Appelle-moi Mojito } Marishka - Page 2 Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Appelle-moi Mojito } Marishka - Page 2 Categorie_1Appelle-moi Mojito } Marishka - Page 2 Categorie_2_bisAppelle-moi Mojito } Marishka - Page 2 Categorie_3
 

Appelle-moi Mojito } Marishka

 
Message posté : Sam 22 Oct 2016 - 20:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Cette discussion l'amusait et la distrayait beaucoup. Pour une fois, la brune ne se sentait pas obligée de faire grimper la libido de son partenaire pour éviter qu'il n'aille voir ailleurs et c'était assez agréable... puis nouveau. C'était peut-être pour cette raison qu'elle ne se sentait pas comme un bout de viande, mais bel et bien comme une femme qui appâtait un homme grâce à ses charmes et son esprit ?
Laissant échapper un léger rire, la jeune femme releva mes précisions apportées sur son nouveau panier :

« King size ? Est-ce que je dois comprendre que tu prends beaucoup de place pendant ton sport ? J'en étais certaine, je t'imaginais tout à fait comme ça. » Elle le laissait songer à ce qu'elle pouvait imaginer. « Je suis pour l'économie de place de toute manière, à quoi bon avoir plusieurs lits alors qu'un seul permet tellement plus de choses ? »

Parlait-elle d'aménagement, ou d'autre chose ? Inutile d'être un génie pour le comprendre et étant donné que ces sous-entendus émaillaient leur discussion depuis le début, il comprendrait sans mal à quoi elle faisait allusion. Malheureusement, il était fort peu probable que toutes ces jolies idées se réalisent un jour. Même s'il semblait célibataire, Marishka le soupçonnait de ne pas être assez gentil pour aller aussi loin avec une femme qui devait séduire tous les hommes qu'elle rencontrait. Tous les types qu'elle avait rencontrés jusqu'à ce jour avait un fond de jalousie qui se développait rapidement, pour quelle raison celui-ci serait-il différent ?

Après qu'elle eut donné le nom de l'endroit où elle travaillait, son charmant partenaire sembla réfléchir et elle comprit rapidement qu'il en avait déjà entendu parler. Dans son travail – s'il était bien policier – ou dans ses loisirs ? Lorsqu'il parla d'un ami, ses lèvres s'ourlèrent en un sourire ravi : si cet homme avait expliqué ce qu'il avait vu là-bas, c'était forcément positif ! Ou alors il avait goûté aux spécialités du club, mais n'en aurait jamais parlé, surtout pas à un policier. Elle humecta ses lèvres d'une manière qui ne laissait que peu de place à l'imagination avait de répondre d'un ton faussement innocent alors que sa main continuait à se promener sur lui.

« Un ami, vraiment ? S'il a gardé ses secrets, c'est qu'il a dû être satisfait. Bien que je n'en sois pas surprise, on offre toujours des danses inoubliables. Peut-être que je m'en suis occupé, va savoir ! À quoi ressemble-t-il ? Est-ce qu'il est aussi séduisant que toi, ou c'est une qualité que tu te réserves ? » Elle avait l'air de badiner, mais mine de rien la réponse l'intéressait pour en parler à Damnation. « Tu pourrais toujours le convaincre de t'emmener là-bas au pire des cas ? Nos clients fidèles peuvent demander une invitation pour les gens de confiance. »

Une manière pour elle de s'assurer qu'il parlait bien d'un client régulier de l'endroit et non d'un type qui avait réussi, dieu seul sait comment, à pénétrer dans le club privé. De toute manière, Marishka comptait bien parler de son nouvel ami à sa patronne et de lui demander s'il avait l'autorisation d'obtenir une invitation. Peut-être qu'il pourrait leur rapporter gros, mais peut-être qu'il pouvait aussi s'avérer dangereux. Elle était bien placée pour savoir que les apparences étaient trompeuses ! Ce séduisant quadragénaire avait peut-être une face cachée qui ruinerait le Pandémonium et pousserait Damnation à la renvoyer de son univers. Sauf que la slave n'y survivrait pas.

Comme il reprenait en se déclarant intrigué, elle posa un regard interrogateur sur lui. Ses lèvres épaisses étaient toujours ourlées par un sourire alors qu'elle se rapprochait avec plaisir, collant sa peau contre lui dès qu'elle le pouvait. Le contact physique avait toujours été très agréable à ses yeux, mais avec lui c'était d'autant plus intéressant, surtout qu'il jouait bien le jeu. Marishka adopta finalement une expression de réflexion, laissant ses doigts errer sur Gabriel tandis que son regard se perdait vers le plafond.

« Huuum, j'aurais bien quelques idées, mais je crois que ça ne t'ouvrirait pas les portes du club pour autant. » Elle eut un sourire lourd de sens avant de reprendre, le regardant dans les yeux. « Il faut simplement que je demande à ma supérieure. Elle est très regardante sur la clientèle. Disons que nous avons eu quelques problèmes avec des jeunes policiers qui essayaient de profiter de leur statut pour obtenir des choses de nos danseuses. La plupart sont étrangères comme moi, mais on travaille là-bas par choix et de manière légale. Cela dit, ils nous menaçaient parfois de nous causer des ennuis avec l'immigration si on refusait de céder à leurs caprices. » Elle arbora une moue faussement déçue. « Depuis, la direction se méfie un peu des policiers. C'est pour ça que je te posais la question avant. Tu me plaisais déjà, j'avais bien de t'inviter à me découvrir davantage. Dans tous les sens du terme. » Elle rigola légèrement avant de reprendre. « Mais, plus sérieusement, les invités sont généralement des hommes d'affaires ou des politiciens importants. Ils payent bien, mais ils ne me donnent pas d'idées comme toi.... » Elle ne précisa pas lesquelles, inutile ! « … alors, je pourrai insister pour avoir l'autorisation de te convier un soir. Il faudra certainement que je te colle de près et que je te fasse une fouille au corps pour vérifier que tu ne caches pas de micro, tu comprends.... » Elle soupira de manière exagérée. « Mais ça voudra dire que tu devras me laisser un numéro pour que je puisse te rappeler. Ou une adresse si tu préfères me montrer ton king size. »

Mais elle en doutait légèrement. La plaisanterie avait ses limites, elle le savait bien.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 27 Oct 2016 - 19:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un vrai ami, en effet. Répondit pour lui le large sourire qui orna son visage. S’il y avait une personne qu’il pouvait qualifier ainsi c’était bien Adrian, dont les allégations avaient été suffisamment sérieuses pour attirer son attention. Il avait toute confiance dans le jugement de l’Archimage, même quand il était question d’un lieu de fête et de débauche – voir de fête débauchée ! Entendre que la charmante slave appartenait aux rangs de ce Pandémonium n’avait pourtant pas modifié l’attitude taquine et intéressée de Gabriel dont l’esprit, de toute manière continuellement soupçonneux, savait faire la part des choses.

« Il est nettement plus beau et charmant que moi. » Il soupira exagérément, tout en remontant une main des hanches de la jeune femme et le long de sa taille, jusqu’à la couture de son soutien-gorge qu’il traça à l’aveugle. « C’est un brun avec un sourire timide ravageur, et un regard mystérieux de tous les diables. Il a deux adorables fossettes, juste ici. » Alors que ses doigts reposaient dans le cou de Marishka, il tendit le sien pour tracer, avec ses lèvres, les charmants petits creux sur les joues de la belle.

« Mais je ne connais pas tous ses secrets… » S’il fréquentait en cachette les boites de nuit et les club de strip-tease ? Oh, Gabriel en doutait franchement ! Ce qui ne l’empêchait en rien de divaguer sur le sujet. « Je devrais sûrement enquêter et le pister. Mais ça m’obligerait à fouiller de fond en comble ce Pandémonium et d’étudier une certaine danseuse à l’accent chantant sous toutes les coutures. » Il écarta légèrement les lèvres de sa joue et coula un regard chaud et malicieux jusqu’à sa bouche pulpeuse, puis ses yeux élégamment étirés. « Tu crois que je suis quelqu’un de confiance ? »

En admettant que ce soit le cas, Adrian ne lui obtiendrait jamais la moindre invitation au regard de la fin de sa visite dans le club, plutôt mouvementée. Pour l’heure, ses meilleures chances d’entrer incognito se trouvaient auprès de Marishka. Si l’établissement possédait des activités inavouables, elle n’aurait certainement pas été encline à l’inviter… Ou bien ils étaient confiants sur leur talent de dissimulation. Ou encore elle ne savait pas qu’il était employé de l’UNISON. Elle était peut-être restée sur l’idée de policier, qu’il n’avait ni nié, ni confirmé. Les explications qu’elle lui prodigua sur sa patronne et sa politique d’accueil de la clientèle tendaient à le confirmer…

Désagréablement surpris par les comportements qu’elle évoquait, il pencha légèrement la tête sur le côté et plissa ses yeux ambrés. « Les salauds. J’espère que tu leur as fait le coup du genou, à eux aussi. » Il n’imaginait pas cette femme se laisser faire, dans tous les cas. « Tu es toute douce et ronronnante, mais j’ai suffisamment touché pour sentir que tu es musclée et tonique… Ils ont dû regretter. » Il mordilla légèrement sa lèvre inférieure en réponse à toutes ses luxurieuses provocations, elle stimulait son imagination tant par ses mots que par sa gestuelle et faisait naitre d’agréables sensations, qui se diffusaient en chaleur dans le creux de ses reins. « Je suis d’une grande souplesse et très résistant, tu pourras faire tous les tests et toutes les fouilles que tu désires. » Ces deux-là pourraient très certainement passer la nuit à s’échanger des sous-entendus plus ou moins intenses ! Ce genre de comportement débouchait rarement sur du concret, comme le voulait l’adage du ‘que de la gueule’ sauf qu’en l’occurrence, Marishka faisait un pas significatif dans sa direction. Restait à savoir s’il acceptait de le concrétiser.

Il était partagé. Il était loin d’avoir suffisamment d’éléments pour lui faire confiance, mais sa curiosité et son intérêt étaient piqués à vif. Il avait envie de la revoir et de creuser, tant sur elle que sur ce mystérieux Pandémonium. Il avait envie… Son téléphone vibra soudainement, propageant ses ondes contre la cuisse de la jeune femme.

« Tu vois l’effet que tu me fais ? » Large sourire aux lèvres, il glissa sa main à la poche et lut rapidement le message qui lui était envoyé. L’administrateur de garde au Brett Building signalait une attaque informatique qui exigeait une prise en charge rapide. Il aurait pu se contenter de déléguer la tâche, mais l’âge et la solitude l’avaient rendu encore plus consciencieux qu’auparavant. « Je vais malheureusement devoir m’éclipser, le travail m’appelle. » Gentiment il décala Marishka pour qu’elle repose entièrement sur la banquette. Il effleura son épaule dans le geste puis, tout de douceur, balaya l’une de ses longues mèches parfumées qui masquait son visage. « Je vais tenir ma part de l’accord… J’espère que tu accompliras la tienne et qu’on se reverra bientôt, Marishka. » Il se pencha au creux de son oreille et chuchota tout bas : « Je ne suis pas policier. » Là-dessus il lui adressa un clin d’œil, se redressa et fit révérence – une vraie – pour enfin prendre congé sur un signe et un sourire.

Il se contenta d’un geste auprès de ses collègues de moins en moins clairs d’esprit, puis il s’esquiva discrètement. Arrivé à l’entrée il s’arrêta au comptoir d’accueil, demanda papier et stylo, écrivit quelques mots qu’il confia enfin au gérant. « Vous le donnerez à Marishka, merci. » Le major fut exécuté dans la minute, et la slave put donc lire d’une écriture fluide :

Merci pour la soirée, Mojito.
Je te laisse mon numéro, tu auras mon adresse si, et seulement si, tu m’invites à boire un verre avant. Je ne suis pas un garçon facile.
A bientôt,
King Size
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Appelle-moi Mojito } Marishka
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Appelle-moi Mojito } Marishka - Page 2 Categorie_6Appelle-moi Mojito } Marishka - Page 2 Categorie_8


Appelle-moi Mojito } Marishka - Page 2 Categorie_1Appelle-moi Mojito } Marishka - Page 2 Categorie_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelle-moi Mojito } Marishka - Page 2 Categorie_6Appelle-moi Mojito } Marishka - Page 2 Categorie_8

Sauter vers: