-ce qu'on est en train d'avoir un rendez-vous?"
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 1 Nov 2020 - 22:43 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« J’admets, on en a pas besoin à chaque coin de rue. »

Je ris en réponse à sa plaisanterie. Même si, de fait, c’est un peu pour lui que je réalise ce travail. En quelque sorte. Oh, je sens que je vais trouver le moment où Colt le réalisera extrêmement amusant.

« Je reste à demie convaincue seulement. Je ne suis pas si douée que ça. »

Le combat au corps à corps est à ma portée, certes. De là à en faire ma spécialité… En prime, je ne suis pas une boxeuse. L’art martial que je pratique n’a rien à voir avec la plupart des types de combat les plus connus. Le fait qu’il a été adapté, dans mon cas, à ma pratique de la magie, n’y est sans doute pas pour rien. J’ai fini par cesser d’utiliser autre chose que mes pouvoirs, avec le temps. A quoi bon m’agiter quand je peux lever des armées sans bouger. Ou pouvait le faire, tout du moins.

« Hm, c’est sûr qu’avec votre travail… »

Les humains ont tendance à oublier de profiter de leurs instants de détente, à ce que j’ai cru comprendre. Et s’il vient de l’armée, il n’a pas dû en avoir énormément lorsqu’il était envoyé dans tel ou tel pays. Je ne m’attarde pas sur la question, principalement parce que je continue de déployer mon petit jeu à pas mesurés. Ce qui ne manque pas de le désarçonner. Une sensation qui prête à sourire, mais je ne le montre pas.

« Je ne sais pas non plus, pour être honnête. Et pour revenir sur ce que vous dites, il y a énormément de pays qui souffrent de préjugés terribles au vu des merveilles qu’ils offrent. Et leurs habitants ont beaucoup à nous apprendre. »

Je marque une pause songeuse. Un instant seulement. Lorsqu’il reprend la parole, je prends l’air un tout petit peu gênée, avant de me redresser, comme si je m’étais reprise. Un sourire hésitant apparaît sur mes lèvres, mesuré et dosé à la perfection.

« Ne vous excusez pas. Est-ce que vous auriez envie que ce soit le cas ? »

Je l’interroge d’une voix douce avant de reprendre avec délicatesse :

« Je vais être honnête. Je serais ravie que ce soit le cas, de mon côté. Mais je ne serais pas heurtée si nos attentes ne sont pas les mêmes. »

Je hausse les épaules avec désinvolture, sans le quitter du regard pour autant. Je suis curieuse de constater la façon dont il va réagir à cette démonstration d’honnêteté, même s’il me semble sentir qu’il est très loin d’être réfractaire à l’idée.
 
Revenir en haut Aller en bas

Lun 2 Nov 2020 - 17:53 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ah, ne dites pas ça” retourna Gabriel, avec un geste de la main pour chasser ses protestations. “Le mieux, ça serait d’essayer, histoire de voir qui a raison”.

Est-ce qu’il venait de lui proposer une autre rencontre alors que la première n’était même pas fini? Est-ce qu’il avait fait ça? A priori oui… mais pourquoi? Et puis d’ailleurs, on se calmait. Peut-être qu’elle le prendrait pour la plaisanterie que c’était. Non mais… Elle allait le prendre pour une blague, voilà.

Hum, et encore. Y a du mieux”.

Comparé à 2018, où il avait passé chaque jour et chaque nuit dans son bureau? Certes, les circonstances avaient été particulières: une putain d’invasion en plein centre-ville, mais tout de même. Niveau Annus Horribilis, ça s’était posé. Là, au moins, il sortait. Ok, peut-être… une fois par mois, et encore, mais il sortait. Qui avait besoin d’une vie sociale épanouie, de toute façon? Certainement pas Gabriel Colt!

C’est vrai. Y a des tas de trucs… Je sais pas moi, la conservation des aliments, la préparation du thé… on se repose sur la technologie, les frigos, la bouilloire… Et on se rend compte qu’on a pas besoin de tout ça. Enfin ce que j’essaie de dire… C’est que ce n’est pas parce qu’ils font les choses différemment d’un starpolitain qu’ils sont “moins civilisés” ou quelque chose comme ça”.

Mais bon, ça entrait dans une mentalité globale en mode “USA USA USA” que Colt ne supportait pas du tout. Ca avait été son opinion au moment de s’engager. Ca avait été l’opinion de beaucoup de gars de sa promo. Et puis ils s’étaient retrouvés sur le terrain. Ils avaient été envoyés sécurisés des zones où on soupçonnait des gisements de pétrole, plutôt que dans des villages attaqués par des terroristes. On remettait vite des trucs en perspective.

C’était important, la perspective. Par exemple, Colt aurait géré sans problème une explosion en plein milieu du musée. Gabriel, par contre, essayait de se rappeler comment parler. Et réfléchir, accessoirement. Sans un énorme succès, jusqu’à présent.

... peut-être?” tenta enfin le militaire. “Enfin ce n’est pas… contre vous” précisa-t-il aussitôt. “Vous êtes jolie. Et on a eu une conversation agréable. Je passe un bon moment”. Voilà, le dire très clairement, parce qu’il s’était un peu marché dessus sur les phrases précédentes. “J’ai… un peu perdu la main, pour tout ça, donc je suis… un peu pris de court”.

Il allait ajouter quelque chose, mais la phrase lui échappa sur le chemin entre son cerveau et sa bouche. Plutôt que de refermer la bouche bêtement - ce qui aurait été une option - il en dit une autre, presque d’instinct.

On a qu’à… voir où ça nous mène?

Du genre “Au pire, si dans une heure, on en est au stade où on veut s’embrasser… on s’embrassera. Sinon, on se dira à plus”. Voilà, sans pression aucune.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mer 4 Nov 2020 - 0:04 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« C’est une proposition, je rétorque d’un ton malicieux. Si oui, notez que vous êtes le premier à m’inviter à nous taper dessus. »

Généralement, nos activités physiques communes impliquent un corps à corps bien différent. Ce que j’aurais pu dire à voix haute sans en être gênée le moins du monde, mais le pauvre a l’air d’être suffisamment perdu sans que je ne me montre trop explicite. Le but n’est pas de le faire fuir. Bien au contraire. Comment m’amuserais-je si c’était le cas ?

« Et qu’il y ait du mieux est déjà une excellente nouvelle. »

J’ai repris avec un grand sourire. Vraiment, cette façon de vivre par et pour son travail me laisse perplexe. Quand les hommes et les femmes de ce monde ont-ils oublié de savourer leur existence ?

« Bien entendu. Mais l’occidental moyen a cette fâcheuse tendance consistant à considérer son modèle comme le seul qui soit civilisé. »

Le peuple qui nous vénérait en a fait les frais à l’époque, mais ils ne sont pas les seuls. L’histoire est une tragédie qui se répète sans cesse. Parfois, ils parviennent à apprendre de leurs erreurs passées. La plupart du temps, l’humanité se contente de les reproduire. Mais enfin. Il est aisé d’y songer lorsqu’on a un regard qui a observé des centaines d’années, des milliers, même.

Mais je ne m’en lamente pas spécialement. Je n’ai aucun mépris pour l’espèce humaine. Sinon, je ne serais pas là à manipuler tout en douceur l’un de ses représentants pour en faire… Quelque chose. Je veux voir comment il réagira, oui. D’un point de vue plus pragmatique, je pars du principe que SHADOW ne cracherait pas sur quelqu’un qui soit dans les petits papiers de Gabriel Colt. Même si je ne compte pas le laisser s’approcher trop près de ma vie. L’intimité est une bonne façon d’avouer des secrets sans avoir besoin d’en dire un seul mot, et j’en ai quantité à protéger.

« Voir où ça nous mène. Ça me semble une bonne idée. »

J’incline légèrement la tête avant de sourire. Un soupçon d’amusement, peut-être, mais surtout l’approbation de sa décision.

« Vous savez, ce n’est pas comme un sport ou… Une activité quelconque. On ne perd pas la main là dessus. Laissez vous aller, ça sera bien assez. Soyez vous-même. »

Et je m’occuperais du reste. Dans les faits, la séduction est un jeu. Un jeu dont les règles sont d’autant plus complexes qu’elles ne sont que tacites. Sans cesse réinventées par les participants. Un jeu que je maîtrise à la perfection. Privilège de l’âge autant que de mes attributions.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Un peu de culture - Tlazolteotl
 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  SuivantRevenir en haut 
Un peu de culture - Tlazolteotl - Page 2 Forum_6Un peu de culture - Tlazolteotl - Page 2 Forum_8


Un peu de culture - Tlazolteotl - Page 2 Forum_1Un peu de culture - Tlazolteotl - Page 2 Forum_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un peu de culture - Tlazolteotl - Page 2 Forum_6Un peu de culture - Tlazolteotl - Page 2 Forum_8

Sauter vers:  
Prédéfinis


Scénarios


Postes à pourvoir


Préliens
Nos voisins
      
      
      
      
Le saviez-vous ?