The devil made me do it  Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

The devil made me do it  Cadre_1The devil made me do it  Cadre_2_bisThe devil made me do it  Cadre_3
 

The devil made me do it

 
Message posté : Jeu 10 Nov 2016 - 22:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le regard d’Olivia glissait à travers la vitre jusqu’au salon principal du Pandémonium en contrebas. Bien sûr, la fenêtre qui lui permettait d’observer ses clients, des hommes riches et puissants aux penchants déviants pour la plupart, ne permettait pas à ces derniers de la voir elle. Ni même pour les strip-teaseuses et autres employés qui travaillaient pour elle. Toutes les vaillantes fourmis qui travaillaient au Pandémonium ne voyaient quasiment jamais Damnation. Seulement quelques privilégiés avaient cette chance, certaines de ses danseuses favorites, ou les acolytes du Hellfire Club, ceux qui savaient vraiment ce que cachait le club privé luxueux, mis à part les services exclusifs et discrets bien sûr… Ceux qui savaient que les démonologues et les démons se servaient du Pandémonium comme pied à terre et quartier général, pour le moment en tout cas.

Ceux qui avaient vu Damnation sous sa forme démoniaque étaient encore moins nombreux… Même si elle avait tendance à la revêtir de plus en plus souvent, après tout elle était bien plus puissante ainsi. Surtout, son visage était méconnaissable, tout comme son corps. Olivia Crowley n’avait pas de cornes ou de tentacules après tout, sans parler des ailes et de sa queue préhensile. Juste de quoi parfaire l’image de la démone que s’était fabriquée la fille de Lucifer. Cela lui permettait ainsi de se promener au Pandémonium en semant l’effroi chez certains de ses suivants, mais surtout sans avoir besoin de masquer ses traits comme d’habitude. Il y avait certains avantages au masque, mais il y en avait d’autres à montrer tout de suite à ses interlocuteurs qu’ils traitaient avec une créature de légende, purement maléfique… C’était toujours amusant.

« Maîtresse Damnation. Elle est arrivée. »

« Faites-la monter. » Ordonna la démone sans se détourner de sa petite observation. C’était comme si elle se trouvait devant un aquarium. Mais au lieu de poissons, c’étaient des humains sous ses yeux. Et au lieu de se contenter de nager en ronds, ils s’adonnaient à tous les vices possibles sous le regard bienveillant de Damnation.

Pour sa rencontre du soir, tout se passait sur le même schéma. Les acolytes du Hellfire Club ne feraient pas passer la voleuse par la porte principale, mais par des entrées plus discrètes. Elle ne croiserait aucun client, aucune danseuse, seulement les tunnels et passages réservés aux activités les plus illicites du Hellfire Club. Puis il y aurait l’ascenseur et finalement, flanquée de deux acolytes masqués, elle se retrouverait dans le salon privé d’Olivia. L’endroit était luxueux bien entendu. Il y avait un bar, des canapés et fauteuils de velours rouges, ainsi qu’un piano. C’était pour l’ossature de la pièce, qui ressemblait finalement à n’importe quel lieu de repli d’un mafieux ou d’un directeur de club. Sauf que s’y ajoutaient des peintures de Goya sur les murs, des morceaux humains séchés présentés à certains endroits. Puis surtout les démons… Tous les petits démons qui formaient la cour infernale de Damnation. Des diablotins courraient entre le meubles, un molosse démoniaque à deux têtes était couché non loin du piano. Il y avait même des démonettes qui montaient la garde. Plus le temps passait, plus Olivia comptait sur ses serviteurs issus des enfers plutôt que sur des humains. Ce qui ne l’empêchait pas de faire monter une sorcière ou deux de temps à autre pour s’amuser.

Mais celle qui venait d’arriver dans l’antre de Damnation n’était pas une sorcière, une strip-teaseuse ou une servante du Hellfire Club. Ce n’était même pas une membre du Cartel Rouge. Ce qui la rendait sacrifiable et c’était tout ce qu’Olivia désirait. Un pion qui pouvait disparaître de l’échiquier sans faire de remous.

« Black Ermine, je suis heureuse de voir que vous avez répondu à mon invitation. »
Olivia aurait peu apprécié le contraire. Sûrement qu’elle aurait traqué la voleuse pour lui montrer ce qu’il arrivait quand on manquait de respect à la puissance infernale en ville. « Vous voulez quelque chose à boire ? Asseyez-vous je vous en prie. Je suppose que vous savez déjà pourquoi je vous ai fait venir ici. » La queue d’Olivia se balançait dans son dos, selon un rythme paresseux. « Vous allez voler quelque chose pour moi. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 11 Nov 2016 - 1:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Olivia & Morgan

The Devil made me do it




Morgan attendait au coin d'une ruelle sombre. Il faisait un froid glaciale qui perçait son costume pourtant assez épais, pourtant elle ne bougeait pas. Elle restait impassible devant les conditions climatiques désastreuses. Dos au mur, elle patientait comme elle pouvait, elle avait perdu le fil des cigarettes fumées. Nerveuse ? Sans doute un peu. Ce n'était pas tous les jours qu'on dégotait ce genre de contrat. Certes, ce n'était pas son coup d'essai. Mais on parlait tout de même d'une entrevue avec une des pointures du Cartel Rouge. C'en était presque drôle, elle, la voleuse cannibale, avait la tremblote à l'idée de décrocher un job particulièrement intéressant. Ce n'était pas de la peur, c'était un stress qui tenait de l'excitation. C'était un premier pas dans la cour des grands, et il valait mieux pour la blonde d'être à la hauteur sur ce coup là.

Morgan sut instinctivement qu'il était l'heure. Écrasant un dernier mégot flamboyant avec sa semelle, elle se dirigea vers le fameux Pandémonium, elle avait rendez-vous avec son avenir. Ses talons tout en métal produisaient un son tout à fait particulier sur le goudron. D'aucun aurait trouvé ça insupportable, mais elle se plaisait à être peu supportable. Comme par enchantement, son nuage se déploya dans une explosion ténébreuse, prenant immédiatement l'initiative de recouvrir son visage d'une encre obscure et opaque qui suivait les mouvements de l'ombre aérienne. Elle ne laissait aucune place à la suspicion. Personne jusqu'alors n'avait été capable de déchiffrer l'algorithme qui parcourait son visage et qui aurait permis de découvrir qui se cachait sous ces traits.

La voleuse avait eu rendez-vous à l'arrière du vaste club. Elle se doutait bien qu'on allait pas la faire entrer en grande pompe par l'entrée principale. Elle était une personne de l'ombre, peu désirable en ces murs. Deux gardes aussi anonyme qu'elle l'attendaient. Bien évidemment, il lui fut demandé de se délester de l'ensemble de ses accessoires qui aurait pu être coupable de la mort, de l’éviscération, de la lacération ou de l'hémorragie de quelqu'un. A contre cœur, elle plaça ses quelques lames et son berreta dans le grand sac de toile qu'on lui tendait. Mais avant de lâcher le dernier couteau, elle précisa "La moindre égratignure, la moindre rayure, la moindre tâche, et je vous arrache la moindre parcelle de votre misérable peau. Je l'ai déjà fait, c'est long, très long. Surtout quand on veut que la victime reste consciente." Au moins elle aurait une excuse si elle devait massacrer quelqu'un ce soir. Une fois ces paroles lâchées sèchement, elle emboîta le pas aux deux inconnus. Elle prit bien le temps de mémoriser le passage qu'elle empruntait. La cartographie était quelque chose de particulièrement important lorsqu'on se mettait en danger. Et c'est exactement ce que faisait la fine blonde, elle se jetait dans la gueule du loup, si on pouvait appeler ça un loup.

Après quelques minutes de silence pesant, Morgan se retrouva finalement au lieu de rendez vous par extension. Ce qui s'apparentait au salon privé de la dénommée Damnation avait quelque chose d'assez impressionnant, majestueux. La pièce entière était tournée vers une seule et unique couleur, un rouge sanglant. Ce qui n'était pas pour déplaire à la voleuse. C'était une très belle teinte à son goût, mais peut-être était-ce trop voyant, trop lumineux pour elle. La voleuse avait des goûts simple, le noir lui plaisait déjà plus, on s'y abandonnait chaque soir, et même dès qu'on y pouvait, en un sens cette couleur était réconfortante. Ce qu'elle n'avait pas vu au premier coup d’œil, c'était que le lieu était une véritablement animalerie. Ca s'agitait dans tous les coins, des créatures informes, jusqu'à d'autre plus humanoïdes, voir même animales. C'était un foutoir sans nom dans lequel on osait avancer. Celui qui était beaucoup plus à l'aise en revanche, c'était son nuage. Ce dernier avait rapidement ciblé les quelques sources de lumière et n'avait pas tardé à les recouvrir pour se nourrir de ce que ce lieu avait à lui offrir. Le reste de la masse sombre décrivait des cercles autour du torse de la jeune femme, attendant d’exécuter la moindre de ses volontés. Tous les yeux s'était braqués sur elle, d'habitude elle aurait apprécié cette marque d'attention. Mais, aussi sombre et malsaine que son âme était, elle ne supportait pas le poids de la présence de cette vermine dégoûtante. Déjà, son nuage commençait à répandre son odeur, comme s'il marquait son territoire et qu'il se préparait à une éventualité désastreuse.

Au centre de la pièce, trônait la fameuse Damnation. Son nom de scène était en lui même tout un programme. Elle était terrifiante, il fallait l'admettre, cornes, tentacules, queue, ailes, tout un bazar. Morgan aurait du se trouver à califourchon sur un cadavre qu'elle aurait ouvert de ses mains, les bras plongés dans son torse, totalement barbouillée par le sang de sa victime, si elle avait voulu rivaliser avec l'horreur qu'incarnait son interlocutrice. Docilement, ce qui était inhabituel, Morgan se dirigea vers un fauteuil de cuir pour se retrouver face à son interlocutrice. Elles -peut on vraiment considérer qu'elle parlait à un être féminin ?- allaient pouvoir parler affaire, domaine dans lequel la cannibale avait son mot à dire. Même si elle écoutait les informations qui lui était transmises, la blonde ne pouvait se concentrer uniquement sur la voix qui s'adressait à elle. Son cerveau devait traiter un nombre croissant d'informations en même temps. Outre la queue qui se balançait frénétiquement d'un côté à l'autre du démon qui se tenait face à elle, les bestioles immondes qui bougeaient dans tous les sens ne cessaient de capter son attention. Trop occupée à regarder ce spectacle d'être miniatures, Morgan ne fixa même pas son interlocutrice lorsqu'elle lui répondit. "Et je suppose que vous savez pourquoi je suis venu." Lâcha-t-elle alors que son nuage commençait à se répandre au sol, tel une nuée de serpents, il se glissait partout, restant tout de même dans le périmètre de son hôte. Il émanait d'elle, mais contrairement à son habitude, il préférait le plancher des vaches, aussi coulait-il à l'infinie sur le fauteuil de cuir. "Parce que vous avez de quoi le monnayer." Murmura-t-elle tout en se concentrant sur la petite parcelle d'ombre qui semblait prendre vie dans sa main, formant par intermittence les reliefs de ce que Morgan regardait, telle une sculpture éphémère. "Je vais prendre un Martini Dry, si c'est offert. Est-il possible de fumer ?" Dit-elle tout en se tournant en direction du monstre qui se trouvait face à elle. Elle avait repris la pleine mesure de ses moyens, si à l'avenir elle devait commercer avec pareil créature, il était évident qu'elle allait devoir arrêter de trembler comme une feuille morte qui ne tenait qu'à un fil à son arbre. Se penchant en arrière dans son fauteuil, elle croisa les jambes avant de faire s'entrechoquer ses mains. "Bien, et si on parlait affaire ?" Elle était prête à en découdre. Même si une foule de questions s'entrechoquait dans sa tête, elle se devait de régler ce problème qui était, de toutes évidences, prioritaire. Même si elle tentait de ne plus lâcher son interlocutrice du regard, la voleuse sanguinaire ne pouvait se permettre de délaisser toute son attention, les créatures présentes étaient inquiétante, et ne pas leur porter un minimum d'attention pourrait lui coûter cher. Inquisiteur, son nuage rampait en direction de toutes les formes de vie qui peuplait le salon privé, à la recherche du moindre indice, et bien évidemment de la moindre forme d'énergie.
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 12 Nov 2016 - 22:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le regard d’Olivia glissa imperceptiblement sur le corps de Morgan, caressant ainsi chaque détail, le mémorisant et le fixant dans son esprit. Ce n’était qu’une première rencontre et la démone savait très bien que chez des femmes de caractère, cela pouvait s’apparenter à une danse macabre entre deux fauves qui se jaugeaient, cherchant les points faibles de l’autre. Bien sûr, Olivia était certaine d’avoir l’ascendance, après tout elle était sur son territoire, au milieu de ses serviteurs, dans un lieu où son pouvoir était incontesté et où ses mots devenaient des lois si elle le désirait. Bien qu’elle était convaincue de ne pas avoir besoin d’utiliser ses serviteurs pour s’occuper de Black Hermine si jamais celle-ci tentait quoique ce soit. On ne savait jamais ce qu’on pouvait inviter chez soi quand on était littéralement l’engeance du Diable. Peut-être que la blonde avait vue certains membres de sa famille succomber au Hellfire ou massacrés par les sbires du Hellfire Club. Ce qui n’avait pas la moindre importance pour Olivia, si jamais elle tentait quoique ce soit, elle la réduirait en pièce et se baignerait dans son sang.

« Je vois que vous ne manquez pas d’assurance. C’est appréciable dans votre ligne de conduite, mais particulièrement inutile face à moi. » Glissa-t-elle avec un sourire. Olivia n’avait jamais été du genre à voir autre chose que de l’orgueil chez les individus qui tentaient de se montrer trop sûrs d’eux. L’orgueil était un péché et elle l’exploitait, le comprenait et le dévorait tel une moelle savoureuse. « Mais vous n’avez pas tort sur un point, j’ai largement de quoi m’offrir vos services comme vous vous en doutez. En fait, je pourrais m’offrir les services de personnes bien plus capables dans votre secteur comme vous vous en doutez. Mais cela n’a pas l’air de vous perturber. » Son sourire se fit carnassier. « Sûrement que vous êtes du genre à ne pas douter le moins du monde de vos capacités. »

La démone avait pris place dans un fauteuil, prenant une posture nonchalante, comme si elle n’était qu’une concubine dans son boudoir, qui entretenait quelque amie des derniers potins. Malgré son apparence démoniaque et obscène, c’était presque difficile de l’imaginer à la tête du Hellfire Club et de la plus influente secte satanique de Star City et probablement de la côte est des Etats-Unis. Elle claqua des doigts et une de ses démonettes, qu’elle avait dressée avec plus grand mal à l’art de servir des verres s’occupa de remplir la commande de Morgan.

« La fumée ne me dérange pas, puis vous semblez avoir besoin de vous détendre. » Ronronna Olivia. Sa queue serpentine glissait tranquillement sur le sol, se rapprochant de l’une des jambes de l’interlocutrice de la démone, comme s’il s’agissait d’une créature avec une vie propre. Ce qui était parfois le cas, parfois elle n’était qu’une extension grotesque de la volonté blasphématoire d’Olivia. La démonette apporta son verre à Morgan, posant une sorte de calice ouvragé et au contenu invisible devant Olivia.

« J’ai besoin que vous voliez quelque chose. Là-dessus, je suppose que rien ne vous surprend. Il s’agit d’un artéfact très particulier qui est entre les mains d’individus dangereux qui n’hésiteront pas à vous tuer ou pire s’ils vous attrapent. Bien sûr, ce n’est rien comparé à ce que je pourrais vous faire si vous reveniez les mains vides… Mais sérieusement, je ne pense pas que nous ayons besoin de nous répandre en menaces inutiles, non ? Vous savez très bien qui je suis. » Damnation n’était pas inconnue du grand public. Surtout avec son dernier coup d’éclat avec Wildcard. Forcer un candidat à la mairie à violer un légionnaire. Un moment délectable de vice et d’obscène. « La seule question que je me pose serait la nature de votre paiement… La majorité des gens préfèrent des pièces sonnantes et trébuchantes, enfin, de l’argent transféré sur un compte dans un quelconque paradis fiscal plutôt. Vous vous doutez bien que le prix n’est pas un problème en tout cas. La question est de savoir si vous pensez pouvoir faire l’affaire et si vous n’avez pas peur de passer un accord avec moi. Je sais que cette histoire de cornes, cela a tendance à en rendre certains nerveux, mais vous semblez plutôt calmes. Vous n’avez pas peur, pas encore en tout cas, ce qui est admirable. »

Olivia fit tourner un instant le liquide qui était contenu dans son verre, avant de le porter à ses lèvres en invitant bien sûr Morgan à faire de même avec son martini. Des diablotins continuaient de courir autour d’elles dans la pièce, se glissant parfois sous les canapés et les fauteuils.

« Alors ma chère, la question est simple. Qu’est-ce que vous désirez ? Qu’est-ce qui vous motiverais à abandonner votre existence à mon service exclusif pendant une poignée d’heures ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 13 Nov 2016 - 0:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Olivia & Morgan

The Devil made me do it




Morgan, bien que confortablement installée, restait sur ses gardes. Elle était en territoire hostile, à proximité d'une entité qu'elle savait dangereuse et entourée de bestioles démoniaque qui ne lui inspirait guère confiance en plus de sembler obéir au doigt et à l’œil à la propriétaire des lieux. Cette dernière ne tarda d'ailleurs pas à reprendre la parole. La plus petite des deux acceptait les menaces, c'était monnaie courante dans son domaine d'activité, ce qu'elle concevait beaucoup moins, c'était le dédain avec lequel elle s’adressait à elle. Bien que Damnation soit connue pour ses capacités à mettre en scène une sex-tape hilarante entre un candidat à la mairie et un légionnaire, la blonde n'était pas en reste. Après tout, elle aussi avait commis des massacres et les siens au moins avaient le bénéfice d'être un minimum artistique. Elle ne disposait cependant pas de la même audience que son interlocutrice. Mais il ne s'agissait là que d'une question de temps après tout. "Au moins nous sommes deux dans ce cas, c'est une bonne chose, je me sens moins seule à présent." Rebondit-elle en enchaînant sur la remarque quant à son assurance sur ses capacités.

L'une des bestioles humanoïde ne tarda pas à lui apporter le verre de tout ces désirs. Plutôt que de simplement le prendre à la main, le verre se mit à léviter, quittant le plateau pour venir se stabiliser à porté de la voleuse. Pendant ce temps, une cigarette s'était sortie d'elle même du paquet et avait été allumée une fois aux lèvres de Morgan. Elle libéra ces dernières pour laisser à la blonde tout le loisir de souffler la fumée dans la direction de son interlocutrice. Elle ne cherchait nullement à l'impressionner. Elle vivait simplement ainsi, c'était d'ailleurs bien plus pratique et beaucoup plus efficace qu'une troupe de lutin démoniaques qui couraient partout, s'aventurant même sous son fauteuil. Chose qui ne plaisait pas particulièrement à l'invitée. Son nuage l'avait d'ailleurs bien compris, il s'était regroupé tout autour d'elle, obligeant quiconque ou quoique ce soit qui voudrait s'approcher de Morgan à outrepasser sa volonté. Et c'est ce que semblait désirer la queue pointue de son étrange hôte. Un étrange filet ténébreux se forma à proximité du corps étranger. S'il était au début particulièrement grossier, il ne tarda pas à affiner ses lignes pour pouvoir prendre la forme d'un serpent, menaçant l'intrus silencieusement. Son ombre était représentative de la situation, Morgan était sur la défensive et ne comptait pas se laisser marcher sur les pieds.

Cette dernière écouta Damnation parler un long moment. Elle avait pris une allure impassible, devenant un mur infranchissable, ses yeux glaciales ne quittait ceux de son interlocutrice que pour observer le mouvement des tentacules qui lui servaient de dreadlocks. Ma chère ? Voilà que la discussion commençait à se détendre, du moins, selon le dictât imposée par le monstre qu se trouvait en face d'elle. La jeune femme n'était pas du même avis et elle comptait bien la mettre au courant. "J'ose espérer que vous vous êtes un minimum renseignée à mon sujet. De ce fait je suppose qu'il est inutile de rappeler ce qui arrive lorsqu'on tombe entre mes mains par exemple ? Pour un motif tel qu'un défaut de paiement. Certes, mes preuves n'ont pas été totalement faites, mais je sais ce que je vaux, et je sais aussi que la porte qui m'arrêtera n'a pas encore été inventée." Marquant une pose, elle laissa le verre de martini arriver jusqu'à sa main pour goûter la boisson avant de la relâcher dans le vide. Elle n'agissait pas sur ordre, elle était son propre patron après tout. Elle voyait ce contrat comme un commerce, un échange, une relation d'égale à égale ou les deux partis étaient égaux. "Pour en venir à la partie qui me paraît être la plus intéressante de cette conversation, plusieurs choses me viennent à l'esprit. De toutes évidences, la mission paraît périlleuse, sinon vous auriez certainement fait appel à une personne de vos services "soit disant" plus compétente, mais que vous n'auriez pas eu le loisir de sacrifier sur l'autel de votre désir. Pour cela, je demanderai un accès à ce charmant lieu qu'est le Pandémonium, je pense qu'il s'agit là de quelque chose de parfaitement réalisable. D'autres part, puisque vous semblez particulièrement tenir à cet objet que vous me demandez de dérober, je suis en mesure de demander une récompense plus onéreuse. Je désire savoir comment, quand et où je pourrai avoir affaire au Gang des Fables, peu m'importe le moyen. Enfin, je désire un contrat de préférence. Je m'explique, plutôt que de faire appel à des voleurs appartenant au Cartel Rouge, ou extérieur à cette organisation vous me préférerez. Que voulez-vous, il faut bien se nourrir. Et j'ai une très grands appétit." Elle avait parlée d'une traite, sans s'arrêter, elle voulait l'étouffer d'informations sans lui laisser le loisir de répliquer. Tirant de nouveau sur la cigarette, elle laissa échapper un ruisseau de fumée de sa mouche à demi ouverte. Sans doute curieux, l'une des bestiole s'approcha du nuage sombre. La sanction fut immédiate, sortie de nulle part, une lame noir en céramique s'éleva dans les airs et se planta juste devant la monstruosité sans que Morgan ai eu à le regarder. Le message était clair, elle préféra cependant le préciser. "Soit vous leur dite de ne pas m'approcher, soit je m'occupe de leur cas et elle n'approcheront plus grand chose. Au sujet de cet artéfact, pouvez vous m'en dire plus ? Est-il fragile ? Est-il lourd ? Est-il grand ? Comment le reconnaîtrais-je ? Outre ces précisions il me vient à l'esprit une interrogation hors sujet. Est-ce que vous saignez ?"
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 13 Nov 2016 - 21:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Clamer qu’Olivia était sûre d’elle était un euphémisme. La blonde, qui était cachée sous sa coiffe tentaculaire, possédait en elle tous les vices que l’on pouvait imaginer, l’orgueil, en tant que péché capital, n’était pas des moindres. Heureusement pour elle, et malheureusement pour le reste du monde, les autres péchés capitaux étaient aussi contrebalancés par son ambition et son estime de soit, ce qui la poussait toujours à aller plus loin dans sa recherche de pouvoir et de débauche… C’était ce qui faisait que même si elle était sûre d’elle, la démone était loin de sous-estimer son interlocutrice. En fait, elle savait exactement à qui elle parlait et Black Hermine était loin d’être une référence dans son domaine. Pas comme Olivia l’était dans le sien depuis de nombreuses années. Sans se départir de son sourire, elle avait joint devant son visage ses mains, laissant ses prunelles ardentes s’abîmer dans le regard de Morgan.

La voleuse était à la fois d’une insolence sans nom dans ses comportements que sur la défensive. Il n’y avait qu’à voir ce nuage sombre autour d’elle qui lui servait de carapace, ou encore la façon dont elle tentait d’impressionner la queue d’Olivia. Comme si l’appendice de la démone pouvait craindre quoique ce soit de ce genre de démonstrations ! Mais elle ne dit rien et ne poussa pas plus en avant sa queue. Elle n’avait pas besoin d’une autre compétition où les deux parties tenteraient de comparer la taille de leurs parties génitales. Elle avait déjà connu ce genre d’échanges avec des individus qu’elle n’appréciait guère et ne souhaitait pas répliquer la chose en cet instant avec son interlocutrice. Puis elle n’était aucunement gênée par la fumée… Elle avait contemplé les fausses de goudron et les brasiers de la Géhenne, elle avait aperçu les enfers de ses propres yeux et contemplé des créatures dont la simple vue pouvaient en rendre fous. Autant dire qu’une femme lui soufflant ainsi de la fumée ne lui faisait ni chaud ni froid. Quoique la fierté d’Olivia, était particulièrement démesurée et prompte faire naître les comportements les plus macabres et impulsifs chez elle.

« Je suis renseignée sur votre sujet, tout comme sur n’importe quelle personne qui passe les portes de ma demeure. Cela n’a pas été des plus simples, mais vous ne faites pas véritablement d’efforts pour rester discrète. Ce qui m’amène à me demander comment vous comptez réussir à survivre sur le long terme à Star City… Ce qui ne me concerne pas par ailleurs. Tant que vous survivez à ce que j’ai à proposer. »

Quelle outrecuidance ! Olivia n’était pas certaine que son interlocutrice, elle, sache tout ce qu’il y avait à savoir sur le Hellfire Club ! La façon dont tous les ennemis du cercle satanique étaient tombés les uns après les autres, la façon dont Olivia était devenue un parangon de l’impie et du blasphématoire à Star City. Evitant même la fureur de l’Archimage malgré ses attributs démoniaques. Oh, elle paierait cher pour voir sa tête à celui-ci un jour, lorsqu’il se rendrait compte qu’il ne pourrait pas la bannir comme tous les autres petits démons qu’il avait pu croiser au cours de son existence. Black Hermine, elle, ne semblait pas avoir suffisamment croisée de démon pour ressentir ce qu’Olivia aurait aimé lire dans son regard. Cette peur révérencieuse qu’elle pouvait voir chez ses serviteurs, chez des petites frappes qu’elle rencontrait parfois. Même Wildcard lui avait parlé avec plus de respect lors de leur première rencontre, alors qu’elle avait récupéré le bastion de Bloodfeud sur son territoire. La langue d’Olivia claqua dans sa bouche en un son dédaigneux alors qu’elle saisissait de nouveau sa boisson.

La démonologue laissa son interlocutrice déblatérer tous les paiements qu’elle souhaitait acquérir en contrepartie ! Le sourire d’Olivia était toujours présent, mais l’irritation commençait à monter en elle. Ah, cette conversation aurait définitivement tourné rapidement à l’aigre. Cela en était presque dommage, si la démone ne ressentait pas en elle la fureur caractéristique infernale qu’elle ressentait la plupart du temps. « Je crois que vous n’avez pas véritablement compris à qui vous avez à faire… » Commença Olivia d’une voix douce. Black Hermine, outre ses prétentions fantaisistes, avait menacé les démons de la sorcière. Ce qui n’était pas des plus graves non plus. Dispersez l’essence d’une de ces créatures et elle se reformerait en enfer, prête à être invoquée de nouveau. La façon dont elle lui avait demandé si elle saignait laissait peu de doute à ce que s’imaginait la voleuse. Le sourire d’Olivia s’élargit encore, alors qu’elle commençait à se redresser dans son fauteuil.

« Je pense aussi que vous n’avez pas vraiment compris la situation dans laquelle vous vous trouviez. Je ne suis pas un simple mafieux en train de requérir vos services. Votre petit jeu de cannibale me laisse de marbre, mais je ne tolère pas que l’on me manque de respect. »

Les mots de pouvoirs franchirent les lèvres d’Olivia, alors qu’elle déversait son maléfice sur Morgan. Ceux qui en étaient victimes voyaient apparaître sur leurs corps des plaies, mais ce n’était rien comparé à la douleur qu’ils ressentaient, qu’Olivia faisait naître en eux et qui ne s’arrêtait que si elle le désirait. Black Hermine lui avait manqué de respect, avait une foi bien trop importante en ses capacités, ainsi qu’en la valeur de sa vie et Olivia était prête à lui enseigner ce qu’il en coûtait de se conduire ainsi. On ne manquait pas de respect à l’une des figures du Cartel Rouge de cette manière, tout comme on ne manquait pas de respect à Damnation à moins de vouloir ressentir la morsure des feux de l’enfer. La démone était maintenant debout, s’avançant vers Morgan, sans se soucier de son petit nuage de ténèbres, rien ne lui résistait et elle possédait elle-même des pouvoirs télépathiques si jamais son interlocutrice tentait quoique ce soit… Si elle arrivait à se concentrer avec la douleur qu’elle devait ressentir à cet instant.

« J’ai tenté de me montrer courtoise, mais je crois que vous n’ayez pris ma politesse pour une véritable invitation à négocier et à étaler ainsi vos exigences. » Un fouet constitué de vertèbres enflammées se matérialisa dans la main de Damnation. « Votre vie ne vaut rien, pas plus que celle de mes serviteurs et les maigres pouvoirs que vous possédez ne vous donne pas plus de consistance que le dernier des moins que rien. Le seul moyen pour quelqu’un comme vous d’entrer au Pandémonium serait pour y travailler sur le dos ou sur vos genoux. Vous avez d’ailleurs de la chance que je me montre une hôtesse suffisamment indulgente pour ne pas laisser mes serviteurs vous violer et ravager votre corps. » Ses diablotins avaient déjà eut droit à ce genre de prix, aucune des femmes qui leurs avaient été donnée en pâture n’avait survécue. Le fouet claqua, fondant sur la gorge de Morgan pour s’enrouler autour de celle-ci. Si par le plus grand des hasards, cela ne fonctionnait pas, Olivia s’occuperait elle-même de saisir la gorge de l’impudente entre ses griffes.

« Vous allez maintenant m’expliquer ce que vous voulez au gang des fables. A croire que vous n’avez aucune idée de la façon dont fonctionne le Cartel Rouge. Si j’aime la réponse, peut-être que je vous laisserais vivante, si vous tentez de vous échapper, j’espère que vous serez prête à fuir la ville. Chaque sbire du Cartel cherchera à me ramener votre tête. Je pourrais même vous laisser l’honneur de remplir le contrat que je vous ai proposé, sans chercher à réclamer moi-même un paiement avec votre corps. »


 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 14 Nov 2016 - 2:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Olivia & Morgan

The Devil made me do it




L'ambiance n'était pas des plus détendues et Morgan y était pour quelque chose. Elle savait qu'elle jouait avec le feu, mais elle se doutait moins qu'elle subirai pareils conséquences. La blonde n'était pas du genre à avoir froid aux yeux, même si elle se savait en présence de quelqu'un de beaucoup plus dangereux qu'elle. L'audace était une qualité à son sens. Elle ne comptait aucunement plier, ni même se soumettre. Elle savait concéder, elle savait donner du leste, mais elle n'était pas du genre à courber l'échine.

Alors, lorsque la très célèbre Damnation se leva, elle ne chercha aucunement à prendre la fuite. Elle aurait certainement pu se glisser par ce petit hublot en repérant une zone d'ombre de l'autre côté, mais elle voulait rester. Non pas qu'elle cherche à l'affronter, elle se savait en position de faiblesse. C'était comme si elle avait éprouvée le besoin de se faire remarquer, d'avoir la pleine attention de son interlocutrice, qu'elle fasse d'elle sa priorité. Agissant uniquement par l'instinct et ne tournant pas sa langue dans sa bouche, elle se laissait porter, attendant de voir comment la situation évoluait et par quel moyen tordu elle s'en sortirait.

Morgan ne fut pas déçues, bien au contraire. Des cloques apparurent sur ses mains, et elle en sentait d'autre sous son costume. Ces dernières gonflaient, se multipliaient et durcissaient. Elles étaient douloureuse, certes, mais c'était supportable. Du moins jusqu'à ce qu'elles explosent, laissant la chair à nue. Une marée de pue s'échappait des plaies béante et incroyablement douloureuse. Impuissant, sa fumée sombre s'affolait tournant, explosant, à la recherche d'un moyen de calmer la douleur, comme elle l'aurait fait en cas de réception d'un coup. Mais il s'agissait là de magie de toutes évidences, et le seul atout qu'elle avait en poche lui était inutile. Ses mains se refermèrent sur les accoudoirs, les brisants sans soucis. La douleur lui faisait contracter le moindre de ses muscles, et bientôt le fauteuil ne fut plus que l'ombre de lui même. Le reste du mobilier fut soumis au même traitement. Pas par l'action directe de sa main, mais par celle de son esprit. Ce dernier cherchait tant bien que mal une façon de combattre la souffrance, la répartissant sur le piano, les fauteuils et canapés du salon privé, les broyant un à un.

La larme à l’œil, Morgan ne soufflait pas pour autant la moindre plainte. Elle le savait, le pire était loin d'être passé, mais le plus important restait à venir. Les genoux à terre, un avant bras au sol, l'autre tendue, elle sentait moindre parcelle de son corps la brûlée, comme si les cloques éclatées commençaient à ronger sa peau, la dévorant littéralement. Devant elle, une gigantesque colonne vertébrale se mit à lécher le sol de ses flammes. Elle était tenue d'une main par la colosse aux tentacules. Elle ne cessa pas de se tarir en éloge et de faire des reproches à la pauvre jeune fille. Il est vrai que son comportement en temps qu'hôte était irréprochable, mais il allait falloir repasser pour les rapports sociaux. Morgan n'était pas une de ses larbins et elle était un peu plus teigneuse que ces derniers. Certes, c'était assez hypocrite de sa part de tenter d'enseigner les rapports entre individus, mais il faut bien se faire avocat du diable de temps à autre.

La blonde aurait été curieuse de voir ce que ces bestioles avaient dans le ventre. Elles ne semblaient pas bien méchante, avec un peu plus de mobilier, elle aurait certainement pu les écraser malgré leur nombre. Le "fouet" claqua, tel un coup de tonnerre qui annonçait l'orage, il s'enroula avec violence autour de son cou, manquant de lui briser la nuque et de lui broyer la trachée et ses vaisseaux sanguins. Le premier réflexe de l'ombre face à l'offensive de Damnation, avait été de couvrir le moindre partie du corps de son hôte. Le choc avait donc été amoindris, tout comme la chaleur. Toute fois, c'était des plus insupportable, elle se savait à la merci complète de son adversaire. Au moins elle ne sentait plus les cloques, son cerveau n'étant capable de se focaliser que sur la douleur la plus importante, il jetait son dévolu sur la gorge compressée.

Libérées de la douleur qui l'avait paralysée, la voleuse devait à présent se défaire de l'étreinte brûlante. Le nuage s'était enroulé tout le long des vertèbres, captant la moindre source de chaleur, la convertissant pour donner à Morgan des ressources nécessaires. Cela, couplé avec l'énergie récoltée dans la salle, ainsi que celle déployée par l'ascenseur pour les amener ici, allait peut-être lui permettre de s'en sortir. Elle appliqua ses mains sur la chaîne osseuse brûlante, tirant de toutes ses forces pour se dégager de la poigne mortelle. Péniblement, elle se dégagea, mais ce n'était pas finis pour autant. Se retrouvant de nouveau dans la position qu'elle avait trouvée sous l'assaut des cloques. A bout de souffle, Morgan leva un bras en direction de son interlocutrice en signe d'abandon. Elle avait utilisé toutes ses réserves, elle doutait même de pouvoir être capable de se déplacer à l'aide de son ombre. Dans ces mesures, elle était clairement incapable de tenir tête à nouveau à Damnation. Toujours en position quasi-fœtale, elle tourna la tête dans sa direction. "Je pense que je retiendrai la leçon" Souffla-t-elle entre deux grimaces de douleurs causées par ses plaies béantes. Elle allait devoir se dépêcher de les faire soigner si elle ne voulait pas se retrouver avec de vilaines cicatrices, si ce n'est une bonne infection généralisée. Se retournant, les jambes à moitié dépliées pour ne pas tirer sur les blessures, le torse légèrement penchée en arrière tout en s'appuyant sur la paume de ses mains, le visage déformé par la douleur, elle pu de nouveau observer son interlocutrice en face. Elle se trouvait dans une position cependant beaucoup moins confortable que précédemment. Le souffle court, elle reprit. "Leurs activités m'intéressent et je suis particulièrement curieuse. Et ce n'est pas puisque j'ai accepté de venir ici que je suis assez stupide pour m'attaquer à eux. Mon intérêt est autre part." Ce n'était certainement pas très satisfaisant comme réponse, mais d'une certaine manière c'était la pur vérité. Elle voulait savoir ce qu'ils recherchaient. Elle voulait en apprendre plus à leur sujet.


HRP:
 
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 14 Nov 2016 - 22:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Morgan luttait de toutes les manières possibles pour ne pas donner à Olivia le contentement d’un gémissement de douleur. Mais ce qu’il se passait autour des deux femmes ne laissaient que peu de doutes quand à ce qu’elle devait ressentir en ce moment. Les plaies démoniaques devaient être en train de lui faire subir le martyr et en écho à cette douleur, un sourire venait ourler les lèvres de Damnation. Sentir la voleuse impudente à sa merci, prisonnière de l’étau des vertèbres du Léviathan, alors qu’elle n’avait qu’à tirer pour l’approcher près d’elle, pour tenir son visage entre ses mains. Peut-être alors qu’elle plongerait ses griffes dans ses yeux, faisant éclater son crâne entre ses mains. Voilà qui viendrait tâcher le sol de la pièce, mais le mobilier était déjà en miette… Ce qui n’était pas des plus graves pour la plupart, même si Olivia était tout de même ennuyée par la perte du piano. Il ne s’agissait pas d’un simple instrument de musique bas prix, Olivia ne jouait que sur ce qu’il se faisait de mieux.

La voleuse avait eu beau réussir à se défaire de l’échine, à broyer le mobilier d’Olivia. Cette dernière n’avait d’ailleurs pas pris la peine d’opposer sa propre télékinésie à celle de la voleuse. Elle aurait pu, son sang démoniaque lui avait toujours donné les moyens de bouger les objets par son esprit. Puis elle aurait pu tout simplement appuyer son propre talon sur la nuque de Morgan, la briser et la laisser pour morte, ce qui aurait épargné l’instrument de musique. Les démons autour des deux femmes étaient bien loin d’être ennuyés par la scène, au contraire ce chaos soudain avait excité leur sang infernal, leur donnant probablement envie de quelque massacre ou obscénité. Peut-être qu’elle devrait leur abandonner Black Hermine, quoique cette dernière semblait s’être rendue compte de son comportement inacceptable. Ce fut d’ailleurs autour de la queue d’Olivia d’enserrer le corps de la voleuse, plaquant ses bras le long de son buste et la soulevant du sol.

« Est-ce que tu as vraiment bien compris la leçon ? Je n’en suis pas certaine. As-tu simplement idée de ce que tu viens de détruire ici ? Ces meubles étaient pour la plupart des pièces uniques. » Olivia eut un air faussement sévère. « Il va décidément falloir que tu mettes la main à la patte pour rembourser tout cela, c’est bien mauvaise façon de faire affaire si tu veux mon avis ma chérie. A moins peut-être que tu ne comptes me rembourser d’une autre manière ? »

L’extrémité reptilienne de la queue d’Oliva s’amusa à glisser contre l’entrejambe de Morgan, pour lui montrer ce que la démone pourrait la forcer à faire. Après tout, elle était une maquerelle. Le Pandémonium bien sûr était ce qui se faisait de plus classe et de plus tendancieux en matière de débauche, mais elle avait de nombreux bordels partout en ville. Sans compter les films qu’elle tournait dans les studios qu’avait installés son prédécesseur.

« J’aurais bien envie de te briser et de te dresser. » La démone tendit son fouet entre ses mains, comme si elle imaginait de nouveaux supplices qu’elle pourrait offrir à la jeune femme. Mais elle était bonne joueuse et aussi Olivia interrompit son maléfice, mais pas avant d’avoir approché sa main du visage de Morgan pour prélever un cheveu blond. « Et quel est ton intérêt exactement ? Les rejoindre ? Si c’est le cas je pourrais organiser un rendez-vous à Wildcard, de toute façon je compte bien le tenir au courant de ton existence, de tes exigences et bien sûr de ton comportement. Être un électron libre peut fonctionner tant que l’on est discret, mais toi ma chérie, tu as décidé de jouer les fauteuses de trouble en plein sous le nez du Cartel, pire, sous mon nez. » Un soupir désolé coula entre les lèvres d’Olivia.

« Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi maintenant ? Tu as une idée de comment payer la dette que tu viens de contracter en n’étant pas capable de te contrôler ? Même si je t’abandonnais à mes chiens, je ne suis pas certaine d’y retrouver mon compte. Pourtant, ils ont le bon sens de se montrer plus semblable à des hommes qu’à des bêtes quand il est question de jouer avec une jolie fille comme toi. Sûrement que tu es habituée à pouvoir tout broyer avec tes petites mains et tes pouvoirs, mais tu es à moi maintenant. Jusqu’à ce que je décide le contraire. Est-ce que tu as la moindre objection à formuler ? »

HRP:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 16 Nov 2016 - 21:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Olivia & Morgan

The Devil made me do it




Les choses ne se passaient pas exactement de la manière escomptée. Certes, il aurait été aisé de deviner que Morgan risquait gros à défier frontalement l'une des figures du Cartel Rouge. Il est vrai qu'elle en avait demandé beaucoup en guise de récompenses, mais elle ne voulait pas viser bas pour au final se retrouver avec un arrangement inférieur à ce qu'elle aurait pu obtenir. C'était une technique de négociation comme une autre après tout. Toujours au sol, la blonde fixait le colosse qui lui faisait face, cette première doutait fortement du fait qu'elle s'arrête à sa simple demande. Cela aurait été trop beau, trop facile. Et c'était sans doute bien plus amusant du point du vu du monstre.

D'un certain point de vue, Morgan ne lui en voulait pas. Elle n'éprouvait pas de haine, de rancœur à son égard. N'aurait-elle pas fait la même chose si la situation avait été inversée ? Elle aurait même sans doute été un poil plus sanglant. Avant de l'étrangler, elle aurait cherché à l’immobiliser pour lui arracher les ongles. Si elle n'avait pas été en position de proie, elle en aurait certainement eu des frissons de plaisir rien que d'y penser. Sans pouvoir résister ou contester, elle fut enserrée par la queue démoniaque et soulevée de terre comme une plume. Elle n'avait plus la force de lutter, de résister, son nuage coulait d'elle, tombant au sol et formant une flaque ridicule. Pour illustrer ses propos, elle utilisa sa longue queue. Semblable à un serpent, elle se fraya un chemin entre les jambes de la tueuse. Trop affaiblies, ses dernières tremblaient de fatigue, sa seule issue était de patienter, d'attendre que l'orage passe, que sa geôlière se lasse.

Alors que Morgan luttait avec les quelques forces qui lui restaient pour ne pas laisser le corps inconnu forcer son intimité, elle vit et entendit le fouet de vertèbres claquer. Comment pareil objet pouvait il claquer c'était une bonne question, mais de toutes évidences il le faisait, et plutôt fort, trop certainement. "Oui, pourquoi pas les rejoindre. Je n'exclus pas cette possibilité, après tout, eux et moi avons des centres d'intérêt en commun non ?" Si elle en évoquait la possibilité, autant foncer dedans, mieux valait la diriger sur ce sujet plutôt que sur un autre. Elle était toujours prisonnière et incapable de mobiliser assez de forces pour se téléporter. "Mais si je l'avais joué profil bas, est-ce que vous m'auriez remarquée ?" Morgan marqua bien le vouvoiement, même si son interlocutrice avait décidé de se tourner vers le tutoiement, mieux valait protéger ses arrières en assurant le coup. En plus de cela, cette question avait le mérite de la rediriger vers un sujet de conversation beaucoup plus amiable et propice à sa survie. Pour un peu qu'elle se laisse griser par le pouvoir qu'elle avait sur la blonde, elle ne resterait pas sur ses gardes à ce niveau là. Il ne s'agissait là que d'une supposition, mais il valait mieux ça plutôt que de perdre la vie ou d'être réduite à l'esclavage instantanément.

Un cheveux lui fut arraché, il valait sans doute mieux cela qu'un bras. Mais on ne faisait pas une telle chose sans avoir un minimum d'idée derrière la tête, ou derrière les tentacules en l’occurrence. Qu'allait-être la nouvelle surprise de Damnation ? Morgan préféra éviter de répondre au dernier sujet, elle voulait limiter son exposition et cela passait aussi par ses dires. "Si je ne sais pas quelle taille il fait ni où il se trouve, je vois difficilement comment je pourrai voler votre artefact."


HRP:
 
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 17 Nov 2016 - 21:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Une voleuse cannibale parmi le gang des Fables. Elle imaginait difficilement Jake en train de bouder Morgan et ne pas essayer de lui mettre le grappin dessus… Le chef de gang n’était pas vraiment à ce point avide de nouveaux membres, mais Olivia savait qu’il chercherait toujours un moyen d’entretenir le chaos autour de lui. Elle l’avait aidé à le faire en chassant Papadopoulos de leur quartier et en le ridiculisant complètement. Morgan avec ses capacités, son caractère pour le moins exécrable et son ambition déplacée pouvait en effet se ranger dans la catégorie des individus que le méta-humain pourrait avoir à ses côtés. Ou bien être de ceux qu’il abattrait rapidement pour lui avoir manqué de respect. Cet homme était une bombe à retardement et elle-même se méfiait quelque peu de lui. Il devait probablement posséder le plus de moyens de causer du tort à une créature comme elle avec sa chance insolente. C’était un individu qu’il fallait mieux compter dans ses alliés que dans ses ennemis.

« Je me demande si Wildcard se donnerait la peine de poser le moindre regard sur toi. Tu te retrouves déjà totalement à ma merci, je pourrais faire de toi une de mes catins si je voulais… Pourquoi te relâcher dans la rue et t’abandonner au Gang des Fables ? Surtout qu’il y a une bonne chance pour qu’il te colle une balle entre les deux yeux et te laisse pour morte dans un caniveau. »

Un destin adéquat assurément. On ne manquait pas de respect impunément à Damnation et aux yeux de cette dernière, tous ceux qui le faisaient n’étaient que des roturiers, de la vermine incapable de voir sa supériorité naturelle. Alors même qu’elle était au-dessus de l’humanité toute entière ! Son sang infernal n’en était-il pas la plus parfaite preuve ? Elle serait l’héritière de la Terre, d’une façon ou d’une autre. Les gens comme Morgan n’hériteraient que d’une tombe, si jamais Olivia acceptait de les laisser mourir.

« Il y a des moyens de se faire remarquer sans se montrer insultant, tu sais. La subtilité pourrait t’ouvrir bien des portes, surtout si tu comptes côtoyer les grands du Cartel Rouge… Tu commences sur un triste départ, j’en ai bien peur. »

Olivia elle avait un petit trésor entre ses doigts. Un simple cheveu qu’elle contempla un instant en souriant. Morgan était toujours prisonnière de la queue reptilienne, cette dernière qui continuait certains attouchements de plus en plus osés. La démone ne semblait même pas y prêter attention, toute fascinée qu’elle l’était par sa découverte. Elle leva sa main droite et claque des doigts, des diablotins se dispersèrent dans toutes la pièce alors qu’un plus gros s’approchait de sa maîtresse avec quelque chose entre les mains.

D’un mouvement de queue puissant, la démone lança le corps de Morgan comme s’il s’agissait d’une poupée de chiffon contre l’un des murs de la pièce. Voilà qui devrait lui apprendre le respect. Olivia lui tournait le dos, sans pour autant baisser sa garde… Si ce n’était que son corps changea, ses ailes disparaissant, ses tentacules devenant des cheveux blonds. Le diablotin lui tendit un masque qu’elle posa sur son visage avant de se retourner, masquant toujours son identité à Morgan. Deux autres créatures infernales, aux corps incandescents et dotées de petites ailes apportèrent un peignoir de soie écarlate à leur maîtresse.

« L’objet que je désire est une dague, en os et gravée de runes. Cela ne devrait pas être trop compliqué à récupérer ? Même si tu ne tiens pas sur tes jambes alors que j’y suis allé tendrement avec toi. » Un sourire moqueur se dessina sur les lèvres d’Olivia, son masque ne cachant que la partie supérieure de son visage. « Ah, la magie des premières fois… Tu vas me récupérer cette dague, ce qui devrait payer les dégâts que tu as causé dans mon salon. En partie. Je ne pense pas que nous n’en ayons fini toutes les deux. » Le diablotin à ses pieds tendit une poupée de chiffon à Olivia, cette dernière, en quelques gestes élégants, plaça le cheveu qu’elle avait prélevé à l’intérieur du corps de tissus. « Je suppose que tu sais déjà à quoi cela peut servir, non ? Voilà comment cela va se passer. Tu vas devenir ma voleuse personnelle, comme tu le voulais. Quand je t’appelle, tu viens, tu fais ce que je te demande et tu ne poses pas de question. Si tu tentes de t’enfuir, je me contente d’enfoncer une aiguille dans cette petite effigie de ta personne. » Olivia resserra son poing autour de la poupée, la pressant de manière atroce. Morgan devait avoir l’impression qu’une main gigantesque devait se refermer sur elle, briser tous ses os et froisser ses chairs. Ce n’était qu’une illusion, mais la douleur ressentie, elle, était réelle. « En échange de cela, j’accepte de parler de toi à Wildcard. Je pense que c’est un accord respectable. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 18 Nov 2016 - 2:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Olivia & Morgan

The Devil made me do it




Morgan n'avait pas une infinité de cordes à son arc. La dernière carte qui se trouvait dans sa manche pour rester en vie était la parole. Son ton avait changé, ses paroles aussi, la moindre erreur lui serait fatale elle ne le savait que trop bien. Pour l'instant elle était tout simplement incompétente face à Damnation. La blonde devait brosser son interlocutrice dans le sens du poil. Elle ne devait pas chercher à l'amadouer, ce serait trop évident, juste à souligner l'écart de puissance qui les séparait. "Dans tous les cas vous ne risquez rien, mais dans l'un d'entre eux vous permettriez à l'un de vos alliés de se renforcer." Sussura-t-elle.

Le ton et le thème abordé par Damnation étaient soudainement beaucoup moins menaçant, comme quoi les paroles de Morgan avaient leur petit effet, mieux valait ne pas s'arrêter en si bon chemin. "Si je puis me permettre, peu importe le départ, ce qui compte c'est l'arrivée." Certes, elle la contredisait, mais c'était sans doute un mal pour un bien. Incapable de déterminer d'où venait son interlocutrice, elle soulignait tout de même son statut actuel à savoir l'une des figure majeur du cartel.

Le colosse ne semblait pas particulièrement intéressé par les réponses fournies, vouant une admiration quasi divine au cheveux qu'elle lui avait enlevé. Que pouvait-elle lui trouver de si fantastique ? Certes ils étaient magnifique, sublimes, parfait, il fallait bien avouer qu'elle en prenait grand soin. De là à en admirer un exemplaire avec autant d’intensité il y avait tout de même un fossé. Alors que les petites monstruosité se dispersaient sur l'ordre de leur maître, Morgan fut envoyé négligemment contre un mur à l'opposer de la pièce. Si son nuage lui permettrait de retrouver une partie de l'énergie déployée, elle subissait tout de même une très, voir trop, grande partie des dégâts.

Sous les yeux quelque peu étonné de la jeune femme, le corps démoniaque se métamorphosa, laissant place à celui d'une femme de toute beauté, à la chevelure blonde. Elle était un peu plus large, son visage était caché par un masque qu'on lui avait apporté. Morgan en aurait bien fait son quatre heure si elle n'avait pas été dans une position aussi inconfortable. Au moins elle n'était plus menacée de mort, c'était un début.

Alors que la plus blessée des deux était à terre et reprenait son souffle tant bien que mal, l'autre énumérait les caractéristique de la dague et fixait les termes de l'arrangement. Morgan n'y retrouvait rien à redire, pour l'heure elle souhaitait simplement soigner ses plaies. Mais alors que cette dernière croyait que cette affreuse rencontre s'achevait enfin, Damnation lui montra une petite poupée de chiffon. Allons bon, qu'est ce que c'était encore que ça ? Qu'est ce que c'était ce charabia ? A part pour rendre cette maudite dague, la voleuse se voyait très mal revenir en ces lieux surtout si c'était sans poser de questions et sans demander quoi que ce soit en échange. Mais alors qu'elle se questionnait, elle se sentit broyer, comme si on l'avait enfermé dans ces machines où on mettait les voitures et où ces dernières ressortaient en petits blocs. Elle se tordit de douleur au sol, dans une grimace qui témoignait de la douleur qu'elle endurait. Lorsque la pression disparue, Morgan lança un ultime regard à son interlocutrice. Il n'implorait pas la pitié, il n'était pas une preuve de soumission, il était sombre malgré le bleu glaciale de sa pupille. C'était ce genre de regard froid qui en disait long, qui murmurait gravement et sincèrement, là, tout de suite, je ne peux rien; mais surveille tes arrières. Se redressant, elle s'appuya sur le mur, retrouvant petit à petit son souffle et son œil indifférent.
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 19 Nov 2016 - 17:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ne rien risquer, ne rien risquer… Décidément, Morgan n’avait aucune idée des risques que pouvait prendre Olivia si jamais elle envoyait de la chair fraîche à Jake et que cette même chair se révélait quelque peu frelatée. La démone savait que Wildcard trouverait toujours une utilité à Morgan, cette dernière n’était pas laide et possédait quelques pouvoirs intéressants, même elle aurait pu faire d’elle l’une de ses filles, la faisant travailler en ouvrant ses cuisses. Ah et dire qu’elle avait eu l’outrecuidance de croire qu’elle pourrait se mêler à la clientèle du Pandémonium ! Olivia avait déjà suffisamment de mal à garantir le parfait calme dans son club ces derniers temps et surtout à s’assurer que les activités les plus secrètes qui y étaient pratiquées le restent. Il fallait dire que certains membres du staff de l’établissement ne lui facilitaient pas la tâche. Ce que venait de faire Morgan avait son petit excès de rage n’allait pas lui faciliter la tâche non plus. Elle allait devoir racheter des meubles, faire venir ici des gens pour tout restaurer. Pour le moment, la sorcière ne s’était pas amusée à faire posséder toute une équipe de décorateurs d’intérieurs.

Bien sûr, la soirée se terminait sur une note positive, Morgan était à elle. La poupée qu’elle tenait dan sa main lui donnait un avantage certain sur la méta-humaine, un moyen de la tenir en laisse, jusqu’à ce qu’elle se lasse ou que cela ne soit plus nécessaire. Faire dresser des humains pouvait se révéler être un processus assez capricieux et bien souvent à moins de placer un esprit infernal dans leurs corps pour faire d’eux des marionnettes, la douleur restait le meilleur moyen de s’assurer leurs services. Mais le regard, le regard que lui lança la voleuse… Il en disait long et Olivia ne put s’empêcher de sourire. Elle avait tué des gens pour des regards bien moins meurtriers que celui-ci.

« Est-ce que l’arrivée te convient ? Tu es ma chienne maintenant jusqu’à ce que je me lasse de toi. Mais tu récupères finalement l’honneur d’aller voler la dague pour moi. Par contre tu devrais faire attention à la façon dont tu me regardes. Je pourrais être prise d’une envie de te crever les yeux, ou bien de briser tout reste de défiance en toi. »

Olivia fit s’agiter les vertèbres enflammées qui constituaient son fouet. Sûrement que la méta-humaine n’en avait pas encore oublié la morsure… Combien de lacérations ardentes sur son corps seraient nécessaire avant d’en faire une esclave parfaite ? Voilà qui était une remarquable question. Olivia posa son regard sur l’un des derniers fauteuils encore entier de son salon, ce dernier glissa sur le sol, poussé par une force invisible et la sorcière s’assit dessus avec sa nonchalance naturelle. Le fouet disparut, retournant dans les enfers qui l’avaient engendré et la blonde se retrouva avec uniquement la poupée entre les mains, qu’elle caressait presque affectueusement.

« Si tu es sage, peut-être que je te la rendrais un jour, que tu n’auras plus à vivre avec cette menace au-dessus de ta tête. Mais pour le moment, quelque chose me dit que tu as encore beaucoup de projets à faire. » Olivia claqua des doigts et un diablotin lui apporta un épais dossier qu’elle récupéra avant de le lancer en direction de Morgan. « Voilà tout ce que j’ai découvert sur l’emplacement de la dague et sur son actuel propriétaire. Ce dernier aura l’air d’un humain parfaitement normal, mais je suppose que tu n’es pas assez stupide pour te laisser avoir par un piège aussi grotesque. Tu as une semaine pour me la ramener. Passé ce délai, tu ne préfères pas imaginer ce que je ferais à cette petite poupée. Mais je sais que tu viendras ici en rampant et que tu me supplieras d’arrêter, tu seras prête à tout pour cela. Heureusement, rien ne nous pousse à arriver jusqu’à un tel dénouement ! » S’exclama-t-elle avec un sourire joyeux. La situation l’amusait beaucoup, même si elle n’avait rien d’extraordinaire en soi. Morgan n’était pas la première à devenir esclave de la magie noire d’Olivia et ne serait probablement pas la dernière. Mais c’était toujours aussi délectable pour Olivia, comme une sucrerie qui venait fondre sur sa langue. « Est-ce que tout est clair ? Si c’est le cas, tu peux y aller et je m’occuperais de parler de toi à Wildcard. Par contre, ne reviens pas rôder par ici à moins que tu n’aies ma dague. Tu es jolie, mais je n’ai pas de temps à perdre avec de telles distractions, puis quelque chose me dit que tu n’apprécierais pas ce que j’ai en réserve pour toi. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 11:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Olivia & Morgan

The Devil made me do it




Morgan n'était pas de la race de ce qui abandonne, de ceux qui laisse tomber. Pourtant, elle savait, à de rares moments, se montrer raisonnable, notamment quand sa vie en dépendait clairement. Elle savait faire le dos rond, le roseau à l'occasion. Elle n'en oubliait pas pour autant la personne qui l'obligeait à courber l'échine, bien au contraire. Mais selon l'adage, il était préférable d'attendre que la vengeance refroidisse. Que les souvenirs d'une querelle disparaissent, s’aplatissent, avant de venir frapper. La voleuse planterait un poignard dans le dos de Damnation lorsque cette dernière s'y attendrait le moins. Pour l'heure elle devait en apprendre plus, et si possible, changer la vision qu'elle avait de la cannibale.

Morgan se releva péniblement, chaque partie de son corps était douloureuse, lui arrachant une grimace qu'elle tentait de cacher à son interlocutrice et bourreau pour ne pas lui faire un peu plus plaisir. De ses plaies béante, en passant par les brûlures ou la strangulation et en finissant par le choc, elle avait reçue son cota pour un petit bout de temps. Elle ne pestait nullement contre elle même pourtant, d'aucun auraient enragé de voir leur honneur ainsi entaché, mais pas elle. L'honneur était une page blanche qui se salissait à la moindre éclaboussure, c'était un fardeau, un boulet, dont il fallait se débarrasser au plus vite si on voulait avancer. Plutôt que de prendre la peine de se rebaisser pour saisir le lourd dossier, elle fit voler ce dernier jusqu'à elle, tournant rapidement les pages à la recherche d'informations essentiels.

Finalement, Morgan ne s'en tirait pas si mal. Certes, elle était blessée de toute part, certes une menace vaudou détenue par un démon planait au dessus de sa tête. Pourtant, elle avait réussi à obtenir gain de cause, Damnation allait parler d'elle à Wildcard. Ce ne serait certainement pas en de très bon termes, mais au moins il entendrait parler d'elle. Comme quoi sa technique de négociation était tout simplement inégalable. Il y avait de quoi être fière. Sans prendre la peine d'adresser la moindre parole à celle qui croyait la tenir en laisse, Morgan se dirigea vers la sortie. Mieux valait que les deux gardes n'aient pas touché à ses jouets, elle n'oubliait rien. Elle allait sans doute couper leurs têtes avant la sortie, histoire de laisser d’embarras les serviteurs de Damnation qui seraient forcés d'effectuer le sale boulot.
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas

 
The devil made me do it
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
The devil made me do it  Cadre_6The devil made me do it  Cadre_7_bisThe devil made me do it  Cadre_8


The devil made me do it  Cadre_1The devil made me do it  Cadre_2_bisThe devil made me do it  Cadre_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The devil made me do it  Cadre_6The devil made me do it  Cadre_7_bisThe devil made me do it  Cadre_8
Sauter vers: