La piste inespérée } Rebekha Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

La piste inespérée } Rebekha Cadre_1La piste inespérée } Rebekha Cadre_2_bisLa piste inespérée } Rebekha Cadre_3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

La piste inespérée } Rebekha

 
Message posté : Jeu 26 Nov 2015 - 3:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
C’était complètement inespéré. L’une des missions principales de l’UNISON était la surveillance et la neutralisation de l’organisation terroriste SHADOW, mais cette lutte était inégale et parsemée d’embuches qui semblaient infranchissables. Chaque pas en avant amenait son lot de questions, et souvent, malheureusement, de morts. Ils marchaient sur des œufs constamment et les informations nouvelles étaient rares… Jusqu’à la veille au soir. L’impossible se produisit : ils avaient peut-être le début d’une piste. L’alien capturé à l’hôpital psychiatrique de la Providence en septembre de l’année dernière passait enfin à table.

Cet être originaire de Terenia, qu’ils nommaient Esprit, était puissant et dangereux. Retenu prisonnier, les agents de l’UNISON n’avaient eu de cesse de l’interroger sur l’attaque sur Port-Royal, sur ses motivations, et entre autres choses avaient voulu découvrir comment il était parvenu à s’enfuir du vaisseau spatial qui s’était écrasé sur Terre. Esprit avait alors consenti à révéler que des humains l’avaient aidé, et se disait disposé à en dévoiler davantage. Des noms avaient filtré, et parmi le flot un mot qui faisait frémir les oreilles du major : SHADOW. On avait tôt fait de lui rapporter la nouvelle et aussitôt, Gabriel avait su avec qui il fallait en deviser. Par malheur celle à qui il pensait, Rebekha Lawson, était en congé sabbatique suite à l’attaque d’un lion-garou qui avait provoqué chez elle une mutation. Elle vivait à présent et ce depuis début octobre dans le manoir de son ami Adrian Pennington – une proximité qui donnait naissance à une foule de rumeurs croustillantes au sein du Brett Building, la commère qu’il était s’en était régalée.

Gabriel s’était beaucoup rapproché d’elle depuis qu’elle l’avait aidé sur l’enquête de l’homme qui avait assassiné sa famille, et il avait naturellement été durement affecté par l’accident. Dans l’impossibilité de se rendre à l’hôpital où elle avait été soignée, il lui avait téléphoné à de nombreuses reprises et s’enquérait régulièrement de son état auprès de l’Archimage. Il avait, bien évidemment, fait en sorte que le manoir Pennington soit inondé par des fleurs, des boites renfermant des chocolats et des messages de soutien et de sympathie, conjurant la profileuse de vite se rétablir. Toutefois ce n’était pas seulement pour un motif amical qu’en début de matinée, le major s’était présenté aux portes de la bâtisse. Accueilli comme à chaque fois par Sallah, il demanda à voir l’agent de l’UNISON si elle était déjà réveillée. Conduit auprès d’elle, elle lui parut marquée par la fatigue mais il constata avec soulagement qu’elle semblait dans un état de santé correct et qu’elle n’était pas – encore ? – recouverte d’une épaisse fourrure. Avec un sourire amical il s’approcha d’elle et d’une voix rieuse, où teintait malgré tout une pointe de tourment, il la salua comme il se doit.

« Salut Bekha. Je m’attendais à te trouver avec des moustaches, mais tu es toujours aussi ravissante. Est-ce ça va ? »

Il était comme bien souvent dans un costume bleu nuit qui recouvrait une chemise plus claire soulignant l’absence d’une cravate – en visite non protocolaire, il était ravi de s’en débarrasser. Alors qu’il l’observait, il n’était toujours pas certain de vouloir la mêler à une opération qui pouvait s’avérer délicate… Cependant il était certain qu’elle devait être au courant, ne serait-ce que parce qu’il la respectait comme collègue. Elle lui en voudrait certainement si leur amitié interférait avec leurs devoirs respectifs, aussi, il entama le sujet de manière frontale.

« Tu sais que je viendrais pas te déranger ici s’il n’y avait pas quelque chose… D’énorme. Je veux t’obliger à rien, mais il fallait que je te montre ça. »

Il ouvrit d’un geste ample sa mallette de travail et en extirpa un dossier que Rebekha ne connaissant pas forcément dans les détails, car il n’avait a priori pas grand rapport avec le projet Apollon. Le feuillet était épais et renfermait les résumés et détails des entretiens avec Esprit, pas tous indispensables ni intéressants, mais Gabriel avait apposé un post-it pour signaler les passages où SHADOW avait été évoquée.

« Tu te souviens de l’alien qui a foutu le merdier à l’hôpital de la Providence ? Il a expliqué que des humains l’avaient sauvé du crash, et il a cité SHADOW. Visiblement sans trop savoir de quoi il en retourne. Je suis commandant de base ici à Star City depuis cinq ans, et pendant toutes ces années on a jamais eu quelque chose comme ça. C’est peut-être rien. Peut-être qu’il nous balade. Mais je sens qu’on tient quelque chose, enfin ! »

Gabriel avait toujours tendance à être enthousiaste, et ne faisait aucun effort pour dissimuler sa présente excitation sur le sujet. D’un œil extérieur, ce qu’il présentait avait l’air bien maigre… Pourtant c’était sûrement bien plus que tout ce qu’il avait vu passer sur son bureau depuis longtemps. Il inspira profondément, car il parvenait à la partie la plus difficile : celle où il devait faire le choix de lui demander, ou non, de s’impliquer. Il avait longuement pesé le pour et le contre depuis que l’information lui était parvenue. Si la mettre au courant lui avait toujours semblé comme une évidence, la question de l’engager était moralement plus ardue.

« Écoute, j’aime pas te voir aussi épuisée et j’aime pas te demander ça. Mais j’arriverai à rien sans toi. Tu es une des plus compétentes du projet Apollon et avec cet alien… Et bien, je me suis dis que tes talents de profileuse seraient mis à profit, et que tu saurais comment travailler avec lui et pêcher les infos utiles dans tout ce qu’il lâchera. » Malgré tout, il savait – ou plutôt il espérait – qu’elle saurait lui dire poliment d’aller se faire foutre si, dans son actuel emballement, il avait dépassé les bornes. « T’en dis quoi ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 26 Nov 2015 - 11:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
26 novembre 2015, matinée.


Depuis l’attaque dont elle avait été victime et qui l’avait transformée en lion-garou, Rebekha avait emménagé de manière plus ou moins officielle chez Adrian, avec qui elle entretenait une relation proche du couple bien qu’ils soient loin de son sens traditionnel. Ou du sens traditionnel qu’on lui donne au 21e siècle, ce qui lui convenait, étrangement. Elle aimait pouvoir dormir dans ses bras chaque soir et n’avait plus été secouée par d’affreux cauchemars depuis. Pourtant, son visage était marqué par une certaine fatigue. Elle avalait des quantités astronomiques de viande saignante avec l’impression tenace d’avoir perpétuellement faim. L’agent savait que c’était temporaire et probablement un peu dans sa tête. Jason lui avait expliqué qu’elle devait se nourrir souvent, que ça l’aiderait à contrôler l’animal en elle. Fort heureusement, elle brûlait les calories à une vitesse folle et avait peut-être même perdu un peu de poids. Son visage semblait plus mince qu’avant et ses yeux étaient pochés alors même qu’elle ne se sentait pas fatiguée. A nouveau, on lui avait assuré que c’était normal, le temps que son corps humain finisse de s’adapter à ces changements. De plus, la dernière pleine lune était récente. Moins d’une semaine auparavant, elle avait passé deux nuits sous sa forme animale, enfermée à l’intérieur d’un champ de force tracé au sol par Adrian. Elle savait à quel point cela était pénible pour lui, mais tous les deux avaient conscience de l’importance que c’était l’unique solution, du moins tant qu’elle n’aurait pas de meute avec qui courir et de dominant sur qui compter. Elle se souvenait encore avec une certaine amertume de sa rencontre avec le Roi-Lion de Star City.

Rebekha commençait donc une nouvelle vie où elle était devenue une lycanthrope de type lion, où elle s’était trouvé un compagnon de vie qui avait trois ou quatre fois son âge même s’il n’en avait pas l’air et où elle n’osait pas sortir du Manoir sans une étroite surveillance. Chaque jour, elle se promettait de vaincre sa peur et si elle allait toujours un peu plus loin au coin de la rue, elle finissait toujours par revenir entre ces murs où elle ne risquait de blesser personne. C’était cela, sa plus grande crainte. Elle ne voulait pas devenir une menace, un danger… Elle ne voulait pas tomber du mauvais côté, même par accident. Pourtant, Bekha avait conscience que la peur n’était pas une émotion saine mais elle était incapable d’aller contre.

Lorsqu’elle entendit la sonnette de l’entrée, elle tendit l’oreille. De sa chambre où elle était en train de lire, elle entendait Gabriel saluer Sallah comme s’ils avaient été dans la même pièce. Sautant du lit où elle était installée avec un pantalon d’intérieur et un débardeur UNISON, elle dévala les escaliers pieds nus pour aller à sa rencontre.

Reviens à la pleine lune, je te montrerais comme mes grandes dents sont assorties à mes superbes moustaches, rétorqua-t-elle avec un sourire. Deux personnes dans ce monde l’appelaient Bekha : Sa grand-mère et le Major Gabriel Colt, qui était probablement son meilleur ami. Ça va. J’apprends à être une gentille chatte, à ne pas faire mes griffes sur les pieds des meubles anciens, ce genre de trucs.

Ne pas manger les gens, aussi.

Gabriel entra directement dans le vif du sujet, sans même lui laisser le temps de lui retourner la politesse et de savoir comment lui, il allait. Le Major l’avait souvent appelée, au moins une fois par semaine, depuis son accident. Il s’inquiétait pour elle et Bekha était touchée par sa sollicitude, un peu mal à l’aise aussi, parce qu’il l’empêchait toujours de s’enquérir des affaires en cours ou de lui demander s’il allait bien. Comme si ça n’avait aucune importance…

Arguant qu’un « truc énorme » s’était passé, il tendit un dossier à Rebekha. Evidemment, elle avait entendu parler de cet alien mais n’avait pas forcément approfondi la question. D’ailleurs, elle ne se souvenait pas de l’avoir vu, préférant l’éviter puisqu’il s’agissait d’un psychique. L’agent avait eu assez de problèmes avec ses pouvoirs pour ne pas en plus risquer de se faire manipuler par un alien maléfique. On avait eu beau lui assurer qu’elle ne risquait rien, qu’il était confiné et qu’en prime, son bouclier mental était hermétique, elle avait fait la sourde oreille. Et voilà que l’extra-terrestre refaisait surface avec de nouvelles informations. Etrange et intriguant. Si le nom de SHADOW n’avait pas été cité, Bekha aurait peut-être pu museler sa curiosité. Le problème étant que, comme le soulignait Gabriel, le projet Apollon stagnait. Certes, grâce à Octavius ils avaient des informations intéressantes mais pas assez pour mener une véritable opération. Tandis que cet alien avait peut-être en mémoire des noms et des visages. L’occasion devait être saisie, Rebeha le savait, pourtant, elle était travaillée par une sourde angoisse à cette idée.

J’en dis qu’une occasion pareille, c’est inespéré et qu’il faut la saisir avant que SHADOW n’apprenne que l’alien a dit quelque chose. Je m’étonne qu’il n’ait pas été éliminé d’ailleurs. Une question qu’elle devrait poser à la créature de l’espace. Mais j’en dis aussi que… Je ne me fais pas confiance. La dernière pleine lune date d’une semaine, ça devrait aller, mais au cas où tu dois me promettre de faire ce qu’il faut. Ne me laisse pas blesser des gens…

Il savait à quel point c’était important pour elle. Jamais elle ne s’en remettrait, son mental était déjà fragile, peut-être le savait-il via la psychiatre de l’UNISON. Elle n’était pas de ces agents à deux doigts de craquer pour provoquer un carnage mais, quand elle avait été attaquée, elle se savait à deux doigts de la dépression nerveuse. Pas parce qu’elle n’aimait pas son job, mais parce qu’elle agissait comme une éponge avec son pouvoir d’empathie.

Adrian a modifié mon collier pour qu’en cas de métamorphose non désirée, il génère un bouclier et m’enferme dans une espèce de prison magique, mais je ne l’ai encore jamais testé, c’est récent, donc… Désolée, je suis super pessimiste en ce moment, s’excusa-t-elle en baissant les yeux. C’était cruel de lui demander de prendre des mesures extrêmes, elle ne voulait pas lui infliger une nouvelle perte à cause de son incompétence. Il l’avait déjà bien assez payé. Enfin c’est un sort d’Adrian, le meilleur mage du monde alors tout fonctionnera forcément bien ! se rassura-t-elle avec un grand sourire. Si ça te va pour jouer le gardien de zoo, laisse-moi juste me changer et j’arrive !

Rebekha fila. Sa vitesse de lycanthrope la rendait presque aussi rapide que Gabriel désormais. Peut-être le battrait-elle enfin à la course ? Elle sourit à l’idée tandis qu’elle enfilait un tailleur pantalon et une chemise féminine règlementaire. Des bottes à talon plat de quatre centimètre, un passage rapide par la case brossage de cheveux et un maquillage léger pour lui donner un air moins cadavérique. Dix minutes plus tard, Rebekha descendait les escaliers en finissant de mettre son arme dans son holster de taille et en vérifiant que son badge d’accès était bien dans la poche intérieure de son blazer, avec son téléphone. Elle demanda à Sallah de prévenir Adrian de sa sortie dès qu’il reviendrait puisque l’Archimage était encore une fois parti sans son téléphone. Elle savait, à la tête de l’égyptien, qu’il n’aimait pas trop l’idée qu’elle sorte et elle tenta de le rassurer au mieux. Il ne lui répondit rien, se contentant d’aller dans la cuisine. Soupirant légèrement, l’agent prit son manteau même si sa température corporelle l’empêchait d’avoir froid. C’était une habitude purement humaine, dont elle allait peut-être se défaire avec le temps.

Ils s’installèrent dans la voiture de Gabriel. Elle en profita pour parcourir le dossier, qu’elle lut très rapidement, comme à son habitude. Il venait de tourner au coin de la rue quand elle le referma.

Il y a deux choses que je trouve bizarres. La première, c’est pourquoi est-ce qu’il se décide maintenant à nous donner des informations ? La seconde, c’est pourquoi SHADOW n’a rien tenté en apprenant que nous l’avions ? Je suis certaine qu’ils ont des oreilles même chez nous.

Cela ne lui plaisait évidemment pas, mais elle devait envisager toutes les possibilités.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 26 Nov 2015 - 17:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Au téléphone elle lui avait la plupart du temps semblé de bonne humeur, mais l’entendre n’était pas comparable au fait de la voir aujourd’hui. Quel soulagement de constater que Rebekha n’avait pas perdu sa malice ! Et qu’avec ça, elle portait encore fièrement les couleurs de l’UNISON sur le dos. Moustaches ou pas. « C’est une invitation ? J’ai hâte ! C’est drôle, j’avais toujours imaginé Adrian en papy, avec un plaid et sa minette sur les genoux. Vous êtes parfaits ensemble. » Ces simples signes l’apaisaient considérablement, et maintenant qu’il était rassuré sur ces points il rechignait bien moins à aborder le thème qui l’avait tenu éveillé une bonne partie de la nuit – éludant inconsciemment, quoique par instinct – des sujets qui pourraient porter sur sa propre condition.

Son amie témoigna d’un évident intérêt pour la piste qui se déroulait devant eux, même si celle-ci suscitait son lot d’interrogations naturelles. « Il est constamment surveillé, et puissant, mais tu as raison. Ça mérite d’être creusé. » Il n’était pas le dernier à admettre les failles de l’UNISON, bien qu’il fut l’un des premiers et ardents défenseurs de l’organisme. Des informations avaient pu filtrer, soit parce qu’ils avaient des balances cupides dans leurs rangs, soit parce qu’ils étaient directement infiltrés par l’ennemi… C’était inévitable, pour un groupe aux rangs aussi denses que le leur. « C’est aussi pour ça que je suis venu te déranger aussi vite. » Plus vite ils exploiteraient la piste, mieux ça serait, quoiqu’il advienne. Toutefois cette urgence ne devait mettre en aucun cas en péril la santé de Rebekha. Si le major était en mesure de lui garantir les conditions de sécurité maximum, le risque zéro n’existait pas. Ils n’étaient pas à l’abri d’un débordement, de l’extérieur, comme de l’intérieur… Et déjà, l’agent voulut lui faire promettre de prendre des mesures difficilement supportables au cas où elle perdrait le contrôle. Un scénario que Gabriel n’avait pas envie d’imaginer, mais dont il avait d’ores et déjà soupesé les risques en amont. « Moi j’ai une entière confiance en toi, Bekha. » Des mots aussi sincères qu’indispensables, il était essentiel qu’elle sache la foi qu’il plaçait en elle. Néanmoins il avait conscience qu’elle risquait de ne pas se contenter de cette seule assurance. « Et tu peux aussi avoir confiance en moi. Tu ne blesseras personne. » La sécurité des citoyens avant tout. Il ferait ce qu’il fallait. Elle devrait y croire venant d’un homme qui avait choisi d’obéir à ses devoirs aux dépens de la sûreté et la vie de sa famille.

Ses yeux s’abaissèrent ensuite sur le collier qu’elle mentionnait et qui pourrait devenir une mesure de protection salutaire. Il fallait toujours avoir un Archimage de côté, c’en était la preuve ! « Vous avez pensé à tout, tout se passera bien. Ça nous changerait tous ! », Rebekha, Adrian et lui-même n’avaient en effet pas toujours pris part à des missions qui se déroulaient comme prévu… Au contraire, les plans foiraient la plupart du temps en cours de route. Le commandant s’amusait plutôt de cette fatalité, qui menait à des situations rocambolesques. Il attendit presque sagement le retour de l’agent, ne mettant les doigts que sur quelques bibelots çà et là – Sallah et le propriétaire des lieux avaient l’habitude de le voir toucher à tout, ce gamin incroyablement mal élevé. Rebekha fut accueilli d’un large sourire avant qu’ils ne mettent les voiles dans sa voiture de fonction, direction le Brett Building ou plutôt l’entrepôt qui se situait à quelques rues de là : le secteur Alpha. Sur le chemin Gabriel prêta une oreille attentive aux propos de la profileuse.

« Il est interrogé depuis longtemps, il a pu finir par craquer. » Ce n’était qu’une hypothèse parmi d’autres, mais honnêtement pas celle à laquelle il donnait le plus de crédit. Esprit était sûrement plus coriace qu’eux à ce niveau. « Ou bien il s’est lassé de sa vie en cellule et pense négocier une sortie. Il voulait quitter notre planète après tout. Peut-être même qu’il croit se tirer de là par la force, en nous appâtant avec ce qu’il sait… » Les agissements de SHADOW, eux, pouvaient comme toujours paraître plus opaques et difficilement compréhensibles. « J’en sais rien… Peut-être que notre ami alien s’est débarrassé des gars qui l’ont aidé – ça a pas l’air d’être un délicat – ? Et si effectivement SHADOW a des contacts chez nous, ils viennent peut-être juste de se rendre compte qu’ils sont liés à lui, comme nous… » Sans y penser et en écho à ses pensées prononcées à voix haute, Gabriel avait appuyé sur l’accélérateur.

Ils furent rapidement au pied de l’entrepôt, et avec leurs badges en évidence, ils passèrent sans peine les différents contrôles mis en place pour sécuriser le bâtiment. L’extra-terrestre était prisonnier dans une des cellules du sous-sol qui avait été aménagée pour l’occasion. Avant de l’approcher, le commandant se tourna vers son amie. « Je ne sais pas comment je pourrais réagir en sa présence, il est sûrement capable d’aller trifouiller dans ma tête. C’est toi la spécialiste… Tu peux entrer seule et je resterais en contact avec toi par oreillette et caméra. Ou je viens avec toi et on voit. Je peux aussi demander à un autre agent avec un bouclier mental de te seconder. » Il était sans doute plus sage de ne pas s’exposer aux intrusions d’Esprit, mais il répugnait à laisser Rebekha s’aventurer seule dans cette pièce, et ce même s’il n’était pas loin en cas de problème. « Faisons au mieux, sans te mettre en danger. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 27 Nov 2015 - 10:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La théorie de Gabriel était valable. L’alien était enfermé depuis longtemps, il avait probablement dû vouloir tenter l’option du silence avant de se rendre compte qu’il pourrait très bien rester dans les locaux de l’UNISON pour le restant de sa vie. Rebekha imaginait difficilement être piégée loin de son quotidien, des siens, de sa planète d’origine. Même s’il était un criminel, ce devait être affreux, la solitude devait lui peser et il était probable qu’il exige un vaisseau pour rentrer sur sa planète natale. Chose qu’il n’aurait certainement pas. Les informations laissées par le commandant du vaisseau étaient très claires à ce sujet, le laisser partir n’était pas une option, mais rien n’interdisait d’attendre un peu avant de le lui dire…

Tu as sans doute raison.

Pour Esprit et pour SHADOW.
Ils arrivèrent rapidement dans une installation sécurisée extérieure au Brett Building. Leurs badges leur ouvrit l’accès jusqu’à leur camarade. Ils n’avaient pas encore de visuel mais la lionne sentait son odeur filtrer sous la porte. Cela n’avait rien d’humain, des fragrances inconnues de l’animal qui la mettait profondément mal à l’aise. Elle se tortilla un peu, essayant de se focaliser sur le parfum de Gabriel. C’était familier, même si elle n’en avait jamais pris conscience avant. Son cerveau humain connaissait l’odeur, l’associait à quelque chose de positif et calmait le prédateur en elle. Rebekha regrettait toutefois qu’Adrian ne soit pas présent, même s’il aurait été malvenu de lui tenir la main en public. Si le Major était au courant de leur relation naissante, il était bien le seul dans ce cas-là. Et si beaucoup donnaient du crédit à la rumeur, il n’y avait aucune confirmation. Non pas qu’elle en ait honte, mais l’agent tenait à séparer sa vie privée et professionnelle.

C’est vrai que ça pourrait être un problème, mais je doute que tous les gens qui travaillent ici soient équipés de boucliers mentaux. A mon avis, ils ont un truc…

Elle héla un homme qui portait une blouse de scientifique et lui posa la question.

— Ah oui, évidemment ! Nous avons mis au point un système adéquat pour éviter la manipulation. Il a fallu un peu de temps, mais il fonctionne. Je pense que c’est ce qui l’a décidé à parler. Il n’est pas très futé vous savez, expliqua-t-il en les emmenant dans une pièce annexe. Enfin, dison qu’il ne comprend rien aux humains et qu’il a dû avoir l’habitude que tout le monde se plie à ses désirs. Il gère très mal la contrariété et a mis du temps à assimiler le mot « non ».

Une autre culture. Rebekha aurait aimé pouvoir l’étudier et s’entretenir peut-être avec le commandant du vaisseau, qui aidait désormais l’UNISON dans toute une série d’enquêtes. Hélas, ce n’était pas prévu au programme puisque l’extra-terrestre était en mission longue. Ils allaient donc devoir se débrouiller et tâtonner.
Entrant dans une pièce pleine de bazar, le scientifique fouilla dans une armoire et en ressortit une sorte de casque absolument ridicule. Rebekha pouffa de rire devant l’espèce de passoire en fer blanc que l’on tendait à Gabriel comme un objet précieux. On aurait dit un bricolage d’enfant.

— Bon j’avoue, ça ne paie pas de mine. On est en train de bosser sur le design mais en attendant… C’est mieux ça que rien.
Pitié, laisse-moi prendre une photo.

Même si avec sa mémoire absolue, elle ne risquait pas d’oublier ça.
Jamais.
S’essuyant le bord des yeux, d’extrêmement bonne humeur, Rebeha et Gabriel (et son beau chapeau) furent emmenés devant une cellule aux parois transparentes. L’alien était enfermé de l’autre côté. Il avait la peau rouge et ressemblait vaguement à une sorte de démon ou du moins, la représentation qu’on en faisait dans les dessins-animés. Il y avait deux chaises de leur côté, une seule dans la cellule dont le sol était jonché de livres et magazines divers. Essayait-il d’apprendre la culture humaine ? Probablement.

Je suis l’agent Lawson, voici mon collègue, le Major Colt.
Vous m’appelez Esprit, car vous êtes incapables de prononcer mon nom.

Sa voix était un peu rauque, il hésitait sur les mots.

Vous êtes habitué à vous exprimer par la pensée, n’est-ce pas ?

Il acquiesça.

Mais j’ai appris le langage américain. J’ai appris à le dire.
Pour communiquer avec nous ?

Nouvel acquiescement.

Je désire rentrer.
Une attente tout à fait légitime mais vous devez comprendre qu’il est complexe de régler les formalités d’usages avec la République. Toutefois, nous négocions votre retour chez vous.
Prison.
Vous êtes un criminel pour les vôtres.

Cette fois, il secoua la tête.

Je ne suis pas habilitée à en juger, je ne connais ni votre culture, ni vos mœurs. Mais si vous nous aidez, nous le notifierons aux vôtres et je suis certaine qu’ils en tiendront compte.

Le visage de l’alien restait absolument neutre, ce qui rendait très complexe la lecture de ses émotions. Heureusement, l’empathie de Rebekha lui permettait de lire sa grille émotionnelle bien qu’elle n’en connaisse pas les clés. Une discussion avec d’autres aliens s’imposerait rapidement.

Vous avez dit que des humains vous avaient aidé dans votre fuite. Pouvez-vous nous dire tout ce que vous savez à leur sujet ? Vous pouvez l’écrire si vous vous sentez plus à l’aise.

Lancer de dés #1
Réussite : L’alien accepte de coopérer.
Échec : L’alien se rétracte, peu satisfait de ce qu’on lui offre.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 27 Nov 2015 - 10:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4859
ϟ Nombre de Messages RP : 4460
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4859
ϟ Nombre de Messages RP : 4460
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Rebekha Lawson' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
La piste inespérée } Rebekha 579852Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 27 Nov 2015 - 19:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Qu’il avait été naïf ! Evidemment que les talentueux scientifiques et techniciens de l’organisme avaient mis au point un dispositif adéquat. Gabriel s’en frottait les mains d’avance, s’imaginant un robot, une combinaison, quelque chose de classe avec lequel il en imposerait. Alors quand il vit arriver la bête en question… Et bien, en voilà un sacré retour à la réalité ! Le major contempla l’instrument avec les yeux de la désillusion, et le fit précautionneusement tourner entre ses mains. En plus d’être une insulte au beau goût, la chose avait l’air fragile – et relativement inconfortable, ce n’était même pas rembourré ! C’est pourtant avec un sourire en coin qu’il commenta, d’un ton enjoué.

« Ça ressemble au casque en alu que j’avais bricolé gamin pour pouvoir communiquer avec les extraterrestres. J’espère qu’il va mieux marcher. »

Après un coup d’œil à Rebekha qui se réjouissait ouvertement de cette découverte, il se coiffa de la protection d’un mouvement prudent. Déjà qu’il était grand, cette couleur blanche qui reflétait si bien la lumière allait le rendre inratable dans tous les sous-sols, il était certain d’éblouir son monde. Il tourna le buste en direction de son amie et écarta les bras, fier comme un paon. « Vas-y, mitraille-moi sous tous les angles. Est-ce que je suis toujours aussi sexy ? » La distraction fut courte mais était bienvenue en prévision des quelques heures qui allaient suivre, qui seraient sans doute riches d’informations et leur demanderaient d’être extrêmement concentrés.

Ils pénétrèrent de concert dans une pièce séparée en deux parties. Le côté cellule était relativement grand et semblait commode, toutefois… Le temps devait paraître terriblement long, là-dedans, malgré les distractions offertes à l’alien. Suite aux présentations Gabriel hocha la tête et le salua d’un « Bonjour Esprit » avant de s’asseoir sur l’une des deux chaises. Durant l’échange il eut tout le loisir d’observer leur interlocuteur, d’étudier les expressions de son visage… Ou plutôt de constater leur quasi-absence. Difficile de savoir si leur offre le rebutait ou lui convenait, et s’il se décidait à parler il serait difficile de déterminer à ses seules mimiques s’il disait, ou non, la vérité. Comme ils avaient a priori affaire à un manipulateur, c’était peu engageant.

Esprit les observa alternativement et avec minutie, et ce durant plusieurs minutes qui durèrent une éternité pour l’impatient commandant. Après cet examen méticuleux, il s’empara enfin d’une feuille de papier, d’un stylo et commença à rédiger d’une écriture cursive élégante, qui imitait très bien les polices de magazines. Peu de temps après c’est dans un geste brusque, et qui entraîna un léger sursaut chez Gabriel, qu’il plaqua le résultat contre la paroi qui les séparait. Il était facile de déchiffrer :

« Grâce à mes illusions et mon puissant intellect (ça commençait bien), j’ai communiqué avec des humains introduits dans le vaisseau. Je les ai convaincus de me libérer, et nous avons rejoint la surface dans leur submersible. »

Rien de nouveau jusque-là, il avait les mêmes informations dans leurs différents rapports mais au moins la version n’avait pas changé entre temps. Le natif de Terenia semblait aussi bien mieux s’en sortir à l’écrit qu’à l’oral , comme l’avait supposé Rebekha. Peut-être allait-il se révéler bavard.

« Qui étaient ces hommes ? Pourquoi est-ce qu’ils t’ont aidé ? »

Sans les lâcher des yeux, Esprit récupéra son support et recommença le même manège, qui avait tendance à mettre le major légèrement mal-à-l’aise. Malheureusement, cette fois, le paragraphe fut plus court.

« Il a été facile de les convaincre. Je leur ai promis les trésors du vaisseau, et ils avaient leurs propres objectifs pour ce qu’ils appellent le Cartel, ou encore SHADOW. »

Ils touchaient maintenant du doigt ce qui les intéressait. Dans son empressement Gabriel ne s’était pas rendu compte qu’il secouait sa jambe de haut en bas, tapant légèrement du talon contre le sol de la cellule. L’alien avait repris la feuille de papier, mais au lieu de se remettre à écrire, il la posa soigneusement devant lui et demeura parfaitement immobile. Sérieusement ? Qu’attendait-il ?

« Tu peux nous en dire plus ?
_Il est fatiguant d’écrire dans votre langue. J’ai tout ici. De son index rouge, il tapota lentement sa tempe. Je peux vous montrer qui ils sont.
_Non. Parle, écris, dessine même si tu veux. Nous voulons connaître leurs visages, quels sont leurs projets, et tout ce dont tu te rappelles. »

Il était délicat de lui poser des questions plus précises dans ces conditions, sans compter que tous ses souvenirs seraient certainement des sources précieuses. Mais Esprit jouait le difficile, le bougre… Avait-il compris qu’il détenait là des renseignements monnayables, ou bien était-ce seulement un caprice ?

Réussite : L’alien continue sur sa lancée.
Echec : L’alien se ferme.

Après un soupire excessivement las, Esprit prit une nouvelle feuille et obéit. A la manière d’un enfant contraint, il y mettait cependant une manifeste mauvaise volonté. Ainsi c’est sommairement qu’il commença à esquisser quelques traits, qui constituèrent des visages, et chacun fut affublé de pattes de mouches : des prénoms et noms, des codes, des lieux, en vrac et sans aucune cohérence… Une mine. Chambardée, certes, mais un vrai filon.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 27 Nov 2015 - 19:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4859
ϟ Nombre de Messages RP : 4460
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4859
ϟ Nombre de Messages RP : 4460
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Gabriel Colt' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
La piste inespérée } Rebekha 579852Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 1 Déc 2015 - 14:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Esprit aurait pu leur donner une vision claire des protagonistes ayant œuvré pour son évasion, Rebekha en avait conscience. Néanmoins, elle n’avait pas confiance en l’alien et ce même s’il souhaitait avant tout rentrer chez lui. Elle n’allait risquer ni son cerveau ni celui d’un autre dans une entreprise potentiellement foireuse, surtout qu’elle ignorait comment baisser son bouclier mental. Aussi fut-elle rassurée qu’Esprit réponde favorablement à la demande de Gabriel et continue de communiquer par l’écrit.

Dans un premier temps, l’alien dessina et Rebekha fut surprise du talent qu’il y mettait. Elle avait l’impression de contempler une photographie, hélas pour eux les membres de l’organisation avaient dissimulé une partie de leurs visages sous des masques. On ne voyait que leurs yeux, l’ébauche d’un nez, une ride ou une cicatrice sur le front de l’un ou l’autre, quelques mèches de cheveux. Esprit nota ensuite des caractéristiques à côté de chaque visage. En tout, ils étaient six. Couleur, taille, tout y passait avec une étonnante précision. Il écrivit SHADOW en grand, ayant compris que c’était cette organisation qui intéressait tout particulièrement les deux agents. Ensuite, il écrivit des noms.

Lancer de dés #1 :
Réussite : Esprit a su capter le nom civil de deux agents dont l’esprit n’était pas protégé par un bouclier mental.
Échec : Esprit n’a capté que les noms de code.

Lancer de dés #2 : (si échec au 1)
Réussite : Esprit donne un détail permettant d’identifier l’un des agents.
Échec : Il tente de monnayer l’information.


L’un d’eux se nommait Loney Spirel et l’autre Osarus Trebanche. Si le premier nom lui semblait totalement inconnu, le second titillait les frontières de sa mémoire absolue si bien qu’elle décrocha son téléphone pour appeler l’analyse du département d’étude criminelle, lui demandant de faire une recherche sur le sujet.

Elle me rappelle tout de suite, dit Rebekha. Pourquoi n’avez-vous pas le nom des autres ?
Comme vous. Protection.

L’agent s’en doutait mais voulait être certaine. Ainsi, SHADOW avait négligé de protéger certains de ses agents… Cela l’étonnait grandement de la part d’une organisation aussi professionnelle.

Protection plus faible, expliqua Esprit en voyant son air circonspect.

Il était donc parvenu à forcer les boucliers de certains, mais pas de tous. Voilà une histoire qui lui convenait mieux. Aussi bien informée que soit ce groupe, ils ne pouvaient prévoir l’imprévisible. Certes, la Terre avait souvent eu des contacts avec les extra-terrestres mais ils ignoraient tellement de choses. Heureusement, grâce au commandant resté sur Terre, cela s’améliorait mais ils n’étaient qu’à la genèse d’une nouvelle science.

Lequel commandait ?

L’alien pointa son crayon sur un visage qui n’avait pas de nom. Etait-il le chef suprême ou seulement une sorte de sous-fifre ? Rien ne permettait de le distinguer, il avait un masque complet recouvrant son visage et sûrement une identité secrète. Gabriel penserait sans nuls doutes à le demander puisque l’analyse choisit ce moment précis pour la rappeler.

Alors, qu’est-ce que tu as trouvé ?
Sur le premier type, pas grand-chose hormis qu’il est mort. On a retrouvé son corps l’année dernière sur les Docks, la police en a conclu à un règlement de comptes entre deux gangs qui avaient mal tourné, c’est pour ça qu’on a ses empreintes et sa carte d’identité. Mais concrètement, ce type n’était personne. Monsieur tout le monde ! Un boulot sans grand intérêt dans le bâtiment, célibataire, sans enfant, juste un chien qui a fini à la fourrière. Il habitait dans un appartement sur le Front de Mer.
Je vois… Ou il y a un homonyme, ou ils sont très doués pour les fausses identités.
Je ne sais pas quoi te dire, franchement avec un nom pareil y’a pas de risque de se tromper. Si c’est un imposteur, il est vachement doué.
D’accord. Et l’autre type ?
C’est là que ça devient intéressant ! Monsieur Trebanche est le patron de Trebanche Pharmacom et si son nom te disait quelque chose c’est parce qu’ils ont récemment mis au point un médicament test susceptible de guérir la leucémie. Ce type c’est genre un saint. Il donne à des œuvres, il a fait construire un hôpital pour enfants où ils sont autorisés à avoir leurs animaux de compagnie ! Non mais t’imagine ? C’est juste le rêve. J’ai du mal à croire qu’il soit lié à…Tu sais quoi.
Qu’est-ce qu’il a comme diplôme ?
Double doctorat en chimie et biologie, il a fait une spécialisation en xenobiologie, il a écrit une série d’articles suuuuuuuuper intéressants et quand je dis intéressants je veux dire qu’il n’y a que toi qui arriverais au bout sans boire une tasse de café. Je te les envoie sur ton portable.
Merci Sonja, t’es la meilleure.

Rebekha raccrocha et se tourna vers Gabriel. Elle n’avait pas entendu son éventuelle conversation avec Esprit, mais lui fit part de toutes ses découvertes. Son téléphone bipa, signe qu’elle avait reçu les articles.

Je pense qu’il faudrait aller voir ce monsieur Trebanche, de préférence avec un mandat.

Mais vu l’importance du projet Apollon, leur supérieur convaincrait un juge sans trop de problèmes.

Vu ses diplômes, il devait être présent en tant qu'expert. Même si ça semble complètement fou. Je sais qu'il ne faut pas se fier aux apparences et qu'on les aurait attrapé depuis belle lurette s'ils n'étaient pas doués mais quand même...
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 1 Déc 2015 - 14:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4859
ϟ Nombre de Messages RP : 4460
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4859
ϟ Nombre de Messages RP : 4460
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Rebekha Lawson' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

#1 'Jugement du Hasard' :
La piste inespérée } Rebekha 579852Russite

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
La piste inespérée } Rebekha 579852Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 2 Déc 2015 - 4:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le commandant avait du mal à lâcher du regard ces deux prénoms et noms. C’était presque irréel d’avoir juste sous leurs yeux l’identité de possibles agents de l’insaisissable SHADOW. Si Esprit ne se méprenait pas, s’il n’essayait pas de les berner, il venait de leur fournir une information des plus précieuses. Gabriel tenta de maintenir un air impassible pour ne pas trop trahir cet état de fait, puisqu’il ne tenait pas à ce que l’alien se gargarise. Le bougre avait fait déjà assez de dégâts.

Il prit le parti d’observer son amie sur laquelle il ferait bien de prendre exemple. Rebekha était d’un calme et d’un professionnalisme absolument sans failles – même en la connaissant, il ne percevait rien d’une éventuelle excitation provoquée par la découverte. Alors qu’il réalisait seulement leur chance elle venait déjà de prendre l’affaire en mains : appels, recherches, questionnement pour vérifier la véracité des dires de l’extraterrestre. Une efficacité redoutable qu’il eut tout le loisir d’admirer pendant qu’elle avait une conversation téléphonique avec une analyste.

« Elle est forte, pas vrai ? »

Esprit tourna lentement son visage dans sa direction et pour la première fois depuis le début de l’entrevue, le major put lire une expression sur son visage. Une surprise presque ingénue. Visiblement, il n’était pas bien sûr que l’on s’adresse à lui avec ce genre de remarque. Gabriel profita de cette petite suspension dans le temps et du trouble dans la réserve de leur interlocuteur pour demander, l’index pointant le chef désigné. « Et cet homme-là. Est-ce que tu sais s’il dirigeait seulement la mission, ou s’il était important dans le groupe ? Il était protégé, lui, mais peut-être que tu sais grâce à ces Loney et Osarus s’il était haut dans la hiérarchie, s’ils avaient peur de lui. » L’alien le fixa durant quelques secondes puis répondit avec prudence de sa voix rocailleuse. « Il y avait du respect. Ils écoutaient tous. Hiérarchie. » Voilà qui était intéressant. Toutefois Gabriel se garderait de prendre ces paroles pour argent comptant, Esprit lui semblait trop prompt à leur servir sur un plateau d’argent les mots qu’ils désiraient entendre.

Il écouta les conclusions du département d’étude criminelle de la bouche de Rebekha et commenta joyeusement « Il faudra offrir des chocolats à Sonja » ensuite il lui révéla à son tour ce que lui avait dit l’alien, tout en précisant sa méfiance personnelle à voix basse. Néanmoins et quel que puisse être son ressenti, il était évident que la piste du patron devait être suivie et exploitée à fond. Au triste constat que tirait la profileuse, Gabriel posa une main rassurante sur son épaule et assura d’un ton qui ne souffrait d’aucune hésitation.

« Ça rendra juste leur arrestation plus belle. Allons voir ce que cache le Saint Trebanche sous son plancher ! »

D’un mouvement il se redressa, non sans incliner légèrement le buste en direction d’Esprit.

« Merci pour ton aide. Comme promis, si les informations que tu nous as données se révèlent correctes elles pèseront dans les négociations. »

Aucun signe visible de réaction ne traversa la physionomie de l’extraterrestre, ce que Gabriel interpréta librement comme un signe de plaisir. Pourquoi pas ? Il ne traîna pas le pas pour sortir de la salle et ôta sa passoire dans un soupir libérateur. « Il tient chaud ce couvre-chef ! Mais il marche, je ne crois pas qu'il m'ait grillé les neurones. » A son tour il fit preuve d’efficience et sortit son portable pour contacter rapidement l’une des juges qui travaillait beaucoup avec l’UNISON et leur obtenait, sans trop faire d’histoires, la plupart des mandats dont ils avaient besoin pour avancer leurs enquêtes.

« Allo ?
_Amanda ! C’est Gabriel. J’ai un service à vous demander.
_Maître Jones, mon cher Major. Que puis-je pour vous ?
_Oui, Maître. J’aimerais un mandat. Je suis sur une affaire capitale avec l’agent Lawson. Je vous ai déjà parlé d’elle ? Elle est formidable !
_Venez-en aux faits Major.
_Oui, j’arrive. Et bien, nous aimerions entrer chez un homme que vous connaissez peut-être, qui sait. Lui poser quelques questions, peut-être jeter un coup d’œil à ses recherches, vous voyez. Rien de bien important.
_Je vois… Qui est-ce ?
_Osarus Trebanche. Je suis sûr qu’il n’a rien à cacher et nous ouvrirait volontiers ses portes. Mais vous savez comment ils sont, ces docteurs… Ils voient le mal partout, il risquerait de croire qu’on en veut à ses recherches alors qu’il s’agit d’une enquête qui n’a rien à voir. Nous allons juste vérifier que tout est en ordre et nous assurer de sa sécurité personnelle, en fait. C’est d’accord, je viens chercher le petit papier maintenant. »


Réussite : La juge accède rapidement à leur requête.
Echec : Elle rechigne.

Si réussite au lancer n°1
Réussite : Ils surprennent Osarus Trebanche.
Echec : Osarus s’attendait visiblement à leur venue.

Si échec au lancer n°1
Réussite : Ils surprennent Osarus Trebanche en pleine agitation
Echec : Osarus n’est pas chez lui


Il avait beau ne pas la voir, Gabriel sentit qu’elle se contractait à l’autre bout du fil. Il risquait de la perdre, il ne fallait pas relâcher la pression avant qu’elle ait dit « oui ».

« Amanda.
_Maître Jones.
_Amanda ! J’ai besoin de ce mandat. Je sais que Trebanche est un mec apprécié et influent, que lui casser les couilles pourrait te porter préjudice pour les élections prochaines. Mais je te le demanderai pas si c’était pas absolument nécessaire. Donne-moi un mandat, s’il te plaît.
_...Ne traînez pas. »


A peine eut-il raccroché qu’il fit un bond vers l’avant en lâchant un « OUI ! » victorieux, provoquant le sursaut de deux agents qui passaient tranquillement près du duo. Il tendit sa main à Rebekha pour qu’elle y claque la sienne, le sourire jusqu’aux oreilles. « On file récupérer le mandat et on fonce directement chez lui. On sait jamais, s’il est ce qu’on croit, il pourrait vite apprendre qu’on arrive. » Et la course contre la montre commença. Ils trottèrent jusqu’à la voiture, roulèrent – un peu dangereusement, certes – jusqu’au palais de justice pour presque arracher le précieux document des mains de la juge, puis ils repartirent aussi sec dans le véhicule. Déjà vingt-cinq minutes de perdues. Gabriel jetait de nerveux coups d’œil à sa montre, plus que conscient du temps qui s’écoulait et réduisait toujours un peu plus leur chance de trouver des informations valables – pis encore, de simplement voir le bonhomme ! Ils déboulèrent en trombe dans la rue de leur homme qui habitait bien sûr une jolie maisonnette de la Coast Road, à Bayview. Moderne, dans un beau coin, mais rien de trop clinquant. Bonne nouvelle : sa voiture, dont il avait retenu le numéro de plaque, était garée devant. Osarus ne s’était pas enfui…

« Ok. Restons prudents, on sait jamais. Tu dois me promettre de te mettre en sécurité si les choses dégénèrent, d’accord ? Je supporterais pas que quelque chose t’arrive. Et même si je survivais à ça, Adrian m’arracherait la tête. » Il adorait l’Archimage, c’était un ami très cher, mais il n’était pas bien sûr de sa réaction s’il arrivait quelque chose à celle qu’il aimait… Mais cela n’arriverait pas, il y veillerait. « Non pas que je te crois pas capable de te défendre, hein, Moustache. Mais on t’attend au Manoir, il faut que tu rentres entière. » Il lui offrit un large sourire, complètement inconscient de ce qu’il avait sous-entendu sans le savoir : personne ne l’attendait à la maison, lui.

« On y va. »

Le lieu semblait… Parfaitement calme. Rien ne laissait croire que le patron de Trebanche Pharmacom s’attendait à une visite possiblement désagréable. Sauf un détail qui avait son importance… Lorsqu’ils approchèrent le major remarqua qu’une femme les observait d’une fenêtre à l’étage. Dès que leurs regards se croisèrent, elle laissa retomber le rideau devant la vitre. « Mh… Je savais que j’aurais dû rouler plus vite. » Pour sans doute les tuer tous les deux, ce qui aurait été fort dommage ! Ils arrivèrent près de l’entrée et purent même percevoir le rire d’une petite fille derrière la porte. Gabriel glissa alors un regard soucieux à Rebekha. Il n’aimait pas bien ça, quand des gosses se retrouvaient au milieu. C’est pourtant d’une main ferme qu’il toqua à la porte de la bâtisse.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 2 Déc 2015 - 4:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4859
ϟ Nombre de Messages RP : 4460
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4859
ϟ Nombre de Messages RP : 4460
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Gabriel Colt' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
La piste inespérée } Rebekha 579852Russite La piste inespérée } Rebekha 634543Echec La piste inespérée } Rebekha 579852Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 4 Déc 2015 - 10:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Gabriel avait raison, l’arrestation n’en serait que plus spectaculaire mais Rebekha restait inquiète. Sans l’alien, ils n’auraient probablement jamais avancé sur le sujet de SHADOW. L’organisation était vraiment bien ficelée, du professionnalisme à la pointe pour servir des objectifs abjects mais pourtant toujours flous. Sans Octavius et Esprit, l’UNISON n’aurait peut-être même jamais eu vent de son existence (ou plutôt de son retour), pensant être face à des actes isolés. Rebekha était dévorée par une impression désagréable d’impuissance mais s’obligea à rester optimiste. Ils avançaient et à pas de géants ! Gabriel appela une juge qu’il connaissait assez bien et obtint un mandat, qu’ils passèrent chercher avant de se rendre chez Trebanche. Ils brûlèrent une quantité de feux rouges sans mettre en route la moindre sirène, s’attirant des coups de klaxons vengeurs mais heureusement, aucun flic trop zélé du SCPD ne tenta de leurs coller une amende. Tant mieux pour eux, inquiétant pour la sécurité des autres.

Ils se garèrent devant une maison d’apparence moderne dans un quartier aisé. Ils auraient pu aller directement dans les locaux de son entreprise mais Rebekha doutait que des documents de grande valeur y soient conservés. Quid de l’espionnage industriel ou ce genre de petits accidents ? La maison de Trebanche devait contenir une pièce secrète, un peu comme dans ces films…
Parce qu’étrangement, la réalité en était toujours assez proche sur tout ce qui était pénible. Quant à savoir qui s’était inspiré de l’autre, cela appartenait aux grands mystères de l’univers.

Avant de sortir, Bekha eut droit à l’habituel discours de l’agent de terrain à l’agent de bureau : si y’a un problème, tu te tires sans regarder en arrière, pense à ta vie, t’as pas signé pour ça. Vu sa nouvelle condition, elle allait peut-être songer à évoluer mais uniquement quand elle se contrôlerait mieux. Après tout, elle passait quand même sa vie sur le terrain, ayant besoin de voir les scènes de crime, parfois de toucher l’un ou l’autre objet et laisser son pouvoir guider son intuition.

Je te signale que je régénère aussi bien que toi maintenant, Major. Alors on rentre tous les deux au Manoir.

C’était sérieux mais elle n’avait pu s’empêcher de le dire avec le sourire. Moustache… Franchement ? Elle pourrait peut-être appeler sa lionne ainsi ? Secouant la tête, elle claqua la portière de la voiture. Quand le son du rire d’enfant lui parvint, elle frissonna et hésita en bas des marches. Le collier fonctionnera très bien si ça dérape, tu ne vas tuer personne. Elle se répétait cela comme un mantra, tandis que le Major Colt frappait à la porte. Se dépêchant de le rejoindre, elle inspira au moment où une grande blonde ouvrit.

C’est à quel sujet ?
Agent spécial Rebekha Lawson et Major Gabriel Colt madame. Nous appartenons à l’UNISON et avons un mandat pour perquisitionner votre domicile.
Quoi ? Mais… Que… Comment ?

Elle avait l’air véritablement sous le choc, pas tant à cause du mandat mais plutôt parce que deux agents gradés d’une organisation bien connue venaient frapper chez elle.

Votre mari est-il chez vous ?

A la mention de Trebanche, la femme se détendit imperceptiblement. Sans doute pensait-elle que ç’avait un lien avec le laboratoire et non avec sa famille. Etait-elle impliquée dans SHADOW ? Rebekha la détailla, en commençant par sa grille émotionnelle plutôt que son physique. Pas de bouclier mental pour l’empêcher de décrypter son inquiétude, son stress ni le désir évident qu’elle avait de protéger l’enfant qui s’agrippait à sa cuisse.

Dans son cabinet de travail, au sous-sol. C’est un homme très occupé, mais je vous préviens, il déteste qu’on le dérange.

Rebekha retint un « pauvre chou » de circonstance. L’épouse Trebanche s’écarta pour les laisser passer puis appela son mari d'un sonore "Chéri de la visite importante pour toi". L’agent la maudit pour cela, il aurait le temps de cacher ou détruire des preuves ! Si ce n’était pas déjà fait, il devait avoir des caméras partout.

Lancer de dés #1:
Réussite : En arrivant dans la cave, ils découvrent Trebanche en train de détruire des preuves.
Échec : Trebanche est en train de travailler sur des papiers administratifs et est de très mauvaise humeur.

Lancer de dés #2: (si échec au 1)
Réussite : En fouillant, les deux agents découvrent des dossiers suspects sur des expériences pratiquées au sein de sa firme.
Échec : Ils ne trouvent rien et appellent du renfort / des techniciens.

Rebekha et Gabriel dévalèrent les escaliers. Le Major était devant elle, faisant bouclier de son corps et ils trouvèrent Trebanche en pleine agitation. Ils entendirent le bruit d'une porte qui se refermait mais dans la pièce, il n'y avait aucune autre entrée ou sortie. L'homme était là, un filet de sueur dégoulinant de son front tandis qu'il allait jeter une allumette sur un tas de papiers déchirés.

Ne faites pas ça ! cria Rebekha.

Mais trop tard, l'alumette tomba et les feuilles s'embrasèrent. Persuadée que ces papiers avaient de l'importance, elle usa de sa vitesse surnaturelle pour arriver près du tas de papiers et sauta dessus pour tenter d'éteindre les quelques flammèches qui prirent bientôt de l'ampleur. Visiblement, il avait pensé à mettre de l'alcool dessus. Le bas de son pantalon allait être fichu mais qu'importe. Il devait y avoir des preuves importantes là-dedans qui valaient bien un tour au magasin.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 4 Déc 2015 - 10:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4859
ϟ Nombre de Messages RP : 4460
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4859
ϟ Nombre de Messages RP : 4460
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Rebekha Lawson' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

#1 'Jugement du Hasard' :
La piste inespérée } Rebekha 579852Russite

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
La piste inespérée } Rebekha 579852Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 4 Déc 2015 - 13:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Peut-être. Mais c’est toujours moi le plus musclé. » Précisa le major avec un sourire en coin tandis qu’ils quittaient la voiture. Ils avaient beau avoir des vestes sérieuses et le petit badge qui va bien épinglé dessus, ils avaient tout d’un duo de super-héros, non ? « C’est vrai que maintenant t’es balèze, quand même… On pourrait s’appeler les Immortels Félina et Revolver, nos ennemis trembleraient rien qu’en entendant nos noms. Plus que quand on se présente comme les agents machin et machin, ça c’est sûr. » Il avait fermé son grand clapet lorsqu’ils s’étaient approchés de la porte, espérant entendre du bruit derrière la cloison, et constata que malheureusement Rebekha usa des formules traditionnelles pour les introduire auprès de madame Trebanche.

Cette dernière ne fit pas de complications et les renseigna sans chercher à gagner du temps, ni même à leur demander un mandat. Étrange, est-ce qu’ils faisaient fausse piste ? Elle n’était peut-être pas au courant… Elle pouvait aussi être de SHADOW, qui sait, et être excessivement confiante. Toutes les preuves étaient peut-être déjà détruites, ou cachées ailleurs. L’attention du major fut momentanément captée par la petite blondinette accrochée aux jupes de sa mère et qui les observaient de ses grands yeux clairs, une expression limpide de crainte, mais surtout de curiosité, sur son visage. Il lui fit un petit clin d’œil avant de relever brusquement la tête lorsque la mère, consciemment ou non, lança l’alarme.

Ils furent prompts à réagir et à se jeter dans les escaliers et trouvèrent le docteur dans une panique malsaine. Comme ils pouvaient le craindre il avait déjà commencé le nettoyage, mais ce n’était pas encore trop tard. Gabriel jeta un rapide regard circulaire dans le sous-sol aménagé en bureau et petit laboratoire. Et tout cabinet tenu par un homme consciencieux possédait un extincteur, les accidents dans le domaine étaient courants. Pendant que Rebekha limitait la propagation du départ de flammes le major récupéra rapidement l’extincteur – il en vérifia au passage la nature : à poudre, parfait. Cela bousillerait certainement une bonne partie du matériel scientifique de Trebanche, mais c’était bien la dernière de ses préoccupations.

« Attention Bekha. » Prévint-il en se positionnant à bonne distance de l’origine de l’incendie. Toutes ces préventions incendie à l’armée allaient enfin lui servir ! Il enleva la goupille, percuta d’un coup sec en enfonçant la poignet puis tira à bon débit pour maîtriser le feu et l’étouffer le plus vite possible.

Pendant ce temps leur homme avait commencé à reculer en direction des marches, bientôt rejoint par son épouse et leur petite fille qui s’inquiétaient sans doute de tout ce grabuge. « Bougez pas Trebanche ! M’obligez pas à vous tirer de la mousse dans la tronche. »

Réussite : La plupart des documents sont sauvés.
Echec : La majorité des documents a brûlé.

Le feu s’éteignit rapidement et les deux agents purent récupérer une bonne quantité de feuilles. A première vue elles étaient rédigées avec des codes complexes, les déchiffrer prendrait du temps mais cela en vaudrait forcément la peine. Après ce qu’ils venaient de surprendre, Gabriel n’avait aucun doute là-dessus. « Jackpot » murmura-t-il avec un sourire en direction de son amie. Un genou à terre, il rassembla une liasse de documents qu’il tapota au sol pour les remettre droits. « Franchement Osarus, faut pas paniquer comme ça. Est-ce que vous pouvez rester tranquille pendant qu’on farfouille un peu, ou vous allez encore essayer de mettre le feu à… »

Il suspendit ses paroles et fronça brusquement les sourcils. Bon sang. Il glissa un regard désenchanté à sa partenaire. Gabriel se souvenait de ce grand patron maintenant, il l’avait déjà vu à la télévision. Un grand blond avec une bonne tête de poupon et un sourire aimable. Il ne paraissait pas à l’aise devant la caméra mais il répondait toujours aux questions avec beaucoup de douceur. Et maintenant qu’ils l’avaient sous le nez, le type était méconnaissable. Suant à grosses gouttes et frémissant, les lèvres retroussées, il ressemblait à un animal acculé et effrayé. Tout ça était gérable. Mais dans ses mains tremblantes se trouvait un petit révolver, un Colt Ace qu’il devait cacher à sa cheville et dont il appuyait maintenant le canon froid sur la tempe de sa petite fille.

« Osarus » Appela le commandant d’une voix calme, levant lentement les mains en signe d’apaisement. « Il n’y a pas besoin d’en arriver là. Vous ne pouvez pas reculer maintenant, un peu de courage. Vous n’allez pas tirer sur votre petite fille parce que vous êtes battu. Baissez votre arme. » Non, non, non. Ils tenaient enfin quelque chose sur SHADOW, cette victoire ne pouvait pas être souillée par le sang d’une enfant. Il n’était pas certain que celle-ci comprenait ce qu’il était en train de se passer, contrairement à la mère dont il était incapable de lire l’expression. Il était trop concentré sur Osarus. Est-ce qu’il serait assez rapide pour lui retirer son arme à temps ? Il en doutait.

Il n’aimait jamais quand il y avait des enfants.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 4 Déc 2015 - 13:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4859
ϟ Nombre de Messages RP : 4460
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4859
ϟ Nombre de Messages RP : 4460
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Gabriel Colt' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
La piste inespérée } Rebekha 579852Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

 
La piste inespérée } Rebekha
 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  SuivantRevenir en haut 
La piste inespérée } Rebekha Cadre_6La piste inespérée } Rebekha Cadre_7_bisLa piste inespérée } Rebekha Cadre_8


La piste inespérée } Rebekha Cadre_1La piste inespérée } Rebekha Cadre_2_bisLa piste inespérée } Rebekha Cadre_3
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] Rambo II : la mission [DVDRiP]
» [UploadHero] La Chute [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La piste inespérée } Rebekha Cadre_6La piste inespérée } Rebekha Cadre_7_bisLa piste inespérée } Rebekha Cadre_8
Sauter vers: