La vérité est la meilleure des excuses Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

La vérité est la meilleure des excuses Categorie_1La vérité est la meilleure des excuses Categorie_2_bisLa vérité est la meilleure des excuses Categorie_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

La vérité est la meilleure des excuses

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 22 Sep 2019 - 22:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Voilà plusieurs semaines, pour ne pas dire mois, que Mikhaïl n'avait pas donné de nouvelles à Gabrielle. Ils s'étaient toujours tenus au courant de leur absences respectives justement pour éviter que l'autre ne s'inquiète pour rien – détail amusant lorsqu'on connaissait leurs métiers respectifs – mais cette fois-là, le Russe avait juste disparu. Comme ça, sans rien signaler et sans chercher à lui expliquer pourquoi. Oh, Duality aurait pu penser qu'il avait dû s'absenter en urgence, mais si elle s'était un peu tenue au courant des contrats d'assassinat, elle avait rapidement dû apprendre que son comparse était bel et bien en ville, mais qu'il faisait simplement le mort.

C'était ce qu'il avait pensé en remarquant à quelques reprises leur signal habituel flotter au sommet de l'antenne qui leur servait de « téléphone ». Elle devait se demander pour quelle raison il ne donnait pas de nouvelles et lui-même en culpabilisait. Mais il n'était pas allé aux rendez-vous fixés et les appels avaient fini par disparaître. Il l'avait remarqué non sans un pincement au cœur étrangement douloureux, puis s'était efforcé d'essayer de l'oublier et de passer à autre chose.

Les jours passaient et assez étrangement, moins il la voyait, plus il pensait à la jolie blonde. C'était ridicule. Ils ne savaient pratiquement rien l'un de l'autre et ils étaient voués à devenir adversaires un jour. Pourtant, cela ne l'empêchait pas d'y songer et surtout, d'être incapable de faire autrement. C'était son cerveau qui s'y refusait et lui n'avait d'autre choix que de subir et de ressentir de la culpabilité.

Après une sérieuse réflexion, le slave avait finalement décidé qu'il n'y avait sans doute qu'une solution pour mettre fin à tout cela : il devait la voir une dernière fois et tirer un trait sur toute cette histoire. Lui expliquer pourquoi il agissait comme ça, l'entendre approuver et rétorquer qu'elle pensait la même chose, puis ils se quitteraient. Définitivement. Enfin, si tout se passait aussi simplement, mais depuis le temps, il aurait dû apprendre que rien n'était jamais vraiment simple dans sa vie.

Après une ultime hésitation, le Russe avait donc accroché le signal habituel et s'était rendu sur le toit de leurs précédents rendez-vous le lendemain, lorsque la nuit avait commencé à tomber. Ce soir-là, la lune était presque pleine et la zone était baignée d'un joli halo qui aurait presque pu sembler romantique. Sauf que leur discussion n'avait rien de romantique malheureusement. Il espérait simplement que la conclusion de leur amitié – parce que s'en était une, non ? – ne se ferait pas trop brutalement. Quoique... avec une coupure nette et brutale, il n'aurait aucune raison de repenser à elle puisque tout espoir était à oublier. Espoir de quoi d'ailleurs ?

Attendant avec anxiété sur le toit, Mikhaïl se demanda si Gabrielle allait finir par venir ou si elle ferait comme lui en lui posant un lapin. Ce serait justice au fond, mais le sujet était trop important pour qu'il accepte une telle situation. Fort heureusement, la jolie tireuse d'élite était mieux élevée que lui puisqu'elle finit par arriver. Il ne vérifia pas sa montre. Peu importait qu'elle soit en retard ou non, l'essentiel étant qu'elle soit là. Debout au milieu du tout, une cible idéale d'ailleurs, le trentenaire pivota sur lui-même et posa ses yeux sur la silhouette située à quelques mètres de là. Il s'efforça de rester neutre. Manifester une joie ne serait que contre-productif, surtout qu'elle devait aisément pouvoir distinguer son visage avec la lueur de la lune.
Après quelques secondes de silence, il le brisa finalement.

« J'avais peur que tu décides de ne pas venir. Bon, ce n'était pas la meilleure idée de débuter ainsi. Je… désolé de ne pas avoir répondu les fois dernières. Il soupira légèrement. J'avais mes raisons. Et non pas mes « bonnes » raisons. C'est pour ça que je voulais te voir, je pense qu'il faudrait que nous en parlions. »

Restait à espérer qu'elle soit ouverte à la discussion, compréhensive et surtout, sur la même longueur d'ondes que lui. Mais rien n'était moins sûr, il commençait à avoir l'habitude.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Lun 23 Sep 2019 - 0:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il lui arrivait encore de penser à Nikto. Encore trop souvent et ce constat l’enrageait. Gabrielle n’était pas le genre de femme à s’attacher et elle continuait à se dire qu’il n’en était rien. Même maintenant, même après des semaines sans nouvelles. Rapidement, les jours s’étaient succédés. Qu’est-ce que quelques jours ? Il avait déjà passé plus de temps que ça sans lui donner de nouvelle. Puis les jours étaient devenus des semaines. Elle attendit les cartes postales de ses voyages à l’autre bout du monde, des voyages qu’elle aurait espéré faire à ses côtés. Mais il n’y eut pas de cartes postales et les semaines étaient devenues des mois. Et elle avait arrêté d’espérer, elle avait arrêté. Et elle s’était dit que c’était passager, que ça allait finir par couler, qu’elle allait finir par oublier, comme à chaque fois. Des coups de cœur, des moments de passion, elle en avait eu plein. Il était de ceux-là, il n’avait rien de spécial. Qu’avait-il de spécial ? Ses yeux la transperçaient à travers ses souvenirs. Elle s’efforçait de se dire que les moments qu’ils avaient eus, les bons comme les mauvais, n’avaient rien de particulier, qu’il n’était rien de plus qu’un acteur dans une pièce de théâtre bien plus vaste. La sienne, sa vie. Alors elle avait arrêté d’espérer mais ça n’avait pas fait moins mal.

Au début, elle avait craint pour sa vie, elle avait fait des pieds et des mains pour savoir ce qu’il en était, faisant jouer de ses relations pour trouver une piste quelle qu’elle soit. Puis elle avait compris, avec amertume, qu’il était bien vivant. Oh ça n’avait pas été bien compliqué, puisqu’il n’avait même pas pris la peine de se faire discret et que leur monde était petit. Elle avait compris qu’il était bien près d’elle, mais maintenait ses distances volontairement. Alors elle avait arrêté d’espérer. Ou tout du moins s’était-elle convaincue. Elle n’avait plus mis de message en haut de leur toit, comprenant rapidement qu’ils resteraient sans réponses. Mais il lui arrivait de penser à Nikto, encore trop souvent, et de croire qu’il allait finir par revenir sur sa décision. Quelle naïveté. Quelle était-elle d’ailleurs, cette décision ? La rayer de sa vie ? Prétendre qu’elle n’avait jamais existé ? Autant de raisons aussi également pitoyables, elle ne préférait pas y penser. Comment pouvait-elle avoir compté si peu ?

Elle n’avait pas essayé de comprendre, n’avait pas voulu lui trouver des excuses : il n’y en avait pas qui soit valable à ses yeux. Mais de temps en temps, elle était assaillie par les regrets et se demandait : avait-elle fait quelque chose qu’il ne fallait pas ? Elle culpabilisait, outrageusement, et sa fierté finissait éventuellement par reprendre le dessus et elle le maudissait en un cycle sans fin. Chaque fois que son cerveau ne lui permettait pas d’avoir la paix. Finalement, ses crises de colère avaient fini par s’espacer et la détresse avait laissé place à un vide que rien n’avait vraiment pu combler. Pas même ses missions pour SHADOW, qu’elle continuait d’exécuter à la perfection mais qui n’avait plus le même goût. D’aucuns se diraient que sa réaction était disproportionnée, qu’elle le connaissait finalement bien peu et qu’il fallait qu’elle relativise. Qu’elle ne devait pas le voir autrement que ce qu’il était : une virgule dans une très grand paragraphe. Une virgule agréable, mais une virgule.

Ceux-là ne connaissaient pas Gabrielle ; La française vivait avec une intensité inégalée les plaisirs comme les douleurs, elle ne savait pas gérer les frustrations, contrôlait mal ses sentiments et leurs fluctuations. La française avait essayé d’y remédier. Une psychiatre qu’elle avait vu pendant quelques temps avait vaguement essayé de lui faire embrasser l’idée qu’elle n’était pas tout à fait nette, pour lui faire apprendre à s’accepter elle-même et, vexée, Gabrielle avait acheté son cabinet pour la faire virer. Aussi lorsqu’elle avait vu le signal, le simple signal qui, noué en haut d’une antenne signait leurs retrouvailles à venir, elle avait été prise d’une colère folle. Puis d’une joie sans bornes. Puis elle avait saccagé son bureau sans laisser aucune chance au mobilier de s’en sortir. Puis elle avait pris la rose dans la résine entre ses mains, bien décidée à l’envoyer au travers de la sculpture de verre qui ornait l’un des piédestaux qui décoraient son cabinet. Puis elle l’avait reposé et avait souri, tout simplement.

Elle n’avait décidé de se rendre au rendez-vous que tardivement.

Une poignée d’heures avant le rendez-vous, exactement. Elle avait voulu lui donner une chance de s’expliquer, tout en ayant fermement décidé de n’accepter aucune excuse de sa part. Aucune ne serait suffisante, de toute façon. À l’heure due, elle s’était hissée avec souplesse sur le toit et avait guetté quelques instants, dans l’ombre. Elle ne fut pas surprise de le trouver déjà là, à scruter sa silhouette féline qui se détacha dans la pénombre. Elle croisa son regard et eut un pincement au cœur, pincement au cœur qui laissa rapidement place à une colère sourde. Mais elle ne prit pas la parole, pas immédiatement. Elle voulait d’abord l’entendre, entendre ce qu’il avait à lui dire. Elle s’approcha avec souplesse, dans le plus grand silence. Pendue, à ses lèvres, elle s’abreuva de ses paroles, de sa voix et de son accent rocailleux qui lui avaient tant manqués.

« J’ai hésité à venir, répondit-elle d’un ton froid. J’hésite encore à écouter ce que tu as à me dire. Après tout, tout a été dit non ? Un silence vaut parfois mieux que mille paroles. »

Bien qu’elle eût échangée ces mois de silence contre toutes les paroles du monde.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 23 Sep 2019 - 11:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Elle avait un ton froid qu'il ne lui connaissait pas, ou plutôt qu'il ne lui connaissait que pour autrui. Depuis qu'ils s'étaient rencontrés, leurs discussions n'avaient toujours été que taquineries, flirt ou encore sincérité. Mais jamais une telle froideur. Au fond, Mikhaïl savait qu'il ne pouvait pas lui en vouloir. Lui avait été du bon côté : il était celui qui avait laissé l'autre attendre vainement, il n'avait pas subi. Pourtant, cela ne l'empêchait pas d'en avoir souffert, aussi étrange que cela puisse paraître. C'était bien la première fois qu'il ressentait un tel attachement vis-à-vis de quelqu'un – autre que sa famille – alors même qu'ils se connaissaient à peine... et ça l'effrayait. Peut-être que le fait de couper les ponts avait été une fuite ? Celle qu'il prenait en voyant qu'il se laissait dépasser par ses propres sentiments alors même qu'il les avait toujours parfaitement maîtrisés ? Il avait été stupide en agissant ainsi, en cessant de lui donner des nouvelles, mais il l'avait aussi été en se laissant gagner par le plaisir de la voir. Le Russe savait très bien qu'il n'aurait jamais dû dépasser le stade de la rivalité avec elle, mais c'était ainsi.

Mikhaïl resta silencieux quelques secondes après la réponse de Duality. Que dire ? Qu'il était désolé, mais qu'ils savaient tous les deux que c'était la meilleure chose à faire ? Tout d'abord un peu perdu, le Russe décida de ne pas se laisser gagner par ses émotions et s'efforça à adopter un masque de neutralité, comme si toute cette discussion n'était qu'une formalité. Il avait l'habitude de mentir, ce n'était pas si difficile non ? Après tout, il le faisait pour sa sœur qu'il adorait, alors pourquoi changer avec Duality à qui il s'attachait de plus en plus ? Couper les liens d'un coup sec était souvent moins douloureux et préférable.

Après ce silence qui sembla durer une éternité, il reprit finalement la parole.

« Tu es en colère et je le comprends. Tu as toutes les raisons de l'être. J'ai mal agi, je le sais. Je n'aurais pas dû rester silencieux comme ça et encore moins cesser de répondre à tes... messages. C'était ainsi qu'ils pouvaient appeler leur moyen de communiquer. C'est pour ça que je t'ai demandé de venir. Je voulais qu'on tire tout ça au clair. Qu'on sache ce qu'il en est et qu'on puisse faire les choses correctement. »

Y avait-il un moyen pour mettre fin à une relation « correctement » ? Mikhaïl se consolait en se disant qu'il était le seul des deux à ressentir cette chaleur étrange lorsqu'il la voyait et à se sentir comme un gamin de quinze ans à l'idée de la voir bientôt. Elle était humaine bien sûr, mais il savait aussi qu'elle était pleine de qualité. S'il n'avait jamais osé lui demander si elle vivait seule, ce n'était pas pour rien : il savait très bien que la réponse serait négative. Peut-être que c'était par lâcheté que le Russe voulait mettre fin à tout cela, parce qu'il savait que s'il continuait, il en souffrirait. Et qu'il n'avait pas besoin de ça avec ses autres problèmes.

Toujours immobile et planté au milieu du tout, le Russe glissa finalement ses mains dans les poches de sa veste avant de reprendre.

« On sait tous les deux qu'une amitié n'est pas possible entre nous. On est rivaux, pour le moment on peut en jouer, mais un jour peut-être l'un d'entre nous aura un contrat au nom de l'autre. C'est une mauvaise idée de continuer à se voir, ou même d'envisager de pouvoir devenir amis. Il haussa les épaules. Nos discussions étaient plaisantes, mais je crois qu'elles posent plus de problèmes qu'elles ne font du bien. Il croisa son regard après avoir parlé sans oser la regarder. On le sait tous les deux. »

Il ne cessait de le répéter, un peu comme si le fait de partager cette décision la rendait moins difficile. Et que lui-même culpabiliserait beaucoup moins. Après un profond soupir, le trentenaire se décida enfin à terminer ce qu'il pensait être la meilleure explication du siècle. Forcément, elle allait approuver, ils allaient se serrer la main et chacun repartirait de son côté. Lui avec le cœur plus lourd qu'à son arrivée, mais c'était sa punition pour avoir pensé pouvoir profiter de ça.

« C'est pour ça que j'ai cessé de répondre et de te donner des nouvelles. Je pensais que ce serait préférable ainsi. Mais après réflexion, je crois que tu méritais une explication en face-à-face. Alors voilà. »

Voilà. Tout simplement. Ses prunelles s'étaient à nouveau promenées sur les environs, évitant soigneusement de la regarder, mais maintenant qu'il avait terminé, Mikhaïl n'avait d'autre choix que de la regarder en face. Peut-être qu'il la verrait sourire et acquiescer en déclarant qu'elle était soulagée qu'il ait dit tout cela ? Avec toutes les emmerdes qu'il avait pu avoir dernièrement, il ne cracherait pas sur une bonne chose pour une fois. Restait à savoir ce qui était vraiment bon pour lui. Lui-même l'ignorait.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Lun 23 Sep 2019 - 13:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Gabrielle le laissa parler tout du long, dans l’interrompre. Chacun de ses mots lui faisait l’effet d’un poignard en plein cœur et s’il y avait eu un plafond, elle aurait bondi – de rage – au ton si détaché qu’il employait pour parler de leur relation. De leur amitié. Vraiment ? Elle le laissa parler, maintenant le statu quo, ce silence qui lui aussi en disait long, s’imbibant de chacun de ses mots. Des mots bien cruels et froids. Des mots qu’elle n’aurait jamais cru voir associé à leur si belle amitié. Mais peut-être que tout ça, ce n’était que dans sa tête ? Elle braqua ses prunelles sur lui, s’imprégnant de sa silhouette et de son visage comme si elle le voyait pour la dernière fois. Finalement, elle essaya de rester le plus neutre possible, comme lui, comme il semblait si bien n’en avoir rien à faire d’elle. Mais c’était trop dur. Elle déglutit douloureusement, son visage agité de tics nerveux. Sa lèvre inférieure tremblait imperceptiblement. La colère, une colère folle grondait en elle. Elle voulait tout laisser éclater, le noyer sous son ressentiment, elle voulait le tuer. Arracher ses cordes vocales pour qu’il ne parle plus, le jeter du haut du toit, lui coller une balle entre les deux yeux.

La réaction la plus mature aurait été de sourire. De sourire, d’acquiescer. D’affirmer que c’était la meilleure chose à faire et qu’ils valaient mieux qu’ils en restent là. Une autre réaction aurait été de tout simplement tourner les talons et partir, marquant ainsi son acceptation de la situation mais aussi son désaccord, se drapant dans une fierté foulée aux pieds et sans toutefois ravaler sa colère. Tout ça aurait été le comportement mature d’un adulte normalement constitué.

Mais la française n’était rien de tout ça. Elle était colérique et explosive.

« Correctement ? Elle prit son ton le plus cynique. Oh, comme c’est aimable à toi, de correctement me briser le cœur après m’avoir correctement laissée morte d’inquiétude ! Et m’avoir correctement humiliée en m’ignorant pendant des semaines ! Non, le seul moyen de faire ça correctement, ça aurait été de ne pas me laisser espérer, dans un premier temps. » Gronda-t-elle.

La colère montait, sourdait. Il allait en faire les frais mais la française n’en avait cure, sur le moment. Tout ce qu’elle voulait, c’était lui cracher sa haine au visage. Le blesser autant qu’il la blessait. Et elle avait le droit, non ? Après tout, c’est lui qui avait voulu tout ça. C’est lui qui lui avait offert une rose, lui qui organisait une partie de ces têtes-à-têtes nocturnes, lui qui lui avait proposé un rendez-vous, lui qui avait voulu jouer avec elle. Et maintenant il lui disait que c’était une erreur ? Que ça leur avait fait plus de mal que de bien ?

« Tu savais ce qu’il en était de nous. Tu connaissais les règles, tu les as établies et tu y as joué malgré tout. Et moi j’ai été stupide, cracha-t-elle d’un air particulièrement mauvais. Stupide de m’investir autant dans notre... amitié ? Elle avait lourdement insisté sur le mot, comme s’il lui écorchait la langue. Stupide et naïve de croire que je comptais autant pour toi que ce que tu comptais pour moi. »

Visiblement elle s’était trompée sur toute la ligne. Il n’y avait qu’à voir la manière nonchalante qu’il avait de se tenir, son ton détaché pour comprendre que rien de tout ça ne l’affectait. Ah, qu’elle avait été stupide, stupide, stupide, elle se haïssait au moins autant que ce qu’elle le haïssait lui. Finalement, après un instant de silence, elle reprit la parole. Elle semblait apaisée, mais c’était loin d’être le cas.

« Tu n’aurais pas dû venir. Pour entendre des choses pareilles, mieux vaut ne rien entendre du tout. Un jour, ajouta-t-elle d’un ton blasé, tu serais venu me coller une balle entre les deux yeux et j’aurais compris. Ça aurait été suffisant comme explication, ça aurait eu du sens. Mais là... C’est mettre du sel sur une plaie ouverte, ça ne veut rien dire. C’est juste douloureux. » Conclut-elle dan un russe parfait.

C’était le bon moment pour partir, faire demi-tour. Mais ses jambes refusaient de bouger.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 23 Sep 2019 - 13:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Bien sûr que ça aurait été trop facile que tout se règle grâce à un coup de baguette magique. Il s'était douté qu'elle ne serait pas forcément ravie de ce qu'il venait de dire, mais de là à imaginer sa véritable réaction... Malgré la pénombre et le fait qu'il évitait de la regarder, Mikhaïl avait bien senti le mécontentement gronder chez son interlocutrice. Pourtant, lorsqu'elle se décida à répondre, ce fut comme si elle lui avait collé une gifle. Son ton, ses paroles, tout semblait si hostile. D'un autre côté, il était vrai que ce qu'il venait de dire n'était pas forcément très agréable à entendre.

Il sentit la culpabilité l'assaillir alors qu'elle l'abreuvait de reproches et le mettait comme seul responsable de la tournure des événements. Mais le pire fut sans doute qu'elle laisse entendre qu'il ne ressentait rien et qu'elle était la seule à souffrir de la situation.

Mikhaïl n'était pas quelqu'un de colérique par nature, mais il avait de passage où il pouvait se montrer particulièrement impulsif. Or, tous ces reproches associés à l'état d'esprit général dans lequel il se trouvait depuis de longues semaines le firent plonger dans une colère parfaitement sincère. Et justifiée selon lui. Que croyait-elle précisément ? Qu'il n'était qu'un connard qui s'était amusé avec elle et qui finalement revenait sur sa promesse parce qu'il en avait marre ? Quel promesse d'ailleurs ? Il l'avait bien entendu parler « d'espérer », mais ne savait pas vraiment si elle parlait de leur amitié.

Comme il se retrouva incapable de répondre posément, le slave réagit comme il le faisait parfois : avec mauvaise foi. Et en se comportant comme un abruti sans sans-vivre. Elle avait parlé en Russe et comme la contrariété prenait clairement le dessus, Mikhaïl lui répliqua dans sa langue natale. Il avait besoin de parler sans réfléchir à comment tourner ses phrases, tout lui venait naturellement – et ce n'était pas forcément une bonne chose.

Son masque de neutralité tomba et il lui décrocha un regard courroucé, fronçant les sourcils d'un air agacé.

« Ah, parce que tu crois que je le fais pour le plaisir de te faire mal ? Et tu crois que tu es la seule à souffrir de la situation ? Ne me parle pas comme ça ! Il était en colère, autant contre elle que contre lui et contre la situation qui les obligeait à agir ainsi. Tu ne sais rien de ce que je pense, ni même de ce qui m'a poussé à agir comme ça, alors ne me parle pas comme si j'étais le dernier des connards et toi la malheureuse victime ! »

Il vivait ça comme une injustice. Oh, ce n'était sans doute pas légitime, mais ses nerfs étaient un peu à fleur de peau, il avait vécu pas mal de choses ces derniers temps. Beaucoup de choses pas vraiment agréables et, finalement, leur relation était une oasis. Ruiner la seule chose qui lui faisait vraiment du bien n'était pas une partie de plaisir, alors comment pouvait-elle lui parler ainsi ? ! Certes, Mikhaïl n'était pas prolixe lorsqu'il s'agissait de parler de ses sentiments et il n'avait sans doute jamais vraiment dévoilé ce qu'il avait sur le cœur... mais c'était ainsi. C'était comme ça qu'il fonctionnait. Et elle n'avait pas forcément été plus franche à ce niveau.

Sans parvenir à se calmer maintenant qu'il était lancé, le Russe avait sorti ses mains de ses poches et la pointa brièvement du doigt alors qu'il poursuivait ses invectives.

« Que je sache, je n'ai pas été le seul à accepter ces règles. Si vraiment tu m'avais vu comme le connard que tu sembles voir maintenant, peut-être que tu aurais pu refuser dès le début. Tu savais aussi bien que moi que ça risquait d'arriver. Le ton était plus amer que jamais, mais il n'arrivait pas à s'arrêter. Ose me dire que tu ne te demandes pas régulièrement si tu n'es pas en train de faire une bêtise ? Ose me dire que tu ne t'es jamais demandé ce qui arriverait si tu étais obligée d'exécuter un contrat sur moi ? »

Il espérait sincèrement ne pas être le seul à l'avoir pensé. Parce que sinon, cela voudrait dire que Lady Satan avait raison et qu'il était incapable de profiter d'une bonne chose, qu'il devait toujours se monter la tête et se torturer sans aucune raison. Après la colère, une vague de tristesse le submergea, mais il s'efforça de ne pas le montrer avant de terminer, bras ballants le long de son corps.

« Tu n'étais pas vraiment inquiète. Et je ne t'ai pas humiliée. Tu aurais fait pareil si les rôles avaient été inversés. Et je ne t'ai jamais rien laissé espérer, contrairement à ce que tu dis. Même s'il ne savait pas vraiment de quelle espérance ils parlaient. Tu n'aurais pas agi différemment si tu avais été la première à penser à tout cela. »

Ou du moins il l'espérait, sinon ça voudrait dire qu'elle avait raison et qu'il n'était définitivement qu'un connard.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Lun 23 Sep 2019 - 14:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle ne savait pas à quoi elle s’attendait. Elle voyait bien que tout cela ne l’affectait pas, aussi supposait-elle qu’il resterait de marbre face à sa colère, face à ses protestations. Qu’il se contenterait de lever les épaules, comme il le faisait souvent, de dire que c’était comme ça et pas autrement. Qu’il aurait finalement décidé de lui tourner le dos et de partir. C’est ce qui aurait été le plus logique, étant donné ce qu’il avait décidé de lui montrer, ce masque d’indifférence qu’il avait composé de toute pièces. Mais elle, ce qu’elle voulait c’était le pousser à bout. Elle voulait le faire sortir de ses gonds, elle voulait le bousculer comme il l’avait malmenée. Aussi sa réaction ne fit pas que la surprendre même si, il fallait l’admettre, elle était passablement surprise. Elle lui fit plaisir au-delà de toute mesure, pour la simple et bonne raison qu’il se laissait enfin aller à ses émotions.

« Si je ne suis pas une victime, je suis quoi ? Tonna-t-elle. N’essaie pas de me rendre coupable d’une situation que tu es le seul à avoir créé. Tu arrives les mains dans les poches après des semaines de silence radio et tu m’annonces que tout ça, ça n’était rien, que ça ne valait pas le coup et qu’il vaut mieux en finir. Et c’est moi qui te fais passer pour un connard ? L’effarement était clairement audible. Tu t’es donné ce rôle toi-même ! »

Après tout, s’il était arrivé contrit, en lui expliquant les choses d’une autre façon, peut-être qu’elle aurait compris. Gabrielle était beaucoup de choses, mais elle n’était pas stupide. Elle savait que leur situation était compliquée, elle savait qu’ils prenaient de gros risques en se côtoyant. Des risques mortels et elle savait que la situation pouvait se retourner contre eux à tout moment. Parce qu’ils évoluaient dans le même monde, parce qu’ils étaient rivaux et parce qu’ils pouvaient se retrouver sous contrat de l’autre à n’importe quel moment. Mais Gabrielle n’aurait pressé la détente qu’à une condition : que l’ordre vienne de SHADOW. Aucun contrat ne valait qu’elle le perde lui. Après tout, des contrats sur sa tête il y en avait eu et elle n’avait jamais saisi l’occasion de lui nuire même s’il était un rival des plus coriaces. Bien au contraire.

« Je ne t’avais jamais vu comme ça avant ce soir, ne manqua-t-elle pas de rétorquer. Mais la différence entre toi et moi, c’est que moi je savais ce qu’il en était. Je l’ai toujours su et j’étais prête à m’investir dans notre relation malgré tout. Parce que c’est tellement triste de croire que tout aurait forcément tourné mal ! Peut-être qu’on aurait passé dix jours comme ça, mais peut-être qu’on aurait passé dix ans. Peut-être qu’on aurait passé une vie et tu sais quoi ? J’étais prête à prendre le risque. J’aurais tout accepté parce que je préfère largement vivre en ayant des remords que des regrets ! »

Malgré elle une larme roula sur sa joue mais elle la sentit à peine. Elle était mortifiée par les mots qu’elle venait de cracher et qui sortaient d’elle sans même qu’elle le veuille vraiment. Comment en étaient-ils arrivés là ? Tout avait l’air si simple entre eux. Mais bizarrement, ça, ce n’était pas le plus douloureux et la personne à qui elle en voulait le plus, ce n’était pas lui. C’était elle. Parce qu’elle avait fait l’erreur de s’attacher à quelqu’un, pour la première fois de sa vie, et les agents de SHADOW ne s’attachaient pas. Amélie s’était attachée à son époux et que lui était-il arrivé ? Duality avait dû lui mettre une balle derrière la tête. En pleine nuit, pendant qu’il dormait. Maintenant Duality ressentait profondément quelque chose pour quelqu’un et Amélie la plaignait. Elle la plaignait parce qu’elle n’était pas cruelle, qu’elle avait de l’empathie pour les gens, ce dont Gabrielle était incapable.

Par contre, Gabrielle, elle aussi, savait aimer.

Et aujourd’hui, elle avait le cœur brisé. Lorsqu’elle reprit la parole, sa voix était sourde.

« C’est vraiment ce que tu penses ? Que tu ne représentais rien pour moi ? Elle secoua la tête. Non, tu es convaincu. Crois ce que tu veux. De toute façon, qu’est-ce que ça change maintenant ? »

La question était laissée en suspens, tant pour lui que pour elle-même.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 23 Sep 2019 - 16:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
C'était un sentiment très étrange, il oscillait entre la colère la plus sourde face à tant d'injustice, puis la tristesse de ne pas être capable de dire clairement ce qu'il avait sur le cœur. Ce n'était pas sa faute au fond. Personne ne lui avait jamais appris comment on s'y prenait pour exprimer ses sentiments aux autres et il n'avait jamais cherché à savoir comment s'y prendre.

Soupirant profondément, il ne put s'empêcher de culpabiliser alors qu'elle le noyait sous les reproches, vidant apparemment tout ce qu'elle avait sur le cœur. Pourquoi n'y arrivait-il pas si c'était si simple ? Gabrielle n'avait jamais eu l'air d'être quelqu'un de très bavard et pourtant.... Une boule se forma dans sa gorge alors qu'il distinguait une larme rouler sur sa joue. C'était sa faute, il la faisait pleurer. Mais le Russe s'interdit tout simplement de montrer ce que tout cela éveillait en lui, même si sa détermination flanchait de plus en plus.

Comme Duality laissa une question en suspens, Mikhaïl resta silencieux. Il avait une boule dans sa gorge et se sentait tout simplement incapable de répondre, pourtant il le fallait. S'il se taisait trop longtemps, elle finirait par lui tourner le dos pour partir. Définitivement.
Après un temps qui lui sembla interminable, le slave finit par réussir à lâcher quelque chose d'un ton un peu trop étranglé et pas assez assuré à son goût.

« Ça change beaucoup. Ça rend tout ça plus difficile. »

Il ne devait pas flancher, il devait aller jusqu'au bout. De toute manière, il avait d'ores et déjà ruiné toute leur relation, revenir sur sa décision ne ferait que compliquer les choses... et surtout la faire souffrir encore plus. Inspirant profondément et mût par une réaction qui lui échappait totalement, Mikhaïl parcourut la distance qui les séparait et se planta juste devant il. Il savait que c'était stupide, elle était tellement en colère et blessée qu'elle pouvait bien lui en coller une. Mais il la méritait, non ? Baissant les yeux vers elle, le trentenaire reprit d'un ton qu'il espérait plus ferme et moins pétri d'émotions. S'il voulait être crédible, il devait parler avec pragmatisme. Et, de toute manière, c'était la seule chose qu'il connaissait.

« Je suis tellement désolé de te faire pleurer, je ne le voulais pas, crois-moi sur parole. Si je prouvais je ferais autrement, mais je ne peux pas. Sans trop savoir pourquoi, il attrapa l'un de ses poignets, sachant qu'elle risquait de vouloir se dégager – ce qu'il la laisserait faire. Mais il n'y a pas que ces contrats. Il y a... tellement d'autres choses. Je me doute bien que ta vie est loin d'être idyllique, mais crois-moi, je t'attirerais bien plus de problèmes qu'autre chose. Je serais égoïste de le faire. »

L'idée de la laisser croire qu'il n'en avait rien à faire d'elle lui effleura l'esprit. Si elle le détestait, elle n'aurait plus aucune raison de vouloir reprendre contact, non ? Mais parviendrait-il à vivre en sachant qu'il l'avait blessée et que, par sa faute, elle refuserait peut-être de faire confiance à quelqu'un d'autre ? Bon, Mikhaïl ne se pensait pas assez important pour impacter ainsi sa vie, mais c'était un risque. Et il ne voulait pas lui faire mal. Elle avait raison sur un point : c'était sa faute s'ils en étaient là, elle ne devait donc pas subir les conséquences de tout cela.

Humectant ses lèvres, la gorge sèche et un nœud dans le ventre il finit par reprendre. Étrangement, sa colère s'était atténuée devant la détresse qu'elle manifestait. Son ton se fit plus tendre, un peu comme lors de leurs précédentes discussions – qui semblaient remonter à des lustres.

« Tu as raison, c'est de ma faute. Elle allait peut-être trouver ce retournement suspect, mais tant pis. Il était sincère. Je ne veux pas que tu crois que je me suis servi de toi, que je t'ai menti ou que je te rejette parce que je n'en ai rien à faire de toi. Il déglutit, se retenant de laisser l'émotion le gagner. C'est tout sauf vrai. Même si je sais que tu ne me croiras pas. Déteste-moi autant que tu veux, mais ne pense pas que je le fais à cause de toi. »

Il voulait simplement qu'elle accepte de le croire, si cela ne changeait rien à leur situation actuelle... tant pis. Il s'en remettrait. Ou pas. C'était certainement la pire bêtise de sa vie de couper ainsi les ponts avec elle, mais si c'était le seul moyen de la protéger de tous les malheurs qu'il réussissait à s'attirer, il le ferait sans hésiter.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Mar 24 Sep 2019 - 22:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Tout était difficile... Pour elle, songea Gabrielle tandis qu’elle écoutait péniblement ses explications. Elle ne comprenait pas où il voulait en venir comme s’il tournait autour du pot. Mais de quel pot ? Tout ce qu’il y avait à dire, il l’avait dit alors en quoi sa détresse changeait quoique ce soit, puisqu’elle ne comptait pas à ses yeux ? Pourquoi était-ce difficile pour lui ? Elle essayait de donner du sens, de comprendre. Il avait toujours été sincère avec elle, c’était là la base même de leur relation alors pourquoi la lueur dans ses yeux et l’intonation de sa voix était si différentes des propos qu’il tenait ? Comme s’il hésitait, maintenant qu’il était mis au pied du mur. Mais Nikto était d’ordinaire si sûr de lui, c’était impossible. Et pourtant, elle remarqua aussitôt que quelque chose ne collait pas. Quelques instants auparavant, il était l’insensibilité faite homme et tout d’un coup, comme si ses barrières étaient tombées, il était désolé pour elle ?

« Je ne pleure pas. » Répondit-elle avec amertume.

Tentative vaine de ramasser ce qu’il restait de sa fierté, tant le mensonge était grossier. Mais lui s’y adonnait, alors pourquoi pas elle ? Elle essuya brièvement les gouttes qui perlaient à ses cils, braquant ses prunelles dans celle du russe. Les mots qu’ils prononçaient résonnaient douloureusement dans sa poitrine, mais moins que le contact de sa main autour de son poignet. Par fierté, elle aurait sûrement déjà arraché sa main de son étreinte, mais quelque chose l’en empêcha. Peut-être la certitude que c’était la dernière qu’elle sentait la chaleur de sa peau contre la sienne. Mais malgré cela, malgré le fait que le ton soit finalement redescendu, elle ne put réfréner la grimace coléreuse qui ourla sa lippe.

« Parce qu’il y a pire que le fait que l’un de nous doive tuer l’autre ? Demanda-t-elle avec humeur. Après un instant, elle reprit : non, tu ne sais rien de ma vie... Mais tu sais de quoi je suis capable, tu l’as vu. Comment peux-tu croire que je sois si incompétente que je ne puisse même pas me protéger de ce qui pèse sur tes épaules ? »

Non, ça ne pouvait pas être ça. Il savait de quoi elle était capable, il lui avait dit à maintes reprises et pour ça au moins, elle savait qu’il avait été sincère avec elle. Il avait confiance en ses capacités comme elle avait confiance dans les siennes mais visiblement, c’était quelque chose qui le dépassait. Qui les dépassait tous les deux. Elle n’aurait jamais cru cela possible mais il semblait bien que Nikto avait peur. L’homme qu’elle n’avait pas vu flancher alors qu’elle cautérisait une plaie à l’abdomen après qu’il ait pris une balle était effrayé par quelque chose. Et le pire, c’est qu’il ne l’était pas pour lui-même.

Il l’était pour elle.

Réalisant qu’elle avait peut-être était injuste avec lui, Gabrielle poussa un long soupir et articula douloureusement :

« Désolée, je sais que ce n’est pas le cas. »

Elle baissa les yeux. Bien sûr, il n’avait pas employé la meilleure façon de faire pour la maintenir hors de ses problèmes, mais quelque chose lui disait maintenant qu’il ne l’avait pas fait pour de mauvaises raisons. Enfin, tout du moins s’il existait une bonne raison de mentir, de faire souffrir quelqu’un qui comptait pour nous. Heureusement pour lui, dans la conception très particulière que Gabrielle avait des relations humaines, c’était le cas. Finalement, après avoir laissé planer un instant de silence, la jeune femme leva de nouveau des les yeux vers lui. Lorsqu’elle reprit la parole, son ton s’était radouci, même si une très nette tristesse y pointait toujours.

« Si tu ne le fais pas à cause de moi... Alors, à cause de quoi ? Tu peux au moins me le dire ? »

C’était le moment ou jamais d’être sincère avec elle.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 24 Sep 2019 - 22:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Gabrielle semblait s'être calmée et il accueillit ça avec un soulagement évident. Les battements de son cœur se calmèrent un peu, mais il se sentait toujours mal à l'aise... même physiquement. C'était un peu comme s'il venait de faire dix tours de suite d'un manège à sensations fortes... sans l’adrénaline qui justifiait tout ça. Bien sûr, la jeune femme était toujours contrariée et Mikhaïl la comprenait à dire vrai. Il l'aurait aussi été à sa place.

Le Russe ne répondit pas lorsqu'elle l'interrogea sur les raisons qui le poussait à penser qu'elle ne serait pas capable de se protéger de ses problèmes. Il la savait forte, très forte même ! Sans doute plus que lui et ce n'était pas dans ses habitudes d'être aussi valorisant avec ses adversaires ! Malheureusement, la jolie jeune femme avait beau être une pointure dans son domaine, elle n'était pas de taille à lutter contre l'Antéchrist en personne. Ni à se mettre la bratva à dos, même si avec cette dernière, tout pouvait se régler avec des armes contrairement à Lady Satan.

Ses « excuses » le rassurèrent un peu, mais cela ne fit que le mettre plus dans la panade quand elle plongea ses yeux dans les siens pour lui demander quelque chose qu'il redoutait de faire. Pourtant... peut-être qu'elle pourrait le comprendre ? Qu'elle parviendrait à admettre qu'il était préférable qu'ils en restent là et qu'ils se contentent d'en revenir à leurs taquineries distance de jadis ? Mikhaïl commença pas entrouvrir les lèvres, puis se ravisa. L'envie était là, mais le devait-il vraiment ? Pas avant de préciser quelque chose d'important en tous les cas.

« Je ne devrais pas, mais... mais je crois que tu mérites de le savoir. Je le fais à une seule condition. Je ne veux pas que tu te mêles de tout ça. Jamais. Ce serait le contraire de ce que je cherche à faire. Autant dire qu'il s'en voudrait amèrement. Il y a environ un an, j'ai rencontré quelqu'un. Une sorcière. Disons que j'ai été un peu trop hostile avec elle et elle m'a obligé à passer un contrat avec elle. Jusqu'à présent c'était supportable, mais... »

Il sentait l'émotion le gagner et cela le contraria. Mikhaïl n'aimait pas se dévoiler en position de faiblesse, non par fierté, mais parce qu'il savait que c'était risqué. C'était dans ces moments-là que les pires choses arrivaient. Et peut-être aussi parce qu'il était attristé à l'idée que la jeune femme ne le voit plus comme un tireur d'élite doué et qui maîtrisait toutes les situations, mais qu'elle comprenne qu'il était loin de ça. Très loin même. Sa main avait inconsciemment relâché le poignet de son interlocutrice alors qu'il enchaîna.

« Certaines choses sont arrivées dernièrement. J'ai dû... j'ai dû accepter de lui vendre mon âme. Il eut un faible sourire. Je sais que tu n'es pas croyante, tu dois trouver ça stupide, mais crois-moi, ce n'est pas du vent. Son sourire disparut aussitôt, l'expression qu'il affichait devait témoigner de la peur qu'il ressentait. Pas pour lui, mais pour les autres, dont elle. Elle peut faire des choses vraiment terribles tu sais. Aussi forte et douée sois-tu, tu ne pourras pas lutter contre elle. Je ne sais pas si on peut s'en débarrasser et je n'essayerais pas de le faire parce que je sais ce dont elle est capable. Son regard se brouilla et il le détourna rapidement avant qu'elle ne s'en aperçoive. Peut-être qu'elle s'en ficherait de toi, mais peut-être... Il déglutit, sentant bêtement ses joues s'embraser. Peut-être qu'elle voudrait s'amuser avec toi parce qu'elle saura que je tiens beaucoup à toi. »

Voilà, c'était dit. Il en avait sans doute eu le courage parce que Duality lui avait elle aussi parlé de ce qu'elle ressentait et que ce n'était visiblement pas qu'une simple amitié. Oh, Mikhaïl ne se faisait pas d'illusions, elle avait dû s'attacher à l'image qu'elle se faisait de lui et non à ce qu'il était réellement. Mais à cet instant présent, ça n'avait pas d'importance.

Sans doute emporté par ce qu'il venait d'avouer et par les sentiments qui le submergeaient de plus en plus, le Russe releva la main pour aller caresser le visage de Gabrielle. Elle était sans doute encore en colère, mais même si elle décidait de le repousser, ce n'était pas bien grave. Au moins saurait-elle qu'elle s'était trompée sur toute la ligne en pensant qu'il s'en moquait d'elle. Ses doigts caressèrent un instant la joue de la jeune femme alors qu'il la regardait dans les yeux, puis il conclut en esquissant un sourire parfaitement sincère. Les cris semblaient taris, du moins de son côté.

« Tu t'es donc trompée sur ce point aussi. Je n'en ai pas rien à faire de toi, c'est même tout le contraire, c'est pour ça que je dois agir comme ça. Je suis désolé de t'avoir fait du mal, mais je suis loin d'être aussi doué avec les gens que je le suis avec une arme. Son bras retomba finalement le long de son corps alors qu'il la laissait en paix. Je pensais que ce serait simplement plus simple comme ça. »

Être entraîné à détecter les expressions des autres ne lui permettait malheureusement pas d'éviter de faire du mal aux gens qu'il aimait, mais il espérait que cette fois-ci, Gabrielle se sentirait un peu mieux. Voire libérée de ses tracas. On pouvait rêver.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Sam 28 Sep 2019 - 23:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Gabrielle ne savait pas trop comment se positionner. La colère grondait toujours en elle, profondément, avec violence, mais elle n’avait plus envie de laisser éclater sa rage en mille éclats sanglants. Elle commençait à s’apaiser à mesure qu’elle sentait qu’il s’apprêtait à être sincère avec elle. C’était une bonne chose : elle méritait la sincérité, même si elle faisait mal. Elle aurait pu entendre un « tu ne me plais plus » mais un « tout ça n’était rien », non, elle ne pouvait pas l’accepter. Elle pouvait tout accepter, sauf ça. Elle ne pouvait pas l’accepter parce qu’elle savait au fond d’elle que ce n’était pas vrai, qu’il y avait autre chose. Et elle comprit rapidement au regard qu’il lui lança qu’il était prêt à lui avouer de quoi il s’agissait. Enfin ! Mais pas sans contrepartie de toute évidence, comme il le confirma quelques minutes plus tard. À ces mots, elle pinça les lèvres méchamment, jusqu’à en avoir mal. Puis elle fit un oui de la tête, un peu à contrecœur.

D’abord, son cœur sauta un battement. Parce qu’il lui parla d’une femme et qu’elle crut un instant qu’elle allait lui sauter à la gorge en dépit de sa promesse. Mais elle laissa continuer. Et un instant, elle le regretta. Le moins qu’on puisse dire, c’est que son explication lui fit l’effet d’une douche froide après une cuite. Toute sa colère, toute sa frustration s’était envolée pour ne laisser prédominer qu’un sentiment : l’incompréhension. L’incompréhension de savoir comment il en était arrivé là. La question de l’âme, aussi, la laissait perplexe ; Gabrielle elle-même avait toujours plus ou moins supposé que les âmes des gens comme eux étaient voués à l’Enfer, si tant est qu’il existe. Sa rencontre avec l’Antéchrist avait plus ou moins précisé sa pensée en ce sens. Bien sûr, Nikto et elle avaient discuté longuement de la question de la croyance dans leur milieu, et elle connaissait son avis. Elle le respectait aussi.

« Tu sais bien que je ne trouve pas ça stupide, répondit-elle d’une petite voix. Elle pressa doucement sa main. Je ne pense pas que qui que ce soit puisse être... Invulnérable. Un soupir léger s’insinua d’entre ses lèvres. Mais je t’ai fait une promesse et je la respecterai. Je ne m’en mêlerai pas. »

Bien que l’idée d’en parler à l’Antéchrist lui soit venue à l’idée, qu’elle était persuadée qu’elle, elle pouvait y faire quelque chose, Gabrielle s’en tiendrait à ce qu’elle avait dit. Même si ça lui coûtait. Malheureusement pour elle, ça, c’était une raison qu’elle pouvait accepter. Quand il tendit la main pour caresser sa joue, la française ferma doucement les yeux et inspira profondément. La chaleur de sa main était lénifiante, allégeant un peu plus le poids de la colère et de la douleur qui pesait sur ses épaules. Malgré tout, n’en déplaise à son russe, elle n’en avait pas fini avec lui. Après quelques instants de silence réparateur, et bien après qu’il ait enlevé sa main d’elle, elle reprit la parole. Son timbre s’était notablement apaisé.

« Merci de me l’avoir dit. Elle marqua une pause. Mais toi aussi tu t’es trompé, ça n’était pas plus simple comme ça. Vraiment pas. »

Un maigre sourire ourla sa lippe. En d’autres temps, peut-être qu’elle se serait laissée aller à un trait d’humour, mais le cœur n’y était pas. C’était d’autant plus vrai qu’il n’allait pas aimer ce qui allait arriver ensuite, mais il avait été sincère avec elle et elle devait se montrer sincère avec lui. Elle s’approcha doucement, sa main toujours dans la sienne.

« La vérité, c'est que je ne suis pas prête à accepter ça, souffla-t-elle. Pas entièrement. Je peux... Garder mes distances, si c’est vraiment ce que tu veux. Un pas de plus, réduisant inexorablement la distance qu'elle maintenait avec lui. Mais pas te faire sortir entièrement de ma vie. Tu ne peux pas me demander ça. Nouveau pas. Tout, mais pas ça. »

Ses yeux glissèrent dans les siens. Elle se laissa un instant happer par le bleu de ses yeux, songea avec un amusement teinté d’amertume que c’était la première chose qu’elle avait remarqué chez lui. Et aussi la première chose qu’elle avait aimé. Ces yeux bleus de givre qui la transperçaient. De sa main libre, Gabrielle plongea dans les cheveux du russe. De toute la douceur dont elle était capable, elle déposa un baiser délicat au coin de ses lèvres.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 29 Sep 2019 - 11:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Ils avaient longuement parlé de leurs croyances et le Russe savait bien que même si Gabrielle n'était plus croyante, elle saurait qu'il n'était pas en train de se faire des films. Quand bien même ne l'aurait-elle pas cru sur parole, Mikhaïl avait tendance à penser qu'elle avait d'ores et déjà dû croiser des individus aussi étranges que Lady Satan. Elle devait forcément savoir que les Forces du Mal existaient réellement et qu'ils n'étaient pas une invention de l'église pour garder ses fidèles dans le droit chemin.

Un léger soupir lui échappa. Il savait que l'Antéchrist n'était pas invulnérable, personne ne l'était comme elle le soulignait avec justesse ! Mais il savait aussi que le prix à payer risquait d'être beaucoup trop élevé pour qu'il puisse se le permettre. Et puis, désormais son âme lui appartenait. Si elle devinait qu'il fomentait quelque chose dans son dos, elle n'aurait qu'à lui ordonner de se suicider et il ne pourrait rien faire contre ça. Il allait donc devoir vivre avec, voilà tout. Un nouveau soupir lui échappa lorsque Gabrielle lui concéda qu'elle ne s'en mêlerait pas, mais il était profondément soulagé. Un petit poids s'enleva de son cœur maintenant qu'il avait la confirmation du fait qu'elle ne se mêlerait pas de cette histoire et qu'elle ne risquerait donc rien par sa faute.

Sa voix était plus posée, mais elle ne semblait pas d'accord avec sa décision malgré tout. Lorsqu'elle déclara ne pas être prête à accepter ça, Mikhaïl sentit la joie se battre avec la contrariété dans son esprit. Bien sûr, il n'avait pas envie de couper les ponts avec elle, mais il savait que c'était ce qu'il aurait faire. S'il avait été raisonnable, puis surtout beaucoup moins égoïste. Il eut un sursaut de bonne volonté qui s'évapora lorsque Gabrielle se rapprocha de lui afin de déposer un léger baiser au coin de ses lèvres. Lorsqu'elle recula, un bref sourire éclaira ses lèvres avant qu'il ne réponde. L'envie de répondre ou de l'enlacer le démangeait, mais il s'obligea, avec difficulté, à rester immobile.

« Pour être franc avec toi, je n'en avais aucune envie. C'est sans doute pour ça que je n'avais pas... officialisé. Je savais qu'en te revoyant, ma bonne volonté serait mise à mal. »

Il parlait de son choix de couper les ponts comme d'une « bonne chose », mais non parce qu'il en avait envie, au contraire ! C'était simplement parce qu'il savait intimement qu'il ne ferait qu'attirer de mauvaises choses à la jeune femme, voilà tout. Mais elle était assez grande, elle était indépendante et si elle souhaitait continuer à ce qu'ils se voient alors même qu'elle savait les raisons qui l'avaient poussé à agir ainsi, il ne pouvait pas prendre la décision finale à sa place. Au fond, ça l'arrangeait.

Son cœur battait toujours la chamade maintenant qu'elle était aussi proche de lui et il se sentait comme un adolescent qui vivait ses premiers émois amoureux. Mais ce n'était pas le cas, non ? Elle lui plaisait et il pensait beaucoup à elle, voilà tout. Peut-être était-ce à cause de l'atmosphère ou de tout ce qu'ils venaient de se confier, en tous les cas le Russe décida de lui glisser un autre aveu.

« Vu qu'on en est à être totalement sincère, je dois t'avouer que si j'ai voulu couper les ponts aussi brutalement, c'était aussi à cause d'une autre chose. Il se sentait fébrile et s'il faisait assez jour, Gabrielle l'aurait sans doute vu rougir comme un adolescent. Depuis qu'on a commencé à se voir régulièrement, je dois avouer que je pense souvent à toi. Un peu trop souvent en fait. Et souvent dans des situations... pas forcément adaptées. Notamment lors de ses discussions avec l'Antéchrist. Habituellement je n'ai pas de mal à compartimenter ma vie et à me couper des pensées qui ne sont pas adaptées à la situation, mais avec toi ça devient vraiment difficile. »

Il avait pris un ton amusé et sans doute par peur qu'elle se moque de lui, le trentenaire avait baissé les yeux, détournant légèrement le visage du sien.

« Je serais content qu'on continue à se voir, mais.... Il haussa les épaules comme s'il ne savait pas trop comment présenter la situation. J'aurais besoin de ton aide pour éviter de trop déborder. »

Déborder comment ? Il avait tendance à penser qu'elle comprendrait de quoi il voulait parler. Après tous, lors de leurs dernières rencontres, ils avaient été plutôt tactiles et ce n'était justement pas ce qu'il devait faire s'il espérait que la situation s'améliore. Mais en avait-il vraiment envie ? Il ne le savait plus trop. Comme mû par un sentiment totalement contraire à tout ce qu'il venait de dire, Mikhaïl ne put s'empêcher de glisser ses bras autour de la taille de la jeune femme pour la rapprocher définitivement de lui avant de l'embrasser avec un peu plus d'empressement qu'elle avait pu le faire de son côté. Ce geste le remplit d'une satisfaction profonde, un peu comme si ça faisait des lustres qu'il attendait de le faire. Ce qui était sans doute le cas. Une chaleur profonde l'envahit en même temps alors qu'il ne pouvait pas s'empêcher de considérer que c'était ce qu'il devait faire.

Le bon côté de son dérapage ? Si elle lui décollait une gifle, il saurait qu'elle répondait positivement à se demande de l'aider à se réguler !
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Mar 1 Oct 2019 - 17:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Lui promettre qu’elle se tiendrait éloignée de toute cette histoire lui coûtait, mais elle savait que c’était le prix à payer pour que le Russe s’ouvre enfin à elle sur ses semaines de silence. Gabrielle ne valorisait guère les promesses en temps normal, et ç’eut été quelqu’un d’autre, sans doute serait-elle revenue sur ses propos en essayant de prendre les devants et d’agir, en essayant d’en apprendre plus sur les raisons qui le poussait à s’éloigner d’elle comme à savoir qu’elle était la nature du pacte qui le liait pieds et poings. Mais c’était lui, et bien qu’elle ne le lui ait jamais ouvertement dit, elle tenait à lui. Assez pour ne pas trahir sa confiance. C’était, après tout, ce qui l’avait poussée à s’allier avec Miko le temps d’une nuit, pour partir à la recherche de ceux qui avaient mis un contrat sur sa tête.

Elle savait que la situation était la même, à cela près que le mal était fait et que, s’il n’avait pas perdu la vie dans son altercation avec la sorcière, il avait certainement perdu son âme. Lui à qui la religion tenait tant à cœur, lui qui avait bon espoir de rédemption malgré le sang qui tâchait ses mains, qui croyait fermement que sa foi lui permettrait de s’absoudre d’une vie de péché, se voyait condamné irrémédiablement. À l’inverse d’elle, qui se savait perdue à jamais depuis le début. S’il lui avait été donné, elle aurait échangé son âme contre celle de Nikto. Perdue pour perdue, quelle importance cela faisait ? Mais elle lui avait promis qu’elle ne s’en mêlerait pas et elle s’y tiendrait. Parce que c’était lui.

« Des situations pas forcément adaptées, répéta-t-elle. Un sourire amusé ourla sa lippe alors que les sous-entendus affluaient des images dans son esprit. Et c’est une... Mauvaise chose ? Je veux dire, j’ai fini par m’y habituer, personnellement, à ce que tu sois toujours dans un coin de ma tête. Et je ne suis pas meilleure que toi, sauf si tu es enfin prêt à l’admettre. »

La tension était finalement retombée. Ils en étaient revenus à leurs piques habituelles, leur manière à eux de se faire la cour. Les choses étaient revenues à la normale, aurait songé la française si elle avait osé, mais elle savait qu’il n’en était rien. Même si ça lui faisait mal d’y songer, et même si une part d’elle-même ne voulait pas l’admettre, Gabrielle savait que Nikto avait raison. Ils faisaient partie d’organisations momentanément alliées mais leur alliance pouvait voler en éclats à tout moment. Qu’adviendrait-il d’eux dans ce cas ? Et c’était encore sans compter la situation personnelle et compliquée du russe, en admettant qu’il finisse par trouver un arrangement avec sa sorcière ! Prendre ses distances semblait dès lors raisonnable, même s’il semblait évident que ni l’un, ni l’autre, n’était prêt à cela. Il fallait croire que c’était ce qu’il ressortait réellement de leurs discussions.

Mais tandis qu’il avait finalement consenti à ne pas la rayer entièrement de sa vie (ce qu’elle considérait comme une victoire personnelle), Nikto avait également passé un bras autour de sa taille et l’avait attiré franchement à lui pour l’embrasser passionnément. Pouvait-on donner plus de signaux contraires ? Oh, elle ne s’en plaignait pas, bien au contraire ! Elle savoura le goût de ses lèvres, la chaleur et la proximité de son corps plaqué au sien à chaque seconde de leur étreinte. Et lorsqu’il se détacha éventuellement d’elle, elle, ne s’éloigna pas de lui. Sous la lumière grège des toits de Star City, il était aisé de voir à quel point elle était émue. Une large rougeur auréolait ses pommettes, son cœur battait à tout rompre, soulevant sa poitrine par saccades et son souffle était court, si bien qu’elle ne reprit la parole que quelques instants plus tard.

« Ne pas déborder hein, susurra-t-elle. Oui je crois que je peux faire ça... »

Rien de plus simple après tout, il lui suffisait de se comporter exactement comme lors de leurs premiers échanges. Bien sûr, ça n’effacerait en rien ce qu’elle ressentait pour lui, mais ça donnerait l’illusion qu’ils n’étaient que des camarades de jeu, en espérant que ça suffise pour apaiser la conscience de Nikto. C’était ce qu’il lui demandait et elle s’y plierait. Après tout, il n’est rien qu’elle ne ferait pas pour lui – à part trahir SHADOW, cela allait sans dire. Malgré tout, mue par un sentiment d’abandon total, la française se laissa aller à ses pulsions et à contredire par ses actions la promesse qu’elle venait de lui faire. Elle passa ses mains dans les cheveux du Russe, descendit pour caresser la courbe de son visage, courut le long sa mâchoire pour effleurer la chair tendre et chaude de son cou. Puis elle coula son regard flamboyant, où le désir était clairement lisible, dans le sien et un sourire enjôleur ourla sa lippe.

« Mais pas ce soir. »

Non pas ce soir. Ce soir, elle avait d’autres projets pour eux.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 1 Oct 2019 - 20:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Il ne put retenir un léger rire lorsqu'elle souligna les « situations pas forcément adaptées ». Il n'avait pas songé à cela en essayant de lui expliquer ses raisons, mais il n'aurait pas vraiment pu prétendre ne jamais avoir songé à elle lorsqu'il somnolait. En tout bien tout honneur, même son esprit le censurait. Quoi qu'il en soit, Mikhaïl devait admettre que ce n'était pas forcément une mauvaise chose de penser à elle. Qu'elle soit toujours dans un coin de son esprit lui donnait une forme de présence, mais malgré cela... disons qu'il craignait souvent que la sorcière qui représentait son plus grand problème puisse capter certaines de ses pensées. Fort heureusement, la petite boutade qu'elle lança ensuite le dissuada de trop s'appesantir sur la question.

« Non, pas encore, désolé. »

Le ton était amusé. Il la savait très compétente et il aimait leur rivalité dans le travail, cela lui donnait une raison pour qu'il ne se relâche pas et cherche à devenir toujours meilleur ! Et puis, c'était un peu la base de leur relation, le ciment de ce qu'ils avaient ensuite construit.

En parlant de construction, le slave ne savait plus vraiment ce qu'il faisait. Ou plutôt ce qu'il devait faire. Lorsqu'il se rapprocha d'elle pour l'embrasser, ce fut sur une impulsion alors qu'il laissait ses envies prendre le pas sur son esprit pratique, mais il savait très bien que c'était une mauvaise idée ! Enfin... mauvaise parce qu'elle le faisait se contredire, mais c'était bien le seul point négatif qu'il voyait à tout cela. C'est sans doute cette hésitation et la peur de pousser Gabrielle trop loin qui le fit s'obliger à reculer son visage et à chercher à s'éloigner un peu d'elle, non par envie, mais par obligation. Sauf qu'elle ne le laissa pas vraiment faire. La sentir aussi proche de lui et distinguer quelque chose d'inédit dans son regard et dans sa manière d'être ne fit que chasser davantage sa bonne volonté. Il était évident qu'il n'avait aucune envie de se montrer pragmatique ou raisonnable ce soir !

Lorsqu'elle glissa à nouveau ses mains dans ses cheveux avant de laisser ses mains se promener ailleurs, il ne pouvait plus vraiment douter. Il semblait évident qu'ils avaient tous les deux la même idée et surtout la même envie en tête. Pourquoi le nier ? Et pourquoi s'y refuser ? Bien sûr, il y avait la composante religieuse, mais il l'avait déjà bafouée plusieurs fois et jamais pour une « aussi bonne raison ». Qui plus est, il n'était plus à ça près. Après avoir pactisé avec l'Antéchrist, « fauter » avec une femme qui n'était pas la sienne ne serait qu'une broutille. De toute manière, son esprit ne semblait plus guère se soucier de ce détail, il était bien trop accaparé par le regard et le sourire de la jeune femme collée à lui. Sans réfléchir à tout cela et décidant pour une fois de ne pas se soucier de tout ce qu'il devrait faire – mais plutôt de ce qu'il voulait faire – le Russe répondit d'un ton bref.

« Non, pas ce soir. »

Un sourire ourla ses lèvres avant qu'il ne les joigne à nouveau à celle de la jeune femme.

 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Jeu 3 Oct 2019 - 13:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Si on avait dit à Gabrielle quelle tournure prendrait les événements de la soirée, sans doute n’aurait-elle pas voulu y croire. C’était trop… Improbable, le genre de situation qu’elle n’avait jamais envisagée, même pas en rêve. Et surtout pas depuis ces dernières semaines. Non que ça lui déplaise, bien au contraire, mais c’était plutôt surprenant étant donné la raison pour laquelle ils s’étaient retrouvés ce soir. Après tout, il lui avait donné rendez-vous pour la convaincre de couper tous ses liens avec lui, ou tout du moins pour la pousser à comprendre sa décision, et voilà que, quelques temps plus tard, elle se retrouvait pendue à ses lèvres. Comment était-ce arrivé ? C’était surréaliste, mais un observateur aurait surtout trouvé cela particulièrement humain. Parce qu’en dépit de leurs occupations respectives, les deux snipers n’étaient que deux êtres humains qui éprouvaient de toute évidence quelque chose de fort l’un pour l’autre et qui peinaient à mettre leurs sentiments de côté. Comment les blâmer ? Il n’y avait rien de moins naturel que de repousser quelqu’un qu’on aimait.

Un vent frais souffla sur les toits de la ville, hérissant la peau d’une Gabrielle figée dans l’attente. Il y eu cet instant suspendu dans le temps où l’incertitude demeurait ; Elle, elle avait très clairement fait part de son envie de partager cette nuit avec lui. Quitte à ce qu’ils prennent leurs distances après coup, ne valait-il pas en profiter une dernière fois ? Son choix était fait depuis longtemps… Après tout elle n’avait jamais vraiment caché son attirance pour le russe. Elle avait cru que l’inverse n’était pas vrai pendant longtemps, mais il avait peu à peu laissé tomber ses barrières jusqu’à cette soirée fatidique où il lui avait avoué qu’elle lui plaisait. Et jusqu’à ce soir, où il lui avait dit qu’il tenait à elle. Ces deux aveux, et la valeur qu’elle y apportait, changeaient tout mais il y avait encore tellement, tellement de choses qui entraient en ligne de compte ; Ses croyances pour commencer, que Gabrielle respectait, la nécessité qu’ils prennent leurs distances, sa tendance naturelle à se cacher derrière un masque…

Puis il y eut ces quatre mots qui dissipèrent ses doutes en un instant.


 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 3 Oct 2019 - 15:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Lun 7 Oct 2019 - 13:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 7 Oct 2019 - 19:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Mer 9 Oct 2019 - 3:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 9 Oct 2019 - 11:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Jeu 10 Oct 2019 - 16:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 10 Oct 2019 - 19:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)


Un léger sourire étira alors le coin de ses lèvres. Il se sentait stupide de sourire ainsi, mais c'était plus fort que lui. Même s'ils ne recommençaient plus jamais et même s'ils se contentaient d'une relation professionnelle à l'avenir, ils avaient partagé ça et rien ni personne ne pourrait le leur enlever. Au fond, une petite partie de Gabrielle lui avait un jour appartenu. Et c'était bien plus que tout ce qu'il avait pu rêver jusqu'à présent.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Lun 14 Oct 2019 - 0:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur


Bien sûr, elle aurait tout fait pour le garder contre elle, surtout en sachant qu’il s’agissait de leur première et de la dernière étreinte, mais ce qu’ils avaient partagé leur appartenait maintenant et à jamais. Et quelque part, même si ça ne lui suffirait jamais, elle s’en contenterait. Elle ne put toutefois s’empêcher de venir se blottir contre lui, posa sa tête dans le creux de son épaule ; Pour chercher un peu de chaleur, alors qu’un vent frais balayait perpétuellement les toits de Star City, mais aussi pour ne pas rompre le contact avec lui. Une main sur le torse de Mikhaïl, elle essaya d’imprimer les battements de son cœur dans sa mémoire, tandis qu’il semblait bien que rien d’autre ne brisait le murmure silencieux de la nuit. Peut-être le vrombissement lointain de quelques voitures, mais c’était tout. La nuit était calme, étrangement calme, comme si toutes les activités s’étaient mises entre parenthèse le temps de leur offrir cet instant suspendu comme une virgule dans le temps. Après ce qu’il sembla une éternité, qu’elle passa à somnoler tendrement contre lui, il rompit finalement la sérénité silencieuse qui les bordait, étirant un sourire fatigué sur ses lèvres.

« Non, je ne t’en voudrais pas. Bien au contraire, elle était rassurée de savoir qu’ils partageaient le même ressenti. Mais ça aurait pu durer une éternité, et j’aurais toujours trouvé ça trop court. »

Son rire, aérien, s’envola et mourut au-dessus d’eux. Après quelques instants de silence, alourdi par la réalisation croissante que l’heure des séparations approchait à grand pas, ce fut la jeune femme qui brisa cette fois le silence.

« Je t’aime. » Murmura-t-elle.

Rien de plus qu’un souffle entre deux expirations. Elle savait que ça ne changeait rien à leur situation, mais ça donnait un tout autre sens à ce qu’ils venaient de partager. Et elle ne voulait pas qu’ils se séparent sans que ça soit clair pour lui, mais c’était tout. Elle n’attendait pas de réaction de sa part, pas de réponse non plus. Certainement pas, d’ailleurs… Ou tout du moins s’en persuadait-elle, car s’il n’y en avait pas, la suite serait forcément moins difficile. Non ?

« Dis, ça te dérange si on reste encore un peu comme ça ? Demanda-t-elle la gorge serrée. Ses intentions étaient claires et elle ne voulait pas lui forcer la main s’il avait des choses prévues pour la fin de la nuit. Toutefois, dans l’hypothèse où ce n’était pas le cas, elle prit le soin d’ajoute : j’aimerais que tu me racontes un peu où tu as eu toutes ces cicatrices. »

Joignant le geste à la parole, la jeune femme les caressa doucement du bout des doigts. Il y en avait plusieurs, dont certaines étaient particulièrement impressionnantes. Et quel mal faisait-elle à demander ? Ce n’était pas comme si quelques histoires pouvaient lui donner des informations particulièrement importantes à son sujet… Si cette méfiance mutuelle pouvait encore être d’actualité. D’ailleurs, ce n’était pas une façon d’obtenir des informations sur lui, c’était une manière d’apprendre un peu plus à le connaître. Ils avaient beaucoup discuté de leurs enfances respectives et de leur situation actuelle lors de leur dernière soirée, mais pas vraiment de ce qu’il y avait eu entre les deux.

Et même temps si elle connaissait maintenant un aspect particulièrement intime de lui…

Elle savait tout simplement qu’elle n’en saurait jamais assez.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 14 Oct 2019 - 11:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Lorsque la jeune femme vint se blottir contre lui, Mikhaïl glissa son bras autour de sa taille, effleurant sa peau du bout des doigts alors que le silence les enveloppait dans la semi-obscurité de la nuit. C'était une sensation très étrange, il avait presque le sentiment d'être dans un univers parallèle ou de rêver et que tout s'évaporerait dès qu'il ouvrirait les yeux. Mais non. Il sentait toujours la chaleur de son corps contre le sien et entendit sa réponse alors qu'il sourire ourlait ses lèvres, amusé qu'il était. Bien sûr qu'il n'aurait jamais trouvé ça suffisant, mais peut-être était-ce tout simplement parce qu'ils savaient tous les deux qu'il n'y aurait plus d'autre fois ? Probablement. Mais le slave préféra ne pas songer à la fin et se concentra sur l'instant présent.

Ses paupières se fermèrent brièvement, il aurait presque pu s'endormir sur ce toi, avec elle à ses côtés. Dans son esprit, c'était un signe évident de confiance. La première chose qu'il avait apprise à l'armée était bien qu'il ne fallait pas s'assoupir dans un endroit où il n'était pas en sécurité, qu'il puisse le faire à ses côtés était donc assez représentatif à ses yeux.

Quand la voix de Gabrielle brisa le silence pour murmurer un aveu, il crut d'abord l'avoir imaginé. Était-ce réellement un rêve cette fois-ci ? Non. Sans aucun doute possible. Mikhaïl s'était toujours seriné que ce genre de murmure ne lui serait jamais destiné et il avait assimilé l'idée qu'on ne puisse pas s'attacher à lui, mais il savait pourtant que Gabrielle ne mentait pas, qu'elle ne se laissait pas emporter par l'atmosphère si spéciale de ce moment. Les battements de son cœur s'étaient aussitôt emballés et bien qu'il laissa planer quelques secondes de silence, elle dût deviner que cet aveu ne le laissait pas de marbre. L'espace d'un instant, l'ancien militaire songea à garder son propre aveu pour lui... puis il se souvint qu'il était inutile et stupide de cacher l'évidence alors qu'elle avait pu le comprendre dans ses gestes. Parce que oui il mettait désormais un mot sur ce trouble qui le gagnait à chaque fois qu'il pensait à elle, ou encore sur les battements de son cœur qui s'affolaient dès qu'il distinguait sa silhouette. Même sans jamais avoir été amoureux avant aujourd'hui, Mikhaïl savait que c'était bien le cas.

« Je t'aime aussi. »

Il aurait pu lui lancer un simple « idem » ou « moi aussi », mais cela n'aurait pas été représentatif de ce qu'il ressentait. Il avait éprouvé le besoin de lui exprimer clairement ses émotions, même si tout cela ne faisait que rendre leur situation et leur décision plus difficile. Son cœur rata d'ailleurs un battement, se serrant douloureusement et le changement de sujet de Gabrielle fut donc le bienvenu. Un bref sourire éclaira le visage de Mikhaïl, amusé par sa curiosité. Le besoin impératif de protéger sa vie privée s'était envolé avec ses dernières hésitations. La jeune femme était entrée dedans et l'en tenir éloignée n'avait plus aucun sens. Il se rendit d'ailleurs compte qu'elle était la seule personne au monde à avoir un pied dans chaque partie de son existence. Même sa sœur ignorait ce qu'il faisait réellement comme travail.

Ses yeux se baissèrent machinalement sur les doigts de Gabrielle avant qu'il ne réponde d'un ton parfaitement naturel, signe de la confiance qui l'habitait.

« J'avais prévu de passer le reste de la soirée à me saouler seul dans un bar pour oublier ce que je devais faire ici ce soir, alors ton programme me semble beaucoup plus intéressant. Ses doigts remontèrent le long de la taille de la jeune femme alors qu'il poursuivait : Elles n'ont pas toutes la même origine. Les plus vieilles viennent des parties de chasse que je faisais avec mon grand-père quand j'étais encore enfant. Il n'avait plus parlé de lui depuis longtemps, mais c'était une autre vie. La plupart viennent de mon passage dans l'armée. Il se demanda s'il devait préciser, puis considérant qu'il s'était de toute manière lancé sur le sujet, Mikhaïl continua : J'ai été cinq ans dans les Spetsnaz, ça a laissé quelques traces, même en étant en arrière. »

Certains se plaisaient à prétendre que les tireurs d'élite étaient des planqués qui ne méritaient pas d'être considérés comme les égaux de leurs collègues sur le terrain, mais dans les forces d'élite, ce sujet n'était jamais trop abordé. Il avait toujours été respecté par ses semblables, même si les décisions de certains ne lui plaisaient pas.

« Et les plus récentes viennent de cette ville. J'étais d'abord avec la bratva, mais ça ne s'est pas bien passé, alors je me suis réorienté. Le ton était plaisantin, mieux valait en rire qu'en pleurer. Ça ne leur a pas beaucoup plu. Il eut un léger rire. D'ailleurs, la première fois que tu m'as parlé en Russe, j'ai cru que tu étais avec eux. »

Il s'en souvenait encore comme si c'était hier et n'aurait jamais osé imaginer que leur relation puisse évoluer de la sorte. C'était assez logique en un sens. Un léger soupir lui échappa alors que son regard s'échappa sur le bras tatoué de la demoiselle. Il l'avait remarqué un peu plus tôt, mais sans vraiment presque le temps de s'y attarder. Puisqu'ils en étaient aux confidences, le slave décida de l'interroger à son tour.

« C'est joli, mais je ne t'imaginais pas avec des tatouages. Ils ont un sens particulier ? »

Certains les voulaient pour leur simple aspect esthétique, mais quelque chose lui disait que Gabrielle n'était pas du genre à faire un choix aussi permanent sur un simple coup de tête.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Mer 16 Oct 2019 - 0:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ces quatre mots, égrainés dans le vent. Elle crut un instant les avoir rêvés. Ce ne serait pas la première fois, après tout, que quelques voix viendraient lui soupirer au creux de l’oreille. Réminiscences d’une vie qui n’était pas la sienne, elle avait appris à s’en détacher jusqu’à ce qu’elles ne soient plus qu’un bourdonnement lointain qui la rattrapait parfois à la nuit tombée. Mais cette nuit, dans le creux du ciel assombri par le voile qui masquait la Lune, il n’y avait pas de bourdonnement en dehors du ronronnement lointain des voitures en circulation. Il n’y avait que cet aveu formulé avec une sincérité désarmante et qu’elle n’espérait même pas voir prononcé. Mikhaïl n’avait jamais vraiment été très démonstratif et elle n’aurait jamais cru qu’il puisse en être autrement, même après ce qu’ils avaient partagé. Et même après qu’il lui ait avoué à tenir à elle... Là, c’était d’un tout autre niveau. Mais la tranquillité de son timbre, la facilité avec laquelle les mots étaient sortis d’entre ses lèvres ne faisaient plus aucun doute quant au fait que son compagnon était maintenant parfaitement en phase avec ce qu’il ressentait. En phase avec elle. Et elle était heureuse.

Repoussant les vestiges de leur discussion préliminaire, Gabrielle préféra diriger toute son attention sur les mots qui coulaient d’entre les lèvres de son amant. Soudainement, il était devenu beaucoup plus expansif et non seulement était-elle surprise de le constater, mais elle se surprenait aussi à être suspendues à ses lèvres. Elle savait déjà qu’il n’avait pas eu l’enfance la plus évidente qui soit, elle savait qu’il avait même eu le déplaisir d’avoir des conditions de vie difficiles, qui marquaient son corps deux dizaines d’années plus tard. À côté de lui, la jeune femme n’avait clairement pas à se plaindre, puisqu’elle-même n’avait manqué de rien ! Enfin, outre l’amour de ses parents, cela allait sans dire... Mais pour ce qui était du reste, c’était de la découverte ; Ainsi, après avoir fait partie des forces spéciales, il s’était retrouvé dans la mafia ? C’était étrange. S’il s’était agi d’une autre personne, elle aurait pu soupçonner que ce soit une question d’argent mais elle le connaissait assez pour savoir que ce n’était pas sa principale motivation.

« C’est une belle collection en tout cas. » Constata-t-elle d’une voix amusée.

Et ça lui donnait quelque chose de particulièrement irrésistible. Elle constata d’ailleurs que le fait d’avoir consumé leur relation n’avait rien enlevé au désir qu’elle ressentait pour lui, et elle en était amusée et satisfaite. Toujours était-il que la question lui brûlait les lèvres... Pourtant la française ne poussa pas le vice jusqu’à lui en demander plus. S’il voulait le lui expliquer un jour, il le ferait de lui-même. Lorsqu’il en aurait envie, lorsqu’il se sentirait assez en confiance.

« Je savais que j’avais raté ma vocation, j’aurais fait une mafieuse très convaincante. » Rit-elle.

À cela près qu’ils n’étaient pas des ardents défenseurs de la cause féministe et qu’il lui aurait été beaucoup plus compliqué d’y trouver sa place et de gravir les échelons. L’avantage d’avoir déjà eu un pied dans SHADOW, c’est qu’il lui avait suffi de faire ses preuves, sans avoir à se soucier du fait qu’elle soit une femme ou du fait qu’elle soit la fille d’un autre agent. Dans l’Organisation, il n’y avait rien de plus naturel à ce que les enfants suivent les traces de leurs parents. Parfois contre leur volonté. Mais l’important, c’était la finalité.

Mikhaïl lui rétorqua sa question à sa manière. Si elle avait bien quelques cicatrices qui traînaient çà et là, dessinant des veinures argentées sur sa peau, son intérêt s’était plutôt porté sur les tatouages qui ornaient son bras. Nombreux, diverses, ils formaient une mosaïque chaotique et ordonnée qui avait effectivement de quoi interpeller. Mais son compagnon était le premier à véritablement s’intéresser à leur signification, ce qui lui arracha un sourire ému.

« J’en ai fait certains pour marquer des faits importants de ma vie. J’en ai fait certains par erreur. Elle rit doucement. Mais ils ont tous une signification, à leur manière. Ou ils en ont eu à un moment donné. Celui-là par exemple... Elle étendit son bras loin devant elle, désigna une mire. C’est pour fêter la réussite de mon premier contrat. Celui-là, elle pointa un cœur poignardé, c’est lorsque j’ai appris que mon père était mort. Et j’ai fait celui-là quand j’étais à la rue. C’était une erreur. » Ajouta-t-elle en pouffant.

Ce dernier, particulièrement hideux, représentait une grenouille. Pourquoi une grenouille ? Elle n’en avait pas la moindre idée. Sans s’en rendre compte, elle venait de divulguer plusieurs pans de son histoire qu’il ignorait probablement. Ce qui lui faisait penser... Gabrielle se redressa sur un coude pour caresser du regard le beau visage du russe allongé à ses côtés.

« Et je crois que je vais pouvoir en rajouter un nouveau. » Susurra-t-elle tendrement en déposant un baiser au coin de ses lèvres.

Même s’ils étaient destinés à se séparer ce soir, il était une partie importante de son histoire. Une partie vitale et elle voulait le graver dans sa chair... Une façon de le garder un peu toujours près d’elle.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 16 Oct 2019 - 11:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Il n'avait jamais été spécialement fier de ses cicatrices. Ni de rien qui soit en trait avec son physique en vérité. Au mieux, il voyait ces cicatrices comme des souvenirs de ses erreurs. Seules quelques-unes lui rappelaient de bons souvenirs, comme celles en lien avec la chasse qui le poussaient parfois à se remémorer ces moments passés avec son grand-père. Peut-être qu'il devrait songer à retourner dans sa famille un jour, histoire de voir ce qu'ils étaient devenus. Ou peut-être que c'était juste cette sensation de bien-être aussi inhabituelle qu'agréable qui le poussait à se montrer aussi sentimental. Ce n'était pas impossible, en effet.

Ses prunelles caressaient les dessins qui ornaient la peau de la jeune femme. Il ne s'était jamais laissé gagner par cette passion du tatouage, mais il en comprenait parfaitement l'intérêt. Pouvoir graver des souvenirs, des moments forts de sa vie sur sa peau, c'était plutôt attrayant, il devait l'admettre. Mais ce n'était pas sa manière de faire. Mikhaïl craindrait trop qu'on puisse deviner certaines choses sur lui. Pourtant, Duality l'avait fait et il n'aurait jamais soupçonné qu'elle avait connu de telles choses. C'était une découverte inattendue, mais qui lui fit étrangement chaud au cœur. C'était la preuve que leur relation n'avait pas été juste une impulsion, mais qu'elle s'ouvrait sur quelque chose de plus poussé et aussi de plus sérieux. Même en ne restant que collègues, ils partageraient une sorte de lien qu'il s'interdirait d'utiliser contre elle. Peu importait ce qu'il en coûterait, mais ces aveux qu'elle lui faisait étaient bien trop... intimes pour qu'il puisse envisager de s'en servir.

Comme la jeune femme reprit la parole avant d'unir à nouveau leurs lèvres, le slave ne put retenir un sourire amusé. C'était très égoïste, mais l'idée de laisser une trace indélébile quelque part sur sa peau lui plaisait beaucoup. De son côté, elle en avait déjà laissé une évidente dans sa vie, ce qu'il ne se priva pas de souligner.

« Tu as déjà laissé une trace indélébile chez moi. C'est ma manière de ne pas oublier les choses importantes. »

Et pourtant, Dieu savait qu'il n'était pas démonstratif ! Sa sœur le lui reprochait assez souvent et il avait bien conscience que ce trait de caractère avait manqué de lui faire perdre beaucoup. Et s'il ne lui avait pas fixé ce rendez-vous ce soir ? Et si elle n'était pas venue ici ? Mikhaïl préféra ne pas y songer, mais il lui semblait important d'aborder ce sujet, au moins une fois. Même si Gabrielle semblait l'avoir compris toute seule.

« Tu sais, lorsqu'on se reverra la prochaine fois, je ne veux pas que tu crois que quelque chose aura changé. Je ne suis pas... très démonstratif, mais ça n'enlèvera rien à tout ce que je t'ai dit ce soir. De vive voix ou d'une autre manière, bien entendu. Je ne fais pas les choses à la légère. Ça m'importe vraiment. »

De la même manière qu'il avait exprimé clairement ses sentiments pour elle, le slave estimait qu'elle devait l'entendre au moins une fois. Gabrielle avait le droit de savoir qu'elle ne s'était pas fait d'illusions ce soir, mais que c'était bien la vérité, même lorsqu'ils devraient redevenir de simples collègues. Une pensée qui lui serra toujours autant la cœur, mais qui nécessitait d'être abordée. Juste brièvement toutefois. Levant les yeux vers le ciel, il constata que le ciel ne s'éclaircissait pas encore. Il ignorait bien quelle heure il pouvait être. Un léger soupir lui échappa tandis que son regard se reporta sur le beau visage de la jeune femme, le détaillant comme pour le graver dans son esprit.

« Je ne savais pas que tu avais été dans la rue. Ça a dû être difficile pour toi. »

Il n'en dit pas davantage, pourtant ces aveux provoquaient d'autant plus de questions. Pourquoi ? Était-ce à cause de son père ? Avait-elle rêvé d'une autre vie ? Ils avaient déjà plus ou moins abordé ce sujet, mais jamais sans creuser. Au fond de lui, le Russe savait que c'était préférable ainsi : ils prenaient des risques en parlant de tout cela, mais Mikhaïl en avait assez de se taire à chaque fois qu'il se liait avec quelqu'un. Partager leurs vies respectives était presque plus intime que l'échange qu'ils venaient d'avoir au fond. Malgré tout, une question le taraudait, à laquelle il finit par céder.

« Tu m'as dit que ta mère était Russe. Tu l'as bien connue ? Tu as pu découvrir tout ce qui était en lien avec sa vie d'avant ? »

L'ancien militaire soupçonnait Gabrielle d'avoir grandi sans mère. Elle avait beaucoup parlé de son paternel qui semblait avoir gouverné sa vie, mais sa mère restait étrangement absente de ses récits. Une pensée qui serra le cœur du slave : un enfant devait grandir avec un père et une mère pour pouvoir se construire correctement. Et il ne put s'empêcher d'avoir un regret pour cette mère qui n'avait peut-être pas connu son enfant comme elle l'aurait souhaité. Après tout, c'était certainement l'un des plus grand plaisir à construire une famille, de voir son enfant grandir, non ? Sur ce plan, il semblait avoir été plus chanceux qu'elle semble-t-il. Au moins avait-il encore une famille sur qui compter aujourd'hui.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Jeu 17 Oct 2019 - 0:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Gabrielle avait essayé de repousser la pensée aussi longtemps que possible, mais son compagnon avait tout de même abordé la question, voulant s’assurer qu’elle comprenait bien ce qu’impliquait leur situation future. Pour le mieux, elle le savait. Mais elle n’en était que trop consciente. Le levé du jour sonnerait le glas de leur relation, et même si ça ne changeait rien aux sentiments qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre, elle savait aussi que rien ne serait plus jamais pareil. Dorénavant ce serait une relation professionnelle et rien d’autre. Et cette idée la rendait malade.

« Oui... Je sais. » Murmura-t-elle toutefois.

Heureusement, Mikhaïl avait tôt fait de changer de sujet. Ils avaient encore du temps devant eux et la française entendait bien en profiter un maximum. Puisqu’ils en étaient à échanger quelques informations sur leur vie personnelle, elle ne fut pas surprise de voir qu’il cherchait, peut-être malgré lui, à approfondir certains pans de sa vie. Ce qui ne la gênait pas, bien au contraire. C’était touchant de voir qu’il s’intéressait à elle, et ce n’était pas quelques informations sur un passé lointain qui allait mettre en péril son identité d’agent ténébreuse. Pour lui, elle n’était qu’une tueuse à gages, et c’était bien suffisant. C’était cohérent. La question qu’il posa sur son épisode dans la rue lui donna à penser, puisqu’elle n’avait elle-même jamais considéra ça comme une période particulièrement compliquée de sa vie. Pas dans le sens où elle l’entendait tout du moins.

« Difficile... Pas exactement. Elle marqua une pause, prenant le soin de rectifier : je veux dire, oui c’était difficile. Les conditions de vie l’étaient parce qu’il y avait le froid, la faim, la solitude, le danger aussi. Mais c’est aussi la première fois que je me suis sentie véritablement libre. Mis à part ce soir. Nouvelle pause. J’ai fui un avenir qu’on avait choisi pour moi et j’ai eu l’impression d’avoir le contrôle sur mon existence... Jusqu’à ce que je réalise qu’il n’en était rien. Elle haussa les épaules. Au final, le plus dur a été de réaliser que ma liberté n’était qu’un mensonge. »

Et que son père avait été là, à chaque instant. Il avait été là pour la surveiller, s’assurer que tout irait bien pour elle. Il l’avait faite sortir de prison dès qu’elle y avait mis un pied usant de toutes les ficelles, graissant des pattes, pratiquant le chantage. D’aucuns auraient pu y voir une forme d’amour, une manière pour un père puissant de protéger sa fille chérie tout en lui laissant une marge de manœuvre. Mais Gabrielle savait très bien qu’il n’en était rien ; Sa corde avait beau être longue, elle n’en était pas moins attachée autour de son cou. Il avait voulu s’assurer de la rendre fidèle contre son gré pendant des années, mais n’avait pas hésité à voir sa petite rébellion comme une expérience. Comment sa diablesse de fille s’en sortirait-elle, une fois à la rue ? Comment userait-elle de ce qu’il lui avait appris ? La manipulation, le charme, le mensonge, la peur... Si les choses se passaient mal, on la remettait dans le circuit. Juste assez pour qu’elle apprenne de ses erreurs, qu’elle évite de se faire prendre. Tout ça n’avait été qu’une vaste mascarade.

Voilà la question de son père. Quid de sa mère ? Un sourire mélancolique ourla ses lèvres lorsqu’elle vit le visage de cette femme se dessiner dans son esprit. Un visage aux traits flous, indistincts. Elle se souvenait surtout des cris étouffés, des bris de verre et des portes qui claquent. Elle se souvenait de l’odeur du scotch qui la rendait malade à en mourir. Elle aurait préféré qu’il ne pose pas la question, mais elle comprenait son besoin d’en apprendre plus sur elle. La française mit quelques instants à répondre, ne sachant pas trop quoi répondre. Finalement, elle opta pour la franchise.

« Je l’ai connue juste assez longtemps pour la haïr. Gabrielle pinça les lèvres. Ma mère est partie quand j’étais très jeune, les seuls souvenirs qu’elle m’a laissés sont ceux d’une femme violente, hystérique et alcoolique. Elle inspira profondément. Mon père n’était pas un homme facile, il était très exigeant comme je te l’ai dit. Mais lui au moins, il était là. »

Elle avait aimé son père autant qu’elle l’avait détesté. Certaines fois, elle aurait tout donné pour le voir disparaître et maintenant qu’il n’était plus là, elle échangeait tout l’or du monde pour qu’il revienne. C’était étrange. Si elle avait été encline à consulter un spécialiste, il lui aurait certainement dit qu’elle l’abhorrait pour l’avoir manipulée toute son existence, mais qu’elle l’aimait aussi infiniment pour avoir été... Tout simplement là. Pour ne pas l’avoir laissée tomber, même quand elle lui avait tourné le dos, pour ne l’avoir jamais jugée sur ses erreurs, pour lui avoir montré une affection sincère en de rares occasions. Autant de raisons qui faisait qu’elle exécrait d’autant plus cette femme qui lui avait donné la vie, puis qui l’avait tout simplement abandonnée. Elle s’était longtemps dit qu’elle avait été trop jeune pour ressentir le manque, mais elle se posait maintenant la question de savoir si c’était vrai.

« Je n’ai pas su grand-chose d’elle. Je sais qu’elle est née près de Moscou, pendant la guerre froide. Elle n’a pas eu une vie facile mais elle a réussi à devenir ballerine au Bolchoï, c’est là qu’ils se sont connus. C’est pour ça qu’il a voulu que je fasse de la danse classique. Elle marqua une pause. Le pire dans l’histoire, c’est que je ne sais même pas si elle est en vie. Mais si elle l’était, elle aurait cherché à me retrouver non ? On n’abandonne pas son enfant, si ? »

Cette idée lui semblait inconcevable. Elle n’avait jamais caressé l’idée d’avoir un enfant, mais elle sait que si ça devait arriver un jour, elle ne reproduirait pas les mêmes erreurs. Après un instant, elle soupira doucement, sourit tristement et reprit la parole.

« Je crois que j’ai plombé l’ambiance. Et si tu me racontais une anecdote sur toi ? Tu dois bien en avoir quelques-unes en réserve. »

Avec un peu de chance, ça réchaufferait un peu la discussion.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 17 Oct 2019 - 11:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
La vie de Gabrielle semblait avoir été très compliquée. Et pleine de mensonges. Parfois, il se demandait comment elle avait fait pour ne pas perdre la tête et pour réussir à devenir ce qu'elle était aujourd'hui. Bon, peut-être que le commun des mortels considérerait que tuer des gens pour gagner sa vie n'était pas une réussite, mais aux yeux du slave, la jeune femme avait réussi à s'en tirer avec brio. Malgré tout, il ne pouvait pas s'empêcher de ressentir une pointe de tristesse pour elle. Ses souvenirs étaient tous teintés d'amertume ou des contrariété. Il espérait simplement qu'elle en conservait qui éveillaient un peu de joie lorsqu'elle y repensait. On ne pouvait pas vivre sans ça. Juste survivre à la limite et encore.

« Je suis désolé. »

Ce n'était pas une formule toute faite lancée comme ça, il le ressentait vraiment ainsi. Malgré sa tendance à ne pas montrer ses émotions, le trentenaire avait toujours été assez empathique et c'était justement ce qui lui compliquait la vie. Penser à la Gabrielle de jadis qui découvrait tout à coup que sa vie était un mensonge l'attristait, mais il était malgré tout heureux d'en savoir plus sur elle et de mieux la comprendre.

Mais cette histoire semblait être bien moins douloureuse pour elle que l'histoire de sa mère. Lorsqu'il vit un sourire mélancolique ourler ses lèvres, Mikhaïl songea à lui dire qu'elle n'était pas obligée de répondre, mais la jeune femme reprit finalement pour lui dessiner la situation. Une fois de plus, ce souvenir n'avait rien de positif... Mais elle était jeune. Est-ce que sa mère avait réellement déserté parce qu'elle était alcoolique et ne voulait pas de cette vie... Ou avait-elle fait ce choix pour protéger son enfant ? Pourtant, il pensait comme Gabrielle : on ne pouvait pas abandonner son enfant. C'était la chair de sa chair, on pensait à lui en permanence et on faisait tout pour le protéger. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'il s'était définitivement refusé ce projet : parce qu'il savait que c'était trop risqué avec sa vie. Alors, il comprenait où elle voulait en venir.

Toutefois, avant qu'il ne puisse répondre, la demoiselle reprit la parole pour changer de sujet. Mikhaïl en comprenait la raison, mais pour une fois, il décida d'exprimer le fond de sa pensée. Pas longtemps, juste une phrase. Mais le sujet était trop important pour qu'il se contente de se taire.

« Tu sais, parfois on aime tellement quelqu'un qu'on accepte que la seule manière de le protéger soit de disparaître de sa vie. »

Il ne connaissait pas la mère de la jeune femme, pas plus que leur histoire et même s'il aurait aimé pouvoir l'aider, le slave savait que c'était une mauvaise idée. Explorer son passé pourrait être pris comme une trahison, surtout s'il y découvrait des choses qu'il ne devrait pas savoir. Alors, aussi dur soit-il de l'accepter, Mikhaïl en resterait là. Histoire de ne pas ajouter au malaise et à la tristesse de sa compagne, le trentenaire reprit donc la parole après avoir laissé planer quelques secondes de silence à peine.

« D'ailleurs, tu ne plomberas jamais l'ambiance. Ce qui te concerne m'intéresse. Sa main effleura à nouveau la taille de Gabrielle avant qu'il ne poursuive. J'ai quelques anecdotes, oui, mais je ne sais pas lesquelles sont intéressantes. »

Il y avait bien celles à l'armée, ou encore dans la marine marchande, mais bizarrement, Mikhaïl n'y pensa pas immédiatement. Ces périodes n'avaient pas été malheureuses, mais ce n'était pas l'époque de sa vie où il était le plus heureux. Et avec elle, il préférait ne garder que le positif pour oublier le reste. Après quelques secondes d'un nouveau silence, un bref sourire ourla ses lèvres avant qu'il ne reprenne.

« Quand j'étais petit, mon grand-père nous emmenait souvent à la chasse, mes frères et moi. Il nous avait promis que celui qui lui rapporterait le plus de gibier lors de la prochaine chasse aurait une récompense spéciale. Je me suis entraîné pendant des jours sur des cibles en bois jusqu'à ce que je sois sûr de gagner, mais le jour de la chasse j'ai été incapable d'appuyer sur la gâchette. Je me disais que je n'avais pas le droit de tuer des petits animaux juste pour avoir ce cadeau. Alors, je suis revenu bredouille. C'était étrange comme les souvenirs affluaient d'eux-mêmes. Les autres avaient tous quatre ou cinq lapins, mais c'est à moi que mon grand-père a donné le cadeau spécial. Machinalement, sa main se leva vers le-dit cadeau : la médaille religieuse qu'il portait autour du cou. Il disait qu'on ne devait jamais faire du mal à quelqu'un d'autre pour notre propre bonheur. Il eut un sourire désolé. Je me demande ce qu'il penserait de la manière dont je gagne ma vie aujourd'hui. »

Il n'avait pas vraiment respecté ce précepte, bien au contraire. C'était l'une des seules raisons qu'il avait de se sentir honteux de son métier... En plus de bafouer ses croyances bien sûr. Bon, l'anecdote n'était pas forcément joyeuse ou très parlante, mais c'était la première qui lui était venue en tête. Chassant ces pensées, Mikhaïl préféra poser ses yeux sur le visage de la jeune femme à ses côtés.

« Parle-moi de toi. »

De ce qu'elle voudrait, que ce soit une banalité sur ses habitudes, n'importe quoi qui lui permette de se dire qu'il en savait un peu plus d'elle.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Sam 19 Oct 2019 - 11:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Gabrielle savait que son histoire pouvait sembler dramatique pour ceux à qui elle la racontait, même s’ils se comptaient sur les doigts d’une main. Pourtant, la jeune femme ne s’était jamais vraiment considérée comme malchanceuse. Après tout, elle n’avait jamais manqué de rien de toute son existence et avait même carrément vécu dans l’opulence. Ce qui était toujours le cas, d’ailleurs ! Et même si on disait que l’argent ne faisait pas le bonheur, elle était consciente que ça aidait grandement à s’en approcher. Par ailleurs, elle n’avait pas grandi orpheline, même si elle n’avait toujours eu sa mère auprès d’elle. Et même si on père était quelqu’un de froid et s’austère, il avait su lui montrer son affection en de rares occasion et il avait fait d’elle quelqu’un de puissant. D’aucuns pouvaient arguer qu’on l’avait poussée entre les mains de l’Organisation, qu’on l’avait endoctrinée, mais Gabrielle n’était pas d’accord ; Elle avait fait ses propres choix et ces choix l’avaient menée sur les traces de son père. Pour le mieux. Leur société était pourrie, l’humanité condamnée. Il n’y avait que l’Ombre, que SHADOW qui pouvait modeler le monde pour en faire quelque chose de meilleur.

Mais Mikhaïl compatissait et, pour toute réponse, la jeune femme se recroquevilla amoureusement contre lui et poussa un soupir satisfait. Elle aurait cru qu’évoquer ces souvenirs avec lui soit plus étrange ou plus douloureux mais il n’en était rien. En fait, si elle se sentait mélancolique, elle se sentait aussi étrangement apaisée, heureuse de partager cela avec lui. Lorsqu’il évoqua les raisons pour lesquelles sa mère avait pu l’abandonner, un sourire tendre ourla les lèvres de la française. Elle savait qu’il n’en était rien parce que son père le lui avait dit : sa mère était partie parce qu’elle était malade, que son accouchement et son expatriation l’avaient faite tomber dans une profonde dépression et qu’elle ne parvenait plus à assumer d’épouse et de mère. Il n’y avait pas eu d’amour dans sa décision, pas une seule pensée pour sa fille. Elle avait agi de façon impulsive, égoïste. Est-ce qu’elle lui en voulait toujours ? Oui et non. On ne pouvait jamais vraiment pardonner ce genre de comportement… Mais avec le décès de son père, elle avait pris la décision d’enterrer le passé et le ressentiment.

« Je vais choisir de croire que tu as raison. » Pouffa-t-elle.

Et il était tellement adorable et attentionné qu’elle avait simplement envie d’avoir des pensées positives et de sortir de cette discussion qui, quoiqu’il en dise, était particulièrement navrante. Par ailleurs, il avait accepté de lui raconter une anecdote sur lui aussi s’était-elle confortablement installée et avait fermé les yeux pour essayer de mieux visualiser ce qu’il racontait. Elle imaginait sans mal les paysages de la taïga qu’elle voyait s’étendre à des kilomètres et des kilomètres, balayées par un vent cinglant, même en été, sous un ciel cristallin. À perte de vue, ces plaines verdâtres aux herbes basses, drues et odorante qui disparaissaient sous des mètres de neige lorsque l’hiver frappait. Elle imaginait les bois dense qui encerclaient son village. Elle l’imaginait lui, en train de manier un fusil trop grand pour sa stature mais déjà incroyablement doué. Ce genre de talent ne s’apprenait pas. C’était un souvenir doux, teinté de l’amertume d’une vie qu’il déplorait.

Gabrielle ouvrit les yeux et se redressa sur un coude pour le couver du regard, poser sa main sur celle qui tenait encore le médaillon entre ses doigts.

« Tu ne fais pas ça pour le plaisir, murmura-t-elle avec douceur. C’est un travail, rien de plus. Ça ne définit pas qui tu es. Un sourire ourla ses lèvres. Moi je trouve que tu es une belle personne, qui a malheureusement été amené à faire de mauvaises choses. »

Il pouvait arguer qu’elle n’était pas objective et c’était certainement vrai. Mais il nourrissait tant de doutes et tant de remords vis-à-vis de sa vie qu’elle ne pouvait pas imaginer un instant qu’il éprouve de la joie à appuyer sur la gâchette. Et il était loyal, même avec elle, même alors qu’ils étaient de fait des rivaux et avait cherché à la protéger ce qui signifiait qu’il tenait à ses proches.

« En tout cas c’est un beau cadeau. Le genre qui passe de génération en génération. » Approuva-t-elle.

Son propre grand-père ne lui avait rien laissé de particulièrement intéressant. Son arrière-grand-père lui avait légué un devoir envers SHADOW – dont elle se serait bien passée – et son père lui avait laissé en héritage une fortune et sa propre place au sein de l’Organisation. Rien qui vaille la peine d’être raconté, réfléchit-elle lorsqu’il lui demanda de lui raconter quelque chose sur elle. Gabrielle décida de lui donner des informations pêle-mêle.

« Tu le sais déjà, mais je suis riche. Du genre vraiment riche, ajouta-t-elle en ricanant. De fait, j’ai des goûts de riche donc j’aime la bonne nourriture, le bon alcool et les beaux vêtements. Si j’avais le temps, j’aurais sûrement des passe-temps de riche donc heureusement que j’ai une vie secrète très chargée. J’ai appris à jouer à des instruments quand j’étais plus jeune, aussi. Du piano et du violon, précisa-t-elle. Mais j’ai perdu énormément depuis donc je ne suis pas sûre d’être encore capable de jouer quelque chose. Et elle n’avait pas envie d’essayer, par pitié pour ses voisins. Par contre j’aime énormément la musique. »

Après quelques secondes d’hésitation, Gabrielle suspendit son flot de paroles…

Après tout, il y avait bien autre chose que son père lui avait cédé.

« Je suis une mutante. » Dit-elle d’une voix blanche.

Elle ne savait pas trop de quelle manière son amant pouvait réagir à la nouvelle, aussi préférait-elle agir avec prudence. Elle songea brièvement que ce n’était peut-être pas une bonne idée de dévoiler toutes ses cartes à un adversaire… Mais la française avait maintenant bien du mal à le considérer comme tel. Et puis s’ils devaient être amenés à s’affronter, il s’en rendrait compte bien assez tôt.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 19 Oct 2019 - 13:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Mikhaïl Lesovsky
Hell Club

Personnage
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Joueur
La vérité est la meilleure des excuses Rang

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 07/05/2018
ϟ Nombre de Messages : 2069
ϟ Nombre de Messages RP : 660
ϟ Célébrité : Jude Law
ϟ Crédits : étangs noirs.
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Thanatopracteur
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m73 pour 64kg, cheveux bruns coupés courts, yeux bleus. Accent russe prononcé.
ϟ Pouvoirs : .
COMPÉTENCES
- Maîtrise du Samoz
- Maîtrise des Fusils de précision
- Maîtrise des couteaux
- Maîtrise des couteaux de lancer
- Maîtrise des bolas
- Techniques de survie
- Techniques d'interrogatoire
- Parkour
- Détection du mensonge
- Menteur convainquant

ÉQUIPEMENTS
- Équipements de base
- Dispositif d'invisibilité
- Brouillage de la chaleur
- Blocage des signes vitaux
- Champ de force
- Dispositif d'atterrissage
- Vision de l'aigle
- Gantelet grappin

- Munitions spécifiques
- SVD Zaïtsev

Détails ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 0/2 (ouvert)
Il comprenait qu'elle exprime des doutes quant au fait que sa mère puisse avoir agi par amour. Visiblement, son père l'avait élevée en lui serinant que sa mère était une alcoolique qui l'avait abandonnée, il était logique qu'elle le pense encore aujourd'hui ! Cela dit, le Russe avait appris qu'il valait mieux avoir toutes les composantes d'une situation avant de pouvoir en tirer une conclusion. Toutefois, cette situation ne le regardait pas, même s'il aurait voulu pouvoir l'aider à se sortir de cette vision négative. Au fond, peut-être que son père lui avait dit la vérité et que se replonger là-dedans lui ferait surtout du mal.

Il soupira légèrement, laissant un bref sourire ourler ses lèvres avant de lui raconter son histoire. Une touche de mélancolie lui était tombée dessus sans qu'il ne le voit venir. Son enfance avait été relativement heureuse et il regrettait bien évidemment ces souvenirs, mais peut-être les embellissait-il ? Probablement. Quoi qu'il en soit, le geste et les paroles de Gabrielle furent un réconfort certain. Savoir qu'elle le considérait comme une bonne personne lui réchauffait le cœur, même s'il ne pouvait pas s'empêcher de se dire qu'elle se voilait la face. Et qu'elle ne savait pas tout ce qu'il avait fait pour en arriver là où il était aujourd'hui. Malgré ça, ça lui faisait bien de l'entendre dire ça.

« Ton avis est tronqué, tu n'es pas objective. Nia-t-il, un léger sourire ourlant ses lèvres. Mais merci, ça me touche que tu penses ça de moi. »

Il aurait pu lui dire qu'il pensait la même chose d'elle, mais ça aurait eu l'air.... faux. Or, c'était ce qu'il ressentait en apprenant à la connaître. Et, de toute manière, elle le savait bien. S'il avait été réservé au sujet de ses sentiments lors de leurs précédentes rencontres, il avait toujours été franc sur ce qu'il pensait d'elle, de son talent et surtout de ce qu'elle était. Mikhaïl la respectait et ça n'avait rien à voir avec ses sentiments pour elle.

Délaissant le médaillon, le slave esquissa un nouveau sourire, cette fois-ci un peu plus amer, lorsqu'elle parla de l'héritage qu'il représentait. Oui, c'était un beau cadeau, la seule chose qu'il ait conservée de sa vie d'avant. Et la seule à laquelle il tenait réellement. La preuve : il ne s'en était jamais séparé ! Mais il savait qu'elle n'appartiendrait jamais à personne d'autre. Il s'était refusé le droit de fonder une famille et il n'y aurait personne pour hériter de cette médaille, sauf s'il décidait de la donner à son neveu, ce qui serait probablement la meilleure chose à faire. Sinon, elle risquait bien de finir au fond de la poche du membre de la bratva qui finirait par l'avoir. Une pensée qu'il ne pouvait tolérer, mais qu'il préféra écarter pour le moment.

« Tu dois avoir raison. »

Il accueillit avec plaisir ses mots lorsqu'elle commença à lui parler d'elle. S'il avait compris qu'elle était riche, Mikhaïl n'avait jamais envisagé qu'elle soit très riche pour autant. Mais c'était une bonne pour elle, au moins ne manquerait-elle de rien... Même si l'on ne pouvait pas vraiment dire qu'elle déborde de joie et de bonheur. La richesse n'apportait pas tout semble-t-il. Un bref sourire ourla ses lèvres lorsqu'il l'entendit parler de musique. Lui aussi l'aimait beaucoup, même s'ils n'adhéraient sans doute pas au même style. Mais il savait aussi jouer du violon, relativement bien d'ailleurs, même s'il n'en avait plus sous la main depuis quelques années, ayant vendu le sien pour se faire un peu d'argent pendant une période creuse. Tous ces petits aveux lui plaisaient, il en apprenait plus sur elle, mais le dernier le surpris un peu. Le trentenaire tourna la tête pour poser un regard vaguement étonné sur elle, mais pas effrayé pour autant. Il avait relevé le changement dans sa voix et ne la laissa donc pas mariner longtemps avant de répliquer.

« Ah oui ? C'est pour ça que tu peux me tenir tête pendant les contrats en fait ? Le ton était léger, plaisantin. Je me disais aussi que tu t'en sortais un peu trop bien. Un bref sourire passa sur ses lèvres. Tu as l'air de t'inquiéter de ma réaction. Les gens réagissent mal habituellement ? Ce n'est pas mon cas. Te le reprocher, ce serait comme de te reprocher d'avoir les yeux bleus ou les cheveux blonds. Tu es née comme tu es et ça fait partie de toi, c'est tout. »

Après avoir relâché son médaillon, Mikhaïl avait reposé sa main sur son propre ventre, mais il la releva pour venir caresser le visage de la jeune femme tout en la détaillant du regard. Il ne voulait pas qu'elle se sente jugée, ni même repoussée. Il en faudrait plus pour l'éloigner d'elle, si tant est que cela soit possible.

« Il faudra que tu te remettes à la musique alors. J'aimerais beaucoup t'entendre jouer un jour. J'aime aussi la musique. Même si ses goûts différaient sans doute des siens, mais c'était sans importance. Je note que je ne m'étais vraiment pas trompé en disant que tu avais une démarche et une grâce de danseuse. Il marqua une légère pause, puis reprit d'un ton plus mesuré. J'imagine alors que si tu continues à rester dans le métier, c'est plus par obligation que par besoin. Si elle était riche, elle n'avait pas besoin de travailler pour vivre logiquement. Sa main caressa légèrement sa joue. Je sais que tu vas refuser, mais si je peux faire quelque chose pour t'aider, tu sais que tu as juste à me demander. »

Même s'il savait très bien qu'il atteignait certainement la limite de ce qu'ils pouvaient partager.
 
Revenir en haut Aller en bas


Le patriotisme, c'est l'esclavage
Patriotisme. Seule forme avouable de xénophobie

Message posté : Dim 20 Oct 2019 - 8:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Discuter de filiation était compliqué pour elle. Parce que son ascendance n’était pas des plus glorieuses et qu’elle n’était pas certaine de pouvoir se permettre d’avoir un jour des enfants, même si elle savait que son héritage devait être perpétué. De toute évidence, le sujet n’était pas plus facile à aborder pour lui, même s’il avait semblé jouir d’une enfance relativement calme en comparaison de la sienne. Pourtant, elle avait entendu son changement d’intonation, entendu le sourire amer qui s’étira sur ses lèvres. En faisant rouler la médaille entre ses doigts, Gabrielle songea combien c’était triste ; Son compagnon méritait de fonder une famille et elle ne savait pas vraiment ce qui l’empêchait de le faire, même si elle se doutait que sa situation devait y être pour quelque chose. Peut-être aussi qu’il se disait qu’il n’en avait pas le droit, que c’était incompatible avec le métier qu’il exerçait. Elle aurait voulu l’aider à lui montrer combien il se trompait, mais se trompait-il vraiment ? Après tout, il lui avait avoué avoir eu quelque chose différends avec la Bratva, un contrat avait été mis sur sa tête il y avait encore peu de temps. Difficile d’imaginer fonder une famille dans ces conditions. Même si, avec l’aide de Miko, elle travaillait sur ce dernier point.

Dans une autre vie, elle aurait été simple ballerine et lui simple ouvrier. Et ils auraient pu vivre ensemble, être heureux, fonder une famille sans se soucier du fait que leur vie pouvait basculer du jour au lendemain. Même si leurs choix les avaient conduits sur des chemins tortueux, ils les avaient aussi conduits dans les bras l’un de l’autre et la française ne pouvait s’empêcher d’imaginer que la vie aurait pu être différente. Et quelque part, même s’il l’attristait, ce constat lui réchauffait aussi le cœur, comme si leur relation était la seule constante de leur existence. Malheureusement, tout comme son patrimoine génétique, Gabrielle n’avait pas eu le choix de la vie qu’elle avait mené. C’était son héritage à elle, voilà tout. Elle avait craint un instant que son aveu ne provoque une catastrophe et dire qu’elle s’en serait voulue à mort, ça aurait été encore loin de la vérité. D’ailleurs, elle avait intercepté son regard surpris et craint un instant qu’il ne veuille dire autre chose. Mais Mikhaïl balaya ses doutes en un instant et s’employa à lui répondre avec humour, désamorçant une situation qui n’avait jamais vraiment existé. Son ton plaisantin arracha un sourire à Gabrielle. Elle esquissa une moue faussement vexée mais ne s’écarta pas de lui pour autant.

« Ah ! Je savais que tu allais dire ça, tu es prévisible ! C’est pour ça que je suis meilleure que toi, le taquina-t-elle avant de marquer une pause, pour reprendre d’un ton sérieux. Les gens ne savent pas, en général, à moins de travailler régulièrement avec moi. Je ne l’ai jamais vraiment dit en fait. Je crois que c’est pour ça que j’avais peur de ta réaction. Elle marqua une nouvelle pause. Pour ça, et parce que ce que tu penses de moi m’importe énormément. »

C’était l’évidence même. Elle avait des sentiments profonds pour lui et même si les méta-humains étaient bien acceptés dans la société, elle savait aussi qu’il existait des individus qui les considéraient comme des anomalies et qui les rejetaient. Elle ne voulait pas qu’il la rejette et le soulagement qu’elle ressentit lorsqu’il caressa sa joue était palpable. Elle se laissa aller à un soupir rasséréné et se lova amoureusement dans sa main. Tout ça lui donnait envie de mettre un peu de normalité dans sa vie.

« Tu sais quoi ? Tu as raison. Peut-être bien que je devrais m’y remettre. Cette idée lui plaisait vraiment. Tu dis que tu aimes la musique, mais tu n’as jamais voulu apprendre à en jouer toi ? Pourtant c’est plutôt une institution en Russie. »

Faire de la musique était très courant, danser aussi. Quand elle y réfléchissait, quelque chose lui disait que c’était peut-être la façon qu’avait trouvé son père de la rapprocher de sa mère absente. D’autres fois, elle se disait qu’il avait simplement eu envie d’en faire une esthète, qu’elle réponde à un idéal d’héritière qu’il imaginait sans se soucier de ses propres désirs. Comme lorsqu’il l’avait poussée à embrasser les idéaux de SHADOW.

« Obligation oui… On peut dire ça comme ça, répéta-t-elle songeuse. Elle savait qu’elle ne pouvait pas lui en parler, mais n’était pas désireuse non plus d’éluder la question ou de lui mentir. Il y a des choses que je ne peux pas te dire. Ce n’est pas parce que je ne le veux pas, si je le pouvais, je partagerais tout avec toi. Elle marqua une pause, espérant qu’il comprenne combien elle était sincère et combien ces mots lui coûtaient. L’Organisation dont je fais partie emploie des méthodes… Discutables. Mais le monde ne va pas bien… Et je crois sincèrement qu’elle peut parvenir à faire changer les choses. Que je peux faire changer les choses. Un sourire gêné ourla sa lippe. Quand j’étais plus jeune, j’aurais tout donné pour fuir mes responsabilités familiales à ce sujet. Je l’ai fait d’ailleurs. Mais aujourd’hui je commence seulement à comprendre que c’est un mal nécessaire. Je façonne un monde meilleur pour les prochaines générations. Alors même si ce n’est pas la vie dont j’aurais rêvé… Elle laissa sa phrase en suspens. Mais je suis touchée par ta proposition et je te la retourne. »

Elle se redressa sur un coude, vint déposer un baiser sur ses lèvres. Elle savait qu’il était honnête dans sa proposition, mais la vérité c’est qu’il n’y avait pas vraiment d’aide à lui apporter. Ou alors il le faisait déjà en lui apportant un souffle d’air frais. Ce n’était pas comme lui, pour ses démêlés avec la Bratva ou le contrat sur sa tête – même si elle était persuadée qu’il n’accepterait jamais son aide. Par fierté ou parce qu’il ne voulait la mêler à ça… Sans savoir qu’elle l’avait déjà fait.

Désireuse d’alléger un peu la discussion, Gabrielle laissa ses pouvoirs affluer. Elle s’était perfectionnée ces dernières semaines, et ses progrès avaient été exponentiels. Si bien qu’il ne lui avait pas fallu longtemps pour sonder les lieux et trouver le transformateur qui l’intéressait. D’une impulsion, elle l’éteignit ce qui plongea dans le noir une grande partie du quartier. Etant donné l’heure tardive, personne ne le remarquerait. Mais au-dessus d’eux le ciel semblait s’être enflammé ; Les étoiles brillaient comme jamais maintenant qu’il n’y avait plus de pollution lumineuse, dans un spectacle magnifique que l’environnement urbain ne permettait pas souvent d’observer.

« C’est mieux comme ça, tu ne trouves pas ? » Demanda-t-elle d'une voix douce.

Une question ouverte. Il était difficile de savoir exactement ce dont elle parlait.

Mais ça valait peut-être mieux ainsi.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
La vérité est la meilleure des excuses
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
La vérité est la meilleure des excuses Categorie_6La vérité est la meilleure des excuses Categorie_8


La vérité est la meilleure des excuses Categorie_1La vérité est la meilleure des excuses Categorie_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La vérité est la meilleure des excuses Categorie_6La vérité est la meilleure des excuses Categorie_8

Sauter vers: