Are you gonna be my girl - Page 6 Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Are you gonna be my girl - Page 6 Categorie_1Are you gonna be my girl - Page 6 Categorie_2_bisAre you gonna be my girl - Page 6 Categorie_3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 

Are you gonna be my girl

 
Message posté : Mer 12 Oct 2016 - 17:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent ID :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Gnagnagna !

Répondit Susan de façon tout à fait adulte et responsable à sa copine qui s’était ouvertement moquée de sa tête lorsqu’elle avait été sournoisement distraite pendant la conversation téléphonique. Certes, Cass n’avait pas désobéi : elle n’avait pas dit de bêtise, et avait même fait un coucou trop mignon à sa mère. Elle devait bien lui céder ça.

T’as été sage, t’auras droit à une glace.

Conclut Susan en tirant la langue à la canadienne. Cette dernière l’avait en plus complimenté sur sa mère ? C’était pas tous les jours qu’elle entendait ça ! C’était pas tous les jours non plus qu’elle téléphonait à sa famille avec quelqu’un à côté non plus, il fallait l’avouer. Et puis elle n’avait pas tort.
Elle serra Cass dans ses bras lorsqu’elle fut installée sur ses genoux.

En tout cas elle a compris pourquoi j’ai pas rappelé hier soir.

Ajouta-t-elle avec un clin d’oeil. Susan n’avait jamais été une tombeuse, mais il semblait que maman-Susan savait mieux que qui que ce soit détecter ce genre de choses chez elle. Sa distraction, le ton de sa voix et le contexte qui entourait le tout : elle avait vu clair dans son jeu.
Et la cinéaste s’était faite avoir comme une bleue par les deux ! Et ça risquait bien de se reproduire si la canadienne mettait vraiment ses menaces à exécution.

Oh, je ferais mieux de la rappeler tout de suite pour lui raconter ma journée, alors.

Elles n’avaient peut-être pas le temps pour ça, ceci dit.

Ouais, grave. Elle viendra filer un coup de main et tout. Et puis dans deux semaines et demi on aura trois chiens et une grande maison, c’est ça ?

Enfin, si elles parvenaient à devenir riche d’ici là. Cass se moquait vachement d’elle de bon matin, quand même ! Aussitôt qu’elle eut fini son assiette, Susan poussa encore un peu la blague. En fait, c’était pas si improbable que ça, quand elle y réfléchissait sérieusement. Quelques semaines, ça passait vite, et elles habitaient quasiment à côté.

La prochaine fois que tu passes chez moi, commence à ramener des affaires, ça ira plus vite !

Elle lui fit son plus beau sourire.

Genre tes vêtements, comme ça je pourrais te piquer des t-shirts et connaître toutes tes couleurs de soutifs. Et ma culotte aussi.

Là, elle prit un faux air sévère en fronçant les sourcils. Puis se leva pour débarasser la table et mettre le tout dans l’évier, sagement. Elle hésitait assez sérieusement en fixant les assiettes sales.

Pitié, dis moi qu’on arrive au bout de notre temps et qu’il faut pas faire la vaisselle.

Ou bien qu’elles pouvaient occuper leur temps à faire autre chose que la vaisselle. S’embrasser, par exemple ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 12 Oct 2016 - 21:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent ID :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Owiiiii ! » se réjouit Cass dans une attitude digne d'une enfant de cinq ans quand Susan lui annonça qu'elle avait gagné une glace pour sa sagesse.

Elle battit même des mains, le tout agrémenté d'un petit dandinement trop mignon.

« Ne triche pas hein » l''arrêta la canadienne quand Susan annonça son intention de rappeler sa mère. « Ça compte pas si tu provoques les choses. J'ajouterais même que je garderais mon pantalon. Avec une ceinture. Et des bretelles ».

Histoire de s'assurer qu'il resterait bien en place. Elle pouvait même tenter l'ajout d'une ceinture de chasteté. Enfin... cela supposait qu'elle aurait eu la volonté de tenir avec une ceinture de chasteté. Peu probable.

« Ouh ! Un troupeau de chiens ! » s'enthousiasma la canadienne. « On pourra leur donner des noms de pizza. Genre Pepperoni, ou Margarita ! »

L'idée lui plaisait. Elle avait toujours rêvé d'avoir un chien, depuis qu'elle était petite. En fait, elle y avait encore plus sérieusement songé une fois à Star City. Elle se sentait tellement seule qu'elle s'était dit que c'était peut-être une solution pour pallier à sa solitude.

« Hum... non. Après j'aurais plus d'excuses pour t'emprunter tes fringues ».

Elle répondit à son sourire avec la même expression, même si le sien avait un petit côté indulgent. Du genre « oh, comme tu es mignonne à vouloir essayer ».

« Nous ne rendrons notre otage que lorsque toutes nos revendications auront été exaucées ».

Ce qui voulait dire qu'elle allait devoir songé à une liste de choses à exiger. Ça pouvait se trouver. Elle avait même une idée de la façon dont elle allait rendre sa culotte à Susan ce jour-là.

Face au regard de chiot battu de Susan face à la vaisselle, la canadienne ne put que compatir. Elle-même ne parvenait à se motiver qu'une ou deux fois par mois. Maximum.

« Oula, oui, on va être en retard » assura-t-elle. « Il faut que j'aille me brosser les dents, et ensuite, il faudra qu'on s'embrasse. Vraiment pas le temps pour la vaisselle ».

Elle lui adressa un grand sourire et se détourna pour gagner la salle de bain.

« Donne-moi trois minutes ».

En vrai, la canadienne passa un peu plus que les trois minutes réglementaires du brossage de dents dans sa salle de bain. Elle en profita également pour évaluer l'ampleur de la catastrophe capillaire qu'elle avait sur le crâne et pour se passer un coup de déodorant. Elle était propre, certes, mais ça n'empêcherait pas la sueur de se former.

Au bout de cinq, allez, six minutes, elle était de retour auprès de Susan, très concentrée sur son téléphone.

Elle termina de régler une minuterie, et montra l'écran à sa toute nouvelle petite amie.

« On a quinze minutes avant que je parte bosser. On devrait vraiment en tirer avantage. Si tu vois ce que je veux dire ».

Elle lui adressa un sourire éloquent, en même temps qu'elle fixait ses lèvres. Dans tout ça, elle pouvait même être arrangeante. Elle lui laisserait le choix du lieu. Dans le canapé, sur la table de la cuisine, contre le mur... Peu lui importait, du moment qu'elle l'embrassait.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 12 Oct 2016 - 22:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent ID :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Passant d’un air d’enfant surexcité à un sérieux absolu, Cass avait réussi sans aucun souci à faire abandonner à Susan l’idée d’appeler volontairement sa mère pour le moment. Puis elle revint à un état de joie à la simple entente du mot “chien”. Et elle avait bien raison ! Pas pour rien qu’ils étaient le meilleur ami de l’homme, et d’autant plus s’ils tiraient leurs noms de pizzas.

En tout cas, la canadienne montra une certaine ferveur à épargner à Susan la corvée de vaisselle. A moins que ça ne soit juste pour pouvoir l’embrasser. Oui, c’était probablement juste pour l’embrasser. D’ailleurs, elle avait dépassé son temps de trois minutes à la salle de bains, et il sera impératif pour elle de se faire pardonner pour cette intolérable erreur.

Lorsqu’elle fut de retour, Susan était toujours assise à sa place, et elle haussa un sourcil d’un air inquisiteur, avec une posture de seigneur assis sur son trône.

Je te ferais remarquer que je t’ai donné trois minutes, mais que tu en as emprunté trois de plus. Faudra me les rendre, d’une façon ou d’une autre.

Elle avisa le timer, fit signe à Cass’ de s’approcher, comme si elle voyait mal le chiffre qui s’y affichait. Une fois suffisamment près d’elle, Susie prit son téléphone, le posa sur la table pour s’emparer ensuite de sa main et la tirer sur ses genoux.

J’t’ai eue.

En imaginant une seule seconde que la canadienne ne se soit pas totalement laissée faire, cette réplique aurait eu du sens. Ca n’était probablement pas le cas.

Susan enroula ses bras autour de la taille de sa partenaire et glissa son nez dans son cou pour l’y embrasser. Elle ne se fit pas prier pour remonter très vite à ses lèvres, qu’elle goûta tendrement avant d’y glisser sa langue pour un baiser plus passionné. En plus, Cass venait de se brosser les dents, c’était tout frais, comparé à elle qui devait probablement avoir une haleine de bacon. Avec un peu de chance, ça lui donnerait de l’appétit.

Autant dire que leur position sur cette chaise n’était pas très stable, et qu’elle l’était encore moins avec leurs caresses et leurs embrassades. Mais Susan voyait ça comme un élément perturbateur qui ajoutait un petit peu de risque ou de piment à leur moment. Elle ne voulait pas finir aux Darwin awards en se brisant la nuque en tombant de sa chaise, mais eh, il fallait vivre avec le goût de l’aventure. Elle était bien trop préoccupé par le jeu de sa langue avec celle de sa petite amie, par ses lèvres et par les petites fenêtres dont elle disposait pour reprendre un peu de souffle entre deux baisers. Elle avait promené ses mains un peu partout sur les cuisses, dans le dos et sur la nuque de Cass, elle connaissait déjà bien ses courbes.

Heureusement pour elles deux, la canadienne était légère, Susan aussi, alors aucun craquement ne retentit, et personne ne termina sa course au sol dans une position embarrassante. Ce qui leur épargnait aussi un séjour surprise encore plus embarrassant aux urgences.

Quand-est ce que tu me feras part de tes revendications ?

Souffla Susan à l’oreille de sa partenaire, sur le ton inquiet d’une personne qui espère revoir en vie son proche tenu en otage par un vil personnage.

La dernière chose qu’elle attendait, c’était bien l’alarme du timer de Cass. Lorsque le son fatidique se mettrait à retentir, elle sentirait probablement son coeur se déchirer.
Et c’était à peine exagéré !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 13 Oct 2016 - 21:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent ID :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Susan, assise sur sa chaise comme si elle était la souveraine de son appartement, lui fit très justement remarquer qu'elle avait dépassé le délai qu'elle avait elle-même réclamé. Elle nota dans un coin de sa tête qu'un jour, il faudrait qu'elle lui rendre ses trois minutes. Comme pour la culotte-otage, elle avait déjà deux ou trois idées des plus agréables.

Cass ne protesta pas trop quand Susan la débarrassa de son téléphone, et encore moins quand elle la tira sur ses genoux. Elle commença par l'embrasser dans le cou – ce qui était très loin d'être déplaisant – mais c'était avec bonheur qu'elle retrouva ses lèvres. Et sa langue.

Histoire d'être un peu mieux installée, la canadienne ne tarda pas à gigoter. Elle s'assit à califourchon sur Susan. Dans cette position, elle pouvait se presser d'autant plus facilement contre elle, et fourrer ses mains dans ses cheveux autant qu'elle le voulait. La pointe de ses pieds touchaient tout juste le sol, ce qui lui permettait de garder l'équilibre.

Très occupée par les lèvres de Susan, elle lâcha un grognement de protestation en quand elle se détacha d'elle pour lui glisser quelque chose à l'oreille. Quelque chose qu'elle n'entendit absolument pas.

« Hum... je peux t'affirmer avec certitude que ce que tu viens de dire est tombé dans l'oreille d'un sourd ».

Elle encadra le visage de Susan des deux mains et la regarda dans les yeux :

« Parce que c'est la mauvaise oreille en fait ».

Elle pouffa franchement de rire. Elle avait prévenu Susan dès leur première rencontre, mais ça ne lui était encore jamais arrivée de se tromper. Au contraire, jusqu'ici, elle s'était toujours arrangée pour pour se mettre sur sa droite quand ce n'était pas la canadienne qui se plaçait par automatisme du bon côté.

« J'embrasse si bien que ça, pour que tu ne te souviennes plus où est la gauche ? » se moqua franchement la canadienne.

Elle se pencha sur ses lèvres et glissa sa langue à la rencontre de la sienne, en même temps qu'elle se pressait un peu plus contre elle. Quitte à la perturber en l'embrassant, autant y aller à fond. La canadienne s'en donna à cœur joie. Elle alla même jusqu'à glisser ses mains sous le t-shirt que portait Susan. Quand elle toucha sa poitrine nue à pleines mains, elle se rappela que sa petite amie ne portait en fait pas de sous-vêtement. Sa culotte était son otage et son soutien-gorge... Elle n'était plus trop sûre de son emplacement.

Elle poursuivit ses baisers, en même temps que ses caresses, quand un vague bruit désagréable la tira de sa concentration. Elle retira une main de sous le t-shirt, tatônna derrière elle à la recherche de son portable, coupa le minuteur à l'aveuglette, et remit sa main à sa place, contre la peau de Susan. Pendant toute cette opération, elle s'était arrangée pour ne jamais retirer ses lèvres à Susan plus de quelques secondes.

Mais il allait falloir être raisonnable.

Elle l'embrassa donc une nouvelle fois.

Puis encore une fois, pendant une bonne minute.

Et seulement enfin, elle se détacha de ses lèvres. Elle garda ses lèvres contre les siennes, et ses mains contre sa poitrine, et lui adressa une petite moue boudeuse.

« Il faut vraiment que j'aille travailler ».
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 13 Oct 2016 - 23:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent ID :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Oh, Susan ne comprit pas immédiatement la remarque de Cass, quand à sa demande de revendications. Elle réalisa lorsqu’elle plongea ses yeux dans ceux de la canadienne. D’ailleurs, cette dernière avait une façon irrésistible de lui faire réaliser son erreur, c’était à la fois adorable et terriblement attirant. L’explication tomba, et elle sentait déjà ses oreilles virer à l’écarlate, de même que ses joues. Elle eut soudainement l’air le plus coupable du monde et semblait sur le point de se confondre en excuses. Comment avait-elle pu commettre une erreur aussi grossière ? Avait-elle réellement perdu le sens de la droite et la gauche dans le feu de l’action ? Elle qui avait fait un sans fautes jusque là, elle l’avait mauvaise.

Fort heureusement, la canadienne semblait l’avoir pas mal pris : elle avait même ri. Et femme qui rit, à moitié dans son lit. Enfin, ça, elle l’avait déjà validé la veille.

Mieux encore, Cass fit vite passer la honte de Susan en reprenant leur baiser. Son attention fut vite détournée de sa bête erreur, et ses oreilles pouvaient reprendre une couleur à peu près normale. Entre ça et ses cheveux mis en vrac consciencieusement par la canadienne, elle n’avait pas du avoir l’air fine pendant quelques instants.
Elle décida d’imiter sa partenaire en glissant elle aussi ses mains sous son t-shirt, pour profiter encore un peu de sa peau pendant les courtes minutes qu’il leur restait.

Tout ça passait bien trop vite à son goût, elle avait l’impression de s’y être à peine remise lorsque l’alarme retentit. Elle laissa échapper une plainte, qu’elle rendit exagérément désespérée. Elle prit même un regard adorable de chiot, mais ne le garda pas trop longtemps pour ne pas être trop convaincante non plus.

Hmf. Tu peux pas dire que tu es tombée très malade en faisant des folies dans l’herbe en pleine nuit ?

Non, elle ne pouvait pas, forcément. Susan avait sorti ça avec son air le plus innocent, trahi par un sourcil levé, et un sourire en coin qu’elle ne put retenir. D’ailleurs, les mains de Cass étaient toujours sur sa poitrine, et les siennes toujours dans le dos de la canadienne.

Je veux bien me sacrifier pour que tu gardes les mains chaudes en allant au boulot, mais on risque de se faire remarquer.

Elle s’imaginait bien le genre de regards auxquels elles auraient le droit, et préférait ne pas tenter l’expérience, bien que le contact avec la canadienne était des plus agréables. Oh, elles auraient bien du temps devant elles pour ce genre de choses. Elle se contentera d’admirer sa petite amie comme elle le faisait déjà, de lui tenir la main si elle le souhaitait, et aller boire un bon café fait avec amour.

Promis, j’me ferais pardonner pour ma bourde. D’ailleurs, au moment où tu m’embrassais tellement bien que je confondais ma droite et ma gauche, j’te demandais… Quand tu allais exprimer te revendications. Si tu vois desquelles je parle.


If you know what i mean, avait-elle clairement dit. Et si elle ne voyait pas, elle n’aurait rien contre lui faire un dessin, ou bien lui faire la démonstration.
Et voilà, malheureusement, il fallait qu’elle se lève, ne serait-ce que pour enfiler une paire de chaussures et découvrir le lieu de travail de Cass. Sans sous-vêtements. Elle se demandait bien comment elle allait gérer ça.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 14 Oct 2016 - 22:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent ID :
Access code :
Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Susan était parfaitement adorable, quand elle rougissait et qu'elle était toute confuse. Si la canadienne n'avait pas déjà en train de lui rouler des patins et de la tripoter, c'était probablement quelque chose qui lui aurait fait questionner sa sexualité et poussé à l'embrasser. A pleine bouche.

Dans le doute elle l'avait quand même embrassé à pleie bouche. Elle tenait à s'assurer de son changement d'orientation, en quelque sorte. Jusqu'ici, c'était tout bon, ça lui plaisait toujours.

Enfin maintenant que son alarme avait sonné, elle savait qu'il fallait qu'elle soit raisonnable. Certes, elle s'était volontairement laissé cinq minutes de battement – ce que Susan ignorait – juste au cas où. Mais elle savait aussi que c'était une mauvaise idée de les utiliser.

Susan, et sa petite tête de chiot battue, ne l'aidait absolument pas.

« Huuuum... étonnamment, non, je ne peux pas dire ça ».

Ne serait-ce que pour le côté « folies dans l'herbe la nuit ». Elle tenait à garder les détails de sa vie sexuelle pour elle, merci.

« Hey c'est pour toi que je fais ça moi. Comme t'as pas de soutif, je t'aide à... à tenir ».

Bon, ok, son assurance s'était un peu barrée en plein milieu de sa réplique. D'ailleurs, elle se sentait rosir. Histoire de grder le reste de sa contenance, elle retira ses mains de sous le t-shirt de Susan et quitta son siège, enfin ses genoux. Au passage, elle lui vola quand même un dernier baiser.

« Je te le ferais savoir, ne t'inquiète pas » la rassura-t-elle avec un grand sourire quand Susan lui répéta ses inquiétudes vis-à-vis de l'état de son sous-vêtement kidnappé, dans la bonne oreille cette fois. « Tu auras des preuves de vie ».

Elle embrassa sa joue et ajouta, sur le ton de l'humour.

« Et évidemment que je vois de quoi tu parles. Je suis à moitié sourde, pas aveugle ».

Ahah, elle était hilarante.

Non, plus sérieusement. Heureusement qu'elle ne comptait pas que sur son humour pour pécho Susan.

Elle termina de se préparer, ce qui impliquait seulement d'enfiler ses chaussures de boulot, puisque c'était avec celles-ci qu'elle était partie la veille dans une optique de sauvetage du monde. Enfin de sauvetage d'un candidat à la mairie. Sauvetage du monde, ça sonnait tout de même un peu plus classe.

Elle récupéra le reste de ses affaires, et n'eut même pas à forcer pour entraîner Susan avec elle. Un sourire, sa main dans la sienne, et hop, le tour était joué !

Elle lui devait un café, ça, elle n'avait pas oublié.

Et puis peut-être qu'elle pourrait occuper utilement ses pauses, si Susan restait dans le coin.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Are you gonna be my girl
 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5Revenir en haut 
Are you gonna be my girl - Page 6 Categorie_6Are you gonna be my girl - Page 6 Categorie_8


Are you gonna be my girl - Page 6 Categorie_1Are you gonna be my girl - Page 6 Categorie_2_bisAre you gonna be my girl - Page 6 Categorie_3
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Are you gonna be my girl - Page 6 Categorie_6Are you gonna be my girl - Page 6 Categorie_8

Sauter vers:  
Prédéfinis

Scénarios

Postes à pourvoir

Préliens
Nos voisins
      
      
      
      
Le saviez-vous ?