Une main tendue pour un sourire | Adrian - Page 2 Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Une main tendue pour un sourire | Adrian - Page 2 Categorie_1 Une main tendue pour un sourire | Adrian - Page 2 Categorie_2_bis Une main tendue pour un sourire | Adrian - Page 2 Categorie_3
 

Une main tendue pour un sourire | Adrian

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 23 Oct 2016 - 22:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5315
ϟ Nombre de Messages RP : 1870
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Dark Dreams
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 120 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Corpulence normale, 1m75, cheveux foncés, bien coiffé, yeux marrons. Porte toujours un costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5315
ϟ Nombre de Messages RP : 1870
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Dark Dreams
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 120 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Corpulence normale, 1m75, cheveux foncés, bien coiffé, yeux marrons. Porte toujours un costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
« Si, je pense. »

S'ils ne pouvaient plus se fier à leur instinct, où allait le monde ? La jeune femme semblait très réfléchie et Adrian avait du mal à l'imaginer se jeter dans les bras d'un criminel de haute volée simplement parce qu'il lui avait murmuré quelques mots qu'elle avait envie d'entendre, c'était donc sans réelle crainte qu'il prononçait ces paroles. Mais ils ne se connaissaient pas au point qu'il puisse deviner ses réactions, ses pensées étaient simplement basées sur leurs collaborations passées. Toutefois, l'Archimage avait tendance à penser que si Natalia venait à avoir un problème, elle saurait qu'elle pouvait lui en parler et qu'il serait ravi de l'aide. Mais comme ils ne l'avaient jamais dit clairement, le centenaire décida de préciser ça, aussi reprit-il la parole quelques secondes après ses derniers mots :

« Et vous savez que si un jour vous avez des soucis avec quelqu'un, vous pourrez m'en parler. Je ne suis pas très doué avec les gens, mais j'aide parfois à résoudre des ennuis. »

Il n'était pas spécialiste dans ce domaine non plus, mais disons qu'il avait plus souvent été confronté à des demandes d'aide qu'à des amitiés potentielles ! Cependant, il avait tout lieu de croire qu'il n'était pas son seul contact en cas de besoin : il n'y avait qu'à écouter la manière dont elle parlait de la Légion des Étoiles ! Et puis, n'étais-ce pas le but de ce groupe ? Aider les gens en s'alliant plutôt que de travailler tout seul ? Adrian était convaincu que Natalia saurait trouver quelqu'un pour la soutenir quel que ce soit la difficulté face à laquelle elle se trouverait, mais il était toujours bon de lui rappeler qu'il était là en cas de besoin.

C'était un détail apparemment inutile vu que Nymphea semblait penser qu'elle devait le remercier, pourtant il n'avait rien fait de spécial. Il s'était contenté de jouer son rôle, de lui montrer qu'elle était la bienvenue au sein de ce groupe et qu'ils étaient tous ravis de l'accueillir parmi eux. Quelqu'un d'aussi paisible et investi que Natalia n'était pas courant et bien des Légionnaires se montraient très égoïstes ou possessifs dans leur vie personnelle. Rares étaient ceux qui seraient prêts à sacrifier tout ce qu'ils avaient pour véritablement aider les concitoyens de Star City, or c'était un peu le principe des Super-Héros. Jace Roberts en était la preuve vivante, mais rares étaient ceux à lui arriver à la cheville, même au sein de familles aussi illustres. Pourtant, Natalia se montrait largement à la hauteur de son héritage, bien qu'elle ne bénéficiait pas de la même renommée que certains Légionnaires qui ne devaient leur célébrité qu'aux exploits des autres membres de leur famille. Alors, oui, Adrian respectait beaucoup le travail et les choix de la jolie brune, même s'il ne pouvait pas le dire aussi clairement.

« Vous n'avez absolument pas besoin de me remercier, je n'ai fait que vous accueillir. Et puis, j'étais relativement nouveau moi aussi, je sais ce que c'est d'arriver dans un tel endroit et d'être entouré par tous ces individus. Si ça vous rassure, vous me semblez bien plus à la hauteur que bien des Légionnaires qui sont plus anciens que vous, alors je ne regrette absolument pas cette main tendue. »

Il pouvait donner l'impression de dénigrer les autres et au fond, c'était peut-être un peu le cas, mais Adrian avait connu bien trop de prétendus héros qui essayaient d'en mettre plein la vue aux médias alors qu'ils s'intéressaient davantage à la notoriété qu'ils avaient à récolter qu'aux vies à sauver. Pour eux comme pour les citoyens qui se retrouveraient peut-être face à eux, il était primordial de se montrer prudent et de valoriser les individus qui le méritaient réellement. Ce qui était indubitablement le cas de la brune.

Toutefois, lorsque cette dernière reprit la parole pour lui demander qui était sa mère et essayer d'en savoir davantage sur elle... il se retrouva dans une situation gênante. Adrian n'osait pas trop en dire où elle finirait par se demander qui il était, mais il ne se voyait pas lui mentir effrontément et ne rien lui dire. Après quelques instants de réflexion, le centenaire répondit finalement d'un ton posé :

« Si vous me faites penser à elle, c'est parce qu'elle me donnait aussi l'impression d'être le genre de femme qui devenait héroïne pour dédier sa vie aux autres et non pour obtenir les faveurs des citoyens qu'elle sauverait. Je la percevais comme une personne dévouée et douce. Vous avez hérité d'elle sur ce point. Il y avait quelque chose d'apaisant dans sa présence, une sorte de calme communicatif qui vous mettait toujours à l'aise. » Il se le remémorait sans peine. « Je ne suis pas très sociable et pourtant, je ne me suis jamais senti de trop avec elle. Même lorsque je la croisais avec sa famille. » Mais il ne s'étala pas sur ce point. « C'était quelqu'un de bien, tout simplement. Et je crois pouvoir dire que vous êtes sur sa piste, vous n'avez pas à vous inquiéter sur ce point... » Il soupira légèrement. « Je voudrais pouvoir vous en dire plus, mais je n'étais pas un ami intime, je n'en savais pas tant. »

Ce qui restait vrai, il avait toujours conservé une certaine distance avec autrui et le regrettait amèrement aujourd'hui. Mais le passé était le passé et rien ne le changerait.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 29 Oct 2016 - 15:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Je crois commencer à le comprendre, oui. »

S’il arrivait à Natalia de côtoyer d’autres héros, s’il lui était déjà arrivé de travailler avec d’autres supers, aucune collaboration ne valait celles qu’elle avait eues avec Eldoth. Et ce n’était pas seulement parce qu’il l’avait accueillie lorsqu’elle avait rejoint la Légion des Etoiles, c’était la synergie qui existait véritablement entre eux. Ils se comprenaient, ils avaient la même façon de penser. Les actes étaient bien plus parlants que les mots, et Natalia ne doutait pas un seul instant des dires de l’Archimage lorsqu’il affirmait qu’elle pouvait compter sur lui. Après tout, elle avait remis sa vie de nombreuses fois entre ses mains, l’inverse était vrai, et ils le feraient de nouveau les yeux fermés s’il le fallait. De la même manière, elle avait des amis, des connaissances dans le civil, qui seraient prêtes à lui tendre la main si jamais elle devait se retrouver un jour dans l’embarras. Pourtant, si quelque chose de grave devait lui arriver, c’était sans conteste vers lui qu’elle se tournerait en premier. Pourquoi ? Elle aurait bien été incapable de le dire. Peut-être était-ce parce que, dans un certain sens, elle sentait qu’il était mesure de la protéger en lui tendant la main.

Sans grand étonnement, Eldoth réagit de façon modeste à son remerciement. Elle secoua doucement la tête lorsqu’il affirma qu’elle n’avait pas à le remercier, qu’il n’avait fait que son devoir, et éclata franchement d’un rire gêné lorsqu’il ajouta qu’elle était plus à même de servir la Légion que bien des héros qui évoluaient entre ses rangs. Une rougeur discernable ourla d’un liseré rougeoyant ses joues d’ordinaire pâles. S’il n’avait fait que son devoir, qu’en était-il de ceux qui l’avaient dénigrée ? Ceux qui l’avaient laissée de côté ? Oh, elle ne leur en voulait pas.

« Vous me flattez, arrêtez. En vérité, c’était déjà trop tard. Elle reprit, après quelques instants : C’est important de remercier les personnes qui vous ont tendu la main, les personnes qui sont là malgré les épreuves, malgré les dissensions, les personnes sur qui l’on peut compter. On l’oublie trop souvent alors quand on y pense, il faut savoir le dire. Elle marqua une pause, tournant son regard vers le masque qui constituait le visage d’Eldoth. Un merci c’est comme un pardon, c’est un peu se mettre à nu et accepter de remettre une décision cruciale entre les mains d’une autre personne que soi : une entente présente, et une entente future. Mais je m’égare… »

C’était le genre de pensées qui venait agiter sa nuit quand son sommeil – empli de trop nombreux cauchemars – venait à la fuir. Natalia était une songeuse, une rêveuse, dont les songes étaient bien trop empestés par de bien ténébreuses pensées. Était-ce le reflet d’une identité bien plus sombre ? Était-ce les relents infâmes de son passé qui venaient à racler à l’orée de son esprit quand les obligations se faisaient trop lointaines pour en masquer les vils effluves ? Était-ce l’antique corruption qui avait longtemps été combattu dans les Grandes Terres d’Arcadie auquel son esprit était lié ? La réminiscence empoisonnée de Harvest ? Elle aurait été bien incapable de le savoir.

La jeune délaissa le flux de ces pensées pour se concentrer sur ce que lui disait Eldoth à propos de sa mère, des informations qu’elle était elle-même venue glaner auprès de lui, nourrissant l’espoir qu’il puisse lui en apprendre plus sur la personne qu’elle était. Et elle ne fut pas déçue ; Un sourire doux et ému ourla ses lèvres tandis qu’il parlait, et s’il put le voir, il eut vu le reflet luisant de ses prunelles tandis que nuée de larmes y poignait. Loin de s’en cacher, la jeune femme essuya une perle saline qui avait roulé le long de sa joue, y traçant un sillon humide.

« Ne vous inquiétez pas, vous en avez déjà dit beaucoup, le rassura-t-elle. Ça compte pour moi, vous savez. Savoir ces choses, savoir que je ne suis pas simplement les traces d’une fausse idole que j’idéalise, mais qu’elle a bien été cette personne que j’essaie de me remémorer. Comme les pièces d’un puzzle mal assemblé. Un rire spontané, précédé d’un léger reniflement, vint ourler la suite : C’est troublant, je parle d’elle comme l’héroïne plus que la mère. Comme si j’avais mieux connu l’une, alors que c’est l’autre qui m’a élevée. Mais les coupures de journaux de l’époque sont plus vivaces que mes souvenirs, je le crains. » Elle fit rouler son pendentif entre ses doigts.

Ses souvenirs étaient lointains, fugaces, éphémères. Elle ne vivait son passé qu’à travers des effets personnels, des photographies, des sons, des enregistrements. Oh elle voyait encore cette vidéo où sa mère était filmée à ses côtés, où elle tentait de s’arracher à l’œil noir et froid du cadre de la caméra. Elle voyait encore ses cheveux noirs aux boucles indisciplinées, ses prunelles douces, sa voix chantantes. Essuyant ces images de son esprit, la jeune femme reporta son attention sur le légionnaire. Une question qui s’annonçait hasardeuse, mais la mention de ce détail n’avait pas manqué d’enserrer son cœur d’une pointe de tristesse. Le souvenir qu’un jour, ils avaient formé une famille.

« Vous l’avez croisée en civil, donc ? Peut-être que notre rencontre est bien antérieure à ma première journée au sein de la Légion finalement. »

Et elle de rire, de rire. Mais le cœur n’y était plus vraiment.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 2 Nov 2016 - 16:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5315
ϟ Nombre de Messages RP : 1870
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Dark Dreams
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 120 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Corpulence normale, 1m75, cheveux foncés, bien coiffé, yeux marrons. Porte toujours un costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5315
ϟ Nombre de Messages RP : 1870
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Dark Dreams
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 120 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Corpulence normale, 1m75, cheveux foncés, bien coiffé, yeux marrons. Porte toujours un costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Natalia ne semblait pas être de ceux qui se flattaient facilement – ou tout court – il était donc nécessaire que d'autres le fassent pour elle ! C'est avec un sourire qu'il haussa les épaules pour signifier qu'il ne changerait pas d'avis, mais qu'il éviterait d'enchaîner avec les compliments si cela la mettait mal à l'aise. D'ailleurs, elle le comprendrait certainement vu qu'elle-même « refusait » d'arrêter les remerciements ! Ils se ressemblaient définitivement beaucoup, s'en était presque troublant. Bien qu'agréable. Sans être quelqu'un de vaniteux – c'était un euphémisme – le centenaire avait tendance à s'entendre beaucoup mieux avec les gens qui partageaient sa manière de penser, ce qui était assez logique en soi.

Toujours est-il qu'Eldoth aimait bien l'entendre s'égarer comme elle disait, ses paroles étaient pleines de sens et d'une profonde réflexion qui était relativement agréables. Elles changeaient beaucoup des discours stéréotypés et, une fois de plus, le centenaire relevait la notable différence qu'elle avait avec de nombreux Légionnaires. Certains le devenaient par simple désir de célébrité, mais avec Nymphea, c'était plus simple. Plus honnête. Une raison supplémentaire pour ne pas se sentir obligé d'écourter leur échange qui, en vérité, avait bien dépassé le stade du simple rendez-vous professionnel pour l'aider face à l'adversité – ou l'écran de l'ordinateur.

Natalia sembla très attentive à ce qu'il déclara au sujet de sa mère et Adrian ne put s'empêcher de ressentir un profond pincement au cœur en songeant au fait qu'elle n'avait jamais eu l'occasion de connaître sa famille. Eldoth regrettait depuis bien des décennies le fait de ne pas avoir été assez présent pour les siens, cependant il avait tout de même pu en profiter durant plusieurs années, les côtoyer et apprendre à les connaître. Au fond, il ne savait pas ce qui était le pire : ne pas les avoir connus et ne pas pouvoir regretter ces moments qui ne se produiraient plus jamais – tout en se les remémorant – ou alors de se souvenir de tous ces instants et de savoir qu'il n'y aurait plus jamais la possibilité de revivre tous ces instants si précieux. Peut-être les deux. En tous les cas, il n'allait pas se lancer dans un tel débat avec la demoiselle, elle avait déjà bien assez souffert ainsi !

Comme elle reprenait la parole, Adrian ne put s'empêcher de sentir son cœur s'accélérer lorsqu'elle souligna le fait qu'elle ne se souvenait plus vraiment de sa mère, mais davantage de l'héroïne, avant de glisser sur le sujet de leur rencontre. Oui, Nymphea et Eldoth s'étaient rencontrés bien avant qu'elle n'intègre la Légion des Étoiles, cependant il ne pourrait pas le dire aussi clairement. Il faudrait alors parler de nombreuses autres choses et il n'était pas certain que ce soit le meilleur moment ni le meilleur endroit pour ceci. Il devrait avouer qui il était – et lui faire comprendre qu'il avait menti au sujet du conseiller dont elle lui avait parlé – tout en prenant le risque qu'elle s'en vexe. Oh, Natalia semblait très calme et compréhensive, mais tout de même ! La déception et la tristesse étaient parfois bien plus durs à supporter que les crises de colère. Même s'il avait déjà donné avec Aishlinn à l'époque où il avait gardé le silence trop longtemps au goût de l'adolescente, il préférait tout de même rester sur cette voie.
Peut-être qu'ils en parleraient bientôt, mais avant tout Adrian voulait y réfléchir un peu.

Il ne laissa planer que quelques secondes de silence avant de répondre.

« Certainement. Les enfants font partie intégrante de la vie de leurs parents après tout. » Il soupira légèrement. « J'ai davantage connu l’héroïne que la femme, moi aussi. Nous nous côtoyions davantage pour les missions que pour passer le samedi entre amis, donc je peux comprendre. Qui plus est, votre mère était une femme discrète, contrairement aux Roberts qui étaient bien plus médiatisés. Et comme vous étiez jeune au moment de leur disparition, c'est normal que vous deviez vous appuyer sur des articles plutôt que sur vos souvenirs. Ils disparaissent plus facilement. » Et il parlait en connaissance de cause. « Si vous voulez, je pourrais fouiller mes affaires pour essayer de trouver quelques photos avec vos parents. Voire des coupures de journaux de cette époque, j'ignore ce qui existe encore. »

Une chance qu'il soit archéologue : il avait l'habitude d'accumuler tout un tas de documents et de les ranger dans ses dossiers. Parfois ils ne servaient jamais, mais parfois il pouvait les utiliser pour de telles occasions. Pour une fois que son habitude, pour ne pas dire TOC, servait à améliorer l'humeur de quelqu'un...

« Vous vous souvenez de beaucoup de choses de cette époque ? J'ai toujours pensé que l'esprit était sélectif et qu'il avait tendance à graver dans le marbre des choses apparemment banales, mais qui seraient devenues précieuses. Le fait que vos parents aient disparus prématurément a peut-être poussé votre esprit à retenir vos souvenirs alors qu'en temps normal ils auraient été oubliés. » Il y croyait vraiment. « Enfin, sachez que si vous avez un jour envie d'en parler, ou même d'autre chose, je serais ravi de pouvoir vous aider. »

Une fois de plus, c'était sincère.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 12 Nov 2016 - 18:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Leur discussion s’était depuis longtemps éloignée de l’origine de leur entrevue. Il fallait dire que ce qui avait occasionné leur rencontre n’avait guère duré longtemps, et maintenant qu’elle lui avait offert son aide pour surveiller et analyser les flux magiques, la question était réglée. Encore qu’il leur manquait de savoir s’organiser si jamais Elodth acceptait de faire de nouveau appel à elle. Mais chaque chose en son temps,… D’autant qu’ils avaient désormais abordé un sujet qui l’intéressait au plus haut point. Son passé… Son passé source de frustrations, de questionnements, de joies et de tristesses. Pourquoi sentait-elle que, d’une certaine façon, il en avait fait partie ? Elle l’ignorait. Pourquoi n’osait-elle pas le lui demander ? Parce qu’une voix lui intimait la retenue. Là encore, chaque choses en son temps…

« Oui, une femme discrète, susurra-t-elle songeuse. C’est aussi le souvenir que j’ai d’elle. » Parmi tant d’autres en vérité ! Son esprit ne cessait jamais de se questionner sur la pertinence de ses souvenirs, et certains avaient été mieux sélectionnés que d’autres. Un support papier n’était jamais de trop cependant, c’est pourquoi ses yeux pétillèrent lorsque le mystique lui proposa de regarder dans ses propres archives. « Vous feriez ça ? Un large sourire ourla ses traits. Ce serait vraiment super ! J’en ai déjà un certain nombre dans la boîte qu’on m’a donné lorsqu’on m’a confié les clés de la maison, mais je ne serais pas contre en voir quelques-uns de plus. »

En espérant qu’ils soient différents ! Bien sûr, elle avait essayé d’écumer les archives locales pour trouver des articles traitant de Senestra, mais les organismes qui les détenaient les gardaient d’ordinaire jalousement. Qu’on soit fille de victime ne changeait rien au fait que ces informations appartenaient aux journaux, et qu’ils n’étaient pas prêts de les délivrer gratuitement. On lui avait demandé des contreparties, souvent. Sauf que Natalia n’était pas prête de vendre son identité, son passé, les souvenirs de ses parents pour quelques feuilles de papier. C’était bien trop précieux à ses yeux. D’autres fois, on avait tout simplement refusé de considérer sa demande.

Lorsque le légionnaire lui demanda si elle avait beaucoup de souvenirs, la jeune femme laissa planer quelques instants de silence. Une fois qu’elle reprit finalement la parole, son ton était lointain, comme si elle était plongée dans ses pensées.

« J’ai… Des images oui. Comme un diaporama, elles sont très précises, parfois tellement banales. Elle couva des yeux son interlocuteur. J’ignore pourquoi ce sont ces images qui sont restées et pas d’autres. Tenez, par exemple je me rappelle d’un jour où ma mère avait hurlé sur le chien parce qu’il avait déterré tous les navets de son potager. Elle aimait son potager… Mais elle aimait aussi le chien, ajouta-t-elle dans un rire léger. Puis il y a cette image de mon père qui refait la peinture de la cuisine. Je me souviens d’avoir beaucoup joué dans le jardin, je parlais aux animaux. J’ai toujours eu l’impression de les comprendre, et que dans un sens, ils me comprenaient aussi. Je réalise maintenant que c’était probablement le cas. Le sourire flottant sur ses lèvres s’élargit un peu plus. Bien sûr, il y a les leçons de ma mère. C’est elle qui m’a enseignée la magie… Elle s’arrêta quelques instants. En fait je me souviens de beaucoup de choses, il faut juste prendre le temps de rassembler les morceaux. »

Il était inutile de préciser que ce n’était pas suffisant à son goût. Si elle était d’avide d’une chose, c’était certainement dans le fait de vouloir reconstituer son passé décomposé. Elle l’assumait pleinement, éternelle insatisfaite des choses qu’elle savait et des choses qu’elle avait vécues. Après tout, n’était-ce pas naturel de se sentir bafouée ? Amputée d’une partie de son enfance ? Au fond d’elle, c’était cette injustice qui sourdait, une faiblesse qu’elle gardait enfouie. Car ce n’était pas ce visage qu’elle voulait offrir au monde. Lorsque son interlocuteur lui renouvela son soutien, elle avait de nouveau enfermé l’enfant pleurnicharde pour n’offrir que la jeune femme pleine de vie qu’elle était également.

« Ce serait un plaisir de pouvoir en parler avec vous, Eldoth. Elle marqua une pause. Si nous avons à collaborer, je pense que les choses viendront naturellement. Tenez, tant que j’y pense… Saisissant son sac, Natalia plongea sa main dans l’une des poches pour en sortir une de ses cartes de visites, qu’elle lui tendit finalement. Ce sera plus intimiste que les locaux de la Légion, et je n’ai nul doute sur votre capacité à vous faire discret. Vous connaissez déjà mon nom, mon visage,… Au moins maintenant vous savez où me trouver si jamais vous avez besoin de quelque chose. Comme d’une jolie composition florale ! »

Elle se surprit à se demander où est-ce qu’il pouvait résider. De ce qu’elle savait, Eldoth était un mystique, probablement un humain, même si dans le monde magique sa réputation était sans précédent.

« Vous savez… Peut-être pas aujourd’hui, ni demain… Ni ici, ajouta-t-elle en jetant un regard autour d’elle. Mais j’aimerais beaucoup entendre quelques histoires de vos collaborations avec ma mère. Si vous le permettez, bien sûr. »

Car il demeurait le détenteur de ces histoires, et elle ne se voulait que dépositaire de ces mémoires.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 13 Nov 2016 - 12:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5315
ϟ Nombre de Messages RP : 1870
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Dark Dreams
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 120 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Corpulence normale, 1m75, cheveux foncés, bien coiffé, yeux marrons. Porte toujours un costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 5315
ϟ Nombre de Messages RP : 1870
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Dark Dreams
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Hakon Bjǫrnson
ϟ Âge du Personnage : 120 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Corpulence normale, 1m75, cheveux foncés, bien coiffé, yeux marrons. Porte toujours un costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
RP : 2/2 (fermé)
« Je vais fouiller mes affaires pour vous dénicher toutes ces informations et vous les transmettre dans ce cas. »

Il avait un certain nombre de cartons remplis de documents qui dataient de l'époque où il débutait encore dans le « métier » de Super-Héros, puis des plus récents. Plusieurs d'entre eux concernaient la mère de la jeune femme puisque Sallah avait pris l'habitude de fouiller tous les journaux, magasines et autres livres pouvant contenir des informations au sujet de son géniteur et de ses proches collaborateurs. Il avait aussi plusieurs photos qui dataient de l'époque, aussi bien celles prises avec lui à ses côtés qu'avec son époux ou d'autres collègues Super-Héros. Malheureusement, celles qui le montreraient risquaient de poser des problèmes tant qu'il n'avait pas révélé qui il était réellement. Pour le moment, il ne pouvait malheureusement pas lui donner, mais ce n'était que partie remise.
Un nouveau sentiment de culpabilité le submergea alors qu'il détournait le regard.

Fort heureusement, la jeune femme s'était plongée dans ses pensées avant de répondre, expliquant qu'elle avait quelques souvenirs parfois banals, parfois plus spéciales. Au fond, tout était important du moment qu'elle s'en souvenait. Lui-même avait gardé beaucoup de souvenirs de ses soirées à parler avec son père sur le palier de leur maison de Washington ou encore le jour où Gabriel leur avait présenté sa fiancée. Des souvenirs parfois sans intérêt pour le commun des mortels, mais qui avaient une réelle importance pour lui. Autant dire qu'il comprenait parfaitement ce que la demoiselle pouvait ressentir.

« Du moment que vous vous en souvenez, c'est qu'ils sont importants. »

C'était sincère.
Quoi qu'il en soit, il était content, mais aussi un peu mal à l'aise qu'elle puisse envisager de lui faire confiance. Après tout, il n'était vraiment pas à la hauteur puisqu'il lui cachait de nombreuses informations, dont sa véritable identité. Autant dire qu'il se sentait honteux de voir qu'elle lui faisait suffisamment confiance pour lui donner sa carte de visite et se confier à lui de la sorte. Soupirant légèrement, le centenaire ourla un sourire – même si elle ne pouvait pas le voir – avant de glisser la carte dans l'une de ses poches de costume, puis releva les yeux vers elle au moment où elle parlait d'une discussion future dans un endroit plus intime que celui-ci.

De nouvelles hésitations s'installèrent dans son esprit tandis qu'il se demandait s'il méritait vraiment de lui parler de tout cela ou d'entendre ses confidences, puis esquissa finalement un sourire avant d'acquiescer d'un hochement vigoureux de la tête.

« Avec plaisir. Même si ça remonte à quelques années, j'en ai encore plusieurs souvenirs. Votre mère avait souvent le rôle principal d'ailleurs, vous en aurez pour votre patience. » Il ne mentait pas, elle était vraiment très douée et Adrian la laissait volontiers gérer leurs collaborations. « Je n'hésiterais pas à faire appel à vous si jamais j'ai besoin de m'excuser avec un beau bouquet. » Le ton était léger. « Je vous remercie de me faire confiance de la sorte Natalia, j'espère simplement que je ne vous décevrai pas. »

Une remarque qui pouvait avoir l'air étrange, il en avait conscience, mais bon, c'était plus fort que lui. Après quelques secondes de silence, Adrian se redressa, constatant qu'il avait vraiment monopolisé le temps de la demoiselle. Si elle n'avait rien de plus à demander, il s'éclipserait et rentrerait pour fouiller ses vieilles affaires et retrouver autant d'informations que possible à propos de la mère de Nymphea. Il garderait de côté les photographies où il apparaissait – celles qui étaient relativement rares fort heureusement – et lui confierait les autres. Finalement, accumuler les papiers et autres affaires n'était pas une si mauvaise chose !
Reposant ses yeux sur la demoiselle, il reprit :

« Je vous ai suffisamment monopolisée, je vais regagner mes pénates. Sauf si vous avez encore besoin de quelque chose ? »

Si ce n'était pas le cas, il la laisserait en paix, sinon, il serait ravi de lui prêter assistance !
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Dim 13 Nov 2016 - 16:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle chérissait chaque souvenir de ses parents, se plaisant parfois même à s’en construire. Des scènes imagées où elle se voit à leurs côtés pour les fêtes, pour du quotidien. Oui, il n’y avait rien de plus important que les souvenirs et Eldoth le lui avait justement fait remarquer. C’est pourquoi elle lui avait demandé de partager certaines de ses histoires avec elle, s’il le désirait, pourquoi elle avait accepté volontiers qu’il fouille à travers ses propres archives pour essayer de dénicher de quoi sustenter le gouffre béant de sa curiosité. Pourtant, si ces idées l’emplissaient d’une profonde allégresse, ce n’était pas ce que Natalia retiendrait essentiellement de cette journée. Ce qu’elle en retiendrait c’était lui, l’anonyme qui se cachait derrière le masque d’une identité connue de tous. Ce qui s’avérait comme une collaboration des plus détachées avait fini par se muer en quelque chose de plus profond, de plus vrai, quelque chose qui était à des lieux de ce qu’ils avaient cherché en se donnant rendez-vous ici. Il avait cherché son aide, sans savoir que c’était lui qui allait lui apporter la sienne. Elle devait rencontrer quelqu’un à aider sans savoir qu’elle en apprendrait bien plus que tout ce qu’elle avait envisagé. Et qu’elle accorderait sa confiance à quelqu’un qu’elle connaissait à peine, bien plus que ce qu’elle ne l’avait jamais fait.

Regrettait-elle ses choix maintenant que la fin de leur rendez-vous commençait à poindre ? Absolument pas. De manière générale, elle ne regrettait jamais ses choix, considérant que c’était précisément eux qui l’avaient menée là où elle en était aujourd’hui. Mais il y avait plus que ça. Elle avait trouvé en lui quelqu’un qui la comprenait au-delà de ce qu’il était possible d’expliquer, d’exprimer. Ils avaient la même façon de penser, le même raisonnement, la même volonté de servir, de répandre le bien autour d’eux. C’était inexplicable et irrationnel, mais c’était ce qu’elle avait trouvé en tendant la main vers le Légionnaire. C’est pourquoi un sourire convaincu ourla ses lèvres lorsqu’il la remercia de lui accorder sa confiance, arguant qu’il espérait ne jamais la décevoir. C’eut été étrange de le dire, mais elle était persuadée que ça n’arriverait pas, tout comme elle savait au plus profond d’elle qu’elle ne lui avait pas accordé sa confiance : elle s’était spontanément manifestée, comme s’il n’y avait rien de plus naturel que de croire l’homme qui se trouvait face à elle. Peut-être se trompait-elle, au fond, elle n’en savait rien. Seul l’avenir le dirait.

« C’est à moi de vous remercier. » Conclut-elle simplement.

Oh elle n’en dit pas plus, ce n’était pas nécessaire. Tout avait déjà été dit. Elle ne fut guère surprise de le voir se lever quelques instants plus tard, considérant vraisemblablement que leur entretien touchait à son terme. Il fallait dire que l’heure avait déjà considérablement avancé et que le crépuscule commençait même à poindre. Prenant les devants, la jeune femme ferma consciencieusement le logiciel et éjecta le périphérique. Après quoi elle éteint l’unité centrale et tendit la clé froufrouteuse à l’Archimage.

« Ne vous inquiétez pas, c’est normal. Un sourire ourla sa lippe tandis qu’elle posait le regard sur la silhouette du magicien. J’ai simplement besoin de m’assurer que vous ferez appel à moi sans hésiter si vous avez besoin de mon aide. »

Un léger rire s’échappa de ses lèvres tandis qu’elle enfilait de nouveau son gilet crème et passait la bretelle de sa sacoche de cuir en bandoulière. Elle ne voulait pas qu’il hésite sous prétexte qu’il lui en avait déjà trop demandé. S’il n’en avait pas besoin, c’était autre chose et elle ne se vexerait pas le moins du monde qu’il décide de confier de telles données à quelqu’un de plus qualifié qu’elle. Estimant que l’heure était venue pour eux de se séparer, la jeune femme se tourna finalement vers la haute silhouette d’Eldoth.

« Je ne doute pas que nos chemins se recroiseront sous peu alors… Merci encore, et à très bientôt. »

Oui, elle en était persuadée. Ou alors elle l’espérait ? Qu’importait au fond, si ce jour marquait le début d’une collaboration fructueuse. Seul l’avenir le dirait.


Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Une main tendue pour un sourire | Adrian
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
 Une main tendue pour un sourire | Adrian - Page 2 Categorie_6 Une main tendue pour un sourire | Adrian - Page 2 Categorie_8


 Une main tendue pour un sourire | Adrian - Page 2 Categorie_1 Une main tendue pour un sourire | Adrian - Page 2 Categorie_3
 Sujets similaires
-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 Une main tendue pour un sourire | Adrian - Page 2 Categorie_6 Une main tendue pour un sourire | Adrian - Page 2 Categorie_8

Sauter vers: