Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Rafa's Angels - UNISON Bouton_off
AccueilDernières imagesFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Logo de la barre de navigation

Rafa's Angels - UNISON Forum_1Rafa's Angels - UNISON Forum_3
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 

Rafa's Angels - UNISON

 
Lun 9 Mar 2020 - 21:20 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Son enquête durait depuis des mois. Au début, évidemment, il ne considérait pas cela comme une enquête. Plutôt comme un tas d’incidents isolés, des bestioles magiques qui n’auraient pas dû être là, mais ça ne lui avait pas paru bizarre tout de suite.

Ensuite, il avait recroisé Lawrence Chastel, complètement par hasard, et au détour de la conversation, il en avait parlé, avait mentionné ces drôles de coïncidences, ces bestioles qui n’étaient pas d’ici et qu’il n’arrêtait pas de croiser sur sa route. A ce stade, il avait parlé de l’idée d’un trafic, mais les choses étaient encore trop vagues, trop déconstruites, pour qu’il en soit certain, pour que ce soit plus qu’une simple idée.

Il y avait aussi eu cette fois où il avait failli devenir un incubateur d’oeuf de parasite magique. Pas sa meilleure expérience, et le reste de la journée avait à peine arrangé les choses. Il se souvenait d’avoir expliqué à la sergente Andrea Parker, elle aussi de l’UNISON, qu’il soupçonnait de plus en plus un trafic, qu’il y avait trop d’éléments pointant dans cette direction.

Les cas s’étaient multipliés et lui avait mené un travail de fourmi. Il avait pris des notes, pointés chaque événement sur une carte de la ville, fait un dossier de chaque créature trouvée, fait une autre carte avec leur provenance. Trop de cas pour que ce soit des événements isolés, pour que ce soit juste un magicien dont le spécimen se serait échappé.

Surtout qu’il y avait eu un dernier développement. Il avait trouvé un dragon de Chine dans les égoûts. Plus précisément, il avait trouvé un dragon de Chine blessé par une créature magique complètement inconnue, et pour cause, il s’agissait d’une chimère, assemblage hétéroclite d’un crabe de tel endroit, d’une araignée géante d’un autre, pour former une créature parfaitement létale. Sur ça aussi, il avait fait un dossier, enfin avait essayé. Il avait été contraint de se débarrasser du corps de la chimère et n’avait pu travailler qu’à partir de photos faites avec son téléphone.

Pour autant, il lui avait toujours manqué un élément, quelque chose, non pas pour relier entre eux les différents cas, mais pour les connecter à un endroit, à quelqu’un, n’importe quoi. Les choses avaient changé quand il avait rencontré Pallas, complètement par hasard, à la fin du mois de mars. Frigorifiée et affamée, il avait ramené la jeune femme chez elle, lui avait donné des vêtements chauds, à manger, puis elle lui avait expliqué. Sa nature de sirène, sa vie en Egée, leur enlèvement, elle, sa mère, d’autres, elle n’était pas sûre de combien. Elle s’était enfuie pendant une tempête, était arrivée sur une plage. Là, elle avait vu des hommes ramasser des corps de créatures, les mettres dans des camions. Il avait pu remonter un peu la piste, sans réaliser à quel point il s’était mis en danger à s'approcher aussi près d’un repaire criminel, notamment grâce au flair de Taz.

Il ne s’était pas fait prendre. Mieux que ça, il avait très probablement trouvé le hangar servant de base à toute cette opération. Autrement dit, il était temps d’appeler des renforts, parce qu’il était inconscient, certes, mais pas tout à fait fou.

Rafa allait donc mettre en place le conseil des deux agents de l’UNISON cités précédemment: les appeler à l’aide. Déjà, parce que le premier faisait flipper un tas de trucs magiques, et que quitte à aller dans le repaire des trafiquants, il préférait y aller avec lui. Ensuite, parce que la seconde - aussi gênantes qu’aient été leur rencontre - était celle qui lui avait dit de la contacter au plus vite. Et qu’elle était la boss de Lawrence. Donc de fait.

Alors le magicien débarqua, un matin de Mars, un tas de trucs roulés sur le bras, l’air aussi débraillé que d’ordinaire, le visage tout juste défroissé des quelques heures de sommeil qu’il s’était octroyé à partir du milieu de la nuit pour se réveiller au petit matin avec ce sentiment d’urgence. Rapport que la veille, en trouvant le hangar, il avait vu des trucs pas trop trop jouasse. Le problème était que son projet initiale - chopper Lawrence ou Andrea - venait de rencontrer un premier écueil en la personne de Maggie, réceptionniste dans le Brett Building, refusant catégoriquement de le laisser entrer. Ou de contacter quelqu’un.

S’il-vous-plaît, je vous assure que c’est urgent. Est-ce qu’au moins vous pouvez appeler la sergente Andrea Parker?
-Elle est occupée, il faut prendre rendez-vous…
-Disons que c’est du genre urgent. Elle est dispo quand?
-Je ne peux pas communiquer l’emploi du temps des agents…
-Oui, mais si je veux prendre rendez vous, me faut bien son emploi du temps". La réceptionniste lui renvoya sans doute un regard ennuyé, sous son aura tâché d'ennui. Très bien. "Ok, ok. Lawrence Chastel alors? Il est là? Vous pourriez l’appeler, lui?” Dans sa tête, ça serait ptet plus facile avec le loup. Il était pas sergent, tout ça.
Monsieur, si je devais appeler les agents à chaque fois que quelqu’un les réclame…
-Je vous assure que je les connais et que c'est super important. Ou alors… alors Alex Sorensen? Marisol Aguilar?

A ce stade, il aurait pris le stagiaire de l’un de ceux-là. S'il avait su, il aurait appelé directement l'un de ces quatre-là avant de venir, mais il ne pensait pas se faire alpaguer par une réceptionniste à ce point.
 
Revenir en haut Aller en bas

Lun 9 Mar 2020 - 22:55 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Marisol n’avait pas vraiment imaginé voir un jour son professeur dans les locaux de l’UNISON. A vrai dire, la pensée de Rafa prêt d’un lieu potentiellement dangereux lui aurait sans doute fichu la frousse. L’Espagnole avait cette impression d’avoir un inconscient notoire en remorque, parfois, avec lui. Pas parce qu’il était idiot pour autant. A vrai dire, c’était tout le contraire. Le magicien était probablement un peu trop intelligent pour son propre bien, mais il se focalisait sur des choses pas forcément… Saines pour lui.

Bref. Elle avait appris des choses grâce à lui. Commençait presque - mais alors vraiment presque - à accepter que, oui, elle était peut-être bien dotée d’un peu de magie malgré elle, oui, elle avait rencontré un dieu, oui, elle était gardienne d’une arme dangereuse et oui, sa vie craignait parfois un peu, mais au fond ça n’était pas trop grave. Elle vivait, s’amusait, avait des proches aimants, et le reste importait peu.

A l’heure où un certain mage débraillé débarquait, Marisol, encore en tenue civile, venait d’arriver au Brett Building. Pas d’intervention prévue à ce jour, mais elle avait un débriefing à faire aux trois hommes et femmes sous ses ordres suite à quelques progrès concernant ses Arcanes. Elle tentait d’informer ceux-ci de ce qu’elle devenait pour qu’ils ne soient pas trop surpris en avisant une dame ailée ou autres sympathies en pleine intervention. En l’occurrence, elle avait été interceptée par un agent civil avec qui elle avait l’habitude de déjeuner de temps à autre. Elle bavardait gaiement quand elle entendit quelqu’un demander après le Sergent Parker. Puis Chastel. Puis Alex. Puis elle-même. Ça commençait à faire beaucoup de noms connus.

Fronçant les sourcils, l’Espagnole tourna donc la tête et découvrit un visage connu, en train de négocier avec la réceptionniste. Au départ, honnêtement, voir Rafa ici la figea sur place. Deux éléments de sa vie venaient d’entrer en collision. Et elle aurait bien aimé savoir pourquoi il réclamait après eux.

« Rafa ? Il y a un problème ? »

Un peu d’inquiétude était venue s’ajouter à la surprise dans ses pensées. Peut-être qu’il avait… Eté kidnappé ? Pris en otage ? Découvert un grand complot machiavélique par pur hasard ? Sans doute une catastrophe.

« Je le connais, intervint-elle en montrant son badge à la réceptionniste. Mais qu’est-ce que tu fiches là ? Puis pourquoi tu appelles la moitié de l’UNISON, en prime ? Je savais pas que tu connaissais… Tout ce monde là. »

Elle imagina Rafa et son côté… Ailleurs dans la même pièce que Chastel. Son cerveau s’éteignit aussitôt pour son bien-être mental. Elle avait bien moins de mal à se le représenter avec l’agent Sorensen et son enthousiasme naturel pour la magie, sans surprises. Là, ça collait. Bon, attention, elle appréciait vraiment Lawrence, même quand il se payait sa tête allègrement, mais il était tellement… Sérieux. Non pas que Rafa ne le soit pas. Juste qu’il l’était… A sa manière ? Elle sortit son téléphone et envoya un SMS groupé aux trois autres appelés en parlant.

Dites, un de vous avait rendez-vous avec Rafa… Rafael Colón. Le mage ? Parce qu’il est dans le hall à appeler après vous, alors bon, ça pose question.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mer 11 Mar 2020 - 9:43 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Depuis combien de temps regardait-elle des chiffres ? Andrea leva les yeux, sous ses sourcils froncés, avisa l’horloge murale et poussa un soupir à fendre le cœur. À peine vingt minutes s’étaient écoulées depuis la dernière fois qu’elle l’avait regardée et elle commençait sérieusement à se demander s’il elle n’allait pas y passer la journée – et la nuit qui allait suivre. Des tableaux, des chiffres, des graphiques… C’était probablement l’une des choses qu’elle appréciait le moins dans le fait de ne plus être uniquement sur le terrain. Faire de la paperasse, remplir des dossiers, proposer des budgets, rédiger des comptes-rendus, organiser des briefings, des débriefings… Parfois elle regrettait presque ce temps où elle avait juste à obéir aux ordres et qu’elle laissait toutes ces considérations-là à d’autres personnes. Et parfois, non.

Les bras derrière la tête, la métisse Ultime avait à peine remarqué que son esprit s’était égaré dans ses pensées et que les tracés n’avaient plus défilé sous ses yeux depuis plusieurs minutes déjà. Ce qui n’était pas un mal d’ailleurs : ses pupilles étaient fatiguées de fixer la lumière bleue de son écran d’ordinateur et elle avait désespérément besoin de prendre une pause. Une pause qu’elle avait plus qu’amplement méritée lorsque, jetant un nouveau regard à l’horloge murale, elle constata qu’elle était penchée sur la notice budgétaire depuis pas moins de trois heures désormais. Elle avait besoin d’un café. S’étirant de tout son long et baillant sans plus de ménagement, la métisse Ultime manqua de sursauter lorsque son téléphone portable vibra bruyamment à ses côtés.

Le SMS de Marisol lui fit foncer les sourcils – en partie parce qu’il n’augurait rien de bon. Et puis… Elle connaissait Rafael Colón ? En fait, ils étaient plusieurs à connaître Rafael Colón ? Les souvenirs de leur dernière nuit lui firent monter une roseur pudique aux joues. Conserver une pokerface n’allait pas être une mince affaire mais Andrea savait se montrer des plus professionnelles.

Elle pianota rapidement un « J’arrive. » laconique et s’exécuta aussitôt.

Ses pas la conduisirent au bout du couloir de l’étage, dans l’ascenseur qui mit un peu trop de temps à descendre les salves d’étages et s’ouvrit sur l’immense hall du Brett Building où commençaient à fourmiller les agents de l’UNISON. Près de l’accueil, où une femme lui lança un regard mi-désolé, mi-dépité, se trouvait Marisol et le mage. Savoir qu’il était là était une chose, mais le voir ne manqua pas de lui remémorer l’épisode beaucoup plus fiévreux de leur toute première rencontre et lui tordit les boyaux. Malgré tout, la sensation de gêne fut balayée plus rapidement qu’elle ne l’aurait cru car sa venue ne pouvait signifier qu’une seule chose.

« Rafael, dit-elle simplement pour annoncer sa venue, une pointe d’inquiétude dans la voix. Il y a un problème ? Tu as du nouveau ? »

Elle adressa un regard et un remerciement à Marisol tout en attendant patiemment de savoir pourquoi il était venu les trouver. Pas pour ses beaux yeux, cela allait sans dire. Au mieux, c’était parce qu’il avait enfin réussi à monter un dossier à peu près solide qu’elle allait pouvoir présenter à ses supérieurs… Et au pire, c’était parce qu’ils avaient à faire face à une menace imminente qui requerrait de sa part une réaction tout aussi immédiate.

Dans tous les cas, ça voulait dire que ses craintes étaient concrétisées.
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 13 Mar 2020 - 13:15 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Enfermée dans son bureau depuis environ une petite heure, Alex avait le nez fourré dans ses notes, jaugeant d’un oeil un rapport sur un artefact volé quelques semaines plus tôt, et de l’autre des témoignages récoltés qui pouvaient aider à localiser le dit artefact.
C’était pas une affaire si importante que ça, l’objet n’était pas si dangereux que ça, mais la Norvégienne mettait toujours un point d’honneur à ce que les objets subtilisés d’une façon ou d’une autre retrouvent leur propriétaire, ou leur pays. A l’exception de ceux créées par et pour des génies du mal, bien évidemment. Ca restait rare.
Enfin. Elle s’apprêtait à descendre dans sa valise en quête d’une boisson chaude lorsque son téléphone vibra dans sa poche.

Alors qu’elle n’attendait personne, ni aucun message, et n’en recevait pas si souvent que ça. Elle avait réussi à écrémer un peu le nombre de spams qui lui tombaient dessus pour n’avoir de messages plus que de la part de ses proches et collègues, qu’elle avait pris soin de séparer en deux sonneries différentes. Mais elle était sur vibreur, donc pas de sonnerie pour cette fois.
Chouette, une surprise ! Alex adorait les surprises. Elle ouvrit le message pour découvrir un message qui relevait autant de curiosité que d’enthousiasme, de la part de Marisol. Ah, oui ! Marisol connaissait Rafael. Ils en avaient parlé.

Elle répondit un bref message en guise de réponse :

Non, mais j’arrive !

Elle ferma sa valise sans plus de cérémonie, verrouillant l’objet précieux ainsi que son bureau (au moins une bonne habitude de prise, pour elle qui n’était pas exactement une spécialiste de la sécurité !)
Il n’y avait pas de point négatif à ce qu’elle bouge de là. Ca lui ferait du bien de mettre le nez hors de son bureau. Elle pressa le pas et fila dans les couloirs à la vitesse peu conventionnelle offerte par sa paire de Nike, jusqu’à attrapper un ascenceur, puis jusqu’à débarquer à l’accueil.
Rafael, Marisol, Andrea ! Quel beau monde ! Elle se posta pratiquement au garde à vous à côté d’Andrea, faisant appel à tout son self contrôle pour ne pas la gratifier d’un câlin ou d’une accolade de bon matin. Elle se contenta de lui faire une petite tape amicale sur l’épaule.
Elle n’avait entendu qu’une bribe de mots en arrivant.

Salut tout le monde ! Du nouveau à propos de quoi ?

De toute évidence, il ne les avait pas réunis pour un goûter surprise. S’il avait ramené de son café, quelques gouttes auraient suffi à réveiller tout le building.
Comme tout le monde ici la connaissait, sa curiosité spontanée et pratiquement déplacée ne devrait surprendre personne.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mar 17 Mar 2020 - 15:51 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Lawrence observa le message sur son téléphone, les sourcils froncés. Il avait parlé de Marisol à Rafael, cette fameuse magicienne qui refusait de reconnaître son implication dans les manifestations de son jeu de tarot. Mais il ne savait pas s’ils s’étaient rencontrés ou non. Comme à son habitude, le loup-garou avait été peu rigoureux dans sa promesse de garder le contact avec le magicien espagnol après qu’ils avaient partagé une bière.

Après tout, sa vie était encore en miettes après la fameuse nuit qu’il avait passé avec Cassandra et les quelques semaines qui avaient suivi en France. Il rangea le téléphone et observa son reflet dans la vitre de la fenêtre un instant. Parfois, il pouvait voir des formes dans le reflet, derrière lui, des visages… Des victimes. Parfois c’était autre chose. Une ombre aux yeux rouges qui émergeaient de lui-même. Le loup, probablement. Un loup qui allait apparemment devoir se remettre en chasse.

Il se rendit dans le hall où l’attendait le mage. Mais pas seulement. Il n’avait pas eu besoin de voir les femmes pour sentir leurs odeurs, comme toutes celles des gens du bâtiment s’il le voulait. Depuis quand est-ce que l’espagnol connaissait-il toutes ses collègues ? Marisol, Andrea, Alex… Il ne manquait plus que Naïma pour que le groupe soit complet. Il avait entendu le début de leur conversation aussi.

« Bonjour à tous. » Glissa-t-il calmement.

Il adressa un signe de tête à tous. Il savait pourquoi Rafael était là. Le mage espagnol avait déjà évoqué ses suspicions comme quoi quelque chose de pas net se déroulait dans la ville. Les autres ? C’était une surprise. Mais Andrea et Marisol étaient habituées au terrain. Alex travaillait sur le projet Hermès. Des choix logiques en toute.

« Je ne savais pas que vous vous connaissiez tous. »
Ajouta-t-il.

Il avait menacé d’envoyer Marisol à la rencontre de Rafael, mais apparemment elle avait trouvé le chemin de sa personne sans lui. Alex était tout à l’image de l’excentrique magicien, ils faisaient une belle paire. Andrea… C’était plus surprenant. Leur dernière escapade à tous les deux ne s’était pas bien terminée et le loup-garou avait veillé à ne plus impliquer la jeune femme sur ses propres projets.

Laconique au possible, Lawrence posa son regard sur Rafael, attendant qu’il continue, ou plutôt qu’il réponde aux questions de ses collègues. Pour qu’il les réunisse tous, cela devait être grave. Plus que ce qu’il devait avoir imaginé.

Le dossier sur lequel travaillait le loup-garou, une histoire de culte païen réalisant des sacrifices humains, pouvait attendre. De toute façon, il n’avait plus de piste après le travail d’une certaine sorcière rousse. Il se retint de caresser son nez, à l’endroit où sa lame avait traversé sa mâchoire de part en part. Heureusement qu’il ne gardait plus de cicatrices.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mar 17 Mar 2020 - 22:32 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rafa était un type calme, en temps normal. Plutôt patient, aussi. Fin.. ça dépendait. Quand il testait des trucs, il était impatient de voir le résultat, y compris si ça devait lui péter à la tronche, mais sinon, avec les gens, il était patient.

Heureusement, Marisol eut le bon goût de l’entendre dire son nom à la réceptionniste qui ne voulait rien entendre. Franchement, il avait jamais été aussi content de la voir. Alors que d’habitude, il était content hein!

Marisol, super!” Elle confirma qu’il n’était pas juste un fou à la réceptionniste, et lui s’écarta de devant le bureau d’accueil. “Ouai, je bossais sur un truc et euh… bref, c’est trop gros pour moi”. Vraiment trop trop gros. Là, c’était vraiment un taf pour l’UNISON, comme il s’en doutait depuis le début. “Oh, euuuuh… J’connais Lawrence depuis longtemps, Alex c’était par hasard”.

Et avec Andrea aussi, mais il avait l’impression qu’un mot de trop suffirait à ce que tout se lise sur son visage alors il n’ajouta rien.

J’ai trouvé un trafic de créatures magiques” annonça-t-il très sérieusement, juste après le départ du sms.

Il supposait, en fait. Il n’avait pas regardé le téléphone de Marisol pendant qu’elle pianotait quelque chose. Ca pouvait être un mail? Il ne savait pas. Elle avait envoyé un truc, en tout cas, et lui continuait d’expliquer.

J’ai trouvé plein de trucs, j’ai fait des cartes, tout ça, faut vraiment que j’en parle à quelqu’un. Fin je peux t’en parler à toi du coup j’suppose, mais faudra que t’en parle derrière à d’autres gens alors autant que j’en parle qu’une fois?

Et pendant qu’il parlait, Andrea se présenta. A sa grande surprise, il géra mieux son apparition que prévue. Il ne se sentit pas rougir, se contenta d’un “Bonjour Andrea” poli, professionnel, pas du tout teinté d’un “comment ça va depuis qu’on a sauvagement baisé?”. Franchement, il était fier de lui. Cela ne l’empêcha pas de se détendre à l’apparition d’Alex. Est-ce qu’il avait le droit de rappeler qu’il ADORAIT la Norvégienne? Lawrence, par contre, déclencha la même vague de malaise qu’il déclenchait toujours chez lui, mais il était aussi content de le voir et lui adressa un "Salut Lawrence" amical.

A mesure que chacun arrivait, il avait commencé à expliquer la même chose qu’à Marisol. “J’ai trouvé un trafic…” généralement pour reprendre trente secondes plus tard depuis le début.

On peut s’installer quelque part? Une salle de réunion, un coin de bureau? C’est… vraiment euh... gros?

Il s’adressa à Lawrence autant qu’à Andrea surtout, les deux personnes avec qui il avait déjà partagé ses soupçons. Il mettrait Alex et Marisol au parfum en même temps.

***

Ils étaient dans une salle de réunion. Le genre standard, avec vidéoprojecteur et sièges pas trop inconfortable, disposés autour d’une table. Sauf que Rafa n’avait pas prévu de powerpoint avec de jolies animations, et commença à étaler tout ce qu’il avait tenu roulé sous son coude.

Mon grand-père avait un réseau dans la ville. Des gens qui l’appelaient quand ils voyaient un truc magique. Lui, il allait voir, et il réglait le truc”. Lawrence et Andrea devaient déjà le savoir, mais pas Marisol et Alex. Il n’était pas sûr en tout cas. De toute façon, il aurait sans doute commencer par ça: c’était son point de départ dans sa tête et il se serait perdu à commencer ailleurs. “Quand je venais à Star City, ça m’arrivait de l’aider, j’pense que c’est pour ça qu’ils ont continué à appeler quand je me suis installé pour de bon”.

Oui, bon, il était lucide maintenant, et conscient qu’il était parti pour rester un peu plus que “quelques semaines”. Son déni n’était pas le sujet du jour.

Tiens, tu peux me passer… merci”.

Quelqu’un lui passa une tasse vide, il coinça un coin de papier sous la télécommande du vidéoprojecteur, il continua d’installer les deux cartes - une du monde et une de Star City - tout en parlant:

Ils m’ont appelé plein de fois. Des objets cassés, des trucs du genre, mais aussi pour des créatures magiques. Au début, j’en ai trop rien pensé, c’était… genre véto pour bestioles magiques, ou garde-forestiers, mais ça s’est multiplié et… et là je me suis rendu compte que c’était bizarre. Y avait trop de cas, des bestioles pas du tout du coin et… attendez, je vais vous montrer”.

Il avait enchanté et apporté les cartes pour ça, à la base. De quelques mots, il activa les enchantements, faisant apparaître une myriade de balises en suspension au-dessus des deux cartes: des petites icônes, comme celles qui servaient à indiquer une position sur un service comme google maps, pointant des endroits. Il y en avait des vertes, des oranges, des rouges, des noires, contenant une photo en médaillon de la bestiole concernée, et au-dessus, une date. La carte de Star City pointait des rues, celle du monde pointait des localisations d’origines des créatures aussi bien en Europe, qu’en Asie, en Afrique, en Océanie… il y avait bien une soixantaine de points.

Donc euuuuh… j’ai un système. En vert, les pas dangereuses”. Il y avait Taz, dans le tas, qui pointait de chez lui à la Pizza Box avec un itinéraire en pointillé, quand la carte du monde pointait la Tasmanie. Il avait mis une photo de son chien, pour illustrer. “Les jaunes un peu, les rouges beaucoup et les noires vachement”.

Dans les noires, il avait mis l’insecte parasitaire qui avait failli le tuer pour le transformer en incubateur géant. Ca lui semblait une bonne idée de classer celui-là dans les “super méga dangereux”. Le dragon de Chine croisé dans les égoûts était seulement rouge, en comparaison. Heureusement, il n'y avait que quelques balises noires. Quatre, en fait. C'était déjà beaucoup, mais une grande majorité était jaune.

J’pense j’aurais eu une semaine de plus, j’en aurais rajouté au moins une dizaine. Le truc, c’est que j’avais aucun point commun, j’en ai vraiment trouvé dans toute la ville. Et puis après j’ai trouvé Pallas”. Il pointa l’icône verte contenant le visage d’une jeune femme. “Elle a été enlevée avec sa famille, en mer Egée, c’est… d’après ce que j’ai compris, c’est une sirène, elle a pu me donner plein d’infos sur les hommes qui l’avait enlevé, assez pour que je les retrouve avec Taz. C’mon chien magique. Fin mon changelin”. Il pointa l’icône de la bestiole. “Il a un odorat puissant, alors il a pu trouver une piste et j’ai trouvé un entrepôt là”. Il pointa le point sur la carte : un cercle entourant une zone. “Je les ai vu bouger des caisses et des cages, donc j’pense que c’est leur QG. Ou en tout cas une zone de transit, ptet là qu’ils réceptionnent les bestioles, je sais pas”.

Bon, il avait pas fait un travail trop nul pour expliquer la situation, si on lui demandait son avis. Il n’avait presque rien oublié. Juste un tout petit truc.

Au départ, j’pensais qu’ils se faisaient seulement de l’argent, y a des trucs… c’est vraiment très rare. Le dragon de Chine par exemple, je sais même pas comment ils se sont débrouillés pour le capturer mais je crois pas que ce soit leur but. Quand j’ai choppé le dragon… fin pas tout seul, j’étais avec une légionnaire, on a découvert qu’il avait été blessé, par ça”. Il montra l’icône juste derrière celle du dragon, car plantée au même endroit et l’agrandit d’une nouvelle incantation. “Ce truc-là, ça n’existe pas, c’est une chimère. Je dirais qu’il y a au moins trois-quatre bestioles là-dedans, celles qui sont triangulaires sur la carte. Fin j'pense pour tout dire, j'ai pas une certitude à cent pour cent”. Notamment un crabe géant du Brésil et un Scorpion de Namibie. Deux trucs super sympathiques et pas du tout ultra dangereux, bien sûr. “Je pense qu’ils ont une branche création de chimères, qu’ils en font des armes, donc ça veut dire des mages plutôt doués pour en arriver à ça. Ca va au-delà du trafic et de se faire de l’argent mais ça, j’suis pas sûr. J’ai dû détruire le corps de la chimère, elle était dans les égoûts, morte et j’pouvais pas la remonter, j’ai préféré éviter qu’elle tombe entre des mauvaises mains. Attendez…

Il fouilla son sac et en sortit un dossier tellement épais que c’était à se demander comment il avait réussi à le faire rentrer en premier lieu. Il fit un “Bom” quand il le posa sur la table.

J’ai fait des fiches. Sur les bestioles, les caractéristiques, la dangerosité, tout ça. Fin pour résumer le truc… ça pue”.

Tellement pris par son explication, il avait à peine regardé les agents pendant qu'il parlait, trop occupé à pointer, à faire des gestes pour appuyer son discours. Maintenant qu’il avait terminé, il regarda les quatre auras l’une après l’autre, en attente d’une réaction. Bon. Pas trop Andrea, juste au cas où, que ça devienne pas bizarre.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mer 18 Mar 2020 - 0:31 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Tandis qu’on répondait à son SMS - ou pas - et que la sonnerie de son portable résonnait, Marisol écoutait Rafa lui expliquer qu’il avait trouvé moyen de tirer le diable par la queue. Encore. Inconscient, qu’elle avait dit, et elle n’imaginait probablement pas à quel point, n’ayant pas eu le douteux plaisir de partir en mission avec lui. Pour l’instant.

Bon. Donc il avait trouvé un trafic de créatures. Magiques. Forcément. Comment il avait dit déjà ? Super. Marisol avait l’air absolument ravie.

« Oui, autant que t’en parles qu’une fois, j’imagine. »

Puis ça aurait le mérite de lui laisser le temps de se préparer ? Andrea arriva la première, sans que l’Espagnole ne remarque quoi que ce soit de bizarre, à part que sa supérieure avait l’air inquiète, mais bon, en même temps… C’était sûrement important et angoissant, si le mage s’était traîné jusqu’ici ?

« Salut, Sergent. »

Grand sourire, suivi d’un rapide :

« Eh, coucou Alex ! »

Celle-ci venait d’arriver à son tour. Lawrence se faisait désirer, mais bon, avec ses grandes oreilles de loup, il était probablement déjà en train de les écouter de là où il se trouvait donc… Rafa recommençait à expliquer pour la troisième fois pourquoi il était là quand le loup-garou pointa finalement le bout de son nez. Habituée, à force, Marisol réprima l’espèce d’instinct qui lui disait de faire gaffe au grand méchant prédateur - honnêtement, ça faisait un bon moment que ça ne lui faisait plus ni chaud ni froid, à part se moquer d’elle, l’anglais trop sérieux ne lui avait rien fait.

« Euh, Alex et Rafa m’aident avec mes co… Mes trucs magiques, là. »

Puis Rafa et Alex étaient faits pour s’entendre, de son point de vue. Par contre… où diable le Sergent avait-elle pu rencontrer l’Espagnol ? Marisol fronça les sourcils, mais, tout naturellement, quand son compatriote demanda une salle, la Caporal se tourna vers Andrea.



Un peu plus tard, l’Espagnole était donc installée sur une chaise, un bras étalé sur la table toute proche, l’autre appuyée contre le dossier, à regarder son professeur déployer quantité de paperasse sur la table. Avec l’air de quelqu’un qui attend la claque dans la figure, grosso mode, parce que ça ne sentait pas forcément très bon, cette histoire. Elle fut assez étonnée d’apprendre que son grand-père était déjà le dépannage magique staropolitain. Chouette. Son héritage familial, c’était une bande de cinglés capricieux, le sien, SOS Magie. Finalement, les cinglés capricieux, c’était donc top.

Glissant la tasse demandée vers Rafa, Marisol rajusta finalement sa posture avec intérêt quand il continua à parler. Peut-être aussi qu’elle sursauta quand les cartes devinrent un peu plus que de simples cartes. Mais la fascination l’emporta vite. Les yeux ronds, elle tenta de dénombrer rapidement le nombre de points. Arrivée à quarante, elle conclut d’un “ça fait beaucoup trop” dans sa tête. Surtout qu’il y avait des choses peu sympathiques dans le tas. Apparemment.

Bon, certaines aussi avaient l’air plus humaines. La dénommée Pallas s’attira aussitôt toute la sympathie de l’Espagnole. Butée, oui, intolérante, certainement pas. Autant dire qu’imaginer la sirène enlevée à son foyer lui faisait mal au coeur. Mais là n’était pas la question. C’était plutôt de savoir ce qu’ils pouvaient y faire. La réponse vint sous forme d’un QG, déjà débusqué par Rafa. A la fin de la présentation, Marisol hésita et tendit le bras vers l’énorme dossier, qu’elle ne fit que faire coulisser vers les trois autres.

« Je laisse les experts s’informer, rit-elle volontiers malgré le sérieux de la situation - en même temps, elle n’était cent pour cent sérieuse qu’en mission, et encore. Je crois que je vais me réduire à faire office de puissance de feu, sur ce coup là, Rafa. Même si t’es quand même en train de parler d’un tas de mages, doués, mais pas très nets. Tu fais pas ça, dit-elle en montrant la chimère, si t’as pas un grain. »

L’Espagnole haussa les épaules.

Le point positif, c’est qu’elle avait déjà quelques Arcanes potentiellement utiles en tête. Le mauvais, c’était que tout ça la mettait profondément mal à l’aise. On parlait d’un trafic qui la dépassait clairement.

« Il était gardé, ton entrepôt, là ? »

Question magie, elle n'était pas très douée, mais elle pouvait au moins réfléchir stratégie.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mer 18 Mar 2020 - 5:55 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les minutes qui suivirent la deuxième première prise de contact avec le mage furent pour le moins complexes. Et pas seulement parce que le spectre de leur dernière rencontre flottait au-dessus de leur tête – même si elle devait convenir que c’était un peu le cas. En fait, il y avait presque quelque chose d’irréaliste dans cette rencontre car il était évident qu’elle n’aurait pas pu soupçonner qu’autant d’individus différents de son entourage puissent avoir Rafael comme dénominateur commun. Les arrivées successives d’Alex et de Lawrence l’avaient amenée à se demander s’il connaissait l’intégralité de l’UNISON et à imaginer quel genre de circonstances avait pu conduire à la rencontre de tous les partis qui composait leur joyeuse assemblée. Bien sûr, elle savait déjà pour Lawrence, puisqu’ils en avaient parlé au cours de la soirée, avant… Avant. Mais Alex et Marisol ? Mystère. Elle décida finalement que ça n’avait pas grande importance, se contenta de saluer tout le monde poliment, évita soigneusement de raconter les détails de sa rencontre avec le mage, et les enjoignit à la suivre à la recherche d’une salle de réunion vide où l’espagnol allait pouvoir leur présenter le fruit de ses recherches à l’abri des regards indiscrets. Car en quelques mots, il venait de confirmer ce qu’elle avait craint en le voyant débarquer au Brett Building : il avait trouvé un trafic. Cela soulevait des questions dont Andrea espérait qu’il ait les réponses.

Ils s’installèrent dans une salle un peu en retrait où la Sergente savait qu’ils ne seraient pas dérangés. Là, elle le laissa prendre la parole et exposer la situation initiale qui l’avait conduit à se demander s’il n’existait pas à Star City un réseau qui tournait grâce au trafic de créatures magiques. Une fois cela fait, il y eut la suite. Une très, très longue suite. Une suite inquiétante car, à mesure qu’il parlait et que les points flottant au-dessus des cartes enchantées qu’il avait ramené s’étalaient, Andrea commençait à estimer l’ampleur et la dangerosité de la situation. Elle commençait à comprendre que ce n’était pas anecdotique, loin de là. Andrea réceptionna silencieusement le dossier, l’ouvrit, parcourut rapidement les informations que chaque fiche contenait et dut admettre qu’il s’agissait d’un travail absolument colossal. Toutefois, à l’instar de Marisol, elle savait aussi que ce n’était pas pour s’intéresser à ça qu’on avait fait appel à elle et elle le referma presque aussitôt pour le faire glisser à Lawrence, tout près. Au vu de ce qu’il avait présenté, plusieurs questions s’imposaient spontanément à son esprit au nombre desquelles celle de l’espagnole.

« Il faut qu’on sache exactement à quoi on a affaire, parce que ça sera notre point de départ, précisa-t-elle à la suite du Caporal en levant les yeux vers Rafael. Je doute que l’entrepôt soit l’endroit où ils stockent les bestioles de façon… Durable, on va dire. On va devoir remonter la ou les pistes mais pour ça, il va falloir se rendre sur place. »

Parce qu’étant donné la provenance de toutes les bestioles magiques et des animaux qui servaient à fabriquer les chimères, ça ne pouvait décemment pas être l’œuvre d’un réseau local uniquement. Leur piste à Star City allait forcément finir par se ramifier à un moment ou à un autre. Andrea se leva pour prendre de la hauteur, pour mieux observer les cartes, la répartition des bestioles.

« Je veux dire… On ne peut pas gérer un réseau aussi important et se contenter d’utiliser un vieil entrepôt comme QG au beau milieu de la ville. Surtout un entrepôt auquel tu as pu accéder aussi facilement. Elle se tourna vers Alex et Lawrence. Et créer des chimères, ça doit demander de la place non ? Des laboratoires, du matériel, ce genre de choses ? »

Elle ne voulait pas trop s’avancer. Ils étaient mieux placés qu’elle pour le savoir. Mais si elle avait dû suivre son instinct, ce dernier lui aurait dit que le hangar était une zone de transit qui permettait la distribution des spécimens. D’où provenaient-ils ? À qui étaient-ils destinés ? Pourquoi se retrouvaient-ils dans les rues de Star City ? Qui était derrière tout ça ? C’était encore une toute autre histoire.
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 20 Mar 2020 - 10:36 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Voir cette petite réunion dans les locaux de l’UNISON faisait assez chaud au coeur, pour Alex en tout cas. Elle ne savait pas encore quels étaient les causes ou les détails, mais ça lui faisait plaisir de voir ses collègues et ce nouvel ami qu’elle avait rencontré par hasard !
Le temps que les présentations (pas vraiment nécessaires, du coup) soient faites, et voilà que Rafael leur réclamait un coin de bureau. Ah, oui, c’est assez logique, si c’était important (et ça semblait l’être), ils n’allaient pas tailler le bout de gras dans le hall d’entrée du Brett Building. Utiliser le bureau d’Alex serait trop compliqué, trop étroit et trop dangereux, mais heureusement, le bâtiment disposait de beaucoup trop de salles de réunion et de conférence.

Le groupe bien installé, il pouvait donc enfin expliquer la raison de cet appel inhabituel. Oreilles toutes grandes ouvertes, la Norvégienne faisait bien en sorte de ne pas rater une seule miette d’information, même si à l’occasion elle quittait Rafa des yeux pour observer ses camarades et leurs réactions.

L’affaire était révoltante, dramatique, et représentait tout un tas de choses qu’Alex ne cautionnait pas dans l’usage de la magie : C’était un domaine merveilleux qui pouvait et qui devait être utilisé à bon escient, et voilà qu’un groupe s’en servait encore pour créer des armes. Et des armes vivantes, qui plus est ! Les créatures concernées n’avait rien demandé, aux dernières nouvelles, et elle eut un frisson à l’idée de ce que devait être leur vie (ou ce qu’il en restait), après la capture par ces braconniers-mages-vendeurs d’armes. C’était typiquement le genre de choses qui la mettaient en ébullition, et elle l’affichait au travers d’un regard inhabituellement dur, et des sourcils froncés (image rare, même pour ses collègues les plus proches !).

Alors devant les faits accomplis, elle se trouvait à la fois horrifiée par le sujet traité, et admirative des efforts fournis par Rafael.

Elle était moins perplexe qu’Andrea quand au choix de leur QG.

S’ils sont capables de créer des chimères, je pense que camoufler un laboratoire ou un quartier général de plus grande envergure, ça doit pas être bien compliqué pour eux. Il leur suffirait d’un bon sort pour que les intrus entrent dans un hangar vide en franchissant la porte, et que les leurs débarquent dans une planque toute fraîche. S’ils utilisent des portails ou ce genre de magies, ils vont être d’autant plus difficiles à traquer.

Mais pas impossible !
Elle-même savait que ses compétences seraient certainement plus qu’utiles dans ce cadre là : Elle pouvait suivre les empreintes magiques à des distances plus que respectables, et apaisait naturellement les créatures magiques.

Faut pas qu’on traîne en tout cas. Chaque heure qui passe, c’est le risque de perdre une de ces merveilleuses créatures dans des terribles expériences...

Et rien pour enjoliver la situation. Alex était en colère.
 
Revenir en haut Aller en bas

Sam 21 Mar 2020 - 17:17 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Lawrence était resté silencieux pendant toute la présentation de Rafael et avait réceptionné le dossier que lui avait fait passer Andrea. Toutes les questions qu’il avait sur les relations qu’entretenait le mage espagnol avec ses collègues avaient été remisées dans un coin de son esprit. Il pourrait en discuter avec l’intéressé autour d’une bière, quand ils en auraient fini avec cette histoire de trafic de créatures magiques. Le premier réflexe du loup-garou avait été de feuilleter le dossier à la recherche de monstruosités semblables à lui, de créatures issues de l’Enfer. Si c’était le cas, alors il pouvait être certain que sa mère était impliquée et il… N’était pas prêt à lui faire face de nouveau. Pas après ce qu’il s’était passé à son retour de France. Peut-être jamais.

Mais il n’y avait rien de ce type. Ces créatures magiques étaient d’un autre genre, issues de nombreuses mythologies différentes. Ou créer par magie ou science. Lawrence fronça les sourcils en survolant la description d’une chimère. Vivante. Pas mort-vivante. Bien. Cela aussi était plutôt rassurant. Même si le reste ne l’était pas le moins du monde. Il referma le dossier, le posa sur la table et s’abîma dans la contemplation de la carte un instant.

« Si nous voulons identifier où se trouve leur véritable quartier général, nous devons nous approcher de cet entrepôt de manière discrète. »
Commença-t-il d’un ton calme. Marisol avait demandé s’il était gardé.

Ils avaient toujours l’option de débarquer en masse avec plusieurs équipes d’interventions pour tenter d’arrêter tout le monde. Mais ils n’avaient aucune certitude que les éléments clefs de ce trafic seraient sur place. Non, ils avaient besoin de renseignement pour commencer.

« Est-ce que tu as senti des signatures magiques de portails ou d’enchantements comme Sorensen a pu en évoquer ? » Demanda-t-il à Rafael. « Certaines de ces créatures… » Il posa les doigts sur le dossier. « Elles ont une odeur forte. Ton changelin devrait être en mesure de les pister si elles ont été créées à un autre endroit ? »

Le changelin… Oui lui-même. Mais ses collègues n’étaient pas au courant de sa véritable nature. Mis à part Alex, mais celle-ci avait promis de garder son secret. Il préférait qu’il en reste ainsi. Même si… Est-ce que ces gens seraient prêts à acheter un loup-garou ? Probablement. Mais il gardait cette idée pour plus tard.

« Sorensen a raison… Nous devons agir rapidement. Plus vite nous localisons leur base d’opération principale, plus vite nous pourrons démanteler leur réseau et éviter des victimes supplémentaires. »

En cuisinant un peu les types ils pourraient peut-être même obtenir la liste de leurs acheteurs. Quels malades pouvaient bien acquérir des créatures magiques ? Des collectionneurs ? Des organisateurs de combats ? Le loup n’aimait pas cette idée. L’idée que des gens pourraient essayer de le mettre en cage.

« Si leur trafic se fait principalement de nuit. En agissant maintenant, nous pourrions pouvoir investiguer les lieux sans qu’ils ne soient hautement surveillés. Mais nous devront être très discrets. Et libérer notre journée. »

La hiérarchie allait faire la grimace. Parfait.
 
Revenir en haut Aller en bas

Sam 21 Mar 2020 - 23:17 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Bon, si y avait bien un truc de rassurant, c’était qu’il avait été clair. Certes, il eut des questions, mais plus des demandes de précisions sur des trucs pas abordés plutôt que des têtes de franche incompréhension. Enfin des auras plutôt.

D’un côté, le sujet était simple: trafiquants de bestioles magiques dans la ville. On pouvait difficilement faire plus simple que ça.

Je sais pas exactement, j’ai pas… vraiment osé m’approcher”.

Après, on aurait dit qu’il était inconscient, tout ça, alors que pas du tout! La preuve, il avait eu la présence d’esprit de ne pas se pointer trop près d’un entrepôt gardé et plein de défenses magiques.

J’ai observé de loin, planqué dans un mur”.

Oui, dans, pas devant, pas derrière, dans. De quoi sans doute bien perturber les gens qu’il avait devant lui et qui n’étaient pas forcément au courant des particularités de ses tatouages. Là, tout de suite, le magicien oublia franchement de préciser et enchaîna sur le reste des réponses qu’il pouvait apporter:

C’est possible que ce soit juste un point du réseau, mais comme dit Alex, s’ils peuvent faire des chimères, ils ont sûrement protégé le bâtiment. Fin… le bâtiment était imprégné de magie, j’ai juste pas m'approcher assez pour savoir de quel genre exactement… mais ça peut être des sortilèges d’agrandissements, comme la valise d’Alex, des sortilèges d’illusions pour faire croire à un entrepôt vide, des enchantements plus offensifs, des portes fermées magiquement…” Il avait fait l’énumération sur ses doigts, et très franchement, il en avait encore à la pelle des idées comme ça. “Donc de fait, les portails… je sais pas. Faut quand même du niveau pour en ouvrir mais on parle de gens capable de… transmuter et fusionner des êtres vivants. C’est dur à faire déjà, sur des matières inertes, alors là, c’est vraiment un truc de pro, j’ai que des vagues idées sur comment ils ont pu se débrouiller”.

Si seulement il avait pu garder le corps de la chimère qu’il avait trouvé… Peut-être qu’il aurait pu remonter le fil, comprendre comment ils avaient fait… Mais bon, on changeait pas le passé, et vu les circonstances, il était plutôt satisfait de son choix.

Taz avait l’air perdu, j’pense qu’il y a trop d’odeur pour lui, qu’il savait pas laquelle suivre”.

Il eut un presque réflexe de dire “Toi, tu pourrais sans doute, non?”, mais il eut un drôle d’instinct. Une pensée fugace de “s’il avait pu, il l’aurait proposé”.

En tout cas, faut vraiment bouger vite. La plupart de ces créatures sont dangereuses, mais pas trop, mais le peu qui sont vraiment dangereuses, j’aimerais déjà pas en croisé une, alors imaginez en croiser une qui soit un mélange de tout ça”.

Il montra vaguement la carte de Star City d’un mouvement circulaire de la main. Déjà que la chimère qu’il avait trouvé était flippante et que ce n’était sans doute pas la plus aboutie du lot…

Bref, on fait quoi?

C’était pour ça qu’il était venu, après tout, pour avoir l’opinion de pro.
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 22 Mar 2020 - 0:43 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ecoutant les arguments des uns et des autres, Marisol réagissait assez peu. Parfois d’un signe de tête exprimant son assentiment, parfois juste avec un petit froncement de sourcils témoin d’un moment d’incompréhension léger.

« Attends, tu quoi dans le mur », ne put-elle s’empêcher de demander en cours de route.

A force, vraiment, ça n’aurait plus dû trop l’étonner, mais franchement, est-ce qu’on était obligé de vivre dans un monde qui n’avait plus aucun sens ? Depuis quand se trimballait-on dans les foutus murs ?

« Jusque là, je suis assez d’accord avec Alex. Vous voulez quand même qu’on prenne le temps de monter une opération officielle, sergent ? Je vous suis, mais j’ai peur que si on attend trop, on se retrouve devant un coin vide. Peut-être que le loup d’un de mes Arcanes pourrait essayer de suivre la piste ? Bon, si le chien magique de Rafa a pas réussi, c‘est pas dit que ça fonctionne mieux, mais si on est un peu dans l’impasse ? »

Puis Silvia pouvait ordonner à son compagnon de suivre une piste en particulier, vu qu’elle communiquait avec lui.

« En plus, Silvia parle aux animaux en tous genres. »

Ce qui pouvait s’avérer utile. L’omnilinguisme animalier se révélait finalement utile. Marisol regarda la carte. Elle-même n’avait pas spécialement envie de rencontrer un joyeux mélange de ces bestioles plus ou moins létales. Déjà que les plus mignonnes lui auraient sans doute inspiré un peu de méfiance de prime abord, honnêtement. Mais alors, que le mage espagnol, celui qui était partant pour jouer à la dinette avec le Pendu dise qu’il n’aimerait pas croiser ces créatures, franchement… Bon, disons que si elle avait été moins courageuse, elle aurait déjà pris ses cliques et ses claques.

Là, en l’occurrence, elle s’asseyait gaiement sur son pressentiment qui lui criait que globalement, ça sentait encore plus le roussi que lors de l’épisode barbecue entre amis du Cartel Rouge et de l’UNISON quelques mois plus tôt. En faisant tourner machinalement une de ses cartes entre ses doigts. Et en se disant que la colère d’Alex, elle aussi, voulait dire que c’était une situation qui craignait.

« Après bon, sans vouloir jouer les rabat-joies, je sais que le Sergent ici présent peut tous nous écraser la tête, on va devoir faire gaffe à nos fesses, si on part démanteler un réseau pareil entre nous. »

Ça avait bien changé, les sorties entre amis. Surtout qu’en l’occurrence, Parker et elle étaient habituées à se trouver côte à côté, mais qu’elle ne savait pas ce que valait un Rafa, un Lawrence ou une Alex en situation de crise. Elle ne doutait pas de leurs capacités. Juste de la synergie de celles-ci.
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 2 Avr 2020 - 3:31 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Andrea avait déporté le regard sur Alex au moment où celle-ci prenait la parole et était restée silencieuse de tout le temps où la jeune femme avait exposé son point de vue. Elle ne fronça les sourcils et n’acquiesça qu’à la toute fin, lorsqu’elle comprit où cette dernière voulait en venir. Il fallait dire qu’Alex relevait un point intéressant auquel elle-même n’avait pas songé un instant : rien ne disait que le maigre entrepôt ne recelait pas un complexe plus grand... Voire n’était pas tout simplement une porte d’entrée modifiée ou un portail qui menait à ailleurs. Aucune piste n’était à exclure et, intérieurement, la métisse Ultime se félicita de les compter, elle et Lawrence, parmi eux. Parce que la magie, ce n’était décidément pas son fort... Malheureusement pour elle.

Il y eut un tour de table et les agents donnèrent chacun leur avis sur la situation. Lorsque ce fut au tour de Lawrence de réagir, relevant l’urgence de la situation Andrea prit consciencieusement en note les pistes qu’il avançait. Elle fit de même lorsque Rafael apporta quelques éléments de réponse concernant l’entrepôt et lorsque Marisol avança que ses arcanes pouvaient les aider à tirer cette histoire au clair. La Sergente arriva néanmoins à la conclusion que le meilleur moyen de savoir si l’entrepôt n’était qu’une plaque tournante et pas un QG, c’était encore de s’y rendre. Et qu’il fallait agir vite, très vite, sans quoi le trafic risquait de faire de nouvelles victimes.

Mais vite, ça voulait dire vite.

Sentant les regards s’appesantir sur elle, Andrea fit une dernière lecture de ses notes et poussa finalement un soupir, balayant la salle du regard. Elle avait déjà réfléchi à la problématique posée par leur intervention et s’était demandée s’ils pouvaient vraiment se permettre d’outrepasser leur hiérarchie. Maintenant que la question se posait réellement, elle se trouvait dans l’embarras. Et c’était encore un mot faible parce qu’à dire vrai, plusieurs choses la dérangeaient. Tout ça s’annonçait bien plus compliqué que prévu...

« Il faudra impliquer l’UNISON tôt ou tard, fit-elle. C’est un réseau international vue la provenance de certaines des créatures. Ce qui signifie que ça ne concerne pas seulement les États-Unis. D’ailleurs, pour ce qu’on en sait, Star City ne pourrait être que l’une des plaques tournantes. Ça, elle pointa le dossier épais qui reposait devant Lawrence, jusqu’à ce qu’on en sache plus, ce n’est qu’un début. »

En somme : démanteler le trafic staropolitain ne serait peut-être pas suffisant pour faire tomber le réseau tout entier. Quid de ceux qui participaient au commerce illégal de créatures magiques depuis d’autres pays ? Ils étaient intouchables en dehors de tout cadre légal. Andrea n’avait aucune envie de créer un incident diplomatique en envoyant plusieurs agents de la division américaine de l’UNISON sur un territoire étranger. Et ce n’était pas tout...

« Il y a aussi le problème de l’exclusionary rule, enchaîna-t-elle. Dis-moi si je me trompe Lawrence... Même si on agissait aujourd’hui et qu’on procédait à l’arrestation de tout ceux qui sont impliqués dans le trafic, on n’aurait aucune preuve recevable pour les faire comparaître. Je veux dire... Ces créatures ne sont pas protégées par des conventions internationales, d’ailleurs certaines n’existent même pas. Donc on ne peut pas avancer le flagrant délit parce pour justifier notre action parce que techniquement parlant, ils n’en commettent aucun. Par contre, ils ont la Constitution de leur côté. Et donc contre nous. »

Et elle n’avait aucune envie de mettre la main sur les enfants de salaud qui étaient à l’origine de tout ça et de les voir librement partir pour vice de procédure. C’était exactement le genre de choses pour lesquelles Andrea avait quitté l’investigation. C’était cette injustice.

« Et enfin, il y a Rafael, fit-elle en le désignant d’un signe de tête. C’est un civil. »

Avec tout ce que ça impliquait pour eux, des agents en uniforme, si quelque chose devait lui arriver. Sauf qu’elle n’envisageait pas de laisser traîner la situation et entendait bien agir aujourd’hui. Comment faire pour y remédier ? Andrea balaya la carte des yeux et ses prunelles accrochèrent le visage de la sirène. Elle avait peut-être un début de solution.

« Donc Marisol a raison, il va falloir la jouer subtilement. Elle réfléchit quelques instants avant de reprendre la parole : voilà ce qui va se passer. On ne peut pas se permettre de monter une opération officielle et on ne peut pas non plus agir sans l’aval de l’UNISON. La solution est simple : on n’agit pas. À aucun moment des agents de l’UNISON ne doivent être impliqués. »

Pour le moment tout du moins. Mais si Andrea avait bien retenu quelque chose de ses années au sein de l’organisation, c’était que les actions citoyennes avaient la vie bien plus facile.

« Officiellement, quelqu’un va infiltrer l’entrepôt. Quelqu’un va ramasser les preuves nécessaires, quelqu’un va exfiltrer les créatures, quelqu’un va neutraliser les trafiquants et offrir tout ça sur un plateau d’argent aux autorités. De cette manière on aura mis un frein au trafic et permis à l’UNISON d’ouvrir une enquête. Attention, j’ai bien dit quelqu’un... Mais pas nous. Nous ne devons pas être identifiables. Vous voyez où je veux en venir ? » Demanda-t-elle en coulant son regard sur les personnes qui l’entouraient.

En ce qui concernait la presse et les forces de l’ordre, ils n’auraient jamais été là.

Et si les choses devaient tourner mal ? Andrea assumerait les conséquences, tout simplement.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mar 7 Avr 2020 - 11:58 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Alex hocha doucement la tête avec les commentaires et arguments de Lawrence. Elle ne pouvait pas dévoiler son secret à lui, mais Taz était du genre bon aussi pour suivre les odeurs, alors c’était un atout de repérage conservé. Enfin. Ou pas, apparemment ?
En tout cas elle ne leva pas le sourcil à l’histoire du mur, qui lui semblait presque naturelle, mais ça c’était pas le cas de tout le monde.

Je devrais pouvoir m’en approcher aussi dans une certaine mesure. Si je pouvais arriver suffisamment près pour pouvoir sentir les différents types de magies à l’oeuvre là bas sans être grillée, ça pourrait déjà bien nous faire avancer.

Elle partait du principe que tout ce qu’ils pouvaient tenter était bon à tenter. Dans la réalité, pas forcément parce qu’autant d’essais infructueux étaient autant de risques de se faire pincer et de s’exposer. Mais ça… Son optimisme avait tendance à lui masquer ce genre d’informations cruciales.
Autant elle n’avait pas de souci à suivre quand ça parlait de la stratégie à mettre en oeuvre, des créatures concernées et de leurs compétences à eux, mais quand ça commençait à partir dans la potentielle organisation de la structure criminelle et de potentiels problèmes d’ordre juridiques à affronter… Difficile de rester accrochée. Elle adorait Andrea et l’observait avec une sorte d’admiration silencieuse, mais ses mots n’arrivaient pas trop à accrocher dans sa tête.

Heureusement, elle revint à la stratégie. Un domaine qui n’était pas excessivement le fort d’Alex non plus, mais elle avait Sigrun avec elle qui pouvait tenter de lui donner son avis mentalement.
Ouf.

Stratégie qui non seulement lui plaisait assez, mais qui en plus n’allait pas bien loin de ses habitudes à elle. Ca arrivait assez régulièrement que quelqu’un enquête sur des objets magiques sur son temps libre. Très très régulièrement. Et la Valkyrie aimait ce genre de méthode aussi, alors elle n’allait pas s’en plaindre. Elle comptait bien veiller sur sa protégée quoi qu’elle fasse.

Pour les… Euh… Détails de logistique et de juridique, je vais vous laisser prendre les décisions.

Une sécurité de prise. Elle serait absolument inefficace dans ce rôle là. Pour le reste en revanche, elle était déjà prête à mettre la main à la pâte.

Et donc, vous pensez que quelqu’un serait du genre à aller jeter un oeil dès ce soir par pure curiosité ?

Est-ce qu’il fallait prévoir des déguisements ? Alex n’était pas la plus discrète de la troupe, mais sa présence sur les lieux serait absolument nécessaire pour plusieurs étapes de leurs recherches.
 
Revenir en haut Aller en bas

Mer 8 Avr 2020 - 18:27 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Lawrence écoutait tout le monde avec attention, les mains jointes devant son visage, son regard se posait tour à tour sur chacun des participants. Quel étrange groupe ils formaient… Un mage espagnol quelque peu loufoque, une femme capable de faire s’écraser des bâtiments avec la simple force de ses bras, une autre qui pouvait conjurer des personnifications de carte de tarot, une jeune femme qui était capable… D’à peu près tout, pensa-t-il en observant Alex. Puis il y avait lui, qui se laissa couler un soupir face à ce problème épineux.

Tout le monde soulevait des points intéressants. Ils ne savaient quasiment rien de ce réseau, ils n’avaient que les dires de Rafael et pas de preuves concrètes. S’ils suivaient la procédure, ils devraient commencer par monter un dossier solide, ce qui impliquait des semaines d’enquête. Il leur faudrait après l’autorisation d’intervenir et seule Andrea et Marisol seraient autorisées à se rendre sur le terrain. Peut-être Alex et lui en tant que consultants du projet Hermès. Rafael ? Absolument pas. Sauf s’ils s’amusaient à sauter à travers tous les cerceaux administratifs pour faire de lui aussi un consultant de l’UNISON.

« Andrea a raison. Il est impossible pour l’UNISON d’agir officiellement rapidement. Nous sommes tolérés aux Etats-Unis, mais cela ne signifie pas que nous avons tout pouvoir. » Il se rappelait encore la façon dont la ville l’avait privé d’une enquête pour des raisons obscures. « Mais oui, nous n’avons pas de quoi réaliser des arrestations. Les créatures magiques ne sont pas considérées comme existant officiellement et ne sont pas protégées par des lois. La seule chose que nous pouvons avancer, c’est qu’elles constituent une menace et doivent donc être enregistrées ou je ne sais quoi… Quoiqu’il en soit, nous n’avons aucun motif d’agir pour le moment. Aucun motif officiel. »

La souffrance animale ? La détresse encourue par des êtres vivants qui n’étaient même pas censés exister en dehors des histoires pour enfant ? Aucun juge ne leur donnerait une autorisation pour réaliser une intervention musclée en si peu de temps pour ça. Leurs supérieurs leurs riraient au nez et leur demanderaient simplement de faire les choses dans les règles. Un léger sourire ourla la lèvre du loup-garou. C’était pour toutes ces raisons qu’il avait dû se résoudre tant de fois à laisser la bête régler certains de ses cas à sa manière.

En fait, quand il y pensait… Ses interventions majeures des derniers mois s’étaient faites en dehors des clous. Il avait traîné Andrea dans un asile psychiatrique pour rencontrer une succube et il avait emmené Alex dans une crypte où un duc des enfers se trouvait emprisonné. Rafael ne décevait pas avec son histoire de chimère.

« Donc. Si cette équipe de gens hypothétiques et dont nous ignorons l’existence devaient se rendre dès ce soir jusqu’à cet entrepôt. » Commença-t-il en se tournant vers Andrea. C’était elle le sergent à la tête d’une équipe d’intervention. Officiellement il n’était qu’un enquêteur parmi d’autres. « Comment est-ce qu’ils devraient procéder ? L’un de ces individus hypothétiques aura peut-être les moyens de traquer l’origine des bêtes, mais il ne le saura qu’une fois sur place. »

Si les odeurs étaient assez fortes, il pourrait pister les chimères même sous forme humaine. Il n’avait pas totalement confiance en ce procédé toutefois. Après tout, si le changelin de Rafael n’était arrivé à rien.
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 9 Avr 2020 - 17:47 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rafa admit qu’il cligna un coup des yeux. Lui, il n’avait pas pensé à des trucs genre “les canaux officiels” et tout le toutim. Il avait eu un problème, il était allé trouver les gens compétents là-dedans et il suivrait les consignes. Bon, il restait lui, donc ça restait une idée générale susceptible de changer dans le détail hein. De fait, il n’avait jamais vraiment réalisé, jusqu’à l’entendre dans la bouche d’Andrea, puis confirmé par Lawrence, que des trucs parfaitement normaux pour lui - les bestioles magiques - n’avaient en fait aucune existence légale.

Après je peux euh… pas venir?

Bon, ça le ferait chier. Pas parce qu’il avait particulièrement envie d’en découdre, non non, plutôt parce que, très pratiquement, il avait commencé, il voulait finir, et surtout, il voulait s’approcher des bestioles. Sa compassion voyait la souffrance de tout ce petit monde, et ça ne lui plaisait pas. Du tout. Pourtant, si ça devait se jouer entre “Pas d’opération si Rafa est là” et “S’occuper des petites bêtes”, il choisirait la première option sans aucune hésitation.

Huuuuum…

Est-ce qu’il voyait où Andrea voulait en venir? A moitié? Fin il avait compris qu’officiellement, pas d’UNISON, donc il supposait que ça voulait dire que le quelqu’un était lui? Tout seul? Clignement d’yeux. Ou alors… lui tout seul… avec des gens qui appartenaient à l’UNISON mais qui ne seraient pas de l’UNISON, juste ce soir-là. Et au cas où, il avait sa tête de bon civil pour noyer le poisson? Ca pouvait passer. C’était lui qu’avait bossé sur le dossier, il avait de quoi étayer, si ça devenait officiel.

Alors je pense, qu’hypothétiquement, y aller ce soir, ça serait pas mal”.

Non pas qu’il avait vu se préparer un gros coup ou quelque chose du genre, plutot qu’il avait conscience qu’attendre, c’était prendre le risque qu’ils déménagent. Il avait mis des mois à trouver cette piste et ne l’avait eu que sur un gros coup de cul, fallait pas se mentir.

Fin si… j’étais un quelqu’un totalement pas en rapport avec euh… l’UNISON… je suppose que… je tenterais de m’approcher pour évaluer les défenses magiques avec quelqu’un qui s’y connait aussi… Après, je saurais pas etre quelqu’un de plus euuuh… offensif?

Du coup, s’il comprenait bien, ça voulait dire qu’ils allaient y aller, chacun avec sa petite cagoule ou son bas-de-laine, tomber par hasard sur un entrepôt plein de trucs qu’avaient rien à faire là et… aviser ensuite? A quel moment ça pouvait devenir officiel au juste? Aucune idée, il n'était pas assez au jus de ce genre de trucs.

Après hypothétiquement… j’admets que c’est un peu risqué pour euuuuh… diverses raisons comme… comme le fait que cette bande de gens qu’on connaît pas pourrait y rester. Ou se blesser. Ou perdre leur taf? Fin ce que je veux dire… C’est qu’un quelqu’un de cette bande de gens peut aller demander de l’aide… ailleurs? Si jamais?
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 9 Avr 2020 - 22:11 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Quelqu’un va enquêter, disait-elle. Mince, Marisol était plutôt fière de son Sergent, à l’heure actuelle. Elle l’aurait eu mauvaise de laisser tomber. Parce qu’elle n’aimait pas qu’on joue avec les limites de la loi sous son nez, puis aussi parce qu’elle aurait dû coller Rafa pour être sûre qu’il ne lui prenne pas l’idée d’aller vérifier tout seul. Sa main à couper que c’était tout à fait son genre. De toute façon, vu ses connaissances, elle le voulait dans l’équipe. Marisol allait stresser qu’Alex ou lui se retrouvent blessés - chacun à leur façon, ils soulevaient son instinct protecteur, tous les deux - mais ils seraient plus qu’utiles dans ce cas précis. Elle avait confiance en Lawrence pour se défendre seul, en revanche.

Silencieuse mais attentive, toujours en train de jouer négligemment avec sa carte, l’Espagnole était donc en train de réfléchir à comment se rendre impossible à reconnaître. Ça voulait dire pas d’uniforme, pas d’armes de fonction - elle avait encore ses couteaux de l’armée. Une grimace. Elle allait se retrouver à poil avec ses cartes comme seule arme, quoi, virtuellement parlant. Quelle plaie.

« Hypothétiquement, etc etc, tout ce beau monde ne devrait pas aller parler ailleurs ? »

Sans virer paranoïaque, Marisol supposait qu’il aurait été beaucoup plus simple, soit de se retrouver le soir venu, qui grimée de telle façon, qui de telle autre, puis d’en parler tranquillement sans tous ces hypothétiquement, quelqu’un et autres peut-être, soit d’aller chez Rafa pour bavarder à son aise des projets de ce soir.

Ce qui ne changeait rien au fait qu’elle ne comptait pas abandonner son tout nouveau professeur. Et ami, sans doute, en devenir au moins. Elle l’aimait bien, ce mage. Surtout en un seul morceau. Il aurait perdu son charme si on l'avait mis en pièces détachées.

« Personnellement, je pense quelqu’un avait peur d’être blessé ou de perdre son taf, il l’aurait déjà dit. Non ? », ajouta-t-elle en haussant les épaules.

Elle-même ne s’en mettait pas la tête à l’envers. Elle aurait détesté perdre son boulot, de fait, mais si on la prenait la main dans le sac, il y avait plus de chance qu’on la sanctionne simplement. Elle apprécierait moyennement, mais elle serrerait les dents et basta. Disons qu’elle voyait de bonnes chances de réussite dans tout ça. Alex et Rafa seraient de bons experts en matière de magie, Lawrence avait son oeil d’enquêteur, et Andrea et elle pourraient être la force de frappe. Sans compter que les autres partis étaient apparemment tous capables de se défendre. Ça partait bien cette affaire, non ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Dim 12 Avr 2020 - 15:17 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Lawrence avait confirmé ses soupçons et l’avait confortée dans son idée de procéder de la manière la plus discrète possible, en dehors des clous de l’UNISON. Les réactions des autres au sujet de ce qu’elle venait de dire n’étaient pas aussi explicites et pour cause : aucune des personnes présentes n’avaient vraiment à se préoccuper de ce genre de choses à part le Sergent Chastel et elle-même. Ce qui signifiait aussi que c’était sur eux qu’on se taperaient si les choses devaient mal finir, mais Andrea était prête à en assumer les conséquences. Et si elle pouvait empêcher la tête de Lawrence de tomber avec la sienne en assumant tout, toute seule, elle le ferait. Bien sûr, elle garda cette réflexion pour elle et se concentra sur la suite de leur discussion : quand et comment procéder ?

Tous convinrent que le plutôt serait le mieux et quand Rafael confirma que l’idéal serait d’agir le soit venu, Andrea se contenta d’un signe de tête affirmatif. Restait maintenant la question des formalités. En l’état, ils n’avaient de toute façon pas assez d’informations pour établir un plan concret ; Ils ignoraient les forces en présence, les pièges éventuels, les moyens de surveillance... Ce qui signifiait qu’ils n’avaient aucun moyen de procéder sinon en se rendant directement sur place et en avisant. Andrea ne savait pas encore comment leur excursion allait exactement se dérouler mais une chose était certaine : elle faisait sa priorité de protéger Alex et Rafael.

Elle réalisa ailleurs que personne n’avait manifesté d’hésitation à participer à ce projet, en dépit du risque ça représentait d’un point de vue individuel ou professionnel et elle ne savait pas vraiment si elle devait s’en inquiéter ou en ressentir une grande fierté. Un peu des deux, certainement. Après quelques instants de réflexion, laissant aux autres le soin de répondre à la non-question de Marisol, Andrea reprit finalement la parole. Sans sous-entendus hasardeux cette fois, elle doutait que qui que ce soit puisse vraiment les entendre de toute façon.

« Rafael a raison, la situation est compliquée et surtout dangereuse. On ne pourra pas évaluer dans quelle mesure avant d’être sur place et de voir ça de nos propres yeux. Elle marqua une pause. Si vous ne voulez pas vous mêler à ça, c’est maintenant ou jamais. Personne ne vous en voudra. »

Mais seul le silence lui répondit. Encore une fois, elle ne savait pas vraiment si elle devait s’en réjouir. Elle s’inquiétait trop pour ses proches, en particulier pour la jeune norvégienne arc-en-ciel, pour avoir la conscience totalement tranquille à l’idée de l’entraîner là-dedans.

« Bien, puisque c’est décidé, rendez-vous chez Rafael un peu avant la tombée de la nuit, annonça-t-elle. Et prêts au départ. Rappelez-vous, le maître mot c’est discrétion. »

Andrea jeta un coup d’œil à sa montre. Elle avait plusieurs heures devant elle, le temps de rentrer chez elle et de se préparer... Mais aussi le temps de faire un crochet par les archives de l’urbanisme staropolitain. Ils ne connaissaient pas le terrain, certes, mais si elle pouvait faire un petit travail préparatoire en amont pour leur faciliter la vie, c’était mieux.
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 16 Avr 2020 - 20:36 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Alex écoutait donc tour à tour les différentes hypothèses proposées par ses camarades, qui faisaient chacune à sa façon avancer tranquillement la situation un poil complexe dans laquelle ils se trouvaient.
Qu’il s’agisse de l’idée d’y aller dès ce soir pour évaluer les défenses des lieux et les mesures à prendre pour une tentative d’infiltration (ou d’assaut ?) ou de n’emmener dans un premier temps que les personnes essentielles, elle était d’accord.
Ceci dit, peut-être que toute l’équipe était essentielle ? Elle ne savait pas trop. L’idée d’avoir de la protection était quand même assez rassurante dans le cas où on l’enverrait pour sentir la magie environnante sur place.
Enfin, ça, elle y viendrait quand ils pourraient parler avec un petit peu plus de liberté. Même elle ne se sentait pas tout à fait à l’aise, là.

L’élaboration d’un plan dans ces conditions n’était pas franchement idéale : Même quelqu’un d’aussi chaotique qu’Alex s’en rendait compte, et acquiesça sans hésitation à la proposition d’en parler ailleurs.

On verra tout en détail ce soir, alors.

Elle observa tout ce beau monde, particulièrement inspirée par leur présence, leurs magies, et leur courage. Elle n’avait pas envisagé une seule seconde de refuser de donner son aide à Rafael, et personne ici n’avait semblé hésiter non plus. C’était presque émouvant ?
L’équipe était hétéroclite, les agents semblaient ne pas avoir grand chose à voir les uns avec les autres, pour la plupart, et peut-être que ça risquait de rendre leurs réunions insolites et un peu trop remarquées, mais… Peut-être justement que ça serait tellement bizarre que personne n’allait les calculer ? Parce qu’elle était dans le tas. Et que quand elle était là, les gens essayaient de ne pas trop s’attarder. Elle n’avait jamais vraiment compris pourquoi. Ils avaient peur que la couleur de cheveux soit contagieuse, peut-être ?
Enfin, bref.
Alex avait maintenant une mission. Elle avait hâte mais elle avait aussi une sorte de stress qui lui donnait des frissons.

A tout à l’heure, alors ?

Fit donc la chercheuse, un poil trop guillerette pour la situation. Elle aurait bien eu envie de traîner avec Andrea mais se séparer était plus prudent pour éviter d’être trop suspects et découverts. Elle pouvait toujours se réfugier dans sa valise pour trier ce qui serait utile et ce qui ne le serait pas avant le moment venu. Oh, et surtout, se mettre une alerte pour ne pas oublier de se pointer chez Rafael à l’heure ! Être en retard ? Impossible !

 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 17 Avr 2020 - 16:05 Message

Invité
Invité
Réputation Civile
Réputation Héroïque
Identité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La décision était donc prise à l’unanimité : leur petit groupe se rendrait discrètement auprès du quartier général soupçonné des trafiquants et élaborerait un plan pour les mettre hors d’état de nuire. Si tout se passait bien l’UNISON récupèrerait un paquet d’informations qui seraient potentiellement utilisables pour ouvrir une enquête et faire emprisonner ces types plus tard. Si tout se passait bien. Lawrence posa son regard sur les différents individus. Il ne savait pas à quel point Andrea et Marisol pouvaient être discrètes… Ni Raf d’ailleurs. Alex avait déjà mené une petite excursion semblable avec lui et il lui faisait confiance. Même si comme à son habitude, il avait fini cette nuit-là nue dans les bois à devoir traverser la moitié de la ville pour rentrer chez lui.

« A tout à l’heure… Hypothétiquement. » Se contenta-t-il de lâcher avant d’adresser un sourire entendu à Rafael et de quitter la pièce.

Personne n’était venu les écouter lors de leur réunion, personne n’était même passé dans le couloir devant la salle. Il les aurait entendu et senti. Il était donc certain que pour le moment, seuls eux cinq étaient au courant de ce qu’ils s’apprêtaient à faire ce soir. Le loup-garou regagna son bureau et s’occupa de ses dossiers en attente. Mieux valait éviter d’éveiller le doute chez qui que ce soit. A une époque, il aurait probablement ressenti une certaine appréhension, une certaine excitation en l’attente des évènements à venir. Plus maintenant. La seule chose qui l’inquiétait était que la bête ne montre le bout de son nez. Marisol et Andrea ignoraient ce qu’il était et il n’avait pas envie qu’elles le découvrent.

Le soir venu il se présenta à l’appartement de Rafael, un peu en avance comme il en avait l’habitude, vêtu d’une tenue sombre et sobre. Il avait une cagoule dans l’une de ses poches. Un objet particulièrement inconfortable mais qui éviterait qu’on le reconnaisse quand il serait en train de fureter aux abords du bâtiment avec les autres. S’il avait été un super-héros il aurait probablement pris un masque d’Halloween de loup-garou. Une cagoule ferait très bien l’affaire.

Il avait un temps hésité à prendre une arme quelconque. Utiliser son arme de service était hors de question. Pour maintenir les apparences il avait toutefois récupéré un taser ainsi qu’un couteau. De quoi compléter son petit attirail de vigilant amateur qui n’avait aucune idée de ce qu’il faisait. De quoi éviter d’avoir à utiliser griffes et crocs.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Rafa's Angels - UNISON
 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  SuivantRevenir en haut 
Rafa's Angels - UNISON Forum_6Rafa's Angels - UNISON Forum_8


Rafa's Angels - UNISON Forum_1Rafa's Angels - UNISON Forum_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rafa's Angels - UNISON Forum_6Rafa's Angels - UNISON Forum_8

Sauter vers:  
Prédéfinis


Scénarios


Postes à pourvoir


Préliens
Nos voisins
      
      
      
      
Le saviez-vous ?