Enquête n°4 : Acte I : PURGE Bouton_vote
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Enquête n°4 : Acte I : PURGE Categorie2_1Enquête n°4 : Acte I : PURGE Categorie2_2bisEnquête n°4 : Acte I : PURGE Categorie2_3
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 

Enquête n°4 : Acte I : PURGE

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 14 Sep 2016 - 18:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Esprit de l'Héroïsme
Maître du Jeu

Personnage
L'Héroïsme

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 380
ϟ Nombre de Messages RP : 276
ϟ Célébrité : V pour Vendetta
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Héros
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
L'Héroïsme

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 380
ϟ Nombre de Messages RP : 276
ϟ Célébrité : V pour Vendetta
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Héros
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
 
Enquête n°4

Acte I : Purge



     C'était un début de soirée fort tranquille. Les eaux tranquilles du détroit bordaient la flancs du parc du Front de mer, qu'un semblant de brume couvrait de sa blancheur lactée. Les promeneurs étaient nombreux, mais les allées et chemins grouillaient toujours moins que les plus frétillants quartiers de la vie urbaine. Vingt heures sonnaient aux montres et tandis que d'insouciants gamins chassaient le Pokémon à travers le bois, tandis que de vieilles bourgeoises promenaient leur Bichon maltais ou leur Chow-chow ou leur Cavalier King Charles Spaniel, tandis que d'épars groupes d'amis débattaient des mérites comparés du « chinois du coin » et du « petit italien de la rue Jefferson », tandis que de malheureux chômeurs et sans-le-sou de longue durée cuvaient à l'ombre d'un mélèze ou d'un pacanier leur vinasse ou leur vomi, au sommet de la Sentinelle se préparait les menées sinistres d'un esprit torturé. Vous la connaissez tous : la Sentinelle est cette statue d'une trentaine de mètres, taillée dans du marbre clair, construite en 1998 par l'artiste Raul Diaz et qui représente le héros disparu Prétorien. Ce dernier, figé dans l'éternité de la pierre, fixe l'horizon, la baie, les mains posées sur une épée plantée à ses pieds. Bizarrement, ce jour-là, nulle visite au sommet de la statue n'était ouverte au public.

     Qui était le cerveau derrière l'opération qui se préparait, comment autant de nuages invisibles à l'horizon, promettant l'orage et la tempête à ces promeneurs qui traînaient dans le parc ? Un personnage torturé, sans doute, et sûrement déterminé. Une silhouette paresseuse montait les marches du long escalier menant jusqu'à la salle panoramique au sommet de la Sentinelle ; un curieux hasard fit qu'elle ne rencontra personne sur son chemin : il n'y avait pas âme qui vive dans la statue ! Et pour cause, la figure qui s'y mouvait n'était pas vivante, pas au sens où l'entend le commun des mortels. Mais ne comptez pas sur moi pour initier ici un débat sur ce qu'est la vie et le « vivant » ! Contentons-nous d'observer cette forme humanoïde, de loin semblable à n'importe quel banquier d'affaire, avec son pantalon à pince et sa veste de blazer à pochette dorée, mais de près froide comme l'aluminium d'une plaque de tôle, et coiffé d'une auréole de métal doré issue de ce qui aurait dû être l'emplacement des « oreilles » sur ce « crâne » d'acier dont le « visage » s'achevait sur un menton aigu comme la pointe d'une lance. Diacre C-2, ainsi désignait-on cette unité chargée d'accomplir une mission simple : activer, au sommet de la Sentinelle, un dispositif qui défigurerait Star City en la détachant de son cher « parc du Front de mer ». Temporairement ?

***

     La question serait bientôt sur toutes les lèvres. Au même moment, sous les lueurs d'un ciel déclinant qu'éclairait encore un soleil prêt au coucher, Roodabeh profitait d'une sortie entre filles avec ses amies de la compagnie du ballet de l'Opéra Beaudrie. Après avoir profité du confort de l'herbe fraîche et de la tranquillité d'une suite de conversations agréables, les six demoiselles s'apprêtaient à quitter le parc pour gagner le restaurant qu'elles s'étaient choisi pour finir la soirée. Priam marchait non loin d'elles, ombre inévitable et invisible.

     Non loin se tenait, sur un banc, Suzaku qui contemplait depuis quelques dizaines de minutes les environs. Il avait balayé du regard les danseuses réunies en bande comme autant d'ineffables hyènes attroupées pour un festin de ragots, observé avec attention la dispute houleuse d'un vieux couple incapables de s'accorder sur l'émission de variétés qu'ils regarderaient en rentrant chez eux, et tout entendu de la détresse sociale d'une toute jeune mère qui promenait dans un grand landau des jumeaux d'à peine quelques mois. Mais Qiú Niú n'était pas là ce soir pour seulement prendre la température sociologique d'un échantillon à peine représentatif de la population de Star City. Ses motifs, ils ne s'en étaient pas même ouvert au vendeur de churros ambulant qui lui proposait une ristourne sur « les derniers de la journée ».

     En revanche, il n'avait pu manquer cette jeune femme, Ivy, qui se tenait depuis plus longtemps que lui encore au pied d'un arbre, seule. Personne n'était encore venu l'ennuyer, mais la demoiselle savait ne pas être là sans raison : bien qu'elle fût nocturne et préférât sortir à Star City de nuit, elle avait fait une exception en découvrant que sa dernière piste, pour retrouver la trace des meurtriers de sa sœur jumelle, menait à une impasse. Était-elle là pour trouver dans la quiétude du parc un peu de réconfort, ou était-elle déjà sur une autre piste ? Ces informations-là n'appartenaient qu'à la demoiselle appuyée contre un vieux saule.

     Non loin de cet arbre centenaire passa Meghan Leroys, qui n'était pas là pour profiter de la douceur bucolique d'une fin de journée dans le parc. Les embruns sur sa peau se heurtaient aux traits que creusaient l'inquiétude et la suspicion. Un de ses amis de l'UNISON lui avait confié ses craintes : l'attraction principale du parc, la statue, avait été fermée au public deux jours plus tôt et n'avait pas rouvert depuis. Bien que tout fût en ordre et que toutes les formalités administratives concouraient à donner toute son authenticité à la « fermeture pour cause de maintenance et travaux », cet ami avait la farouche intuition qu'il y avait là anguille sous roche, baleine sous gravillons. Meghan connaissait bien son homme, et la pertinence de ses intuitions. Elle se trouvait dans le coin quand elle prit la décision qu'aller jeter un œil « ne coûtait rien ».

***

     Ailleurs dans le parc, dans la grande roseraie, Ryan se promenait peut-être sans but, mais ce n'était là qu'une trompeuse apparence ; car depuis qu'il avait rencontré l'énigmatique et taciturne Tarkhan de Tarkhir, il s'était trouvé de nouveaux objectifs, et parmi eux le désir véritable de « devenir meilleur », avec toute la naïveté qu'implique toujours, au moins au début, ce genre d'idéal romanesque. Et ce soir, s'il avançait discrètement vers la roseraie du parc, c'est qu'il espérait bien profiter de la hauteur des haies et des futaies pour s'abriter et soulager une vessie que plusieurs boissons successives avaient comblée.

     Leila aurait sans doute préféré ne jamais avoir à connaître ce genre de spectacle urbain, mais le hasard l'y contraignit ; sa cible était le planétarium Hamilton, et le chemin par la roseraie était le plus court ; car la cambrioleuse s'était mis en tête de vider le planétarium de certains de ses beaux objets – ignorant encore, bien sûr, que le cours des événements l'en empêcherait ; bien qu'invisible, Little Ghost n'était pas aveugle, et passa tout près d'un Ryan en pleine action. Le prit-elle pour un clochard ou un malotrus ou les deux ? En tout cas, elle remarqua qu'il portait un costume et même si celui-ci n'était pas très coloré, elle put se demander s'il s'agissait là d'un légionnaire ou d'un super-héros ou d'un quelconque citoyen avec un fétichisme particulier...

***

     Tout près de la roseraie se reposait le planétarium, fermé près d'une demi-heure plus tôt, après une longue journée d'ouverture au public assidu et émerveillé. Et près de l'entrée se tenait Jezabel, un paquet de cigarettes à la main, l'une d'elle à la bouche, qui discutait avec l'un des responsables de l'attraction, car son groupe, No Care, s'était vu proposer, par la mairie, de participer en octobre à un « festival des musiques du moment à Star City », dont l'une des scènes serait le planétarium. Jezabel était venue elle-même visiter les lieux, « pour voir », sans doute, ou pour toute autre raison.

     Présent à l'extrême sur le deepweb, les réseaux du Docteur Otaku l'informaient, depuis quelques semaines, qu'une « catastrophe » se préparait, impliquant des robots. Or les robots, c'était sa spécialité, son domaine, son dada, son pré-carré. Grandement frustré de ne pas disposer de renseignements plus précis, en dépit des efforts déployés pour creuser la piste, Ando dut se résoudre à venir lui-même sur les lieux que pointaient tous les indicateurs. Il était pourtant loin d'imaginer qu'ils seraient pris lui-même, ce soir-là, dans la catastrophe dont il cherchait à décrypter le mystère ! Il était arrivé avec ses mignonnes amies, en voiture, dans le parking du planétarium Hamilton.

***

     Quelle surprise pour eux tous quand le ciel s'éclaira soudain d'une lumière vive comme les néons des chaises de dentiste ! Ils s'interrompirent et levèrent des yeux ronds vers les nues où s'étalait à toute vitesse la toile d'un manteau rayonnant. Très vite, les parois fluorescentes d'un dôme de photoplasme s'étendirent tout autour du parc, comme une cloche à fromage mais sans la ronde et lisse perfection du verre de Murano. Le sommet en était la Sentinelle. Le parc était coupé de Star City !

     Il ne restait pas plus de cent personnes à l'intérieur de la zone de facto en quarantaine, mais à la stupéfaction succéderait bientôt la panique, et peut-être plus rapidement qu'on ne le pense, car en tombant au sol les parois du dôme firent une démonstration fort sérieuse d'imminent péril : l'une des danseuses accompagnant Roodabeh fut trop lente et quand la membrane rayonnante la percuta, elle fut aussitôt désintégrée, ce qui provoqua l'effroi incrédule de ses consœurs... lesquelles étaient séparées, les unes du bon côté du mur de lumière, les autres du mauvais... Roodabeh était du mauvais, et Priam du bon, hélas ! De même, quand le mur s'abattait soudain sur le parking du planétarium, Ando et ses Angels purent éviter l'inévitable pulvérisation moléculaire, mais le docteur, en se relevant, découvrit que l'une des Angels était de l'autre côté du rideau d'énergie. La voiture hélas eut moins de chance : il n'en restait rien qu'un bout de métal fumant.

     Quelques minutes après l'apparition du dôme, les ennuis commencèrent... pour de vrai. En divers endroits du parc apparurent des entités hostiles, des robots, les Chérubins-CX, un modèle de robot humanoïde bipède armés de pistolets semi-automatiques sensiblement similaires au modèle Beretta 92. Sur leur visage, un voyant lumineux montrait une longue croix rouge. Ceux-ci scandaient de leur voix métallique : «  Rendez-vous. Repentez-vous. Rendez-vous. Repentez-vous. Rendez-vous...  » Il y en avait sept dans la roseraie, huit sur le parking du planétarium, et douze près du saule, du banc, et du vide qu'occupait autrefois la danseuse désintégrée ; ces robots étaient hostiles, mais ne tiraient pas : ils réclamaient de tous les civils qu'ils se rendissent. Pourquoi ? Mystère...


Informations


- Ici seront donnés des informations pour chacun d'entre vous ; même si elles ne vous concernent pas personnellement, lisez-les, c'est toujours utile !

- Vous l'avez remarqué, les huits participants ont été réunis en petits groupes distincts par leur localisation ; cela ne doit pas vous brider, le parc est grand et vous vous doutez bien qu'il vaut mieux pour vous ne pas attendre la mort dans votre coin...

- Le planétarium est situé à l'est du parc, près des rives. La roseraie s'étend derrière, dans la direction de la statue. Suzaku, Roodabeh, Ivy et Meghan, vous vous situés sur un chemin à l'ouest du planétarium, à cinq minutes environ, en bordure du dôme. Suivez ce plan très sommaire : plan!

- Chacun d'entre vous aura reçu par MP des objectifs spéciaux. Accomplir ces objectifs vous fera gagner des récompenses !


Modalités des actions et scènes de l'enquête


- Vous démarrez tous dans le parc, sous le dôme. Ce qui se passe à l'extérieur ne vous concerne pas. Le but du jeu est simple, pour vous : survivre jusqu'à ce que le dôme soit dispersé ou relevé ; notez que vous pouvez prendre part à la résolution de ce problème, que vous pouvez décider de vous faire plaisir et semer encore plus de pagaille, que vous pouvez en profiter pour régler des comptes entre personnages, bref je ne vais pas vous mâcher le travail d'imagination !

- Mesurez vos actions. Toutes ont leurs conséquences. La danseuse et la voiture d'Ando n'ont pas eu de chance. En aurez-vous ?

- Il est impératif, pour les actions à risque, de les fragmenter. Ce sujet se déroule sous l’œil vigilant et cruel de votre dévoué MdJ qui se fait un devoir de déterminer le résultat de chacune des actions que vous conduirez susceptible d'avoir une influence sur le cours du sujet. Ne partez donc pas du principe que votre coup de poing atteindra nécessairement sa cible, ou que vous pourrez traverser un obstacle sans difficulté. N'hésitez donc pas à y aller progressivement. Ma réactivité suppléera l'apparent morcellement de vos posts.

- Vous ne pouvez jouer que vos propres personnages et vos PNJ éventuels – y compris ceux qui se trouvent à l'extérieur du dôme. Mais vous ne pouvez pas jouer pour les autres joueurs ou pour leurs PNJ, ou pour mes PNJ.

- Pour plus de commodités, voilà à quoi ressemble les robots Chérubins-CX : cliquez donc !

- J'insiste : soyez inventifs et dans les limites imposées par les besoins et les règles du jeu, faites-vous plaisir !

Modalités de l'Enquête


- Chacun de vos posts devra faire entre 400 et 600 mots en moyenne. Ce seuil est là pour faciliter la lecture de tous et privilégier une meilleure réactivité de l'Enquête. Au-delà de 600 mots, je coupe !

- Si la participation est importante et rapide, le MdJ répondra tous les jours environ, mais il s'adaptera en cas d'imprévu ou d'empêchement. Notez bien qu'il n'est pas nécessaire que l'événement soit réglé en trois semaines ! Mais le but de l'enquête est d'être rythmée et rapide, afin de ne pas traîner en longueur. Je suis là pour vous.

- Notez enfin qu'à l'instar des missions du tableau de service, des événements du hasard, et des rp en général, ce sujet est là pour vous divertir, alors n'hésitez pas à relancer selon vos envies et vos idées dans le cadre qui vous sera proposé. Chaque initiative sera remarquée et pourra même être largement récompensée ! À ce sujet, des détails supplémentaires vous seront donnés dans le post inaugurant l'Enquête.

- La date de l'événement : 15 septembre.

- Les jets de dés sont interdits, sauf autorisation exceptionnelle de votre dévoué MdJ.

- Si le MdJ vous répond individuellement, vous pouvez répondre à la suite ; si plusieurs personnes sont nécessaires au déroulé d'une action, le MdJ attendra un temps raisonnable pour laisser à tout le monde le temps et le soin de participer.

- Vous pouvez réclamer des points d'inventaire pour les réponses faisant suite à celle du MdJ ou à celle du partenaire de votre personnage dans l'enquête ; ce sont les récompenses pour les réponses en 6 heures, en 12 heures, etc.

- Un sujet de discussion est ouvert ici.

- Pour toute question, n'hésitez pas à contacter votre dévoué MdJ : Dante Visconti.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 14 Sep 2016 - 19:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Dire que je suis terriblement contrarié aurait été l’euphémisme de l’année.
Apprendre que quelqu’un se permet de marcher sur mes plates-bandes ne me plait pas le moins du monde. Je ne suis évidemment pas le seul scientifique spécialiste de la robotique à Star City, mais j’estime que la moindre des choses serait de me demander l’autorisation d’officier dans mon domaine de prédilection. Ou de s’en abstenir, parce que personne ne peut me surpasser.
Enfin… Théoriquement.
Les informations tirées du deepweb ne semblent pas de cet avis. Aussi, vexé, j’ai décidé de me rendre directement sur le lieu présumé de l’intervention. Mes trois Angel’s m’accompagnent Midori (la verte) et Momoiro (la rouge) me suivent à distance, tandis que Mizuiro joue le rôle de ma petite amie. Nous portons tous les deux des vêtements très excentriques, mais pas très étonnants pour les deux asiatiques que nous incarnons. Enfin, que je suis et qu’elle incarne. Nous sommes tous les deux dans l’une de mes nombreuses voitures, à force de travailler sur le modèle de Solar, je me suis trouvé un goût pour le look sportif. Celle-ci est neuve, je l’ai dérobée il y a deux jours chez un concessionnaire et je note les améliorations à lui apporter. Autant faire d’une pierre deux coups…

Je suis loin de me douter qu’un foutu dôme d’énergie va me la réduire en miette. Au moment où je me gare sur le parking du planétarium, une vive lumière m’aveugle. Enfin, elle essaie, c’est sans compter les vitres teintées de ma voiture. Je sors immédiatement.

Momoiro, analyse de la situation.

La Angel’s s’élève vers la source de la lumière, tandis que Midori s’est déjà posée à côté de moi, en position défensive. Elle est déguisée, je ne devrais pas trop attirer l’attention… Hélas, des parois nous encerclent et je n’ai pas le réflexe d’ordonner à mes Angel’s de nous sortir de là. Midori, Mizuiro et moi nous retrouvons coupés de Momoiro, mais aussi du reste du monde.
Contrariant.

Chik’shôôôôôôô !

Pour couronner le tout, des robots de facture grossière (aucune mauvaise foi là-dedans, juste une vue parfaite derrière mes lunettes noires) font leur apparition. Ils exigent une reddition et sont très clairement en surnombre. Je regrette de ne pas porter ma combinaison, pour au moins me protéger des balles. Il y a des gens autour de moi, certains sont déjà en train de paniquer, d’autres sont figés, mais honnêtement, je n’ai strictement rien à foutre de tous ceux qui m’entourent. Ce qui m’inquiète, c’est 1) sortir vivant de ce que je prends pour un piège tendu à mon intention (forcément ! ah, les affres de la célébrité.) 2) faire payer le coupable au centuple, pour lui apprendre qu'on ne s'en prend pas au Docteur Otaku impunément.

Mizuiro, mode garde du corps. Midori, si l’un d’eux approche à moins d’un mètre, tu pulvérises. Momoiro, résultats de l’analyse ?

Décision du MJ :
- Ando peut-il communiquer avec Momoiro à travers le dôme ? Si oui, qu’est-ce que son scanner peut lui apprendre ?
- Si les robots décident d’attaquer, Midori peut-elle les endommager ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 14 Sep 2016 - 20:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Il vous en reste six ? Je les veux bien, s’il vous plaît. »

Incorrigible gourmandise.

Suzaku ignora le ton de reproche qui résonnait dans sa tête, paya le vendeur et croqua dans la pâtisserie avec un petit soupir satisfait. La journée ne serait pas perdue, au moins. Il s’était déplacé au parc, lieu public par excellence, pour échanger discrètement avec un receleur qui souhaitait les services de son groupe. Le contact ayant été donné par une instance de la Triade, le voleur n’avait pas rechigné. Malheureusement, le bougre ne montra pas le bout de son museau, et cela faisait déjà une heure qu’il l’attendait. À défaut, le farouche et pudique jeune homme avait observé son entourage proche, animé d’une curiosité presque naïve. Il avait aussi remarqué une jolie jeune femme blonde assise au pied d’un saule, crut que leurs regards se croisèrent et, timidement, tendit son sachet de churros dans sa direction…

Là-dessus et soudainement, descendit du ciel, funeste, un voile brillant et transparent qui vint enrober et isoler le parc du reste de la ville. Cet aspect délicat flattait presque l’œil, mais la réalité et sa violence eurent tôt fait de frapper : le simple contact avec la paroi avait dissous sous leurs yeux une jeune femme de chair et de sang, qui cancanait encore quelques secondes auparavant ! La stupeur entrouvrit les lèvres de Suzaku, mais pas un son n’en sortit. Leste et preste il bondit de son banc pour rejoindre les malheureuses, et saisissant doucement la première par les épaules, l’écarta sans brusquerie du danger.

« Vous n’êtes pas blessée ? » demanda-t-il à celle qui se prénommait Roodabeh.

Il porta un regard en arrière, en direction du vieux couple, de la jeune mère et du vendeur qu’il avait tantôt observé, s’assurant qu’ils étaient à bonne distance de la membrane. « N’approchez surtout pas. » Une mise en garde dans un souffle, après quoi ses yeux sombres détaillèrent la barrière qui les séparait du monde. Il évalua sa hauteur, et observa autour de lui. Au loin il crut percevoir la fière Sentinelle, et celle-ci semblait être le point culminant du dôme. S’il se remémorait correctement ses enseignements d’histoire de l’art, elle faisait bien vingt-cinq, voire trente mètres de haut… Sa réflexion s’arrêta là, perturbée par d’angoissants visiteurs. Des robots d’un gris froid, qui scandaient tous les mêmes ordres. Suzaku fut tenté d’obéir pour éviter les débordements, mais la voix de Raijin gronda, tonna dans sa tête.

Ne songe même pas à ployer le genou.

Le jeune homme déglutit et se tança, il était entraîné à faire face à des situations difficiles : Il pouvait le faire. Son premier réflexe fut de s’éloigner le plus vite possible des autres visiteurs. Il contourna l’arbre où s’était reposée Ivy, celle avec qui il aurait pu partager un sachet sucré, et ferma son poing. Un faisceau électrique lui parcourut alors tout le bras et quand il rouvrit la main, une sphère d’énergie électrique se forma et fila vers le robot hostile le plus proche.

Ne perdons pas de temps, sors-nous d’ici maintenant.

On ne peut plus d’accord avec le kami qui l’habitait, Suzaku ne voulait toutefois pas jouer avec ce voile des plus dangereux. Tendant le bras en direction du banc qu’il avait occupé, il en magnétisa les fixations pour l’extraire du sol, l’éleva dans les airs à environ trois mètres – suffisamment haut pour éviter une potentielle riposte du voile, assez bas pour que la chute du banc ne blesse pas un passant paniqué – et le projeta contre la paroi.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 14 Sep 2016 - 21:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
**La journée avait commencé par un coup de fil. Une des mâcheuses de chewing-gum de la mairie lui avait proposé de participer à un festival début octobre avec Mike, donc son groupe No Care, ça va, c’était pas Halloween, hors de question qu’elle assure pas le show à l’Éclipse. L’appel la surprenait pas vraiment. L’excellent de travail de Suzy sur les clips et les DVD et le coup de pub involontaire des grenouilles de bénitiers en teflon avaient un peu fait bouger les choses.

Donc le soir venu elle avait rendez-vous avec le mec qui gère le planétarium, histoire de voir où elle allait jouer et prévoir les détails techniques qui allaient avec le fait de faire un concert là-dedans. Puis elle aimait bien les planétariums, elle trouvait ça aussi beau que badant, sans doute le côté « infini » de l’espace l’angoissait. M’enfin toujours était qu’elle s’était offert la dernière séance du planétarium avant de sortir dehors et discuter avec le bonhomme. Bonhomme à peu près cinquantenaire que la calvitie attaquait lentement lui dégarnissant le front, mais à l’air plein de bonnes intentions, le gentil savant fou quoi.

Paquet de clope à la main, une autre qu’elle allumait d’un Zippo, Jeza vêtu d’un top noir transparent à motif de têtes de mort, sa veste en cuir, son treillis et sa paire de Vans niquée par le temps discutait du ré arrangement de la salle pour l’événement et savoir si les animations « espace » tourneraient pendant le concert. Ouais des fois, quand les planètes sont alignées, elle se montre pro la blonde.

Donc cette discussion aurait pu tranquillement continuer si un enculé de dôme ne s’était pas pointé pour entourer tout le parc, Jeza l’air incrédule vit le dôme pulvériser une bagnole. Bagnole où se tenait un chanteur de visu et ses potes, accorder selon l’envie.


"Mais c'est quoi cette merde encore ?!

Furent les mots qui franchirent ses lèvres maquillées de noir tout comme ses yeux et ses ongles. Y’as pas moyen de vivre pénard dans cette foutue ville ou quoi ?! Le gérant du planétarium lui sursauta, faisant au passage tombée les clefs du bâtiment et en voyant ce qui arriva à la voiture, il courut se cacher dans la sienne dans un mouvement de panique.

Jeza claqua de la langue de façon bruyante, observant le truc d’un air mauvais. Non, mais sérieux. Va falloir qu’ils se calment ses tarés. Puis une vision lui tira un mouvement de crispation nerveuse. Des boîtes de conserve moches arborant une croix rouge et armer de flingues se mirent à scandez » rendez-vous, repentez-vous ». La putain de leurs races. Jeza tourna un peu sur elle pour voir les huit mixeurs, ses pieds heurtant les clefs. Hnnn. Dans le doute elle les attrapa et sans faire grand cas des robots elle se dirigea vers l’Asiate dont les copains/copines semblaient bien plus que ce à quoi elles ressemblaient.


"Rappelle-moi, pourquoi quand je croise un mec mignon ça part en steak ?"

*Bah oui les enfants, ça reste Jeza. S'allumant une nouvelle clope elle regarda le bordel autour d'elle.*

"Bienvenu à Star City je suppose. Une idée,car pour avoir déjà croiser ce genre de mixeur, ils sont pas paix et amour de son prochain. Plutôt Inquisition Espagnole. "

*Les mains dans les poches Jeza se tenait désormais prés du Docteur Otaku, observant d'un oeil mi-blasé mi-aller-crever-en-enfer les robots Inquisiteurs du pauvre. Yep, Welcome to Star City, bitchies. Plus qu'à voir comment ça va partir en steak. *
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 14 Sep 2016 - 21:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
C’était une douce soirée et les rancœurs du à son second rôle dans le prochain ballet c’était atténuée, avec patience Roda avait fait preuve de largesse et de gentillesse, ça et son collier et elle pouvait se sentir admise parmi certaine. Elles étaient six à sortir ce soir, toute légèrement vêtues, toutes fines et gracieuses, elles attiraient des regards, mais s’en fichaient, leurs grands éclats de rire meublait le calme du parc, il faut dire que 4 bouteilles de vin avait déjà été siphonnées et qu’il restait deux bouteilles de vodka et une de vin pour après le restaurant, l’alcool en boite coûtait une blinde. L’alcool les rendait joyeuses. Roda était la gardienne de ses bouteille de vodka comprise dans son sac à dos en cuir brun, elle était simplement vêtue d’une robe noire courte , d’un gilet noir aux manches longues et de basket adidas ma foi fort agréable pour ses pieds, c’était celle qu’elle utilisait habituellement pour son jogging matinal.

Tout se passait bien, elles se dirigeaient pour sortir du parc et aller aux restaurant, ce soir c’était japonais, à vrai dire cela ne changeait guère que d’habitude, les filles avait trop peur de prendre du poids pour oser autres chose, il y avait bien les restaurant à soupe et salade, mais c’était quand même un jour particulier. Ce n’était pas une sortie banale cette fois-là, c’était pour fêter les 22 ans d’une texane fausse blonde, mais aux yeux vert qui lui rappelait ceux de Suleika sa sœur perdue. Tout allait si bien et puis un dôme tomba les séparant de celle qui était plus en avant et tuant la texane. Deux des 3 danseuses hurlèrent. Roda était la seule calme, la seule à connaitre la mort, elle fixa Priam qui semblait prisonnier à l’extérieur, il était fou furieux la colère déformait ses traits fins.

Un homme la secoua pour lui demander si elle allait bien, elle opina, mais très vite il s’enfuit et sans comprendre pourquoi elle décida de s’enfuir aussi, si il s’enfuyait ce n’était pas pour rien, elle se cacha derrière un magnifique et énorme buisson d’hortensia, une fois cachée elle jeta un coup d’œil: des robots merde. Elle avait laissé ses consœurs danseuses qui faisait suffisamment de bruits pour le moment pour distraire les robots, très rapidement elles se rendirent. Elle enleva son gilet et déchira les deux manches, elle sortir les deux bouteilles de vodka et elle prépara deux cocktails Molotov. Priam lui avait appris, si un jour ils étaient séparée et qu’elle était danger, il lui avait appris ça et des tas de petites choses. Ses deux armes prêtes à être allumées si besoin, elle chercha son portable son portable et son briquet. Une fois le portable en main elle vérifia si elle avait du réseau.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 15 Sep 2016 - 0:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
" ♪ J’fais pipi, sur l’gazon, pour arroser les coccinelle~~~~~es ! ♫ J’fais pipi, sur l’gazon, pour arroser les papi~~~~~illoo~~~~~ons ! ♪ " Chanter en urinant était l’un des petits plaisirs simples de notre homme. Du moins un plaisir qui n’impliquait pas de connexion internet et un accès à des sites interdits aux moins de dix-huit ans ! C’était déjà la troisième fois qu’il reprenait ce couplet. A croire qu’il avait abusé d’eau citronnée ces derniers temps, depuis qu’on lui avait indiqué que c’était un excellent brûleur de graisses, il en avalait désormais des galons entiers… Ajoutez à cela les quantités astronomiques de thé vert qu’il ingurgitait précédemment et c’était pas franchement étonnant de le voir jouer les Manneken-Pis en pleine patrouille pour le compte de la Légion des Etoiles !

Keske cé ke ce bordel ?!!! Songea notre homme alors qu’il agitait Lin -parce que Lin est branlable- pour la débarrasser des dernière gougouttes perlant au bout de ce que je ne saurais décrire sans passer ce post sous hide. Et non, je ne le ferai pas, petits coquins ! Mais revenons-en à notre brave crétin tout surpris de voir le ciel du crépuscule se moirer de lueurs dont il n’avait guère l’habitude. Rangeant le service trois pièces, il s’apprêtait à quitter les lieux pour aller enquêter, son instinct lui hurlant qu’il se passait quelque chose de bizarre ici !

Là-dessus, voilà qu’il tombe sur un robot. Enfin, un robot… Plutôt plus d’une demi-douzaine. En plus ils étaient armés ! Clairement, ils étaient pas venus là pour faire des boutures et notre brave Légionnaire se mit à faire chauffer ses méninges pour essayer de tirer au clair cette histoire et trouver un coupable à ce chaos… Même s’il était assez relatif pour le moment !

Réfléchis mon petit Ryan, réfléchis, réfléchis… Quel esprit malade et tordu pourrait bien être à l’origine de ces machins ? Autant dire qu’il y avait un peu de temps avant que Sherlock ne trouve la solution. Ca ressemble pas au boulot de Dédale et çà peut pas être Network, il est mort… Puis c’est ou c’était des gentils ! Un bon enquêteur passe même en revue les pistes les plus évidentes avant de les écarter ! Un génie maléfique… Des robots… Quelqu’un qui n’a pas peur de s’en prendre à des civils innocents… Qui utilise des robots… Ça serait… Otaku ?! Inutile de dire que cette simple hypothèse lui fit grincer des dents et serrer du poing. Ouais mais naaaaaan… Ceux d’Otaku y ressemblent plus à des Idols maquillées comme des voitures volées ! No offense ! La dernière fois, il y avait un gros trou dans le ciel… songea notre homme en regardant vers ce dernier toujours coloré de cette teinte bizarre. Après tout, ça pouvait coller. Mais alors… Omega serait… De retour ?

Gloups ! Et pourquoi pas ? Il lui semblait bien que Megastar avait dit avoir combattu des drones du Terminus fut un temps… Ou bien un autre héros ? Merde, où est ce qu’il avait entendu cette histoire de Drones qui se réactivent on ne sait comment et qui tentent de nouveau d’attaquer la ville ? Oh et puis merde ! C’était la possibilité pour lui de briller et de montrer à tous qu’il avait les épaules pour remplacer le Prétorien en ce monde, s’affirmant comme étant le plus grand héros de la Terre Prime en une soirée d’exploits ! " Bouge pas ‘tite fille ! " Lâcha ‘il à destination d’une môme qu’il n’avait pas remarqué alors qu’il était en train de pisser. Oui, Leila, je parle de toi ! " Je m’occupe de leur cas ! " Gronda t’il en faisant craquer sa nuque d’un mouvement de tête. Ce soir, il serait le rempart sur lequel viendraient s’écraser les attaques visant la Terre Prime !



Action :
Ryan s’élance à toute blinde vers les Sept Robots pour proprement leur casser la gueule en un instant ! Y déconnes pas l’animal, faut qu’il assure, c’est son soir !
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 15 Sep 2016 - 0:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Esprit de l'Héroïsme
Maître du Jeu

Personnage
L'Héroïsme

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 380
ϟ Nombre de Messages RP : 276
ϟ Célébrité : V pour Vendetta
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Héros
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
L'Héroïsme

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 380
ϟ Nombre de Messages RP : 276
ϟ Célébrité : V pour Vendetta
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Héros
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
     Momoiro la rouge, coincée à l'extérieur du dôme, loin de son maître et créateur, n'en eut pas moins la réaction placide et programmée des robots en situation de panique : elle attendit ses ordres et instructions. Ceux-ci lui parvinrent et Ando comprit très rapidement que le photoplasme rayonnant qui constituait l'infranchissable paroi du dôme n'empêchait aucunement les communications entre lui et son Angel. Le scanner de Momoiro lui apprit la nature de cette énergie qui venait de pulvériser la voiture : il s'agissait d'une forme de lumière ; mais si la lumière est un transport d'énergie sans transport de matière, et donc constituée de l'ensemble des ondes électromagnétiques perçues par la vision humaine, cette membrane irradiée présentait une différence de taille : à la lumière se mêlait des particules chimiques étonnantes : noyaux d'hélium et d'hydrogène, ainsi qu'une quantité phénoménale d'électrons et perpétuels mouvements à travers la membrane, ce qui expliquait peut-être son rayonnement.

     Mais Ando devait aussi faire face à l'irruption de Jezabel, laquelle avait bien trouvé au sol les clefs du planétarium. Le trousseau était fourni et portait une étiquette brillante et étoilée. Les robots à la croix rouge se rapprochaient en arc de cercle, avec lenteur, des deux jeunes gens en répétant les injonctions à la reddition et à la repentance. L'un d'eux, plus avancé que les autres, s'approcha trop près de Midori, laquelle attaqua comme l'avait ordonné son créateur. Deux ou trois mouvements lui suffirent à neutraliser détruire la machine. Mais les autres, qui avaient reconnu « l'une des leurs », commencèrent à tirer sur Midori en continuant leur marche lente et leurs scansions péremptoires.

***

     Suzaku dut abandonner l'idée séduisante de consommer en paix ses churros. Il s'était intéressé à l'état de Roodabeh peu après la tragique mort de la danseuse désintégrée. Puis, derrière l'arbre, il fit appel à son pouvoir sur l'électricité pour attaquer le robot le plus proche. La boule d'énergie percuta le buste de la machine, laquelle parut trembler près d'une demi-minutes, avant de repartir comme si de rien n'était : le robot n'était pas insensible à cette surcharge d'énergie électrique, comme en témoignait son déplacement claudiquant désormais, mais il en faudrait davantage pour susciter un quelconque court-circuit. Mais déjà Suzaku cherchait à éprouver l'impénétrabilité du dôme, et projetant contre sa paroi un banc public qui n'avait pourtant rien demandé à personne... et qui connut le triste sort de la danseuse, à l'exception qu'il resta de lui un pied de métal fondu, fumant et chauffé à blanc.

     Roodabeh de son côté avait trouvé refuge derrière un grand hortensia, où elle sut préparer avec succès deux cocktails Molotov ; mais la jeune femme n'avait que deux bras, et dut laisser les deux bouteilles au sol, tandis qu'elle prenait son briquet dans la main droite, et son portable dans la main gauche. En le consultant, elle découvrit qu'aucun réseau n'était plus disponible sous le dôme.

***

     Quand Ryan percuta le premier robot, une facétie de la fortune opéra. À la triste faveur d'un échec critique au dé du hasard, le sort du légionnaire était scellé ! La première machine se disloqua à l'impact, mais un piège immédiat l'entrava aussitôt. Un bandeau d'énergie lumineuse, semblable à celle qui tissait les parois du dôme, vint s'enrouler autour de sa tête, couvrant ses yeux d'un impénétrable écran. Le héros ne voyait plus rien. Il avait beau cligné des yeux... les ténèbres l'entouraient. Une voix aussitôt résonna dans sa tête, semblable à celle d'un GPS, atone, nasillarde, masculine : «  Rends-toi, Black Arm. Bang. Ryan. Toute résistance est futile.  » Un réflexe peut-être inviterait Ryan à porter ses mains à sa tête pour tenter d'arracher ce bandeau d'énergie. Mais rien n'y ferait. Et la voix de poursuivre : «  Toute tentative est vaine. Rends-toi.  » Un grand mystère entourait sans doute cette voix qui en savait tant sur ce légionnaire... cryptique est le chant de la bête au fond des sombres bois, n'est-ce pas ? Les six autres robots se rapprochaient de l'homme et l'un d'eux, répétant ses injonctions, pointa son arme dans son dos.


Informations


- Ryan, tu es temporairement privé de l'usage de la vue ! Note que le bandeau qui t'aveugle ne peut t'être retiré par la force, même si tu insistes. Il faudra trouver un autre moyen !

- Roodabeh, pour utiliser les cocktails Molotov, tu es autorisée à déterminer le résultat par un jet de dé : sur une réussite, le cocktail atteint sa cible ; sur un échec, je déterminerai le résultat moi-même.

- Ando et Jezabel, je vous laisse gérer entre vous l’interaction entre vos PJ.

- Suzaku, s'il te reste des churros, j'ai faim ! Enquête n°4 : Acte I : PURGE 159787244

- Pour toute question, n'hésitez pas à contacter votre dévoué MdJ : Dante Visconti.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 15 Sep 2016 - 2:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur


Enquête n°4 - Acte I : Purge


Leila & du monde


    08:00 P.M ; 15.09.2016 ; Le parc du Front de Mer

Ce soir, Casper avait prévu d'aller voler quelques météorites exposé au planétarium. Mais rien ne se passait comme prévu. La capuche sur la tête, son foulard et ses lunettes d'aviateur cachant son visage, elle se faufilait dans les haie quand une silhouette masculine s'approcha de sa cachette. Sans attendre, Ghost prit une grande bouffé d'air avant de bloquer sa respiration, utilisant ainsi son pouvoir, récemment apparu, d'invisibilité. Elle ne pu que constater avec horreur pour quelle raison l'homme s'était approcher. Trop tard pour s'enfuir en toute discrétion. Elle était coincé, invisible, dans la haie, mais elle ne pouvait pas utiliser son intangibilité pour sortir sans bruit tout en restant invisible. La jeune fille dû plaquer ses mains sur sa bouche et son nez pour s'empêcher de crier, ou tout simplement respirer. Si elle réapparaissait maintenant, ce gros pervers allait forcément la voir, ce qui serait une situation encore plus gênante. Elle pu au moins se rassurer d'avoir été à une distance suffisante pour éviter le jet de liquide nauséabond. T'aurais pu simplement fermer les yeux... fit remarquer la voix de Gabriel. Et c'est que maintenant que tu le dis ?! reprocha-t-elle en pensée.

Soudain, une lumière aveuglante éclaira le ciel, illuminant même la roserai à travers les arches végétales. Prise de surprise, Ghost oublia de garder sa respiration, et son invisibilité disparue. Au loin, on pouvait entendre des gens crier de panique. C'était la merde ! Il fallait qu'elle se barre en vitesse. Sans plus se soucier de se cacher du pisseur public, Ghost se releva et sortie de la haie pour s'enfuir, mais elle fût stoppé après quelques pas par une personne qui venait de faire son apparition. Non, pas une personne, un robot ? D'un coup d'oeil dans les alentour, Ghost pu constater que plusieurs autres entités semblables étaient apparues, clamant des ordres que la jeune voleuse n'avait aucune envie de suivre. Ils sont armés ! Tu ne peux pas éviter les balles. Ne bouge pas... Attends le bon moment. Ghost allait de nouveau courir quand la voix de son frère l'avait arrêté. En effet, le robot qu'elle avait en face d'elle pointait un pistolet dans sa direction. Le moindre mouvement brusque et elle risquait de finir en gruyère. Ghost dû se résoudre à obéir, et leva les mains en signe de réédition.

Si elle s'était attendue à ce que le pisseur soit un héros ! Et un héros stupide ! Ghost le regarda, sans bouger d'un cil, foncé sur les robots, et échouer lamentablement. Elle n'avait aucune envie de s'impliquer. Surprise, elle pu voir un bandeau lumineux apparaître sur le visage de l'homme. De toute évidence, le bandeau semblait l'aveugler, et il ne pouvait pas l'enlever. Tu pourrais l'aider suggéra Gabriel. “Je ne sais pas de quoi c'est fait. Si c'est intangible, je risque de me brûler.” répondit Ghost, toujours les mains en l'air. Mais tu as besoin de son aide pour gérer les robots. Tu ne peux pas t'en sortir seule. Ghost poussa un soupire. Gabriel avait raison. Elle jeta un œil au robot qui la tenait en joue, prit sa respiration, puis disparue. Invisible, Ghost courra à grande enjambé vers Black Arm, tout en tendant la main vers son visage. Lorsqu'elle fut suffisamment proche, elle expira enfin, réapparaissant. Elle tenta de saisir le bandeau qui entravait les yeux du légionnaire, et se concentra dessus pour tenter de l'enlever en le rendant intangible.
© ciitroon

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 15 Sep 2016 - 5:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il y avait deux raisons qui expliquait la présence de l’agent de l’UNISON au parc du Front de Mer.

La première concernait l’un de ses collègues, alors que ce dernier lui avait fait part, la veille, appuyé contre la machine à café, qu’il trouvait que la fermeture de la statut semblait cacher quelque chose qui ne pouvait rien laisser présager de bon.

La seconde raison concernait Izanami, qui était apparue devant la jeune femme alors que cette dernière passait non loin du parc, sa silhouette frêle semblant flotter dans les airs. Une histoire de l’énergie de son fils (pour ce que ça voulait dire) qu’elle ressentait en provenance du parc.

Ce qui amena donc l’agent à s’avancer dans le parc, menant son téléphone à son oreille pour discuter avec son collègue de ses impressions et de ce qu’il pouvait connaître des documents légaux concernant la fermeture de l’un des lieux touristiques de la ville.

C’était toutefois se soucier de la menace imminente qui pris place tout autour du parc, coupant donc les citoyens s’y trouvant de tout contact extérieur.

Et cela impliquait, bien évidemment, son appel téléphonique alors qu’il s’arrêta aussi brusquement que le dôme était apparut, créant donc panique auprès des citoyens qui semblaient partir dans tous les sens, évitant toutefois soigneusement les parois du dôme, ce dernier se trouvant bien plus menaçant qu’il n’y semblait.

Il fallut quelques instants à l’agent pour inspirer profondément, regarder autour d’elle, analyser la situation et essayer de trouver une façon de se sortir d’ici.

- Derrière le saule.
- Pas maintenant, Iza, je n’ai définitivement pas le temps pour tes caprices.
- Mais je te dis derriè...
- Il y a des robots qui semblent sortir de nul part, des citoyens en paniquent et une menace mortelle autour de nous et tu crois qu’il s’agit du meilleur moment pour retrouver ton fils perdu des millénaires plus tôt ?!

Voilà que la blonde pouvait officiellement passer pour folle alors que seule elle pouvait voir et entendre la divinité shinto.

Izanami se renferma dans un silence boudeur alors que Meghan soupira, essayant de trouvant calme et paix dans cette cacophonie environnante pour faire le point sur la situation et peut-être trouver un moyen de sortir tout le monde d’ici, sans danger pour quiconque d’entre eux.

La douzaine de robots se rapprochant dangereusement d’elle, du groupe de jeune femme un peu plus loin et de l’homme qui avait balancé un banc sur la paroi, ce dernier s’étant désintégré, il fallait que Meghan gagne du temps.

Il ne fallut pas plus que quelques secondes pour que huit femmes affreuses, leur peau grisâtre à peine recouverte de morceaux de tissus déchirés et fades, apparaissent autour de l’agent et se lancent sur les robots, cherchant à faire diversion et s’assurer qu’ils n’approchent pas de trop près les citoyens.

- C’est lui !

Izanami se trouvait de nouveau à ses côtés, désignant le japonais ayant tenter quelque chose contre le dôme.

Les shikome n’étaient pas particulièrement résistantes et l’agent n’eut pas le temps de s’intéresser au japonais pour finalement faire apparaître sa Lance Céleste entre ses mains, faite d’un alliage inconnu de la Terre Prime, pour s’en prendre au robot qui s’approchait trop près d’elle à son goût.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 15 Sep 2016 - 8:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La paroi est constituée d’énergie électromagnétique, d’hélium, d’hydrogène et d’électrons, répondit la Angel’s via notre système de communication. Je ne peux pas vous rejoindre sans risquer la destruction, Ishi.

Son ton froid, digne des meilleures héroïnes ténébreuses de manga, était parfaitement adapté à notre situation qui virait franchement vers le catastrophique. Heureusement, même si je suis sorti sans mon armure, je conserve toujours l’oreillette me permettant de communiquer facilement avec Midori, Momoiro et Mizuiro, bien que cette dernière soit le plus souvent près de moi. Je réfléchis aux informations données par mon Angel’s : le dome était fait de lumière, c’était assez évident, mais cette lumière se composait d’atomes supplémentaires, ce qui n’avait scientifiquement pas beaucoup de sens.

Je fus coupé dans mon analyse par une voix féminine. Je me crispe et me retourne pour voir qui s’adresse à moi avec un vocabulaire digne de Solar.

On se connait ? je demande froidement.

Et pourquoi tu tutoies le grand Docteur Otaku ? Et le respect, dans tout ça ?
Oui, je suis un garçon charmant.

Quoi, tu as l’impression que ça ce sont des robots dangereux ? Ha ! Quelle naïveté. C'est un boulot grossier avec une I.A. préhistorique.

Comme un écho parfait à son affirmation (merci le hasard !) Midori s’arme de son kusarigama en alliage Otaku. L’arme tournoie lentement, passant à proximité de Jezabel sans pour autant la toucher ou la blesser. La faux meurtrière se plante dans le crâne du robot mais elle doit s’y reprendre une seconde fois pour couper ses circuits primaires. Ce qui déclenche une série de tirs. Immédiatement, Mizuiro s’intercale entre nous. Une balle rebondit sur son blindage en un « bong » caractéristique.

Midori, annihilation totale des cibles robotiques ennemies présentes sur le parking.

Il vaut mieux toujours être très précis quand on donne un ordre. Des fois qu’elle considère la blonde comme une cible hostile…

Tu m’envoies ta fumée, ça me dérange, je précise, un peu hargneux, par-dessus les bruits de la fusillade.

Une chance, même si ma voiture est écrabouillée, il y en a d’autres sur le parking qui peuvent nous servir d’abris. Une idée me vint alors, une sorte de test.

Midori, jette l’un de ses robots sur la paroi. Momoiro, analyse de la réaction.
Hi, Ishi ! répondent-elles en cœur.

Intervention du MJ :
- Que se passe-t-il lorsque Midori jette l’un des robots sur la paroi ? Que découvre Momoiro ?
- Ando ou Jezabel sont-ils blessés par une balle perdue ?
- Midori a-t-elle l’avantage dans son combat ou doivent-ils se replier ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 15 Sep 2016 - 9:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Merde il n’y avait pas de réseau, elle aurait dû s’en douter jamais deux problèmes sans un troisième, mais elle avait espéré pour pouvoir communiquer avec ses camarades de danse, elle les avait lâchement abandonné, ce n’était pas franchement son genre, mais l’instinct de survie avait prévalu, le genre de truc qu’elle ne pensait pourtant pas avoir. Elle prépara deux cocktail Molotov froidement, c’était ses seules armes elle avait bien également un couteau suisse mais face à ses colosse elle n’allait pas faire le poids. Devait-elle rester caché ou se battre voilà la question ? Même si elle n’était pas hyper proche de la texane comme Arina de l’autre côté du mur et Rochelle absente, elle n’avait définitivement pas mérité cette triste mort le jour de son anniversaire, mais la jeune sorcière n’était pas une guerrière, une fois ses deux seuls atout utilisés ne risquait-elle pas de se faire remarquer et d’être sans défense. Roda jeta un nouveau coup d’œil à la situation qui était en train d’évoluer, des espèces de zombie attaquait les robots et une warrior avec une lance en combattait un.

C’était un bon moment pour attaquer les robots s’était éloignés de ses amis et par la même occasion c’était rapproché d’elle, mais il lui fallait une nouvelle cachette une nouvelle zone de retraite. Elle remarqua une haie de bambou qui ferait parfaitement l’affaire, elle ne comprenait même pas comment elle ne l’avait pas remarqué en premier, c’était la chose la plus proche de ses amies, cela lui permettrait en plus... de quoi ? De les protéger ? Elle était bien drôle celle-là. Il fallait qu’elle respire un bon coup et qu’elle agisse vite. Elle alluma la flamme de son zippo, il lui restait une demi-bouteille de rosé, pas de quoi faire un cocktail vu que la bouteille était ouverte, mais ça pouvait peut-être servir, de toute ses forces elle décida de la lancer en la direction opposée de sa position pour distraire les derniers robots, si il y en avait qui n’était pas accaparée par les sortes de zombie.

Bon maintenant les cocktails, il fallait faire vite et attention pour pas qu’elle ne se brûle les doigts, ne surtout pas toucher ses manches transformés en mèche. Elle lança une première bouteille sur un robot, puis la seconde sur un autre, c’était ceux qui étaient qui était le plus proche d’elle, toujours maximiser ses chances. Une fois son acte d’héroisme commis, elle tenta de filer derrière les bambous.

Réussite du tir 1 : Elle touche sa cible.
Echec : Au MDJ de choisir.

Réussite du tir 2 : Elle touche sa cible.
Echec : Au MDJ de choisir.

Réussite de la fuite : Elle se cache sans soucis
Echec : Au MDJ de choisir.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 15 Sep 2016 - 9:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5471
ϟ Nombre de Messages RP : 5070
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 8
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 5471
ϟ Nombre de Messages RP : 5070
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Roodabeh Sâma' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Enquête n°4 : Acte I : PURGE 607338Echec

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Enquête n°4 : Acte I : PURGE 576808Russite

--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :
Enquête n°4 : Acte I : PURGE 607338Echec
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 15 Sep 2016 - 9:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
*Bon bah le premier contact avec le bisho de service ne fut pas un succès. Tant pis. Réaction froide et agacé par l'interruption de Jeza. Elle fait souvent cet effet-là. Sa barbie machine de guerre balança d'une voix au ton beaucoup trop dark pour être prise au sérieuse le résultat de ses analyse. Ouais s'tu veux. Tout ce que je sais c'est que ça à pulvériser une caisse, alors Dante ne sera pas un vieux con aigris et ses neufs enfers ne seront pas une façon de se défouler contre ses ennemis. Au joyeux on se connaît Jeza lui lâcha :

"Pas le moins du monde. Sauf si tu donne de temps en temps avec tes Barbies Goshujin-sama édition des concerts de Visu à l'Eclipse.

*Oui, Jeza est aussi une créature charmante et Dieu ou le Monstre de Spaghetti Volant dans son infinie sagesse ne l'as pas doter de télépathie sinon elle te répondrait que tu n'est pas si grand que ça, et que le respect, elle l'as enterrer dans le désert du Nevada jeudi dernier.Bon bah vu la crise d'égo monsieur devait être un roboticien, bon faut le dire ses maids de combats font le cafe. L'une d'elle venait de déglinguer un des robots. A y réfléchir ils sont clairement moins impressionnant et ont l'air moins intelligents que B-IV. Logique t'envoie pas l'élite direct, tu test avec de la chair à canon. Cependant il avait déclencher les hostilités, donc les coups de feu commencèrent. Aussitôt que les hostilités avaient commencée Jeza s'était placer un peu en retrait dérrière Otaku. Bah quoi, sa vie à elle , elle y tient y'as des matins. Et en plus sa fumée dérange le pauvre doudou. *

"T'y survivra pauvre doudou. La dernière fois c'était un modèle clairement plus avancé. En toute logique c'est la chair à canon envoyer pour tâter le terrain et impressionner les menaces mineures. Mais puisque tu est apparemment capable de faire mieux que ça, tu devrais pas, je sais pas, essayer de capturer l'un deux pour pirater son IA et en apprendre plus ? Moi je dis ça, je dis rien. "

*Suite à sa petite tirade Otaku demanda d'analyser l'effet si un des SaintTeflon 1.0 était balancer sur la barrière. Certes, pourquoi pas. Bon c'est pas que ça commence à la gonfler, mais mieux vaut prendre ses précautions, la Barbie arrête les balles, très bien, mais pas Jeza, alors le compteur avait commencer. Deux secondes. On sait jamais ils n'ont pas l'air aussi robutse que B-IV.*
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 15 Sep 2016 - 10:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le malheureux banc qui avait pourtant accueilli et choyé son fessier fut projeté sans état d’âme, et sous ses yeux inquiets il se désintégra, ne laissant derrière lui qu’un pied – sans doute pour se rappeler à lui et l’animer d’un amer sentiment de culpabilité. Le robot qu’il avait attaqué se rapprochait dangereusement, Suzaku saisit alors son sac à dos et y fourra mécaniquement le sachet de churros (on ne gâche pas) qu’il échangea contre le bâton de combat Nyoibō, animé d’une puissante magie. Il ne le maîtrisait que partiellement, mais ça serait toujours utile pour tenir les machines à distance… Il le brandit quand apparurent soudainement huit femmes affreuses, qui attirèrent immédiatement l’attention de Raijin. Suzaku sentit son excitation et son effroi, et cela lui souleva le cœur.

Yomotsu-shikome…

« Les shikome ? »

Le jeune homme n’avait pas besoin de plus d’explications, il connaissait suffisamment la mythologie japonaise pour savoir qu’elles étaient des créatures au service de la déesse Izanami. Et d’Izanami et Izanagi, naquit Raijin. Se trouvait-elle ici ? Une femme se tenait près des shikome, armée d’une naginata. Aussi curieux qu’angoissé, secoué par les vifs sentiments de son kami, Suzaku hésita avant de sursauter quand deux explosions survinrent. Un souffle chaud lui lécha l’échine, l’une des danseuses était passée à l’attaque.

Concentre-toi. Je veux sortir.

Les shikome ralentissaient les robots, Suzaku se concentra donc sur la paroi qui le séparait du monde. Raijin laissa fluer une énergie pure chez son hôte, une sphère électrique plus imposante se forma autour de son poing mais, au lieu de la projeter contre le dôme, il l’utilisa contre un autre robot qui s’intéressait à la femme à la lance. La fureur de Raijin lui donna la chair de poule. Il n’appréciait que peu d’être trompé.

Tu ne sais pas ce qu’elle est Suzaku. Assez combattent, tu aideras davantage si tu perces cette prison. Les plus faibles pourront fuir.

Sensible à cet argument, quand bien même il savait pertinemment que Raijin n’avait que peu de considération pour les mortels et essayait seulement de le convaincre d’agir comme il le souhaitait, Suzaku reporta son attention sur la barrière et reproduit attaque similaire. Il espérait que ce serait suffisant pour entamer le voile, il répugnait à trop concentrer l’énergie du dieu du tonnerre. L’électricité parcourut son corps, vibra autour de son bras et s’échappa par ses doigts, filant en une massive boule lumineuse. Elle frappa le dôme, toujours à environ trois mètres au-dessus du sol.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 16 Sep 2016 - 0:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Cà rentrait comme dans du beurre et il y avait bien longtemps qu’il n’avait pas cogné si fort et si aisément dans une motte... Heu… Enfin… Dans un robot plutôt ! Une motte c’était pas encore d’actualité et vu qu’il n’avait jamais arrosé de salade de toute sa vie, il savait pas trop ce que ça faisait. Breeeeeeef, revenons-en à notre Légionnaire qui casse allègrement des gueules robotiques… Jusqu’à se retrouver pris au piège de sa propre force et aveuglé par quelque saloperies technologiques comme énergétiques que ce soit !

" Mes yeux !!!! " Beugla t’il en se saisissant de ce bandeau d’énergie à pleines mains, cherchant à le retirer de toutes ses forces sans pour autant parvenir à le faire bouger d’un iota. Problématique, très problématique… Moins, cependant, que d’entendre son nom caché sous son identité héroïque susurré à son esprit. D’où pouvait-il savoir autant de choses sur lui ? Avait-il à faire à une sorte de stalker ? La situation commençait à proprement le gonfler et Dieu sait que Ryan n’était pas franchement la personne la plus patiente qui soit !

" Tu ne te concentres pas assez ! " Cingla une voix dans son esprit, accompagné d’un sempiternel claquement de doigts qu’il n’avait que trop entendu alors qu’il perdait son attentions sur le monde apocalyptique de Tarkhir ou sur le joli minois de Yasova durant son entrainement. Tarkahn était un Sensei des plus rude, mais il avait quand même réussi l’exploit d’inculquer des rudiments de discipline chez notre simple d’esprit. Ainsi, Bang se figea t’il tout à fait dans une apparente soumission. Rendre visible ce qui ne l’est pas, songea t’il alors car tel était désormais son challenge !

Sous le bandeau, il ferma les yeux ! Non, ce n’est absolument pas une pirouette scénaristique de votre serviteur attendant de savoir si la petit Leila allait réussir à lui enlever cet handicap mais bien la volonté de Black Arm de s’amputer d’un sens pour décupler les autres. Son ouïe déjà extraordinairement finie s’affuta à la force de sa concentration et il distingua le cliquetis de rouages, la vibration de batteries, les voix robotiques situées dans l’espace comme les battements d’un cœur qui se… Rapprochait ? Woo, la môme était donc une alliée ! Sympa… Mais dans sa débordante fierté, il jugeait ne pas en avoir besoin, comme toujours !

" Me rendre ? " Grinça t’il sur un ton glacial. De ses sens, il s’était figuré un semblant de représentation de la scéne dans l’espace, alors que la môme qui l’avait reluqué en train de pisser était à son contact désormais. Pour faire quoi ? Mystère… Peut-être qu’il l’aurait su s’il avait gardé les yeux ouverts sous son bandeau d’énergie. Mais c’est bien les pupilles closes qu’il grogna avec férocité : " C’est vous tous qui allez rendre gorge ! " Et une nouvelle fois, le Légionnaire aveugle de repartir à l’assaut en se servant des yeux du cœur mais surtout de ses autres sens. Comme Tarkahn avait -semble t’il- cherché à lui apprendre au cours de son apprentissage. Et comme le gros bourrin qu’il était toujours !

Action :
Heureux hasard, Ryan se décide à intervenir juste après la tentative de Leila et repart donc à l’assaut des six robots restant en se fiant à ses autres sens et surtout à son ouïe surdéveloppée. Con comme une table, il garde les yeux fermés des fois que petite poitrine ait réussi à lui retirer le bandeau. C’est tellement plus classe de se la jouer à la Zatoichi !
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Enquête n°4 : Acte I : PURGE
 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  SuivantRevenir en haut 
Enquête n°4 : Acte I : PURGE Categorie2_6Enquête n°4 : Acte I : PURGE Categorie2_8


Enquête n°4 : Acte I : PURGE Categorie2_1Enquête n°4 : Acte I : PURGE Categorie2_2bisEnquête n°4 : Acte I : PURGE Categorie2_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enquête n°4 : Acte I : PURGE Categorie2_6Enquête n°4 : Acte I : PURGE Categorie2_8

Sauter vers: