Help yourself, help others - Liam - Page 2 Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Help yourself, help others - Liam - Page 2 Categorie_1Help yourself, help others - Liam - Page 2 Categorie_2_bisHelp yourself, help others - Liam - Page 2 Categorie_3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

Help yourself, help others - Liam

 
Message posté : Sam 4 Avr 2020 - 18:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
C'était évidemment quelque chose qu'il avait bel et bien compris. De ce fait, il aurait pu la remercier un bon nombre de fois, pour ne rien avoir dit par rapport à ses capacités. Même si c'était quelque chose dont il appréciait tout particulièrement, Liam n'était pas de ceux qui aimaient être le centre d'intérêt et de l'attention. Du moins, pas comme ça. Par vis-à-vis de ça. Un don, une particularité, qu'il dissimulait du mieux qu'il le pouvait. En prêtant allégeance envers le Syndicat, il préférait ne pas se mettre sur le devant de la scène ainsi, et continuer à faire ce qu'il fait de mieux. Multiplier les casquettes, les masques, pour tout bonnement faire ce qu'il fait de mieux : Travailler dans l'ombre.

Alors l'anonymat, c'était clairement pas un problème pour lui. Très compréhensif à ce sujet précis et louable. Cela étant, il avait deux trois indices. Elle était une femme, clairement, même avec des problèmes de vue il aurait pu le remarquer avec une certaine aisance. Sa silhouette et sa morphologie fine rappelait les asiatiques qu'il côtoyait beaucoup dans ce quartier de la ville. Son style de combat martial également. C'est pas tout les jours qu'ils se battent avec des armes dépliables comme celles-là. Les autres allaient du couteau, de l'épée, des poings et des armes à distance pour les trois quart. Pour sûr qu'il s'intéressera à ça de plus près, dans un futur proche. Tout forme de savoir était en soi une forme de pouvoir, et vice versa, le pouvoir donnant accès à des lieux de savoir.

Une idée émergeait.

▬ J'ai peut être une idée. Fit-il, marquant un léger temps d'arrêt, dégoupillant une clope au passage pour la coincer entre ses lèvres. Est-ce que c'est raisonnable ? De son point de vue, il y avait du bon et du moins bon.

Imaginons, un seul instant. Liam détenait un bon restaurant, qui faisait également office de brasserie. Il y avait une certaine clientèle, huppée pour la plupart bien qu'il n'y avait aucun contrôle à l'entrée, tout le monde était le bienvenue à partir du moment où les gens respectent les règles de politesse et de courtoisie. Payer son addition, pas flirter de manière sale avec son personnel. Et le plus important : Personne ne venait ici pour se mettre une cuite monumentale. C'était peut être abscons de refuser du pognon de la sorte, mais pour lui c'était tout à fait rationnel : Si ça devenait un lieu de cuite et autre repaire d'alcoolique, sa notoriété en pâtirait.

Par la suite, donc, imaginons. Quoi de mieux qu'un coup de promotion comme celui-là ? Inviter du beau monde à ses tables, notamment des héros, masqués ou non. Cela voulait dire deux choses. Gagner en popularité. Les avoir sous les yeux. Pratique, en somme. Peut être que le Cartel ne verra que le côté négatif de la chose, et même s'ils pouvaient avoir leur mot à dire, Liam saurait se dépêtrer habilement. S'ils sont ici, c'est qu'ils sont pas ailleurs. Tout bonnement. Et en jouant les hôtes sympathiques, en restant fidèle à son personnage, il pouvait glaner toutes sortes d'informations. Il s'imageait déjà la chose, ses yeux pétillaient.

▬ Je disais donc, que j'avais une idée. Il dégoupillait une carte de visite de la poche intérieure de son veston. Et oui, il en avait toujours sur lui. Après tout, il avait bien acheté un camion pour mettre une grosse publicité dessus et se pavaner dans toute la ville avec pour faire la promo de son restaurant et attirer de la clientèle. Tout bon homme d'affaire avait sa carte de visite sur lui. Le gérant est sympathique, et il vous accueillera chaleureusement pour boire un thé, masqué pas masqué, costume pas costume. Il tournait les talons pour se mettre en route donc. Disons début de soirée, si votre emploi du temps le permet ? Auquel cas, je tâcherais de pas me faire agresser uniquement dans le but de vous y voir.

Bien évidemment, toutes les informations utiles étaient disponibles sur le petit carton publicitaire. Le lieu, le logo, l'endroit exact sur un petit plan de la Croisette. Deux trois photos qui mettaient en avant le cadre bucolique aux teints boisés, grandes vitres, belle vue et très lumineux aussi bien le soir avec les luminaires que la journée sans, profitant simplement du soleil pour éclairer les grandes pièces. Et bien évidemment, il y serait. Aussi bien en début qu'en milieu de soirée. Si jamais elle n'avait pas toutes les clés de compréhension, il suffisait de lire le mail qui était à son nom pour le comprendre. Parce que oui, le gérant sympathique comme il disait, n'était autre que lui.

Puis, il avait disparu, dans l'angle de la rue. Par la suite, un passage oblige à la maison et au teinturier pour qu'il dégrossisse la poussière qu'il avait accumulé sur les marches d'escalier, attendant de voir s'il allait y passer ou non. Faut dire que les dalles de ce type là blanchissaient le tissu, et sur un pantalon noir ça lui faisait tout bonnement un cul bien blanc. Et la propreté, c'était quelque chose qui lui tenait bien à cœur. Par la présente, une douche, quelques relances, quelques mails à lire et à répondre, puis fatalement ce qu'il avait appelé la fin d'après-midi s'était pointée. Et le voilà à la Croisette, au Sweet Home.

Le long bar était la première chose qu'on voyait de l'entrée. Elle était placée pile en face. A peine plus loin, juste derrière, une seule et unique table avec ce genre de décorations style pare-vent qui bouchait la ligne de vue. En clair, c'était sa table personnelle, celle où il causait affaires, et qui n'était disponible pour personne d'autre, restaurant blindé ou non. Quelques tabourets aux nombre de quatre, pile face au bar. Et du point de vue du barman on voyait tout le reste de la salle. Des rangées de tables, parallèles des deux côtés. Pouvant accueillir une trentaine de personnes en même temps. Il y avait également une petite estrade avec un piano, pour faire venir quelqu'un le soir afin de mettre une bien meilleure ambiance que celle dont on pouvait entendre à la radio.

Lui se trouvait là, donc, derrière son bar. Habillé comme un véritable maître des lieux, le costard bleu clair, la chemise blanche et cravate assortie à la veste. Une montre magnifique qui brillait de mille feux à son poignet. Des lunettes de repos sur les yeux, profitant des discussions qu'il avait avec la populace locale, accoudée au bar n'ayant d'yeux que pour lui.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 4 Avr 2020 - 20:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jia Li se fit des plus attentives alors que son interlocuteur semblait réfléchir au problème qu’elle venait de lui soumettre. Patiente, elle ne fit aucune remarque quant à la cigarette qu’il venait de sortir - même si elle-même ne se laissait aller à aucune addiction, elle ne risquait pas de juger qui que ce soit pour cela. A vrai dire, elle devait admettre être curieuse. L’homme avait l’air étrangement réjoui.

Elle tendit une main hésitante et baissa les yeux sur la carte de visite qu’il sortait de sa poche. L’idée d’un lieu où elle pourrait partager un petit instant de socialisation ne lui déplaisait pas totalement (même si elle la terrifiait légèrement, en parfaite honnêteté). La moniale avait pris résolution de se laisser aller à plus de moments hors de ses responsabilités et rôles. Elle suivait en cela les conseils de son compagnon de l’Opus Dei, Ezio Valentino. Lorsqu’elle réalisa que le gérant s’appelait apparemment comme le soignant qu’elle venait de côtoyer, elle redressa la tête pour lui demander ce qu’il en était.

Ceci étant, puisqu’elle avait acquiescé d’un léger signe de tête à l’invitation de Liam, celui-ci avait déjà pris la poudre d’escampette. Songeuse, la Chinoise repartit donc sans un mot vers le temple dont elle venait, entrant comme à son habitude par la porte de service situé dans une ruelle déserte. Elle se changea dans sa chambre - ses consoeurs lui en avaient réservé une à l’écart, puisque la plupart d’entre elles connaissaient sa double identité et ses allées et venues impromptues.

Après avoir vaqué à ses occupations pendant quelques heures, la moniale repassa son costume, s’abstenant comme toujours lorsqu’elle ne sortait pas en tant que combattante de la Foi de peindre la croix rituel sur ses traits. Elle n’avait donc qu’une tunique noire, associée à un pantalon adapté pour lui permettre de mettre en sécurité ses munitions, par dessus laquelle un manteau noir et ample doté d’un large capuchon complétait le tableau. Jia Li hésita longuement quant à ses armes, mais finit par choisir d’apporter son sabre et son jiu jie bian, à défaut du reste.

Elle n’avait pas pour habitude de sortir armée pour prendre le thé mais un costume se révélait parfois être une véritable cible peinte dans votre dos, dans un monde où les supers ne dormaient jamais tous. La Chinoise prit un taxi pour rejoindre la Croisette, la carte dans la main, qu’elle faisait tourner nerveusement entre ses doigts. A vrai dire, l’essentiel du trajet se déroula dans le silence le plus complet, le chauffeur se demandant sans doute depuis quand des costumés prenaient le taxi, et elle-même questionnant le bien-fondé de cette visite. Jusqu’au dernier moment, les “et si” innombrables qui peuplaient son esprit manquèrent de lui faire faire demi-tour.

Jia Li, ou plutôt Karma, se fit pourtant violence. Rangeant la carte après avoir vérifié à trois reprises qu’elle ne s’était pas trompée d’endroit, la moniale et légionnaire poussa la porte des lieux. Elle marqua une pause après avoir pénétré dans la salle, remarquant aussitôt un bar en face d’elle. Ceux qui la remarquèrent interrompirent leurs conversations, la dévisageant brièvement, pour le plus grand embarras de la Chinoise qui détestait attirer l’attention. Mais elle se força à traverser les lieux, ayant rapidement repéré Liam. Qui avait bien changé depuis toute à l’heure. Il avait une prestance que d’autres auraient envié, et que Jia Li jugea simplement remarquable.

Le maître des lieux, au sens premier du terme, songea-t-elle malgré ses joues rouges sous son foulard, puisqu’elle peinait à évacuer sa certitude de ne pas être à sa place. Elle se rapprocha du bar, se libérant involontairement de la place puisque les personnes déjà présentes n’avaient pas spécialement envie de rester à son contact. Puis elle joignit les mains et salua poliment, s’inclinant comme à son habitude.

« Bonsoir, dit-elle d’une voix douce, malgré son fort accent. J’espère ne pas tomber au mauvais moment, Liam. »

Elle sourit sous son costume, hésitante mais tentant de masquer le fait qu’elle se sentait perdue dans cette situation pourtant de plus normales.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 5 Avr 2020 - 14:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ce qui s'appliquait au personnel ne semblait pas s'appliquer à la clientèle. Tant pis tant mieux. De toute façon, pour lui les répercussions allaient être positives. Et le "bad buzz" qu'on pouvait voir se profiler allait être bien différent. Lorsque le Syndicat apprendra que Liam possède des héros chez lui, ce sera l'occasion de reconsidérer ses propositions. Lorsque les gens apprendront que les héros viennent manger chez lui, les enfants voudront également y aller pour avoir ne serait-ce qu'une photographie ou un autographe. Et lorsqu'un gamin tirait sur la manche de ses parents pour lui quémander quelque chose avec des yeux de chien battus, Snyder avait remarqué qu'ils obtenaient toujours ce qu'ils voulaient. A votre avis, pourquoi les menus enfants dans les restaurants étaient toujours blindés de surprises, de cadeaux, et de tout ce qu'ils désiraient pour passer un bon moment à table ? Tout simplement parce que c'est la clientèle qu'on voulait attirer, tel un piège à souris. L'enfant était le bout de fromage qu'on apposait pour appâter le parent, qui finissait par succomber et être pris au piège.

Dans le feu de l'action, il ne l'avait presque pas vu venir. Pourtant, avec son accoutrement, il était difficile de la rater. Pendant quelques instants, ce fut comme si la Terre s'était arrêtée de tourner. Plus personne ne parlait, si ce n'est la sympathique serveuse qui comptait reprendre Liam au bar, lorsque comme prévenue, il allait s'absenter pour recevoir une amie, une héroïne qui venait de lui sauver les miches plus tôt dans la journée. La serveuse, grand sourire, lui avait demandée si elle aussi elle pourrait mettre un costume pour venir travailler. On pouvait voir l'homme d'affaires dans son élément ici, il maîtrisait et dominait son sujet d'une main de maître, comme s'il avait été conçu pour ça, lui anciennement interne à l'hôpital Central de Star City. Il abusait de sa meilleure facette, celle qu'il utilise généralement en dehors de ses activités suspectes. Il s'épris d'un sourire en la voyant arriver, reposait son verre et tournait de la tête pour croiser le regard de son employée.

▬ Quand vous sauverez le monde, je prendrais la demande en considération. En attendant, continuez vos études. Et profitez-en pour me reprendre. Par la suite, il s'approchait celle qui semblait être son ainée, mais pas sûr. Il est difficile de noter un asiatique sur ce genre de critères, pour lui, ils dégageaient pour beaucoup une certaine sagesse. C'était très certainement lié aux coutumes et modes de vies traditionnels, ceci étant, ils avaient cette chose, ce mysticisme et cette bonne conduite que certains Américains manquaient cruellement. Vous êtes arrivée pile au bon moment !

Par la suite, il lui montrait la marche à suivre pour être dans un coin plus tranquille. Sa tablée à lui, personnelle. Privatisée, quelques pare-vents en guise de décoration mais surtout pour obstruer la ligne de vue avec le rester de la salle. A sa manière, lui qui avait suivi quelques cours appartenant au cursus de psychologie, remarquait qu'elle ne semblait pas trop à son aise. Faut dire, entre les armes, le costume, le regard des autres, ça pouvait être perturbant. Pour Liam, évidemment, ça l'était pas. Comme il l'avait dit, ils ou elles, étaient le bienvenue ici. Pourquoi refuser les bienfaiteurs de la ville, surtout que pour beaucoup, étaient estimés par les concitoyens. La commande fut passée pour les deux, le maître des lieux avait opté comme à son habitude pour un thé chaï. La douceur du lait, les arômes épicées, cannelle et clou de girofle entre autres, étaient tout simplement exquises pour un palais aussi raffiné que le sien.

▬ A un moment j'ai bien cru que vous alliez me faire faux bond. J'ai presque failli revenir sur mes mots, en disant que je n'allais pas provoquer une situation désastreuse dans l'unique but de vous revoir !

Il riait à plein poumons. A ses aises, il se montrait rassurant, souriant.

▬ Je tiens à m'excuser tout particulièrement pour leur attitude. Fit-il en pointant ses clients. J'ose espérer que ce ne sera plus le cas dans le futur. Je compte, à terme, faire en sorte que vos autres collègues soient informés qu'ils sont le bienvenue ici. Qui sait, en jouant de mes relations, je pourrais même peut être envisager de faire paraître un article dans le journal. Puis en portant sa tasse à ses lèvres, il eut comme un éclair qui venait de le traverser du tout au tout. Ses yeux s'écarquillaient. Oh, j'en ai oublié mes politesses : Comment va votre collègue depuis tout à l'heure ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 6 Avr 2020 - 22:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Passé ce moment de silence des plus gênants, Jia Li avait eu bien du mal à se remettre de ses émotions. Elle qui détestait attirer l’attention s’était pourtant doutée qu’à venir ainsi costumée dans un lieu de détente, elle risquait de se faire remarquer. Mais même en s’y préparant auparavant, elle n’avait pas vraiment apprécié cela. Elle comprenait qu’on puisse se poser quelques questions. Au moins n’avait-elle pas souffert d’être reconnue. Elle ne jouait pas les héroïnes pour la gloire, si bien que la seule fois où elle avait été reconnue en tant que Karma, elle avait été plus que embarrassée. Heureusement, elle était loin d’être la plus populaire des Légionnaires. Et d’autant plus que son costume n’avait rien de remarquable.

La trentenaire s’approcha donc du bar, pour y saluer Liam avec toute la politesse du monde, son regard brun concentré sur son interlocuteur pour ne pas se troubler de celui d’autrui. Autant dire que la moniale fut éminemment soulagée lorsqu’on l’entraîna vers d’autres horizons plus paisibles. Docile, elle emboîta le pas au propriétaire des lieux, avisant avec un soupir discret de soulagement que la table était en retrait et dissimulée en partie avec des paravents. Jia Li s’inclina une seconde fois en guise de remerciements et s’assit. Même sa posture, raide, les mains jointes sur les genoux, installée au bord de la chaise, clamait son malaise en cette situation sociale.

Néanmoins, puisque le but de l’exercice était de profiter de cette occasion, dès qu’elle se rendit compte de ce à quoi elle ressemblait, Jia Li remonta ses mains, jointes toujours, sur la table, et s’efforça de détendre la ligne de son dos. Elle y parvint plus ou moins, optant pour le même thé que Liam - plus parce qu’elle avait failli paniquer intérieurement lorsqu’on lui avait demandé ce qu’elle souhaitait boire que parce qu’elle avait choisi, à vrai dire. Cela dit, le thé chaï lui était plaisant au palais.

« Oh, non, jamais, je n’aurais pas osé, se récria - mais très doucement, d’une voix timide, à des lieux de celle qu’elle avait usé lorsqu’elle était en plein combat - la moniale. J’ai eu un léger contretemps au… En venant. »

Elle descendit doucement le foulard de son nez. La tête basse et sous l’ample capuchon, on ne discernait pas bien son visage, même si Liam, lui, pourrait peut-être le voir. Cela lui importait peu, en soi, l’important était surtout qu’il ne soit pas à même de la reconnaître dans la rue, et elle était méconnaissable dans son habit de bhikkhuni, avec ses cheveux tressés.

« Je vous remercie de m’accueillir. C’est une démarche très gentille de votre part. Je… Je peux composer avec… Ceux-ci. C’est compréhensible, je crois, je veux dire, ce n’est pas forcément… »

La trentenaire s’embrouillait et marqua une pause. On lui avait récemment conseillé de faire de reprendre le contrôle en signifiant l’évidence, aussi s’y essaya-t-elle finalement :

« Je m’excuse, je suis… Très timide et peu habituée à ce genre de situation. Je comprends leur réaction. Mais certains de mes amis seraient sans doute ravis de pouvoir se retrouver », parvint-elle à dire d’un ton plus serein.

Elle eut un léger sourire lorsqu’on lui demanda des nouvelles de Iona. La sollicitude de Liam, car c’est ce qu’elle y voyait, lui paraissait plutôt sympathique.

« Elle va bien, même si elle devra rester quelques jours à l’hôpital. Ses jours ne sont pas en danger. »

Jia Li s’interrompit, soucieuse. Voilà maintenant qu’elle cherchait désespérément quoi dire, dans ce moment éminemment gênant que toute personne un tant soit peu introvertie connaissait.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 7 Avr 2020 - 9:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
▬ Rien de grave ? Fit-il, presque inquiet pour sa comparse.

Ce qu'elle appelait un contre-temps était pour lui une énième intervention. Allez savoir si c'était réellement le cas, mais il faut dire que dans une grande ville comme Star City, ils devaient être beaucoup sollicités. Liam partait d'un constat tout bête. Plus une ville est grande, plus elle est peuplée. Plus elle est peuplée, plus il y a de chances qu'il y ait des supers, bons comme mauvais. Et donc, plus une ville était grande finalement, plus les gens comme elle devaient avoir de boulot.

Il avait espéré pouvoir interagir, mais remarquant qu'elle cherchait ses mots, il noyait le poisson dans l'eau, attendant patiemment qu'elle puisse les retrouver sans doute. Contrairement à ce qu'il pensait, tout les héros n'étaient pas des stéréotypes de leurs genres. Pour prendre un exemple concret, il était certain que dans sa salle tout le monde connaissait l'Archer. Que ce soit le troisième du nom ou le quatrième pour prendre les exemples les plus récents. S'il était ici, combien se seraient levés pour l'acclamer ? Combien se seraient levés pour lui demander une photo ou un autographe ?

Finalement, le mal qui la rongeait semblait être sa timidité. Fascinant, d'un certain point de vue. Est-ce que c'était par rapport à ses fonctions, le fait qu'elle se découvrait être un centre d'attention tout particulier ? Ou peut être que ça provenait d'elle directement ? Allez savoir. Dans tout les cas, il n'allait pas la laisser seule dans son inconfort. Du coup, il riait. Avec sincérité. Un grand sourire illuminait son visage, ses yeux détournaient un peu le regard pour pas trop la gêner avec un quelconque regard insistant.

▬ C'est marrant ! Fit-il en marquant une courte pause. A quel point ça m'a semblé être tout le contraire ! Quand je vous ai vu tout à l'heure, face à ces trois là, impossible de m'imaginez que vous étiez quelqu'un de timide. Quant à vos collègues, n'hésitez pas. Je serais ravi de pouvoir les accueillir !

Encore une fois, il était sincère. Cela dit, est-ce que c'était pour les bonnes raisons ? Oh, certes, il comptait pas attirer tout le monde ici pour faire un grand bouquet final. Son restaurant ne lui appartenait pas véritablement. C'était un héritage. Une personne pour qui il a toujours eu énormément d'estime. William était un bon. Un fourbe manipulateur, certes. Quelqu'un qui dominait les sujets et les débats, certes. Et Liam l'a toujours vu comme un modèle sur ces deux aspects. Mais c'était un homme qui savait ce qu'il voulait, et il voulait le meilleur pour sa famille. Une belle maison, des moyens qui leur permettaient de vivre et non de survivre. Une bonne éducation. Bref, un citoyen modèle en quelques sortes. Et ces quatre murs, ici-même, étaient tout ce qui restait d'un Chicagoan qui avait presque tout perdu après la première invasion du Terminus.

▬ Vous pourriez lui transmettre mes amitiés lorsque vous la reverrez ?

Par la suite, il jetait un léger coup d'œil à sa montre uniquement dans le but d'avoir une idée de l'horaire qu'il pouvait être. Non pas que le temps lui semblait long, pendant ses quelques silences de la moniale. Oh il avait bien des idées de sujets à aborder, tant il regorgeait de questions à son égard. Suffirait de pas toutes les poser en même temps, afin de pas trop l'enfoncer dans son embarras.

▬ Ca fais longtemps que vous avez prêté allégeance à ce mode de vie, j'veux dire, sauver le monde sans rien attendre en retour ? Et, une autre chose me turlupine. C'est quoi comme style de combat ? J'ai bien remarqué que ça semblait être une posture propre à l'Asie, mais impossible de savoir quel partie, ni quel art. puis en chuchotant, tout en se rapprochant , flirtant presque son torse avec la table. Bon après, à part les plus connus comme le karaté et le muay thaï je suis pas un expert en connaissances de combats. Ne pratiquant moi-même aucune forme de violence.

Alors. Il y avait deux points à soulever. Le fait qu'il mentait tout en disant la vérité. Par forme de violence pratiquée, effectivement, Liam n'était jamais sur les devants de la scène. Jusque dans ses plus lointains souvenirs, il n'avait jamais mis son poing dans la gueule d'un autre. Il avait été roué de coups, ça c'était possible. Mais généralement, il ne se battait pas. Pas franchement. Pas sincèrement. Pas comme les autres le faisaient. Par contre, d'un autre point de vue, ses occupations en dehors d'être le gérant d'un bel établissement, faisaient de lui un homme plutôt violent tout de même.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 8 Avr 2020 - 16:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Loin d’imaginer que Liam s’inquiétait qu’elle ait eu besoin d’intervenir une fois de plus, Jia Li fut quelque peu surprise par la question. Mis à part Ezio et ses compagnes du temple, il fallait dire qu’elle n’avait personne qui demanda comment elle se portait, ou si tout allait bien, ou quoi que ce soit d’autre.

« Oh, non, c’est gentil de vous en préoccuper, rien d’important. »

Elle s’inclina légèrement pour le remercier de sa sollicitude, alors qu’on lui apportait son thé. Dans lequel elle faillit plonger pour dissimuler l’embarras dans lequel la réaction de Liam la mettait, vis à vis de sa timidité. Ça n’était vraiment pas sa faute, elle aurait sans doute réagi de la sorte quoi qu’il advienne, troublée à l’idée de révéler ce qui était pour elle un véritable handicap. Sa timidité était si marquée qu’elle en était devenue presque maladive, sauf lorsqu’elle était en situation où elle savait sa compétence. Plus ou moins.

« Je ne… C’est que… »

Jia Li s’éclaircit la voix, pour tenter de retrouver contenance. Une fois de plus.

« C’est que dans ce genre de situations… Enfin, ma timidité… S’efface ? Elle est toujours là, mais… mais… Mais je sais que je suis là pour aider, je sais ce que je peux faire, et j’ai plus… D’assurance ? »

Elle ne savait pas si elle était très claire dans ses explications, mais ça en était malgré tout. C’était un début. Disons qu’elle était au moins plus à l’aise que si elle avait dû converser avec Liam tout en étant dans le champ de vision des clients curieux. Ici, elle se sentait un peu plus en confiance. Un peu seulement.

« Je le lui transmettrais », dit-elle pourtant d’une voix un tantinet plus assurée.

C’était un effort sur elle-même, mais elle était déjà rassurée d’y parvenir. La moniale avait presque eu peur de ne pas réussir à tenir une conversation avec lui. Lorsqu’il la relança sur ses choix de vie, puisqu’elle effleurait un terrain familier, elle se sentit d’autant plus à l’aise. Elle n’allait pas se mettre à chanter au milieu du restaurant, mais elle savait au moins quoi dire et quoi répondre. Et cela lui évitait la charge de trouver un sujet de conversation, qui avait d’ores et déjà commencé à la faire paniquer.

« Je… Cela doit faire plus de dix ans maintenant, mais je ne suis devenue Légionnaire que l’année dernière. Avant cela, j’opérais seule. »

D’autant qu’elle avait longtemps cru ne pas être digne d’un groupe qu’elle jugeait si honorable et méritant.

« Hm, il s’agit de disciplines appartenant au kung-fu shaolin pour la plupart. J’ai appris à utiliser plusieurs des armes qui y sont admises dans mon adolescence. »

Jia Li sourit avec hésitation, se forçant à dire à haute voix ce qu’elle songeait des propos de Liam :

« Il est louable de ne pas s’adonner à la violence. Moi-même, je n’avais pas imaginé devenir… Ce genre de personne. C’était un apprentissage destiné à maîtriser mes émotions, au départ. »

Les mains toujours sagement croisées devant elle se défirent pour lui permettre de goûter le thé qu’on leur avait apporté, du bout des lèvres, de peur de se brûler.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 8 Avr 2020 - 20:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rien d'important donc ? Tant mieux d'un côté, dommage aussi. Parce que finalement, c'était une bonne chose par moments. Certains criminels n'avaient pas d'éducation, pas de groupes. Pour se faire repérer par les autres, ils s'attaquaient aux premiers venus sans même vouloir apprendre à le connaître ne serait-ce qu'un petit peu. Liam en avait croisé des abrutis de première. Des gens qui voulaient se faire remarquer par le Syndicat, et qui faisait de la merde. Qui allait braquer un restaurant où la Triade blanchissait son pognon. S'attaquant à des civils alors que dans le lot se trouvait des membres de ladite Organisation. Bref. Des ahuris de premières dont il était bel et bien content d'être débarrassé. Mais d'un autre côté, est-ce que c'était bon pour ses affaires de vivre dans un monde sans violence ? Carrément pas. Il ne se voyait pas vivre uniquement de son occupation légale, pas que ça ne lui plaisait pas, mais faut croire que les quelques billets en extra, ça mange pas de pain. Couplé avec les quelques contrats de revente d'organes, et le bougre pouvait vivre largement au-dessus de ce dont il espérait plus jeune.

▬ Tant mieux, ça veut dire que les affreux n'étaient pas de sortie. Si ça pouvait leur faire passer un message, à force, on vivrait peut être dans un monde en paix. Soufflait-il d'un air blasé.

Douce utopie que de croire pouvoir vivre dans un monde pacifique. Les Hommes avec un grand H s’entre-tuaient depuis la nuit des temps. A la masse antique, à l'époque, pour un bout de viande ou pour un coin de pêche. Avec des armes plus modernes afin d'agrandir leurs territoires. Avec des armées, parce que c'était Dieu qui leur avait demandé d'éradiquer tout ceux qui n'avaient pas la même sacro-sainte croix qu'eux sur leurs écus. Même les êtres extra-dimensionnels étaient venus ici, pour se battre. Tout le monde avait un goût acerbe pour la violence sous toutes ses formes. Humains comme non-humains, finalement.

▬ Tout l'inverse de moi du coup. A votre place, comme tout à l'heure, je me serais décomposé. Je sais pas ce qui m'a pris de prendre ce couteau pour le lui lancer dessus. J'avais envie de faire tourner le combat en votre faveur, certainement parce que j'avais une peur bleue de crever dans cette ruelle. Par ailleurs, vous avez de la chance. J'ai toujours été maladroit avec ce genre de choses. Une aubaine qu'il n'ai pas atterri sur vous par inadvertance.

Par contre, ça c'était entièrement vrai. Liam se battait pas. Il touchait pas aux armes. A la rigueur, il maniait très bien un scalpel et une paire de ciseaux, savait très bien comment arracher telle ou telle partie d'un corps humain qui n'était plus véritablement en mouvement – du moins généralement ils se débattent mais le Docteur et ses compères font en sorte que le type en question soit quasiment en camisole forcée, attaché de tout les bouts quoi.

▬ Plus de dix ans ? Il se grattait l'arrière du crâne, prenant un peu de recul pour mieux regarder l'encapuchonnée. Mais comme il n'y avait rien qui dépassait, il ne pouvait se fier qu'au timbre de voix pour tenter de donner un âge. Vous avez commencé super tôt en fait !

Bien rattrapé. Et très flatteur soit-dit en passant. Oh bien entendu, il avait bien cerné sa tranche d'âge, plus ou moins. Intonation de la voix, mais pas que. L'état des mains étaient un signe visible, et le docteur avait eu accès à l'une de ses blessures au bras. Typiquement, il lui donnait la même tranche d'âge que la sienne. Bien que ça l'empêchait pas d'être tout à fait charmeur à ce sujet.

▬ Oh, il y a rien de louable à être un peureux qui préfère fuir les situations gênantes plutôt que se battre fièrement pour défendre ses convictions. Je vous l'assure. Il portait une énième gorgée de thé chaud à ses lèvres. A la fois si réchauffant et si décontractant, certainement l'une de ses boissons préférées à vrai dire, vu qu'il n'était pas trop porté sur les alcools. Oh, ça lui arrivait, de temps en temps. Une coupe de champagne pour une grande occasion, un cognac lorsqu'il sortait sur son trente-et-un se mêler à la foule dans un bar assez sélectif. Parce que oui, il se mêle à la foule, pas à la plèbe.

▬ Art traditionnel Chinois du coup si mes connaissances sont pas trop rouillées ? Fit-il, un poil hésitant tout en prenant du recul. Faut dire, entre Hong-Kong, Macao, le Tibet, il n'arrivait plus trop à distinguer ce qui l'était et ce qui l'était pas. Tout le monde avait son propre drapeau, et n'étant pas un grand connaisseur sur le domaine - un petit peu quand même - impossible pour lui de savoir si ça en faisait parti.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 9 Avr 2020 - 12:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jia Li sourit et acquiesça d’un petit signe de tête. Elle aurait adoré vivre dans un monde de paix. Un monde où elle n’aurait pas eu à se grimer en héroïne et porter les armes. Elle n’aurait pas regretté un instant ses jours en tant que combattante. Mais ce monde n’existerait jamais. Même si les hommes cessaient de s’entretuer et s’entredéchirer dès le lendemain, le mal qui rôdait dans la nuit serait toujours là. Les démons auraient mené ces guerres, ces combats, à la place de l’humanité. Et la moniale s’était engagée à s’opposer à l’un autant qu’à l’autre. C’était la raison d’être de son sabre, après tout. Il ne pouvait blesser la chair de ses pairs. Seulement exorciser les créatures infernales et les esprits malins de son pays d’origine.

« Un espoir que beaucoup partage, mais je crains qu’il ne reste que cela. »

Malgré sa douceur, Jia Li n’avait pas un tempérament des plus optimistes, lorsque la nature humaine était le sujet. Elle croyait en la rédemption, elle croyait aux secondes chances, mais elle avait eu trop de haine, de peur, de violence pour imaginer encore que tous pouvaient être sauvés. Et pourtant, contrairement à Ezio, elle se refusait encore et toujours à devenir juge et bourreau. A ses yeux, on ne pouvait espérer faire le bien par de mauvaises actions. Même pour les bonnes raisons.

« Oh ! Oh, répéta-t-elle tout en osant un tout petit rire. Je suppose que ça n’aurait fait qu’un coup de plus … ? Mais votre aide a été précieuse. C’était très courageux de votre part. »

Elle l’affirmait d’une voix douce, emplie de soutien à son égard.

« J’ai toujours beaucoup de… D’inquiétude pour les civils qui se trouvent… Pris entre deux feux ? Je suis heureuse que vous vous portiez bien. »

La moniale était parfaitement sincère dans ses propos. Il lui était aussi déjà arrivée, après les difficultés et les coups, d’être l’oreille attentive d’hommes et de femmes choqués par ce qui venait de leur arriver. Parfois alors qu’elle ne rêvait que de s’allonger, d’autres alors qu’elle saignait sous son costume. Mais elle combattait pour autrui, et comprenait mieux que personne le poids que pouvaient prendre des souvenirs douloureux. Ses insomnies ne la laissaient pas en paix.

Jia Li fut tirée de ses pensées par la réflexion de Liam. Elle rougit sous son capuchon, baissant les yeux vers la tasse et l’air plutôt déstabilisée, soudain ravie d’être dissimulée. Elle avait commencé à s’entraîner plus tôt encore, alors qu’elle venait de dépasser la vingtaine. Puis pendant des années, ça n’avait été que de l’apprentissage ou de petites interventions pour l’Opus Dei.

« Ah, non, pas tant que cela, je suppose ? »

La trentenaire toussota, vaguement gênée.

« Parfois, ne pas combattre est plus compliqué - et effrayant - que l’inverse. Je ne pense pas que cela fasse de quelqu’un un… Peureux ? »

Dans un monde idéal, la violence n’aurait rien résolu. Dans celui dans lequel ils vivaient, elle était parfois indispensable.

« Chinois, en effet. J’ai grandi là-bas. »

La précision était venue d’elle-même. Elle ne précisa pas qu’elle avait vite déménagé pour le Tibet, où elle avait finalement passé toute son adolescence.

« D’où venez-vous, vous-même ? Et comment… Le restaurant vous appartient ? »

Là. Liam devait être assez bon pour la mettre à l’aise, car elle avait osé poser ses propres questions, même si un brin d’hésitation y était perceptible malgré tout.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 9 Avr 2020 - 13:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Sans mauvais jeu de mot alambiqué, le Chicagoan par un complexe mélange de mots bien choisis, de gestes et de micro-expressions faciales, avait réussi tant bien que mal à débrider un peu Karma. Lui qui avait à l'époque, suivi quelques cours de psychologie en parallèle de son cursus un peu plus standard, volontairement ou indirectement, se disait qu'au final c'était pas une si mauvaise chose que ça. C'était un assoiffée de connaissances, en tout genre. On pouvait trouver dans la bibliothèque de son appartement, ou sur sa table de nuit, toutes sortes d'ouvrages. Religieux, mythologies, historiques. Chacun apportait une pierre au mur du savoir qu'il se constituait. Que ce soit les différents poisons et comment les traiter, quels champignons peut-il trouver dans la forêt. Lesquels sont comestibles ou non. Comment les Empires Mayas, Incas ou Aztèques procédaient à leur époque et quels étaient leurs outils pour la médecine ? Pareil pour les Gréco-Romains, pour d'autres empires et j'en passe. On pouvait aussi y trouver des livres de cuisine, pour apprendre, encore et toujours. Certains autres parlaient d'astronomie, de photographie, d'arts. Même Croquette était une sorte de scientifique assoiffée de savoir, en y réfléchissant de plus près. Après tout, n'étudiait-elle pas la gravité, apposant ses petites pattes blanches sur tout ce qui bouge afin de le faire tomber, les yeux figés sur le mouvement dudit objet, dégageant une certaine fascination pour cela.

A moins que Croquette soit tout simplement juste qu'un chat.

▬ C'est tout à fait normal, le contraire serait étonnant. Vous êtes une bonne personne, c'est louable de s'inquiéter pour les civils. Très peu de héros se fichent des dommages collatéraux.

Il le disait sans sourciller, c'était vrai. Il ne connaissait pas ou peu de héros de cet acabit là, défendant la veuve et l'orphelin mais bon, tant pis si deux ou trois civils meurent sous le feu de l'action. Ils avaient qu'à être ailleurs. Non non non. C'était irréaliste, même si bon, Liam n'était pas dans toutes les villes du monde, alors il faisait des suppositions en prenant en compte uniquement là où il vivait.

▬ Je sais pas. A la détente et aux mouvements souples, je vous aurais donné la vingtaine.

Qu'il est mignon. Effectivement, aux mouvements et aux gestes, elle faisait clairement pas plus d'une bonne vingtaine d'années. Après, avec évidence, au timbre de voix, à la posture, aux mains, il avait eu beaucoup d'indices pour évaluer une certaine tranche d'âge. Plus ou moins la sienne, il dirait. Avec conviction, bien entendu.

▬ YES ! Il serrait les poings, tout content de faire mouche. On pouvait voir une petite lueur dans ses yeux, l'émerveillement d'avoir raison, couplé à un grand sourire enjoué. Désolé. Je suis toujours trop de mal à me contenir quand j'ai raison.

Véritablement content d'être tombé pile poil dans ce qu'il pensait. Une fois, il avait pris un asiatique pour un autre, un japonais pour un coréen ou quelque chose de la sorte. Le monsieur en question, allez savoir pourquoi, semblait beaucoup plus hostile par la suite. Terriblement hostile. Il s'était dit, intérieurement, que c'était le genre d'erreur de jeunesse qu'il tenterait de plus faire par la suite. Surtout en habitant Chinatown.

▬ Oh. Je suis né à Chicago même si j'ai passé le plus clair de ma vie ici, à Star City. On avait une maison à la Colline aux Lanternes, mais j'ai préféré m'émanciper pour prendre mon indépendance. J'ai jamais déménagé depuis avoir trouvé mon appartement à Chinatown. J'aime beaucoup le quartier à vrai dire ! Je me suis même pris au jeu d'apprendre le chinois avec des joueurs de Mah-Jong. Mais je crois bien qu'ils se paient ma tête et m'apprenne toutes sortes de mots un poil douteux. Vu les réactions que ça engendre généralement, j'en met ma main à couper qu'ils se paient ma tronche ! Il en riait. Impossible pour lui de se contenter de simplement répondre tac-au-tac à ses questions, il développait, toujours. Diable qu'est-ce qu'il aimait qu'on s'intéresse à sa personne ! Le Patriarche tenait plusieurs restaurants avant la première invasion, le seul qui à survécu était celui-ci. Non sans dégâts, certes, mais le seul qui pouvait être retapé sans tout reprendre de A à Z. Puis, il y a pas si longtemps que ça, il a passé l'arme à gauche. Il se tut, machinalement. Ce soir là, il avait perdu non pas un père, mais un modèle. Un mentor. Un homme qui lui avait transmis sa passion, son charisme, son aura, en quelques sortes. Une bonne personne, avec certes un fond discutable, mais une bonne personne avant tout qu'était William Snyder. Du coup j'ai arrêté mes études en médecine pour reprendre son flambeau, car il considérait que cela me revenait de droit, et de son vivant il n'aurait pas laissé quelqu'un d'autre que son fils reprendre ses affaires.

Il s'était tut, une seconde fois, pour finir sa tasse, l'englobant directement d'une traite. Cela le revitalisait à chaque fois, dingue à quel point c'était bon à boire. Bien meilleur que le meilleur des alcools, parole de médecin.

▬ Du coup j'ai troqué la blouse blanche pour le costard après... pas loin de huit ou neuf ans d'études en médecine. Mais d'un autre côté c'est pas plus mal. C'est pas une aubaine d'être médecin, notamment lorsqu'on travaille aux soins palliatifs.

Vrai. Et faux en même temps. C'était ce qu'il préférait là-bas. Lui arrivant avec sa blouse, son manque d'empathie, annonçant aux parents que voilà, si la vie de leur enfant était un film, et bien, d'ici peu de temps on pourrait fermer le rideau et lancer le générique de fin. Bien entendu, avec des mots toujours très bien choisis. Et il était bon là-dedans. Son manque d'empathie jouait pour beaucoup. Il restait neutre, face à la situation, face aux pleurs, à la tristesse. Et il laissait ses collègues être compatissant à sa place. Même s'il savait que très bien le mimer.

▬ Et vous alors, parlez-moi un peu de vous ! Pourquoi quitter votre magnifique pays pour le nôtre ? Et me dites pas le rêve américain, s'il vous plaît. Tout sauf ça.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 9 Avr 2020 - 19:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Une bonne personne. Jia Li savait qu’elle entrait généralement dans cette catégorie, certes, mais elle se voyait surtout comme une humaine dotée de cette chose merveilleuse qu’était l’empathie et la compassion. Elle avait rejoint la Légion des Etoiles aussi pour cela. Parce que les héros qui la composaient partageaient au moins en grande partie ses valeurs. Il y avait trop de supers qui s’imaginaient pouvoir faire comme ils l’entendaient. Tous ne s’attardaient pas sur les civils qu’ils risquaient de blesser dans leur entreprise, malheureusement. Il y en avait sans doute plus que ce que Liam serait allé imaginer.

« La… Oh… Non, non, j’aurais bientôt quarante ans, vous savez. »

L’entraînement avait conservé sa souplesse et sa musculature, mais elle n’avait pas du tout la vingtaine, en tous les cas. Elle fronça les sourcils, troublée. Est-ce qu’elle paraissait si jeune que cela ? Au fond, ça n’était pas bien gênant, bien au contraire, mais cela restait quelque peu perturbant, en quelque sorte ? Jia Li décida que la question n’était pas bien grave, ni capitale, elle allait toutefois cesser de tourner et retourner la question dans sa tête. De fait, elle y fut bien obligée à l’exclamation victorieuse de Liam.

Qui la fit sursauter de façon clairement visible. Son sourire et son timbre de voix la renseignaient sur le côté positif de la chose, mais ça n’en restait pas moins étonnant. Néanmoins, la moniale trouva cela plutôt attendrissant, en quelque sorte. Cela le rajeunissait - non pas qu’il en ait besoin, le blond ne semblait pas bien âgé.

« Non, non, ne vous excusez pas, j’ai juste été surprise. »

Elle allait s’excuser à son tour mais se souvint qu’elle n’était pas supposée le faire sans cesse, aussi ravala-t-elle péniblement ce petit “désolée” qui avait voulu se manifester, pour plutôt écouter ce qu’il disait de sa propre vie. Et il disait beaucoup de choses, ce qui rassurait beaucoup Jia Li, puisqu’elle pouvait ainsi faire ce qu’elle faisait de mieux : prêter une oreille attentive à la vie d’autrui. Cela lui était bien moins difficile que de s’exprimer elle-même.

La Chinoise apprit ainsi que le trentenaire vivait également à Chinatown. Elle ne l’avait jamais croisé, mais le quartier était somme toute plutôt vaste, il n’y avait donc absolument rien d’étonnant à cela. Elle sourit en apprenant qu’on le trompait dans son apprentissage du mandarin, puisqu’elle supposait que c’était le dialecte parlé par ces joueurs. C’était l’idiome chinois le plus fréquent, celui qu’elle pratiquait également.

« Je suis désolée que vous ayez perdu votre père », répondit avec douceur la Légionnaire.

Il avait donc quitté la médecine de son plein gré pour un autre type de travail.

« La médecine ne vous manque pas ? »

Dans une autre vie, la moniale aurait sans doute apprécié de se consacrer à soigner les autres. Dans une autre vie. Car elle avait eu un destin tout autre, en définitive. Elle réfléchit, quelque peu angoissée à l’idée de ne pouvoir dire la vérité, et ne souhaitant pas mentir pour autant.

« Je n’ai… J’ai dû partir pour étudier, dans un premier temps. Puis ce sont des raisons purement professionnelles qui m’ont amenée à Star City, à vrai dire. Ce n’était pas un choix, plutôt… Une évidence ? »

C’était bien moins développé que ce qu’avait offert Liam, mais elle pouvait difficilement avouer qu’elle avait été envoyée ici par l’Opus Dei afin de soutenir Ezio Valentino dans sa lutte contre les forces du mal qui parasitaient la ville un peu plus chaque jour.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 10 Avr 2020 - 3:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
▬ C'est gentil de votre part. D'autant plus qu'elle ne le connaissait pas, à moins que.

Son sourire, son air enjoué, s'était dissipé pendant un court instant. C'était évidemment quelque chose de dommageable, de regrettable. Un grand vide lorsqu'il pensait à son paternel. Il avait acté sa vie à faire en sorte qu'il devienne plus influent que lui. Un homme plus grand. C'était une figure puissante, un mentor en tout point. Baignant dans la lumière et le charisme, dirigeant ses sociétés d'une main de fer, William était une personnalité très importante à Chicago puis, amoindrie avec la maladie et la vie à Star City. Son empire s'était effondré à l'image d'un château de cartes qu'il avait habilement fait tenir de nombreuses années, sans qu'une seule n'oscille pendant tout ce temps.

William avait nommé son fils ainsi, parce qu'il considérait qu'à terme, en grandissant, il n'arriverait pas à la moitié de l'homme qu'il était. Et les deux, toujours dans une sorte de duel, se provoquaient sur des terrains alambiqués. Si l'un obtenait des faveurs d'une haute personnalité, l'autre usait de ses charmes pour se faire obtenir quelques passes VIP et autres. Un perpétuel défi, qui fut stoppé net à sa mort. Outre le vide que ça provoquait, il y avait cette peine intérieure de ne pas avoir pu lui montrer Ô combien il le surpasserait à terme.

▬ Je ne crois pas. C'est un métier un peu comme le vôtre je dirais, pareil pour les pompiers et autres policiers. Quand on fait appel à nous, c'est que tout va mal. Il s'arrêtait net pour porter sa tasse à ses lèvres, remarquant au passage qu'elle était finie. Quand vous êtes en première ligne pour annoncer à des parents que leurs enfants en bas âge ne va pas s'en sortir, on à beau être fort et tenter de prendre du recul, ça fait toujours quelque chose.

En l'occurrence, contrairement à des confrères, il se portait toujours bien là-dessus. C'était une tâche plutôt aisée même, annoncer ce genre de choses. Presque, ça lui donnerait envie de retourner sur son ancien lieu de travail histoire d'y croiser quelques têtes amicales. En huit ans, presque neuf, il en avait croisé du monde. Beaucoup ne supportaient pas le choc à terme. Des premières années qui décidèrent de changer de métier directement après avoir été confronté à toutes sortes d'horreurs, et ça se comprenait. Il faut avoir le cœur bien accroché. Ou dans le cas de Liam, tellement enfoui qu'il était presque impossible de croire qu'il en avait un.

▬ Mais si la médecine vous intéresse, je peux vous apprendre à faire deux trois premiers soins rudimentaires avec trois fois rien.

Il avait apprit, à son personnel, comment gérer quelques blessures. Des astuces réelles, qui fonctionnaient. Que ce soit sur les coupures pour les cuisiniers, ou les brûlures pour tout le personnel à vrai dire. Des premiers soins, rien de très folichon, mais qui faisaient leurs petits effets mine de rien. Par ailleurs, il avait un personnel plutôt qualifié, même les petites mains savaient y faire. Il avait établi, en moins d'un an, une équipe diverse et variée. Des hommes, des femmes, venant de presque toutes les origines et tout les bords, étant véritablement pas regardant sur ces trois points. Tout ce qu'il demandait, était un professionnalisme de chaque instant. Liam avait beau être un homme aux mœurs étranges, c'était loin d'être un tyran sur son lieu de travail.

▬ Vous avez grandi là-bas, c'est bien ce que vous m'avez dit ? Il prit un air interrogatif. Pourtant vous parlez bien la langue, enfin je trouve. Bien mieux que mon mandarin en tout cas. Il en riait. Mine de rien, malgré les circonstances, je suis bien content de vous avoir rencontré. Vous êtes adorable et fort sympathique, moi qui pensait que, je sais pas, que les héros avaient peut être un peu la grosse tête, ce genre de choses. Liam pouvait enfin se targuer de raconter à qui veux l'entendre qu'il connaissait un héros. Même si typiquement c'est pas le genre de trucs qu'il irait crier sur tout les toits appartenant au Cartel. Il recommandait un deuxième thé, parce que c'était bien trop bon pour s'en priver.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 11 Avr 2020 - 11:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jia Li ne s’attarda pas plus sur le père de Liam. Autant parce qu’elle voyait que le sujet restait quelque peu… Douloureux, en quelque sorte, pour l’homme, que parce qu’elle ne l’avait pas connu et n’aurait donc rien eu de plus à dire. La moniale préférait en rester à la compassion la plus élémentaire plutôt que de risquer de se montrer indélicate par erreur.

Les autres sujets qu’ils abordaient étaient moins personnels, encore que. Pour Jia Li, c’était déjà du domaine du très personnel, en toute honnêté. Disons plutôt que ces thèmes étaient moins sensibles que celui de la mort et du deuil d’un proche. En l’occurrence, la Chinoise s’était intéressée aux ressentis de son compagnon vis à vis de la médecine ou de l’arrêt de sa pratique, plus exactement. Il lui semblait que de par son côté extrêmement prenant, il pouvait être quelque peu perturbant que de cesser s’y consacrer.

Toutefois, les arguments présentés par Liam étaient extrêmement sensés. Pour beaucoup de spécialités, il s’agissait d’un métier exigeant, pour lequel il y avait de fortes chances d’être appelé en cas d’urgence. Et qui disait urgence disait aussi, trop fréquemment, drames. Elle comprenait que cela puisse ne pas manquer, à terme, lorsqu’on y échappait. Est-ce que ses activités héroïques lui auraient manquées ? Oui, mais simplement car elle aurait mal supporté d’attendre alors que d’autres combattaient, en sachant qu’elle aurait pu le faire. Sinon… Elle n’aurait pas été malheureuse de s’en séparer.

« Je comprends, je crois. Vous travailliez dans un service… Compliqué ? »

Réanimation, pédiatrie, néo-natalogie… De nombreuses possibilités auraient pu exister au vu des dires de son interlocuteur.

« Si cela ne vous dérange pas, me former quelque peu ne me serait pas désagréable. »

De fait, Jia Li avait quelques notions de premiers secours, nécessaires au vu des êtres auprès desquels elle se mettait en danger. Mais elle n’était pas pour autant une guérisseuse. Elle se débrouillait simplement pour limiter la casse au mieux de ses capacités. Ce qui n’était à son goût pas forcément… Suffisant. Enfin, elle ne deviendrait jamais médecin et le savait pertinemment. Là n’était pas son but. Pas dans cette vie.

« Cela fait dix ans que je pratique l’anglais avec assiduité, et j’avais commencé même avant. Je ne parle qu’assez peu mandarin au quotidien, à vrai dire. »

Il paraissait des plus naturels à la moniale de s’adapter au langage en vigueur dans son pays d’accueil. Cependant, avec certains habitants de Chinatown, ou certaines de ses soeurs au monastère, elle pouvait parfois repasser à sa langue d’origine, par commodité ou même parfois car son interlocuteur ne comprenait que mal l’anglais. Elle entretenait donc sa maîtrise. Maîtrise de l’idiome, mais pas de sa gêne qui revint au grand galop lorsque Liam prit sur lui de la complimenter une fois de plus.

« Oh… je… Non, vraiment… Je ne suis pas… Peut-être que… Enfin, merci ? »

Elle finit son thé pour se donner contenance et retomba dans le silence. Jia Li avait vraiment du mal avec les compliments, même lancés ainsi au détour d’une phrase. Elle ne savait tout simplement pas quoi en faire, à vrai dire.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 11 Avr 2020 - 23:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Est-ce que c'était un service compliqué ? Oui ? Non ? Tout dépend du point de vue. Il avait tiré son épingle du jeu dès les premières années, montrant une force de caractère impressionnante sur son lieu de travail. Une force mentale qui l'avait aidé à se faire apprécier de ses pairs, pour commencer. Il réussissait là où les autres étaient trop émotifs pour ne serait-ce que tenter. Le manque d'empathie jouait pour beaucoup dans sa situation. Il était à l'image du scalpel posé sur la table d'opération : glacial, stérile, tranchant. Et il ne s'en était pas caché. Un bon potentiel, bien que trop corrompu par ses vices, bien que rien ne fut démontré et ce, pendant les quelques huit ou neuf années là-bas. Parfois, il y retournait dire bonjour. Saluer les anciens collègues, prendre la température. Parler de tout et de rien avec ses anciens formateurs histoire de s'échanger un peu de vécu. Note importante : Il le faisait surtout lorsqu'il s'ennuyait fermement.

▬ J'ai commencé par les petites tâches. Urgentiste, puis j'ai vite tiré mon épingle du jeu pour pas rester bloqué toute ma vie là-dedans. J'ai eu le droit aux soins palliatifs. Accompagner le futur défunt, réunir et parler avec la famille, annoncer les deuils.

Du coup, ça pouvait paraître compliqué. Effectivement. Mais ça l'était pas plus que ça. Juste les horaires qui étaient encombrantes pour avoir un soupçon de vie à côté. Il était le petit modèle des autres de son âge, de sa promotion. Parce qu'il avait le cœur solide, les tripes en place, et une sacrée paire pour résister à des pleurs d'enfants sachant qu'ils approchaient de la fin sans même avoir pu profité du début. Aussi incroyable que ça puisse paraître, ça ne lui manquait pas tant que ça.

▬ Et bien, écoutez. Je vous propose un marché. Je vous apprends des techniques de soins, histoire que vous puissiez plus facilement rester en vie lors de vos patrouilles contre le crime. Et en échange, vous m'apprenez un peu de mandarin pour que je puisse rester sain et sauf à Chinatown sans m'attirer les foudres de tout les habitants du quartier parce qu'on m'a appris toutes sortes de grossièretés par des joueurs de Mah-Jong peu scrupuleux.

Le deal semblait bon, sur papier. Et ça l'était. Bien qu'on lui avait appris toutes sortes de conneries, l'idée de pouvoir échanger avec une des figures qu'il pouvait presque considérer comme une sorte de mentor, semblait être véritablement appréciable. Il marquerait des points, pour sûr. Et il éviterait de crier sur tout les toits qu'il s'appelait Liam et qu'il avait les fesses blanches. Parce qu'on lui avait appris à se présenter comme ça, de base. Avant de remarquer par lui-même, vu l'hilarité qu'il dégageait autour de lui, que c'était une pure connerie. Il s'était fait roulé, une fois. Et il n'avait guère envie que ça puisse recommencer. Bien qu'au fond, lorsqu'il apprit la véritable nature de la phrase, il eu un petit rire en coin. Ils étaient sacrément culottés de s'être moqués de la sorte à son sujet. Une bonne taquinerie. Et s'ils ne s'agissaient pas de civils, il se serait certainement défoulés sur eux pour qu'ils paient leurs dettes.

▬ Si si, j'vous assure. Vous êtes quelqu'un d'bien. Bien mieux que la plupart des gens que j'ai pu connaître ou côtoyer par le passé. Et vous êtes la bienvenue ici, de jour comme de nuit, costume pas costume.

Nuance. Quelqu'un de beaucoup trop bien pour fréquenter ce genre d'illustre personnage qu'était le Docteur assis en face d'elle. Heureusement pour lui, elle ne pouvait lire dans son esprit, auquel cas, et bien. Elle aurait certainement bondi de sa chaise pour venir l'empaler. Ou lui fracasser suffisamment tout les os des deux bras afin d'être sûre qu'il ne puisse plus jamais exercer, prélever ou quoi que ce soit. Bibliquement parlant, il y avait une moniale buvant le thé à la même table qu'un pêcheur. Et pas un petit. Pas le moins du monde.

Par contre, il avait pas tort en disant qu'il devait s'agir par là, de la plus bonne personne de son entourage. Dans le sens bonne, faisant le bien, étant quelqu'un de pieux avec des bonnes convictions, propres, pas tâchées comme les siennes par exemple. Là, il avait tout juste pour une fois. Mais fort heureusement, elle ne connaissait pas son entourage.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 12 Avr 2020 - 19:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Urgentiste, ça ne paraissait pas si anodin que cela, bien au contraire. Il n’était pas trop étonnant qu’il soit passé de ce service là aux soins palliatifs pendant ses études, étant donné la proximité de certains savoirs entre une discipline et l’autre, mais cela suscitait l’admiration de Jia Li. Il fallait dire que celle-ci était à des lieues d’imaginer que c’était le manque d’empathie de son interlocuteur qui lui avait permis de survivre sans mal à ces expériences. Elle n’aurait jamais été se le figurer d’elle-même. A croire que la moniale se sentait obligée d’apprécier ceux qui flirtaient avec le mauvais côté de Star City. Après Mikhaïl, voilà qu’elle passait un peu de temps avec Liam. Une nouvelle déconvenue en perspective ?

« Une tâche complexe à tout point de vue. »

Sous son capuchon, la trentenaire eut un petit sourire compatissant, qui se serait presque entendu dans sa voix douce et mesurée. Même si soigner était une consécration en soi, accompagner dans la mort devait être extrêmement difficile. Pour celui qui partait vers d’autres horizons comme pour tous ceux qui restaient en arrière, contraints de vivre quand la Faucheuse avait pris son dû sur leurs vies.

Jia Li se redressa légèrement sur sa chaise, but un peu de thé, songeuse. Ce n’était pas seulement une question d’être solide mais aussi de savoir se montrer présent pour autrui. Elle-même, au vu de ses difficultés sociales, n’aurait probablement guère goûté l’exercice. Et ce d’autant plus qu’elle tendait à prendre les choses trop à coeur. La Chinoise se serait fait dévorer jour et nuit par son travail. Reposant sa tasse, elle mit de côté ces réflexions, ses mains entourant le récipient tandis qu’elle préférait se pencher sur les propositions de Liam.

Elle ne voyait pas d’inconvénient à lui enseigner sa langue, fondamentalement. Jia Li enseignait régulièrement au temple, que ce soit à des fidèles, des jeunes curieuses de découvrir la religion et, peut-être, de s’abandonner à un noviciat - même si très peu d’entre elles y songeaient véritablement - ou des égarés, arrivés là un peu par hasard. Elle-même apprenait énormément, si bien qu’elle avait des notions dans nombre de domaines à ce jour.

« C’est un marché qui me semble honnête, vous me direz… Comment nous organiser ? répondit-elle avec hésitation. Quelles sortes de… De grossièretés vous a-t-on appris, au juste ? »

La question méritait certes d’être posée, mais cela n’empêchait pas Jia Li de se demander si elle voulait vraiment connaître la réponse. Liam avait l’air suffisamment haut en couleurs à ses yeux pour qu’elle craigne d’entendre une histoire quelque peu… Gênante ? Cela dit, il n’était pas moins gênant pour elle de s’entendre complimenter de la sorte. Le propriétaire des lieux insistaient malgré la quasi-détresse de la pauvre moniale. Laquelle aurait sans doute aucun, à ce stade, préféré disparaître, tant elle peinait à bafouiller une réponse intelligible. Elle finit par y parvenir après quelques essais manqués, toutefois.

« Je vous remercie, vraiment, c’est très gentil à vous, mais… Vraiment, vous n’avez pas besoin de… De me complimenter, je ne fais pas ça… Pour ça », conclut-elle, un peu penaude.

Elle n’ajouta pas qu’elle détestait ce genre de moments, parce qu’elle ne savait absolument pas quoi répondre la plupart du temps, ou bien avait l’impression de ne pas mériter quelque compliment que ce soit. Jia Li ne voulait pas non plus mettre Liam mal à l’aise, après tout. Il suffisait que l’un d’entre eux soit dans ses petits souliers.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 14 Avr 2020 - 5:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Même s'il n'avait d'yeux que pour la moniale, il lui arrivait de décrocher le regard pour suivre un peu son personnel. Même s'il était occupé, il avait toujours un œil attentif sur ses employés, et se rendait évidemment disponible en cas de pépins. En cas de gros pépins plutôt. Parce qu'il détestait plus que tout qu'on vienne le déranger lorsqu'il était ici, à sa tablée personnelle, en rendez-vous, pour une connerie ou une futilité. Néanmoins, il pouvait être fier d'eux. Son équipe était à son image, ainsi qu'à l'image de ce qu'aurait voulu son paternel. Des jeunes encore en études, des moins jeunes, des gens venant de tout les horizons. Il avait même embauché une vieille personne n'ayant pas suffisamment d'épargnes pour s'octroyer une belle retraite, le ménageant au maximum et l'utilisant surtout pour qu'il puisse transmettre tout son savoir aux moins ridés que lui. C'était peut être contraire à ses convictions, d'être une main tendue vers les autres, sans rien demander en retour. Mais ça le confortait dans son image, celle qu'il se donnait pour éviter les ennuis. Ainsi, Liam était ce qu'il était. Une ordure à l'intérieur, mais un type avec la main sur le cœur à l'extérieur.

▬ A chacun ses tâches bien particulières. C'est, à mon sens, toujours bien plus aisé que se battre, parce que ça demande beaucoup de coordination, d'attention, et la moindre erreur peut être fatale selon sur qui on tombe. C'est bien pour ça que j'ai toujours fais vœu de ne jamais me retrouver à devoir me battre.


Une certaine idéologie de la vie, pacifique en tout point ou presque. De toute façon, il était pas assez stupide pour prendre les armes. Il ne lui était jamais arrivé de tenir un pistolet, et si ça devait arriver très certainement que le poids le ferait un peu vaciller, qu'il sentirait une gêne ne sachant pas trop où placer ses doigts pour que ça lui semble un peu plus confortable au toucher. De plus, certainement que cette histoire de recul allait être un handicap également. Puis comme beaucoup, avec l'adrénaline, Liam s'imaginait ne pas réussir à se contenir, et appuyer machinalement sur la gâchette vidant son chargeur bien trop rapidement, laissant des balles pleuvoir un peu partout et très certainement partout sauf sur sa cible. Pareil pour le combat. Il ne savait ni comment se mettre en posture pour éviter des coups, ni comment taper, ni où taper. C'était des arts bien trop complexes pour lui.

Bien que touche à tout, et possédant moult lubies en dehors de la médecine, cherchant à en apprendre de nouvelles par la suite dans le domaine artistique, il n'y avait presque que ça dont il ne voulait pas en apprendre ne serait-ce que le moindre petit savoir.

▬ On peut lier l'utile à l'agréable, je pense. Du style s'organiser ça ici, un soir par semaine ou par tranche de deux semaines, vers l'heure de fermeture histoire d'avoir la salle rien que pour nous et éviter de vous mettre dans l'inconfort.

Comprenez par là, pas de clientèle pour dévisager qui que ce soit, surtout. Elle pourrait venir encapuchonnée de la sorte, armée de la sorte même si ça lui chantait, que ça n'allait embêter personne et soulever aucun regard, puisqu'ils seraient qu'eux deux. Quant à son personnel, ils semblaient tous être bien plus ouverts sur la question, même s'ils n'avaient pas grand chose à dire d'ailleurs. Snyder avait fait un petit speech vis-à-vis de la venue de la Légionnaire, et tout le monde voyait ça d'un très bon œil. En même temps, la seule chose qu'on lui avait demandé c'était "Et si l'Archer IV vient pour manger, on a quand même le droit de lui demander une photo avec lui ou un autographe s'il vous plaît?" Chose qui lui avait fait arraché un petit sourire. Ils pouvaient. A condition que ça ne perturbe pas le monsieur, et qu'ils le laissent manger ou boire en paix par la suite. Car ça devait être chiant, à terme, de soulever bien trop de regards et d'attention.

▬ J'ai appris quelques mots de base : bonjour bonsoir merci madame. Puis j'ai voulu apprendre à me présenter, c'est là que ça semble avoir pêché par contre. Je m'appelle Liam. Vous êtes jolie madame vous voulez voir mes petites fesses blanches ? Et généralement c'est à ce moment que tout le monde me regarde, renfrogné, les yeux exorbités. Certains rigolent, d'autres le prennent mal. J'en ai déduis que c'était, je sais pas, peut être pas insultant sinon je me serais probablement fais arracher la tête.

Il soupirait. Oh bien entendu, ça le mettait pas trop mal à l'aise de son point de vue. Juste qu'il aurait préféré apprendre des choses plus intéressantes que des conneries futiles qui faisait marrer la galerie. Ne serait-ce que pour prendre le thé avec le Mandarin et échanger un peu avec lui. Véritablement, il faisait partie de ses mentors spirituels. Un intellectuel, un homme qui savait mélanger les vieilles traditions et les nouvelles technologies, s'appuyant sur son vécu et le vécu de son pays natal pour prospérer ici, à Star City. Il ressemblait un peu à sa figure paternelle à y regarder de plus près. Peut être pour ça que Liam en était "presque fan".

▬ Promis, j'arrête de vous gêner de la sorte.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Help yourself, help others - Liam
 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  SuivantRevenir en haut 
Help yourself, help others - Liam - Page 2 Categorie_6Help yourself, help others - Liam - Page 2 Categorie_8


Help yourself, help others - Liam - Page 2 Categorie_1Help yourself, help others - Liam - Page 2 Categorie_2_bisHelp yourself, help others - Liam - Page 2 Categorie_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Help yourself, help others - Liam - Page 2 Categorie_6Help yourself, help others - Liam - Page 2 Categorie_8

Sauter vers: