On écrase des insectes avec des journaux Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

On écrase des insectes avec des journaux Cadre_1On écrase des insectes avec des journaux Cadre_2_bisOn écrase des insectes avec des journaux Cadre_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

On écrase des insectes avec des journaux

 
Message posté : Jeu 3 Sep 2015 - 16:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Sarah avait du mal à se remettre sur pied, mais peu à peu, elle voyait des améliorations. Le plus grand problème, c'est qu'elle ne pouvait plus jouer les Hive pour le moment. Lors de son affrontement avec Lesath, cette dernière avait endommagé l'aile de Sarah, l'empêchant de voler convenablement. Lucy s'occupait donc des patrouilles et de faire croire encore et toujours que Hive était présente en ville, à repousser les créations des scientifiques fous, à combattre le crime sous toutes ses formes. Alors qu'en vérité, la véritable Hive était dans une limousine, vêtue d'une tenue hors de prix et se dirigeant vers un gala qui ne l'intéressait pas du tout.
 
Et pourtant, elle savait qu'elle avait besoin de cette sortie. Retrouver sa vie avait été plus difficile. Elle avait pensé que sa discussion avec Renan l'aiderait, mais cela n'avait fait que la remonter, la décider à se battre encore et encore, avec plus de ténacité contre le crime. Pour le moment, elle attendait que différents contacts ne lui envoient des informations sur Tesla, Shahren ou Adam. N'importe quoi pour remonter leur piste. En attendant, ses projets scientifiques avaient avancé durant son absence et il lui faudrait des heures de travail pour en venir à bout.
 
Seulement voilà, Sarah avait de plus en plus de mal à rester seule qui plus est enfermée dans des espaces confinés comme son laboratoire. Cela lui rappelait trop la cage de verre  dans laquelle elle avait passé trop de journées. Sans compter les chaînes bien entendu. Là était tout le paradoxe d'ailleurs. Elle n'avait eu aucune intimité pendant ce mois d'enfermement, mais elle en ressortait presque avec une sorte de claustrophobie. Et c'était une peur qu'elle ne pouvait même plus combattre en volant. Alors il ne restait à Sarah plus qu'à faire ce qu'elle détestait à l'accoutumée : prendre un bain de foule. Quoi de mieux pour cela que de se présenter à nouveau sur la scène de Star City ? Pour montrer en plus qu'elle n'était pas Hive, qu'elle avait la même taille fine qu'avant sa grossesse et que par conséquent, officiellement, elle n'avait jamais été enceinte.
 
Une fois en dehors de la voiture, ce fut le début des longues cérémonies. Son père était l'étranger et c'était donc à elle de représenter les Stinger et Gensect. On récupéra son manteau et la voilà qui saluait tous ceux qui l'entouraient. Du coin de l'oeil, elle cherchait Adriel, se demandant si son ami serait là, peut-être pour la sauver de l'ennui à venir. Malheureusement, elle ne l'aperçut pas, ce qui valait sûrement mieux. Elle ne voulait pas parler d'Hive, elle voulait jouer. Jouer à être simplement Sarah Stinger. Jouer à être une riche héritière. Jouer à être une scientifique renommée.
 
"Mesdames et messieurs. Merci à tous d'être venus. Je vous invite à vous diriger au quatorzième étage pour le repas."
 
Les gens commencèrent à se diriger vers les ascenseurs qui s'élevaient vers les hauteurs de l'hôtel. Ce dernier avait presque entièrement été privatisé par leur hôte, notamment pour loger les participants qui eux n'habitaient pas à Star City. C'était la soirée à laquelle il fallait être vue décidément. Probablement la dernière de l'été. Sarah s'arrêta un instant, fixant les ascenseurs. Non, elle n'avait pas envie de monter là-dedans. Pas envie de se sentir comme en cage. Mais en même temps si elle s'amusait à prendre l'escalier, elle n'osait pas imaginer dans quel état elle ferait son arrivée. Or, elle se devait d'être impeccable. Elle devait être jolie, aimable et intelligente. Ce qui en l'empêcha pas de s'absorber pendant de longues minutes dans un échange télépathique avec la seule mouche du lobby impeccable.
 
"Oh." Elle réalisa qu'il en restait plus grand monde autour d'elle. Aussi, prenant son courage à deux mains, elle décida d'entrer dans la machine honnie. "Quatorzième étage s'il vous plaît." Elle y survivrait. Elle avait affronté des monstres insectoïdes. Elle survivrait à un ascenseur.
 

Sauf que ce dernier n'atteindrait jamais le quatorzième étage.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 3 Sep 2015 - 20:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Depuis qu'Heather n'était plus là, les soirées de gala étaient devenues une véritable corvée. Jadis, lorsqu'il s'y rendait pour remplacer son père qui le trouvait plus « public » que lui, sa jumelle était présente pour l'accompagner et lui permettre de rendre ces moments moins ennuyants. Mais là, il n'y avait que lui. Et Casey, sa sœur cadette. Cependant, elle n'était pas Heather et sa relation avec elle n'avait jamais été aussi fusionnelle. C'était à peine si elle était réellement fraternelle en vérité. Après tout, lorsque vous aviez une personne aussi proche de vous – elle avait tout de même partagé les premiers instants de sa vie avec lui – les autres vous semblaient bien fades et il était vrai que le trentenaire s'était contenté de sa jumelle pendant toutes ces années.
Alors, oui, la soirée promettait d'être longue, très longue même.

Casey se trouvait à ses côtés lorsqu'ils furent invités à gagner le quatorzième étage. Elle était vêtue d'une très belle robe qui mettait ses atouts en valeur, mais sans la faire paraître vulgaire – c'était une Cooper tout de même ! Bien évidemment, plusieurs personnes s'interrogèrent sur le départ relativement soudain d'Heather étant donné que sa relation avec son jumeau n'était pas un secret pour quiconque les avait déjà croisés ensemble. Certains allèrent même jusqu'à sous-entendre, subtilement, qu'elle pouvait être tombée enceinte et qu'ils avaient cherché à la camoufler. En bonne famille de la vieille école qu'ils étaient, les Cooper n'auraient effectivement jamais accepté qu'un enfant naisse hors mariage. Cependant, ce n'était pas ça, Heather était juste méta-humaine et avait eu la mauvaise idée de s'enticher d'un mage qui avait mailles à partir avec l'UNISON et la Légion des Étoiles, rien d'acceptable pour un membre du Daily Herald par conséquent.

Peu désireux de se retrouver enfermé avec des personnes qu'il n'appréciait pas vraiment, Jonas décida de retarder un peu l'ascension à bord des ascenseurs. Il avait songé à s'y rendre à pied, une manière de retarder un peu le moment où il faudrait reprendre des sourires de façade, cependant Casey devait avoir soupçonné sa tentative puisqu'elle lui désigna les ascenseurs déjà pris d'assaut par les autres participants de la soirée.

« C'est par là, monsieur Cooper. »
« Je sais, je suis blond, mais quand même... »
« Ne critique pas les blonds, il y en a beaucoup ici. En parlant de ça, tu as vu là-bas. » Elle désigna une femme plus loin. « Sarah Stinger. Ce n'était pas sur elle qu'il y avait plusieurs rumeurs assez étranges ? » Jonas l'observa quelques secondes.
« Si, en effet. »
« On pourrait lui en parler ce soir. » Il reporta son regard bleu sur Casey.
« C'est un gala de charité, pas une tentative pour récolter des potins ma chère. »
« Des potins ! Tout de suite ! Bon, on y va ? » Il hésita quelques secondes.
« Passe devant, j'arrive d'ici cinq ou dix minutes. » Elle le scruta d'un air hésitant.
« Tu viens vraiment, hein ? Ne me plante pas toute seule là-haut ! »
« Ne t'inquiètes pas... »

Elle s'éloigna rapidement en direction des ascenseur, abordée par un jeune inconnu au bout de quelques pas et apparemment, Jonas aurait pu disparaître encore une heure sans que cela ne la contrarie. Sans trop savoir pourquoi, le trentenaire patienta un petit moment avant de se décider à aller vers son destin ! Les ascenseurs étaient pratiquement tous vides et il opta pour un où il n'y avait personne, mais avant qu'il ne puisse appuyer sur le bouton de départ, une femme le rejoignit pour lui lancer l'étage qu'elle visait. Lorsqu'il posa ses yeux sur elle, Jonas constata qu'il s'agissait de Sarah, dont ils avaient parlé quelques instants plus tôt. Elle avait une belle robe qui mettait en valeur ses courbes. Malgré la rumeur de grossesse qui courait sur son compte quelques mois plus tôt, Jonas avait du mal à y croire : elle avait une ligne trop parfaite pour que ce soit aussi récent. C'était assurément une belle femme, mais depuis qu'il était tombé sur une voleuse qui avait tenté de lui dérober son argent en même temps que sa fierté, l'éditeur du Daily Herald se contentait de les observer de loin.
Il enclencha donc le bouton de l'étage en question avant de reporter son regard sur les portes qui se fermaient.

Quelques secondes de silence passèrent tandis que la machine se mettait en branle. Il ne leur faudrait pas bien longtemps avant d'atteindre l'étage en question, mais rien ne l'empêchait de lui faire brièvement la conversation. Ce serait une bonne excuse pour ne pas avoir à l'aborder plus tard, avec Casey et sa langue trop pendue.

« Sarah Stinger, c'est bien ça ? » Il posa ses yeux clairs sur elle. « Voilà quelques temps que vous ne nous avez pas fait le plaisir de votre présence... » Le ton de sa voix était posé, en aucun cas accusateur. « Votre père n'est pas avec vous ce soir ? Peut-être qu'il est déjà monté ? » Il l'avait déjà croisé par le passé. « Je suis étonné de vous voir ici. Je vous avoue que vous ne m'avez jamais fait l'impression d'être amatrice de ce genre de soirée. Mais la robe vous va bien, vous devriez le faire plus souvent. »

Il ne la draguait pas, se contentant d'être poli et de la complimenter sur son aspect physique.
C'était ce que les hommes étaient censés faire, non ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 4 Sep 2015 - 11:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Sarah était plus nerveuse qu'elle n'aurait aimé l'être lorsque les portes de l'ascenseur se refermèrent sur elle. Tellement nerveuse qu'elle n'avait pas fait attention à qui se trouvait avec elle dans l'habitacle. Heureusement il y avait quelque. Rien que cela, rien que sentir cette présence faisait que l'ascenseur était tout, sauf une cage. Elle aurait préféré un insecte toutefois. Principalement parce qu'elle avait été privé du contact des petits êtres lors de son emprisonnement. Elle se retourna en direction de Jonas lorsqu'il l'interpela. Oui, elle aurait préféré un insecte.

Car même elle, avec toute sa maladresse sociale et l'assiduité qu'elle avait mis à fuir ce genre de soirées par le passé savait qui était de Jonas Cooper. Mais surtout elle savait ce que son torchon pensait des super-héros et de la Légion. L'opinion de l'homme ne devait pas être loin derrière. Sauf qu'elle était Sarah Stinger et non Hive. Elle était connue pour collaborer avec l'UNISON, en fait elle faisait profiter tout le monde de ses connaissances en biologie. La jeune femme se fendit d'un sourire.

"C'est cela, monsieur Cooper je présume ?" Lâcha-t-elle à l'intention de son identité. Comme s'il ne savait pas qui elle était. D'ailleurs aussitôt, elle se demanda si elle ne venait pas de tomber dans un piège journalistique. Est-ce qu'il allait essayer d'obtenir des informations sur Hive, sur sa grossesse, sur Gensect ? "Mon père est actuellement au Japon, il est en train de négocier quelques contrats avec eux. Il m'a donc demandé de représenter Gensect aujourd'hui. Ce n'est pas mon genre de sortie en effet." Même si elle devait admettre que la conversation de l'homme la détournait de l'angoisse rampant qu'elle ressentait à l'idée d'être dans une cage. Elle en avait tellement assez d'avoir peur. Peur de figures invisibles, peur de ce qu'elle pourrait faire, peur de ce qui pourrait arriver, peur de ce qu'elle avait fait.

"Je suis plus du genre à travailler qu'à venir à ce genre de galas. Mais je ne pouvais pas ne pas faire d'apparition ce soir. Tout le gratin de la ville est là." Et elle en faisait partie, autant qu'elle apprenne à en tirer partie. Les paroles de Renan lui revinrent en tête. Que se passerait-il si jamais elle annonçait qu'elle était Hive à tous ces gens ? Jonas Cooper se jetterait probablement sur l'information tel un charognard. Sarah détestait les journalistes. Principalement parce qu'elle était une scientifique et que ceux qu'elle avait croisé jusqu'à présent avait une manière assez déroutante de toujours torturer et modifier l'information. "Merci du complim..."

Elle n'eut pas le temps de répondre qu'il y eut un bruit sourd. L'ascenseur s'arrêta brusquement, déséquilibrant Sarah qui se rattrapa tant bien que mal sur Jonas. Voilà qui ressemblait assurément à une scène de mauvaise comédie romantique. Les lumières s'étaient éteintes, pour ensuite être remplacées par celle de secours. Mais ils se trouvaient immobiles. A quel étage ? Impossible de savoir. Une pointe d'angoisse monta dans Sarah. Sans même le savoir, Jonas était la seule chose qui l'empêchait de complètement paniquer et de se transformer pour ouvrir les portes de force et quitter l'habitacle.

"Qu'est-ce qui se passe ?" Demanda-t-elle en sachant pertinemment qu'il n'aurait pas de réponses à lui donner. Si ce n'est qu'elle lui donnait une occasion de jouer les chevaliers servants. Sauf que Sarah était une scientifique, pas une vulgaire greluche. Elle inspira profondément. Mais il n'y avait pas grand chose qu'ils pouvaient faire. Automatiquement, elle leva les yeux pour voir s'il n'y avait pas de trappe. Ils pourraient l'atteindre, si Jonas lui faisait la courte échelle. Mais cela ne signifierait pas qu'ils seraient libérés pour autant. "Pourquoi est-ce qu'il faut que ça m'arrive à moi ?" Murmura-t-elle entre ses dents.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 4 Sep 2015 - 17:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La question sur son identité était plus une insulte qu'une véritable interrogation, Jonas le savait parfaitement. Même sans être une star mondiale, il était plutôt connu et ce n'était pas une femme comme Sarah Stinger qui ignorerait qui il était, ne serait-ce que pour l'éviter lorsqu'ils se croisaient. Il ne releva donc pas, se contentant de hocher la tête pour indiquer qu'il comprenait la situation dans laquelle elle se trouvait.

En un sens, ils avaient plusieurs points communs : tous les deux héritiers d'une entreprise créée – ou reprise – par leurs pères et tous les deux contraints de les remplacer lorsqu'ils n'étaient pas disponibles. Bon, dans le cas du Cooper, cette indisponibilité était devenue permanente depuis le décès de Bruce, mais quelques années plus tôt, ce n'était pas le cas. Ajoutez à cela qu'ils avaient approximativement le même âge et vous compreniez aisément pour quelle raison ils auraient pu être amis dans d'autres circonstances. Après tout, avant qu'Adriel ne devienne incontrôlable et impossible à fréquenter sans être souillé par sa réputation sulfureuse, les deux hommes s'étaient très bien entendus. Comme quoi, l'avenir ne vous réservait pas souvent ce que vous pensiez. À l'heure actuelle, Sarah n'était qu'une femme parmi d'autres et il y avait peu de chances pour que la situation s'améliore – encore faudrait-il qu'ils en aient l'envie et quelque chose lui disait que ce n'était pas du tout le cas.

Il comptait donc retomber dans le silence et attendre qu'ils atteignent leur étage pour la laisser faire sa vie et partir de son côté, mais quelque chose avait décidé que ce serait différent : l'ascenseur produisit un bruit sourd avant de s'arrêter en émettant quelques secousses. Ce n'était pas parce qu'il était contre les Supers et qu'il sentait l'hostilité de la Stinger qu'il allait la laisser s'écraser par terre, c'est donc assez naturellement qu'il passa son bras autour de la jeune femme lorsqu'elle se rattrapa à lui, puis le retira lorsque la cabine se stabilisa. Il faisait noir et Jonas n'y voyait goutte jusqu'à ce que les lumières de secours ne viennent brise cette intimité un peu trop pesante. Son regard se glissa vers le cadran qui affichait les étages, mais tout était éteint. La blonde sembla s'inquiéter et machinalement, le trentenaire posa les yeux sur elle.

« C'est certainement une simple panne. Ils ont peut-être dû voir trop grand avec les lumières des décorations et ça a coupé le générateur. Ils vont certainement s'en rendre compte. »

Le Cooper s'approcha de la porte de la cabine pour s'intéresser au petit boîtier qui contenait le téléphone de secours. Il l'ouvrit et saisit l'appareil avant de le porter à son oreille, mais n'entendit pas le moindre bruit. Tout était hors service, une chance que les lumières de secours soient encore fonctionnelles. Jonas raccrocha l'appareil avant de refermer la petite porte de la boîte – pour éviter qu'ils ne se cognent dedans si l'ascenseur redémarrait – puis tourna la tête vers Sarah.

« Le téléphone de secours ne fonctionne pas. Peut-être que c'est un peu plus compliqué qu'une coupure de courant, mais nous n'étions pas les seuls à emprunter les ascenseurs, ils vont sans aucun doute se rendre compte qu'il y a des personnes coincées à l'intérieur, ne vous inquiétez pas. »

Le ton de sa voix était rassurant, mais en vérité, il se fichait pas mal de savoir si la Stinger était rassurée ou non. Ce n'était rien de plus qu'une connaissance qui ne le portait pas dans son cœur, elle pourrait aussi bien fondre en larmes devant lui que cela le laisserait de marbre. Oh, bien évidemment, il jouerait la comédie en s'inquiétant pour sa santé, aussi bien physique que mentale, mais il n'y aurait pas la moindre sincérité dans ses gestes et paroles. Il fallait mériter son affection et son attention et assurément, cette femme n'était et ne serait jamais rien pour lui.
Cela dit, Jonas avait bien remarqué le regard intéressé qu'elle avait adressé au plafond et lorsqu'il fit de même, ce fut pour remarquer la trappe qui s'y dessinait. Ses yeux se reportèrent sur la blonde.

« Je ne crois pas que ce soit une excellente idée. » Il la désigna. « Vous êtes dans une robe un peu trop moulante pour réussir à vous hisser là-haut, quant à moi, je ne me vois pas escalader les câbles jusqu'à l'étage suivant. » Il faisait du sport pour s'entretenir, mais il y avait une limite. « Donc, à moins que vous n'envisagiez de vous déshabiller pour grimper aux câbles, je crois que nous allons devoir attendre que quelqu'un se rende compte de ce qui se passe. » Une légère pause se fit. « Et je préférerais que vous optiez pour cette solution, je n'ai pas spécialement envie que vous vous lanciez dans une telle aventure. »

Et il n'avait aucune envie que des gens en viennent à raconter que Sarah Stinger avait enlevé sa robe dans un ascenseur où elle était enfermée en tête-à-tête avec Jonas Cooper.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 5 Sep 2015 - 10:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Sarah n'avait pas pour habitude de tomber aussi facilement dans les bras d'un homme. Même si les secousses de l'ascenseur avaient bien entendu aidé. Jonas avait eu la bienséance de se conduire en gentleman, des individus plus avinés ou moins polis en aurait profité pour laisser traîner leurs mains. Mais on était dans les hautes sphères de Star City, pas dans un bouge infâme. Aussi Sarah se contenta-t-elle de faire un pas pour s'éloigner un peu de Jonas et pour s'assurer que sa mise en forme n'avait pas souffert de cet accident.
 
Une simple panne. Oui, c'était le plus probable. Une coupure de courant. Bien entendu, dans un tel hôtel, c'était le genre de détail dont les gens se préoccupaient. En fait, rien n'était laissé au hasard et il aurait été impensable pour n'importe quel maître d'hôtel ou majordome de laisser deux riches héritiers tels que Sarah Stinger et Jonas Cooper enfermés dans un ascenseur bien longtemps. Principalement parce que c'était presque une raison de licenciement pour faute grave dans le milieu de requin qu'était l'hôtellerie de luxe. La femme-insecte ne pouvait refreiner un certain stress. Qu'ils aient fait sauter le disjoncteur ? Vraiment ? Non, elle n'y croyait pas. Mais elle n'arrivait pas pour autant à se concentrer sur des raisons plausibles de la panne. En fait, elle se concentrait sur la silhouette de Jonas, sûrement un peu trop d'ailleurs.
 
Pas de téléphone non plus. Maintenant c'était passé d'une sorte de comédie romantique grotesque à un début de film d'horreur. Sarah ferma les yeux un instant et secoua la tête. Non, elle n'était pas dans un laboratoire, elle n'était pas dans la cage de Tesla. Son emprisonnement l'avait complètement chamboulée, elle avait l'impression d'être folle. Si elle le voulait, elle pourrait simplement ouvrir les portes de force, défoncer un pan de mur, utiliser sa toile pour les tracter tous les deux jusqu'au quatorzième étage ? Bien entendu elle ne pouvait pas le faire stricto sensu. Pas avec un témoin tel que Jonas face à elle. Ce dernier sauterait sur l'occasion. Il essaierait forcément de s'en servir pour ses propres intérêts : faire chuter les super-héros.
 
Tant de détails techniques qui faisaient qu'elle ne pouvait pas non plus se hisser au-dessus de leur tête. Car Jonas avait raison, sa robe ne le lui permettrait pas. Pas sans que Sarah doive la retirer ou la déchirer. Et elle n'avait pas forcément envie que l'homme puisse glisser un regard dessous en lui faisant la courte échelle. Quoiqu'il avait l'air trop bien élevé pour se le permettre.
 
"Vous avez raison..." Par contre elle nota que c'était deux fois qu'il mentionnait sa robe. Est-ce qu'il voulait la même pour lui ? L'image d'un Jonas en robe lui traversa l'esprit. De quoi faire la une de son propre journal. "Et je ne vous ferais pas le plaisir de me déshabiller dès le premier rendez-vous." C'était une plaisanterie, mais elle avait du mal à l'imaginer rire. Il avait l'air tellement morne. Sarah était frustrée. La terrible Hive coincée dans un ascenseur. Elle aurait pu contacter Lucy télépathiquement pour la faire la rejoindre et la sortir de là, mais ça serait tout aussi louche. Une Légionnaire vient libérer une riche héritière d'un ascenseur ! "Donc nous sommes coincés là jusqu'à ce que quelqu'un ne vienne nous chercher."
 
Si au moins elle portait quelque chose de confortable. Déjà elle retira ses chaussures. Après tout s'ils étaient là pour un moment... Un silence commença à s'installer. Deux jeunes gens riches coincés dans un cube obscur. L'un détestant les super-héros, l'autre connue pour leur apporter leur aide. Sarah étendit ses sens à la recherche de quelques insectes. Mais le personnel avait trop bien fait le ménage. "Il y a quelqu'un qui vous attend là haut ? Vous n'avez pas de téléphone ? Je veux dire, ma robe n'a évidemment pas de poches." Mais apparemment il l'avait déjà observée tout son saoul. Sarah se reposait trop sur sa télépathie avec les insectes et avec son propre clone pour avoir pris la peine de s'encombrer d'un sac à main où placer le dit objet. Et puis elle avait cherché à se couper des ennuis du laboratoire. Pas d'appels d'urgence ce soir. Elle n'avait pas imaginé que ce serait à elle d'en envoyer.
 
Plusieurs hommes masqués qui venaient de bloquer les ascenseurs étaient maintenant en train d'encercler les cages d'escaliers et de remonter, armés, jusqu'au quatorzième étage. En fait, ils se concentraient sur ce dernier uniquement. L'argent des galas de charité, c'était toujours une proie facile.
 
"Vous ne côtoyiez pas Adriel Veidt à une époque ?" Demanda-t-elle, cherchant à faire la discussion pour casser le silence gênant. Autant partir d'une connaissance commune. Sarah et Adriel étaient sortis ensemble quand ils étaient plus jeune, c'était de notoriété publique. La jeunesse dorée de Star City. Jonas devait être au courant.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 5 Sep 2015 - 21:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La plaisanterie de Sarah tomba à plat. Lorsqu'elle glissa sa remarque sur la nature de leur premier rendez-vous, le trentenaire se contenta de la regarder d'un air neutre. Jonas n'était vraiment pas du genre à badiner à propos de ses relations ou de ses rendez-vous, c'était un sujet bien trop risqué pour quelqu'un qui devait conserver une réputation immaculée. Un hochement de la tête lui fut adressé lorsqu'elle résuma la situation.

« En effet. »

Son regard se posa sur la porte close devant eux tandis qu'il reculait pour prendre appui contre le mur opposé – recouvert de deux imposants miroirs. Il comptait bien rester obstinément silencieux jusqu'à ce que quelqu'un se rende compte qu'ils étaient coincés ici, mais apparemment la jeune femme en avait décidé autrement. Son téléphone portable ? Se redressant, l'éditeur porta sa main à sa poche avant de se souvenir qu'il avait prêté l'appareil à sa sœur avant de la quitter – elle s'était aperçue que le sien n'avait plus de batterie à force de l'utiliser pour des choses sans intérêt. Il secoua la tête en signe de dénégation avant de répondre.

« Non, je ne l'ai pas sur moi. Je l'ai prêté à ma sœur avant qu'elle ne monte, ce qui répond aussi à votre précédente question. »

Si elle suivait un peu les mondanités, Sarah saurait qu'il parlait de sa sœur et non de sa jumelle, ce qui était clairement différent à ses yeux. Cela dit, il n'avait jamais assez fréquenté la jeune femme pour qu'elle comprenne qu'il faisait une nette différence entre ses deux sœurs.

Le silence retomba jusqu'à ce que la jeune femme reprenne la parole, visiblement bien décidée à se lancer dans une conversation parfaitement hypocrite. Le regard clair du trentenaire glissa jusqu'à Sarah et il l'observa sans bruit pendant quelques instants. La relation entre la Stinger et Adriel n'était pas un secret, aussi Jonas était-il parfaitement au courant du fait qu'elle avait été sa petite amie. Une blonde de plus parmi tant d'autres à être passées par le lit du Veidt. Rien de bien glorieux ! Même si le trentenaire était un peu honteux d'avoir été son ami, il n'était pas tombé aussi bas que certaines femmes de cette ville.
Cependant, il était hors de question de tenir un pareil discours, il se contenta donc de la version polie et neutre.

« Il y a longtemps. Avant qu'il n'hérite de sa réputation sulfureuse d'homme qui change de partenaire tous les jours. » Et on ne parlait pas de partenaire de tennis. « Vous aussi de ce qu'il me semble, même si ce n'était pas vraiment le même genre de relation.... » Fort heureusement. « Mais ce n'est plus d'actualité pour ma part. Je n'ai plus rien à voir avec les Veidt et je n'ai pas l'intention de changer cet état de fait. De toute manière, Adriel se débrouille très bien tout seul, il n'a pas besoin d'amis au niveau où il est. »

Lors de leur dernière discussion, le Veidt lui avait clairement fait comprendre qu'il était au-dessus du lot et qu'il n'en avait strictement rien à faire de ce que les autres pensaient de lui. Jonas s'en fichait pas mal, s'il avait jadis été ami avec le jeune homme, ce dernier s'était transformé en une sorte de monstre incontrôlable et infréquentable. Pas sans mettre sa propre relation en péril et Jonas n'était pas homme à sacrifier ce qu'il avait durement acquis et conservé, pour une amitié qui n'en valait pas la peine. Les individus égoïstes devaient rester seuls. C'était le cas d'Adriel, mais aussi le sien.
Son regard se détourna de la jeune femme, tandis qu'il se tenait toujours appuyé contre le miroir derrière lui.

« Si vous espériez le voir ce soir, je crains que vous ne soyez déçue. Les galas de charité, ce n'est pas vraiment son genre. Et, de toute manière, il n'y a pas énormément de personnes de votre âge. Ma sœur cadette, mais je doute qu'elle convienne à vos attentes. »

Une manière de lui faire comprendre qu'il avait clairement senti qu'elle ne le portait pas dans son cœur. Difficile de l'ignorer cela dit, les Cooper n'étaient pas vraiment appréciés à Star City, hormis par les partisans du CODE ou les gens lassés de la domination des Supers. Fort heureusement, Jonas se fichait de l'avis des autres.

Pendant ce temps, les futurs preneurs d'otage étaient arrivés non loin du quatorzième étage, prêts à intervenir dès que leur chef lancerait l'assaut.
À côté de cela, Casey jetait des coups d’œil vers les ascenseurs et, ne voyant toujours pas son frère la rejoindre, décida d'aller se renseigner auprès d'un responsable qui se trouvait non loin de là.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 6 Sep 2015 - 10:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Voilà donc que deux adultes parfaitement modernes étaient incapables d'avoir un téléphone à eux deux. Ils devaient encore se trouver dans la génération qui n'était pas dépendante de la technologie. Sarah tenta de communiquer télépathiquement avec Lucy, mais elle n'arriva pas à contacter son clone. Apparemment cette dernière devait se trouver hors de portée ou bien être en train d'être occupée. Probablement à combattre des criminels. Typiquement, Sarah pouvait attendre, vraiment, en théorie. Sauf qu'elle sentait l'angoisse attendre paisiblement. Un moment d'inattention, une légère secousse, un détail qui lui rappellerait son emprisonnement. Quoique ce soit qui puisse la faire complètement paniquer.
 
Heureusement que Jonas était là. Pas que son amabilité ou sa personnalité agréable ne viennent la détourner de ses peurs. Non, c'étaient plutôt les sous-entendus que Sarah devinait dans ses répliques. Apparemment, vouloir essayer de faire la conversation sur un point de départ commun était une mauvaise idée. Sarah en put s'empêcher de pincer les lèvres. D'un seul coup elle avait envie de gifler l'opportun pour ce qu'il essayait d'insinuer.
 
"Oui j'ai bien connu Adriel, c'est de notoriété publique." Elle avait été sa petite amie, pendant une période assez étendue sans pour autant atteindre des summum de longueur. Ils n'avaient jamais été faits pour finir ensembles. Sarah n'avait jamais eu d'autres aventures stables d'ailleurs. "Et honnêtement, je me fiche de votre contentieux avec les Veidt." Lâcha-t-elle, levant les yeux au ciel. "J'essayais juste de faire la conversation pour éviter que nous nous murions dans le silence jusqu'à ce qu'on nous libère." Car elle avait peur que si cela devenait trop silencieux, que si cela devenait trop tel une cage, elle oublie toute retenue. Elle viendrait probablement défoncer les portes pour s'échapper. Mais il y avait une possibilité qu'elle blesse Jonas dans le processus. Et malgré ses remarques, il était un innocent.
 
"Je ne tiens pas spécialement à croiser Adriel, non." Surtout qu'elle n'était pas en parfait termes avec lui elle non plus. Même si cela n'atteignait pas la rancoeur Cooper. "Et qu'est-ce que vous entendez par mon âge ? Par mes attentes ?" Sarah commençait à perdre son calme. Elle voyait très bien où Jonas voulait en venir depuis le début. Une femme de l'âge de Sarah, qui n'était pas mariée, dans leur milieu, cela annonçait généralement une vieille fille, voir une lesbienne qui ne s'assumait pas. Les joies de la bourgeoisie où tout le monde devait être propre sur soit. Enfin, Jonas semblait sous entendre qu'elle venait au gala pour se trouver un mari. Ou simplement un coup d'un soir. "Vous croyez quoi ? Que je viens chercher mon prochain partenaire lors de ce genre d'évènements ? Vous êtes vraiment un salopard." Droite au but. Non, elle n'avait pas de patience pour ce genre de choses. Surtout qu'il n'y avait personne à part lui pour oser la réprimander sur son langage. Et puis elle était adulte, non ? "Vous faites votre monsieur tout propre, votre monsieur parfait... Vous croyez que je ne sais pas qu'Adriel a enchaîné les conquêtes avant et après notre relation ? Pourquoi est-ce que vous croyez que j'ai rompu avec lui ? Et puis c'était il y a des années. Comme si vous n'aviez pas fait vos propres conneries. Que je sache en plus, vous n'êtes pas beaucoup plus âgé que moi !" Sarah allait sur ses trente ans en mai prochain. Ce qui n'était pas pour la rassurer d'abord.
 
Elle s'était rapprochée de Jonas pour l'invectiver, laissant sortir de sa frustration sur cette victime innocente. "Vous croyez vraiment que j'ai besoin de racoler ce genre d'évènements si je voulais un homme ? Le fait est que je n'ai pas besoin d'individus de votre espèce." Parce qu'elle était une scientifique renommée, riche héritière et femme indépendante. Aussi parce qu'elle pouvait tomber enceinte toute seule, mais c'était une autre histoire. "Vous feriez mieux de descendre de vos grands chevaux et vous sortir votre balais du c..."
 
Un coup de feu retentit au-dessus de leur tête, venant du quatorzième étage. Apparemment, l'un des braqueurs venait de tirer dans le plafond pour signaler leur présence. Les quelques personnes qui avaient commencé à vagabonder étaient ramenées violemment avec le gros des invités.
 

Sarah avait suspendu son geste et ses paroles... Ce n'était même pas comme si Jonas méritait vraiment sa colère. Elle leva les yeux vers le plafond, essayant une nouvelle fois de trouver quelques insectes pour savoir ce qu'il se passait et de contacter Lucy. Car elle savait reconnaître un coup de feu. Et cela ne faisait pas partie des réjouissances du gala.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 6 Sep 2015 - 16:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Dès qu'elle commença à répondre, Jonas comprit qu'il aurait mieux fait de s'en-aller de cet ascenseur dès l'instant où il avait vu la Stinger y pénétrer. À ses yeux, il s'agissait typiquement de la féministe qui prônait le célibat et l'indépendance des femmes, qui se sentait supérieure au commun des mortels parce qu'elle faisait des recherches et qu'elle travaillait dans le domaine de la science, puis qui méprisait les gens comme lui. Visiblement, même sans être journaliste, Jonas avait leur flair puisqu'elle dissimula à peine toute la méprise qu'elle avait pour lui.
Toujours enveloppé de son calme olympien si naturel, Jonas se contenta d'une réponse apparemment banale, mais surtout baignée de sarcasme.

« Quelle réussite. »

Faire la conversation, une excellente idée lorsque vous vous doutiez que vous n'alliez pas vous entendre avec votre interlocuteur ! Très franchement, Jonas aurait largement préféré qu'elle se contente de s'admirer dans le miroir en se gargarisant sur son intelligence supérieure et qu'elle lui fiche la paix ! Mais non.
C'était trop simple.

Cela dit, une simple phrase lancée sans vraiment d'arrière-pensée fut suffisante pour mettre le feu aux poudres. Ce n'était pas une remarque visant à l'écraser ou à la mépriser et, à dire vrai, Jonas se fichait pas mal du fait qu'elle avait pu être enceinte et qu'elle soit célibataire. C'était Bruce Cooper qui était aussi conservateur et même si Jonas n'était pas favorable l'homosexualité, il se fichait totalement du fait que certaines femmes choisissaient d'enfanter sans être mariées – ni même en couple. Bien évidemment, il ne l'admettrait jamais ouvertement pour la bonne et simple raison qu'il avait toujours suivi la ligne directrice posée par son géniteur et que s'il en changeait maintenant, toutes ses paroles seraient sujettes au doute.
Quoi qu'il en soit, pour une fois, le Cooper n'avait pas parlé du célibat de la jeune femme pour lui dire qu'elle devenait vieille et qu'elle était encore célibataire. Lui aussi, Heather de même et Casey aussi et ils étaient tous plus âgés qu'elle, alors franchement... Mais comme la blonde semblait l'avoir relégué au rôle du connard de service qui méprisait les femmes, Jonas décida de s'y tenir et de continuer sur cette voie-là – et tant pis s'il la vexait.
De toute manière, personne ne pourrait assister à leur prise de bec.

Il resta dans la même position lorsqu'elle s'approcha de lui : appuyé contre le miroir, bras croisés sur son torse et regard neutre. Qu'elle déverse sa bile si ça la soulageait, du moment qu'elle ne se décidait pas à lever la main sur lui, il se fichait bien du reste !
Mais avant qu'il n'ait l'occasion d'entendre l'étendue du savoir de mademoiselle Stinger à propos des insultes, un bruit sourd et étouffé par la distance, arriva jusqu'à leurs oreilles. Naturellement, Jonas leva les yeux vers le plafond sans rien voir de différent, mais il craignait de savoir de quoi il s'agissait. Se redressant, laissant ses bras retomber le long de son corps, le trentenaire baissa les yeux vers Sarah.

« C'était un coup de feu ? » Il connaissait déjà la réponse puisqu'il en avait déjà entendu. « Est-ce que vous aviez vu quelqu'un d'armé au rez-de-chaussée ? » Lui non, mais il n'y avait pas vraiment porté attention. « Peut-être qu'on a notre explication quant à cette panne d'ascenseur. » Une pensée le frappa alors. « Ma sœur est là-haut, il faut qu'on se débrouille pour sortir d'ici. »

Le ton de sa voix était toujours calme en apparence, mais son cœur s'accéléra clairement sous son smoking hors de prix. Il avait envoyé Casey en haut alors qu'elle voulait rester avec lui, s'il lui arrivait quelque chose, Jonas ne se le pardonnerait jamais, surtout après la perte de sa sœur.
Se rapprochant du panneau de contrôle de l'ascenseur, il fit la seule chose qui était à sa portée : appuya sur les différents boutons de secours qui étaient censés les sortir de ce genre de situation.
En vain, bien évidemment.

Au quatorzième étage, plusieurs hommes avaient entrepris de rassembler les personnes présentes ici, au centre de la pièce. Ils vérifiaient qu'aucun d'entre eux n'était armé et ramassèrent tous les téléphones portables pour éviter qu'un petit malin ne décide d'aller la police pendant qu'ils auraient le dos tourné. Un couple arriva alors, un homme et une femme, richement vêtus et masqués, bien évidemment. Ils devaient s'être infiltrés en tant que prétendus bienfaiteurs et semblaient prêts à commencer leur petite manège. L'un des hommes s'approcha finalement d'eux pour leur parler des ascenseurs et ils reçurent l'ordre de les faire remonter un à un afin de permettre aux retardataires de rejoindre le groupe pour que les réjouissances puissent enfin débuter !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 6 Sep 2015 - 17:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Sûrement que le coup de feu venait d'éviter à Jonas de se prendre une gifle magistrale de la part de la Légionnaire. Heureusement pour lui, sans l'exosquelette déployé, cela n'aurait fait que blesser sa fierté et encore. Il n'y aurait eu personne pour la voir. Sûrement que la scientifique s'était emportée, qu'elle n'aurait pas dû l'invectiver de cette manière. Mais les sous-entendus que lâchait l'homme, son hostilité gratuite à son sens, comme s'il avait complètement extrapolé ses premiers mots, l'avait fait entrer en rage. Heureusement qu'elle avait appris à contrôler ses phéromones. Quelques mois plus tôt, quand ils apparaissaient dès qu'elle était stressée, ils auraient eu tôt fait de saturer l'air de la cabine. Qui sait ce qu'aurait fait l'héritier Cooper en conséquence. Quoiqu'il en soit, ils avaient des problèmes plus urgents à gérer.

"Cela ne sert à rien de s'acharner sur les boutons." Lâcha-t-elle. Elle reporta à nouveau son regard sur la trapper au-dessus de leur tête qui pourrait permettre à Sarah de monter sur l'ascenseur et de se hisser à la force de ses bras jusqu'à l'étage suivant. Après elle pourrait savoir ce qui allait arriver. Bien entendu, pour cela elle avait besoin de son exosquelette. Le fait que son métabolisme soit plus élevé que celui d'un humain faisait qu'elle était toujours globalement en forme, mais Sarah n'était pas une athlète. Et il y avait aussi le problème de la robe. Seulement, si c'était un problème quand il était question de simplement échapper à une petite crise de claustrophobie, ce n'était rien d'important s'il y avait des vies à sauver.

Sarah était en pleine crise existentielle, incapable de voler, mais elle était encore une Légionnaire. Son exosquelette apparut. Sous ses vêtements. Restant globalement fin dans son ensemble pour en pas être discernable par Jonas, d'ailleurs ce dernier était trop concentré sur les boutons. Sarah déchira le bas de sa robe pour gagner en liberté de mouvement et bondit en l'air. L'ascenseur n'était pas si haut et elle pourrait toujours faire croire qu'elle était très sportive. Seulement, alors qu'elle se trouvait sur l'ascenseur, ce dernier se remit en marche. "Ah c'est bien ma veine..." Maintenant, soit elle continuait, soit elle redescendait. "Passez-moi mes escarpins si vous comptez rester là-dedans. Je en sais pas ce qu'il se passe en haut, mais s'il y a une personne armée mieux vaut pas qu'il sache que j'étais dans l'ascenseur." Et puis ces chaussures là n'étaient pas données.

Enfin, elle devait réfléchir à un plan, quelque chose... Quelque chose qui lui permettrait de savoir ce qu'il se passait au quatorzième étage. Mais rien qu'en s'en rapprochant, Sarah put alors repérer une simple mouche. Une minuscule drosophile qui se promenait non loin d'une poubelle. Par contre, Spawn était toujours hors de portée, donc Sarah allait devoir agir en tant qu'elle-même et pas en tant que Hive. "Je vais essayer de me glisser à l'étage supérieur et prévenir quelqu'un... Vous voulez venir ou bien vous préférez risquer de vous retrouver face à un flingue ? Je sais que vous vous inquiétez pour votre soeur. Mais je doute que vous ne soyez d'une grande utilité. A moins que vous ne cachiez un costume de super-héros sous vos habits, mais bizarrement j'ai un doute." Lâcha-t-elle finalement en lui tendant la main, pour l'aider à monter s'il le désirait. Enfin, Jonas allait plutôt être une gêne si Sarah voulait s'occuper des braqueurs que lui révélaient sa petite mouche.

Mais bon, malgré tout, elle ne pouvait pas l'abandonner là, non ?

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 6 Sep 2015 - 20:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Lorsqu'elle lui fit une remarque sur l'inutilité de son action, Jonas lui décrocha simplement un regard neutre. Au fond de lui, cette fille l'agaçait sérieusement avec ses grands airs, à vouloir se donner l'impression qu'elle valait mieux que lui alors qu'elle se contentait de se plaindre et de lancer des sujets de discussion totalement stériles. Ses yeux clairs se reportèrent vers le tableau comportant les boutons, mais son bras retomba le long de son corps. Il était vrai que c'était plutôt inutile, mais d'un autre côté il ne voyait pas quoi faire d'autre. Grimper sur le toit de la cabine ? Certainement pas ! Il prônait en permanence le fait d'avoir un comportement « normal » et de ne pas s'amuser à jouer aux héros en imitant les héros des films d'action si appréciés en Amérique. Il n'allait certainement pas décider de grimper là-dessus et de prendre le risque de se faire embrocher ou écraser par les systèmes de poulies de l'ascenseur, voire de glisser et de tomber pour s'écraser une dizaine de mètres plus bas.
Ce n'était pas à lui de faire le travail de la police.

C'est à ce moment que la Stinger décida de jouer les héroïnes. Le temps qu'il se retourne après l'avoir entendue déchirer sa robe et elle était déjà sur le toit de la cabine. Dans un froncement de sourcils, Jonas ne put s'empêcher de songer qu'elle était drôlement souple et musclée pour une scientifique – ils n'étaient pas censés être fragiles et ne pas aimer le sport ?
Mais ces considérations durent être mises de côté étant donné que l'ascenseur se remit en marche et que la blonde lui suggéra de faire ce qu'il venait de refuser – mentalement, certes. Est-ce qu'elle espérait sincèrement convaincre un Cooper de monter sur un ascenseur pour se lancer dans une mission d'infiltration et essayer de sauver tout le monde ? Elle était soit très stupide, soit très naïve si tel était le cas !

Le trentenaire se pencha pour ramasser les chaussures avant de se redresser et de les tendre à leur propriétaire... puis de récupérer sa main. Il n'allait certainement pas la suivre.

« Ne jouez pas les héroïnes. Trouvez un téléphone et appelez la police puis cachez-vous jusqu'à la fin. » Le ton était sans appel. « Il y a des gens spécialisés pour les affaires de ce type, alors n'essayez pas de les remplacer. »

Le discours digne d'un Cooper en somme. Il détourna donc son attention du plafond, réarrangea sa tenue avant de reculer pour s'appuyer contre le mur opposé à la porte. Il voulait donner l'impression d'être seul depuis le début en espérant simplement que la Stinger n'allait pas faire preuve de stupidité en essayant de sauver tout le monde plutôt que d'appliquer ses conseils – ou ordres, tout dépendait du point de vue.

Quelques instants plus tard, la cabine s'arrêtait au quatorzième étage et les portes s'ouvrirent pour laisser apparaître deux hommes masqués et armés qui pointaient l'intérieur de l'ascenseur de leur armes de poing. Jonas adopta un air de surprise qui laissait penser qu'il n'avait rien entendu de ce qui s'était passé plus tôt, puis il fut tiré sans ménagement à l'extérieur pour rejoindre le reste des invités. Enfin, pas immédiatement. Alors qu'il se dirigeait vers la foule désignée par l'un des type, celui qui semblait être le chef leur adressa un signe pour qu'ils s'arrêtent, puis s'approcha d'eux.

« Vous étiez seul ? »
« Vous l'avez bien vu dans l'ascenseur. » L'homme se tourna vers sa collègue.
« Il manque du monde de la liste, non ? »
« En effet. Deux personnes. »
« Et bien elles n'étaient pas avec moi, mais vous pouvez vérifier. » Il désigna la cabine.
« Je vous trouve bien nonchalant pour quelqu'un qui est pris en otage. »
« Si vous espériez que je fonde en larmes et que je vous implore, vous allez être déçu, je le crains. » L'homme ne releva pas la remarque.
« Votre téléphone et vos armes éventuelles. »
« Je n'ai ni l'un, ni l'autre. »
« Vraiment ? Un homme d'affaires sans téléphone ? »
« Je ne suis pas un homme d'affaires. »
« Certes. » Il se tourna vers sa collègue. « Tu vérifies ? »

Elle hocha la tête avant de s'approcher pour fouiller les poches du Cooper, indiquant en même temps que c'était l'homme qui commandait apparemment le petit groupe – sans quoi la femme n'aurait jamais accepté de jouer le rôle de simple larbin. Elle ne trouva évidemment rien dans les poches du Cooper et ce dernier fut invité à rejoindre le reste du groupe, mais sans distinguer sa sœur au milieu de la foule. Il nota d'ailleurs qu'il manquait quelques autres visages connus qui étaient pourtant montés avec eux. Est-ce qu'ils avaient été amenés ailleurs ? Bonne question, mais dont il n'aurait certainement pas la réponse, pas avant l'intervention de la police du moins.
Enfin, si la Stinger se décidait à agir intelligemment.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 7 Sep 2015 - 11:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Que Jonas ne veuille pas être un héros était son problème. Après tout, s'il préférait jouer les otages stupides et obéissants, c'était son problème. Sarah avait confiance de n'être pas très juste avec lui, notamment parce qu'elle savait que s'il faisait cela c'était parce qu'il s'inquiétait pour sa soeur. Sarah n'avait personne de sa famille parmi les invités. C'est pour cela qu'elle pouvait agir avec concentration, se focaliser sur le fait de prévenir la police et d'arranger la situation. Qu'elle pouvait agir en Légionnaire. N'avoir aucune considération émotionnelle, aucune empathie pour les gens qui avaient peur aidait à garder la tête froide. Sarah laissa l'ascenseur monter, accroupie sur l'ascenseur, ses escarpins à côté d'elle. Il y eut une tension sur sa robe et un grand bruit de déchirement lorsque l'ascenseur arriva finalement au quatorzième étage.
 
Le vêtement s'était pris dans le mécanisme de poulies que Sarah essayait d'éviter. Autant pour la Légionnaire concentrée. Mais loin de se laisser incommoder par se genre de détails dérisoires, Sarah se décida à monter à l'étage suivant, se hissant au câbles couverts de crasse. Puis elle bondit jusqu'à la porte et actionna le levier de secours sur le côté pour débarquer en sous-vêtements, couverte de saleté, dans le couloir du quinzième étage. Cette fois-ci, elle repéra des insectes. Mais pas en assez grand nombre pour former un essaim comme elle en avait l'habitude. Ni pour la prévenir qu'un homme cagoulé arrivait dans le couloir et braquait son arme dans sa direction.
 
"Qu'est-ce que nous avons là ?"


Aussitôt, Sarah leva les mains en l'air et diffusa par la même occasion ses phéromones. L'homme s'approcha d'elle. Encore. Encore. Abaissant son arme. Commençant à vouloir la toucher. Bon en même temps, elle n'était pas vraiment habillée de manière décente à ce moment donné. "Qu'est-ce que tu fais là beauté ?"
 
"Vous avez envie de me donner votre arme, non ?"
 
"Oh oui, oui."
 
L'homme obtempéra, donnant à Sarah son fusil d'assaut. Sans perdre de temps cette dernière éjecta le chargeur et en déversa le contenu par terre. "Et vos vêtements aussi, ainsi que votre téléphone." Elle sourit tout du long. Même lorsqu'elle se retrouva habillée avec des vêtements un tantinet trop grand pour elle. Rien qu'un peu de soie ne pouvait pas arranger pour éviter qu'on la remarque trop rapidement. Par contre, grosse déception au niveau du téléphone. Juste un talkie walkie pour les appels à courte distance. Elle essaya un téléphone dans une chambre, mais bien entendu, leurs lignes étaient coupées aussi. Un cafard renseigna Sarah comme quoi deux hommes armées gardaient les cages d'escalier. Cagoulée, elle passa sans problème entre les deux, se fendant d'un petit : "Ne faites pas attention à moi et restez à votre poste." Ils étaient trop contents de lui obéir. Peut-être qu'elle devrait toutefois se renseigner sur les réglementations de la Légion sur les manipulations mentales. Elle avait quand même abandonné un homme en caleçon dans un placard en le chargeant de surveiller ses escarpins. Bon, elle l'avait aussi bâillonné et ligoté. Car les molécules finiraient par se dissiper et il se rendrait compte qu'il s'était passé quelque chose. Sarah attendit un moment dans la cage d'escalier, utilisant les quelques insectes qu'elle avait récupéré à l'étage supérieur pour jouer les éclaireurs.
 
Si elle avait voulu, elle aurait pu neutraliser les deux sentinelles au quinzième étage, celles au treizième sans problèmes aussi. Ensuite elle n'aurait plus eu qu'à s'occuper de celles qui entouraient les otages dans la salle principale. Jonas venait d'être fouillé et il était ramené avec les autres. Enfin, c'est ce que lui annonçait la petite mouche qu'elle avait placé sur l'épaule de la femme preneuse d'otage. Deux personnes manquantes. Donc minus elle, cela en faisait une qui devait se cacher dans un coin. Enfin l'objectif n'était pas de foncer dans le tas, loin de là. Il fallait qu'elle appelle la police et qu'elle prévienne Lucy par la même occasion. Pour cela il lui fallait un téléphone, un vrai. De ceux qui se trouvaient dans le grand sac. Bon, il ne lui restait plus que le culot et ses phéromones. En espérant qu'ils ne la fassent pas trop remarqué par les otages de genre masculin.
 
Sarah s'approcha tranquillement de l'homme cagoulé qui portait le sac contenant les téléphones portables. Elle ne dit rien, elle était cagoulée, méconnaissable, si ce n'était peut-être pour ses yeux. Elle se contenta de tendre la main, un geste évocateur, supporté par le fait que l'homme avait l'air de baver dans sa cagoule en la regardant. Tout était dans la manipulation et le culot, donner l'impression qu'elle faisait ce que tout le monde s'attendait qu'elle fasse. Sarah se saisit du sac et tourna les talons.
 
Citation :

Réussite : Sarah peut aller jusque dans le couloir pour utiliser les téléphones.
Echec : la femme preneuse d'otage se rend compte de la supercherie

 
Personne ne se rendit compte de rien. Il fallait être particulièrement observateur pour se rendre compte que les vêtements de la jeune femme étaient un peu trop grands pour elle. De toute façon, les hommes ne regardaient pas vraiment ses vêtements, leurs pensées étant occupées par autre chose. Certains firent même mine de suivre Sarah. Heureusement que la salle était grande et que par conséquent ses phéromones étaient dilués.
 
Une fois dans le couloir, Sarah chercha le premier téléphone qui n'était pas verrouillé par un mot de passe. Autant dire que cela ne fut pas simple. Heureusement, les personnes les plus âgées considéraient toujours que 1 2 3 4 était quelque chose de sûr. Elle appela d'abord la police. "Prise d'otage à l'Hôtel Colossus, quatorzième étage. Trois hommes à l'étage du dessous, deux au-dessus. Une partie des otages ont été amenés autre part." Puis elle appela Lucy qui apparemment était en train de se conduire comme l'adolescente qu'elle n'avait jamais été. Dans un stade larvaire face à l'écran de télévision. "Ramène tes mandibules." Elle lui fit un léger topo sur la situation. Sarah balança le sac de téléphones dans un coin et regarda la montre qu'elle avait subtilisée. Ses phéromones allaient se dissiper et la température risquait de monter dans la salle quand les hommes se rendraient compte qu'elle était partie avec les téléphones. Enfin, la police était en train d'arriver. "Temps de rejouer les gentilles filles." Sarah se contenta de retirer sa cagoule et de se débarrasser de l'arme au chargeur vide. Puis comme une fleur, les mains en l'air, elle retourna dans la pièce des otages, adressant un sourire outrancier à Jonas.
 
Avec de la chance, les gens passeraient suffisamment de temps à se poser des questions sur elle pour laisser le temps aux forces de l'ordre d'arriver.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 7 Sep 2015 - 11:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4861
ϟ Nombre de Messages RP : 4462
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Âge : 7
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 05/05/2012
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4861
ϟ Nombre de Messages RP : 4462
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : aucun
ϟ Pouvoirs : aucun
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Sarah Stinger' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard

'Jugement du Hasard' :
On écrase des insectes avec des journaux 579852Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 7 Sep 2015 - 14:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Casey n'était pas ici. Jonas s'en rendit compte dès qu'il parcourut la foule du regard. Avait-elle été envoyée ailleurs ? Possible, mais il n'en saurait rien tant qu'il n'aurait pas interrogé directement les concernés. Son regard clair cessa de se promener sur les différentes personnes pour s'arrêter sur le couple qui parlait tranquillement et à voix basse. Que faire ? Il soupira, glissant ses mains dans ses poches sous le regard attentif de l'un des hommes de main. Fort heureusement, vu qu'elles avaient été fouillées quelques instants plus tôt, il n'avait aucune raison de vouloir y chercher une arme.

Alors qu'il était en train de réfléchir à la situation, une personne se posta à ses côtés, attirant son attention sur lui. Il s'agissait de Josh Carmichael, un magnat des affaires relativement célèbre à Star City. Son entreprise était souvent mise en avant dans les pages économiques du Daily Herald et par conséquent, Jonas le connaissait un peu. L'homme avait dans la cinquantaine, crâne chauve – depuis ses vingt ans disait-on – des yeux d'un vert foncé et une expression débonnaire qui dissimulait parfaitement ses dents longues de professionnel de l'économie. Pourtant, ce jour-là l'homme arborait une expression effrayée et un teint terreux qui inquiéta légèrement le Cooper.

« Tout va bien ? » Un sourire crispé ourla les lèvres de l'homme.
« En plein prise d'otages.... » Il regarda le couple. « Ils ont pris Martha avec eux, je ne sais pas où elle est. »
« Vraiment ? Est-ce qu'il y avait aussi Casey, ma sœur ? » Carmichael le regarda.
« Une jolie brune, la trentaine avec une robe rouge ? »
« Oui. »
« En effet, ils l'ont emmenée avec. »

Des bruits de voix les interrompirent, le couple s'était avancé vers la foule et semblait avoir terminé sa discussion. Machinalement, Jonas observa les environs pour essayer de voir s'il y avait d'autres connaissances dans la foule et, avec grande surprise, il constata que Sarah était de retour parmi eux. Elle était vêtue d'une tenue totalement différente, mais peu importait : il s'intéressait à sa sœur et non à une fille qui semblait s'amuser de voir une prise d'otage. Elle aurait au moins pu essayer de lui faire comprendre si elle avait réussi à appeler la police. Mais peut-être que son sourire était adressé pour cette raison ? Aucune idée.

Détournant son regard de la trentenaire, Jonas esquissa un pas pour s'approcher du couple et leur demander si sa sœur était dans le coin, mais Carmichael tendit la main pour l'attraper par le bras et sembla vouloir l'empêcher de parler à ces criminels – par peur ou par envie de protéger sa femme ?

« Monsieur Cooper, attendez ! »

Il avait parlé suffisamment fort pour attirer l'attention du couple qui se tenait non loin de là et sa tentative eut l'effet contraire de celui escompté : l'homme repoussa légèrement sa compagne pour s'approcher d'eux et se poster face à Carmichael et Jonas qui le fixait – sans le voir en raison de son masque.

« Cooper ? Comme le Herald. »
« Lui-même. Vous êtes un lecteur ? » L'homme rigola.
« Pas franchement, non. Mais je me disais que vous devriez apprécier d'avoir un héros qui vous sauverait pour une fois. »
« Je ne nie pas que les héros peuvent avoir leur utilité et s'il est évident que l'un d'entre eux pourrait nous aider à ce moment, la police ferait de même. »
« Mais la police ne pourra pas atteindre le quatorzième étage sans ascenseur, non ? Alors, dites-le franchement : les Supers sont-ils tellement inutiles ? »
« Bien sûr que non. Le Herald n'a jamais rien prétendu de tel, c'est simplement le comportement de certains qui préfèrent se cacher sous des masques, que nous pointons du doigt. Mais j'en conviens, avoir des agents de l'UNISON, voire le Commander qui feraient leur arrivée ici, pourrait être très appréciable. J'admets que les Supers peuvent être utiles dans certains cas, mais uniquement alliés à la police. »

Visiblement, la remarque sur les hommes masqués ne sembla pas franchement enchanter l'interlocuteur du Cooper qui leva la main pour le repousser en arrière, dans la foule, avant de tourner la tête vers sa compagne.

« Ma douce, vous voudrez bien me faire le plaisir d'aller vous occuper des autres otages ? »
« Des autres ? De quoi parlez-vous ? »
« Vous le saurez bientôt, monsieur Cooper. »

La femme commença à s'éloigner dans la direction empruntée par Sarah quelques instants plus tôt et, en passant aux côtés de la blonde, ne manqua pas de la dévisager. Si Hive avait pu voir le visage de la femme, elle y aurait distingué une forme de surprise et de curiosité.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 7 Sep 2015 - 16:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Sarah fut assez surprise qu'on la laisse revenir parmi les otages comme si de rien était, comme si tout était normal et qu'elle ne portait pas du tout les vêtements d'un de leurs collègues. Et puis revenir parmi les otages, ce n'était pas comme si elle n'en faisait pas déjà partie. Mais en fait, les deux chefs de la bande étaient trop occupés par le discours de Jonas, ou plutôt l'espèce de conversation qu'il semblait avoir avec le chef des criminels. Franchement ? Il profitait de cette situation pour faire avancer sa cause ? Pour expliquer qu'il ne détestait pas les super-héros mais qu'il voulait juste qu'ils soient encadrés par la police, qu'ils travaille finalement avec le gouvernement. Bon, il n'avait pas tort sur certains points. Notamment Sarah repensait au vigilant Trinité. Elle l'avait laissé partir parce qu'il lui avait sûrement sauvé la vie. Mais par la même occasion, elle avait peut-être condamné de nombreuses autres personnes.

Elles e souvenait aussi du Cartel Rouge et de sa conversation avec Renan. La police ne pouvait pas lutter contre ça. Même la Légion avait du mal vu qu'ils n'arrivaient pas à se débarrasser de la présence criminelle en ville. Est-ce que Sarah devrait s'en occuper un jour ? Se battre contre la mafia au lieu de se consacrer à des scientifiques fous et à leurs créations ? Enfin, Sarah remarqua aussitôt que l'une des deux têtes pensantes se dirigeait vers les autres otages. Heureusement, sa mouche était toujours présente. Elle pourrait savoir où est-ce qu'ils menaient les individus.

"J'arrive !" Résonna une voix dans la tête de la scientifique qui dû réprimer un petit sourire. Lucy était là, élaborant un petit compte à rebours dans sa tête et celle de sa mère alors qu'elle s'approchait à grande vitesse des vitres du bâtiment. Sarah nota le nombre de personnes qui se trouvaient encore avec eux. Est-ce qu'une attaque massive allait fonctionner ? Oui, si Lucy s'en tenait au plan d'attaque classique de Hive. Il y eut un bourdonnement qui s'intensifia et le système d'aération explosa pour laisser entrer des centaines d'insectes amenés par Lucy. Ces derniers se précipitèrent aussitôt sur les gens armés pour les aveuglés, mais aussi pour autre chose... Les insectes avaient complètement infesté les fusils des preneurs d'otages. Certains les laissèrent tomber et ceux qui tentèrent de tirer ne réussirent qu'à écraser quelques bestioles. Puis, en brisant la vitre, la fausse Hive fit son apparition.

Ses jets de toile fusèrent en direction du chef des braqueurs qui tentait de s'enfuir, le clouant sur place. "Que tout le monde reste calme !" Lâcha Lucy avec sa voix modifiée par la chitine. Les sirènes de police étaient audibles. Sarah elle n'avait pas de temps à perdre et elle se précipita dans le couloir, laissant une traînée de phéromones derrière elle au cas où il y avait toujours des gardes. Elle devait suivre la femme qui la mènerait au second groupe d'otages pendant que Lucy s'occupait de ceux déjà présents.

La mouche renseignait toujours la Légionnaire qui avait un peu plus de mal à se concentrer sur un seul insecte avec tous ceux que sa fille avait ramenés. Heureusement, les vêtements qu'elle avait emprunté étaient beaucoup plus pratiques que ceux qu'elle avait avant. Sarah ne prenait même pas la peine de regarder si elle était suivie. La femme à la mouche était à l'autre bout de l'hôtel et Sarah devait l'atteindre avant qu'ils ne soient au courant pour l'arrivée de Hive.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 7 Sep 2015 - 19:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jonas commençait vraiment à regretter d'être là. Il aurait dû être chez lui en train de profiter du calme de son appartement désormais affreusement désert. Mais non, sa sœur était coincée quelque part où elle était certainement en danger et lui devait sagement attendre que quelqu'un décide d'intervenir. La police ? Et si elle n'avait pas été prévenue ? Le trentenaire se retint de reporter son regard sur la Stinger qui devait certainement être au courant de ce qui se passait de ce côté-là, ce serait le meilleur moyen d'attirer toute l'attention sur elle.

La femme s'éloigna donc en direction du couloir qui semblait mener aux autres otages et Jonas la regarda, impuissant. C'était comme lorsqu'il avait vu Heather filer un mauvais coton, il restait coincé sur place et incapable de faire quelque chose pour éviter que les choses ne dérapent. Oh, bien évidemment, il aurait pu jouer les héros en essayant de balancer un coup de poing au type qui lui faisait face – il faisait un peu de sport et savait comment frapper pour faire mal – mais ce serait contraire à toutes ses habitudes et surtout, à son discours habituel.
Alors, non, il devait rester sur place et attendre l'arrivée de la police.

Mais c'était sans compter l'arrivée inopinée d'un héros, ou plutôt de ses larbins. Des insectes ? Peu ragoûtant, surtout pour une soirée de gala comme celle-ci, toutefois c'était acceptable étant donné qu'ils s'en prenaient aux autres et non aux aimables richards de la ville. Le trentenaire s'éloigna aussitôt du chef qui était pris à partie par les insectes qui semblaient avoir décidé de s'occuper personnellement de son cas, puis il chercha Sarah du regard. Il n'y avait pas trente-six solutions : soit c'était elle qui avait appelé à l'aide, soit c'était elle qui jouait Hive – car il s'agissait bien de cette héroïne. Un homme comme Jonas n'ignorait pas la rumeur qui circulait sur elle et sur sa prétendue identité secrète et le fait de la voir s'éloigner en courant dans la direction de la femme, prouvait qu'elle n'était pas dans ce costume.
Cela dit, il en faudrait plus avant de le persuader que la jeune femme n'était pas Hive : il y avait trop de moyens à disposition pour pouvoir se trouver un remplaçant.

Alors que Carmichael s'éloignait pour se cacher des insectes, Jonas décida d'emboîter le pas à Sarah et d'essayer de voir ce qu'elle mijotait. Elle était censée n'être qu'une scientifique et rien d'autre. À la rigueur, son expédition sur le toit de la cabine d'ascenseur expliquait qu'elle était bonne en sport, mais de là à vouloir jouer les héroïnes...

Il n'eut aucune peine à esquiver les gardes armés étant donné qu'ils semblaient tous très occupés par les insectes qui les envahissaient soudain, puis il se retrouva dans le couloir avec une sensation étrange. Tout à coup, il lui sembla primordial de s'assurer que la blonde n'allait pas avoir d'ennuis et Casey fut presque reléguée au second plan – ce qui était réellement bizarre vu qu'il n'avait strictement aucun attrait pour la Stinger.

En un rien de temps, Jonas remonta la piste et repéra des bruits étranges, comme si plusieurs personnes frappaient contre les murs ou le sol non loin de là. Les otages ? Soit ils étaient en danger, soit ils entendaient aussi les sirènes de police et qu'ils essayaient vainement d'attirer l'attention. Le Cooper préféra opter pour la première solution et, au détour d'un couloir, il repéra la silhouette attifée bizarrement de la Stinger. Elle lui tournait le dos et Jonas ne voyait pas beaucoup plus loin étant donné que le couloir faisait un nouveau coude qui amenait à une salle de réception plus petite que celle qu'ils venaient de quitter.

« Je croyais que vous deviez éviter de jouer les héroïnes ? »

Il ne savait pas si elle l'avait entendu ou même si elle lui accordait une quelconque attention étant donné que la petite amie – sœur, ou ce qu'elle pouvait bien être d'autre – du chef se pointa. Elle semblait passablement agacée par la situation et tira une sorte de petit bâton de sa poche qui se trouva être télescopique puisqu'elle le transforma en un long tube métallique qui semblait capable d'embrocher quelqu'un sans peine.
Que la Stinger ne vienne pas lui dire qu'il ne l'avait pas prévenue !
 
Revenir en haut Aller en bas

 
On écrase des insectes avec des journaux
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
On écrase des insectes avec des journaux Cadre_6On écrase des insectes avec des journaux Cadre_7_bisOn écrase des insectes avec des journaux Cadre_8


On écrase des insectes avec des journaux Cadre_1On écrase des insectes avec des journaux Cadre_2_bisOn écrase des insectes avec des journaux Cadre_3
 Sujets similaires
-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
On écrase des insectes avec des journaux Cadre_6On écrase des insectes avec des journaux Cadre_7_bisOn écrase des insectes avec des journaux Cadre_8
Sauter vers: