Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Rafa's Angels - UNISON - Page 2 Bouton_off
AccueilDernières imagesFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Logo de la barre de navigation

Rafa's Angels - UNISON - Page 2 Forum_1Rafa's Angels - UNISON - Page 2 Forum_3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 

Rafa's Angels - UNISON

 
Ven 17 Avr 2020 - 17:09 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Bon, a priori, hypothétiquement, tout le monde était d’accord pour ne pas y aller, tout en y allant. Ce qui convenait très bien à l’espagnol, au fond. Parce qu’il y serait totalement allé dans tous les cas. Oui, il était complètement fou, mais il avait aussi la présence d’esprit de reconnaître qu’il préférait ne pas y aller tout seul, d’où sa présence ici.

En attendant, le concerné ramassa son dossier et ses cartes et reprit toutes ses affaires.

Bon bah euuuh… a plus tard?

Il avait presque été naturel dans ses salutations. Presque. Bon, avec Marisol, Lawrence et Alex, c’était facile. Avec Andrea, beaucoup moins. C’était dur de rester naturel, ok? Quand il parlait de bestioles magiques et d’entrepôt, il avait des trucs sur lesquels se concentrer mais bon, voilà hein.

Tout son barda dans les bras ou dans son sac, Rafa rentra chez lui en attendant la visite de ses camarades d’expéditions. Pour autant, les heures ne furent pas perdues. Il prit le temps de relire les fiches qu’il avait préparé, juste au cas où, surtout pour les bestioles les plus dangereuses, il se changea, prépara un sac à dos, beaucoup plus pratique que sa besace.

Quand Alex se présenta - elle était la première - il portait un pantalon noir, un pull noir, et avait même trouvé un bonnet enfoncé jusqu’à ses sourcils ou pas loin. Il avait mis des rangers, quoiqu’il était occupé à les lacer quand elle sonna. Lawrence débarqua peu de temps après, puis Andrea et Marisol. l’équipe prit quelques minutes le temps de refaire un point - et aussi de décider de la façon dont ils allaient se rapprocher de l’entrepôt puisque quelqu’un notifia qu’arriver par cinq pouvait paraître suspects.

L'entrepôt en question ne payait extérieurement pas de mine. Un grand bâtiment en briques, avec un toit en toiles, de grandes fenêtres crasseuses et que les activités illégales qui se déroulaient à l’intérieur poussaient sans doute à laisser ainsi. Il y en avait une tripotée d’autres, tout aussi anonymes, tout autour, chacun entouré de sa clôture en barbelé ou de sa grille en métal. L’entrepôt qu’ils visaient était entouré d’un grillage, mais quelques hommes circulaient, armes à la main. Même s’il n’était venu qu’une fois, Rafa avait pu repérer les lieux, en tout cas assez pour savoir par où s’approcher en toute discrétion. Il s’arrêta à l’angle de l’entrepôt le plus proche, restant caché dans l’ombre en attendant l’arrivée du reste de la troupe hypothétiquement pas là, alors qu’un poids-lourd manoeuvrait pour passer le portail ouvert en marche arrière.

Le temps que tout le monde rejoigne le point de rendez-vous, le camion s’était arrêté et cinq hommes s’échinaient à en décharger une caisse presque aussi grande que la remorque. La caisse en question s’agitait furieusement, les chaînes qui la maintenaient scellées tintant furieusement à chaque fois que la créature à l’intérieur poussait des cris de rage.
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 17 Avr 2020 - 19:30 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Après avoir salué tout son petit monde avec sa bonne humeur habituelle, l’air pas plus inquiète que ça de plonger à l’aveuglette dans cette histoire, Marisol avait repris le cours de sa journée. Celle-ci avait été bien remplie, si bien qu’elle arriva légèrement après ses alliés. Elle avait pris le temps de rentrer chez elle pour se changer et passer une de ses tenues d’entraînement totalement neutres, et de couleur sombre, s’attacher les cheveux, vérifier les sangles qui attachaient ses cartes contre sa peau, et attraper la ceinture qui contenait ses couteaux de combat. C’était bien les seules armes qu’elle avait amené.

Les autres, elle les gardait à l’UNISON, généralement, et n’avait pas spécialement envie de laisser une balle sortie d’une de ses armes au milieu d’une scène qui serait très probablement étudiée un jour. Vraiment pas. Après ça, elle était repartie pour retrouver tout le monde chez Rafa. Elle avait retrouvé Andrea devant la porte, ce qui avait donné lieu à un court tirage au sort pour savoir qui avait le droit de babysitter qui durant la soirée. Entre Rafa et Alex, elles s’étaient réunies sur le fait qu’elles avaient quelques sueurs froides à les imaginer sur le terrain et potentiellement seuls à un moment ou un autre. Bilan des courses : Marisol avait hérité de la jeune femme et ses cheveux arc-en-ciel.

Après quelques discussions et le temps d’établir leur façon d’approcher, les troupes se répartirent tranquillement. Marisol en profita pour refiler un communicateur à tout le monde. Comme de par hasard - non - Marisol fit le taxi pour Alex. Elle gara sa voiture assez loin de l’entrepôt visé pour qu’elles ne descendent pas devant le portail, et assez proche en cas de… Menus problèmes. Encore que si on devait en arriver là, elle pouvait téléporter son binôme - bien inconsciente d’ailleurs du fait que l’Espagnole ne comptait pas lâcher ses semelles - hors de danger en moins de temps qu’il n’en fallait pour l’écrire.

Les deux femmes se rapprochèrent en silence, jusqu’à atteindre les environs proches de Rafa. Marisol avait vue sur le grillage et l’entrepôt sans être exposée, et apercevait son compatriote. Et un camion. Elle reprit son avancée jusqu’à se trouver aux côtés du principal concerné, avec une tête quelque peu… Consternée. La caisse était… Un peu grande ? Et un peu remuante aussi.

« Qué mierda. »

Juron murmuré tout bas, soit dit en passant.

« Vous avez une idée de comment vous voulez gérer ça ? »

Je m’adressais plutôt à Andrea, mais les idées étaient la bienvenue. Notamment l’opinion d’Alex.
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 19 Avr 2020 - 12:42 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L’équipe avait convenu de reporter leur réunion à plus tard, dans un endroit où ils ne risquaient pas de mentionner leur mission-pas-mission près d’oreilles indiscrètes. Andrea avait filé sans demander son reste... Rentrée chez elle après avoir fait son petit crochet par les archives municipales, la métisse Ultime s’était dument préparée à l’expédition ; Elle avait enfilé possiblement tout ce qu’elle avait de noir chez elle, tressant ses cheveux et passant sur le tout un bonnet qu’elle avait malmené pour en faire une cagoule de circonstance. C’était ridicule mais elle préférait pallier à toute éventualité. Après quoi, elle avait pris ses rouleaux sous le bras et était partie.

Arrivée chez Rafael, Marisol l’avait rattrapée devant la porte pour discuter avec elle d’un point technique : qui se chargerait d’assurer la protection de qui. Elles convinrent que Lawrence était capable de se baby-sitter tout seul, ce qui leur laissait Rafael et Alex sur les bras. Après un bref tirage au sort, elle hérita du mage tandis que Marisol se chargeait de garder un œil sur la jeune norvégienne. La réunion se fit dans une ambiance étrange, tendue. Andrea comprenait aisément pourquoi ; Ce qu’ils allaient entreprendre dépassait le cadre des lois, sans parler du danger auquel ils exposaient un civil. Et Alex. Andrea s’inquiétait pour Alex.

Après un point rapide, ils se décidèrent qu’utiliser deux véhicules valaient mieux qu’en utiliser cinq. Ils se répartirent alors dans lesdits véhicules et se donnèrent rendez-vous directement à l’entrepôt. Attendant que Marisol et Alex les rejoigne, la métisse Ultime jeta un coup d’œil à leur cible, à travers le parebrise et constata que quelques aménagements avaient été réalisés. Si l’on comparait le plan de construction au bâtiment en lui-même ; Elle en conclut que lesdits aménagements avaient été faits sans l’aval des autorités compétentes et espéra qu’ils n’avaient pas trop touché aux infrastructures...

Lorsque l’équipe fut au complet, Andrea fit signe de se regrouper autour d’elle. Elle sortit de son sac un appareil photo qu’elle tendit à Alex – qui saurait très bien quoi en faire – et tira de l’une des poches de son treillis une carte jaunie et pliée en huit qu’elle étendit finalement sur le capot de la voiture de Rafael. Elle usa de la lampe poche qu’elle avait dans la main pour appuyer son propos.

« C’est une carte du bâtiment, expliqua-t-elle à voix basse. Les réseaux d’eau, électriques et d’aération sont représentés. On voit aussi qu’il y a toute cette dépendance... Elle indiqua l’entrepôt d’un geste de la main. Qui n’apparaît pas sur le plan. »

Ce qui soulevait plusieurs questions dans son esprit... Des questions dont ils auraient sans doute les réponses très bientôt.

« On peut pas leur rentrer dans le lard directement, alors on va utiliser un des passages annexes pour pénétrer dans le bâtiment et les prendre à revers. Elle les indiqua sur le plan. Une partie du réseau électrique serpente sous l’entrepôt pour permettre la maintenance. Il aboutit à... Elle se tourna, scruta la pénombre derrière elle. Un accès à environ 150m derrière nous. L’inconvénient c’est que c’est relativement isolé du reste du bâtiment... Donc arrivés dessous il va falloir se frayer un chemin. »

Ce qui n’était pas forcément le plus discret, mais ça avait le privilège d’être rapide puisqu’ils atterriraient directement dans l’entrepôt. Avec ce que ça impliquait.

« L’autre possibilité, c’est le réseau d’eau. Comme précédemment, elle l’indiqua sur le plan. Les eaux usées sont rejetées à environ 30 mètres dans notre direction. On pourra ressortir à priori directement par une échelle à l’extrémité est du bâtiment. Mais ça va demander qu’on déambule là-dedans un petit moment... Dans tous les cas, il va falloir être aux aguets pour les pièges et les vigies. Lawrence et moi on passera devant, puis Alex et Rafael, et Marisol fermera la marche. »

Parce qu’ils ne savaient pas vraiment ce qui pouvait s’y cacher, dans ces tuyaux. Et qu'Andrea avait une totale confiance en l'espagnole pour gérer tout ce qui serait susceptible de leur arriver dans le dos.

« Une préférence ? Des suggestions ? » Fit-elle en tournant son regard sur ses camarades.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mer 29 Avr 2020 - 13:16 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Difficile de penser à autre chose que de ce qui l’attendait ce soir, lorsqu’elle rejoindrait Rafael et les autres au domicile de ce premier. Alex avait plus ou moins passé sa journée à laisser ses pensées autant que son imagination traîner sur le sujet épineux que leur avait amené le camarade enchanteur.

Autant dire que dès qu’elle avait passé l’heure à partir de laquelle elle pouvait partir tranquillement du bureau, elle s’était engouffrée dans sa valise pour enfiler les vêtements les plus neutres qu’elle avait en sa possession. Genre, pour s’infiltrer. Ce genre de trucs. Si on ignorait l’éclair coloré brodé sur sa casquette noire, ou les motifs géométriques sur son hoodie sombre, et le fait que ses Nike Talaria n’étaient pas de la plus grande discrétion avec leurs petites ailes agitées… Elle avait fait de son mieux. Au moins son jean noir avait le mérite d’être un simple jean noir. Elle avait mis quelques uns de ses artefacts dans un sac à dos qui lui était criant de banalité avec son allure tactique, noir, de cordura et de nylon. Fiëri avait voulu l’accompagner, mais la Norvégienne s’était vue obligée de refuser : Amener une créature magique sous le nez de trafiquants de créatures magiques ? Pas question. Et le feu follet était peu discret (hum).

C’était Marisol qui avait été désignée pour l’accompagner (ou la conduire ?) sur les lieux, et Alex n’avait pas à se plaindre de cette décision ! En vrai, elle ne se serait plaint d’aucune conclusion, elle n’était pas difficile. Difficile à vivre par contre, c’était autre chose.

Sur place, elle ne perdit pas son temps pour étendre ses sens et essayer de ressentir la magie aussi précisément et aussi loin que possible. Plus c’était éloigné, plus la sensation était diffuse et floue pour elle, et il lui serait essentiel de pouvoir s’approcher à un moment où à un autre. En tout cas pas de doute : Il y avait de la magie à l’oeuvre.
Et les mouvements de la caisses, les cris qui l’accompagnaient, lui déchiraient le coeur et la remplissaient d’une détermination qui tenait presque de la colère. Un sentiment rare chez elle, qui marquait un sérieux inhabituel dans son regard et sur son visage.

Appareil photo en main, confié par Andrea, elle n’attendit pas qu’on lui donne d’instructions avant de photographier le camion et prendre une courte vidéo de la caisse, puis de se pencher sur le plan et les propositions d’Andrea. L’esprit de Sigrun restait en retrait : Elle n’avait qu’une seule chose en tête : Protéger Alex si jamais les choses tournaient mal. Elle n’avait d’yeux que pour les potentiels ennemis qui pouvaient s’opposer à elle. Elle avait pris avec elle sa lampe torche, le TROU, son bouclier réflecteur, le collier qui ne quittait jamais son cou, son bracelet de protection et sa paire de Nike. Sa lance viendrait à elle au besoin.

Je miserais plutôt sur ce qui nous rapprocherait le plus des entrepôts en restant cachés. Même du dessous, je pourrais commencer à sentir un peu mieux ce qui nous attend, et on pourrait se servir de mon TROU pour traverser des murs ou le plafond si besoin.

Elle-même pouvait d’ailleurs traverser la plupart des murs ou obstacles qui s’opposeraient à sa route, mais les autres ne la laisseraient pas passer devant.

Du coup je penche pour les eaux usées. Vous en pensez quoi ?


 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 30 Avr 2020 - 18:34 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Lawrence avait arrêté la clope toute l’après-midi. Il avait besoin d’avoir les naseaux débouchés le soir s’il voulait être au summum de ses capacités. Quand ils se réunirent tous au coin de l’entrepôt, le loup-garou ferma les yeux un instant, tentant de se concentrer sur les bruits et les odeurs avoisinantes, tout ce qui pourrait leur donner un petit avantage. Pour Andrea et Marisol, il devait simplement donner l’impression de réfléchir intensément. Ceux qui savaient ce qu’il était avaient probablement une idée plus précise de ce qu’il essayait de faire. Malheureusement, entre les senteurs combinées de toutes ses collègues et de Rafael juste à ses côtés et le vacarme que faisait la bestiole inconnue dans la boîte, c’était peine perdue. Il n’était pas dans les bois ou même dans des ruelles désertes en train de traquer une proie isolée.

Il reporta donc son attention sur ce que leur présentait Andrea. Le sergent était apparemment venu bien préparée. Comme les autres d’ailleurs. Il se sentait presque ridicule avec son couteau et son taser. Enfin, ils n’étaient là que pour les apparences. Les deux chemins proposés par sa collègue avaient leurs avantages. Même si l’idée de patauger dans les eaux usées, avec son odorat, ne l’enchantait guère.

« Donc le réseau électrique nous permet d’arriver directement sous l’entrepôt. L’inconvénient c’est qu’il faut que nous créions nous-mêmes un passage vers la surface et que nous n’avons aucun moyen de savoir si nous n’allons pas débarquer directement nez à nez avec nos ennemis en le faisant. »


Il ignorait s’il pourrait entendre à travers un sol. Ou même sentir. Probablement pas. C’était risqué, mais c’est ce qui leur permettrait d’obtenir le plus rapidement des informations sur ce qui se tramait là. Puis il fallait se rendre à l’évidence : leur opération prendrait presque assurément une tournure musclée. Puis cela éviterait qu’il en s’intoxique les narines avec des eaux usées.

« Je pense qu’Alex a raison, avec son TROU nous pourrons créer un passage facilement vers la surface donc. » Il l’avait déjà vu utiliser cet étrange artefact dans les cryptes qui avaient été révélées par l’invasion Terminus. « Le réseau électrique semble donc le plus approprier. »

Il contredisait la dernière conclusion de sa collègue. Celle-ci avait dû confondre les informations données par Andrea. Le loup-garou observa le plan à nouveau, songeur. L’ordre dans lequel ils s’engageraient dans les tunnels qu’avait proposé Andrea lui paraissait logique. Leurs meilleurs éléments offensifs devant et derrière. Les membres de la meute les plus vulnérables au milieu. Il eut un léger sourire. Vulnérables bien sûr.

« Je suis d’accord. Vous avez tous des lampes torche ou quelque chose du genre ? »
Demanda-t-il finalement.

Il n’en avait pas besoin. Mais Lawrence se faisait de plus en plus à l’idée qu’il ne pourrait pas mener cette mission à bien sans révéler quelques-unes de ses capacités à ses collègues.
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 1 Mai 2020 - 17:39 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elève attentif, Rafa écoutait en se grattant la joue, concentré sur le plan plutôt que sur ses équipiers. Trop d’auras, celle de Lawrence avait toujours tendance à le… hérisser, pour le dire poliment. Le réseau électrique semblait une bonne idée, mais très franchement, il ne se voyait pas bricoler sur place un enchantement pour faire une percée. A la limite, il pouvait faire passer une personne à la fois avec son tatouage de Banksy, encore que ça impliquait que la configuration des lieux le lui permette.

Non, ouai. Le réseau électrique, c’est bien”.

Il était aussi d’accord pour l’ordre de marche, quoiqu’il se demandait pourquoi on le mettait là et pas ailleurs. La question resta si brièvement dans son esprit, cela dit, qu’il ne s’inquiéta pas très longtemps de la question.

C’est quoi ton TROU?” s’interrogea Rafa, alors qu’Alex avait tout juste donné son avis.

Elle avait dit ça avec un ton important. Du genre “c’est pas juste un trou dans le sol” et connaissant Alex, c’était sûrement un truc magique. Ca l’intéressait, les trucs magiques, même quand c’était pas le moment. Quoique… est-ce que c’était pas un peu le moment? Vu que ça allait être utilisé à un moment, tout ça.

On y va?

La question du magicien fut presque aussitôt noyée dans un vacarme assourdissant de bois brisé. Il se retourna, les yeux plissés. Une… patte? - ça ressemblait à ça, de loin - dépassait de la caisse qui s’agitait de plus en plus. Une grosse patte tout en muscle, en tendons et en truc coupant qui devait faire la taille d’un gens. Cette presque libération avait déclenché un mouvement de légère panique, des hommes accouraient dans tous les sens avec ce qui avait l’air d’être des bâtons électrifiés, comme pour le bétail.

On devrait y aller, non? Profiter de la diversion”.

Le petit groupe s’engagea en direction de l’entrée du réseau électrique, effectivement éloignée du bâtiment, mais pas totalement ignoré par les trafiquants. Logique, on ne montait pas une opération de cette ampleur sans assurer un tant soit peu ses arrières, hum? Il y avait fort à parier que la sortie des eaux usées devait être gardée, elle aussi.

Présentement, deux hommes se tenaient à proximité du local, tous les deux armés et équipés de choses contondantes ou électrisantes. Un chien était assis au pied de l’un, l’autre enchaînait les cigarettes. Ils parlaient, quoique pas assez fort pour qu’une oreille normale les entende. Une histoire d’un collègue qui mettait un peu de temps à revenir. S’occuper d’un oiseau-tonnerre, ça devait pas prendre une éternité, si? Oiseau-tonnerre, si on se posait la question, actuellement emprisonné dans le local électrique pour fournir l’énergie du bâtiment, mais c’était un problème pour plus tard, n’est-ce pas?

Caché derrière l’angle d’un bâtiment, Rafa tira une paire de jumelle de son sac à dos, se pencha pour regarder.

Huuum… Celui de gauche est un mutant”. L’un des deux hommes bougea, l’obligeant à signaler d’un geste lequel il désignait. “L’autre a l’air humain, son aura a rien de spécial, mais il a des trucs magiques dans son équipement. Le chien est magique. Chais pas ce qu’ils font par contre”. Il plissa les yeux pour voir le chien sans son aura violacée. “... le chien pourrait être un chien fou Thaïlandais. C’est euh… un chien, sauf que sa morsure donne des hallucinations. Ou alors un chien-ours australien. C’est euh… un chien qui peut devenir gigantesque quand il est attaqué”.

Il se trouvait que c’était la première possibilité, mais le magicien avait un doute raisonnable. Il baissa ses jumelles, se recula dans l’ombre, maintenant que les explications avaient été données.

On fait quoi? Je peux ptet rapprocher quelqu’un si on se tague dans le mur”.
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 8 Mai 2020 - 15:08 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
De toute évidence, tout le monde ou presque s’était mis d’accord pour emprunter le réseau électrique. Soit. Il paraissait évident que c’était le chemin le plus court vers leur destination, mais ça impliquait de devoir se frayer un chemin jusqu’à la surface une fois arrivé sous l’entrepôt. Andrea pouvait, mais le manque de discrétion évident que son intervention occasionnerait lui fit se dire que ça ne valait même pas la peine d’envisager cette possibilité. Alors, comme chacun avançait de sa proposition, Andrea se contenta de garder le silence, évaluant les solutions qui lui étaient proposées. Finalement, la plus pratique restait celle d’Alex et l’utilisation du TROU – qu’Andrea avait déjà vu en action. Un objet fort pratique, qu’elle aurait sûrement considéré avec moins de méfiance si elle n’avait pas été allergique à la magie. Elle donna donc son approbation et le groupe put envisager de se mettre en route.

Le fracas du bois qui volait en éclats leur fit savoir que la créature, dont elle voyait maintenant la patte s’agiter frénétiquement hors de la caisse, avait décidé de contre-attaquer. D’un commun accord, ils profitèrent de la diversion pour se mettre en marche sans risquer d’attirer l’attention sur eux. Andrea tira sur la cagoule noire, dissimulant ses traits, puis, ayant attendu que Lawrence vienne à ses côtés, prit la direction de l’entrée de service. Durant la marche silencieuse, elle étendit tous ses sens autour d’elle, à la recherche d’une signature magique qui pourrait s’avérer une menace plus ou moins immédiate pour leur groupe ou à l’attention de bruits qui pourrait indiquer la présence d’unités armées. La chance aurait voulu que le voyage jusqu’à la porte d’acier se fasse sans encombre... Sauf qu’ils ne disposaient pas de ce genre de chance.

Deux hommes étaient postés devant l’entrée du local, visiblement en train de discuter. Andrea avisa une troisième forme sans être capable de savoir ce dont il s’agissait exactement. Rafael, prit les devants et sortit une paire de jumelles ; Visiblement, il y avait un mutant et un pas mutant. Mais magique ? Et un chien magique ? Elle soupira doucement. Elle n’aimait pas particulièrement le choix, mais puisqu’ils étaient au milieu du chemin, ils n’allaient pas vraiment avoir d’autres possibilités. Ils pouvaient bien sûr toujours envisager de les contourner et de trouver une autre voie d’accès mais ils risquaient de perdre du temps sans certitudes de réussite.

Elle réfléchit quelques instants à la proposition de Rafael.

Même si elle n’aimait pas l’idée de le laisser aller au-devant du danger, puisque c’était à peu près contraire à tout ce qu’elle avait voulu faire au départ – à savoir le tenir hors du danger – elle devait admettre que c’était la solution la plus simple. Maintenant, restait à savoir qui serait le mieux placé pour aller avec lui ? Dans l’idéal, il faudrait éviter la confrontation, mais aussi s’assurer de ne pas être repérés avant de leur tomber dessus. Parce que armes. Parce que chien, aussi. La métisse Ultime déporta son regard sur le Caporal Aguilar.

« Marisol, tu as quelque chose pour les... Endormir ? Les contrôler, peut-être ? Elle précisa : j’aimerais qu’on puisse les neutraliser en douceur. Sans affrontement. »

Pour ne pas attirer l’attention de ceux qui se trouvaient de l’autre côté. Pour économiser leur énergie aussi, parce qu’ils ne savaient pas ce qui les attendait plus loin.
 
Revenir en haut Aller en bas

Sam 9 Mai 2020 - 15:43 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Marisol acquiesça au choix fait par Andrea sans broncher. Passer par le réseau électrique, ça lui convenait presque mieux que d’aller patauger dans les égoûts. Elle l’avait déjà fait, et ça n’était pas franchement dans ses meilleurs souvenirs. Elle avait donc rajusté le foulard noir qui dissimulait son visage sur son nez, et descendu le bonnet dans lequel elle avait fourré ses cheveux. On avait vu mieux, mais elle n’avait pas vraiment de cagoule dans son appartement, donc il avait fallu improviser. Puis se concentrer sur cette tâche lui évitait de se demander de quel TROU Alex pouvait bien parler.

L’entrée du réseau électrique fut rapidement en vue. Avec ses gardiens. Marisol se retint très fort de ne pas pester à l’idée d’avoir encore de la magie à contrer. C’était attendu, mais la magie, ça lui hérissait toujours le poil. Accessoirement, elle n’aimait pas spécialement s’attaquer aux animaux. Et ça rendait toujours Silvia catastrophée, quand elle l’apprenait.

« Le Roi de Bâton a une zone de contrôle. On est un peu loin, mais je n'ai même pas besoin d'être juste à côté d'eux. Ça agit instantanément et ça les empêchera de bouger pendant dix à quinze minutes. Sachant que je peux très bien les déplacer ailleurs en attendant qu’on ait fini, pour éviter qu’ils donnent l’alerte, une fois qu’ils ne bougeront plus. Je peux même y aller seule. Même si je peux téléporter une autre personne avec moi. »

Marisol haussa les épaules. Mettre Rafa en danger, ça n’était pas le but. Et même si elle était habituée à avoir quelqu’un pour couvrir ses arrières, vu qu’elle travaillait en équipe, l’Espagnole était entraînée à réagir à ce genre de situation. Elle avait pu constater que le mage était plus que dégourdi, bien sûr, et elle ne dépréciait pas ses capacités, mais il fallait se rendre à l’évidence : ce genre d’emmerdes, c’était son job. Elle aurait préféré amener Andrea ou Lawrence, à la limite. Encore que Lawrence n’était pas un combattant au départ, mais il avait l’air de se débrouiller, et ce n’était pas un civil.

« En plus, s’il y a un souci, Rafa pourra se rapprocher avec l’un de vous discrètement pour les surprendre. »

Fondamentalement, il n’y avait pas de raison que ça arrive.

« Je m’y transporte, j’invoque le Roi, il les immobilise, et vous pouvez me rejoindre. Je ne vois pas pourquoi ça ne fonctionnerait pas. »

Bon. Sauf si l’un d’entre eux s’avérait totalement immunisé à la magie, mais dans ce cas, Marisol restait équipée d’une trentaine de possibilités d’actions, plus ses propres capacités martiales.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Mer 20 Mai 2020 - 19:29 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ils avaient donc un plan, bien. Lawrence lança un coup d’œil en direction de la caisse. Il ne pouvait s’empêcher de se demander si la créature à l’intérieur ne pouvait pas sentir sa présence. Les animaux réagissaient mal quand il était à proximité. La plupart fuyaient, quelques-uns se révélaient agressifs… C’était le cas aussi de certaines créatures magiques. Beaucoup l’avaient attaqué lui plutôt que ses coéquipiers lorsqu’il était encore posté en Europe. Il espérait que la soirée ne prendrait pas cette direction. La cagoule ne résisterait pas à l’une de ses métamorphoses et il n’avait pas encore envie de montrer son poil à ses collègues.

Lorsqu’ils se trouvèrent tous à proximité du local, qui était bien évidemment gardé, Lawrence resta en retrait, humant l’air à nouveau. Il pouvait confirmer ce que disait Raphaël, au moins en partie. Ce chien n’était pas parfaitement normal et l’un des types était effectivement un méta-humain. Ce qui allait compliquer les choses. Est-ce qu’ils allaient déjà devoir abandonner la subtilité et utiliser Andrea comme bulldozer anthropomorphe pour entrer dans l’entrepôt ? Mieux valait elle que lui, elle n’en perdrait pas ses vêtements.

« Est-ce que ton roi de bâton les réduira au silence aussi ? »

C’était le seul point qui le gênait dans le plan de Marisol. Que se passerait-il si ces types se mettaient à beugler comme des fous en voyant l’espagnole et ses cartes à jouer vivantes débarquer sur eux ? Sans le chien, Lawrence n’aurait eu aucun mal à se glisser derrière eux et à les prendre par surprise. Avec suffisamment de force il pouvait les assommer comme dans les films : en frappant leurs crânes l’un contre l’autre. Les traumatismes l’indifféraient. Après tout il n’était pas officiellement là.

« Je dois peut-être pouvoir… Intimider le chien si jamais. » Lâcha-t-il. « Peut-être que tu devrais me transporter avec toi, au cas où. »

Il pouvait aussi tous les faire détaler comme des lapins, mais pas en restant discret et pas sans se transformer. Par contre un chien avec une morsure magique ou qui pouvait grandir, cela restait un chien non ? Même bien dressé, la nature surnaturelle de Lawrence pourrait le titiller assez pour le faire déguerpir la queue entre les jambes. Si jamais les cartes de Marisol ne fonctionnaient pas.

« Puis si jamais il y en a un insensible à la magie, je lui donne un petit coup de jus et on est tranquille. »

Il avait sorti son taser. Il se sentait ridicule avec. C’était comme être une machine à tuer obligée de se battre avec une petite cuillère, ou quelque chose comme ça. Qu’est-ce qu’il ne ferait pas pour éviter que ces gentilles dames ne le regardent bizarrement par la suite…
 
Revenir en haut Aller en bas

Sam 30 Mai 2020 - 15:07 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un plan se mettait peu à peu en place, en rassemblant les suggestions de chacun. Pour lui qui connaissait la nature de Lawrence, sa suggestion d’intimider l’animal faisait sens. En fait, l’espagnol réalisait que jusque là, il s’était vraiment débrouillé, quand il voyait l’organisation plus militaire de leur petite équipe, même improvisée.

Il laissa faire son amie et son jeu de tarot, se reculant prudemment vers le mur. Comme ça, si on lui disait d’y aller, il était prêt. Bon, se posait la question de qui il aurait emmené, le cas échéant. Andrea lui avait confié que la magie réagissait assez mal à son contact, de même qu’Alex, ça n’était pas le moment de faire des tests et de se trouver coincé. Restait Lawrence, mais il partit avec Marisol, qui les téléporta à proximité des deux hommes.

Le chien avait beau être magique, la présence du loup le coucha presque aussitôt en couinant dans une position de soumission. Les deux hommes qui l’accompagnèrent n’eurent pas le temps de réagir que l’Arcane qu’invoqua l’espagnole fit son effet et les immobilisa sur place. Avant de les envoyer vers d’autres cieux, Alex put identifier certains des objets magiques portés par l’un des deux hommes. Surtout des armes - un couteau incassable, un bouclier qui se déployait à partir d’un anneau… - qu’il ne valait mieux pas lui laisser, au cas où.

Dûment immobilisés avec des liens en plastique, le groupe récupéra une radio avant d’entrer dans le local, heureusement vide… à part pour l’oiseau-tonnerre. Le rapace magique était immobilisé par des liens, des pinces-crocodiles lui serraient les serres et la base des ailes, l’obligeant à produire de l’électricité pour se défendre.

Quant au TROU d’Alex, il se révéla parfaitement utile en leur donnant accès à l’intérieur de l'entrepôt. Coup de chance, l’ouverture se faisait derrière un empilement de caisses, sur l’un des côtés du bâtiment, et non pas en plein milieu d’un espace à découvert, où ils auraient pu être repéré tout de suite. Les caisses en question n’étaient pas totalement immobiles: comme elles étaient percées de trous, il était sage de supposer qu’elles abritaient quelques créatures magiques. Par chance, celles-ci faisaient partie des “couleurs vertes” identifiées plus tôt par Rafa, pas trop dangereuses, comparées à la bestiole dans sa caisse aperçue à leur arrivée.

La bestiole, d’ailleurs, qui luttait de plus en plus pour se libérer. Elle avait réussi à attraper l’un des hommes avec sa patte libérée et luttait encore contre les bâtons électrifiés et autres tentatives de la maîtriser, à grands renforts de rugissements et des ordres aboyés par les trafiquants.

On pourrait couper les lumières” suggéra Rafa.

Cette proposition était autant motivée par la créature en souffrance qui alimentait le bâtiment en électricité que par une idée plus… stratégique. Cela pourrait causer un effet de surprise? Ou bien signaler leur présence. Evidemment, il y avait aussi le léger détail qu’ils seraient obligés de naviguer à l’aveugle dans un lieu inconnu.

HRP: :
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 31 Mai 2020 - 12:27 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Finalement, ce fut donc Lawrence que Marisol prit avec elle. Elle attrapa son poignet, prononça la clé d’invocation du Chariot à voix basse, en espagnol, et désira être à côté des deux hommes et de leur chien. Dans leur dos, pour lui donner la fraction de seconde nécessaire pour échanger ses invocations. Quelques mots plus tard, le Roi de Bâton apparut à côté d’elle, recevant aussitôt l’ordre de neutraliser les gardes.

Tout se passa presque trop bien. A vrai dire, la seule chose qui perturbait Marisol, dans cette histoire, c’était la façon dont le chien avait réagi dès qu’il avait vu… Ou senti ? Chastel. Ça valut un regard étonné au loup-garou à l’issue de l’échange. Comment diable avait-il fait ça, au juste ?

« Bah dis donc, faut que vous m’appreniez à faire ça, c’est pratique. »

Un sourire s’était invité sur les lèvres de l’Espagnole, qui, si elle se demandait sérieusement comme tout ça fonctionnait, ne se permit pas de creuser la question. Il serait toujours temps de poser des questions par la suite. Le reste de l’équipe les rejoignit et ils immobilisèrent les trafiquants avant d’entrer dans le local électrique. Pour tomber nez à nez avec un oiseau-tonnerre. Qui n’avait pas l’air ravi d’être là.

Marisol n’était pas forcément la plus fervente défenseuse des animaux magiques qui soient, vu son amour pour la magie en question, mais ça ne l’empêcha pas de retenir une moue attristée avant d’accéder à l’entrepôt via le TROU.

« Si on peut libérer l’oiseau en sécurité, pourquoi pas. Mais faut pas qu’on se prenne un coup de jus. L’Ermite peut essayer de lui parler. Normalement, elle comprend même les créatures magiques. »

Vu ses origines, c’était tout de même mieux. Sinon, peut-être que le truc de Lawrence fonctionnait avec d’autres bestioles ? Ou bien la sensibilité d’Alex ? Mais elle n’osa pas trop poser la question. Disons qu’elle se sentait toujours stupide quand elle essayait d’aborder des sujets en lien avec la magie. Marisol ne savait pas grand chose, et elle n’aimait pas l’ouvrir sur des sujets qu’elle ne maîtrisait pas du tout.

« Mais c’est tout ce que je peux faire, je crois. Enfin, j’ai mon illusionniste aussi. Si on leur fait croire qu’une des bestioles s’est échappée, on peut aussi les occuper. »

C’était à priori les seuls atouts immédiats que l’Espagnole pouvait proposer. Elle avait plutôt l’habitude d’utiliser ses Arcanes à des fins plus guerrières. S’infiltrer, ça n’était pas trop son truc au départ.
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 5 Juil 2020 - 15:11 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Avec une pointe d’appréhension, Andrea avait regardé Marisol et Lawrence disparaître dans un battement de cil. Elle n’aimait pas l’idée de les laisser aller en première ligne, ni celle d’agir sous les radars mais savait aussi qu’ils n’avaient pas le choix ; La situation était trop grave, trop urgente, pour attendre de monter officiellement un dossier, même s’il avait toutes les chances d’aboutir. Les envoyer pour neutraliser les gardes était la meilleure solution. Si cela pouvait aussi éviter à Alex ou Rafael de se retrouver en première ligne, c’était encore mieux mais ça n’empêchait pas l’inquiétude de monter d’un cran. Tout ce qu’elle pouvait espérer, c’est qu’ils s’en sortent indemnes, qu’ils réussissent leur entreprise et parviennent à porter un grand coup aux trafiquants le temps que l’UNISON prenne le relais. Malgré tout, elle ne pouvait s’empêcher de songer au risque qu’ils prenaient tous.

Par chance, la première étape du plan se déroula sans accroc. La voix de Marisol dans l’oreillette lui informa qu’ils étaient parvenus à neutraliser les gardes qui surveillaient l’entrée de maintenance et que le passage était libre. La vue de l’oiseau-tonnerre exploité pour produire de l’électricité arracha une moue désolée à Andrea, alors que lui revenait en tête sa discussion avec Rafael au sujet des dérives que pouvait occasionner la découverte des créatures magiques. Se posait maintenant la question de savoir ce qu’ils allaient en faire ; Le libérer c’était couper toute l’alimentation électrique du bâtiment, ce qui arrangeait plutôt leurs affaires. Mais c’était aussi prendre le risque de devoir affronter une créature blessée, stressée et qui serait prête à tout pour se défendre. Andrea résistait à beaucoup de choses, mais elle n’était pas certaine de résister à une électrocution de plusieurs milliers de volts – au moins, la vérité étant qu’elle n’en avait pas la moindre idée.

Ils contournèrent l’oiseau et pénétrèrent dans le bâtiment grâce au TROU ; Là, ils furent accueillis par un amoncellement de caisses percées d’orifices qui devaient servir à abriter les créatures magiques. La métisse Ultime en eut la certitude quand elle ressentit les déformations de l’énergie cosmique autour desdites boîtes. Elles étaient de toutes les tailles et de toutes les formes, certaines étaient en bois, d’autres étaient en métal. Toutes transpiraient la souffrance de ceux qu’elles piégeaient. Entre les cris et les grognements, il était aisé d’entendre distinctement les allées et venues, et les éclats de voix, des patrouilles qui gardaient l’entrepôt. D’un signe de main, Andrea leur demanda de se replier au travers du TROU d’Alex, le temps d’établir un plan d’attaque.

« Voilà comment ça va se passer, souffla-t-elle. Ils sont armés, nous non. Faut qu’on arrive à les neutraliser sans qu’ils nous voient venir. Elle pointa Rafael du doigt. Pour ça, on va éteindre les lumières, ça devrait faire monter la tension d’un cran. »

Si le courant s’éteint, ça signifie qu’ils y a un problème avec la source primaire d’électricité, en l’occurrence l’oiseau-tonnerre. Andrea espérait que ça soit suffisant pour semer le désordre dans les rangs des trafiquants. Après un instant, elle reprit la parole :

« Ils ont probablement des lampes torches, mais c’est là que Noa va entrer en jeu. Si on leur fait croire que des bestioles se sont échappées, on devrait pouvoir créer un vent de panique. Et c’est là qu’on va frapper. Le mieux ce serait de se séparer pour essayer de les neutraliser sur un court laps de temps. Elle marqua une pause. La seule chose c’est qu’il faut qu’on soit sûrs que l’Ermite va pouvoir calmer l’oiseau-tonnerre si on le libère… Vous savez… Pour éviter d'se prendre un coup de jus. »

Préférentiellement. Ce fut Alex qui, n’écoutant pas vraiment, apporta la solution ; Elle s’approcha de l’oiseau-tonnerre, tendit la main vers son crâne et le cœur d’Andrea loupa un battement lorsqu’elle s’en aperçut. Mais la créature n’attaqua pas, préférant se lover dans la main que la jeune mystique lui tendait en piaillant un cri douloureux, un appel à l’aide qui les poussa à débrancher consciencieusement les pinces crocodiles et câbles électriques qui l’entravaient. Le temps se suspendit un instant avant que la créature s’ébroue finalement et replie contre elle ses ailes meurtries. Elle n’attaqua pas. La métisse Ultime poussa un soupir rasséréné.

« Des remarques ? » Demanda-t-elle finalement en coulant un regard sur ses collègues.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 19 Juil 2020 - 18:27 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Être un monstre déguisé en homme, un avatar de la destruction sous une forme de bête avait ses avantages. Comme de donner une frousse incroyable à un chien magique. Lawrence sentit le loup en lui s’éveiller, se glisser un instant dans sa peau, l’inonder de force alors qu’il toisait l’animal et le poussait à se recroqueviller. Une menace en moins. Pas sûr que cela fonctionne sur toutes les chimères qu’ils croiseraient toutefois.

« Je le pourrais si je le pouvais. Mais j’ai bien peur qu’il ne s’agisse d’un secret de famille. »

Ou plutôt d’une malédiction de famille. Pauvre petite Marisol. Il savait qu’elle était catholique. Elle devait être loin de s’imaginer qu’elle se trouvait en présence d’un loup-garou et de surcroit le petit fils du Diable. Heureusement, tant qu’elle ne s’amusait pas à lui mettre un crucifix en argent sous le nez, il n’y avait aucune raison qu’elle le découvre.

Il leva les yeux sur l’oiseau-tonnerre dans le local électrique et laissa échapper un grognement désapprobateur. Grognement parfaitement humain. Cette créature n’avait pas sa place ici. Aucune de ces créatures n’avaient leurs places ici. Ces hommes ne méritaient aucune pitié. Ils ne méritaient pas de finir dans une cellule ou d’avoir un procès équitable. Lawrence en regrettait presque de ne pas être venu seul pour pouvoir se déchaîner quelque peu.

Sous le bâtiment, Lawrence étendit ses sens, écoutant attentivement les bruits de pas. Il pouvait sentir l’odeur de différentes bêtes. Mais il y en avait trop pour qu’il sache précisément à quoi ils avaient affaire. Son regard se posa sur Andrea lorsque celle-ci leur exposa son plan.

« Cela me convient. »

Dès qu’il ferait noir, il pourrait se glisser dans le bâtiment. Il aurait quelques secondes avant que les premiers types ne trouvent leurs lampes torches et ne les allument. Ce qui lui permettrait sans mal d’en mettre quelques-uns hors d’état de nuire. Avec de la chance. Si possible sans que ses collègues ne le remarquent.

« Nous devrions nous donner un point de rendez-vous, si nous sommes séparés pendant l’attaque. »

Le plan fut mis en action rapidement. Alex était déjà en train de s’occuper de l’oiseau-tonnerre, dont Lawrence s’éloigna quelque peu. La bestiole était suffisamment amochée pour qu’il ne la rende pas nerveuse.

« Aucune remarque. Nous ferions mieux d’y aller. Il va faire noir très vite je pense. » Lança Lawrence. Il aurait préféré qu’Alex reste à distance, mais ils avaient besoin de son TROU pour réussir à retourner dans l’entrepôt. Puis il pourrait fausser compagnie à ses camarades.

 
Revenir en haut Aller en bas

Lun 20 Juil 2020 - 16:19 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rafa plissa les yeux pour voir l’oiseau-tonnerre, sous son aura. Elle était rougeâtre, cachant le violet originel. La pauvre bête devait souffrir le martyr… depuis quand était-elle attachée ici? Est-ce qu’au moins elle était sevrée? Est-ce qu’elle savait voler? Est-ce qu’elle avait eu le temps d’apprendre quoi que ce soit avant de se faire traîner ici? La colère aurait presque pu poindre le bout de son nez, un sentiment d’injustice aussi. Andrea l’avait dit elle-même: rien ne protégeait ces créatures.

Alex, sans doute tout aussi révoltée que lui, apporta une solution rapide. Elle lui avait pas dit qu’elle… émettait un truc pour calmer les gens? Ou les trucs magiques? Note pour plus tard: lui reposer la question. Lawrence s’était éloigné par contre, et Rafa trouvait que c’était une excellente idée.

Attends, je reviens”.

Rafa repassa le TROU à la suggestion de Marisol, tendant le cou pour essayer d’apercevoir quelque chose au travers des trous percés dans les caisses. Ca ne sentait pas toujours bon, s’il pouvait se permettre, mais ça ne l’étonnait qu’à moitié. Il partait du principe que s’il pouvait dire à sa compatriote quelles bestioles copier… ça serait plus plausible.

Des crapauds rouge d’Australie” annonça-t-il en repassant la tête vers le groupe. “C’est euh… Bah un crapaud, mais genre de la taille d’un ballon de foot. Et rouge. Toxique au toucher, ça donne des hallucinations”.

Classé comme “orange” d’après son système. Dangereux, genre “ça donne un bad trip” mais pas “ultra dangereux” genre “ça te butte rien qu’à te regarder”. Il n’avait pas spécialement envie de rencontrer les bestioles de cette catégorie avec la lumière allumée, alors dans le noir? Nope, vraiment pas.

L’oiseau-tonnerre était libéré depuis quelques minutes avant que les lumières ne commencent à s’éteindre, permettant à la petite équipe “personne n’est de l’UNISON” de se répartir dans l’entrepôt. Eteindre les lumières avait déjà provoqué un petit mouvement d’inquiétude parmi la vingtaine d’hommes présents dans l’entrepôt, beaucoup plus grand à l’intérieur que ne le laissait entrevoir l’extérieur. Les communications radios fusaient pour essayer de comprendre ce qui se passait et, évidemment, pour décider d’envoyer quelqu’un voir ce qui se passait dans la salle du générateur.

Accessoirement, l’apparition d’une grosse grenouille toxique, puis d’une deuxième, avait de quoi donner quelques sueurs froides aux quelques hommes qui les avaient aperçus dans le rayon de leurs lampes, déclenchant un nouveau branle-bas de combats. S’ils étaient tous lourdement armés, la plupart n’était que des humains tout à fait normaux. Il y avait cinq ou six mutants ou magiciens parmi eux, quelques objets magiques à leurs ceintures, rien de plus.

Autant les dimensions du bâtiment que les circonstances - des gens armés avec des lampes-torches passant trop près d’eux - obligea le groupe à rapidement se séparer. Marisol et Alex d’un côté, Rafa et Andrea de l’autre, Lawrence se trouvant tout seul. Ce qui était peut-être un avantage?

Pour l’instant, la grosse bestiole dans la très très grosse caisse y était toujours, à l’exception de cette patte avec les grosses griffes au bout. Pour l’instant.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Lun 20 Juil 2020 - 22:56 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Avec seulement une partie de ses armes habituelles, Marisol se sentait vaguement à poil. Néanmoins, elle suivit scrupuleusement le plan établi par Andrea, et commença donc par invoquer le Magicien. Elle lui relaya les informations de Rafa, puis le jeune homme - où celui qui en avait l’apparence du moins - fit quelques essais, avec son habituelle jovialité, jusqu’à ce que l’Espagnol confirme que ses crapauds illusoires ressemblaient à ceux supposés semer un peu de panique dans toute cette histoire.

Noa s’occupa donc de leur diversion. Qui fonctionna plutôt bien en soi, même s’il y avait un peu trop de monde pour eux dans l’entrepôt. Surtout une équipe dispersée aux quatre vents par la force des choses, mais enfin… Marisol se trouva rapidement seule en compagnie d’Alex, ce qui lui allait bien étant donné qu’elle était supposée la protéger - mais lui donnait aussi quelques sueurs froides, parce qu’elle ne pouvait pas vraiment invoquer Teo dans le noir. Ses armes étaient plutôt du genre lumineuses, et ça aurait fait sacrément désordre de remettre de la lumière dans tout ce bordel.

Aussi le Caporal Aguilar préféra appeler la Justice en renfort, en plus de Noa. Tandis que l’illusionniste poursuivait son travail, Marisol et ses deux alliées progressèrent en silence et à peu près rapidement. Ce fut la première qui prit les devants, neutralisant le premier homme isolé sur lequel elles tombèrent. L’Espagnole prit le temps de tirer le corps inerte de celui qu’ils avaient surpris derrière une caisse puis le petit groupe reprit sa progression. Jusqu’à se trouver face à un quatuor, occupé à tenter de trouver d’où venait la fuite de crapauds.

On tente une attaque coordonnée, demanda-t-elle via son communicateur à Andrea.

Elle décrivit dans un murmure concis leur situation actuelle. Attendit, le cas échéant, le signal de Parker et Chastel. Puis le trio passa à l’attaque - même si Marisol prit le temps de donner quelques instructions à Alex, avant toute chose. Avec le but avoué de coucher tout ce petit monde avec le plus de discrétion possible. Quatre personnes contre trois, elles pouvaient très raisonnablement s’en sortir sans un cri, et avec de l’application, le bruit qui en résulterait passerait inaperçu au milieu de tout le reste. Marisol prit en charge le plus lourdement armé des quatre hommes, se faufilant dans son dos tandis que Léona se pointait au milieu des trois autres, attirant leurs regards volontairement. Cela laissa une ouverture à Alex, et la créature ailée prit sur elle de chercher à assommer les deux autres. Une clé de bras plus tard, l'Espagnole espérait fortement réussir à faire prendre connaissance au type qu'elle combattait sans qu'il ne se libère.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mar 4 Aoû 2020 - 21:42 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ils avaient rapidement décidé de la marche à suivre, désireux de se coordonner au mieux pour mener leur mission à bien en un minimum de temps. Andrea avait passé sa cagoule, dissimulant ses traits aux yeux des caméras et aux yeux de ceux qu’ils s’apprêtaient à confronter. Après quoi, silencieusement, elle signa l’ordre d’attaquer et tous progressèrent à travers le TROU d’Alex. Lawrence partit seul de son côté, ce qu’elle ne put s’empêcher de désapprouver silencieusement même si elle savait que c’était la meilleure chose à faire. Comme elles en avaient discuté, Marisol prit le parti de veiller sur Alex, ce qui laissait Rafa à ses propres soins. Et ce n’était pas de trop, si l’on prenait en compte la capacité inouïe du mage à se mettre dans des situations aussi improbables que dangereuses. Tant qu’à faire, elle préférait être à ses côtés.

Ils progressèrent silencieusement dans le dédale des caisses qui s’empilaient dans la pénombre. Des éclats de voix impérieux ou paniqués résonnaient dans l’entrepôt, des cris parfois, lorsque les gardes étaient assaillis des visions tissées par Noa. Des faisceaux lumineux, qui apparaissaient sporadiquement au détour de couloirs improvisés, les poussèrent plusieurs fois à se replier dans l’obscurité – puisque tout l’intérêt de la manœuvre résidait dans le fait de prendre par surprise et non pas d’être pris par surprise. Malgré tout, ils ne rencontrèrent personne pendant plusieurs minutes, si bien qu’elle se demanda s’ils n’avaient pas tiré le mauvais numéro et si les assaillants ne se trouvaient pas de l’autre côté du bâtiment. Un grésillement l’informa que si – au moins en partie.

« Entendu. » Répondit-elle simplement à l’Espagnole.

Andrea aurait voulu les enjoindre à la prudence mais elle savait que Marisol ne prendrait pas de risques inconsidérés en présence de la jeune mystique et qu’elle était tout à fait apte à s’occuper de leur sécurité à toutes les deux. Par ailleurs, elle n’eut pas le loisir d’y penser plus en avant ; un groupe de quatre venaient d’apparaître au détour d’une caisse particulièrement odorante. En train de discuter à voix basses, deux d’entre eux leur faisaient face et jetaient des regards autour d’eux si bien qu’il était impossible de les attaquer de front. Elle se pencha vers Rafa.

« Si tu peux nous Banksy jusqu’à eux, je m’occupe de neutraliser le type le plus armé, chuchota-t-elle au magicien. On aura qu’à se répartir les deux autres. Si y’a un mage dans le tas, j'le prends. »

C’était l’un des avantages d’une immunité à la magie : Andrea ne pouvait pas vraiment craindre d’être blessée de cette manière. Quelque part dans l’entrepôt, un hurlement perçant se fit entendre, qui fit hérisser sa chair dans un frisson désagréable. Les hommes qu’ils observaient se tournèrent brusquement dans la direction du cri, visiblement inquiétés par ce qu'il signifiait... Malheureusement pour eux, ils venaient précisément de leur donner le feu vert pour attaquer.
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 6 Aoû 2020 - 21:55 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le chaos et l’obscurité avaient leurs avantages. Ils permettaient de s’éclipser facilement. Ce qui était attendu de ses collègues d’ailleurs. Lawrence n’aurait pas pu être plus comblé. Quoiqu’il l’était, car aucune des agentes n’avait remarqué qu’il portait des chaussures trop grandes pour lui depuis le début, bien différentes de celles qu’il arborait habituellement. Un avantage vraiment, car dès que Lawrence se fut trouvé un recoin d’obscurité, il peut s’occuper de gagner les pointures qu’il lui manquait.

Il ne se transforma pas totalement. Ses chaussures auraient explosé le cas échéant. Sans oublier toute sa tenue et surtout la cagoule dont il était affublé. Il se contenta d’appeler un peu de son alter ego sauvage. De quoi gagner en force, en rapidité et en réflexes. En griffes et en crocs aussi. Les premières dépassaient de ses gants dont il avait percé l’extrémité avant de venir, les seconds étaient cachés par sa cagoule. Ce qui était parfaitement inconfortable.

Lawrence commença alors à se déplacer dans les ombres, esquivant autant que possible les lampes torches et autres sources de lumière. Il ne faisait pas le moindre bruit. Contrairement à ses camarades qui avaient choisi une option un peu plus musclée et moins discrète. Il bondit sur une caisse avoisinante et huma l’air. Il voulait avoir une petite idée des bestioles qu’il y avait à proximité pour éviter de trop les exciter par sa présence. Il n’avait pas besoin de son flair pour localiser ses ennemis toutefois. Il y voyait comme en plein jour et décida de s’occuper des membres les plus isolés du réseau de trafic.

Il bondit de son perchoir pour atterrir en silence derrière l’un de leurs ennemis. Les tuer aurait été si facile. Après tout il n’aurait besoin que d’un coup de griffe le long de la jugulaire. Un petit geyser de sang aurait fini par attirer l’attention et il ne devait pas oublier qu’il était en compagnie de ses collègues et non pas tout seul. Il ne fallait pas qu’il s’oublie. Lawrence émit un léger grognement pour amener l’homme à se retourner et abattit l’une de ses griffes sur son arme avec suffisamment de force pour la briser, ainsi que quelques doigts dans la foulée, ou au moins la mettre au sol. De son autre main il asséna un coup de poing dans le visage de l’homme. Il avait toujours trouvé le son que faisait un nez en se brisant satisfaisant.

Le loup-garou ne resta pas en place. Il se glissa à nouveau dans les recoins d’ombres de l’entrepôt, bondissant quand nécessaire, se déplaçant à pas de loup à la recherche d’une nouvelle proie. Il espérait pouvoir éliminer un certain nombre de leurs adversaires avant le retour de la lumière, ou que la situation ne dégénère complètement.
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 7 Aoû 2020 - 18:06 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rafa n’aurait pas su expliquer comment il s’était retrouvé tout seul avec Andrea. Dans le feu de l’action, tout ça, leur groupe s’était séparé. Que Lawrence parte tout seule dans son coin, ça ne l’avait pas vraiment étonné au vu de euh… sa nature. Il en était d’ailleurs arrivé à la conclusion qu’il était probablement le seul du groupe à être au courant, où Lawrence n’aurait pas fait autant de cachotteries. Dans le doute, il comptait lui demander.

C’était pas qu’il avait tout fait pour l’éviter, plutôt qu’il ne savait pas trop comment se comporter, après euh… la dernière fois. Il avait été décidé qu’ils ne se reverraient pas tant que tout ça ne serait pas réglé, alors il avait essayé de faire l’air de rien - plus ou moins avec succès.

Ouai, ok”. Il tendit la main pour prendre la sienne. “Me lâche pas, tu serais expulsée du mur. Ah et euh… on est invisible tant qu’on bouge pas. Fin on est dans le noir, mais au cas où. Ah. Euh… Ca… va ptet te faire un peu bizarre”.

Peut-être qu’ils avaient un oiseau-tonnerre de secours, un générateur, quelque chose? Il oubliait pas un truc? Hum… Non, l’invitation à dîner, c’était pas le moment, alors c’était quoi? Ah, oui.

Le type tout à gauche. Magicien” annonça-t-il.

Il posa la main sur une caisse d’une taille imposante, mais en un espèce de contreplaqué d’un seul tenant. Tant mieux, ça voulait dire qu’ils pouvaient s’y taguer. Lui avait l’habitude: cette sensation un peu désagréable au moment de passer dans le mur, la vision déformée sur le monde extérieur, depuis l’espèce de couloir que devenait le mur. Il laissa une seconde à Andrea, le temps de s’y faire, puis avança. La caisse n’allait que jusqu’à un certain point, mais ça suffirait. Il attendit un signe de sa part, et les sortit de là. Sa lance était apparu dans sa main et la pointe dévia le canon d’une arme, alors que son poing libre touchait l’un des hommes à la tempe.

S’il était pacifiste, Rafa n’était pas non plus sans défense et s’occupa de deux types sans trop de remords. Surtout parce que les deux essayèrent de lui tirer dessus. Andrea s’occupa des autres. Marisol et Lawrence se montrèrent tout aussi efficaces, mais c’était à attendre d’agent de l’UNISON. L’oiseau-tonnerre resta sagement dans les bras d’Alex, et cette dernière était toujours à côté de Marisol quand l’espagnole eut terminé de faire leurs affaires aux hommes de main.

Ils étaient aussi toujours dans le noir, ce qui était une bonne nouvelle. A part pour le fait que six hommes supplémentaires venaient de pénétrer dans l’entrepôt, lourdement armés, prêts à gérer peu importait ce qui se passait sous l’entrepôt. Six autres avaient accouru à l’entrée. La grosse bestiole avait fait un autre trou dans sa caisse et attrapé un homme qui avait eu le malheur de passer à sa portée. Si sa moralité ne le rendait pas très recommandable, son sort restait peu enviable : il termina écrasé au sol par une patte vraiment gigantesque. Beaucoup trop, par rapport à la taille de la caisse. La créature était toujours enchaînée, mais furieuse, rugissant, détruisant le reste de sa prison de coup de tête, de griffes, alors que la panique montait parmi les trafiquants.
La bestiole:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 7 Aoû 2020 - 21:13 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L’efficacité fut au rendez-vous. Leona et Marisol s’occupèrent de mettre les hommes qu’elles avaient sous les yeux à terre rapidement et proprement, sans aucun problème de quelque nature que ce soit. Même si quelques petits sons brefs auraient pu être audibles de quelqu’un d’attentif, globalement, tout s’était déroulé dans un silence relatif. Personne n’avait eu le temps de crier, en tous cas. Ce qui était déjà un excellent point, au goût de la Caporal.

L’Espagnole signala aussitôt leur succès à Andrea avant de reprendre son avancée, accompagnée d’une Alex plutôt coopérative et sage jusque là, trimballant son nouveau compagnon sans mal. Elle devait avouer que, habituée aux bonnes idées d’un certain Rafael Colón, elle avait presque craint de réaliser qu’elle avait disparu.

Les deux comparses reprirent donc leur avancée entre les caisses, Leona sur leurs talons, Noah toujours au loin occupé à maintenir l’illusion. Néanmoins, elles n’allèrent pas bien loin avant que la situation devienne un tantinet moins avantageuse. Trop éloignées de la caisse en question pour discerner précisément dans le noir la sympathique petite pattoune qui en dépassait à présent, il restait difficile de rater le fait qu’un grand machin louche venait d’écraser quelque chose ou quelqu’un, ou les deux. Ce qu’on apercevait du dit machin n’était pas engageant pour un sou.

« Madre de dios. J’ai pas signé pour ça. »

Et surtout, elle questionnait vaguement leurs décisions d’emmener Alex et Rafa. Deux civils. Devant un truc pareil.

« Leona, protège Alex. C’est quoi cette merde », souffla-t-elle dans leur communicateur.

Marisol, très honnêtement, ne savait plus trop quoi faire. Dans l’immédiat, localiser et neutraliser d’éventuels ennemis, ça avait fonctionné jusqu’à ce truc se libère. Quoique. Ça restait une diversion ? Tout en marmonnant intérieurement juron sur juron, comme pour conjurer le mauvais sort, Marisol s’orienta rapidement et reprit son avancée dans le but de retrouver Rafa. Après avoir fait signe à Alex de l’accompagner.

L’Espagnole prit soin de contourner soigneusement la caisse contenant la patte, cherchant à neutraliser assez systématiquement toute personne qui croisait sa route. Elle se demandait vaguement si Teo pourrait enfermer cette bestiole là dans un de ses boucliers. Andrea, peut-être ? Sûrement.

« Rafa, t’as une idée de ce que c’est ? Comment on empêche ce truc de se sauver ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Sam 29 Aoû 2020 - 21:34 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Andrea assimila les informations sommairement, glissant sa main dans celle du magicien. Pas lâcher. Ok. Invisibilité. Ok aussi. Sensation bizarre. Pas ok ? Bizarre comment ? Elle n’eut pas le temps de se pencher sur la question que Rafael enchaînait. Le type de gauche, magicien. Ok. Sans vraiment la prévenir, son compagnon les tagua dans une caisse à proximité et elle retint son souffle. Ok, c’était bizarre. Passer de la 3D à la 2D lui donna littéralement la nausée et elle lui fut reconnaissante de lui laisser un temps d’adaptation avant de commencer à se mouvoir sur la surface plane. Elle n’était pas bien grande, mais c’était suffisant pour leur permettre d’arriver à la proximité du groupe d’homme. Ils purent percevoir des bribes de conversation, une ébauche de plan pour gérer la situation et la confirmation qu’ils attendaient juste un signal pour s’activer. En somme, la certitude que c’était le moment ou jamais d’attaquer.

Rafael fut le premier à sortir et sitôt qu’il lâcha sa main, Andrea fut expulsée de la boîte à son tour. Si cette dernière avait eu le temps d’observer son compagnon se battre, neutralisant deux des assaillants sans la moindre difficulté, elle aurait sans doute été très impressionnée par la facilité déconcertante avec laquelle il avait géré les deux hommes. Malheureusement, elle aussi avait eu fort à faire ; Le premier des deux trafiquants à qui elle avait eu à faire avait mis en joue le magicien, sans qu’il soit possible de douter de son intention d’appuyer sur la gâchette. Si Andrea s’interposa juste le temps de dresser un bouclier d’énergie cosmique entre le canon de l’arme et Rafael, elle n’eut pas le temps de voir venir le feu vert qui vint lécher son uniforme improvisé.

Elle prit toutefois le temps de mettre le premier adversaire à terre et d’envoyer valser le second avant de s’en inquiéter, balayant ensuite rapidement les flammèches qui couraient sur le coton noir de son haut. Lorsque ce fut fait, elle constata les dégâts d’un air blasé et se tourna finalement vers Rafael pour s’assurer qu’il allait bien. Et il semblait bien que ce fût le cas, somme toute et au vu des deux hommes qui mordaient la poussière à ses pieds, ce qui était une raison suffisante pour qu’elle se préoccupe plutôt de la suite des événements. Une suite des événements qui se trouva précipitée par la libération prématurée d’une créature que les trafiquants avaient de toute évidence tout intérêt à garder enfermée. S’ils n’avaient pas une vision directe sur ladite bestiole, l’exclamation de Marisol fut suffisante pour donner à Andrea une idée de ce à quoi ils avaient affaire.

« On arrive. » Signifia-t-elle simplement en faisant signe à Rafael.

Leur cible première restait les trafiquants, mais force était de constater qu’ils ne pouvaient pas laisser une créature magique s’échapper de l’entrepôt sous peine de la voir déambuler dans les rues de la ville. Elle devait revoir leur priorités le temps de gérer la... Situation.

« C’est quelle couleur dans ta classification, ça ? » Glissa-t-elle à Rafael d’un ton pressant.

Juste pour savoir. Ses pas ne la portaient définitivement pas assez vite. Elle aurait pu se téléporter au travers du dédale des boîtes mais ça impliquait de laisser Rafa derrière elle et c’était tout bonnement hors de question.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Rafa's Angels - UNISON
 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  SuivantRevenir en haut 
Rafa's Angels - UNISON - Page 2 Forum_6Rafa's Angels - UNISON - Page 2 Forum_8


Rafa's Angels - UNISON - Page 2 Forum_1Rafa's Angels - UNISON - Page 2 Forum_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rafa's Angels - UNISON - Page 2 Forum_6Rafa's Angels - UNISON - Page 2 Forum_8

Sauter vers:  
Prédéfinis


Scénarios


Postes à pourvoir


Préliens
Nos voisins
      
      
      
      
Le saviez-vous ?