J'ai perdu ma momie ! Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

J'ai perdu ma momie ! Cadre_1J'ai perdu ma momie ! Cadre_2_bisJ'ai perdu ma momie ! Cadre_3
 

J'ai perdu ma momie !

 
Message posté : Sam 12 Mai 2018 - 21:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur




J'ai perdu ma momie !




Dante n'en croyait pas ses oreilles. Cette nouvelle était ahurissante ! « Une momie disparaît : tout Londres est en émoi » ! Le British Museum, célèbre pour sa grande collection d'égyptologie, pleurait la disparition d'une de ses pensionnaires, exposées dans la grande galerie centrale, couloir B ; on trouva le sarcophage vide et la vitrine ouverte. Les caméras de vidéosurveillance donnaient à voir que la momie désignée A-38 s'était déplacée seule dans le musée, mais cette information, qui laissait entendre que la momie avait agi seule et de son plein gré, avait été entourée du plus lourd secret – ce qui expliquait sans doute qu'elle serait rapidement diffusée dans les journaux. Dante n'aurait accordé qu'une importance très superficielle à ce fait divers, mais le vieux dragon connaissait la vieille carne : cette momie comptait autrefois parmi ses amis. Longue histoire que nous développerons plus tard.

Aussitôt informé, Dante déféra sur place quelques-uns de ses agents en dépit de l'invasion Terminus, toujours en cours et dont la fin s'annonçait prochaine. Ceux-ci furent envoyés directement du comptoir londonien de la Rose des vents et, dans le musée, initièrent une enquête qui devait les conduire jusqu'à Amsterdam, d'abord, où la momie avait été aperçue dans un établissement de loisir pour adultes ; en effet, moins d'une semaine après l'incident du British Museum, un journal hollandais s'amusait d'un petit scandale du Rosse buurt, le « quartier rouge » de la capitale, car une prostituée aurait refusé les avances d'un client au motif que ce dernier présentait toutes les apparences de la maladie. Tandis qu'on hurlait à la la lèpre dans toute la Hollande, les agents de la Rose poursuivirent leurs recherches et prirent le train jusqu'à Thessalonique, en Grèce, sur les traces de la momie.

Pourquoi se rendre sur les bords de la mer Égée ? Parce que la fuyarde s'y était rendue et y avait pris un navire à destination d'Alexandrie ; notons d'ailleurs que l'itinéraire ne fut pas une surprise pour le vieux dragon, habitué des projections. Dante avait anticipé les résultats de l'enquête mais à Star City, il était aux prises avec l'invasion Terminus, qui devait s'achever par la victoire du 24 mai. Or il n'y avait rien d'étonnant à ce que la momie échappée du musée s'en retournât à ses antiques origines ; elle n'y allait pas pour accomplir le pèlerinage des grands anciens, mais pour d'autres raisons que le dragon hésitait à circonscrire. Il préféra garder ses doutes et n'arrêter aucune décision définitive. Le 1er juin, il apparaissait au Caire et prenait la route de la Vallée des rois. Haut lieu du tourisme local et des réminiscences antiques, c'était par là que la momie s'était élancée à la recherche de son lointain passé. Elle alla au plus profond du site et au-delà des tombes connues par les archéologues.

L'été égyptien pesait à peine sur ses épaules ; le vieux dragon n'avait là qu'un corps d'emprunt et les contingences climatiques l'affectaient peu. En revanche, il avait accordé à ses sbires de Star City, ces aimables gobelins, un peu de repos et de répit ; c'était un prétexte pour qu'ils restassent « à la maison », ainsi ils pourraient s'occuper de reconstruire et de relancer la machine des affaires courantes. Dante était donc seul – pas tout à fait, bien sûr, car le patron de la Rose n'est jamais vraiment seul, mais quelle importance ? C'est sans accompagnement qu'il pénétra dans la tombe. Pour tout éclairage, il se contenta d'une petite sphère enflammée ; celle-ci graviterait autour de sa tête avec toute la mollesse des lunes de Jupiter. Par mesure de précaution, il avait revêtu Morguse et passé à son doigt l'Oeil de Pravladon pour parer à toute éventualité... après tout, son vieil ami se montrerait peut-être hostile, à leur prochaine rencontre !

Hélas, ce n'est pas lui qu'il rencontra le premier. Au bas d'un escalier, entre deux colonnes couvertes d'inscriptions hiéroglyphiques, se tenait une silhouette inconnue qui n'avait rien d'une momie antique échappée d'un musée... Dante ne connaissait pas cet homme mais il reconnu très vite la signature si particulière de cette essence. L'odeur ne pouvait échapper à son flair et s'il ne l'avait sentie à peine franchi le seuil du tombeau, c'était que l'endroit puait la vieille magie. « Vous êtes loin d'Héliopolis. Pour quelles raisons le dieu-faucon poursuivrait-il une momie égarée ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 21 Juin 2018 - 22:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Petite musique d'ambiance:
 

L'Egypte, contrairement au reste du monde, ne me convenait pas telle qu'elle était devenue. C'est pour ça qu'à chacun de mes voyages, je préférais partir marcher dans le désert, flâner près des pyramides, mais rester éloigné de toute la modernité que j'apprécie pourtant. Mais l'Egypte, ce n'est pas ça pour moi. Et ça tombe bien, car la raison principale pour laquelle je suis de retour, c'est parce que Heka m'a demandé d'aller retrouver l'un de ses prêtres qui n'avaient de cesse de revenir d'entre les morts. Son histoire m'a intrigué et j'ai donc commencé mes recherches. De plus, lui aussi appartenait à une époque à présent révolue, il devait être perdu dans ce monde. J'espère qu'il me verrait comme un allié, les légendes m'ayant parfois résumé à un Dieu protecteur, mais parfois à un guerrier avide de sang...

Ayant beau chercher, je ne trouvais pas de collègues archéologues présent sur place... Dommage, mon petit voyage aurait pu allier travail et devoir divin, je me contenterai donc de ce dernier. Je suis pourtant étonnamment, assez doué dans la recherche d'artefacts et autres temples perdus dans les contrées des pyramides. Le trajet fut assez long, depuis l'Ecosse, où j'étais allé passer une semaine chez mes parents, que je n'avais plus revu depuis un moment. Mais me voilà à présent chez moi, retrouvant cette chaleur si familière, cette ambiance si particulière, qui continuait d'habiter ce pays, et qui avaient investi les nouvelles villes.

D'après Héka, Djoser Nuwas, tel était le nom du prêtre, était en quête de ses origines. Mais ce n'était pas non plus un immense défi intellectuel que de le deviner, au vu de la finalité de son voyage : la Vallée des Rois. Même si cette quête cachait peut-être autre chose. J'avais pris une besace avec moi, pour transporter un peu de nourriture mais surtout beaucoup d'eau. L'entrée du tombeau dans lequel je comptais me rendre était dissimulée, mais pas introuvable. Je pus donc pénétrer dans ce lieu propice au repos et au calme. Les ornements sur les murs n'étaient pas abîmés, rien ne l'était, tout semblait figé, ou plutôt, avait traversé le temps. Il y avait encore cette trace de magie ancienne, s'échappant de chaque interstice, volant dans l'air frais.

Les mains dans les poches, j'observai le spectacle qui s'offrait à moi, un carrefour entre plusieurs couloirs, dont le centre était éclairé par la lumière du soleil, descendant ici grâce à une habile construction. Mais une voix plutôt froide me ramena à la réalité. Les mains dans le dos, je me retournai vers mon nouvelles interlocuteur :

" Sûrement les même que vous, à quelques choses près
, déclarai-je en saluant mon interlocuteur d'un sourire franc et d'un lent hochement de tête. Héka m'avait annoncé que je risquais de croiser un vieil ami du prêtre, mais je ne m'attendais pas à cette définition de "vieil". "

En effet, à Héliopolis, j'avais observé ce qu'il se passait sur la Terra Prime et à de nombreuses reprises, moi, ainsi que d'autres, avions trouvé cet homme, enfin, ce dragon, qui avait traversé les temps et dont l'âge s'avérait peut-être plus grand que le mien. Je ne savais pas grand-chose de lui, mais sa longue existence avait fini par se faire remarquer dans le Grand Temple.

" J'aimerais retrouver ce prêtre afin de savoir quel est l'objet de ce voyage, et plus simplement de rencontrer cet homme qui semble condamné à vivre malgré vos nombreuses tentatives. Nos recherches nous ont toutes les deux amenés ici, j'imagine que nous sommes sur la bonne voie. "

Je commençai donc à m'avancer vers de la pièce :

" J'espère que ma présente ne vous importune pas trop, monsieur Visconti, dis-je d'une voix calme, mais amplifiée par l'écho. "
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 26 Juin 2018 - 23:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Dante serait tout à fait honnête, il ne s'attendait pas à croiser un dieu du panthéon égyptien, un pensionnaire d'Héliopolis, puisqu'il les croyait tous ou perdus ou « retirés ».

Le Pacte s'imposait à eux comme les restrictions de taille s'imposent aux enfants à l'entrée des montagnes russes et autres attractions « grandes sensations ». Pourtant, quel autre lieu qu'un tombeau de l'ancien royaume des pharaons pour rencontrer l'avatar terrestre d'Horus ? Le supposé fils de Râ était ici chez lui.

L'ancienne Égypte, terre où le Nil et le sable ont produit des monuments d'or, de myrrhe et d'argent, dont les statues et les palais se cachent encore sous les sables intemporels du désert, de Farafra, de Dakhla ou de Kharga. «  Allons, ne soyez pas indiscret, à partir d'un certain point, l'âge est une donnée qui perd tout son sens...  »

Devait-il considérer l'âge d'Horus, devait-il s'arrêter à cette contingence toute relative ? Le dragon avait vu le jour en des temps plus anciens que la belle ère du panthéon égyptien, mais il n'y avait rien de comparable entre les deux êtres. Dante était une créature organique, un produit de la Terre Prime ; Horus, en revanche, qu'était-il ? Un dieu de l’Égypte des pharaons, un fils de Râ, un enfant d'Héliopolis, mais encore ? Dante avait déjà, par le passé, eu la curiosité d'étudier de plus près la constitution des divinités, mais pour aboutir ses recherches, il lui faudrait un jour étudier le cadavre de l'une d'elles... ce qui posait quelques difficultés pratiques, entre autres considérations plus... éthiques.

«  Vous en savez donc beaucoup sur cette momie. Je suppose que rien n'échappe à vos yeux...  » S'il est une chose qu'il faut emporter avec soi sous la terre, c'est bien un certain sens de l'humour. Les pyramides et les malédictions seraient bien tristes, sans le décalage salutaire qu'apporte et le rire et la plaisanterie... eh bien, ce n'est jamais qu'un monument immergé sous le sable, infesté de scarabées et de nuisances parfois létales.«  Quelque chose le rappelle à l'existence, en effet, le prive du repos éternel de la tombe... c'était la spécialité de vos prêtres, autrefois, et cet art s'est perdu dans la longévité...  »

L'embaumement rituel n'était plus si courant et la pratique, avec le temps, était tombée en désuétude. Les plus fantasques millionnaires, ceux qui ont les moyens d'obtenir à peu près ce qu'ils veulent pour leurs obsèques, tournaient leurs yeux vers la cryo-stase ou l'espace, et non plus vers les sarcophages et les outils d'éviscération... Peut-être étaient-ils peu convaincus par les momies exposées dans les musées ?

Le soleil pénétrait les tunnels par l'habileté de la construction du tombeau. Dante perçut le frisson de la lumière et détourna son attention de l'autre visiteur. Il jeta au loin et dans les environs son flair, à la recherche d'un indice, mais il ne perçut rien dans un premier temps, sinon l'odeur d'Horus, forte et puissante ; plus discret, le parfum de la momie passée par là quelques heures, peut-être un jour plus tôt. D'autres fragrances, plus sereines, habillaient l'ensemble des galeries : il serait difficile d'y distinguer ce qui venait de causer le frémissement des lueurs solaires.

«  Vous êtes ici chez vous, Horus. Appelez-moi Dante. Nous ne serons pas trop de deux pour raisonner la tête de mule que nous sommes venus chercher...  » La petite sphère enflammée, à ses côtés, se rapprocha de lui tandis qu'il s'avançait. «  Connaissez-vous cet endroit ? C'est une tombe non-encore tout à fait explorée par les archéologues. Je me demande quels secrets s'y cachent encore.  »

Dante imaginait déjà les trésors qu'il découvrirait et se les réservait d'avance. Djoser n'était pas la seule raison de sa venue... Le dragon savait se montrer secourable, mais il n'en restait pas moins un dragon ! Son appétit du gain connaissait parfois des fringales...
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 28 Juin 2018 - 17:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Cet homme me paraissait plutôt sympathique et j'étais rassuré de savoir que nous allions pouvoir travailler ensemble à retrouver ce prêtre qualifié de "tête de mule", Héka n'avait pourtant rien mentionné quant à son caractère. Mais pour accomplir tout ce périple, j'imagine que cela requiert ce genre de personnalité. La touche d'humour me fit rire même si malheureusement, mes yeux n'y étaient pour rien. Je travaillais durement à les réveiller, mais ils ne voulaient plus me servir à autre chose qu'à voir ce que tout homme peut voir. Mais je ne perdais pas espoir, Horus sans ses yeux, c'était quand même décevant... Mais bref. J'observai les alentours , au milieu de la salle quand un courant d'air vint faire onduler ma chemise. Une chemise que j'appréciais beaucoup d'ailleurs, ayant appartenu à mon grand-père. Je me demande encore comment pouvait-elle être dans un état aussi parfait. Le lin y était peut-être pour quelque chose, je ne sais pas... Je m'égare.

" Appelez-moi Henry, dans ce cas. Et non, je ne peux pas vous dire grand chose sur ce lieu, à vrai dire, je ne sais même pas qui est-ce qu'il abrite principalement. Mais il n'a jamais été découvert en effet, et vu son état, ça ne m'étonne pas que l'on puisse observer de belles reliques. "


La dernière phrase de mon interlocuteur m'interpella. Sa nature de dragon, si l'on se fiait aux bouquins parlant de cette espèce, avait une propension à s'approprier toute forme de richesses. Mais ici, rien ne serait dérangé avant la découverte officielle du tombeau. C'est vrai qu'en tant qu'archéologue, je devrais me réjouir de découvrir un tel lieu et m'empresser de le signaler à mes collègues. Mais je suis toujours attristé de savoir que tous les objets présents ici ou presque seront déplacés, étudiés, voire même envoyés dans un musée. Il en va de même pour les momies. Sous couvert d'un besoin de les conserver dans leur état, on les déplace, on les ôte à leur sarcophage. Une fois mis en terre, ou en boîte, qui plus est dans un tel tombeau, de quel droit allons-nous déranger leur sommeil. Il est vrai que la momifications permet de persister dans l'au-delà, on peut voir ça d'un bon œil, cette volonté de déplacer afin de conserver. Enfin bon... Ici, celle que nous cherchons n'a pas besoin d'archéologues pour être dérangée...

" Il y a un courant d'air entre ces deux tunnels, ça ne veut peut-être rien dire, mais en général, la chambre funéraire ne présente pas de "fuites" d'air. Je pense que si l'on veut trouver celle-ci, il faudra se diriger vers le couloir en face de moi,
proposai-je avant de me retourner vers le dragon, mais où pensez-vous que votre ami pourrait se diriger? Est-il intéressé par autre chose que le résident de ce tombeau? "

Je me demandais où menaient les autres couloirs. Je faisais peut-être erreur. Vu la taille de ce tombeau, il abritait peut-être plusieurs morts. Chacun de ces couloirs menait peut-être à une chambre funéraire, mais c'est en tout cas la plus importante qui se trouvait derrière moi, ça, j'en étais persuadé. Il y avait peut-être quelque part ici, un souvenir de la vie du prêtre, quelque chose qui lui rappellerait sa vie, peut-être même un personne reposant en ces lieux... Je ne sais pas, mais j'espère pouvoir être éclairé par mon compagnon de recherche ici présent.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 3 Juil 2018 - 10:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Henry, tel serait le nom d'Horus – plutôt pratique, n'est-ce pas ? Deux phonèmes très proches du nom usuel donné au dieu égyptien, voilà qui serait très facile à retenir. Les connaissances de l'archéologue seraient très utiles dans tous les cas ; ainsi Dante nota la remarque concernant la chambre funéraire.

Il avait quelques notions basiques d'égyptologie, rien qui fût toutefois comparable à la somme de savoirs accumulés par un être de la trempe d'Henry – qui n'était autre que l'hôte d'Horus et un brillant archéologue de renommée internationale.

«  Mon ami ira vers la chambre funéraire si c'est là que se trouve ce qu'il est venu chercher. C'est bien là tout le problème, j'ignore pourquoi il a choisi ce tombeau.  » Dante demeura comme en suspens, mais il laissa un vain silence s'installer. Quelque chose liait Djoser à ce tombeau, mais quoi ? Ce n'était pas là qu'il avait été enterré et laissé pour l'éternel repos de la pierre. Était-ce la tombe d'un parent, d'un ami ?

Était-ce un haut lieu de la spiritualité égyptienne, une sorte de centre cosmique exerçant sur toutes les momies éveillées une sorte d'attraction mystique ? Ou Djoser venait-il ici chercher une chose bien particulière, une réponse à la question de son implacable retour ? Ce tombeau abritait peut-être un savoir perdu, une puissance réelle, une solution aux difficultés rencontrées par la momie insomniaque. «  Ces vieilles pierres doivent cacher des secrets que Djoser aura crus importants. Soyez sur vos gardes.  »

Il y aurait forcément dans ces tunnels des pièges ou des gardiens pour les accueillir... Dante n'était pas contre un peu d'exercice, mais il préférait approcher le plus discrètement possible, pour peut-être surprendre la momie et la confronter dans le vif de ses émotions. «  Avez-vous remarqué ces inscriptions, sous la voûte surbaissée ?  »

Les flammes éclairaient une série de symboles hiéroglyphes, que la poussière couvrait d'une fine couche d'ennui et de vieillesse. Ceux-ci marquaient une chronologie sans dates, une sorte de présentation sommaire d'événements enchaînés comme les perles d'un collier.

«  Comprenez-vous ce qui est écrit ?  » Le dragon entendait peu le langage des hiéroglyphes et s'il parvenait à distinguer çà et là des mots et des expressions, le sens complet de la cartouche lui échappait. Sa mémoire était infaillible, mais il n'avait jamais pris le temps d'intégrer à son arsenal la langue des anciens égyptiens.

La voûte exposait pourtant les événements importants de la vie du prêtre enterré ici, prêtre désigné comme le « père de tous les embaumeurs » ; il se nommait Thoutmosis et aurait porté la science de cette pratique funéraire aux plus hauts degrés de son expression. C'était en tout cas ce que le grand Horus pourrait lire, s'il daignait lever les yeux au plafond.

«  Voyez-vous cette dalle ? La poussière y a été soulevé... regardez, le sable a été déplacé. Nous sommes donc sur la bonne piste, mais je suggère de ne pas marcher là, car il s'agit sûrement d'un mécanisme de pression destiné à enclencher un piège. Une trappe, ou des fléchettes, ou tout autre vilaine chose qu'il vaut mieux éviter.  »

Même s'il était un vieux dragon pétri de malice et goinfré de puissance, Dante avait la sagesse de croire qu'il y a mieux à faire, dans un tombeau égyptien, que de tenter le diable... Il connaissait la cruauté des « surprises » terrées sous les pyramides et n'avait pas l'intention de livrer sa dépouille au festin des scarabées.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 10 Juil 2018 - 15:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Non, je n'avais même pas pensé à lever les yeux... Un geste pourtant courant chez les archéologues et ceux ayant une grande connaissance des tombeaux égyptiens. Si ça continue, je vais devoir me reconvertir... Peut-être que guide touristique des alentours me conviendrait bien. Bref. Je levais donc les yeux pour lire ce qui était gravé.

" Ah... Effectivement, l'escapade de la momie prend tout son sens une fois que l'on lève les yeux, déclarai-je en reportant mon attention sur le visage de mon interlocuteur, ce tombeau est celui que l'on surnommait "le père de tous les embaumeurs", il était l'un des taricheutes les plus réputés et demandés de l'époque. Votre momie a du être victime d'un embaumement peu réussi, et vient ici pour demander à Thoutmosis de finir le travail. Si tant est que Thoutmosis puisse être dérangé. "

Ce serait une anecdote amusante si j'avais raison. L'échec du plus grand des embaumeurs viendrait à sa rencontre des milliers d'années plus tard pour lui demander réparations. Mais rien ne nous dit que Thoutmosis ait quelque chose à se reprocher, nous sommes sûrement ici car le prêtre n'a pas trouvé mieux pour chercher des réponses ou de l'aide. Il n'y a peut-être pas mieux d'ailleurs. J'observais par la suite la dalle dont me parlait Dante, pour passer à côté d'elle en prenant les devants.

" Je vais peut-être passer devant... J'ai fini par avoir l'habitude d'éviter les pièges ici. Et heureusement, parce que je connais des collègues de travail ayant mal finis à cause de ça. L'un d'eux s'est notamment fait décapiter net, annonçai-je en secouant la tête, me remémorant ce moment. "

Le couloir n'était éclairée que par les lumières du dragon, mais c'était suffisant. Décidément, Thoutmosis avait du payer cher pour un tombeau d'une si grande qualité... Même le sol était recouvert : en dehors des grands dignitaires et autres pharaons, c'était un "plus" peu utilisé. Nos pas résonnaient donc et ils se mêlaient aux sons du vent lointain. Je pensais parfois percevoir des bruits plus loin devant nous, mais l'écho pouvait se montrer trompeur.

" On doit s'attendre à quelque chose de particulier? Par rapport au comportement du prêtre. "


Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 14 Juil 2018 - 17:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les explications données par Horus faisaient sens. Ainsi, Djoser n'avait pas choisi ce tombeau par hasard et des raisons très sérieuses l'amenaient à espérer trouver ici les réponses à ses terribles questions.

Ce prêtre, Thoutmosis, serait peut-être indisponible, mais aller à sa rechercher et à sa rencontre paraissait toujours plus... pertinent que de demeurer figé pour l'éternité dans le silence d'une vitrine au beau milieu d'un musée.

 « Je vous suis. » Dante n'était pas mécontent de suivre ; il ne tenait pas à se laisser surprendre par un gouffre inopportun ou des fléchettes surprises. Il écouta l'anecdote rapportée par Henry et se demanda combien d'archéologues s'étaient, hélas, laissés emporter par leur passion de la découverte.

L’Égypte exerçait plus qu'aucun autre lieu ce fascinant mystère et cette attraction de tous les instants sur l'esprit de l'homme, depuis les premières heures de « l'égyptologie », née lors des expéditions du général Bonaparte au pays des Pyramides.

Ce pays de contrastes et de contraires, mariage du désert stérile et de la vallée fertile, pesait lourd dans la mémoire collective, pour évoquer la servitude des esclaves ou les richesses des pharaons, car l'Egypte est le carrefour ouvert de l'oasis fermée ; le Sahara, l'Afrique noire, le Proche-Orient asiatique, la Méditerranée, tout y converge et pourtant, sa ceinture de mers et de déserts l'isole et lui a valu trois millénaires de civilisation autonome et durable.

Quelle plus grande preuve du destin hors du commun de ce creuset des mondes ?

 « Quand il m'aura reconnu, je doute que Djoser se montre hostile. Il est probable qu'il perçoive ce que vous êtes, mais j'ai quelques doutes à ce sujet. » Dante ne connaissait pas très bien l'étendue des pouvoirs de la momie qu'ils pistaient dans ce tombeau. Était-elle capable d'identifier sur commande un dieu de son panthéon vénéré ?

 « S'il a fait tout le chemin depuis Londres, c'est qu'il est déterminé à obtenir ce qu'il veut... je m'attends donc à le trouver en forme et résolu... Oh. »

Dante s'arrêta aux côtés de Henry, à l'abord d'une grande salle ronde et très basse de plafond ; le sol était tout entier couvert de dalles qui, chacune, portaient une inscription, un symbole ; on distinguait la figure de l'ibis, l’œil de Râ, la croix d'Ankh et les traits d'une vague.

Au premier coup d'oeil, aucun ordre particulier, aucune logique ne présidait à la disposition des symboles sur le grand damier. Pourtant... il ne pouvait s'agir d'une décoration hasardeuse... si ? Il y avait là forcément une énigme à déchiffrer, un code à décrypter pour franchir la pièce sans déclencher aucun piège.  « Regardez, vous voyez ces cavités au plafond ?

Je suis persuadé qu'il s'agit de conduits... quant à savoir ce qu'ils véhiculent, eh bien, je suppose que nous le saurions si nous avancions à l'aveugle sur ces dalles. »
Mais était-il bien raisonnable de tenter le diable et de s'exposer à un piège peut-être mortel ? La perfidie des constructeurs se cachaient là, sous leur nez. Dante préférait qu'elle demeurât cachée.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
J'ai perdu ma momie !
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
J'ai perdu ma momie ! Cadre_6J'ai perdu ma momie ! Cadre_7_bisJ'ai perdu ma momie ! Cadre_8


J'ai perdu ma momie ! Cadre_1J'ai perdu ma momie ! Cadre_2_bisJ'ai perdu ma momie ! Cadre_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
J'ai perdu ma momie ! Cadre_6J'ai perdu ma momie ! Cadre_7_bisJ'ai perdu ma momie ! Cadre_8
Sauter vers: