« Comme ça craint d'être toi » ft. Dexter  Bouton_vote
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

« Comme ça craint d'être toi » ft. Dexter  Categorie2_1« Comme ça craint d'être toi » ft. Dexter  Categorie2_2bis« Comme ça craint d'être toi » ft. Dexter  Categorie2_3
 

« Comme ça craint d'être toi » ft. Dexter

 
Message posté : Ven 14 Oct 2016 - 11:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
28 octobre 2016, fin de soirée.
Quartier malfamé de Chinatown.

Je n’en reviens toujours pas que ce bakayaro ait réussi à s’évader de prison. Bon, pas du pénitencier en lui-même, ce qui, à mes yeux, amoindri considérablement l’exploit. Et est-ce qu’on peut vraiment parler d’un exploit… Il a juste saisi une opportunité, démontrant à quel point les forces de l’ordre sont incompétentes. Ne pas être foutu de garder sous les verrous un demi-cerveau comme Dexter Specter, pitié ! Quel système de justice stupide, mal préparé et inutile.
Et ce crétin, quel manque de style. Moi, quand j’ai été arrêté plus jeune, j’ai attendu d’être dans le tribunal pour faire s’écrouler le plafond sur le juge et le ministère public. Je n’en reviens toujours pas que certains voient en lui un rival acceptable, et même pire ! Un être qui m’est supérieur. Ca me rend complètement malade, de lire ce genre de conneries sur les forums du deepweb. Je sais, pourquoi est-ce que je m’inflige ça, et pourquoi est-ce que je prends la peine de me défendre ?
Parce que je sais que ce kisama traine dessus et qu’il est l’origine de ces débats à la con. Je les connais, ses pseudos et surtout, ses tournures de phrase, ses petites provocations, j’ai l’impression d’avoir fait un bond de huit ans en arrière. Bon, après, concrètement, on s’est tapé dessus un an et encore, après il a fini en prison et moi, j’ai prouvé au monde entier que j’étais le meilleur. Après tout, aucune équipe ne m’a jamais arrêté ! Aucun héros solitaire non plus, j’ai même profondément enculé Dédale. Si c’est pas le summum de la puissance criminelle, ça…

J’en ai marre. Sakura, trouve-moi l’adresse qui a envoyé ces messages.
Hi, Ishi, répondit l’I.A. qui gère tout mon repaire.

Un vrai repaire, un endroit gigantesque qui s’étend en périphérique de Chinatown. Un truc qui pète la classe, pas comme l’ancien laboratoire de ce konokuzu. Je me suis renseigné, quand les Neutron-Grey l’ont démantelé, c’était pi-to-yable. Comment les gens peuvent-ils sérieusement nous comparer ? Ou nous mettre dans la même phrase ? Sauf pour dire : Otaku est mille fois supérieur à Syndrome, bien sûr.

Ishi, les messages ont été envoyé depuis Chinatown.
QUOI ?! Tu te fiches de moi, ce bakeru est sincèrement sur MON territoire ? Kuro shite yaru !!!

Et pas qu’un peu.

J’ai l’adresse exacte, Ishi. Je l’envoie à Mizuiro.

De mon côté, je vais enfiler ma combinaison du MechOtaku. Okey, j’ai conscience qu’il est au fond du trou, mais j’ai envie de remuer le couteau dans la plaie, de lui en mettre plein la vue, de lui montrer ce que c’est, un vrai génie en robotique. Et c’est la raison pour laquelle j’emmène mes trois magnifiques Angel’s, dont le style a bien évolué depuis qu’il les a vu la dernière fois. Il y a huit ans, elles avaient l’apparence de lycéennes, parce que je fantasmais là-dessus. Maintenant, ce sont des lolitas gothiques et mon propre style vestimentaire a évolué en conséquence. Il faut bien grandir un peu…
Juste un peu.

On sort par l’entrepôt en remontant le long du tube transparent. Je vois le quartier d’où émet le signal, c’est un endroit assez pourri, la moitié des immeubles sont des squats. Je parie qu’il n’en a pas, lui, de tube. Il ne doit même pas avoir assez de fric pour se payer des ramens.
Ma combinaison est légère, souple mais terriblement résistante. Son design ressemble à celle des pilotes de gundam, je songe depuis quelques temps à l’améliorer mais j’ai été débordé, entre la voiture de Solar, terminer mon Kaneki, et les commandes que j’ai du honorer pour financer mes projets criminels. Il faut vraiment que je trouve du temps pour moi… Je m’envole assez haut pour ne pas être vu du ciel, les filles me suivent et en quelques secondes, nous sommes au-dessus du pseudo repaire du Docteur Syndrome. J’en aurais presque mal au cœur pour lui… Non je plaisante. Une chance pour moi, il habite au dernier étage et il n’y a personne dans la rue quand je défonce sa fenêtre. De toute façon, personne ne s’en soucie, ici. Les gens appliquent la politique de l’autruche, ça permet de survivre longtemps avec la Triade dans les parages.

Ossuuuuuu onore ! je m’exclame en me posant au milieu de la pièce qui est aussi pitoyable que ce que j’imaginais.

Non, même encore plus.

Je viens apporter un peu de rayonnement intellectuel dans ta vie pourrie, comme ça craint ici, presque autant que d’être toi.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 14 Oct 2016 - 22:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le menton dans sa main, fixant d'un air absent l'écran face à lui, Dexter faillit se déboîter la mâchoire en baillant et ôta d'un revers de son autre main la larme qui perlait au coin de son oeil. Trop, c'était trop. Si s'amuser avec Victoria avait été divertissant au possible, cela lui avait déjà coûté beaucoup en ressources et en énergie. Et voilà qu'à peine quelques jours plus tard, il s'était retrouvé en plein milieu d'une manifestation qui avait mal tourné.
Il était éreinté, épuisé.
Il était seul, en véritable période de disette et sans plan.
La tentation de retourner vers ses anciens contacts se faisait de plus en plus forte. Mais il avait du mal à se faire à l'idée de devoir accomplir de bas actes, inintéressants, comme des cambriolages, pour acquérir de l'argent et pouvoir se payer leurs services. Ce n'était pas de son niveau. Depuis quand les génies devaient récurer les toilettes sales ?
Travailler pour eux et leur fournir des technologies, peut-être ? Ils brideraient sa créativité, à coup sûr.

Aussi, pour se détendre, avait-il profité du fait que son squat du soir -il tentait d'économiser autant que faire se peut ses nuits dans des motels- ait encore internet et l'électricité pour faire un tour sur le deep web, qu'il n'avait pas pu visiter depuis des années. Sa structure avait un peu changé depuis tout ce temps, aussi lui avait-il fallu quelques heures pour s'habituer complètement aux modifications, mais ses efforts en avaient valu la peine. Il était tombé sur son bon vieux rival, ce ringard d'Otaku. En huit ans, l'idiot n'avait pas changé et paraissait toujours aussi gamin. Toujours à prendre la mouche et s'énerver pour rien.
Et ironie du sort, si cet imbécile vivait toujours de la même façon qu'auparavant, Dexter était prêt à parier qu'il se trouvait sur son territoire.
Mais il n'avait pas envie de réfléchir aux conséquences d'un tel risque. Il avait simplement besoin de se ressourcer ce soir, en se défoulant. Et c'était Takashi qui allait en faire les frais. Attendant la prochaine réplique de son meilleur ennemi, Syndrome s'allongea -à même le sol pour le coup-, laissant un long soupir s'échapper tranquillement de ses poumons.
Son regard se posa sur Stockholm, imaginant les modifications, les améliorations dont il pourrait bénéficier. Sa programmation déjà. Elle possédait des défauts assez flagrants, mais Syndrome n'avait pas le matos requis pour pouvoir s'attaquer à cette tâche. L'urgence était pourtant là. Il devait également créer, pour lui-même cette fois, un camouflage holographique. Il était trop risqué de garder son apparence normale. Peu de gens pouvaient le reconnaître, mais ce "peu" était déjà un risque trop élevé. Ses ennemis étaient bien trop puissants et lui, bien trop affaibli, pour ne pas le prendre en compte.

Puis la fenêtre explosa.

Syndrome tressaillit, mais ne se releva pas, observant le Dr. Otaku débarquer dans son squat.
Nouveau soupir.
Il allait encore devoir changer de squat.
Levant la main, il intima à Stockholm de ne pas attaquer d'un ordre bref et sec, avant de se relever. Et voilà que l'autre se mettait à brailler des trucs incompréhensibles. Heureusement que Dexter n'était pas sanguin, car l'on aurait vu à cet instant une veine battre singulièrement sur sa tempe. Il se racla la gorge avant de placer ses deux mains dans son dos -là où se trouvait son pistolet à plasma, ce qui n'était pas très confortable, mais fort utile- et détailla un peu plus les machines sous ses yeux.

- Je vois qu'on a un peu changé de style, Otaku, constata-t-il tout en haussant un sourcil. J'aimerais dire en bien, mais le mauvais goût semble être une partie intégrante de ton génome. Je compatis.

Syn afficha un large sourire et remit tranquillement ses lunettes en place. Il avait beau faire le malin, il était tendu. Il n'était pas prêt pour une confrontation avec Ando. Il n'avait pu que retrouver huit missiles pour Stockholm et il était prêt à parier que son robot ne ferait pas le poids contre les lolitas.

- Est-ce que tu as déjà entendu parler de la subtilité, de la finesse ou encore de l'élégance ? D'un signe de main, il intima à Stockholm de s'approcher de lui. Juste au cas où. Huit années et tu n'as absolument pas mûri. C'est presque triste de voir ton cerveau se gâter toujours plus au fil du temps.

Syndrome épousseta ses vêtements, constatant que des éclats de verre l'avaient frôlé de très peu et qu'il avait de la chance d'en être sorti en un seul morceau. Il sortit son pistolet à plasma, le tenant dans sa main droite, et joignit ses deux paluches devant lui, dans une posture qui intimait "Reste à ta place, car je saurai me défendre".

- C'est une simple visite de courtoisie après toutes ces années ou tu avais quelque chose à me dire ? Après tout, j'imagine que tu as dû t'ennuyer sans moi, durant tout ce temps. Tes coups d'éclats n'ont pas eu d'écho jusqu'en prison, j'en déduis donc que tu n'as rien dû faire de phénoménal, non ?

A pleines dents, presque de manière vorace, le sourire de Dexter s'élargit encore. Il ne savait pas comment il allait résoudre cet épineux problème aux relents de J-pop -ou de J-rock, il ne faisait pas vraiment bien la différence-, mais il était persuadé qu'il trouverait une solution.
Comme toujours.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 17 Oct 2016 - 8:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il ne devrait pas faire le malin. Je suis cent fois mieux équipé que lui, avec son robot tout pourri et son pistolet plasma à la noix. Il a peut-être blessé la Neutron-Grey avec, mais moi aussi et j’ai pas eu besoin de l’attirer dans un squat pourris avec une gamine en otage pour y parvenir. Bon, en vrai, je n’ai rien contre l’héroïne blonde, je me moque de son existence comme de mes propres parents, mais elle se trouvait au mauvais endroit, au mauvais moment et, pas de bol, entre ma cible et moi. Je voulais la tuer, comme le prouve la marque sur sa poitrine, côté cœur. Mais je me suis raté, ou plutôt, j’ai sous-estimé son élasticité.
Personne n’a besoin de le savoir.

Le mauvais goût ? Le MAUVAIS GOÛT ? Sans déconner, et tes fringues, ils viennent de chez Prada peut-être ? Vu l’odeur et le style, je parie sur la poubelle au coin de la rue.

C’est pas peu dire. Après, j’exagère, il n’est pas si mal habillé pour un clochard.

Ah oui je connais, pour preuve, regarde mes robots, regarde les… Ah non, pardon le tien. Brr, rien que de le regarder, j’en ai des sueurs froides. Comment est-ce qu’on peut construire quelque chose d’aussi laid ?

J’ai toujours apporté un grand soin à l’esthétique interne et externe de mes créations. Le fait que mes Angel’s soient magnifiques n’apporte rien, je pourrai les configurer de la même manière pour qu’elles ressemblent à des robots, mais ça me fait du bien, à moi, d’effectuer un travail complet et soigné.

Tu es en prison depuis quoi… 2008 ? Tu as connu Kyubi sur Tokyo et le début des Angel’s, tu as raté Greyzilla qui dévaste Star City, ta petite chérie s’en souvient encore de celui-là. Et Yume, tu sais, la série de vol qui m’a rapporté des milliards avec des robots ninjas, et qui me permet de vivre comme un prince. Un peu tout le contraire de toi. Tu me fais tellement pitié… Mais j’en oublie l’essentiel. Si je suis là, c’est pour voir si tu te la ramènes toujours autant en face que sur le deepweb. T’es plus personne Specter, même si tu n’as jamais été grand-chose. T’es juste bon à t’acharner sur une petite blonde qui ne demande que ça pour combler son besoin maladif d’attention. Elle est sûrement un peu maso sur les bords et dotée d’un effroyable mauvais goût mais je suppose qu’il en faut pour tout le monde.

Je claque des doigts et le katana de Mizuiro vient épouser la gorge de Syndrome, en une fraction de seconde. Il n’a pas le temps d’appuyer sur la détente de son arme, même s’il me vise directement. Les Angel’s ont des réflexes trop développés, Momoiro est déjà prête à prendre le coup pour moi. Je ne m’inquiète pas outre mesure, je suis complètement détendu. Notre rivalité remonte à huit ans, j’en étais à mes tout débuts, il est allé en prison juste après avoir terminé la première programmation de mes Angel’s. Elles ont bien évolué depuis, tout comme moi.

Me manquer… Ha ! Si tu savais le nombre de pseudo petits génies que j’ai envoyé ad patres parce qu’ils marchaient sur mes plates-bandes. Je suis le Docteur Otaku, je suis le plus grand roboticien du monde. Et Star City est mon territoire. Alors je te conseille de te reconvertir dans le commerce de fleur, baaaaka. Tiens, je suis bon prince, je vais même t’aider.

Je lui lance une pièce, qui tournoie jusqu’à atterrir à ses pieds dans un silence lourd de sens. Je souris largement, fier de mon effet, en bon fieffé connard. Il l’a mérité.

Ne me remercie pas, surtout !

Et j’en rajoute une couche.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 19 Oct 2016 - 21:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Dexter avait beau ne pas s'être posé la question à lui-même "Est-ce qu'il m'a manqué ?", il en avait déjà la réponse. Cette voix insupportable à s'en crever les tympans, ce style vestimentaire des plus déplorables... Quel gâchis d'énergie et de quotient intellectuel. Takashi pouvait parler de ses fringues achetés à la va vite dans une boutique miteuse, Syn était toujours activement recherché et n'avait pas vraiment eu le temps de faire de vraies emplettes -contrairement à ce petit effronté qui avait l'air de s'être bien reposé sur ses lauriers, sûr de lui-.
Enfin, en supposant que faire des emplettes était vraiment du goût du fugitif.
Vu ainsi, toutes les remarques d'Otaku paraissaient d'une futilité sans pareil. Et dire qu'il avait le même âge que Syndrome... Quelle tristesse de voir un potentiel tel que le sien gâté par des conneries japon-niaises. Dexter haussa un sourcil quand son homologue se permit de critiquer le design de Stockholm. Il tourna la tête à moitié vers sa création et ne put s'empêcher de se dire qu'il avait raison. Stockholm paraissait sacrément daté. Le temps passé dans l'obscurité n'avait pas fait que du bien à ses couleurs et son châssis présentait des fautes de goût, tel qu'on les commet en étant jeune.
Mais il n'allait certainement pas donner la satisfaction à cet imbécile d'avoir touché un point sensible, aussi resta-t-il parfaitement silencieux et neutre.
Il sentit la lame effilée appuyer sur sa gorge avant de voir le robot apparaître sous ses yeux. Stockholm, plus prompt, avait déjà sorti l'armement et, si son intelligence restait limitée, il savait reconnaître un sous-fifre d'un commandant. Une mitrailleuse pointée sur la lolita, l'autre sur Takashi, un silence de mort suivi la chute de la pièce. Dexter renifla avec dédain.
Ce petit con...

- Ton territoire ? Tu es donc de ces gamins à l'esprit si étriqué qu'ils pensent sincèrement marquer leur territoire en pissant sur l'arbre du quartier ? Un sourire dément déforma les lèvres de Syndrome. Ando commençait à lui taper sur le système, à lui faire perdre les pédales. Cette petite merde disposait de ressources, d'années d'avance sur lui et se croyait à des millions de kilomètres de lui. Syn appuya volontairement sa gorge exposée contre le métal meurtrier, faisant perler un mince filet de sang qui dévala la lame. Garde ta monnaie de petite chienne, tu en auras bien besoin quand je serai de retour et que je t'aurai réduit en bouillie. Sachant très bien ce qui allait suivre dans les secondes qui suivait, il acheva sur un lourd, haineux : Baka.

En vérité, Syndrome n'avait même jamais pris la peine de vérifier ce que voulait dire ce simple mot, refusant d'accorder une quelconque importance à ce moins que rien, mais il n'avait pas besoin de sa super-intelligence pour comprendre que ce terme était insultant.
Mais il n'eut pas vraiment le temps d'y réfléchir plus à même.
Le son des mains de Stockholm se changeant résonna dans la pièce au mur démoli. Tout se passa très vite. Syndrome sentit la lame se décoller de sa gorge, tandis que Stockholm percutait violemment la lolita d'Otaku, et les propulseurs du robot s'activer à pleine puissance presque immédiatement.
Dexter ?
Sans vraiment avoir le temps de réagir, car tout se déroula en une fraction de seconde, il fut plaqué contre le châssis de son serviteur, sous le couvert des systèmes de survie. Il parvint tout de même à entendre le bruit du métal qui crisse, probablement les lolitas qui avaient assailli Stockholm dès son premier mouvement, pourfendant son dos. Syn serra les dents pour encaisser le choc, quand son robot traversa sans ménagement le plafond, les moteurs à fond.

Le silence.
Le calme.

La nuit était claire, et étoilée à cette altitude. Syndrome s'inquiéta des dégâts qu'avait reçu son serviteur. Non pas qu'il attachait une affection particulière à Stockholm, mais Ando allait probablement le poursuivre, pour tenter de lui faire la peau.
Quand le lion est blessé, en situation de faiblesse, la hyène vient l'achever sans pitié, avec sa petite bande.
Et si certains systèmes de Stockholm étaient touchés, il était très probablement foutu. Ando devait disposer de technologies de pointe et il avait dû sortir l'artillerie lourde, en ne commettant pas l'erreur de sous-estimer son rival de toujours. Ou alors, sa stupidité atteignait des abysses insondables.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 20 Oct 2016 - 12:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La mauvaise foi de Syndrome me file des boutons rien qu’à l’écouter. Pisser sur un arbre du quartier ? Vraiment ? Je suis le plus grand génie scientifique de cette foutue planète et probablement de tout un tas d’autres. Il suffit de voir la beauté de mes créations pour se rendre compte à quel point je suis supérieur en tout à ce minable, mais il continue à s’attacher à une vague renommée qu’il a perdu depuis longtemps. Moi, j’ai trompé Dédale. Lui, il a couru après des adolescents en costume pour assouvir un fantasme malsain. Il a peut-être blessé une des plus célèbres héroïnes de Star City mais une fois qu’on connait son point faible, c’est pas bien difficile.
Non, vraiment, ce gars se la raconte de trop. Et avoir besoin de se blesser pour se sortir d’une situation critique, c’est même au-delà de la stupidité.
Mais j’avoue, je n’ai pas cru que ce tas de ferraille allait intervenir. Je l’observe pendant plusieurs secondes tandis qu’ils s’éloignent dans la nuit.

Ishi, devons-nous engager la poursuite ?
Oui, mais je lui laisse un peu d’avance. Vu son matériel dépassé, ça me fait mal de ne pas lui laisser au moins une chance.

Je suis un connard, mais pas un lâche. Je ne prends aucun plaisir à tirer sur un homme à terre. Au sens propre, s’entend, parce que j’adore l’humilier, le rabaisser, lui cracher au visage, mais je n’ai aucune intention de le tuer. Pas tout de suite. Il est pitoyable, mais on s’amusait pas mal, avant qu’il ne soit assez con pour se faire arrêter. Je crois qu’au fond, je lui en veux surtout à mort pour ça. Star City m’appartient, mais je trouve ça amusant qu’on puisse avoir un ego assez gros pour essayer de me la voler. Remettre les petits cons en place, j’adore et en la matière, ce bakayaro bat des records. Il est plus intelligent que la moyenne de mes adversaires, je veux bien le reconnaître, mais il est largement en dessous de moi et, franchement, ce n’est pas un problème de moyen.

On y va.

Les Angel’s décollent et moi également, grâce à ma combinaison MechOtaku dont je rabats le masque pour pouvoir respirer. Après tout, elles comme moi volons à 400 KMH, ce qui n’est pas rien et bien plus rapide que sa poubelle. Mizuiro suit la trace de son carburant et rapidement, ils sont à nouveau dans notre champ de vision.

Midori, détruit ses propulseurs.
Hi, Ishi !

Elle adore briser des objets. Elle lance trois shurikens avec sa force de 10 tonnes et l’élan, ils percutent le robot en détruisant l’un des propulseurs. Il perd l’équilibre, commence à chuter et essaie à tout prix de se ralentir. Heureusement, ils ne volaient pas très haut mais surtout, au-dessus d’une zone déserte, près de la forêt de Watson. Les arbres aident même s’ils écorchent le blindage (enfin, blindage, la blague !) du robot. Toujours aussi rapides, Momoiro et Midori plaquent le robot dans le tapis de feuilles humides. J’atterris juste devant et donne un coup de pied dans l’espèce de capsule interne qui enfermait Syndrome. Ça m’énerve parce que franchement, c’est loin d’être une mauvaise idée. Hélas pour lui, elle n’a pas résisté au choc.

Sérieusement, arrête de vouloir m’échapper, tu t’enfonces. T’as peur que je te fasse bobo ? Pauvre chou, je raille sans cœur.

Je lui donne un autre coup, dans les côtes cette fois. Puis j’appuie sur son sternum avec mon genou. Il est désarmé et normalement, son robot ne pourra pas bouger, retenu par une pression de 10 tonnes. Si ça se trouve, ça va froisser sa tôle, vu la bouse que c’est.

On ne tourne pas le dos à ses supérieurs, Syndrome. Tu sais, ceux qui sont de vrais super-vilains et qui peuvent te casser tous les os du corps. Mizuiro a un programme de torture très développé, tu connais le coup du scolopendre ? C’est terrifiant mais j’ai bien envie de te faire payer tes insultes. Le respect, dans ma culture, il n’y a rien de plus sacré.

Intérieurement, je me marre même si j’avoue, je ne supporte pas qu’on me parle de travers. Mais c’est davantage à cause de mon ego que de mon héritage culturel.
Puis le coup du scolopendre... J'ai Tokyo Ghoul dans la peau, en ce moment, je n'y peux rien.

Tu sais, t'as vexé les filles tout à l'heure. Tu devrais t'excuser et les complimenter, peut-être que je serais gentil avec toi.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 20 Oct 2016 - 16:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le calme, le bruit des propulseurs parvint à calmer un peu Syndrome, à lui faire reprendre ses esprits. Il avait commencé à perdre les pédales en bas, ce qui ne lui était pas arrivé depuis des années. Et quelque chose avait changé. Durant ces moments de flou, il restait tout de même un minimum conscient, réfléchi. Comme le Dr. Syndrome qu'il était, intelligent, posé et calculateur. Il n'avait pas cette impression d'être une bête sauvage, voulant à tout prix étriper la personne en face.
Mais là...
Il avait pris un risque inconsidéré contre son rival. Stockholm était un modèle daté et les lolitas auraient très bien pu être plus rapides que lui. Auquel cas, il aurait perdu la tête. Littéralement, cette fois. Ce constat le perturba. Il ne pouvait se le cacher : la prison, l'isolement, toutes ces expériences dans le silence des cellules l'avait changées, il en était bien conscient. Mais à ce point ? Tout s'était emballé chez lui, comme si d'un coup d'un seul, tout son corps demandait à tuer, trucider. Il avait déjà massacré, à des dizaines et des dizaines de reprises. Si parfois, il en avait tiré une certaine satisfaction, cela l'avait tout simplement laissé de marbre la plupart du temps. Jamais son cœur n'avait accéléré de la sorte, jamais tout ses muscles ne s'étaient tendus ainsi avec l'envie d'arracher la tête de quelqu'un.

Du coin de l'oeil, Dexter se rendit finalement compte qu'il était poursuivi. Evidemment. Et l'escouade d'Otaku était rapide. Plus rapide que son serviteur. Il réfléchit à toute vitesse, évaluant ses différentes options, somme toute très limitées. Son rival décida pour lui, en détruisant l'un des propulseurs de Stockholm. Celui-ci commença à chuter, tentant tant bien que mal de stabiliser sa trajectoire pour se crasher sans tuer son concepteur. Malgré l'impact imminent, le génie parvint à reconnaître la zone où ils allaient se retrouver. La forêt de Watson.
Difficile de trouver une échappatoire dans ces conditions.
Le choc fut violent, même avec les systèmes de survie. Syn expira tout l'air contenu dans sa cage thoracique et fut incapable de reprendre son souffle durant plusieurs interminables secondes. A l'instant où il y parvint, son cerveau se débloqua, dissipa la panique de l'étouffement et tenta d'évaluer immédiatement la situation. Quelques mouvements de tête lui apprirent que son robot était immobilisé par les lolitas d'Otaku et que, même si leurs forces devaient être somme toute très proches, il ne parviendrait pas à se libérer.
Oh, et la protection de la capsule vola.
Sans avoir le temps de jurer, Syndrome prit un violent coup de pied métallique dans les côtes -il aurait juré entendre un craquement-, lui coupant de nouveau le souffle et un genou se posa sur son sternum, l'empêchant de respirer convenablement. Sa respiration légèrement sifflante, il parvint tout de même à se concentrer assez pour entendre ce que lui racontait Takashi.

- Ses supérieurs ? ricana-t-il, avant de tousser, crachant un mollard pour s’éclaircir les voies aériennes. Il faisait encore le malin, mais il ne parvint pas à camoufler le léger tremblement de ses mains. Il allait crever, il en était certain. Malgré la douleur, il pouvait sentir ses entrailles se nouer à cette pensée. Il était impuissant. Impuissant devant Otaku. Il ne pouvait rien faire. Et ce mélange de peur et frustration, cela, c'était probablement la plus grande victoire que cet enfoiré pouvait remporter. Brise ce que bon te semble, Ando.

Il refusait de lui accorder le privilège de l'appeler par son pseudonyme. Plus maintenant.

- Mais j'espère au moins que ta Mimachin sera au niveau. Il repensa à ce que son adversaire lui avait dit. Le scolopendre... Dexter n'était pas spécialement terrifié par la bestiole en lui-même, mais son cerveau ne pouvait s'empêcher d'imaginer ce qu'un tel arthropode serait capable de faire s'il était paralysé. Parce qu'en terme d'imagination, je pense déjà avoir rencontré les pontes en la matière.

Il toussa de nouveau et observa une nouvelle fois les étoiles. Ses lunettes étaient tombées de son nez, il n'avait aucune idée de leur état, si bel et bien qu'il ne voyait que du noir à l'horizon.
C'était peut-être bien ce qui l'attendait.
Mais pas sans avoir tout tenté.
Pas sans l'avoir mis dans la difficulté.

- Stockholm, efface le principe de précaution.

Aussitôt, un mécanisme s'activa et un compartiment à l'épaule droite de son serviteur se souleva, dévoilant huit têtes rouges dans des encoches serrées. Un sourire dément déforma à nouveau les traits douloureux de Syndrome. Les petits missiles décollèrent dans les airs, atteignant rapidement une hauteur d'une centaine de mètres, avant de faire demi-tour dans une splendide arabesque, fonçant à toute vitesse sur le sol.
Pendant ce temps-là, le serviteur de Syn parvint à libérer une de ses jambes, repoussant Otaku qui bloquait son maître dans un premier temps, pour donner un violent coup de pied à son concepteur -qui s'était redressé aussitôt- dans un second temps. Dexter valdingua dans les airs l'espace de quelques secondes avant de percuter un arbre, ravivant sa douleur aux côtes. Sans prêter attention aux lolitas qui tentaient tant bien que mal de détruire les missiles -qu'elles considéraient visiblement comme une menace sérieuse-, le génie commença à prendre la fuite dans la forêt sombre, courant aussi vite que le lui permettait son état. Il ne se rendit pas même compte de si les missiles explosèrent au final ou non, tant il était concentré sur sa fuite.
Il arriva toutefois très rapidement devant un précipice de quelques mètres de haut, sorte de petite cascade, manquant de glisser à cause des feuilles qui formaient un tapis des plus traîtres au sol. Ne prenant même pas la peine de jeter un regard en arrière pour savoir si Otaku le poursuivait, il prit la décision. Il avait tout à perdre, mais aussi à gagner.
Il sauta.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 23 Oct 2016 - 13:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ce teme n’est même pas fichu d’être amusant. Il aurait pu céder à mes envies, s’excuser auprès des filles, s’humilier un peu, on aurait ricané tous ensemble et je l’aurais planté au milieu de la forêt, avec sa poubelle mécanique. Qu’il se démerde pour retrouver son chemin, et s’il se fait manger par un loup, bah… Tant pi ? Mais non, il faut toujours que ce bakayaro joue au plus malin, qu’il en rajoute des couches pour se la péter.

En annulant le protocole de protection, son robot déclenche la mise à feu de huit missiles de poche. Moi, je valdingue mais heureusement, ma combinaison a absorbé le choc. En colère, je laisse Syndrome s’échapper pour le moment. Il sera toujours temps de lui remettre la main dessus un peu plus tard. Pour le moment, Midori décolle sans que je ne lui en donne l’ordre et, avec ses armes, découpe un missile en deux qui explose. Le souffle lui en fait percuter un second, qui dévie de sa trajectoire pour s’exploser sur un troisième. Momoiro n’hésite pas à imiter sa compagne, quoi qu’avec un peu plus de style. Elle lance deux shurikens, éliminant les missiles quatre et cinq. L’un de ses saïs déclenche la charge du sixième. Le septième retombe là où se trouvait le robot quelques secondes auparavant et le huitième me vise directement. D’instinct, je m’écarte mais pas assez loin. Le souffle de l’explosion me projette contre un arbre et je me mords la langue, un goût de sang envahit ma bouche. Heureusement, la résistance de ma combinaison à 1) des températures extrêmes et 2) une force de dix tonnes préserve mon corps et mon squelette. Ce n’est juste pas très agréable comme expérience.

Okey. J’vais le défoncer.

Jusqu’ici, il était certain à 100% de s’en sortir en vie. Ce pourcentage vient de passer à 70%, si j’arrive à me calmer sur le chemin. Je jette un œil à Midori. Ses vêtements sont abimés, en partie brûlés, dévoilant l’un de ses seins et le haut de ses cuisses. J’ai presque l’impression qu’un mangaka l’a dessiné exprès comme ça. Je la trouve trop sexy, mais ce n’est pas le moment de jouer au Isei. Le fanboy viendra plus tard.

Mizuiro, scanne la forêt à la recherche de Syndrome.

Elle va passer en vision infrarouge et repérer la chaleur qu’il dégage. J’époussette un peu ma combinaison.

Il a sauté, Ishi. J’ai sa trace jusqu’à la cascade.
Est-ce qu’il s’est brisé tous les os sur des rochers en contrebas ?
Je crains que non, Ishi. Il n’y a pas de rochers et la chute ne fait que six mètres.

Que, c’est vite dit. Elle oublie que ce n’est qu’un pauvre petit humain, avec un pauvre petit cerveau. Je pourrais, je devrais même le laisser se débrouiller, mais mon ego refuse de partir sur un échec. Je vais m’acharner sur ce chibi kuso jusqu’à ce qu’il appelle sa mère au secours. Je vais tellement l’humilier qu’il va oublier sa blondasse et vouer sa vie (en vain évidemment !) à ma destruction.

Ishi, le docteur Syndrome est en train de se noyer.
Ah bon ? Quel dommage.
Est-ce de l’ironie ?
Oui. Mais sauve-le quand même.

Il craint à 200%, mais pas assez pour mourir aussi bêtement. Mizuiro vole jusqu’à lui et le sort de l’eau par le col de son vêtement. Au moins, ça lui a un peu nettoyé sa gueule de con, il sentira moins mauvais ! J’ignore où est passé son robot et je m’en tape. Elle le laisse tomber sur le sol juste devant moi.

Il ne respire plus, Ishi.
Je vois ça. Peut-être qu’en donnant des coups de pied dans sa cage thoracique… ?
Ce n'est pas la solution la plus optimale médicalement parlant, Ishi. Mais votre désir prime.

C'est clair, et il peut toujours crever pour du bouche-à-bouche ! Je teste ma théorie et force est de constate qu’au bout du sixième coup, il recrache l’eau. Je ricane.

Même t’enfuir tu le fais de travers. Tu peux me remercier, sans moi tu crevais. Je suis vraiment trop généreux.

Et je n’aime pas ça du tout. Je lui remets un coup de pied, pour la forme.
Je lui ai définitivement cassé au moins deux côtes.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 24 Oct 2016 - 23:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La chute. Un moment d'allégresse. Dexter n'eut même pas le temps de sentir la peur gorger chacune de ses cellules. Juste cette impression de voler, que tous ses organes même étaient en train de flotter dans le vide, affranchis l'espace de quelques instants de la gravité. L'étendue, en-dessous de lui, semblait d'un calme olympien. Pas de rochers en vue.
Puis le choc.
Même en ayant plongé en bouteille, pour éviter de prendre trop d'énergie cinétique dans les gencives, pénétrer la surface de l'eau fut violent. Trop violent. Trop violent pour son corps et son esprit, tous deux épuisés par des jours de cavale, par des années de prison. Il ne perdit pas conscience, mais aucun de ses membres ne daignait répondre. Si l'adrénaline lui avait permis de tenir durant tout ce temps, il semblait que le rush initial était terminé et qu'il allait simplement sombrer à présent. Etrangement, il se sentait apaisé. Il pouvait sentir ses lèvres souriantes, sans comprendre pourquoi elles l'étaient. Son cerveau ne pensait plus clairement et chaque seconde sans oxygène renforçait cette impression.
Ainsi allait finir Dr. Syndrome.
Ainsi allait finir Dexter Specter.

***

De l'air.
De l'air.
De l'air.
Vite.
Une pression sur sa poitrine. Avec la sensation de vomir, il se retourna et recracha l'eau de ses poumons, avant d'avaler une longue lampée d'air dans un râle qui devait sonner presque ridicule. Une voix familière dit quelque chose non loin de lui, mais il ne comprit pas la teneur des propos. Toutes ses sensations revenaient d'un seul coup.
La peur.
La frustration.
La colère.
Comment avait-il pu être aussi détendu, en mourant d'une manière aussi ridicule ? Il avait bien trop de choses à accomplir. Un feu brûlant parcourut ses veines. L'énergie lui revenait. Il mourrait de froid, il tremblait et il pouvait à peine bouger tant les crampes déchiraient tous ses muscles. Mais il se sentait vivant. D'une force comme rarement il l'avait senti. Quelque chose percuta son thorax, le faisant tomber de nouveau sur le dos, le souffle court. Le craquement caractéristique qui accompagna ce coup lui apprit qu'il était dans un triste état. Cherchant l'air, encore et toujours, il posa son regard sur Otaku.
Et il commença à rire.
Pourquoi diable cet abruti l'avait-il sauvé ?

- Merci, souffla-t-il, sans même comprendre pourquoi il se donnait la peine d'articuler ce mot alors qu'il était encore à moitié en train de s'étouffer.

Syndrome se remit sur ses coudes, observa les feuilles et vomit le contenu de son estomac dans des bruits peu ragoûtants et un mince nuage de vapeur, tremblant toujours sans pouvoir se maîtriser. Au moins, ses crampes semblaient moins nombreuses et moins violentes, à force de respirer. Dieu qu'il trouvait l'air délicieux cette nuit ! Il parvint à s'asseoir, s'appuyant tout de même sur un bras pour se soutenir, et posa son regard sur son rival de toujours.

- Huit ans, hein ? D'un regard vague, il tenta de détailler les lolitas qui semblaient totalement stoïques, mais la vérité était que son cerveau était encore sous le choc. Il en était bien incapable. Tu n'as pas chômé Otaku. J'ai vaguement entendu parler de toi, en prison. J'étais jaloux. Mais aussi admiratif. Ferme-la. Greyzilla, c'était quelque chose. Il fallait l'oser ! Ferme-la. Et tes robots, tes lolitas, là... C'est quelque chose. Mais t'en as encore sous le ventre. Je le sens. Je suis content de voir que quelqu'un est toujours là pour faire ce que tu fais.

FERME-LA.

L'ordre le fit trembler et il se tut, clignant frénétiquement des yeux en secouant la tête pour se reprendre. Il était déboussolé, mais il n'arrivait pas à s'empêcher de parler. Encore et encore. Une sensation étrange, comme un étau, appuyait sur son crâne. Il savait qu'il n'avait pas envie de dire tout ça. Mais est-ce qu'il y avait quelque chose de vrai dans ses paroles ? Lui-même n'aurait su le dire. Dans tous les cas, son ton était d'une sincérité presque déconcertante. Il parlait d'une voix chaude, amicale, malgré ses intonations rauques à cause de son souffle encore court. Bien loin de son ton souvent sarcastique, de ses petites piques.

- Continue, Ando. Mets au défi tous tes adversaires. Les yeux de Dexter tentèrent de percer le masque derrière lequel se cachait Otaku, mais il était bien difficile de voir sans ses lunettes. Mets-moi au défi.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 25 Oct 2016 - 11:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je m’attends à beaucoup de choses, mais certainement pas à un merci qui semble aussi sincère. Je suis plutôt doué pour déceler l’ironie, j’en abuse tellement moi-même, mais là… Non, il me dit merci, et je me demande si on n’est pas passé dans une dimension parallèle, en entrant dans cette maudite forêt.

Le pire, c’est qu’il ne s’arrête pas là. Il tremble, il tousse, il agonise à moitié, mais il se redresse sans gestes brusques, et il me parle, il me complimente, je suis tellement surpris que mes yeux manquent de sortir de leurs orbites. Mais je me reprends bien vite, déjà parce que j’adore qu’on me brosse dans le sens du poil, et aussi parce qu’au fond, j’exige qu’il se comporte comme ça depuis tout à l’heure. J’ai quand même dû le sauver de la mort pour que ce temeyaro reconnaisse tout haut ce qu’il a toujours pensé tout bas. Il est jaloux, il m’admire, normal au fond… Je suis le must du genre, le roi de la robotique, je suis merveilleux, fabuleux, on ne peut que vouloir être moi. Malgré toutes mes qualités, ça m’arrive assez souvent de croiser quelqu’un qui me regarde dans les yeux et qui me complimente le plus sincèrement du monde. La majorité des humains sont trop hypocrites, c’est sans doute pour ça que je les déteste.

Te mettre au défi ? je relève avec un sourire en coin. Makasete Dexter, mais commence déjà par te mettre à ma hauteur. Là, t’as aucun intérêt pour moi.

Là, actuellement. Mais il en a eu, un jour, je ne peux pas le nier, et il pourrait en ravoir un, s’il se bouge le cul. C’est sans doute pour ça que je le laisse en vie. Depuis la mort de Chase, je n’ai aucun rival qui me pousse à me surpasser. Je suis le meilleur, inutile de tergiverser là-dessus, mais j’aime relever des défis. Mon Kaneki est presque terminé, que va-t-il lui opposer ? Je me réjouis de le découvrir, je me réjouis de l’écraser, je me réjouis de le surpasser, de jubiler. Attaquer des laboratoires, ça va cinq minutes. Je veux des duels au sommet, tout bon héros doit avoir son adversaire, et quand il le démolit, il doit s’en trouver un autre. Chase était ma saison 1, ce type tout mouillé et à moitié mort pourrait être ma saison 2, si on lui laisse sa chance. Il y a un potentiel, en lui, quelque chose… J’espère ne pas me tromper.

T’as une tête dégueulasse, tu devrais te reposer. Mais traîne pas trop, Syndrome, je m’en voudrais de te remplacer par un mec plus intelligent et mieux habillé.

C’est ma version du compliment, enfin, plus ou moins.

Allez les filles, on rentre.
Hi, Ishi !

Je tourne le dos à Dexter, tout en style, et je décolle immédiatement, les Angel’s à ma suite. Je ne lui jette pas un regard, c’est une jolie fin, digne d’un manga. Enfin, non, un joli début, parce que c’est ici que tout recommence pour lui… Et que tout se renouvelle pour moi. Sous mon masque, je souris.
K'soooo, ça risque d’être cool. Et Star City ne va peut-être pas s’en relever.

And that’s all ?
 
Revenir en haut Aller en bas

 
« Comme ça craint d'être toi » ft. Dexter
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
« Comme ça craint d'être toi » ft. Dexter  Categorie2_6« Comme ça craint d'être toi » ft. Dexter  Categorie2_8


« Comme ça craint d'être toi » ft. Dexter  Categorie2_1« Comme ça craint d'être toi » ft. Dexter  Categorie2_2bis« Comme ça craint d'être toi » ft. Dexter  Categorie2_3
 Sujets similaires
-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Comme ça craint d'être toi » ft. Dexter  Categorie2_6« Comme ça craint d'être toi » ft. Dexter  Categorie2_8

Sauter vers: