Et ta sœur ? ▬ Anton Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Et ta sœur ? ▬ Anton Cadre_1Et ta sœur ? ▬ Anton Cadre_2_bisEt ta sœur ? ▬ Anton Cadre_3
 

Et ta sœur ? ▬ Anton

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 27 Aoû 2016 - 13:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Et ta sœur ? ▬ Anton RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Et ta sœur ? ▬ Anton RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Abigaïl avait eu beau dire, Renan avait toujours obstinément refusé de revoir son frère. Ou plutôt de le voir vu qu'à bien y réfléchir, les deux hommes ne s'étaient jamais rencontrés. Pour tout dire, il n'avait même pas vu de photographie le représentant étant donné que sa stupide cousine s'était arrangée pour neutraliser les moyens de surveillance mis en place dans son laboratoire à l'époque, donc autant dire qu'il aurait pu le croiser dans la rue sans savoir qui il était. En bon humain qu'il était, le trentenaire s'était forgé un avis bien arrêté sur ce type qui avait manqué de provoquer sa perte parce qu'il était trop primitif pour garder son pantalon fermé. Ou c'était ainsi que Renan voyait les choses, même s'il savait très bien que sa cousine était certainement plus responsable que ce type. C'était toujours plus facile de détester quelqu'un que vous aviez à portée, non ? Après tout, Shahren était perdue seule au fin fond du monde et ils ne se reverraient jamais plus tandis que la nécromancienne avait fait revenir son abominable jumeau.

Malheureusement pour lui, Renan allait être obligé de faire des efforts. Et pas pour prouver à sa douce et tendre dulcinée qu'il savait faire des efforts pour la combler – il en avait fait bien assez au cours des dernières semaines ! - mais simplement parce que l'envahissant personnage détenait l'une de ses cibles. Sans trop savoir comment, le français était tombé sur une créature pour le moins originale. Une sorte de mélange de démon et d'une autre origine qu'il n'avait pas réussi à identifier. La « personne » tenait davantage de la bête que de l'humain, mais comme elle se camouflait sous une apparence de femme, autant dire qu'elle se fondait assez bien dans la masse des « originaux » de la ville. Renan avait décidé de l'attraper pour l'intégrer au programme des mutés étant donné que ses capacités étaient vraiment exceptionnelles de ce qu'il avait pu voir, mais visiblement, quelqu'un lui était passé devant le nez sans qu'il ne le remarque. En recherchant sa cible, Tesla avait fini par apprendre qu'un type bizarrement vêtu et accompagné d'une femme en tenue d'infirmière avait embarqué la chose et il avait donc fait quelques recherches. Il avait assez rapidement trouvé des traces de ce gus et tout semblait mener à Abigaïl puisqu'il était question de la Moisson et de Lady Death dans certaines de ses rencontres.

C'est donc pour cette raison qu'il avait été contraint de rendre visite à Abigaïl pour lui demander si c'était bien son emmerdeur de frère qui avait enlevé sa cible principale. En y mettant les formes. Un peu. Bon, très peu. Mais l'idée était là et la belle blonde avait fini par confirmer ses doutes. Tout d'abord désireux de récupérer son nouveau jouet par la force, Renan se contrôla finalement afin de demander à son amante de fixer un rendez-vous à son jumeau afin qu'il puisse parler avec lui. Seulement parler, même si ce serait particulièrement dur.

Il avait reçu une date et une heure quelques jours plus tard et le soir venu, Renan se rendit au manoir de la jeune femme – plus si jeune que ça d'ailleurs. Elle ne serait certainement pas là et c'était préférable au fond. Le français n'avait pas envie d'être chaperonné parce qu'elle craindrait qu'il ne s'en prenne à son frère. Ce serait un manque de confiance flagrant, mais aussi la preuve qu'elle s'opposerait à lui sans hésiter et il préférait croire que ce ne serait jamais le cas.
Après avoir frappé à la porte d'entrée, il fut donc invité à rejoindre son ennemi public numéro un et tenta de calmer son côté impulsif qui avait tendance à s'éveiller lorsqu'il était question de ce type ou de sa cousine. Il arriva finalement dans la pièce où l'homme se trouvait déjà et lorsque son regard se posa sur lui, Renan sentit une vague de contrariété le submerger. En fait, il ne ressemblait pas du tout à ce qu'il s'était imaginé, il comprenait même que Shahren ait pu se laisser monter la tête par ce type. Il lui faisait l'impression d'un gentleman anglais qui savait conter fleurette à la première dame venue. Sauf qu'il l'avait fait à la mauvaise un soir. Sa ressemblance physique avec sa jumelle était frappante et cette constatation n'arrangea rien à l'humeur déjà sombre du français.

Ce dernier choisit d'arborer une expression parfaitement neutre lorsqu'il s'arrêta à bonne distance du bellâtre. Il ne s'embarrassa pas de formule de politesse et préféra entrer dans le vif du sujet :

« Abigaïl m'a confirmé que c'est vous qui avez enlevé la créature que je comptais m'approprier. » Le vouvoiement était censé imposer une certaine distance, ce n'était pas du respect. « Je veux la récupérer, mais comme elle m'a demandé de ne pas le faire pas la force, j'essaye de trouver un compromis. »

Il n'avait pas dit « j'aimerais » pour faire comprendre qu'il ne lui laissait guère le choix, tout comme il avait modifié l'ordre de son amante en une simple demande. Renan arrangeait les choses à sa manière quel que soit son interlocuteur, mais ce serait d'autant plus valable avec un type qu'il détestait aussi viscéralement en face de lui.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 30 Aoû 2016 - 9:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La famille était importante. Peut-être plus encore chez les nécromanciens, quand la mort ne signifiait pas la fin et que leurs liens de sang pouvaient leur permettre de revenir parmi les vivants. C’était ce qui lui était arrivé après tout. Il avait vagabondé dans l’Abysse et son lien avec Abigaïl avait été un phare qui l’avait fait revenir parmi ceux qui respiraient, mangeaient et forniquaient. Entre autre. Il avait toujours eu de l’affection pour sa sœur, passant outre certaines de ses lubies. Il n’avait pas bronché en constatant qu’elle avait abandonné l’héritage de son père pour se concentrer sur une pratique plus primitive de la nécromancie, délaissant la subtilité pour la puissance brute. Il n’allait pas s’en plaindre, cela lui avait fait gagner du temps quant à son retour sur Terre.

Mais il y avait des choses qu’il avait toujours du mal à tolérer. Notamment la relation qu’elle entretenait avec ce Tesla. Certes, il s’était lui-même acoquiné avec la cousine de ce dernier. Mais cela avait été une association basée sur la compatibilité de leurs esprits plus que de leurs corps et il n’avait jamais compté s’attarder aussi longtemps que le méta-humain ne l’avait fait. Abigaïl lui avait prodigué bien des services ! Elle avait même porté son enfant. Oh il aimait Evilyn, il l’adorait même, son penchant pour le démembrement s’alliant parfaitement avec sa nécro-chirurgie. Mais il devait admettre que si Renan était utile, il était de ceux qui voyaient d’un mauvais œil la présence d’un vivant à Erehwon. Enfin d’un vivant… D’un mutant, d’une erreur de la nature finalement qui ne devait son existence qu’aux erreurs que commettait ainsi la vie. Des erreurs qu’Anton pourrait corriger dans la mort. Bien sûr ce n’était pas au programme.

Quand Abigaïl l’avait prévenu que son amant allait leur rendre une petite visite, lui rendre une petite visite, apparemment cette dernière avait décidé de les forcer à une sorte de réconciliation, si ce n’était un pugilat. Il avait été hors de lui. Comment est-ce que cet homme osait vouloir s’accaparer l’un de ses spécimens si durement arraché à la fange de Star City ? Il était le Lieutenant de Chair ! Il ne devait pas avoir à se soucier des désirs d’un petit avorton. Même si ce dernier pouvait posséder des pouvoirs bien supérieurs à ceux du nécromancien. Malgré tout cela, ce fut avec un sourire poli qu’Anton Faust reçut l’un des individus qu’il devait mépriser le plus et ce même sans jamais l’avoir vraiment rencontrer. Si au moins il lui avait apporté le cerveau de sa cousine en dédommagement, cela aurait pu arranger leurs liens. Mais il n’avait même pas une bouteille sous le bras. Un sérieux manque de savoir vivre.

« Oui, ma sœur m’a mis au courant. Je vais vous mener à ma créature pour commencer. Comme ça vous pourrez vous assurer qu’il s’agit bien de la bonne. Ensuite nous discuterons de ce compromis. » Après tout il avait eu des démêlés potentiellement musclés avec Ymir avant même qu’ils n’aient véritablement déterminé leurs cibles. Pas deux fois la même erreur. Ce serait contre-productif. « Si vous voulez bien me suivre. » Il le savait paranoïaque, comme il se doutait que la façon dont il avait parlé de « sa créature » n’avait pas dû lui plaire.

Les portes des goules étaient présentes un peu partout dans les profondeurs de Gallows End et Renan en avait déjà emprunté certaines, ce qui ne devrait donc pas trop le surprendre. Sauf que celle-ci les firent atterrir sur des espèces de quais, perdus dans un épais brouillard, avec face à eux un bâtiment dont l’architecture torturée défiait l’imagination. Anton attendit un instant qu’un golem de chair vienne leur éclairer le chemin. Ce dernier possédait un torse creux, complété d’un grillage, où se trouvait une lanterne. Une autre était entre ses mains, mais le plus effrayant était probablement la multitude de mains qui émergeaient de son dos et portaient des bougies, la cire venant dégouliner entre les doigts roses pâles.

« Nous sommes toujours dans Erehwon, si cela vous rassure. Vous êtes toujours intouchable ici et je sais de source sûre que vous savez vous défendre. Je suis certain de toute façon que vous seriez capable de vous libérer de quoique ce soit et je ne tiens pas plus que cela à vous ajouter à ma collection. Mais je ne traite pas mes patients à domicile, je les rassemble ici, dans mon propre hôpital. Il y a un avantage à ne pas se trouver dans le monde des vivants. Peu de gens viennent me déranger, habituellement, même lorsque certains se mettent à hurler. Est-ce que je peux savoir en quoi vous êtes intéressé par ce spécimen ? Ou bien c’est encore l’un de ces projets top secrets dont vous venez toujours abreuver les oreilles de ma sœur ? »

Anton marchait calmement, suivant le monstre qui leur éclairait le chemin, jusqu’à ce qu’ils poussent les portes de l’établissement. Le hall d’entrée n’avait rien à voir avec un endroit effrayant et torturé, mais plutôt à celui d’un hôtel assez chaleureux, même si les infirmières à la tenue légère et à la beauté pâle rappelaient qu’ils étaient dans un établissement médical. Le golem lui était resté à l’entrée. Pas la peine de mettre de la cire partout.

« Et quand vous parlez de compromis… Je peux savoir à quoi vous pensez ? Vous ne m’avez pas l’air du genre d’homme à céder quoique ce soit facilement. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 30 Aoû 2016 - 14:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Et ta sœur ? ▬ Anton RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Et ta sœur ? ▬ Anton RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Le regard du français s'était durci lorsqu'il avait entendu le Faust parler de « sa » créature. Quelque chose lui disait qu'ils n'allaient pas réussir à s'en tenir à une simple discussion s'il commençait ainsi, mais il fit un effort pour rester maître de lui-même et garda les lèvres scellées. C'est donc en silence qu'il emboîta le pas à son interlocuteur pour emprunter une porte qu'il commençait à connaître, mais celle-ci les mena dans un endroit encore inconnu jusqu'à présent. Les prunelles mordorées du breton se promenèrent sur les environs, mais à part pour relever qu'Anton avait un goût exécrable en matière de décoration, cela ne servit pas à grand-chose. Les créatures qui peuplaient cet endroit n'étaient pas ragoûtantes, mais il en fallait beaucoup pour effrayer Renan. Pour le coup, il ne se plaindrait plus des serviteurs d'Abigaïl, Agamand restait largement plus agréable à regarder que cette masse de chair grillagée.

Son attention se reporta sur le jumeau de sa compagne au moment où celui-ci reprenait la parole pour essayer de le rassurer. Bizarre, Renan avait du mal à croire qu'Anton se souciait vraiment de sa sécurité. À dire vrai, il n'aurait guère été étonné que l'allemand-anglais en profite pour essayer de se débarrasser de lui... sauf s'il avait peur de sa sœur, allez savoir. Renan ne sortit de son silence que pour répliquer à l'une des phrases de son « beau-frère » :

« Je n'abreuve pas Abigaïl de projets top secrets, elle n'est pas aussi curieuse que vous sur ce point. »

C'était la vérité ! Abigaïl ne lui demandait jamais de renseignements sur les raisons de ses actions, elle n'avait jamais cherché à savoir quels étaient ses objectifs et c'était lui qui avait abordé ce sujet de son propre chef lors de leur dernière discussion sérieuse. En répondant ainsi, Renan espérait juste faire comprendre à ce type qu'il ne saurait guère plus que ce qu'il daignerait lui communiquer – soit quasiment rien. Le reste du chemin se fit en silence jusqu'à ce qu'ils parviennent à l'établissement qui était étrangement accueillant vu l'endroit où il se trouvait. Le français nota toutefois que le « docteur » devait avoir trouvé l'inspiration des tenues de ses employées dans des films pour adultes, mais ne releva pas, préférant se concentrer sur la discussion qui reprit alors. Ils en étaient au moment de négociations ? Soit. Calmement et d'un ton indifférent, le trentenaire répondit :

« Non, c'est un fait. Je suis venu pour récupérer cette créature et je ne compte pas partir sans. » Il regarda Anton dans les yeux. « Pour ce qui est du compromis, je pensais à en parler avec vous avant. Il me semble évident que l'argent n'a pas d'intérêt au vu de votre situation actuelle.... » Vivre comme un parasite aux frais de sa sœur en somme. « … donc je pourrai toujours vous proposer un équivalent pour vos expériences ou ce que vous comptiez faire avec cette créature. »

Il eut un geste de la main pour montrer que les détails ne l'intéressaient guère. Renan avait une certaine intelligence, mais il était loin d'être un scientifique ou un génie. Il avait toujours été plus stratège et « maître de guerre » que versé dans la réflexion et les détails techniques. Le français avait beau apprécier de comprendre comment les choses fonctionnaient – comme son phylactère par exemple – connaître la composition du rituel ou de la formule ne l'intéressait guère. Seuls les aboutissements avaient de la valeur, ainsi donc, il se fichait pas mal de savoir si Anton avait l'intention de lui faire une opération précise, tout ce qui lui importait était de connaître les conditions requises pour faire ces opérations.

« J'ai besoin de cette créature pour mes scientifiques. Ils ont reçu un échantillon et son ADN correspond parfaitement à ce dont ils ont besoin pour l'avancée de leur mission principale. C'est pour ça que je la veux elle et pas une autre. » Le ton de sa voix était très sérieux. « Alors, si une autre créature similaire ne vous convient pas, vous n'avez qu'à me donner votre prix et on verra si je peux accepter ou non. » Il marqua une pause avant de lui jeter un nouveau regard légèrement hostile. « En sachant bien évidemment qu'il est hors de question que Shahren refasse surface. »

Même s'il avait l'air de s'être trouvé d'autres volontaires pour l'aider à se soulager, peut-être qu'il était assez stupide pour avoir des émotions et s'être attaché à la brune. Il aurait été sacrément idiot, mais peut-être qu'Abigaïl était la plus futée du lot ?
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 30 Aoû 2016 - 17:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Pas curieuse ? Voilà quelque chose qui ne surprenait pas tant que ça Anton. Abigaïl avait tendance non pas à faire confiance aux gens, mais à considérer que si elle laissait leurs projets tranquilles, ils ne viendraient pas s’immiscer dans les siens. Ce qui pouvait marcher, jusqu’à ce qu’on rencontre un rapace aux dents longues… Après tout, la nécromancienne ne se souciait que peu du pourquoi ou du comment tant qu’elle avait des résultats. Les golems arrivaient régulièrement à Erehwon, toujours plus forts, toujours plus élaborés. Des apprentis s’occupaient de faire grossir leurs rangs et les gardes et guerriers se multipliaient dans la Nécropole en prévision de la guerre contre les Impérissables. Des résultats, c’était tout ce qu’elle voulait.

« Cela ne me surprend pas de sa part. »

Anton n’élabora pas sur cette remarque. Après tout il avait bien compris ce que sous-entendait l’amant de sa sœur : mieux valait ne pas poser de questions, car de toute façon, il n’aurait pas les réponses. Qu’il en soit ainsi ! Anton lui-même serait moins enclin à partager ses propres petits projets. Pas qu’il y comptait vraiment soit dit en passant. Tesla n’était pas un scientifique, ni un nécromancien, la nécro-chirurgie ne devait être pour lui qu’une pratique proche de celle de sa sœur, ou bien même de sa cousine. Anton lui trouvait la chair travaillée par ses soins bien plus résistante que celle des zombies, mais aussi plus malléable que le métal. L’avenir était dans la suture. Mais personne ne l’avait compris à part lui.

« En effet, la Moisson sait pourvoir à ses propres besoins. J’y suis même pour quelque chose. » Sous-entendu qu’ils n’avaient plus besoin de l’argent du mutant maintenant qu’il était là ! Ce qui n’était pas totalement vrai. Les ressources de Tesla avaient été là à un moment critique, c’était lui qui avait permis à la Moisson de se dresser de ses cendres. Maintenant, la société de pompes funèbres qu’Anton possédait avec sa jumelle alimentait les caisses de la secte nécromantique. Cela et d’autres activités. « Un équivalent de ce que je comptais faire ? Ah ! Je doute que vous puissiez parvenir aux mêmes résultats, même avec toutes vos ressources. Mais je suppose que vous pourriez me proposer de la matière première intéressante en échange… »

Anton avait déjà dû se rabattre sur des morceaux de second choix par le passé et il détestait cela. La créature démoniaque était nécessaire à Tesla et Anton comptait bien en tirer partie. Le mutant ne l’aimait pas, cela se sentait et Anton n’avait aucune forme d’affection pour lui qui aurait pu le pousser à vouloir effectuer un rabais. Puis il était un scientifique, pas un vendeur de poules ! Si tant est qu’il existât encore des vendeurs de poules à cette époque. Des machines s’en occupaient peut-être pour déféquer des nuggets dans les assiettes des gens. Peut-être…

Le nécromancien fit ouvrir une lourde porte de son domaine et il invita son visiteur du moment à le suivre dans les couloirs de l’asile. Clairement, on venait de passer dans une aile un peu plus pratique et expérimentale. Le côté soigné du hall n’était qu’une illusion et si l’endroit était propre, l’ensemble n’en restait pas moins lugubre. Ils croisèrent d’ailleurs une infirmière qui poussait un chariot dans lequel s’agitaient plusieurs membres sectionnés. Ils passèrent une nouvelle porte de sécurité.

« C’est ici que je garde les spécimens les plus intéressants que j’ai pu ramasser. Ma créature s’y trouve. » Non, il n’allait pas changer ses pronoms pour le moment. Quand Renan lui aurait offert quelque chose d’intéressant en échange, peut-être. « Je vous rassure, le seul intérêt que j’aurais pour votre cousine aurait été son cerveau. Le reste n’a rien de bien extraordinaire que je ne puisse trouver ou créer autre part. » Il eut un sourire lugubre, à la recherche d’une pointe d’énervement chez son interlocuteur. « Un tel rapprochement a juste été agréable et utile sur le moment, j’avais besoin d’une plateforme dans le monde moderne, votre cousine, à mon humble avis, avait besoin d’une fenêtre sur la noirceur de la nature humaine. C’était un simple échange de bons procédés et je n’ai nul besoin de le renouveler maintenant. Bien sûr, son cerveau pourrait avoir des propriétés intéressantes, mais je doute que vous soyez prêt à me le fournir en échange de la créature ? Vous pouvez garder le reste bien sûr. »

Il s’arrêta devant une porte. On pouvait voir à travers un orifice carré que c’était l’entrée d’une cellule capitonnée à l’intérieur de laquelle se trouvait la créature de Renan, complètement endormie.

« Elle est anesthésiée à intervalles réguliers. Je n’ai pas envie de refaire toute la pièce parce qu’elle s’énerverait. Maintenant nous pouvons parler affaire je suppose… Il est difficile pour moi de supposer ce que vous pouvez m’apporter en échange de cette créature. Quelque chose me dit que si vous me demandez, c’est que vous n’avez aucune idée de la nature de mon travail et que vous espérez que je ne demande qu’une breloque en échange. Enfin, je suppose que nous pouvons résumer un peu la situation… Je suis à la recherche de cadavres. Frais, dans le meilleur état possible. Mais pas d’humains. J’essaye de réactiver les capacités méta-humaines chez les morts ou les créatures magiques. A vous de voir maintenant, si vous avez quelque chose qui pourrait m’intéresser. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 30 Aoû 2016 - 22:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Et ta sœur ? ▬ Anton RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Et ta sœur ? ▬ Anton RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Il y était pour quelque chose ? Renan resta silencieux, mais n'en pensait pas moins ! Ce type ne lui apparaissait que comme un parasite qui s'abreuvait des ressources de sa sœur. C'était Abigaïl qui avait remis son groupe sur pied, c'était elle qui avait vendu chèrement ses talents. Son stupide jumeau n'avait réussi qu'à semer la zizanie au sein d'un duo – certes déjà bancal – et à manquer de faire renvoyer, ou tuer, le meilleur soutien humain de sa sœur. Autant dire que le Breton ne croyait pas une seule seconde au fait que ce gars puisse avoir apporté quoi que ce soit de bon à Abigaïl, mais bon. Il resterait silencieux ou cette discussion risquait vraiment de déraper. Renan ne s'autorisa une brève réponse qu'au moment où l'autre se valorisait encore.

« Je parlais bien de matière première et pas d'expérimentation. »

Il avait déjà côtoyé une « scientifique » qui pétait plus haut que son cul et Renan avait bien compris que cette race-là avait tendance à penser qu'ils étaient plus intelligents que tout le monde. Oh, c'était souvent le cas, mais disons simplement qu'ils ne l’expérimentaient pas correctement.

Le français suivait docilement son interlocuteur en observant les environs d'un regard inquisiteur. Si le spectacle était digne d'un film d'horreur, Renan n'en était pas dégoûté. Il n'avait jamais eu d'empathie et ne se sentait guère ému ou attristé à la vue de membres sectionnés ou d'individus en pleine souffrance. Ses dents se serrèrent à nouveau lorsque le scientifique marqua sa propriété sur la créature, mais il ne réagit pas à la provocation. En vérité, ils se retrouvèrent sur le point de Shahren et Renan lâcha quelques mots d'un ton peu amène :

« Elle est parfaitement banale. Même son cerveau n'est pas unique. »

Renan n'avait jamais trouvé sa cousine particulièrement attirante, au contraire. Elle était maître, dénuée de formes avantageuses, les trais carrés... il ne lui avait jamais trouvé le moindre charme. Quant à sa super-intelligence, disons que sa manière d'agir suffisait à la rendre pratiquement inutile. Shahren était idiote sous bien ses angles et Renan ne regrettait pas son départ. En vérité, il aurait même été redevable à Anton si celui-ci n'avait pas manqué de l'entraîner dans leur chute. Toujours est-il qu'il reprit la parole lorsqu'il fut question du cerveau de la jeune femme.

« Elle en a encore besoin pour le moment et elle n'est plus sous mes ordres de toute manière, récupérer son cerveau m'est donc impossible. » Autrement dit, elle était encore en vie. « Et elle n'avait besoin de fenêtre sur rien. Shahren est une scientifique, elle n'est bonne que dans son laboratoire. En jouant avec elle, vous m'avez causé beaucoup de torts et vous n'avez eu droit qu'à un petit exil de pacotille pour toute punition. »

Ils étaient arrivés devant la porte de la cellule de SA créature et Renan savait très bien qu'il n'aurait pas dû se laisser emporter, mais ce type lui sortait par les yeux, c'était plus fort que lui ! Autant essayer de raisonner Lilian lorsqu'elle s'était mis quelque chose en tête ! Au lieu de continuer sur ce chemin, le français préféra se concentrer sur la raison de sa venue ici et, après une profonde inspiration, il répondit aussi posément que possible :

« Je ne suis pas idiot. Je sais très bien qu'en essayant de vous arnaquer, c'est Abigaïl que je roulerais dans la farine et je n'en ai pas l'intention. Que les choses soient claires entre nous : je n'en ai rien à faire de vous, mais votre sœur m'a demandé de respecter sa demande et de ne pas me montrer trop... rancunier. Alors, je respecte ma parole. » Même si l'envie n'était pas là. Elle aurait intérêt à le remercier ! « Pour en venir au vif du sujet, nous avons de nombreux méta-humains prisonniers, blessés mortellement lors d'une mission ou tués par mes hommes. Habituellement nous nous débarrassons de leurs cadavres comme de déchets, alors si vous avez envie de faire un tri et de récupérer ce qui vous intéresse avant... » Il haussa les épaules. « Nous avons aussi des cadavres de ce que nous appelons des mutés. Nos scientifiques travaillent actuellement sur la création de pouvoirs chez des humains, mais je ne sais pas si ça entrerait dans vos critères. » Il posa les yeux sur lui. « Après tout, vous ne voulez certainement pas souiller votre travail par celui de simples scientifiques, c'est comme ça que les génies fonctionnent, non ? »

Le ton était légèrement dédaigneux. Finalement, peut-être qu'il ne réussirait pas à rester totalement neutre.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 31 Aoû 2016 - 9:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Anton n’appréciait définitivement pas le ton de son interlocuteur ! C’était à se demander si toute politesse avait été éradiquée de la surface du monde pendant sa mort. Probablement de ce côté-là de l’Atlantique. Quoique son interlocuteur là était un français. Bah ! En tant qu’Anglais, même s’il possédait des origines bavaroises, Anton ne portait pas les mangeurs de grenouilles et d’escargots aux nues, loin de là. Mais au moins avait-il le bon sens de se montrer poli pour éviter des débordements désagréables. Quoique le moment n’en restait pas moins parfaitement désagréable.

« Vous avez probablement raison. Je dois dire que ses capacités cognitives étaient assez exceptionnelles quand je l’ai rencontrée. Mais je suppose que je peux trouver d’autres génies pour mettre leurs cerveaux dans des bouteilles et voir ce que je pourrais faire avec une telle matière grise en attente. »

Peut-être qu’il pourrait même faire mieux ! Mettre plusieurs cerveaux dans un circuit en dérivation ou en série, les alimentant par de l’énergie nécromantique et galvanique pour les réanimer. Que ferait-il alors avec une telle puissance à portée de mains ? Une dizaine de cerveaux ! Non, une centaine de cerveaux ! La puissance de l’un de ses organes était bien supérieure à celle de tous les ordinateurs les plus modernes… Oh, voilà qui se révèlerait intéressant. Anton regrettait presque de ne pas avoir Irina sous la main pour lui faire prendre des notes. C’était ce genre d’idées qu’il se devait de noter pour faire avancer la science ! Enfin sa science en tout cas.

Anton eut toutefois un soupir en se rendant compte que la conversation tournait toujours autour de Shahren. « Je n’avais nulle intention de vous causer du tort. J’ai simplement vu une occasion que j’ai pu saisir. Je sais très bien qu’un individu tel que vous aurait fait de même à ma place. Puis si vous ne vouliez pas que je mette en danger votre position, peut-être aurait-il fallu en informer ma sœur avant ? Et vous assurer que votre cousine ne vienne pas fouiner jusqu’ici. Oh, vous pouvez toujours me considérer comme le responsable de tous vos tourments si cela vous chante. C’est plus facile que d’admettre ses propres erreurs, n’est-ce pas ? » Il eut un léger sourire mutin.

Anton savait que ce qu’il disait pouvait être assimilé à de la provocation. Bien sûr pour lui ce n’était pas le cas, c’était un simple état des lieux de ce qu’il s’était passé. Shahren Matviev avait suivi Abigaïl au Necropolitan après avoir espionné son cousin. Suivre la Porte-Mort… Rien que cela aurait dû lui valoir la mort et si la nécromancienne n’avait pas voulue détourner son frère de l’ennui qui suivait se résurrection, cela aurait sûrement été le cas. Mais non, elle était tombée entre ses mains et avait été préservée du fait de son lien avec Tesla. C’était lui qui avait été incapable de la tenir correctement en laisse.

« En effet, mes innovations scientifiques servent avant tout la Moisson et ma sœur. Je suis heureux de voir que votre haine pour moi n’obscurcit pas votre jugement. Je vous ai sûrement un peu mal jugé. » Peut-être un peu… Pour Anton, Tesla avait toujours été un être primitif, comme une sorte d’homme des cavernes qui avait juste eu la chance de naître avec une plus grosse que les autres, en la manifestation de ses pouvoirs mutants bien sûr, pas d’autre chose. Ceci était une métaphore. « Vous seriez prêt à abandonner des dépouilles de méta-humains à mes soins aussi simplement ? Voilà qui est très intéressant. La Moisson parvient à en récupérer, surtout après certains affrontements musclés, mais c’est toujours plus rare que de simples humains. Cette créature est exceptionnelle, mais elle ne représente pas pour moi une avancée considérable. Plus de matière première serait particulièrement appréciable pour faire avancer mes recherches. Et détrompez-vous. Je me considère comme le meilleur dans le domaine de la nécro-chirurgie, sûrement car j’en suis le pratiquant le plus habile, mais je sais que d’autres possèdent des connaissances qui me font défaut et je sais que de tels individus se trouvent dans votre organisation. »

Il fit une pause, observant un instant la créature démoniaque toujours endormie.

« Je pourrais facilement organiser une livraison où vous voulez, ou simplement l’abandonner dans une crypte pour que vous la récupériez quand vous le désirez. Vous vous êtes tournés vers ma sœur pour son expertise en nécromancie et sa puissance, non ? J’ai fait de même. Mes connaissances scientifiques datent un peu pour des raisons évidentes, votre cousine m’a permis de me moderniser un peu. Mas je ne suis pas du genre à mépriser les travaux des autres scientifiques pour autant. Tant qu’ils ne s’amusent pas à tenter de mettre leurs nez dans mon domaine, je suis prêt à recevoir vos cadavres de mutés. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 31 Aoû 2016 - 12:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Et ta sœur ? ▬ Anton RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Et ta sœur ? ▬ Anton RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Renan n'apprécia pas du tout de voir qu'Anton prétendait que tout ce qui était arrivé n'était que sa faute à lui. Il ne savait pas contrôler sa cousine et c'était donc SA faute si ce crétin qui pensait avec ce qu'il avait entre les jambes, avait décidé de se servir de sa cousine comme d'un garage pour son engin ? ! La colère submergea aussitôt le français qui eut beaucoup de mal à retenir son envie de lui en coller une bonne, histoire de bien le calmer. Au fond de lui, le français était convaincu que le type face à lui cherchait volontairement à l'énerver, pour le pousser à l'attaquer et pouvoir dire à sa charmante sœur qu'elle était idiote de croire qu'un simple humain pouvait respecter sa parole. C'est bien ce sentiment de paranoïa qui le poussa à garder le contrôle, même s'il fulminait littéralement et aurait donné gros pour pouvoir l'étriper sur-le-champ.

Le problème de cette colère, c'est que Renan eut beaucoup de mal à se concentrer sur la discussion qui suivit. Il entendit bien que le scientifique semblait intéressé par leur accord, mais les prunelles du français brillait toujours d'une irritation grandissante. Abigaïl allait devoir lui être très redevable pour ce qu'il faisait à cet instant précis, car en temps normal, même sans être sur son terrain, il n'aurait pas hésité une seule seconde. Malgré toute cette bonne volonté, quelques mits lui échappèrent lorsqu'il fut question de l'humilité de son interlocuteur.

« Quelle surprise... »

Ironie. Renan n'était absolument pas étonné qu'un type aussi vieux soit totalement à côté de la plaque à une époque pareille ! S'il ignorait que son « beau-frère » le voyait comme un homme primitif, ce dernier était loin de savoir que Renan le considérait comme un rebut bon à jeter aux ordures. Il était dépassé, tout juste bon à faire de la chirurgie moyenâgeuse, voilà tout ! Bien sûr, la haine qui l'habitait à cet instant influençait beaucoup son jugement, sans quoi il y avait fort à parier qu'ils auraient pu collaborer ensemble de manière fructueuse.

Au lieu de cela, les voilà à discuter d'échanger des bouts de cadavres ou des corps entiers. Renan dévisageait toujours Anton d'un regard nettement hostile alors que celui-ci acceptait de recevoir les cadavres des mutés. L'anglais ne s'en rendrait jamais compte, Renan en était convaincu, mais il lui faisait une énorme fleur en agissant ainsi. Les mutés étaient le fruit d'un dur labeur et en temps normal, les scientifiques étudiaient les corps après le décès ou les brûlaient pour éviter que leurs recherches ne soient exploités par d'autres. Mais la fierté du français avait des limites : il se disait que si ce branquignol était aussi doué qu'il le dirait, peut-être qu'il réussirait là ou ses scientifiques avaient échoué. Et s’il était aussi nul que Tesla le pensait, il ne perdait rien à lui donner ces corps, voilà tout.
Croisant ses bras sur son torse, le breton ne résista pas à l'envie de lancer une pique à son interlocuteur.

« Ne soyez pas ridicule. Leurs recherches sont sérieuses, ils n'ont pas le temps de perdre de l'énergie et du temps dans des choses pareilles. Alors, ne vous inquiétez pas, vous garderez votre domaine. » Il n'avait qu'à pas le chercher. « De toute manière, je doute que vous soyez capable de faire quoi que ce soit de ces mutés. Si mes scientifiques n'ont pas réussi avec toutes les connaissances et équipements modernes, il n'y a aucune raison que vous y arriviez avec vos moyens. » Un sourire moqueur ourla ses lèvres. « Sans vouloir vous vexer. »

Ou si, en fait. Ses prunelles mordorées dardaient toujours Anton du regard. Il doutait qu'ils puissent un jour s'entendre et Renan était convaincu que ce type n'acceptait pas que sa sœur puisse frayer avec un méta-humain. Son regard se teinta un peu plus de contrariété alors que la rancœur refaisait surface : il ne parvint pas à retenir toutes les paroles qui tournaient dans son esprit.

« Ne nous mentons pas. Vous vous êtes intéressé à ma cousine parce qu'elle est intelligente, mais dès l'instant où vous avez su qui elle était, vous auriez dû vous arrêter. » Le ton de sa voix était devenu glacial. « Vous avez continué et nous savons très bien que ça n'a rien à voir avec les capacités à l'horizontal de Shahren. En fait, je me demande surtout si vous n'avez pas cherché à me nuire tous les deux. Elle était jalouse, vous ne m'aimez pas parce que votre sœur me fait confiance, voilà le vrai nœud du problème. » Il se rapprocha légèrement d'Anton. « La vérité, c'est que vous ne vous contrôlez pas. Vous ne réfléchissez pas aux conséquences de vos actes et si moi je n'ai pas su retenir Shahren, votre sœur n'a pas réussi à tenir votre laisse non plus. » Un soupir lui échappa. « Elle a caché votre relation, ou vous lui avez menti. Dans les deux cas, je ne suis pas le seul responsable de ce désastre. Vous avez de la chance que j'apprécie Abigaïl, parce que je suis certain que vous et Shahren vous êtes amusés à créer des horreurs pour me nuire, ou à notre organisme. En temps normal, ça vous aurait valu une exécution pure et simple à tous les deux. » Même si c'était plus facile à dire qu'à faire. « Alors, arrêtez de fanfaronner et remerciez plutôt votre sœur d'essuyer toutes vos bêtises. »

Il se détourna d'Anton, irrité comme jamais. Son regard passa brièvement sur la cellule où se trouvait la raison de sa venue ici.

« Une crypte fera très bien l'affaire. Vous aurez quelques cadavres de méta-humains en échange pour preuve de notre bonne volonté. »

Le ton de sa voix était redevenu parfaitement neutre. Le travail avant tout !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 31 Aoû 2016 - 17:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Anton voyait bien la colère dans les yeux de Renan. Mais il choisit de ne pas y faire attention, ne faisant aucun geste de recul et surtout ne se permettant aucun léger sourire. Pourtant la situation était particulièrement amusante quand on y pensait. Cet homme, ce méta-humain aux pouvoirs si dangereux d’après Abigaïl, qu’elle semblait considérer comme une sorte de champion de la mort, quoiqu’elle puisse bien entendre par là était furieux. Mais surtout, il ne pouvait pas s’attaquer à lui, surtout pas ici, alors que la citadelle d’Erehwon ne se dressait non loin. Il faudrait probablement beaucoup de membres de la Moisson pour arrêter le mutant, mais c’était bien plus drôle de le voir ainsi coincé uniquement à cause de son lien avec Abigaïl. Anton n’avait pas le droit de s’en prendre au mutant ou à son organisation comme tout membre de la Moisson, mais Renan n’avait aussi pas le droit de s’en prendre à lui s’il valorisait un tant soit peu son accord avec la nécromancienne. Et cela, cela faisait beaucoup rire le Dread Maker. Intérieurement bien sûr. Tous les hommes avaient leurs limites.

Bien sûr, l’hilarité intérieure d’Anton ne fut que passagère… Il ne montra rien, pas même un regard colérique comme son interlocuteur. Après tout, il était un Faust, une créature de la mort et il savait mieux que personne comment cacher ses émotions. Mais il n’appréciait pas du tout la façon dont Renan parlait de son art. Comme si ce qu’il accomplissait n’était rien de plus que ce qu’un adolescent ferait avec un kit du petit chimiste dans son garage ! Bon, Anton n’avait jamais eu de kit du petit chimiste. Mais il avait réussi à avoir des animaux en kit, généralement en les démembrant lui-même dans la cave de leur demeure à Londres. D’ailleurs il avait très envie de faire de même avec ce Renan d’un seul coup. Est-ce qu’Abigaïl l’aimerait autant s’il lui mettait les organes à l’extérieur ? S’il retournait son précieux mutant comme un gant ? Cela prendrait un peu de temps et d’énergie, mais cela serait grandement appréciable…

« Vous seriez surpris de ce dont sont capables mes moyens… Après tout, j’ai créé des monstres là où vos scientifiques n’ont apparemment que des échecs. » Le ton d’Anton était tout de même légèrement plus froid, voir même glacial. Ce pathétique mutant, incapable de voir ce qu’Anton essayait de faire. Pensait-il vraiment qu’il se contentait de créer des monstres et de rafistoler des femmes pour le bon plaisir de son entrejambe ? Non, il avait prévu de soigner l’humanité de la plus terrible des maladies : la mort. Une nouvelle race de surhommes qui ne mourraient pas, car ils ne seraient jamais totalement vivants. « Mais je ne suis pas surpris que vous soyez incapable de vraiment concevoir ce que je tente de réaliser. Puis ce n’est pas parce que les créatures de vos scientifiques se sont révélées être des échecs de leurs vivants que je ne pourrais pas révéler leur véritable potentiel dans la mort. »

Ce qu’Abigaïl aurait dû faire avec cet avorton depuis le début… Il avait clairement outrepassé son utilité maintenant à voir la façon dont il lui parlait. Anton lui-même était plus souvent mort que vif. Pourquoi ne pas tuer ce méta-humain et en faire un mort-vivant servile ? Oh, il ne passerait probablement jamais sur la table d’opération du Dread Maker, mais les pouvoirs d’Abigaïl en feraient un véritable agent de la Moisson. Peut-être qu’il pourrait finalement accomplir quelque chose de sa vie et perdre son égo détestable… Quoique plus Anton passait de temps avec Renan, puis il était convaincu que l’orgueil de ce dernier survivrait même à la mort.

« Ha ! C’est là que vous avez tort. Rien ne me poussait à arrêter ma relation avec votre chère cousine. Je ne sais rien de votre organisation, ma sœur ne savait rien de votre organisation… Oh, j’aurais su qu’il s’agissait d’individus aussi bornés et dénués d’ouverture d’esprit que vous, oui j’aurais arrêté plus tôt. Mais j’avais besoin de l’intelligence de votre cousine, au moins pour me lancer dans le vingt et unième siècle. Puis, admettons une chose… Si votre cousine avait été un tant soit peu logique et non pas aussi stupide socialement qu’elle était intelligente scientifiquement parlant, elle aurait mis d’elle-même des limites à notre relation. Elle a accepté d’elle-même de m’accueillir dans son laboratoire et de vous compromettre. Rien ne m’interdisait d’en profiter, contrairement à elle. »

Difficile de savoir si Renan serait capable de trouver un autre fautif dans cette histoire que le nécromancien. Anton n’y croyait pas vraiment lui-même. A ses yeux, Shahren avait été stupide de les mettre dans une telle situation sans vraiment le prévenir, mais le méta-humain avait été négligeant.

« La Moisson n’est pas votre organisation, je n’ai pas de laisse, je n’en ai pas besoin car je ne suis pas esclave de mes pulsions. J’ai plus de liberté d’agir que votre cousine n’en avait, seulement, elle a été trop stupide pour s’en rendre compte et s’est crue mon égal, ou votre égal. Comme si le fait de coucher avec ma sœur vous donnait le moindre droit, à vous ou à elle d’ailleurs. Puis même si vous aviez voulu m’exécuter, j’espère que vous étiez motivé, après tout, vous n’êtes pas le seul à ne pas craindre la grande faucheuse. Surtout que les monstres que nous avions prévu de créer étaient autant pour votre organisation que pour la Moisson. Mon allégeance à ma sœur fait que je ne me serais pas dressé contre vous, même si en effet, je ne vous apprécie pas. Cela n’a pas changé en ce jour. Je n’aurais jamais lancé de monstre contre vous, car je n’aurais pas trahi Abigaïl. »

Pas une nouvelle fois, pas après tout ce qu’elle avait pour lui et maintenant que les deux nécromanciens pouvaient enfin travailler main dans la main.

« Bien, je m’arrangerais pour le faire livrer ce soir même. Si vous arrivez à obtenir les cadavres en de si brefs délais. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 31 Aoû 2016 - 20:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Et ta sœur ? ▬ Anton RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Et ta sœur ? ▬ Anton RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5183
ϟ Nombre de Messages RP : 1768
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Monstre était un synonyme d'échec aux yeux de Renan, mais il s'abstint d'ouvrir la bouche pour le souligner. La discrétion ne se faisait pas avec des golems aussi laids qu'inutiles. Rien qu'en voyant la masse de chair qui servait de lampe de poche sur pattes, le français avait la preuve qu'il ne partageait strictement rien avec cet homme – et il ne s'en plaignait pas pour être franc. Un sourire amusé ourla toutefois ses lèvres lorsqu'il entendit Anton raconter que ce n'était pas parce que ses propres scientifiques avaient échoué qu'il en serait de même pour lui. Ma foi, ils verraient en temps et en heure ! Mais le breton en doutait honnêtement. Les scientifiques de SHADOW n'étaient pas des incapables et ils se relayaient depuis des décennies pour obtenir ce qu'ils recherchaient, ce n'était donc pas un homme seul qui passait ses nerfs en transformant des humains en monstres, qui parviendrait à cela !

« Mais faites donc, de toute manière, ce n'est pas le temps qui vous manque. »

Il pouvait laisser entendre que le scientifique n'avait rien de mieux à faire de ses journées, mais pouvait aussi bien faire référence à son immortalité qui était un avantage certain.

Toujours est-il que cette discussion devenait dangereusement personnelle. Renan n'aurait jamais dû se laisser entraîner sur la piste de Shahren vu que son interlocuteur était d'une mauvaise foi effarante. Il refuserait toujours d'admettre ses torts et rejetterait les décisions prises sur son amante d'alors. À croire qu'il n'avait rien entre les jambes, ce qui ne l'aurait pas vraiment étonné au fond vu que Shahren n'était pas spécialement connue pour son intérêt pour la chose. Le regard du Breton se durcit à nouveau lorsque l'anglais osa lui balancer qu'il n'était pas ouvert d'esprit. Vu tout ce qu'il avait accepté et tout ce qu'il était prêt à tester, c'était la chose la plus fausse qui ait été dite ce soir. Mais Renan ne s'amuserait pas à débattre là-dessus : l'avis d'Anton ne lui importait guère.
Un soupir lui échappa.

« Voilà une attitude très virile et mature, rejeter la faute sur l'absente. Mais vous avez raison, vous êtes tellement irrésistible, elle devait avoir envie de trahir son organisme juste pour vos beaux yeux. »

Le ton était ironique. Même si le jumeau d'Abigaïl n'était pas repoussant, ils savaient tous les deux que Shahren se fichait pas mal du physique des gens qui l'entouraient ou qu'elle utilisait, d'où cette remarque faussement complaisante. De toute manière, Renan était las. Il n'avait pas envie de débattre des heures à ce propos et laissa donc son interlocuteur vider son sac avant de terminer sur une note plus... positive ? Très franchement, le français n'était pas sûr qu'il avait gagné au change. Maintenant il avait juste la confirmation que ce type et lui ne pourraient jamais se blairer, alors qu'avant ce n'était qu'une hypothèse. Au moins Abigaïl ne pourrait pas lui dire qu'il n'avait pas été sérieux ou qu'il n'avait rien fait pour arranger les choses.
Un énième soupir échappa au français.

« Je ne parlais pas de la Moisson, je parlais de mon organisation. » Il secoua légèrement la tête. « Et ce que je fais avec votre sœur ne vous regarde pas, comme vous le soulignez si bien aucun n'a son mot à dire sur l'autre. Encore moins vous qu'elle, puisque sans son aide, vous ne seriez pas là après tout. » Il savait qu'elle s'était débrouillée pour le ramener dans le monde des vivants. « Mais il est inutile de parler encore des heures, nous ne nous aimons pas donc autant éviter de parasiter l'air de l'autre inutilement. Les cadavres seront là ce soir et nous n'aurons plus à nous revoir. »

Il se serait bien détourné pour le planter ici et partir, mais comme ils n'étaient pas dans le manoir, Renan dût attendre qu'on daigne le raccompagner à la surface, après quoi il put enfin regagner la base de Mannheim pour préparer la livraison de cadavre. Malgré l'hostilité qu'il ressentait pour ce type, Renan supervisa tout de même l'opération afin de lui fournir uniquement des corps de qualité : il était hors de question qu'il laisse ce type critiquer sa part du marché.
Sa fierté était plus importante que sa haine sur ce coup.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



 
Et ta sœur ? ▬ Anton
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Et ta sœur ? ▬ Anton Cadre_6Et ta sœur ? ▬ Anton Cadre_7_bisEt ta sœur ? ▬ Anton Cadre_8


Et ta sœur ? ▬ Anton Cadre_1Et ta sœur ? ▬ Anton Cadre_2_bisEt ta sœur ? ▬ Anton Cadre_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Et ta sœur ? ▬ Anton Cadre_6Et ta sœur ? ▬ Anton Cadre_7_bisEt ta sœur ? ▬ Anton Cadre_8
Sauter vers: