Tesuto Bouton_vote
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Tesuto Categorie2_1Tesuto Categorie2_2bisTesuto Categorie2_3
 

Tesuto

 
Message posté : Mer 25 Jan 2017 - 20:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Mercredi 25 janvier 2017


– …et là, le type l’invite à aller au cinéma, comme ça, devant tout le monde. La honte. En plus il arrêtait pas de bégayer. Sérieusement, je ne sais pas comment on a fait pour ne pas éclater de rire…
– On va bien au New Star, ce soir ? Non parce qu’il y a Jane qui demande depuis tout à l’heure.
– Vous croyez que le barman mignon est de service ce soir ? J’espère que…

Dans la bibliothèque de l’université, les tables se vidaient petit à petit. En cette période de l’année, rares étaient ceux qui venaient hanter les lieux tard le soir. A part ceux qui avait beaucoup de retard dans leurs notes… Ce n’était pas le cas de Barrett, cependant. Bien sûr. Assis seul à une table dans un coin un peu isolé du côté des ouvrages traitant sur le Sumérien, le jeune homme finissait ses quelques dossiers de recherches pour les cours qu’il suivait encore à l’université. Il comptait bien aller jusqu’au master alors autant faire les choses comme il fallait. Et puis le jeune homme aimait ça, étudier. La bibliothèque, c’était sans doute son lieu préférait à la fac. Là il pouvait être au calme, donner forme à ses idées, s’exposer à de nouvelles langues dans des conditions optimales…

Bon, en fin de journée, ces conditions étaient légèrement altérées par le départ de plusieurs groupes d’étudiants. Du coup, sans même froncer les sourcils, Barrett avait tendu le bras dans sa sacoche afin d’en tirer son casque audio pour le brancher sur son pc portable et mettre de la musique pour filtrer les bruits parasites qui perturbaient ses réflexions. M83 vint donc lui apporter son aide. L’analyste put retourner à sa tâche. Ses mouvements attirèrent l’attention d’une des filles qui passaient près de sa table au même moment. L’étudiante le jaugea en se disant que si elles le dérangeaient, il pouvait toujours rentrer chez lui. Puis, elle l’étudiant brièvement. Pantalon en toile noir bien coupé mais très classique. Des baskets pas vraiment tendances et trop passe partout. Le col d’une chemise blanche qui dépassait d’un polo en laine… Non, il n’y avait rien d’intéressant à regarder. Pourtant, il pourrait être mignon s’il faisait des efforts. Elle retourna donc à sa conversation passionnante avec ses amies et poursuivit sa route en leur compagnie, vers la sortie.

Le jeune Anderson passa encore une demi-heure à la bibliothèque. Il avait dû brancher son ordinateur. En vérité, il avait terminé depuis un petit moment, mais il était du genre minutieux et faisait dans le perfectionnisme alors il restait encore un peu pour vérifier ses sources, se relire, ajouter telle ou telle remarque, en enlever d’autres… Puis, son portable vibra dans sa poche. C’était une alerte d’évènement. Un mot s’affichait sur son écran : « OTAKU ». Le muté hésita un instant. Il avait complètement oublié ça. Ou plutôt non, car il n’oubliait jamais rien, il l’avait mis de côté.

C’était là un « projet » un peu fou qu’il avait entamé il y a quelques mois et pour lequel Barrett s’était rapproché de certaines sphères virtuelles un peu particulière. Voyez-vous, le personnage du Docteur Otaku ne manquait pas de fasciner certaines personnes. Y compris le jeune Anderson, bien que cet intérêt soit d’une nature bien différente de celle des ces fans qu’il avait croisés sur le net. Lui voulait en apprendre plus sur ce type afin de pouvoir l’arrêter. Une entreprise bien téméraire même si son approche était relativement modérée, il en avait conscience. Mais il fallait qu’il se renseigne. Otaku était la raison pour laquelle Barrett avait intégré l’UNISON, la raison pour laquelle il avait dirigé ses études d’informatique vers la lutte contre le piratage. Afin d’acquérir lui-même quelques connaissances en hacking et mieux s’équiper dans ses recherches. Mais bon, il était encore loin d’avoir un bon niveau… Au mieux, il pourrait contourner la connexion internet de la bibliothèque pour pouvoir aller sur les sites qu’il voudrait… Allez, on tente.

Le casque toujours sur les oreilles, mais sans musique, Barrett accéda au serveur privé qui avait été communiqué à plusieurs fans dits méritants. Un serveur qui leur permettrait, soit disant, d’échanger directement avec leur idole. Il y avait une chance pour que ce soit un canular, certes, mais qui ne tentait rien… Au pire, Barrett avait pris l’habitude de sauvegarder tous ses dossiers importants sur un disque dur externe, donc il ne risquait pas grand-chose. La caméra de son portable était obstruée par un morceau de scotch noir. Il avait mis à jour ses programmes anti-virus.

L’heure du rendez-vous était passée depuis une minute. Allez, il est temps. Un dernier coup d’œil autours de lui dans la bibliothèque… Personne près de lui. Parfait.

CONNEXION…

Le linguiste fronça les sourcils. Il n’y avait qu’un seul autre connecté. Un constat intriguant.

Salut envoya-t-il.

Qu’est-ce que c’était que cette histoire ? Le salon de discussion virtuel devrait être rempli de « OtAkU4EVER » et autres «Lovemékaangels ». Qu’est-ce qui se passait ?

Cependant, au milieu de ses réflexions, Barrett n’avait pas du tout pensé aux caméras de sécurités de la bibliothèque. Ni au fait qu’un technologue plus doué que lui et génialissime n’aurait aucun mal à les pirater…
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 27 Jan 2017 - 10:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Traitez-moi de paranoïaque, je préfère le terme « prudence ».
Quand on est un génie criminel mondialement reconnu, on attire forcément l’attention sur soi. Très souvent, celle des héros qui rêvent de vous enfermer dans une prison haute sécurité. Souvent, celle de concurrents qui essaient de copier vos prouesses (avec un moindre succès, n’est pas moi qui veut !). Et parfois, celle de fans, de vrais passionnés qui vous considèrent avec autant d’étoiles dans les yeux qu’une pucelle venant juste de rencontrer Tom Felton. Pour ceux-là, cette élite qui m’a élevé au rang de divinité parmi les roboticiens du monde, j’ai créé un espace de discussion sécurisé au sein du darknet. N’est pas invité qui veut et tout qui y entre est immédiatement fiché par Sakura, qui recoupe l’adresse IP avec les données des fournisseurs d’accès, des éventuelles images webcam, des historiques de navigation, bref, qui dresse un profil complet de ces fans.
Pour s’assurer qu’ils ne sont pas des héros sous couverture ou des concurrents à éliminer.
Un système bien rodé, qui a toutefois récemment essuyé une sacrée faille.

Barrett Anderson, un petit génie des langues et de l’informatique, me vouait une admiration loin du fanatisme irréfléchi et j’appréciais cela. Jusqu’au jour où une alerte s’est déclenchée sur mon logiciel, m’informant qu’il venait de signer un contrat à l’UNISON.
J’avoue, je l’ai mal pris.
Comment peut-on m’admirer et se tromper à ce point dans sa carrière professionnelle ? Je l’ai ressenti comme un échec personnel et un coup terrible porté à mon ego. J’en ai voulu à l’UNISON, j’ai même songé à faire exploser leur quartier général avec l’Arcadia. Heureusement, j’ai appris à ne pas céder à un coup de colère et au lieu de ça, j’ai décidé de piéger cet agent tout frais. Après tout, il avait peut-être signé un contrat pour jouer la taupe et me fournir des informations intéressantes ? A moins qu’il n’essaie de me retrouver pour me rencontrer IRL ? Oui, c’était forcément une de ces deux solutions.
Sa vie ne pouvait tourner qu’autour de moi.

Je lui ai donc donné rendez-vous en début de soirée, sur le serveur privé, restreignant l’accès pour que personne d’autre ne puisse s’y connecter. Mon pseudo ne laisse pas planer le doute quant à mon identité : « DOCTEUR.OTAKU ». Je prends toujours grand soin à ne laisser personne se l’approprier, même si un doute plane toujours sur cette communauté d’élu. Échangent-ils vraiment avec moi ou suis-je un imposteur ? Invérifiable. Mais je n’ai rien à prouver.

Salut, agent Barrett, je réponds tout haut.

Sakura enregistre ma voix et s’occupe d’envoyer le message écrit. Je pourrai le faire moi-même, mais j’ai les doigts occupés dans la nuque de Vicky, à ajuster les derniers composants. Heureusement que mon I.A. dispose d’une fonction agenda pour me rappeler mes rendez-vous et mes échéances, et mettre un peu d’ordre dans le chaos de mon cerveau.

Je jette un œil vers l’écran pour observer sa réaction en lisant le message. Sakura a piraté les caméras de la bibliothèque à la seconde où il s’est connecté, depuis ce réseau public. Je l’observe sous deux angles : de dos et de côté.

Ne fais pas cette tête, tu pensais vraiment que je ne l’apprendrais pas ? Je sais tout ce qui se passe dans ma ville, agent Barrett.

Je ne vouvoie personne, puisque je ne respecte aucune autorité et que je suis supérieur à tous les esprits humains de cette foutue planète. On m’a déjà fait remarquer que c’est assez ironique, pour un japonais. Mais mon seul intérêt pour ma culture natale se limite aux mangas, aux jeux-vidéos et à la musique.

J’espère que tu as une explication convaincante.

Dans le cas contraire, il risquait de le regretter.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 27 Jan 2017 - 13:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La mâchoire de Barrett se crispa légèrement. Son cerveau commençait à tirer des conclusions et imaginer les scénarios pouvant expliquer ce qui se passait à présent. Sa conclusion la plus logique : il avait sous estimé les capacités informatiques de sa cible et celle-ci avait réussi à le « cerner ». On vous passera le contenu des scénarios pouvant suivre une telle affirmation. Pour faire court : ça sentait le roussi. Mais lorsqu’il lu le message de bienvenue « Bonjour, agent Barrett. » le muté n’eut aucune réaction. Même sa mâchoire resta immobile. Même lorsque celui qui semblait être Otaku enchaîna en parlant de la tête qu’il faisait. Là encore, pas de place pour la surprise, son cerveau fit les calculs nécessaires. Son interlocuteur avait accès aux caméras de la bibliothèque et l’observait. L’analyste n’eut même pas besoin de tourner la tête pour les chercher, il savait que c’était ça. Il déglutit. Vint ensuite son tour avec une question sous la forme d’une assertion. Le tout en suggérant une menace. « J’espère ». Il devait espérer pour lui. Et d’après ce que le linguiste avait appris de ce personnage, il ne l’espérait pas non plus très sincèrement. Maintenant, c’était à son tour de répondre. Une chance que son cerveau fonctionne bien.

J’en déduis que vous êtes déçu. tapa-t-il.

Sobre. Simple. Efficace. Mais sans trop en dire. La base. Cela prouvait qu’il pouvait faire preuve de psychologie et qu’il connaissait un peu son sujet. En l’occurrence, le personnage. Ou du moins, il croyait le connaître un peu. Ses manières. Ses goûts. De fait, il le vouvoya naturellement. Mégalomanie oblige. De toute façon, on ne construit pas des Greyzillas géants par pure modestie. Barrett avait presque eu envie de rajouter un –sama par derrière mais il ne voulait pas non plus trop en faire. Ce genre de chose était plutôt le lot des fanatiques et c’était là un profil que le muté n’avait jamais cherché à adopter. Adopter une nouvelle ligne de conduite à un moment aussi crucial serait trop suspect. Donc stupide.

J’aimerais vous répondre mais afin de vous fournir une explication adéquate, il me faudrait déjà savoir quels seraient vos griefs à mon encontre. Est-ce que traduire et analyser des documents vous porte préjudice d’une manière ou d’une autre ?

Car c’était là ce qu’il faisait pour l’UNISON. Et seulement ça… pour le moment. Une chance quand même que la base de données de l’UNISON soit gérée par des spécialistes et donc un minimum protégée… Tant que personne ne venait créer de brèche informatique… volontairement ou non. C’était là une menace qu’il fallait prendre en compte à présent. Mais pas pour tout de suite. Question de priorités.

Les doigts du jeune Anderson reprirent donc leur danse sur le clavier.

En tout cas mon affiliation actuelle n’affecte en rien l’admiration que j’ai pour vous.

Et il espérait que son interlocuteur remarque son choix lexical avec le mot « actuelle ».

Pendant ce temps, en tâche de font, le cerveau de Barrett s’employait à imaginer les mesures qu’Otaku pourrait prendre à son encontre en guise de vengeance. Cela allait du « simple » pourrissage de vie dans le monde virtuel à l’envoi d’un missile sur la bibliothèque universitaire. Autant dire que les enjeux étaient de taille.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 30 Jan 2017 - 12:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Déçu ? Oui, je le suis. Qu’un de mes fans se permette de rejoindre les rangs de l’UNISON sonne à mes oreilles comme un échec personnel. Comme si mon aura, ma personne, ne suffisait pas à le garder sur ma conception du droit chemin. J’ai l’impression que l’agent Barrett m’adresse un doigt d’honneur et me crache dessus, une idée qui me révolte au plus haut point. D’autant que, pour l’avoir espionné et échangé quelques fois avec lui sans qu’il ne s’en rende véritablement compte, je sais qu’il a un potentiel intéressant et un cerveau supérieur. Pas comme le mien, personne ne peut m’égaler. Après tout, je suis le Docteur Otaku ! Mais sur la même voie. Il aurait pu faire un sbire acceptable.

Il essaie de jouer au plus malin. Sakura me traduit vocalement ses mots et elle utilise une modélisation de la voix qu’a l’agent Barrett. Elle ne ressemble pas vraiment à l’original, mais s’en rapproche assez pour donner l’illusion d’une conversation vocale. Je ne manque pas de remarquer l’emploi du mot « actuel » et le fait qu’il ait mis ses compétences au service d’une organisation qui, à l’instar de la Légion des Étoiles, possède un dossier sur moi et essaie de m’arrêter. Je serre les dents et interromps mon geste sur Vicky pendant une seconde. Je déteste qu’on me prenne pour un imbécile et je ne sais pas ce qui me retient d’envoyer un tir laser à ytterbium depuis l’Arcadia, droit sur cette fichue bibliothèque. J’ai bien détruis une partie du HIT, quelques mois plus tôt !

Cela pourrait me porter préjudice dans un futur plus ou moins proche. Les gens entrent rarement à l’UNISON sans arrières pensées concernant les criminels avec qui ils sont en contact. A moins que tu n’aies en tête de jouer la taupe pour moi, mais j’ai comme un doute. L’admiration ne suffit pas, agent Barrett. Elle sonne même comme une insulte, dans la situation actuelle.

Pendant que le message s’envoie, je fais signe à Sakura de ne pas transcrire ce qui va suivre.

Kaneki, rend-toi à la bibliothèque de l’université de Star City. Midori, tu l’accompagnes, vous irez plus vite en volant.

Le Kaneki ne possède pas cette technologie. Ses extensions lui permettent de se déplacer rapidement mais il manque cruellement de discrétion. Pourtant, je me refuse d’envoyer les filles. Je me suis pris d’une nouvelle passion, depuis le soir d’Halloween… J’adore acidifier les gens. Enfin, certains de leurs membres, pour imprimer une marque indélébile, un souvenir cuisant. Barrett Anderson m’a manqué de respect et il va le payer. Il va rentrer dans le rang, ou très mal finir.

Puisque Midori vole à 400KMH, ils sont sur place assez rapidement. Je communique avec eux via mon oreillette. J’ai reçu un autre message de Barrett, mais je l’ignore. Rien de ce qu’il pourra dire ne me convaincra de sa bonne foi. Midori reste dans l’ombre tandis que le Kaneki acidifie la fenêtre, créant un trou assez gros pour qu’il puisse y pénétrer. Il ressemble traits pour traits au héros du manga Tokyo Ghoul, avec ses cheveux blancs, son œil rouge, son masque effrayant et ses habits sombres. L’acier Otaku l’immunise contre les balles et les coups jusqu’à 80 tonnes. La finesse de son apparence extérieure pourrait presque le faire passer pour un humain.

Sauf que si Barrett est aussi admiratif de mon travail, il l’a déjà vu à l’œil à la télévision, dans un affrontement d’anthologie avec le légionnaire « le Lion ». Le Kaneki ne sourit pas, et c’est par sa bouche que je m’exprime, avec ma propre voix.

Tu as pris une très mauvaise décision, Barrett Anderson. Le Docteur Otaku ne partage pas. On lui est fidèle ou on en paie le prix.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 30 Jan 2017 - 17:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Pour le coup, Barrett serait presque déçu. Il savait que Otaku était un mégalomane assez arrêté sur ses idées mais de là à être aussi borné. A croire qu'il n'avait pas envie d'entendre raison. Comme quoi, il fallait peut-être croire les stéréotypes sur les génies : des excentriques originaux. Cela dit, le traducteur s'en voulait plus qu'à Otaku. Du moins dans ce cas précis. Il avait été idiot, vraiment idiot. La réponse du super criminel ne manqua pas de le lui souligner.

« L'admiration ne suffit pas... » donc il lui faudrait autre chose... Plus. Ça commençait à sentir mauvais. Si on en croyait les informations qu'il avait compilées sur le personnage et sur ses habitudes, il n'allait pas tarder à laisser ses excentricités s'exprimer. Physiquement. Aussitôt qu'il comprit ça, Barrett se leva et se dirigea vers une tablée où travaillaient encore un groupe d'étudiants très studieux.

– Levez-vous et sortez. Il faut évacuer les lieux, maintenant.

Les têtes se levèrent et les regards étonnés et interrogatifs lui firent office de réponse.

– Heu... pourquoi est-ce que...

Mais ils n'eurent pas besoin d'explication car la raison de cette demande passa par la fenêtre : une chose entra dans la bibliothèque et se posta face à Barrett qui n'eut aucun mal à reconnaître une des célèbres créations du Docteur. Les autres étudiants, eux, reconnurent sans mal qu'il serait peu judicieux de rester dans les parages. Ils ne tardèrent pas à filer comme des mouches même si quelques uns d'entre eux se retournèrent pour voir ce qui se passait, et ce que Barrett ferait. En l’occurrence, avancer d'un pas en direction du robot.

– Le Kaneki... murmura-t-il comme s'il n'y croyait pas et avec une nuance tout à fait audible d'admiration.

Parce que le jeune Anderson était du genre à apprécier les travaux géniaux et que la création mécanique du criminel était véritablement géniale et qu'elle inspirait le respect intellectuel.

– C'est... un honneur. déclara-t-il avec émotion.

Un honneur d'être considéré avec assez d'attention pour qu'Otaku envoie une de ses plus belles œuvres et non une création anonyme et secondaire. Aussi, l'émotion était présente parce que le linguiste avait conscience qu'il pourrait finir en bouillon de culture... cuisiné à l'acide. Sans avoir vraiment passé des heures et des heures à penser à sa mort, Barrett osait espéré qu'un tel sort ne serait pas le sien. Le muté regardait le robot droit dans les yeux (ou plutôt les caméras).

– Je comprends... répondit-il humblement.

Son cerveau fonctionnait au cent à l'heure, tentant de réfléchir à une solution. Il comprit bien vite qu'essayer de manipuler Otaku en essayant de lui faire changer d'avis sur sa décision professionnelle serait peine perdue. Aussi bien à cause du caractère du criminel que de son intelligence. La meilleure chance de Barrett était donc... De poser un genoux au sol.

Dans cette posture semblable à celle d'un chevalier de la table ronde devant son roi Arthur, le jeune homme baissa la tête pour marquer son obéissance. Pensant ainsi donner ce que son dangereux interlocuteur désirait. Il aurait pu se sentir un peu bête d'agir ainsi devant un « simple » robot, mais il était mieux informer que ça. Kaneki était largement aussi dangereux qu'un braqueur armé jusqu'aux dents, même si son utilisateur n'était pas directement présent.

– Comment pourrais-je vous prouver ma fidélité, dans ce cas ? demanda-t-il sans relever la tête.

L'idée lui vint de parler en japonnais pour s'attirer des bons points mais il n'était pas sûr que ce soit une bonne initiative. Il savait que certains pouvaient mal prendre le fait qu'un américain puisse oser estimer maîtriser leur langue. Et comme Otaku était particulièrement attaché à sa culture, mieux valait éviter de risquer de lui donner l'impression de le traiter de haut.

D'où la tête baissée. Une tête qui, mentalement, s'insultait elle-même dans toutes les langues qu'elle connaissait pour son audace et sa stupidité.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 1 Fév 2017 - 9:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je me moque qu’il reste des étudiants, des victimes innocentes potentielles, dans la bibliothèque où se trouve Barrett. Vu l’heure, ça m’étonne et de toute manière, je n’ai pas pensé à vérifier. Moi-même je n’ai jamais fréquenté ce genre d’établissement, hormis quand Dédale m’a inscrit au HIT pour essayer de me sociabiliser. Les pires mois de ma vie…
Je déteste les humains, de chair et de sang.
A quelques rares exceptions près, comme Lukaz. Mais ce mutant est déjà une exception en soi, puisqu’il est mon seul ami. Et un, ça suffit !

Aidé par Midori, le Kaneki débarqua dans la bibliothèque en acidifiant une fenêtre. Cette formule particulière, je l’ai volée à un laboratoire et j’ai demandé à un biologiste du Cartel de la synthétiser en quantité industrielle pour moi. En échange, j’ai laissé la recette à Atia César pour son usage personnel. Du coup, le Kaneki ne manque pas de munitions et se trouve être particulièrement redoutable. Autant que ma Vicky radioactive, créée pour filer des cauchemars à Dexter Specter –en plus de rendre service à Casey, la nouvelle copine de Lukaz. Si je m’attends à ce qu’il inspire crainte et respect, je suis assez surpris quand Barrett se met à genoux. Il n’a pas tort, c’est un honneur que je daigne porter assez d’intérêt à un fan pour lui montrer une de mes créations de près, mais la situation est particulière. Le Kaneki n’est pas là pour l’exhibition. Il vient châtier un traître. Certains pointeraient du doigt le caractère quelque peu abusif de la situation. Acidifier quelqu’un, ou au moins une partie de son corps, juste parce qu’il s’est trouvé un emploi qui ne me convient pas ?

C’est plus que cela.

A partir du moment où on me voue respect et admiration, on m’est acquit. Je vois les choses sous cet angle. On ne se permet certainement pas de devenir un super-héros ou un super-agent, même si on se contente de traduire des textes pour eux. Combien de criminels risquent d’en pâtir ? J’ai beau être un indépendant, je pense à mon business. Je travaille avec le Cartel, mais ils ne sont pas les seuls à qui je vends mes robots. Le Circus est un de mes plus gros clients, mais il reste les sociétés privées, les riches criminels en col blanc, tous ceux qui me permettent d’entretenir mon repaire secret et, par extension, mon train de vie. La situation est, à mes yeux, la même que si Barrett venait de blasphémer le dieu des chrétiens en plein Moyen-Âge.
Hérétique au bûcher.
Ou à l’acidification.

Tu crois vraiment que te mettre à genoux va t’aider à t’en sortir ? C’est ridicule. Tu as déjà avoué ta faute, et tout outrage doit être puni d’abord, peut-être racheté ensuite si tu te montres convainquant. Trahirais-tu ton UNISON de pacotille pour moi, Barrett ? Si je te demande des informations, me les donneras-tu ? Si je te demande de saboter une enquête, le feras-tu ?

Le Kaneki avance à mesure que mes mots s’écoulent de sa bouche. Il se retrouve juste devant Barrett, une goutte d’acide s’échappe de son doigt et tombe à un demi centimètre du pied de l’agent. Sa tête étant baissée, il a tout le loisir de voir cette goutte ronger le sol et d’imaginer ce qu’elle ferait à sa peau, ses muscles, ses os. Je me souviens du résultat sur Orson Pickman, j’avoue que j’ai très envie de recommencer.

Et ne me mens pas pour essayer de t’en sortir. Si tu me désobéis, je te retrouverai et je t’éliminerai. Tu ne peux pas te cacher de moi, Barrett. Je suis le Docteur Otaku et personne ne me surpasse.

Si quelqu’un essaie, il meurt. Je n’accepte pas la concurrence.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 1 Fév 2017 - 16:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Bon, ok, c'était encore plus mal parti que ce que Barrett aurait imaginé. Le jeune muté avait placé ses espoirs sur le respect et la dévotion qu'il pouvait manifester et qui auraient éventuellement adouci le personnage. C'était sous-estimer Otaku, encore. Ou au contraire le sur-estimait-il en pensant qu'il pouvait se montrer un minimum raisonnable ? Dans tous les cas, c'était une terrible erreur de calcul, si bien que le jeune Anderson ne pouvait s'empêcher de trembler, rien qu'un peu, mais assez pour que cela se voit. Il lui fallait également déglutir à plusieurs reprises. Le muté ne faisait vraiment pas le fier, lui qui pourtant n'était pas tombé de sa chaise en apprenant qu'un type chez qui il s'était rendu s'avérait être un dragon, rien que ça. Il fallait dire que Dante s'était montré beaucoup plus agréable que ce robot cracheur d'acide et son créateur mégalomane.

Mais l'analyste avait envie de vivre alors il était prêt à faire et à dire ce qu'il devait pour ne pas finir à la morgue... dans un sac ou dans un bocal...

– Oui, je le trahirais. Oui, je vous les donnerais. Oui, je la saboterais.

Allez savoir pourquoi, le jeune homme comprenait présentement ce que le personnage de Sydney Bristow devait ressentir en décidant de devenir un agent double pour le CIA et contre le SD6. Sauf que le vilain Sloan semblait être un enfant de cœur et de modération comparé à Docteur Otaku. Et que le linguiste doutait de pouvoir survivre à une seule « mission ». En tout cas, il était évident qu'il ne comptait pas trahir l'UNISON. Il voulait vivre, mais pas au point de piétiner ses principes. D'autant plus qu'il s'était engagé presque principalement pour aider à arrêter Otaku. Pourquoi donc devrait-il s'amuser à faire le contraire ? Parce qu'il mourrait dans le cas contraire ? Ouais, pas bête comme raison. Sauf que les ennemis d'Otaku n'étaient pas rares et la plupart encore vivants. Barrett pensait aux NG, notamment. Peut-être pourraient-ils l'aider... s'il survivait à cet entretien, bien sûr.

– Bien évidemment, affirma-t-il avec une évidence qu'il avait réussi à rendre convaincante malgré la situation.

Une opération du saint esprit, sûrement. Lui qui était agnostique, cette rencontre allait presque le pousser à revoir sa position sur l'existence éventuelle d'un ange gardien sous la forme de muse ou autre. Ironiquement, donner l'impression d'être en face de son dieu était sans doute la seule chose qui pouvait lui sauver la vie. Assurer son infinie puissance et son génie était donc vital. D'autant plus que Barrett ne pouvait pas dire que l'homme qui lui faisait face via sa machine n'était pas l'équivalent d'un dieu dans son domaine. Un dieu cruel et capricieux, certes. Mais cela correspondait largement à l'image de plusieurs divinités.

La tête toujours baissée, le front en sueur, l'analyste rouvrit la bouche. Il n'avait pas oublié la punition que lui avais assurée Otaku et il semblait désormais impossible de l'éviter. Peut-être pouvait-il au moins l'accepter afin de montrer qu'il ne cherchait pas à se défiler. Cela fera peut-être jouer les choses en sa faveur... non pas qu'il dispose de beaucoup de cartes à poser.

– Co... comment souhaitez-vous me punir ? demanda-t-il sur le ton de celui qui s'était résigné à son sort, déterminé.

Et voilà qu'il allait devenir une sorte de martyre. La métaphore religieuse n'en finissait pas de se tisser.

Peut-être existait-il encore l'espoir de voir quelqu'un débarquer, pour une raison ou pour une autre, et lui permettre d'éviter ce qui l'attendait. Mais les chances étaient faibles. A moins qu'un Légionnaire particulièrement puissant se ramène, le Kaneki restera fidèle au poste. Et même si on parvenait à arrêter le robot, cela ne ferait que retarder l'échéance. En tout cas jusqu'à ce que les mesures adéquates soient prises.

Dans tous les cas, il était évident que Barrett ne pourrait pas s'en sortir seul.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 8 Fév 2017 - 20:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je trouve son enthousiasme à l’idée de me faire plaisir presque troublant. Est-il sincère ou cherche-t-il simplement à survivre à cette nuit ? Impossible pour moi de le savoir et aucun de mes robots n’est doté d’un détecteur de mensonge. Je n’ai jamais jugé cela utile, puisque je suis porté sur les jugements arbitraires. Un peu comme ce soir, mais c’est dans ma nature. Je ne supporte pas qu’on se moque de moi et, à mes yeux, à ceux de mon ego surtout, c’est précisément ce qu’a fait le nouvellement nommé agent Anderson. J’ai du mal à croire que quelqu’un d’aussi malin, ou qui se targue de l’être, ait pu être aussi stupide. Pensait-il me berner ? Peut-être… A moins qu’il n’y ait tout simplement pas réfléchi une seule seconde.
Erreur fatale.

Et bien j’attendrai les preuves de tes affirmations, Barrett, je susurre.

L’effet est étrange, dans la bouche du glacial Kaneki. Mais peu m’importe, je suis en train de décider quelle partie de son corps je vais acidifier, sans parvenir à choisir de manière définitive. Du coup, j’ordonne à Sakura, sans que ça ne passe par la bouche du Kaneki :

Sakura, fais un jet de dés. Un dés douze, découpe le corps en douze morceaux en évitant les zones vitales et donne-moi un résultat.
Lancer en cours, Ishi.

Jet de dés #1 :
Réussite : Personne n’empêche Kaneki d’acidifier une partie du corps de Barret.
Échec : Quelqu’un intervient.

Jet de rencontre, si échec au 1: Officier de police !

Mais avant qu'elle ne puisse me communiquer le résultat, quelqu'un pousse la porte de la bibliothèque assez brutalement. Grâce à Midori et aux caméras, j'ai la vision assez nette d'un officier du SCPD. Sans doute était-il en patrouille dans le coin quand les étudiants avaient été chassé en trombe par Barrett. Soit quelqu'un s'était plaint de son comportement, soit quelqu'un avait aperçut l'intrusion musclée du Kaneki par la fenêtre. Toujours est-il que le courageux imbécile interrompt ma petite séance punitive et cela ne me plait que moyennement.

SCPD, mettez vos mains en évidence !
Je te laisse cinq secondes pour sortir.
Mettez vos mains en évidence !
Quatre...
Je vais tirer !
Trois...
Monsieur, vos mains en évidence!
Deux...

Il tire.
Il faut croire que le Kaneki a l'air assez menaçant pour ça. La position de Barrett ainsi que son attitude n'aident pas.
Évidemment, la balle ricoche sur le blindage du Kaneki. La bibliothèque n'est pas très bien éclairée, aussi quand le robot se retourne en déployant ses excroissances métalliques, il ressemble à une sorte de démon. L'agent du SCPD pâlit à vue d’œil et tira à nouveau sous le coup du stress.
Un cri dans le dos du Kaneki et une caméra astucieusement placée m'apprennent que la balle a touché Barrett, mais l'image n'est pas assez bonne pour que je sache si c'est vraiment grave. Au fond, je m'en moque.

L'officier parle dans la radio fixée sur le haut de son uniforme. L'une des excroissances de Kaneki fuse pour la détruire et s'emparer de lui. Le robot tend la main et Barrett a ainsi tout le loisir d'assister à ce à quoi il a (temporairement) échappé. Plaquée sur son visage, la paume ne diffuse pas d'acide. Les doigts, par contre, rongent son cuir chevelu... Et le reste. Les hurlements sont affreux, l'odeur tout autant. Enfin, je suppose. Dans mon souvenir, c'est plutôt désagréable, mais je suis bien à l'abri dans mon laboratoire. Je baisse juste le volume sonore, parce que ses gémissements de cochon qu'on égorge m'agacent au plus haut point. Contrairement à ce que pensent la majorité des gens, je ne suis pas un sadique.
Je suis juste... Un peu mégalomane et égocentrique sur les bords.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 8 Fév 2017 - 20:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5955
ϟ Nombre de Messages RP : 5554
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5955
ϟ Nombre de Messages RP : 5554
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Ando Takashi' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Tesuto 607338Echec

--------------------------------

#2 'Rencontre Héroïque' :
Tesuto 268240officierpolice
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 8 Fév 2017 - 23:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Vous savez quand vous allez chez le dentiste, que vous savez que vous allez douiller mais que vous devait patienter une plombe dans la salle d'attente avant de passer sur la table ? C'est bon ? Vous imaginez bien la situation ? Eh bien c'était à peu près exactement ce que ressentait Barrett en cet instant, en pire. Parce qu'ici, il n'y aurait sans doute pas de piqûre d'anesthésie, désagréable mais efficace, pour lutter contre la douleur. L'acide serait administré à la brut, sans préparatif... mais avec un délais d'attente des plus insoutenables. Bizarre, Barrett n'aurait pas deviné qu'Otaku était un sadique. Cela dit, ça n'avait rien d'étonnant non plus. Le jeune analyste ignorait bien sûr que ce retard était dû à des protocoles tout à fait mécaniques du côté de la salle des contrôles du robot. Il n'en profita cependant pas pour s'enfuir n'y même à réfléchir pour s'enfuir car cela ne valait pas le coup. Le jeune homme faisait un peu de sport pour s'entretenir mais il n'était pas stupide au point de se bercer d'illusions, il ne pourrait jamais distancer le Kaneki. L'agent Anderson était donc résigné à son sort...

Jusqu'à ce qu'un membre des forces de l'ordre n'intervienne.

A ce moment là, pendant une fraction de seconde, Barrett commit l'erreur d'espérer qu'il allait s'en sortir indemne. Un espoir qui se volatilisa presque aussi vite qu'il apparut car le jeune homme fit rapidement les mathématiques. Quelles étaient les chances pour qu'un simple et unique officier de police réussissent à arrêter Otaku ou encore à le faire fuir ? Elles étaient plus proches du zéro que du cent. Bons calculs. En revanche, ceux du policier méritaient d'être améliorés car tirer sur une armure en métal n'était pas franchement l'idée du siècle. Certes, il pouvait ignorer qu'il s'agissait de métal, mais sachant que le robot appartenait au Docteur Otaku, il était difficile d'imaginer ses créations en pâte à modeler.

– Arrêtez, ça ne sert à...

Pourquoi avait-il tenté de raisonner le policier ? Pour qu'il essaie de trouver une solution plus efficace ? Pour qu'il se sauve et préserve sa vie ? Dans tous les cas, Barrett ne parvint pas à le raisonner car une autre balle fusa... et le ricochet l'atteignit. Voilà ce qu'il gagnait à se mêler des affaires des autres.

– Argh ! s'écria le muté sous le coup de la surprise mais aussi de la douleur.

    Lancer de dés 1 :
    Réussite : blessure impressionnante mais superficielle
    Échec: blessure handicapante

    Lancer de dés 2 (si échec en 1):
    Réussite : au bras
    Échec: à la jambe


La balle lui rafla l'épaule en une blessure non létale mais dont la douleur n'était pas moins présente. Le choc fit même perdre l'équilibre à Barrett qui porta aussitôt une main à sa blessure, moins pour arrêter l'écoulement abondant de sang que pour essayer de récupérer une sensation physique non désagréable sur cette partie du corps. Cependant, malgré la superficialité de la blessure, le linguiste ne se releva pas, parce qu'il vit le Kaneki refermer la main sur la tête de l'officier. Et bien qu'il ne puisse pas deviner les détails techniques, l'analyste savait ce que cela voulait dire. Après tout, le policier avait osé donné des ordres à Otaku et insister... le genre de chose qui ne passait pas du tout.

Barrett aurait voulu fermer les yeux mais il en était incapable, tout comme il était incapable de se boucher les oreilles. Le spectacle était mortifiant... et pourtant il n'arrivait pas à en détourner les yeux. La terreur et la culpabilité l'envahir, venant rejoindre leur copine la peur qui était déjà là depuis un petit moment. Ainsi, il resta par terre, contre une table, paralysé. Une main sur sa blessure, l'autre immobile, comme morte. En vérité, c'était comme si tout son corps avait décidé d'adopter la rigidité d'un cadavre. A ceci près qu'il tremblait pas mal et qu'il transpirait abondamment, autant sous l'effet du coup de feu qui l'avait touché que sous l'effet de la panique et de l'horreur.

Au final, lorsque le Kaneki en eut terminé avec le policier, Barrett n'avait pas bougé. Son esprit y avait vaguement pensé mais il s'était dit « à quoi bon ? » Le but d'Otaku était de lui donner une leçon. Il avait envoyé exprès un de ses robots à cet effet dans cette bibliothèque. Qu'est-ce qui l'empêcherait de le suivre ou encore d'attendre chez lui ? Car il devait certainement savoir où il habitait. Et si jamais l'envie lui prenait de faire exploser l'immeuble ? Et ses voisins ? Barrett pensait notamment à Susan et à sa copine qui venait souvent chez elle. Les filles avaient beau l'agacer, il ne pouvait se résoudre à se risquer de les voir blessées ou pire par sa faute. Peut-être que cette réflexion l'incitait à ne pas bouger. Mais peut-être aussi, tout simplement, avait-il trop peur pour bougé.

Dire qu'il n'en menait pas large serait un très bel euphémisme.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 8 Fév 2017 - 23:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5955
ϟ Nombre de Messages RP : 5554
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5955
ϟ Nombre de Messages RP : 5554
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Barrett Anderson' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Tesuto 576808Russite

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Tesuto 576808Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 9 Fév 2017 - 12:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Une fois que l’officier est mort, le Kaneki se débarrasse de la carcasse acidifiée en la jetant dans un coin. Vu le bruit, il percute une table, renverse des chaises, mais qui s’en soucie ?

Ishi, des renforts se dirigent vers la bibliothèque. Votre nom n’est pas encore cité.
Ah, ceci explique l’intervention solitaire. Les gens sont aveugles au point de ne pas reconnaître le Kaneki au premier coup d’œil ? C’est frustrant ! je m’exclame.

Et je m’éloigne de Vicky, parce que je suis deux fois plus contrarié qu’au début de la soirée. Je me promets de me venger, de préparer un gros coup. D’ailleurs, je me rends compte que je n’ai plus envoyé de robot géant sur une ville depuis un moment… Je note l’idée dans un coin de ma tête, en me disant qu’il est peut-être temps de sortir le Greyzilla 2.0.

Estimation du temps restant avant l’intervention ?
Environs trois minutes.
Bien.

Je lui adresse le signe l’informant de repasser ma voix en haut-parleur via le Kaneki. Je le contrôle à distance et le fait se tourner vers Barrett Anderson. L’agent de l’UNISON est au sol et perd beaucoup de sang. Difficile de dire si la blessure est juste impressionnante ou si elle est véritablement grave. Concrètement ? Je m’en moque. Il peut très bien mourir sur le sol de cette bibliothèque, pour son affront. Mais j’ai une réputation à tenir et je n’ai pas envie qu’une rumeur court sur le fait que je tire sur les gens. Avec des balles, en plus ! Je trouve ça un peu trop vulgaire, d’autant que je vais en entendre parler longtemps, avec Solar qui ne perd pas une occasion de souligner ce que je peux parfois dire de contradictoire…

Bon, agissons promptement. Qu’est-ce qu’un linguiste a de plus précieux, sa langue ou son cerveau ? je demande et le Kaneki mime une posture réflexive.

Si je lui acidifie le cerveau, je suis presque certain qu’il va y rester et je compte bien qu’il serve d’exemple. Du coup, la langue est exclue aussi, d’une certaine manière. Ce n’est pas assez spectaculaire. Je regarde son épaule, d’où semble s’écouler tout ce sang. Et une idée me vient…

Le Kaneki arrache la chemise de Barrett et le maintient au sol sans le moindre problème. Il dispose d’une force de 10T. Même si l’agent se met en tête de se débattre, il ne pourra pas grand-chose. Une main autour de sa gorge, à califourchon sur l’agent, il pose son index libre sur la chair de son pectoral et commence à tracer trois caractères en hiragana, signifiant « traitre » : 反逆者
Non seulement, cela lui apporterait des ennuis à l’UNISON mais en prime, il devrait rester relativement longtemps. Évidemment, la procédure est douloureuse et même si le Kaneki l’étouffe à moitié, l’agent hurle et se débat. Le résultat n’est pas très propre, il occupe au final tout l’espace sur sa poitrine. L’acide a un peu goutté, sa peau se détache par endroit, il ne risque pas d’oublier sa leçon.

Tu as intérêt à conserver les cicatrices bien visibles, agent Barrett. Si tu me contraries encore une fois, je serais nettement moins agréable. J’espère que tu n’as pas oublié ta promesse de tout à l’heure ? Je saurais te la rappeler.

Et comme les sirènes de la police se rapprochent, je n’ai pas vraiment le temps d’écouler son éventuelle réponse. Je doute qu’il y en aie une, de toute manière. J’en ai terminé avec lui pour ce soir !
Pour l’instant.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 10 Fév 2017 - 0:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La main de Barrett était devenue toute poisseuse à cause du sang, si bien que le jeune homme avait l'impression qu'elle était tenue prisonnière dans de l'ambre. Voilà le genre de pensée qui traversait l'esprit du jeune analyste en cet instant. Du moins avant que le Kaneki n'en revienne à lui. Voyant le robot revenir dans sa direction, le traducteur leva les yeux vers l'androïde, animés d'une expression bizarrement neutre, presque vide. En quelques sortes, son cerveau essayait de se déconnecter le la réalité et il y arrivait plutôt bien car le jeune Anderson avait l'impression de percevoir le monde à travers l'écran d'une toute petite télévision. C'était assez étrange. Cependant, ce mode de perception ne l'empêcha absolument pas à entendre la question que se posait Otaku/Kaneki. Son corps réagit simplement en déglutissant mais il ne fit rien pour se soustraire à ce qui lui arriva ensuite, même si la manipulation peu délicate de son corps lui arracha quelques gémissements de douleur. Du mieux qu'il pouvait et aussi longtemps que possible, il tâcha de regarder le robot dans les yeux qui devaient certainement être des caméras. Pour continuer à jouer son rôle de disciple tordu de la religion hyper tordu qu'était le fanboyisme du Docteur Otaku. Mais aussi pour lui-même. Pour s’imprégner de la situation et graver ces instants dans sa mémoire. La chose ne fut pas aisée quand le robot se mit sur lui, l'étouffant presque au passage. Puis elle fut complètement impossible quand l'index du robot se posa sur son torse fraîchement exposé et s'improvisa peintre à l'acide.

– Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaarghh !!!

La douleur était abominable. Barrett n'était pas spécialement douillet du fait des migraines répétées que ses pouvoirs lui offraient de temps en temps mais là, c'était bien différent. Violent, brûlant, terrifiant, déchirant... Le jeune homme alternait entre des phases de douleurs qui rendaient ses sensations totalement brouillons, mélangées dans un tsunami de torture, et des moments de super lucidité pendant lesquels il arrivait presque à suivre la progression de l'acide à l'intérieur de sa peau, de son corps. Sans parler de l'odeur qui accompagnait cette séance sadique de tatouage.Le jeune analyste n'arriva même pas à suivre le tracé pour en deviner la nature. Ce genre de détail ne l'intéressait pas en cet instant. Tout ce qui le préoccupait, c'était la douleur. Ses cris étaient accompagnés de gestes pour essayer de se débattre et de se libérer, même si la logique lui assurait que c'était impossible. Son cerveau n'obéissait plus vraiment aux ordres habituels tant la souffrance venait y semer la pagaille.

… … …

Dans ces moments là, le temps défilait de manière très capricieuse, dépendant d'une conscience brisée qui faisait de son mieux pour digérer le choc. Barrett ne remarqua même pas le départ du Kaneki. Il n'avait même pas écouté la dernière menace de son tortionnaire, pourtant, son esprit l'avait entendue et, comme tout le reste, elle viendra se graver dans sa mémoire, pouvant être consultée à tout moment. En cas de nostalgie.

Les policiers trouvèrent le jeune homme dans la même position que celle dans laquelle Kaneki l'avait laissé. Le corps transpirant, saignant et fumant, pour certaines parties. Les yeux du muté étaient ouverts mais il semblait en état de choc, incapable de leur répondre. En s'approchant un peu, on pouvait juste l'entendre marmonner quelques paroles souvent incompréhensibles. Régulièrement, on entendait :

– ...je suis désolé... je suis désolé...

Sans doute ces propos renvoyaient-ils à la mort du policier qui avait tenté de l'aider, ou encore à ceux qui viendront certainement lui reprocher – à raison – sa stupidité. Mais certains diraient peut-être que ce n'était que l'expression d'une excuse adressée à un génie de la technologie pour tenter de réparer un vil affront.

Quoi qu'il en soit, les secours arrivèrent pour prendre soin du linguiste et panser ses blessures, conscients que les plus profondes se situent au niveau émotionnel.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Tesuto
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Tesuto Categorie2_6Tesuto Categorie2_8


Tesuto Categorie2_1Tesuto Categorie2_2bisTesuto Categorie2_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tesuto Categorie2_6Tesuto Categorie2_8

Sauter vers: