Bloody Star City — sujet libre - Page 2 Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Bloody Star City — sujet libre - Page 2 Cadre_1Bloody Star City — sujet libre - Page 2 Cadre_2_bisBloody Star City — sujet libre - Page 2 Cadre_3
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

Bloody Star City — sujet libre

 
Message posté : Mer 31 Juil 2019 - 19:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Apparemment, plus il y a eu de jalons franchis, moins il y a d’échappatoire, pour ce que j’en sais. Si vous prenez systématiquement le carrefour qui vous rapproche de la réalisation, vous avez de moins en moins de voies pour y échapper. Mais il en reste quand même.

S’agissait-il d’une bonne ou d’une mauvaise nouvelle ? Elle-même n’aurait pas su le dire et elle se demandait parfois si ce n’était pas aussi le cas de Shadow. Il lui paraissait évident qu’ils essaieraient de tirer parti de la situation s’ils le pouvaient, mais elle avait parfois l’impression que les avis divergeaient parfois sur ce point. Même si la décision finale ne lui reviendrait pas forcement, elle était néanmoins contente à l’idée que les dés n’étaient pas complètement jetés. Cela collait en outre plus à ses idées que les histoires de destin et de fatalité que certains se contaient parfois.

Elle avait par ailleurs bu les paroles de Siobhan avec un grande attention et fut presque déçue quand elle arrêta de deviser directement à ce sujet.

Votre mère devrait s’occuper autrement.

Charlie gloussa en roulant les yeux. Un sourire s’attarda par ailleurs sur ses lèvres comme si Siobhan avait sorti une blague particulièrement savoureuse. C’était drôle car une partie d’elle trouvait sa phrase étonnement juste alors que Siobhan n’avait probablement aucune véritable idée de ce à quoi sa mère –la « vraie » du moins, celle qui avait collaboré avec Shadow, s’était réellement consacrée. Cela avait quelque chose de délicieusement ironique et Charlie le savoura pleinement non sans une certaine espièglerie.

- Aurait eu l’habitude… ? Vous ne l’avez pas connue ?

La question de Siobhan la ramena à la réalité et lui fit retrouver un peu son sérieux. L’espace d’un court instant, elle se rappela qu’elle avait mentionné ses frères lesquels appartenaient à son autre histoire, celle qu’elle avait vraiment vécue. Celle de Laura. Tout ça était parfois tellement compliqué qu’elle s’y perdait elle-même. Ce qui n’était pas plus mal. Quand elle discutait, comme ça, à l’emporte-pièce, sans idée bien arrêtée sur ce qu’elle attendait de la conversation, il arrivait souvent un moment où elle finissait par se contredire parce qu’elle mélangeait des bouts de deux histoires complètement différentes en omettant, le plus souvent volontairement, les détails qui permettaient de faire le lien entre les deux. Quand les gens s’en rendaient compte, la conversation prenait d’ailleurs souvent fin, parce qu’ils s’imaginaient qu’elle avait raconté n’importe quoi pour faire son intéressante ou qu’elle était folle, ce qui l’arrangeait bien car cela pouvait lui permettre d’être parfois incroyablement honnête sans vraiment risquer de trop se découvrir puisqu’il arriverait, presque naturellement, ce moment où l’on cesserait de la croire. Ce moment-là serait-il venu ?

- Non, pas très bien, dit-elle alors, somme toute assez sobrement.

Peut-être pas, après tout, songea-t-elle, en réponse à sa précédente question.

Elle hésita à ajouter quelque chose sur son séjour à l’hôpital, mais comme elle était aussi sensée avoir été enlevée à ce moment-là… Mieux valait ne pas rentrer dans les détails. Pour le moment.

Rendez-vous service et rangez ce carnet de notes pour ne plus le rouvrir. Vous allez vous empoisonner l’existence. Pour probablement pas grand-chose.

Elle rigola presque en l’entendant et lui répondit avec un grand sourire. Elle aimait définitivement beaucoup sa façon de voir les choses, même si elle n’aurait probablement pas le loisir d’agir ainsi.

La décision ne dépendait pas d’elle ou du moins plus maintenant.

En un sens pourtant, elle s’était bien décidée, mais beaucoup plus tôt. A l’époque où elle avait choisi de les suivre eux, Shadow, Ray, l'homme des rêves et toute la clique, même si elle en ignorait alors le véritable nom. Ils avaient alors eu l’honnêteté de lui parler de cette histoire et elle avait alors renouvelé sa volonté de poursuivre leur collaboration, en toute connaissance de cause.

- J’aime bien la façon dont vous parlez de tout ça, lui dit-elle alors. C’est clair et fluide et intéressant aussi. Est-ce que vous enseignez ?

Elle ignorait s’il existait une école de magie quelconque et préféra ne pas s’emballer en imaginant à quoi pourrait ressembler le Poudlard local, même si en fait, son imagination s’emballa quand même un peu. Poudlard ou non, allez savoir, peut-être qu’on enseignait aussi l’occulte à Star Hight ?

Elle lui était en outre infiniment plus reconnaissante pour cette partie de leur rencontre que pour le verre. Chez elle, cela s’arrêtait toutefois là et elle était loin de raisonner en dette et en créance comme le faisait Siobhan.

A ses yeux, quand tu donnes en attendant autre chose, c’est que tu conclues un genre de contrat, ce qui n’est possible que lorsque les deux parties sont d’accord sur ses termes. Dans le cas contraire, il s’agit d’un don, désintéressé par nature, et qui ne génère par conséquent aucune forme de dette. Charlie était loin d’être ingrate pourtant, au contraire, elle manquait rarement d’éprouver de la reconnaissance pour tous ceux qui l’aidaient et pour elle c’était ce qui comptait vraiment.

La réincarnation, vraiment.

Charlie eut un nouveau grand sourire, comme une enfant fière de ce qu’elle venait d’avancer et hocha positivement la tête.

Elle observa ensuite un instant Siobhan observer ses propres mains, puis son soupire et fut prise d’un élan de curiosité teinté de compassion comme si elle avait pu déceler un soupçon de tristesse ou de solitude chez elle. A moins que ce ne soit son imagination ? Même si, pour la solitude, il ne pouvait pas s’agir que d’une impression, la jeune femme ayant reconnue elle-même qu’elle n’était pas très sociale.

Elle ne le laissa pas forcement paraître néanmoins, pour ne pas se montrer trop intrusive à l’égard d’une femme qui restait après tout une quasi inconnue. Son imagination s’emballa en revanche davantage en lui imaginant un destin tragique de grande dame de la sorcellerie qui, par certains aspects, étaient curieusement proche de sa véritable histoire, même si Charlie ne le saurait peut-être jamais.

Une grosse partie de notre sort après la mort dépend de nos croyances. Un chrétien ira au paradis ou en enfer, ou au purgatoire. Je suis censée finir dans le Sidh, et ainsi de suite. Si vous croyez en la réincarnation, vous y aurez peut-être droit ?

- Je l’espère, dit-elle alors. J’aime vraiment bien cette idée. Et puis, j’imagine que cela vaut mieux que l’enfer !

Elle prononça ses mots avec le sourire comme s’il s’agissait d’une bonne blague, ce qui aurait pu l’être, si elle en avait rigolé avec quelqu’un d’autre. Elle ignorait toutefois tout de ce que Siobhan avait traversé et ne pouvait donc se rendre compte de sa possible indélicatesse.

Arrêtée ? Pour quelle raison ?

Charlie pinça légèrement les lèvres en entendant sa question. Cette période de sa vie restait sensible, même si cela commençait à remonter à loin. C’était aussi l’époque de ses premières années à Star City et celle où elle avait par conséquent commencé à laisser des traces de son passage au moins juridiquement parlant. Parce que ces traces existaient néanmoins, il n’y avait pas forcement de raison d’en faire un mystère. Ce n’était, après tout, pas comme si en parler risquait de mettre en péril sa brillante carrière.

- Après l’attaque du robot géant du docteur Otaku, j’ai, disons, eu quelques problèmes de mémoire. On m’a trouvée et recueillie pendant ladite attaque et ce « on » était en fait un groupe de braqueurs.

- Je l’ignorais, précisa-t-elle, mais l’un d’entre eux a fini par se faire arrêter et la police a fait une descente dans leur planque où j’étais restée. Le truc bête, commenta-t-elle en haussa les épaules. Après, il s’est avéré que je faisais partie de leur registre de gamins disparus et… bin j’ai été tirée d’affaires en quelque sorte.

De fait, aucune charge n’avait été retenue contre elle. Elle avait juste été envoyée dans un hôpital pour soigner les différents traumatismes qu’elle semblait avoir subis, mais ça, Charlie préférait généralement le garder pour elle, peut-être parce que, ça aussi, même sans qu’elle soit incohérente, faisait partie des choses qui faisaient fuir les inconnus. Un peu comme si la folie était aussi contagieuse qu’incurable.

 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 4 Aoû 2019 - 21:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Super-Vilain Indépendant
Super-Vilain Indépendant

Siobhan O'Reilly
Super-Vilain Indépendant

Personnage
Bloody Mary

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 12/04/2019
ϟ Nombre de Messages : 180
ϟ Nombre de Messages RP : 138
ϟ Célébrité : Deborah Ann Woll
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Âge du Personnage : 30 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : • 1m80
• Cheveux roux, silhouette fine
• Cicatrices sur ses deux avant-bras
• Accent irlandais
ϟ Pouvoirs : MAITRISES MAGIQUES
• Maîtrise de la magie du sang
• Guérison (blessures légères, régénération accélérée des cellules sanguines)
• Manipulation du sang (le sien, celui des autres, changement d'état, solidification, armure de sang)
• Sceau d'intégrité mentale (protection contre les manipulations mentales)
• Sceau d'asservissement (manipulation)
• Sceau de souffrance (douleur psychique)
• Gardes de sang (zones de 4-5m de diamètre, bouclier physique résistant à 10T)
• Chaines sanguines (chaines de sang résistantes, neutralisation de la magie de la victime)
• Bras armé de Morrigan (vitesse améliorée au combat - x3 ; force augmentée à 2T)
• Etreinte mortelle (zone au sol, absorption de l'énergie vitale)

MAITRISES MARTIALES
• Maitrise de la dague
• Maitrise des épées

ARTEFACTS
• Corbeau de Morrigan (sixième sens, intuition guerrière)
• Dague sacrificielle
• Epée de sang (mobilisable à volonté, résistance 2T)
ϟ Liens Rapides :

Joueur
Bloody Mary

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 12/04/2019
ϟ Nombre de Messages : 180
ϟ Nombre de Messages RP : 138
ϟ Célébrité : Deborah Ann Woll
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Âge du Personnage : 30 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : • 1m80
• Cheveux roux, silhouette fine
• Cicatrices sur ses deux avant-bras
• Accent irlandais
ϟ Pouvoirs : MAITRISES MAGIQUES
• Maîtrise de la magie du sang
• Guérison (blessures légères, régénération accélérée des cellules sanguines)
• Manipulation du sang (le sien, celui des autres, changement d'état, solidification, armure de sang)
• Sceau d'intégrité mentale (protection contre les manipulations mentales)
• Sceau d'asservissement (manipulation)
• Sceau de souffrance (douleur psychique)
• Gardes de sang (zones de 4-5m de diamètre, bouclier physique résistant à 10T)
• Chaines sanguines (chaines de sang résistantes, neutralisation de la magie de la victime)
• Bras armé de Morrigan (vitesse améliorée au combat - x3 ; force augmentée à 2T)
• Etreinte mortelle (zone au sol, absorption de l'énergie vitale)

MAITRISES MARTIALES
• Maitrise de la dague
• Maitrise des épées

ARTEFACTS
• Corbeau de Morrigan (sixième sens, intuition guerrière)
• Dague sacrificielle
• Epée de sang (mobilisable à volonté, résistance 2T)
ϟ Liens Rapides :

Je réagis à peine comme Charlie s’amusait de mes réponses. Un petit coup d’œil étonné. Je ne savais pas ce qui l’amusait – personnellement je trouvais cela plus ridicule que divertissant – mais je commençais du même coup à me demander si la gamine avait réellement toute sa tête. Avec une mère à moitié folle et dingue de prophéties, on pouvait très honnêtement se poser la question, me semblait-il. De toute façon, la moitié de l’humanité courait après des chimères et était à mes yeux bonne pour l’asile. Sans doute que certains auraient dit la même chose de moi, avec mes désirs de pouvoir inextinguibles.

En réalité, je devais avouer que je n’en avais pas grand-chose à cirer. Des personnes qui n’étaient plus saines d’esprit, j’en connaissais une belle tripotée. La petite garce qui traînait à l’époque dans les pattes de Vladislas Markov en était un exemple, mais il y avait aussi nombre de mes propres admirateurs lorsque j’étais le clou des spectacles du Cirque des Damnés. J’étais devenue, avec mon démon de maître, ce connard incontesté, une source de convoitise suffisante pour faire disjoncter quelques esprits. Fascinant. Les humains étaient proprement irrécupérables à mes yeux. Fous ou non. En attendant, celle-ci n’avait apparemment pas connu sa folle de mère si bien que cela. Pour le bien que ça lui avait fait.

Elle était encore en train de s’empoisonner le quotidien avec un carnet de notes à la noix. Franchement, cette passion pour le futur et les prophéties… C’était des choses qui auraient dû se bâtir jour après jour. Rien n’était gravé dans le marbre. Rien. C’était à Charlie de voir ce qu’elle voulait faire de sa vie. Je ne me sentais pas concernée. Du tout. Mais sa remarque me tira un éclat de rire qui était, une fois n’est pas coutume, des plus sincères. M’imaginer professeur est déjà relativement incongru. Cependant, la véritable raison de mon hilarité est le fait que la seule personne à qui j’ai jamais enseigné est Renan. J’ai un petit peu arrangé l’apprentissage de Niamh quand la O’Reilly était entrée à mon service mais ce n’était pas vraiment de l’enseignement.

Non. Jamais, je ne suis pas la plus patiente qui soit. Je serais un professeur exécrable, croyez-moi.

J’étais probablement simplement exécrable au naturel, mais les gens s’en rendaient rarement compte. Ma langue de vipère s’agitait surtout dans mon esprit, je préférais présenter aux autres des sourires et de la politesse. Cela causait bien moins d’ennuis et rendait mes interlocuteurs plus prompts à se confier lorsque j’en avais besoin. Mais je n’avais pas vraiment imaginé que Charlie sortirait une énormité pareille à propos de l’Enfer. Mon sourire ne vacilla pas et je ne marquais aucune réaction, ne permettant pas à cette voix qui hurlait dans ma tête de s’exprimer réellement. Tout valait mieux que l’Enfer. Si j’en arrivais là, j’étais prête à négocier avec le Diable lui-même pour rester en dehors de la géhenne. J’y avais goûté une fois.

En effet, fis-je mine de m’amuser.

J’avais une vague envie de vomir, de me lever, aussi, et de partir d’ici.

Je vois. Vous avez eu une vie bien remplie, il me semble. Heureusement que cela s’est bien terminé pour vous.

Je fis de mon mieux pour mettre la chaleur adéquate dans ces termes, même si nos derniers sujets de conversation m’avaient largement refroidie. La présence des flics, si elle n’était pas spécialement inquiétante, ne m’encourageait pas non plus à rester. Enfin. J’avais un verre à finir. Avant toute autre chose.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 5 Aoû 2019 - 19:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
- Non. Jamais, je ne suis pas la plus patiente qui soit. Je serais un professeur exécrable, croyez-moi.

Charlie ne demandait qu’à la croire, sincèrement, pourtant quand elle avait une idée en tête, elle avait parfois aussi du mal à l’en ressortir et ne fut donc pas plus convaincue que ça par sa réponse, même si elle n’insista pas, son rôle, si elle devait en avoir un bien précis, n’étant probablement pas de trouver quel était celui de Siobhan.

Elle hocha malgré tout poliment la tête, signe qu’elle prenait note de l’information à défaut d’autre chose, même si cela pouvait facilement passer pour de l'assentiment.

- Et du coup, vous travaillez dans quoi ? demanda-t-elle alors, pour meubler, une fois n’étant pas coutume plus qu’autre chose.

Après la conversation qu’elle venait d’avoir sur sa mère et cette histoire de prophétie, elle éprouvait comme le besoin de redonner à tout ça un peu plus de normalité, tout en s’interrogeant davantage sur sa compagne du moment.

Elle remarqua par exemple qu’elle avait peu voir pas du tout réagit à ses compliments. Se pourrait-il qu’elle y soit insensible ? C’était quelque chose de rare. En général, les gens aimaient les compliments. Ou niait de les mériter avec une fausse modestie. C’était étrange –ou pas d’ailleurs, mais ce n’était pas la première fois qu’elle ne parlait pas d’elle-même en des termes très flatteurs. Dans sa bouche, elle n’était ni sociable, ni patiente et serait un professeur « exécrable ». Faisait-elle donc preuve d’une étonnante lucidité assortie d’une honnêteté à toute épreuve que fort peu de gens avait à leur égard ou avait-elle au contraire une forte propension à se dévaloriser injustement ?

Elle garda évidement ses réflexions pour elle, même si elle aurait aimé pouvoir percer cette énigme et ce d’autant plus que le comportement qu’elle avait avec elle semblait plutôt indiquer qu’elle était tout le contraire de ce qu’elle prétendait être !

Je vois. Vous avez eu une vie bien remplie, il me semble.

Charlie n’émit qu’un petit « hm » peu convaincu en guise de réponse à sa remarque. Ce n’était pas faux en un sens, mais une partie d’elle aurait surement préféré qu’elle soit remplie d’autres choses que de souvenirs comme ceux qu’elle venait d’évoquer.

- Heureusement que cela s’est bien terminé pour vous.

- Si on veut… répondit-elle alors, l’humeur toujours un peu assombrie. Joé lui n’a pas eu ma chance. Ils l’ont condamné et il purge toujours sa peine en prison. Je sais et je comprends pourquoi, ajouta-t-elle alors, pour la forme et les apparences surtout, comme pour rassurer l’autre sur son sens de la moral ou son respect des lois et de la justice, je sais qu’il n’était pas vraiment innocent, mais… son petit regard devint plus vif l’espace d’un instant, plus déterminé aussi.

Elle soupira toutefois ensuite sans terminer immédiatement sa phrase autrement qu’en secouant légèrement la tête, avant de boire une gorgée de son verre.

- Il a vraiment été gentil avec moi, dit-elle alors, et parfois je ne peux pas m’empêcher de leur en vouloir de ne pas en avoir plus tenu compte.

Ce n’était pas tout à fait vrai. Joé avait pris 13 ans, mais en avait encouru beaucoup plus.

Charlie manquait toutefois encore de lucidité quand il était concerné. Elle s’en voulait aussi en outre, parce qu’elle croyait qu’elle avait été la raison de son arrestation ce qui, indirectement n’était pas faux même si elle ignorait réellement dans quelle mesure c’était vrai. C’était toutefois plus facile d’en vouloir aux autres que de regarder son propre sentiment de culpabilité en face.

- Mais assez parlé de moi, dit-elle avec une volonté réelle mais non encore exaucée de retrouver le sourire. Je suis sûre que vous avez aussi des tas d'histoires à raconter.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 8 Aoû 2019 - 13:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Super-Vilain Indépendant
Super-Vilain Indépendant

Siobhan O'Reilly
Super-Vilain Indépendant

Personnage
Bloody Mary

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 12/04/2019
ϟ Nombre de Messages : 180
ϟ Nombre de Messages RP : 138
ϟ Célébrité : Deborah Ann Woll
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Âge du Personnage : 30 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : • 1m80
• Cheveux roux, silhouette fine
• Cicatrices sur ses deux avant-bras
• Accent irlandais
ϟ Pouvoirs : MAITRISES MAGIQUES
• Maîtrise de la magie du sang
• Guérison (blessures légères, régénération accélérée des cellules sanguines)
• Manipulation du sang (le sien, celui des autres, changement d'état, solidification, armure de sang)
• Sceau d'intégrité mentale (protection contre les manipulations mentales)
• Sceau d'asservissement (manipulation)
• Sceau de souffrance (douleur psychique)
• Gardes de sang (zones de 4-5m de diamètre, bouclier physique résistant à 10T)
• Chaines sanguines (chaines de sang résistantes, neutralisation de la magie de la victime)
• Bras armé de Morrigan (vitesse améliorée au combat - x3 ; force augmentée à 2T)
• Etreinte mortelle (zone au sol, absorption de l'énergie vitale)

MAITRISES MARTIALES
• Maitrise de la dague
• Maitrise des épées

ARTEFACTS
• Corbeau de Morrigan (sixième sens, intuition guerrière)
• Dague sacrificielle
• Epée de sang (mobilisable à volonté, résistance 2T)
ϟ Liens Rapides :

Joueur
Bloody Mary

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 12/04/2019
ϟ Nombre de Messages : 180
ϟ Nombre de Messages RP : 138
ϟ Célébrité : Deborah Ann Woll
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Âge du Personnage : 30 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : • 1m80
• Cheveux roux, silhouette fine
• Cicatrices sur ses deux avant-bras
• Accent irlandais
ϟ Pouvoirs : MAITRISES MAGIQUES
• Maîtrise de la magie du sang
• Guérison (blessures légères, régénération accélérée des cellules sanguines)
• Manipulation du sang (le sien, celui des autres, changement d'état, solidification, armure de sang)
• Sceau d'intégrité mentale (protection contre les manipulations mentales)
• Sceau d'asservissement (manipulation)
• Sceau de souffrance (douleur psychique)
• Gardes de sang (zones de 4-5m de diamètre, bouclier physique résistant à 10T)
• Chaines sanguines (chaines de sang résistantes, neutralisation de la magie de la victime)
• Bras armé de Morrigan (vitesse améliorée au combat - x3 ; force augmentée à 2T)
• Etreinte mortelle (zone au sol, absorption de l'énergie vitale)

MAITRISES MARTIALES
• Maitrise de la dague
• Maitrise des épées

ARTEFACTS
• Corbeau de Morrigan (sixième sens, intuition guerrière)
• Dague sacrificielle
• Epée de sang (mobilisable à volonté, résistance 2T)
ϟ Liens Rapides :

Je n’avais pas vraiment prévu que mon opinion sur mes talents de professeur mènerait à une question concernant mon activité professionnelle. Oh, comme j’aurais aimé pouvoir être honnête. Observer sa réaction alors que j’aurais cavalièrement lâché quelques mots. Moi ? Trois fois rien, quelques assassinats et un peu de protection rapprochée à l’occasion. La paie est excellente. Au lieu de quoi, je réagis sans me départir de mon aimable sourire :

J’ai touché à plusieurs choses. Mais en ce moment, je me contente de petits contrats dans un commerce ou un autre. J’aime le changement, j’ai du mal à me poser, ajoutais-je.

Un mensonge qui n’en était pas réellement un, imaginais-je. Je détestais l’inertie. Ma vie était faite d’action, d’adrénaline, de sang. Je ne l’aurais échangée pour rien au monde. Alors qu’avant ma mort je m’étais parfois languie d’une existence normale – même en sachant pertinemment que ça n’était pas pour moi – j’étais maintenant plus qu’heureuse de ce que j’avais et ce que j’étais. Enfin. Heureuse n’était pas le mot approprié. Je ne saurais pas ce qu’était le bonheur même si sa personnification venait se trémousser devant mes yeux. Disons simplement que je me sentais bien telle que j’étais. Même le fait que j’étais tributaire de la bonne volonté d’Abigaïl Frankenstein commençait à me paraître acceptable.

Je reportais mon attention sur Charlie, cessant de me perdre dans les méandres de mes pensées. Je ne tenais pas à gâcher mon petit numéro, jusque là, même si celui-ci n’avait d’autre intérêt que de ne pas lui laisser de souvenir négatif – savait-on jamais qui pouvait vous être utile ? – il fallait donc que je continue à rester un minimum à l’écoute. La gamine en était à se lamenter sur son ami, un certain Joe. Je pris une mine compatissante même si intérieurement, je jugeais simplement qu’ils n’avaient qu’à pas se faire prendre. La justice n’allait pas caresser l’homme dans le sens du poil simplement parce qu’il avait été gentil avec une gosse. Non, la justice préférait largement un peu d’argent pour passer outre.

Malheureusement, une bonne action ne suffit pas à racheter forcément le reste. Ça aurait pu être pire. Vous auriez pu vous retrouver en prison pour quelques années vous aussi.

Je haussais les épaules. Quelle gaieté, Siobhan. Je n’avais pas la moindre envie de continuer à jouer les réconforts, ceci dit. Je ne savais pas m’y prendre, et ça ne m’intéressait pas. Mais je n’étais pas plus emballée par l’idée de déballer mes histoires. Oh, j’en aurais eu à raconter, il n’y avait guère de doute. Mon existence toute entière était une vaste blague, un récit digne d’un fichu roman. Noir, le roman. Mais je ne la contais pas à ceux qui n’en connaissaient pas déjà les tenants et aboutissants. Ça ne les regardait pas.

Tout le monde a des histoires à raconter, mais je crains que les miennes ne soient pas bien palpitantes. En plus de ça, mes colocataires doivent probablement commencer à se demander où je suis passée.

Pour le coup, je savais pertinemment que pas un seul des dits colocataires ne devait ne serait-ce que penser à moi. J’avais cultivé une certaine distance entre nous. Par prudence autant que par peur. Je ne voulais pas me rapprocher d’eux. Je n’étais pas une des orphelines que la chère Abigaïl avait ramassé dans une tombe. Je n’étais pas comme eux. Et ils n’étaient pas comme moi. La seule qui aurait pu y prétendre, même si elle était éminemment plus puissante que moi, nageait dans les eaux troubles de ses sentiments pour sa petite nippone. Quelle blague.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 8 Aoû 2019 - 16:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
J’ai touché à plusieurs choses. Mais en ce moment, je me contente de petits contrats dans un commerce ou un autre. J’aime le changement, j’ai du mal à me poser, ajoutais-je.

Charlie acquiesça une nouvelle fois face à ces révélations presque décevantes. Elle ne savait pas trop à quelle réponse elle s’était attendue. Aucune en particulier, probablement, car elle était occupée par d’autres pensées quand elle avait posé la question, mais elle trouvait que sa réponse, si elle convenait bien à la jolie jeune femme qu’elle avait aperçu avant de s’asseoir à ses côtés, manquait de panache pour la sorcière descendant d’une divinité qu’elle avait découvert en elle par la suite.

Il n’y avait pas de sot métier comme on dit néanmoins et même si elle estima que sa réponse n’avait pas grand intérêt, ni pour elle ni pour Shadow, elle la nota malgré tout dans un coin de son esprit.

La conversation dévia ensuite et en vint au délicat sujet de Joé, la brute épaisse (en apparence) au grand cœur qui avait pris soin d’elle après son arrivée dans cette réalité là.

Malheureusement, une bonne action ne suffit pas à racheter forcément le reste. Ça aurait pu être pire. Vous auriez pu vous retrouver en prison pour quelques années vous aussi.

Charlie ne commenta pas, même si elle fut loin d’être convaincue par ses paroles. La condamnation de Joé restait injuste à ses yeux, elle n’en démordait pas et tenter de la faire changer d’avis était peine perdue. Beaucoup avait tenté de le faire en vain ou, dans le pire des cas, s’ils insistaient trop, en finissant par s’attirer son inimitié au moins temporairement. Pas que celle-ci soit réellement à craindre, Charlie n’ayant jamais été vindicative, même à l’époque où elle était moins inoffensive qu’elle en avait l’air.

Une partie d’elle savait par ailleurs que ce n’était pas raisonnable, elle connaissait aussi la plupart des arguments que l’on pouvait lui opposer pour tenter de la ramener à la raison, de la consoler ou elle ne savait trop quoi d’autre, mais cela ne changeait rien. Elle estima donc qu’il valait mieux ne pas rebondir là-dessus, surtout maintenant que Siobhan lui paraissait être du côté de tous ceux qui ne comprenaient pas ce qu’elle voulait dire quand elle parlait de lui.

Elle ne rebondit pas non plus sur ce pire qui aurait pu lui arriver. Ce qui était fait était fait et l’on ne pourrait rien y changer. En revanche, il aurait été possible de faire libérer Joé, un temps ; elle y avait même pensé plusieurs fois, mais elle n’avait jamais mené aucun de ses plans à exécution et doutait que cela soit pertinent de le faire aujourd’hui, alors qu’il allait bientôt finir sa peine et pourrait avoir la chance de repartir sur de meilleures bases, ce qu’elle lui souhaitait très sincèrement.

Ce n’était toutefois pas le genre de chose que l’on avoue à une inconnue dans un bar, même en étant aussi spontanée et bavarde qu’elle.

Se taire lui coûtait par ailleurs suffisamment pour qu’elle ne tente pas d’acquiescer et Charlie se consola donc de son amertume passagère avec la douceur sucrée du liquide encore contenu dans son verre.

Tout le monde a des histoires à raconter, mais je crains que les miennes ne soient pas bien palpitantes. En plus de ça, mes colocataires doivent probablement commencer à se demander où je suis passée.

- C’est fou, je trouve, et un peu triste aussi, le nombre de personnes qui sont persuadées de ce genre de choses…, remarqua-t-elle dans un premier temps.

Elle-même était rarement de cette avis, mais elle se demandait aussi si savoir écouter même les moins palpitantes des histoires des membres les plus normaux de la communauté de Star City ne faisait pas partie des quelques talents qu’elle possédait. Même quand tel n’était pas son but en outre, il lui arrivait aussi souvent que cela finisse par lui être utile, la plupart des gens, surtout parmi ceux qui avaient ce genre d’idées, finissant par lui être reconnaissants d’une façon ou d’une autre pour son écoute et son attention. Un peu comme la serveuse du diner… Cela lui avait en outre aussi appris à se forger l’avis selon lequel tout le monde était intéressant, chacun à sa façon, parfois même très ordinaire.

Elle retint ensuite un léger sourire en songeant qu’elle doutait que les histoires de Siobhan manquent autant de palpitant qu’elle le disait. Encore une fois à cause de cette histoire de magie toujours aussi incroyable à ses yeux. C’était d’ailleurs la première fois qu’elle doutait réellement de la sincérité ou de l’honnêteté de la jeune femme, elle qui n’avait, jusqu’à présent, vu que du feu à ses efforts pour paraître aimable.

- Mais vous avez raison, poursuivit-elle, après que ses yeux se soient mis à briller d’un léger éclat de convoitises à la mention de ses colocataires, si vous comptez autant pour eux, ce serait dommage de les remercier en les laissant s’inquiéter.

Charlie hésita ensuite. Elle n’avait aucune envie ni raison de retenir Siobhan ici. Elle hésita en revanche un instant entre rester ici ou lui demander comment elle comptait rentrer dans l’espoir de l’accompagner pour « faire un bout de chemin avec elle » si elle pensait rentrer en transport. Quelque chose lui disait néanmoins qu’elles ne s’étaient pas suffisaient liées lors de leur petite conversation pour tenter ce genre d’incruste.

- Je pense que je vais rester encore un peu ici, ajoute-t-elle ensuite, le temps de finir mon verre.

Plutôt lentement, a priori, vu qu’il ne restait pas grand-chose dans ce dernier.

Maintenant que les flics semblaient réellement là pour « se détendre » après leur journée de boulot, elle n’était pas certaine d’avoir envie de s’échapper tout de suite du bar. Elle n’avait pas réellement de plan pour la nuit et le temps d’en trouver un risquait de lui faire défaut. Sans créature pour protéger ses arrières retourner dormir dans les égouts était par ailleurs exclu aussi ses épaules s’affaissèrent-elles légèrement devant le peu de perspectives qui s’offraient à elle, même si elle refusait de se laisser abattre et trouva encore le temps de remercier à nouveau Siobhan pour son verre et de lui conseiller d'être prudente.

Le bus de nuit peut-être ? Songea-t-elle ensuite. Pas l’idéal pour dormir, mais c’était toujours mieux que de dormir à même le trottoir.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 11 Aoû 2019 - 15:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Super-Vilain Indépendant
Super-Vilain Indépendant

Siobhan O'Reilly
Super-Vilain Indépendant

Personnage
Bloody Mary

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 12/04/2019
ϟ Nombre de Messages : 180
ϟ Nombre de Messages RP : 138
ϟ Célébrité : Deborah Ann Woll
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Âge du Personnage : 30 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : • 1m80
• Cheveux roux, silhouette fine
• Cicatrices sur ses deux avant-bras
• Accent irlandais
ϟ Pouvoirs : MAITRISES MAGIQUES
• Maîtrise de la magie du sang
• Guérison (blessures légères, régénération accélérée des cellules sanguines)
• Manipulation du sang (le sien, celui des autres, changement d'état, solidification, armure de sang)
• Sceau d'intégrité mentale (protection contre les manipulations mentales)
• Sceau d'asservissement (manipulation)
• Sceau de souffrance (douleur psychique)
• Gardes de sang (zones de 4-5m de diamètre, bouclier physique résistant à 10T)
• Chaines sanguines (chaines de sang résistantes, neutralisation de la magie de la victime)
• Bras armé de Morrigan (vitesse améliorée au combat - x3 ; force augmentée à 2T)
• Etreinte mortelle (zone au sol, absorption de l'énergie vitale)

MAITRISES MARTIALES
• Maitrise de la dague
• Maitrise des épées

ARTEFACTS
• Corbeau de Morrigan (sixième sens, intuition guerrière)
• Dague sacrificielle
• Epée de sang (mobilisable à volonté, résistance 2T)
ϟ Liens Rapides :

Joueur
Bloody Mary

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 12/04/2019
ϟ Nombre de Messages : 180
ϟ Nombre de Messages RP : 138
ϟ Célébrité : Deborah Ann Woll
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Âge du Personnage : 30 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : • 1m80
• Cheveux roux, silhouette fine
• Cicatrices sur ses deux avant-bras
• Accent irlandais
ϟ Pouvoirs : MAITRISES MAGIQUES
• Maîtrise de la magie du sang
• Guérison (blessures légères, régénération accélérée des cellules sanguines)
• Manipulation du sang (le sien, celui des autres, changement d'état, solidification, armure de sang)
• Sceau d'intégrité mentale (protection contre les manipulations mentales)
• Sceau d'asservissement (manipulation)
• Sceau de souffrance (douleur psychique)
• Gardes de sang (zones de 4-5m de diamètre, bouclier physique résistant à 10T)
• Chaines sanguines (chaines de sang résistantes, neutralisation de la magie de la victime)
• Bras armé de Morrigan (vitesse améliorée au combat - x3 ; force augmentée à 2T)
• Etreinte mortelle (zone au sol, absorption de l'énergie vitale)

MAITRISES MARTIALES
• Maitrise de la dague
• Maitrise des épées

ARTEFACTS
• Corbeau de Morrigan (sixième sens, intuition guerrière)
• Dague sacrificielle
• Epée de sang (mobilisable à volonté, résistance 2T)
ϟ Liens Rapides :

Je remarquais le manque d’entrain de la gamine à l’égard de mes propos concernant son ami emprisonné. Ma compassion étant ce qu’elle était, ça ne me remuait pas vraiment. Elle était malheureuse de le savoir enfermé ? Ainsi soit-il. Il savait les risques, très probablement. Tous les criminels le savaient, mais nous nous imaginions probablement tous que ça n’arrivait qu’aux autres. De mon côté, je me disais surtout que je prendrais toujours toutes les précautions du monde pour que rien ne m’empêche de rester libre. C’était la seule chose qui comptait, mon but : être libre de toutes entraves, libre de mes choix, et toujours plus puissante. Je ne voulais pas pour autant éviter toute allégeance, même si je n’en avais trouvé aucune qui me convienne à cette heure. Non. Mais j’étais décidée à ne laisser personne décider à ma place.

Je souris distraitement à Charlie qui soupirait après la tendance des gens à se persuader que leurs histoires n’étaient pas palpitantes. C’était bien souvent le cas, à mes yeux : je n’avais aucun intérêt pour la vie du barman, du voisin du dessus, ou de la personne que je croisais dans la rue. Même si dans mon cas, mon histoire aurait pu remplir un roman bien macabre. Je haussais les épaules.

Nous sommes beaucoup à être prompts à nous convaincre de cela, je suppose.

Je ne comptais pas étaler mon existence à une inconnue, pour ma part. D’autres connaissaient ma vie. Des sorciers, comme moi, issus de famille pour lesquelles il était traditionnel de perpétuer l’héritage. Des démons, trop nombreux. Renan, aussi. Il y en avait, qui savait quel avait été le destin de Siobhan O’Reilly. Mais elle n’en ferait pas partie ce soir. Comme la gosse affirmait vouloir rester encore un peu, j’acquiesçais d’un signe de tête avant de vider mon verre.

Faites attention à vous.

Un salut bref qui franchit mes lèvres avec une chaleur aussi feinte que le reste, avant que je ne tourne les talons sans la moindre hésitation. L’un des policiers me dévisagea au passage et je me payais le culot de lui faire un petit signe de la main avant de sortir du bar. Il se souviendrait sans doute simplement d’une jolie rousse sans savoir qu’une meurtrière venait de passer sous son nez. Une revenante, aussi. Un rictus amusé vint habiller mes lèvres une fois dans la rue. Je m’étirais doucement avant de reprendre la marche. Les rues bien éclairées ne furent bientôt plus qu’un souvenir tandis que je me dirigeais – à pied, l’exercice me ferait du bien – vers la lisière de la forêt de Watson. Malgré le malaise extrême que je ressentais à jouer dans la pénombre, malgré ma peur instinctive lorsque je discernais un mouvement dans le noir, je continuais à marcher. Jusqu’à rentrer chez moi. Mes colocataires, comme de bien entendu, ignorèrent mon arrivée, à l’exception de Gary qui prit sur lui de me lancer une blague salace de plus. Je restais silencieuse avant de monter les marches d’un pas léger jusqu’à ma chambre. Demain, mon compte aurait été approvisionnée de plusieurs centaines de dollar. Ne jamais rater mon coup depuis mon retour faisait grimper mes tarifs peu à peu. Je me laissais tomber sur le lit avec un soupir de contentement. Une journée de plus. Une sensation de vide s’invita momentanément. Une journée de plus coupée des autres, à cultiver une distance prudente avec le monde. Une journée de plus à regarder par dessus mon épaule de peur de voir surgir un certain démon. Mes buts étaient ce qu’ils étaient. Mais je me sentais toujours désespérément seule quand la nuit tombait. Le royaume des ombres et des cauchemars m’avait fait tant de mal que j’étais redevenue une enfant terrorisée par l’obscurité. Ridicule. Avec un geste rageur, je rallumais la lampe. Seulement alors, je parvins à m’endormir peu à peu.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Bloody Star City — sujet libre
 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Revenir en haut 
Bloody Star City — sujet libre - Page 2 Cadre_6Bloody Star City — sujet libre - Page 2 Cadre_7_bisBloody Star City — sujet libre - Page 2 Cadre_8


Bloody Star City — sujet libre - Page 2 Cadre_1Bloody Star City — sujet libre - Page 2 Cadre_2_bisBloody Star City — sujet libre - Page 2 Cadre_3
 Sujets similaires
-
» Hentaï
» Hentaï RP
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Star City — sujet libre - Page 2 Cadre_6Bloody Star City — sujet libre - Page 2 Cadre_7_bisBloody Star City — sujet libre - Page 2 Cadre_8
Sauter vers: