Qu'est-ce qu'un conte, sinon une vision différente de la réalité ? ▬ Jake Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Qu'est-ce qu'un conte, sinon une vision différente de la réalité ? ▬ Jake Categorie_1Qu'est-ce qu'un conte, sinon une vision différente de la réalité ? ▬ Jake Categorie_2_bisQu'est-ce qu'un conte, sinon une vision différente de la réalité ? ▬ Jake Categorie_3
 

Qu'est-ce qu'un conte, sinon une vision différente de la réalité ? ▬ Jake

 
Message posté : Lun 3 Oct 2016 - 14:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Depuis que le Bite Night avait changé de propriétaire, Marishka devait admettre que la clientèle était beaucoup plus intéressante. Auparavant, les types qui lui tendaient leurs dollars étaient parfois si repoussants que même elle – qui se fichait éperdument du physique des gens – se sentait hésitante. Mais désormais, chaque fois que ses yeux sombres se posaient sur une silhouette, elle pouvait être sûre de harponner un type fortuné ou célèbre, voire les deux. Bien sûr, la slave ne cherchait pas à se trouver une conquête qui l'entretiendrait, elle voulait devenir célèbre au Circus et pouvoir faire ce que bon lui semblait sans dépendre de qui que ce soit. Oh, bien sûr, si elle parvenait à ses fins, la trentenaire ne comptait pas abandonner son travail ici : elle appréciait sincèrement la propriétaire, quant aux avantages ils étaient si nombreux qu'elle ne pourrait pas les oublier. Et puis, elle aimait particulièrement être au centre de l'attention et danser à moitié nue devant des types souvent en manque restait le meilleur moyen d'y parvenir.

Ce soir-là, elle travaillait comme bien souvent. En « tenue » de travail, la slave déambulait entre les tables, attendant qu'un client désirant une danse privée ne se présente, à moins que l'un des podiums ne se libère finalement. Son regard finit par accrocher une silhouette étrangement familière. La brune s'immobilisa alors, fronçant légèrement les sourcils en se demandant où elle avait déjà aperçu cet homme. Il était de dos, mais elle était certaine que leurs routes s'étaient déjà croisées, même si ce n'était pas ici. Une chose était certaine : son instinct lui dictait de s'approcher de lui et d'en savoir davantage.

Arborant son plus ravissant sourire, la slave se dirigea vers lui d'une démarche souple et féline. En arrivant derrière l'homme, Marishka posa sa main dans son dos, juste sous sa nuque puis se décala sur le côté, la laissant glisser sur son épaule alors qu'elle se déplaçait pour lui faire face. En apercevant son visage, la lumière se fit dans son esprit : un tel maquillage ne pouvait rappeler qu'une personne. Il s'agissait de Wildcard, le chef du fameux Gang des Fables. Le sourire de la slave s'étira davantage, ses lèvres pleines et maquillées exprimant l'intérêt qu'elle avait pour lui. Ainsi vêtue, elle n'avait pas grand-chose à dissimuler : sa poitrine était recouverte d'un tissu noir en dentelle qui descendait jusqu'à sa taille sous la forme d'une guêpière. Elle portait ensuite un tanga et des jarretelles de la même couleur. Une tenue qui la mettait en valeur et elle le savait bien !
Sa main toujours posée sur l'épaule du jeune homme, la slave s'approcha de lui, ne laissant qu'une dizaine de centimètres entre leurs épaules alors qu'elle prenait la parole de son accent traînant :

« Oh, je savais que je vous connaissais. Wildcard, c'est cela ? Je ne savais pas qu'on accueillait de telles célébrités, sinon je me serais encore plus arrangée pour être à la hauteur. » Elle lui offrit une oeillade enjôleuse avant de presser doucement son épaule. « Dites-moi que vous ne venez pas simplement pour le travail ? Vous me permettez bien de vous offrir une danse, non ? Une privée peut-être ? Ce serait plus agréable pour vous, surtout que vous méritez mieux qu'attendre au milieu de tous ces hommes sans intérêt. »

Elle pencha légèrement la tête sur le côté, laissant une cascade de cheveux recouvrir son épaule. Marishka dévisageait son interlocuteur comme s'il était seul au monde et elle espérait simplement qu'il fonctionnait comme tous les hommes de pouvoir : qu'il aimait être flatté et valorisé. À ce petit jeu, la brune excellait ! Elle savait comment faire pour mettre les gens en avant et leur prouver à quel point ils étaient uniques, mais rien ne lui prouvait que ce serait aussi facile avec cet homme-là ! Wildcard n'avait pas usurpé sa réputation, elle en était certaine et ses yeux se mirent à briller d'excitation tandis qu'elle le dévisageait toujours.

« Mais si vous préférez une fille plus jolie, vous pouvez le dire, j'irai la chercher, vous n'aurez qu'à vous installer. Vous préférez une blonde peut-être ? »

Son ton se fit plus hésitant, comme si la perspective de devoir le laisser aux mains – et plus si affinités – d'une autre femme la chagrinait. Pour le coup, la brune n'avait pas besoin de mentir : elle serait sincèrement irritée de devoir laisser un aussi gros poisson lui filer entre les doigts !
Les chats n'étaient pas partageurs, c'est un fait !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 5 Oct 2016 - 4:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Assis devant mon miroir, c’était avec application que je dessinais ces traits noirs et blancs sur mon visage. Un procédé que beaucoup disaient étant long, ce qui n’était pas tout à fait faux, cependant, avec les années, j’avais sut réussir ce maquillage m’étant propre en peu de temps.

Et comme toujours lorsque je faisais ce maquillage, c’est que Wildcard était de sorti.

L’invitation de Damnation n’était pas tombée dans l’oreille d’un sourd alors qu’elle m’accordait le loisir de profiter du Pandémonium, pour peu que je fasse attention à ne pas trop attirer l’attention sur moi-même ou sur l’endroit.

Et que je n’abîme pas trop son personnel, car il serait désolant qu’elle retrouve le cadavre de l’une de ses employées dans une chambre privé.

Une pensée alla vers Aladdin, décédé quelques mois plus tôt aux mains d’un homme qui avait, à son tour, connu la mort au sein de mon Pays des Merveilles. L’ancien voleur aurait été outré et aurait peut-être même fait une crise de savoir qu’il ne pouvait pas mettre les pieds au Pandémonium : l’invation était pour moi et pour moi seul.

Tous, au sein de Gang des Fables, connaissaient son amour pour la gente féminine et les courbes qui dansaient sous son regard gourmand.

Même si l’invitation n’avait pas été seulement pour moi, je lui aurais refusé l’accès, pour la simple et bonne raison que jamais plu je n’aurais retrouvé Aladdin, sachant qu’il y aurait certainement passé ses journées et soirées jusqu’à tomber de fatigue, un sourire aux lèvres.

J’avais donc enfilé un trois pièce d’un bleu sombre qui contrastait avec la chemise blanche que j’avais enfilé. Damnation m’avait glissé quelques mots selon les critères de l’endroit et la clientèle qui pouvait s’y trouver. J’avais donc fait un effort pour respecter les standards de la démonologue, ne serais-ce que parce que je comptais bien rester en bon terme avec elle.

Le tout compléter d’un élégant chapeau qui venait projeter de l’ombre sur mes traits.

Je lui avais promis de ne pas attirer l’attention.

Je me rendis donc ainsi élégamment vêtu jusqu’au Pandémonium où je pus entrer sans difficulté, contrairement à ma première visite où il m’avait fallu patienter comme un moins que rien devant la porte qui menait à l’endroit joliment décoré.

Mon regard glissa sur les femmes à moitié habillée qui se dandinaient ici et là alors que j’allai simplement prendre place sur un siège un peu reculé, faisant face à la scène, profitant du spectacle qui s’offre à moi. Damnation semblait promettre mille et une surprises qui sauraient satisfaire quiconque y mettait les pieds et je comptais bien voir de mes propres yeux s’il s’agissait de la vérité.

Alors que mon regard se perdait dans la contemplation de courbes féminines, une main vint se posée sur ma nuque.

C’est qu’elles étaient entreprenantes ces femmes !

Mon regard glissa donc sur celle qui venait de se décaler pour me regarder alors qu’un sourire carnassier venait prendre place sur mes lèvres. Elle était jolie, c’était indéniable, avec les formes là où elles devaient être.

Agréable à regarder, donc.

La soirée en serait sûrement plus divertissante que je me l’avais imaginée.

Elle était talentueuse et savait ce qu’elle faisait. Après tout, les hommes aimaient se sentir comme étant au centre de l’attention et je n’y échappais malheureusement pas, quand bien même étais-je sûrement moins naïf que ces bêtes assoiffés de sexe qui donneraient tout pour être le centre d’attention d’une si jolie créature.

Je levai une main pour poser un doigt sur les fines lèvres de la demoiselle.

- Shhh, j’essaie d’être discret, ce soir.

Je lui adressai un clin d’oeil suivit d’un sourire amusé alors que ma main descendit pour venir se poser sur sa hanche.

Si ses paroles semblaient n’être qu’un discours préparer pour plaire aux hommes, son regard semblait intéressé par la personne que j’étais. Qu’elle me qualifie comme étant une célébrité n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd et j’en vins à me demander si elle avait une affiliation quelconque avec le Cartel Rouge, si j’en oubliais qu’elle était employée ici.

- Tu sais, ce n’est pas la beauté d’une femme qui m’intéresse.

Et ce, quand bien même glissais-je mon regard sur les formes qui s’offraient à moi, me demandant ce que ce déshabillé presque élégant pouvait bien cacher.

- J’imagine que si mon nom ne t’est pas inconnu, c’est que tu dois sûrement savoir que j’apprécie tout particulièrement être diverti. M’amuser est mon mot d’ordre. Ma présence n’est donc pas due au travail mais venant bien d’une envie à voir ce que l’endroit peut m’offrir.

Le sourire que je lui offris n’avait rien de particulièrement plaisant ni même d’agréable et semblait plus le mettre au défi alors qu’un éclat mystérieux brûlait au fond de mes prunelles.

- Sauras-tu être à la hauteur ?

Pourra-t-elle captiver mon attention, l’instant d’une danse ? Ou peut-être même d’une soirée, si elle s’avérait aussi intéressante que je pouvais bien l’imaginer, pour peu qu’elle ait autre chose à offrir que ces courbes, certes très agréables, mais assez faciles à retrouver chez d’autres.

Ce n’était pas un corps que je recherchais pour me divertir.

Ce serait bien trop facile et beaucoup trop ennuyant.

- Alors m’a jolie, qu’as-tu à m’offrir ?

Je m’inclinai devant elle, passant doucement ma langue sur mes lèvres, un sourire carnassier s’y trouvant.

Voilà, elle avait piqué ma curiosité.

Restait à savoir si elle saurait garder mon attention.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 5 Oct 2016 - 13:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Désireuse de plaire à ce nouvel arrivant, Marishka le laissa poser ses mains où il désirait et se contenta de lui offrir un sourire enjôleur lorsqu'il parla de ce qui l'intéressait chez une femme. Oh, bien sûr, elle savait que même si Wildcard était un homme qui apprécierait forcément de voir de jolies courbes, il en faudrait beaucoup plus pour retenir son attention !

« Je m'en doute, tu n'es pas comme tout le monde, c'est ce qui me plaît justement. »

Entre-autre, même s'il avait bien d'autres attraits. Collant son autre hanche contre lui, la jeune femme laissa glisser son bras sur ses épaules comme pour l'enlacer, le dévisageant toujours comme si elle se demandait à quelle sauce elle allait le manger. Oh, elle aurait certainement pu le faire au sens propre si elle réussissait à l'avoir à un moment où il ne s'y attendait pas, mais ils n'en étaient pas là. La slave n'avait aucune raison de vouloir se débarrasser de lui, bien au contraire !

Son sourire ne fit que s'accentuer lorsqu'il souleva le fait qu'il aimait beaucoup s'amuser. Oh, elle aussi ! Malheureusement la slave ne pourrait pas utiliser tous ses atouts dans cet endroit clos, il était peu probable que Damnation la laisse dévorer un ou deux serveurs pour le plaisir de leur invité après tout. Cependant, elle pouvait commencer par essayer de retenir son attention avec ce qu'il voyait actuellement et lui donner un aperçu de son autre atout avant de l'inviter un soir à le découvrir en privé ? Il était question de sa forme féline bien évidemment, pas d'autres atouts encore dissimulés sous ses vêtements.

Un léger roucoulement de satisfaction lui échappa tandis qu'il lui demandait si elle serait à la hauteur... le serait-elle ? Marishka l'espérait de tout cœur, mais Wildcard était un individu si particulier qu'elle n'en était pas certaine. Cependant, qui ne tente rien n'a rien, mieux valait essayer. Si elle échouait, ma foi tant pis, mais si elle réussissait... Son sourire se fit plus prononcé.

« On verra bien, puis si je rate tu n'auras qu'à me donner la fessée pour me punir si tu veux. »

Elle avançait à tâtons : l'homme était prêt à tuer des innocents pour son plaisir, il était donc fort probable qu'il soit amateur des relations SM, même si elle pouvait se tromper. Peut-être que sous ses airs, Wildcard affectionnait les contes de fées parce qu'il rêvait du prince charmant ? C'était peu probable, mais pas impossible !

Sans perdre de temps, la russe s'éloigna un peu du jeune homme avant d'attraper sa main pour l'entraîner derrière elle en direction d'une salle privée. Ils seraient bien plus tranquille qu'en devant bavarder au milieu de la foule où n'importe qui pourrait venir écouter leur discussion. Parce qu'elle comptait bien parler avec lui, lui prouver qu'il avait affaire à quelqu'un qui valait la peine d'être connu.

La salle où elle l'entraîna était confortable et accueillante. Assez grande pour laisser la place de bouger convenablement avec un siège moelleux au centre. C'est vers lui que la slave entraîna son invite du moment et lui poussa sur les épaules pour l'inciter à s'installer. Oh, elle se doutait qu'il faudrait plus qu'une simple danse aussi langoureuse soit-elle pour le convaincre qu'il devait s'intéresser à sa personne. Wildcard aimait les choses éclatantes, explosives ! Elle allait donc s'arranger pour lui montrer ses capacités cachées au cours de cette prise de connaissance. Il n'y avait qu'à croiser les doigts pour qu'il adore les chats et autres félins !

« J'aurais bien une petite surprise à te montrer, mais je crois que dans ce bâtiment ce sera difficile. On manque de quelques cibles d'entraînement et puis Damnation risquerait de ne pas aimer que tu attires l'attention comme tu l'as souligné. »

Elle se rapprocha de lui alors que la musique commençait. Il ne s'agissait pas d'une simple danse accompagnée d'un strip-tease, mais bien d'un rapprochement physique étant donné que les félins adoraient s'installer sur les genoux de leur entourage. Après quelques déhanchés aux mouvements félins, la jeune femme finit par s'asseoir à cette place, collant le haut de son corps contre le torse du criminel, passant son bras gauche autour de sa nuque. Elle remonta son autre main sur le torse du jeune homme en commençant à bavarder avec lui :

« Je t'ai souvent vu, tu sais. Oh, pas ici, mais ailleurs... Au Circus Maximus. Tu y passes parfois je crois non ? Mais à mon grand dam, tu ne m'as jamais remarquée, ou du moins tu ne m'as jamais adressé la parole. » Elle continua à monter sa main en prenant soin de le toucher avec sensualité. « Tu es vraiment unique, j'adore ton style ! J'ai toujours voulu te rencontrer avant, mais je n'étais pas certaine d'être à la hauteur... on parle tellement de toi, je crois que tu es plus célèbre que le Commander et tous ces guignols. » Les Légionnaires donc. « Si je te dis que j'ai remporté plusieurs combats au Circus, tu crois que je suis le genre de femme qui peut commencer à t'intéresser ? » Un sourire ravi ourla ses lèvres pleines. « Je te ferai une démonstration en privé, à l'extérieur un de ces jours. Enfin, si tu voudras. »

La caresse de ses mains se fit légèrement plus poussée avant qu'elle ne se redresse, recommençant à danser en caressant son propre corps, mais toujours sans retirer ses vêtements. Elle voulait d'abord voir ce qu'il pensait de cette introduction.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 5 Oct 2016 - 17:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Semblerait-il que cette demoiselle ait décidé de jeter son dévolu sur moi et qu’il était tout simplement hors de question que je passe une mauvaise soirée. Et si tel était réellement le cas, j’allais devoir aller faire mes compliments à la propriétaire des lieux.

Le sourire traînant sur mes lèvres ne présageait rien de bon alors tous savaient que j’avais une façon bien à moi de m’amuser. De me divertir.

- Tu me sembles bien audacieuse, dis donc.

Ce qui n’était certainement pas pour me déplaire, quand bien même en venais-je à me demander si elle pensait réellement ce qu’elle venait de dire. Elle n’ignorait certainement pas le fait que j’étais particulièrement reconnu pour cette cruauté inhumaine dont je pouvais faire preuve, et ce, avec comme seule motivation celle de m’amuser.

J’étais un être que beaucoup qualifieraient de particulier. Et mon sourire n’en fut que plus grand alors que j’en venais à espérer qu’elle savait exactement ce de quoi elle parlait.

Je me laissai donc guidé pour aller je ne savais trop où, bien que je suspectais une chambre privé. Elle semblait décidé à ne pas me laisser filer et, surtout, elle semblait prête à relever le défi. La soirée en devenait donc d’autant plus intéressante.

Prenant place sur la chaise qui se trouvait au milieu de la salle (j’avais vu juste), mon regard glissa sur sa peau satinée. J’en étais presque déçu que son accoutrement n’en dévoile pas plus alors qu’il était évident qu’elle avait sut capter mon attention. Il lui fallait, certes, garder mon intérêt, mais pour le moment, elle avait au moins sa chance, ce qui n’était pas donné à tout le monde.

J’avais un léger faible pour ces femmes qui n’avaient pas froid aux yeux, qui allaient même jusqu’à oser me provoquer. Il était toujours plus amusant d’humilier et d’amener à mes pieds une femme forte et confiante.

Beaucoup plus excitant, même.

- Et il serait dommage qu’elle me bannisse de l’endroit, tu ne crois pas ?

Le ton avait été un peu moqueur alors qu’au final, je croyais déjà connaître la réponse, si je me fiais à comment me regardait-elle ou encore son empressement à m’attirer dans une salle loin de tous les regards, comme pour éviter qu’une autre employée vienne prendre sa place.

Je l’observai donc d’un regard gourmand, et ce, jusqu’à ce qu’elle se décide de venir se loger sur mes genoux, ce qui m’arracha à nouveau un sourire.

Décidément, elle en avait du culot.

J’en profitai donc pour poser une main sur sa cuisse dans un geste délicat qui en était presque surprenant, venant de moi. Je n’allais tout de même pas abîmer aussi tôt dans la soirée une créature aussi agréable à regarder. J’avais toute la nuit devant moi.

- Sauvage en plus ? Je crois bien avoir gagné le gros lot.

Et je ne parlais pas de sa poitrine.

Le rire qui avait suivit laissait entendre qu’effectivement, en ce moment même, je m’amusais, ce qui était une bonne chose. Pour elle, du moins. Il n’était jamais agréable pour personne lorsque j’en venais à m’ennuyer.

- J’imagine que je n’ai jamais porté assez attention, lors de mes visites au Circus Maximus. Mais maintenant que je sais qu’il y a des combattantes aussi exquises, je pense m’y attarder un peu plus souvent.

Essayant de me rappeler vaguement de qui pouvait-elle bien être, force fut de constater qu’a priori, je ne l’avais encore jamais vue.

Serait-elle donc une nouvelle combattante cherchant à gravir les échelons ? Après tout, la gloire était une chose qui attirait bien des combattants auprès du Circus Maximus, tous cherchant à être le plus fort, le meilleur. La star.

Les combats étaient toujours plus intéressants lorsque l’ego était en jeu.

- Tu t’imagines déjà au second rendez-vous ?

Cela en devenait encore plus intéressant alors qu’elle était certaine de réussir à me divertir pour que j’en redemande d’autres alors qu’une seule soirée n’en serait certainement assez. Il ne me restait plus qu’à voir s’il ne s’agissait pas que de fausses promesses.

- Alors, si tu te rapprochais un peu ? Nous devons encore faire connaissance.

Si elle, elle me connaissait, de mon côté, je ne connaissais rien de celle qui dansait avec une grâce féline sous mes yeux.

Et je ne perdais rien à en apprendre un peu plus sur cette fascinante créature, non ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 5 Oct 2016 - 23:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le faire bannir du club n'était pas à l'ordre du jour, c'est un fait ! Mais elle comptait bien voir ses limites, définir jusqu'à quel point elle pouvait le titiller et qu'il soit à deux doigts de craquer. Cependant, ce n'était pas dans le but de le faire renvoyer, elle voulait simplement connaître le point de non-retour pour que les choses ne dérapent pas. La douceur dont il faisait preuve était d'ailleurs surprenante et inattendue, elle s'attendait vraiment à tomber sur un homme dominateur, voire brutal ! Comme quoi, les hommes cachaient bien leur véritable nature....

Marishka sourit à son tour en l'entendant rire alors qu'il confirmait ne jamais l'avait vue au Circus Maximus, puis elle haussa les épaules comme si ce n'était pas bien grave. C'était d'ailleurs la vérité : elle débutait dans les arènes et il était normal qu'il n'ait pas spécialement entendu parler d'elle. Mais c'était son objectif de changer les choses en l'approchant : elle espérait bien qu'il lui donnerait un petit coup de pouce ! Son expression enjôleuse ne le quitta pas tandis qu'elle le scrutait avec intensité, laissant un sourire ourler ses lèvres pleines. Qu'elle se rapproche ? Peut-être. Ou peut-être pas.
Ondulant des hanches, la slave resta tout d'abord sur sa position :

« Faire connaissance, ou faire connaissance ? » Le haussement de sourcils indiquait clairement ce qu'elle pensait. « Pour ce genre de supplément, il faut voir au bon vouloir de la danseuse, j'imagine que vous le savez déjà, non ? »

Oh, elle avait bien compris qu'il ne parlait pas de ce genre de service, mais c'était une manière de le titiller un peu. Son sourire enjôleur le montrait bien d'ailleurs, mais séduire quelqu'un faisait partie de son travail : elle n'allait pas se contenter de danser sans jouer avec son « client » après tout.

La slave s'approcha finalement du jeune homme, contournant le fauteuil tout en caressant la cuisse, puis le bras et les épaules de Wildcard. Arrivée derrière lui, elle commença à lui masser doucement les épaules avant de descendre ses mains le long de son torse pour finalement appuyer sa poitrine contre sa nuque. Après quelques caresses bien placées – mais sans dépasser les limites cela dit – la russe termina son tour de fauteuil pour se retrouver de l'autre côté et enjamba l'accoudoir pour se placer à genoux, au-dessus de son client. Leurs corps ne se touchaient pas et elle y veillait alors qu'elle posa ses mains de part et d'autre de la tête du jeune homme pour se rapprocher de lui au point que leurs visages se frôlent presque.

« Tu as les mains douces pour un tueur et un terroriste. Dire que je t'imaginais brutal et sadique sur les bords... est-ce que tu as un côté Prince Charmant sous ce maquillage ? » Elle commença à onduler du corps, laissant ses hanches frôler le bassin de son client tout en continuant à parler. « Dis-moi, est-ce que tu aimes les animaux ? » Elle rigola légèrement. « Ils ont un instinct très spécial, tu as déjà contemplé un prédateur en pleine traque ? »

Une manière de voir ce qui l'intéressait en somme. Hormis ses formes qui semblaient lui plaire. Rigolant légèrement, la slave se recula un peu pour se redresser avant de se tenir campée sur ses jambes, puis elle lui tourna le dos, caressant sensuellement son corps. Ses mains s'arrêtèrent sur sa jarretière qu'elle décrocha d'un geste expérimenté, puis l'expédia à Wildcard par-dessus son épaule.

« Un petit cadeau souvenir ! »

Un nouveau rire lui échappa alors qu'elle se recula à nouveau, s'installant contre le jeune homme, son dos collé à son torse. Puis elle saisit sa main et la glissa jusqu'aux attachés situées à l'avant de son corsage, l'invitant à participer à sa danse. Son autre bras se releva, caressant le côté de la joue de son client – tout en veillant à ne pas abîmer son maquillage.

« Vois ça comme un cadeau à déballer. Tu aimes les cadeaux ? »

Attendant qu'il participe à son petit jeu, la demoiselle releva la tête pour le regarder de sa position. Elle ne semblait guère incommodée par la situation comme en témoignait son sourire enchanté, bénis soient ses capacités ! Finalement, qu'il ait ou non accepté de défaire les attaches, la slave tordit ses bras pour les poser sur les accoudoirs avant de pousser dessus pour soulever son corps et passer au-dessus de Wildcard à la manière d'un pont en veillant à ne pas le toucher. Dès qu'elle fut de l'autre côté, ses pieds touchèrent le sol derrière la chaise et elle se colla à nouveau à son dos, glissant ses bras sur le torse du jeune homme pour susurrer à son oreille :

« Et les femmes souples, tu en penses quoi ? »

Devinerait-il tout seul la surprise qu'elle lui réservait ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 6 Oct 2016 - 8:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je fronçai donc les sourcils, la tête légèrement inclinée sur le côté, dévisageant la demoiselle sur mes genoux, semblant lui poser quelques questions silencieuses.

Étais-ce ce qu’elle voulait ? Ce qu’elle attendait de moi ? Que je pose mes mains sur son corps sans aucune douceur ? Peut-être bien souhaitait-elle qu’une de mes mains se referment sur son cou gracile et que je la force à courber l’échine devant moi et qu’elle soit contrainte à se mettre à genoux ? Après tout, il n’était pas rare, ces femmes qui aspiraient à la domination. L’humiliation.

La demoiselle qui s’approchait et s’éloignait, jouant encore et encore à ce petit jeu du chat et de la souris, souhaitait-elle être ce chat qui, même s’il chassait continuellement la souris, n’espérait que retomber une fois de plus dans l’un des pièges tendu par cette dernière.

J’eus donc un léger sourire qui n’annonçait rien de particulièrement agréable alors qu’elle poursuivait son petit jeu, comme si elle craignait que j’en vienne à me défiler.

Mes mains posées sur l’attache de son sous-vêtement, je ne cherchai même pas à le détacher, ayant d’autres idées en tête. Je ne fis donc que la regarder et profiter du spectacle qu’elle m’offrait, bien surpris de la voir passer par-dessus moi d’une souplesse et d’une agilité qui étaient particulièrement surprenantes.

- Il est toujours plus agréable lorsqu’il est possible de profiter de la variété que peut offrir une femme.

Autrement dit, j’avais bien un léger faible pour les femmes souples alors que bien des positions devenaient possible lorsqu’elles ne se voyaient pas arrêter par quelques contraintes physiques. Et puis, elles n’appréciaient jamais réellement lorsque j’en venais à leur briser une hanche dans l’espoir d’essayer une position bien particulière.

Ses mains traînant toujours sur mon torse, j’enserrai ses poignets de mes mains, l’empêchant de bouger. Levant donc les bras, j’en profitai pour pivoter sur moi-même, lui faisant désormais face, une chaise entre nous deux alors que je lui tenais toujours les poignets.

Un sourire carnassier apparu sur mes lèvres alors que d’un coup de pied, je fis valser la chaise un peu plus loin. Un éclat de folie vint illuminé mon regard, quelques secondes avant que j’en vienne à repousser celle dont les mouvements étaient entravés par ma personne, la plaquant douloureusement contre le mur le plus proche de nous deux.

Doucement, j’approchai mon visage du sien, son souffle venant caresser ma peau.

- Si tu voulais quelques chose de plus brutal, tu n’avais qu’à demander.

Relâchant ses poignets, mes mains glissèrent sur son déshabillé pour que finalement mes doigts viennent s’enlacer dans l’attache de ce dernier. Il ne fallut pas plus qu’un instant pour qu’un craquement sonore se fasse entendre alors que je venais d’arracher la tenue qu’elle arborait.

Sans attendre d’invitation de sa part, mes mains glissèrent sur son corps alors que l’une d’elle s’empara brusquement, voir même presque douloureusement, de l’un de ses seins.

- J’ai toutefois promis à votre charmante patronne que je ne vous abîmerais pas trop. J’ai donc tenté d’être gentil, quand bien même ton corps n’en serait que plus excitant avec quelques cicatrices pour recouvrir ta peau.

J’avais ce sourire mauvais au lèvre et cette étincelle de cruauté qui brûlait au fond de mon regard, alors que ma langue passa sur ma lèvre inférieure.

Son commentaire était devenu un reproche à mes oreilles alors que la douceur était bien quelque chose de surprenant, venant de ma part. Et si ce n’était pas ce qu’elle recherchait, et bien, ce n’était plus mon problème. Elle était venue chercher d’elle-même le grand Wildcard.

- Alors, et si on faisait connaissance ?

Un léger rire s’échappa de mes lèvres alors que je la tenais toujours fermement contre le mur, mes mains s’aventurant sur sa peau que j’avais révélé de force.

- L’idée ne semblait pas te déplaire pourtant.

Parce qu’elle avait jeté son dévolu sur moi tout en sachant pourtant très bien qui j’étais et ce dont j’étais capable.

Elle avait voulu jouer avec le feu en faisant la maline avec un criminel qui n’était pas connu pour être doter d’un quelconque sens moral et qui avait gagné en popularité en enlevant et torturant ses victimes : les tuer était bien trop ennuyant !

- L’animal en pleine traque a quelque chose d’intéressant.

Elle ne devait sûrement pas ignorer la présence du loup garou au sein du Gang des Fables, ce gros toutou toujours fidèle à son poste et bras droit de Wildcard.

Sans compter qu’elle ne devait pas ignorer le plaisir que je prenais à me lancer dans une chasse à l’homme, laissant la bête qui sommeillait en moi me submerger alors que sentir la terreur de ma future victime avait quelque chose d’enivrant.

- Et il est encore plus amusant lorsque la supposée proie se retrouve en fait à être le prédateur.

Encore trop de personnes semblaient me sous-estimer, s’imaginant que je ne pouvais pas commettre certains actes, que ce soit une question de morale ou simplement parce qu’il n’y avait rien de logique que j’agisse d’une certaine façon.

Ils se retrouvaient tous désagréablement surpris lorsqu’ils réalisaient que je n’obéissais à aucune règle, sinon les miennes.

Que le mot limite ne faisait pas parti de mon vocabulaire et que la peur m’était inconnue.

- Tu parles, tu parles, tu provoques... Mais au final, autre ces seins rebondis et cette peau immaculée, qu’as-tu d’autres en réserve ?

J’approchai mes lèvres des siennes alors qu’elle pouvait presque sentir mes lèvres s’étirées en un sourire carnassier presque gourmand.

- Surprend-moi que je chuchotai contre ses lèvres.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 6 Oct 2016 - 15:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Durant sa vie passée, Marishka avait eu à supporter les humeurs et les élans de possessivité des hommes. Olivia Crowley était une patronne beaucoup plus agréable et conciliante que tous les patrons qu'elle avait pu avoir auparavant, Vladimir comprit. Même si elle avait apprécié l'homme, la russe ne perdait pas de vue qu'il l'avait « formée » juste pour compenser la perte financière induite par la mort de Youri – dont elle était responsable. Autant dire qu'il en fallait beaucoup pour l'effrayer ! Aussi, lorsque Wildcard lui attrapa les poignets pour l'immobiliser, la jeune femme resta calme et attendit de voir la suite. Elle ne se débattit guère lorsqu'il la plaqua contre le mur, même si ça n'avait rien d'agréable. La brutalité ne l'effrayait pas, elle savait qu'elle pourrait s'en tirer d'une pirouette en se transformant sans qu'il ne puisse l'en empêcher après quoi elle aurait simplement à s'enfuir par la porte pour aller se réfugier loin de lui si la situation dérapait. Mais elle osait espérer qu'ils n'en arriveraient pas là.

Un sourire enthousiaste ourla ses lèvres tandis qu'il reprenait la parole pour aborder le sujet de sa brutalité et elle se laissa docilement faire tandis qu'il ruinait l'une de ses plus belles tenues. Elle l'aimait beaucoup, mais s'il n'y avait que ça pour le satisfaire, ma foi.... La slave ne retint pas le gémissement douloureux qui lui échappa lorsqu'il commença à se montrer plus tactile, persuadé qu'il apprécierait de voir que sa brutalité portait ses fruits. Toutefois, ses prunelles ne se teintèrent pas d'inquiétude, mais plutôt d'une forme de curiosité. Elle avait réellement envie de voir de quoi il était capable.

Un bref sourire ourla ses lèvres au moment où il parlait des quelques cicatrices qui rendraient apparemment son corps bien plus appétissant.

« Oh, mais j'en ai déjà. »

Pas très visibles et volontaires en vérité. Comme le symbole qui ornait son épaule droite. Souvenir de Dmitri qui lui avait montré à quel point les produits chimiques pouvaient être dangereux pour elle et qu'elle n'avait fait enlever. Certains trouvaient ça esthétique, d'autres non, mais peu lui importait. Pour le moment, Marishka était hypnotisée par l'étincelle de cruauté qui brûlait dans les prunelles de Wildcard. Oh oui, il était fou, totalement fou même ! Mais ce n'était pas une mauvaise chose, il suffisait de s'y adapter. Elle avait toujours apprécié les caractères originaux et ce n'était pas près e changer, de plus son instinct animal ne pouvait s'empêcher d'être intrigué par cette aura de mort qui émanait de sa personne.

La brune le laissa jouer avec ses mains baladeuses, trop occupée par son regard pétillant de folie alors qu'il lui demandait clairement une belle surprise. Soit. Serait-elle à la hauteur de ses espérances ? Peut-être, ou peut-être pas, elle ne le saurait qu'en voyant son expression au moment où elle se changerait. Un énième sourire ourla ses lèvres pleines tandis qu'elle haussait les épaules.

« Plein d'autres choses, mais je ne sais pas si tu les verras toutes ce soir. »

Alors qu'elle terminait de parler, Wildcard dût sentir un changement sous ses doigts. La peau douce commença à piquer légèrement alors que les traits du visage de la danseuse se transformèrent complètement. En deux temps trois mouvements, la silhouette féminine avait cédé le pas au corps d'un félin imposant. Sous sa forme de tigresse, Marishka était bien plus lourde que le commun des mortels et elle aurait pu renverser le jeune homme si elle l'avait souhaité, ou du moins le pensait-elle. Acculée entre le mur et lui, la tigresse recula brutalement pour s'éloigner en quelques pas souples et silencieux. Sautant sur le siège renversé par terre, elle émit une sorte de ronronnement sonore avant de se pourlécher les babines. Son regard brillait d'une animalité commune à tous les prédateurs et lorsqu'elle descendit de son perchoir pour tourner autour du criminel, sa démarche était comparable à celle d'un animal en pleine traque. Elle ne l'attaqua pas cela dit, son but n'était pas de le blesser, au contraire.

Après quelques allées et venues dans la pièce, la slave se rapprocha de lui, le poussant contre le mur avant de se redresser sur ses pattes arrières pour poser les autres contre le mur, puis retrouva son apparence humaine. Se collant contre lui à l'instar d'un chat à la recherche d'une caresse, la brune esquissa un sourire. Son visage était très proche de celui de Wildcard lorsqu'elle reprit la parole.

« Tu aimes bien les chats ? Les gros chats. Je me demande si tu pourrais me repousser si je décidais de croquer un morceau du plus grand criminel de Star City. » Un peu de flatterie ne faisait jamais de mal. « Mais de toi à moi, je préférerais t'avoir en bouche d'une autre manière. » Elle rigola légèrement avant de se reculer. « Sauf que nous n'en sommes pas encore là. Mais c'est malheureux, maintenant que tu m'as arraché ma tenue, je ne peux plus enlever grand-chose pour te faire plaisir. » Elle soupira de manière théâtrale. « Mais on pourra toujours compenser ça par une chasse en tête-à-tête un de ces soirs. » Une moue orna son visage. « Tu me dis bien ça, tu as déchiré ma tenue préférée. »

Et elle restait une femme qui aimait ses vêtements, même si elle les perdait souvent.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 6 Oct 2016 - 19:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Quand bien même n’étais-je pas doux avec elle, je fis un effort pour ne pas la blesser. Il serait quand bien même dommage qu’elle ne vienne à porter plainte à sa patronne et que cette dernière décide de me refuser l’accès de l’endroit.

Ne serais-ce que parce que s’il s’agissait de ma première visite du Pandémonium, je devais bien admettre que, pour le moment, je n’étais pas déçu.

Ainsi coincée entre le mur et moi, j’en vins à me demander ce qu’elle pouvait bien m’offrir, comme surprise. Serait-elle assez folle pour s’en prendre directement à moi et ainsi se défaire de l’emprise que j’avais actuellement sur son corps ? Ou alors se tortillerait-elle en espérant que je m’éloigne légèrement pour qu’elle puisse s’enfuir ?

La suite, cependant, m’arracha une expression étonnée suivit d’un léger froncement de sourcils.

Sous mes doigts, sa peau laissa place à ce qui me semblait être de la fourrure pour qu’au final, sous mes mains, ne soit plus le corps féminin de la demoiselle mais celui d’un large tigre, qui s’échappa sans que je ne m’oppose d’une quelconque façon.

Après tout, j’étais fou, certes. Je n’étais toutefois pas suicidaire. Et si m’opposer à mon gros toutou n’était pas un problème, j’ignorais quel degré de conscience gardait-elle sous cette forme.

Car il était évident que ce tigre qui déambulait dans la pièce était bien la jolie danseuse qu’il avait tenu contre lui quelques instants plus tôt. Or, étais-ce toujours elle, sous ce regard félin, ou l’esprit de la bête qui avait dominé celui de l’humain ?

Je n’eus d’autres choix que de me reculer jusqu’au mur, me retrouvant pris aux pièges entre deux larges pattes animales. Si j’aurais pu craindre pour ma vie, je ne le fis pas. J’avais toujours ma chance arrogante de mon côté et ce n’était certainement pas un animal qui aurait raison de moi. Quelle mort pathétique cela serait-il.

Je lui adressai donc un sourire amusé et un regard curieux alors que, pour une surprise, cela en était toute qu’une !

Les pattes aux côtés de ma tête se changèrent en bras alors qu’elle reprenait forme humaine pour venir se coller contre moi, ce qui m’arracha un léger rire. Malgré la transformation, elle ne semblait pas perdre ses habitudes digne d’un félin, ce qui, ma foi, pouvait être particulièrement intéressant. Je côtoyais déjà au quotidien un gros chien, mais un chat... C’était une expérience à essayer, alors qu’elle ronronnait presque contre moi.

- Toujours aussi convaincue que ce soir n’est pas la dernière fois que nous nous voyions ?

Elle avait sut capter mon intérêt et avait désormais toute mon attention.

Peu de femmes pouvaient prétendre avoir réussies de telles choses. Car si j’avais l’intérêt vif, et ce, pour bien des choses, j’avais cette tendance à me lasser terriblement rapidement, lorsque les choses devenaient trop ennuyantes à mon goût.

- J’aime bien cette arrogance. Comme si tu étais certaine d’être à la hauteur avant même que je ne pose les yeux sur toi.

Je m’étais approché à nouveau de celle qui s’était éloigné. Si j’appréciais la vision qu’offrait son corps désormais nu sous mes yeux, je restais un homme particulièrement tactile.

- Comme si tu attendais ma venue depuis un moment déjà.

Je glissai une main sur sa joue pour finalement passer sur sa nuque et entremêler mes doigts de ses cheveux, tirant sa tête vers l’arrière pour dévoiler sa nuque.

Un sourire s’étira sur mes lèvres à l’idée qu’il aurait presque pu être plaisant d’être une vampire, avec une si jolie gorge à la disposition de dents acérés. Or, je n’étais qu’un banal humain, ce qui ne m’empêcha toutefois pas de venir mordre cette tendre peau, cherchant à la marquer.

Il ne s’agissait pas là de marquer mon territoire mais plus d’un avide besoin de souiller cette si jolie peau.

- Il y a bien des manières de me faire plaisir, tu sais.. Sans compter qu’il commence à faire chaud.

Ce n’était pas tant un allusion aux effets qu’elle pouvait avoir sur moi mais bien aussi de l’épaisseur de vêtements que je portais encore. Car si j’avais accepté de me plier aux standards de l’endroit, je me devais d’admettre qu’en ce moment-même, ce n’était pas tant l’idéale.

- Et puis, ne t’en fais pas, concernant ta tenue. Je t’en offrirais d’autres.

Mes ongles glissèrent sur son dos alors que je m’efforçai de ne pas les enfoncer dans sa peau. Il y avait dans la vision du sang sur un corps aussi magnifique un érotisme malsain qui ne plaisait toutefois pas à tous.

- Je pourrais même t’offrir la lune, si tu t’en montres digne. Tu n’auras qu’à demander.

La promesse de l’infini et même plus encore.

Or, ce n’était pas tout à fait faux. Avec mon influence, ma popularité et l’argent qui sommeillait ici et là, je pourrais presque lui offrir le monde.

Pour peu qu’elle arrive à garder mes yeux rivés sur elle.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 6 Oct 2016 - 23:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Sûre et certaine. »

Elle savait se rendre collante lorsqu'elle le voulait et Wildcard le découvrirait rapidement ! Il avait quelque chose qu'elle voulait et ne comptait donc pas le lâcher de sitôt. Il était vrai que c'était de l'arrogance, mais la trentenaire s'en fichait, elle avait un caractère tenace et avait appris qu'il ne fallait pas baisser les bras si vous vouliez avoir une chance même infime d'obtenir ce qui vous intéressait. Qui plus est, le jeune homme semblait plutôt réceptif à ses avances et n'avait pas l'air de se plaindre de ce qu'il voyait, pour quelle raison douterait-elle d'elle à ce moment-là ?

Provisoirement docile, la jeune femme le laissa approcher pour glisser sa main sur sa joue avant de lui tirer la tête en arrière comme s'il comptait lui mordre la gorge. Ce qu'il fit d'ailleurs, Marishka sentit ses dents s'enfoncer dans sa peau et lâcha un léger gémissement douloureux volontairement exagéré. Ce n'était pas spécialement agréable, mais elle avait subi bien pire et pourrait le faire sans problème si elle avait quelque chose à gagner en retour ! Un léger rire lui échappa lorsqu'il laissa entendre qu'il faisait chaud : la slave espérait bien que c'était grâce à elle qu'il sentait la température monter entre eux ! Ses prunelles se reposèrent sur le visage maquillé de Wildcard alors qu'un sourire enchanté ourlait ses lèvres. Elle glissa ses doigts jusqu'à l'endroit où il l'avait mordue et sentit de légères irrégularités sous ses doigts.

« Quel appétit ! »

Oh, la perspective d'avoir de nouvelles tenues lui plaisait assez et flattait son ego, cela dit elle ne pensait pas à cela en priorité. Avoir le soutien d'un homme aussi puissant que Wildcard serait une chance unique... et peut-être même que Damnation lui serait redevable si elle le fidélisait ? Une perspective qui l'enthousiasmait beaucoup, mais elle devait encore se montrer à la hauteur et ne pas être trop sûre d'elle ! Toujours est-il que son « client » se montrait très tactile et que cela l'encouragea à poursuivre dans cette voie. Elle rigola doucement lorsqu'il parla de la lune.

« Oh, la lune... je ne suis pas un loup-garou moi, je préfère que tu me décroches la célébrité. C'est moi poétique, mais bien plus pratique. »

Au moins les choses seraient claires entre eux ! Marishka s'éloigna de quelques pas pour remettre la chaise d'aplomb avant de se retourner vers Wildcard pour l'approcher et saisir les pans de son haut pour afin de l'entraîner vers l'assise. Une nouvelle fois, elle le poussa dessus avant d'approcher ses doigts de son col.

« Je m'en voudrais que tu fasses un coup de chaleur à cause de moi. Enfin, est-ce que c'est de ma faute ? Peut-être que tu fais monter la température tout seul ? »

Elle esquissa un énième sourire avant de commencer à déboutonner la chemise qu'il portait, puis elle s'immobilisa comme si elle réfléchissait à quelque chose. Son ris se mua en quelque chose de plus sournois alors qu'elle se redressait, toujours nue comme un vers.

« En fait, ce serait un peu trop banal d'agir comme ça, non ? »

Elle s'éloigna vers la porte, l'ouvrit puis fit signe à quelqu'un à l'extérieur avant de lâcher quelques mots à l'attention d'un videur, puis la referma, se collant contre. Son regard scruta celui de Wildcard et elle dansa quelques instants avant que deux coups ne soient frappés contre la porte et qu'elle l'ouvre à nouveau pour récupérer quelque chose. Glissant l'objet derrière son dos pour le dissimuler, la trentenaire se rapprocha de Wildcard et lui montra finalement son petit cadeau : un couteau à lame effilée.

« Ce sera mieux que des dents ou des ongles, tu ne crois pas ? » Elle rigola légèrement avant de s'approcher de lui pour s'installer à califourchon sur ses genoux. « Tu aimes avoir mal, ou juste faire mal ? »

La lame se glissa jusqu'au cou de Wildcard et elle appuya légèrement dessus avant de pousser plus fort. La peau s'entailla un peu, mais sans qu'il n'ait vraiment mal, cela dit allait-il apprécier ? La slave approcha son visage de la « blessure » avant de la lécher avec sensualité, puis recula sa tête pour la placer à côté de celle de son client.

« Tu sens quelque chose ? » Normalement, un léger picottement devait être perceptible. « Ma salive cicatrise les plaies comme ça. Tu pourras t'amuser un peu avec, je cicatriserai ça pour qu'il n'y ait aucune trace... mais tu devras essuyer le sang. Avec ta langue. » Elle haussa légèrement les sourcils. « Sauf si tu n'aimes pas le goût ? »

Ce n'était pas si improbable après tout ! Mais sans attendre de réponse, la russe posa le lame sur l'accoudoir avant de le débarrasser de sa veste pour récupérer l'arme et faire sauter le premier bouton de la chemise. Son expression n'était plus seulement amusée, mais sincèrement enthousiaste pour ne pas dire excitée. Après l'avoir débarrassé de quelques boutons, elle retourna finalement l'arme blanche pour lui tendre la poignée d'un regard interrogateur.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 12 Oct 2016 - 19:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un peu plus et je me serais attendu de sa part à ce qu’elle arrache ma chemise, comme je l’avais fait avec son déshabillé un peu plus tôt. Peut-être toutefois éprouvait-elle une certaine gêne quant à ne pas abîmer la tenue de ses invités ?

J’haussai donc seulement un sourcil lorsqu’elle se dirigea vers la porte, en venant presque à croire qu’elle m’abandonnait ainsi, au milieu de cette salle, toujours parfaitement habillé.

Cependant, aucune parole ne franchit mes lèvres, me demandant finalement quelle surprise pouvait-elle bien me réserver, encore. J’en profitai donc simplement pour glisser mon regard sur son corps nu, me retenant de la saisir à la gorge pour la plaquer une nouvelle fois contre le mur et la prendre alors qu’elle essaierait de reprendre son souffle.

J’ignorais jusqu’où pouvait-elle aller et je ne souhaitais pas me voir sortir d’ici de force par la belle blonde qui gérait l’endroit.

Elle revint donc avec une lame, ce qui m’arracha un sourire.

Elle savait écouter ses clients et semblait pouvoir leur offrir tout ce qu’ils pouvaient bien avoir envie, dont cette lame qui pourrait sans doute s’enfoncer dans sa peau pour y laisser des sillons écarlates.

Mon sourire devenait de plus en plus mauvais, de plus en plus sadique, alors qu’elle prenait place sur mes genoux et qu’elle agitait la lame sous mes yeux, une invitation silencieuse alors qu’il me tardait de la prendre entre mes doigts et l’apposer sur le corps de la danseuse.

Je fronçai toutefois les sourcils alors qu’elle appuyait l’arme contre ma propre peau et n’eut pas réellement le temps de réagir qu’elle alla lécher la plaie, tel un animal.

Désormais alléger du poids de ma veste, je lui pris l’arme qu’elle me présentait alors qu’elle venait de faire sauter quelques boutons de ma chemise. Au final, semblerait-il qu’elle n’en avait que faire de mes vêtements. Après tout, je venais de lui offrir la lune, je devais certainement pouvoir m’offrir quelques pans de tissus.

- Ce jouet ne devrait pas se trouver entre les mains de n’importe qui.

J’étais étrangement patient avec elle. Peut-être étais-ce sa silhouette agréable. Son regard captivant. Ou encore l’audace dont elle faisait preuve que j’appréciais tout particulièrement.

Je glissai une main à l’endroit vierge de toute cicatrice où elle avait appliqué la lame.

- Pour reprendre tes propos, je n’aime pas avoir mal.

Ou plutôt, j’avais horreur d’être dominé. J’étais celui qui menait la danse, qui blessait mes partenaires, qui dominait, au final. Et il était tout simplement hors de question que quiconque puisse avoir l’idée saugrenue de me dominer, moi.

Je glissai cependant la lame sur son épaule, l’enfonçant pour y faire une blessure, que je descendis jusqu’à sa clavicule.

- Personne ne t’a jamais dit que le rouge te sied bien ?

Je posai ensuite mes lèvres contre sa peau, ma langue venait récupérer le filet de sang qui s’échappait de la blessure que je venais de lui infliger, un sourire mauvais, presque sadique, sur les lèvres.

Ma salive n’avait peut-être pas les mêmes propriétés que la sienne, or, cela ne m’empêchait pas de profiter de ce qu’elle m’offrait.

- Ne sois donc pas étonné si, au pas de ta porte, se trouve quelques déshabillés de cette couleur.

J’inclinai doucement la tête sur le côté.

- Je suis tenté de dire que cela fait ressortir tes yeux, mais ce serait terriblement cliché. J’en vomirais presque.

Ma main se posa sur sa blessure à l’épaule droite, y faisant glisser un doigt contre la fine ligne.

Ce fut cependant animé d’un désir malsain de voir la douleur déformer ses traits que je fis passer la lame contre sa hanche, appuyant un peu plus que précédemment, l’enfonçant donc un peu plus profondément, laissant le sang s’en échapper et venir souiller jusqu’à mes pantalons.

Il ne s’agissait rien de mortel ni même de dangereux pour sa personne.

Si j’aimais m’amuser de mes victimes, leur tourner autour tel un prédateur, leur adresser des sourires amusés et me divertir de leur présence, je n’en restais pas moins ce criminel fou avide de souffrance qui s’enthousiasmait à la vue du sang.

Déposant l’arme sur l’accoudoir, je déposai ma main contre la blessure infligée à sa hanche, le pourpre glissant sur ma peau pâle alors que je remontais doucement ma main le long de ses côtes, une trace de mon méfait suivant mon geste étonnamment doux, surtout après ce que je venais de lui faire, pauvre petite victime.

- Une couleur qui te va décidément à ravir.

Je portai ma main à mes lèvres, passant ma langue sur mes doigts, goûtant du sang de cette enivrante créature.

L’éclat de folie au fond de mes prunelles semblait plus lumineux.

- Et toi, tu aimes avoir mal ?

C’est une main encore parfaitement blanche qui glissa sous sa crinière pour venir se poser sur sa nuque.

Du sang toujours sur mes lèvres, le goût métallique toujours bien présent, je l’approchai de moi pour l’embrasser presque agressivement, ma langue forçant ses lèvres pour finalement rencontrer sa jumelle, lui faisant goûte de son propre sang, ce qui ne devait sûrement pas être rare, compte tenu de ses capacités.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 13 Oct 2016 - 21:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Marishka ne chercha pas à récupérer l'arme lorsqu'il la saisit et elle l'observa avec attention. Son comportement, son regard, tout était passé en revue pour essayer de savoir ce qui l'enthousiasmait particulièrement ou ce qui le laissait indifférent. Son objectif était d'entrer dans ses bonnes faveurs et pour y arriver, elle devait savoir comment réussir à lui faire plaisir. Glaner des informations était donc une question de logique.

Elle commença par le laisser glisser sa lame sur son épaule et l'y enfoncer, provoquant une douleur qui dessina une grimace sur son minois. Ses yeux se posèrent brièvement sur la blessure qu'il était en train de dessiner sur son corps, laissant un léger gémissement de douleur lui échapper. Oh, c'était pourtant supportable et elle avait subi bien plus douloureux lorsque Dmitri ou Youri la dirigeaient, mais cet homme-là semblait être du genre dominateur, il devait donc aimer qu'une femme souffre de ce qu'il lui infligeait ! Ses yeux s'humidifièrent légèrement, mais elle ne poussa pas le vice jusqu'à verser une larme, préférant serrer les lèvres comme si elle souffrait avant de le regarder droit dans les yeux.

« Vraiment ? »

Oh, elle savait que le rouge lui allait bien, c'était même sa couleur fétiche ! Mais elle préférait laisser penser qu'il était le premier à avoir une telle réflexion. Les hommes aimaient souvent être les premiers à dire ou faire quelque chose et elle espérait sincèrement que Wildcard ne faisait pas exception. Un bref sourire ourla finalement ses lèvres, rapidement remplacé par une expression faussement douloureuse.

« Rien n'est cliché lorsque ça sort de ta bouche... tu glisses quelque chose de malsain dans tout ce que tu dis. J'hésite entre trouver ça terriblement effrayant ou attirant. »

Certainement les deux. C'était connu que les femmes aimaient les hommes rebelles et dangereux et Marishka n'y faisait pas exception, même si c'était davantage ses pouvoirs et sa célébrité qui l'intéressait. Son caractère aussi, mais le côté « criminel » passait largement après. Toujours est-il qu'elle avait retenu qu'il songeait à lui acheter un nouvel ensemble, perspective qui lui plaisait beaucoup. Même sans être superficielle, la russe aimait être le centre de l'attention et recevoir des présents de tous les types – même de la pâtée pour chat tant qu'à faire !

Avant qu'elle ne puisse continuer son numéro, Wildcard appliqua sa main sur sa blessure avant d'utiliser la lame sur la hanche de la slave qui grimaça de douleur en serrant les dents lorsque le métal entailla sa chair. Elle aurait besoin d'un peu plus de salive pour la faire disparaître, mais ce serait un jeu d'enfant. Même sans être masochiste, Marishka se sentait enthousiaste à l'idée de lui offrir ce qu'il espérait et aimait alors qu'une autre s'y serait refusé ! Ses prunelles brillaient d'un mélange d'excitation et douleur, même si elle restait toujours très supportable. Au lieu de s'éloigner de lui, elle le laissa donc se rapprocher pour un baiser assez brutal qu'elle ne repoussa pas, bien au contraire. Ses mains se glissèrent sur sa chemise à moitié défaite et elle prolongea le baiser avant de reculer son visage pour pouvoir lui répondre.

« Avoir mal... non, je n'aime pas spécialement. Mais quand c'est toi, c'est un peu différent. » Elle pressa à nouveau son corps contre lui avant de glisser sa main jusqu'à celle de Wildcard qui ne tenait pas la lame. « Ça me fait mal et mon corps n'apprécie pas, mais en même temps, ça me fait très chaud dans une certaine zone. » Sans brutalité, elle tira sa main vers son bras-ventre pour le pousser à l'effleurer. « Je ne sais pas si c'est ce que tu me fais ou simplement la pensée d'être aussi près d'une célébrité qui me rend toute chose, mais j'ai presque du mal à me contrôler. »

Elle lâcha un profond soupir avant de se redresser sur son séant pour attraper les derniers boutons de la chemise et les faire sauter en les arrachant. Sans chercher à se montrer délicate, la slave fit glisser l'un des pans sur le côté pour commencer à l'en débarrasser, mais sans lame pour tailler dedans, elle était contraire de compter sur sa coopération ou l'arracher purement et simplement. Rentrerait-il à moitié nu chez lui ? Un sourire amusé ourla ses lèvres tandis qu'elle s'interrompait avec une lueur intriguée, mais enthousiaste, dans le regard.

« Tu aimes faire mal, je le vois dans ton regard... mais est-ce que c'est seulement la torture qui te fait plaisir, ou la traque aussi. Tu veux que je fasse semblant d'avoir peur, de souffrir horriblement ? Bien que ça ne sera pas forcément compliqué tu me diras. » Se penchant en avant, elle colla sa poitrine contre son torse désormais dénudé. « Ne te retiens pas pour moi, je peux être ton fantasme le plus complet si tu le souhaites vraiment.... »

Elle espérait bien qu'elle deviendrait exceptionnelle à ses yeux !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 18 Oct 2016 - 3:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il y avait quelque chose d’enivrant chez cette femme, qu’il s’agisse du rougeoyant contrastant sur sa peau mate ou tout simplement son regard qui semblait exprimer l’excitation qu’elle ressentait à l’idée d’être en ma présence. Il était évident que ce qu’elle appréciait le plus chez moi était cette popularité que j’avais sut obtenir au fil des années. Cependant, cette popularité n’était due qu’à moi-même et mes idées rocambolesques qui baignaient mes scènes dans le sang et l’horreur.

J’en prenais donc tout le mérite.

Et puis, si j’avais cherché à être si populaire, c’était tant pour venir flatter mon ego démesuré que pour profiter des bonnes choses qui venaient avec le fait d’être aussi reconnu. Car si j’avais bon nombre d’ennemis, je n’étais pas inconscient du fait d’avoir un petit fan club.

Et il était évident que cette douce créature en faisait parti, à mon plus grand plaisir, alors qu’elle se trouvait sur mes genoux.

Mettant fin au baiser endiablé quoique particulièrement brutal que je venais de lui imposer, je relâchai sa nuque alors qu’elle se redressait, mon regard lorgnant sur sa poitrine qu’il me tardait de reprendre dans mes mains alors que la forme était plus qu’appétissante. Je lui laissai cependant la chance de faire sauter les derniers boutons de ma chemise, me redressant légèrement pour lui permettre de la jeter un peu plus loin sur le sol.

Ce n’était pas comme si j’allais avoir besoin de ces morceaux de tissus pour le reste de la soirée alors que cette dernière était encore si jeune et semblait promettre mille et un plaisirs.

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 22 Oct 2016 - 20:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 27 Oct 2016 - 22:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 2 Nov 2016 - 17:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 2 Nov 2016 - 20:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 2 Nov 2016 - 21:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 3 Nov 2016 - 1:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur


J’avais décidé de faire de cette douce et agréable créature la mienne, alors qu’hors de tout doute, elle avait sut me divertir et chasser l’ennui de la soirée. Car je ne m’étais décidément pas attendu à une telle performance de sa part alors que j’étais arrivé au Pandémonium avec comme seule idée d’inspecter le club de la délicieuse Damnation.

- Tu es magnifique.

Or, alors que l’évidence souhaitait que je parle d’elle, mon cerveau tordu parlait plutôt du tableau qu’elle m’offrait, où le sang s’était mêlé au plaisir. Je n’y avais cependant pas été trop violemment, du moins, le croyais-je alors qu’il n’y avait rien eut de dangereux pour sa personne dans notre échange.

La blessure à sa hanche se trouvait sûrement à être la pire, cependant, j’y étais pour beaucoup alors que je m’étais attardé plus d’une fois là, sans aucune délicatesse.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 3 Nov 2016 - 14:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Un sourire ourla ses lèvres.

« C'est moi que tu trouves magnifique, ou ce que tu as fait ? Mais j'apprécie le compliment. » Elle releva légèrement sa gorge, le scrutant de ses prunelles sombres. « Le rouge me va toujours bien ? »

Mordillant légèrement sa lèvre inférieure, la slave se redressa pour de bon sur ses genoux avant d'agiter doucement ses mains toujours coincées derrière son dos comme pour se rappeler au bon souvenir de son client du jour – ou plutôt du soir.

« Tu m'aides ? »

S'il la laissait se débrouiller, ce ne serait pas un problème, elle avait déjà été dans une situation bien pire, mais ce serait une manière de voir si maintenant leur relation pourrait devenir plus régulière ou si elle resterait une danseuse parmi les autres. Dès que ses mains furent libérées, la trentenaire se remit sur ses pieds avant de baisser les yeux vers sa peau et les sillons qui la décoraient désormais. Elle pourrait tous les faire disparaître avec sa salive, sauf le dessin qui lui avait arraché un cri de douleur, mais cela leur permettrait d'avoir une sorte de lien s'il décidait de la revoir. Car tout dépendrait de lui, Marishka quant à elle comptait bien le rencontrer à nouveau si la possibilité lui en était donnée.

Elle se rapprocha doucement de lui, le contournant avant de passer sa main sur son épaule puis son dos alors qu'elle lui tournait autour comme un chat auprès de son humain favoris.

« Dis-moi, est-ce que j'ai été à la hauteur de tes attentes ? Est-ce que ça veut dire qu'on se reverra à l'avenir ? Ici, au Circus ou ailleurs, tu as compris que j'étais prête à tout pour toi. » Ce qui n'était pas un mensonge d'ailleurs. « J'ai beaucoup aimé en apprendre plus à ton sujet, la rumeur qui circule sur toi est bien loin de la vérité. Tu es encore plus passionnant vu de près. »

Et ses prunelles pétillantes montraient clairement qu'elle croyait ce qu'elle disait. Un léger soupir lui échappa alors qu'elle penchait la tête sur le côté, laissant ses cheveux se tacher du sang qui maculait son corps par endroit. Les divers changements de position avaient dessiné des formes assez étranges qui lui donnaient presque l'impression d'être un test de Rorschach vivant.

« Je suis désolée de ne pas pouvoir garder tous ces jolis dessins, mais Damnation risquerait de ne pas apprécier et je n'ai aucune envie que tes visites soient limitées par ma faute. »

Une manière de s'excuser de devoir faire disparaître tout ce qu'elle avait actuellement sur le corps. Mais il ne restait qu'à voir s'il comptait la revoir ou si cette discussion était la première et la dernière. Sous ses airs détendus, la demoiselle était presque anxieuse, mais elle le cachait à merveille.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 16 Nov 2016 - 5:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Toujours sur mes genoux, mon regard s’était posé sur l’oeuvre d’art qui se tenait sous mes yeux, à savoir le corps de cette magnifique créature dont je n’avais même pas fait l’effort de me souvenir de son prénom, si jamais elle m’en avait fait part. Ce que je regrettais désormais alors que rares furent les femmes qui eurent cet effet sur moi.

Elle me plaisait, cela ne faisait aucun doute et j’allais bien évidemment tenter de la revoir, qu’elle le veuille ou non. Quoique qu’elle me rendait la tâche plus aisée compte tenu que jamais, au cours de cette soirée, semblait-elle avoir été réticente vis-à-vis quoique ce soit. Ce qui laissait sous entendre que soit avait-elle apprécier le traitement que je lui avais fait subir, ou s’agissait-il simplement de mon impressionnante personne à qui souhaitait-elle plaire qui la poussait à accepter tout ce que je pouvais bien lui infliger.

D’un côté comme de l’autre, elle m’avait plu et avait sut me satisfaire comme peu de femmes avaient réussi au cours de ces dernières années.

- Le rouge te va à merveille.

Elle avait bien mériter ces quelques compliments sincères alors qu’elle était, effectivement, magnifique, ainsi souillée de son propre sang et du fruit de nos ébats.

À l’aide de la larme qu’elle avait elle-même décidé d’amener dans la pièce, pour pimenter notre soirée, je découpai ma cravate, à peine triste d’ainsi m’en débarrasser. Ce n’est pas comme si je manquais d’accessoire, et puis, je n’étais peut-être pas aussi horrible que ce que certains pouvaient laisser sous-entendre.

Ou enfin, oui, sûrement même étais-je plus horrible que ce qu’ils disaient.

Cependant, j’avais eus la bonté de libérer ses mains entravées, quand bien même étais-je presque tenter de lui accrocher une laisse autour du cou.

J’avais un côté légèrement possessif lorsque j’appréciais quelque chose.

Non pas que j’en viendrais à m’énerver si elle approchait d’autres hommes. Il s’agissait de son travail, après tout. Cependant, je l’avais bel et bien marqué d’un W difficile à rater, un message subtile à tous ceux qui viendraient ici pour admirer ses courbes alléchantes.

Je m’étais redressé et elle avait fait pareil, venant même à me tourner autour, comme un chat le ferait. Ce qui n’était pas bien loin de la vérité.

- Tu es pardonné. C’est de ma faute. Après tout, je lui avais promis que je ferais attention à ne pas trop abîmée ses employées.

J’eus un léger sourire amusé.

- Oups.

Ce n’était pas ça qui m’empêcherait de dormir. Ou enfin, peut-être que si, quelques souvenirs de cette soirée me reviendrait en tête, tard dans la nuit, mais jamais n’avais-je éprouver ne serais-ce qu’une seule fois de la culpabilité.

Je n’allais pas commencé aujourd’hui.

- On peut se revoir où tu veux. Ici, au Circus, chez moi... Cela dépend de qui as-tu envie de me présenter.

À savoir quel côté de sa personnalité. La danseuse du Pandémonium, que j’avais eu le loisir de connaître en profondeur (sans mauvais jeu de mots) ce soir ? La combattante du Circus Maximus ? Peut-être un côté plus personnel de sa personne ?

Non pas que je comptais tomber dans les sentiments et tout. Ce n’était pas mon genre. Et ça, il était évident qu’elle devait déjà le savoir.

Déjà que je l’apprécie et que j’admette qu’elle puisse me plaire était déjà beaucoup, venant d’une personne comme moi. Et c’était sûrement le plus qu’elle pourrait obtenir de moi. Cependant, je doutais qu’elle désire quelque chose d’aussi banal et d’aussi risible que quelques sentiments.

Non.

Elle voulait de l’importance. De la popularité. Se sentir comme au centre de l’attention.

Je ne pouvais que comprendre ce qu’elle ressentait et ce qu’elle recherchait. Et puis, elle était bien tombée. Qu’elle continue de me divertir et je lui offrirais le monde.

- Tu sais, ça ne dépend pas que de moi. On me qualifie de fou, un homme complètement timbré. Un homme qui ne vit que pour le carnage et la souffrance, sans aucune considération, ou presque, pour les autres.

Mon sourire s’était fait plus mesquin, plus prédateur. Je m’étais approché d’elle et avait posé une main sur sa hanche (celle qui n’était pas blessée) pour la tenir contre moi, mon visage penché vers le sien.

- Tu as encore le temps de t’enfuir en hurlant.

Autrement dit, c’était sa chance.

Et si elle avait le malheur de décider de rester, de s’embarquer dans je ne savais encore quel jeu auprès d’un délirant dont la cruauté n’était plus à prouver, elle n’aurait plus cette opportunité.

Car après tout, une demoiselle comme elle, c’était bien difficile à trouver. Aussi délicieuse qu’enivrante, aussi soumise qu’entêtée. Il n’y avait décidément aucun doute qu’elle puisse faire perdre la tête à quiconque, même aux plus forts d’entre nous.

Heureusement que, de mon côté, je n’avais déjà plus toute ma tête.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 16 Nov 2016 - 11:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Oh, mais ce n'est pas abîmée non, c'est plutôt sublimée ? »

Si elle se basait sur ce qu'il avait dit, Wildcard semblait être du genre à préférer une femme ornée de quelques « décorations » de son cru plutôt qu'au naturel. Marishka ne prenait pas ombrage, elle était habituée à ce que certains de ses clients lui demandent d'enfiler telle ou telle tenue avant de se déshabiller. Les fétichismes de chacun ne la regardait pas ! Et même si celui-ci était plus douloureux que les autres bien évidemment, elle s'en remettrait comme à chaque fois. L'essentiel était de lui faire comprendre qu'il était toujours le bienvenu ici et qu'elle serait ravie de s'occuper de lui dès qu'il le souhaiterait. Cependant, la slave comprenait bien que si elle espérait un jour devenir « sa favorite », elle devait se débrouiller pour gagner en régénération. Ses capacités actuelles ne lui permettaient que de faire cicatriser de petites plaies et encore, elle devait auparavant pouvoir les lécher à l'instar des autres félins. Autant dire qu'avec Wildcard aux rênes, ce pouvoir-là perdrait rapidement en utilité, ou limiterait grandement leurs possibilités. Et le chef du Gang des Fables était réputé pour n'avoir aucune limite.

Toutefois, lorsqu'il reprit la parole pour indiquer qu'il était prêt à la revoir ici, au Circus ou ailleurs, elle comprit qu'elle avait dû réussir à le marquer. Autant dire qu'elle serait particulièrement enchantée de pouvoir l'inviter à lui rendre visite sans avoir besoin de le supplier ! Marishka était habituée aux clients qui se montraient très agréables dans le club, mais n'hésitaient pas à la repousser si elle avait l'audace de les aborder dans la rue ! Après tout, elle n'était rien de plus qu'un secret honteux et il y avait fort à parier que la majorité de ses clients ne parlaient jamais d'elle aux personnes qui ne mettaient pas les pieds au Pandémonium. Si elle pouvait devenir plus qu'un simple loisir lorsqu'il passait au club pour Wildcard, la slave en serait véritablement ravie. Elle lui offrit donc un sourire sincère et honnête.

« Qui je voudrais te présenter ? Oh, tout le monde certainement, malheureusement je ne connais presque personne dans cette ville. Personne qui ne mérite vraiment ta présence du moins. Et puis, tant qu'à faire je préfère te garder pour moi si j'ai la chance de pouvoir te revoir. »

Pour le coup, la brune ne mentait pas : elle avait vraiment envie de profiter des moments qu'elle aurait en sa compagnie plutôt que de les passer à le présenter à d'autres personnes. De toute manière, mis à part sa famille restée en Russie, la slave n'avait personne dans sa vie. Ses précédents employeurs étaient morts ou disparus et elle doutait que la mafia russe de Moscou ne cherche à lui remettre la main dessus, donc autant dire que seule Damnation pourrait être intéressée et Marishka savait bien qu'ils se connaissaient déjà.

Lorsqu'il lui rappela qu'il n'avait pas la réputation du gendre parfait, elle haussa légèrement les épaules. Ses bras se glissèrent autour de son cou lorsqu'il se rapprocha d'elle pour la tenir contre lui, toujours aussi tactile et prompt aux rapprochements. C'était vraiment surprenant de voir à quel point il pouvait passer du stade de l'homme brutal à celui de type « normal ». Une versatilité qui témoignait certainement de sa folie, mais loin de l'effrayer, cette constatation lui plaisait plutôt. Elle souriait toujours avec franchise alors que son visage se rapprocha à son tour du sien.

« Je préfère rester ici. Tu ne m'as pas donné de raison de m'enfuir ce soir, au contraire je crois. De toute manière, je n'aime pas les gentils. Et on ne peut pas vraiment dire que les animaux soient plus attentifs aux besoins des autres, sauf lorsqu'ils font partie de leur groupe. » Et donc de leurs favoris. « Alors, ça dépendra de toi au final. Si tu te lasseras de moi, tu n'auras qu'à me le dire clairement, mais de mon côté je ne vois aucune raison de changer d'avis. »

Et pour étayer ses dires, elle rapprocha son visage pour coller ses lèvres contre les siennes dans un baiser presque féroce. Elle s'autorisa à lui mordiller légèrement la lèvre avant de reculer son visage pour se séparer de lui. Sa tenue n'était plus franchement en l'état et elle devrait faire un crochet par les vestiaires pour enfiler autre chose, mais ça en valait largement la peine ! Sans se presser, la slave se pencha pour saisir la chemise malmenée de son partenaire et la secoua un peu pour lui redonner un semblant de présentation. Revenant auprès de Wildcard, elle esquissa un sourire clairement amusé.

« Habituellement j'ai plutôt l'habitude de me déshabiller que de rhabiller mes clients, mais tu offres un vent de nouveautés très agréable sur ma vie. » Ses prunelles pétillantes montraient qu'elle ne mentait pas. « J'espère que tu me reconnaîtras si tu me croises au Circus. Même si je compte bien que nos chemins se recroisent avant que tu ne t'aventures de ce côté-là. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 16 Nov 2016 - 22:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un sourire étira mes lèvres. Voilà qu’elle n’avait pas compris ce que je sous-entendais, ce qui n’était pas si dramatique que cela, au final. Elle semblait cependant peiner à croire que j’acceptais bel et bien de la revoir. Je pouvais admettre que ce n’était pas dans mes habitudes, me contentant bien souvent d’un coup d’un soir, mais ça, c’était bien parce qu’aucune n’avait eut le charme, la grâce et le caractère de la tigresse.

Il serait plus que dommage d’un me privé de sa compagnie alors qu’elle avait décidément tout pour me plaire.

Et puis, qu’elle connaisse ou pas d’autres personnes en ville, cela ne m’importait peu. Qu’elle ait des amis, de la famille, peut-être même un copain (bien que j’en doutais), je n’en avais pas grand chose à faire. Oh non. Car désormais, cette délicieuse créature serait mienne. Ou tout du moins, en quelque sorte.

Je savais pertinemment qu’elle travaillait pour le Pandémonium et ne souhaitait pas la dérober à Damnation. Tout comme je savais qu’elle se battait au Circus Maximus et ne comptait certainement pas arrêter d’y aller. Ou tout du moins, je croyais. Jusqu’où était-elle prête à aller pour rester dans mes bonnes grâces ? Ça, je l’ignorais. Mais au final, peu importait qui pouvait-elle bien côtoyer, pour peu qu’au final, ce soit moi qui ait le plaisir de goûter à tout ce qu’elle pouvait m’offrir, je n’allais pas m’en plaindre.

Elle était jolie, agréable à regarder, un caractère qui se tenait et était plus que divertissante. De quoi occuper mes soirées longues et ennuyeuses lorsque je ne décidais pas d’aller m’en prendre à quelques individus quelconque pour m’amuser ne serais-ce que quelques instants.

Elle, elle saurait gardé mon attention plus que quelques secondes. Ou, tout du moins, je l’espérais.

Car si elle avait désormais tout mon intérêt, c’était à voir si elle saurait le préserver, au cours des jours, voir même des semaines suivantes. Et si là, elle réussissait, ce serait tout qu’un exploit.

La tenant par la hanche, contre moi, je lui adressai un léger sourire, qui n’avait rien d’agréable ou de chaleureux. Je n’étais pas reconnu pour être plaisant, ni même particulièrement gentil. Mais c’était ce qui faisait mon charme après tout, non ?

- Rares sont les femmes à décider de rester à mes côtés de leur plein gré après une soirée comme celle-ci.

Et c’était ça qui faisait le charme de la demoiselle.

Aussi terrible pouvais-je me montrer, alors que je l’avais blessé et malmené sans même me soucier de sa personne, elle en redemandait encore plus, lancer de l’huile sur le brasier qu’était ma folie.

Il n’y avait que les plus folles d’entre elles qui avaient décidé de rester auprès de moi. Et chacune d’entre elles étaient devenues, au final, des membres du Gang des Fables. Que ce soit Ariel, ou encore Cendrillon, elles avaient été blessées, violentées et voir même pire, et pourtant, elles étaient encore au sein du Gang des Fables, toujours animé de cette envie du pure chaos et de répondre à mes moindre désirs.

Le Gang des Fables avait été créé dans le simple but d’assouvir ce besoin de chaos, de semer la misère et le désespoir autour de moi. J’ai simplement eus la chance de trouver des êtres tout aussi déranger que moi sur mon passage.

J’attrapai finalement la chemise qu’elle me tendait, cette dernière ne possédant désormais plus aucun bouton.

Pratique.

- C’est quand même mieux que de repartir d’ici nu comme un ver.

Je me penchai de nouveau vers elle, un sourire amusé sur les lèvres.

- Que tu puisses être la seule ici à pouvoir te vanter de m’avoir vu dans mon plus simple appareil.

J’allais tout de même lui laisser ce petit plaisir là. Certes elle n’était pas la seule avec qui j’avais eus ce genre d’échange, mais je ne connaissais pas d’autres employés du Pandémonium, sauf peut-être la grande patronne.

Et les jeux tordus que j’avais eus avec elle avaient impliqués d’autres participants plutôt que nous deux.

- Je te fais confiance. Et c’est rare, ça. Comprend bien que ce n’est pas tout le monde qui a accès à ce genre d’information.

Je lui tendis une carte, avec dessus une adresse. Celle de l’As de Pique. Certains collaborateurs savaient où me trouver. Et maintenant cette jolie demoiselle avait désormais l’adresse précise quant à l’endroit défraîchit, quoique bien entretenu, qui servait de quartier général et de logement pour la majorité des membres du Gang des Fables.

- Tu peux y venir quand bon te semble, quand bien même je ne peux pas garantir m’y trouver à chaque instant. Tu peux considérer ça comme un gage de ma bonne volonté.

Et, surtout, un compliment quant à ce qu’elle avait sut m’offrir en cette soirée qui s’était annoncée ennuyeuse mais qui s’était avérée particulièrement intéressante.

Une fois mon pantalon enfiler de nouveau, je saluai d’un léger signe de tête la jeune demoiselle, un sourire sur les lèvres, qui lui faisait la promesse qu’ensemble, on pourrait faire de grandes choses. Et que, si elle continuait sur cette voie-là, je pourrais même lui offrir tout ce qu’elle désirait.

Car quelque chose me disait que j’étais bien placé pour lui offrir tout ce qu’elle pouvait bien vouloir.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Qu'est-ce qu'un conte, sinon une vision différente de la réalité ? ▬ Jake
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Qu'est-ce qu'un conte, sinon une vision différente de la réalité ? ▬ Jake Categorie_6Qu'est-ce qu'un conte, sinon une vision différente de la réalité ? ▬ Jake Categorie_8


Qu'est-ce qu'un conte, sinon une vision différente de la réalité ? ▬ Jake Categorie_1Qu'est-ce qu'un conte, sinon une vision différente de la réalité ? ▬ Jake Categorie_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Qu'est-ce qu'un conte, sinon une vision différente de la réalité ? ▬ Jake Categorie_6Qu'est-ce qu'un conte, sinon une vision différente de la réalité ? ▬ Jake Categorie_8

Sauter vers: