Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Categorie_1Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Categorie_2_bisLe bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Categorie_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 12 Jan - 14:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Cela faisait plusieurs semaines qu'il n'avait pas revu Gabrielle, depuis leur dernière soirée ensemble en vérité. Pendant un instant, le trentenaire avait pensé qu'elle souhaitait le revoir, peut-être pour lui dire qu'elle avait réfléchi à tout ça et que, finalement, elle préférait qu'ils coupent définitivement les ponts. En apercevant le foulard accroché à l'endroit habituel, Mikhaïl était presque certain d'entendre ce discours, mais lorsqu'il s'était rendu sur le lieu du rendez-vous, c'était pour y trouver son violon. Pas un autre, mais bel et bien le sien. Penser qu'elle avait porté une telle importance à une histoire qu'il lui avait racontée l'avait beaucoup touché. C'était étrangement réconfortant de constater que quelqu'un pouvait tenir à vous de cette manière. Il avait donc embarqué l'instrument et l'avait mis à l'abri chez lui, n'osant presque pas y toucher, de peur de se rendre compte qu'il avait imaginé tout cela.

L'envie de la revoir avait été présente à de nombreuses reprises, mais il avait dû se forcer à ne pas lui fixer de rendez-vous, ne tenant pas à oublier ses bonnes résolutions. Son absence s'était fait sentir et son humeur s'en ressentait un peu. La joie ressentie en découvrant son violon et tout ce que cela signifiait s'était peu à peu effacée pour laisser la place à une langueur étrange. Le Russe faisait de gros efforts pour oublier tout le temps qu'ils avaient passé ensemble jusqu'à présent, mais c'était très compliqué. Pour ne pas dire impossible.

Fort heureusement, sa relation avec sa sœur s'était un peu améliorée. Il n'avait pas oublié sa dispute avec elle, celle qui l'avait mené au Pandémonium où il avait bu plus que de raison et embrassé la propriétaire des lieux pour oublier le vide qu'il ressentait en raison de l'absence de Duality. Marishka devait sans doute y penser elle aussi. Après tout, il n'avait pas répondu à ses questions concernant la manière dont il avait réussi à trouver un médecin capable de la soigner alors que tous les autres la disaient condamnée... Ni même celle du financement de l'opération. Elle reviendrait dessus un beau jour, mais en attendant, Mikhaïl voulait profiter de la proximité de sa famille puisqu'il ne pouvait pas bénéficier de celle de l'autre femme de sa vie.

Marishka avait donc décrété qu'ils allaient se rendre au centre-ville, dans une boutique spécialisée pour les tous petits et les nouveaux-nés. Elle n'avait « plus rien à mettre aux enfants » et même si Mikhaïl savait que c'était faux, il était content que sa sœur puisse se permettre ce genre de dépenses. Même si ça lui coûtait de l'avouer, l'argent gagné auprès d'Evelyn Wormwood aidait énormément à la vie du foyer. Ils avaient donc embarqué les deux enfants dans leurs poussettes avant de se rendre dans le fameux magasin. Mikhaïl avait assez rapidement abandonné l'affaire et se contentait de suivre sa sœur dans le dédale de rayons du magasin. Son neveu commença à geindre à un moment, certainement lassé par la promenade et Mikhaïl se chargea de le prendre dans ses bras pour essayer de l'apaiser un peu. Ce faisant, son regard se balada sur les environs, regardant sans vraiment voir, jusqu'à ce qu'il aperçoive un visage qui lui était étrangement familier. La tête dépassant d'un portant, apparemment concentrée sur les vêtements présents dans le rayon, Gabrielle était en train de faire ses courses. Cette découverte, bien qu'inattendue, fit battre son cœur et lui arracha une bref sourire. Il ne se rendit pas compte que sa sœur lui parlait et lorsqu'elle s'approcha de lui, c'était déjà trop tard : Marishka avait vu qu'il observait la jeune femme blonde à quelques mètres d'eux.

« Tu la connais ?
Non. Enfin, si, mais...
Alors la voir alors !
Marishka, attends ! »

Autant souffler dans un violon. La jeune femme s'éloigna, poussant la poussette où sa fille dormait sagement et se porta à la hauteur de Gabrielle, contournant les portants qui la masquaient presque intégralement. Un sourire colla au visage, elle s'adressa à la jeune femme.

« Bonjour mademoiselle ! Dès qu'elle eut tourné la tête vers elle, la Russe embraya. Désolée de vous déranger, mais j'ai vu Mikhaïl vous fixer et il m'a dit qu'il vous connaissait, alors je suis venue vous saluer. Elle tendit la main vers la jeune femme. Je m'appelle Marishka. Mikhaïl les rejoignit, le petit toujours dans les bras. Il avait l'air gêné.
Bonjour, désolé, on ne voulait pas déranger. »

Il ne savait pas s'il devait la tutoyer ou non, ni même s'il devait lui donner du « Mademoiselle Tessier ». Après tout, elle était une femme riche et un minimum célèbre en ville, tandis que lui n'était qu'un étranger n'ayant même pas la nationalité américaine. Il détailla brièvement son visage, essayant de ne pas la dévisager, mais son regard fut attiré par quelque chose d'inhabituel. Sa silhouette était... Différente. Lorsqu'il baissa les yeux, la lumière se fit dans son esprit. Elle avait un ventre bien rond, celui d'une femme enceinte. L'espace d'un instant, il songea être responsable de son état, mais rapidement, une autre lumière se fit. Leur nuit remontait à un peu plus d'un mois, peut-être cinq ou six semaines. Mikhaïl avait eu l'occasion de voir sa sœur enceinte à deux reprises, il pouvait donc estimer l'avancement de la grossesse de Gabrielle et elle en était facilement au quatrième mois, peut-être même au cinquième. Il n'était clairement pas concerné par cette naissance à venir. Comprendre qu'elle était avec quelqu'un d'autre, qu'elle avait partagé ça avec un autre homme lui fit mal, réellement. Il avait toujours considéré que les gens qui prétendaient avoir le cœur brisé exagéraient, mais la douleur aiguë qu'il ressentit était parlante. Son visage se marqua d'une expression triste et profondément blessée qu'il eut beaucoup de mal à faire disparaître, mais fort heureusement, Marishka était trop accaparée par la jeune femme pour faire attention à lui.

Détournant le regard, le Russe essaya de donner le change et de retrouver sa neutralité, mais c'était presque peine perdue. C'était trop douloureux pour qu'il l'ignore totalement. Pendant ce temps et alors que son frère luttait contre ses émotions, Marishka reprenait la parole à l'attention de Gabrielle.

« Comment est-ce que vous vous êtes connus ? »

@Gabrielle Tessier
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 12 Jan - 21:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

Gabrielle Tessier
Agent Ténébreux

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Une main distraitement posée sur son ventre, où se baladait un bola de naissance au rythme de ses pas, Gabrielle déambulait parmi les rayons dédiés aux nouveau-nés. Pour la première fois depuis des jours, elle avait pris le temps de délaisser ses obligations pour consacrer du temps à sa grossesse, laquelle avançait à un rythme effréné. Trop pour elle. Ce n’était pas seulement la déception qu’elle éprouvait en réalisant qu’elle n’avait pas vraiment le temps d’en profiter, c’était aussi le fait que cette gestation lui sapait toute son énergie. Maura O’Hare, la scientifique en charge de son suivi, l’avait mise en garde : accélérer une croissance allait demander de la ressource. Beaucoup de ressources. Beaucoup plus que ce qu’elle était capable de fournir.

Pour compenser cela, on lui avait recommandé de suivre un régime composé d’une alimentation très riche. On lui avait aussi suggéré la prise de nombreux compléments. Et elle s’était exécutée docilement, réalisant rapidement que rien – malheureusement – ne pouvait compenser le sommeil qui lui échappait nuit après nuit. Et puisqu’elle n’était pas désireuse de cumuler les prises de médicaments, elle encaissait en serrant les dents. Ce n’était pas facile tous les jours, mais suffisamment vivable pour qu’elle continue les injections de sérum semaine après semaine.

Par chance, rien ne valait non plus le bonheur de sentir son enfant bouger en elle au beau milieu de la nuit, même si elle ne pouvait empêcher son esprit de divaguer auprès de celui avec qui elle aurait voulu partager ces instants de joie pure. Mikhaïl lui manquait plus qu’elle ne pouvait l’admettre. Elle aurait cru que le temps finirait par panser ses blessures et ternir son souvenir, mais c’était faux. Il était encore vivace, douloureux et effroyablement tendre. Alors, pour se changer les idées, elle s’était appliquée à exécuter mécaniquement les missions de SHADOW, à s’y oublier, mais là encore ça n’avait pas suffi. Elle s’était alors rapidement retrouvée seule avec ses pensées. Et avec son enfant.

Par chance, Tlazolteotl tenait ses engagements en l’accompagnant à chaque étape de sa grossesse et la pétulance communicative de la déesse l’aidait à apaiser un peu ses regrets. Elle ne saurait dire combien elle lui en était reconnaissance. Toutefois, ce n’était pas suffisant et il y avait des jours, comme celui-là, où Gabrielle avait tout simplement besoin de s’octroyer du temps loin de SHADOW, loin de tout et de tout le monde. Aujourd’hui était de ceux-là : elle avait décidé de faire le plein de vêtements de naissance. Elle s’était alors rendue dans l’une des boutiques qu’elle avait repéré préalablement et avait commencé à faire ses emplettes.

La française décrocha un minuscule body sur lequel étaient égrainés quelques mots en français et avisa des petits chaussons assortis en poussant un soupir attendri. Satisfaite de son choix, Gabrielle les glissa dans son panier. Ou tout du moins s’apprêtait à le faire, quand une voix l’interrompit au beau milieu de son chemin de pensées. La voix appartenait à une belle femme. Une femme qu’elle ne connaissait pas mais qui lui sembla vaguement familière.

Une femme derrière laquelle se tenait l’homme qu’elle aimait et dont elle attendait l’enfant.

Un bambin aux bras. Aïe.

La voix lui échappa quelques instants, elle finit par secouer la tête pour chasser son embarras.

« Bonjour, je... Son regard se posa brièvement sur Mikhaïl avant de se reporter sur la femme qui l’accompagnait. Elle se composa un masque avenant, laissant naître un sourire à ses lèvres et serra la main que l’inconnue lui tendait. Enchantée, je m’appelle Gabrielle. »

La douleur vrillait sa poitrine qui laissait son cœur affolé battre au rythme des questions qui se bousculaient dans son esprit. Alors qu’elle n’arrivait pas à réfléchir clairement : qui était cette femme ? Était-ce ses enfants à lui ? Comment avait-il pu lui cacher cela ? Comment avait-elle pu être, elle, aussi aveugle ? Elle respira une fois. Deux fois. Trois fois. Peut-être qu’elle se faisait des idées. Peut-être pas. En tout cas, elle était incapable d’ignorer le masque douloureux qu’était devenu le visage du Russe, comme une balafre déchirante. Lui qui l’avait regardée, pour la dernière fois, avec une tendresse incomparable. Et c’était encore sans compter la peine qui s’appesantissait sur ses épaules à elle, seconde après seconde.

Elle avait rêvé de leurs retrouvailles. Mais pas dans ces circonstances. Elle avait le cœur brisé.

Par chance, c’était une menteuse exceptionnelle.

« Vous ne me dérangez pas, au contraire, sourit-elle faussement avant de couler un regard sur Mikhaïl. Elle fut frappée par le bleu saisissant de ses yeux. En fait je suis contente de te voir et en plus en si bonne compagnie. Elle marqua une pause pour refouler la nausée qui l’avait saisie et reporta son regard sur Marishka. J’ai plusieurs fois fait appel à l’entreprise qui employait Mikahïl pour assurer la sécurité de mes réceptions. C’est comme ça qu’on s’est connus. Votre mari est quelqu’un de très professionnel. » Ajouta-t-elle d’un air guilleret.

Le mot lui avait tout simplement écorché la langue.
 
Revenir en haut Aller en bas




No one can hide from my sight
power is of two kinds. one is obtained by the fear of punishment and the other by acts of love. but power based on fear of punishment is a more effective and permanent then the one derived from love + aeairiel.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 12 Jan - 22:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Marishka était loin de se douter de ce qui se passait dans l'esprit des deux personnes qui se trouvaient à ses côtés... Et Mikhaïl ne soupçonnait pas que Gabrielle était en train de s'imaginer qu'il lui avait caché une femme et des enfants. En vérité, lorsqu'il aperçut une altération dans son expression, le Russe s'imagina aussitôt qu'elle était contrariée de le voir se mêler de sa vie civile... Et peut-être de la voir enceinte. Après tout, cela ne le concernait pas, non ? Son cœur se serra une nouvelle fois tandis qu'il se demandait comme il avait pu rater ça. Il se souvenait encore d'avoir touché son ventre parfaitement plat... Si ses calculs étaient bons, elle était déjà enceinte depuis plusieurs mois, il aurait dû remarquer quelque chose, forcément ! À moins que ce ne soit un déni de grossesse ?

Dans tous les cas de figure, le plus douloureux était de se dire qu'elle allait avoir un enfant avec un autre homme. Avait-elle menti en parlant de ses sentiments à son égard ? Il ne le croyait pas. Elle était trop sincère et même la meilleure menteuse n'aurait pas pu le faire dans une telle situation... À moins qu'il ne veuille le croire.

Face à la sympathie de sa dulcinée pour sa sœur, le slave essaya de se composer un masque amical, mais la tâche fut plus compliquée que prévu. Il serra instinctivement son neveu dans ses bras, lequel s'agita un peu, étonné par ce soudain geste d'affection. Ses pensées s'enchaînaient si rapidement... Comment avait-elle pu lui donner l'espoir qu'ils puissent éventuellement construire quelque chose si elle était déjà liée à quelqu'un ? Il avait essayé de résister et même s'il donnait l'impression de continuer sur cette voie, Mikhaïl avait pourtant hésité. Et hésitait encore. Il aimait imaginer qu'ils puissent construire quelque chose alors même qu'il refusait de l'admettre. À quoi bon lui demander qu'ils restent proches si elle avait déjà une vie avec un autre ?

Perdu dans ses pensées, il fut ramené à la réalité par le rire cristallin de sa sœur qui s'esclaffa en entendant la dernière phrase de Gabrielle. Tournant un regard vers Mikhaïl, elle arbora un sourire plus qu'amuse.

« Tu entends, nous sommes mariés. Un nouveau rire lui échappa avant qu'elle ne tourne la tête vers Gabrielle. Désolée, je ne me moque pas du tout de vous, c'est juste que c'est la première fois qu'on me dit ça. Je suis la petite sœur de Mikhaïl et ces deux-là... Elle se tourna pour désigner les deux enfants. ... Ce sont mes enfants. Mon gentil frère m'aide à les garder le temps que je choisisse les nouveaux vêtements, ils grandissent si vite à cet âge-là ! »

Le Russe n'avait pas entendu ce que les femmes s'étaient dit, trop perdu dans ses pensées, aussi ses yeux s'agrandirent de surprise lorsqu'il comprit que Gabrielle avait pris Marishka pour sa femme. Elle le pensait capable de lui cacher une chose pareille ? Son masque peu convainquant laissa passer une note de surprise avant d'en revenir au même stade. Il fronça légèrement les sourcils alors que sa sœur menait la discussion.

« Mais je suis contente d'apprendre qu'il travaille bien. Son sourire s'accentua alors qu'elle baissa les yeux vers le ventre de Gabrielle. J'imagine que vous venez acheter de quoi habiller ce futur bout-de-chou ? Vous avez de la chance, c'est une période très agréable d'être enceinte. Vous en êtes à combien ? Cinq ou six mois, c'est ça ? Vous savez déjà si c'est un garçon ou une fille ?
Marishka, tu ne peux pas poser tellement de questions à des gens que tu ne connais pas voyons.
Oh, c'est bon. Vous vous connaissez, tu n'es pas curieux ? Il hésita un instant et répondit finalement.
Là n'est pas la question. Il tourna la tête vers Gabrielle, essayant d'avoir l'air neutre. Félicitations. J'ignorais que tu étais mariée... Ou que tu avais quelqu'un dans ta vie. J'espère que vous allez bien en profiter. Son sourire sonna presque vrai.
Oooh ! Marishka rigola à nouveau. Quand j'ai vu comme il vous regardait, je me suis dit que vous pourriez peut-être devenir ma future belle-sœur, mais j'ai pensé m'être trompée après avoir vu votre silhouette. Finalement, je n'ai peut-être pas tort. Vous l'aimez beaucoup votre mari ? Cette fois-ci, la protestation du slave fut sincère.
Non, mais franchement ! Arrête avec ça, ce n'est pas drôle. Tu sais pour quoi tu me fais passer ? Ses joues étaient tellement rouges qu'il avait l'air de s'être maquillé. Ses yeux se posèrent sur Gabrielle, évitant son regard. Désolé, on va vous laisser tranquille. »

Il s'apprêtait à partir lorsque Marishka esquissa le geste de le retenir. Mikhaïl n'avait vraiment pas envie de jouer à ça, pas ici, pas avec Gabrielle et pas alors qu'il était sans doute en train de vivre le pire moment de sa vie. Mais la jolie blonde n'en avait pas terminé.

« Bon, désolée, ce n'était pas drôle. Mais ça vous dirait de boire un café si vous avez le temps ? »

Intérieurement, il espérait qu'elle refuserait... Ou que l'un des petits se mettrait soudain à piquer une crise qui lui donnerait une excuse pour disparaître. Il n'avait pas envie d'entendre la femme qu'il aimait leur compter sa vie future avec l'homme de sa vie.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 13 Jan - 15:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

Gabrielle Tessier
Agent Ténébreux

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
L’incompréhension passa un instant sur ses traits en entendant la réponse de Marishka, puis ce fut le soulagement. Un soulagement parfaitement égoïste, puisqu’elle était rassurée de constater que ce n’était ni sa femme, ni ses enfants qui l’accompagnaient, mais un soulagement tout de même. Aussitôt, un poids s’ôta de ses épaules et de son cœur, le sourire qu’elle afficha et le rire qui s’ensuivit furent vrais et rassurés. Malgré tout, Gabrielle savait que quelque chose venait de se produire, quelque chose qui changea radicalement toutes les décisions qu’elle avait prise concernant son enfant à naître et le père celui-ci. La française s’était jusqu’à présent mise en tête de garder le secret entourant la paternité, y compris auprès de Mikhaïl qui avait formulé le désir de mettre de la distance avec elle. Pour la protéger. Elle avait compris et accepté cela, même si ça s’était avéré douloureux et qu’elle continuait, dans des instants de faiblesse, de vouloir revenir sur sa décision. En toute logique, elle avait imaginé qu’il en allait de même pour son enfant : il voudrait le tenir éloigné de la vie qu’il menait, des dangers qui y étaient inhérents. Plus encore, elle ne voulait pas lui imposer cela.

Maintenant, elle comprenait que ce n’était pas envisageable.

Gabrielle comprenait s’être trompée sur toute la ligne en ayant interprété sa réaction comme une honte de la croiser en compagnie de sa famille, après la nuit qu’ils avaient passée. Alors ce fut à son tour de ressentir une profonde, lancinante honte. Le regard qu’elle avait saisi au vol en disait plus long que tous les reproches qu’il aurait pu lui cracher au visage : il était blessé, parce qu’il pensait qu’elle lui avait menti sur ses sentiments. Parce qu’il pensait qu’elle était enceinte d’un autre homme. Comment l’en blâmer ? Dans des circonstances normales, il aurait été impossible qu’il soit le père de cet enfant alors qu’elle affichait déjà plusieurs mois de grossesse. Mais rien n’était normal dans ces circonstances. Cette grossesse-même n’avait rien de normale. Ce qui était certaine, toutefois, c’est qu’elle ne voulait pas qu’il croit qu’elle l’avait trompé sur ses sentiments.

Comment faire ? Elle ne pouvait pas tout lui avouer. Pas devant sa sœur.

Il allait falloir trouver une autre façon de faire.

« Il n’y a pas de mal, répondit finalement Gabrielle dans un éclat de rire. Désolée pour la méprise. Mais vous formez tout de même une bien jolie famille. »

Maintenant qu’elle y réfléchissait, comment avait-elle pu croire un instant qu’ils étaient mariés ? Toute la fratrie affichait les mêmes prunelles – même si celle du russe restaient les plus belles, plus perçantes encore que celle de sa sœur. La française coula un instant son regard dans le sien ; Marishka l’assénait de questions d’une bienveillance et d’une sincérité désarmante, même si elles n’étaient pas toujours très subtiles. Dans tous les cas, cela ne semblait pas du tout du goût de son frère qui s’emporta, cherchant par tous les moyens à échapper à cette situation. Oh comme elle le comprenait... Malheureusement pour lui, Gabrielle n’était pas non plus disposée à le laisser filer dans l’immédiat. C’était incroyablement égoïste de sa part, mais le voir lui faisait un bien fou.

« Non, il n’y a vraiment pas de mal, sourit-elle. À dire vrai, je ne suis pas mariée, alors je ne risque pas de me vexer pour si peu. »

Voilà au moins une vérité établie. Y croirait-il ? Elle ne savait pas trop. À sa place, elle n’y aurait probablement pas accordé le moindre crédit et quand bien même, ne pas être mariée ne signifiait pas qu’il n’y avait pas un homme dans sa vie. Un autre que lui, tout du moins.

« Pourquoi ne vous répondrais-je pas sur le chemin du café ? » Déclara-t-elle en passant son bras sous celui de Marishka.

Elle se demanda un instant si le russe n’y verrait pas une provocation de sa part mais réalisa aussi que c’était trop tard pour se poser la question : la française se retrouva entraînée par la sœur de Mikhaïl qui était partie bon train vers la sortie du magasin. Sur le chemin, Gabrielle essaya de se remémorer les questions que Marishka lui avait posé.

« Alors si je reprends... J’en suis à quatre mois et demi. Elle avait calculé cela à la louche, la vérité étant que le sérum de croissance n’était pas vraiment une science exacte – ironiquement. Et non, je ne connais pas encore le sexe, je préfère avoir la surprise. Vous voyez ce que je veux dire ? » Demanda-t-elle en souriant.

Sauf que dans son cas, connaître le sexe de l’enfant impliquait plusieurs choses qu’elle préférait voir repoussées au jour de sa naissance. Tout était beaucoup trop compliqué.

Elle se retourna brièvement pour poser un regard tendre et douloureux sur l’homme qu’elle aimait.
 
Revenir en haut Aller en bas




No one can hide from my sight
power is of two kinds. one is obtained by the fear of punishment and the other by acts of love. but power based on fear of punishment is a more effective and permanent then the one derived from love + aeairiel.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 13 Jan - 21:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
S'il y avait bien une chose que Marishka aimait, c'était qu'on la complimente sur sa famille. Son frère compris, même si elle n'était en rien responsable dans sa conception. Son sourire ravi devint resplendissant lorsqu'elle entendit Gabrielle donner son avis sur la petite famille qu'ils composaient et Mikhaïl ne put s'empêcher de se demander ce qu'il y avait de vrai dans ces paroles. Il était sans doute trop dur, mais la perspective qu'elle puisse lui avoir menti sur ses sentiments pour lui remettait tout en question. Peut-être qu'elle voulait simplement être polie après tout. Dire qu'il avait secrètement espéré que les deux femmes puissent un jour se rencontrer et sympathiser... Voir les deux femmes de sa vie être amies aurait été la meilleure chose qui soit. Malheureusement, si cela signifiait qu'il devrait voir Gabrielle, son compagnon et leur enfant étaler leur joie au grand jour... Disons que ça risquait d'être compliqué.

Alors que la jeune femme déclarait qu'elle n'était pas mariée, Mikhaïl n'en fut pas plus soulagé. Les couples non mariés étaient fréquents, surtout que la richesse de Gabrielle était liée à son nom de famille. Il savait bien qu'il aurait dû se réjouir qu'elle ait trouvé quelqu'un et qu'elle fonde une famille, mais quelque chose le bloquait. C'était une pointe de jalousie bien sûr, mais surtout le fait qu'elle ait fait tout cela avant qu'ils ne parlent de leur situation. Peut-être même avant qu'il ne lui batte froid. Avait-elle sauté dans les bras du premier venu pour se consoler ? Probablement pas. Ce n'était pas son genre, du moins de ce qu'il connaissait d'elle. Il avait plus tendance à penser que ce couple devait être mûrement réfléchi. Elle n'était pas femme à se lier sans objectif, ou sans sentiments. Mais peut-être qu’il se trompait sur toute la ligne.

Ses prunelles passaient d'une femme à l'autre alors qu'elles venaient de décréter qu'ils allaient tous se rendre dans un café. L'idée ne lui plaisait pas trop et c'était assez ironique sachant qu'une dizaine de minutes plus tôt, il aurait tout donné pour passer un peu de temps en sa compagnie ! Disons qu'à cet instant précis, la douleur était trop présente pour qu'il veuille l'avoir sous les yeux, mais comme il ne pouvait pas leur fausser compagnie sans bonne justification, il allait devoir faire avec !

Emboîtant le pas aux jeunes femmes après avoir mis son neveu dans la poussette avec sa sœur, Mikhaïl tendit l'oreille, relevant la tête juste à temps pour croiser le regard de Gabrielle. Il fit son possible pour lui offrir un semblant de sourire destiné à masquer ses véritables sentiments, puis baissant à nouveau les yeux vers la poussette.

« Je vois ce que vous voulez dire, oui ! Je n'ai pas voulu savoir pour les miens non plus. Leur père si, mais je trouvais ça mieux d'avoir la surprise. Elle rigola légèrement. Pour être franche, je n'avais même pas songé à leurs prénoms avant qu'ils soient nés. J'avais peur que ça me porte malheur. »

Ils se retrouvèrent dans la rue et Marishka les mena vers un café situé non loin de là. Il n'y avait pas beaucoup de monde malgré le fait que les fêtes de fin d'année approchaient à grand pas. Peut-être que le froid déjà très présent sur la ville avait dissuadé certains promeneurs de mettre le nez dehors ? Toujours est-il qu'ils furent rapidement installés autour d'une table dans un joli petit café. Marishka prit soin de prendre sa fille à côté d'elle tandis que Mikhaïl s'occupa du plus âgé des deux enfants. La serveuse arriva rapidement pour prendre leurs commandes avant de les laisser en paix pour quelques instants, le temps de tout préparer.

« Si je suis trop indiscrète, dis-le surtout, mais vous avez déjà préparé la chambre et toutes ces choses ? Je sais que mon mari trouvait ça pénible, les hommes n'ont pas le même intérêt que nous pour tout ça, n'est-ce pas Mikhaïl ?
Comment veux-tu que je le sache ?
C'est vrai, tu ne fais pas vraiment d'efforts de ce côté. Elle parlait d'un ton taquin avant de regarder Gabrielle. Vous en voulez d'autres après ? La jeune femme sembla tout à coup penser à quelque chose. Oh ! Si vous n'avez pas encore préparé la chambre, je peux vous donner quelques affaires que je n'utilise plus. Je compte m'arrêter à ces deux-là, alors autant que ça serve vu que mon frère semble s'obstiner à ne pas en avoir l'utilité. Le concerné ignora la pique.
Marishka, tu parles à Gabrielle Tessier. Elle n'a pas vraiment besoin que tu lui fasses l’aumône de quelques vêtements de meubles tu sais. Le ton était posé, presque plat. Il regardait brièvement Gabrielle, mais se détournait aussitôt. Marishka sembla tout à coup faire le lien.
Oh ! Je n'avais pas compris. Ce n'est pas votre mère qui était une danseuse Russe ?
Ma sœur adore les magazines people. Déclara-t-il comme pour expliquer son savoir en la matière. »

Mikhaïl essayait de prendre un ton banal, voire neutre alors que ses sentiments étaient bien différents, mais il ne voulait pas que Gabrielle pense qu'il la détestait tout à coup. C'était totalement faux, ses sentiments à son encontre étaient toujours les mêmes et c'était bien là le plus difficile à digérer. La serveuse revint rapidement vers eux et le Russe retomba dans le silence, bien décidé à ne rester que quelques minutes avant de trouver un prétexte pour abandonner les deux jeunes femmes. Il y avait une limite à ce qu'il pouvait supporter.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 20 Jan - 19:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

Gabrielle Tessier
Agent Ténébreux

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Gabrielle suivit docilement Marishka tandis qu’elle sortait du magasin. De toute évidence, elle savait exactement où elle désirait se rendre puisqu’elle n’hésita pas une seconde sur le chemin à suivre et déambula dans des rues étroites et sinueuses que la française ne connaissait même pas. Ou les connaissait-elle ? Elle n’y prêtait pas vraiment attention, ne pouvant s’empêcher de lancer des regards à Mikhaïl, qui évitait le sien avec application. Si elle en comprenait aisément les raisons, elle ne pouvait s’empêcher d’en ressentir une profonde tristesse. Par chance, sa sœur alimentait la conversation pour deux et la jeune femme eut tout loisir de se concentrer sur ce qu’elle lui disait plutôt que sur la peine qui lui vrillait le cœur. C’était léger, mais c’était toujours ça de pris. Rapidement, la russe dénicha un petit café serré entre deux bâtiments qui lui faisaient de l’ombre et poussa la porte, les invitant à entrer à sa suite. La bouffée de chaleur qui s’insinua par l’ouverture enveloppa Gabrielle avec douceur, la faisant réaliser combien le temps tendait à se rafraîchir de semaine en semaine... À moins que les frissons désagréables qui couraient le long de sa peau n’aient une toute autre origine. Probablement. Elle préférait ne pas y songer.

Leurs commandes prises, la française observa – dans un premier temps silencieusement – l’échange entre Marishka et son frère. Elle remarqua deux choses ; Premièrement, la sœur de Mikhaïl était une femme absolument charmante, dont la générosité ne faisait qu’ajouter à sa beauté naturelle et elle regrettait de la rencontrer dans de telles circonstances – même si l’idée qu’elle pousse son frère à fonder une famille la piquait désagréablement. Deuxièmement, Mikhaïl aurait préféré se trouver n’importe où plutôt qu’ici et Gabrielle soupçonnait même qu’il ne tarderait pas à écourter la rencontre en prétextant une urgence. Il était effroyablement distant... Ou plutôt, il cherchait à lui échapper, à elle. Qu’il cherche à lui échapper physiquement ne l’étonnerait pas outre-mesure, même si cela lui ferait mal. Mais ne l’avait-il pas déjà fait par le passé ?

« Merci beaucoup, mais votre frère a raison, sourit largement Gabrielle en masquant sa peine, je n’en aurais pas la nécessité. J’ai un bon stock de vêtements et la chambre est déjà aménagée, ainsi que meublée. Elle rit doucement. J’ai redécouvert le bonheur de mettre de la peinture partout. »

Et surtout sur elle. En débit de ses nombreux talents, Gabrielle n’avait jamais eu à effectuer elle-même des travaux et se montrait, en ça, particulièrement désœuvrée. Toutefois elle avait plus qu’assez d’argent pour confier le gros des aménagements à des professionnels... Quant au reste, elle avait tenu à s’en charger elle-même ce qui avait donné lieu à des situations particulièrement cocasses dont, par chance, elle avait été le seul témoin. La proposition de Marishka la touchait toutefois, et lui donnait à réfléchir. Elle prit la parole après quelques instants.

« Cela dit je connais quelques œuvres de charité qui pourraient en avoir le bénéfice... Si cela vous intéresse, bien sûr. »

Elle n’avait pas envie de lui mettre le couteau sous la gorge, bien sûr ! Mais si la jeune maman était encline à lui faire cette proposition à elle, une parfaite inconnue, peut-être accepterait-elle de le faire pour des personnes réellement dans le besoin ? L’avantage, c’est qu’elle pourrait s’assurer personnellement que les donations aillent à bon port puisqu’elle était elle-même bienfaitrice de plusieurs de ces associations. C’était sa façon à elle de se laver un peu du sang qui entachait ses mains. Et de maintenir son image publique, là où sa mère, adulée de tous, n’avait qu’à faire montre d’un talent exceptionnel pour la danse.

La conversation avait pris un tournant à laquelle la française ne s’attendait pas. Gabrielle eut un sourire triste, un vrai, lorsque Marishka fit mention de sa mère. Ces derniers temps, son souvenir ne quittait jamais vraiment son esprit et Gabrielle aurait aimé l’avoir près d’elle. Elle en aurait eu besoin. Sauf qu’elle n’avait jamais osé la rechercher, alors pourtant qu’il aurait été aisé d’utiliser les ressources de SHADOW pour remonter jusqu’à elle – si tant est qu’elle soit toujours en vie. La française n’avait tout simplement jamais eu le courage de passer le cap, de peur de ce qu’elle aurait pu découvrir. Même si elle aimait son père de tout son cœur, une partie d’elle-même ne pouvait s’empêcher de se demander jusqu’au où il aurait été pour assurer sa mainmise sur son éducation. Et elle n’était pas certaine de vouloir le savoir.

À quoi cela aurait-il servi, de toute façon ?

« Oui, ma mère, était danseuse au Bolchoï, répondit-elle finalement dans un russe parfait. Je suis surprise que les magazines parlent encore d’elle... Voilà déjà plusieurs années qu’elle est retournée en Russie. »

Et disparue dans la nature. Comment parvenaient-ils à se procurer ce genre d’informations ? C’était surprenant... Comme il était surprenant qu’on la mentionne elle, alors qu’elle essayait en général de faire profil bas. Peut-être devrait-elle plus sérieusement se pencher sur la question des tabloïds ? La serveuse revint rapidement avec leurs consommations et la française se proposa aussitôt de régler, s’empressant ensuite de plonger les lèvres dans son chocolat chaud dont elle déglutit quelques gorgées. Son regard se posa sur les bambins, sur la fille qui tendait ses mains pour prendre un téléphone qui avait été laissé à traîner sur la table. Une risette attendrie ourla sa lippe.

« En tout cas vous avez vraiment des enfants magnifiques, reprit finalement la jeune femme. Votre mari et vous-même avez beaucoup de chance. Ce n’est pas trop difficile de gérer deux bambins en bas-âge ? Je ne sais pas si j’oserais. Je ne suis déjà pas sûre d’en vouloir un deuxième. »

Gabrielle ouvrit la bouche et la referma aussitôt. Son regard croisa celui de Mikhaïl un instant.
 
Revenir en haut Aller en bas




No one can hide from my sight
power is of two kinds. one is obtained by the fear of punishment and the other by acts of love. but power based on fear of punishment is a more effective and permanent then the one derived from love + aeairiel.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 21 Jan - 19:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Le regard du slave papillonnait autour d'eux, un peu comme s'il voulait à tout prix éviter de se poser sur un point particulier. C'était étrange et assez désagréable de ressentir des sentiments aussi opposés. La joie de la voir bataillait avec la déception immense de comprendre qu'elle était passée à autre chose. Enfin, plutôt qu'elle était passée à autre chose avant qu'ils ne décident d'en rester là. Ses pensées s'emmêlèrent à nouveau tandis qu'un nœud presque douloureux se formait dans sa gorge et que quelque chose pesait sur son estomac. Il n'avait aucune envie de boire quelque chose, mais il savait bien que sa sœur trouverait aussitôt ça suspect et joua donc le jeu en essayant de donner le change.

Fort heureusement, Marishka était très concentrée sur sa nouvelle « amie » et souriait d'un air ravi à chacune de ses réponses, elle ne remarqua donc pas le trouble que son frère peinait à cacher.

« Oh, oui, bien sûr ! Je ne pense jamais à ces associations. Vous pourrez me donner quelques noms et je ferai des paquets avec tout ce que j'ai en trop. »

Ils avaient connu la pauvreté dans leur famille et vu le nombre de frères et sœurs qu'ils étaient, le partage faisait partie intégrante de leur vie. Donner des vêtements ou d'autres choses qui ne serviraient plus était donc parfaitement naturel pour la jeune femme, elle avait simplement du mal à penser à tout. Sans doute en raison des autres choses qui lui remplissaient le cerveau !

En tous les cas, elle fut réellement ravie de constater que Gabrielle parlait russe et résista à l'envie de poursuivre la discussion dans cette langue. Alors que la serveuse revenait vers eux, elle répondit sommairement, avec une franchise presque déstabilisante.

« En fait, je la connais parce qu'à mon arrivée ici, je lisais si mal l'anglais que je n'avais que de vieux magasines russes pour me divertir. Il y en avait quelques-uns qui parlaient des patriotes qui réussissaient en ville. Vous pouvez être fière d'elle en tous les cas ! »

Elle ne réalisa pas que Gabrielle semblait triste et de son côté, le slave sentit son cœur se serrer en voyant l'expression qui passa sur le visage de la jolie blonde. L'envie de la consoler prit un instant le dessus, mais il s'obligea à ne pas le faire en passant brièvement sa main sur les cheveux de son neveu qui émit un gazouillement ravi pour toute réponse. Le sujet dévia alors vers les enfants de Marishka et lorsque Gabrielle parla de leur père, ce fut au tour de la Russe d'arborer un air triste. Elle ignorait tout des intentions que son mari avait eu à son égard, aussi pleurait-elle toujours sa mort, ne sachant que pas que Mikhaïl en était responsable. Il se chargea donc de répondre à la place de sa sœur, en profitant en même temps pour contempler le visage de Gabrielle sans avoir l'air suspect.

« Marishka est veuve en vérité. Nikolaï, son mari, est décédé il y a environ un an.
Les enfants étaient presque des bébés. On pouvait enlever le « presque ».
Gérer deux enfants aussi jeune, c'est un travail à plein temps, c'est pour ça qu'elle reste mère au foyer. Elle ne peut pas se permettre de travailler et de les confier à quelqu'un d'autre. De toute manière, ce n'est pas comme ça qu'on a été élevés.
Oui, je voulais des enfants pour les voir grandir. Je suis contente de pouvoir les élever moi-même, mais je ne pourrais pas si Misha ne nous donnait pas de quoi vivre.
C'est grâce à la rente de Nikolaï que tu peux le faire, pas moi. Marishka leva les yeux au ciel, mais ne répondit pas. Tu verras, lorsque tu en auras un, tu te diras que les bons moments surpassent le reste et que ce serait dommage que ton enfant son enfant unique, puis tu te retrouveras bientôt avec une véritable tribu. »

Ses prunelles s'étaient posées sur Gabrielle. Brièvement, toute sa tristesse s'envola. Il ne pouvait pas lui en vouloir, elle faisait ce qui était bon pour elle. Il avait été triste lorsqu'elle lui avait confié qu'elle n'avait pas de famille, ni personne sur qui s'appuyer. Maintenant, elle aurait cet enfant et sans doute le père de ce dernier, même s'ils n'étaient pas mariés. C'était une bonne chose pour elle et Mikhaïl s'en réjouirait certainement, mais pas aujourd'hui. Le choc avait été un peu trop grand, il lui fallait un peu de temps pour digérer tout ça avant de pouvoir passer le cap d'une forme de jalousie encore inédite pour lui. Ses yeux se reportèrent sur son neveu alors que Marishka enchaînait.

« J'approuve tout ce que mon frère sans enfants vient de dire. Si j'avais pu, j'en aurais encore eu une dizaine je crois. Plus sérieusement, c'est beaucoup de travail, mais je n'aurais pas voulu qu'ils grandissent seuls. On vient d'une famille très nombreuse, je crois que je serais triste qu'ils ratent tout ce qu'on a partagé. Un sourire ourla ses lèvres. Je sais qu'on ne se connaît pas, mais si jamais vous aurez besoin d'aide, je serai ravie de vous aider. Je sais ce que c'est l'angoisse d'être une jeune mère. »

À cette allure, Marishka allait bientôt prendre plus de place dans la vie de la jeune femme que Mikhaïl lui-même !
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 2 Fév - 14:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

Gabrielle Tessier
Agent Ténébreux

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
La spontanéité et la douceur de Marishka laissèrent naître un sourire sur les lèvres de Gabrielle et une chaleur au fond d’elle. Elle nota mentalement de transmettre les adresses de ces associations à la jeune femme dès qu’elle serait rentrée chez elle... Puis réalisa rapidement que cela signifiait probablement entrer en contact avec Mikhaïl et une détresse s’installa dans le creux de son cœur. Avait-elle réellement le droit de s’imposer à lui ? C’était égoïste, probablement cruel. Tout était tellement compliqué. Une voix mesquine, au fond de son esprit, lui murmura qu’il aurait été bien plus simple de ne pas croiser leur route, ou de feindre l’ignorance. Une autre lui rétorqua aussitôt que ça n’aurait pas été plus simple pour autant ; Elle savait les sentiments qui animaient le Russe alors comment croire qu’il aurait mieux encaissé qu’elle l’ignore superbement ? Ils étaient dans une impasse. Pour le moment, se convainquit la française. Elle trouverait un moyen d’arranger les choses. D’une manière ou d’une autre.

La discussion pourtant légère prit rapidement des intonations beaucoup plus mélancoliques ; Si Marishka avait mis les pieds dans le plat en parlant de sa mère, Gabrielle comprit qu’elle avait carrément abordé le sujet qu’il ne fallait pas lorsqu’elle vit le visage de son interlocutrice se décomposer. Un silence gêna s’installa et ce fut finalement – et heureusement ! – son frère qui prit la parole pour apporter quelques explications, ce qui permit à la française de couler un regard sur son visage. Elle se sentait bête, coupable aussi. Sa grossesse avait malheureusement décuplé les sentiments positifs et négatifs et elle s’était redécouvert toute une palette d’émotions poussées à leur paroxysme qui la faisaient passer de l’euphorie aux larmes. Mais la honte profonde et inextinguible, voilà quelque chose qu’elle n’avait pas ressenti depuis longtemps. Elle ne reprit la parole qu’au bout de quelques minutes. D’une voix hésitante. Contrite.

« Je suis sincèrement désolée pour votre mari, souffla-t-elle. Je n’ose pas imaginer combien ça a dû être dur. Vous avez toute mon admiration pour avoir réussi à surmonter cette épreuve. »

La situation pour elle n’était pas la même – quoiqu’elle soit effectivement veuve. Gabrielle n’avait jamais aimé son mari, Amélie oui. Mais Amélie était morte au moment où Gabrielle avait appuyé sur la gâchette, emportant la vie du jeune et heureux couple. Avant Mikhaïl, elle ne s’était jamais liée à qui que ce soit... Et elle n’avait pas vraiment besoin d’imaginer le perdre, puisqu’il avait lui-même choisi de mettre ses distances avec elle. La situation serait-elle différente s’il savait qu’il était le père de son enfant ? Le doute saisit la française : elle n’était pas encore certaine de sa décision au sujet de ce dernier. Il avait manifesté le désir de la tenir à l’écart de sa vie – pour des raisons qu’elle ne comprenait que trop bien – et elle craignait que lui imposer une paternité qu’il n’avait pas demandé lui force la main. D’un autre côté, sa souffrance actuelle était indéniable... Encore qu’il ne cherche plus à échapper à son regard et ait même posé sur elle une œillade pleine de bienveillance.

Qu’est-ce qui avait changé ?

« Si j’en ai l’opportunité, pourquoi pas. Ce serait un beau cadeau de la vie. Elle eut un sourire doux. Mais j’ai malheureusement un travail très prenant, que je ne peux pas me permettre de mettre entre parenthèse... »

Et elle ne voulait pas non plus être de ses parents absents qui préfèrent leur carrière à leur progéniture. Un enfant a besoin de ses parents – elle ne le savait que trop bien – et d’une certaine manière, un parent a besoin de son enfant. Sans compter qu’il était très improbable que Mikhaïl ait envie de remettre le couvert un jour... Et que, dans l’immédiat, elle n’imaginait pas que quelqu’un d’autre puisse être le père de ses enfants. L’amour qu’elle lui portait était trop fort.

Bien sûr, ni lui, ni sa sœur, n’avaient la moindre idée de cela.

Finalement, la discussion prit un tout autre tournant, s’allégeant considérablement lorsque Marishka se proposa d’être présente pour elle si la française avait besoin d’aide.

Un sourit ému naquit sur les lèvres de Gabrielle.

Cette femme était vraiment un ange sur Terre.

« C’est vraiment adorable, de votre part. Comment pourrais-je refuser ? Se réjouit-elle. Attendez... »

Comme elle n’avait pas de quoi noter, la française farfouilla quelques instants sortit un crayon de son sac à main et griffonna précipitamment son numéro de téléphone – personnel – sur une serviette en papier qu’elle laissa glisser sur la table.

« Avec ça, vous pourrez me contacter quand vous voulez. Et inversement. Un large sourire ourla ses lèvres. Pour prendre des nouvelles, ou un café, ou ce que vous voulez. »

À dire vrai, côtoyer au civil une femme aussi charmante, aussi facile à vivre, pouvait la changer radicalement de ceux dont elle s’entourait habituellement. Et cette idée lui plaisait étrangement. Mais l’heure de se séparer touchait à sa fin, Gabrielle pouvait le sentir. Désireuse aussi de ne pas importuner la fratrie plus longtemps – et surtout de faire fuir Mikhaïl – la jeune femme jeta finalement un coup d’œil à sa montre, poussa un soupir entendu et se leva.

« Je vais devoir y aller. Merci encore pour tout Marishka, je suis heureuse d’avoir croisé votre route à tous les deux. »

Elle tendit une main chaleureuse à la jeune femme, puis à son frère. Sentir sa peau contre la sienne fit monter une bouffée de chaleur à ses joues et elle se fit violence pour ne pas prolonger le contact.

Gabrielle plongea une dernière fois ses prunelles dans ses sublimes yeux bleus et fit volte-face.


Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas




No one can hide from my sight
power is of two kinds. one is obtained by the fear of punishment and the other by acts of love. but power based on fear of punishment is a more effective and permanent then the one derived from love + aeairiel.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 3 Fév - 11:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Gabrielle avait fait une excellente première impression à Marishka qui ne tarissait pas d'éloges après son départ du petit café. La famille resta attablée quelques instants de plus, laissant le temps à la jeune mère de famille de complimenter la jolie blonde, arguant qu'elle fera sans aucun doute une excellente mère. Mikhaïl se montra aussi peu bavard qu'à l'accoutumée et en finalité, la demoiselle finit par abandonner le sujet pour traîner à nouveau tout le monde dans des magasins de vêtements où ils passèrent une bonne partie de la journée.

Avoir revu Gabrielle l'avait perturbé. Il était à la fois ravi de la revoir et de pouvoir parler avec elle, mais d'un autre côté, la voir partir était toujours aussi pénible. Quoique, cette fois-ci le trentenaire était partagé entre le soulagement et la tristesse. Ne plus la voir avec son ventre arrondi avait un peu soulagé ses peines, mais il n'était pas pour autant ravi qu'elle s'éloigne de lui. Une dualité de sentiments qui n'était pas familière pour lui et qui le laissait dans un état émotionnel plutôt morne.

Il lui fallut quelques temps avant d'oser la recontacter. Il avait dû passer outre la pointe de jalousie qui s'était invitée dans son esprit, oublier la déception de comprendre qu'elle n'avait pas été totalement sincère avec lui, puis se projeter sur l'avenir. Gabrielle était une femme qui méritait d'avoir quelqu'un auprès d'elle et vu qu'il avait été clair sur le fait qu'il ne pourrait pas remplir ce rôle, comment aurait-il pu lui vouloir de trouver quelqu'un ? Quelqu'un qui n'était pas lui ? Il ne pouvait pas. C'est pour cette raison que le slave finit par « emprunter » le numéro de téléphone qu'elle avait confié à Marishka et qui le lui donna avec un sourire en coin, puis il lui expédia un message. Ayant initialement pensé à l'appeler, Mikhaïl avait changé d'avis en songeant qu'il n'était vraiment pas doué pour parler au téléphone. Il préféra donc quelque chose d'écrit et d'aussi neutre que possible, de manière à ce qu'une personne qui tomberait par hasard dessus ne puisse comprendre les sentiments qui l'animaient réellement.

Citation :
Bonjour, j'espère que tout se passe bien pour toi. Je voulais simplement te dire que si tu avais besoin d'aide pour quoi que ce soit, tu pouvais me contacter, je serais content de pouvoir t'assister. Mikhaïl.

Il n'y avait plus de ressentiment dans ses mots, tout simplement parce qu'il n'en éprouvait plus. Difficile d'en vouloir à quelqu'un qu'on aimait sincèrement. Qui plus est, il méritait ce qui lui arrivait et en y repensant, il n'aurait jamais dû laisser ses envies prendre le dessus et se rapprocher autant de Gabrielle. Il l'avait sciemment mise en danger et ce n'était pas digne de ce qu'il ressentait pour elle.

Plein de bonne volonté, le Russe avait tenté de reprendre sa vie aussi normalement que possible. Ses pensées vagabondaient souvent vers la demoiselle, mais il essayait de se contenir et d'y penser moins souvent. Effort relativement inutile, mais tant pis. Il n'eut pas de nouvelles de Gabrielle et se demanda plus d'une fois si elle avait été trop vexée par son comportement lors de leur dernière rencontre, ou si c'était sa manière de prendre de la distance pour lui faire comprendre qu'elle avait commencé sa vie avec un autre. Dans les deux cas, il était fermement décidé à respecter sa décision, aussi lorsqu'elle le contacta quelques semaines plus tard pour l'inviter à passer chez elle, il en fut un peu étonné. Mais cela ne l'empêcha pas d'accepter.

Lorsqu'il se retrouva au pied de son immeuble en fin de journée, le slave se sentit intimidé et parfaitement illégitime. Rien que le hall d'entrée du bâtiment était plus vaste que son studio et ce qui s'y trouvait devait sans doute valoir autant que les meubles de la maison de sa sœur. Une telle opulence l'intimida clairement, sa tenue passée et fatiguée lui semblait plus qu'inadaptée à un tel endroit, mais il s'admonesta pour gagner l'étage où se trouvait le domaine de Gabrielle. Un endroit aussi riche que le reste de l'immeuble bien sûr et même s'il savait qu'elle était fortunée, le constater de ses propres yeux l'étonna plus qu'il ne l'aurait songé. Mikhaïl n'était pas venu les mains vides. Il avait initialement pensé à des fleurs, mais avait changé d'avis en songeant que ce serait sans doute déplacé si son compagnon était présent. Il s'était donc ouvert à Marishka de sa visite chez Gabrielle et lui avait demandé si elle pouvait lui faire les pirojkis que Duality lui avait avoué adorer lors de leur toute première discussion en privé. Peut-être que l'attention lui ferait plaisir ? Surtout si elle était enceinte, l'appétit était toujours exacerbé dans ces moments-là.

Il sonna finalement, puis attendit que quelqu'un vienne ouvrir. C'était elle et le plaisir de la voir prit le dessus alors qu'il lui offrait un sourire sincère. Comme pour éviter de dire une sottise, il leva les mains pour lui présenter le paquet soigneusement fermé qui contenait la cuisine de sa sœur.

« Bonjour, je ne suis pas venu les mains vides, ma sœur t'a préparé quelque chose. Il baissa à nouveau les mains. Est-ce que tout va bien ? »

Il essaya d'ignorer la manière dont son cœur battait la chamade dans sa poitrine, espérant simplement que la jeune femme ne l'entendrait pas de là où elle se trouvait.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 8 Fév - 21:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

Gabrielle Tessier
Agent Ténébreux

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :

Lancer de dé
Réussite : c'est une fille.
Réussite mais en rouge : c'est un garçon.

Un rayon de soleil venait ourler d’or le revers du couffin posé à ses côtés, jetant une ombre sur les draps frais qui couvrait le lit à baldaquin. Un couffin d’osier beige, où on se serait attendu à entendre babiller un nouveau-né mais qui était pourtant parfaitement vide, froid depuis déjà plusieurs heures. Déjà ? Le temps passait vite. Elle n’avait pas pu se résoudre à l’y déposer trop longtemps. Elle n’avait pas pu se résoudre à se séparer de lui, maintenant qu’il était là dans ses bras. Qu’il était là, avec elle. Comment aurait-elle pu le vouloir ? Cette idée lui semblait stupide, saugrenue, maintenant qu’elle posait le regard sur la courbe parfaite de ses minuscules lèvres retroussées, sur la rondeur de ses joues rosies par un demi-sommeil. Sur la cambrure si délicate de ses cils, de ses paupières légèrement fermées. Sur l’arrête de son nez minuscule. Comme il était beau son fils. Leur fils. Un sourire tendre ourlait sa lèvre, paisiblement, tandis qu’elle passait un doigt sur la courbe du visage de son bébé qui geignit doucement en retour.

Tout de la douleur était oubliée. Tout des cris, de l’impression de se déchirer. Tout de l’hémorragie, tout de la brusque perte de connaissance qui avait suivi la délivrance. Elle ne se rappelait que de son premier, de la sensation miraculeuse d’être devenue mère. Aussitôt, toutes ses angoisses s’étaient envolées et elle avait compris que rien au monde ne pourrait lui enlever ce qu’elle était. Rien au monde ne pourrait le lui enlever, lui. Et quels que soient les obstacles, ils finiraient par trouver une solution. Perdue dans ses pensées et dans la contemplation de son enfant, Gabrielle entendit à peine la sonnerie de son appartement. Il ne lui fallut que quelques instants, pourtant, pour réaliser qu’il ne pouvait s’agir que d’une seule personne et son cœur s’emballa aussitôt. D’excitation, évidemment, d’une joie incommensurable aussi. Et un peu de crainte, elle ne pouvait le nier.

À regret, elle déposa le nouveau-né dans son couffin et rabattit sur lui la couverture molletonnée.

Après quoi elle traversa l’appartement à grandes enjambées, s’efforçant de laisser la porte entrouverte pour garder un œil sur lui à tout instant, et alla ouvrir à Mikhaïl. Le plaisir de voir son visage apparaître dans l’encadrement de la porte, de la voir porter sur elle un regard si perçant, si doux, ne fit qu’ajouter à sa détermination. En réalité, cela finit de chasser ses angoisses et d’affirmer sa décision. Alors que l’exaltation d’être mère résonnait dans chacune de ses pensées, elle ne pouvait pas le priver d’être père – pas s’il le désirait en tout cas. Un sourire sincèrement heureux ourla sa lippe, tandis qu’elle cueillait le tupperware entre ses mains.

« Bonjour, merci d’être passé, souffla-t-elle en lui collant une bise sur la joue. Et tu diras merci à ta sœur, c’est très gentil de sa part. »

Après avoir fermé la porte, elle entrouvrit la boîte pour sentir le plat – des pirojkis, oh min dieu – et le déposa sur l’une des dessertes qui ourlaient les murs de son penthouse. Après quoi elle se tourna vers lui, l’observa quelques instants en silence puis lui tendit la main sans lui donner plus d’explications. Il n’y en avait pas de bonnes, de toute façon. Et elle devait se préserver pour les questions qui viendraient immanquablement après... Dans son si magnifique regard, elle voyait se dessiner l’inquiétude. Quoi de plus normal ? Elle avait une tête à faire pâlir un mort. Ses cheveux d’ordinaires sublimés par des soins hors de prix étaient pailleux, rêches et ébouriffés et de larges cernes ourlaient encore ses yeux clairs. Quant à son ventre de grossesse, elle ne l’avait pas encore tout à fait perdu. Elle ressemblait à une femme au bout du rouleau... Et c’était presque le cas.

Elle aurait menti en prétendant ne pas être épuisée. Épuisée mais heureuse.

Et maintenant qu’il était là, elle se sentait enfin complète.

Sans un mot, elle prit la main du russe et l’entraîna doucement dans sa chambre à coucher. Là, elle s’approcha seule du berceau et s’y pencha, récupérant leur bébé avec une délicatesse absolue. Elle le berça quelques instants tout contre elle avant de se tourner vers Mikhaïl et de s’approcher de lui. C’était maintenant que tout se jouait. Un instant unique, suspendu dans le temps. Gabrielle porta le regard sur l’homme qu’elle aimait, s’attarda sur la courbe de son visage, sur le reflet de ses yeux si bleus. C’est à ce moment-là qu’elle fut certaine de son choix.

Une larme de joie brilla au creux de ses prunelles fatiguées et roula sur sa joue.

« Mikhaïl, fit-elle alors avec une infinie tendresse, dans un russe parfait. Je te présente ton fils. »

Le nouveau-né ouvrit les yeux, dévoilant des prunelles d’un bleu saisissant. D’un bleu glacial.
 
Revenir en haut Aller en bas




No one can hide from my sight
power is of two kinds. one is obtained by the fear of punishment and the other by acts of love. but power based on fear of punishment is a more effective and permanent then the one derived from love + aeairiel.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 8 Fév - 21:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6197
ϟ Nombre de Messages RP : 5796
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6197
ϟ Nombre de Messages RP : 5796
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Gabrielle Tessier' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Echec
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 8 Fév - 23:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
En scrutant son visage, Mikhaïl remarqua aussitôt son visage fatigué, ses traits tirés, ses cheveux en bataille, mais elle avait l'air... Heureuse ? Ravie. Quelque chose de réjouissant se dégageait d'elle, même si le slave n'arrivait pas vraiment à identifier ce que c'était. Machinalement, le trentenaire esquissa un sourire à son tour, l'observant d'un air à la fois étonné et un peu intrigué.

Il hocha la tête à sa réponse avant de la suivre dans l'appartement où elle souleva le couvercle de la boîte. Les prunelles du slave se détournèrent brièvement de la silhouette de la jeune femme pour se promener sur les environs. L'appartement était aussi luxueux que le reste de l'immeuble et il se sentait un peu mal à l'aise, mais dès que ses prunelles se reportèrent sur Gabrielle, tous ses sentiments négatifs s'envolèrent. Il avait sans doute volontairement, bien qu'inconsciemment, évité de laisser ses yeux se poser sur son ventre arrondi. Même s'il avait accepté l'idée qu'elle ne serait jamais « sienne », il n'était pas masochiste au point de s'infliger cette vision. Mais pourtant... Quelque chose le poussa à baisser les yeux et il fut surpris de voir que son ventre avait grandement diminué ! Pourtant, elle aurait dû avoir encore grossi depuis la fois dernière.

Alors qu'il s'interrogeait silencieusement, Mikhaïl fut tiré de ses pensées par la main de Gabrielle qui touchait la sienne, puis la saisissait. Il ne se débattit pas et ne chercha pas à s'en libérer, au contraire. Comme elle l'entraîna finalement derrière elle, le trentenaire se laissa faire, se demandant ce qu'elle pouvait bien avoir derrière la tête. Avait-elle besoin de lui pour monter un meuble ? Pour peindre quelque chose ? Dans ce cas, pourquoi ne pas parler ? Pourquoi rester silencieuse ? Pourquoi agir aussi... Étrangement ? Les questions se multipliaient alors qu'il sentait l'anxiété s'installer tout doucement, mais en parallèle, il ne pouvait pas s'empêcher de se sentir pressé de savoir ce qui l'attendait là-bas.

Ils arrivèrent finalement dans la chambre et, aussi bizarre que cela puisse paraître, il ne songea pas une seule seconde au fait qu'elle puisse avoir une idée salace derrière la tête. Mikhaïl la croyait toujours en couple, toujours enceinte de l'homme qu'elle aimait, pourquoi aurait-elle voulu briser tout ça ? Gabrielle relâcha sa main et s'approcha d'un berceau qui lui sembla particulièrement incongru dans ce décor. Comment était-ce possible ? Elle avait déjà accouché ? Mais elle n'en était qu'à la moitié de sa grossesse ! Une vague d'inquiétude le submergea alors qu'il se demandait si elle avait eu des complications et si le bébé allait mal, mais les mots refusaient de sortir de sa bouche alors qu'il la voyait se pencher sur le berceau, prendre le nouveau-né dans les bras, puis se retourner vers lui et approcher. Ses prunelles restèrent un instant fixé sur le visage de la demoiselle avant de se glisser jusqu'au bébé. Non, il était en parfaite santé de ce qu'il voyait, il avait un beau teint, les joues potelées et il bougeait. Son souffle s'était suspendu, bien qu'il ne sache pas trop pour quelle raison.... Son regard refusait de se détourner de la petite forme qui s'agitait doucement.... Puis il y eut les mots qu'elle prononça. Ils résonnèrent étrangement à ses oreilles. Son fils ? Sur le moment, Mikhaïl ne se posa aucune question. Si elle le disait, c'était forcément vrai. Pourquoi mentirait-elle ? Quelque chose en lui refusait d'y croire, peut-être par logique, mais plus probablement par peur.

« Mon fils ? »

Ses yeux quittèrent enfin la silhouette du bébé, comme à regrets, puis se posèrent sur le visage de Gabrielle. Il était... Perdu. La joie se disputait à la peur, les expressions alternaient entre elles alors qu'il pensait à tout ce que cela pouvait signifier. Il avait refusé d'avoir une famille, parce qu'il la mettrait en danger, parce qu'il ne pouvait pas infliger ça à quelqu'un... Mais pourtant... Pourtant, la joie le submergeait aussi. Il aimait Gabrielle et même s'il venait juste de découvrir cet enfant, il ne pouvait pas s'empêcher de l'aimer au premier coup d’œil. Marishka avait toujours prétendu qu'elle avait aimé ses enfants dès la première seconde et il avait eu du mal à la croire... Mais c'était vrai pourtant !

Son expression d'incompréhension et de surprise céda finalement le pas à une joie pure. Un sourire s'étala sur ses lèvres tandis que son regard se reposait sur le visage du nouveau-né, ses yeux si clairs et son joli visage poupin. Son cœur s'était accéléré comme jamais tandis qu'une petite boule se formait dans sa gorge. Son fils les mots résonnaient à ses oreilles et il avait l'impression de vivre un rêve éveillé. Comment pourrait-il ne pas ressentir tout cela alors que la femme qu'il aimait plus que tout venait de lui dire que leur amour avait pris vie dans ce petit être ? Il s'était toujours refusé la joie d'être père, mais pourtant dieu savait qu'il en rêvait souvent... Et d'autant plus maintenant qu'une femme bien précise hantait régulièrement ses pensées. Il aurait aimé que ce moment s'éternise à tout jamais, que ces sentiments positifs se gravent à tout jamais dans sa peau et qu'ils ne soient plus que tous les trois....

Mais les questions arrivèrent. Si c'était lui le père, s'il n'y avait aucun autre homme dans sa vie, comment pouvait-elle avoir accouché d'un enfant en plein forme et visiblement arrivé à terme ? C'était tout simplement impossible ! Alors, même si tout son cœur lui disait qu'elle ne mentait pas et même s'il était convaincu que cet enfant était le sien, il avait besoin de comprendre. Mais pas seulement. Une autre question, douloureuse, lui serrait le cœur. Il choisit de commencer par la moins désagréable.

« Mais, comment ? Je veux dire... les dates... Il secoua légèrement la tête, ne parvenant toujours pas à détourner son regard de l'enfant. Ce n'est tout bonnement pas possible. »

Pourtant, tout dans son ton et son attitude montrait qu'il était certain qu'elle disait la vérité. Il y avait certaines choses qui ne se commandaient pas. Au fond de lui, le Russe avait toujours rêvé d'avoir une famille. Oh, dans un monde idéal, il aurait épousé Gabrielle avant qu'ils n'aient une ribambelle d'enfants, mais ils étaient dans la réalité et même s'il savait que la peur de les voir souffrir de ses erreurs allait le submerger plus tard, à cet instant précis il ne ressentait qu'une profonde joie qui se voyait au sourire qui ourlait ses lèvres.

Il subsistait toutefois une question qu'il devait aborder. Humectant ses lèvres, son sourire s'envola légèrement alors qu'il s'efforçait de calmer les battements de son cœur. Elle ne lui avait pas dit avant, l'aurait-elle fait s'il ne l'avait pas recontactée ? Sans doute voulait-elle le tenir éloigné d'eux, mais se montrait-elle polie en lui présentant son enfant. Son enfant, ce mot sonnait si étrangement ! Évitant toujours le regard de la belle, il reprit la parole d'un ton qu'il s'efforçait de rendre neutre, mais qui était teinté d'une sourde inquiétude.

« Qu'est-ce que... Qu'est-ce que tu attends de moi ? Que je disparaisse ? Que je vous laisse tranquilles ? »

Il ne lui semblait pas envisageable qu'elle puisse vouloir le laisser se mêler à leurs vies, pas après ce qu'il avait pu faire et après lui avoir avoué les dangers qui pesait sur elle. D'un côté, le Russe la remercierait de faire ce qu'il se sentait incapable de faire, mais d'un autre côté, la simple perspective de les perdre tous les deux lui broyait littéralement le cœur. Toujours cette dualité sentimentale qui le tiraillait depuis sa rencontre avec elle. Son cœur se serra douloureusement, une peur qu'il n'avait encore jamais connue le lui broyait littéralement. Il ne pourrait pas vivre avec l'idée qu'un petit être de sa chair et de son sang vivait quelque part, avec la femme qu'il aimait, mais qu'il ne pouvait ni les voir, ni les approcher. Une vague d'angoisse le submergea alors qu'il baissa rapidement les yeux, voulant éviter que Gabrielle ne devine les pensées qui s'agitaient dans son esprit à ce moment. Elle devait prendre sa décision pour leur bien à tous les deux et peu importait qu'il en souffre ou non. Ce serait un petit prix à payer pour leur sécurité à eux. Et ce serait sans doute le seul geste d'amour qu'il pourrait faire pour eux.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 13 Fév - 15:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

Gabrielle Tessier
Agent Ténébreux

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Gabrielle réalisa qu’elle avait attendu longtemps que vienne cet instant. Cet instant perdu dans la réalité cruelle qu’était leur vie. Ces quelques secondes suspendues dans le temps et l’espace, où rien ne comptait sinon eux deux. Eux trois. Un sourire ému ourla ses lèvres et une larme de joie roula sur sa joue, qu’elle essuya rapidement avant que Mikhaïl ne coule un regard sur elle. Elle comprit qu’elle allait devoir se fendre d’explications en plongeant son regard dans le sien, si bleu. Si perdu. La jeune femme s’assit sur le lit à baldaquin et tapota doucement le matelas près d’elle pour l’inviter à s’asseoir. Elle avait passé la matinée à réfléchir à la façon dont elle allait pouvoir lui faire comprendre comment ils en étaient arrivés là. Tout était très clair dans son esprit – s’il coopérait.

« Tu as beaucoup de questions et je les comprends. Viens près de moi. »

Elle se décala pour lui faire de la place, coula un regard sur le visage de son fils, sur sa bouche entrouverte et sur ses yeux qui papillonnaient doucement. Ils étaient beaux, tous les deux.

« C’est ton fils, asséna-t-elle avec douceur tout près de son oreille. Tu peux procéder à des analyses génétiques pour en avoir le cœur net mais je sais qu’au fond de toi, tu en es convaincu. »

Il n’y avait qu’à voir l’amour dans ses yeux pour comprendre qu’il ne doutait pas une seconde que l’enfant entre ses bras était sien. Le doute qui l’avait saisi résultait logiquement d’une incompréhension légitime ; comment expliquer qu’il tenait un enfant en bonne santé entre ses mains alors qu’il avait croisé sa mère à peine un mois auparavant et qu’elle ne semblait pas être à plus de quelques mois de grossesse ? Elle ne pouvait pas le blâmer de mettre ses paroles en doute. À sa place aussi, elle aurait douté. Ne tenait qu’à elle de lui faire admettre la vérité. Après un instant, elle reprit la parole :

« Ceux pour qui je travaille... Gabrielle n’aimait pas mentionner SHADOW, mais il devait comprendre. Ils ont des moyens d’accélérer ce genre de choses. Des procédés que l’éthique réprouve, qui ne seraient jamais validés par un comité scientifique, mais des procédés qui fonctionnent. Ma grossesse a duré trois mois au lieu de neuf. C’était dur. » Avoua-t-elle.

Très dur. Entre la frustration de ne pas sentir son enfant grandir en elle et la fatigue qui s’accumulait, la française avait bien cru ne pas pouvoir aller au terme. Les derniers mois avaient été les plus terribles, puisqu’elle les avait passés affaiblie au point de ne pas pouvoir se lever, et cela se voyait. Elle était au bout du rouleau physiquement parlant, la peau terne et amaigrie. Elle n’avait jamais réussi à apporter suffisamment de calorie à son enfant alors il avait commencé à puiser dans ses ressources à elle, de façon anarchique, vampirisant son énergie au-delà des limites raisonnables. Un sacrifice qu’elle avait été tout à fait consentie à faire. Elle ne pouvait pas s’empêcher de penser que sans Tlazolteotl, elle y serait certainement passée pendant l’accouchement.

Peut-être lui expliquerait-elle, un jour. Mais ils avaient des préoccupations plus urgentes. Les craintes de Mikhaïl venaient de ressurgir à flots et elle se devait de le rasséréner.

« Je n’attends rien de toi, mon amour, dit-elle avec la plus grande tendresse du monde en passant sa main sur la courbe de son visage. Pour que tu comprennes, je dois remonter à notre dernière rencontre... Non, celle d’avant, précisa-t-elle. Elle marqua une pause. Tu avais exprimé le souhait de mettre de la distance entre nous, parce que tu sentais une menace peser sur toi et que tu ne voulais pas prendre le risque que je m’y retrouve mêlé. Je l’ai compris. »

Elle ne précisa pas qu’elle avait eu du mal à l’accepter. Ce n’était pas le propos, même si c’était effectivement la source de tous les questionnements qui avaient découlé de sa grossesse.

« Quand j’ai appris que j’étais enceinte, j’ai décidé de te le cacher. Elle poussa un soupir désolé. Je ne voulais pas que tu te sentes obligé d’être présent pour lui, tiraillé entre la peur de nous mettre en danger et le devoir d’être un père. À ce moment, c’était ce que je pensais être la meilleure solution. J’aurais prétendu avoir adopté cet enfant et tout serait rentré dans l’ordre. »

Rentré dans l’ordre pour eux, évidemment. La dernière chose qu’elle avait voulu, c’est qu’il la croit avec un autre homme. Qu’il pense qu’elle n’avait pas été honnête avec lui. Et puis quelle richissime excentrique ne le faisait pas, adopter un enfant ? Oh, tut aurait été si simple. Malheureusement, les choses ne devaient pas être aussi simples. Rien n’était jamais simple. Elle commençait à le comprendre.

« Ce que je n’avais pas prévu, c’est de croiser ta route dans une ville aussi immense que Star City. Elle pinça les lèvres, ferma les yeux. Voir la douleur sur ton visage a été l’une des expériences les plus difficiles de ma vie, et je ne m’émeus pas souvent, précisa-t-elle comme si ce n’était pas évident. C’est dire à quel point tu comptes pour moi. Elle eut un sourire tendre. C’est à cet instant que j’ai compris que je ne pouvais pas t’enlever le bonheur d’être père. Je n'en avais pas le droit. »

Et maintenant qu’elle posait le regard sur son visage, elle comprenait qu’elle avait pris la bonne décision. Elle en venait finalement, doucement à sa question. Que devait-il faire ? Malheureusement pour lui, Gabrielle n’avait pas la réponse. Elle ne pouvait pas la lui apporter. C’était à lui de prendre cette décision même si elle n’aurait pas osé imaginer combien cela allait être difficile pour lui.

« Je te laisse le choix, déclara-t-elle simplement. Si tu décides qu’il est plus prudent de n’avoir aucun contact avec lui, avec nous, je le comprendrai. J’ai suffisamment d’argent pour l’élever seule. Elle marqua une pause. Mais si tu décides que tu veux t’impliquer auprès de lui, j’en serais plus qu’heureuse. »

Elle aurait pu lui apporter des arguments pour le convaincre qu’avec elle pour mère, leur fils ne risquait rien ou presque. Elle aurait pu lui dire que quelle que soit la menace qui pesait sur eux, ils pouvaient faire front ensembles. Mais Gabrielle ne voulait pas l’influencer de quelque manière que ce soit... Elle voulait qu’il fasse ce choix en son âme et conscience.

Elle ne voulait pas qu’il ait quoique ce soit à regretter la concernant ou concernant leur enfant.
 
Revenir en haut Aller en bas




No one can hide from my sight
power is of two kinds. one is obtained by the fear of punishment and the other by acts of love. but power based on fear of punishment is a more effective and permanent then the one derived from love + aeairiel.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 13 Fév - 17:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 1983
ϟ Nombre de Messages RP : 631
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire, un enfant
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Il n'hésita pas une seule seconde lorsqu'elle lui fit signe pour qu'il la rejoigne et se glissa à ses côtés avant de tourner la tête vers elle, attentif au moindre de ses mots. Oui, il avait énormément de questions, mais elles n'étaient pas toutes de cette nature. Ses prunelles la détaillèrent et il fut une fois de plus surpris, voire inquiet de sa maigreur et de sa pâleur. Maintenant qu'il savait pour l'enfant, il se sentait coupable. Il n'avait pas été là pour l'aider, pour la soutenir. Elle avait dû traverser cet épisode toute seule, ce n'était pas normal. Aucune femme ne devrait se débrouiller seule, encore moins dans cette situation-là.

Il intima finalement le silence à ses doutes, se concentrant sur ce qu'elle expliquait, sur les mots qu'elle lui avait réservé durant tout ce temps. Un sourire d'approbation ourla rapidement ses lèvres alors que Gabrielle souligna qu'il savait déjà que cet enfant était le sien. Bien sûr. Pourquoi en douter ? Mikhaïl la savait sincère, elle ne lui avait pas menti sur ses sentiments pour lui, alors pourquoi le ferait-il pour sa paternité ? Toutefois, son insouciance ne dura pas longtemps : bientôt, il sentit la peur et une pointe de colère naître dans son esprit alors que la jeune femme lui avouait qu'elle avait beaucoup souffert des procédés du groupe auquel elle appartenait. Comment avaient-ils pu l'obliger à faire ça ? Il avait du mal à concevoir que l'on puisse obliger quelqu'un à accélérer ainsi sa grossesse, mais c'était sans doute pour le profit. Enceinte, elle ne pouvait pas travailler, voilà la vérité.

Mettant en sourdine sa colère, le slave l'écouta attentivement alors qu'elle poursuivait ses explications, somme toute logique d'ailleurs. Il comprenait son silence, tout comme il réalisa qu'elle avait dû se sentir au plus mal en le voyant se comporter avec distance et méfiance lors de leur dernière rencontre. Mais comment aurait-il pu savoir ? Certes, ce n'était pas une excuse, mais tout de même. Mikhaïl attendit jusqu'au dernier mot avant de briser son silence. Les sentiments qui l'habitaient étaient si nombreux et emmêlés qu'il ne savait plus vraiment ce qu'il ressentait précisément. Mais il y avait une chose qui était certaine : il n'avait jamais été aussi malheureux qu'en la pensant avec un autre... Et jamais aussi heureux qu'en comprenant que cet enfant était le sien.

« Il y a une grosse différence entre ce que je pense être bon pour vous deux et ce que j'ai envie de faire. Il eut un léger soupir. Si j'écoutais ma prudence, j'aurais définitivement coupé les ponts ce fameux soir et rien de tout ça ne serait arrivé. Mais je ne l'ai pas fait et je ne le regrette pas. Un sourire sincère et affectueux ourla ses lèvres. Je sais que tu n'es pas croyante, mais je ne peux pas m'empêcher de me dire que c'est un signe. J'ai toujours voulu avoir des enfants, mais je pensais que ma vie ne le permettait pas. Je pensais aussi que je ne tomberais jamais amoureux et pourtant, c'est arrivé. Je crois que ce n'est pas un hasard si je t'ai fixé rendez-vous ce soir-là et je crois que ce n'est pas un hasard non plus qu'il soit né. »

Elle trouverait peut-être que c'était exagéré de comparer la naissance de cet enfant à un signe du divin, mais le Russe en était intimement persuadé. Comment aurait-il pu en être autrement ? Il l'aimait, ils s'étaient autorisé un moment d'oubli, rien qu'à eux, puis un enfant était né. Ajoutez à cela que le destin les avait mis tous les deux sur la même route au moment où elle songeait à garder sa grossesse secrète et vous aviez une raison supplémentaire de croire en cette hypothèse. Mikhaïl y croyait en tous les cas. Ses prunelles claires détaillèrent encore une fois le visage de la jeune femme tandis qu'il essayait de graver chaque détail dans son esprit. Leurs rencontres étaient si espacées à chaque fois, il avait l'impression de ne jamais en avoir assez lorsqu'ils se revoyaient. Il détourna finalement les yeux vers l'enfant.

« J'ai dit que je voulais que nous restions éloignés parce que j'avais peur pour toi. C'est encore le cas, plus que jamais d'ailleurs, mais je sais que tu sais te défendre. Je sais aussi que je n'ai pas le droit de décider nous nous trois. Sa main se glissa sur celle de la jeune femme. Si tu me dis que tu es capable de vous protéger tous les deux, je te fais confiance. »

Ce qui lui permettrait peut-être enfin d'accepter qu'il avait le droit de passer du temps avec les gens qu'il aimait. Car maintenant, Gabrielle n'était plus simplement la femme qu'il aimait, elle était aussi la mère de son enfant, c'était un lien immuable et profond que rien ni personne ne pourrait briser. C'était sa famille, tout simplement, il n'avait pas le droit de les rejeter et il n'en éprouvait pas le désir de toute manière. Son regard se posa à nouveau sur le visage de la demoiselle, brillant d'un amour évident.

« Je veux être ici pour lui. Pour vous. Je suis désolé de t'avoir laissée seule durant cette épreuve, j'aurais dû être là, j'aurais dû t'aider. Il eut un soupir navré, serrant doucement sa main. Je veux que tu saches que je suis là maintenant. Dis-moi ce que je peux faire pour vous aider. Ce serait maigre comparé à ce qu'elle avait supporté, mais il comptait se rattraper. Tu es épuisée, ça se voit, tu as besoin de repos. Est-ce que tout va bien pour toi ? »

Il n'osa pas lui demander si elle avait fait vérifier sa santé. Ses gestes d'inquiétude pourraient être perçus comme une volonté de le contrôler et il refusait de lui donner cette impression. Sa main quitta finalement celle de la demoiselle pour se glisser autour de sa taille fine, ce qui lui permit d'ailleurs de constater qu'elle avait vraiment beaucoup minci. S'en était presque effrayant. Un léger soupir lui échappa tandis qu'il songea à ce qu'il devait aborder à présent : des détails techniques qu'il trouvait plus que secondaires, mais qui devaient être réglés s'ils voulaient que les choses se passent bien. Aussi bien que possible du moins.

« Mais comment vas-tu faire ? Tu es... Tu es quelqu'un. Il eut un sourire, il ne trouvait pas de mot plus adapté pour exprimer ce qu'il voulait dire. Ce sera certainement plus simple qu'il ne soit connu que comme ton fils. Il réussira mieux dans la vie. »

Ses joues rosirent. Il avait du mal à penser qu'elle puisse vouloir être assimilé à un simple et banal immigré qui n'avait même pas la nationalité américaine. Et il en allait de même pour leur fils, il s'en sortirait bien mieux en étant simplement « le fils de Gabrielle Tessier » qu'en étant celui d'un homme qui n'était pas franchement un exemple. Bien sûr, l'idée lui était particulièrement désagréable, mais il avait conscience de son rang, de sa place dans la société et s'il pouvait aider sa famille en étant invisible, il l'accepterait sans hésiter. Mikhaïl espérait simplement qu'elle ne s'imaginerait pas qu'il était en train d'essayer d'échapper à ses « obligations » ! Mais, si elle le connaissait un minimum, elle comprendrait rapidement quelles étaient ses motivations. Il n'avait jamais reculé, même lorsque les choses se compliquaient entre eux, pourquoi le ferait-il aujourd'hui ?

De toute manière, ce n'était qu'une question de papier. Il savait qu'elle l'aimait et qu'elle lui accordait le droit de se mêler de leurs vies, c'était tout ce qu'il avait besoin de savoir. Le reste n'était que secondaire. Il avait bien compris qu'ils ne formeraient jamais une famille « normale » et même s'il l'aurait souhaité, le slave s'adapterait aux choix de Gabrielle. Du moment qu'elle était heureuse, c'était tout ce qu'il demandait.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 3 Mar - 11:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

Gabrielle Tessier
Agent Ténébreux

Personnage
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse 200413022418620142

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 636
ϟ Nombre de Messages RP : 211
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Crédits : Neverland
ϟ Doublons : Natalia, Andrea, Solveig
ϟ Âge du Personnage : 31 ans
ϟ Statut : Veuve, un enfant
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard moqueur. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Gabrielle avait fini de parler et elle avait attendu que son compagnon digère les informations, les explications dont elle venait de l’abreuver. Méthodiquement, elle avait levé le voile sur des mois de demi-mensonges, sur des expériences douloureuses dont ils auraient sûrement préféré se passer l’un comme l’autre, sur leur solitude à tous les deux, exacerbée par la douleur d’être séparés. Mais le moment était maintenant venu de crever l’abcès, de vider son sac. Maintenant qu’elle se trouvait face à son mutisme, la jeune femme craignait la réaction de Mikhaïl. Une fois passé le choc de sa paternité, toutes les angoisses reviendraient à flots, la responsabilité lui tomberait dessus... Comment réagirait-il ? Lui en voudrait-il de lui imposer ce choix ? Quelque chose, une voix au fond d’elle, lui disait que non : son amour pour elle était sincère, le regard éperdu qu’il lançait à son enfant n’était pas vain. Tout irait bien, tant qu’ils feraient front ensembles.

Finalement, après un moment, il prit la parole. Et comme il l’avait fait pour elle, la française ne l’interrompit pas, se contentant de ponctuer ce qu’il disait de sourires attendris et d’acquiescements silencieux. La naissance de leur fils était, effectivement, un miracle ; Gabrielle ne partageait pas la ferveur de son compagnon, mais elle ne pouvait s’empêcher de croire que tout était dans l’ordre naturel des choses et que rien de tout ça n’était arrivé par hasard. Que deux individus comme eux se trouvent, qu’ils nouent une relation en dépit de leurs allégeances, que quelque chose de plus fort se développe. Qu’ils partagent le temps d’une nuit la passion qui les anime. Qu’il en résulte une grossesse. Qu’elle survive à sa grossesse. Tout était tellement improbable, irréaliste. Et pourtant ils se tenaient silencieusement l’un contre l’autre. Et pourtant il tenait leur fils entre ses bras.

Comment ne pas y croire ? Elle serra la main qu’il posait sur la sienne.

« Je le suis, affirma-t-elle avant de préciser : nous le sommes. »

Un sourire radieux ourla sa lippe tandis qu’elle glissait un doigt sur la joue ronde de son fils. Si eux, deux assassins d’élite surentraînés, n’en étaient pas capables, qui le serait ? Bien sûr ils avaient affaire à des menaces qui dépassaient l’entendement... Mais ils pouvaient aussi compter sur le soutien de leurs proches, des proches qui, pour la plupart, faisaient partie de leur univers. Cet enfant serait le bébé le mieux protégé du monde.

« Ne t’excuse pas, susurra-t-elle en se penchant pour déposer un baiser sur sa joue. Comment aurais-tu pu savoir ? Tout portait à croire que je voyais quelqu’un d’autre, tu n’aurais pas pu penser autrement. Et je ne t’ai pas dissuadé de le faire. Je suis la seule fautive. »

Mais tout semblait si loin désormais, qu’elle avait presque l’impression de l’avoir rêvé. Maintenant qu’il était là, avec eux, et qu’il n’y avait plus le moindre doute sur sa paternité. Ils pouvaient enfin mettre tout ça derrière eux et se consacrer à la construction et à la protection de leur famille. Bien sûr, cela allait impliquer de jongler entre ses devoirs familiaux et ses obligations vis-à-vis de SHADOW et il en allait de même pour son compagnon. Mais c’était à sa portée. Son père ne l’avait-il pas fait, avant elle ? Si, et il était bien plus seul qu’elle ne l’était actuellement.

Déjà, parce qu’il était là, avec elle.

Son cœur se gonfla de joie lorsqu’elle réalisa qu’il était prêt à s’impliquer dans l’éducation de leur enfant et elle ne put empêcher de laisser un sourire ému éclore sur son visage. Et de grosses larmes rouler le long de ses joues. Elle était à fleur de peau, c’était évident. Même Mikhaïl l’avait remarqué, quoiqu’elle n’ait pas franchement cherché à le lui cacher.

« Un peu de sommeil ne me ferait pas de mal je pense, soupira-t-elle. Le travail a commencé hier à en début de soirée et je n’ai pas fermé l’œil depuis. Je n’ai pas pu. »

L’idée même de détacher les yeux de son enfant lui était intolérable, même si on lui avait proposé de garder un œil sur lui le temps qu’elle se repose. Bien sûr, elle savait qu’elle ne pourrait pas continuer à ce rythme éternellement et maintenant qu’il était là, et qu’il lui proposait son aide, elle ne voyait pas de raisons de refuser. Personne n’était plus à même de veiller sur leur fils que Mikhaïl.

Bien sûr, avant cela ils avaient encore quelques questions à régler.

Des questions auxquelles elle avait déjà réfléchi, mais dont elle n’avait pas été certaine de la réponse puisque, jusqu’à peu, elle n’avait pas été convaincue de sa volonté d’assumer son rôle de père. Maintenant qu’elle le voyait, elle se demandait comment elle avait pu en douter ne serait-ce qu’une seule seconde. Un petit rire s’insinua d’entre ses lèvres.

« Quel que soit son nom, il restera le fils de Gabrielle Tessier, mon amour, souffla-t-elle tendrement. Contrairement à ma mère, je ne suis pas assez connue pour faire la une des tabloïds ou qu’on exhume mon passé et mes relations. Et c'est tant mieux. On en parlera peut-être un peu, mais ça se tassera vite. Elle marqua une pause de quelques instants. La vraie question c’est comment tu vas pouvoir l’annoncer à ta sœur ? Si tu comptes le faire, bien sûr. »

Difficile d’imaginer lui cacher une chose pareille, mais la jeune femme ne voulait pas lui mettre le couteau sous la gorge ; S’il choisissait de cacher sa paternité à Marishka, elle s’en tiendrait à sa version des faits... Cela dit, elle aurait sûrement préféré l’apprendre de la bouche de son frère que dans la presse people mais là encore, le choix lui revenait.

« Comment voudrais-tu qu’on l’appelle ? Demanda-t-elle de but en blanc en coulant un regard fondant d’amour sur le russe. J’ai pensé lui donner le nom de mon père, en second prénom. Mais pour le premier... J’aimerais qu’on le choisisse ensembles. » Annonça-t-elle finalement.

Leur première grande décision en tant que parents. Elle en était émue.
 
Revenir en haut Aller en bas




No one can hide from my sight
power is of two kinds. one is obtained by the fear of punishment and the other by acts of love. but power based on fear of punishment is a more effective and permanent then the one derived from love + aeairiel.

 
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Categorie_6Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Categorie_8


Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Categorie_1Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Categorie_2_bisLe bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Categorie_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Categorie_6Le bonheur parfait est quelque chose de très proche de la tristesse Categorie_8

Sauter vers: