La religion est l'intuition de l'univers - Page 2 Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

La religion est l'intuition de l'univers - Page 2 Categorie_1La religion est l'intuition de l'univers - Page 2 Categorie_2_bisLa religion est l'intuition de l'univers - Page 2 Categorie_3
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

La religion est l'intuition de l'univers

 
Message posté : Mar 30 Juil 2019 - 22:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jia Li se demanda un bref instant si Ezio avait cru qu’elle s’était offusquée de ses propos. Elle finit son travail tout en espérant vivement que non. Et en essayant de pas s’agiter, mal à l’aise du compliment de son compagnon. Elle n’avait pas vraiment l’habitude ce genre de choses. Mais même si elle l’avait eu, elle aurait sûrement été tout aussi embarrassée.

C’est très gentil à vous, répondit-elle. Je suis contente de pouvoir compter sur quelqu'un également.

La moniale se sentait profondément idiote en disant ces mots, même si elle les pensait sincèrement. Mais elle avait l’impression d’être… Ridicule, qu’elle ne parvenait pas par la parole à transmettre son ressenti. Cela l’embêtait réellement mais elle ne pouvait pas réellement faire autrement. De la même façon, il était normal qu’un prêtre soit prêt à protéger les autres, mais tous n’auraient certainement pas fait les mêmes sacrifices que ceux qu’Ezio avait consenti.

En effet, acquiesça pourtant la trentenaire, ne sachant que dire d’autre.

Elle mit enfin la dernière touche à son travail, plaçant ensuite les sachets dans les sacs, prenant exemple sur Ezio avec le plus grand des sérieux. En même temps, elle répondait avec soin à ses questions, tentant d’être assez détaillée pour qu’il n’ait pas l’impression qu’elle cachait quoi que ce soit. En tous les cas, sa réponse montrait qu’il avait apparemment compris ce qu’elle tentait tant bien que mal d’expliquer. Même si l’anglais était presque sa deuxième langue maternelle à présent, après des années à le pratiquer, elle cherchait parfois ses mots, surtout lorsqu’il s’agissait de transmettre des impressions quelles qu’elles soient.

Je sais. Je réponds avec plaisir. Je n’ai pas de problème, c’est juste que je n’ai pas l’habitude qu’on me pose ce genre de questions. J’essaye généralement de rester discrète.

Par choix en partie, à cause de son caractère surtout.

Je pense que le fait que nous… Bougions beaucoup, en effet, n’aide pas à se sentir réellement chez soi. Ou peut-être que nous nous sentons un tout petit peu chez nous partout ? Les personnes qui m’entourent m’importent plus que les lieux, à présent.

Elle haussa les épaules, machinalement.

Ce ne sont pas les premiers choix que j’aurais fait, peut-être. Mais je ne regrette pas. Pour deux raisons : les regrets sont délétères, on ne peut pas changer ce qui a été. Juste le futur, par nos actions. La seconde, c’est que j’aime faire ce que je fais. Je n’aurais pu m’asseoir en retrait en sachant que d’autres se battaient à ma place alors que j’en avais les moyens. C’est une question de devoir et de loyauté.

Elle sourit, un peu tristement peut-être, mais sans vaciller. Bizarrement, évoquer ces choix qui l’avaient mené à Star City ne l’embarrassait pas autant que le reste. C’était plus simple car tout était désespérément clair dans sa tête.

J’aime ma vie. J’aime mon rôle auprès des gens de cet endroit en tant que moniale autant qu’en tant que… Karma. J'aime même les cauchemars qui peuvent me hanter à cause de cette existence là. Et j’aime être une de vos sœurs d’armes, car en sacrifiant nos vies pour nos frères et sœurs, nous leur permettons de ne pas trembler dans l’obscurité. Ou au moins de trembler un peu moins. N’est ce pas là le plus beau des sacrifices ?

La question était réellement adresser au prêtre et n’avait rien de rhétorique.

Vous ne regrettez jamais, vous-même ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 31 Juil 2019 - 10:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ezio ne fut pas spécialement étonné d'entendre la demoiselle lui déclarer qu'elle n'était pas habituée à parler d'elle et qu'elle se montrait généralement discrète. C'était inscrit dans sa manière d'agir. L'Italien avait toujours eu une facilité à décrypter les émotions des autres au travers de leurs agissements. Son ancien tuteur lui disait que c'était un don de Dieu tandis qu'un policier de sa connaissance lui avait déclaré que c'était « l'instinct du flic » qui leur permettait de flairer lorsqu'une personne mentait. Lui-même n'avait pas vraiment d'idée sur la question, il pensait simplement être bon observateur. Même si dans le cas de Jia Li, il n'était pas nécessaire d'être aussi compétent. Sa gêne et sa discrétion se voyaient clairement.

Quoi qu'il en soit, le prêtre se retrouvait dans les paroles de la jeune femme. Il hocha la tête sans répondre, sachant très bien qu'elle n'allait pas penser qu'il se fichait de ce qu'elle disait juste parce qu'il ne parlait pas. Il n'y avait pas besoin de formuler des mots pour se comprendre la plupart du temps. Tous les deux avaient partagé le même type de vie et Ezio aussi s'attachait davantage aux gens qu'aux lieux. Après tout, c'était pour eux qu'il se battait au quotidien et qu'il avait dévoué sa vie au Seigneur. Plus par amour de ses semblables que celle du divin en vérité. Un véritable blasphème aux yeux de biens des croyants, mais c'était ainsi.

Le discours de sa collègue ravi véritablement le quadragénaire qui pu constater qu'il ne s'était pas trompé en considérant la jeune femme comme une personne censée et réfléchie. Elle ne s'attardait pas sur les regrets, mais allait de l'avant. Une qualité essentielle pour aider ses semblables, du moins de son point de vue.

Il resta silencieux tout le long de ses paroles, content de la voir se livrer doucement, puis répondit enfin lorsqu'elle lui posa ses questions.

« Non, jamais. D'une part, parce que comme vous le soulignez, les regrets ne servent à rien. Rester passif ne fera pas changer les choses. » Et c'était ce qu'on faisait en se plaignant ou en regrettant. « D'autre part, parce que j'aime ce que je fais et j'aime l'idée de pouvoir aider mes semblables à vivre dans un monde meilleur. Peut-être que c'est très utopique et que je présume de nos actions, mais j'ai tendance à voir le verre à moitié plein. »

Pourtant, il fut une époque où il était plein de doutes et où il se demandait s'il n'avait pas mieux à faire à tourner le dos à la religion et à fonder une famille pour ne s'occuper que de son propre sort et de celui de ses proches. Mais non. Ezio avait préféré renoncer à tout cela et se pencher sur des problèmes sérieux qui permettraient – il l'espérait – aux générations futures de vivre plus paisiblement.

« Notre rôle demande de gros sacrifices, mais je pense que c'est justement une bonne chose. Si le fait de changer les choses était aussi simple, l'impact ne serait sans doute pas le même. » Tout le monde le ferait et ils vivraient dans un monde parfait. « J'aide comme je le peux en tant que prêtre, mais nombreux sont ceux qui ne partagent pas nos croyances. Ces personnes pensent être seules et devoir se battre pour survivre, c'est donc un soulagement de pouvoir les aider malgré tout. Même si elles ne le sauront jamais. »

Il ne faisait pas tout cela pour avoir l'admiration des autres humains, ni même leurs remerciements en fait. Rester dans l'ombre lui convenait parfaitement, il ne s'en plaignait pas, bien au contraire. L'Italien regroupa tranquillement tous les sachets prêts à être utilisés tout en reprenant la parole d'un ton calme.

« En fait, c'est presque égoïste de pouvoir faire tout cela. Je tire une certaine satisfaction à faire bouger les choses et à aider les autres. Certains diraient que c'est un comportement bien égoïste et ils n'auraient pas forcément tort. » Il eut un léger sourire. « Je suis ravi que nous partagions les mêmes idéaux. J'oublie parfois qu'il est agréable de pouvoir discuter de ce genre de chose avec quelqu'un qui nous comprend. »

Il oubliait même souvent qu'il avait le droit de parler normalement avec d'autres personnes et qu'il n'était pas là uniquement pour son rôle. Bien sûr, il était clairement prioritaire, mais ce genre de conversation l'aidait à garder les pieds sur Terre et l'assurance qu'il faisait le bon choix. Même s'il n'éprouvait pas le moindre doute à ce sujet cela dit.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 2 Aoû 2019 - 21:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jia Li, après s’être confiée de façon bien plus expansive qu’elle ne s’en serait cru capable, s’était prudemment renfermée dans le silence. Elle ne voulait pas presser Ezio dans ses réponses et n’avait tout simplement plus rien à dire. La moniale n’avait jamais été femme à parler pour parler. Elle s’exprimait rarement d’une manière vaine. Aussi prit-elle le temps d’écouter avec attention les retours du prêtre. Elle s’était longtemps demandée si elle ne se montrait pas trop… Détachée en refusant de considérer les regrets comme nécessaires. Savoir que son partenaire partageait aussi son avis à ce sujet était relativement agréable. Surtout lorsqu’il ajoutait aimer ce qu’il faisait.

Leurs vies respectives étaient tournées vers les autres, et ce même lorsqu’ils affrontaient le Mal égaré sur Terre. Ils n’avaient que peu voire pas de temps pour eux, se privaient parfois préférant le devoir au désir en toutes circonstances. C’était un sacrifice, mais librement consenti, mieux encore, fait avec plaisir ou presque : Jia Li ne le voyait comme cela qu’intellectuellement parlant. Emotionnellement parlant, la trentenaire était éminemment satisfaite du tour qu’avait pris sa vie. Elle ne mentait pas en disant que même les séquelles psychologiques de ce chemin qu’elle avait choisi voilà bien des années étaient aimées et acceptées. Elle avait douté, elle aussi, fut un temps. S’était demandée des jours, des semaines durant si ce qu’elle avait décidé de faire de sa vie présente était réellement bon pour elle. Mais passés ces doutes, la réponse à cette question était tombée : un oui inconditionnel.

Là où les deux membres de l’Opus Dei avait bien plus de mérite, c’est que ni l’un ni l’autre n’agissait dans l’espoir d’obtenir la récompense de leurs pairs, ou même d’un seul d’entre eux. Au contraire : un pan entier de leur existence était voué à se tenir dans l’ombre, à rester de l’ordre des secrets bien gardés. Comme le soulignait d’ailleurs Ezio, s’attirant un hochement de tête approbateur de la part de sa consoeur.

— J’imagine qu’il y a toujours une part d’égoïsme au cœur des actions des hommes. Mais c’est une façon un peu négative de voir la chose : vous ne faites pas ce que vous faites pour cette satisfaction mais pour les autres. C’est suffisant pour ne pas être taxé d’égoïsme à mes yeux, répondit-elle doucement.

Elle haussa machinalement les épaules.

Je suis contente aussi de pouvoir discuter ainsi, même si je… Si ce n’est vraiment naturel pour moi. Vous pouvez comprendre mieux que n’importe qui d’autre.

Leurs parcours étaient si semblables qu’il était somme toute parfaitement logique qu’ils soient capables de se comprendre de la sorte – et ce même si leurs caractères respectifs étaient loin d’être les mêmes, eux.

Nous avons la chance de pouvoir aider à faire une différence. Je crois que c’est là quelque chose de… Fondamentalement beau, renchérit Jia Li d’une voix pourtant mal assurée.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 3 Aoû 2019 - 18:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le comportement humain était relativement compliqué et leur nature encore plus difficile à comprendre. Ezio ne prétendrait jamais être capable de tout savoir à ce niveau et il savait bien que certains de ses détracteurs souligneraient son égoïsme en prétendant qu'il ne correspondait pas à la religion qu'il défendait. Bien sûr que l'humain était égoïste, le tout était de voir quelles étaient les réelles motivations de chacun. Malheureusement, le prêtre savait que beaucoup de ses semblables pouvaient être pointés du doigt. La religion catholique disait clairement que ses prêtres vivaient dans la pauvreté, mais pour autant lorsqu'on voyait la manière dont la plupart d'entre eux et surtout dont les haut-placés vivaient, on se rendait rapidement compte que c'était pour le moins hypocrite. Lui-même ne possédait rien de plus que ce qu'il avait sur le dos et même la lance qu'il surveillait attentivement ne lui appartenait pas. La pauvreté permettait aussi bien de comprendre les gens dans le besoin que de ne pas s'accrocher à des choses sans importance.
Tout cela pour dire que l'Italien savait qu'ils n'en auraient pas fini de discuter s'ils avaient tout à coup décidé d'analyser le comportement humain.

Cet échange avait été utile et constructif pour tous les deux, Ezio en était relativement content, mais il savait aussi qu'il ne valait mieux pas se lancer là-dedans où ils étaient partis pour la journée. De toute manière, leurs préparatifs touchaient à leur fin et cette rencontre avait davantage été une excuse pour passer un peu de temps avec sa collègue et lui faire comprendre qu'ils pouvaient compter l'un sur l'autre. Enfin, entre autre, il y avait bien d'autres raisons à tout cela, mais il était inutile de les nommer.

Comme Jia Li terminait sa phrase en expliquant que ce n'était pas naturel pour elle de parler ainsi, il hocha la tête en signe de compréhension.

« Oui, je comprends tout à fait, ne vous inquiétez pas. »

Il semblait que la demoiselle avait retrouvé sa gêne habituelle puisqu'elle reprit la parole d'un ton plus gêné, moins assuré. C'était sans doute le signe qu'il valait mieux éviter de trop la pousser ou elle finirait par en avoir assez. Quoique, il ne pensait pas que ce soit capable avec elle. Elle était bien trop patiente pour s'énerver, mais Ezio ne voulait pas l'indisposer. Il hocha à nouveau la tête en signe d'approbation, puis répondit sommairement, un sourire au coin des lèvres.

« Vous avez tout à fait raison, vous devriez être plus sûre de vous en disant de telles vérités. »

Mais il ne lui mettait pas la pression, se contentant de dire ce qu'il pensait de tout cela.
Comme il ne voulait pas l'ennuyer davantage, l'Italien acheva de regrouper les sachets soigneusement préparés, puis annonça qu'ils allaient être distribués dans les rues par les volontaires de l'association qui officiait régulièrement avec l'église. Il remercia aussi la jeune femme de son aide et lui assura qu'elle pouvait demander leur aide dès qu'elle le souhaitait – même s'il n'y avait pas besoin de faire quoi que ce soit en échange bien sûr !

Ezio proposa finalement à Jia Li de passer à l'église si elle le souhaitait, ou de la raccompagner pour qu'elle ne soit pas seule – même si la solitude ne la dérangeait pas, il le savait bien. Elle était tout à fait libre de rester à leurs côtés aussi longtemps qu'elle le souhaitait, mais la connaissait, le prêtre songeait qu'elle allait sans doute vouloir regagner ses pénates en paix.
Lorsqu'elle eut choisit, l'Italien l'accompagna.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
La religion est l'intuition de l'univers
 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Revenir en haut 
La religion est l'intuition de l'univers - Page 2 Categorie_6La religion est l'intuition de l'univers - Page 2 Categorie_8


La religion est l'intuition de l'univers - Page 2 Categorie_1La religion est l'intuition de l'univers - Page 2 Categorie_2_bisLa religion est l'intuition de l'univers - Page 2 Categorie_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La religion est l'intuition de l'univers - Page 2 Categorie_6La religion est l'intuition de l'univers - Page 2 Categorie_8

Sauter vers: