Pour le meilleur et pour le pire - Page 2 Bouton_vote
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Pour le meilleur et pour le pire - Page 2 Categorie2_1Pour le meilleur et pour le pire - Page 2 Categorie2_2bisPour le meilleur et pour le pire - Page 2 Categorie2_3
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

Pour le meilleur et pour le pire

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 21 Juin 2020 - 19:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

Gabrielle Tessier
Agent Ténébreux

Personnage
Pour le meilleur et pour le pire - Page 2 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 608
ϟ Nombre de Messages RP : 206
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Loudsilence
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig, Claire
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Pour le meilleur et pour le pire - Page 2 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 608
ϟ Nombre de Messages RP : 206
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Loudsilence
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig, Claire
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Une fois le soleil descendu, le froid s’installa rapidement sur la campagne russe et Gabrielle eut l’occasion de le remarquer. Les volutes blanches s’épaissirent considérablement au sortir de ses lèvres et l’air la piqua à chaque inspiration, fouettant sa peau en caresses givrées à chaque fois qu’elle esquissait un mouvement. Malgré sa chair qui se hérissait et malgré les frissons qui remontaient le long de son échine, elle remarqua que la sensation n’était pas particulièrement désagréable. Peut-être parce que ce n’était en rien comparable avec ce qu’elle avait vécu dans le fond de l’Alaska lorsqu’elle s’y était rendue en mission pour SHADOW. Peut-être aussi parce que le froid appelait à elle des souvenirs chaleureux de sa mère et de leurs rares voyages dans sa famille maternelle. Elle ne se souvenait que trop bien la beauté de Moscou à Noël, la Place Rouge et le Kremlin sous la neige, sa minuscule chapka en fourrure banche et son manchon assorti. Les odeurs, les épices, les histoires au coin du feu crépitant. Et les chansons. Et ses grands-parents.

Gabrielle se souvenait et, alors, elle n’avait plus froid. Plus trop. Dans tous les cas, elle pouvait bien attendre quelques minutes dans le froid ! Mikhaïl et son grand-père avait besoin de se retrouver, de parler seul à seul, ce qu’ils n’avaient pas pu faire depuis... Trop longtemps. Ils tenaient l’un à l’autre en dépit de la distance, cela se voyait et elle n’osait pas imaginer le déchirement que ça avait dû être pour son compagnon lorsqu’il avait été contraint de quitter la Russie, lui qui était tant attaché à son pays. Elle réalisa par ailleurs qu’elle ne connaissait toujours pas les raisons de leur départ pour les Etats-Unis, à Marishka et à lui, et se demanda s’il ne lui faudrait pas aborder le sujet... Un jour. Et seulement s’il le voulait. Ils avaient convenu qu’en dépit de ce qu’ils partageaient, il y avait des choses qu’ils ne pourraient jamais se dire. Gabrielle s’était faite une raison : SHADOW resterait son jardin secret pour la sécurité de leur couple et pour celle de Mikhaïl, ce qui était finalement peu cher payé, même si elle regrettait de ne pas pouvoir partager cela avec son compagnon.

La porte s’ouvrit dans son dos, laissant s’échapper une raie de lumière et vague de chaleur bienvenue. Une qui n’était toutefois en rien comparable à celle qu’elle ressentit à voir le visage de Mikhaïl apparaître, à sentir son bras passé autour d’elle et les mots murmurés au creux de son oreille. Elle se blottit doucement contre son épaule et esquissa un sourire.

« Ça va, ne t’en fais pas. J’ai l’habitude, souffla-t-elle. Nous y allons ? »

Le reste du chemin se fit dans la bonne entente, où discussions alternaient avec le craquement de la glace fraîchement déposée sous leurs pas. Ils échangèrent quelques anecdotes et des banalités au sujet du village, au sujet des unions qui s’étaient formées et si Gabrielle resta silencieuse pour l’essentiel, elle s’assura d’y prêter une attention toute particulière. Arrivés près de la maison familiale, la française eut le plaisir de constater que des exhalaisons délicieuses commençaient à se faire ressentir et remarqua au passage à quel point elle était affamée. Ils n’avaient pas vraiment eu l’occasion de se poser depuis leur arrivée à l’aéroport et, après réflexion, elle n’était pas certaine que boire le ventre vide ait été une idée brillante quand on n’en avait perdu l’habitude... Mais on n’avait pas tous les jours l’occasion de rencontrer son beau-grand-père et celle de fêter l’arrivée d’un enfant.

Installée à proximité de ses beaux-parents, la jeune femme eut l’occasion de s’entretenir avec eux durant toute la durée du repas, ce dont elle ne se priva pas, à la fois désireuse d’en apprendre plus sur Mikhaïl et sur leur famille. Elle esquiva avec habileté les questions pour lesquelles elle n’avait pas vraiment de réponse satisfaisante à apporter – essentiellement sur leur avenir ensemble – et n’hésita pas à détourner la discussion lorsque cela s’avérait nécessaire. Et alors que la fin de soirée approchait, Gabrielle fut satisfaite de constater qu’elle ne s’en était pas si mal tirée, au regard de l'intérêt de ses nouveaux parents pour elle. Elle savait qu’elle était une curiosité pour eux, même s’ils la considéraient comme la compagne de leur fils. Elle savait aussi que c’était par amour et par le prisme de leurs traditions qu’ils désiraient une vie calme et rurale pour Mikhaïl et Alexeï. Sûrement le voulait-elle aussi, au fond. Mais les choses n’étaient pas aussi simples et ne le seraient certainement jamais.

Finalement, elle vit la fin du repas arriver avec un certain soulagement ; Non seulement était-elle heureuse de couper court aux questions de ses beaux-parents mais la fatigue commençait à la gagner, contrecoup du voyage et de la digestion qui s’amorçait, et Alexeï commençait à se montrer chafouin, signe que l’heure était venue de souhaiter à chacun une bonne nuit. Ils prirent congé de chacun avant de se laisser conduire jusqu’à la masure qu’ils habiteraient le temps de leur séjour, situé à quelques minutes de la demeure familiale. Ils eurent le bonheur de la trouver chauffée et apprêtée et de constater qu’un lit avait même été préparé pour Alexeï. Tout de bois et très certainement fait main, il avait été décoré avec un soin tout particulier aux couleurs chatoyantes et aux motifs des Khantys. Elle resta un instant à observer l’objet avec une tendresse mal dissimulée, laissant ses doigts courir sur le rebords vernis, avant de couler un regard vers Mikhaïl.

« On a survécu à notre première soirée, s’amusa-t-elle doucement, pour ne pas réveiller leur fils endormi dans ses bras. Ça n’a pas été trop pénible, pour toi ? J’ai cru que ton beau-frère Ivan n’arrêterait jamais de parler. »

La jeune femme n’avait eu le temps que de prêter une oreille très peu attentive à ce qui se passait autour d’elle, accaparée qu’elle était par sa discussion avec Ekatarina. Mais elle avait tout de même eu le temps de happer quelques-uns des regards désemparés de son compagnon. Gabrielle défit les draps du lit d’Alexeï, ôta la bouillote qui s’y trouvait, et déposa le bébé au creux du matelas avant de le border consciencieusement. Elle devait le toiletter et le changer mais n’avait pas le cœur de le réveiller immédiatement. Il le ferait de lui-même d’ici peu, songeait-elle, alors autant lui laisser le privilège de ces quelques minutes de sommeil dûment gagnées. Elle s’accouda quelques instants au lit pour observer la respiration régulière de son enfant avant de couler un regard à Mikhaïl.

« Il a été très courageux notre petit homme, nota-t-elle avec un demi-sourire. Je ne pensais pas qu’il supporterait aussi bien le voyage pour être honnête. Elle marqua une pause avant de se relever. Espérons que ça soit aussi le cas demain. »

Elle repensa à tout ce qui s’annonçait avec la journée du lendemain et ne put empêcher son cœur de louper un battement. L’appréhension se mêlait subtilement à l’impatience, si bien qu’elle n’arrivait pas vraiment à savoir à quoi étaient dues les bouffées de chaleur qui la prenaient à chaque fois qu’elle y pensait. Une chose était certaine : elle aimait Mikhaïl de tout son cœur – un regard sur son visage suffisant à la conforter dans cette idée – et elle était certaine de sa décision de s’unir à lui au regard de leurs traditions familiales. Et elle en serait certaine quand elle prononcerait ses vœux. Et elle serait certaine encore des années plus tard. Cette conviction enfouie dans son cœur, la jeune femme s’approcha de lui de son pas délié et passa finalement ses bras autour de son cou.

« J’ai tellement hâte d’être à demain, tu sais. J’ai peur aussi, avoua-t-elle, parce que j’appréhende de ne pas être à la hauteur pour ta famille et que j’aimerais que tout soit parfait. Mais je suis impatiente de devenir ta femme. »

C’était dit avec toute la tendresse dont elle était capable. Même si ce n’était que pour eux et même si ça n’avait pas vraiment de valeur ailleurs qu’ici. Pour elle ça valait tout l’or du monde et c’était amplement suffisant.
 
Revenir en haut Aller en bas




No one can hide from my sight
power is of two kinds. one is obtained by the fear of punishment and the other by acts of love. but power based on fear of punishment is a more effective and permanent then the one derived from love + aeairiel.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 21 Juin 2020 - 22:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
Pour le meilleur et pour le pire - Page 2 Rang

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1917
ϟ Nombre de Messages RP : 604
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan, Adrian, Ezio, Jay, Hakon
ϟ Âge du Personnage : 33 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Pour le meilleur et pour le pire - Page 2 Rang

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1917
ϟ Nombre de Messages RP : 604
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan, Adrian, Ezio, Jay, Hakon
ϟ Âge du Personnage : 33 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Plutôt soulagé de s'éloigner de sa famille pour la soirée, Mikhaïl se sentit soulagé lorsque sa sœur les salua en leur souhaitant une bonne soirée, puis referma soigneusement la porte derrière elle. Cependant, il ne la verrouilla pas : le crime n'existait pas au sein de leur village. Les gens n'enviaient pas les autres et si jamais un objet faisait de l’œil à quelqu'un, il demandait simplement le droit de l'emprunter, ce qui était rarement refusé. Ce simple geste le rendit à la fois soulagé et triste. Penser qu'il avait laissé tout ça pour finir dans une ville où il devait craindre à chaque seconde que quelque chose de catastrophique ne se produise l'attristait, mais il se consolait en se disant que s'il était resté ici, il n'aurait jamais rencontré Gabrielle. Mikhaïl décida donc d'oublier ses pensées sombres et ses éventuels regrets, au moins le temps de leur séjour ici. Il souhaitait en profiter pleinement, sachant parfaitement qu'ils risquaient de ne plus jamais pouvoir connaître ça. De retour à Star City, leur vie reprendrait son cours et ils n'auraient d'autre choix que de faire avec.

Pivotant sur lui-même, le Slave s'éloigna de la porte et se défit de son manteau pour l'accrocher sur le porte-manteau situé non loin de l'entrée. Ses yeux se glissèrent jusqu'à Gabrielle qui couchait leur fils et s'égarèrent un instant sur la vue qu'elle lui offrait, mais il retrouva rapidement son sérieux et se rapprocha un peu d'eux, un sourire au coin des lèvres. Le berceau était celui de la famille. Tous les enfants Lesovsky l'avaient occupé. C'était son grand-père qui l'avait réalisé lorsque son épouse était enceinte, espérant l'utiliser de nombreuses fois. Malheureusement pour le couple, la grand-mère de Mikhaïl était morte en couche après lui avoir donné un seul fils, mais ce dernier s'était rattrapé en ayant une tripotée de descendants qui se chargèrent eux aussi de remplir le berceau. Lier ainsi son fils à ses cousins et cousines lui fit chaud au cœur, tout comme le fait de voir Gabrielle veiller sur Alexeï avec autant d'attention.

Prenant appui contre le mur, Mikhaïl croisa ses bras sur son torse tout en les contemplant tous les deux, puis hocha la tête d'un air exagérément épuisé lorsque Gabrielle parla d'Ivan.

« Oui. Je crois qu'il a essayé de me faire rattraper les quinze dernières années. Et qu'il tenait absolument à tout m'expliquer comme si nous avions l'intention de nous installer ici. »

En un sens, c'était une bonne chose. Que toute la famille veuille les garder ici signifiait forcément qu'ils étaient heureux de les avoir avec eux et donc, par conséquent, qu'ils avaient adopté Gabrielle et Alexeï. Le contraire l'aurait étonné cela dit, mais on ne pouvait jamais être sûr de la réaction de personnes que l'on n'avait plus vu depuis plus d'une décennie. Un sourire attendri ourla à nouveau ses lèvres lorsque sa compagne se plongea dans la contemplation de leur fils et il acquiesça à ce qu'elle dit à son sujet.

« J'ai été étonné moi aussi. Je m'attendais à ce qu'il soit plus grognon, surtout avec toute la famille qui voulait impérativement le porter. Je suis sûr que ça se passera aussi bien le reste du séjour... Et si ce n'est pas le cas, je crois que tout le monde ici a élevé suffisamment d'enfants pour savoir comment ça se passe. »

Ils comprendraient que le petit ne soit pas au mieux de sa forme, Mikhaïl ne s'inquiétait pas à ce sujet. L'esprit tranquille et plus apaisé que jamais, le Russe laissa un nouveau sourire gagner ses lèvres lorsque Gabrielle se redressa avant de s'approcher de lui pour glisser ses bras autour de son cou. Dans un geste parfaitement naturel, le trentenaire passa les siens autour de la taille de la demoiselle et profita de sa proximité. Son sourire se renforça lorsqu'elle parla des événements à venir.

« Si j'en crois ce que j'ai vu ce soir, tu es largement à la hauteur. Et je n'en doutais pas une seule seconde à dire vrai. Ils t'ont adoptée, sans exception. Son visage se rapprocha légèrement de celui de Gabrielle. Tout sera parfait, du moment que tu es là. Je le pense vraiment. Je crois que c'est la première fois depuis bien des années que je me sens parfaitement bien et c'est grâce à toi. Ses lèvres se posèrent sur celle de la demoiselle dans un baiser tendre et sincère, puis il recula son visage. J'ai hâte d'être à demain. »

Et ses mots ne témoignaient pas de son empressement. Mais avant qu'il ne puisse en dire davantage, Alexeï se mit à geindre dans son berceau, obligeant ses parents à se séparer pour venir s'occuper de lui. Comme Gabrielle devait sans doute être fatiguée, Mikhaïl lui proposa d'aller se rafraîchir dans la salle d'eau sommaire qui composait le seule autre pièce de la maison, pendant qu'il s'occupait de lui.

Quoi qu'elle décide, la fin de soirée fut assez rapide. Maintenant qu'ils étaient simplement tous les deux, la fatigue leur tomba rapidement dessus et ils ne firent pas long feu. Après que le petit ait été correctement installé dans son lit et soit paré pour la nuit, le couple put enfin aller se coucher et profiter d'une nuit de repos plus que méritée ! La nuit fut très calme, les bruits de l'extérieur filtraient bien à travers les murs, mais ne dérangeaient guère les occupants des masures. Un peu avant que le soleil ne se lève, Mikhaïl se réveilla et constata que la température avait beaucoup baissé maintenant que le feu était éteint, il se leva donc en veillant à ne réveiller personne, puis ralluma une flambée et attendit que les flammes soient bien reparties avant de retourner s'allonger aux côtés de sa future épouse.

Le soleil se leva un peu plus tard et cette fois-ci, tout le monde fut réveillé par les bruits de l'extérieur qui témoignaient de l'activité naissante des habitants du village. Le couple eut le temps de s'occuper du petit et de se préparer avant qu'Irina ne vienne frapper à la porte, pimpante et enjouée.

« Debout là-dedans ! Vous êtes prêts à aller prendre le petit-déjeuner ? On pourra parler de l'emploi du temps de la journée comme ça ! »

Décidément, ils n'étaient pas les seuls à être enthousiastes à l'idée d'en arriver à la cérémonie !
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

 
Pour le meilleur et pour le pire
 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Revenir en haut 
Pour le meilleur et pour le pire - Page 2 Categorie2_6Pour le meilleur et pour le pire - Page 2 Categorie2_8


Pour le meilleur et pour le pire - Page 2 Categorie2_1Pour le meilleur et pour le pire - Page 2 Categorie2_2bisPour le meilleur et pour le pire - Page 2 Categorie2_3
 Sujets similaires
-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pour le meilleur et pour le pire - Page 2 Categorie2_6Pour le meilleur et pour le pire - Page 2 Categorie2_8

Sauter vers: