Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 Cadre_1Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 Cadre_2_bisBons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 Cadre_3
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

Bons baisers de France ▬ Abigaïl

 
Message posté : Sam 19 Nov 2016 - 16:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle ne leur avait pas dit que c’était son frère qui s’occupait de l’entreprise de pompes funèbres ? Décidément, les Le Guerec ne semblaient pas très doués pour suivre le cours de la conversation. Bon, pour leur défense ils avaient beaucoup à avaler d’un coup. L’existence de Gwenlan, même si ce dernier semblait avoir autant de personnalité qu’une plante verte, coincé sur les genoux de sa grand-mère sans dire un mot. Même elle avait été plus vivante quand elle était enfant ! Après tout elle voyait déjà les morts à l’époque, ce qui avait achevé de terroriser bon nombre de ses nourrices par ailleurs. Sans parler d’Anton qui aimait enfoncer la pointe des fourchettes dans le lard de ces dernières dès qu’elles étaient distraites.

« La thanatologie est un domaine pluridisciplinaire et qui possède de nombreux aspect. Je laisse ceux plus sociaux et biologiques à mon frère. C’est lui le spécialiste des pompes funèbres, ses connaissances des corps en décomposition pourrait lui permettre d’assister la police même s’il n’était pas si occupé. Non, pour ma part je préfère m’intéresser à un aspect plus anthropologique et archéologique. Nous avons un rapport si aseptisé à la mort, la seule fois où quelqu’un verra un cadavre la plupart du temps, cela sera juste avant la mise en terre, alors qu’il aura été apprêté par un professionnel. Alors qu’il y a des tribus dans le monde qui ont des rapports plus honnêtes avec leurs défunts… Par exemple ils sortent des momies tous les ans et les font danser sur leurs épaules, ou bien suspendent les squelettes de leurs guerriers le long d’une falaise pour qu’ils continuent à protéger le village. Je trouve ça tout particulièrement fascinant… »

Souriant intérieurement face à l’étalage de connaissances morbides dont elle venait de faire preuve, elle gardait un aspect tout à fait sérieux et calme. Mais de la même façon, elle offrait un couple bien plus crédible aux parents de Renan. Après tout, il était un laveur de vitre et père célibataire. Alors qu’elle était belle, jeune et avait apparemment des ressources assez impressionnantes. Il fallait qu’elle ait un défaut. Et elle en avait un grand ! Elle était bizarre et morbide. La belle fille parfaite pour planifier un enterrement.

Les yeux d’Abigaïl s’étrécirent rapidement lorsque Kate parla de mariage. Allons-bon, est-ce que son petit discours sur la thanatologie avait un peu échaudé la mère de famille ? Maintenant elle ne voyait plus Abigaïl comme sa belle-fille, pas avant que Renan ne lui ait passé la bague au doigt. Sauf que la dernière bague qu’il lui avait offerte avait été taillée dans les ossements d’une sirène. Et Abigaïl la préférait à toute alliance dénuée de sens. Sa vie civile était si ennuyeuse, elle avait depuis longtemps renié dieu. Un mariage n’aurait pas beaucoup de signification, surtout que cela ne changerait pas le fait qu’ils soient en effet dans une sorte d’union libre.

« Et bien, un mariage apporterait des avantages économiques bien sûr, mais vu que nous ne vivons pas ensemble et que nous pourvoyons chacun à nos besoins… Je ne sais pas si cela serait très utile. Cela marquerait éventuellement notre appartenance l’un à l’autre, mais nous ne sommes pas aussi territoriaux, n’est-ce pas chéri ? » Elle eut un léger sourire à nouveau. « Puis pour ce qui est de l’aspect religieux… Vous êtes croyante madame Le Guerec ? »

Voilà qui serait amusant ! Si la famille Le Guerec était du genre à aller à l’église tous les dimanches matins alors que leur fils avait fricoté avec un démon. Et qu’il s’envoyait régulièrement en l’air avec une nécromancienne bicentenaire qui avait déjà torturé un bon nombre de prêtres et autres suivants de ce prétendu dieu unique. Abigaïl ne savait même pas si elle pouvait encore entrer dans une église… Pas dans toutes en tout cas, la dernière fois elle avait dû demander à Solveig de profaner le sol sacré de l’une d’entre elle au Texas pour qu’elle puisse y faire entrer ses armées.

Par contre, ce que la nécromancienne appréciait encore moins que les tentatives de Kate de s’accrocher à elle comme à une belle fille parfaite était d’entendre le père de Renan s’exprimer en breton. Elle posa son regard sur ce dernier, ne sachant trop quoi penser de cet homme silencieux, écrasé par les présences féminines dans sa vie… Abigaïl n’aurait pas été surprise d’apprendre que Renan le méprisait. Après tout, Jack avait été la figure paternelle dans sa vie. Elle n’était pas certaine que le méta-humain ne cherche à aller récupérer l’âme de son père biologique en enfer si jamais celui-ci finissait par mourir par ailleurs. Pourtant il devait y avoir quelque chose… Les chiens ne faisaient pas des chats et la nécromancienne se demanderait ce qu’elle apprendrait en observant le père de Renan avec ses autres yeux. Pas ceux qu’elle avait là, d’un bleu glacé mais bien humains, elle pensait à ceux de la Faucheuse, qui lui permettait de voir chez un individu tout ce qui était lié à la mort chez lui.

« Je ne sais pas, c’est très généreux de votre part. Mais vous vous doutez bien qu’un tel voyage se doit d’être mûrement réfléchi. Que ce soit financièrement ou au niveau de nos plannings. Renan a un travail régulier et moi-même j’ai quelques responsabilités. Je suis certaine que nous pourrons réfléchir à une période qui nous conviendrait à tous deux. » Même si passer du temps dans un avion, alors qu’elle avait une porte de la mort dans les Catacombes de Paris ne l’enchantait guère.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 13:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Kate observait sa belle-fille d'un œil attentif. Son regard oscillait entre la perplexité et l'intérêt. Elle n'avait jamais vraiment la mort et tout ce qui s'en rapprochait, surtout depuis qu'elle avait perdu sa mère alors qu'elle était encore très jeune. La disparition de son frère Jack avait aussi grandement affecté la mère de famille qui ne savait donc pas comment interpréter toutes ces paroles. Elle acquiesça tout de même d'un hochement de la tête lorsque la britannique acheva ses explications, essayant d'afficher un sourire un peu forcé.

« Je crois que je comprends. Mais je préfère vous avouer que j'ai beaucoup plus de réticences à approcher la mort.... je suis comme le commun des mortels à ce niveau, je le crains. »

Elle eut un sourire faussement amusé, ne sachant toujours pas si elle devait trouver cette jeune femme bizarre ou non. Ses prunelles claires oscillaient entre sa fille et sa belle-fille, se posant parfois que le visage de son fils pour essayer de savoir ce qu'il pensait. Son attention se reporta aussitôt sur Abigaïl au moment où celle-ci reprenait la parole pour lui expliquer qu'elle ne voyait le mariage que comme un avantage économique. Les sourcils de Kate se froncèrent légèrement et il n'était pas difficile de comprendre qu'elle n'approuvait pas vraiment cette vision des choses, mais elle n'ouvrit pas la bouche pour autant. Plus la discussion avançait et plus elle semblait se renfermer, même si sa mâchoire se décontracta lorsqu'elle eut droit à une question sur ses croyances religieuses. Hochant la tête d'un signe affirmatif, elle répondit d'un ton aussi calme que possible :

« Oui, je suis croyante. Très croyante en vérité. » Son regard passa sur Renan. « Qui plus est, le divorce n'est pas quelque chose d'acceptable, je pense que tu le sais. »
« Oui, mais tu sais que je ne suis pas croyant de mon côté. » Elle soupira en regardant Abigaïl.
« Le mariage a quelque chose de plus utile que des avantages économiques vous savez. La vie ensemble, fonder une famille, élever ses enfants.... vous comprenez l'idée, non ? Je sais que les jeunes ont une vision des choses différente, mais vous n'irez pas en rajeunissant et continuer à vivre séparés durant des années n'est vraiment pas une bonne idée. Parfois, il faut se secouer un peu pour changer de vie. »

Renan lâcha un profond soupir, toujours appuyé contre le plan de travail derrière lui. Ses yeux mordorés se posèrent sur Abigaïl comme pour lui faire comprendre qu'elle était priée de l'aider à se débarrasser de ses parents au plus vite, puis il secoua la tête avant de se concentrer sur sa génitrice.

« Tes conseils sont appréciés, mais ils ne nous intéressent pas. Nous avons notre propre vie, tu ne peux pas calquer tes envies sur les nôtres. » Elle entrouvrit la bouche. « Non, c'est bon, inutile de revenir là-dessus. »

Les yeux de Kate se posèrent sur la blonde comme si elle cherchait un soutien, mais cela ne sembla pas porter ses fruits. Au lieu de cela, elle se retrouva plutôt face à une réponse hésitante de la part de sa belle-fille. Visiblement, cette dernière ne mourait pas d'envie de venir en France et quelque chose lui disait que son fils n'en serait pas plus enchanté. Un léger soupir lui échappa à nouveau alors qu'elle reprenait :

« Je me doute que c'est une décision difficile à prendre, mais j'espère réellement que vous viendrez nous voir. Renan vous a-t-il dit qu'il a plusieurs sœurs ? Elles sont toutes mariées et mères de famille, je suis certaine qu'elles auraient beaucoup de choses à échanger avec vous. »
« Elle a dit qu'elle y réfléchira avec lui Kate. » L'accent du père était beaucoup plus prononcé que celui de Renan.
« On verra plus tard. En attendant, je pense qu'il serait temps de terminer tout ça, non ? »
« Tu essayes de nous chasser ? » Elle eut un rire. « Patience. Abigaïl, vous avez parlé d'un bar ? Pourriez-vous nous donner l'adresse ? J'aimerais beaucoup y faire un tour. »

Et le regard de Renan fut suffisant pour faire comprendre qu'il n’avait aucune envie qu'elle le fasse !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 17:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Abigaïl avait vraiment réussi son coup en parlant de thanatologie et en expliquant quelque peu sa vision du mariage. Elle sentait bien qu’elle était sur le point de ne pas vraiment faire de Kate Le Guerec sa meilleure amie avec tout ce qu’elle venait de déballer. Ce qui était probablement pour le mieux. Sa relation avec Renan était déjà soumise à suffisamment d’intempéries pour qu’elle ne s’amuse pas outre mesure à jouer avec la famille de ce dernier. Leur présence ne lui faisait pas plaisir, puis elle s’était déjà suffisamment moquée de lui à ses dépens. Elle était certaine que si Kate la voyait comme une femme trop excentrique pour être fréquentable, elle ne chercherait pas à trop s’attarder dans la vie de son fils. Après tout, déjà que Renan la repoussait ouvertement, si en plus sa petite amie était fascinée par la mort… Qu’est-ce qu’elle pourrait trouver de cette union ?

Bien sûr c’était sans compter sur l’acharnement de Kate Le Guerec. Qui devait s’apparenter à celui d’une moule bretonne accrochée solidement à son rocher et qui ne semblait pas vouloir faire une croix sur l’idylle de son fils tout de suite. Ni sur la possibilité d’un mariage. A l’église en plus ! Ah si elle savait tout ce qu’Abigaïl avait fait dans des églises, tout ce que représentait pour elle l’hypocrisie des religions monothéistes. S’il n’y avait qu’un seul et unique dieu, il s’agissait de la mort.

« C’est le cas de la majorité des occidentaux comme je l’ai dis, notre relation à la mort est particulièrement aseptisée. Certains diraient que nous sommes trop épargnés. »
Après tout, cela faisait un moment qu’il n’y avait pas eu de grande guerre, de famine ou de peste dans cette partie du monde. Les cadavres ne fleurissaient pas dans les rues comme autant de mauvaises herbes ou fleurs des champs. « Je croyais que le divorce avait été accepté par l’église catholique ? Enfin, je ne suis pas certaine que vous arriviez à faire une jeune femme honnête de moi ou de votre fils. Comme il le dit, nous asseoir dans une église ne nous intéresse pas vraiment, encore moins pour nous marier. »

Puis vraiment, pourquoi voudraient-ils changer de vie ? Ce qu’ils offraient au Le Guerec n’était qu’nu ersatz de ce qu’ils étaient vraiment, la partie la plus ennuyante de leurs êtres. Elle était Lady Death, sa religion était plus vieille que celle du dieu unique de Kate, elle prétendait elle-même au titre de déesse. Un mouvement de la main et elle pourrait transformer la mère de son amant en une créature mort-vivante, invoquer les esprits de leurs ancêtres ou simplement ouvrir une porte sur une autre dimension peuplée d’horreurs et des spectres. Mais non, elle jouait la jeune fille, qui écoutait les commentaires de sa belle-mère, trop polie pour vraiment lui mettre le nez dans ses croyances et lui montrer ce qu’elle en pensait véritablement. Elle espérait que Renan était fier d’elle ! La nécromancienne n’avait pas eu à faire de tels efforts pour conserver son identité secrète depuis bien longtemps. Mais au moins comprenait-elle pourquoi est-ce que Renan n’appréciait pas de passer beaucoup de temps avec sa famille. En fait, surtout avec sa mère, sa sœur et son père semblaient tolérables pour des vivants.

« Nous n’avons pas besoin de nous marier pour fonder des familles. Bien sûr nous n’en sommes pas une au sens conventionnel du terme. Mais votre fils a des goûts assez extraordinaires en terme de femmes, il est normal qu’il n’aspire pas à une vie de famille tout à fait normale. »


Après tout il était en couple avec une femme bicentenaire, avait eut une fille qui donnait l’impression d’avoir huit ans alors qu’elle n’en avait qu’un. Et c’était sans parler de sa cousine envoyée au fin fond du trou du cul du monde, de son gamin éprouvette qui jouait les fleurs ornementales, ou de sa mystérieuse autre cousine qui voulait jouer les fouineuses. Puis si on considérait la partie d’Abby de la famille…

« Puis croyez-moi, vous n’avez pas envie de voir ma famille assis sur les bancs d’une église. » Glissa-t-elle avec un sourire pour elle-même. Cela serait toutefois une vision admirable. Surtout si on considérait qu’Anton serait le plus humain et normal du lot.

« Vous devez être bien occupée avec tous ces petits enfants. Gwendal doit être bien calme en comparaison. » Après tout, il aurait très pu ne pas être là que cela n’aurait rien changé. Si elle aurait su, elle aurait acheté une poupée à Renan, sûrement que cela aurait contenté ses désirs de paternité. « Mais oui, nous allons y réfléchir. Quand à mon bar… Je ne suis pas certaine que vous appréciez le Necropolitan, c’est un bar à thème assez particulier, puis je n’y suis pas très souvent ces derniers temps. Si vous voulez vraiment y aller c’est à côté du cimetière aux lanternes, mais je pense que vous feriez mieux de vous trouver quelque chose de plus intéressant en centre ville. » Même s’il n’y avait aucune chance qu’ils puissent voir la partie cachée du Necropolitan. Au pire, ils trouveraient juste le bar d’Abigaïl de mauvais goût.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 20:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Renan fut sincèrement content d'entendre la réponse de son amante. Il avait vraiment cru qu'elle cherchait à devenir la femme idéale aux yeux de sa mère, mais en la voyant insister sur la mort, le divorce et toutes ces choses, il sentit son esprit s'alléger. Peut-être qu'elle comprenait enfin pour quelle raison il n'avait pas envie de voir sa famille plus souvent ? Un sourire amusé ourla ses lèvres alors qu'il voyait sa mère pâlir au fur et à mesure du discours de sa belle-fille. Elle était bien loin la bonne entente ! Malgré tout, Kate fit bonne figure et acquiesça d'un hochement de la tête, presque comme si elle comprenait ce que la demoiselle voulait dire alors que Renan savait que ce n'était pas le cas.

« Je vois. Et bien j'espère que vous saurez vivre correctement avec ce mode de vie, malheureusement l'Amérique n'est pas la France ou l'Angleterre. »

Là, Renan ne pouvait pas lui jeter la pierre. Les croyants étaient bien plus investis et acharnés que les athées, mais il ne pensait pas que cela nuirait à leur relation. Surtout en considérant que son amante n'avait pas vraiment de vie sociale en dehors de leurs rares rencontres. Lady Death prenait tout le reste de son temps et comme elle lui avait souligné jadis, son statut pouvait éveiller l'intérêt d'autres personnes. Même si un mariage civil ne nuirait certainement pas à un mariage avec le roi d'un autre monde, Renan songeait qu'une telle alliance serait plus négative que positive pour leur couple.

Lorsque la jeune femme parla de sa famille et de l'église, Kate et sa fille froncèrent les sourcils d'un air un peu étonné. C'est la jeune femme qui prit la parole en rigolant d'un air amusé :

« Vous n'avez pas dit que votre frère travaille dans les pompes funèbres ? Les églises, il doit connaître ! »

Du moins dans sa conception des enterrements, même si elle n'en avait pas beaucoup fréquenté. Quoi qu'il en soit, c'était une question rhétorique et la jolie blonde se désintéressa rapidement du sujet pour s'approcher de son neveu et le prendre sur ses genoux, caressant ses cheveux d'un air un peu trop maternel au goût de Renan. Toutefois, il resta silencieux et laissa son amante mener la suite de la discussion, soulignant la quiétude presque anormale de l'enfant qui darda ses prunelles claires sur elle, un peu comme s'il comprenait ce qu'elle pensait réellement. Un énième sourire se dessina sur les lèvres du français lorsqu'il entendit parler du Necropolitan. Ah ! Voir sa mère entrer là-dedans, ce serait une situation relativement amusante à ses yeux ! Cependant, dans la mesure du possible il préférait éviter que sa famille ne se mêle trop de la vie d'Abigaïl.

« Vraiment ? Pourquoi ? »
« Parce que c'est un bar à thème, un thème qui ne te plairait pas. Necropolitan, tu comprends le jeu de mots ? »
« Oui, je crois. »
« Et bien voilà. Il vaut mieux oublier cette idée, tu as largement assez d'endroits à visiter en ville de toute manière. »

Kate s'apprêtait à ouvrir la bouche, mais son époux lui toucha le bras avant de secouer la tête, signe qu'il valait mieux laisser tomber pour le moment. Pour une fois docile, la mère de famille acquiesça, terminant de boire sa tasse de café alors que son fils profitait du silence providentiel pour tenter une nouvelle fois de se débarrasser d'eux. Quittant le plan de travail contre lequel il était appuyé, Renan s'adressa à son père – assurément le plus docile du lot.

« Je crois que vous devriez y aller. Je ne veux pas vous chasser, mais je n'avais pas prévu que vous veniez et.... »
« Je comprends. Tu as raison, en plus on doit trouver un hôtel, alors on va vous laisser. Nous repasserons un autre jour. » Il se redressa, bientôt imité par son épouse et sa fille qui s'approcha d'Abigaïl pour lui tendre Gwendal. « Bonne soirée et à bientôt. C'était un plaisir de vous voir Abigaïl. »

Renan les raccompagna jusqu'à la porte avant de la refermer derrière eux, attendit quelques instants pour s'assurer qu'ils quittaient bien l'étage, puis revint auprès d'Abigaïl et de son fils. Son regard se posa sur elle avant qu'il ne prenne la parole d'un ton soulagé.

« J'ai cru que tu essayais de faire amie-amie avec elle. »
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 20 Nov 2016 - 21:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les Etats-Unis étaient différents de l’Europe, c’était certain. Même si pour Abigaïl, ce qui avait été le plus déstabilisant avait été le changement d’époque. Il fallait dire qu’à la Londres moderne, elle n’avait surtout connue que l’intérieur d’un asile psychiatrique. Ce qui l’avait protégée d’une certaine manière. A sa sortie elle s’était rapidement rendu compte qu’elle ne pouvait rester trop longtemps dans la capitale anglaise sans être submergée de souvenirs passés. C’était comme si sa vision de la ville et celle moderne entraient en conflit et que son esprit avait du mal à gérer ce changement drastique. Enfin, cela avait été le cas la dernière fois qu’elle y avait mis les pieds. En tout cas, par bien des aspects, ce siècle lui convenait mieux. Bien sûr, on avait moins de chances de pouvoir dérober un cadavre comme par le passé, mais le monde était moins régi par les puritains et une église hypocrite. Même si certaines coutumes restaient bien ancrées dans les esprits.

« Oh, mon frère est un habitué des églises. Mais c’est un scientifique dans l’âme, il ne porte que peu d’intérêt à ce genre de choses. Ce n’est qu’un lieu comme un autre pour lui. Quand au reste de ma famille… Disons que nous n’avons jamais été très croyants. »


Sa mère était selon les rumeurs un fantôme qui errait toujours dans les ruines du château de son père en Bavière. Plusieurs fois Abigaïl s’était demandée si elle n’allait pas faire venir son esprit jusqu’à Star City, ou tenter de la ressusciter. Cela serait probablement une situation quelque peu cocasse mais qui pourrait se compliquer rapidement. Son père était mort, mais ce qu’elle considérait comme sa famille ne plairait pas à tout le monde… Après tout, si elle pouvait toujours faire passer Sally pour sa cousine et Evilyn pour une enfant normale, les choses se compliquaient avec Sam. Rajoutez à cela le Darach qui avait été son mentor avant de devenir son conseiller, ou bien encore Ishkanah, Deirdre, Dahud… L’araignée géante passerait difficilement inaperçue, puis il y avait les autres membres de la Moisson.

« Oui, cela ne vous plairait pas j’en ai bien peur. Puis vous avez tellement de merveilleuses choses à voir ici pendant votre séjour, croyez-moi, mon bar n’en vaut pas le détour. » Ajouta-t-elle avec un léger sourire. Gallows End valait le détour par contre ! C’était un ancien manoir complètement restauré, au milieu des bois et réputé être hanté ! Mais Abigaïl ne tenait pas vraiment à ce que les Le Guerec rencontrent sa petite famille. Pas tout de suite et sûrement jamais.

La nécromancienne se leva pour dire au revoir à tous ces gens qu’elle venait juste de rencontrer. Elle se demanda un instant si la sœur de Renan n’allait pas tenter de s’envoler avec Gwendal sous le bras. Mais non. Apparemment cette dernière n’avait pas encore d’enfants. Le mouton noir dans la famille bretonne ? Une fois qu’ils furent tous partis, la blonde se laissa tomber dans le canapé de Renan, levant les yeux au ciel.

« J’ai voulu m’amuser un peu. Mais ta famille est… J’allais dire qu’elle était spéciale, mais non. Elle est terriblement normale. C’est comme si on l’avait arrachée à une série télévisée. Quoique ton père… Quelque chose me dit qu’il doit être le plus sage du lot et peut-être celui qui cache le plus son jeu. Après tout, les chiens ne font pas des chats. »

Puis l’homme était resté silencieux durant la majorité de l’échange. Bien sûr il parlait moins bien anglais et s’il vivait avec Kate depuis autant d’années que le laissait supposer l’âge de leurs enfants, alors il devait avoir pris l’habitude de la laisser parler pour être tranquille. Elle se demandait véritablement ce que devait ressentir cet homme qu’elle avait trouvé légèrement triste en voyant son fils et son petit-fils, les héritiers mâles de sa famille. Parfois, cela avait une certaine valeur. Malgré toutes ses qualités, Victor Faust n’avait jamais aimé ses deux enfants de la même façon. Il avait choyé sa fille, avait cherché à la protéger coûte que coûte, mais c’était Anton qu’il avait façonné pour être son héritier. Le poids qu’il avait posé sur les épaules du fils Faust avait été bien différent de celui sur celles d’Abigaïl.

« Moi qui était déçue de ne pas rencontrer plus ta famille, voilà que j’ai été servie. Je vais devoir ramener mon père et ma mère d’entre les morts pour te les présenter si je veux égaliser. »
Le visage de la nécromancienne se durcit quelque peu. « Tu penses qu’ils vont poser problème ? Ils ne trouveront rien en traînant au Necropolitan si jamais ils décident d’y mettre les pieds, je peux te le garantir, mais entre eux, ta cousine et le fait que nous devons rester discrets… » Surtout lui. « Je sais qu’il s’agit de ta famille et je ne compte pas t’offrir de les éliminer de toute façon, je n’en ai pas spécialement envie, après tout il s’agit des grands-parents d’Evilyn. Mais je ne m’attendais pas à ce qu’ils puissent faire irruption dans ta vie de cette manière. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 21 Nov 2016 - 15:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Une série télévisée ? Renan ne savait pas si c'était le terme adapté, mais disons que sa famille semblait idéale pour illustrer le stéréotype de la famille traditionnelle. Il ne s'était jamais senti à sa place pour cette raison, surtout en raison des fortes tensions qu'il avait avec sa mère qui semblait s'obstiner à vouloir faire de lui le fils idéal – selon son image – tout en le forçant à avoir une relation fusionnelle avec elle. Malheureusement pour Kate, son fils unique n'avait jamais été à la hauteur de ses espoirs et elle avait donc dû se rabattre sur ses petits-enfants lorsqu'ils étaient arrivés. Renan avait beau ignorer si ses sœurs avaient des garçons, il était quasiment certain que sa génitrice chercherait à s'accaparer Gwendal pour lier cette relation si particulière dont elle rêvait depuis des décennies.

Cependant, Abigaïl ne se trompait pas à propos de son père. Renan l'avait toujours considéré comme une véritable loque incapable de s'imposer face à une femme aussi envahissante que sa mère – pas étonnant qu'il ait pris Jack comme exemple paternel – mais son silence précédait souvent une remarque très juste. Il n'était donc pas si improbable de penser que si Pierrick se taisait, c'était pour mieux observer.

« Tu as raison. Même si j'espère que tu ne vas pas trop me comparer à lui. » Bien qu'ils se ressemblaient physiquement. « Il peut faire des remarques utiles, mais il est trop soumis pour représenter quelque chose de dangereux pour nous. Ce n'est même pas un méta-humain. » Renan ayant tout hérité de son grand-père paternel. « Quant aux autres... ma mère est tout simplement insupportable, tu peux le dire. »

Et ses sœurs n'avaient toujours été que des princesses à ses yeux. Il secoua légèrement la tête comme pour occulter cette pensée, préférant repenser à leur discussion avant que sa famille ne se pointe. Sauf qu'il ne voyait plus trop comment y revenir sans qu'elle ne se serve de ce qu'elle venait d'apprendre. Cependant, elle aurait pu en profiter encore davantage en interrogeant sa mère sur ses méfaits passés, sauf qu'elle avait préféré laisser tomber et perdre des points en se montrant relativement honnête. Inutile de dire que Kate ne soupçonnait certainement pas la véritable nature de sa nouvelle belle-fille.

Quant à la famille d'Abigaïl, Renan s'en passerait volontiers. Il n'avait aucune envie de devoir se coltiner quelqu'un d'autre que le frangin déjà suffisamment insupportable ! Qui plus est, elle avait déjà rencontré sa famille en la « personne » de Jack, même s'il était sous sa forme d'esprit, certes. Toutefois, quand elle le questionna sur les risques qu'ils représentaient, Renan ne sut trop quoi répondre. Il y a quelques années, il aurait nié le fait qu'ils présentent un danger, mais là... sa mère avait l'air déterminée à mettre le nez dans ses affaires, mais certainement pas au point de fouiner dans un bar douteux, non ? Il fronça légèrement les sourcils en réfléchissant avant de secouer la tête pour répondre à son amante :

« Moi non plus. Je ne savais pas qu'ils allaient débarquer comme ça pour voir son père. » Que lui-même n'avait plus vu depuis un sacré moment. « Je n'ai plus été en contact avec eux depuis que Jack est mort, voire avant. Il leur donnait de mes nouvelles, mais je ne les voyais pas. » Un léger haussement d'épaules. « Il n'y a strictement aucune raison qu'ils viennent me revoir maintenant. Sauf si ma mère a eu un sursaut d'affection ou qu'elle espérait me voir revenir en France. Peut-être qu'elle a la fille d'une amie à caser, va savoir. »

Ce serait tout à fait son genre. Elle essayait déjà de le caser dans les bras des filles « fréquentables » qu'elle sélectionnait en espérant que ça l'assagirait, alors pourquoi changer maintenant ? Un énième soupir lui échappa tandis qu'il se demandait si elle s'obstinerait à vouloir rejouer son rôle de mère.

« Elle ne viendra certainement pas dans ton bar cela dit. Mais elle pourra essayer de te demander des rendez-vous entre filles avec ma sœur, histoire de te manipuler un peu. Tu as dû comprendre qu'elle est obsédée par la famille parfaite.... » Selon ses critères. « N'hésites pas à te montrer très stricte si jamais vous deviez vous revoir. Sauf si tu as décidé d'en profiter pour glaner des informations ? » Le ton devint légèrement accusateur. « On parlait de ne plus se disputer juste avant qu'ils ne viennent, alors autant commencer maintenant, non ? Sauf si je t'ai mal comprise. »

Ou qu'elle avait changé d'avis, mais il garda ces pensées pour lui.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 21 Nov 2016 - 19:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Renan avait décidément une piètre estime de sa famille. Ce qui devait être le cas de toute personne qui ne possédait pas cet espèce d’amour coupable et naturel que l’on éprouvait envers ces individus avec qui on partageait bien souvent sang et foyer. Parfois Abigaïl se demandait si elle aurait simplement toléré Anton à ses côtés si celui-ci n’avait pas été son frère jumeau. Quoique c’était un mauvais exemple. Leur lien était beaucoup plus fort, étroit et complexe que celui qui unissait n’importe quels frères et sœurs. Il allait au-delà de la mort même, ce qui n’était pas à la portée de tous.

« Qui sait, peut-être que ton père possède ton goût pour les cachoteries et qu’il mène tout le monde en bateau depuis le début. » Ce qui serait sacrément amusant. Qui sait, le père de Renan pourrait bien être le Masque de Sang pour ce qu’elle en savait. Quoiqu’elle n’avait rien senti de magique chez lui. « Puis pour te comparer avec lui il faudrait que je l’observe un peu plus et dans d’autres situations. Heureusement pour toi je ne compte pas aller hanter la cabine de douche de ton géniteur. » Elle eut un sourire taquin. « Je risquerais de me rendre compte que j’ai choisi le mauvais Le Guerec. »

Même si la visite de la famille de Renan n’avait pas été des plus agréables, elle avait eu le bon effet de détendre l’atmosphère et surtout de permettre à Abigaïl de se détendre. Comme si le fait de côtoyer ces gens si normaux lui avait fait réévaluer tout ce qu’elle avait en commun avec son amant. Ou surtout à quel point les vivants étaient ennuyeux et ne méritaient pas son attention à moins de posséder des capacités hors du commun et un caractère particulièrement exécrable. D’ailleurs, elle ne le dit pas, mais elle supposait bien que Renan tenait ce trait là plus de sa mère que de son père. Quelque chose qu’il n’aimerait probablement pas entendre.

« Insupportable oui. J’ai connu pire si cela te rassure quand j’étais serveuse. » Ce qui lui semblait remonter à une éternité alors que cela ne faisait même pas deux ans que le Toad’s dinner avait brûlé. Après, elle imaginait bien que la mère de Renan devait être ce genre de femme insupportable à ne jamais être contente de ce qu’on pouvait bien lui apporter dans son assiette. C’était une bonne chose qu’elle ne se rende pas au Necropolitan finalement.

Puis ce qui l’intéressait vraiment n’était pas Abigaïl. C’était Renan. Sûrement que la matriarche Le Guerec avait pensé qu’en mettant la petite amie de son fils dans sa poche, cela obligerait Renan à passer du temps avec elle. Puis Gwendal aussi. Le gamin semblait avoir fait son effet sur sa grand-mère et sa tante. Apparemment Abigaïl était vraiment la seule femme à lui résister. Peut-être parce que ses ovaires à elle étaient desséchés et inutilisables quand ils n’étaient pas gorgés d’énergie impies. Sa balance hormonale devait être sacrément originale.

« Vu ce que tu me dis, je suis surprise qu’ils aient mis autant de temps avant de prendre contact avec toi. Bon, je suppose que le fait qu’un océan sépare leur domicile du tiens ne doit pas aider. Seulement maintenant ils sont là et il va falloir faire avec, surtout s’ils comptent rester ici jusqu’à la mort de ton grand-père, ce genre de chose peut s’éterniser. » Et elle en savait quelque chose. « Tu es sûr qu’elle en a fini avec toi ? Je me méfierais si j’étais toi. J’ai l’impression que ta mère aime autant diriger que toi. Le fait que son petit-fils se trouve dans un autre pays pourrait ne pas lui plaire. Puis à ses yeux tu n’es qu’un laveur de vitre. Enfin, je suppose qu’elle ne chercherait pas à devenir une menace pour autant. »

Même si elle pouvait imaginer ce que Kate Le Guerec pourrait faire si elle devenait une grand-mère psychotique. Essayer de récupérer la garde de Gwendal en argumentant que Renan n’était pas un bon père, peut-être par exemple en mettant en avant ses nombreuses conquêtes ? Ou le fait que sa petite-amie était étrange ? Non, c’était simplement l’imagination d’Abigaïl qui s’emportait. Elle voyait des ennemis partout, même dans le plus insignifiant des humains.

« Je vois. J’ai bien peur que sa vision de la famille parfaite ne colle pas vraiment avec la mienne. » Lâcha-t-elle. Peut-être que la nécromancienne n’avait pas tort en imaginant le pire. Jusqu’où pouvait aller une femme qui avait engendré un homme comme Renan pour arriver à ses fins ? « Tu n’aimes pas cette idée. Que je puisse avoir des informations supplémentaire sur ton passé. Et ce même si tu ne faisais pas encore partie d’une organisation top secrète à l’époque. Qu’as-tu peur que je découvre en interrogeant ta mère ? » Ajouta-t-elle avec son éternel sourire provocateur. « De toute façon, je suppose qu’interroger les morts me donnerait sûrement beaucoup d’informations, il doit bien y avoir quelques trépassés en France qui t’ont connu jeune, non ? En tout cas, on peut dire que ta mère est assez tenace. Tenter de te récupérer après toutes ces années de silence. C’est à se demander si elle ne serait pas venue pour cela. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 22 Nov 2016 - 11:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Pour avoir côtoyé suffisamment d'individus manipulateurs, Renan savait que son père n’en était pas un. D'une part, s'il avait réellement eu un mauvais fond, il aurait senti que son fils était comme lui et ne se serait jamais débarrassé de lui pour se retrouver à être le seul mâle au milieu d'une tribu peuplée de femelles dominatrices. Mais il sentait bien que son amante cherchait simplement à le provoquer en laissant penser que son géniteur était mieux que lui. Bien qu'il ne l'avait jamais vu dans la situation avancée par Abigaïl – fort heureusement d'ailleurs – son ego lui interdisait de penser qu'il valait mieux que lui. La relative bonne humeur dont il fit preuve en répondant d'un ton léger lui indiqua d'ailleurs qu'il n'y croyait pas une seule seconde :

« C'est vrai, j'oubliais que tu es plus près de son âge ou de celui de mon grand-père. Il est malheureusement décédé, mais tu peux toujours aller déterrer ses ossements et t'envoyer en l'air avec lui si tu veux. » Il ne l'en croyait pas capable cela dit. « Mais plus sérieusement, mon père ne sait rien cacher et ce n'est pas une façade. Et manque de chance pour toi, il est aussi fidèle qu'un labrador, tu perdrais ton temps à tenter ta chance. »

Encore un trait de caractère qu'il ne partageait pas ! Si l'on se basait sur la quantité de bâtardes que Jack semblait avoir semé à travers tout le globe, Renan avait même tendance à dire qu'il avait davantage pris du caractère de son oncle sur ce plan, surtout avec Lilian comme amante régulière. Bien que ce point resterait une grosse différente entre eux deux.
Lorsque la blonde reparla de son travail de serveuse, un sourire amusé ourla ses lèvres.

« J'ai presque été tenté de leur dire que je les accompagnerais au Necropolitan histoire de te revoir en tenue de serveuse, mais bon. Je dois sacrifier mes fantasmes pour le bien-être général. »

En vérité, il n'avait jamais été fétichiste des serveuses, ni de rien d'autre d'ailleurs. Le physique de ses partenaires importaient peu, donc autant dire qu'il se fichait éperdument de savoir s'ils avaient enfilé une tenue affriolante ou non ! C'était surtout pour détendre un peu l'atmosphère. Leur discussion actuelle était beaucoup plus agréable que toutes celles qu'ils avaient pu avoir au cours des derniers mois, comme quoi la visite surprise de sa famille finirait peut-être par avoir un côté positif ? Possible. Mais Renan attendait de voir l'issue de la discussion : ils pouvaient encore se prendre le chou sur un détail sans importance !

Malheureusement, la conversation reprit un tour plus sérieux qui ne l'enchanta guère. Abigaïl soulevait des sujets qui le taraudaient depuis que sa famille était partie : il savait que sa génitrice était du genre têtu. Très têtue. À côté, il devait avoir l'air d'un enfant de cœur ! Elle pourrait insister pour qu'il change de métier, allant même jusqu'à lui dénicher des rendez-vous avec de potentiels nouveaux employeurs et s'il refusait, Kate pourrait bien décider de le pousser à rentrer en France. D'ailleurs, son invitation n'était certainement pas innocente : elle devait espérer qu'ils y resteraient pour qu'elle puisse avoir son petit-fils à portée de main et en faire ce qu'elle voulait. Au vu de ce que Renan avait fait pour avoir son fils pour lui tout seul, il était inutile de préciser qu'il ne la laisserait pas faire ! Mais de là à la tuer... aucun sentiment ne l'en empêchait, toutefois il préférait éviter de faire disparaître toute sa famille sous peine d'éveiller les soupçons des autorités.

Son silence persista jusqu'à ce que son amante ne s'amuse à nouveau à le provoquer en l'interrogeant sur ce qu'il souhaitait lui cacher. Rien de bien important en vérité, mais ce passé était mort et enterré pour lui, il ne voudrait donc pas voir une nécromancienne trop curieuse le réanimer. Cependant, au lieu de s'énerver, Renan prit la décision de sourire d'un air détendu avant de lui répondre :

« Tu accordes beaucoup trop de crédit aux lubies de ma mère. Je suis sûre qu'elle a simplement dû venir voir son père et découvrir que je vivais encore à Star City, puis décider de me rendre visite dans la foulée. Elle n'a aucun projet me concernant, ou du moins elle n'en avait pas avant. Mais tu as raison, elle est tenace et je crains que son instinct de grand-mère ne lui fasse faire des stupidités. » Il détourna le regard vers son fils. « Elle s'imagine pouvoir manipuler les gens comme elle le souhaite et je suis certaine qu'elle a envahi la vie de mes sœurs. Je ne serais pas étonné qu'elle essaye de prendre ma vie en main pour la modeler à sa guise, sauf que je ne me laisserai pas faire. Même si je ne peux pas me débarrasser d'elle. » Il y avait un léger ton de regrets dans sa voix. « Cela dit, si je refuse de rentrer en France, elle ne pourra pas faire grand-chose. Grâce à elle, j’ai la nationalité américaine. »

Ce qui était assez ironique en y réfléchissant bien ! Et Renan ne la croyait pas assez acharnée pour décider de s'installer à nouveau en Amérique afin de contrôler la vie d'un fils qu'elle n'avait pas vu depuis plus de la moitié de sa vie. Au final, la meilleure solution restait de faire mourir la raison de sa venue ici. Elle devrait simplement régler les détails administratifs et pourrait rentrer chez elle, puis ils auraient la paix. Il fit part de sa réflexion à son amante.

« Tu as raison sur un point : elle va rester ici jusqu'à ce qu'il meurt. Et il est tenace. Alors, au pire des cas on s'arrangera pour qu'il nous quitte prématurément, puis elle n'aura plus qu'à s'occuper des détails administratifs avant de rentrer en France. Elle ne pourra plus faire grand-chose une fois là-bas. » Il hésita un instant. « Il n'y a rien à savoir de ma vie en France tu sais, elle était si insipide que tu t’ennuierais en l'entendant. Mais si tu veux te mêler à cette histoire, je peux te laisser l'honneur de raccourcir notre attente. »

Et se débarrasser de papy Talley donc.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 23 Nov 2016 - 19:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Abigaïl n’était pas réellement intéressée par le père de Renan. Les hommes mûrs ne l’avaient jamais dégoûtée, bien au contraire, toutefois elle n’avait rien trouvé de particulier chez lui et se contentait d’extrapoler pour ennuyer son cher et tendre… Surtout qu’elle avait assez d’un seul homme Le Guerec dans sa vie, déjà qu’elle trouvait bien souvent que Gwendal était de trop, ce n’était pas pour s’amuser avec le géniteur du mutant. L’irruption soudaine de sa famille l’avait en plus vaccinée de la présence de la famille bretonne pour un bon moment, c’était presque un miracle qu’elle n’ait pas déjà pris ses jambes à son cou pour aller se réfugier dans une crypte sombre et humide.

« Je doute que ton grand-père ait quoique ce soit que je n’ai pas vu. Puis quand je ramène des morts à la vie pour me distraire de cette façon, je m’arrange pour qu’ils ne soient pas trop décomposés et suffisamment bien en chair pour que l’expérience ait quelque chose de satisfaisant. Il y a des exceptions, mais papi Le Guerec n’a pas marqué l’histoire avec son lien avec la faucheuse pour que j’en fasse une pour lui. »

Il y avait bien des guerriers, des sorciers et autres individus qu’Abigaïl était tentée d’extirper de leur sommeil sépulcral. Que ce soit pour s’entretenir avec eux, glaner quelques miettes d’information, ou simplement se divertir. Elle n’en parlait pas au méta-humain, d’ailleurs elle ne serait pas surprise qu’il commence à s’offusquer dès maintenant à l’idée qu’elle le trompait avec les morts de son choix. Ce qui ne changerait pas trop de leurs échanges habituels par ailleurs. Arrivait toujours un moment où l’autre mettait en cause la fidélité de son partenaire. Elle-même avait probablement été la plus désagréable à ce sujet, même si contrairement à Renan elle s’exprimait plus clairement lorsque quelque chose la dérangeait.

« En plus tu aurais été déçu. Je ne porte plus cet uniforme depuis un petit moment. Maintenant que j’ai officiellement Gallows End en tant que riche héritière anglaise un peu excentrique et que je possède une partie de l’entreprise de pompes funèbres familiale, je n’ai plus vraiment besoin de faire semblant. Avant quelques personnes étaient surprises qu’une femme aussi jeune que moi puisse posséder un tel établissement, surtout à un tel emplacement. Maintenant, je peux simplement leur raconter cette histoire. Plus d’uniforme donc… »

De toute façon, elle se doutait bien qu’il la préférait nue et à sa merci. Renan n’avait jamais vraiment caché le fait qu’il aimait dominer dans leur relation. Son petit tour dans le corps d’une femme l’avait remis à sa place, mais la nécromancienne savait très bien que cela ne durerait pas éternellement. Le sexe était bien la seule façon qu’il avait de la posséder complètement, vu qu’elle avait de plus en plus tendance à faire ce qu’elle voulait sur d’autres points. Elle était même surprise d’un certain côté qu’il n’ait pas profité de la bonne humeur qu’elle affichait pour tenter un rapprochement. Peut-être qu’il commençait à se lasser de la pâleur de sa peau ? Si le corps livide pouvait exercer un certain pouvoir érotique aux yeux de la nécromancienne, elle savait que tous, surtout les individus les plus modernes qui ne voyaient là qu’un interdit, ne partageaient pas son point de vue sur la chose.

Peut-être à cause de la présence de Gwendal aussi. Puis l’arrivée de toute la famille Le Guerec avait tout ce qu’il fallait pour en faire un véritable tue l’amour. Abigaïl avait encore en souvenir la voix de la mère de son amant qu’elle trouvait assez désagréable en y repensant. Sa façon d’essayer de s’immiscer dans sa vie, de la bombarder de questions. En fait, elle avait été particulièrement coulante envers eux. La preuve qu’elle prenait en compte leur relation et la façon dont ils l’affichaient au monde, sinon elle n’aurait pas fait autant d’efforts.

« Peut-être. Mais c’est ta mère. Sans oublier la sœur de Jack. Même si je n’en sais pas beaucoup sur lui, j’en sais assez sur toi pour me douter qu’elle a plus d’un tour dans son sac et qu’elle est probablement plus dangereuse qu’elle n’y paraît. Il est aussi possible qu’elle possède une mutation qu’elle ne t’ait jamais révélée. Après tout, ton oncle en avait une et toi aussi… » Anton serait plus à même de la renseigner sur cette possibilité bien sûr. En connaissant suffisamment Renan, Abigaïl préférait bien imaginer que sa mère était tout sauf inoffensive. « Je vois. Donc je suppose qu’il s’agit de ton plan pour gérer ta famille ? Rester inflexible sur le fait de ne pas retourner en France et attendre qu’ils s’en aillent. Pourquoi pas. » C’était probablement la meilleure façon de gérer la situation, même si cela restait assez peu proactif. « Par contre, je pense que tu les recroiseras avant moi, donc il faudrait que tu t’arranges pour qu’ils ne viennent pas fouiner de mon côté pendant leur séjour. Qu’ils traînent au Necropolitan ou même au salon funéraire d’Anton n’a pas d’importance, mais Gallows End est lourdement gardée, puis l’originalité du manoir est plus difficile à maintenir. » Même si elle contrôlait chaque esprit et zombie qui s’y trouvait, il y en avait toujours pour lui échapper un instant et se manifester de manière un peu trop visible. La vieille demeure était un véritable aimant à fantôme. Tous ceux qui y mourraient la hantaient et ne pouvaient jamais trouver le repos.

Abigaïl eut un léger sourire quand il parla d’un moyen de réduire considérablement la durée du voyage de ses parents. Jamais elle n’avait pu toucher à sa famille. Seulement à Kailee. Mais là, elle n’en avait même pas envie. Cela ressemblait plus à un os qu’il lui lancerait.

« Désolée de te décevoir, mais je n’aime pas tuer, encore moins les vieillards. Contrairement à ton ex-femme, ce dernier ne m’a jamais posé le moindre problème. Puis tu sais ce qu’il arrive à ceux que je tue, non ? Ils restent à jamais à mes côtés. Quelque chose me dit que tu n’aimerais pas que je puisse avoir des discussions à bâtons rompues avec ton grand-père dès que je le voudrais, non ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 23 Nov 2016 - 21:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Abigaïl commençait à bien le connaître depuis le temps puisqu'elle toucha un point qui l'irritait toujours beaucoup. Renan avait beau considérer ses relations extra-conjugales comme normales, il grinçait beaucoup plus des dents lorsqu'il s'agissait de la jeune femme ! Cela dit, il avait bien conscience que leur accord précédent stipulait qu'elle pouvait fricoter avec qui bon lui semblait du moment qu'elle avait quelque chose à y gagner, mais cela ne l'empêchait pas de se montrer toujours aussi fermé à cette idée. On ne changeait pas en claquant des doigts ! Pinçant ses lèvres en signe d'agacement, le français esquissa finalement un sourire faussement amusé avant de rétorquer d'un ton volontairement provocateur :

« Oh, que tu t'amuses à t'envoyer tous les habitants du cimetière de Star City justifierait que tu puisses te montrer aussi distante. Tu me rassures, j'avais cru que mon sex-appeal avait disparu. »

Il pouvait donner l'impression de quémander de l'affection, mais la vérité c'était simplement qu'il voulait la titiller un peu. Au fond, même s'il était vrai qu'il n'était jamais contre un rapprochement physique, le français n'était pas demandeur au point de refuser de parler avec elle s'il n'avait pas le droit à sa gâterie mensuelle. Blague à part, ses projets pour remplacer l'Ombre lui occupaient suffisamment l'esprit pour qu'il ne lui reproche pas réellement ces longs silences : ils n'avaient jamais cherché à faire un couple normal, autant dire que leurs échanges et les longues absences entraient dans leur mode de fonctionnement habituel.

D'ailleurs, Abigaïl jouait bien le jeu en lui faisant remarquer qu'elle ne portait plus son uniforme et qu'une visite là-bas aurait donc été inutile. Il afficha une moue faussement déçue avant de hausser les épaules pour chasser le sujet, croisant machinalement ses bras sur son torse tandis que son amante reprenait la parole pour enchaîner sur la potentielle nature de super de sa mère. Non, Kate n'était rien de plus qu'une femme au foyer. Elle avait hérité de son père tout comme Jack dans le sens où elle avait besoin de tout contrôler, mais au pire elle aurait pu postuler pour jouer un officier nazi dans un film sur la guerre. Elle n'avait pas la carrure d'une criminelle ou même d'une héroïne. Qui plus est, la mutation du côté maternel était liée au mental ou à l’adaptabilité, par conséquent si elle avait été capable d'imposer sa volonté, elle n'aurait pas décidé d'envoyer son fils unique de l'autre côté de l'océan pour avoir la paix ! Il prit quelques instants pour réfléchir avant de lui répondre aussi honnêtement que possible :

« Je doute qu'elle veuille mettre les pieds chez toi. Elle en aurait parlé sinon, pour te proposer de te rendre visite chez toi par exemple. Au pire des cas, je lui dirai que tu as basé la décoration de ton manoir sur celui de la famille Addams, je suis certain que ça achèvera de la dissuader de venir te voir. » Il eut un sourire moqueur : elle savait ce qu'il pensait de sa demeure. « Mais tu t'inquiètes trop. Ma mère n'a pas de pouvoirs mutants. Si elle avait hérité du même que Jack, elle n'aurait pas été capable de le dissimuler et l'autre, je sais qu'il s'agissait de capacités mentales. Elle n'aurait donc pas hésité à les utiliser sur ses enfants pour avoir une vie plus paisible. »

De toute manière, il doutait sérieusement qu'ils s'éternisent bien longtemps ici. Sauf si Abigaïl refusait effectivement de l'aider. Une moue légèrement déçue s'afficha sur son visage avant de disparaître pour laisser place à une neutralité familière pour la nécromancienne. Elle ne tuait pas de vieillards, tiens donc ? Il haussa finalement les épaules d'un air indifférent.

« Je ne te savais pas aussi délicate. Mais très bien. Tu n'aurais rien gagné de toute manière, mon grand-père n'a partagé que deux ou trois mois de ma vie avant de finir à l'hôpital. Et je précise que je n'ai rien à voir avec ça. » Au cas où elle aurait l'idée de l'accuser. « Je m'en chargerai. Ce sera fait rapidement, je le transformerai peut-être en légume comme ça ils devront l'achever. Mon père est assez pragmatique pour la convaincre que c'est la meilleure chose à faire. » Une réflexion cruelle, mais qui ne semblait pas l'inquiéter ou le toucher. « Je vais régler toutes ces choses et je te tiendrai au courant, même si ça ne te concerne pas directement, j'en conviens. » Il décroisa ses bras avant de conclure : « Tu avais encore quelque chose à dire avant qu'ils n'arrivent, ou je te raccompagne ? »

Il ne la chassait pas, loin de là, mais elle avait bien fait comprendre qu'elle ne souhaitait pas s'éterniser ici en présence de Gwendal et il ne risquait pas de s'envoler, même si son père le mettait au lit.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 24 Nov 2016 - 22:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le sourire provocateur d’Abigaïl s’élargit alors que Renan lui faisait une nouvelle réplique sur ce qu’il devait prendre comme une atteinte à sa personne. Le méta-humain n’avait jamais pu laisser passer la moindre chose quand il était question de la sexualité de la nécromancienne. En fait, elle était convaincue que le simple effet qu’elle puisse avoir des rapports avec d’autres individus ou entités le dérangeait vraiment, même s’il cachait cela sous un humour caustique. Malheureusement pour lui, Abigaïl avait toujours été claire sur les principes de leur relation. Un œil pour un œil, une dent pour une dent. Si Renan, du fait de sa position et de ses projets ne pouvait se restreindre à elle seule, rien ne l’obligeait à faire de même.

« Quel sex-appeal ? »

Cela ne signifiait pas qu’elle devait tenter de le comparer à ses amants ou quoique ce soit… Mais elle aimait particulièrement le pousser dans ses retranchements et le provoquer. Cela le faisait se conduire comme un humain normal, comme un être qui possédait des émotions. Il avait beau appeler cela de la territorialité, ce n’était qu’un joli mot pour cacher sa jalousie. Par bien des aspects, le méta-humain était surtout humain avant d’être mutant. Même s’il était capable de tuer sa famille de sang froid. Cela ne changeait pas le fait qu’il était loin de la distance vis-à-vis des émotions dont étaient capables de faire preuve certains morts-vivants. Pas tous évidemment. La nécromancienne côtoyait suffisamment de revenants assoiffés de sang, de revanche ou qui s’élançaient dans une reconquête absurde des plaisirs de la vie pour savoir que tous n’affichaient pas la même réserve.

« La famille quoi ? » Demanda-t-elle en fronçant les sourcils, avant de balayer l’information d’un mouvement de la main. Même si cela faisait maintenant sept ans qu’elle était de retour parmi les vivants, certaines références lui échappaient toujours. Beaucoup de gens avaient grandi avec elles, alors que la nécromancienne avait tout dû assimiler rapidement pour pouvoir se faire passer pour normale. « Tu es bien sûr de toi, enfin de toute façon je ne compte pas inviter ta mère chez moi ou même chercher à vérifier. Même si l’idée d’envoyer l’une des créatures de mon frère à la rencontre de ta petite famille a un côté quelque peu séduisant. » Elle fit des ronds de son index sur le tissu du bras du fauteuil, le regard dans le vide. Son esprit lui offrait des images de la terreur qui pourrait s’étaler sur le visage de Kate Le Guerec face à la moindre abomination née de la main d’Anton. Cette famille était vraiment trop normale pour côtoyer les Faust de quelque façon que ce soit.


« Ce n’est pas une question de délicatesse. » Son sourire avait disparu, tout comme son air rêveur. Son regard avait quand à lui reprit tout sa splendeur glacée. « La faucheuse ne connaît aucune délicatesse, aucune tendresse. Elle ne fait pas de distinction entre les hommes, les femmes, les vieillards ou les enfants. Et il en va de même pour moi. Seulement je ne suis pas une chienne à qui on balance n’importe quel os. L’âme de ton grand-père ne m’intéresse pas. Encore moins maintenant que tu me dis que je ne pourrais même pas l’utiliser pour te titiller. De toute façon, je crois bien que la seule âme pour laquelle tu craignes vraiment soit celle de Jack. Vu la façon dont tu m’as laissé Kailee… » Celle-là, Abigaïl avait apprécié la faucher. La journaliste avait été une épine dans son pied dès sa réapparition dans la vie du méta-humain. Elle avait cherché à l’éloigner d’elle, devenant un parasite. Un peu ce que pourrait devenir Kate Le Guerec. « Je me demande si tu me laisserais faucher ta mère si jamais cela devenait nécessaire par contre. Quoique l’entendre jacasser pour l’éternité serait de la torture pour les autres âmes dans Deuil. Après, si tu as toujours une ex en réserve, je pourrais faire un effort, j’aime l’idée de contrôler toutes les anciennes femmes de ta vie. Elles peuvent raconter bien des choses, elles. »

L’œil d’Abigaïl pétillait de malice alors qu’elle provoquait le méta-humain encore et encore. Mais il avait raison, elle n’était pas venue ici pour autre chose que s’assurer que Solveig lui ait donné entière satisfaction. Si elle continuait, ils finiraient de nouveau par se disputer, comme d’habitude. Mieux valait qu’elle le laisse alors qu’ils étaient encore sur un terrain d’entente. Puis s’il ne cherchait pas tant à la contrôler et se contentait de subir ses visites quand elle le désirait, ils n’auraient pas autant de raisons de hausser le ton entre eux. Quoiqu’elle n’haussait jamais le ton, même pas pour lui.

« Je pense que j’ai tout dit. L’important est que nous soyons d’accord sur le fait que nous ne souhaitons pas nous disputer outre mesure. Prendre de la distance semble finalement peu à peu apaiser nos égos. Peut-être que voir d’autres personnes n’était pas une mauvaise idée. Tu restes mon premier consort si cela peut te rassurer. Mais une déesse ne saurait se contenter d’un seul homme. » Elle se redressa, attrapant son manteau qu’elle enfila avec adresse. « Pas la peine de me raccompagner. Je préfère faire jaser le voisinage. » La nécromancienne s’approcha de la fenêtre et l’ouvrit pour inspirer le ciel nocturne. « A la prochaine, chéri, la prochaine fois nous ne serons peut-être pas interrompus par un membre de ta famille, qui sait, je porterais même mon vieil uniforme. » Le corps de la blonde se disloqua peu à peu, prenant la forme d’une nuée de corbeau. Les volatiles noirs s’envolèrent par la fenêtre, ne laissant rien là où se trouvait la nécromancienne quelques instants auparavant.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Bons baisers de France ▬ Abigaïl
 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Revenir en haut 
Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 Cadre_6Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 Cadre_7_bisBons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 Cadre_8


Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 Cadre_1Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 Cadre_2_bisBons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 Cadre_3
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Bons baisers de Hong-Kong [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 Cadre_6Bons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 Cadre_7_bisBons baisers de France ▬ Abigaïl - Page 2 Cadre_8
Sauter vers: