One Step Behind - Page 2 Bouton_vote
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

One Step Behind - Page 2 Categorie2_1One Step Behind - Page 2 Categorie2_2bisOne Step Behind - Page 2 Categorie2_3
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

One Step Behind

 
Message posté : Dim 9 Oct 2016 - 18:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Oui je sais, ce n’est pas très glamour ce que je viens de beugler, mais il fallait bien que je provoque au maximum l’esprit pour qu’il mord à l’hameçon. Et ça n’a pas loupé, puisqu’il est maintenant devant moi avec la ferme intention de me faire souffrir ! Je beau essayer de me défaire de sa poigne en tentant de la saisir, mais mes mains ne cesse de passer aux travers de son avant-bras squelettique. Mine de rien il n’y va pas de main morte dans sa poigne ! Sa force est tel qu’il parvient à surpasser ma résistance surhumaine en comprimant mon cou, m’empêchant d’émettre le moindre crie, ou alors avec une difficulté colossal. Sauf que l’esprit ignore que je n’ai nullement besoin de respirer pour rester en vie. Mes poumons sont vides d’airs et pourtant je n’ai aucune sensation de manquer d’air, puisque ma respiration est purement anaérobique. Au lieu de consommer du glucose, mon organisme puise dans l’acide lactique et autres substances anaérobique produit naturellement par mon corps. Du coup, il n’est plus possible de mourir noyer ou d’étouffement.

- UUGHAAAH !!

Aiie, mon flanc ! Le fantôme vengeur vient d’y enfoncer tout son majeur décharné comme si c’était du beurre. Mon visage se crispe de douleur tout en poussant un râle plaintif, alors que je tente malgré tout de me débattre en gesticulant en l’air pour me délivrer de son emprise, en vain. Je peux sentir une vague de froid en moi qui me fait encore plus souffrir. Bon sang qu’est-ce que ça fait mal !! Ça fait longtemps que je n’ai pas morflé à ce point-là ! Un épais liquide carmin sort de ma blessure, venant imprégner le sol déjà souillé par le sang de sa dernière victime qui ne le sera plus si les autres tardent trop dans l’étape du bannissement. Oh nan, ne me dite pas qu’ils ont oubliés quelque chose !? Pas maintenant ! Si tout le monde panique, c’est que c’est le cas malheureusement. La seule personne qui s’amuse c’est le revenant en train de rigoler, alors que son doigt reste toujours loger dans mon corps. Ça ne m’étonnerait pas qu’il m’est perforer un organe ou deux, mais je ne m’inquiète pas trop pour ça. Mes facultés régénératrices se chargeront de me remettre sur pieds une fois qu’on se sera débarrassé de l’entité susceptible. N’empêche que la fureur de ce dernier fait trembler la bâtisse, faisant tomber les objets fragiles qui se brisent par terre, renverses des meubles moisies dans un boucan monstre et des grincements inquiétant venant du plafond ne présage rien de bon. D’accord, pour être vénère il est vénère ! C’est une chance qu’il n’a pas lu le mode d’emploi sur la possession pour les nuls.
Un des étudiants annonce à Susan qu’il faut trouver un objet qui puisse servir à enfermer l’esprit. C’est tout ? Dans ce cas ça ne risque pas d’être compliqué à trouver avec tous les objets qui trainent dans cette pièce. Au final, la garçonne opte pour son téléphone comme prison pour fantôme qu’elle balance sur le cercle, puis dans une incantation dans une langue obscure prononcée à voix haute par les apprenties sorciers le spectre me fait chuter par terre en lâchant prise, puis se débat rageusement à son tour, alors qu’il se fait siphonner dans l’appareil électronique.

NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANN !!!!!


Pouf, plus de fantôme ! Celui-ci s’est vaporisé en une colonne de fumée dégueulasse qui s’infiltre dans le cellulaire de la métahumaine. Laissant enfin place au calme après la tempête. Tout le monde semble secouer, mais il n’y a aucun blessé en dehors de Susan. C’est déjà ça de bien. Je me remets debout, époussetant mon costume au même moment où Susan arrache la batterie de l’appareil avant de demander aux universitaires de faire un test d’appel sur leurs téléphones pour être sûr que le méchant Casper soit belle et bien enfermé. Halélouiah, il l’est ! Comme Susan, je lâche un long soupir de soulagement suivit d’un large sourire bien enthousiaste. C’est enfin terminé. Manquerait plus d’appeler le SCPD et les secours, malheureusement mon portable n’a pas survécu à notre mésaventure. Paix à son âme qu’il n’a pas. C’est l’un des universitaires qui s’en charge, pendant que Susan m’informe si cela ne me dérange pas qu’elle garde l’appareil pour le confier à un expert de la magie. Bien que j’aie une légère préférence pour le confier à des légionnaires spécialisés dans la magie, je fais quand même confiance.

- D’accord, tu peux le garder ! Que je dis de manière rassuré, avant de regarder en direction des étudiants pour les observer un court instant avant de replanter mes yeux sur ceux de Susan. A part toi et moi, tout le monde est sain et sauf. Je jette un œil sur ma plaie que je plaque sous une main gantée imbibés de mon hémoglobine. Bien que j'ai un très bon facteur régénérateur, je ne serais pas contre l’idée d’avoir un bandage ou une compresse, si possible. Et puis ne te fait pas trop de soucie pour moi. Dans moins d'une heure, ma blessure se sera cicatriser

Parce qu'il faut bien le dire, j'ai perdue pas mal de sang. L'enfoiré s'est pas gêné à perforer profondément mon flanc pour me faire saigner à blanc.

- En tout cas j'te remercie beaucoup pour ton aide. T'as bien gérer la situation ! Je tapote chaleureusement son épaule qui n'a pas été bléser. Tu ferais une bonne héroïne. Chuis sérieuse, hein !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 9 Oct 2016 - 19:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La légionnaire avait pris cher pendant son opération de distraction de l’esprit meurtrier. On peut dire qu’il en avait profité pour s’amuser, mais il avait trop pris son temps, heureusement pour eux, sinon Prodigy aurait pu en mourir. L’orgueil des vilains était bien souvent leur plus grand défaut, et celui là n’avait pas fait tort à la règle. Il était maintenant enfermé dans un minable téléphone premier prix que Susan avait acheté pour ses activités secrètes.

D’ailleurs, Susan fut ravie d’apprendre qu’elle pouvait garder le téléphone. Elle avait quelques personnes à contacter à ce sujet là, et pourrait probablement mieux se préparer pour la prochaine fois où elle devrait faire face à ce type de menace. Le meilleur entraînement, c’était le terrain, et pour chaque cas qu’elle devait affronter, elle avait de nouvelles armes pour contrer les prochains.

La cinéaste portait elle même un pauvre pansement formé de mouchoirs en papier et de scotch enroulé autour de son bras. Ca n’était pas ce qu’il y avait de mieux pour elles, mais ça saurait ralentir l’hémorragie le temps que des secours arrivent. Ce dont auraient surtout besoin les étudiants ici présents, c’est d’un soutien psychologique.
Susan fut la première à se précipiter vers Prodigy pour l’aider à panser sommairement la plaie infligée par le fantôme.

C’est stylé le facteur régénérateur. Enfin, c’est pas une raison pour prendre des tartes pour rien, hein ? Faut quand même faire gaffe à toi. Enfin j’imagine que tu l’fais, t’es légionnaire et tout… Bref.

Les mains maintenant couvertes de sang, elle récupéra un autre mouchoir pour en éponger le surplus, malheureusement juste après s’être frotté le nez. Elle avait donc une jolie moustache carmin lorsque la jeune fille aux lunettes rectangulaires répondit à Prodigy.

C’est déjà une héroïne !

Susan se surprit à rire à la remarque, et exagéra un mouvement de la main vers Hannah, puisque c’était son nom. L’apprentie héroïne avait pris un air de “Oh stop it you !” avec les joues rosies. Les compliments faisaient chaud au coeur, mais elle n’avait fait que suivre son bon sens et sa curiosité.

Oh, tu me flattes ! Mais j’mets pas de costume. De toute façon, j’suis déjà grillée.

Elle haussa les épaules, tout à fait humble.

Merci à toi pour t’être mise là dedans. Ca d’mandait du courage, c’est flippant comme affaire quand même.

Légionnaire ou pas, Prodigy avait probablement fait un choix en venant ici, et elle aurait pu se contenter de n’en faire qu’à sa tête et foncer dans le tas. C’aurait été dommage que cette maison se retrouve totalement détruite à cause de ça. C’aurait aussi été prendre le risque d’avoir bon nombre de blessés.

Les secours ne tardèrent pas à les rejoindre. Le groupe d’étudiants étaient redescendus dans l’arrière cour du bâtiment pour profiter d’un peu d’air frais, autre chose que l’atmosphère poussiéreuse et étouffante de l’endroit où l’esprit avait été enfermé. Et de là où il y avait eu un mort. Tout le monde s’était installé sur les bancs et essayait de s’occuper l’esprit comme ils le pouvaient. Susan avait imité quelques voix pour distraire la galerie, puis avait décidé d’engager la conversation avec Prodigy.

C’est spécial d’être Légionnaire ? J’veux dire, on te donne des trucs à faire ou quelque chose comme ça ? Ca fait combien d’temps que t’y es ?

Par simple curiosité, elle se demandait s’il y avait des devoirs à faire, ou un équivalent. Un règlement, probablement ?
La lumière des gyrophares commençait à éclairer les murs des maisons alentours.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 10 Oct 2016 - 0:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je me tourne sur le côté vers Susan, tout en relâchant ma main souillé de mon sang pour qu’elle puisse placer un bandage de fortune avec les moyens du bord : C’est-à-dire avec des mouchoirs superposer dessus, maintenues par des bandes de scotch transparent. Ce n’est pas terrible mais ça fera amplement l’affaire, le temps que les secours pointent leurs gyrophares dans les parages. Et encore, peut-être même que me plait se sera refermer à plus de cinquante pourcent et que d’ici ma je ne saignerais plus. Faut reconnaître qu’avoir une régénération surhumaine est super pratique pour survivre à des blessures qui auraient tué un homme plus d’une fois sans soins médicaux d’urgences. D’ailleurs, je constate que plus mon corps prends chère dans mes interventions en tant que légionnaires, plus mes blessures cicatrisent plus vite. Comme si mon corps s’auto-améliore en s’adaptant à chaque combat et autre situations portant atteinte à ma vie. Je ne sais pas….. J’ai l’impression d’être l’incarnation du Dawinisme pur et dur. Ça peut paraître hautain à vue d’œil, mais peut être que ça ne l’est pas tant que ça. Je dirais même que c’est cool en fin de compte ! Je serais donc plus difficile à tuer pour les supers-vilains. Même Susan semble à l’air de trouver mon facteur guérisseurs génial. Mais comme elle le dit si bien, il ne faut pas non plus que je surestime ma capacité au point de me sentir invincible. C’est un coup que je risque de payer au prix de ma vie. Je souris de plus belle.

- Ouais c’est vrai, t’as raison. Mais si tu veux savoir, j’ai tenté de me débattre de la poigne du revenant, sauf que non seulement je n’arrêtais pas de passer au travers de ses bras, mais en plus il avait une sacré force pour un mort. Et puis rassure toi, j’ai pris beaucoup plus chère que ça dans mes premières années de légionnaires. Comme la fois où je n’étais pas loin d’y rester en Juillet durant mon intervention héroïque au Palace par d’horribles créatures qui ont assiégé l’endroit et à causer une horrible boucherie. Je pense que t’as du en entendre parler à la télé. N’empêche, j’ai quand même pu sauver des vies d’une mort sale et brutale. Et ça…. ça en a valu la peine.

Cette petite révélation attise l’admiration de quelques étudiants derrière moi que je remarque en faisant volte-face vers eux, notamment la fille aux cheveux carrés et le nerdz qui tirent des têtes impressionnés, avec des étoiles scintillé dans leurs yeux. Je leur fait une moue flatté avant de faire face à une Susan avec un trait d’hémoglobines imitant grossièrement une moustache qui me fait doucement glousser. La binoclarde ne tarde pas à exprimer son compliment à mon égard qui me va droit au cœur. Des compliments comme ça, ça me touche beaucoup. Au même titre que la garçonne métahumaine qui ne semble pas être fan du port de costume car son identité d’héroïne est déjà révéler. Je fais un geste évasif dans le vide avec ma main droite, comme pour chasser une mouche invisible, tout en faisant une moue vague.

- Pas faux. Après, rien ne t’oblige forcément à porter un costume dans le même style que moi, hein. De plus, Ils ne sont pas rares les légionnaires qui combattent le crime à visage découvert. Bon certes, c’est assez risqué car il faut assumer les conséquences qui vont avec, mais la majorité d’entre eux vivent principalement dans la Tour de la Paix avec leurs familles. Du coup, c’est plus facile pour eux d’assumer. Je respire profondément en regardant dans le vide lorsque Susan donne son avis sur cette affaire surnaturelle. Grave. Pour ma première affaire de nature surnaturelle en tant héroïne, ça été à la fois violent et stressant. Au moins je saurais à quoi m’attendre et Je penserais également à embarquer un collègue expert en magie la prochaine fois que j’ai affaires à des enquêtes mystiques de cette trempe.

Peu après avoir fini ma phrase que je peux entendre les sirènes des secours s’être garé près de la maison. Une arrivée salvatrice pour les étudiants qui partent tous rejoindre l’extérieur au pas de courses, dès qu’ils entendirent les voix de l’extérieur retentirent. Il n’y a que moi et Susan qui sommes resté ici. D’ailleurs en parlant d’elle, je l’ai vu bouger ses lèvres aux mêmes moments que les voix de l’extérieur. Comme si….. Je ne sais pas…. Elle aurait manipulé le son de sa voix pour qu’on soit intime entre nous. En tout cas elle souhaite en savoir plus sur le statut de légionnaire, les obligations ainsi le temps passé en tant que membre de cette faction. Question qui me fait esquisser un sourire radieux en levant un index en l’air, tandis que mon autre main est plaquée contre l’une de mes hanches évasées.

- Bonne question que tu poses ! Hé bien en fait si tu préfères, il y a dans la Tour de la paix une androïde appelé Kalia qui contacte un légionnaire pour qui l’informe qu’on a besoin de lui à tel endroit pour tel affaire, dont elle est mis aux courant par le SCPD et l’Unisson. En clair, elle relais l’information et les demandes de ces deux dernières. Que ce soit des interventions ou bien des collaborations avec des agents des organismes mentionnés. Evidemment, un légionnaire peut demander à un autre s’il souhaite l’aider dans sa tâche et vice versa. C’est d’ailleurs ce qui fait la force de la Légion des Etoiles. Pour ta dernière question, ça fais déjà sept ans que j’ai intégré la légion. En 2009. Avant ça j’étais une simple héroïne indépendante en Australie, que j’ai dû quitter pour mon travail. J’avais reçu un poste à la Star High, où je travaille toujours.

Petite pause pour la laisser digérer le flot d’information. Avant de m’attaquer à une question qui me titille sur elle.

- Sinon, c’est drôle l’imitation que t’as fait tout à l'heure. Tout comme l’onde que tu m’avais balancé dans l’escalier. Ton pouvoir consiste à manipuler l’air ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 10 Oct 2016 - 11:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les étudiants avaient rejoint les secours sans demander leur reste, et ils avaient bien fait. Quitter cet endroit leur ferait le plus grand bien. La police était entrée dans le bâtiment, probablement pour inspecter les lieux et rassembler tous les éléments nécessaires à la finalisation de leur enquête. Tous les élèves avaient accepté de témoigner et d’admettre leurs torts et leur volonté de régler tout ça eux mêmes. Ils eurent très certainement un sermon de la part des forces de l’ordre.

Susan et Prodigy étaient encore dans l’arrière cour. La cinéaste était assez admirative de ce que la légionnaire avait pu accomplir. Elle-même ne se sentait clairement pas en mesure d’affronter des monstres, et si la moindre chose venait à la toucher, elle finirait probablement par terre en PLS. Pas de régénération, peu de compétences en combat au corps à corps, rien de surhumain là dessus en tout cas. Juste ses pouvoirs et l’espoir de ne pas se faire piéger.

Elle hocha la tête, compréhensive. Puis haussa une nouvelle fois les épaules.

Visage caché ou pas, j’ai des emmerdes, alors pour ce que ça change. Presque tout le monde me connaît déjà dans ce quartier.

Susan ne voyait pas de réel intérêt à rejoindre la Légion des Etoiles, outre le fait qu’elle ne pensait toujours pas en avoir le niveau. Oh, elle se sous-estimait là dessus puisqu’en réalité elle pouvait être aussi efficace qu’un légionnaire, mais elle se persuadait qu’elle était bien là où elle était. Elle avait sa pizzeria, sa vie, et ne voulait pas qu’un organisme ne vienne prendre trop de place dans ses affaires privées.

Bon, après faut s’attendre à voir débarquer des super vilains chez soi, c’est sur que ça fait pas plaisir, mais au moins ils vont pas s’en prendre à des inconnus juste pour te provoquer, tu vois ?

Si quelqu’un voulait s’en prendre à elle, eh bien il n’avait qu’à s’en prendre à elle, puisqu’elle ne se cachait pas. Certes, il pouvait aussi s’en prendre à ses amis, mais au moins ses cibles étaient limitées, Susan pouvait les anticiper ou s’y attendre. Comment faire si son ennemi s’attaque à des innocents totalement inconnus ? C’était imprévisible, et on ne pouvait réagir qu’après coup.

J’pense que c’est plus facile à assumer face au public aussi. Genre y’a pas des gens qui vont venir me taillader en disant “ouais elle cache sa tête parce qu’en vrai elle a des trucs à se reprocher” ou ce genre de trucs. Enfin moi j’ai rien contre les héros masqués, hein. J’ai essayé de porter un masque à un moment aussi, mais j’ai pas tenu trois jours. C’était chiant. J’veux pas perdre de temps à d’voir me changer ou quoi.

Son chapeau magique pouvait lui arranger le coup dans une certaine mesure, mais elle estimait qu’elle était toujours reconnaissable, même avec les yeux couverts.

Bon après faut s’faire son réseau soi même. J’ai pas toutes les ressources des légionnaires et tout. J’étudie à la Star School for the Arts moi aussi, du coup j’ai vite été au courant de l’affaire et j’étais à la bonne place pour avoir les infos.

Enfin, après une bonne comparaison entre le modèle indépendant et le modèle de la Légion des Etoiles, et une explication sur son fonctionnement, Prodigy interrogea Susan sur ses pouvoirs de façon tout à fait directe. Ce qui ne gênait pas du tout la concernée ! En plus elle n’était pas loin, avec sa suggestion. Mais Susan secoua négativement la tête.

Presque. Je manipule le son.

D’ailleurs, elle fit sa démonstration habituelle en imitant à la perfection la voix de Prodigy.

Ca permet pas mal de choses. De plus en plus, en fait. Ma mutation bouge encore pas mal je crois. Ca fait à peine plus de deux ans que j’l’ai découvert.

Elle reprit sa voix normale bien assez vite et leva les yeux vers le ciel, puis regarda l’heure. Il n’était pas si tard que ça. Peut-être qu’elle pourrait aller raccompagner Cass à la sortie de son travail ? A moins qu’elle n’aille plutôt rejoindre l’ambulance dans la rue pour se soigner avant.
C’était une plus sage idée, et elle ne voulait pas se prendre un savon de la part de la canadienne pour sa négligence.

J’vais rejoindre les autres, j’voudrais pas devoir payer un uber pour aller aux urgences.

Elle sourit à Prodigy et lui tendit la main pour la lui serrer.
Dès le lendemain, elle filerait probablement demander des conseils à Dante pour savoir quoi faire de ce téléphone hanté.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 10 Oct 2016 - 19:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Si ce qu’elle dit s’avère exacte en disant que peu importe qu’elle dissimule son identité ou non elle est quasi reconnaissable par tout le monde, alors elle a bien raison de ne pas jouer les super-héroïnes comme moi. L’importance c’est qu’elle se sent à l’aise dans ce qu’elle veut entreprendre. Elle se sent plus efficace en tant que simple citoyenne filant un coup de main aux super-héros ? Tant mieux ! On pourrait penser que je tente en quelque sorte de recruter la métahumaine au sein de la Légion, ça parait ambiguë, mais c’est faux ! J’ai juste donné mon avis sur ses prouesses et à aucun moment je ne lui ai demandée si cela l’intéressait de rejoindre la Légion. De plus, elle a bien ses raisons qui la poussent à ne pas vouloir rejoindre les légionnaires, comme ne pas avoir à rendre des comptes pour quelqu’un par exemple.
Après, pour le coup des supers-vilains qui déboulent au domicile des légionnaires à visage découverts, c’est peut être le meilleur moyens d’éviter que des innocents servent d’appâts pour super-héros, mais pas l’idéal pour protéger ses proches. Que ce soit notre conjoint, nos enfants ou encore des parents. Ou alors il faut accepter de rester seul toute sa vie sans fonder de famille, ou bien ne pas être affecter par la perte de proches. Dans les deux cas c’est un énorme sacrifice que très peu de super-héros sont prêt à faire. Ça a l’air faisable sur le papier, mais dans la pratique c’est une tout autre paire de manche qui se solde souvent par une longue dépression, voir un suicide, ou même les deux. Comme pour sa réponse précédente, je hoche la tête positivement pour montrer que j’écoute ce qu’elle dit, alors qu’elle enchaine en donnant son avis sur l’idée d’assumer sa vraie identité aux yeux de tout le monde. Pour ensuite m’informer d’avoir déjà tenté de masqué son identité, mais qu’elle se serait fait grillé en même pas trois jours. Ah ouais quand même ! Je peux comprendre qu’après ce fiasco elle en a eu marre. Je pense que j’aurais peut-être fait pareil si ça m’était arrivée. Pour le coup je tire une moue génée.

Malgré qu’elle n’est pas les ressources de la Légion, être dans la SSA reste quand même un endroit idéal pour récolter des informations par le biais du téléphone arabe. On peut dire ce qu’on veut de ce moyen, ça reste quand le meilleur moyen pour tous héros indépendants en manque de ressources de se renseigner. Moi-même je m’en suis servie quand j’étudiais encore à l’université de Sydney et je confirme son efficacité.

- Ouais mais tu sais, des gens trouveront toujours des prétextes pour taillader des super-héros masqués. Quand ce ne sera pas leurs identités cachées ils s’en prendront à la tronche de leurs costumes et bien autres. Moi perso, je ne fais même pas attentions à eux. Et même quand je les remarques, je ne les calculs même pas.
De plus, ce n’est pas faux de croire qu’en s’assumant devant le grand publique on évite que de pauvres civils lambdas morfles pour être attiré vers lui. Le problème, c’est qu’au lieu que ce soit des inconnues, ce sont nos proches familiaux qui en font les frais. Il ne faut pas croire qu’ils vont tous débouler forcément chez toi pour t’affronter directement. Certains se contenteront juste de te faire souffrir psychologiquement en éliminant un à un tous les êtres qui te sont chères. C’est d’ailleurs la raison majeur qui m’a poussé à masquer mon identité. Autrement, je me serais contenté de porter mon costume, avec le masque en moins.


Soudain, je fais des yeux de chouette tout en prenant un air surpris lorsque Susan fait une démonstration de son pouvoir en révélant sa capacité à contrôler le son par une imitation parfaite de ma voix. Mais genre, à la micro-décibel près ! Un vrai magnétophone sur patte. Effectivement, ça ouvre de vastes possibilités à exploiter avec un tel don, que ce soit dans la furtivité comme j’ai pu le voir, l’usurpation d’identité et la distraction. Des exemples parmi probablement toute une ribambelle ! Ça mérite bien un sifflement impressionné de ma part, suivit d’une petite réaction de gamine ultra enthousiaste devant un poney que ses parents.

- Ah ouais, trop classe ! On doit bien se fendre la poire dans les soirées entre copines pour faire des sketchs comiques improvisés. Chuis sûr, tu dois trop t’amuser, hinhin ! J’aimerais bien voir ce que ça donne un jour.

Bon ! Maintenant que cette affaire est finie et que Susan va rejoindre ses camarades universitaires, je n’ai plus aucune raison de rester ici plus longtemps. J’offre une poignée de main chaleureuse à Susan avec la main non souillée par mon sang tout en hochant la tête avec un sourire sincère.

- Dans ce cas on va devoir se séparer. En tout cas c’était un plaisir de t’avoir connue ! J’espère qu’on se reverra un jour.

Sur ceux, je quitte en dernière la maison abandonnée pour rejoindre mon véhicule garé dans la rue d’à côté, saluant de la main des étudiants me disant au revoir avant de disparaitre de leurs vue quand je prends le prochain virage. Je regarde une dernière fois mon cellulaire d'un air mélancolique puis je le jette à la prochaine poubelle que je croise sur le trottoir. Il a vécue six ans.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
One Step Behind
 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Revenir en haut 
One Step Behind - Page 2 Categorie2_6One Step Behind - Page 2 Categorie2_8


One Step Behind - Page 2 Categorie2_1One Step Behind - Page 2 Categorie2_2bisOne Step Behind - Page 2 Categorie2_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Step Behind - Page 2 Categorie2_6One Step Behind - Page 2 Categorie2_8

Sauter vers: