Neuf vies ne sont pas de trop Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Neuf vies ne sont pas de trop Categorie_1Neuf vies ne sont pas de trop Categorie_2_bisNeuf vies ne sont pas de trop Categorie_3
 

Neuf vies ne sont pas de trop

 
Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 15:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les rapports de la Moisson et du Cartel Rouge étaient tout sauf détendus. A cause principalement du petit contentieux qui avait opposé Ymir et l’organisation des nécromanciens ces derniers mois. Il n’y avait plus eu de conflits armés entre les deux groupuscules, mais certains avaient la fierté mal placée. Heureusement, vu qu’il n’y avait pas de guerre ouverte, Anton, ou plutôt le Dread Maker, avait réussi à se faire tolérer dans l’enceinte du Cartel Rouge. Pas en tant que membre, loin de là, mais en tant que challenger extérieur. Ses golems de chair avaient déjà fait parler d’eux dans les docks à une autre époque et le publique semblait plutôt apprécier de les voir combattre. Surtout quand il était question de certaines des créatures les plus sensuelles qui étaient nées sous la griffe du nécromancien.

Ce dernier se trouvait dans les gradins, en compagnie de Massacre Nurse et d’Oglor. La première avait son defiler en main, cette terrible arme à feu qu’elle n’avait jamais besoin de recharger. Elle jouait les rôles de garde du corps, une fonction qui incombait généralement à Irina, Nightmare Nurse. Mais celle-ci ne se trouvait pas aux côtés de son créateur pour une bonne raison, elle était dans la fosse, en plein cœur de l’arène, prête à combattre. Ce n’était pas la première fois qu’elle participait à ce genre d’affrontement, cela avait permis à Anton de déceler certaines limites de ses créatures, ce qui les empêchait de vraiment briller en plein combat. Pour beaucoup des golems, c’était bien souvent toujours la même chose : un manque cruel de sens d’improvisation, d’instinct et surtout de technique. Il avait corrigé le problème chez Sveltana, qui était une tireuse d’exception maintenant, mais les capacités d’Irina au corps à corps pouvaient toujours laisser à désirer. Surtout que les gens commençaient à savoir que la jolie blonde était tout sauf inoffensive. Son bras droit devenait une tronçonneuse tandis que les ongles du gauche produisaient un sédatif paralysant. Sans parler du fait qu’elle était morte, infatigable, insensible à la douleur. Non, cela allait être un combat intéressant.

« MaaaAaaÎitre ! »

Oglor venait de tendre ce qui devait être un hot dog à moitié manger à Anton. L’homoncule avait l’air très heureux de sa trouvaille, mais en tant que bon serviteur, il la montrait d’abord à son maître avant tout. Le nécromancien posa un regard indéchiffrable sur le morceau d’aliment à moitié putréfié. Sous son bec de médecin de la peste, toutes ses expressions étaient indéchiffrables.

« C’est bon Oglor, tu peux le manger, ne mets pas de gras sur mon bâton. »


L’homoncule eut un ronronnement maladif alors qu’il commençait à se bâfrer. Le bruit qu’il faisait évoquait à Anton un bébé alligator qui serait coincé dans un moteur rouillé de tracteur. Mais l’homoncule n’accompagnait pas le nécromancien pour son côté glamour, il avait ses infirmières pour cela. Les yeux de la créature difforme enregistraient tout, il se souvenait de tout et était une sorte de caméra organique pour Anton. Qui plus est, il portait aussi ses équipements, comme le bâton nécro-galvanique, au cas où Irina aurait besoin d’un petit coup de fouet dans l’arène.

« Cela va bientôt commencer. » Lâcha-t-il en se frottant les mains. « Je me demande ce qu’Atia a prévu pour ma douce Irina ce soir. » Il se redressa, s’avançant vers le rebord. « Sûrement une femme pour booster un peu la libido du public. » A son plus grand désespoir, il savait très bien que certains combattants pouvaient littéralement atomiser Irina si jamais ils le voulaient. Ce qui lui laissait un goût amer en bouche. Mais cette phase expérimentale était nécessaire, il s’arrangeait pour ne pas frustrer la tête du Cartel Rouge et éviter de se retrouver face à un combat trop inégal. Pour le moment cela n’avait pas été le cas, mais il n’avait pas spécialement envie de passer des heures à réparer ses golems. Surtout sa douce Irina. De toute façon son accord avec le Circus était assez simple. Il ne demandait pas d’argent, laissait ses golems combattre gratuitement. En échange, il avait le droit de réclamer certains des cadavres des combattants qui n’avaient pas survécu la nuit, si personne n’était là pour les récupérer bien sûr. Certains venaient avec de la famille après tout.

Anton eut un léger signe de la main, transférant ses ordres à sa créature. Irina n’avait pas besoin d’être commandée aussi drastiquement que ses autres golems. Elle était bien plus autonome. Ce qui évitait à Anton de devoir être trop concentré sur le combat, il pouvait l’apprécier lui aussi. La main droite d’Irina explosa pour laisser apparaître la tronçonneuse qu’elle leva au-dessus de sa tête.

« Oh, mais qu’avons-nous là… » L’attention du nécromancien venait d’être attirée ailleurs. Il s’était désintéressé de son infirmière pour poser son regard sur l’adversaire de cette dernière. « Je sens que cela va être intéressant. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 17:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Depuis qu'elle avait eu l'assistance de Wildcard pour gagner en célébrité au sein du Circus, la jeune femme disputait davantage de combats. Jusqu'à présent, elle s'en sortait relativement bien et n'avait pas eu beaucoup de défaites à son actif, mais elle n'était pas la meilleure, loin de là ! La slave était consciente que ses capacités étaient largement inférieures à celles de bien des adversaires qu'elle risquait de combattre, aussi se montrait-elle très attentive avant que le combat ne commence.

Ce jour-là, elle tombait sur une autre femme. Enfin, quelque chose de semblable du moins. L'un des spectateurs récurent des combats du Circus l'avait informé du prénom de cette nana : Irina. Visiblement, elle venait aussi des pays de l'est et c'est pourquoi les organisateurs des combats avaient jugé utile et amusant de la confronter à Marishka. Cette dernière avait observé la sorte d'infirmière avec curiosité, mais surtout perplexité. Est-ce qu'elle était vraiment humaine ? Quelque chose d'étrange émanait d'elle, un peu comme lorsqu'elle croisait les succubes qui officiaient au Pandémonium. Sauf que ce n'en était pas une, elle en était persuadée.

Peu qualifiée en magie, la trentenaire décida d'improviser et s'avança dans l'arène. Elle était vêtue de sa tenue habituelle : un soutien-gorge agrémenté de sangles en cuir et d'un collier orné de chaînes qui tombaient sur son décolleté, puis un pantalon très moulant et des bottes remontant jusqu'à ses genoux – à talons plats bien évidemment. Ses cheveux et son maquillage la rendaient pratiquement méconnaissable pour quiconque l'autre déjà rencontrée dans le club de Damnation.

Lorsqu'elle s'avança au centre de l'arène, son regard se focalisa sur son adversaire. Elle était bien loin de se soucier du public ou même des éventuels amis de cette femme qu'elle comptait bien démonter. Russe ou pas, elle ne ferait pas le poids face à elle et cela même avec la tronçonneuse qu'elle venait de faire apparaître. Les sourcils de la slave se froncèrent légèrement tandis qu'elle l'admonestait pour la forme.

« Tu crois que ça va te suffire à me battre ? J'espère que tu as prévu plus gros et plus impressionnant. »

Le ton était provocateur et moqueur alors qu'elle commença à tourner autour de la femme d'un air de prédateur. La trentenaire commença par chercher un point sensible, mais comme le public les invectivait pour les inviter à se rentrer dans le lard, la slave se décida. En quelques sauts souples et légers, elle se rapprocha de son adversaire pour tenter de lui asséner un premier coup de pied de manière à tester sa résistance. Si elle y parvenait, elle comptait bien enchaîner avec un coup de griffes qu'elle faisait déjà apparaître sous ses ongles. Depuis qu'elle était capable de se transformer partiellement, ses combats étaient grandement facilités, mais il arrivait souvent qu'elle doive opter pour une métamorphose totale afin de vaincre les adversaires les plus coriaces.

      Lancer de dés #1 :
      RÉUSSITE : elle la repousse.
      ÉCHEC : Irina résiste.

      Lancer de dés #2 :
      RÉUSSITE : elle la touche.
      ÉCHEC : Irina résiste.


Marishka sentit le corps de la femme se reculer alors qu'elle appuyait dessus. Visiblement, il suffisait d'un peu de force pour la faire bouger, donc soit elle était humaine sous bien des aspects, soit elle n'avait pas encore déployé toute sa force ! Peu importait, l'essentiel était de réussir à la toucher et à lui faire comprendre qu'elle ne la battrait pas ! Sans perdre de temps, elle enchaîna donc avec un balayage en direction du visage de l'autre slave pour lui balafrer. La texture de sa peau résista étrangement, un peu comme si elle n'était pas assez coquette pour s'hydrater convenablement, mais qui était-elle pour juger des choix de chacun ? Blague à part, Marishka n'arrivait toujours pas à savoir à qui elle avait réellement affaire et c'est donc forte de cette méfiance qu'elle sauta en arrière d'un bon souple. Mieux valait éviter de rester trop près d'une femme armée d'une tronçonneuse.
Même si elle ne résista pas à une nouvelle provocation :

« Tu devrais hydrater ta peau chérie, tu as l'air toute desséchée. C'est ton copain qui ne te fais pas assez mouiller ? »

Personne n'avait dit qu'elle était subtile ou délicate dans ses remarques.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 17:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Marishka Mihaylova' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 17:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Anton n’était pas vraiment bien placer pour donner des cours vestimentaires à d’autres individus dotés de super-capacités. Mais il n’appréciait pas spécialement celui de la femme qui se dressait contre Irina. Il était à la fois trop révélateur et pas assez… Peut-être qu’il aurait apprécié quelque chose qui soulignerait un peu plus les courbes de la guerrière slave ? Ou bien qui pendouillerait un peu moins. Au moins les uniformes de ses infirmières étaient sobres et collés près du corps. Tout en conservant suffisamment de souplesse pour permettre à ses créatures de se mouvoir sans être gênées. « Voilà qui est définitivement intéressant. Oglor, lève un peu le nez de ton hot dog et vient regarder ça, je ne veux pas en perdre un morceau. »

«Oui maaaaître. » L’homoncule traîna sa carcasse bleutée jusqu’au bord des gradins pour braquer son gros œil sur ce qu’il se passait en contrebas. Ce qui ne l’empêchait pas de continuer à fourrer dans sa bouche les restes de hot dogs et probablement tout ce qu’il avait pu trouver sous les sièges. Impassible, Sveltana était à leurs côtés, incapable d’émettre le moindre raisonnement ou la moindre appréciation du combat qui avait lieu. « Regarde ces muscles, une musculature de guerrière, comme celle de Solveig. Fine mais puissante, pas autant que celle d’Irina toutefois. Hum. »

Il observa sa créature se faire repousser, son œil de corbeau remarquant aussitôt ce qui faisait toute l’originalité de l’adversaire de l’infirmière. « Des griffes, intéressant… » Le changement d’une espèce à une autre, une véritable chimère. Anton avait entendu parler de ce type de mutant, sans jamais avoir eu la chance d’en rencontrer. Un génome capable de passer de celui d’humain à un autre totalement différent et de reformer toute la structure cellulaire à la même occasion. « C’est fascinant… Il ne faut pas que nous repartions sans elle. Même si son vocabulaire reste à désirer. »

Pas autant que celui d’Irina. Le don de parole était rare chez les golems de chairs. Probablement parce qu’Anton n’avait pas besoin d’entendre leurs jacassements incessants. Beaucoup avaient même les lèvres cousus ou pas de cordes vocales. Ce n’était pas le cas de Nightmare Nurse bien évidemment. Cette dernière savait parler, mais elle n’avait pas besoin de menaces pour paraître effrayante. Le sourire de l’infirmière était toujours le même, alors même qu’elle venait de se faire lacérer par les griffes de Marishka. Le plus déstabilisant devait être que les plaies ne saignaient pas, les chairs étaient à nues, mais il n’y avait pas la moindre goutte de sang. Puis les chairs se mirent comme à bouillonner, les lèvres des lacérations tendaient des petits fils de peau et de muscles les uns vers les autres, qui venaient s’entortiller et fusionner. Le processus n’était ni ragoutant, ni élégant, mais les blessures superficielles étaient bien loin de mettre en danger l’intégrité de Nightmare Nurse.

« Essaye de la récupérer vivante si possible, Irina. » Glissa simplement Anton. Bien sûr, son infirmière était trop loin pour l’entendre normalement, la nécromancie heureusement avait tôt fait de faire résonner l’ordre dans la tête de l’infirmière. « Petit chat devoir griffer plus fort… » Commenta Irina avec un sourire, avant de charger en direction de son adversaire.

Citation :

Jet de dé n°1 :
Réussite : Irina parvient à toucher Marishka.
Echec : Irina rate.

Jet de dé n°2 :
Réussite : Irina la blesse.
Echec : Irina la bouscule juste avec sa force de golem.

Jet de dé n°3 :
Double réussite : Irina la touche avec son sédatif.
Une réussite : Irina la blesse avec sa tronçonneuse.
Double échec : Irina se contente de lui mettre un coup de boule.


Irina fonça, sa tronçonneuse dans une main, son sédatif dans l’autre. Bien sûr l’ordre d’Anton résonnait toujours dans son esprit primaire. Elle ne devait pas tuer son adversaire, si possible. Ce qui signifiait que pointer la tronçonneuse en avant pour la plonger dans le ventre de la slave et la découper des cuisses jusqu’au front n’était pas une option. L’infirmière macabre en aurait peut-être été déçue si jamais elle avait été capable de ressentir la moindre émotion. Mais cette capacité lui avait été ôtée le jour où elle était morte, quand Anton l’avait reconstruite en laissant derrière toutes les parties inutiles de son cerveau et de son âme humaine.

L’infirmière était moins rapide que son adversaire, mais sûrement que son attaque frontale, dénuée de subtilité devait avoir quelque peu déstabilisé celle-ci, ou l’avoir pris par surprise. Au dernier moment, Irina inclina sa tronçonneuse de manière à ne pas blesser la tigresse. De toute façon, rien ne garantissait qu’elle aurait pu y parvenir. Toutefois elle lui donna un coup d’épaule assez puissant pour la repousser à distance et lui donner une illustration de sa force physique. Un muscle de mort-vivant, n’étant pas limité par le cerveau de son propriétaire et sa douleur était déjà plus efficace que celui d’un vivant, mais Anton avait trouvé de nombreux moyens de rendre ceux d’Irina bien plus efficaces et performants. Elle était un bulldozer dans le corps d’une blonde. Une ironie appréciable.

« Je me demande si elle peut prendre la forme d’autres animaux. Enfin, avec de la chance nous verrons, il semblerait qu’Irina n’ait pas fini de jouer avec elle. »


 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 17:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Anton Faust' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 607338Echec

--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 21:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
En relevant les yeux vers la fameuse Irina, Marishka constata que sa griffure ne laissait quasiment aucun dégât. Aucun sang ne coulait pas et même si l'entaille était profonde, elle ne semblait guère affecter la jeune femme. Fronçant les sourcils, la slave fut sincèrement étonnée en voyant sa chair « bouillonner » comme si sa joue était en train de se régénérer ou comme si des insectes grouillaient sous sa peau. Rien de bien ragoûtant, mais il en faudrait davantage pour la repousser ! Marishka ne se gêna pas pour renifler d'un air méprisant alors que l'autre essayait de la provoquer avant de la charger comme un taureau. Bien qu'habituée aux combats qui s'enchaînaient, la russe n'avait pas encore développé de réflexes plus poussés que la moyenne, elle ne parvint donc pas à esquiver l'attaque frontale dans son intégralité et fut repoussée à quelques mètres de là. Cette fille avait beaucoup plus de force qu'elle ne le pensait, mais elle ne se laisserait pas dominer aussi facilement pour autant !

Secouant la tête pour se reprendre, Marishka décrivit un cercle autour de l'infirmière, bien décidée à s'ouvrir un chemin jusqu'à un point sensible. Cependant, vu la force dont elle bénéficiait, Marishka comprit qu'elle allait devoir se métamorphoser pour utiliser à son avantage le poids de la tigresse et bien évidemment, sa force. Ses dents seraient aussi d'un grand secours si elle parvenait à l'immobiliser. Ce n'était pas un combat à mort, mais les participants des affrontements savaient tous qu'ils avaient le risque d'y passer si la situation dérapait un peu. Si c'était son seul moyen de la dominer, Marishka n'hésiterait pas à lui briser la nuque.

Après quelques pas sur le côté, la trentenaire décida de se lancer à l'attaque. En quelques foulées souples et rapides, elle se rapprocha de sa cible, puis se métamorphosa aussi rapidement que possible avant de lui sauter dessus. Elle comptait planter ses griffes dans son dos pour la plaquer au sol avant de saisir sa nuque dans ses mâchoires histoire qu'elle comprenne à qui elle avait réellement affaire, mais il faudrait encore qu'elle soit capable de la maîtriser aussi simplement et rapidement. Malheureusement, elle était loin d'être la seule combattante qui possédait des capacités uniques et quelque chose lui disait que l'infirmière avait plus d'un tour dans son sac.

      Lancer de dés #1 :
      RÉUSSITE : elle la plaque au sol.
      ÉCHEC : Irina résiste.

      Lancer de dés #2 :
      RÉUSSITE : elle lui saisit la nuque.
      ÉCHEC : Irina résiste.


Avec plaisir, elle sentit ses griffes accrocher l'infirmière et lui labourer le dos avant de la repousser en avant pour la forcer à s'allonger sur le sol. Sous sa forme de tigresse blanche, la russe était bien plus lourde qu'au naturel et elle savait qu'elle avait un avantage indéniable à ce niveau. Sans laisser le temps à son adversaire de se retourner – avec la force qu'elle avait, c'était possible – la trentenaire avança sa tête imposante vers la nuque de l'humaine et la saisit dans sa gueule. Ses dents rencontrèrent la chair et la perforèrent, mais aucun sang ne glissa sur la langue aux sens aiguisés du félin. Un grognement de contrariété lui échappa d'ailleurs alors qu'elle perdait une partie du plaisir qu'elle avait à combattre, habituellement. Mais tant pis !

Une patte toujours posée sur le dos de la brune, ses griffes rétractiles profondément enfoncées dans sa chair, elle hésita quelques secondes. L'achever maintenant pour se débarrasser d'elle et expédier le combat avant qu'il ne soit trop tard, ou patienter encore un peu avant d'en arriver là ? Elle était conscience que plus le combat durerait et plus elle récolterait d'argent, mais disons qu'elle n'était pas à quelques centaines de dollars près.
L'hésitation persista quelques instants, laissant à son adversaire le moment de se rebeller. Ou pas.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 21:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Marishka Mihaylova' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 21:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Certaines personnes lançaient des regards au Dread Maker alors que ce dernier se trouvait toujours dans les gradins, les mains posées sur la rambarde, en train d’observer le combat. Les habitués l’avaient déjà vu venir ici et savaient ce dont ses golems étaient capables. Enfin, ils ne savaient pas exactement ce qu’ils étaient, mais ils avaient déjà vu les infirmières à l’œuvre et ils se doutaient que leur maître n’aimerait pas ce qu’il avait sous les yeux. Ce qui n’était pas totalement faux par ailleurs. Le nécromancien dissimulait une moue dédaigneuse sous son masque.

Oh il avait été très impressionné par la métamorphose rapide de la tigresse. Cela n’avait fait qu’accroître son désir de l’ajouter à sa collection, de percer les secrets de sa mutation pour pouvoir l’utiliser sur ses propres créatures. Il avait déjà réussi à dissimuler une tronçonneuse dans le bras d’Irina, permettant à l’infirmière de changer l’état de sa main en fonction des besoins. Mais cela lui avait pris un temps fou et avait demandé de nombreuses ressources en mécanique et robotique qu’il n’avait pas à l’époque. Seulement une mutation… C’était plus intéressant, puis même si la métamorphose était de nature magique, cela ne signifiait pas qu’il ne pourrait pas l’étudier de manière plus profondément.

« Irina OK ? » Oglor venait de tirer sur le bas du manteau du Dread Maker avec l’une de ses multiples mains. Apparemment l’homoncule s’inquiétait pour l’infirmière. C’était presque touchant, mais cela ne fit que renforcer la détermination d’Anton à tourner ce combat à son avantage. Il avait presque envie d’utiliser son bâton ou d’utiliser un sortilège sur l’infirmière, mais il ignorait comment réagirait le reste du public si jamais il le faisait.

« Ne t’inquiète pas Oglor. Elle est pleine de ressources, après tout c’est moi qui l’ai créée. Puis elle ne peut pas vraiment mourir. Elle est déjà morte. »

Ce qui signifiait que les lacérations et les crocs de la tigresse n’avaient qu’un effet moindre sur l’abomination mort-vivante. En fait, le meilleur moyen de la tuer serait d’arracher la tête, vu qu’une plaque d’acier protégeait le crâne de la belle. Et encore, cela n’empêcherait pas le corps décapité de combattre encore une ou deux minutes avant de s’écrouler probablement. Mais il n’y avait aucune raison qu’ils en arrivent là. Irina était à terre et n’importe quelle humaine aurait été dans une terrible situation. Pas Nightmare Nurse. La tronçonneuse disparut pour reformer un bras humain.

Citation :

Jet de dé n°1 :
Double réussite : Irina parvient à se débarrasser de Marishka et à se relever.
Une réussite : Irina disloque ses bras pour les retourner selon un angle naturellement impossible pour affronter Marishka.
Double échec : Pas de beau, rien ne fonctionne.

Jet de dé n°2 : si double réussite au précédent.
Double réussite : Irina parvient à toucher et blesser Marishka avec ses ongles empoisonnés.
Une réussite : Irina parvient à repousser Marishka ce qui lui laisse un peu de temps pour se régénérer.
Double échec : Irina rate Marishka.


Jet de dé n°3 :
Double réussite : Irina plonge ses ongles dans les chairs de Marishka et parvient à la paralyser.
Une réussite : Irina parvient à se débarrasser de la tigresse.
Double échec : Irina parvient juste à la frapper en essayant de lui faire lâcher prise.

« Il va juste falloir passer à la vitesse supérieure. » Lâcha-t-il alors qu’Irina obéissait à ses ordres silencieux. Des craquements sinistres retentirent alors que les bras de la mort-vivante se retournaient littéralement, pour maintenant se tourner en direction de son dos et de la tigresse qui labourait ses chairs. Le visage de l’infirmière, toujours plongé dans la poussière conservait toujours son sourire, elle ne ressentait aucune douleur, alors même qu’elle aurait dû être au bord de l’agonie. Les joies de la morte-vie.

Les mains de l’infirmière se refermèrent sur Marishka. L’une d’entre elle saisit l’une de ses pattes, la forçant à la retirer de ses chairs. L’autre avait saisit sa gorge et exerçait une pression toujours plus grande pour l’éloigner de son dos et surtout de sa nuque. Avec un nouveau geste et en faisant usage de sa force prodigieuse, la mort-vivante parvint à envoyer la tigresse un peu plus loin. Avec lenteur, elle se redressa, ses bras et épaules craquant de nouveau alors qu’ils se remettaient dans leur axe normal. L’infirmière épousseta légèrement ses vêtements, même si pour le coup, il n’en restait plus grand-chose. Ses chairs elles, par contre, étaient en train de se régénérer. Tant qu’elle ne serait pas décapitée, la non-morte pourrait toujours combattre avec la même efficacité. Elle se remit d’ailleurs en position, prête à enchaîner, si ce n’est qu’elle ne sortit pas sa tronçonneuse cette fois-ci. Cinq autres ongles empoisonnés seraient bien plus efficaces.

« Second round ! Second round ! » Grommela joyeusement Oglor.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 21:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Anton Faust' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite Neuf vies ne sont pas de trop 607338Echec

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 607338Echec Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite

--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 607338Echec Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 21 Nov 2016 - 11:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
C'était dans ces moments-là qu'elle regrettait de ne pas avoir de super-réflexes qui lui permettaient de prendre des décisions plus rapidement. Le temps qu'elle envisage ou non d'achever son adversaire, celle-ci avait redonné forme humaine à son bras et un craquement sonore retentissait. Marishka savait très bien ce que c'était puisqu'elle l'avait déjà souvent entendu : il s'agissait d'un os qui se démettait ou se brisait. En tournant les yeux vers le bras qui bougeait, la tigresse se rendit rapidement compte que l'infirmière retournait totalement son bras pour l'utiliser contre elle. Mais quel humain pouvait faire ça ? Personne, tout simplement. À moins d'avoir des pouvoirs qui rendaient la douleur caduc, mais ils n'étaient pas si nombreux au Circus Maximus pourtant !

En sentant la main se refermer sur elle, la tigresse émit un grognement contrarié, mais refusa obstinément de lâcher sa prise ! Pourtant, lorsque la créature lui repoussa la patte, elle fut contraire de la reculer de la même manière qu'elle ouvrit sa gueule pour libérer la nuque prisonnière au moment où une main lui saisit la gorge pour faire pression dessus. Il aurait été stupide et très certainement vain de se laisser tuer ou étouffer simplement pour garder sa domination : elle pouvait reculer pour mieux attaquer tout simplement ! C'est donc avec toute la souplesse dont elle était possible que la trentenaire se réceptionna après avoir été expédiée plus loin, puis elle commença à tourner à nouveau autour de l'infirmière qui remettait ses membres et sa tenue en place. Elle n'avait plus franchement d'apparence humaine, cependant ses blessures refusaient toujours de saigner et sa chair avait un goût de mort. Marishka avait suffisamment consommé d'humain pour savoir lorsqu'elle avait affaire à une personne en bonne santé ou totalement décédée et c'était le cas de cette fille. Était-ce un zombie ? Peut-être. À moins qu'il ne s'agisse d'un strigoi ? Pourtant, elle ne possédait pas de dents aiguisées ou d'autres attributs de ces créatures.

Ayant plus de questions que de réponses, la slave décida de ne pas lui laisser le temps de se régénérer totalement et repartit à l'attaque avec d'autant plus de hargne, bien décidée à lui arracher un membre ou l'empêcher de s'en servir convenablement. Étant donné qu'il semblait qu'elle se régénérait dès qu'elle était blessée, le plus logique était de séparer les membres du reste de son organisme pour s'assurer qu'elle ne pourrait pas les réparer ! Bien sûr, en temps normal elle aurait un peu hésité, même si un certain Lane pouvait témoigner de son mordant en la matière, mais là il s'agissait d'une morte ou d'une créature similaire, elle ne se faisait donc aucun souci.

Après quelques foulées légères, la slave chargea pour de bon, visant la jambe de la créature, mais tentant de la renverser avant pour avoir quelques secondes de répit.

      Lancer de dés #1 :
      RÉUSSITE : elle la fait chuter.
      ÉCHEC : Irina résiste.

      Lancer de dés #2 :
      RÉUSSITE : elle réussit à l'arracher.
      ÉCHEC : Irina résiste.


Au moment où son corps poilu percuta celui de l'infirmière, Marishka sentit qu'elle résistait trop. La tigresse ne parvint pas à la faire chuter au sol et se retrouva donc contrainte de modifier légèrement ses plans. Elle ne bénéficiait plus d'autant de temps que prévu et, qui plus est, devait arracher une jambe sur laquelle la femme était appuyée. Si elle avait été allongée, l'action aurait été beaucoup plus simple, mais il était inutile de se lamenter.

Sans se laisser décevoir, la slave se jeta donc sur la jambe de son adversaire, plantant ses crocs dans son mollet et dans la chair morte au goût douteux, puis tira dessus avec toute la force dont elle bénéficiait. Malheureusement pour elle, soit la morte était plus résistante qu'elle n'en avait l'air et ses membres étaient renforcés, soit elle avait une bonne position qui l'empêchait de se faire bouger. Toujours est-il qu'après avoir tiré dessus à trois ou quatre reprises, la tigresse sentit rapidement qu'il était temps de s'écarter d'elle avait qu'elle ne fasse réapparaître sa tronçonneuse pour lui séparer la tête du corps ! Elle ouvrit donc sa gueule, libérant la jambe inébranlable avant de se préparer à s'éloigner, toujours sur ses gardes au cas où l'infirmière tenterait une dernière attaque.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 21 Nov 2016 - 11:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Marishka Mihaylova' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 607338Echec

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 607338Echec
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 21 Nov 2016 - 19:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Irina était à la fois dans un sale état et dans une situation tout à fait convenable. N’importe quel être vivant aurait été épuisé à ce moment là. L’effort physique allié à la douleur et aux blessures que venait de recevoir l’infirmière auraient dû la clouer au sol. C’était sans compter sur son métabolisme mort-vivant. Elle n’avait pas besoin de repos, pas besoin de nourriture ou d’eau. Elle était une machine de guerre qu’on ne pouvait arrêter aussi facilement. Avec une poignée de golems de chair, Anton se trouvait à la tête d’un commando de guerriers redoutables. Si jamais il n’était pas mort à son époque, il pensait bien qu’il aurait pu faire de gros dégâts en Angleterre et dans toute l’Europe, voir même se sculpter un petit royaume grâce à ses créatures. Enfin, il n’était pas temps de rêver ! Il aurait tout le temps pour cela une fois qu’il serait mort, encore une fois, ce qui importait c’était la danse qui se jouait entre la blonde et la tigresse.

Le félin faisait preuve d’une férocité admirable, mais malheureusement, elle ne semblait finalement n’être qu’un animal. Ce qui était presque décevant. Irina aurait pu attraper n’importe quel tigre et lui arracher la tête en temps normal. Certes, un fauve possédant une intelligence humaine était un adversaire redoutable. Mais pas des plus inquiétants. « Avec de la chance nous n’en avons plus pour longtemps. » Les doigts d’Anton tapotaient toutefois sur la rambarde. Il savait que ce n’était pas passé loin au moment où les crocs de la tigresse s’étaient refermés sur la gorge de sa créature. Maintenant le combat était à l’avantage de cette dernière alors qu’elle recevait toute la furie de son adversaire contre sa jambe, sans lâcher de terrain pour autant. Il n’y avait pas de douleur, pas de fatigue. « Elle est intelligente, on dirait qu’elle veut la démembrer, ce qui reste le meilleur moyen de lutter contre une de mes créations. » Anton savait très bien qu’il parlait tout seul. Sveltana ne répondrait pas et quand à Oglor… Disons que cerveau était plus concentré sur la nourriture qu’il pourrait trouver sous les gradins qu’autre chose.

« Petit chat est tombé sur un os ? » Demanda Irina en roucoulant, sans jamais se départir de son sourire de poupée. C’était cela, elle donnait l’impression d’être une poupée macabre, une créature artificielle à qui on aurait donné l’illusion d’être humaine. Bien sûr c’était le contraire. Elle était une humaine qu’on avait transformé en poupée de chair, la dépouillant de sa vie, de son humanité et de son libre arbitre. L’infirmière bondit en avant, s’appuyant sur sa jambe blessée pour se jeter sur Marishka qui battait en retraite.

Citation :

Jet de dé n°1 :
Réussite : Irina touche Marishka.
Echec : Irina rate Marishka.

Jet de dé n°2 : si réussite au précédent
Réussite : Irina plonge ses ongles dans les chairs de la tigresse.
Echec : Irina donne un coup de tête à la tigresse.


La jambe d’Irina, malgré les lacérations, les chairs complètement déchiquetées, tint bon. L’infirmière bondit en avant, se rapprochant subitement de la tigresse. Elle ne devait pas la tuer. Pas la tuer. Pas la tuer. La tronçonneuse ne fit pas son apparition et au lieu de cela, l’infirmière eut recours à l’arme de son arsenal à laquelle elle faisait le moins appel : sa tête. Profitant de son élan, elle abaissa tout son tronc pour donner un coup de tête monumental à Marishka, tentant de l’assommer au passage et si possible de ne pas briser ses cervicales. Quoique le fait qu’elle finisse paralysée n’aurait que peu d’importance. Cela pourrait même permettre à Anton de la garder plus longtemps dans son hôpital sans risquer qu’elle ne pose de problèmes.

Le coup de tête aurait dû être douloureux en temps normal, mais avec le crâne en acier de l’infirmière qui protégeait son cerveau, cela devait être terrible. Anton eut presque envie de fermer les yeux, se demandant si cela n’allait pas sonner la fin du combat, il était même à l’affût du moindre craquement qui signifierait que la boîte crânienne de la tigresse avait été brisée. Mais rien de tel. Apparemment Irina avait suffisamment bien dosé son coup et Anton laissa échapper un soupir de soulagement. De la cervelle de félin de brouillée ne l’intéressait pas beaucoup. Restait à savoir si la russe était en état de continuer à se battre ou si elle était trop sonnée.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 21 Nov 2016 - 19:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Anton Faust' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 607338Echec
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 21 Nov 2016 - 21:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Marishka lâcha un grognement contrarié en entendant la moquerie lancée par l'infirmière et elle lui aurait volontiers répondu si elle n'avait pas été sous sa forme animale. Malheureusement, ce n'était pas le cas et elle se contenterait donc de s'échapper pour éviter de se récolter un coup de tronçonneuse bien placé. Même si elle l'avait rangée, aussi étonnant que cela puisse paraître bien évidemment ! Qui se privait de ses armes dans un affrontement pareil ? Personne de sensé, ce qui prêtait à penser qu'elle avait une excellente raison d'agir ainsi. Était-ce l'assurance d'avoir une autre arme plus dangereuse à disposition ? À moins que ce ne soit parce qu'elle voulait faire durer le combat et éviter de se débarrasser trop rapidement de son adversaire ? Allez savoir. Au fond, la raison importait peu, la seule chose qui l'intéressait c'était de remporter ce combat !

Elle fut donc relativement contrariée de voir que l'infirmière n'eut aucun mal à se précipiter vers elle pour l'attaquer une nouvelle fois. Pire, elle ne réussit pas à se décaler à temps et la folle la percuta de plein fouet, l'assommant presque instantanément. Fort heureusement, sous sa forme de tigresse la slave avait un crâne beaucoup plus résistant que la normale, mais elle sentit ses pattes se dérober sur elle alors qu'elle tentait de reculer pour s'écarter de son adversaire. Ce serait bien trop simple de l'attaquer dans une telle position de faiblesse et elle refusait de se faire vaincre aussi aisément ! Secouant la tête à plusieurs reprises pour essayer de reprendre contenance, la trentenaire opta finalement pour sa nouvelle découverte : reprendre forme humaine afin de permettre à son organisme de régler les quelques petits soucis de santé qu'elle pouvait avoir.

Quelques secondes après, les poils du félin disparurent pour laisser place à la peau pâle de la brune qui se retrouva bien évidemment nue et à quatre pattes au milieu de l’arène. Elle ne fit pas attention à d'éventuels sifflements – parfois certains s'amusaient à agir ainsi – et préféra se concentrer sur son adversaire vers qui elle comptait s'élancer si du moins son crâne douloureux le lui permettait.

      Lancer de dés #1 :
      RÉUSSITE : sa tête se remet.
      ÉCHEC : sa tête est trop douloureuse.

      Lancer de dés #2 : (Si réussite au #1)
      RÉUSSITE : elle réussit à l'atteindre.
      ÉCHEC : Irina résiste.


Son esprit s'éclaircissait légèrement et elle n'attendit pas longtemps avant de se hisser sur ses jambes pour se précipiter vers l'infirmière. Roulant au sol pour passer à côté d'elle, Marishka atterrit dans son dos et s'empressa de se redresser pour se jeter sur le dos de son adversaire, enroulant ses jambes musclées autour d'elle pour tenter de raffermir sa prise. Avec empressement, ses mains cherchèrent le visage de l'autre slave alors que ses griffes remplaçaient à nouveau ses ongles. Elle comptait bien planter ses doigts dans les yeux de la morte et de lui embrocher sur ses griffes histoire de vider ses orbites, malheureusement les choses ne se passèrent pas comme prévu : la russe sentit une brutale douleur lui traverser le crâne et l'infirmière n'eut qu'à se secouer légèrement pour la faire lâcher prise. Assez lourdement, la brune tomba au sol et roula malgré elle sur le ventre en essayant de se dégager.

« Retourne dans ta tombe sale zombie ! »

C'était plus sa nature bravache qui parlait et non une quelconque provocation. Marishka sentait bien que ce coup l'avait beaucoup affaiblie, car la douleur au niveau du crâne rendait sa concentration difficile et l'empêchait de se comporter comme à l'accoutumée.

Mais elle ne comptait pas se faire vaincre aussi facilement : pivotant sur le côté, elle darda ses prunelles sur la morte, prête à la repousser si elle avait l'audace de l'attaquer.
Ou du moins tenter.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 21 Nov 2016 - 21:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Marishka Mihaylova' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 607338Echec
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 22 Nov 2016 - 19:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Anton inclina légèrement sa tête de côté lorsqu’il vit la femme-tigre reprendre forme humaine. Il y avait de bonne chance que sa mutation soit véritablement d’origine biologique et non d’origine magique. Il avait côtoyé suffisamment de sorciers pour savoir que ces derniers étaient très pointilleux sur la façon dont ils s’habillaient. Même le costume d’Abigaïl et le sien ne faisaient pas exception à la règle. Il y avait du pouvoir dans ces vêtements et dans la façon dont les gens vous voyaient. Cette tigresse n’en avait que faire. Ce font elle était vêtue n’était pas impacté par sa métamorphose.

« Peut-être qu’il va y avoir quelque chose à sauver finalement. »

Le nécromancien était plus intéressé par la capacité de métamorphose que par l’aspect sauvage de l’adversaire d’Irina. Un tigre n’était guère impressionnant quand on créait des abominations sur une base quotidienne et que ce qu’on considérait comme des rêves agréable pouvait faire un magnifique scénario de film d’horreur. Par contre, la capacité de paraître humain, de pouvoir passer un génome à un autre, de pouvoir réassembler ses cellules. Oh, ça c’était magnifique. Surtout si on ne se contentait pas simplement d’un félin. Quoique ce dernier était plutôt résistant, capable de résister au coup de tête d’Irina et même de lui sauter dessus.

Mais le combat semblait glisser lentement, mais sûrement, en faveur de l’infirmière mort-vivante. Cette dernière se secoua et utilisa sa musculature contre nature pour se débarrasser du parasite nudiste qui tentait de lui crever les yeux. « Hum… Il faudrait peut-être que je trouve quelque chose vos yeux maintenant que j’y pense. » Se régénérer était un avantage, mais si le golem était aveuglé trop longtemps, son utilité était grandement limitée. Oglor tourna son œil gigantesque en direction de son maître, le dévisageant longtemps avant de reporter son attention du le combat. Les yeux étaient toujours un sujet sensible pour l’homoncule. Sûrement parce qu’il s’agissait de son organe le plus développé et celui qui lui donnait tout son charme.

Irina passa une nouvelle fois à l’attaque, les mains en avant, prête à empoigner son adversaire qui était sous forme humaine. Avec suffisamment de force, si l’infirmière parvenait à obtenir une bonne prise, elle pourrait immobiliser suffisamment la mutante pour donner l’impression de la tuer et la paralyser en réalité.

Citation :

Jet de dé n°1 :
Réussite : Irina arrive à empoigner Marishka.
Echec : Irina rate.

Jet de dé n°2 :
Réussite : Irina arrive à plonger ses ongles dans les chairs de Marishka.
Echec : Irina ne peut pas paralyser Marishka sans perdre sa prise.

L’une des mains de l’infirmière mort-vivante se referma sur la gorge de Marishka, la soulevant de terre dans la foulée, tandis que l’autre venait griffer son abdomen et se saisir de l’un de ses poignets au passage. Un sourire apparut sur les lèvres d’Anton, invisible à tous si ce n’était lui-même. Irina serrait de manière à couper la respiration de Marishka et surtout à l’empêcher de se débattre. Mais la réalité était tout autre, car elle n’essayait pas vraiment de l’étrangler. Les ongles de l’infirmière s’enfonçaient dans la peau de la tigresse, venant faire goutter le sang et surtout diffuser leur terrible venin. Les goules étaient des prédateurs vicieux. Le poison dans leurs griffes était d’origine magique, ceux qui en étaient victimes sentaient comme de la glace se déverser dans leurs veines, inondant la totalité de leur corps, jusqu’à ce qu’ils soient dépourvus de toute sensation.

Il arrivait que des goules gardent ainsi des victimes pendant plusieurs semaines dans leurs nids miteux. Les malheureux étaient paralysés, parfois pas complètement, juste capable d’observer les créatures en train de dévorer leurs chairs, petit à petit, nuit après nuit, sans qu’ils soient capables de s’échapper. Heureusement, le sédatif d’Irina était bien plus efficace et plongeait la victime dans une sorte de comas, alors que son corps donnait l’impression d’être tout simplement mort. Maintenant sa poigne, l’infirmière attendit que le venin fasse effet, seulement quelques secondes… Puis elle lâcha Marishka dont le corps tomba sur le sol de l’arène, sans vie, comme si elle venait de mourir. Il y eut des acclamations, de l’argent changea de main, l’infirmière leva ses mains en l’air, montrant son corps parfait trop révélé par ses vêtements déchiquetés, posant même un pied sur le corps de son adversaire. Anton se contenta d’applaudir nonchalamment de son côté.

« Oglor, va préparer le sac mortuaire. Sveltana, prends Marteau et Pilon avec toi et assure-toi qu’aucun membre de la famille ne soit présent, ou qu’ils ne soient en mesure de réclamer le cadavre. » Et quel cadavre ! Personne ne serait capable de deviner que la mutante était simplement paralysée ! Anton quitta les gradins quelques minutes après ses serviteurs, rejoignant l’endroit où étaient traînés les combattants vaincus qui ne rentreraient pas chez eux, ou bien seulement les pieds devant.

Sveltana était déjà là, ainsi que des sbires du Cartel et Oglor qui traînait derrière lui le sac où se trouvait la pseudo-dépouille. Les deux hommes qui s’occupaient des cadavres ne demandèrent pas leur reste en voyant arriver le sinistre médecin, surtout qu’Irina l’avait rejoins et personne ne voulait avoir affaire à elle après un tel combat. Deux golems monstrueux, Marteau et Pilon, entrèrent dans la large pièce à leur tour. « Pas de famille, maître. » Lâcha laconiquement Sveltana, qui contrairement à Irina ne souriait jamais.

« Parfait, les enfants, il est temps de rentrer à la maison pour y accueillir notre nouvelle amie. » Anton fit appel à l’énergie nécromantique en lui, la puisant dans les formules à l’intérieur de son costume ainsi que dans son esprit supérieur. L’air dans un coin de la pièce se mit à vibrer, avant de prendre une teinte sombre, comme s’il était tâché par une encre volatile. Puis apparut l’allure floue des couloirs du Dread Asylum. Pilon prit le sac mortuaire entre ses bras et s’engagea dans le passage, suivit de Marteau et Sveltana. Irina elle s’approcha pour tendre une liasse de billets à son maître avec son même sourire figé. « Bien, des paris bien placés. Allons-y. » Oglor et Nightmare Nurse, les deux dernières créatures, s’engagèrent dans le passage, aussitôt suivis par Anton. « Allez préparer notre petit chaton, passez-lui une camisole, assez serrée résistante et une belle cellule. J’irais lui rendre visite quand elle se réveillera. Oh… Faites quelques prélèvements avant, mieux vaut ne pas trop traîner et quelque chose me dit qu’elle ne sera pas des plus agréable au réveil. »

Après tout, on imaginait mal une tigresse être de bonne humeur quand elle se levait. Surtout en se rendant compte qu’elle avait été enlevée après avoir perdu son combat, que tout le monde l’imaginait morte et donc qu’on ne viendrait pas la chercher. Quoique cela, elle ne pourrait pas le deviner, mais Anton prendrait le temps de le lui apprendre. Cela et d’autres choses. Le nécromancien prit d’ailleurs le temps d’aller dans son laboratoire, pour observer certains fruits de ses travaux sur les mutants. Dans une cuve, Cancer était en train de bouillonner. Cette masse informe avait été un rat à la base. Avant qu’il ne mute de manière incontrôlable lorsqu’Anton avait essayé un de ses sérums. Dans d’autres réservoirs remplis de liquide des fœtus difformes étaient en train de flotter, leur donnant des allures de têtards humanoïdes. Le nécromancien caressa du doigt les petits êtres issus de ses récentes moissons. Il allait avoir besoin d’autres rituels pour les maintenir en vie. Normalement faire pousser de tels individus sans les tuer était atrocement difficile. Sauf quand on possédait le pouvoir d’influencer la vie et la mort comme c’était son cas.

De son côté, Marishka avait été sortie de son sac mortuaire. Sveltana et Irina lui firent une prise de sang, profitant du fait qu’elle était toujours paralysée, voir même plutôt endormie. Ils la vêtirent d’une camisole de force, qui devrait résister à la métamorphose, enfin, Anton l’espérait. Puis la placèrent dans une des cellules capitonnées de l’asile du nécromancien, tout en prenant le temps de l’enchaîner à un mur au cas où. Toutefois, Anton mettait un point d’honneur à se montrer hospitalier envers ses patients, même si ces derniers étaient là contre leur gré. Dès que le sérum commença à se dissiper, il se rendit dans la pièce, toujours vêtu de son costume, en compagnie d’Irina qui s’était changée et portait un plateau sur lequel se trouvait de la nourriture et de l’eau. Le nécromancien s’était rendu compte que les gens préféraient cela à une transfusion. Il s’accroupit légèrement devant elle.

« Bienvenue, mademoiselle. Je suis votre nouveau docteur. »

 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 22 Nov 2016 - 19:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 9
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 6603
ϟ Nombre de Messages RP : 6197
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Anton Faust' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Neuf vies ne sont pas de trop 576808Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 22 Nov 2016 - 21:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La slave n'était pas du genre à baisser facilement les bras, c'est pourquoi elle se prépara à sauter plus loin lorsque son adversaire se dirigea vers elle, mais elle fut malheureusement trop lente et la poigne de l'infirmière se referma autour de sa gorge avant de la soulever. La russe sentit son souffle peiner avant d'être totalement bloqué et elle s'efforça donc de se calmer autant que possible, ignorant la griffure désagréable qu'elle sentait au niveau de son abdomen. Son objectif était de se débarrasser de cette main qui l'étouffait, mais avant qu'elle ne soit en mesure de le faire, Marishka sentit son corps s'engourdir. Sans trop savoir ce qui se passait, la trentenaire perdit rapidement conscience et ne s'aperçut de rien de ce qui suivit.

Lorsqu'elle se réveilla, sa tête était toujours douloureuse et elle ne se sentait pas au mieux de sa forme ! Ouvrant les yeux, elle battit plusieurs fois des paupières pour éclaircir sa vue encore brouillée. Son attention se promena sur les environs alors qu'elle tentait de se redresse convenablement, mais en voulant se servir de ses mains pour s'aider, la slave se rendit compte qu'elle avait eu droit à une nouvelle tenue pour l'occasion. Ses bras étaient attachés et elle ne pouvait pas s'en servir, sensation grandement désagréable pour quelqu'un qui ne supportait pas d'être entravé dans ses mouvements ! Aussitôt, une sensation de panique mêlée à de la colère submergea la russe qui lâcha un grognement de contrariété. Sa bouche était en carton, elle aurait pu boire une dizaine de litres d'eau si elle en avait eu la possibilité.

Mais ces pensées passèrent au second plan lorsqu'une voix attira son attention, la forçant à porter ses yeux sur la silhouette qui se trouvait près d'elle. Son docteur ? Fronçant les sourcils, la trentenaire comprit seulement qu'elle portait une camisole de force et qu'elle était dans une chambre capitonnée. Un asile ? Mais pourquoi ? Elle avait toujours été saine d'esprit, du moins comparé aux gens qu'elle côtoyait ! La colère et la peur d'être entravée dominaient toujours son esprit, c'est donc avec hargne qu'elle répondit à son tortionnaire :

« Vous n'êtes rien, si ce n'est un homme mort. »

C'était relativement vaniteux de prétendre qu'elle pouvait le tuer alors qu'elle était emprisonnée et que ses pouvoirs n'étaient pas spécialement puissants comparés à bien des gens ! Mais sa crainte la poussait à se montrer bravache, surtout du moment qu'elle ne savait pas à qui elle avait affaire.

Marishka bougea ses jambes de telle à sorte à pouvoir se redresser en prenant appui au sol, encore un peu étourdie par le coup de boule associé à la drogue qu'on lui avait introduite dans l'organisme. Son regard se promena à nouveau sur la pièce et elle ne découvrit rien de plus que l'homme toujours présent avec elle. Son maquillage avait légèrement dégouliné, sa coiffure était défaite et elle ne semblait plus trop à son avantage, mais c'était le dernier de ses soucis. Alors que ses prunelles s'arrêtaient sur la silhouette, elle reprit :

« Je ne sais pas qui vous êtes, mais vous n'avez qu'aucun droit de me retenir ici. Je ne suis pas folle ! C'est plutôt vous qui l'êtes si vous croyez que vous allez me retenir ici impunément. »

Fidèle à elle-même, dès qu'elle sentit ses jambes suffisamment assurée pour la porter, elle quitta son appui contre le mur et se dirigea vers la silhouette d'un pas légèrement hésitant au début, puis s'immobilisa à quelques centimètres à peine de son tortionnaire. Aurait-il peur d'elle ou se contenterait-il de la regarder de haut – enfin manière de parler – ? Ses prunelles sondèrent le masque qui s'offrait à elle avant qu'elle ne reprenne d'un ton toujours aussi hostile.

« Enlevez-moi cette camisole. Vous auriez au moins pu me donner quelque chose pour enfiler en bas. À moins que vous ne soyez de ces pervers qui prennent leur pied en reluquant le postérieur des femmes ? »

Du moment qu'elle ne savait pas à qui elle avait affaire, il n'y avait strictement aucune raison pour qu'elle fasse l'effort d'être aimable avec lui. Pour le moment, la slave avançait à tâtons, attendant de voir quelle était la suite du programme !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 23 Nov 2016 - 21:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Anton resta silencieux un instant. Voilà une femme qui ne manquait pas d’assurance pour quelqu’un qui venait de se réveiller vêtue d’une camisole de force et enchaînée dans une cellule capitonnée avec face à elle un individu vêtu d’un costume de docteur de la peste. Le nécromancien laissa échapper un léger soupir avant de se redresser, il dépassait alors Marishka, formant une vaste silhouette noire et dont le masque effaçait tout signe d’humanité.

« J’ai bien peur que vous ne compreniez pas. C’est vous qui êtes morte. »

D’un point de vue biologique ce n’était pas vrai. Mais selon tous les autres points de vue, c’était bel et bien le cas. Elle avait été arrachée corps et âmes au monde terrestre. Tous ceux qui la connaissait l’avaient vue mourir, ou seraient informés de son trépas dans les jours qui suivraient. Le fil de la vie de cette tigresse venait d’être parfaitement interrompu. Quelques personnes viendraient se poser des questions sur son cadavre, mais elle était une combattante du Circus, sa mort n’aurait en elle-même rien de surprenant. Des combats dégénéraient bien souvent.

« Vous n’êtes pas folle, non en effet. Vous êtes morte, selon tous ceux qui ont assisté à votre dernier combat dans l’arène. Si vous êtes attachée ici c’est parce que je ne peux pas me permettre de vous laisser causer le moindre trouble dans mon établissement. Puis vous pourriez aussi être tentée de vous faire mal à vous-même, ce que je ne saurais tolérer non plus. »

Anton avait croisé ses bras dans son dos, affichant un calme parfait. Il n’avait pas peur de cette femme, il l’avait vue perdre face à Irina alors qu’elle était en possession de tous ses moyens. Puis il savait que la chaîne qui la retenait au mur l’empêcherait de trop l’approcher, si jamais elle tentait de s’en prendre à lui. Son regard glissa toutefois sur le bas de sa camisole de force alors qu’elle commentait son état de nudité partiel.

« J’en suis désolé. Il semblerait que mon infirmière ait suivi mes instructions à la lettre. Nightmare Nurse, allez chercher un pantalon pour notre invité. »
La créature mort-vivante que Marishka avait combattue dans l’arène déposa le plateau contenant le repas au sol, mais hors de portée de la prisonnière, avant de s’éclipser. « Votre état de nudité m’intéresse guère, même si d’un point de vue purement scientifique, je pourrais me poser des questions sur la façon dont votre mutation vient influencer votre sexualité. » Pouvait-elle se reproduire avec des tigres en forme humaine ? Etait-elle soumise à des périodes de chaleurs ? Des questions auquel il ne chercherait pas à répondre tout de suite. Elles étaient peu importantes pour ses projets. Après tout, il n’avait aucune raison de chercher à féconder cette femme, surtout quand il avait de nombreux moyens d’obtenir ce qu’il voulait d’elle sans passer par cela. Oh, elle était attirante, voir même délicieuse. Mais le nécromancien avait appris à se maîtriser et son intelligence maintenant bien supérieure à la moyenne lui donnait une maîtrise presque parfaite de ses pulsions et désirs. Même s’il les savait toujours là.

« Toutefois, je vous inviterais à vous montrer un peu plus polie en ma présence. Après tout, vous m’appartenez maintenant. Je sais, c’est une situation assez inédite pour vous, surtout que je me suis présenté comme votre médecin. Ce qui est aussi vrai. Je n’ai aucune raison de vous faire du mal bien au contraire, vous êtes un atout dans mes recherches et je compte bien vous garder en vie et en bonne santé. Sauf si vous me forcez à faire le contraire. Quand à votre arrivée ici… Laissez-moi vous expliquer ce qu’il s’est passé depuis votre combat dans l’arène. Vous avez vu mon infirmière, celle-là même que vous avez affrontée. Pourquoi est-ce que vos camarades du Cartel Rouge auraient laissé le créateur de votre adversaire vous emporter ? Tout simplement parce que pour eux, vous êtes morte. »

Il la jaugea du regard, cherchant sa réaction. Face à cette réalisation les gens avaient généralement deux réponses. Soit ils s’énervaient, incapables de faire face à ce qu’on leur annonçait, ou au contraire ils tombaient dans une sorte de transe apathique.

« Personne ne va venir vous chercher. Personne ne peut venir vous chercher ou n’aurait de raison de le faire. Pour tout le monde, vous n’existez plus, le monde que vous avez connu ne vous concerne plus. Votre vie se résume à votre place dans mon hôpital, elle se résume aux autres patients, au personnel de cet établissement, à mes expérimentations et bien entendu à moi-même. Montrez-vous agressive et je m’assurerais que vous ne quittiez jamais cette cellule, si vous êtes raisonnable, peut-être que je pourrais vous laisser quelque liberté. Mais que les choses soient claires, vous n’êtes plus rien, si ce n’est ce que je vous autorise d’être. Votre corps, votre âme, tout cela m’appartient désormais, vous êtes ma patiente et plus rien d’autre. Est-ce que vous comprenez votre situation maintenant ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 23 Nov 2016 - 21:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Morte ? Les sourcils de la slave se froncèrent. Non, elle se sentait encore très vivante, son cœur battait la chamade dans sa poitrine et elle avait froid aux jambes, des sensations qui n’existeraient plus si elle était morte, n'est-ce pas ? Essayant de se rassurer comme elle pouvait, Marishka arbora une expression fermée et butée alors que l'homme continuait à lui expliquer qu'elle était morte aux yeux des spectateurs de son dernier combat et elle commença à se demander si elle n'avait pas été droguée puis transportée ailleurs, tout simplement. Cela dit, il faudrait une drogue drôlement spéciale pour simuler la mort et en raison de son absence d'éducation – ou presque – la russe ignorait si cela existait. Si, très certainement. À son grand dam.

Elle se calma légèrement en l'entendant demander un pantalon pour l'habiller, mais sa colère remonta d'un cran lorsqu'il lui intima d'être polie sous prétexte qu'il lui appartenait. Alors, c'était ça ? Décidément, elle n'aurait jamais droit à plus de quelques mois de liberté avant qu'un autre individu ne décide de se l'approprier ! Elle avait eu trop de chance avec Damnation qui lui avait accordé les mêmes faveurs que le Blood Father, la chance devait forcément tourner. Bizarrement, sa colère s'envola pour laisser place à une profonde lassitude qui s'afficha clairement sur ses traits. Elle avait cru avoir affaire à quelqu'un de différent, mais au final il n'était pas différent de ces hommes qui pensaient pouvoir la posséder sous prétexte qu'elle était trop pauvre ou trop peu qualifiée pour se débrouiller seule avec un travail plus honnête. Oh, à l'heure actuelle elle n'était pas à plaindre, Damnation la payait bien et elle jouissait d'une liberté appréciable, devenir serveuse ou caissière ne l'intéressait guère, mais avant... c'était une autre histoire.

Elle recula pour aller s'appuyer contre l'un des murs capitonné, son regard oscillant entre le plateau posé au sol et la silhouette masculine qui énumérait toutes les précisions qu'il jugeait utile. Ce n'est que lorsqu'il la questionna que la slave ouvrit à nouveau la bouche.

« Oh, oui, bien sûr. Vous n'êtes pas le premier à me tenir ce discours, même si vous y mettez un peu d'originalité, j'en conviens. » Elle pencha légèrement la tête sur le côté. « Inutile de me dire que je ne suis plus rien, parce que je ne l'ai jamais été. Vous entendez mon accent ? » Elle haussa les sourcils d'un air interrogateur. « Je viens de Russie, j'appartenais à la mafia dans mon pays, puis des américains m'ont enlevée pour me revendre à un membre du Cartel qui avait besoin de remplir son club de strip-tease. Il l'a revendu et moi avec, puis on m'a accordé le droit de combattre au Circus. Au fond, vous n'êtes rien de plus qu'un énième propriétaire. » Elle mentait un peu en cachant certains passages, mais c'était pour la bonne cause. « La seule originalité que vous pouvez avancer, c'est que vous ne vous intéressez pas à mon physique, ça change un peu, je dois vous accorder ça. »

Marishka n'avait pas menti en arguant qu'elle comprenait la situation. Elle l'avait vécue tant de fois, au moins cette fois-ci n'aurait-elle plus à trémousser son arrière-train devant des gros américains pleins de fric. Même si elle préférait largement agir ainsi si cela lui permettait de respirer l'air frais et de ne pas passer ses journées dans une chambre capitonnée avec une camisole pour seul vêtement. Le slave avait alternativement envie de s'énerver, puis de désespérer. Elle finit par se demander si elle pouvait espérer lui faire du charme pour qu'il décide de la laisser filer, mais vu qu'il avait souligné se moquer de la vue qu'elle lui offrait, c'était peu probable. Peut-être un homosexuel ? Ou un type trop coincé dans son travail pour envisager de faire autre chose. Peu importait au fond. Après une nouvelle hésitation, la slave reprit d'un ton fatigué :

« Alors, pardon monsieur, je vous présente mes excuses. » Elle avait dû lécher les bottes de ses anciens patrons durant des années, l'habitude revenait rapidement. « Je tiens simplement à vous préciser quelque chose. J'appartiens à Damnation, une membre importante du Cartel Rouge. J'ignore s’il est nécessaire de vous dire qui est elle, mais vous pouvez vous renseigner sur elle, vous verrez qu'elle ne plaisante pas. Même si je suis prétendument morte, je doute qu'elle laisse les choses se tasser ainsi. Je lui rapporte beaucoup d'argent. » Encore une fois, elle arrangeait un peu les faits, mais personne ne lui en voudrait. « Avez-vous déjà eu un tigre domestique docteur ? J'en doute, alors je vais vous dire quelque chose : ma nature de métamorphose fait que l'instinct de cet animal se mêle à mon caractère en tant qu'humaine. Si vous m'enfermez ici, je tiendrais une semaine, peut-être deux, mais je vais finir par dépérir et me laisser mourir. »

Pour le coup, elle était totalement honnête, même si elle ignorait si cet homme en avait quelque chose à faire d'elle et de sa potentielle survie. Après tout, il voulait simplement l'utiliser comme cobaye, peut-être que prélever ses cellules serait suffisant ? Elle tenta une autre idée :

« Je n'ai pas envie de finir ma vie ici, je suis lassée de servir de propriété à toutes les personnes que je rencontre. Nous pourrions trouver un arrangement, vous ne croyez pas ? Il y a des tas d'autres personnes dans cette ville et je sais appâter les gens quand je m'applique. Je pourrais vous apporter quelqu'un d'autre en échange de ma liberté ? » Elle le scruta de haut en bas, avant de risquer une question qui l'intriguait : « Peut-être même un homme si c'est davantage à vos goûts que la vue que je vous offre. »

Si ce n'était pas le cas, elle pourrait toujours tenter de le flatter pour acheter sa liberté. Elle avait bien réussi à acheter les faveurs de Wildcard de la sorte, autant prendre le risque une deuxième fois.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 26 Nov 2016 - 19:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La méta-humaine ne manquait pas de répondant pour quelqu’un qui avait apparemment passé sa vie au service des autres. Probablement que c’était là le triste destin de toutes les belles femmes qui naissaient dans des situations peu favorables. Il y avait plus de chances de trouver un proxénète qu’un prince charmant, il en savait quelque chose. Lui-même passait un certain temps à travailler sur l’esthétique de ses créatures les plus raffinées. Même s’il pouvait argumenter qu’il considérait la beauté comme un avantage en société et que cela permettait à ses infirmières de distraire l’ennemi de temps à autre, il savait qu’une partie de son œuvre était motivée par ses pulsions les plus primaires. Il passait moins de temps sur l’esthétique de ses sujets les plus monstrueux. De la même façon, sa créature parfaite serait une femme, il en était certain. Mais heureusement pour Marishka, Anton voulait la créer ex-nihilo et non pas à partir d’une tigresse.

« Vous avez raison. Je ne suis pas intéressé par votre physique. Quoique si, en partie. Votre capacité à changer, à passer d’une forme à une autre est remarquable. J’ai déjà croisé nombre créatures mystiques avec cette capacité, mais la vôtre trouve sa source dans les gènes. C’est ce qui m’intéresse. La possibilité de cacher une bête sous la figure d’une femme. Bien sûr, je trouve qu’un tigre n’a en soit que peu d’intérêt. »

Voire aucun. La nature avait créé tout un lot de prédateurs, mais tous étaient si faibles en comparaison des monstruosités de la morte-vie. Anton ne voulait pas simplement créer une simple machine à tuer, cela il savait faire, il en avait été une. Il fallait aller plus loin, chercher au-delà du cycle alimentaire, le briser pour créer une chose qui soit au-delà de tout prédateur, au-delà de la mort. Seulement, pour cela, il lui faudrait des griffes et des crocs, pour se défendre, pour prouver sa supériorité. C’est là que la capacité de métamorphose était intéressante.

Anton haussa un sourcil sous son masque alors qu’elle lui présentait ses excuses. Ses doigts gantés de cuir noir se croisaient alors qu’il jaugeait du regard sa nouvelle acquisition et surtout son changement d’attitude à son égard. Apparemment, maintenant qu’elle savait pourquoi elle était là et surtout dans quelles conditions, elle se montrait bien plus avenante. Cela arrivait aussi, chez les sujets les plus intelligents. Ceux qui comprenaient qu’ils n’auraient rien en succombant à la colère ou à la détresse, mais qu’il fallait qu’ils trouvent un moyen de tirer partie de leur nouvelle situation.

« Un instinct de survie remarquable. » Lâcha-t-il d’une voix morne. Quoi de plus normal pour une femme qui avait été balancée de mafia en mafia, jusqu’à finir à Star City ? « Je sais qui est Damnation. La catin du diable. Je l’ai beaucoup observée, elle ainsi que ses superfiends. » Quel nom ridicule pour un groupe de criminels aux pouvoirs infernaux. Il préférait largement sa Corpse Squad. Il savait aussi pour le Hellfire Club, ce groupe de démonologues qui cherchait à contrôler la ville en secret et en s’alliant au Cartel Rouge. Il aurait été un piètre mystique s’il n’était pas au courant de leur existence. « Je doute que Damnation ne se décide à venir vous chercher jusqu’ici, si seulement elle le pouvait. Pour elle, vous devez être morte et morte vous ne lui aurez plus servie à rien de toute façon. » Anton s’accroupit devant Marishka. « Puis je vais vous révéler quelque chose… Votre maîtresse est peut-être une pointure dans son domaine, mais il y a des choses qui la terrorisent aussi. Des choses qui la priveraient de ses pouvoirs et de son enfer. Qui pourrait arracher son essence et la transformer en esclave pour l’éternité. Oui, Damnation est redoutable, mais celle que je sers l’est encore plus. Alors il ne sert à rien d’essayer de m’impressionner. »

Il se releva. Irina venait d’entre dans la pièce et sans même attendre l’ordre, elle s’approcha de Marishka pour lui faire enfiler un pantalon blanc. Il était clair qu’avec sa camisole de force, la mutante n’aurait pas pu le faire sans l’aide de son infirmière.

« Je n’ai jamais eu de tigre de compagnie. Seulement, vous ne comprenez pas encore la situation dans laquelle vous vous trouvez. Alors-même que vous avez combattue mon infirmière. » Il montra Irina de la main. « Vous l’avez déchiquetée, mordue, lacérée et pourtant, elle n’a pas saigné une seule fois. Soyez certaine d’une chose, vous ne pouvez rien faire sans mon autorisation ici. Pas même mourir. »

Il pouvait la maintenir en vie indéfiniment. Si elle refusait de boire ou de s’alimenter, il n’avait qu’à utiliser des tubes et des transfusions pour pallier à ce petit problème. Il pouvait remplacer tous ses organes un par un si jamais ils venaient à lâcher. Avec les bons rituels, les bons sérums, il pouvait soigner presque n’importe quelle maladie, y compris la vieillesse. Cela demanderait beaucoup d’efforts, plus que ne le mériterait une simple patiente. Mais il pouvait le faire. Il pouvait offrir une vie éternelle à Marishka, une vie de douleur.

« Ah, après le déni, les tentatives d’intimidation, nous voilà à celle du marchandage. Intéressant. C’est comme si vous traversiez les étapes du deuil envers votre propre mort. Fascinant. Vous êtes une femme débrouillarde et douée d’un instinct de survie très développé. Je ne doute pas que vous pourriez me trouver d’autres patients. Mais qu’est-ce qui vous empêcherais de vous enfuir, de tenter de m’échapper ? J’ai déjà réalisé des prises de sang, vers qui me tournerais-je lorsque je n’en aurais plus ? Quoique… » Il sembla réfléchir un instant. « Peut-être qu’il y a un moyen qui me permettrait de vous rendre à votre maîtresse, même si j’imagine difficilement cette dernière vous rendre votre liberté. En échange de cette faveur, vous vous engagerez à m’amener des cobayes. Seulement, il va falloir pour cela vous soumettre à une opération un peu plus invasive qu’une simple prise de sang. Avez-vous déjà été opérée de l’appendicite ? Des amygdales ? Oh, quoique dans le pire des cas, vous avez toujours deux reins fonctionnels, ou un morceau de foie peut-être. Je suppose que vous couper un doigt ne serait pas des plus pratique pour une danseuse de charme. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 26 Nov 2016 - 21:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Marishka fronça les sourcils en l'entendant dénigrer sa forme de tigre. Dans le principe, elle comprenait ce qu'il voulait dire, cependant la jeune femme n'appréciait pas de se faire traiter de « peu d'intérêt ». Sa mutation était sa seule fierté, la seule bonne chose qui soit liée à sa vie passée au final. Alors, oui, elle prenait vraiment mal le fait qu'il la dénigre de la sorte.

« Peu d'intérêt, mais assez pour que vous m'enleviez. »

Même si elle avait compris ce qu'il voulait exprimer, elle ne pouvait pas retenir cette irritation, bien que sa réponse fut prononcée d'un ton contrôlé et posé. Pourtant, la situation se présentait assez mal : visiblement Damnation n'était pas inconnue au bataillon, mais étrangement son interlocuteur ne semblait pas la craindre. Marishka avait toujours été impressionnée par la puissance de la mystique, donc autant dire qu'elle se posait des questions quant à la santé mentale de son interlocuteur ! À moins qu'il ne soit encore plus puissant qu'elle ? Fronçant légèrement les sourcils, la slave détourna le regard au moment où il s'accroupit devant elle, l'écoutant d'un air contrarié. Damnation l'abandonnerait-elle vraiment ici ? Décidant de donner l'impression qu'elle n'était pas inquiète, la jeune femme arbora un sourire avant de répliquer d'un ton faussement léger :

« Si j'avais souhaité vous impressionner, je vous aurais montré ma poitrine. Là, je me contentais de vous informer. »

Pourtant, la brune était loin d'être aussi détendue qu'elle en donnait l'air !
Ses prunelles se dirigèrent vers la porte lorsque celle-ci s'ouvrit pour laisser entrer son ancienne adversaire, mais Marishka ne ressentit aucune colère à l'encontre de cette morte. Elle avait compris que le véritable responsable se trouvait face à elle et non dans l'arène, elle souleva donc docilement ses jambes pour permettre à l'infirmière de lui enfiler ce pantalon. Une situation assez frustrante pour une femme habituée à se servir de ses mains – sans mauvaise pensée – mais elle avait compris qu'elle gagnerait à se montrer aimable avec cet étrange personnage.

Ses yeux foncés se posèrent finalement sur lui au moment où il l'informait qu'il ne l'autoriserait pas à mourir s'il n'en avait pas l'envie. Oh, elle l'en croyait capable, elle avait bien senti le goût de cette chair morte.

« Je sais que votre infirmière est morte, je l'ai senti au goût. Les cadavres ne m'intéressent pas, je préfère la chair fraîche. Et vous, vous êtes mort ? » Pour une fois, il n'y avait pas de sous-entendu graveleux. « Si je n'avais pas compris vos tendances, j'aurais pensé que vêtir vos créatures en infirmière était la manifestation d'un fantasme purement masculin. Mais j'imagine que je dois mettre ça sur le côté médecin ? »

Elle ne cherchait pas à le provoquer, mais simplement à tenter de comprendre à qui elle avait affaire, ce qui n'était pas chose facile avec ce masque qu'il portait. Malheureusement, ses tentatives pour le caresser dans le sens du poil semblaient irrémédiablement vouées à l'échec ! Ah, diable, pourquoi ne pouvait-il pas se contenter de tomber sous son charme et la libérer en échange d'une folle nuit ? Les hommes compliquaient toujours tout ! Soupirant, elle lui décrocha toutefois un regard plein de méfiance lorsqu'il parla d'une opération plus importante. Sa bouche s'ourla en une moue contrariée alors qu'elle répondait d'un ton sceptique.

« Une opération plus invasive ? Vous voulez me trifouiller dans le corps ? » Son nez se plissa. « Vous savez, je suis prête à accepter vraiment beaucoup de choses, j'ai tendance à croire que je suis une femme conciliante. Mais me faire charcuter, enlever des morceaux... je ne peux pas. Je n'ai pas envie qu'un inconnu m'enlève une partie de moi-même. » Elle devait avoir l'air primitive à parler ainsi, mais la slave avait gardé des restes de son éducation. « Je ne m'échapperai pas. Ne me faites pas croire que vous ne pouvez pas m'implanter de puce ? Et vous savez que j'appartiens à Damnation, si je lui dis que j'ai signé un contrat avec vous, elle me laisserait respecter ma parole et vous pourrez me retrouver facilement. Vous pourrez prélever autant de sang que vous voudrez alors, mais que du sang. » Le ton avait presque été suppliant. « Sinon, vous pouvez aussi me montrer votre visage et moi je vous retrouverai. Vous avez une jolie voix avec un accent étranger, j'aimerais beaucoup voir ce que vous cachez sous votre masque. »

Elle n'abandonnait pas aussi facilement, elle trouverait bien quelle était sa plus grande vanité pour la flatter autant que possible. De préférence avant qu'il ne s'occupe de son cas.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 27 Nov 2016 - 15:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Anton eut un léger rire à la remarque de Marishka. Décidément cette femme avait du mordant, elle lui faisait penser à une de ses proches en fait, qui avait du répondant elle aussi. Cela changeait grandement de ses propres créatures qui étaient pour la plupart incapables de la moindre répartie. Il ne les avait pas configuré de cette façon après tout, c’était donc de sa faute. Mais le cerveau de la tigresse était trop plein de défiance et de contradictions pour qu’il daigne le retirer de son crâne et l’analyser. Ou simplement pour le placer dans un autre corps.

« Vous avez un physique remarquable et appréciable en effet, mais rien que je n’ai pas déjà vu ou même créé. »


Sa personnalité piquante était presque plus intéressante. La façon dont on pouvait façonner un esprit échappait encore beaucoup à Anton alors que la chair n’avait aucun secret pour lui. Peut-être qu’il devrait arrêter de lobotomiser ses golems de chair et conserver leur cerveau à la place. Il aurait alors la véritable résurrection. Et si c’était cela le secret qu’il lui manquait ? Cet élément qui faisait qu’il n’avait pas encore réussi à créer de créature qui ne le satisfasse, qu’il puisse considérer comme son égale. Il créait des serviteurs, des armes de guerre, car c’était ce qu’il avait toujours fait, mais peut-être qu’il devait penser à forger son égal plutôt que de le chercher vainement parmi les vivants.

« Oh, intéressant. Enfin, même si le goût est différent, je pense que vous avez surtout senti les traces de ma magie et de mes différentes concoctions. Arrêter totalement la décomposition d’un corps mort n’est pas des plus aisés. Je suis même surpris que cela ne vous ait pas rendu malade. Enfin, l’important c’est que vous ayez compris l’idée. Je peux vous maintenir en vie aussi longtemps que je le désire. En fait, si jamais vous tentez quoique ce soit contre moi, ce que je pourrais faire serait même bien pire. Je pourrais détacher votre corps morceau par morceau, puis placer votre cerveau dans une créature si pathétique et horrible qu’il ne vous resterait plus qu’une existence de souffrance. Mais il n’y a aucune raison que nous en arrivions là, non ? » Sa main avait glissé jusqu’à la joue de Marishka, la caressant doucement. « Je ne suis pas insensible à vos charmes ma chère, mais je suis juste suffisamment maître de moi pour ne pas me jeter sur vous comme n’importe lequel des humains que vous avez pu croiser dans le monde du dessus. Mais oui, j’aime à utiliser mes infirmières pour des projets plus personnels de temps à autre. »

Ses infirmières et d’autres femmes… Oh il n’était plus le coureur de jupons qu’il avait été de son vivant. Tout simplement parce qu’il n’en avait plus le temps. Faire la cour à une femme, l’emmener au restaurant, la charmer, tout cela avait fait partie de sa vie d’autrefois. Mais maintenant il devait allier ses projets en tant qu’entrepreneur et en tant que lieutenant de chair de la Moisson. Ce qui laissait peu de place pour les rendez-vous du soir, surtout quand Abigaïl continuait de lui trouver d’autres missions vides de sens pour la Moisson.

« Trifouiller n’est pas le terme le plus adéquat. J’aurais plus intérêt à prélever un organe pour mes projets et pour être certain de toujours avoir accès à votre sang. Et vous ne me facilitez vraiment pas la tâche… » Il soupira. Il essayait de se montrer arrangeant, vraiment. Mais voilà que cette mutante continuait à bouder. Bientôt sa patience serait épuisée et mieux valait qu’il ne soit pas dans la même pièce qu’elle lorsque cela arriverait. « Je connais Damnation, ou ceux de son espèce plutôt. Des menteurs et des traîtres. » Sa main venait de saisir la mâchoire de Marishka qu’il se mit à serrer. « Vous auriez rien qu’une once de jugeote vous préféreriez passer le restant de votre existence ici plutôt que d’être l’esclave des démons. »

Méphistophélès. Anton se souvenait bien de ce démon là. Celui avec qui il avait passé un pacte à sa mort, pour pouvoir revoir sa sœur, pour pouvoir la protéger. Sauf que Méphistophélès avait surtout transformé l’esprit d’Anton en monstruosité, le Dévoreur… Il avait créé un culte et avait failli plonger le monde dans le chaos. Toute cette souffrance, tout ce qu’il avait subi… Ces siècles où il avait été incapable de toucher, de ressentir, si ce n’était les rares moments où Abigaïl l’invoquait. Toutes ces années où son précieux intellect avait été réduit à néant, où il s’était conduit en bête. Et il n’en était plus une.

Le nécromancien relâcha son étreinte, se redressant pour toiser Marishka du regard. Quelque chose avait changé dans sa voix, comme si tout amusement avait disparu. Il s’occupa de remettre ses gants parfaitement en place, tout en dévisageant la mutante de derrière son bec noirâtre.

« Vous voulez que je vous puce comme un vulgaire animal ? Comme si vous ne seriez pas capable de vous arracher la peau pour la faire sortir. Je vous ai vu vous régénérer lors du combat. Il va falloir que vous arrêtiez de me prendre pour un imbécile et me faire des offres sérieuses. Si je vous laisse partir maintenant et que vous disparaissez, je n’aurais plus rien que quelques seringues de sang. Alors que je pourrais dès maintenant vous saigner complètement, récolter tous vos organes. Ce serait quelque chose de moins sage que de vous garder vivante ici pendant des années. Mais au moins je n’aurais plu à vous entendre geindre. Peut-être que je devrais commencer mes prélèvements par une de vos jambes. »


Il claqua des doigts et Irina fit un pas en avant. Le bras de l’infirmière se résorba une nouvelle fois pour laisser apparaître sa tronçonneuse. La lame se mit à tournoyer. Anton observa un instant son assistante avant de reposer son regard sur Marishka pour voir la façon dont elle réagissait.

« Une danseuse unijambiste, voilà qui aurait le mérite d’être original. » Nouveau soupir. « Voilà que vous me mettez hors de moi. Si vous pensez que votre petit jeu de flatterie a le moindre effet sur moi. Je ne suis pas l’un de ces primates que vous côtoyez sur une base régulière. Mais peut-être qu’il y a quelque chose que vous pourriez faire pour me prouver votre loyauté. Je vous relâche, vous me ramenez ce que je demande, et je vous ferais confiance pour vous présenter à vos prochains rendez-vous. Si je n’ai pas de signe de vous, je vous retrouverais et vous transformerais comme Irina ici présente. Un costume d’infirmière vous irait très bien. Vous ne voulez pas me donner plus que votre sang. Mais est-ce que vous seriez apte à me ramener un peu du sang de votre maîtresse, hmm ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 28 Nov 2016 - 10:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle avait donc bien affaire à un magicien ? Décidément, ils l'entouraient ! Du coup, le fait qu'il connaisse Damnation n'était plus si surprenant, même si elle ne pouvait s'empêcher de se demander s'ils étaient alliés ou non. En tous les cas, son discours ne l'enchantait guère : Marishka n'avait aucune envie de quitter son corps, ni de souffrir éternellement. Elle subissait tout ce que la vie lui faisait endurer, mais là ce serait différent.

Machinalement, elle appuya sa joue contre la main du mage lorsqu'il la glissa jusqu'à son visage. Un comportement souvent déclenché par sa nature féline, qui la rendait très tactile, mais aussi par ses habitudes. Les hommes aimaient voir que vous étiez réceptive à leurs caresses, elle avait donc pris le pli de toujours les prolonger pour leur laisser croire qu'ils étaient désirables. Elle crut d'ailleurs avoir grappillé des points lorsqu'il déclara qu'il n'était pas insensible à ses charmes, mais il restait sur la réserve. Est-ce que ça voulait dire qu'il ne lui laisserait aucune chance de ce côté ? À voir...

Silence, la slave l'écouta préciser son désir de lui prélever quelques organes. Elle avait souvent vu les hommes de la mafia russe le faire et ce n'était jamais très ragoûtant, inutile de préciser qu'à la pensée de se faire enlever un morceau, son estomac se tordait de crainte. Mais Marishka essaya de masquer son trouble, bien que son teint légèrement hâlé dû pâlir. Au fond, c'était assez peu important vu que le mage changea soudain de comportement, lui serrant la mâchoire en adoptant un ton beaucoup plus sec. Le système d'alarme de la slave résonna dans son esprit tandis qu'elle se demandait si cela avait à voir avec le fait qu'elle préfère retrouver Damnation plutôt que de rester ici avec lui. Non, certainement pas. Elle n'était rien de plus qu'un sac de viande à ses yeux, alors pourquoi ?

Méfiante et sur ses gardes, elle le contempla de ses prunelles sombres. Il était vraiment énervé et elle se demandait ce qu'elle pouvait avoir dit pour le mettre dans cet état. Visiblement, l'homme pensait que la slave allait essayer de l'arnaquer pour s'enfuir sans payer son dû. Ce n'était pas illogique, mais Marishka n'avait pas songé à cela une seule seconde : elle comptait bien être honnête avec lui et tenir parole. Cela dit, comment lui prouver ? Bonne question ! La situation devint d'autant plus dangereuse lorsque l'infirmière s'approcha d'elle en dévoilant l'arme utilisée lors du combat, poussant la tigresse à bander ses muscles, prête à se défendre si son ancienne adversaire avait l'audace de l'attaquer. Elle ne se laisserait pas amputer sans combattre !

L'expression de la brune se renfrogna lorsqu'il la ridiculisa en mettant à jour sa tentative de flatterie. Soit. Elle cesserait d'essayer de le charmer et se contenterait de lui prouver sa bonne foi dans ce cas ! Pourtant, loin de se sentir plus apaisée lorsqu'il lui proposa une solution, la slave sentit l'inquiétude monter lorsqu'il parla de lui rapporter le sang de Damnation. Les yeux sombres de Marishka s'étrécirent dans une expression chargée de méfiance alors qu'elle répondait d'un ton où toute flatterie était absente.

« Le sang de Damnation ? Et pourquoi ? Ne me dites pas que ça ne me regarde pas, parce que je refuse si c'est pour lui porter préjudice. » Le ton était sans appel. « Découpez-moi ou tuez-moi s'il n'y a que ça pour vous soulager, mais je suis fidèle à Damnation et je ne ferais rien qui pourrait lui nuire. » Ses yeux se glissèrent sur l'infirmière alors qu'elle poursuivait : « Je ne vous demande pas de comprendre, vu l'état de vos serviteurs j'imagine que vous devez les rendre plus fidèles qu'un chien, mais Damnation a fait beaucoup pour moi. Elle m'a accordé une liberté, je peux vivre aussi normalement que possible, alors je n'ai aucune raison de lui cracher dessus. Je ne suis pas dévouée aux démons, juste à une femme qui m'a traitée plus humainement que vous, alors ne vous attendez pas à ce que je préfère rester ici que retourner auprès d'elle. »

Elle savait qu'il risquait de ne pas apprécier, mais tant pis ! La jeune femme bougea à nouveau ses jambes pour se redresser une fois de plus, prenant appui contre le mur derrière elle avant de réussir à se tenir debout bien droite. Elle ne le supplierait pas à genoux sur le sol, ça jamais.

« Je ne suis pas ingrate. Je sais que vous ne me croirez pas, mais si je vous donne ma parole, je la tiendrai. Je peux me régénérer vous avez raison, mais dans une certaine mesure. Ma transformation en tigre réordonne mes cellules et me permet de les soigner, mais cela ne vaut que pour les blessures superficielles à l'heure actuelle. Je ne pourrais pas me remettre d'une plus profonde. » Et la puce ne serait certainement pas posée en surface. « Si je vous dis que je reviendrai vous voir, je le ferai. De la même manière que je peux vous dire que si vous m'amputez d'une jambe, autant m'achever, je ne servirai plus à rien dans l'arène ou en danseuse. » Il le savait parfaitement. « Mais ne m'accusez pas de geindre. Je n'ai jamais supplié personne et je ne vais pas commencer. J'ai essayé de vous flatter, oui, mais je n'ai pas vraiment le choix. Vous auriez fait de même si c'était votre seule chance de vous en tirer. » Elle détourna brièvement le regard. « Maintenant, je dirais simplement que je vous apporterai le sang de Damnation si vous me laissez lui demander. Je ne la trahirais pas et je ne vous servirais pas d'arme pour la tuer ou je ne sais quoi. » Le ton était sans appel. « Mais ce n'est pas un refus pour autant. »

Marishka n'était pas naïve, elle avait vu que sa patronne utilisait son sang dans de nombreuses occasions, le donner à un inconnu visiblement dangereux lui porterait donc forcément préjudice. Elle soupira légèrement avant de pencher la tête sur le côté, ne résistant pas à l'envie d'une dernière tentative d'apaisement.

« De toute manière, le costume d'infirmière ne me va pas, je suis bien plus à mon avantage dans celui de soubrette. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 29 Nov 2016 - 18:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle était féline jusqu’au bout des ongles. Anton se demandait vraiment ce qu’il trouverait une fois qu’il aurait l’occasion d’étudier le sang qu’il avait prélevé. Malheureusement la nécromancie ne seyait pas vraiment à l’étude du génome et il allait devoir se dénicher quelques appareils de dernier cri, peut-être même trouver quelques scientifiques et les faire passer sur sa table d’opération pour qu’ils acceptent de travailler sur lui. Le jeu n’en vaudrait-il pas la chandelle ? S’il parvenait à comprendre complètement cette mutation, comment fonctionnait le principe même de métamorphose, cela lui ouvrirait un nombre colossal de portes ! Mais encore une fois, il devait avoir une matière première suffisante pour y arriver. Sa prudence, sa fierté, son goût du risque et son intellect disproportionné venaient se mélanger dans son esprit, comme autant de produits chimiques et instables que l’on chaufferait dans un bécher, en attendant de voir s’ils donneraient naissance à une pierre philosophale ou à un cataclysme.

« Quelle loyauté. Je suis particulièrement surpris de ce que j’entends. Peut-être que vous n’avez pas vraiment compris qui vous serviez, cela serait possible. Damnation est tout ce qu’elle prétend et bien plus vous savez. Est-ce que vous êtes croyante ma chère ? Quelque chose me dit que non, mais je peux me tromper. Quand le Dieu unique est apparu dans ce monde qu’il prétend avoir créé, il a engendré un mal profond pour lui faire face, ce qui est appelé le Diable, Lucifer, celui qui règne sur les enfers. »

La conversation semblait bien dériver. Mais il n’y avait rien de plus plaisant pour un individu tel qu’Anton Faust que de pouvoir étaler sa science. Surtout qu’il avait bien compris une chose : il n’obtiendrait pas le sang de Damnation. La loyauté, aussi mal placée, que cette tigresse ressentait était authentique. Et jamais la dirigeante du Hellfire Club ne donnerait son sang à qui que ce soit, surtout pas à lui. Ce serait une arme bien trop puissante que de donner le sang du Diable à l’un des enfants de la Faucheuse.

« Le prince des ténèbres existe, il n’est pas aussi vieux qu’il le prétend… Beaucoup de gens se sont considérés comme ses héritiers, comme ses enfants. Mais pour Damnation, oh c’est la vérité. » Anton plongea son regard vide de corbeau dans les yeux de la féline créature qui lui faisait face. « Damnation est la fille du Diable, sa véritable enfant. Et c’est ce que vous servez. Que penser de tout cela… Vers qui l’humanité peut-elle se tourner alors que leur prétendu Dieu ne fait rien et que la progéniture de Lucifer marche librement sur Terre ? »

Il eut un léger éclat de rire, comme si tout cela formait une gigantesque farce. La véritable nature de Damnation formait probablement le secret le mieux gardé du Hellfire Club. Mais il n’y avait pas de secret pour Lady Death. Quand Solveig avait fait la rencontre de Damnation, quand la Moisson avait rencontré les démonologues, la nécromancienne avait tout mis en branle pour en savoir plus sur ces potentiels adversaires. On apprenait beaucoup de la bouche des morts, surtout que généralement, ces derniers n’avaient plus aucune raison de mentir. Anton et les autres lieutenants avaient été mis dans la confidence. Pas toute la Moisson bien sûr, certains auraient été perturbés par cette nouvelle. Mais pour Anton, il s’agissait d’une énième preuve de la supériorité de la cause de sa sœur.

« Il vous restera la mort. C’est ce que je vous ai offert en vous invitant à rester ici et surtout à me donner un fragment de votre être pour que je puisse mener mes expérimentations tranquillement. Votre maîtresse n’acceptera jamais de me céder son sang, tout comme je sais que ce que je viens de vous révéler n’a pas changé votre loyauté à son égard. Par contre, elle m’impressionne toutefois, cette façon que vous avez de la servir alors qu’elle est le mal incarné, que son seul objectif sera de mettre cette terre à feu et à sang, une terre que même moi j’essaye de préserver. » Anton s’était de nouveau accroupit face à elle, recommençant à lui caresser la joue. Méphistophélès avait tenté d’amener la fin de ce monde, Abigaïl avait détruit ses forces. Si jamais le Hellfire Club s’approchait d’un moyen d’amener l’Apocalypse, ce que jamais l’Archimage ne laisserait faire, la faucheuse s’occuperait de mettre fin à toutes ces prétentions cataclysmiques. Lorsque Dieu était absent et que le Diable était libre, il ne restait aux âmes des mortels que la Mort pour avoir pitié d’eux. Et c’était ce que voulait faire Anton, faire d’eux de véritables enfants de la mort qui n’auraient plus jamais à se soucier des petits conflits des anges et des démons.

« Voilà ce que je propose. Je vais vous drainer le plus de sang possible, jusqu’à ne vous laisser que le minimum pour vous permettre de survivre. Je vais vous relâcher, peut-être même balancer votre corps inconscient devant les portes du Pandémonium, qui sait. Mais je reviendrais vous voir, je vous récupèrerais quand j’aurais de nouveau besoin de vous. Essayez de me fuir et vous savez ce qui vous attend. En échange de tout cela, si jamais un jour vous souhaitez vous battre pour votre âme, pour une chance de ne pas finir tourmentée en enfer, car que vous ne le sachez ou non, vous êtes déjà damnée pour servir une telle créature… Si ce jour arrive un jour, je vous mettrais en contact avec la seule personne qui pourra vous sauver de l’enfer. C’est la meilleure offre que je peux vous faire et je place une grande confiance en vous. Peut-être plus que je ne le voudrais, peut-être que votre joli minois m’influence finalement. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 29 Nov 2016 - 23:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Marishka savait que Damnation n'était pas une femme comme les autres, elle l'avait vu sous sa forme de démone et elle avait assisté à certaines de ses « histoires magiques », mais elle ne connaissait pas les détails, en effet. Cependant, la perspective de travailler pour la fille du Diable ne l'effrayait pas. Elle n'était pas croyante, même si elle l'avait été durant sa jeunesse – éducation religieuse stricte oblige – mais cela ne changeait rien à la situation. Tout ce que la brune voyait, c'était l'aide que la belle blonde lui avait donné. Qu'elle soit démone, humaine ou quelque chose d'autre ne lui donnait aucune raison de lui tourner le dos.

Regard levé vers l'homme dont elle ignorait toujours le visage, la brune l'écoutait en silence. Elle ignorait si elle aurait dû se laisser effrayer par ces paroles ou s'il se moquait de sa réaction, mais la vérité c'était qu'elle s'en fichait totalement. Malgré tout, peut-être par esprit de défit, la slave ne résista pas à l'envie de lui répondre d'un ton léger :

« J'ai toujours pensé qu'elle avait une beauté du diable, je comprends mieux désormais. »

En vérité, Marishka était insensible au physique de la propriétaire du Pandémonium, mais elle savait qu'elle plaisait à de très nombreux hommes, ce qui signifiait qu'elle devait effectivement avoir ce « petit plus ». Sauf qu'elle doutait du fait que l'homme face à elle se laisse avoir par des détails aussi insignifiants que le physique, sans quoi il aurait certainement accepté de jouer le jeu lorsqu'elle l'avait approché.

Mais l'homme n'en avait pas terminé : il reprit la parole pour lui avouer que Damnation n'accepterait jamais de lui donner son sang et qu'elle aurait donc simplement sa mort à lui offrir. Vraiment ? Marishka n'avait aucune envie d'y passer, tout comme elle ne comptait pas se laisser embobiner par cet homme pour le supplier de lui accorder une nouvelle chance. Non, elle restera sagement assise sur ce sol capitonné jusqu'à ce qu'il décide de la libérer ou de l'achever. Au fond, son avenir ne lui appartenait plus désormais. Elle se montra donc totalement honnête lorsqu'il lui déclara être impressionné par sa dévotion. Pour quelqu'un qui n'avait pas connu sa vie, c'était certainement surprenant en effet, mais pour elle, non.

« Vous ne savez pas ce qu'elle a fait pour moi, c'est pour cette raison. »

Le ton était calmé, posé. Elle doutait que ce type s'intéresse à ce qu'elle avait pu faire par le passé. C'est pour cette raison qu'elle resta calme et silencieuse lorsqu'il s'amusa à lui caresser à nouveau la joue comme s'il avait affaire à un petit chat de compagnie. Ses prunelles se posèrent sur le visage masquée de son interlocuteur qui continuait à lui énumérer ses exigences. La vider de son sang, revenir ici lorsqu'il le déciderait... des choix assez positifs comparés à ceux annoncés plus tôt. Elle hocha donc la tête d'un air assuré avant de forcer un sourire enjôleur en entendant ses dernières déclarations.

« Non, parce que si mon minois vous influençait, vous auriez ôté votre masque pour me faire une déclaration d'amour. Vous êtes peut-être simplement bon, au fond. Très au fond. » Elle soupira légèrement. « Je suis une femme d'honneur, si je vous donne ma parole – et je le fais – je la tiendrai. » Elle humecta ses lèvres. « Vous allez me retirer cette camisole alors ? Vous pourrez me donner de quoi me vêtir en haut je présume ? Sauf si vous me raccompagnez jusqu'à ma chambre, mais j'en doute. » Inutile de préciser pourquoi. « Evitez de vous approcher du Pandémonium si vous n'appréciez pas Damnation, je peux vous donner mon adresse pour que vous m'y cherchiez, ce sera plus discret pour vous. Ou je peux venir à une date précise, comme vous le souhaitez. » Elle esquissa un sourire. « Ne vous souciez pas de mon âme, c'est le dernier de mes soucis. Mais je trouve ça adorable. »

Enfin pas vraiment, mais elle voulait l'ennuyer un peu. La perspective de pouvoir retrouver la liberté lui remontait le moral et lui redonnait des envies de taquiner.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 30 Nov 2016 - 19:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Une beauté de diable ? Voilà une expression à laquelle Anton n’était pas familière. Puis de toute façon, le nécromancien ne pouvait pas vraiment se targué d’avoir approché la fille du Diable justement. Il avait même pour consigne de ne pas s’en approcher. Le Hellfire Club était dangereux, il avait une certaine influence sur différentes parties de la ville, telles que la haute société ou le commerce du sexe… Comme pouvait en témoigner la jolie mutante qui était toujours prisonnière de sa camisole de force alors même qu’Anton avait accepté de la relâcher. S’il voulait abuser d’elle, c’était maintenant. Une part de lui n’avait envie que de cela, de faire payer à cette impudente son impolitesse première. Il avait envie de lui montrer qu’à force d’utiliser son corps comme une arme, elle risquait de s’en voir dépossédée, de voir qu’on pouvait l’utiliser contre elle d’une certaine manière, que son être ne deviendrait qu’un objet. Mais à quoi bon ? Il serait soulagé peut-être un instant, mais il pouvait très bien calmer ses pulsions primaires sur ses propres créatures, même si elles avaient moins de mordant. Ou alors, il pouvait tourner cette frustration en quelque chose de plus constructif, la déverser dans son prochain projet qui prenait peu à peu forme, alors qu’il rassemblait de nombreux traits mutants qui l’intéressaient.

« Non, je ne sais pas. Mais je sais ce qu’elle vous fera, ce qu’elle a déjà fait alors que vous ne vous en rendez probablement même pas compte. Finir en enfer vous importe peu, soit. J’ai déjà vu ce qui se trouve de l’autre côté du mur du silence et personnellement, je suis certain que certaines créatures apprécieront votre physique. »

Un sourire macabre ourla ses lèvres et un instant, il fut déçu qu’elle ne puisse pas en profiter. Il y avait des démons en enfer qui se spécialisaient dans le vice et Anton était certain que toutes les danseuses de Damnation, celles démoniaques comme celles comme Marishka, finiraient entre leurs griffes. On ne ramenait pas le Hellfire Club sur le devant de la scène comme l’avait fait la célèbre démonologue sans avoir tissé quelques pactes infernaux. Mais cela ne le concernait pas. Un bref moment de folie, c’est ainsi qu’il le considèrerait plus tard. Après tout, il trafiquait la chair, pas l’âme. Il n’avait que faire de ces souvenirs, de cette conscience, il ne voulait que les capacités, les aptitudes, les connaissances brutes. Il voulait le muscle, pas tout ce blabla ésotérique autour d’une âme immortelle. Pour lui, l’utilisation la plus adéquate d’un fantôme était en tant que ressource d’énergie. Une fois suffisamment énervée, les poltergeists pouvaient se révéler dévastateurs. Et encore, il n’utilisait ces âmes que pour ne pas gâcher. Tout nécromancien avait le recyclage à cœur.

« Une déclaration d’amour… Si votre minois m’influençait ne je n’aurais pas pris la peine d’envoyer Nightmare Nurse vous chercher un pantalon. J’aurais pris ce que je voulais dès maintenant, puis j’aurais fait de vous l’un de mes jouets sexuels pour les siècles à venir. Finalement vous devriez vous estimer heureuse que je n’aie pas été attirée par vous de cette façon. Car à force de mettre en avant cet aspect là de votre corps, vous finirez totalement consumée. Par qui ou par quoi je ne sais pas trop. Mais arrangez-vous pour ne pas mourir avant que j’en ai fini avec mes expériences, sinon je vous ramènerais moi-même. » Enfin son corps, il n’avait pas besoin de sa défiance ou de quoique ce soit d’autre. Elle finirait comme tant d’autres, un cadavre suspendu à un crochet de métal dans les profondeurs de l’asile labyrinthique. Il eut un léger rire alors qu’elle continuait à lui parler et surtout qu’elle disait le trouver adorable. « Voyons ma chère, je ne vais faire rien de tout cela. Votre âme m’importe peu, mais mes conseils sont gratuits, considérez cela comme une prestation médicale de haute valeur. Je vais vous paralyser à nouveau, récupérer tous les litres de sang qui m’intéressent, puis lancer votre corps nu près de chez vous. Oui, mes agents ont déjà découvert où vous habitiez, ce n’était pas vraiment compliqué. Je voulais voir s’il y en avait d’autres comme vous, peut-être une portée de petits tigres que j’aurais pu utiliser en plus de la mère. Enfin, ce fut un plaisir de faire votre connaissance. Je vous trouverais pour notre prochain rendez-vous. Qui sait, peut-être qu’il sera plus tactile. Mais maintenant, il est temps de dormir. »

L’infirmière macabre s’approcha de Marishka. Elle avait abandonné sa tronçonneuse et se contenta à la place d’enfoncer l’un de ses ongles dans la nuque de la mutante, laissant le venin de goule se répandre dans son être, paralyser son système nerveux et finalement la faire sombre dans les méandres de l’inconscience. Elle se réveillerait nue devant chez elle. Et entière, ce dont peu de patients du Dread Maker pouvaient se targuer.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Neuf vies ne sont pas de trop
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Neuf vies ne sont pas de trop Categorie_6Neuf vies ne sont pas de trop Categorie_8


Neuf vies ne sont pas de trop Categorie_1Neuf vies ne sont pas de trop Categorie_3
 Sujets similaires
-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neuf vies ne sont pas de trop Categorie_6Neuf vies ne sont pas de trop Categorie_8

Sauter vers: