Du Sang sur les Mains Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Du Sang sur les Mains Cadre_1Du Sang sur les Mains Cadre_2_bisDu Sang sur les Mains Cadre_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

Du Sang sur les Mains

 
Message posté : Lun 7 Nov 2016 - 14:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Du Sang sur les Mains Tumblr_nqtxw5F1fG1qcnpsuo4_250


La semaine n’avait vraiment pas été merveilleuse pour Susan. Le mois, en fait. Les seuls moments où elle n’avait pas eu d’ennuis, c’était lorsqu’elle était avec Cass. Enfin, si l’on ne comptait pas la fois où Petula Bonbon avait agi au beau milieu du parc d’attractions où elles s’étaient retrouvées peu après leur rencontre. Elle était l’un de ses uniques refuges contre le malheur et la déprime qui la guettaient.
Elle avait été témoin de nombreuses morts, et y avait été plus proche que jamais ces derniers temps. Elle s’estimait responsable. Et elle devait trouver une façon de se racheter, tout en devant trouver le meilleur moyen de survivre avec des ennemis comme ceux qu’elle s’était fait.

Dans sa planque, elle avait stocké tout ce qu’elle savait sur ses rencontres vilainiques ou criminelles. Des enregistrements de voix, des détails qu’elle avait pu remarquer, ainsi que des rapports de chacun des évènements qui y étaient liés. Tout ça dans sa base impénétrable : Les informations étaient enregistrées sur des disques durs, sauvegardées à l’abri de toute connexion internet. Aucun accès, aucune fuite, elle gardait tout ça au chaud dans l’espoir que ça serve un jour.
Aujourd’hui, elle avait des préoccupations plus personnelles.

Après sa rencontre avec Black Ermine, elle avait eu bien du mal à se convaincre que la dizaine de policiers morts ne l’étaient pas par sa faute. Elle les avait appelés, elle avait pensé bien faire. Elle se répétait sans celle qu’elle ne pouvait pas savoir ce qui allait se passer. Qui aurait cru que la super-vilaine serait restée juste pour perpétrer un énième massacre alors qu’elle aurait pu s’enfuir sans perdre de temps ?
Susan avait du soigner sa jambe blessée, et Cass l’avait en quelques sortes privée de sortie tant que son dos était couvert de bleus et meurtri par son combat. La cinéaste était difficile à tenir enfermée, et aussitôt remise dans un état physique à peu près stable, elle avait tenté de reprendre sa vie quotidienne. Rattrapper les ateliers à la Pizza Box, les cours à la SSA… Bien des choses qui gardaient son esprit occupé et l’empêchait de broyer du noir trop longtemps. Devenir immobile et rester fixée là dessus était la dernière chose à faire.

Ceci dit, aujourd’hui, en pleine après-midi d’une journée ensoleillée mais fraîche, elle avait décidé de se bouger pour constater les dégâts. Elle avait enfilé le hoodie le plus épais qu’elle avait trouvé, noir, avec un bête jean et ses baskets favorites. Une casquette couvrait ses cheveux, à part une mèche sombre qui passait par là, dissimulant en partie ses traits tirés par la fatigue et un moral douteux.
Elle s’était installée dans le café face à la bijouterie qui avait été braquée. La rue avait été nettoyée, mais la boutique était comme abandonnée. Les rideaux de fer baissés devant les vitres brisées. Sur le bitume de la rue, il n’y avait plus de débris de voitures de police, mais on distinguait encore les traces de freinages en urgence. Susan voyait aussi les tâches du sang en partie absorbé par le sol, qu’on avait probablement tenté d’effacer au jet d’eau après les évènements.
Elle ne prit pas de chocolat chaud cette fois ci. Il aurait probablement eu un goût trop amer. Elle saurait bien se contenter d’un chai latte, qui une fois de plus vint réchauffer ses mains, et un petit peu ses pensées.

Posée à une petite table, seule en terrasse à cause de la température, elle pouvait observer la rue. Et songer à son avenir. A la façon dont elle pouvait se racheter, et surtout à la façon dont elle pouvait s’améliorer. Elle n’avait pas été assez forte, et ça n’était pas la première fois. Elle progressait, elle avait attrapée de dangereux criminels, mais restait hantée par des échecs particulièrement violents. Elle avait d’abord commis un crime. Puis elle avait tué une vampire. Puis des civils étaient morts par sa faute, et maintenant des agents de police. Tout ça restait ancré dans sa tête. Elle craignait que la prochaine fois ne soit encore pire, et c’est pour ça qu’elle devait être encore meilleure. Plus prudente, aussi, probablement.

En buvant son chai latte, Susan songeait à rejoindre la Légion des Etoiles. Elle avait déjà croisé des légionnaires alors qu’elle même s’efforçait de donner un petit coup de pouce local. Elle avait des ennemis, et c’était le moment pour elle d’avoir plus d’alliés.

En fait, ce dont elle avait besoin, maintenant, c’était surtout de se divertir. Elle ne pouvait pas rester là à tirer une mine morose jusqu’à la fin de la journée. L’étudiante pianota donc un peu sur son téléphone, qui était floodé de messages de la part d’Elias. Il essayait de lui raconter des blagues pour lui remonter le moral. Il y arrivait un peu, puisqu’il lui arracha un sourire avec un jeu de mots lamentable.

Il y avait du monde dans le café. Du bruit et une ambiance tranquille malgré les évènements des jours précédents. Mais Susan se contentait de sa petite place là dehors, avec son thé pour lui tenir chaud.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 7 Nov 2016 - 17:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Susan & Morgan

Du sang sur les mains




S'il y avait bien quelque chose de pas très net qu'elle devrait souligner chez elle, ce serait sa capacité à voir du beau dans ce qu'elle faisait. Elle décelait dans le chaos une forme d'art, de beauté singulière, quasi-originelle. Souvent, il lui arrivait de revenir sur le lieu de ses crimes, quelques jours, au plus tard quelques semaines après. Car au delà de sa cruauté sans bornes et de son désir de violence et de domination, il lui arrivait d'exprimer des sentiments. En l’occurrence, c'était de la nostalgie. Oui, aussi fou que cela puisse paraître les voles, les meurtres, les actes qui transgressaient la loi et qui la rendait vivante la rendait songeuse et nostalgique une fois qu'ils étaient effectués. Ainsi, elle repassait, savourant avec plaisir l'instant qu'elle avait vécu et le plaisir qu'elle en avait ressenti. Comme quoi, elle était pleine de surprise.

L'hiver s'annonçait petit à petit. Les jours rétrécissaient, au grand bonheur de Morgan, les nuits devenaient glaciales et les journées assez fraîches pour qu'il soit nécessaire de sortir en manteau. Malgré le fait que l'après midi battait son plein, le soleil était déjà bien bas, rendant la lumière rasante et allongeant les ombres dans lesquels la blonde tâchait de marcher un maximum comme si elle cherchait à se cacher de l'astre journalier. Pour cette sortie quelque peu improvisée, elle avait tout de même tenu à s'habiller décemment. Un gros bonnet noir venait couvrir le haut de son crâne limitant l'exposition à la fraîcheur environnante, pour le coup, elle n'avait pas attaché ses cheveux qui tombait sur ses épaules et sur son manteau aux motifs camouflages qui s'ouvrait sur un chaud sweat-shirt noir. Elle avait opté pour un simple jean de la même couleur et des sneakers beige et blanche. N'étant pas partis dans l'optique de se montrer outre mesure elle n'avait pas cherché à se maquiller de manière soutenue.

Morgan s'installa en terrasse du café d'où avait commencé son opération. Cette fois-ci elle ne se trouvait plus sur le toit, et c'était d'ailleurs bien plus confortable. Elle avait pris un Irish Coffee, doux mélange de caféine et d'alcool qui lui apportait tout le réconfort dont elle avait besoin. Elle ne tenait pas particulièrement bien l'alcool. Mais se savoir flottante et légèrement enjoué avec quelque chose de plaisant. Elle ne devenait pas saoul pour une si petite dose d'alcool. Mais elle sentait tout de même les effets sur son corps. La voleuse sortit une cigarette en attendant que son breuvage veuille bien baisser sa température. Tirant dessus dans un nuage blanc qui mêlait fumée du tabac et vapeur produite par sa respiration, elle repensa à cette nuit singulière. Qu'était-il advenu de l'étrange miss qui lui avait provoqué des nausées à n'en plus finir ? C'était là une bien bonne question. Si ça se trouve, le couteau avait touché l'artère et elle n'avait même pas pu rentrer chez elle. Qui sait... Elle n'était pas seul à observer les décombres de la vitrine. Une autre personne avait eu le courage d'affronter le froid polaire de ce début de Novembre pour penser en tranquillité, loin du vacarme de l'intérieur. Un moment, elle l'observa. Cette jeune femme fluette à la mèche rebelle.
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 7 Nov 2016 - 19:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Susan se préoccupait tantôt des messages bêtes que lui envoyait le fantôme sur son téléphone, tantôt de scruter la rue d’un oeil attentif. Dans sa tête, ça tournait à plein régime et elle se posait de sérieuses questions sur la marche à suivre. Dans sa vie professionnelle, personnelle et “secrète”.
Elias n’était pas vraiment de bon conseil. Il était bien trop “bon vivant”. Ce qui était vraiment bizarre, pour un mort. Mais au moins elle profitait d’un avis extérieur, et il la faisait rire, c’était pas si mal.

Puis voilà, Susan n’était plus seule sur la terrasse du café. Son téléphone sur la table et les deux mains jointes autour de sa tasse pour y quérir un peu de chaleur, elle croisa le regard de la blonde après que celle-ci eut soufflé un petit nuage de fumée. Elle n’évita pas son regard et se contenta de lui adresser un bref coucou du bout des doigts, sans détacher sa main de sa tasse. Elle avait accompagné le geste d’un sourire aimable.
Elle fumait, sa présence en terrasse était tout à fait justifiable, pas comme celle de Susan qui, sa casquette sur la tête, était seule et n’avait pas de raison apparente d’être ici.
Mais la blonde, était-elle seule, ou avait-elle des amis à l’intérieur ? Elle semblait intéressée par la scène qui avait pu se dérouler en ces lieux. Enfin, tout près de là, plutôt.

Tu sais c’qu’il s’est passé ici y’a quelques jours ?

Demanda-t-elle avec une grande curiosité et un air on ne peu plus innocent. Elle s’efforçait aussi d’avoir meilleure mine face à l’inconnue. En fait, elle était curieuse de savoir si les gens du coin avaient entendu parler de l’affaire. Quels détails avaient été diffusés, même si elle avait suivi tout ça de près. Au final, l’important, c’était ce que les gens en retenaient. Leur opinion. C’était ça que voulait l’étudiante, même si ça risquait de ne pas être agréable à entendre.

Les civils étaient probablement bouleversés par la mort des unités de police envoyées ici. Peut-être que tout ça allait réveiller sa culpabilité. Et que pensaient-ils du massacre en lui-même ? Star City était une ville abritant de nombreux Supers. Les massacres de ce genre ne les effrayait peut-être pas tant que ça, vu la clientèle présente ici. Autrement dit, beaucoup de “peut-être” que la mutante voulait éclaircir.

J’trouve ça marrant qu’autant de monde soit déjà revenu ici après ça. Pourtant me semble pas que les cafés soient en promo.

Oh, ça c’était certain. L’endroit n’était pas trop onéreux, mais ça n’était pas donné non plus.
Elle avait scruté sans trop de discrétion la jeune femme, qui avait quand-même un bon sens de la mode et du style. Susan aurait bien aimé avoir la même veste, mais il était un peu tôt dans la discussion pour passer pour une fille superficielle jalouse d’un manteau. Disons que c’était de la simple curiosité.

Elle espérait ne pas trop la déranger. Si c’était le cas, elle retournerait simplement à ses échanges avec Elias. Qu’avait-elle à perdre à tenter d’engager la conversation ? En plus, la blonde l’avait regardée la première. En voilà une mauvaise excuse.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 8 Nov 2016 - 0:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Susan & Morgan

Du sang sur les mains




Morgan avait croisé le regard de la brune qu'elle n'avait pas soutenue. N'allez pas y voir une forme de mal aise de la blonde, bien au contraire. Elle préférait simplement être regardée plutôt que regarder. Être le centre de l'attention lui plaisait, elle voulait être remarquée. Cependant, cela ne devait pas être par excentrisme, on devait l'admirer, la désirer, espérer une attention de sa part. En d'autre terme, ce bref regard était un cadeau inestimable. Mais comme elle ne faisait pas de cadeau, il paraissait évident qu'elle allait le rançonner, qu'elle allait demander quelque chose en échange.

C'est alors que l'étrangère l'interpella. Attendez voir, Morgan lui avait-elle seulement donnée l'autorisation de lui adresser la parole ? Le regard dédaigneux, elle écouta la requête. Ce qu'il c'était passé ici ? Elle le savait trop bien. Tout la subtilité de cette conversation allait de jouer avec la réalité qu'elle connaissait, de ne pas trop donner d'informations, de se cantonner aux "on dit que". Quelque chose de particulièrement compliqué quand on sait à quel point la voleuse aime se vanter de ses exploits, de faire étalage de l'ensemble de ses faits d'armes. Seulement voilà, le mensonge ne faisait pas parti de son répertoire de capacités, elle était bien mauvaise à ce niveau là. Alors à défaut de donner la vérité, elle contournait le problème.

L'inconnue continua sans attendre, s'étonnant du manque d'instinct de survie de la clientèle du café. Il fallait avouer qu'il n'y avait pas vraiment de raisons d'avoir peur. Le braquage avait été achevé, pourquoi diable l'auteur du crime reviendrait sur ses pas ? Le lieu le plus sur était peut-être bien le site post-incident. Pour les braves gens tout comme pour la voleuse d'ailleurs. Qui aurait soupçonné cette jolie jeune femme d'être l'auteur du crime. "Il semblerait qu'il y ai eu un affrontement entre deux supers, mais pour connaître les détails je crois malheureusement qu'il aurait fallut être sur les lieux à cet instant même..." Finalement, on y prendrait presque goût à faire des commérage, à se comporter "normalement". Se rapprochant d'une table, Morgan se pencha dans sa direction, le regard inquisiteur, un sourire plus qu'intéressé. "Mais dis moi, pourquoi cela t'intéresse tant que ça ?"
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 8 Nov 2016 - 0:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Susan avait du venir ici avec son atèle à la jambe gauche, qu’elle dissimulait tant bien que mal sous la table où elle était installée. Vu les difficultés que le dispositif médical lui apportait à marcher, elle tenait à rester ici pour un petit moment. Lorsqu’elle avait rejoint les urgences après son altercation musclée avec la super vilaine, elle avait déjà un mal de chien. On n’avait pas trop tardé à lui annoncer que la lame avait touché l’os et qu’elle aurait besoin de garder sa jambe tranquille pour deux ou trois semaines.
De toute façon, les médecins n’étaient pas les seuls à vouloir la garder tranquille, alors elle n’y voyait pas trop d’inconvénients. Se rétablir correctement, c’était l’important. Ne pas avoir de séquelles désagréables.

Quoi qu’il en soit, elle n’aimait pas avoir de handicap aussi flagrant, et préférait donc garder sa jambe tendue bien à l’abri devant elle. De façon générale, son accoutrement était étudié pour ne pas trop laisser voir son identité. De la casquette à sa mèche, en passant par le gros hoodie épais et chaud.

Elle put constater comme un changement dans le regard de son interlocutrice. Presque aussitôt qu’elle lui avait adressé la parole. Pourtant, la blonde ne mit aucunement fin à la discussion. Elle ne s’en alla pas, ne l’ignora pas non plus.

Malheureusement, elle ne semblait pas en savoir beaucoup sur l’affaire. Enfin, elle savait au moins que deux supers s’étaient affrontés là dedans. Quand à être sur les lieux à cet instant… Susan avait été aux premières loges, pour sur, mais elle ne voulait pas vraiment en parler. Ca n’était absolument pas cohérent avec ses objectifs ou avec les informations qu’elle aurait aimé récupérer.

Elle haussa les épaules, avec une certaine nonchalance, alors que l’air de la blonde était maintenant un peu plus engageant.

Dommage. J’pensais aller d’mander leur avis aux employés du café quand y’aurait moins d’monde, ils en savent sûrement un petit peu plus. J’suis juste curieuse. On peut dire que je collectionne les rumeurs.

Elle ne mentait pas, en fait. Elle travaillait en alternance avec la célèbre journaliste Amy Davis, de la WCOC. L'information, ça faisait aussi un peu partie de sa vie, même si elle était à la réalisation dans le cadre professionnel. Autrement, les rumeurs, c’était toujours une source d’information, bien que tout sauf fiable. On pouvait en tirer pas mal de choses si on lisait entre les lignes ou si on faisait une élimination précise. Puis la curiosité était bien un trait que l’on ne pouvait pas enlever à Susan. Son plus grand défaut. Elle l’assumait et osait s’en servir comme d’une arme lorsqu’elle en avait l’occasion.
Elle regarda son interlocutrice attentivement. Fronça les sourcils. Elle avait une drôle d’impression, mais avec l’humeur qu’elle se traînait ces derniers jours, la paranoïa avait été de la partie et elle se méfiait de beaucoup de choses à tort. Elle ne fit que chasser son impression pour s’attarder un peu sur le manteau qu’elle trouvait toujours aussi sympa.

J’ai lu que ça avait été un sacré bordel. Un truc un peu gore. Enfin, ça s’voit, aussi.

Elle pencha la tête vers le goudron qui avait bu du sang, à une dizaine de mètres d’elles seulement. Il suffisait d’être un peu observateur pour savoir que les choses n’avaient pas été de tout repos ici.
Elle revoyait mentalement le trajet qu’elle avait parcouru. De son entrée dans la boutique, puis l’instant où elle était ressortie blessée pour aller se cacher au coin de la rue.

Aucun rapport mais, tu l’as trouvé où ton manteau ?

Elle haussa un sourcil curieux, après avoir bu une gorgée de Chai. Ca n’avait effectivement aucun rapport, mais elle ne pouvait pas cacher son intérêt pour le vêtement.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 8 Nov 2016 - 2:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Susan & Morgan

Du sang sur les mains




Collectionneuse de rumeurs ? Aux dernières nouvelles ce n'était pas un métier. De ce fait, elle ne lui avait pas livrée de rumeur à proprement parlé. Morgan était curieuse de connaître l'identité de celle à qui elle avait affaire. De plus, ce petit jeu l'amusait particulièrement et lorsqu'elle se plaisait à faire quelque chose, elle ne s'arrêtait pas de si tôt. "Je doute qu'ils soient beaucoup plus renseignés, après tout, ceux qui n'ont pas fui doivent être trop choqués pour parler." C'était sûrement vrai. Et puis, qu'auraient ils pu dire ? Une personne masquée qui massacrait des policiers, une voleuse sanguinaire qui détruisait un magasin en combattant une autre super avec un masque ? La belle affaire. Que pouvait-elle bien réellement cherchée ? Animait-elle un blog ou des articles ? Morgan avait eu l'occasion à plusieurs reprise de découvrir des sujets sur ses activités, d'aucuns la craignaient, d'autres l'admirait.

"Allons, je suis certain qu'il existe une raison véritable qui motive ta présence ici, on ne collectionne pas les infos. On les utilise ou on en prend la connaissance, mais on ne les accumule pas pour les accumuler." Son ton se faisait plus suspicieux, plus curieux, plus intrigué. Que cachait-elle ? Au sens premier, c'était sa jambe qui semblait évidente. Elle n'avait pas esquissé le moindre mouvement avec sa jambe gauche, la plus proche de Morgan. Elle était recouverte d'une atèle qui semblait l'empêcher de la plier et de faire certains mouvement. Ce n'était pas vraiment de son ressort, en vérité, elle n'en aurait eu clairement rien à faire en temps normal, il n'empêche que pour l'heure c'était intriguant. Au sens figuré, la question de savoir qu'elles étaient ses réelles intentions tenait toujours.

"Tu dis que c'était gore. Mais tout dépend des points de vu, il ne suffit pas d'être aussi catégorique. Cette violence, cette force, ces pouvoirs, n'y a-t-il pas là quelque chose qui relève presque de l'art ? Peut-être est-ce un une forme de message ? La fin de l'humanité pour laisser la place à une nouvelle espèce ? Qu'est ce qu'on peut faire face à pareille puissance ? Non, on ne peut pas se limiter à dire que c'est gore. C'est bien plus que cela. Avant de juger tel individu, il est nécessaire de le comprendre non ?" C'en était presque beau. Si Morgan n'avait pas été complètement dénué de sensibilité et de morale peut-être aurait elle lâché une petite larme.

Elle prit une mine flattée qui était presque sincère lorsqu'elle aborda son vêtement. Pour tout dire, elle ne savait même plus où elle l'avait achetée. Mais cela aurait été vendre la mèche bien trop vite à son goût. La blonde appréciait tout particulièrement de faire traîner les choses, de faire languir son interlocuteur. "Ce genre de secret, je ne le livre pas à moins d'être sur un oreiller tu sais." Elle avait prononcé ces mots avec un regard en coin, les yeux à moitié fermé comme pour lui faire comprendre un peu plus ses arrières pensées. Sa lèvre inférieur passa un instant sous ses incisives supérieurs, juste le temps de souligner un peu plus ses désirs. "En parlant de lit, qu'est ce qui est arrivé à ta pauvre jambe ?" Lâcha-t-elle, presque attristée tout en posant une main douce sur la cuisse tenue par l'atèle.
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 8 Nov 2016 - 10:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La blonde marquait un point. Il était certainement un peu tôt pour aller poser des questions à droite à gauche à de potentiels témoins du déchaînement qui avait eu lieu ici. Mais comment savait-elle que ça avait été si choquant que ça si elle ne connaissait que quelques détails limités ? Un combat de Supers n’était pas nécessairement aussi violent que celui qui avait eu lieu ici, Susan le savait d’expérience.

Elle sourit en constatant que la blonde insistait pour la percer à jour. Elle semblait décidément beaucoup plus intéressée par ses raisons de s’informer que par les informations elles-mêmes. C’était bien curieux, mais la mutante pouvait comprendre.

Je suis en alternance à la WCOC. Quelques sujets sur les supers pourraient intéresser ma patronne. On va dire que j’essaie de trouver le plus intéressant, mais si j’arrive pas à me renseigner ici, ça sera sûrement pas le grand gagnant.

Elle haussa les épaules avec un air quelque peu déçu, mais écouta avec attention le discours un brin dérangeant de son interlocutrice. Elle n’avait pas pu mieux éveiller la méfiance de Susan qu’avec ces mots là.

J’imagine que c’est plus simple de voir de l’art là dedans quand on en est pas la victime.

Son ton avait été plus amer. Cette jeune femme glorifiait les supers comme s’ils étaient l’unique futur de l’humanité. Pire, elle glorifiait surtout la violence qui les accompagnait lorsqu’ils décidaient de se vouer à des actes néfastes.
Elle ne pouvait pas montrer toutes ses cartes, mais elle voyait difficilement comment elle pouvait cautionner ou pardonner un tel massacre, même sans connaître personnellement leur auteure.

Quand on va risquer notre vie en première ligne pour des reportages, c’est moins joli que ce qu’on voit à la télévision derrière.

Elle n’aimait pas vraiment mettre en jeu sa peau pour que quelqu’un vienne soutenir le vilain de l’affaire derrière. Enfin, peut-être que la blonde avait juste été trop à l’abri de tout ça pour en voir la réalité. Ou bien elle avait vraiment une vision déformée et pas très saine de l’existence.

Susan haussa un sourcil intrigué en la voyant passer de son apologie de la violence à un air pratiquement lubrique. La cinéaste n’hésita pas à la faire redescendre sur terre en ponctuant sa réplique plein de sous entendus par un :

Ah, ben tant pis alors.”

Elle pouvait difficilement imaginer une meilleure façon de signifier qu’elle n’était pas intéressée.
Quand à sa jambe, Susan avait eu un léger mouvement de recul lorsque son interlocutrice posa la main dessus tout en douceur. La méfiance la faisait parfois réagir avant de réfléchir, mais la blonde pouvait sûrement comprendre que tout le monde n’était pas fan du contact d’un étranger.
Ceci dit, elle laissa sa main où elle était et ne chercha pas à la retirer. Elle croisa encore son regard avant d’affirmer avec une certaine honnêteté :

Juste une bête erreur d'inattention.

C'était dissimuler la quasi entièreté des faits pour juste se concentrer sur un fragment de l’histoire. Et c’était vrai : elle aurait pu et aurait du réagir plus vite.

C’est le genre de trucs qui arrivent quand on doit aller en première ligne.

Elle exprimait une certaine nonchalance visant à dédramatiser les faits. Elle avait eu de la chance d’avoir son chapeau magique, et son bon réflexe de dissimuler une partie de son visage lors d’une situation trop extrême. Ça aurait pu être pire.
Elle savoura quelques gorgées de son chai latte, avisant son interlocutrice avec curiosité, mais toujours une désagréable impression en tête.

Enfin, je peux me tromper, t’as peut-être déjà vécu ce genre de trucs et tu parles en connaissance de cause. T’as un avis un peu étrange, quoi.

Elle eut une pause pour boire son thé qui allait refroidir.

Ça t’embêterait pas de laisser ta place au profit du “futur de l’humanité” ? A moins que tu en fasses partie, hein. Pour le moment on cohabite, ça fait même bien soixante-dix ans, et ça se passe pas trop mal.

Son avis l’intéressait. Et elle pourrait aussi en savoir un petit peu plus sur elle avec les questions sous jacentes à son discours.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 8 Nov 2016 - 14:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Susan & Morgan

Du sang sur les mains




Ainsi donc c'était une journaliste. Cela expliquait sa curiosité et ses questions, un alibi qui tenait parfaitement la route. Contrairement à ce qu'on aurait pu croire, Morgan les appréciait. Il la faisait connaître. Certes, elle ne devenait pas particulièrement populaire au près du grand public. Mais elle était certaine qu'une certaine communauté suivait ses agissements. Et puis, après tout elle ne voulait absolument pas attirer la sympathie générale. Uniquement l'intérêt de certaines personnes. Etait-ce plus facile de voir l'art lorsqu'on est pas la victime de l'horreur ? Bon nombre d'exemple se bousculait dans sa tête à ce sujet. "Pourtant, Guernica démontre le contraire. En étant espagnol, et donc victime de ces bombardements, Picasso en a tout de même sortie une toile mondialement connue." Certes, argumentent était bancal, mais une fois tourné dans le sens approprié, il pouvait servir son point de vue.

De toutes évidences, la brune ne semblait pas apprécier son argumentation, bien au contraire. D'ailleurs, son ton avait changé, il était plus défensif, à la limite de l'agressif. Si Morgan arrivait à la faire sortir de ses gonds, peut-être arriverait-elle à en obtenir quelque chose. "Mais comme tu es ici, à glaner quelques infos, je suppose que tu n'étais pas en première ligne.". Malgré ce léger geste de recul, Morgan n'avait absolument pas bronché, restant d'un calme et d'un sang froid alarmant. En d'autres circonstance cela aurait certainement signifié le divorce de sa petite tête avec le reste de son corps, mais la blonde était curieuse d'en apprendre un peu plus.

Finalement, elle se décida à la retirer, saisissant son café qui avait assez refroidis comme ça. Imitant son interlocutrice elle prit quelques gorgées de sa boisson. Le ton qu'elle prenait dans cette conversation était presque malsain, de toutes évidences elle lui voulait tout sauf du bien. "le genre de chose qui arrive quand on est en première ligne." A l'entendre on aurait cru qu'elle partait au combat et que son métier n'était pas journaliste intérimaire mais chair à canon. Mais la brune ne s'arrêtait plus de parler, elle enchaîna son constat par une question à l'attention de la voleuse. "Il est vrai que j'ai eu l'occasion d'observer ces individus. Et la seule chose que j'ai éprouvé c'est de l'admiration et de la jalousie. Pourquoi ont-ils eu le droit de muter et donc d'acquérir des pouvoirs et pas d'autre ? Ils sont capable de soulever des tonnes de roches comme de passer une journée dans leur canapé bien au chaud chez eux. Ils ne sont pas soumis au même lois que nous ! Comment contraindre un individu qui court plus vite que le son à une limitation de quelques miles par heure en ville ? Il y a décidément quelque chose beau dans ce qu'ils font, quelle que soit la forme que cela prend, ce qui compte c'est le message derrière." Encore une argumentation bien bancale. Mais il fallait bien avouer que Morgan n'avait pas vraiment l'habitude de se justifier sur ce qu'elle faisait et pourquoi elle le faisait ainsi. "Si tu es, comme tu le dis, en première ligne, tu as sans doute pu observer leur force de frappe. Elle est considérablement supérieur à la notre, combien de vie humaine est-il nécessaire d'utiliser pour mettre à mal un mutant ? Lorsque l'Homo Sapiens a fait son apparition, l'Homme de Néandertal a disparu. Darwin te l'expliquerai mieux que moi, mais l'évolution gagne toujours, elle est plus adaptée, plus forte, plus intelligente, plus spécialisée. En d'autres termes, nous n'avons aucune chance et il faut savoir s'effacer." C'est certainement le discours qu'elle aurait aimé entendre de la part de chaque vermine qui se serait dressée sur son chemin. Elle se savait sur la voie de l'évolution, elle savait qu'elle partie d'un nouvel ordre mondial, alors pourquoi s'embêter d'une espèce qui a fait son temps ?
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 8 Nov 2016 - 16:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Susan observait son interlocutrice toujours avec autant de curiosité, lorsque celle-ci sortait des arguments de son chapeau. Oh, ils n’étaient pas inintéressants, mais elle n’allait certainement pas la convaincre avec ça.

J’serais presque tombée dans le panneau, si ce tableau avait pas été fait pour dénoncer les bombardements et la violence fasciste, et pas pour s’extasier de leur beauté.

Elle sourit, amusée. Oh, elle espérait le pas trop la vexer, ça n’était pas son but. Loin de là. Juste confronter tranquillement deux points de vue. Le sien, qui pouvait avoir des défauts au vu de la naïveté de la mutante, face à celui bien plus original de la blonde. Blonde dont elle devrait demander le nom à un moment tout de même, parce que Susan aimait savoir avec qui elle conversait.
Quand à la supposition… La mutante haussa les épaules. Elle n’avait pas envie de dire qu’elle avait été en première ligne, en fait. Ça serait détruire une partie de son discours. Alors elle évita plus ou moins la question de la façon qui suivait :

Même si j’l’avais été, j’aime bien avoir les avis des gens du coin. Ils voient des choses qu’on voit pas forcément.

Elle entoura sa tasse avec ses deux mains pour profiter encore un peu de la chaleur qui y logeait.
Seulement, le ton de la blonde lui arracha un frisson. Plus elles discutaient, plus celle-ci s’enfonçait dans un discours pas très sain, et le sentiment de Susan à son égard s’était intensifié. La mutante ne la quitta pas des yeux, en l’écoutant parler. Elle eut un air légèrement absent puisqu’elle se concentrait sur sa voix, mais ne manqua pas une seule de ses paroles.
Si seulement elle pouvait vérifier ses doutes, trouver un moyen de confirmer ses soupçons… Mais pas moyen. Ainsi, Susan était en partie convaincue qu’elle était en train de taper la discussion avec une ravissante jeune femme qui mangeait des cœurs humains comme passe-temps.

Génial. Son karma n’avait décidément pas fini de la décevoir.
Elle s’efforçait de garder le même air qu’auparavant. Ça n’était pas difficile, parce qu’elle était toujours curieuse et avait maintenant encore plus envie d’en savoir plus sur celle qui lui faisait face. Son regard tendait à exprimer une certaine inquiétude malgré tout, trahissant des pensées qui ne collaient pas tout à fait à son discours.

Son discours n’étonnait plus tant que ça Susan. Si elle essayait de se passer de la pommade à elle même en se hissant secrètement dans ce qu’elle considérait être l’élite de l’humanité. “Humanité”, voilà un terme qui amusait bien la méta-humaine. Elle comprenait bien certains des arguments, rapidement en tout cas. Oui, ils avaient des avantages, certes. Mais pas seulement. Et ils devaient être responsables s’ils voulaient avoir leur place dans cette société.

Oh, tu sais, y’a aussi des mutants qui ont juste le pouvoir de faire pousser plus vite leurs poils. Et j’te le dis, c’est pas spécialement valorisant en société.

Puis elle parlait de combat, de puissance de frappe… Pourquoi avait-on besoin de tout ça ? Si une société de mutants voulait dire un grand bordel où tout le monde devait se battre pour survivre, non merci.

Faut que la société fonctionne d’une façon ou d’une autre. Même un mutant ou un Super a des responsabilités. On peut pas s’contenter de vivre avec son pouvoir et glander sur un canapé le reste du temps. Me semble pas que les super héros soient rémunérés pour leur travail. Et les super-vilains, eh ben ceux là s’amusent à contourner la loi, mais ils pourront pas toujours s’en sortir. D’ailleurs, tu sais, un humain bien équipé et entraîné peut battre un Super sans trop de souci. Ça dépend du Super, tu m’diras.

Elle haussa les épaules. Elle ne doutait pas qu’il était tout à fait possible de vaincre Black Ermine. Il fallait juste faire preuve de plus d’ingéniosité.

D’ailleurs t’as pas répondu à ma question. Ok, t’admires les supers et tout, mais ça te dérangerait quand même, ou pas, qu’ils finissent par prendre le pouvoir et qu’on disparaisse ?

Elle fit une petite pause. Pour reprendre sur un ton apparemment plus léger, bien que ses mains s’agitaient avec un peu de nervosité sur sa tasse.

Au fait, tu t’appelles comment ? On sait jamais, je pourrais essayer de te retrouver pour savoir où t’as eu ça.

Fit-elle en désignant le manteau dont elle avait parlé un peu plus tôt.
Elle essayait de gratter un peu de temps de discussion, des informations qui pourraient être précieuses. La plus importante, c’était son visage bien sur. Mais rien n’était à perdre. Un prénom, ça serait déjà bien.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 8 Nov 2016 - 21:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Susan & Morgan

Du sang sur les mains




Petit à petit, ses arguments se faisait défendre. Elle le savait, ce n'était pas le domaine dans le quel elle excellait le plus. Loin d'être bête, elle manquait pourtant de culture dans certains domaines. Aussi, lorsqu'elle avait commencé à discuter de ce sujet, elle savait à l'avance qu'elle allait s'étaler magistralement. En soit ce n'était pas pas bien grave. Le seul problème, c'est qu'elle la contredisait elle. Or, on ne contredisait pas la voleuse sans s'en attirer les foudres. Alors oui, elle commençait un peu à perdre son sang froid, le peu qu'elle avait du moins. Et ce n'était certainement pas de bonne augure pour celle qui se tenait à sa droite, parfaitement à sa portée.

Reprenant la conversation elle modifia légèrement son discours. Et c'est sans doute ce qui mit la puce à l'oreille de la blonde. Jusqu'à présent, elle avait sous-entendue qu'il n'y avait pas de sur-hommes ici séant, à moins que Morgan échappe à la règle. Mais à présent, même s'il s'agissait d'une phrase anodine, elle laissait entendre qu'elle pouvait possiblement appartenir à ces individus. Outre ce fait, elle avait obtenu sa blessure en première ligne, ajoutez à cela le fait qu'elle cherchait des infos sur celle que la tueuse cachait être, sans pour autant avoir spécifié qu'elle n'était pas présente. Assaisonnez le tout avec une blessure à la même jambe touchée quelques jours au par avant sur la super présente ce jour là. Combinez le tout avec une taille semblable, des cheveux courts identiques, et vous obtenez une étrange suspicion. Cela devenait même particulièrement louche.

Cependant, si Morgan avait peut-être décelé une ressemblance avec son agresseuse de la soirée. Car oui, il s'agit bel et bien d'une agression après tout ! Si elle l'avait faire, son interlocutrice avait elle réussit ? De toutes évidence, mieux valait ne pas renverser la table pour lui couper la tête et lui lâcher une pêche dans le cou. Elle possédait quelques avantage sur la brune. Cette dernière n'était pas en état de courir, et entres elles, toutes deux savaient qui gagnerait avec la force brute et à cette distance. Si ses suspicions s'avéraient juste elle lui tirerai les moindres vers du nez, elle connaîtrait la moindre parcelle de sa vie. Elle allait tout lui dire. Oh oui, elle allait la faire chanter.

Mais tout ceci n'était qu'hypothèse. Ces réflexions l'avaient remis de bonne humeur, elle comptait bien continuer à jouer le rôle d'une personne à peu près normale. Toute fois, elle allait devoir affirmer un peu plus ses positions. De nouveaux, elle détruisit ses arguments, ce qui arracha un plissement d’œil réprobateur. Morgan n'aimait pas qu'on remette en cause ses idéaux. En effet, elle se voyait parfaitement gouverner son petit royaume d'être insignifiant. Et si par malheur il y avait des mutants dont le seul pouvoir était de faire pousser des poils, elle les écraserait.

Son esprit se faisait quelque peu paranoïaque, cherchant le moindre signe dans le plus petit des agissements de son interlocutrice. Si elle venait à utiliser son téléphone, ou alors si elle posait des questions un peu trop recherchée, tout ce qui pourrait alimenter ses inquiétudes. "Disons que je reste sans avis. De toutes façons, que je sois d'un côté ou de l'autre, cela ne changera rien.".

Voilà qui devenait un peu plus compliqué. Pourquoi diable voulait-elle connaître son identité alors que c'était son blouson qui l'intéressait ? Que pourrait elle bien en faire ? De plus, Morgan avait clairement évoquée ses conditions pour en connaître la marque. "Je crois que tu vas un peu vite en besogne, on est même pas encore dans mon lit..." Lâcha-t-elle d'une voix mielleuse lourde de sous entendue. "Ta jambe, qu'est ce qui lui est arrivée ?" Son timbre avait changé du tout au tout. Il était autoritaire et sans appel. Elle prenait certes le risque de se faire retourner sa réponse, mais elle ne se laisserait pas faire aussi facilement, elle ne lâcherait pas le morceau.
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 8 Nov 2016 - 22:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Zut. Susan eut la sensation d’y être allée un petit peu trop fort, puisque son interlocutrice se mit sur la défensive. Une défensive qui semblait bien suspicieuse à la mutante, qui s’efforçait de ne rien en montrer, mais n’en pensait pas moins. Qu’allait-elle faire, si la vérité finissait par éclater ? Si la criminelle faisait le lien entre elle et la mutante qu’elle avait affronté dans la bijouterie ? Le visage de Susan serait connu de cette dernière. Pas son identité, mais elle avait dévoilé quelques semi-vérités sur sa vie qui pouvaient changer la donne. Ceci dit, elle aussi avait une description complète de son physique à transmettre à qui le voudrait bien en cas de souci.

Autrement dit, les deux jeunes femmes pointaient chacune une arme vers l’autre et pouvait se descendre mutuellement. De façon métaphorique.
De fait, elle n’obtint que des réponses vagues et absolument pas satisfaisantes, qui causèrent un air un peu boudeur sur son visage. Elle n’avait même pas un nom à se mettre sous la dent. Forcément, si la blonde avait des doutes, elle n’allait pas lui servir toutes les informations sur un plateau d’argent.

Elle, en revanche, se fit soudainement bien plus inquisitrice sur ses questions. Outre l’espèce de drague lourde qu’elle essayait de lui pondre. Le ton de la voix de la blonde fut si mielleux qu’elle rappela cette vilaine mégère de Petula Bonbon à Susan. Raison de plus pour éviter ses questions.

C’est pas important, c’qui est arrivé à ma jambe. J’en ai une autre.

Fit-elle en haussant un sourcil perplexe. Cherchait-elle à confirmer ses soupçons, à savoir si c’était bien elle qu’elle avait affronté ? Susan n’avait plus de doutes maintenant.
Pour mettre un petit peu de sel, voir la réaction de son interlocutrice, elle poursuivit avec un petit peu de provocation. Elle parlait d’un ton décontracté.

C’est qu’une égratignure. J’en ai vu des bien pires.

Et puisqu’elle voulait des explications, la mutante allait lui en fournir une qui ne valait pas un sou. Encore une façon de dissimuler des faits derrière des banalités. Ca devait être assez agaçant, et Susan aimait bien être agaçante, à ses heures.

Ca arrive souvent quand on est un peu trop curieux.

Elle ne voulait pas que ça ressemble à une menace, alors elle avait gardé son ton tranquille et dédramatisant. D’ailleurs, elle voulut s’essayer à un petit exercice au détriment de la blonde. Elle voulait savoir si elle était sensible à certaines de ses capacités, et peut être la rendre un peu plus encline à la discussion. A autre chose que des échanges méfiants, en tout cas.

Tu sais, je vais pas te manger. On est tranquilles ici. Il fait même pas si froid que ça, et y’a plein de boissons chaudes à disposition.

Pendant sa dernière petite tirade, elle avait pris soin de générer des ondes qui étaient inaudibles mais bien perçues et interprétées par le cerveau. Similaires en quelques sortes à ce que l’on retrouvait dans le ronronnement d’un chat, ces ondes avaient un effet relaxant, aidant à se sentir plus en sécurité. Puis elle y avait ajouté un soupçon d’ondes qui rendaient sa voix et ses paroles plus charismatiques que jamais. L’utilisation de ces pouvoirs là était bien plus subtile et difficile à détecter que si elle avait donné des ordres directs à la criminelle, ou toute autre démonstration de force auxquelles elle avait eu droit dans la joaillerie.

Elle poursuivit son oeuvre en commandant brièvement un autre thé pour elle même, et la serveuse resta à la disposition de Morgan si elle souhaitait boire autre chose.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 9 Nov 2016 - 0:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Susan & Morgan

Du sang sur les mains




L'ambiance n'était pas des plus détendue bien au contraire. Aucun des partis ne voulait lâcher l'affaire. Tel deux petits chien hargneux, il ne démordait pas de leur os à moelle. Le moindre centimètre abandonné à l'adversaire était une bataille qu'il n'arriverait pas à reconquérir, une perte dont il ne se remettrait sûrement pas. Morgan avait pris des positions bien particulières, la lourdeur se montrant particulièrement efficace lorsqu'il s'agissait de question compromettantes. Son interlocutrice abordait le problème d'une autre façon, bien plus particulière. Elle répondait sans vraiment le faire, laissant toujours la blonde en attente d'une réponse. Elle ne faisait qu'effleurer la surface de la vérité. La voleuse s'étonnait de son sang froid. Après tout, qu'est ce qui l'empêchait de les faire disparaître toutes deux dans son nuage pour la tuer et s'ôter le moindre doute ? Elle aurait alors pu lever le voile sur ses suspicions, qu'elle soit ou non celle que Morgan recherchait, elle venait de se jeter dans la gueule du loup. C'était une véritable mission suicide. Sans doute s'agissait-il là d'une solution de secours, un cas d'extrême urgence. Pour l'instant elle préférait jouer aux enquêtrices en herbe. "Une égratignure sans doute, cela ne répond cependant pas à mon interrogation. C'est ta cuisse qui semble maintenue, et au vu du manque d'articulation qu'il y a à ce niveau là, je suppose que c'est l'os qui a subi un choc. Allons, dis le moi, après tout, qu'est ce que tu risques ?"

Au risque de se dévoiler un peu plus, elle devait la forcer à agir, à prendre une décision. Que ce soit la vérité comme le mensonge elle le saurait. Ces choses là ne trompent pas. Lorsqu'on ne sait pas mentir, on ne se limite pas aux contours du sujet, on fonce dans le tas on lâchant sa version. Sa voix se fit un tantinet mielleuse et réconfortante. Après tout, que risquait-elle ? Même si c'était elle et qu'elle disparaissait, elle ne savait rien, et Morgan pourrait certainement la retrouver. Rien ne pressait au fond. A la suite de la commande de la brune, son homologue blonde reprit un café serré, sans alcool cette fois-ci. On ne boit pas au travail tout de même. "Dis moi, tu me demandes beaucoup mon avis, mais qu'en est-il du tiens ? Je me doute que tu es peu en faveur de mon avis, mais j'ai beaucoup évoqué ma position alors que tu n'as fait que la critiquer. Je pense qu'il est temps d'échanger les rôles..."

Morgan rentra un peu plus dans son siège, s'installant comme si elle s'apprêtait à recevoir l'argumentation adverse. Dans la même volée, elle se sortit une nouvelle cigarette qu'elle ne tarda pas à allumer, la fumée était renforcée par l'effet de fraîcheur ambiant. Un instant elle se surprit à regarder le petit nuage que cela formait, une teinte de nostalgie dans l'oeil, comme si la présence même de son ombre lui manquait. "Tu sais, j'ai bien remarqué que mon rentre dedans ne faisait pas effet, j'espérait juste que tu te sentes mal à l'aise à cette idée. Mais ce n'est pas vraiment le cas n'est ce pas ? Tu m'as juste remballé, comme si tu n'étais pas intéressée, et tu ne l'es peut-être pas, ce n'est pas à moi de répondre à cette question. Mais, avec de pareils éléments en main, je ne peux m'empêcher de spéculer. En règle générale, si on refuse un cadeau, c'est que soit il n'est vraiment pas plaisant, soit on l'a déjà. De plus ton absence de mal aise laisse à penser que ce n'est clairement pas la première fois que ça t'arrive venant d'une femme. Certes, c'est simpliste mais terriblement vrai. Alors dis moi, je suis moche ou tu as déjà quelqu'un ?" Voilà qu'elle se mettait à parler de la pluie et du beau temps alors qu'elle avait un objectif bien plus important. Les migraines qu'elle accumulait depuis quelques jours ne devaient pas être innocentes dans l'affaire. Pourtant, elle éprouvait le besoin chronique de parler que ce soit important ou non, étrange affaire.
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 9 Nov 2016 - 12:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Susan émit un soupir et se retint très fort de rouler des yeux. Après tout, que risquait-elle ? Ah, voilà une bonne vanne. Qu’est-ce qu’elle en faisait, des suppositions ! Il était évident que la blonde cherchait à la pousser aux aveux, qu’elles puissent enfin en finir une bonne fois pour toute. Arrêter de tourner autour du pot. Mais à quoi cela pouvait la mener ? Allait-elle profiter de doutes confirmés pour attaquer la mutante ? Avec autant de monde dans le café juste à côté d’elle ?
Il était vrai que Black Ermine ne semblait pas craindre la foule, et risquait plutôt d’y faire un strike s’il y avait des témoins trop dérangeants. C’était surtout ça que l’étudiante voulait éviter.

Elle sourit à son interlocutrice, d’un air quelque peu insolent.

Oh, pourquoi j’aurais besoin de te raconter ça ? T’as l’air de savoir mieux que moi ce que j’ai. Si tu devines, j’te paie un verre.

Voilà un petit jeu amusant. Bon, un simple verre n’était pas la plus grande récompense du monde pour les risques encourus. Mais la situation amusait Susan, même si ça pouvait mal tourner. Un combat ici ne serait dans l’intérêt de personne.

Discuter de leurs avis respectifs, voilà qui était amusant. La jeune héroïne n’avait pas de raison de cacher sa mutation. Après tout, elles étaient dans la ville des supers. Et elle avait certaines choses à dire qui allaient pour la plupart à l’encontre de la philosophie de son interlocutrice. Non, elle ne se pensait pas supérieure au commun des mortels. Elle estimait juste que si elle se servait de son pouvoir, ça devrait être pour le bien commun, sans non plus être hypocrite au point de dire qu’elle ne s’en servirait pas pour ses propres besoins personnels. Après tout, elle pouvait profiter de ses dons, tant que ça ne nuisait à personne d’autre.

Ben j’suis une mutante. Mais j’suis pas au dessus des autres et j’cherche pas à dominer le monde. J’vois pas l’intérêt. J’ai mes responsabilités et ma vie, j’en fais ce que je veux, et y’a plein de raisons d’admirer les gens, qu’ils soient des Super ou pas. Tout comme y’a pas mal de Supers qui sont pourris de l’intérieur même s’ils sont balèzes. Et j’vois pas ce que ça m’apporterait de nuire aux autres avec mes pouvoirs, j’ai pas besoin de rabaisser les autres pour me valoriser.

Ça, et bien d’autres choses qui lui passaient par la tête mais qu’elle ne ressentait pas le besoin d’étaler.
Maintenant, elle tentait évidemment d’en savoir plus sur sa vie privée. Quoi de mieux que de connaître ses proches ou son statut relationnel pour pouvoir la menacer en suite ? Mais elle avait fait l’erreur de parler de Cass une fois, elle ne le ferait pas une nouvelle fois. Elle émettait toujours des ondes qui apaisaient l’esprit pour atténuer le risque d’un assaut surprise, et rester sur une discussion presque cordiale entre elles deux. Bien sur, Susan avait toujours une humeur quelque peu joueuse et se ferait un malin plaisir de répondre à côté de la plaque. Enfin, c’était crédible, après tout, pour quiconque admettait l’existence d’autres identités de genre et de sexualités.

Désolée de te décevoir, je suis asexuelle. Et puis bon j’te cache pas qu’avec ma dégaine, t’es pas la première à croire que j’suis gay. J’ai juste l’habitude.

Elle haussa les épaules. De toute façon, elle était persuadée que l’argument du “j’ai une copine” ne marchait pas sur ce genre de femme là. Et que ça aurait été risquer la découverte de sa canadienne personnelle.

Enfin, ça m’arrive pas tous les jours non plus, alors c’est un peu flatteur. Faut pas l’prendre mal, t’es super jolie, mais je reste dans le platonique.

Susan mentait mieux que ce à quoi elle s’attendait. Fallait croire que la situation la poussait à se surpasser. Et puis bon, son compliment, elle ne l’avait pas volé : tout aussi horrible qu’elle puisse être à l’intérieur, elle était très loin d’être désagréable à l’oeil. L’étudiante savait admettre ça. Des personnes jolies ou moches, il y en avait partout et dans toutes les catégories.

Tu dragues parce que je t’intéresse, ou juste pour voir ma réaction ?

Répondit Susan avec une vraie curiosité.
Leurs nouvelles commandes arrivaient et elle put de nouveau se réchauffer les mains sur sa nouvelle tasse, après avoir remercié la serveuse d’un hochement de tête.

Au début j’pensais que t’étais ici genre avec des amis et que t’étais juste sortie pour fumer, mais ça fait un moment qu’on discute. T’es du coin, ou tu préfères juste boire un café bien plus cher que celui que tu pourrais te faire toi même ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 9 Nov 2016 - 16:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Susan & Morgan

Du sang sur les mains




Si, l'espace d'un instant, la tension semblait s'être détendu, chacun des partis se remettait à tirer la corde de son côté. De toutes évidences, l'inconnue semblait ne plus vouloir tourner autour du pot. Elle paraissait prête à se mettre à table. La balle était dans le camp de Morgan, c'était elle qui allait décider de faire tomber le couperet. A moins qu'elle ne se décide à repousser un peu plus le moment fatidique qui sonnerait la fin de leur rencontre. La blonde espérait ne pas avoir à supprimer son interlocutrice. Si elle réussissait à collecter assez d'informations, sans doute pourrait-elle la faire chanter à l'avenir. Elle enchaîna sans attendre, avouant être elle-même mutante. Cela faisait beaucoup de points communs à présent, trop sans doute pour que cela soit normal. Elle avouait, c'était tout à son honneur. De toutes évidences, elles savaient toutes deux à qui elles parlaient. La conversation n'en était pas moins intéressante. Il fallait jongler avec des informations plus ou moins vrai, ne dévoilant que le minimum, mais suffisamment pour attiser la curiosité de l'autre.

Un désintérêt pour le sexe ? Voilà quelque chose de particulièrement étonnant. Morgan ne s'imaginait pas pouvoir vivre, ainsi. Mais le fait est qu'il s'agissait d'une période de tolérance, et ce même pour la personne la plus sanguinaire qui soit. De toutes façons, il aurait été étrange de sa part de juger quelqu'un sur sa sexualité vu qu'elle n'arrivait même pas à choisir entre les hommes et les femmes. Dommage, pour une fois qu'elle ne pensait pas à mal, elle se sentait étrangement apaisée. Prête à discuter comme si l'inconnue était une bonne amie, comme si elle avait des amis.

Pourquoi draguait-elle ? En voilà une étrange question. Sans doute parce qu'elle aimait ça, le jeu de séduction était certainement ce qu'il y avait de plus intéressant, la relation n'était qu'un train train monotone sans importance ni intérêt. "Je drague pour le plaisir de la séduction. C'est quelque chose dont je ne me lasse pas, il faut toujours savoir renouveler dans ce domaine, c'est sans doute ce qui le rend attrayant. Pour répondre à ta question, je dirai oui aux deux. Si je suis venu ici c'est pour pouvoir observer la scène sans être dérangé." Finit-elle froidement, laissant un petit silence s'installer, avant de pouffer de rire et de lui administrer une petite tape sur la cuisse. Légèrement euphorique, elle dosa assez mal sa force, la rendant légèrement plus fort que prévue sans s'en rendre compte. "Je rigole évidemment ! Cette conversation est charmante vraiment." Elle parlait sans arrière pensée, totalement décomplexée. Elle s'amusa même à faire quelque cercles avec sa fumée qui prenait une teinte orangée grâce au rayons de soleil qui le traversaient. Parfaitement à l'aise et décontractée, elle en avait même oublié de répondre à ses propos ou de relancer ses propres questions.
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 9 Nov 2016 - 17:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L’art de la séduction ? Susan préférait nettement voir son interlocutrice parler de ça plutôt que de la beauté qu’elle trouvait dans le chaos et la violence. Quelque part, elle pouvait comprendre ce genre d’intérêt. En tout cas, ça n’était pas voué à ruiner la vie d’autrui, donc c’était pas si mal. Si seulement la super vilaine pouvait se reconvertir dans ce domaine plutôt qu’à des vols et meurtres sanglants !
Les effets de ses pouvoirs prenaient des allures tout à fait surprenantes : Elle avait tant décontracté la blonde qu’elle paraissait être sur un petit nuage, comme shootée. La mutante lui sourit lorsqu’elle admit qu’il y avait un peu des deux : du test et de l’intérêt. Assimilant les informations qui lui parvenaient, Susan hochait doucement la tête.
Toute cette tranquillité, ça n’était pas plus mal non plus d’ailleurs. En fait, elle lui avait fait une petite frayeur lorsque son ton s’était refroidi, mais le rire qui suivit était bien plus rassurant.

Enfin, pas la tape sur la cuisse qui allait avec. Susan sursauta légèrement par réflèxe, puisqu’elle avait tapé sur sa blessure, mais contint tout “Ouille !” qui voulait sortir de sa bouche. C’est qu’elle n’avait pas perdu sa poigne depuis leur dernière rencontre. La méta-humaine avait perçu ça comme un geste qu’on pouvait qualifier d’amical et ne s’en offusqua pas, même si elle était surprise.
Du coup, elle avait souri et s’amusait elle aussi de la chute de sa petite blague. Oh, valait mieux en rire qu’en pleurer. C’était plus agréable que de devoir se battre à nouveau.

Ah, tu m’rassures !

Fit Susan avant de boire une gorgée de sa nouvelle tasse de thé.
Ca ne l’aurait pas étonnée que celle-ci aie du succès avec les hommes comme les femmes : elle avait du charme lorsqu’elle n’était pas complètement folle à lier. Son rentre dedans aurait pu en faire réagir plus d’un.e.
Elle observa les ronds de fumée qui se formaient dans les airs, bien heureuse que celle-ci soit blanche, bien que teintée par le soleil qui déclinait, plutôt que d’un noir étouffant.

J’imagine que tu fais pas mal de conquêtes, non ? Plutôt des filles, ou des mecs ? J’suis curieuse.

Elle s’installa plus confortablement sur sa chaise et enfouit à moitié son nez dans son pull pour se réchauffer.

Genre, c’est quoi ta technique de drague préférée ? Fais moi une démonstration.

Elle haussa un sourcil et patienta, le sourire aux lèvres, curieuse de voir si elle allait jouer le jeu ou lui retourner d’autres questions à la place.
Il faisait toujours aussi frais, et il fallait faire les choses pour être bien à l’aise. Comme se frictionner un peu dans la moumoute de son pull pour créer un petit peu de chaleur, ou garder les mains bien autour de sa tasse. Ses oreilles aussi étaient gelées.
La casquette de Susan sembla percevoir sa gêne, puisqu’il changea de forme alors même qu’elle était posée sur sa tête, pour devenir un bonnet avec des pans pour couvrir ses oreilles. Elle avait levé les yeux, constatant le changement, et haussa les épaules et reporter son attention sur la blonde.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Du Sang sur les Mains
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
Du Sang sur les Mains Cadre_6Du Sang sur les Mains Cadre_7_bisDu Sang sur les Mains Cadre_8


Du Sang sur les Mains Cadre_1Du Sang sur les Mains Cadre_2_bisDu Sang sur les Mains Cadre_3
 Sujets similaires
-
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Du Sang sur les Mains Cadre_6Du Sang sur les Mains Cadre_7_bisDu Sang sur les Mains Cadre_8
Sauter vers: