Le monde est sa propre magie - Page 4 Bouton_vote
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Le monde est sa propre magie - Page 4 Categorie2_1Le monde est sa propre magie - Page 4 Categorie2_2bisLe monde est sa propre magie - Page 4 Categorie2_3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 

Le monde est sa propre magie

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 14 Oct 2019 - 16:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5189
ϟ Nombre de Messages RP : 1817
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan, Mikhaïl, Ezio, Jay, Hakon
ϟ Âge du Personnage : 120 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5189
ϟ Nombre de Messages RP : 1817
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan, Mikhaïl, Ezio, Jay, Hakon
ϟ Âge du Personnage : 120 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Apparemment, Lene était aussi perdue que lui. Le mage se demandait ce qu'ils allaient bien pouvoir faire lorsque l'imprévu se produisit : le fiancé désolé se jeta sur son adversaire, réussissant à le faire chuter au sol avant de le poignarder avec une arme sortir de nulle part. C'est en voyant le sang couler qu'Adrian songea qu'ils auraient sans doute dû penser à le fouiller pour le désarmer. Mais il était un peu trop tard pour s'en désoler !

Soupirant profondément, Adrian esquissa un geste vers le Maréchal tandis que sa collègue intervenait pour plaquer l'Anglais au sol, mais leur précédent allié recula aussitôt, semblant les considérer comme des adversaires. Était-il fou ? L'Archimage ne put s'empêcher de s'interroger sur ce qui venait de se passer. Était-ce écrit dans le livre et se contentaient-ils de suivre la trame, ou en intervenant les deux contemporains avaient réussi à tout changer ? Quoi qu'il en soit, le mage n'eut pas franchement l'occasion de s'attarder sur ce point : le Maréchal était visiblement furieux et avait décidé de les mettre aux oubliettes ! Mais il en faudrait plus pour que le centenaire se laisse manipuler de la sorte. Ils avaient essayé d'aider des Français, ce n'était pas pour que ces derniers les traitent comme des traîtres !

Esquissant un pas vers le Maréchal tout en essayant d'ignorer les pointes de lance orientées dans leur direction, l'Archimage s'adressa à l'homme d'un ton aussi sérieux que possible.

« Allons ! Nous vous avons aidés, nous sommes venus ici pour ça, vous nous l'avez dit vous-mêmes ! Nous avons accepté de vous écouter, nous sommes allés nous mettre en danger pour vous aider et vous nous traitez comme si nous avions prévu tout ça. » Il secoua la tête. « Nous ne savons même pas ce que nous devions faire ici, c'est totalement fou de croire que nous fomentons un piège. »

Les soldats s'échangèrent quelques regards, Adrian ne savait pas si c'était à leur avantage ou non, mais dans les deux cas, il ne comptait pas en rester là. Inspirant profondément en espérant sincèrement qu'il n'allait pas se prendre un coup de lance dans le ventre, le centenaire reprit d'un ton toujours aussi maîtrisé.

« Je peux vous soigner, ce sera rapide. Laissez-moi faire et laissez-nous parler à dame Charlotte pour qu'elle approuve votre version. »

Avec un peu de chance, la dulcinée de ces deux messieurs serait dans les environs ? Adrian n'ayant pas encore vu cet endroit, il ne pourrait pas les y téléporter, donc autant dire que si elle se trouvait à plusieurs dizaines de kilomètres d'ici, ils risquaient bien de ne pas pouvoir obtenir sa version. Surtout avec un moyen de locomotion aussi primitif qu'un cheval sellé. Si la chance voulait bien leur donner un coup de pouce, Adrian ne serait vraiment pas contre.

    1 à 5 : il accepte et dame Charlotte est dans les environs.
    6 à 40 : il accepte, mais dame Charlotte est dans le village à côté.
    41 à 60 : il accepte, mais dame Charlotte est loin d'ici.
    61 à 95 : il refuse, mais ne se montre plus hostile avec eux.
    96 à 100 : il refuse et les fait enfermer sur-le-champ.


Le Maréchal fronça les sourcils, apparemment intrigué par les paroles du magicien, mais finit par adresser un geste aux hommes qui pointaient toujours leurs lances dans la direction du quatuor. Les armes se baissèrent, mais des soldats restèrent à proximité de Lene et de son prisonnier, prêts à prendre la relève si la jeune femme décidait de leur confier l'Anglais. Après un bref silence, le Maréchal reprit d'un ton moins hostile, mais où pointait un douleur évidente. Il commençait d'ailleurs à suer sérieusement.

« Bon. D'accord. Soignez-moi et nous verrons la suite. Mais dame Charlotte n'est pas dans les environs, elle est à l'abri loin d'ici. » Il jeta un coup d’œil hostile à son assaillant. « Il va falloir faire autrement. »
« Bien. Nous verrons cela après, en attendant il faudrait que nous allions dans une pièce un peu plus tranquille. Vous devez me laisser voir votre blessure. » Une hésitation passa dans le regard du Maréchal.
« Soit. Suivez-moi. »

Pivotant sur lui-même avec une certaine difficulté, le Maréchal se déplaça jusqu'à approcher d'une pièce à peu près en état. Elle était pleine de divers matériaux, mais suffisamment spacieuse pour qu'ils puissent débarrasser le blessé du haut de son armure et laisser l'accès à la blessure. Adrian s'en approcha, y jeta un coup d’œil et fut assez rassuré.

« C'est plutôt grave, mais ça reste à ma portée. Ça va provoquer une sensation étrange, alors ne vous inquiétez pas. »

Sans perdre de temps, Adrian approcha sa main de la blessure, mais sans la toucher. Stimulant ses cellules, le mage les poussa à se régénérer plus rapidement que la moyenne et à reconstituer ses tissus jusqu'à ce que la blessure disparaisse totalement. Bien sûr, ce n'était pas forcément agréable et cela puisait en grande partie dans l'énergie du mage, mais c'était mieux que de le laisser souffrir et peut-être mourir, non ? Qui plus est, cela prouverait qu'ils étaient de son côté.

Une fois l'opération terminée, l'Archimage recula, jeta un bref regard à la jeune femme.

« Nous ne pouvons pas retrouver dame Charlotte, mais nous pouvons toujours essayer d'en apprendre plus, non ? Il doit y avoir des écrits, des ordres ou des choses de ce type je présume ? »

Peut-être pas aussi neutres qu'ils pourraient le vouloir, mais avaient-ils le choix ?
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 14 Oct 2019 - 16:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5588
ϟ Nombre de Messages RP : 5187
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5588
ϟ Nombre de Messages RP : 5187
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Adrian Pennington' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'D100' : 59
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 15 Oct 2019 - 11:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Tiens toi tranquille toi. », murmura Lene d’un ton sans appel à l’adresse de l’anglais qui essayait de ruer dans les brancards. Il opposait une certaine résistance, mais elle était plus costaud que lui. Elle raffermit sa poigne pour l’obliger à rester au sol pour accentuer sa demande verbale. L’autre étendit les jambes et arrêta d’emmerder le monde pour le moment. La Danoise était en colère. Il était sous sa responsabilité, et il l’avait berné en s’en prenant au maréchal. Autant dire qu’elle n’était pas très encline à se montrer douce et compréhensive. Surtout que par sa connerie, les Français pensaient maintenant qu’ils étaient de mèche ! Quel connard…

Heureusement pour le groupe, Adrian semblait être doué pour négocier et imposer son style, ce qui n’était pas vraiment le cas de Lene qui était déjà en train de calculer combien de victime elle allait devoir faire pour s’en sortir vivante. Elle se pensait déjà dans le conflit. Alors que le mage archéologue essayait de négocier, la chirurgienne se tenait prête au cas où. Elle n’avait pas relevé son épée vers les piquiers pour ne pas paraître menaçante afin de ne pas faire foirer la tentative d’Adrian. Crispée, elle imposait une contrainte assez forte à son prisonnier, qui ne couinait pas, seulement par fierté.

Finalement, quand le mage proposa de le soigner, le Maréchal accepta. Lene était maintenant intriguée. Il lui avait parlé des bienfaits de la magie dans ce genre de cas, mais elle n’en avait jamais eu de visuel. En praticienne émérite de la médecine, il était normal que sa fibre professionnelle soit titillée. Voir un peu désabusée, pour ne pas dire vexée. Après tout, elle avait fait des années d’études, des années de souffrances, de sacrifices personnels, pour en arriver là, et de constater que la magie pouvait soigner une plaie par arme blanche au ventre sans instrument, sans savoir médical autre que celui du savoir magique, ça avait de quoi révolter un peu.

Et pourquoi d’ailleurs les hôpitaux n’avaient pas ce genre de personnel capable de soigner les gens par des processus magiques ? Il y en avait peut-être et elle ne le savait pas… C’était possible aussi. Mais il faudrait des armées complètes pour venir à bout de la maladie, et peut-être même que des maladies incurables pour le moment, par les techniques médicales et scientifiques, l’étaient tout autant par les bénéfices de la magie… D’où la petite phrase de l’archéologue dans la librairie, comme quoi le cancer pourrait peut-être trouver sa solution dans un livre mystique. Bref !

La jeune femme confia l’Anglais à des soldats français. Elle l’avait relevé d’un bras, pour le propulser dans leur giron afin qu’ils l’enferment au trou pour l’instant. Ce dernier avait recommencé à protester à l’évocation de la distance qui le séparait de Dame Charlotte. Le mage adverse reçu le même sort. Lene espérait qu’il ne retrouverait pas suffisamment d’aplomb pour s’évader de sa prison grâce à ses pouvoirs. Ensuite, elle suivit le Maréchal et Adrian pour se retirer dans une pièce plus calme, loin du tumulte de la bataille qui avait pris fin.

Lene s’était approchée du Maréchal. Elle constata les dégâts provoqués par la dague en même temps qu’Adrian. La plaie était béante, et elle saignait pas mal. Oui, c’était grave. Ses doigts fourmillaient d’aller s’en occuper, mais elle laissa faire le mage, la curiosité l’emportant sur l’appel du devoir. Sous ses yeux, la blessure se referma par couche, pour finalement ne laisser aucune trace sur le derme poilu du français.

Impressionnant.

Elle se recula de quelques pas en compagnie d’Adrian, tandis que le Maréchal observait son ventre d’un œil stupéfait. Il restait faible, mais il était maintenant hors de danger.
« Certainement oui… », soupira Lene. Cette histoire commençait à lui taper sur le système quelque peu. Leur mission était donc de tirer cette affaire au clair ? De savoir si oui ou non cette Dame était là contre son gré ? Si elle était amoureuse d’un Français ? Si elle avait foutu la merde avec les Anglais par ce choix ?

« Voilà de la curation qui pourrait passer pour de la diablerie, mais je me sens bien ! C’est plutôt un don de Dieu ! », rugit le Maréchal en tapotant son bide de ses deux mains, d’un air satisfait.
« Je suis d’humeur à banqueter ! », ajouta-t-il en se levant, avant de vaciller un peu. Il était encore faible, et il reposa son cul sur le bord de la table, non sans remettre ses frusques tâchées de sang dans le pli de sa ceinture.

« Je ne sais pas quel genre de texte pourrait nous renseigner. Surtout si c’est récent… En plus, selon qui les a écrit, il y aura un parti pris… ». La tache semblait insoluble sans la présence de la concernée pour avoir son avis éclairé. Mais si elle était loin d’ici, entamer un voyage serait long et fastidieux… Et ni Lene ni Adrian ne pouvaient dire si le temps s’écoulait de la même façon en dehors du livre. Seulement voilà, ils ne savaient pas qu’elles étaient les conditions pour repartir à Star City. Et c’était bien là le problème, aussi étaient-ils obligés de composer avec les épreuves qui se présentaient afin de ne rien rater pour un possible retour.

« Maréchal… », fit Lene en se tournant vers le français, qui se tenait toujours le ventre de peur que ses tripes ne se fassent la malle. « Vous êtes manifestement impliqué dans cette histoire, qu’elles preuves avez-vous pour confirmer que Dame Charlotte est là de son plein grès. »
« Des preuves ? Pourquoi aurai-je besoin de preuves ! Ma parole devrait suffire à vous éclairer. Je ne vous ai pas fait mettre aux oubliettes malgré que vous eussiez fait rentrer un ennemi dans mon château et qui a attenté à ma vie ! Je vous dis que cette femme est sous la protection de mon amour béni par le Seigneur Tout Puissant. »

Cela n’aidait en rien…

« Mais venez donc voir. Vous m’avez soigné, je vous dois bien ça pour lever tout soupçon sur ma bonne foi. »

Lene jeta un coup d’œil à Adrian, avant d’emboiter le pas – incertain – du Maréchal. Elle ne put s’empêcher de faire un peu la conversation, espérant que le type allait leur montrer quelque chose d’irréfutable.
« Impressionnant votre technique de soin. », fit-elle admirative alors qu’ils suivaient un couloir dans lequel une torche sur deux était allumée.

Ils furent bloqués par une roche, provenant certainement du donjon effondré. L’homme pesta.

« Mon logement de fonction se trouve un peu plus loin... J’ai ce que vous voulez, mais il semblerait que nous ne puissions-nous y rendre. Maudits anglais ! J’aurai dû le faire tuer sur le champ ! ». Et voilà qu’il remontait en pression à nouveau.
« Laissez-moi essayer de la déplacer. ».
« Hé ! », s’exclama l’homme. « Une bonne femme taillée comme vous ! »

Lene n’était pas certaine d’arriver à la déplacer, mais qui ne tentait rien n’avait rien. Si la preuve était bien derrière ce rocher, alors soit !

    Lancer de Dé #1
    Réussite : Lene parvient à le bouger.
    Echec : Lene ne parvient pas à le bouger.



La jeune femme cranta ses mains dans des anfractuosités situées dans la roche, en prenant soin de bien plier les genoux. Avec une certaine forme de détermination, elle poussa sur ses cuisses pour tenter de soulever la roche. Cette dernière grinça, et de la poussière tomba du plafond. Il ne fallait pas que tout l’ensemble ne leur tombe sur la gueule, sinon, ce serait une catastrophe !
La Danoise reposa le rocher qui s’était soulevé de quelques millimètres. Il était bien lourd, elle devait le reconnaître. En même temps, au regard de sa taille… Elle fit une nouvelle tentative. Des éboulis de petites pierres s’écoulèrent autour d’elle, mais la plus grosse roche bougea de façon plus significative. Il allait cependant être compliqué de la soulever. Alors, elle prit une autre option. Le mur de droite était éventré par la chute du morceau de donjon, dévoilant une petite chambre austère complètement dévastée.
Elle prit une grande inspiration et elle orienta son effort vers cette pièce. Le mur acheva de tomber mais le rocher commença à glisser sur le sol pour pénétrer dans la pièce, dégageant un passage sur sa droite entre le mur intact et le morceau encombrant. En prenant appui sur le mur, et en calant ses jambes sur le rocher, pour le pousser, la danoise parvint à le faire reculer suffisamment pour dégager le passage d’un homme de front sur le côté. La voie était libre. Un courant d’air accueillant se fit sentir quand l’espace fut suffisamment dégagé.

« Rappelez-moi de ne pas contrarier votre amie… », murmura le Maréchal en faisant plusieurs signes de croix, la tronche enfarinée et peu enclin à la traiter de bonne femme taillée comme un épieu.

En sueur, la jeune femme l’invita d’un signe de tête à passer. Elle devait reprendre sa respiration, mais elle était plutôt satisfaite d’elle-même.
L’homme passa à côté d’elle en prenant un peu de distance quand même, et s’empressa d’avancer. Au bout de quelques mètres, ils arrivèrent dans une chambrée, moins austère que la précédente. Le Maréchal attrapa un tableau qui faisait la taille d’une feuille A4 des temps modernes.

Dessus, on pouvait voir une Dame d’une beauté élégante debout face au Maréchal agenouillé. Elle lui remettait son insigne d’officier, tout en lui tenant la main d’une façon délicate. Comme Lene le pensait, ce genre de tableau pouvait refléter une bien piètre vérité et n’être que le reflet de la volonté de cet homme, souhaitant illustrer un fantasme plutôt qu’une scène réaliste et qui se serait passée.

« Voilà la source de notre conflit. Dame Charlotte. Je suis son protecteur et son amant. Et là, c’est vous ! », jura-t-il en tapotant la toile peinte.

Il regarda le tableau avec une certaine émotion, manifestement heureux de ne pas l’avoir perdu dans l’effondrement. Et effectivement, dans le fond de la toile, de chaque côté d’une porte qui portait des armoiries qui rappelaient celles de Star City, se trouvaient deux personnages dont la physionomie ne laissait aucun doute : c’étaient eux.

« Ben merde, oui, c’est nous… », fit Lene incrédule.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 15 Oct 2019 - 11:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5588
ϟ Nombre de Messages RP : 5187
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5588
ϟ Nombre de Messages RP : 5187
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Lene Jensen' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Le monde est sa propre magie - Page 4 Reussite
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 15 Oct 2019 - 15:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5189
ϟ Nombre de Messages RP : 1817
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan, Mikhaïl, Ezio, Jay, Hakon
ϟ Âge du Personnage : 120 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5189
ϟ Nombre de Messages RP : 1817
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan, Mikhaïl, Ezio, Jay, Hakon
ϟ Âge du Personnage : 120 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Il n'y avait ni diablerie, ni don de Dieu derrière les capacités de l'Archimage, mais ce dernier s'abstint de le souligner. Il laissa Lene donner son avis, hochant la tête en signe d'approbation. Les écrits auraient les mêmes problèmes que les témoignages oraux : ils seraient influencés ! Il en irait sans doute de même pour n'importe quel argument, mais puisque la concernée n'était pas sur place, ils allaient bien devoir faire avec !

Comme Lene remettait plus ou moins en doute la parole du Maréchal, ce qui était logique vu les informations dont ils bénéficiaient, ce dernier s'emporta un peu, mais accepta tout de même de leur montrer une preuve. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle serait réellement utile et qu'il ne s'agirait pas simplement d'un témoignage influencé de plus ! Lorsque le trio se mit en route derrière le Maréchal qui allait se sentir un peu dans les vapes encore quelques heures, Lene glissa quelques mots à Adrian qui laissa apparaître un sourire un peu embarrassé avant de répondre sommairement.

« Je n'ai fait que reproduire ce qu'on m'a appris. Et ça ne fonctionne pas toujours aussi bien malheureusement. »

Ses sortilèges de soin n'étaient pas trop développés. Il savait qu'il aurait dû se pencher là-dessus, mais c'était souvent un problème de temps. Comme toujours. Ironique lorsqu'on savait que le mage en question était quasiment immortel et bénéficiait de largement plus de temps que la quasi-totalité des habitants du globe.

Emboîtant le pas à la jeune femme, Adrian dût bientôt s'arrêter lorsque le Maréchal se retrouva face à un rocher sans doute arrivé ici lors de l'assaut des Anglais. Esquissant une légère moue, le mage réfléchissait déjà à une solution lorsque la demoiselle prit les choses en main... au sens littéral du terme. Posant sa main sur l'avant-bras du Maréchal pour lui intimer de reculer et de ne pas déranger Lene, Adrian en fit de même et contempla la demoiselle qui ne ménagea pas ses efforts ! Il devait admettre qu'elle était relativement impressionnante, même s'il se doutait qu'elle devait cette force inhabituelle à la Walkyrie qui habitait son corps.

Lorsqu'elle eut terminé, la remarque du Maréchal ne manqua pas d'arracher un sourire au concerné qui emboîta finalement le pas à l'homme. Quelques instants plus tard, ils se retrouvèrent devant un petit tableau relativement bien exécuté et qui représentait une scène pour le moins... surprenante. Adrian ne put se retenir de hausser les sourcils de surprise alors qu'une expression plus qu'appropriée échappait à Lene. C'était sans doute l’œuvre du livre. Il devait avoir transposé leurs apparences que les silhouettes du tableau dès qu'il les avait « aspirés » ici. Tout cela semblait donc signifier qu'ils devaient effectivement être du côté des Français ! Après l'avoir détaillé quelques instants, le centenaire tourna finalement la tête vers la jeune femme.

« Il semblerait que le livre souhaite vraiment nous faire comprendre que nous sommes du côté des Français. D'un autre côté, ce serait assez logique étant donné que nous sommes apparus ici et que notre objectif semblait clair depuis le début. Pour quelle raison nous aurait-on envoyés pour combattre le mage de l'autre côté si c'était pour nous allier aux Anglais ? » Il inspira profondément, fronçant légèrement les sourcils avant de continuer. « D'un autre côté, nous n'avons que des ordres directs des Français. »

Ce qui signifiait que ces derniers allaient forcément considérer qu'ils étaient ici pour les aider ! Mais compte tenu du fait qu'ils semblaient savoir que quelqu'un viendrait les sauver quoi qu'ils fassent, ils devaient sans doute se souvenir de toutes les personnes qui étaient passées ici avant. Non ? À moins que ce ne soit une autre explication encore plus tortueuse ! D'un autre côté, le duo ne pouvait pas faire grand-chose de plus sans téléphone et sans moyen de contacter Dame Charlotte, ils allaient donc devoir faire avec les moyens du bord.

Levant les yeux vers le Maréchal, Adrian tenta une dernière question.

« Est-ce que vous gardez des souvenirs des.... précédentes batailles ? Vous n'avez pas semblé être étonné de découvrir des étrangers sortis de nulle part, ça veut dire que vous vous en souvenez ? Ou c'est à cause du tableau ? »

    Lancer de dé #1 :
    RÉUSSITE : il se souvient.
    ÉCHEC : il ne se souvient pas.

    Lancer de dé #2 : (Si réussite au #1)
    RÉUSSITE : Adrian connaît les noms.
    ÉCHEC : il ne les connaît pas.


Le regard du Maréchal se teinta d'un peu de surprise. Il dévisagea les deux individus, tour-à-tour avant de prendre une profonde inspiration et de se lancer dans des explications plus complètes :

« Et bien, je me souviens de choses. L'homme qui vous a accueillis dans la tour prétend que c'est... une sensibilité spéciale qui me permet de faire ça. Les autres ne se souviennent de rien, ils agissent comme si la vie continuait normalement après. » Il fronça les sourcils. « Mais moi, je me souviens toujours de la même chose : la venue d'étrangers qui m'aident à sauver ma dulcinée, celle que j'aime.... puis tout devient flou et ça recommence. Comme une histoire sans fin, c'est étrange. Certains disent que c'est le devoir qui me fait perdre la tête, mais je sais ce dont je me souviens. »
« Est-ce que vous vous souvenez de certains noms alors ? » Le Maréchal fronça les sourcils.
« Quelques-uns. Il y en avait toujours deux : un guerrier et un mage. Le guerrier n'avait encore jamais été une femme jusqu'à présent. » Son regard passa sur Lene. « Les derniers répondaient aux noms de Johansen et Stevens. Avant j'ai oublié. Mais il y a eu une dame, une lady ! Elle s'appelait Lady Penelope Pennyworth ! »

Adrian sursauta en entendant ce nom. Il le connaissait parfaitement et pour une raison très simple : cette femme était la précédente Archimage. Elle était morte il y a fort longtemps à présent, le livre avait donc dû rester sans visite pendant un bon moment.

« Vous êtes vraiment sûr ? »
« Absolument ! On ne peut pas oublier une dame pareille. » Adrian tourna la tête vers Lene.
« C'est une Archimage. Celle qui surveillait la magie dans notre monde si vous voulez. Mais ça remonte à presque deux siècles. » Il marqua une pause avant de reprendre. « Je crois que si elle a estimé qu'il était nécessaire d'aider ces gens, c'est sans doute parce que c'est ce qu'il faut faire. Et c'est sans doute pour cette raison que le Maréchal est le seul à... comprendre qu'ils ne sont que des pièces d'un jeu. »

Sans doute que dame Charlotte n'existait même pas. Ou alors dans un autre passage qui pouvait être « joué », mais Adrian préférait éviter de passer par là aussi. Ils avaient déjà passé un bon moment dans cette aventure et personne ne savait si leur disparition dans leur monde avait été remarquée... ni même combien de temps était passé depuis qu'ils étaient coincés là-dedans ! Il ne subsistait qu'une réponse que devaient-ils faire pour sortir du livre ?
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 15 Oct 2019 - 15:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5588
ϟ Nombre de Messages RP : 5187
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5588
ϟ Nombre de Messages RP : 5187
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Adrian Pennington' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Le monde est sa propre magie - Page 4 Reussite

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Le monde est sa propre magie - Page 4 Reussite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 16 Oct 2019 - 11:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La réponse d’Adrian laissait penser que ce n’était pas simple de pratiquer la magie curative, et Lene voulait bien le croire. Le corps humain arrivait à cicatriser par la multiplication des cellules lésées afin de refermer la plaie. Plus c’était profond, et plus c’était compliqué. Elle supposait donc que cette forme de magie devait stimuler les cellules pour les forcer à se reproduire, et par conséquent, elle devait les nourrir d’une façon ou d’une autre. L’énergie employée provenait donc du lanceur de sort, à moins qu’elle n’utilise une partie de celle du récepteur… mais cela était dangereux car dans le cas d’une blessure, l’humain était déjà bien affaiblit, par la perte de sang, la lutte interne du corps, son système humanitaire, la douleur, la compensation du cœur à la perte de sang pour continuer à alimenter le cerveau, tout cela demandait déjà beaucoup d’efforts à la victime. Adrian avait dû donner de sa personne pour parvenir à refermer cette plaie. Cela semblait évident.

Histoire de dédramatiser la perspective où ça aurait pu mal se passer pour le Maréchal, Lene répondit :

« Au pire, j’étais là pour finir le boulot. ». Elle fit un sourire à Adrian, un peu plus franc et chaleureux que ceux qu’il aurait pu recevoir dans la librairie.

L’aventure continuait tranquillement, faite d’embuches caractérisées par des roches, et de découverte stupéfiante telle qu’un tableau sur lequel ils figuraient tous les deux. Lene n’avait aucun espèce de souvenir d’avoir participé à cette cérémonie, et elle ne pouvait pas soupçonner le Français de manigancer un subterfuge pour les arnaquer. Il était impossible de réaliser un tableau de cette qualité en si peu de temps. N’empêche, cela voulait dire qu’ils étaient censés être là depuis longtemps ! Au moins quelques semaines !
Tout de suite, ça donnait une autre dimension à la chose, et la danoise espérait franchement que ce ne serait plus aussi long. Elle ne passait pas un vilain moment, loin de là, et Adrian était de bonne compagnie, mais elle s’inquiétait pour son emploi fraîchement acquis. Et pour sa plante verte qui trônait aux abords d’une large fenêtre de son loft. Déjà qu’elle n’avait pas trop la main verte… si elle ne s’en occupait pas au moins une fois par semaine pour l’arroser un peu, elle allait vite faire la gueule, toute aussi robuste soit-elle.

Adrian s’était penché sur le tableau et avança son hypothèses, ce qui mit fin à toutes digressions mentales de la jeune femme vis-à-vis de son hôte à la chlorophylle expressive. Elle acquiesça. Son raisonnement était logique. De toute façon, dans la plupart des livres, on invitait le lecteur à prendre le parti de la personne qui racontait l’histoire. Du moins, il n’avait pas le choix, puisqu’il suivait un héros qui évoluait dans un monde dont il avait forcément un parti, une orientation, une façon d’être et de faire. S’ils se retrouvaient au milieu des Français, à subir leurs demandes, demandes qui semblaient d’ailleurs orientées, et directement dirigées vers eux, mais surtout, demandes qui étaient attendues et espérées, cela voulait dire qu’ils étaient dans le pan de l’histoire où les Français étaient de leur côté. Sinon, ils auraient été traité avec beaucoup moins de respect.

La question suivante à l’attention du Maréchal n’était pas bête. Il était vrai qu’il semblait savoir qu’ils devaient venir et qu’ils étaient là pour une bonne raison. Mais ! Du coup, si c’était le cas, et qu’il se souvenait de la venue d’autres aventuriers, ne pouvait-il pas influencer le truc pour que justement, ils se sentent accueillit chez les Français et pas chez les Anglais ?

Ahhh, Lene se torturait trop les méninges et voyait du complot partout. Elle écouta ce qu’il avait à dire. C’était foutrement intéressant mine de rien. Lene capta la surprise chez l’archéologue du coin de l’œil, et naturellement, elle orienta son regard bleu vers celui-ci quand il demanda confirmation au Maréchal, afin de savoir s’il était vraiment certain de ce qu’il avançait. Du coup, il ne put que croiser son regard quand il reporta son attention sur la Danoise pour lui expliquer qui était Lady Penelope Pennyworth.

Mage, archimage ? C’était comme Duc et archiduc ? Certainement. Elle devait être le big boss des mages. Une femme importante, et respectée, si ce n’est respectable. Ok, donc cela éclairait une partie du mystère.

« D’accord… Donc nous suivons la bonne direction de l’intrigue dans ce cas. Les Français sont saufs, le Maréchal n’a pas été tué... ». Lene laissa son résumé en suspens, et se tourna vers l’officier.
« Si vous vous souvenez de qui est venu, vous ne vous souvenez vraiment pas de comment ils sont repartis ? ». Il disait que tout devenait flou ensuite. Mais quand même !
« Je suis désolé ma chère, mais non… Vous m’en voyez navrée. »

Lene fit une petite moue contrariée, mais elle ne pouvait pas lui en vouloir. Déjà qu’il se souvenait d’étrangers qui venaient à son secours, s’était déjà pas mal, surtout si l’histoire se répétait inlassablement.

« Ce que je peux vous dire, c’est qu’habituellement, si on peut parler d’une habitude et pas d’une malédiction à toujours revivre ces choses, c’est que le mage et le seigneur Rodolph, l’Anglais, ne survivent pas à la bataille. C’est la première fois qu’ils acceptent de se rendre. »

Est-ce que la fin du scénario était liée à leur mort ? C’était quand même peu probable, surtout s’il se souvenait d’une suite un peu floue. Ou bien, était-ce flou parce que justement, les étrangers venus de l’extérieur du livre n’était plus là ? Un vrai casse-tête.

« Bon... J’espère que vous ne dites pas ça pour les passer par le fil de l’épée en toute impunité. », fit Lene d’un ton peu commode. Elle ne voulait pas se faire manipuler.
L’autre se rembrunit mais enfonça un peu sa tête dans le haut de son armure cloutée. Il ne tenait pas à expérimenter la force de la jeune femme. Il se contenta de baragouiner une sorte de dénégation peu compréhensible.

L’idée de les tuer de sang-froid, fut-ce dans un livre, ne lui plaisait pas des masses. Son regard se reporta sur le tableau. Les armoiries au-dessus de la porte lui disaient quelque chose. Cela ne faisait pas longtemps qu’elle était en ville, mais elle se souvenait d’un courrier de la mairie concernant l’attribution de place de parking dans son quartier. Elle n’y avait pas trop prêté attention sur le coup, en plein emménagement. Et puis, il y avait ces documents officiels aussi, à l’hôpital.

« Dites Adrian, vous pensez que c’est un hasard s’il y a les armoiries de la ville au-dessus de cette porte ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 16 Oct 2019 - 14:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5189
ϟ Nombre de Messages RP : 1817
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan, Mikhaïl, Ezio, Jay, Hakon
ϟ Âge du Personnage : 120 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5189
ϟ Nombre de Messages RP : 1817
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan, Mikhaïl, Ezio, Jay, Hakon
ϟ Âge du Personnage : 120 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Adrian en était arrivé à la même conclusion que Lene : maintenant qu'ils avaient aidé les Français à remporter la victoire, pourquoi étaient-ils encore ici ? Il devait y avoir encore un critère à cocher, mais lequel ? Ils n'étaient pas dans un jeu vidéo et n'avaient pas de liste de tâches à effectuer, ce qui signifiait qu'ils allaient devoir travailler un peu pour savoir ce qu'ils avaient oublié.

Laissant sa collègue mener l'interrogatoire auprès du Maréchal, il ne put retenir un léger soupir lorsque ce dernier répondit pas la négative. Il n'en savait pas plus. Toutefois, lorsque le Français continua en émettant une potentielle hypothèse, Adrian réagir de la même manière que la Danoise. Était-ce la vérité, ou est-ce que le Maréchal cherchait simplement à se débarrasser définitivement de son rival ? Peut-être un peu des deux. De toute manière, le mage refusait fermement d'exécuter un prisonnier ! Ils s'étaient rendus et l'Anglais avait même perdu une partie de son bras grâce au talent martial de Lene ! Autant dire qu'il ne représentait pas le moindre danger. Seul le mage restait un potentiel risque, mais Adrian refusait d'exécuter un homme pour la bonne et simple raison qu'il savait pratiquer la magie ! Sinon lui aussi devrait y passer à ce compte-là.

Réfléchissant toujours au choix à faire, le centenaire reporta son attention sur Lene au moment où cette dernière l'interrogea sur la présence des armoiries de Star City sur le tableau. Il est vrai que c'était plutôt étonnant. Peut-être était-ce pour leur faire comprendre qu'ils venaient du même endroit ? À moins que ce petit voyage ne soit directement lié à la ville ? Il ignorait si Lady Pennyworth s'y était rendue, mais se promit de le vérifier dès qu'ils seraient de retour à leur époque. En attendant....

« Je ne pense pas. Je ne suis sûr de rien, mais il est possible que notre venue ici soit liée à Star City. Il y a au moins un nexus magique dans le quartier du centre, alors il n'est pas impossible que la magie utilisée en ville puisse avoir... des effets secondaires. » Il savait de quoi il parlait : le nexus en question était situé sous son manoir. « On peut imaginer qu'à chaque fois qu'une personne pratiquant la magie se retrouve en compagnie d'une personne sachant se battre... et à proximité du livre bien sûr, elle se retrouve catapultée dans l'histoire ? » Il haussa les épaules. « Ce n'est qu'une hypothèse bien sûr. » Il fronça légèrement les sourcils. « Ou alors... vu que c'est Star City qui semble ciblée, peut-être que c'est en lien avec le magasin ? » Il tourna la tête vers le Maréchal. « Vous avez dit que c'est une histoire... ? »
« Une histoire sans fin vous voulez dire ? »
« C'est ça. » Son regard brun se reposa sur Lene. « C'est bien le nom de la librairie non ? Vu le type d'ouvrages qu'on peut y trouver, ce serait presque plausible de penser que toute cette histoire est liée à l'endroit. Et ça justifierait que Star City soit ainsi mise en avant. » Il marqua une brève pause. « Ou alors les blasons changent à chaque visite, comme les silhouettes des personnes présentes. »

Tant de questions et si peu de réponses ! Ils devraient peut-être s'en ouvrir au propriétaire de la librairie s'ils réussissaient à retourner dans leur monde. Mais en attendant, il subsistait toujours une question épineuse : comment rentrer ? Le Maréchal avait à demi donné la réponse en parlant de la survie des deux individus, mais Adrian était convaincu que l'histoire n'attendait pas d'eux qu'ils les exécutent. Il y avait sans doute plus simple, une solution qui avait tout simplement été la conséquence de la mort des deux hommes ? Après une rapide réflexion, le centenaire tenait peut-être une idée.

« Je veux bien croire que la mort des deux Anglais aient provoqué la fin de la mission, mais je ne pense pas que ce soit la seule solution. En décédant, ils ont simplement capitulé. Or, même si le fiancé de dame Charlotte s'est rendu, il a tenté de tuer le Maréchal, ce qui tend à penser qu'il n'a pas vraiment baissé les armes, non ? » Il interrogea Lene du regard. « Peut-être que si on réussissait à le persuader de capituler pour de bon et de signer un document, l'histoire prendrait fin ? »

De toute manière, le mage ne voyait pas vraiment d'autre solution. Il se refusait à l'idée de tuer juste pour quitter cet endroit et cela même si la personne en face n'était pas vraiment réelle. Après près de quatre-vingt-dix ans à officier en tant qu'Archimage, il n'avait jamais ôté une vie, ce n'était pas maintenant qu'il allait commencer !

« Peut-être. Essayons ? »
« Oui, mais si vous trouvez une autre idée entre-temps, n'hésitez pas. »

La remarque s'adressait à Lene. En attendant, le Maréchal – qui marchait avec un peu plus de stabilité – reprit le chemin inverse pour les emmener jusqu'à l'endroit où les prisonniers avaient été installés. Ils durent emprunter plusieurs escaliers jusqu'à arriver dans les cachots de la forteresse. Sur ordre du Maréchal, les hommes furent extraits de leurs cellules et installés le long du mur. Comme il s'apprêtait à donner des instructions aux Anglais, Adrian lui frôla l'épaule, essayant de lui faire comprendre qu'il valait mieux entendre ça d'une bouche neutre. Soupirant d'un air un peu contrarié, le Maréchal accepta tout de même et Adrian porta son attention sur les hommes.

« Écoutez, vous avez capitulé en acceptant de vous rendre, mais pour que toute cette histoire prenne fin, il faut aussi que vous abandonniez votre quête. Que vous renonciez à la main de dame Charlotte et à tout ce que ça inclut. » L'homme ouvrit la bouche pour répondre, mais Adrian reprit : « Le Maréchal était partisan de vitre exécution, mais s'il n'a plus de raison de vous défier, vous aurez la vie sauve. Tous les deux. »

    1 à 5 : il accepte, capitule et avoue même avoir menti.
    6 à 40 : il accepte et capitule.
    41 à 60 : il accepte, capitule, mais apporte une preuve de l'amour de dame Charlotte.
    61 à 95 : il refuse.
    96 à 100 : il refuse et donne la preuve qu'il a raison.


Les épaules de l'homme s'affaissèrent. Le mage à ses côtés posa une main compatissante sur son épaule, semblant comprendre la tristesse de l'Anglais. Après une pause qui sembla durer une éternité, celui-ci sembla finalement rendre les armes.

« Soit. Il semblerait que je n'ai guère le choix. Si cela peut sauver des vies, je suis prêt à accepter. »
« Bien ! Nous allons chercher un document pour officialiser tout ça et l'histoire devrait enfin se terminer. »

Adrian sentit un poids s'envoler de ses épaules. Il avait craint que face à un probable refus de son rival, le Français décida de le passer par le fil de l'épée, là, devant eux ! Son regard se glissa vers Lene, il était plutôt content qu'ils trouvent une issue pacifique comme celle-ci, mais restait à espérer que ce serait bel et bien terminé.

« Espérons que c'est la bonne solution. Mais vous aviez peut-être une autre idée ? »
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 16 Oct 2019 - 14:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5588
ϟ Nombre de Messages RP : 5187
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5588
ϟ Nombre de Messages RP : 5187
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Adrian Pennington' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'D100' : 40
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 17 Oct 2019 - 11:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Lene acquiesça. Effectivement, c’était le nom de la librairie. Décidément, tout cela était assez unique ! Quelque part, cela donnait du sens à ce qu’il se passait. Ce livre était peut-être à l’origine du nom du magasin, ou peut-être qu’il en avait fait sa légende à une époque. Quoiqu’il en soit, c’était assez grisant de voir les éléments s’emboiter pour former quelque chose, quelque chose qui était encore flou, mais quelque chose qui se chargeait petit à petit d’une signification.

Mais il était également possible que tout cela ne soit qu’une interprétation, non pas de ce que le livre était ou faisait, mais de leur esprit, qui essayait d’associer des éléments rationnels à ce qu’il percevait. En effet, cela pouvait fort bien être un ajout sur ce tableau, histoire de leur rappeler leurs origines. D’un autre côté, Lene n’habitait Star City que depuis quelques semaines, elle n’était pas vraiment une locale encore… Cela dit, le point de départ de cette aventure hors du commun était bel et bien la ville, et plus précisément la librairie. Elle avait donc tendance à croire que tout cela était lié.

Arian avait une hypothèse quant à la sélection des personnes qui se retrouvaient dans le livre. Lene n’en avait pas, donc elle pouvait y adhérer facilement. Après tout, d’après les dires du Maréchal, à chaque fois, les « élus » arrivaient par deux. Par ailleurs, Lene fut ravie d’apprendre qu’un nexus magique existait en ville. Il y en avait un dans la maison de sa grand-mère au Danemark, et c’était là qu’elle se sentait plus proche de la déesse, et qu’elle arrivait presque à lui laisser le contrôle.

Presque.

Il faudrait qu’elle se renseigner sur sa localisation, histoire de voir si elle sentait quelque chose. Quoiqu’il en soit, il n’y aurait pas de tentative de ce genre s’ils ne parvenaient pas à sortir de cet endroit ! Il fallait donc trouver une solution, au-delà de l’enquête du pourquoi et du comment ils étaient ici. Finalement, Adrian revint sur la mort des deux Anglais, en proposant une solution moins… radicale.
« Hum effectivement. », répondit-elle quand il l’interrogea du regard. Et d’ajouter : « Peut-être que l’abandon de son œuvre met fin à l’histoire, et quoi de plus radical que la mort pour abandonner une quête ? Mais je suis d’accord, je préfère parlementer que de tuer. »

Même si Thora lui indiqua qu’elle ne dirait pas toujours ça. Chaque situation était unique, donc il était impossible d’en faire un crédo, elle le concédait. Le Maréchal ne semblait pas très convaincu, mais au moins allait-il dans leur sens. Il était un peu moins revêche depuis qu’Adrian lui avait sauvé la vie. Lene opina du chef quand le mage archéologue lui indiqua de ne pas hésiter si elle avait une autre idée entre temps. Elle lui fit un sourire, et indiqua en faisant de petite rotation de rouage avec son doigt au niveau de sa tempe, qu’elle continuait de se creuser les méninges.

En chemin, Lene profitait de la visite lugubre – et humide – de l’endroit. Ce n’était pas tous les jours qu’on avait l’opportunité de fréquenter les couloirs d’un château médiéval, dans son jus. Il y avait différentes odeurs, mais la moisissure humide qui était relâchée par les champignons prédominées largement. Enfin, tout dépendait des endroits, car à où il y avait des torches, l’atmosphère était un peu plus sèche, sinon légèrement enfumée par le dégagement lié à la combustion. En tout cas, la jeune femme était assez impressionnée par le dallage en pierre mêlée de terre et par la droiture des murs.

Quoiqu’il en soit, même si elle avait un certain sens de l’orientation, elle reconnaissait volontiers qu’elle était paumée. Elle prenait donc garde à ne pas se faire distancer bêtement en flânant. Les prisonniers furent amenés et alignés contre un mur. C’était très protocolaire dans le genre « on va vous zigouiller ! ». Heureusement pour eux, l’heure n’était pas à faire couler le sang. Lene se positionna à droite d’Adrian, n’adoptant pas spécialement une posture menaçante. Elle ne voulait pas qu’ils capitulent sous la menace, car cela ne serait pas très concluant. Une fois la menace levée, l’esprit revanchard revenait toquer au carreau.

L’anglais accepta. La Danoise était soulagée. Elle avait vu en lui quelqu’un d’assez honorable, surtout qu’il avait eu le courage de se rendre contre elle, et qu’il avait accepté d’arrêter les combats en faisant signe à ses hommes. Ce n’était pas un leader sanguinaire, mais un leader tout court. Son cœur avait probablement dû saigner un bon coup quand cette Dame était partie à « la concurrence », d’où son acte de guerre. Cela pouvait se comprendre. Quand on avait le pouvoir de lever une armée pour celle, ou celui que l’on aimait, on ne s’en privait que rarement. Elle savait qu’elle aurait pu céder à ce genre de tentation, par passion amoureuse. Elle ne lui en voulait pas d’avoir essayé, même si des vies avaient été prises. Les grandes histoires de romances sont souvent tragiques de toute façon, quoiqu’un peu ingrate de par le fait que certains doivent mourir pour que deux personnes puissent s’aimer.

La jeune femme fit donc un sourire à l’anglais, et lui bourra l’épaule -intacte- d’une petite claque amicale qui le fit vaciller. Il avait fait le bon choix.

« Espérons aussi. », fit-elle avec contentement. « C’était bien négocier, simple, précis, concis, et voilà le boulot. », glissa-t-elle dans un murmure au jeune homme. « Enfin… j’ai une autre petite idée, mais il me faut un renseignement au préalable pour voir si elle est exploitable. ». Et ce renseignement, elle comptait bien l’obtenir du Maréchal.

Ce dernier revint au bout de quelques minutes. Il avait déniché un vélin vierge, une plume et de l’encre. « Je ne retrouve pas Viktor, c’est lui qui sait écrire ici. », maugréa-t-il.
« Donnez Maréchal, je vais le faire pour vous. », fit Lene en tendant les mains pour réceptionner le matériel.
« Ce n'est pas bien tout ça. Ce n'est pas bien… une bonne femme qui sait déplacer des montagnes, qui se bat comme un homme et qui écrit… mais de quel monde venez-vous ? » C’était plus une question de rhétorique qu’une question qui voulez une réponse, et la concernée n’y répondit même pas, voyant bien que l’homme faisait son grincheux. Autre époque, autres mœurs, autre mentalité.

Sous la dictée du Maréchal, Lene écrivit l’acte sous signature privée qui devait mettre un terme à tout ça. Les tournures étaient, comme toujours, pompeuses et parfois alambiquées, mais tout cela revenait à dire que l’anglais reconnaissait que Dame Charlotte était promise à un autre, qu’elle avait fait son choix, et qu’il n’essaierait plus de venir la conquérir, que ce soit par la force ou par d’autres moyens de gentilhomme. En échange de cela, il avait la vie sauve, et repartait libre.

Les formalités d’usage faites, les signatures et différents sceaux apposés, un des deux vélin, puisqu’ils étaient rédigés en double exemplaire, fut mis sous clé et l’autre remis au Sir Anglais.

Adrian et Lene ne se retrouvèrent bientôt plus qu’avec le Maréchal dans la pièce maintenant vide. Ce dernier était plein de contentement.
« Allons fêter ça avec un banquet maintenant ! ». Ce type en avait envie depuis un moment. Lene le retint par le bras, pour lui demander :
« Cette porte, sur le tableau, où se trouve-t-elle ? »
« Dans la salle de banquet ! » s’exclama-t-il !

« Il parait que toute bonne histoire se termine par un banquet, selon Astérix. », blagua-t-elle à l’adresse de l’archéologue. En réalité, elle avait fortement envie de voir cette porte de plus près. Elle espérait cela dit qu’ils reviennent dans la librairie, en chemin. La mission était un franc succès non ?

  • Lancer de Dé #1
    Réussite : Pas le temps d’aller dans la salle de banquet, les revoilà à Star City !
    Echec : Rien ne se passe.

    Lancer de Dé #1 Si échec au 1
    Réussite : La Porte est la clé du retour.
    Echec : La Porte est une … Porte.


Ils suivirent le maréchal pour se rendre dans la fameuse salle. Cette dernière ne se trouvait pas sous le donjon, mais dans une annexe du château, plus conviviale et moins austère. Elle n’avait pas été touché par les projectiles, qui avaient pour seule vocation de détruire le Donjon, en tout état de cause. N’empêche, l’Anglais devait être sûr de son fait… Il ne devait pas savoir Dame Charlotte ici sinon il n’aurait pas pris le risque de la réduire en bouillie avec ses catapultes.
La proximité de cette salle avec les cuisines du château n’était pas anodine non plus. Cela permettait aux plats d’arriver plus vite, et encore chaud. Pour l’heure, rien n’était en place. On reconnaissait facilement l’endroit qui était peint sur le tableau, à ceci près que les tables et les bancs en bois massif avaient été repoussé pour la cérémonie.

Lene balaya l’endroit du regard. Elle constatait qu’ils étaient toujours là. Elle s’orienta directement vers la porte qu’elle avait repéré. Les armoiries étaient là, comme sur le dessin. Est-ce que le fait que ce soit au-dessus d’une porte pouvait signifiait qu’il s’agissait d’un passage vers leur monde ? Ce serait assez symbolique, comme toute cette histoire en fait. Fébrilement, elle la poussa.
Elle donnait sur une pièce chichement décorée, dans laquelle un feu ronflait, en prodiguant une douce chaleur fortement appréciable. Il y avait des peaux de bêtes sur le sol, et des draperies aux murs pour en casser l’humidité. Quelques reliques étaient entreposés là sur des commodes finement travaillées dans un bois clair. Toujours pas de trace de leur chez eux.

« Je me demande ce qu’on a raté… », finit-elle par dire en se retournant vers le trentenaire. « Peut-être que nous devons simplement attendre la fin du livre. Cette histoire de banquet me semble être une conclusion sympathique à un livre... Par contre, si la fin du livre c’est : ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants, on a le temps avant que le Maréchal ne se mettent à produire des petits… », soupira-t-elle.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 17 Oct 2019 - 11:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5588
ϟ Nombre de Messages RP : 5187
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5588
ϟ Nombre de Messages RP : 5187
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Lene Jensen' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Le monde est sa propre magie - Page 4 Echec

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Le monde est sa propre magie - Page 4 Echec
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 17 Oct 2019 - 15:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5189
ϟ Nombre de Messages RP : 1817
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan, Mikhaïl, Ezio, Jay, Hakon
ϟ Âge du Personnage : 120 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5189
ϟ Nombre de Messages RP : 1817
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan, Mikhaïl, Ezio, Jay, Hakon
ϟ Âge du Personnage : 120 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Laissant un bref sourire ourler ses lèvres, Adrian ne releva pas la remarque de la jeune femme. Négocier avait toujours été sa principale – et presque unique – réaction face à un problème. Il ne tuait pas. C'était aussi simple que ça. Et faire usage de violence le répugnait, autant dire que la négociation était sa seule arme.

Il laissa la jeune femme se charger de jouer les scribes pour le Maréchal, se demandant si ce « Viktor » était l'homme qui avait fini écrasé sous une pierre lorsqu'ils venaient d'arriver ? Peut-être qu'il avait donné son nom, mais Adrian ne s'en souvenait pas. Essayant de se consoler en se disant que l'homme n'était pas réellement mort, le centenaire observa la jeune femme tracer des lettres dans un français parfait. Ce livre faisait vraiment des miracles ! C'était un sortilège puissant à n'en pas douter et il se demanda pendant un instant si Lady Pennyworth avait trouvé quelque chose à ce sujet. Il faudrait qu'il fouille les documents légués par les précédents Archimages pour en savoir plus.

Le document fut donc rédigé et officiel, quelqu'un l'emporta pour le mettre à l'abri et le duo moderne se retrouva bientôt seul avec le Français victorieux. La question que Lene posa alors au Maréchal était légitime. Si la porte dessinée sur le tableau semblait indiquer qu'ils venaient de là, il était logique de présumer qu'elle leur servirait de passage vers leur époque ! D'un autre côté, si ce n'était pas elle, il n'avait pas vraiment d'autre idée. La table à laquelle ils s'étaient retrouvés assis à leur arrivée dans l'histoire avait été détruite par des tirs ennemis, il valait donc mieux espérer pour que ce ne soit pas la seule issue ! Quoi qu'il en soit, leur allié semblait savoir où elle se trouvait, il n'y avait donc plus qu'à croiser les doigts pour la suite.

Le mage emboîta donc le pas aux deux autres, observant les environs avec la curiosité d'un archéologue pour la première fois depuis leur arrivée ici. Il était assez dommage de ne pas avoir le temps de visiter un peu mieux les environs, mais Adrian préférait ne pas prendre le risque de rater leur seule fenêtre de sortie pour quitter le navire ! Que se passerait-il s'ils se retrouvaient coincés ici ? Bon, en toute logique la magie d'un Archimage pourrait les sortir de là, mais probablement pas sans dommages. Or, il serait dommage de briser un pareil chef-d’œuvre sans en savoir davantage.

Ils arrivèrent donc dans la fameuse salle de banquet qui était relativement indemne. Le regard du mage balaya rapidement les environs avant de se poser sur la porte vers laquelle Lene s'était déjà dirigée, apparemment pressée de rentrer chez eux. Il pouvait la comprendre. Les voyages temporels, même dans une histoire fictive, avaient de quoi perturber ! Se glissant derrière la Danoise, Adrian s'attendit donc à voir le décor de l'Histoire sans Fin se dessiner devant eux lorsqu'elle poussa la porte, il fut donc un peu désappointé en découvrant qu'il s'agissait simplement d'une autre pièce. Un léger froncement de sourcils lui échappa alors qu'il s'avançait d'un pas comme pour vérifier que ce n'était pas une illusion. Mais non. C'était bel et bien une autre pièce. Pivotant sur lui-même pour regarder Lene, le mage ne put s'empêcher de soupirer légèrement avant de répondre d'un ton au moins aussi perdu qu'elle.

« J'espère que nous n'en arriverons pas là. Même si l'expérience a été intéressante, je ne tiens pas spécialement à délaisser ma vie dans notre monde pour devenir le magicien du coin. » Il tenta l'humour, espérant que la solution était à leur portée. « Peut-être.... Peut-être que c'est simplement une question de contexte ? Ou de timing ? »

Levant la main dans un geste de réflexion, Adrian passa ses doigts sur ses lèvres tout en réfléchissant à ce qui pourrait bloquer un éventuel retour dans le monde moderne. Ce faisant, il porta son attention sur sa comparse d'aventure et son regard s'attarda sur sa tenue... Tenue pas franchement moderne. Un sourire amusé ourla aussitôt ses lèvres.

« C'est peut-être votre tenue ? Je pense que vous laisser débarquer dans la boutique de livre en tenue complète de guerrière n'est peut-être pas du goût du livre ? Essayez de vous débarrasser de ce que vous portez. » Il réalisa que sa phrase était maladroite. « Enfin, de ce que vous avez rajouté à notre arrivée ici je veux dire. » Détournant rapidement le regard, il avisa le Maréchal. Et peut-être devons-nous faire nos adieux au Maréchal en bonne et due forme ? Sinon, on avisera bien ma foi.[/color] »

Au fond de lui, il espérait que ce serait aussi simple que ça.

    Lancer de dé #1 :
    RÉUSSITE : c'est simplement ça.
    ÉCHEC : ce n'est pas ça.

    Lancer de dé #2 : (Si échec au #1)
    RÉUSSITE : les adieux au Maréchal suffisent.
    ÉCHEC : ils ne suffisent pas.

    Lancer de dé #3 : (Si échec au #2)
    RÉUSSITE : il faut attendre la fin du banquet.
    ÉCHEC : ils doivent attendre le lever du lendemain.


S'écartant de quelques pas pour laisser la demoiselle se défaire de son harnachement, Adrian en profita pour détourner le regard et observer les différentes armoiries qui ornaient les murs. Pour un archéologue il était évident que cette aventure était agréable, mais il craignait que Lene ne finisse par perdre patience. Même si elle avait eu l'air relativement à l'aise depuis le début de « l'histoire », plus que lui-même ! Disons juste qu'elle avait eu l'air pressée de pouvoir retourner dans leur monde. Ce qu'il pouvait comprendre pour être sincère. Ça avait quelque chose d'angoissant et de profondément stressant comme situation.

Après avoir entendu le bruit des pièces d'armure posées sur le sol, l'Archimage reporta son regard sur la jeune femme désormais débarrassée de sa tenue de guerrière, puis sur la porte toujours ouverte. Malheureusement, cette dernière semblait toujours donner sur la même salle ! Il fallait croire qu'ils n'avaient pas encore trouvé la solution à tout ce problème. Mais elle était sans aucun doute à leur portée de main vu que tous leurs prédécesseurs avaient réussi à repartir sans encombres. Soupirant légèrement, il ne se laissa pas gagner par le découragement et reprit à l'attention de Lene :

« Allons faire nos adieux au Maréchal et nous verrons ce que ça donnera ? »

Pivotant sur lui-même, Adrian chercha le concerné du regard et le repéra non loin d'eux, en train de parler avec l'un de ses hommes. Le mage se dirigea vers lui et se racla légèrement la gorge, attirant son attention. L'homme congédia le soldat avec qui il parlait, puis concentra son attention sur les deux invités des temps modernes. Il avait retrouvé des couleurs et semblant en bien meilleure forme maintenant qu'il avait l'assurance de garder la main et la cœur de dame Charlotte pour lui !

« Vous avez trouvé l'issue ? »
« Et bien, pas tout à fait. La porte ne débouche sur rien, mais on pense qu'il est probable que nous devions vous faire nos adieux avant que cela ne fonctionne. »
« Oh, je vois. Vous ne voulez pas rester pour le banquet ? Vous le méritez ! »
« C'est aimable, mais je pense qu'il faut que nous rentrions le plus tôt possible. »
« Bien. Alors je vous fais mes adieux et je vous remercie de votre venue. Donnez-moi vos noms, que je m'en souvienne pour les fois futures. »
« Adrian Pennington. »

Il laissa Lene faire ses adieux, jetant brièvement un coup d’œil vers la porte. Ce n'est finalement que lorsque le Maréchal prononça ses derniers remerciements qu'un bruit étrange attira leur attention : une sorte de portail venait de s'ouvrir derrière la porte, prenant la place du décor qu'ils avaient pu contempler avant. Adrian ressentit une vague de soulagement et adressa une dernière salutation au Maréchal avant de se diriger vers le portail. Au cas où les choses tourneraient mal et que le portail se refermerait trop vite, il laissa Lene passer la première pour qu'elle soit en sécurité, puis la rejoignit quelques secondes plus tard. Il n'y avait plus qu'à croiser les doigts pour qu'ils arrivent au moment où ils avaient quitté le magasin et que plusieurs années ne se soient pas passées entre !

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 17 Oct 2019 - 15:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5588
ϟ Nombre de Messages RP : 5187
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5588
ϟ Nombre de Messages RP : 5187
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Adrian Pennington' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Le monde est sa propre magie - Page 4 Echec

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Le monde est sa propre magie - Page 4 Reussite

--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :
Le monde est sa propre magie - Page 4 Reussite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 21 Oct 2019 - 11:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Lene était en effet pressée de rentrer. En réalité, elle serait bien restée dans le livre plus longtemps pour explorer les environs, se fondre dans l’ambiance d’une époque médiévale, se battre si besoin, vivre quoi. Echapper à sa réalité. Mais elle voulait s’assurer qu’elle pouvait bien sortir du bouquin, et surtout, que le temps s’écoulait, soit de la même façon, soit moins vite, mais surtout pas plus rapidement. C’était surtout ça qui motivait son envie de repartir. Elle ne s’interdisait pas d’essayer de revenir dans le bouquin, plus tôt dans l’histoire, si la possibilité se présentait. Les quelques mots arrachèrent un sourire à la jeune femme. « Le magicien du coin ». C’était pas un titre des plus envieux. Une sorte de Merlin dans un bouquin fictif. Où le vieux mages que les enfants font chier juste parce qu’il est aigri et qu’il n’est là que pour soigner les maladies. Bref, elle avait l’image, et cette image sentait la fiente de pigeon dans un donjon humide.

Une question de contexte ? Lene ne voyait pas pourquoi ça le serait. Après tout, le contexte leur était imposé depuis le début, et ils ne pouvaient que très peu influer dessus. Pour ce qui était du timing, elle était un peu plus d’accord. Ils avaient soit raté quelque chose, soit pas fait quelque chose, soit ça allait arriver. Le laissant réfléchir, en homme d’expérience qu’il était, la danoise ne put s’empêcher de le fixer du regard, observant ses mimiques. Dans l’attente d’une solution toute faite, elle ne s’attendait pas à la proposition qu’il fit.

Un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme alors qu’il lui demandait clairement de retirer ce qu’elle portait. Elle avait compris où il voulait en venir par le biais de ses explications premières sur le fait que le livre ne voulait pas la ramener dans cette tenue. Mais le fait qu’il précise rapidement le fond de sa pensée fut le signe qu’ils avaient pensé la même chose suite à sa proposition. Le fait qu’il détourne rapidement les yeux fut pris pour un signe de gêne maladroite.
« Ce que j’ai rajouté oui. », reprécisa-t-elle à sa suite un peu taquine pour le coup, non sans laisser son sourire flotter un moment tandis qu’elle se défaisait des ajouts en cuir, ainsi que de l’épée. Comme elle s’y attendait, elle avait des auréoles d’huiles sur ses vêtements, signe que la peau avait dégorgé de son graissage. Jamais elle ne pourrait sauver le tissu !
Elle posa tout sur le sol au fur et à mesure, se sentant plus légère. Il ne se passait toujours rien. Le mage archéologue revint vers elle.
« J’espère qu’il ne considère pas ces taches comme appartenant à son univers, sinon je vais effectivement finir toute nue. », ironisa-t-elle pour détendre l’atmosphère étant donné qu’il ne se passait toujours rien.

Est-ce qu’elle parviendrait à vivre une vie complète ici ? Certainement, elle était plutôt adaptable comme fille. Mais elle n’en avait pas spécialement envie, même si de nombreuses aventures pourraient se présenter à elle. L’occasion de savoir si Dame Charlotte était vraiment aussi belle que sur la peinture, et de lui demander si elle était vraiment amoureuse de son Maréchal. A choisir, elle aurait plutôt sélectionnée l’Anglais, bien plus mignon. Mais c’était peut-être un gros con. Et dans le genre, elle avait donné déjà.

Elle chassa ce genre de pensée en revenant vers le Maréchal en compagnie d’Adrian. Oui il fallait peut-être simplement lui dire au-revoir. Un bon livre pour apprendre les politesses aux jeunes de nos jours !

« Adieu Maréchal. », fit Lene avec un sourire aimable à son endroit. « Je suis Lene Jensen. ».
« Longue vie à vous, je ne vous oublierai pas, Adrian Pennington et Lene Jensen. »
« Portez-vous bien. », ajouta-t-elle en voyant que le portail vers leur monde venait de s’ouvrir.

A l’instar de son compagnon d’aventure, la Danoise sentit une vague de soulagement la parcourir. Une pointe de regret et de nostalgie également. Elle s’était sentie bien dans ce monde, même si elle avait dû se battre. Sa curiosité était cependant un peu frustrée.
Adrian la laissa passer en première. Il était trop gentil pour avoir une pensée du genre « on verra bien ce qu’il se passe », en la laissant expérimenter la première. Lene ne se posa pas de questions supplémentaires et elle passa dans le vortex.

Le décor virevolta, opérant un tourbillon assez nauséeux. Puis Lene se retrouva assise à la table de la librairie, devant le livre. Ce passage soudain de l’état debout à assis ainsi que les images qui venaient de tourner devant ses yeux, lui filèrent une envie de vomir assez prononcée, qu’elle réfréna en respirant un bon coup en fermant les yeux pendant quelques secondes.
Quand elle les ouvrit, elle constata que l’archéologue était revenu lui aussi. Elle lui adressa un sourire charmant, quoiqu’un peu crispé par le nœud qu’elle avait au ventre. Sa carte de visite était toujours insérée dans la rainure du livre ouvert.

Les deux personne qui étaient entrées dans la librairie pendant qu’ils conversaient passèrent derrière eux pour sortir, sans leur adresser un regard. Il ne semblait pas s’être écoulé longtemps depuis qu’ils avaient disparu.

« Si vous n’aviez pas la certitude qu’il soit magique, maintenant je pense que vous pouvez l’affirmer », dit-t-elle enfin à Adrian une fois que la porte se fut refermée sur les deux individus. « A moins que je sois folle et que nous n’avons pas vécu une histoire médiévale dans laquelle vous me demandiez de retirer mes vêtements. ». Cette fois, c’était plus à vocation humoristique, histoire de faire redescendre la pression intérieure de ce petit voyage. Elle secoua la tête en riant quelque peu, comme si le dire à voix haute était parfaitement absurde. C’était aussi un rire jaune, dans le plus pur style de la nervosité, de celui qui craint qu’on lui rétorque que oui, elle était folle.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 21 Oct 2019 - 13:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5189
ϟ Nombre de Messages RP : 1817
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan, Mikhaïl, Ezio, Jay, Hakon
ϟ Âge du Personnage : 120 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5189
ϟ Nombre de Messages RP : 1817
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan, Mikhaïl, Ezio, Jay, Hakon
ϟ Âge du Personnage : 120 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Traverser le portail les ramena simplement à leur place initiale. Le changement de position fut assez perturbant, surtout compte tenu du fait qu'à l'aller, ils s'étaient retrouvés assis à une table. L'adaptation avait été légèrement plus aisée. Quoi qu'il en soit, la seule chose qui comptait réellement était leur retour à la bonne époque ! Une fois que le léger malaise inhérent au voyage fut passé, Adrian balaya les environs du regard pour s'assurer qu'ils étaient bien à Star City et surtout, à la même date que celle de leur disparition ! Il aurait été assez malheureux de constater qu'ils étaient désormais dans un futur post-apocalypse ! Fort heureusement, ce n'était pas le cas. L'attention d'Adrian fut accrochée par plusieurs indications familières, dont la sacoche qu'il avait emporté avec lui en venant ici. Il était peu probable qu'elle ait patienté aussi longtemps s'ils avaient réellement disparu !

Reportant ses prunelles sur la demoiselle, Adrian esquissa un léger sourire agrémenté d'un hochement de tête lorsqu'elle annonça qu'ils avaient la confirmation évidente que le livre était magique. C'était l'évidence même, oui ! Après avoir brièvement observé le couple qui quittait le magasin et qui indiquait qu'ils ne s'étaient réellement pas absentés plus de quelques minutes, son attention se reporta sur la demoiselle et il ne put retenir le rougissement gêné qui lui vint aux joues en l'entendant plaisanter. Bien sûr, ce n'était qu'une taquinerie, mais Adrian était ainsi fait ! Il avait vieilli et ses mœurs étaient celles d'un autre siècle, il avait donc tendance à se montrer plus embarrassé que le commun des mortels pour des choses aussi futiles. Sa pudeur était légèrement plus développée dirons-nous. Après avoir baissé les yeux pour masquer sa gêne, il esquissa un sourire désolé.

« Je parlais uniquement de l'armure et de tous les ajouts que vous aviez pu faire. Je ne me permettrais pas de sous-entendre autre chose. » Il savait qu'elle le taquinait, mais bon, ça ne faisait jamais de mal de le préciser, non ? « Mais je peux vous rassurer : non, vous n'êtes pas folle ! Ou alors nous le sommes tous les deux et j'ai tendance à croire que c'est peu probable. Encore moins si nous avons tous les deux les mêmes souvenirs. »

Ce qui semblait être le cas vu ce qu'elle venait de dire ! Relevant le bras, Adrian consulta sa montre pour constater qu'ils n'avaient pas passé plus de quelques minutes dans le livre. Sans doute le temps qu'il fallait pour lire ce chapitre ? Car Adrian était convaincu du fait qu'il ne s'agissait que d'une infime partie de l'histoire. Il devait sans doute y avoir beaucoup de choses avant, comme l'histoire d'amour entre le Maréchal et dame Charlotte, puis la décision de l'Anglais de retourner la chercher... En somme, toute l'intrigue qui leur avait manqué pour résoudre ce mystère !

Baissant à nouveau le bras, Adrian inspira profondément en relevant ses yeux bruns sur le visage de la jeune femme. Elle avait eu l'air un peu troublée, mais c'était sans doute le contre-coup du voyage à travers le portail. Surtout qu'ils s'étaient aussi téléportés en pleine bataille !

« Vous avez d'ailleurs combattu avec brio, encore une fois bravo à vous. » Il attrapa la carte et referme la livre avec précaution. « Je crois que je vais faire quelques recherches sur cet ouvrage. Et sur dame Charlotte et tout cela. Je me demande si c'est une histoire vraie ou créée de toute pièce pour les besoins de ce livre. » Une moue de réflexion se dessina sur son visage avant qu'il ne reprenne. « En tous les cas, je suis impressionné par le talent qu'il a fallu pour créer un tel sortilège. C'était une expérience intéressante, bien qu'un peu frustrante. »

Ils avaient simplement joué leur rôle, mais sans pouvoir s'y investir davantage ! Toutefois, c'était bien mieux que ce qu'ils avaient pu espérer en venant dans ce magasin, c'est certain ! À cette réflexion, Adrian ne put retenir un sourire légèrement amusé.

« On peut dire que votre première véritable aventure magique aura le mérite d'être originale. J'espère que ça ne vous a pas dégoûtée des magiciens et de tout ce qui y touche. » Ça aurait pu, même si elle avait eu l'air relativement à l'aise dans son rôle de guerrière. « Si ça vous intéressera, je pourrai vous faire part de mes découvertes si je déniche quelques informations. »

Après tout, elle lui avait donné de quoi la contacter et ils venaient de vivre une aventure pour le moins inhabituelle : on pouvait dire qu'ils avaient dépassé le stade de la politesse de base.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


 
Le monde est sa propre magie
 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  SuivantRevenir en haut 
Le monde est sa propre magie - Page 4 Categorie2_6Le monde est sa propre magie - Page 4 Categorie2_8


Le monde est sa propre magie - Page 4 Categorie2_1Le monde est sa propre magie - Page 4 Categorie2_2bisLe monde est sa propre magie - Page 4 Categorie2_3
 Sujets similaires
-
» Avec Yoru [Hentaï] !!
» Village Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde est sa propre magie - Page 4 Categorie2_6Le monde est sa propre magie - Page 4 Categorie2_8

Sauter vers: