Mew Another Night - Page 3 Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Mew Another Night - Page 3 Cadre_1Mew Another Night - Page 3 Cadre_2_bisMew Another Night - Page 3 Cadre_3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 

Mew Another Night

 
Message posté : Jeu 13 Avr 2017 - 19:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le chat l’admettait volontiers, la situation lui échappait quelque peu. Pour l’instant, difficile de dire si c’était en bien ou en mal. Sa petite scène avait certainement causé un attroupement. Il y avait ceux qui passaient leur chemin, pressés de rentrer chez eux peut-être, d’autres qui chuchotaient ou filmaient la scène. Le chat partait du principe qu’il allait réussir sa mission en donnant à Madame César le délai réclamé.

C’était sans compter le voisin, qui se ramena et parla d’une femme louche dans l’appartement de Ward. Seto n’était pas idiot. Non pas qu’il trouvait madame César louche, mais il comprenait tout de même qu’on puisse lui associer ce mot. Il n’y avait rien d’autre qu’il puisse faire pour l’instant, aussi l’animal décida-t-il de se rendre là où il serait le plus utile. C’est-à-dire loin du type, et proche de Madame César.

Il se tortilla et échappa à la prise de l’homme, détalant sans plus tarder vers une ruelle. Sous sa forme féline, il passa au travers du mur et entra dans l’immeuble, grimpant les étages quatre à quatre jusqu’à celui qu’il venait tout juste de quitter, et où il retrouva sa patronne.

Pendant ce temps-là, l’informaticien se disputait avec sa conquête, plus intéressée par le traitement qu’il avait infligé à l’animal que par l’état de sa voiture. On aurait pu dire de la demoiselle qu’elle était plutôt dévouée à la cause animale, mais l’explication était peut-être un peu moins honorable. Disons qu’elle avait pour projet de changer de voiture depuis quelques temps déjà, et que cet accident n’était qu’un petit coup de pouces du destin par le biais des assurances. Elle avait bien fait de s’assurer en tout-risque tiens.

Sauf que Ward, peu adepte des lavages de linge sale en public avait réussi à la convaincre de rentrer pour qu’ils aient cette conversation à l’intérieur. En grommelant, il pressa comme un malpropre le bouton de l’ascenseur, sans que celui-ci ne daigna arriver. Il pesta encore que sa copropriété, c’était un grand n’importe quoi, sans écouter les invectives de sa conquête, ce qui énerva encore plus cette dernière.

Le temps qu’ils atteignent la porte de Ward, les deux tourtereaux en étaient à couteaux tirés. Il aurait été un peu long d’expliquer le cheminement logique de la conversation, mais disons qu’ils en étaient rendus aux “vieux dossiers”, et que la demoiselle reprochait à son Roméo d’avoir toujours refusé de rencontrer sa mère. Ambiance.

La suite fut un enchaînement de “faute à pas de chance”. Comprendre, les conséquences de la malédiction que Seto avait infligé à Ward. Pour commencer, les plombs sautèrent quand il pressa l’interrupteur du hall d’entrée pour allumer la lumière. Il se coinça le pouce dans le tiroir de la cuisine quand il l’ouvrit rageusement, et le claqua tout aussi rageusement quand il n’y trouva pas sa lampe-torche. Il se cogna l’orteil contre le pied de la table basse, et renversa au passage la bouteille de vin, qui éclata sur son tapis hors de prix. Encore un peu, et il foutait le feu en essayant d’allumer une bougie.

Seto, dans l’appartement voisin, n’en perdait évidemment pas une miette. Les cris de rage, jurons, et autres grognements de douleurs qu’il entendait était un plaisir pour ses oreilles, de nouveau humaines, puisqu’il s’était retransformé. Ceci dit, il n’en oubliait pas pour autant le plus important.

Vous avez trouvé ce que vous cherchiez Madame César?” demanda-t-il à sa patronne.

Ceci dit… trouvé ou pas trouvé, ce n’était plus son problème. Lui en tout cas avait fait sa part du travail et méritait son kimono, et il comptait bien le réclamer de manière tout à fait insistante.

Après une nouvelle volée de cris, la porte claqua, et une insulte fusa de la bouche de la dame. Par respect des yeux sensibles, nous ne la retranscrirons pas ici. Disons que ça ressemblait beaucoup à canard.

J’espère qu’elle va pas partir avec sa voiture” lâcha calmement le chat. “Y a encore mes vêtements dedans”.

Certes elle n’avait plus de pare-brise… mais elle était aussi sacrément en colère. On avait pas forcément les idées claires quand on était en colère.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 14 Avr 2017 - 18:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ce fut ainsi sur une victoire bien tiède qu'Atia retourna dans sa planque, avant que les gens commencent à revenir dans l'immeuble, réalisant qu'il s'agissait d'une fausse alarme. Avant que Ward, qu'elle avait repéré de loin, ne revienne dans son chez-lui, désormais totalement piégé. Les petites graines avaient été plantées et il ne restait plus qu'à espérer qu'elles donnent de jolies pousses. La suite appartenait donc au temps, et peut-être, quelque part, à la chance, même si la César ferait tout pour que ce capricieux de Hasard ne se garde pas tous les facteurs déterminants. Il faudra qu'elle s'entoure très soigneusement. En attendant, elle pouvait plier bagage. Par acquis de conscience, elle attendit un peu dans l'appartement, pour voir ce que Ward ferait en rentrant, et aussi pour attendre un peu Seto qui, mine de rien, avait bien fait son taf.

– On verra... Mais j'ai déterrer tout ce que je pouvais déterrer, c'est déjà beaucoup.

Beaucoup plus que ce qu'elle avait initialement prévu, surtout. Mais ce serait là la limite de la reconnaissance de la criminelle. Pas le genre à faire de gros câlins pour dire merci. Allez, petit bonus :

– T'auras bien mérité ton kimono, en tout cas. lâcha-t-elle avec ce qui se rapprochait d'un sourire amusé Je te tiendrais au courant quand j'aurais trouver quelque chose. ajouta-t-elle.

Ça n'allait pas être sa grande priorité, mais ce serait certainement une des tâches principales de ses employés dans les jours à venir. Cependant, de par la nature assez particulière et certainement rarissime de la chose, Atia ne fit aucun promesse en termes de délais. Elle fera au mieux, sera son seul mot d'ordre. C'était déjà pas mal, vu ses moyens. Mais pour le moment, des détails un peu plus urgents et pragmatiques nécessitaient leur attention. Ce qui incluait la nudité de Seto.

– On ne va pas traîner, de toute façon. Il n'y a plus rien à faire ici. déclara-t-elle tout en s'activant pour s'assurer qu'elle n'avait rien laisser de compromettant dans cet appartement.

Ce n'était pas comme si un crime y avait été commis, mais quand même. Atia ne serait plus une César si elle ne procédait pas avec une prudence minimale dans ses actions.

– Je pense passer par les escaliers et par la sortie arrière. Tu as besoin d'aide pour récupérer tes fringues ? demanda-t-elle, au cas où.

Ce n'était pas dans ses habitudes de prendre la mains de ses hommes, mais s'ils s'étaient mis dans une position délicate pour elle, c'était la moindre des choses que de lui tendre une main. Là encore, papa César avait été intransigeant avec cette règle. C'était comme ça qu'on s'assurait de la fidélité mais surtout du respect de ses hommes. Bien sûr, la règle n'était peut-être pas entièrement valable ici, de par la nature de Seto. Mais quand même. Atia ne faisait pas de discrimination entre ses associés, quelque soit leur pilosité au naturel.

En tout cas, elle, elle était prête. L'ordinateur était rangé – après avoir eu un sourire mauvais en constatant que Ward dormirait sur la béquille ce soir – dans son sac à dos, aucune affaire ne traînait et Atia ne comptait pas s'y mettre.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 14 Avr 2017 - 22:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Alors qu’elle n’avait pas été spécialement ravie de le voir débarquer sans prévenir tout à l’heure, Madame César semblait avoir changé d’avis à présent. Bon, elle n’en était pas non plus rendue à le féliciter chaudement hein, ce n’était pas le style de la patronne du Cartel, mais comme elle lui promit de lui obtenir son kimono magique, Seto partait du principe qu’il avait bien travaillé.

Il ne savait pas exactement ce qu’elle avait fait chez Ward, et en même temps, lui expliquer aurait probablement été une perte de temps. Il restait fondamentalement un chat. Pour preuve, il léchait consciencieusement la plaie ouverte qu’il avait sur la paume de la main gauche - la patte qu’il s’était entaillé - comme il l’aurait fait sous sa forme féline. L’épisode de l’ordinateur considéré comme une boite à image magique, ou de la voiture comme un cheval en métal en ne faisaient que confirmer qu’il était réellement une créature magique hors de son temps. Autant se contenter de lui dire que la mission était terminée.

Non, c’est bon” répondit le félin fait homme.

Il était presque en train de se dire qu’il allait les laisser là, et repartir sous sa forme naturelle de chat. Ceci dit, il avait bien remarqué que Madame César avait fait attention à faire disparaître toute trace de son passage ici. Autrement dit, il était plus prudent de faire de même avec ses affaires. En plus, il aimait bien le t-shirt qu’il avait dû abandonner dans la voiture. L’étiquette ne le grattait pas dans le cou.

N’hésitez pas si vous avez besoin de moi Madame César”.

L’expression disait “pas folle la guêpe”, mais en l’occurrence, c’est le chat qui n’était pas fou. Il avait bien conscience que rendre des services à Madame César contribuait grandement à faire grandir sa réputation auprès d’elle. Il n’irait pas jusqu’à dire qu’il comptait se rendre indispensable, mais il était toujours appréciable d’avoir la confiance de ses supérieurs. Et en prime si elle lui donnait des trucs en échange…

Il était naturellement passé au travers de la porte d’entrée de la planque pour sortir, sous sa forme de chat bien sûr. Il avait descendu les escaliers - sur trois pattes, puisque même s’il s’était volontairement blessé “pour faire vrai” il avait quand même mal - et atterrit naturellement devant la voiture de la conquête refroidie. Seul problème, la conquête en question était plantée devant sa voiture, au téléphone. Elle en était à appeler une amie pour qu’elle vienne la chercher, en se plaignant bruyamment de Ward et la dépanneuse qui ne pouvait venir que demain matin.

Le chat s’en fichait royalement, et il n’hésita pas à reprendre forme humaine sur la banquette arrière. De toute façon, elle était trop occupée avec son téléphone pour remarquer un asiatique gigotant sur sa banquette. Il dut quand même se tortiller pour se rhabiller sans trop se faire voir - heureusement, la nuit aidait - et ne s’attarda pas plus longtemps sur les lieux. Mission accomplie.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Mew Another Night
 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3Revenir en haut 
Mew Another Night - Page 3 Cadre_6Mew Another Night - Page 3 Cadre_7_bisMew Another Night - Page 3 Cadre_8


Mew Another Night - Page 3 Cadre_1Mew Another Night - Page 3 Cadre_2_bisMew Another Night - Page 3 Cadre_3
 Sujets similaires
-
» [RS] Fright Night [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Retreat [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mew Another Night - Page 3 Cadre_6Mew Another Night - Page 3 Cadre_7_bisMew Another Night - Page 3 Cadre_8
Sauter vers: