Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 Categorie_1Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 Categorie_2_bisBraquage à la zombie [Libre] - Page 2 Categorie_3
 

Braquage à la zombie [Libre]

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 11 Fév 2017 - 18:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6344
ϟ Nombre de Messages RP : 5942
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6344
ϟ Nombre de Messages RP : 5942
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Anton Faust' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 576808Russite

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 576808Russite

--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :
Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 607338Echec Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 576808Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 14 Fév 2017 - 20:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Casey fronça les sourcils sans comprendre grand-chose à sa réplique, suite à son élan affectif imprévu. Il avait pour origine la joie sincère de retrouver son amie ressuscitée et en parfait état. D’ailleurs, le Dread Maker avait l’air presque aussi surpris qu’elle que cela fonctionne, mais elle ne releva pas immédiatement le sens de sa phrase. Plus tard, quand elle repenserait à tout ceci, Casey tiquerait et comprendrait qu’il s’était servi de Dawn à deux reprises. Toutefois, vu le résultat, elle pouvait le lui pardonner et ce même s’il la mettait en garde : des séquelles étaient possibles sur le long terme.

Elle allait lui poser quelques questions supplémentaires mais l’homoncule l’interrompit en s’exclamant qu’il venait de trouver ce que cherchait le Dread Maker dans l’utérus de Dawn. Elle apprit par extension qu’il s’agissait d’un néphilim, ce qui ne l’étonna pas vraiment. Victoria lisait énormément de romans, toutes ses connaissances appartenaient également à Casey, puisqu’elles ne formaient qu’une seule et même personne. Elle connaissait le concept de néphilim et si elle trouvait cela fascinant, ce n’était pas grand-chose en comparaison de Dawn, qui requerrait toute son attention.

Enroule toi dans le drap, à la limite ?
Mais il fait froid dehors, non ? Brr j’ai froid dedans aussi en fait.
Oui, c’est une morgue, ça doit être pour ça, releva Casey agitant la tête de bas en haut. Vous n’auriez pas un habit par hasard ?

Mais le Dread Maker semblait bien trop passionné par son embryon, qu’il enferma dans une cuve de petite taille.

Bon, je vais appeler Jonathan pour qu’il amène une voiture au plus proche, avec un pull de préférence…

Si tôt dit, si tôt fait. Elle s’empara de son téléphone et fronça les sourcils en remarquant que le réseau ne passait pas.

Reste ici, je reviens.

Casey se dématérialisa et zigzagua dans les couloirs, redevenus assez calmes. Les zombies avaient-ils tué tout le monde ? Elle grimpa jusqu’au toit par les escaliers et constata qu’à l’extérieur, un cordon de sécurité avait été mis en place. Des policiers, certainement des agents de l’UNISON ainsi que quelques héros masqués patientaient en périphérie. Elle décrocha son téléphone pour appeler Jonathan et lui expliquer la situation. Elle eut droit à un sermon d’anthologie auquel elle coupa court en lui demandant de l’attendre à deux rues de là, avec la voiture, à la lisière du cordon sanitaire. Elle redescendit ensuite dans la morgue, le tout ne lui prenant qu’une poignée de minutes. Pendant ce temps, le Dread Maker avait terminé avec sa cuve.

Le quartier est bouclé par les autorités sanitaires, j’ai repéré des agents de l’UNISON et deux héros, l’informa-t-elle. Je vous dis ça pour que vous le sachiez. Moi je peux sortir sans problèmes mais pas elle, alors si vous avez prévu une issue de secours et si je peux abuser de votre amabilité… Je vous revaudrai le service.

Après tout, il l’ignorait encore mais elle était Noctis. Certes, pas l’originale, mais pas une pâle contrefaçon non plus. Elle commençait à s’imposer dans le Cartel et pourrait peut-être aider ce mystérieux nécromancien, un jour prochain.
Ou pas, mais bon, l’avenir le leur dirait !

Vous allez faire quoi avec un embryon de néphilim, d'ailleurs?

La curiosité était trop forte.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 16 Fév 2017 - 10:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Anton afficha un sourire narquois lorsque Dawn se plaignit d’avoir froid au-dedans. Heureusement son masque était là pour cacher ce rictus pervers. Ce n’était pas de sa faute si son état de non-vie venait perturber sa circulation sanguine, enfin, complètement l’arrêter, et que par conséquent ses mains étaient froides. Bien sûr, le fait qu’elle soit restée morte suffisamment longtemps pour que sa température intérieure baisse devait jouer aussi.

« Ne vous inquiétez pas, vous allez rapidement vous réchauffer. Je n’ai malheureusement pas d’habit autre que ceux dont sont vêtues mes infirmières et je ne tiens pas à les dénuder maintenant. Peut-être qu’il doit y avoir quelque chose qui traîne. »

Il aurait pu tenter de lui faire un manteau en peau de cadavre, mais quelque chose lui disait que cela ne l’aurait pas beaucoup réchauffée et qu’elle aurait refusé de s’en vêtir. Les femmes étaient toujours d’un difficiles, c’était terrible. Heureusement, il avait ce qu’il était venu chercher et son petit contretemps lui paraissait maintenant bien peu de chose. Surtout qu’il avait pu tester son sérum de résurrection et que ce dernier fonctionnait ! La prochaine étape serait de l’utiliser non pas sur une jeune femme morte récemment, mais sur quelque chose un peu plus décomposé, pour voir si le sérum de nécro-régénération pouvait vraiment faire évoluer les choses.

« Les filles, il va être temps de se préparer au départ. »
Il parlait à ses infirmières bien sûr, pas à Dawn. Encore moins à Casey, cette dernière venait de quitter la pièce. Décidément, c’était quelqu’un de particulièrement instable, Anton n’était pas certain de pouvoir entretenir une relation professionnelle avec quelqu’un qui disparaissait ainsi sans raison ! Les fantômes étaient le domaine d’Abigaïl et non le sien de toute façon. Bon, Casey n’en était pas un, c’était un cauchemar et une fille légèrement pénible qui avait un sérieux problème avec le respect de l’espace vital des scientifiques morts-vivants. Mais mis à part ça, elle faisait très esprit frappeur sur les bords. En tout cas, il pouvait admettre une chose, avoir une idée de ce qui se passait en dehors de l’hôpital était plutôt utile. Anton avait placé le bocal avec l’embryon à l’intérieur de Nightmare Nurse. Il avait l’habitude de laisser des cavités dans ses créations pour ce genre de cas particulier. Puis ce n’était pas comme si elle avait besoin de son utérus, elle.

« Je suppose que nous ne sommes pas à un abus près. Par contre, là où je vais, il va vous falloir suivre mes moindres ordres, je n’ai pas pour habitude d’autoriser les visites dans mon établissement et la propriétaire du terrain où je suis installé n’est pas des plus commodes. »

Il fallait dire qu’Abigaïl avait une politique très stricte à propos des vivants qui rentraient dans la dimension abritant Erehwon. Soit ils étaient des membres ou alliés de la Moisson, soit ils étaient des morts-vivants en devenir, y compris les patients du Dread Asylum. Le jumeau de Lady Death avait tout de même une certaine latitude et si Casey et Dawn ne s’amusaient pas à courir jusqu’à la salle du trône des ossements, tout devrait bien se passer.

« Par contre, avant de partir, j’aimerais laisser un petit cadeau à nos amis. » Anton fit un geste en direction d’Oglor et des infirmières, qui s’occupèrent de sortir un maximum de cadavres pour les empiler au milieu de la morgue. Anton n’aurait pas aimé être l’équipe scientifique qui allait devoir s’occuper de tout ce foutoir derrière lui. La puissance ténébreuse de la nécromancie commença à se manifester alors qu’Anton se tenait devant la pile de corps, les bras écartés. Parfois, un peu de mysticisme brut avait son utilité, comme pour créer un golem en seulement quelques secondes. Les chairs blafardes commencèrent à fusionner entre elles, les ossements à se déplacer pour former des membres inédits. Rapidement la monstruosité commença à tressauter, pour finalement se relever dans toute sa splendeur obscène et macabre. « Voilà qui devrait les occuper et savoir qu’aucune morgue n’est à l’abri du Dread Maker. » Il eut un léger rire. « Allez, c’est l’heure d’y aller, prochain arrêt, l’asile. Je vous monterais ce que je vais faire de notre ami avorté si vous êtes sages. »

Cela faisait bien une heure qu’il avait utilisé son passage, non ? Sûrement cela avait été ressenti de cette façon et pour des soucis scénaristiques, cela faisait au moins une heure. Anton ne prononça pas de formule, tout était dans la concentration dont il faisait preuve, dans les incantations qu’il avait tissées dans son costume et surtout dans le fait que l’Asile et lui étaient liés maintenant, de la même façon qu’Abigaïl l’était à Erehwon. En fait, l’asile était un peu une protubérance cancéreuse de la nécropole, comme Anton pouvait l’être pour sa sœur. Le passage de l’effroi apparut juste à côté du golem improvisé, ce dernier commença d’ailleurs sa lourde marche vers l’extérieur de la morgue, à la rencontre des forces de l’ordre.

D’un geste, le nécromancien invita les deux jeunes femmes à s’engager dans le portail et il ne tarda pas à le suivre, Massacre Nurse, le Defiler entre les mains, fermait la marche, s’assurant que personne ne les suive. L’accueil de l’asile était étrangement cosy. Tout était en bois, avec des fauteuils confortables, un comptoir en chêne massif. Seules les portes menant vers les « chambres » et les autres parties de l’établissement étaient en acier pour éviter aux intrus de rentrer, ou plutôt aux patients de sortir. Une infirmière brune au sourire figé se trouvait à l’accueil. « Ma chère pourriez-vous trouver des vêtements pour cette jeune femme ? » Anton coula un regard en direction de Dawn. « J’ai bien peur que vous n’ayez le choix qu’entre deux modèles, l’uniforme de mes infirmières ou bien les chemises réservées à mes patients. Enfin cela devrait mieux vous couvrir que ça. » Mais pas beaucoup plus. « Il va falloir que je m’occupe de vous faire retraverser vers le monde des vivants. Ce qui implique d’utiliser une porte des morts. Hum, j’espère que je connaîtrais le garde pour éviter que Lady Death n’apprenne votre existence, elle est assez pointilleuse vous savez. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 18 Fév 2017 - 11:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un établissement ? Casey arqua un sourcil, sans comprendre précisément ce que voulait dire le Dread Maker. La lumière tarda à arriver mais la créature cauchemardesque frissonna sous la prise glacée du pouvoir mortuaire qu’il utilisa pour créer un monstre à l’aide des cadavres de la morgue, précédemment empilés par ses sbires. Elle secoua la tête d’un air désapprobateur, une mimique bien connue de tous ceux qui avaient fréquenté Victoria. Elle cessa brusquement quand elle s’en rendit compte et pencha la tête sur le côté pour observer la monstruosité, avec, cette fois, curiosité. C’était tellement… Atroce, macabre, que ça en devenait comique. Dawn plaqua sa main sur sa bouche et poussa un cri de terreur. Casey lui tapota le dos.

Ne t’inquiète pas voyons, monsieur Maker est un excentrique. Regarde, il a un œil qui pendouille ! s’amusa-t-elle.

Mais Dawn ne goûtait pas vraiment à la plaisanterie. Elle envisagea la porte pour prendre ses jambes à son cou et, finalement, se plaqua contre Casey pour enfouir sa tête dans son épaule. La créature cauchemardesque soupira et lui caressa les cheveux. Après avoir démontré l’étendue de ses compétences, le Dread Maker ouvrit une porte dimensionnelle à leurs côtés et les invita à y pénétrer.
Casey hésita environs une demi seconde, le temps de se dire qu’elle ne connaissait pas du tout ce type, que c’était peut-être un piège pour l’emprisonner quelque part où Lukaz ne la retrouverait jamais… Puis elle étouffa cette paranoïa dans l’œuf, trop curieuse de visiter ce fameux asile. De ce qu’elle sentait de l’énergie magique qui soufflait hors du portail, il ne menait pas dans la dimension onirique et elle avait confiance (sans doute trop) en sa capacité de se sortir d’un mauvais pas comme celui-là.

Casey passa en maintenant Dawn contre elle. La récente ressuscitée ne se rendit pas compte qu’ils quittaient l’asile et sursauta en découvrant un décor bien différent de celui de la morgue.

C’est un asile, ça ? releva Casey, les sourcils froncés. Mais ça manque un peu de… Camisoles, sang, cris d’agonie…
C’est bien comme ça, couina Dawn.
Lady Death ? C’est qui ? Oh, oh, non, j’ai entendu parler d’elle, ça me dit un truc…

Casey se creusa la tête pour essayer de savoir en quelle occasion. Elle était presque sûre que l’information venait de Jonathan et concernait des établissements rivaux, mais si cette femme possédait une dimension annexe et un pouvoir sur les morts (comme le sous-entendait judicieusement son surnom), elle ne devait pas se contenter de gérer des clubs dans le quartier des théâtres.

Vous êtes adorable monsieur Maker. Mais avant de retraverser, on pourrait visiter non ? J’ai envie de savoir ce que vous allez faire avec cet embryon puis voir ce que vous entendez par asile. Parce que c’est… Cosy, ici. Vous recevez beaucoup de gens, pour avoir besoin d’un hall d’entrée qui sauve les apparences ? Vous avez uniquement des humains derrière ces portes ou d’autres créatures ?
Caseeeeey geignit Dawn. On ne peut pas juste… Le laisser nous ramener et… Et voilà ? Il me fiche la trouille, confia-t-elle en murmurant.
Ah tu trouves ?

Elle dévisagea le Dread Maker de bas en haut, une nouvelle fois, puis haussa les épaules.

A mon avis, c’est un problème humain, déclara-t-elle après une analyse minutieuse.

Elle ne le trouvait pas effrayant du tout. Intéressant, par contre, ça oui !

C’est qui ces gardiens ? Et vous pensez vraiment que Lady Death serait contrariée par notre présence ? On n’a encore rien fait de mal. Sauf par accident, vous pensez qu’elle m’en voudrait pour quelque chose ? Oh tiens Dawn, voilà tes vêtements !

L’infirmière était revenue avec un uniforme un peu trop sexy. Dawn étant bien élevée, elle ne fit aucun commentaire et se contenta de l’enfiler, heureuse d’avoir ses parties couvertes.
Au moins un peu.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Fév 2017 - 14:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Anton avait parfaitement ignoré les remarques des deux femmes à propos de son golem improvisé ou de son excentricité. Il était un génie et il était prêt à admettre lui-même que sa création manquait de raffinement. Il n’y avait pas le soin qu’il mettait dans les détails, dans la suture délicate qu’il appliquait aux membres, aux cicatrices qu’il faisait ensuite disparaître par magie tout cela pour créer des golems beaucoup plus délicieux comme l’étaient ses infirmières. Il était un créateur de génie, mais là, il avait eu besoin de quelque chose de gros et de suffisamment ignoble pour laisser une image dans l’esprit des gens autour de l’hôpital. Tous apprendraient que pour le Dread Maker, Star City n’était qu’une gigantesque boîte de pétri.

Le nécromancien observa Casey avec un léger sourire en coin. Il se décida d’ailleurs à enfin retirer son masque de médecin de la peste, le tendant à l’une de ses nécro-infirmières. N’importe qui de vivant aurait transpiré là-dessus et ce n’était pas l’accoutrement le plus pratique. Il était toutefois délicieux de voir la terreur se dessiner sur le visage des vivants quand ils voyaient le docteur à l’allure de rapace se profiler à l’horizon.

« Voyons, c’est un établissement respectable. Oh, il y a du sang et des camisoles, mais c’est dans une autre partie de l’asile. Je ne tiens pas à ce que les visiteurs puissent être incommodés. Bon, je n’en ai pas beaucoup. Lady Death en fait toutefois partie, je vois que le nom vous dit quelque chose. » Ce qui était assez rassurant en soit, surtout si Anton tenait à se cacher parfois derrière sa sœur. Enfin, pas qu’il y tenait, mais cela pouvait toujours avoir son utilité. « Il vaut mieux parfois que les gens ne sachent pas exactement ce que vous faites, surtout quand ils estiment eux-mêmes qu’ils sont mieux dans l’ignorance. »

Abigaïl lui laissait carte blanche tant qu’il n’attirait pas l’attention et qu’il lui présentait des résultats. Anton n’aurait pas pu en être plus heureux. Avec la fortune qu’ils avaient accumulé tous les deux grâce à leurs pouvoirs sur les morts, leurs nouvelles fausses identités et ses projets comme la White Tower, il avait de nombreux projets en cours et tous ne concernaient pas la Moisson.

« Les humains ont une peur innée de ce genre d’établissements. Sûrement parce que de nombreux abus y ont pris place lors de leur apparition, sans compter que les premiers critères d’admission étaient risibles. Sûrement que votre amie a peur que je ne décide de vous enfermer toutes deux dans l’une des chambres et ne me mette à expérimenter sur vous. » Son sourire s’élargit alors qu’il envisageait sérieusement l’idée. Il avait toutefois déjà suffisamment de travail avec le néphilim qu’il venait de récupérer. « Mais va pour une visite ! Ce n’est pas souvent que je peux me le permettre, la majorité des gens qui viennent ici sont des patients et sont plus concernés par leur condition que par ce qui les entoure. Toutefois je compte sur votre discrétion. Allons-y. »

Il calqua une main gantée contre l’autre alors que déjà, l’une de ses infirmières s’occupait d’ouvrir les lourdes portes de métal. Ils durent d’ailleurs passer plusieurs grilles d’acier avant d’arriver dans de longs couloirs menant sur de nombreuses chambres, qui avaient tout l’air d’être des cellules.

« Lady Death est assez tatillonne sur qui entre dans son royaume. Vous êtes des vivants et vous n’appartenez pas à la Moisson, j’ai bien peur que vous ne soyez pas non plus sur la liste des VIP. » Qui abritait principalement l’exécrable gêneur qu’était le compagnon humain d’Abigaïl. Qu’est-ce qu’Anton aurait donné pour pouvoir retirer son cerveau à celui-ci et le placer dans un corps inoffensif qu’il aurait ensuite abandonné à tous les dégénérés qu’il abritait. « Quant aux gardiens… Et bien, une porte a besoin de quelqu’un qui la surveille tout simplement, il ne s’agit que de morts-vivants. Assez primitifs d’ailleurs contrairement à mes créations. Vous ne trouverez pas celles-ci dans ces couloirs d’ailleurs. Le rez-de-chaussée est pour les patients. Il y a même un réfectoire et une salle commune. »

Ils passèrent devant une infirmière, habillée comme l’était Dawn et qui promenait plusieurs zombies équipés de camisoles de force et de muselières.

« Je m’intéresse depuis un certain moment au psychopathes et autres tueurs en série. J’en ai ramené plusieurs par mes soins qui sont maintenant des patients des plus intéressants. Même les morts ont droit à des petites promenades. J’ai aussi plusieurs mutants intéressants dans ces chambres. J’éviterais de les déranger d’ailleurs, certains sont encore sensibles à leur condition. » Même si avec le retour de Madness Nurse dans l’établissement, beaucoup allaient de nouveau croire qu’ils se trouvaient dans un véritable hôpital et qu’Anton tentait vraiment de les aider. « Mon laboratoire se trouve au sous-sol, avec les spécimens et les patients les plus dangereux. Au-dessus se trouvent les archives et la bibliothèque et mes quartiers personnels. Rien de bien intéressant pour vous. Vous vouliez savoir ce que voulais faire avec le néphilim ? Il va être temps de le découvrir je pense. » Il eut un nouveau sourire et les mena jusqu’à un ascenseur vétuste.

Ce dernier émit un concert de grincements peu engageants alors qu’il s’enfonçait dans les profondeurs de l’asile. Son chemin sembla tortueux, semblable à aucun autre ascenseur comme s’il se déplaçait à travers un espace ne suivant plus les règles classiques de haut et de bas. Finalement ils arrivèrent tous dans un étage qui ressemblait beaucoup plus à ce que Casey devait imaginer. Des hurlements, des cris et des grognements s’échappaient des cellules autour d’eux, qui étaient bien plus renforcées. De lourds golems se déplaçaient le long des couloirs pour s’occuper de la sécurité. « Allons-y. » Au bout du couloir se trouvait une porte massive et derrière le laboratoire favoris d’Anton. Celui où il menait ses plus terribles expériences. Il y avait plusieurs tables d’opération, certaines avec des cadavres attachées à celles-ci. Des bocaux contenant plusieurs organes recouvraient des étagères. Une tête ouvrit d’ailleurs la bouche dans l’un des récipients comme pour pousser un hurlement silencieux. Des cuves au fond de la pièce abritaient des choses innommables et difformes. Il y avait aussi une cage suspendue au plafond où se trouvait Malaria qui chantonnait paisiblement.

« Bienvenue dans mon laboratoire ! C’est ici que je m’occupe de révolutionner la médecine et de préparer l’avenir de l’humanité ! Je sais, il y a de quoi être impressionné. Nightmare, le néphilim s’il te plaît. »
L’infirmière extirpa le bocal de son abdomen pour en sortir l’embryon qu’elle déposa sur une table chirurgicale. Anton attrapa un hachoir et d’un geste preste trancha l’avorton en deux. Il en donna l’une des moitiés à l’infirmière. « Mettez cela dans l’une des cuves de nécro-régénération. Je vais m’occuper de l’autre moitié. » Il se tourna vers les deux jeunes femmes une nouvelle fois. « Vous voulez voir mon chez d’œuvre ? »

Il se dirigea au fond de la vaste pièce, repoussant un lourd rideau pour révéler sa plus belle création. Cela ressemblait vaguement à une femme dont on aurait retiré la peau pour la remplacer par une sorte de métal étrange. Elle était à demi-écorchée toutefois, comme si on n’avait pas pris la peine de la refermer et son visage était celui d’un squelette recouvert de chair, les yeux vides de toute expression. Ce qui n’empêchait pas certains de ses organes de fonctionner et la plupart d’entre eux n’avaient pas l’air humain comme en témoignaient les ailes à l’aspect métallique dans son dos.

« Voici Eve. Celle qui amènera une nouvelle ère de gloire à l’humanité. Et ce que vous m’avez permit de récupérer, ce néphilim, sera la source d’énergie principale de son corps magnifique. Regardez bien ce qu’il y a sur sa peau. J’appelle cela le nécroderme, c’est un composé organo-métallique qui fusionne avec les cellules mortes et les réaniment tout en les assimilant. J’ai terminé son visage même si je ne l’ai pas encore rattaché, elle sera magnifique. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 21 Fév 2017 - 9:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Quand le Dread Maker ôta son masque, Casey découvrit le visage d’un homme blond décoloré plutôt pâle, maladif même. Outre cela, il semblait… Presque normal. Elle se dit que tous les génies ne payaient pas forcément de mine, mais qu’ils partageaient souvent leur teint blafard, même si, dans son cas, il le devait probablement à un état de mort plus ou moins avancé. L’entité cauchemardesque ne connaissait pas précisément ce dernier et n’était pas certaine qu’il soit très poli de demander. Cette considération lui passerait probablement au-dessus d’ici quelques minutes, au fil de la visite. Une excursion dont Dawn se serait bien passée, vu les regards désespérés qu’elle jetait à Casey… Mais la récemment revenue à la vie relativisa malgré elle. Après tout, cet homme l’avait ressuscité et, sans Casey, elle croupirait toujours dans l’un des multiples enfers existant. Sans doute à Dis, pour ne pas se mentir, puisqu’elle avait été baptisée… Mais n’avait rien d’une enfant de chœur.

Abandonnons ces considérations pour nous concentrer sur la visite, à l’instar de Casey qui hochait régulièrement la tête à mesure des explications, des portes passées, du personnel rencontré. Ce dernier était particulièrement remarquable. Dawn se blottissait sous le bras de l’ombre, comme si ce pauvre morceau de chair allait l’empêcher de se faire happer par l’une des brutes épaisses façon golem, si ce dernier s’en prenait l’envie !

Quand vous dites la majorité des gens, euh… Ça veut dire qu’il y en a qui viennent de leur plein gré ? s’étonna Dawn, d’une voix peu assurée.
J’en doute ma chérie, tu sais, ça a l’air difficile d’accès comme endroit. Sauf si on est mort ? C’est peut-être une sorte d’antichambre de l’enfer.

Plus ils s’enfonçaient dans l’édifice et plus Casey en était convaincue. Créature cauchemardesque, elle était liée à certaines dimensions où se rendaient les âmes humaines après leur trépas. Issue du royaume des rêves, elle se dit que cet endroit aurait pu être un parfait décor pour une terrifiante mise en scène. Entre les zombies promenés en laisse, les portes avec des barreaux, le sang sur les murs, les camisoles, les hurlements…

Dawn sembla trouver une forme de réconfort quand le Dread Maker annonça qu’il s’intéressait principalement aux psychopathes et aux tueurs en série. Elle n’était ni l’une ni l’autre, juste une serveuse comme on en trouve à la pelle à Star City. Une fille avec des amis intéressants, bien entourée donc, mais sans grand intérêt en elle-même. Quoi que, maintenant, vu son statut de ressuscitée…
Casey s’approcha des chambres en question, glissant un œil par un barreau. Elle s’apprêta à se dématérialiser pour entrer et discuter avec ces spécimens spéciaux quand le propriétaire des lieux l’en dissuada. A croire qu’il lisait dans ses pensées. Un peu boudeuse, elle oublia sa déconvenue quand il proposa de lui révéler ce qu’il comptait faire du néphilim.

Ils montèrent dans un ascenseur qui avait quelques problèmes avec le concept de descendre en ligne droite, ce qui amusa assez Casey mais pas du tout Dawn. Son teint cadavérique était-il dû à une envie de vomir ou à son récent état de cadavre ? Difficile d’en être certaine. Leur petite visite déboucha sur un asile qui ressemblait davantage à l’image véhiculée par l’industrie cinématographique et vidéoludique. Ils passèrent une porte épaisse, pour finalement déboucher sur une pièce encombrée par des cuves et des bocaux. Quand la tête simula un hurlement, Dawn en poussa un vrai et Casey lui plaqua sa main sur la bouche.

Vois ça comme euh… Un parc d’attraction ! proposa-t-elle.

Dawn la gratifia d’un regard noir mais elle essaya malgré tout. La surprise l’avait faite hurler, mais elle savait à quoi s’attendre désormais. Ce problème réglé, au moins temporairement, Casey adressa une œillade d’excuse à monsieur Maker et lui réaccorda toute son attention. Heureusement pour Dawn et malheureusement pour Casey, elles avaient raté l’extraction du bocal de l’abdomen de l’infirmière.
Mais pas son incision en deux morceaux distincts. Casey eut une moue dégoûtée et Dawn… soupira en levant les yeux au ciel.

Avec plaisir, nous sommes là pour ça non ?

Il y avait même un rideau ! Quand il l’écarta, Casey et Dawn se retrouvèrent face à une créature de sexe probablement féminin, en partie écorchée, recouverte d’une substance qui semblait métallique et assez incongrue sur toute la structure. L’entité cauchemardesque se gratta le menton, la tête penchée sur le côté. Même Dawn cessa d’avoir peur de tout et s’abima dans la contemplation de cette chose, en essayant d’y trouver un sens. Son cerveau s’était-il anesthésié et mis sur pause ? Ou commençait-elle à relativiser ? Difficile de le savoir.

Fidèle à elle-même, Casey ne put s’empêcher de se dématérialiser en face de la création et de toucher le nécroderme du bout de l’index. La sensation lui paraissait étrange. Elle tendit ensuite les doigts pour effleurer les fameuses ailes et siffla, admirative.

C’est tellement… Étonnant ! Elle a un visage, alors ? demanda Casey en se tournant vers le Dread Maker. Est-ce qu’elle va avoir des cheveux ? Il lui en faut, je trouve. C’est plus joli sur une fille. Je suggère du blond, enfin pas du comme vous tout pâle et quasi blanc, du vrai blond lumineux, ça ira bien avec son prénom. Et des longs, pour pouvoir lui faire plein de coiffures différentes !

Non, elle ne prenait pas Eve pour une barbie glauque. Quoi que…

Et ehm, bon je suis assez profane sur tout ce qui concerne la science, par extension la nécroscience, mais en quoi amènera-t-elle une nouvelle ère de gloire sur l’humanité ? Parce que, concrètement, elle n’a rien d’humain, si ce n’est l’apparence générale. Oh, attendez… Je parie que vous avez travaillé sur base d’un cadavre humain ?

Cette supposition était faite sur le même ton qu’une maîtresse d’école soupçonneuse et prête à punir un gamin prit en faute. Un ton totalement incongru, donc, vu la situation…
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 21 Fév 2017 - 18:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Une antichambre de l’enfer ? Quelle idée saugrenue ! Bien sûr, Erehwon et les environs se trouvait dans une sorte de monde de passage entre le monde des vivants et ceux des morts, plus particulièrement de l’Abysse même. Mais cela ne signifiait en rien qu’il s’agissait d’une sorte de premier point de passage pour les enfers. Les morts qui se trouvaient au Dread Asylum étaient pour la plupart des morts-vivants et non pas de simples morts. Car l’asile servait aussi de clinique pour les membres de la Moisson qui ne pouvaient pas vraiment aller à un hôpital pour se faire recoudre. Bien sûr, depuis qu’il avait ouvert son entreprise de pompes funèbres, Anton avait à son service un grand nombre de thanatopracteurs compétents qui s’occupaient bien souvent de raccommoder le menu-fretin pour lui. Il ne s’occupait personnellement que des membres de la cour pâle et des petits favoris de sa sœur. Parfois, un vivant de la Moisson attirait son attention avec une demande un peu excentrique, comme un changement de visage, ou carrément de corps. La transplantation de cerveaux, dont la plupart des médecins rêvaient seulement dans le monde du dessus, était quelque chose de pratiqué de manière régulière au Dread Asylum.

« Il y a certaines personnes qui ont les autorisations nécessaires pour descendre à la Nécropole et qui parfois requièrent mes services. Pour des soins, ou des choses plus originales. » Se contenta-t-il de répondre avec son éternel sourire aux lèvres.

Bien sûr il ne s’agissait que d’un service qu’il pourvoyait avec une extrême gentillesse au reste de la Moisson. Principalement parce qu’Abigaïl le lui avait demandé. Il appréciait parfois de transplanter un cerveau ou deux, ou de greffer un nouveau visage. Mes ses recherches l’intéressaient beaucoup plus que les soins quotidiens ! Il n’était pas un urgentiste après tout ! Pas même un vrai médecin selon les critères modernes, mais cela, ça ne l’arrêtait pas pour autant. Il avait eu ses diplômes bien avant n’importe quel ahuri qui pourrait venir lui dire que sa pratique était dépassée. Surtout qu’il imaginait difficilement un vieux docteur rabougri venir s’adresser de la sorte au Dread Maker. Il aurait fait une crise cardiaque bien avant, soit en voyant la silhouette sinistre du médecin de la peste ou en reluquant un peu trop les infirmières en tenues affriolantes. Triste image.

Mais quelle fantastique image qu’Eve ! Ou plutôt sa structure principale ! Comme il l’avait expliqué il manquait toujours quelques petits détails. Des cheveux, en effet, un visage, de la peau aussi. Quoique le nécroderme allait probablement tout recouvrir dans un premier temps et même venir saloper toute tentative de greffe de visage. Il en avait un jolie en réserve. Une belle jeune femme aux lèvres pulpeuses, blonde bien entendu, quoique pas forcément naturelle. Comme si cela ne l’avait jamais gêné. Même sa sœur ne portait plus sa teinte de cheveux naturels, ayant opté pour un blond des plus communs pour se mêler plus facilement à la population. Lui seul portait encore la crinière blanche des jumeaux Fausts.

« Elle va avoir des cheveux bien entendu et en effet, ils sont blonds. » Il lança un coup d’œil en direction de ses infirmières… Qui étaient toutes blondes. « Ce qui n’a pas dû être trop difficile à deviner… » Il nourrissait un attrait certains pour cette couleur de cheveux, peut-être parce que sa mère était blonde et qu’il ne l’avait jamais connue ? C’était bien la seule chose qu’il partageait avec son beau-frère en tout cas. Enfin, l’ahuri qui servait de compagnon de lit à sa sœur. « Je ne suis pas certain de la longueur en tout cas. C’est très peu hygiénique. Enfin, elle les attachera sûrement. » Comme Massacre Nurse. Les deux autres les avaient au niveau des épaules ou plus court encore.

Il était rafraîchissant toutefois de pouvoir partager ainsi sa création avec des jeunes filles qui ne tentaient pas de fuir et n’étaient pas mortes ! Enfin, dans le cas de Dawn, Anton ne pouvait que deviner l’effroi qui l’habitait. Cela devait lui demander toute sa maîtrise de soi pour ne pas fuir, surtout avec Skratch qui venait lui renifler l’entrejambe. Apparemment le chien n’avait pas compris que son maître avait trouvé le fœtus qu’il cherchait. D’ailleurs le nécromancien s’approcha d’Eve, tenant dans la main la moitié de néphilim. Des filaments de chair noirâtre s’étendirent depuis la cage thoracique ouverte de l’abomination en construction alors que des incantations s’élevaient de la bouche d’Anton. Ils se refermèrent sur l’embryon, venant plonger leurs extrémités dans sa chair rosâtre pour l’incorporer ensuite dans le corps d’Eve. « Magnifique… » Soupira Anton avec un plaisir évident.

« La base est humaine en effet. En fait, tout est en quelque sorte humain. Même le nécroderme, l’essence même de la chair morte ne se trouve-t-elle pas dans nos propres cadavres ? » Il eut un léger rire face à son élan presque poétique. « Elle sera la première et la mère d’une nouvelle race d’hommes qui ne connaîtront pas la mort. » Il caressa délicatement le visage sans peau de la belle. « Je compte lui donner les moyens de reconstruire l’humanité à son image. Après tout, l’homo sapiens sapiens est une race mourante. Avec l’apparition des mutants elle est vouée à disparaître, mais Eve et moi serons là pour les sauver, tous, pour leur donner un sens au-delà de l’extinction de leur race, pour leur rendre le contrôle de leur monde. Une fois que je les aurais libérés de leur mortalité, de leurs peurs et qu’ils seront tous unis dans la morte-vie. Tous ne feront qu’un. Un bel avenir en perspective, n’est-ce pas ? Je dois dire que je meurs d’envie de lancer le processus de résurrection dès maintenant. Mais peut-être que vous aimeriez une petite collation ? Il est rare d’avoir des visiteurs qui tiennent jusqu’ici je me rends compte. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 23 Fév 2017 - 13:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Heureusement pour Dawn, personne dans cette pièce ne semblait être télépathe. A mesure qu’ils atteignaient les sommets de l’horreur, la récemment ressuscitée devenait moins loquace, affichant un visage dangereusement neutre. Dans son esprit, par contre… Elle qualifiait allégrement le Dread Maker de fou furieux et cela ne s’arrangea pas quand il exposa son plan concernant Eve. Une race qui ne craignait pas la mort mais savait tout de même se reproduire ? Même elle, qui n’avait jamais fait de très hautes études, voyait un problème plutôt gênant se pointer à l’horizon, en terme de surpopulation. Toutefois, elle conserva ses remarques pour elle, et se répétait en boucle c’est bientôt terminé, on va sortir d’ici, on va rentrer, je vais retourner bosser, on ne va plus jamais le revoir, tout va bien se passer.

Casey ne partageait ni son dégoût, ni ses inquiétudes. Créature onirique cauchemardesque, elle se sentait relativement peu concernée par les problèmes d’évolution, d’extinction d’une espèce au profit d’une autre ou de repeuplement de la planète par des créatures incapables de mourir. A dire vrai, elle trouvait cela très amusant et original. L’existence d’un homme comme le Dread Maker lui assurait de ne pas s’ennuyer avant un bon moment !

Si elle est la mère d’une nouvelle espèce et que vous l’avez créé, est-ce que ça ne fait pas de vous une sorte de dieu ? demanda-t-elle en se frottant le menton, sans cesser de dévisager Eve.

Enfin, plus précisément, le processus à l’aide duquel elle aspirait le néphilim. Cela ne la dégoûtait pas le moins du monde, mais l’intriguait par contre énormément. Quel endroit hors du commun ! Sa « chose nouvelle » du jour était de toute première qualité.

Oh, c’est très gentil à vous de proposer et j’avoue que ce serait un plaisir, mais je m’en voudrais de vous retarder dans votre processus créatif. D’autant que j’ignore si le temps s’écoule de la même manière ici que sur la Terre Prime. Ce serait très ennuyeux que nous disparaissions plus d’une heure…

Son téléphone portable ne captait pas, ici. Aucun opérateur téléphonique n’avait pensé à émettre jusqu’au Dread Asylum, quel scandale ! Jonathan devait certainement essayer de la joindre. Il était l’un des seuls à connaître sa destination et si la télévision parlait des zombies tueurs dans l’hôpital, son lieutenant devait être au bord de la crise cardiaque, l’imaginant gisant dans ses propres viscères. Sans compter que l’étrange silence de Dawn inquiétait Casey. Toute cette atmosphère macabre ne lui convenait hélas pas.
De plus, si l’homme lui donnait une bonne impression générale, elle n’était pas naïve au point d’accepter de la nourriture ou même une boisson de sa part. Pas sur son terrain. Certes, on pourrait souligner qu’emprunter un portail dont elle ne possédait pas la clé de retour avec lui était tout aussi stupide, mais Casey n’était pas toujours une personne très logique.
Jamais, en fait. Mais elle essayait vraiment !

Par contre, très sincèrement et si cela ne vous ennuie pas, je serais ravie de voir Eve terminée, avec un visage, des cheveux, et qui sait, peut-être déjà enceinte pour repeupler l’humanité ? Vous en avez des idées excentriques, monsieur Maker. Je me demande si quelqu’un essaiera de vous arrêter.

Très certainement et peut-être qu’après avoir discuté de tout cela avec Jonathan ou Lukaz, Casey se rendrait compte du danger que cet homme représentait. Ou peut-être pas, à moins qu’elle décide tout simplement de s’en moquer. De nom, elle connaissait la Moisson, Lady Death sans jamais les avoir approchés, mais sa rencontre avec le Dread Maker la rendait curieuse. Certainement trop pour son propre bien !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 25 Fév 2017 - 22:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un sourire mauvais se dessina sur les lèvres d’Anton à la remarque de Casey. Est-ce qu’il était un dieu ? Oh, il avait le pouvoir de créer des choses, d’utiliser des cadavres pour donner naissances aux abominations qui peuplaient son imagination. Il avait le pouvoir nécessaire pour ramener les morts à la vie et finalement pour créer des choses parfaitement nouvelles ! Mais était-il un dieu ?

« Je ne pense pas non. Je ne fais que démontrer que ce pourquoi certains vénèrent les dieux, comme quoi ils ont créé l’espèce humaine, est à la portée des prétendus mortels. » Il eut un éclat de rire. « Je ne suis pas en train d’essayer de devenir Dieu. » Cela, il le laissait à sa sœur. « Je veux juste lui mettre le nez dans son fumier en lui montrant que je peux faire mieux que lui, que je peux réaliser ce qu’il a échoué à faire. Le monde que je créerais, peuplé de mes morts-vivants à la perfection immaculée sera dénué de divinités. Alors, Dieu et tous les autres mourront. »

La religion n’était qu’une source d’obscurantisme stupide à son sens. Les divinités n’étaient que des entités extra-dimensionnelles mystiques, des parasites de l’humanité qui avaient besoin de foi pour exister. Si Abigaïl aspirait à devenir leur égal, Anton lui n’était d’accord avec elle que sur une chose : il était temps de débarrasser l’humanité de ces parasites psychiques. Le Pacte faisait déjà une bonne partie du travail, mais il avait pu voir en tant que Dévoreur que nombreux encore étaient les démons et les dieux qui trouvaient des moyens d’interagir avec le monde des vivants. Ils utilisaient pour cela la stupidité collective, la peur, la haine. Tant de choses qui ne fonctionneraient jamais sur Eve, qui ne fonctionneraient jamais sur ses merveilleuses créations. En débarrassant l’humanité de sa peur de la mort, il la débarrasserait de son désir d’un au-delà. A ce moment là, il devrait se résoudre à affronter sa jumelle, mais en attendant, il ferait de la Terre un monde meilleur.

« Vous avez des endroits où vous devez être ? » Demanda-t-il distraitement. Il n’avait pas vraiment considéré le temps comme une donnée sensible en cette soirée. « Il n’y a pas de distorsion temporelle notable entre la terre et mon asile. Pas dont je sois au courant. Même s’il m’arrive d’être absorbé par mon travail et de ne pas voir les heures se succéder. » Ses infirmières avaient alors pour rôle de le remettre dans le droit chemin, pour qu’il puisse s’occuper de sa société de pompes funèbres au passage.

Il fit un pas en arrière, observant avec une pointe de fierté dans le regard Eve avec son nouveau cœur mort-né. Il n’avait qu’une envie, s’occuper de la bichonner et de la façonner pour qu’elle commence à le servir. Malheureusement, cela lui prendrait un certain temps et il devait d’ailleurs s’occuper des deux jeunes femmes, surtout si elles étaient pressées. Il avait bien envie de charger Madness ou Nightmare de les raccompagner jusqu’à la porte des goules, mais c’était trop risqué. Si jamais l’infirmière croisait l’un des serviteurs d’Abigaïl, elle ne saurait pas comment justifier la présence de vivantes qui n’appartenaient pas à la Moisson. Peut-être que s’il leur mettait des camisoles de force et des laisses ? Non, le plus simple était qu’il s’en occupe.

« Ce serait avec plaisir. Il va me falloir quelques temps encore pour m’assurer que tout fonctionne. Quant à la gestation, j’ai d’autres moyens de reproduction en tête qu’il faudrait que je teste avant. Quoiqu’il pourra s’agir plus de conversion pour certains individus. Enfin, je ne vais pas vous embrouiller en vous parlant de tous mes projets, puis vous en avez déjà suffisamment vue. Si vous ne m’aviez pas fait une démonstration de vos capacités et que Dawn était presqu’une de mes créatures, je serais sûrement obligé de vous tuer toutes les deux. » Il eut un léger rire. « Enfin, je pense qu’il est plus sage de vous ramener dans le monde des vivants. A moins que vous ne vouliez continuer la visite ? Il y a certains spécimens intéressants. » Cancer le nécroplasme pour n’en citer qu’un, une sorte de masse grouillante qui dévorait toutes les expérimentations ratées d’Anton.

Le nécromancien les invita à le suivre pour regagner l’ascenseur. « Je devrais demander à Lady Death ma propre porte des goules, mais vous devez connaître ces individus puissants, toujours à tout vouloir contrôler. Enfin, nous allons donc devoir passer par Erehwon pour rentrer dans le monde des vivants. » Et il ne pouvait pas utiliser la porte principale, faire débarquer ces filles à Gallows End ou même le Necropolitan attirerait trop de soupçons. Il allait devoir opter pour les égouts ou le cimetière aux lanternes.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 1 Mar 2017 - 19:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Casey ne se sentait pas particulièrement concernée par les considérations théologiques du Dread Maker. En tant qu’entité onirique cauchemardesque, elle n’avait pas été « élevée » dans une croyance quelconque et Victoria, comme tous les NG, n’étaient pas particulièrement croyants ou même férus d’église. Cela lui passait largement au-dessus, mais si le scientifique y trouvait son bonheur, elle était contente pour lui. Quant au déicide qu’il se promettait d’effectuer… Pourquoi pas, après tout ? Casey était curieuse de découvrir ce que pourrait donner un monde sans dieux. Raison pour laquelle elle fit promettre au Dread Maker de venir lui montrer Eve.

Oui, plutôt. Vous n’avez même pas idée, répondit-elle avec un sourire amusé.

Après tout, si elle savait que cet homme blond était le Dread Maker, lui ignorait que Casey était en réalité Noctis. En tant que telle, ses nuits étaient consacrées à son business et si elle avait pris une heure pour aller voir Dawn à la morgue (avec le résultat que l’on connait) elle ne pouvait pas vraiment s’accorder beaucoup plus. D’autant que le quartier autour de l’hôpital devait grouiller de super-héros, d’agents de l’UNISON… Peut-être même d’anciennes connaissances de Victoria ? Jonathan devait friser l’arrêt cardiaque, à se demander si elle n’avait pas été victime de l’infection zombie, à moins qu’il n’ait déjà sabré la bouteille de champagne ? Difficile d’être sure de quoi que ce soit, avec cet emmerdeur pédant.

C’est une bonne nouvelle. Enfin, pour moi. Pour vous, je ne sais pas, ce serait sans doute plus avantageux que le temps passe plus lentement ? Pour vous donner l’occasion de mener tous vos projets à bien.

Même si la vieillesse ne devait pas être un problème pour un nécromancien. Il avait dit quelque chose à ce sujet, tout à l’heure, mais Casey, tête en l’air, ne retombait plus exactement sur quoi. D’ailleurs, elle s’en moquait et rit de bon cœur quand il menaça plus ou moins de les tuer. Dawn ne goûtait pas la plaisanterie, mais la créature cauchemardesque aimait ce genre d’humour.

Oh, voyons, monsieur Maker, pas de ça entre nous. Je vous promets que je ne parlerais pas de ce que j’ai vu ici, si vous tenez votre parole et que vous continuez à me montrer la suite de vos projets. Ça m’intrigue vraiment, toute cette histoire.

Dawn marmonna quelque chose au sujet de ses goûts bizarres et franchement tordus, que Casey ignora superbement.

Si vous me réinvitez ici, je vous promets que je prendrais toute la soirée pour découvrir vos autres créatures. Surtout si elles sont aussi intéressantes qu’Eve. Et si vous me racontiez, sur le chemin ? Pour me donner un avant-goût.

Après tout, elles venaient seulement de retourner à l’ascenseur et tout pouvait encore arriver. Une panne de courant (si tant est qu’il fonctionne à l’électricité, ce dont Casey doutait), un zombie en panique, un monstre psychotique, un piège, pourquoi pas, elle n’écartait aucune possibilité. Pendant qu’elle lisait tout ce qui était susceptible de mal tourner sur le chemin de la porte, elle hocha la tête d’un air affirmatif.

Si vous saviez. Pas plus tard qu’il y a deux jours, j’en ai rencontré un dans ce genre-là, à se permettre d’exiger de moi que je lui cède un artefact que j’avais vu la première, juste parce que c’était « lui ». Non mais ! Je lui ai botté les fesses. Vous devriez peut-être essayer, avec Lady Death? Bon, pas de lui botter les fesses à proprement parler, mais de faire valoir votre point de vue, si vous voyez ce que je veux dire.

Elle lui adressa un clin d'oeil, comme si c'était limpide.
La véritable histoire d'Haft, d'ailleurs, différait quelque peu du grossier résumé fourni par Casey, mais ce sont les vainqueurs qui la réécrivent ! D’autant qu’elle avait bel et bien récupéré l’épée, qui reposait sagement dans le tatouage sur sa paume droite.

Erehwon ? demanda Casey en essayant de copier la prononciation du Dread Maker. Qu’est-ce que c’est, exactement ? Et où est-ce qu’on va atterrir ? Pas trop loin du quartier des théâtres, ce serait un must. Enfin, si ce n’est pas trop demander, évidemment. Je ne connais pas la précision exacte de vos portes…

Et elle ne mourrait pas d’envie de se retrouver dans l’hôpital, vu ce qu’avait laissé le Dread Maker derrière eux ! Et vu l’état de Dawn, qui avait bien besoin d’un petit remontant.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 2 Mar 2017 - 21:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Casey n’avait pas tort sur ce point. Si le temps s’écoulait différemment à Erehwon il aurait bien pu se complaire avec gaieté dans ses expériences sans jamais avoir à se soucier de ses activités terrestres. Mais le fait était que si Abigaïl l’avait chargé de s’occuper de l’entreprise familiale, c’était autant pour tester sa loyauté à la Moisson que pour le brider. Il était un nécromancien de génie et il en avait parfaitement conscience lui-même. Apte à venir voler la vedette à sa sœur jumelle ? Peut-être pas, mais il avait les moyens de créer un joli chaos derrière lui et elle le savait. C’est pour cela qu’il devait prendre son mal en patience.

« Oh, je ne me soucie pas trop du temps. J’en ai déjà perdu tellement, vous n’avez pas idée, je ne suis plus à quelques décennies près, je peux accepter certains délais. »

Deux siècles, c’est ce qu’il avait perdu en mourant, c’était le temps qu’Abigaïl avait mis à le ressusciter. Et si jamais sa sœur venait à périr, il n’en perdrait pas autant ! Il se dépêcherait d’utiliser sa nécromancie et ses sérums pour la ramener parmi les vivants. Décidément, il ne comprenait pas pourquoi Abigaïl avait mis autant de temps à comprendre que le meilleur moyen de se débarrasser du dévoreur était de tout simplement ressusciter le nécromancien qu’il avait été.

« C’est un cercle vicieux que vous me proposez. Je dois continuer à vous montrer mes expériences en nécromancie et nécro-chirurgie pour que vous acceptiez de garder le silence, ce qui fait que je vous donne encore plus de choses à raconter. » Il soupira. « Décidément, vous ne me facilitez pas la vie, mais je n’ai d’autre choix que d’accepter. Puis c’est toujours agréable d’avoir des serviteurs, c’est tellement rare dans mon domaine. Vous êtes aussi la bienvenue miss Dawn, je devrais d’ailleurs vous fournir un examen d’ici quelques temps, revenir d’entre les morts n’est pas une chose anodine et il pourrait y avoir des séquelles qui se déclencheraient plus tardivement. »

Il n’était pas stupide au point de ne pas remarquer que l’endroit n’était pas au goût de la blonde. C’était un manque de goût certain, l’aspect gothique de l’asile servait avant tout à mieux capter les courants de magie noire qui traversaient la dimension où ils se trouvaient.

« Il vous faudrait plus d’une nuit pour tout voir. Enfin, vous avez déjà croisé mes infirmières, les trois qui m’accompagnaient à l’hôpital sont les plus développés, mes projets originaux qui me permirent de tester certaines choses pour Eve. Vous avez aussi vu Skratch ! Une brave bête… Mais il y en a dont vous n’avez qu’aperçu les contours, comme Malaria, ma vampire de compagnie. »
Il l’avait acheté à Vladislav Markov. Ce qui ne plaisait pas beaucoup aux vampires de Bloodfeud maintenant qu’ils avaient quitté le Cartel Rouge pour rejoindre la Moisson. Il avait bien vu la façon dont Vassilissa Markova, la garde du corps d’Abigaïl, regardait ce qu’il avait fait à partir de l’une de ses sœurs. « Il y a aussi Cancer, une expérience ratée qui a pourtant sue dépasser toute mes expériences. Elle a d’ailleurs été inestimable dans le développement d’Eve. Oh, il y a aussi tous mes golems, mais aussi ma champignonnière. »

Quels formidables êtres-vivants. Contrairement aux plantes, les champignons se contentaient de matière morte, d’obscurité et d’humidité pour pousser. Ils rampaient dans l’obscurité, sous la forme de moisissure rampante, ou bien dans le cas d’Anton, de véritables abominations fongiques qui infestaient des zombies et erraient dans les parties inférieures de l’asile, enfin plus inférieures encore. Si la bâtisse ne possédait pas beaucoup d’étages au-dessus du sol, il y en avait de multiples sous terre, un véritable labyrinthe.

« C’est bien plus compliqué que votre cas j’en ai bien peur. Voyez-vous, Lady Death et moi faisons comme partie de la même famille. » Pour ne pas dire qu’ils étaient les jumeaux nécromanciens Faust, qui avaient terrorisé le terroir anglais avec leurs jeux macabres lorsqu’ils étaient encore de jeunes gens. Là où Anton construisait un golem, sa sœur relevait plusieurs zombies et les deux partis s’affrontaient une fois la nuit tombée dans une chapelle abandonnée au milieu de la lande. Il avait de nombreuses fois essayé de convaincre sa sœur de reprendre leur petit jeu, notamment pour les pousser à s’améliorer dans leur pratique des arts sombres, comme par le passé. Mais elle avait refusé, malheureusement.

« Erehwon… La nécropole, la cité de nulle-part, nowhere. C’est l’endroit où nous sommes en quelque sorte et c’est effectivement nulle part. Vous ne la trouverez sur aucune carte et pourtant... » Ils avaient atteint l’accueil et un golem leur ouvrit la lourde porte de bois et de fer noir pour révéler le décor macabre de la nécropole dont l’asile n’était qu’une extrémité. C’était un labyrinthe d’arches, de mausolées, de tours et de cryptes qui se dressait sous leurs yeux. Anton ne s’en lassait pas et même si c’était le domaine de sa sœur, il y trouvait une inspiration pour ses œuvres sans limite. La connexion internet était juste des plus déplorables malheureusement. Il ouvrit les bras en grand, comme pour embrasser le paysage de son être. « Voici le royaume de la non-vie, cet endroit qui se dresse entre le monde des vivants et ceux des morts. Si jamais vous entendez des histoires à propos de gens qui ont disparus dans un souterrain, dans un cimetière ou dans l’obscurité de la nuit, ils ont probablement fini ici. C’est là que vampires, goules, spectres et nécromanciens se rencontrent depuis la nuit des temps et c’est bien évidemment le domaine de Lady Death. Enfin, allons-y. »

Un pont tortueux serpentait entre les massifs de pierres tombales, les ossuaires croulant sous les araignées ou encore les forêts d’arbres pétrifiées à flanc de beffroi. On pouvait y apercevoir des morceaux de nombreuses architectures, comme si tous les bâtiments détruits par le temps, érodés ou simplement écroulés avaient fini ici, se joignant à l’architecture sombre et distordue du lieu. Il ne leur fallut pas longtemps pour s’aventurer près d’une porte des goules… Il s’agissait d’ailleurs simplement d’un cimetière, dont l’une des fosses, au lieu de mener à un cercueil et un cadavre, laissait entrevoir une volée de marches.

« Hum, il ne semble pas y avoir de gardien aujourd’hui. Ce passage vous mènera jusqu’aux égouts de Star City. Essayez de ne pas trop déranger les goules, elles peuvent se montrer agressives si on interrompt leur repas. » Anton se tournait face aux deux femmes, si bien qu’il ne vit pas la silhouette massive qui se profilait derrière lui. Huit pattes monstrueuses s’élevaient de derrière un mausolée, alors qu’Ishkanah, la veuve des tombes et familier de Lady Death laissaient entrevoir toute sa monstrueuse stature d’araignée.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 12 Mar 2017 - 11:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L’avantage d’être immortel, hormis le plus évident, était que l’on pouvait se permettre de perdre autant de temps qu’il nous seyait, pourvu que l’on parvienne à mener à bien ses projets sur le moyen et long terme. Dans le cas de Casey, la jeune femme devait avouer qu’elle ignorait dans quelle mesure allait vieillir le corps de Victoria, si sa mutation influençait sur la force de ses organes et de ses tissus, lui permettant de survivre plus longtemps, ou non. Elle ignorait tout autant ce que l’influence de sa condition de cauchemar apporterait à la longévité de son enveloppe. Quoi qu’il en soit, Casey, outre ces détails, ne pouvait se permettre de disparaître plus longtemps de la Terre Prime sans alerter Jonathan, qui finirait par appeler Lukaz, ce qui compliquerait grandement les choses. Elle ne souhaitait pas mentir au voleur qui l’avait recueillie et prise sous son aile. Elle savait ce qu’elle lui devait, aussi autant éviter le plus possible les situations potentiellement gênantes.

Oh, voyons, ne faites pas votre victime Monsieur Maker, taquina-t-elle avec un sourire. Je suis certaine que l’idée d’avoir un public vous ravit. Vous devez vous sentir bien seul, dans cet asile, sans personne d’un minimum intelligent pour apprécier votre travail.
C’est vraiment nécessaire ? demanda Dawn, au bord du désespoir.
Tu as entendu le docteur, ma chérie. Mourir, ce n’est pas rien.
J’ai encore du mal à réaliser.

Sa voix s’éteignit et elle baissa les yeux. Casey n’insista pas mais se promit de discuter avec elle une fois de retour au Red Night, pour essayer de comprendre ses sentiments, son point de vue, et l’aider au mieux. Pendant qu’elle prenait cette résolution, le Dread Maker continuait d’avancer en lui donnant un avant-goût de tout ce qu’il y avait à voir ici.

Je parie que ce ne sont pas des champignons comme ceux qu’on trouve dans le vol-au-vent ? releva-t-elle en imaginant de petits monstres tueurs aux grandes dents avec un chapeau rigolo.

Elle apprit sur le tas que Lady Death appartenait à la famille du Dread Maker, ce qui était évident pour tout qui les avait vu côte à côte mais ce n’était pas le cas de Casey, qui s’en portait certainement bien mieux. Ils retournèrent à l’accueil et une créature que le cauchemar ne sut nommer ouvrit une porte en bois. Ils arrivèrent dans un cimetière d’où s’élevait des tombes, des mausolées et des cryptes. Le décor aurait pu être digne d’un film d’horreur, mais personne à Hollywood ne semblait avoir mis un orteil ici. Casey contempla l’endroit en tournant la tête dans tous les sens, pour embrasser le paysage du regard. Dawn continua à fixer la terre, comme si elle lui paraissait extraordinairement intéressante et recelait tous les mystères de l’univers.

C’est très… Je ne sais pas, j’allais dire coquet mais j’ai l’impression que vous allez mal le prendre. C’est très intéressant.
C’est carrément flippant, trancha son amie.
Ah, tu trouves ?

Dawn hocha la tête avec vigueur et Casey haussa les épaules. Ils arrivent face à un pont, qu’ils traversèrent, avant de s’enfoncer à nouveau dans un cimetière. Assez ironiquement, Dawn ne s’y sentait pas du tout à l’aise alors que Casey marchait d’un pas tranquille, comme pour une promenade dans un pré en fleur. Elle posait aussi tout un tas de questions, du genre : Oh, quel est ce nom sur cette pierre ? Oh, qui a construit ce bâtiment ? Oh, qui a détruit ce mur ? Oh, à quoi ressemble une goule en vrai ? et elle se dématérialisait d’un endroit à l’autre, telle une agaçante gamine qui court partout dans le magasin de jouets. Heureusement (ou pas ?) ils arrivèrent à destination et le Dread Maker leur désigna une volée de marches devant laquelle il n’y avait aucun gardien.

Les égouts ? Il y a des goules dans les égouts ?
Mon dieu il y a des goules dans les égouts, geignit Dawn.
Et ça mange la chair morte uniquement ? Parce que dans ce cas ma chérie, tu n’as pas trop à t’en faire. Enfin, je crois ? releva Casey en se grattant le menton. On pourra faire l’expérience.

Le cauchemar tapota l’épaule de son amie d’un geste qui se voulait rassurant… Un échec total, à en juger par la crispation de Dawn. Casey s’apprêtait à dire au revoir au Dread Maker et à le remercier pour son hospitalité quand elle remarqua, dans son dos, une gigantesque araignée. Elle pencha la tête sur le côté, l’air perplexe, et par acquis de conscience, demanda :

Excusez-moi mais il y a dans votre dos ce qui me semble être une araignée géante a l’air particulièrement féroce. C’est à vous ou ça faisait partie des créatures « à ne surtout pas déranger » ?

Dans le doute, Casey écarta sa main droite de son corps. Le tatouage discret sur sa paume brilla et une lame que tout le monde pensait divine mais qui était en fait démoniaque, apparut dans toute sa splendeur magique.
Juste… Au cas où.
A côté d’elle, Dawn poussa un hurlement et Casey se souvint que son amie était arachnophobe.

Tu devrais peut-être courir dans les égouts ma chérie, le temps qu’on règle ça ?

Les goules ou l’araignée ? La ressuscitée opta pour les premières et descendit l’escalier en courant.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 17 Mar 2017 - 18:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Casey n’avait pas tort, Anton appréciait d’avoir un public. Bien sûr, elle était un peu rapide à réduire à néant l’intelligence des autres résidents du Dread Asylum. Nombre de ses patients étaient encore en pleine possession de leurs moyens intellectuels, pour le moment tout du moins. Bien souvent ils finissaient par ne plus être que des loques, soit parce qu’ils étaient morts et avaient été réanimés, soit parce qu’ils avaient frappé un peu trop fort leur tête contre un mur et avaient fini par abandonner tout espoir de revoir la lumière du jour. En plus de cela, le Dread Asylum croissait pour devenir une organisation satellite et intégrante de la Moisson, un peu de la même façon dont certains groupes faisaient partie du Cartel Rouge. Nombre de nécromanciens venaient apprendre l’art de la nécro-alchimie et de la confection de golems de chair auprès d’Anton, sans parler de son approche si personnelle de la nécromancie.

« C’est nécessaire en effet. Je ne voudrais pas que vous entriez dans une phase de dépression, ou qu’un de vos organes n’ait pas été réanimé correctement et ne finisse par vous lâcher de manière inopinée. Ne vous inquiétez pas, je peux voir que mon établissement vous effraie, nous pourrons trouver un endroit un peu plus convivial pour cet examen. »


Ce qui ne l’empêcherait pas d’emmener ses infirmières et tous ses outils. Il trouvait vraiment dommage de ne pas pouvoir garder Dawn avec lui finalement. Il l’avait ressuscitée, n’était-elle pas l’une de ses créatures ? Bizarrement, il doutait que Casey n’accepte cet étrange sentiment de paternité. Puis le nécromancien allait surtout se hâter de rassembler des cadavres de jeunes femmes pour renouveler l’expérience.

« Je ne suis pas responsable de l’architecture de ce lieu. En fait, je doute que qui que ce soit en ait vraiment été à l’origine. Erehwon est un patchwork de ruines et d’architectures qui n’auraient jamais dû se rencontrer, un paradoxe en quelque sorte, une ville qui est là et pas là en même temps. » Il eut un léger sourire. « Un peu comme un mort-vivant. » Après tout, qu’est-ce qui pouvait bien être à la fois vivant et mort ?

Mais si on mettait la sémantique de côté, la citadelle des morts-vivants était belle et bien là et ses habitants existaient bel et bien. Anton pouvait d’ailleurs voir avec plaisir qu’il n’y avait pas de gardien autour de cette porte des goules là. Ils servaient autant à s’assurer que des intrus ne pénètrent pas dans le royaume de Lady Death ou que des prisonniers ne s’échappent. Car Anton était loin d’être le seul nécromancien de la citadelle à conserver des vivants contre leur gré ici.

« Bien sûr qu’il y a des goules dans les égouts. Il y a des meutes de goules dans à peu près toutes les grandes villes. Oh celles de Star City sont loin d’égaler celles des catacombes de Paris. Je ne crois pas qu’il en existe de plus vaste au monde. Généralement il est impossible pour les vivants de les repérer, elles sont trop discrètes et vivent dans des endroits où aucun individu vivant n’oserait se rendre. Elles grappillent des charognes et des cadavres de laissés pour compte. Elles participent au nettoyage des grandes villes en quelque sorte et participent au haut taux de disparition de Star City. Pas parce qu’elles tuent les gens. » Ajouta-t-il rapidement en voyant que Dawn avait l’air toujours aussi terrifiée. « Mais elles mangent leurs cadavres avant que les forces de l’ordre ne puissent les trouver. »

Tout absorbé qu’il avait été dans son exposé sur les goules, et il n’avait pas encore abordé la question de leurs pratiques sexuelles, Anton n’avait pas fait attention à la silhouette arachnoïde qui se dressait dans son dos. Heureusement que Casey était assez aimable pour la lui montrer. Le nécromancien se retourna pour faire face à l’horreur chitineuse et aux multiples pattes. Un sourire contrit apparut sur son visage.

« Oh Ishkanah, ma douce… » Commença-t-il. « Non, ne courrez pas ! » Il n’avait pas eu le temps de continuer sa phrase que Dawn se trouva complètement entoilée. L’entrée de la porte des goules avait été piégée par l’araignée des tombes et sa progéniture était déjà en train de s’agiter. De plus petite taille, les enfants d’Ishkanah avaient tout de même les dimensions de chiens. « Ishkanah, Ishkanah, voyons, pas de ça entre nous ! »

L’araignée géante s’approcha d’Anton, avant de se transformer pour prendre l’apparence d’une femme pâle, vêtu d’une sorte d’armure qui semblait évoquer la chitine. « Dread… Qui traînes avec des vivantes. » Elle lança un regard empli de dédain en direction de Casey. « C’est avec cela que tu préfères passer tes nuits maintenant c’est ça ? » L’araignée croisa ses bras, Anton tenta de poser une main sur son épaule mais elle s’en dégagea.

« Allons, Ish. Je te l’ai déjà expliquée, je travaille. Puis tu sais bien qu’entre toi et moi cela n’aurait pas fonctionné. Après tout, tu es au service de Lady Death. »

« Et alors ? Ce n’était pas une raison pour me laisser poireauter Dread, est-ce que tu as une idée du nombre d’individus fréquentables ici ? Puis qu’est-ce que tu fais avec ces humaines ? Surtout qu’elles n’ont pas l’air paralysées ou quoique ce soit, puis celle qui n’arrête pas de hurler, c’est pénible. » Ishkanah lança un peu de sa toile sur les lèvres de Dawn pour mettre fin à ses hurlements.

« Ma douce, ma douce… Pas la peine de me faire toute une scène. Ces filles n’ont rien à voir avec ce qu’il s’est passé entre nous, ce sont des invitées. »


« Lady Death reçoit des invités, toi tu reçois des patients… » Elle plissa les yeux et tourna le dos. Anton se plaça derrière, posant ses mains sur ses épaules.

Citation :

Jet de dé n°1 :
Réussite : Ishkanah se laisse amadouer par Anton
Echec : Ishkanah refuse de les laisser passer

Jet de dé n°2 :
Réussite : Ishkanah n’appelle pas de renforts
Echec : Ishkanah semble décidée à prévenir quelqu’un.

« Ce sont des patientes. Enfin la blonde l’est, je les raccompagnais juste. Allez, ma chère, nous pouvons garder cela entre nous, pas la peine d’alerter qui que ce soit ou de faire la tête. Elles ne peuvent nous faire aucun mal, ce ne sont que des vivantes. »

« Lady Death affirme qu’il y a des vivants qui peuvent nous nuire. Même si je n’en ai jamais rencontré. »

« C’est parce qu’ils ont peur de toi voyons, ces deux là sont parfaitement inoffensives, crois-moi. Elles font partie d’une de mes expériences en quelque sorte. »
L’araignée se retourna pour lancer un coup d’œil interrogatif envers le nécromancien. « Des expériences ? Je pourrais les offrir à mes petits si elles sont ratées ? Comme la fois où tu as tenté de faire ce golem là… »

« Mais oui, bien sûr ! Seulement pour cela il faut qu’elles rejoignent le monde des vivants. Puis elles n’ont pas leur place ici, tu t’en rends compte toi-même. Voilà ce que je te propose, ma douce. Je m’occupe de ramener ces deux filles de l’autre côté, puis je reviens et je pourrais te remontrer cette chose que tu as bien aimée. »

L’araignée humaine grommela légèrement. Mais finalement elle claqua des doigts et ses enfants, qui s’étaient massés autour de Dawn se dispersèrent. « Vous pouvez y aller, mais ne te joues pas de moi Dread, sinon Lady Death en entendra parler. »

« Je n’oserais pas ma beauté. »
Il s’approcha rapidement de la toile d’araignée qui retenait Dawn pour l’en libérer avant de se tourner vers Casey. « Allons-y. Décidément vous m’aurez beaucoup compliqué la tâche aujourd’hui. » La porte des goules leur ouvrait les bras et était probablement l’une des portes dimensionnelles les plus étranges à emprunter. Ils eurent beau descendre les marches qui menaient vers ce qui devait être l’intérieur d’un tombeau, ils se retrouvèrent à monter des marches identiques à l’intérieur d’un mausolée. Sauf qu’ils n’étaient plus dans le monde des morts, mais dans celui des vivants. Le nécromancien poussa les grilles rouillées, pour révéler le cimetière aux lanternes de Star City. La Porte des Goules se trouvait, bien heureusement, dans un endroit isolé de la colline, où les touristes ne se rendaient pas. Bien souvent parce qu’ils y sentaient une présence néfaste, une sensation diffuse qui les poussait à s’éloigner du lieu. L’influence de fantômes placés en sentinelles par Abigaïl. Un moyen comme un autre d’éviter que quelqu’un ne voit Anton, encore habillé d’une partie de son costume de Dread Maker, sortir d’une tombe en compagnie de deux jeunes femmes. On aurait rapidement pu s’imaginer des choses.

"J'aurais juré que cette porte menait aux égouts. Je suppose que vous allez devoir marcher un peu finalement."
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 17 Mar 2017 - 18:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6344
ϟ Nombre de Messages RP : 5942
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6344
ϟ Nombre de Messages RP : 5942
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Anton Faust' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 576808Russite

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 576808Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Braquage à la zombie [Libre]
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 Categorie_6Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 Categorie_8


Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 Categorie_1Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 Categorie_3
 Sujets similaires
-
» Hentaï
» Hentaï RP
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 Categorie_6Braquage à la zombie [Libre] - Page 2 Categorie_8

Sauter vers: