Le coeur de la meute (France) Bouton_vote
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Le coeur de la meute (France) Categorie2_1Le coeur de la meute (France) Categorie2_2bisLe coeur de la meute (France) Categorie2_3
 

Le coeur de la meute (France)

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 16 Déc 2019 - 21:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Sergent de l'UNISON
Sergent de l'UNISON

Lawrence Chastel
Sergent de l'UNISON

Personnage
Sergent Chastel
ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 342
ϟ Nombre de Messages RP : 225
ϟ Célébrité : Cillian Murphy
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Abigaïl Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 39 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices


ϟ Pouvoirs : - Lycanthropie
- Force primale III (40T)
- Réflexes bestiaux III
- Flair aiguisé II
- Ouïe aiguisée
- Nyctalopie
- Régénération V
- Endurance bestiale V
- Abomination
- Vigueur surnaturelle
- Bête intérieure
- Sombre Course
- Bond
- Pas de loup
- Hurlement de Terreur
- Meneur de loups
- Aura du lycanthrope
ϟ Liens Rapides : Première lune
La Meute
Chasses nocturnes
Livre de la Bête
Joueur
Sergent Chastel
ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 342
ϟ Nombre de Messages RP : 225
ϟ Célébrité : Cillian Murphy
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Abigaïl Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 39 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices


ϟ Pouvoirs : - Lycanthropie
- Force primale III (40T)
- Réflexes bestiaux III
- Flair aiguisé II
- Ouïe aiguisée
- Nyctalopie
- Régénération V
- Endurance bestiale V
- Abomination
- Vigueur surnaturelle
- Bête intérieure
- Sombre Course
- Bond
- Pas de loup
- Hurlement de Terreur
- Meneur de loups
- Aura du lycanthrope
ϟ Liens Rapides : Première lune
La Meute
Chasses nocturnes
Livre de la Bête
La France avait toujours eu une saveur particulière pour Lawrence. Même s’il était né en Angleterre, même s’il avait grandi dans les forêts d’Essex et s’était découvert à Londres, il y avait toujours eu quelque chose de différent de l’autre côté de la Manche. Pendant longtemps il avait pensé qu’il ne s’agissait que de nostalgie. Les souvenirs qu’il avait de ses premières années à Paris, en tant qu’agent de l’UNISON et du projet Hermès étaient parmi les meilleurs de sa vie. Pour la première fois de son existence, sa double nature s’était révélée être un avantage plutôt qu’un inconvénient. Il savait maintenant, après la nuit qu’il avait passé dans la Forêt de Watson, après cette nuit fatidique, qu’il s’agissait de quelque chose d’autre, de quelque chose de plus profond.

Samir l’attendait à la sortie de l’aéroport. Le français le salua chaleureusement et Lawrence se surprit lui-même à afficher un sourire sincère.

« Sergent, cela fait plaisir de vous revoir. »

« Tu peux m’appeler Lawrence, Samir, je ne suis pas en mission. Je suis en vacances. »

« Vacances. Bien sûr. »

Le sourire de Samir en disait long. Il connaissait bien Lawrence, comme tous les membres de son ancienne équipe. Il savait que le loup-garou ne prenait pas de vacances, à moins que cela ne soit pour aller voir son ex-femme et surtout sa fille. Sauf que ces deux là étaient de l’autre côté de l’Atlantique. D’où venait le loup-garou précisément.

Lawrence était toutefois bel et bien en vacances. Même s’il doutait qu’elles aient quoique ce soit de reposantes. Il avait cumulé de nombreux jours de congés au cours des dernières années. Sans compter les heures supplémentaires. Ses supérieurs n’avaient été que trop heureux de le voir les utiliser enfin. Il avait laissé un message à certains de ses collègues proches. En fait non. Il n’avait laissé un message qu’à Naïma. C’était la seule qu’il imaginait pouvoir s’inquiéter de sa disparition. Il lui avait dit qu’il se rendait quelques temps en France pour des affaires de famille. Pourquoi avait-il pris cette peine ? Il fallait croire que la jeune femme lui était plus chère qu’il ne se l’était imaginé. Alors même que cela en était une autre qui l’avait précipité sur ce chemin.

« Les raisons importent peu, chef, cela fait plaisir de vous voir. J’ai même pu me libérer pour vous servir de chauffeur pour quelques jours. »

« Tu ne veux pas passer tes vacances avec ta famille ? » Lança Lawrence avec un demi-sourire. Il ne se rappelait que trop bien de la femme du français. Qui avait failli le tuer avec la quantité d’épices qu’elle mettait dans tout ce qu’elle précipitait. Le loup n’avait pas apprécié.

« Non. Depuis que vous êtes partis j’ai trouvé un petit poste de bureau. Je vois la famille tous les soirs. Quelques jours à traîner avec vous me fera du bien ! »

« Tu n’enquêtes plus ? »

« Non. » La voix de l’homme s’était faite un peu plus basse. « Sans vous, on en avait plus trop envie. Charlène a été promue sergente, mais elle a rapidement compris que les choses avaient changé. Votre petit… Problème. C’était ce qui nous donnait un avantage, ce petit truc en plus qui nous permettait de toujours nous en sortir. »

Les yeux de Lawrence plongèrent dans ceux de Samir. L’anglais avait décelé quelque chose d’autre dans les paroles de son ancien coéquipier. De la tristesse. De la peur. Mais surtout, du regret.

« Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

« Peu de temps avant votre départ, nous avons été appelés pour intervenir dans les catacombes. Nous avons croisé des goules. Beaucoup de goules. Jamais nous n’en avions vu autant si proche de la surface. A croire que quelque chose les avait délogées. Cela s’est mal terminé. »


Lawrence resta silencieux un instant. Il devinait la suite.

« Elles ont salement amoché Friedrich. Il est retourné à Berlin. Il a perdu l’usage de ses jambes. »

« Saloperie… » Souffla Lawrence.

Ces gens, ses coéquipiers, avaient les premiers à vraiment accepter le loup. A donner à Lawrence l’impression qu’il était utile, qu’il avait une raison d’exister. Est-ce que les choses se seraient passées différemment s’il avait été là ? S’il n’était pas parti à Star City pour tenter d’être un meilleur père pour Christina ? Qu’avait-il seulement accompli aux Etats-Unis ? Il n’avait pas réussi à débusquer les derniers vampires engendrés par Vladislav Markov. Il n’avait pas mis hors d’état de nuire le Convent Noir. Seulement quelques sorcières. L’Antéchrist, sa mère arpentait toujours le monde. Pendant qu’il baisait son petit chaperon rouge, ses amis, ses véritables amis, se faisaient décimer.

« Je suis désolé. »

« Bah, vous y êtes pour rien. C’est sûr, le grand méchant loup aurait pu aider. Mais cela n’aurait pas forcément changé grand-chose. Où est-ce qu’on va boss ? Vous devez avoir sacrément faim, envie de vraie nourriture après toute la merde que vous avez dû manger à New York. »

« Star City. »

« Bah, c’est la même chose. »

« Je meurs de faim, mais nous pourrons manger en route. Nous allons en Lozère. »

Le français se retourna vers Lawrence, interloqué. La valise de ce dernier avait trouvé le chemin du coffre de la voiture et les deux hommes se trouvaient maintenant assis, prêts à démarrer.

« Qu’est-ce que vous allez foutre là-bas ? »

« Disons que j’essaye de remonter mon arbre généalogique. »

Samir plissa les yeux un instant, avant d’ouvrir grand les paupières.

« Non. Vous n’allez pas me dire que… »

« Si Samir, nous allons dans le Gévaudan. »
 
Revenir en haut Aller en bas



Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 24 Déc 2019 - 14:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Sergent de l'UNISON
Sergent de l'UNISON

Lawrence Chastel
Sergent de l'UNISON

Personnage
Sergent Chastel
ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 342
ϟ Nombre de Messages RP : 225
ϟ Célébrité : Cillian Murphy
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Abigaïl Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 39 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices


ϟ Pouvoirs : - Lycanthropie
- Force primale III (40T)
- Réflexes bestiaux III
- Flair aiguisé II
- Ouïe aiguisée
- Nyctalopie
- Régénération V
- Endurance bestiale V
- Abomination
- Vigueur surnaturelle
- Bête intérieure
- Sombre Course
- Bond
- Pas de loup
- Hurlement de Terreur
- Meneur de loups
- Aura du lycanthrope
ϟ Liens Rapides : Première lune
La Meute
Chasses nocturnes
Livre de la Bête
Joueur
Sergent Chastel
ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 342
ϟ Nombre de Messages RP : 225
ϟ Célébrité : Cillian Murphy
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Abigaïl Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 39 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices


ϟ Pouvoirs : - Lycanthropie
- Force primale III (40T)
- Réflexes bestiaux III
- Flair aiguisé II
- Ouïe aiguisée
- Nyctalopie
- Régénération V
- Endurance bestiale V
- Abomination
- Vigueur surnaturelle
- Bête intérieure
- Sombre Course
- Bond
- Pas de loup
- Hurlement de Terreur
- Meneur de loups
- Aura du lycanthrope
ϟ Liens Rapides : Première lune
La Meute
Chasses nocturnes
Livre de la Bête
Prunières était une vision bien étrange après Star City. Le village comptait moins de trois cents habitants, la plupart âgés et qui avaient observé d’un œil mauvais l’arrivée des deux individus. Lawrence n’aurait su dire si de tels regards étaient dus à sa nature et à ce qu’il faisait ressentir à ces pauvres gens ou bien à la couleur de peau de Samir, probablement un peu trop sombre pour ce à quoi ces gens étaient habitués.

Le loup-garou porta son regard sur les bois et les collines avoisinantes. A quelques détails près, il avait l’impression que le vingt et unième siècle n’avait pas encore atteint cette partie là de la France. Il avait l’impression que les quelques maisons étaient recroquevillées les unes avec les autres, comme des moutons apeurés perdus dans les étendues sauvages. Lawrence ferma les yeux et étendit ses sens. C’était l’air le plus pur qu’il avait pu respirer depuis des années. Même lorsqu’il courrait au cœur de la forêt de Watson il n’avait jamais vraiment pu se débarrasser de la puanteur de Star City. Après des heures dans la voiture de Samir, cette bouffée d’air frais était une libération.

« Je nous ai trouvé des chambres dans l’un des hôtels. Clairement, ils ne s’attendaient pas à avoir des clients à cette période de l’année, boss. » Lâcha l’agent de l’UNISON.

Lawrence rouvrit les yeux. Il entendait l’autoroute au loin maintenant. L’illusion était brisée. Pourtant, il ne pouvait ignorer cette exaltation qui l’habitait, comme si les montagnes proches avaient déversé un peu de leurs torrents glacés dans ses veines.

« Cela ne me surprend pas. »

« J’ai utilisé un faux nom. Comme vous me l’avez dit. »

« Mieux vaut être prudent. Jean Chastel n’était pas du coin, mais je doute que son nom soit passé totalement dans l’oubli. »

« Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? »


« Toi rien. Profite du calme. Va visiter. Moi je vais me promener dans les bois. »

« Seul ? »

« Plus ou moins. »

Samir hocha la tête, grave. Sûrement pensait-il que Lawrence faisait référence à sa seconde moitié, à cette bête qui partageait chacun de ses instants. Le loup-garou ne dit rien pour indiquer le contraire. Son regard toutefois ne pouvait se détacher d’une silhouette vaporeuse qui le guidait loin du village, dans les étendues sauvages fragmentées qui l’entouraient.

Les bois l’accueillirent rapidement et avec eux leur myriade de senteurs. L’automne avait été clément et de nombreuses feuilles s’accrochaient encore aux branches des arbres. Lawrence avait laissé de côté son imperméable. Il avait envie de laisser de côté tous ses vêtements. D’abandonner tout ce qui le rattachait à son humanité. Il voulait courir, il voulait chasser, comme lors de cette nuit fatidique en compagnie de son petit chaperon rouge. Son regard était braqué sur la silhouette fantomatique. Quand les esprits de la Forêt de Watson avaient tenté s’en prendre au loup, de se débarrasser de ce prédateur impie qui avait fait fuir leur souverain, le Diable du New Jersey, Lawrence avait poussé un hurlement à nul autre pareil. Celui-ci avait résonné au-delà des limites de la vie et de la mort, au-delà des limites du temps. Une meute que Lawrence n’avait jamais su avoir avait répondu à son appel et sa meute l’avait guidé jusqu’ici.

Il abandonna ses chaussures pour traverser une rivière. Il évita quelques promeneurs qu’il sentit et entendit plusieurs kilomètres avant de les croiser. A un moment, il commença à courir. Ses pieds-nus venaient épouser l’humus forestier sans émettre le moindre bruit. Son souffle glissait en silence de sa bouche. Ses yeux avaient pris une lueur mordorée. Les bêtes s’éloignaient. Lawrence pouvait les entendre qui fuyaient à son approche, comme s’il était une tornade, comme s’il état une force de la nature, un cataclysme qui faisait vibrer leurs instincts. Il sentit son odeur avant de le voir.

Celui-ci ne fuyait pas. Celui-ci n’avait pas peur de lui. Celui-ci lui ressemblait. Plus encore que sa propre mère. Il n’avait pas le sang du Diable dans les veines, mais il avait un loup sous sa peau. Non. Lawrence s’arrêta et posa les yeux sur la créature. L’apparition fantomatique, elle, avait disparu.

Cette bête n’avait pas un loup sous sa peau comme lui. Elle l’arborait fièrement. C’était un gigantesque loup noir, plus gros que n’importe quel représentant de sa race. Mais il y avait autre chose. Une lueur dans son regard. Quelque chose qui le différenciait de l’animal, qui lui donnait une intelligence humaine. Une intelligence vicieuse, habitée d’une faim terrible. Les lèvres de Lawrence se retroussèrent en un rictus sinistre.

Il savait à qui il avait affaire maintenant. Il pouvait le sentir jusque dans ses veines, jusque dans ses chairs. Les poils dans son dos s’hérissèrent. Il avait entendu Betty lui conter ce qu’avait fait l’Antéchrist avec son père. Elle l’avait maudit, elle lui avait donné ce qu’il voulait. Une forme sous laquelle commettre ses crimes. Une forme semblable à celle de ses ancêtres.

« Tu peux rêver pour que je t’appelle papa. » Lâcha Lawrence.
 
Revenir en haut Aller en bas



Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 11 Jan 2020 - 15:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Sergent de l'UNISON
Sergent de l'UNISON

Lawrence Chastel
Sergent de l'UNISON

Personnage
Sergent Chastel
ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 342
ϟ Nombre de Messages RP : 225
ϟ Célébrité : Cillian Murphy
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Abigaïl Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 39 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices


ϟ Pouvoirs : - Lycanthropie
- Force primale III (40T)
- Réflexes bestiaux III
- Flair aiguisé II
- Ouïe aiguisée
- Nyctalopie
- Régénération V
- Endurance bestiale V
- Abomination
- Vigueur surnaturelle
- Bête intérieure
- Sombre Course
- Bond
- Pas de loup
- Hurlement de Terreur
- Meneur de loups
- Aura du lycanthrope
ϟ Liens Rapides : Première lune
La Meute
Chasses nocturnes
Livre de la Bête
Joueur
Sergent Chastel
ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 342
ϟ Nombre de Messages RP : 225
ϟ Célébrité : Cillian Murphy
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Abigaïl Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 39 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices


ϟ Pouvoirs : - Lycanthropie
- Force primale III (40T)
- Réflexes bestiaux III
- Flair aiguisé II
- Ouïe aiguisée
- Nyctalopie
- Régénération V
- Endurance bestiale V
- Abomination
- Vigueur surnaturelle
- Bête intérieure
- Sombre Course
- Bond
- Pas de loup
- Hurlement de Terreur
- Meneur de loups
- Aura du lycanthrope
ϟ Liens Rapides : Première lune
La Meute
Chasses nocturnes
Livre de la Bête
Le temps s’était figé dans la forêt. Les deux bêtes, l’une à l’habit d’homme, l’autre sous forme d’un loup, s’observaient. Les rares oiseaux qui s’étaient attardés dans les bois malgré l’hiver avaient déserté. Même les insectes endormis par le froid s’éveillaient pour creuser plus loin, pour s’éloigner des deux êtres qui se trouvaient au-dessus d’eux et qui se faisaient face. Car aucune de ces deux êtres, n’étaient de simples animaux. Ils étaient des êtres plus sombres, plus noirs, des créatures maudites, qui n’auraient jamais dû exister. Ils étaient des perversions, des affronts faits à l’ordre naturel des choses.

Ils mouraient d’envie de s’étriper l’un l’autre. Lawrence voulait bondir sur le loup noir, laisser ses crocs et ses griffes exprimer tout ce qu’il ressentait et ne plus laisser derrière lui que la carcasse inerte de son père. Toute sa vie, le loup-garou avait cru que son géniteur était mort, qu’il avait été tué par Lady Satan après avoir empli son office. Mais non. Il vivait toujours. Il avait vécu depuis toutes ces années sous forme de loup, dans ces bois. Lawrence le préférait mort.

Le loup noir finit par baisser la tête. Il ne se rendait pas. Loin de là. Il signifiait juste qu’il en avait assez de cet affrontement silencieux. Le père avait envie de tuer le fils, le fils avait envie de tuer le père. Mais aucun des deux ne le ferait et Lawrence savait pourquoi. Parce que même s’ils se haïssaient, même s’ils étaient des inconnus, tant qu’ils existaient tous deux, ils n’étaient plus seuls.

« J’ai fait mes recherches sur toi tu sais. Quand Betty a pris la peine de m’expliquer qui étaient mes parents. Hmm. »

Lawrence fit une pause.

« Tu ne sais même pas qui est Betty je suppose. Tu ne savais probablement même pas que j’existais jusqu’à aujourd’hui. Tu es un loup, un putain de loup. Et j’ai ma petite idée sur qui t’a transformé. »

Les hommes ne devenaient pas des loups par hasard, même quand ils étaient les descendants de la bête du Gévaudan. William Chastel n’avait jamais été un loup-garou. Cela Lawrence en avait été certain. Mais il avait toujours voulu l’être. C’était pour cela qu’il avait inventé son jeu… Son terrible petit jeu. Il ramassait les fugueuses et les prostituées dans la rue grâce à son badge de policier, les habillait de rouge et les laissait lui échapper. Quand ils les rattrapaient… Lawrence ferma les yeux un instant. Lady Satan avait transformé William Chastel en loup. Cela, Lawrence en était convaincu. Mais il ne savait pas s’il s’agissait d’une récompense ou d’une punition.

« Comment est-ce qu’un loup arrive de Londres jusqu’à la Lozère ? Cela me dépasse un peu plus. Comment tu as réussi à survivre tout ce temps dans ces bois sans attirer l’attention ? »

William ne passait pas inaperçu, même pour un loup. Il était impossible de le confondre avec un simple chien, ni même avec un loup normal par ailleurs. Son poil noir, sa taille hors du commun… Il ressemblait plus à un cauchemar tout droit sorti d’un conte de fée. A s’y méprendre, il ressemblait à Lawrence quand celui-ci se transformait. Si ce n’était que le loup-garou était une créature hybride, à mi-chemin entre l’homme et la bête qui pouvait courir autant sur deux pattes que sur deux.

« Je devrais te tuer. » Souffla-t-il. « J’en ai envie. Tu as tellement de sang sur les mains. Même si tu étais humain quand tu as commis ces crimes. Je devrais me débarrasser de toi. Libérer le monde de ta présence. Tout comme je devrais la tuer elle. »

La sorcière qui lui avait donné naissance, la sorcière qui avait réveillé la malédiction qui sommeillait dans le sang des Chastel. Le loup noir l’observa un instant, puis il descendit de son rocher et se dirigea entre les arbres. Sans même y réfléchir, Lawrence lui emboîta le pas. Ils se déplaçaient tous deux dans un silence trop parfait. Les feuilles mortes n’osaient pas émettre le moindre bruit, même sous leurs pieds. Les branches n’osaient pas se briser à leur contact. C’était comme si la nature s’écartait pour les laisser passer. Comme si elle n’osait pas entrer en contact avec eux. Par peur d’être salie ou par peur de leur colère ?

Lawrence suivit le loup. Sans même y réfléchir. Faire abstraction de la tension entre eux lui demandait déjà toute sa concentration. Ils étaient comme deux bêtes appartenant à la même famille meute impie. Mais ils étaient tous les deux puissants, tous les deux dans la force de l’âge. Tous deux étaient capables d’être l’alpha et quelque chose au fond d’eux, quelque chose d’instinctif leur murmurait qu’ils étaient sensés s’affronter.

Peu à peu, l’esprit du loup-garou dériva, pour retourner jusqu’à sa sorcière de mère. Lady Satan avait promis un roi aux sorcières d’Essex, un monstre qui les protègerait et règnerait sur leur convent. Pourquoi avoir fait de lui un loup-garou ? Non. Pourquoi avoir choisi un homme dont la progéniture serait un loup-garou ? Lawrence devinait que la nature profonde de William, le fait qu’il soit un assassin, un meurtrier, avait de quoi séduire l’Antéchrist. Mais c’était son héritage, le fait qu’il soit le descendant de la bête du Gévaudan qui avait séduit sa mère. Qui en avait fait le père idéal à ses yeux.

« Tu devais lui rappeler Philippe Leblanc. » Finit par dire Lawrence.

Le loup s’arrêta et tourna les yeux vers son fils.

« Philippe Leblanc. Un loup-garou. Comme moi. Pas de naissance, non. Elle l’a transformé, elle l’a aidé à devenir le monstre qu’il voulait être. J’ai beaucoup lu à son sujet, ma mère. Je crois avoir réussi à retracer son parcours sur Terre. Cela aurait été plus difficile si elle n’avait pas une fâcheuse tendance à toujours apparaître rousse. »

Il soupira.

« Mais tu te fiches de tout ça… Elle n’était qu’une proie de plus, avant que tu ne tombes dans son piège, non ? Puis elle t’a transformé en loup. Ironique, non ? Je suis sûr qu’elle était habillée en petit chaperon rouge, comme tu les aimes, non ? »

Le loup ne dit rien. Lawrence ignorait encore si son père était seulement capable de parole sous cette forme. Il continua de marcher. Le temps s’écoula à nouveau, se déroula, le soleil disparaissait peu à peu à l’horizon. Ils arrivèrent aux environs d’Auvers au milieu de la nuit. Jamais ils n’atteignirent le village toutefois. Leur destination était une petite masure, au milieu de la forêt, qu’on aurait cru issue d’une autre époque.

« Une maison de sorcière, de mieux en mieux… »
 
Revenir en haut Aller en bas



 
Le coeur de la meute (France)
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Le coeur de la meute (France) Categorie2_6Le coeur de la meute (France) Categorie2_8


Le coeur de la meute (France) Categorie2_1Le coeur de la meute (France) Categorie2_2bisLe coeur de la meute (France) Categorie2_3
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Cellule 211 [DVDRiP]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le coeur de la meute (France) Categorie2_6Le coeur de la meute (France) Categorie2_8

Sauter vers: