« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake Cadre_1« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake Cadre_2_bis« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake Cadre_3
 

« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake

 
Message posté : Mer 27 Juil 2016 - 18:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
2012 – Quelques heures après le sacrifice.


Il s’agite.
L’odeur autour de lui est ferreuse et faisandée. Il repose au milieu de coussins spongieux, humides, pas très agréables. Il relève la tête, un viscère tombe de ses cheveux et s’écrase sur sa main. Il cligne des yeux une fois, deux, trois, de plus en plus vite tout en prenant la mesure du carnage autour de lui. Son premier réflexe est de paniquer… Avant de remarquer la chevalière, à son doigt. Et de se souvenir : Le sacrifice, Loki, le pacte. Il est un champion divin, désormais.
Non, j’ai dû rêver, c’est ridicule.
Son esprit rejette l’évidence, qui n’est pas simple à admettre. Le Pacte est supposé empêcher les dieux d’agir sur Terre, comment Loki aurait-il pu capter son âme et la renvoyer dans son enveloppe après lui avoir parlé ? Dans son souvenir, il semblait attaché, mais n’était-ce pas plutôt une métaphore de son esprit, afin de matérialiser le passage à un nouveau palier de pouvoir, de ses propres pouvoirs à lui ? La pierre brilla d’un étrange éclat, comme en réponse à ses pensées, et une certitude l’envahit : oui, tout ça était bien arrivé.
Oui, ses parents avaient essayé de le sacrifier.
Oui, il était même mort, d’une certaine manière, avant de revenir à la vie.
Oui, il avait rencontré Loki ou du moins, une entité très puissante se faisant passer pour lui / elle.
Oui, il était devenu son champion et avait hérité de pouvoirs… Fabuleux. Et terrifiant, la preuve en était le carnage autour de lui. Il se souvenait avoir eu quatre pattes, avec dévoré les entrailles de sa mère. A cette idée, son estomac se souleva mais il ne vomit rien, une réminiscence de son côté humain, qui n’a encore rien de cannibale.

Plusieurs minutes lui sont nécessaires pour rassembler ses pensées. Que faire ? Comment agir ? Impossible de nettoyer tout ce bordel, pas à lui tout seul, il s’en fatiguait à l’avance. Le plus simple serait de brûler la demeure familiale et tous les souvenirs qu’elle renferme… L’idée l’horrifie mais il n’a pas le choix. Cependant, avant de craquer l’allumette, il doit sauver quelques trésors, de vieux grimoires, des objets anciens… Un rire dédaigneux au fond de son esprit souligne l’inutilité de la démarche, mais il n’a pas encore conscience de tous les fabuleux pouvoirs conférés par la chevalière de Loki.

***

Les flammes dégagent une chaleur intense. Il a enfilé des vêtements propres, s’est débarbouillé, mais sous le tissu, son corps est encore taché. Une capuche enfoncée sur ses cheveux, un sac à dos en travers de l’épaule, il est loin de respirer la classe comme aujourd’hui. En entendant les sirènes des pompiers au loin, il s’envole, conscient de l’urgence de la situation, sans toutefois savoir quoi faire ni où aller. Il espère que la concentration extrême des corps au même endroit brouillera les pistes, qu’on le pensera mort, comme le restant de sa famille ou mieux, que la police classe le dossier sans suite. Il a simulé une explosion de gaz, bien que le carnage de la cave offre une toute autre piste. Il a agi du mieux qu’il le pouvait, sur le moment.
Il se sent seul.
Il n’éprouve pas de remords concernant son acte, pourquoi, après tout ? Ses parents n’en ont pas eu, en le sacrifiant pour ramener un dieu qui n’avait jamais rien fait pour eux, en espérant obtenir des faveurs matérielles de sa part. Résultat ? L’ironie offrait à Leander tout ce que ses géniteurs espéraient, les tuant au passage. Que faire de sa vie ? Loki ne lui avait pas attribué une mission précise, simplement un désir : celui du chaos. Il n’en avait pas encore pleinement conscience, toutefois, un instinct le poussait à trouver Wildcard. Son image, gravée sur sa rétine, l’appelait. Quant à savoir à quel endroit… Naturellement, il rejoignit l’As de Pique, QG du récemment formé Gang des Fables. Il ne croisa personne : l’échoppe du bas n’était pas encore ouverte malgré la nuit tombée et il emprunta l’escalier extérieur. Il ne frappa pas avant d’entrer et tomba sur Jake, qui arborait sa tête des jours d’intense réflexion pour la lutte contre l’ennui mortel.

Mécaniquement, Leander enleve son sweat et son t-shirt, pour finir torse nu et dévoiler les trainées de sang. Il passe une main dans ses cheveux emmêlés et l’en retire visqueuse.

Et merde, putain… J’ai oublié des morceaux, énonça-t-il tranquillement.

Son regard, au bord de la rupture psychotique, trahit son apparent calme olympien. A présent qu’il se trouve relativement en sécurité, il encaisse le contrecoup de l’aventure macabre qu’il vient de vivre, et la chevalière à son doigt lui semble peser des tonnes...
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 27 Juil 2016 - 19:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je m'ennuyais.

Avachi sur une chaise, les cheveux châtains devant le visage, le regard vague perdu sur les murs décrépits de l'As de pique, je m'ennuyais.

L'As de Pique n'était sûrement pas l'endroit le plus glorieux ni même celui le plus entretenu, toutefois, l'endroit où il se trouvait et la superficie de la place rendait le tout fort intéressant. Chaque membre du Gang des Fables y avait une chambre, certes petite, mais dont ils avaient eu la chance de décorer selon leurs envies. Et puis, il y avait un semblant de cuisine, disons plus un frigo et un micro-onde, à défaut d'avoir une alimentation bien saine. Comme si j'avais du temps à perdre pour me cuisiner un repas décent !

Quoique, en ce moment, du temps, j'en avais beaucoup trop.

Ce qui me servait de chambre n'était en fait qu'une pièce vide où se trouvait un lit, une commode et un large miroir. Ni plus ni moins. Oh, et une chaise, celle sur laquelle je m'étais écrasé, las, et dont je n'avais pas bouger depuis un petit moment déjà.

Aladdin était disparu sous les jupes d'une fille quelconque, La Chenille n'était pas encore rentrée de ses derniers contrats, Bêta passait son temps à disparaître et à réapparaître comme bon lui semblait et Cendrillon ne semblait toujours pas s'être remise de notre dernière partie de jambes en l'air.

Triste vie.

Et donc, au final, je m'ennuyais.

Jusqu'au moment où la porte de l'As de Pique s'ouvrit. Voilà, Aladdin venait certainement de se faire rejeter pour la enième fois. J'avais presque pitié de lui.

Toutefois, les pas se dirigèrent vers moi, ouvrant la porte de ma chambre sans aucune gêne, laissant apercevoir des traits que je n'avais pas vu depuis un bon moment déjà. J'haussai donc un sourcil, me redressant sur ma chaise, curieux quant à la présence de Leander devant moi.

« Tu aurais au moins pu t'avertir ! » Je me levai de la chaise qui écoutait mes lamentations depuis belles lurettes, me dirigeant vers ma commode. « J'aurais au moins pu prendre le temps de me préparer un peu. C'est une honte que tu me vois accoutré de la sorte ! »

Vêtu d'un simple pantalon presque trop grand pour moi, les mèches claires devant les yeux et le visage nu de tout maquillage, j'avais presque une tête à faire peur.

Quoique, pas autant que lui.

Me retournant vers lui, je portai une attention particulière à son commentaire avant de le détailler de haut en bas. Du sang, bien évidemment. A priori, ce n'était pas le sien. Or, si cette vision n'avait rien de particulièrement choquante à mon avis, peut-être qu'il n'était pas très à l'aise que de se balader avec le sang d'autres personnes sur son corps.

« Bon, tu as besoin d'une douche. »

C'était déjà un bon début. Le tirant par le bras (il ne semblait pas être à cent pourcent avec moi), je l'amenai jusqu'à la médiocre salle de bain de l'As de Pique. Sortant une serviette que je déposai sur le comptoir, je m'assurai que l'eau chaude était bien fonctionnelle avant de l'abandonner à son sort.

« Je te laisse des vêtements devant la porte, pour peu qu'ils te fassent. Je t'attend dans la cuisine. »

Autrement dit, sur une chaise face à une petite table qui n'était pas souvent utilisée, la majorité préférant manger dans leur chambre ou sur le chemin de je ne savais trop où. Ils pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient, de leur temps libre, tant et aussi longtemps que leur allégeance n'allait qu'à moi et qu'ils étaient disponibles pour mes milles et un caprices. Oh, et qu'ils ne se fassent pas arrêter, mais cela allait de soit.

Leander réapparut après un certain temps sous mes yeux. J'ai presque eu peur qu'il se soit noyer sous la douche, ce qui aurait été fort dommage. Il n'aurait pas été le premier cadavre dont je me serais débarasser, mais je préférais tout de même éviter de le faire.

« T'as besoin d'un café ? Ou quelque chose d'un peu plus fort ? J'ai sûrement du whiskey quelque part. »

Je quittai ma chaise pour lui laisser le loisir de s’asseoir sans qu'il n'ait à se soucier de rien.

« Alors, que s'est-il passer ? »

Pour qu'il débarque ainsi à l'As de Pique.

« Ah, parce que ne crois pas que tu peux débarquer ici sans t'avertir, déambuler couvert de sang jusqu'à ma chambre, souiller le sol et la douche sans que je n'aie aucune explication. »

Il me prenait pour qui ?

« Je t'écoute. »

Il n'avait pas le choix, de toute façon. Et puis, vu son état, parler lui ferait peut-être un peu du bien.

Ou le démolirait à jamais, qu'est-ce que j'en savais ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 28 Juil 2016 - 20:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Une douche, oui, sans aucun doute.
Leander se laisse emmener par Jake, mécaniquement, jusqu’à cette salle de bain qui manque de luxe et de place, mais qui a le mérite de cracher l’eau brûlante dont il a besoin. Il se déshabille et se place sur le jet, se laisse asperger en fixant le mur plus très frais et rongé par le calcaire. Il réfléchit, ou du moins, il repasse les évènements dans son esprit, subissant le contrecoup de plein fouet. Il se rend compte que ses parents ont essayé de le tuer et, l’air de rien, ça le choque. Ils n’ont jamais été des géniteurs modèles, ni de grands éducateurs, hormis quand ça touchait à la magie, mais de là à s’attendre à ça…
Ils m’ont tué.
Il s’est senti mourir, en tous cas. L’a-t-il réellement été ou Loki a-t-il aspiré son âme suffisamment rapidement pour l’en empêcher ? Il ne saurait l’affirmer et, même si la question tournait à l’obsession, il ne le saurait jamais.

Il appuie son front sur la paroi de douche pour laisser l’eau couler sur sa nuque, ce qui a un effet apaisant. Il reste longtemps, jusqu’à sentir le tiède, puis le froid. Il ressort avec la tête un peu plus sur les épaules et trouve un drap pour s’essuyer, ainsi que des vêtements. Ils ne sont pas exactement à sa taille, ils n’ont rien de particulier. Ils sont de couleur sombre et couvrent son corps sans pour autant le coller. Il n’a pas de sous-vêtement, juste l’équivalent d’un training et d’un haut assorti, sous lequel il ne met pas de t-shirt. Il flotte un peu, il s’en fou. Il se pose en face de Jake et secoue la tête pour refuser son offre de café. Il n’est pas certain que ça soit une bonne idée, pas plus que de se saouler. Il a perdu son sang froid, en revenant de ce… Plan divin ? Il s’est transformé en quelque chose et tant qu’il n’en sait pas davantage sur sa nouvelle nature, il tient à garder le contrôle de lui-même. L’air de rien, il apprécie Jake. Il n’a pas envie de le tuer, encore moins par accident. Si ça doit arriver un jour, il le préméditera.

Que s’est-il passé… Bonne question. Par où commencer… On dînait, comme d’habitude, enfin on soupait, et je me suis senti brusquement fatigué. Le monde a commencé à tanguer autour de moi, j’ai perdu connaissance. Quand je me suis réveillé, je pissais le sang, on venait de m’enfoncer un poignard sacrificiel dans le…

Il baisse les yeux sur son ventre, ouvre la tirette et dévoile sa peau blanche, parfaite, sans cicatrice.

…ventre…

Il fronce les sourcils, perplexe. Est-ce qu’il a rêvé ? Non, la chevalière à son doigt est bien présente et brille d’un éclat étrange, pour lui rappeler que tout ça, c’est bien réel.

Après il s’est passé quelque chose, je me suis retrouvé dans une espèce de dimension bizarre où rien ne tenait en place, avec un type attaché à un rocher, qui… S’est présenté comme étant Loki. Tu sais que mes parents et leur secte essayaient de le libérer ? Il m’a parlé, il m’a dit qu’il voulait faire de moi son champion et quand j’ai accepté, il m’a renvoyé en quelque sorte, peut-être même rendu la vie, j’en sais rien. Au passage, il m’a filé de nouveaux pouvoirs, j’en ai pas encore la liste exacte mais je me suis transformé en une espèce de monstre, de… De loup géant je crois. Et je les ai tous bouffé.

Sa déclaration sonne creux, vide, comme s’il énonçait un fait banal, sans grand intérêt. Il se souvient du goût des entrailles de sa mère et porte sa main à ses lèvres, qu’il caresse du bout des doigts, perplexe puis, petit à petit, il prend conscience qu’il a avalé de la chair humaine. Il se fend d’un haut-le-cœur, mais rien ne ressort.

En fait, je crois que j’ai besoin d’un verre. Un grand verre. J’ai l’impression de perdre complètement les pédales.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 29 Juil 2016 - 2:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Ouai, effectivement, tu n'as pas besoin de plus d'alcool pour l'instant. »

Je l'inspectai, de haut en bas, m'attardant sur son ventre dénuée de toute cicatrice alors que, selon son récit, la plaie aurait dût se montrer de façon un peu plus vive.

« T'as pris quoi avant de venir ici? »

Je soupirai.

« Je t'ai déjà dis de ne rien prendre d'autres que ce que La Chenille peut fournir, surtout que tu sais que je peux faire livraison ! Autrement, tu ne sais pas sur quoi tu peux tomber et, décidément, c'est quelque chose de pas net qu'on t'a refilé. »

Secouant doucement de la tête, je sortis la bouteille de whiskey lui ayant offert un peu plus tôt, prenant dans une armoire deux verres que je déposai sur le table. Parce quel genre d'ami serais-je si je ne l'accompagnais pas alors qu'il semblait finalement tenter de noyer sa détresse.

Bon, peut-être qu'il n'avait pas pris de drogues quelconque et que son histoire était vraie.

« Si je récapitule bien, tu aurais vu Loki... » Je n'étais même pas certain de qui était Loki, j'avais cette mauvaise habitude d'écouter les gens d'une oreille distraite.

« Tu as vu ce Loki-machin-chose dans ehh… L'autre monde, c'est bien ça ? Si j'ai bien compris ton histoire, tes parents t'ont tué. Ou enfin, ils t'ont enfoncer un couteau sacrificiel dans le ventre, ce qui, pour moi, revient au même. »

Et voilà que je divaguais moi-même dans mes pensées, me raccrochant aux paroles prononcées par Leander qui avaient miraculeusement réussies à se frayer un chemin jusqu'à ce qui me servait de cerveau. Je nous servis à tous les deux de grands (trop grands) verres de whiskey, déversant presque la moitié de la bouteille dans le verre du brun me faisant face, y laissant tomber trois glaces avant de le pousser vers lui. Qu'il boive jusqu'à ne plus se souvenir et peut-être ses pensées deviendraient-elles plus claires.

En quoi est-ce contre-productif?

« Et ce Loki t'a ramené à la vie pour te nommer son champion ? Et lorsque tu as repris conscience, tu t'es transformé en loup et a dévoré toute ta famille. »

Je pense que c'était ça, le gros de l'histoire.

« Bah dis donc, quand tu fais quelque chose, tu ne le fais certainement pas à moitié. »

Parce que plaisanter alors qu'il semblait avoir encore le goût des entrailles humains au fond de la gorge était décidémment la meilleure chose à faire. Je fronçai toujours légèrement les sourcils, presque inquiet.

« Ne me dis quand même pas que tu es soudainement devenu accroc de la chaire humaine et que je serai ton prochain repas ? »

Je n'étais peut-être pas aussi inquiet que j'aurais dût l'être, vu l'histoire qu'il m'avait balancé à la gueule, or, rien ne m'inquiétait. Ou presque.

La chance était, littéralement, de mon côté. Qu'avais-je donc à craindre ?

« J'te jure, je suis sur que j'ai pas bon goût en plus. Ou enfin, à toi de me dire. »

Je me levai pour m'approcher de la désormais bête, lui tendant mon bras.

« Si tu veux, je te laisse goûter, mais juste une bouchée. Qui ne m'arrachera pas le bras de préférence. Puis j'imagine que tu dois déjà avoir pas mal de point de comparaison ! Un véritable festin que tu as dût avoir ! J'espère que tu t'es régalé. »

Un rire s'échappa de mes lèvres alors que la blague était plus que déplacée. Et le rire n'était pas aussi rassurant qu'il n'aurait dût l'être. Il n'avait rien de sincère ni de marrant. Un rire, comme cela, pour souligner que je me moquais de lui alors que, a priori, il semblait en grand besoin d'un soutient mental quelconque.

Dommage, mon cher, tu n'as pas été cogné à la bonne porte, si c'était ce que tu recherchais.

« En vrai, comment ça marche, tout ça ? »

Je bus d'un coup sec le verre que je m'étais servi, mon regard tranquillement posé sur celui qui semblait être perdu entre un calme olympien et une panique dévastatrice.

« Genre, maintenant, tu as des pouvoirs que tu avais pas, tu peux te transformer en loup, dévorer des innocents et, si j'en suis ton discours... »

Je fracassai mon verre contre la table, faisant revoler aux alentours quelques éclats de verre, m'ouvrant la main au passage, avant d'empoigner le bras de Leander et d'y apposer une profonde entaille.

« Tu peux guérir de n'importe quelle blessure ? »

C'était risqué, de m'en prendre de la sorte à une bête. Sans compter ma main qui élançait et mon sang qui se mêlait désormais à celui du loup sur le sol déjà bien sale de l'As de Pique.

« C'est intéressant, tout ça, en fait. »

Pour peu qu'il ne se transforme pas dans les prochaines secondes pour m'arracher la tête.

Ce serait sympa, de vivre une journée de plus.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 30 Juil 2016 - 16:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La première réaction de Jake fut de croire Leander drogué et, honnêtement, le tout juste intronisé champion divin avait envisagé lui-même cette solution. Seule cette chevalière à son doigt, qu’il ne possédait pas avant ce soir, lui prouvait que tout ceci était bien réel. Malgré cela, il avait un peu de mal à le croire, tant toute cette histoire lui semblait… Énorme. Ses parents qui l’offrent en sacrifie, Loki qui le contacte pour devenir son champion et le renvoie sur la Terre Prime en tant qu’agent du chaos, avec de nouveaux pouvoirs en prime, dont celui de se transformer en août… Bref, même pour quelqu’un d’aussi dérangé que Jake, dans un monde aussi étrange que le leur, cela restait difficile à croire. Pourtant, son compagnon s’adapta vite, sans que Leander ne soit certain de sa sincérité. Vu son ton, il pouvait très bien se moquer de lui.

Ouais, Loki, tu sais, le dieu de la mythologie nordique, le frère de Thor… T’as pas vu le film ?

Hollywood venait justement de sortir un super blockbuster sur le sujet, quelques semaines avant sa mésaventure, ce qui avait ramené les deux demi-dieux sur le devant de la scène. Coïncidence ? A moins qu’Hollywood ne soit capable de lire l’avenir et ne soit branché sur la vie de Leander, aucun doute là-dessus. Encore un peu à côté de ses pompes, le présumé loup sourit aux remarques de son futur boss.

Bah quand on fait un truc, on le fait bien… Mais non, je n’ai pas envie de te manger. Enfin, pas plus que d’habitude.

Jake lui plaisait sous d’autres aspects, mais ça n’avait pas sa place dans leur discussion et ce, même s’il se proposait aimablement en guise de repas. Leander déglutit, envisagea la proposition mais secoua la tête presque aussitôt, craignant les conséquences s’il se transformait sans se contrôler. Il n’avait pas réessayé, même pas vérifié si la lune était pleine ou non, si ç’avait un lien, comme dans les histoires populaires, on au contraire, absolument rien avoir.

Il ignorait comment tout cela se déroulait et Jake, bien décidé à le découvrir, força le destin. Il fracassa la bouteille sur la table si brutalement que le champion ne réagit pas tout de suite. Son bras entaillé saigna… Et sa chair se referma immédiatement, sous leurs yeux médusés. Le loup eut à peine le temps de ressentir la douleur.

Juste, simple question… Si j’avais fait un mauvais trip à l’acide, t’es conscient que j’étais bon pour l’hosto ? demanda-t-il, sans trace de reproches.

Au contraire, il choisit d’éclater de rire. Un son clairement nerveux, à la limite de l’hystérie.

J’ai pas rêvé… Merde, j’ai pas rêvé, j’ai PAS RÊVÉ JAKE ! J’ai bouffé mes parents, je me suis transformé en un putain de loup, je suis capable de guérir…

Il arracha la bouteille des mains de son ami et se coupa, encore et encore, défonçant le sweat qu’on venait justement de lui prêter. Le sang avait le temps de couler, plusieurs gouttes tachèrent le sol, jusqu’à former une flaque à ses pieds. Leander semblait hors de contrôle, se mutilant joyeusement tandis que ses yeux viraient à un inquiétant jaune monstrueux, ce qu’il ne remarquait pas. Sa mâchoire tressaillit, jusqu’à craquer, tandis que ses dents se muaient en celles d’un prédateur.

C’est de la folie, c’est de la folie, c’est de la folie, répétait-il en boucle, tout en riant aux éclats.

De la folie, oui. Il craquait nerveusement et apprendrait à faire avec, au fil du temps.

J’ai bouffé les entrailles de ma mère, t’imagine la putain d’ironie ? Ses entrailles quoi, j’arrive pas à me souvenir du goût, mais… Mais… Ah ah ah ah ah !

Le verre transperça finalement complètement son avant-bras, qui se ressouda en quelques secondes. Heureusement qu’il s’était gavé, le soir d’avant. Il apprendrait, plus tard, qu’il devait alimenter la machine avec de la chair humaine pour rester opérationnel.
Chaque chose en son temps.

Vas-y, blesse moi toi aussi! Fais moi mal, j'veux voir combien de temps ça met, réclama-t-il, les yeux écarquillés, l'air dément.

De quoi réjouir un sadique de sa trempe.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 3 Aoû 2016 - 4:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Leander dérapait complètement. Une lueur de folie venait animer son regard et cela n'avait rien de particulièrement rassurant. Ou, tout du moins, rien de rassurant pour un humain lambda. Pour un être côtoyant la folie de près, s'en étant faite une alliée, j'hésitais entre me réjouir de le voir sombrer dans la déchéance ou inquiet de la tournure que prenait les événements.

Le sang s'étalait sur le sol et je devais admettre être partager entre l'insulter de tâcher ainsi mon pauvre parquet n'ayant rien demander ou encore apprécier la nouvelle décoration.

La soirée était dédiée aux incertitudes semblerait-il !

C'était de la folie, il avait bien raison.

Cela ne voulait toutefois pas dire que ce n'était pas vrai, tout ce qui avait bien pu se dérouler chez les Edelwald.

Un sourire carnassier vint toutefois se dessiner sur mes lèvres, révélant une rangée de dents parfaitement blanches, alors qu'il me suppliait presque, d'une voix pressante teintée d'une folie que je ne lui connaissais pas, que de lui faire mal.

Un peu plus et je croyais entendre Cendrillon (ce qu'elle pouvait aimer être humiliée).

« On se calme ma jolie » m'entendis-je dire, alors que j'essayais presque de l'apaiser avec mes mains, en profitant toutefois pour m'approcher de lui.

« Je ne pense pas que notre relation ait évolué si vite en si peu de temps. »

Je m'arrêtai à quelques centimètres de lui, toujours ce sourire malsain aux lèvres alors qu'un éclat presque dément animait mon regard. Ce n'était peut-être pas la meilleure des idées que de me demander à moi, si gentiment, que de le blesser.

Au moins semblait-il plus résistant que cette pouffiasse qui se traînait dans mon lit dès qu'elle avait besoin qu'on la remette dans le droit chemin.

Attrapant son poignet, je lui soutirai ce qu'il restait de la bouteille pour la prendre entre mes mains. Désormais armé, j'étais déjà un peu plus prêt, si jamais j'en venais à réveiller la bête en lui.

Tout cela en devenait presque excitant !

Je posai une main sur son torse pour, avec l'autre, enfoncer le verre dans son ventre. Il été supposé avoir une cicatrice à cet endroit précis ? J'allais m'assurer de répéter la manœuvre assez longtemps pour que, vraiment, une marque y apparaisse.

Il était toutefois bien dommage qu'il ne s'agisse sûrement là que d'une fantaisie. J'aurais bien aimer pouvoir me vanter d'avoir pu marquer cet homme.

Je le poignardai dans le ventre, encore et encore, l'ayant repousser contre le mur et le maintenant en place avec une main posée à plat sur sa peau, l'incitant à ne pas bouger. J'y enfonçai toutefois mes ongles, tirant sur le verre déjà dans sa peau sur le côté pour y voir, l'instant de quelques secondes, une magnifique plaie, y cherchant même ses entrailles que j'aurais espérer voir être tirer vers le sol, qui se vit être refermée aussitôt.

Mes mains étaient toutefois tâchées de sang, tout comme le sol, son ventre, son pantalon (mon pantalon) et nos pieds. Il y avait du sang. Beaucoup de sang. Le mien, le sien, peu importait.

La scène actuelle baignait dans le rouge.

Je laissai finalement tomber le morceau de verre au sol, qui s'était brisé à plusieurs reprises lors des derniers instants, ne laissant donc que quelques débris de verre, au final, tremper dans le sang.

« J'en suis presque triste » marmonnais-je en soupirant.

« Un peau si pâle, si délicate… Il est dommage de ne pas pouvoir y apposer de marque. »

Le tout suivi d'un violent coup de poing dans l'estomac.

Il m'avait demandé d'avoir mal, après tout.

Posant ma main sur son front, je le repoussai pour venir faire frapper sa tête contre le mur derrière lui.

Ce que je pouvais aimer la douleur ! Sûrement tout autant que le désespoir, la folie et le sang. Cette scène était à l'image même de mes fantaisies les plus folles.

« Alors, ça va ? » lui demandais-je, ma main toujours sur son front, sa tête toujours contre le mur.

« Tu reprends tes esprits ? »

Je n'étais pas ce qu'on pouvait appeler un ami fiable et je n'étais certainement pas celui qui écoutait les autres pleurer d'une oreille attentive en leur proposant du thé et des bons biscuits en signe de réconfort.

Or, je n'en restais pas moins loyal. Et peut-être bien un minimum soucieux.

« Le verre devenait lassant. Je peux toutefois voir pour aller chercher autre chose si tu as encore besoin d'avoir mal. »

J'eus un sourire mauvais. Des armes de tortures, ce n'était pas ce qu'il manquait à l'As de Pique.

« Alors, mon grand méchant loup ? Tu as besoin de plus ou tu crains réveiller la bête ? »

Au final, je devais bien l'admettre, j'étais bien tenté de voir ladite bête.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 3 Aoû 2016 - 9:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jake répondit à sa supplique avec zèle. Il aurait dû s’y attendre, venant d’un sadique tel que lui. S’emparant du tesson de la bouteille, il le lui enfonça dans le ventre à plusieurs reprises, déclenchant des élancements douloureux d’une rare intensité. Son estomac se révulsa, il cracha du sang au visage de son ami. La main de Jake l’empêchait de se plier en deux, tandis qu’il fouillait dans la plaie, comme s’il essayait de lui arracher les tripes. La sensation, à la fois inédite, curieuse et affreuse, avait quelque chose de terrifiant et d’excitant. Cette scène dura plusieurs minutes, jusqu’à ce que le sadique ne se lasse, en voyant l’absence de résultat. Aucune cicatrice, aucune plaie, juste une peau parfaitement lisse et glabre. Quant à savoir si Leander reprenait bel et bien ses esprits…

Figé, les muscles crispés, haletant, il n’avait pas conscience que ses pupilles avaient viré au jaune inquiétant, brillant dans l’obscurité. Il leva les yeux vers son ami.

J’sais pas trop, grogna-t-il.

Sa mâchoire s’agitait, comme si tous ses muscles se déchiraient pour se recomposer d’une autre manière. Il voulut sourire et obtint un effet absolument raté, avec sa dentition de monstre. Plaquant ses mains sur son visage, il se griffa le haut du crâne avec ses ongles acérés.

J’crois que t’as déclenché un truc… Je suis pas sûr que…

Il tomba à genoux et, soudain, il y eut un éclair. La seconde suivante, un énorme loup noir se tenait là où Leander se trouvait. Presque aussi haut que Jake, plus large et plus dangereux, il fixa son regard sur le mutant. A l’intérieur, Leander paniquait, il craignait de se jeter sur le chef du Gang des Fables, de le massacrer, sauf qu’en fait… Il n’en éprouvait aucune envie. Perplexe, il commença à se détendre, puis s’assit sur ses fesses, comme un chien. Son estomac gronda.

J’ai la dalle.

Sa phrase, prononcée d’une voix basse, caverneuse, presque incompréhensible pour une oreille normale, était totalement humaine. Une preuve, s’il en fallait, que Leander n’était pas affligé « d’une bête » comme les lycanthropes. Il avait la forme monstrueuse, sans les inconvénients, quoi que ce besoin d’avaler de la chair pouvait sembler affreux… Pour tout autre que lui. Il mettrait un peu de temps à s’habituer, mais s’il en avait besoin, il ne rechignerait pas à ce petit sacrifice.

Manger, réclama-t-il, sur le même ton et avec les mêmes difficultés.

Il espérait que Jake comprendrait et irait lui chercher une victime. Froide ou chaude, peu lui importait pour le moment, quoi que connaissant le côté sadique de son compagnon, il optait assez naturellement pour la proie gigotante et braillante. De toute façon, le sol de l’As de Pique était déjà fichu. Ils allaient mettre des heures à ravoir tout ce sang, qui coulait d’ailleurs encore de la main de Jake. Approchant son museau, Leander lapa la plaie, irrésistiblement attiré par l’odeur de son ami. Il ronronna, l’équivalent d’un gémissement humain, tout en se frottant contre la jambe de Wildcard. Sa mâchoire le démangeait d’une envie de planter ses crocs pour lui arracher la main, mais il n’avait pas basculé au point d’oublier que, contrairement à lui, Jake ne possédait pas de régénération.
Une chance pour le mutant.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 3 Aoû 2016 - 18:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
J'étais un peu déçu.

Je m'étais attendu à une bête sanguinaire qui m'aurait arracher un bras, la tête ou peu importe. Un monstre qui m'aurait dévoré les entrailles sans se soucier de qui pouvais-je bien être. Une abomination qui aurait fait de moi de la charpie, qui serait venu teinter de rouge le sol déjà vermeille.

Or, voilà que j'avais le droit à un gros toutou qui léchait avec envie de sang qui suintait encore de ma récente (très récente) blessure à la main.

C'était décevant.

« Tu veux que j'aille te chercher un os peut-être ? »

Je soupirai.

J'avais l'air de quoi, moi ? Gardien de gros chiens enragés ? Si au moins pouvait-il être enragé ! Mais non, il avait juste faim. Un gros chien qui s'exprimait comme un gamin de deux ans. Et ce que je pouvais détester les gamins.

« Tu m'attends ici, d'accord, et tu ne bouges pas. Ne me dit quand même pas que je dois aller te trouver une babysitter en plus ! »

Et voilà que je quittai l'As de Pique, vêtu toujours que d'un simple pantalon, le corps couvert de sang. Bon, sûrement n'étais-ce pas la meilleure des idées, or, j'avais un gros chien dans ma cuisine qui réclamait à manger et je me doutais qu'il préférerait sûrement de la viande fraîche.

J'espérais ne pas avoir à chercher trop longtemps pour nourrir mon gros toutou. Après tout, accoutré comme je l'étais, je n'avais pas envie que la police rapplique dans les environs.

Passant sur quelques rues adjacentes, j'aperçus deux jeunes lycéennes. De quoi sustenter la fin de mon cher ami pour un petit moment. Du moins l'espérais-je.

Faisant mine d'être blessé, je titubai un peu en m'accrochant au mur qui se trouvait à côté de moi.

L'effet fut presque immédiat et le regard des jeunes demoiselles se posait sur moi. Il n'en fallut pas beaucoup plus pour qu'elles s'approchent de moi, sûrement pour s'assurer que je n'étais pas sur le point de mourir.

Et si elles savaient.

« Vous allez bien monsieur ? »
« Je… ehh... »
« Vous vous êtes fait agresser ?! »

J'hochai de la tête.

« Il faut appeler la police et... »
« Non ! Je… Avec tout ça, j'ai perdu mon chien et je... »

Les jeunes filles comme ça, ça aimait bien les chiens, non ?

« On va vous aider à le retrouver ! »

Ce qu'elles étaient idiotes.

Deux ou trois coins de rues plus loin, alors qu'elles babillaient sans cesse, me demandant ce qu'il s'était passé, si ça allait et si, vraiment, je ne voulais pas qu'elles contacts une ambulance, j'en vins à me lasser.

La première ne put s'enfuir bien loin, avec un genou en morceau tandis que la seconde eut le malheur de se voir se faire briser le cou.

Une sur les deux de décédée, j'espérais que Leander n'en vienne pas à chipoter pour si peu.

Le plus difficile fut sûrement de les ramener à l'As de Pique, ne serais-ce qu'à cause de celle qui braillait tant de douleur que d'avoir vu l'une de ses copines mourir devant ses yeux.

Hélas, il s'agissait-là d'une dure réalité qu'il fallait affronter.

Les gens crevaient, voilà.

Elles furent donc jeter sans délicatesse sur un sol déjà souiller de nos précédentes activités.

« C'est ce qui est chouette avec les gamines, elles arrivent toujours en petit groupe. »

J'eus un rire mauvais.

« Achetez en une et obtenez en un gratuitement ! Pour peu que vous supportez celle qui ne sait pas se la fermer. »

Je pris place sur une chaise, observant la bête et son repas, espérant apprécier le spectacle que Leander n'aurait bien évidemment pas le choix de m'offrir.

Je voulais du sang, des cris, de la terreur et de l'horreur.

Et j'espérais que la bête soit à la hauteur de mes exigences.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 3 Aoû 2016 - 21:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jake suintait une odeur que Leander apprendrait à identifier comme de la déception. Pour le moment, son nouvel odorat l’assaillait de partout et lui tournait la tête. L’envie de s’arracher la truffe le démangeait, au lieu de cela, il la colla dans la flaque de sang, pour essayer de penser à autre chose, le temps que son ami revienne avec de quoi se nourrir. L’idée de lui arracher un membre l’obsédait de plus en plus, une chance pour Jake qu’un peu de bon sens subsistait en la bête.

Sans aucune notion de temps qui passe, l’animal attendit en rongeant son frein, mâchonnant l’une de ses pattes pour passer le temps, répandant de ce fait un peu plus d’hémoglobine. Puis une délicieuse fragrance vint lui chatouiller les narines. Non, pas celle de Jake, mais plutôt elle de la viande froide et d’une autre, bien plus brûlante. Le pouls de sa future victime battait sur sa langue, un peu de bave coulait de ses babines. Il ignora Jake pour se concentrer sur la fille encore en vie, fixant sur elle ses yeux jaunes.

Qu… C’est… Votre chien ? Que… Pourquoi… Il…Je…

Ses babillages n’intéressaient personne. La terreur se disputait à un besoin compulsif de rationaliser les évènements. Mais, dans une ville telle que Star City… Difficile, parfois, d’y parvenir. Le loup se ramassa sur lui-même avant de bondir. La victime poussa un hurlement, qui aurait inquiété dans n’importe quel autre quartier que les Marais. Heureusement, c’était monnaie courante ici. Il la défigura d’un puissant coup de patte, sans toutefois avoir conscience de sa nouvelle force surhumaine. Une baffe de dix tonnes explose forcément un crâne, répandant des morceaux de cervelle sur le mur et une partie des meubles, figeant la victime dans un soubresaut presque comique. L’un de ses yeux, planté sur sa griffe, finit dans son estomac. Leander s’étonnait de cette nouvelle capacité, mais une pulsion primaire le poussait à manger d’abord, poser les questions ensuite. Il enfouit donc sa tête dans le ventre chaud de la jeune femme, déchirant sa chair, avalant ses entrailles.

Le spectacle n’avait rien de ragoutant mais la chair humaine l’aidait à se sentir mieux. Il retrouvait ses forces, ses esprits également, ainsi qu’une furieuse envie de se rouler en boule pour faire la sieste. Petit à petit, il cessa de manger pour mâchonner des bouts de chair et entama le processus inverse de sa transformation, retrouvant son apparence d’origine… Sans ses vêtements. Rapidement, sa peau se recouvrit de rouge, un contraste obscène avec sa pâleur naturelle.

Je garderais les restes pour plus tard, marmonna-t-il.

Comme si on pouvait conserver un corps dans des tupperwares ! Bon, il apprendrait que oui, plus tard, et entretiendrait un frigo relativement fourni en la matière, pour les périodes où la chasse ne serait pas de mise, mais tout cela, il le mettrait en place avec le temps.

Quelle merde… Mais quelle merde… Je suis devenu un foutu monstre. Qu’est-ce que je vais faire, maintenant ?

Il ne se lamentait pas, son ton n’était même pas triste, juste… Résigné. L’avenir, Leander avait toujours eu un profond souci avec ce concept. Même avec son diplôme d’historien et les possibilités de mener des recherches à l’aide d’une bourse, il ne s’imaginait pas rat de bibliothèque. Et, maintenant qu’il avait tué toute sa famille en simulant sa propre mort, ça n’avait plus de réelle importance. Il fixa la chevalière, dont la pierre semblait luire d’un étrange éclat.
La réponse s’y trouvait peut-être…
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 5 Aoû 2016 - 1:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je soupirai. Encore.

Le spectacle avait été agréable, bien que trop court. La fille n'avait pas tant eu la chance de se lamenter sur son sort que sa cervelle venait décorer mon mobilier.

Voilà que Leander venait de faire de l'As de Pique un endroit encore plus crasse qu'il n'était, avec du sang qui s'étalait de ma chambre à la cuisine (surtout la cuisine), des restes d'entrailles prenant place sur le sol et de la matière grise sur le mur et les meubles.

Il fallait vraiment que je me décide à acheter une pancarte mentionnant que les animaux étaient interdits ici.

« Voyons donc, n'exagère pas » sifflais-je avec une pointe d'agacement.

« Tu manges des humains, et alors ? »

J'haussai les épaules.

« Je tue des gens par plaisir, parce que les voir souffrir et avoir peur m'amuse. »

Le tout avec un calme et une franchise presque déconcertante, si l'on se fiait à ce que je disais à haute voix à l'une des rares personnes que je pouvais voir comme un ami.

« Tu tues des gens pour les manger parce que tu en as besoin. »

Je n'étais peut-être pas la meilleure personne à aller voir si besoin de réconfort il y avait, mais je cherchais tout de même à faire un effort. Aussi minime était-il, ça comptait, non ?

« Alors dis-moi Leander, lequel de nous deux est le véritable monstre dans cette histoire ? »

Je soupirai.

J'étais un monstre. Ou, tout du moins, j'étais devenu un monstre. Sans que je ne m'en aperçoive, dans les casinos de Vegas, j'y avais lentement mais sûrement perdu la tête. Les heures passés devant des cartes et des chiffres, à amasser plus d'argent que je n'avais pu y rêver. Des jours à ne pas dormir, à vouloir plus, toujours plus. Des nuits passées dans les vives couleurs de la ville, à réaliser que rien ne m'était impossible.

J'étais devenu un monstre avare et complètement timbré.

En quittant Vegas, dans un passé qui n'était pas si loin, j'y avais laissé ma santé mentale.

Et, en arrivant à Star City, mené par des idées de grandeur et d'une folle envie de faire revivre le Gang des Fables, encore plus sombre et mauvais qu'il n'avait plus l'être, tout ce qu'il me restait de bon sens et de conscience humaine fut enterrer.

Tuer n'étais plus qu'une tache du lundi matin, un quotidien qui n'avait plus rien de choquant.

Au fil du temps, j'ai fini par trouver ce qui me rendait fébrile, ce que j'aimais plus que tout. La souffrance. La terreur. Et nécessairement le sang. Et, avec le temps, à force de sombrer dans les vices de la torture, y prenant toujours un peu plus goût…

Voilà qu'on se retrouvait avec un homme poignardant avec avidité son ami.

« Tu comptes faire quoi, maintenant ? »

La question était sincère.

« J'imagine que tu ne comptes pas rentrer chez toi. »

Pour se faire arrêter par le police ? Il s'agissait sûrement là d'une très mauvais idée, de rentrer chez lui.

« Et je m'imagine que si tu es venu à moi, ce n'est certainement pas pour te lamenter sur ton propre sort. »

Il était sûrement le premier à savoir que j'avais horreur des enfants qui chialaient. Et cela valait pour les gros clébards aux prises avec des états d'âmes douteux dont je ne me souciais que très peu.

Peut-être que cela venait déranger Leander que de tuer, alors ne parlons même pas de dévorer de la chaire humaine.

Or, je n'étais pas si certain qu'il y voyait un réel problème plus qu'une simple question d'éthique qu'il lui restait à résoudre par lui-même. Acceptait-il de vivre en sachant qu'il s'alimentait de chaires humaine ou cette pensée le tarauderait-il toute sa vie ?

« Tu as un plan ? Ou tu t'imagines que mon génie trouvera quelque chose pour te sortir de ce mauvais pas ? Il ne faudrait quand même pas que des charges criminelles d'homicides et autres tombent sur ton cas. »

J'étais à demi-sarcastique.

Je me doutais bien que, vu l'état dans lequel il s'était présenté à moi, il n'avait sûrement pas eu le temps d'analyser toute la situation et avoir une décision rationnelle quant à que faire de la suite.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 5 Aoû 2016 - 12:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Leander ne se sentait pas monstre parce qu’il mangeait des humains. Quoi que… Ce n’était pas très sain, mais ayant grandis dans une secte de fanatiques, il avait appris très tôt à rationnaliser. Non, il se sentait monstre parce que justement, il avait perdu de son humanité. En se transformant en animal, en acquérant le statut de champion divin, il n’était plus le même Leander que celui qu’on avait drogué, vingt-quatre heures plus tôt, afin de l’offrir en sacrifice.
Il n’avait jamais été très concerné par les autres. Quand il avait vu l’un de ses meilleurs amis être tué par les plantes du Géant Vert, ça l’avait plus fasciné que dégoûté. N’empêche, voir un mort et tuer des gens soi-même, contempler leur cadavre ou le dévorer, un gouffre existait bel et bien. Il venait de sauter en travers du précipice et oscillait toujours entre atteindre le bord d’en face ou sombrer dans la folie, en s’écrasant, désarticulé, tout au fond. Dans les semaines à venir, ses nombreuses discussions avec Loki ainsi que l’influence du morceau d’âme dans la bague le pousserait à revoir, si pas ses convictions, au moins sa manière d’appréhender le monde. Mais, pour le moment, tout était trop récent, ça datait de quelques heures à peine et il n’en revenait pas d’avoir eu la présence d’esprit de brûler la maison familiale. Les flics devaient y grouiller, maintenant. Et lui, il n’avait emporté que quelques grimoires précieux, un ou deux objets pas trop gros, le tout tenant dans le sac à dos qu’il avait abandonné près de la porte.

J’sais pas. T’es un monstre, je l’ai toujours su, ça m’a jamais dérangé. Mais l’être moi, tu vois, c’est pas… Pareil. Je crois. J’en sais rien, je raconte n’importe quoi, j’crois que je suis encore en état de choc. Putain, quelle connerie, quelle folie.

Dans un film, il y aurait une coupure à ce moment et un flashforward le montrant transformé, tout beau dans son costume sur mesure, en train de découvrir ses dents blanches dans un rictus psychotique, avant de dévorer sa proie du soir. On le verrait intervenir sous le pseudo de Big Bad Wolf, aux côtés du Gang des Fables, ne plus se poser la question du bien ni du mal, prôner le chaos… Mais il n’avait même pas encore conscience de sa mission.

J’ai plus de chez moi. Non seulement j’ai buté tout le monde, mais j’y ai mis le feu en partant pour couvrir mes traces. Ils doivent être en train d’essayer d’éteindre et, bientôt, ils vont découvrir le carnage. J’espère que tout mon sang présent sur les lieux leur fera croire que je suis mort ou un truc du genre, sinon je deviendrais un criminel recherché. Je suis mort, ce soir, Jake.

Mort, dans tous les sens du terme. Son cœur avait cessé de battre au moment où son essence s’était retrouvée en face d’un Loki enchainé. La chevalière le maintenait-elle en vie ? Ou était-ce autre chose ? Il se mordit la lèvre inférieure.

Je ne sais pas pourquoi je suis venu. Quand le feu a pris, j’ai pensé à toi et mes pas m’ont conduit à l’As de Pique sans que je réfléchisse vraiment. Peut-être que, inconsciemment, c’est la réponse. Je suis mort, Jake. Faut que je me trouve une nouvelle identité, un but, faut que je comprenne toute cette merde…

La chevalière à son doigt irradiait, la lueur rouge qui en sortit les toucha tous les deux, mais rien ne se produisit vraiment, hormis des picotements dans tout leur corps. Pas de flash, de grand discours, d’apparition mystique, non, juste une certitude et un mot, qui fleurit sur leurs deux lèvres au même moment, qui envahirent leurs esprits perturbés : chaos.

Comme un ordre de mission.

Leander regarda Jake et Jake regarda Leander, puis le champion sourit, devant la révélation.

Toi et moi ?

Si même les dieux le souhaitent…
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 6 Aoû 2016 - 19:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Chaos.

J'ignorais que cet instant précis allait changer, en quelque sorte, ma façon de voir les choses et d'agir. J'allais lentement mais sûrement, au fil du temps, devenir encore plus imprévisible et encore plus chaotique que je ne l'étais déjà.

La raison d'être du Gang des Fables n'allait être que le chaos total. L'absence d'ordre. J'allais faire ce que je voulais et quand je le voulais, sans me soucier de rien ni personne, si ce n'était que mon propre plaisir égoïste et ma propre satisfaction personnelle.

Le grand Wildcard allait mettre le monde à feu et à sang avec comme seule excuse qu'il aimait le teint du reflet des flammes sur sa peau.

Parce que si ces grandes lignes me définissaient déjà, elles allaient devenir, avec le temps, l'essence même de mon être et ma grande motivation alors que je propulserais le Gang des Fables vers l'avant, lui rendant sa gloire d'antan alors qu'horreur et peur se mêleraient au doux nom du groupe que j'avais dépoussiéré pour imposer ma loi.

« On dirait que tu me fais une demande en mariage. »

Lui et moi.

Leander allait devenir mon meilleur ami, pour la signification que cela pouvait bien avoir.

Je suis et j'allais rester ce bâtard égocentrique qui ne se souciait de rien ni personne, si ce n'était que de ses propres envies. Toutefois, personne ne pouvait dire que je ne tenais pas à mon groupe et à ses membres. Parce que personne ne touchait à un seul cheveux de quiconque faisant parti de ma bande sans voir Wildcard débarquer.

Je tenais au Gang des Fables. Et je tenais, en quelque sorte, aux membres ayant accepter de me suivre dans ma folie pour faire de ce groupe une renommée au sein des criminels.

Certes étais-je égoïste et certes je ne m'étalais pas dans de grands discours pour leur signifier qu'ils étaient importants. Même que par moment je pouvais me montrer plus que désagréable vis-à-vis de ces derniers. Il fallait tout de même que je me rende à l'évidence que, sans eux, le Gang des Fables n'aurait jamais retrouver cet élan de fraicheur que je lui avais donné.

Ma vie, depuis les dernières années et pour les prochaines se résumaient au Gang des Fables.

Je vivais pour eux, pour ce groupe et pour les flammes qui je créais sur mon passage.

« Il te faut donc maintenant des papiers d'identité. Je vais demander à Bêta, il sait sûrement où te procurer ça... »

Je disparus vers ma chambre pour revenir avec un téléphone entre les mains, envoyant un message à Bêta pour qu'il se mette là-dessus le plus tôt possible.

« Comme j'ai vu grand quand j'ai décidé de faire revivre le Gang, j'ai essayé d'avoir une place avec bien des salles. Il y en a donc quelques unes qui ne sont pas occupées ici. »

Mon regard se posa sur le loup.

« Tu peux donc rester ici le temps de faire de l'ordre dans ta tête et que je m'assure que tu as tout ce qu'il faut pour être bel et bien mort, bien qu'en vie en ce moment. »

Autrement dit, il allait s'assurer que, légalement parlant, il ne soit plus la même personne.

« Il faudra que tu fasses attention pour les temps qui suivent. Ils vont sûrement enquêter pendant quelques temps avant d'étouffer l'affaire. Je te déconseille donc de trop te mettre sur les devants de la scène. »

Si, de mon côté, j'adorais être remarquer, de son côté à lui, il aurait plus à gagner à se faire discret.

« Bon, cela va de soit que l'offre ne tient que si tu rejoins le Gang des Fables. »

Un rictus vint se loger sur mes lèvres.

« Je ne me démène pas pour ceux qui n'en valent pas la peine. Et si tu refuses de me rejoindre, je crois que j'en ai déjà bien assez fait pour toi. »

Après tout, l'As de Pique était recouvert de sang alors que deux cadavres s'y trouvaient, dont l'un qui était méconnaissable.

Or, s'il se décidait à me rejoindre, il n'y a rien qui était trop gros ou trop difficile pour les membres du Gang des Fables.

J'étais peut-être un détestable égocentrique avec un ego démesuré.

Mais j'étais un détestable égocentrique avec un ego démesuré fidèle.

« Reste à savoir si tu préfères prendre la porte ou si je dois te trouver un petit Chaperon Rouge à chasser. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 7 Aoû 2016 - 12:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Une demande en mariage… Oui, en quelque sorte. Jake et Leander, pour la vie, pour le chaos absolu, pour la folie. Loki les poussait dans ce sens et il devait avoir de bonnes raisons pour cela. Contrairement à Jake, Leander n’était pas un sociopathe. Élevé parmi les humains quoi qu’ayant grandis au sein d’un foyer de mage, il pouvait ressentir de l’amour, de l’empathie, de l’amitié. Il deviendrait de plus en plus impitoyable avec le temps, par la force de l’habitude et des actions d’éclat, mais cela ne l’empêcherait pas d’apprécier Jake, de tenir à lui, au reste du Gang des Fables et peut-être, qui peut le dire, à quelqu’un avec qui il vivrait une histoire d’amour. Même les psychopathes ont le droit d’aimer ! Tout n’est pas blanc, ni noir, malgré les déviances qu’il se découvrirait dans les semaines à venir et sa tendance à toujours privilégier le chaos.

Perdu dans ses pensées, Leander regardait Jake se charger de tout : ses nouveaux papiers d’identité, son logement, sa nourriture aussi, même s’il doutait que les autres soient très heureux de trouver des tupperwares plein de viande humaine dans leur frigo, ou même cette nouvelle peinture un peu trop art nouveau. Il allait nettoyer, mais d’abord, il devait rassurer son nouveau « chef ».

Moi je te demande en mariage et toi, tu m’invites à vivre avec toi ? On ne perd pas de temps, plaisanta-t-il. Évidemment, que je rejoins le Gang des Fables… Je ne sais pas ce que tu feras avec un champion divin, mais tant que chaos reste notre mot d’ordre, je te suivrais jusqu’en Enfer. Peu importe lequel.

Une promesse qu’il comptait tenir.
Décidé à se bouger, il se leva, s’étira et lutta contre une irrésistible envie de sommeil.

Et si on faisait un peu de ménage, avant de partir à la chasse au Petit Chaperon Rouge ? On va peut-être en user pas mal avant que je me retienne de la manger toute crue.

Il se mit à fantasmer sur une partenaire digne de lui, de son nouveau statut, quoi que totalement stéréotypée. Il se pensait toujours hétérosexuel, à ce moment précis, et ne découvrirait les affres de la pansexualité que plus tard, au fil de tout un tas d’aventures plus ou moins dépravées, dont certaines lui permettront de révéler de nouveaux pouvoirs dont il n’avait absolument pas conscience. Jake appartiendrait souvent au tableau, soit comme initiateur, soit comme accompagnateur, ce qui allait dangereusement rapprocher Wildcard et le nouvellement baptisé Big Bad Wolf, jusqu’à former un duo plus choc que chic, quoi que… Leander était décidé à suivre Jake dans toutes les combines possibles et imaginables, le poussant parfois à se dépasser au-delà du raisonnable. Quant à Jake, il était plus qu’un ami, plus qu’un divertissement, il devenait un frère, un frère d’armes, envoyé pour l’aider, le soutenir dans cette quête absolument chaotique. Toujours faire mieux, toujours se surpasser, sous l’œil malveillant de la chevalière, que le champion divin ne pouvait (et n’avait jamais pensé) ôter.

And that’s all…?
 
Revenir en haut Aller en bas

 
« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake Cadre_6« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake Cadre_7_bis« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake Cadre_8


« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake Cadre_1« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake Cadre_2_bis« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake Cadre_3
 Sujets similaires
-
» Empty Storytime [PV Gak' & Eva] [Hentaï Page 2&3]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake Cadre_6« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake Cadre_7_bis« Once Upon a Time... Big Bad Wolf & Wildcard » ft. Jake Cadre_8
Sauter vers: