Au nom du Ver Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Au nom du Ver Cadre_1Au nom du Ver Cadre_2_bisAu nom du Ver Cadre_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

Au nom du Ver

 
Message posté : Sam 29 Aoû 2015 - 16:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Il est de retour. » Les griffes du Croque-Mitaine venaient tapoter la surface de la table. Tommy était ancien. Assez pour avoir oublié une bonne partie de son histoire. Ce qu’il savait et qu’il appartenait à une race d’esprits se nourrissant de la peur des enfants, ou tout du moins ayant besoin de la peur pour devenir parfaitement tangible. Ensuite, il emportait bien souvent les pauvres petits pour les dévorer dans son antre. Mesurant près de deux mètres de haut, avec des griffes démesurées et des dents émergeant de son visage torturé, face à lui se trouvaient plusieurs visages masqués. « Le Dévoreur est de retour parmi les vivants, mais il est encore sous l’influence de la Porte-Mort. »
 
« Abigaïl Faust a empêché le retour du champion du Ver. Nous devrions nous débarrasser d’elle. »
 
Tommy leva ses griffes pour faire taire le cultiste. « Non. Pas maintenant. J’ai été sous ses ordres, tout comme j’ai servi Anton Faust. Nous devons nous débarrasser d’eux, mais nous devons récupérer l’essence du Ver avant, celle qui a été mêlée à Anton. Nous devons libérer le Dévoreur. »
 
Tous hochèrent la tête, un par un. « Comment ? » Tout ce qu’ils reçurent fut un large sourire de la part du Croque-Mitaine. Tommy aux os-ensanglantés… Il n’avait pas eu un tel surnom simplement en s’occupant d’enfants. Surtout qu’Anton l’avait parfaitement ressuscité à Falkenberg, juste avant qu’il ne soit tué par le Dragon.
 
***
 
« Alors, qu’en pensez-vous ? » Anton ouvrit les bras pour montrer à Shahren sa découverte. C'est-à-dire l’emplacement d’un nouveau laboratoire qu’ils partageraient. Les employeurs de la scientifique n’étaient pas vraiment en accord avec l’idée qu’elle puisse utiliser leurs ressources pour d’autres causes que la leur, donc pour la Moisson. Mais Abigaïl avait apprécié les résultats qu’avait eu la jeune femme sur Cancer et elle voulait des informations sur les échantillons de morts-vivants qu’elle lui avait fait parvenir.
 
Ce qu’elle appréciait aussi, c’était la façon dont la scientifique stimulait son frère, lui offrant un équilibre qu’elle n’aurait pas cru possible, surtout avec le retour du Dévoreur. Mais les progrès du sarkomancien étaient exceptionnels. Il s’était même attelé à l’étude de certains tomes mêlant l’alchimie et la nécromancie, dans l’espoir de pouvoir parfaire ses capacités de créations de monstres. Tout ça pour quoi ? Pour impressionner celle qu’il considérait comme sa femelle. Les hommes faisaient vraiment des choses stupides pour impressionner la gente féminine. Mais Abigaïl n’allait pas s’en plaindre si cela permettait à Anton de remplir plus efficacement ses devoirs envers la Moisson.
 
« Je sais, cela ne paie pas de mine. » Il existait une seconde Star City, pour ceux qui savaient où regarder. Elle ne se situait pas dans les ruelles obscures, mais au-dessous. Les égouts étaient reliés à des caves de mafieux. Au-dessous se trouvaient des grottes anciennes, utilisées pour la contrebande ou même d’anciennes catacombes. Une ville sous la ville, une Citerraine. Bien entendue, elle n’était habitée principalement que par des junkies, des clochards, des mutants monstrueux et des morts-vivants. Autant dire qu’en se connectant avec la partie souterraine de Star City, ils pourraient avoir accès à des cobayes intéressants. C’est pour cela qu’Anton avait mené Shahren jusqu’à cet endroit, qui avait dû être une ancienne partie des égouts.
 
Il n’y avait plus d’eau et le nécromancien avait envoyé Irina et des goules de sa sœur s’occuper de nettoyer les lieux le mieux possible avant de les présenter à Shahren. Il y avait de la place, beaucoup de place. Des portes métalliques permettaient de sceller les différents tunnels, un escaler remontait jusqu’à une cave, elle-même dans un immeuble abandonné. « Nous pourrions installer des cages, un groupe électrogène aussi bien entendu, ou nous pourrions nous fixer sur le réseau de la ville. L’endroit serait protégé contre les intrusions magiques. Personne ne vient ici de toute façon. » Voilà qu’il descendait les escaliers pour marcher dans la grande salle. Le plafond était haut, très haut. « Il y a même de la place pour fixer mes crochets, des tables d’opération. Bien entendu, nous ne sommes pas encore au niveau de sécurité optimal. Je suppose que vous voudriez un système de surveillance comme celui dans votre laboratoire. Avant j’avais l’habitude d’avoir plusieurs petits laboratoires temporaires. Mais avec ce que nous avons à faire, un endroit fixe serait mieux. Nous pourrions même trouver un nom qui sait… » Il était aussi en train de créer ses propres serviteurs pour s’occuper de l’aménagement du lieu, mais il n’en parlerait pas à Shahren avant d’avoir des résultats. « Alors, verdict ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 30 Aoû 2015 - 12:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Shahren observa l’emplacement du laboratoire tout en créant un schéma d’aménagement plausible dans sa tête afin de s’assurer qu’ils auraient assez de place pour y mettre leurs deux équipements. C’était beaucoup plus simple quand ils pouvaient utiliser celui qu’elle avait sur les Docks même si techniquement, ç’avait toujours été clandestin. Sa discussion avec Renan, une dizaine de jours auparavant, avait marqué la fin d’une époque et le début d’une autre, assez… Etrange. Une époque où elle cherchait un laboratoire dans les égouts avec son partenaire de recherches officieux. Elle avait le droit de faire ce que bon lui semblait pendant ses temps libres, à la condition de ne pas négliger ses projets officiels pour autant et de ne pas utiliser l’argent de ses subventions pour se financer. Cela n’avait pas été un problème, non seulement elle avait un compte en banque assez garnis puisqu’elle ne dépensait pas grand-chose pour vivre mais en prime, le jour où le liquide viendrait à manquer, ils pourraient toujours se servir dans l’une ou l’autre banque. La scientifique n’y voyait aucun inconvénient, ni aucune difficulté majeure. Preuve, s’il en fallait une, de sa grande naïveté sur certains sujets…

Debout dans cet endroit à l’odeur douteuse (mais elle avait senti bien pire) elle se fit la réflexion qu’elle aurait peut-être du opter pour des chaussures un peu moins contraignantes que des escarpins et pour autre chose qu’une robe sans collants, comme par exemple un pantalon doublé et un col roulé. Son regard glissa sur les murs, le sol, le plafond, puis elle ouvrit la bouche.

Ca ne paie pas de mine du tout. Il faudra désinfecter la totalité de la surface, installer des panneaux hermétiques, surtout pour le matériel électrique. Il faudra trouver un moyen de se connecter au réseau de la ville pour voler l’électricité nécessaire à faire fonctionner le système de sécurité, même si je mettrais en place un groupe électrogène de secours au cas où. Ça va être une plaie à sécuriser…

Mais elle imaginait déjà ce que ça donnerait. Et entendre que des protections magiques allaient être mises en place la ravissait. Plus d’archidémon pour débarquer en plein milieu d’une opération ou chipoter dans son ordinateur sans qu’elle puisse le voir. D’ailleurs, elle en avait parlé à son cousin et cela allait changer, pas tant pour Raphaël mais surtout pour les autres genres de créatures magiques qui seraient susceptibles de la retrouver, d’une manière ou d’une autre.

Mais je m’en occuperais, j’ai quelques idées. Bon présenté comme ça, sans aménagement, c’est hideux mais vous avez de la chance, j’ai beaucoup d’imagination. Ses lèvres frémirent. Je pense que c’est parfait. Personne ne devrait pouvoir venir nous causer des soucis, j’adore l’idée des protections magiques, mais il va falloir meubler. Les cages, les crochets, c’est facile, mais j’ai besoin d’un matériel un peu plus poussé. Je vous ferais une liste, on verra ensemble ce qu’on va acheter et ce qu’on va voler. Je crois que l’appareil à IRM va être le plus contraignant… En fait ce sera même impossible de l’acheminer ici. Bon… J’utiliserais un portatif.

Elle marcha jusqu’au centre de leur nouvel espace et tourna sur elle-même pour en prendre toute la mesure. Jamais elle n’aurait imaginé qu’il existait une Star City Underground, une ville sous la ville. Elle allait se servir d’Adam pour installer des dispositifs de surveillance dans tout le réseau d’égouts, en espérant tomber sur des spécimens inconnus dont elle pourrait se servir. Puis ce serait un laboratoire d’expérimentation exceptionnel, que ce soit pour Cancer, pour leur idée de virus ou pour les premiers pas de leur nouvelle espèce destinée à anéantir l’humanité.

Vous vous rendez compte des concessions que je fais pour vous ? tança-t-elle, taquine. J’adore cet endroit. Il nous ressemble.

Enfin pas précisément sur leur forme actuelle. Shahren avait trouvé comment adopter son enveloppe humaine, même si sa peau était devenue plus grisâtre que pâle et que son cerveau était un peu à l’étroit dans sa boîte crânienne sous cette forme. Heureusement, plus besoin de puces pour contrôler ses phobies, elle avait encore mieux.

Mais il va y avoir du travail. J’espère que vous avez des serviteurs en suffisance. Je m’occupe de tout ce qui est électronique, mais je ne nettoie rien du tout. Jamais.

Hormis le sang et le sperme, mais uniquement sur les corps. Le ménage stricto sensu, elle ne l’avait jamais fait et n’allait pas commencer maintenant.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 30 Aoû 2015 - 18:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Anton était quelque peu rassuré. Il savait à quel point Shahren pouvait se montrer exigeante sur les sujets qu'elle considérait comme important. Ce qui ne couvrait par exemple pas les rapports humains les plus basiques, ou la nourriture, voir même une garde robe élaborée. Il pouvait toutefois apprécier la robe qu'elle avait sur le dos et son esprit ne pouvait s'empêcher de se questionner. Portait-elle des sous-vêtements ? Car bien souvent, il ne l'avait vue porter que cela sous sa blouse et aux vues de la fréquence à laquelle il les avait arraché lors de leurs dernières rencontres. Heureusement, maintenant ils auront un endroit où ils pourront libérer leurs pulsions les plus macabres sans aucune gêne.
 
Le nécromancien faisait paisiblement le tour des lieux. Irina avait nettoyé quelque peu avec les goules que lui avait prêté Abigaïl, mais bien entendu, il allait falloir du temps pour que tout devienne parfait. Les méthodes de Shahren demandait beaucoup plus de précautions que celle d'Anton. Sûrement parce que lui-même était d'une époque où même la notion de micro-organisme était floue.
 
"Rien d'impossible donc. L'atmosphère est globalement contrôlé naturellement. Le passage de l'air avec l'extérieur est limité, mais nous pourrons toujours faire monter un système d'aération et de quoi contrôler la température et l'humidité." Même si c'étaient là des éléments qui ne gênait pas trop le médecin sorti de la tombe. "Pour la stérilisation, il y a déjà eu un premier nettoyage de fait. Principalement pour nous débarasser de quelques gênes..." Des clochards qui vivaient ici, ou encore des vieilles carcasses et des excréments. Le genre de choses qui auraient pu faire changer Shahren d'avis dès le début.
 
"Je ne doute pas de votre imagination. Nous arriverons à faire quelque chose de cet endroit." Bien entendu, s'ils se contentaient de le mettre en forme selon ses propres conditions, ils ne perdraient pas autant de temps que s'ils devaient reproduire celui de la scientifique. Toute cette technologie. On en perdait le goût des choses simples. Toutefois il ne pouvait pas nier les avantages qu'offraient certaines informations. Par contre, sûrement devrait-il probablement limiter la quantité d'éthéréum qui se trouverait ici. Après tout, ce serait son laboratoire à lui aussi. "Un appareil à IRM... Nous pourrions éventuellement utiliser le Dullahan. Mais oui, en avoir un plus petit serait sûrement utile."
 
Il s'approcha de quelques cavités dans les parois. Il suffirait d'une bonne grille pour pouvoir y stocker des sujets. Ce serait définitivement parfait. Ici naîtraient certaines des abominations les plus terribles que l'humanité n'aurait jamais à affronter. Même la Légion tremblerait si elle s'aventurait dans ce lieu de démence à peine retenue. Anton arrivait déjà à visualiser à quoi ressemblerait ce lieu. "Le ménage sera effectué par les employées de ma soeur. Enfin, celle qui deviendront nos premiers cobayes ou dont elle veut se débarrasser. Il va sans dire que par souci de discrétions, ceux qui s'aventureront ici n'en ressortiront pas."
 
"Oh je ne peux qu'agréer."
 
La voix avait retenti dans l'un des tunnels. Une silhouette venait de traverser la porte en métal. Tommy portait un chapeau noir, un costume de la même couleur et on ne voyait sa non humanité qu'à son visage. Les crocs proéminents, les yeux blancs, le nez crochus et les cheveux filasses. Ses mains ressemblaient à des serres. "Tommy..." Anton ne savait pas comment réagir et Shahren put voir son trouble. Derrière le croque-mitaine, la porte s'ouvrit et une dizaine de silhouettes encapuchonnées se répandirent dans la pièce. Instinctivement, le médecin se plaça entre eux et la scientifique.
 
"Vous vous rappelez de vos suivants ? Ils ont un peu dégénéré depuis votre mort sous le feu du Dragon." Les hommes creux, ou hommes-vers, avaient la peau flasque et leur gueule évoquait celle des lamproies. Dénués d'intellect, ils étaient des équivalents de goules. Une dague à la lame noire fit son apparition entre les griffes du Croque-Mitaine. Derrière eux, dans l'escalier, d'autres hommes-vers firent leur apparition.
 
"Je vois qu'on récure toujours les fosses pour trouver des serviteurs, Tommy."
 
"Oh si votre salope de soeur ne m'avait pas tué au cimetière aux lanternes, tout se serait bien passé. Mais vous l'avez laissée faire."
 
"Donc c'est pour ça ? Juste pour une piètre vengeance ?"
 
"Oh que non. Il s'agit de libérer le Dévoreur de l'être faible qui le contient. Et je suppose que mes gars vont pouvoir en profiter pour tâter un peu de la donzelle. Allez-y."
 
Sans attendre, les sbires se lancèrent sur Anton et Shahren. Le corps du nécromancien commença à se tordre alors qu'il laissait la place au Dévoreur. Ses vêtements craquant une nouvelle fois, l'un de ses bras devenant colossal, sa mâchoire explosant en une myriade de crocs. Mais il n'eut pas le temps de finir sa transformation que déjà, ils étaient sur eux.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 30 Aoû 2015 - 22:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Shahren sursauta en entendant une voix qu’elle ne connaissait pas s’exprimer dans son dos. Allons bon, ils étaient là depuis cinq minutes et la sécurité était déjà compromise ? Elle ne put s’empêcher de rouler des yeux, agacée. Il allait falloir mettre au point une sécurité en béton armé, et quelques pièges à déclencher en cas de faille. Et c’était le strict minimum, vu l’importance de leurs projets. Pour une fois qu’ils n’avaient pas de golems ou de M. X. à portée de main pour faire le ménage…

Ça manque cruellement de sérieux, vous vous en rendez compte ? fit-elle remarquer mais la conversation semblait trop passionnante pour qu’on daigne s’intéresser à ce qu’elle avait à dire.

Ce qui, pour une femme telle que Shahren, était extrêmement vexant.
Elle croisa les bras sous sa poitrine, engrangeant les informations. Pas besoin d’être une génie pour savoir que ce type, Tommy, était passablement contrarié et qu’il voulait séparer le Dévoreur d’Anton ce qui, avouons-le, n’arrangeant absolument pas Shahren. La scientifique s’était attachée au Faust comme au monstre, même si le terme « attaché » était assez mal choisi pour une sociopathe. Elle n’avait aucune envie que l’un soit séparé de l’autre, surtout si l’un était emporté par cet homme étrange qui n’avait probablement rien d’humain. D’ailleurs, devant ce constat, sa curiosité affronta sa contrariété dans un duel féroce.

Excusez-moi mais…

Shahren n’eut pas le temps de terminer sa phrase que les sbires de Tommy étaient déjà sur elle et sur Anton. Visiblement, ils n’étaient que des pantins soumis à la volonté du chef qui restait derrière eux, armée d’un poignard. En sentant les mains flasques sur son corps, la scientifique eut une moue dégoûtée et enclencha le processus évolutif. Son armure d’ethereum apparut. Ses ongles devinrent des griffes et elle tailla dans la chair pour se libérer, tandis que son crâne achevait de prendre une forme correcte, suffisamment grande pour son cerveau amélioré.

Je disais donc : Premièrement vous n’avez pas l’air d’avoir le potentiel intellectuel requit pour me « tâter », deuxièmement vous n’avez rien à faire ici puisque cet endroit nous appartient et troisièmement…Si vous vous avisez de toucher à l’essence de mon précieux Dévoreur, je vous étripe.
Comme si vous y pouviez quoi que ce soit… rétorqua-t-il avec une condescendance qui égalait celle de Shahren.

La scientifique fut rapidement à nouveau entourée par les hommes vers, qui l’empêchèrent de bouger. Elle devait utiliser ses griffes acérées pour les empêcher de la toucher, provoquant des gerbes de sang qui tachaient sa robe ainsi que son armure d’ethereum et le sol de leur nouveau laboratoire. Et c’était sans compter le fait qu’elle ne savait absolument pas se battre. Elle donnait des coups à l’instinct, essayant de dégager ceux qui se trouvaient trop près mais seule contre cinq, Shahren était impuissante. En cet instant, Adam lui manquait cruellement. Anton, même sous sa forme de Dévoreur, ne pouvait pas plus qu’elle, du moins elle n’en avait pas l’impression. Mais dans le doute, elle s’était tournée vers Anton afin de réclamer de l’aide. Elle le vit envoyer valser quelques sbires…Juste avant que la dague de Tommy ne se plante dans son cœur.

Les yeux écarquillés, Shahren ouvrit la bouche…Puis la referma. Elle cessa de bouger, choquée, sans même tenir compte de ce que pouvaient lui faire les hommes vers. Elle ne sentait plus leurs mains, elle ne sentait même rien du tout, se rendit-elle vaguement compte, hormis que l’intérieur de son cerveau avait encore bougé ce qui lui provoqua une désagréable douleur ainsi qu’un vague flou visuel. La scientifique fixait son partenaire dont la poitrine était maintenant ornée de la garde d’une arme blanche et pour la première fois de sa vie, voir le sang couler ne lui plut pas le moins du monde. Cela la perturbait tellement qu’il lui fallut plusieurs longues secondes pour se souvenir qu’il était supposément immortel. Mais elle n’en avait jamais eu aucune preuve scientifique… Durant ce laps de temps, son visage s’était décomposé mais plutôt que de la tristesse (sentiment qu’elle était incapable de ressentir) la scientifique était en colère. Obéissant à un désir inconscient, de l’ethereum sortit tout droit de son corps pour se transformer en lame, qui vint se planter dans le torse du Croque-Mitaine, avant de descendre brusquement, l’ouvrant comme pour une autopsie.
Elle le lui avait promis, non ?

Elle voulut dire quelque chose, mais ne trouva pas les mots. A défaut, elle enfonça l’une de ses griffes dans le crâne d’un des disciples du Ver, et eut la surprise de constater qu’elle y entrait comme dans du beurre.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 31 Aoû 2015 - 14:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La gueule du Dévoreur s'ouvrit de manière déraisonnée alors qu'un des cultistes se précipitait dans sa direction. Bien que n'ayant pas terminé sa transformation, Anton put sentir la créature se débattre avant d'être complètement dissoute par les sucs gastriques ou le vide béant qui peuplaient son estomac. L'âme de l'homme-ver, aussi médiocre soit-elle vint se glisser dans le nécroplasme d'Anton. Aussitôt il sentit une force nouvelle l'habiter, sa métamorphose fit un nouveau bon en avant. Encore quelques morts et le Dévoreur serait impossible à arrêter, une force de la nature, ou plutôt une erreur macabre de cette dernière. Un coup de griffe magistral vint envoyer un autre des pantins de chair contre le plafond des égouts. Autant dire que les chances qu'il ait survécu à un tel coup étaient maigres.

Hélas, les hommes-vers étaient bien trop nombreux. Deux d'entre eux avaient saisi le bras d'Anton, leurs gueules hérissées de crocs se fichant dans le nécroplasme, en absorbant l'énergie vitale. Pas pour le tuer, non, juste pour l'affaiblir, encore et encore. Le Dévoreur poussa un rugissement tonitruant. Ah si seulement le médecin n'avait pas été stupide ! Si le petit Anton avait eut la bonne idée de ramener Irina, ou même simplement ses chiens creux. Là ils auraient eu une chance contre les cultistes. La dague de Tommy s'enfonça dans le corps du Dévoreur incomplet qui arrêta aussitôt de se débattre.

Puis il y eu un cri, bien humain lui. Anton pouvait sentir qu'on lui arrachait une partie de son âme, une partie de son être. A une vitesse effrayante, il retourna à sa forme d'origine. Celle d'un humain à la peau et aux cheveux pâles, vêtu d'habits en lambeaux et entouré d'hommes-vers. Les griffes, les crocs, les tentacules, tout ce qui constituait la partie la plus sombre de sa personnalité avait disparu. Il n'y avait plus de bête, seulement l'homme. Du sang coulait de la plaie. Mais la blessure ne serait jamais mortelle, pas directement. La lame était faite pour couper l'esprit et non la chair. L'éthéréum bondit sur Tommy, s'occupant de le trancher en deux.

Cela aurait pu fonctionner, sur un être vivant. Les deux parties ouvertes du corps du croque-mitaine s'unirent de nouveau. Des tentacules ténébreux s'échappaient de chaque moitié pour venir se tisser et réparer la blessure qui lui avait été infligée. Tommy offrit un grand sourire à Shahren, avant de se fendre d'une révérence et de retirer son chapeau par la même occasion. "Et bien, on dirait que vous vous êtes amouraché de votre petit nécromancien. Vous avez qu'il vous jettera dès qu'il en aura fini avec vous ? Dès que vous en ferez plus partie de son grand plan ? Ah, vous n'êtes pas sa première greluche." D'un geste sec, Tommy retira la lame du coeur d'Anton. La plaie était petite et elle commençait déjà à se refermer. Toutefois, les veines du nécromancien au niveau de son coeur étaient noirâtres.

"N'était-ce pas ce que tu as toujours voulu, nécromancien ? Être débarrassé de tes pulsions, de tes ardeurs ? Tu es aussi humain que le jour de ta mort, avant que Méphistophélès ait commis l'erreur de te choisir pour devenir le champion du Ver."

Il plaça sa lame contre la gorge du docteur, toujours immobilisé par ses sbires. "Je devrais te trancher la gorge. Mais je suppose que l'enchantement de ta soeur t'empêcherais de mourir. Pour le moment. Tu n'as plus que la moitié d'une âme et je doute que tu puisses vraiment clamer une immortalité. Alors quels choix ai-je ? Je devrais peut-être la tuer elle. Je vois que tu ne lui as pas appris à se défendre contre les spectres." La lame dans les mains du monstre irradiait de magie noire. Même Shahren pouvait le sentir. C'était comme si cette dernière aspirait la chaleur, la lumière et la vie autour d'elle, comme si c'était un véritable trou noir ne menant que vers les ténèbres. "Mais je me délecte de la peur. Je veux la sentir sur toi très chère alors que tu regardes ton petit nécromancien flétrir et mourir. Mais ne vous inquiétez pas, bientôt le Dieu-Ver sera de retour sur ce monde."

D'une démarche calme, s'autorisant même ce qui ressemblait à un ou deux pas de danse, Tommy se contenta de quitter la salle des égouts, suivi par les quelques cultistes qui n'étaient pas en train de s'occuper de retenir Anton et Shahren. Les hommes-vers tinrent quelques minutes après le départ de leur maître, puis ils disparurent. Ou plutôt ils se changèrent en des amas de vers qui s'éloignèrent en rampant des deux individus. Le nécromancien était inconscient, son souffle était court et les veines noircies s'étendaient sur son torse, encore et encore. Des applaudissement retentirent dans la salle.

"Quel spectacle magnifique." L'homme était blond, descendant paisiblement les escaliers, sauf que ses pas ne faisaient pas de bruit. Il souriait paisiblement. "Et un autre Faust mord la poussière. Quoique je me dois d'admirer votre combativité, miss. J'ai bien cru que vous alliez réussir à tuer Tommy. Mais si vous voulez repousser un spectre, ce n'est pas votre métal fancy qu'il vous faut, mais simplement du fer, ou bien du sel si vous êtes plus adepte de l'assaisonnement culinaire." L'homme souriait. Ses pas passaient au travers des vers au lieu de les écraser. C'était une apparition, un être intangible. "Oh, mais je manque à tous mes devoirs. Je me nomme Méphistophélès, mais vous pouvez m'appeler Méphisto. Enfin, ce n'est pas mon véritable nom, vous vous en doutez. Bref... Décidément, cet endroit est plus fréquenté qu'un bordel pour fantôme, vous voulez vraiment en faire votre repaire ? "

Il s'approcha d'Anton qui était toujours inconscient. "Il en survivra pas longtemps sans le Dévoreur, sans son ombre. Enfin, Tommy vous l'a déjà dit. Je ne peux que vous inciter à partir à la poursuite du vilain croque-mitaine, de lui subtiliser sa lame et de la planter à nouveau dans le coeur d'Anton. Avant qu'il ne soit trop tard et avant que le Dieu-Ver ne fasse son entrée à Star City. Ah, c'est à se demander si Tommy n'a jamais entendu parler du Pacte. Vous me direz, à force de s'être fait détruire et réanimé par mes jumeaux Faust, il doit être un peu limité intellectuellement parlant. Contrairement à vous à ce que je vois. Vous aimez mon monologue ? Je dois dire que j'adore le son de ma propre voix. Quoiqu'il en soit, Tommy a agi sans mon autorisation. Je suis celui qui a placé l'essence du Dévoreur dans le corps d'Anton le premier, autant dire que je n'ai pas envie de voir un Culte mené par un bouffeur d'enfants mettre à mal tous mes petits projets. Mais je suis légèrement limité dans ce monde. A part parler et apparaître, je ne peux rien faire même. Si le temps n'était pas limité, je serais allé chercher Abigaïl. Mais vous avez des ressources, non ? "
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 31 Aoû 2015 - 20:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Shahren aurait pu protester sur tout un tas de sujets. Déjà, elle ne s’était pas « amourachée » du nécromancien, ce qui aurait été d’une affligeante banalité. Ensuite, son ego lui interdisait de penser qu’elle n’était qu’une « greluche » comme les autres qu’il allait jeter dès qu’il en aurait terminé. Shahren comptait parmi les êtres supérieurs, si l’un devait jeter l’autre, ce serait elle qui initierait le mouvement bien qu’elle n’ait absolument rien à y gagner. Mais étrangement, tout cela lui paraissait affreusement secondaire à côté de la promesse macabre faite par Tommy. Shahren aurait aimé pouvoir lui expliquer, de manière très pragmatique, qu’elle était incapable de ressentir de la peur grâce à sa nouvelle configuration cérébrale qu’elle pouvait modeler à l’infini, mais la créature ne lui en laissa pas le temps. Il s’en alla avec une partie de ses sbires, tandis qu’elle était toujours immobilisée par quelques-uns laissés en retrait. Ils disparurent au bout de plusieurs minutes durant lesquelles Shahren fixa Anton. Le sarkomancien avait perdu connaissance et la blessure de sa poitrine saignait de manière alarmante. Tommy l’avait dit, il ne pouvait pas mourir, mais il lui semblait relativement mal en point. La scientifique ignorait comment se passait le processus de mort et n’avait pas le numéro d’Abigaïl pour dire de l’appeler à l’aide. De toute façon après qu’elle l’ait vendue à Renan, l’amante du Dévoreur préférait éviter de trop fréquenter la jumelle Faust.

Les sbires se changèrent en vers, et Shahren se précipita sur Anton, arrachant sa chemise pour examiner sa blessure au cœur. En voyant les veinures noires, elle comprit que sa science n’y pourrait rien et ressentit une extrême frustration qu’elle cherchait à évacuer quand des applaudissements retentirent dans son dos. Elle sursauta et se tourna vers le nouveau venu. Décidément, on entrait dans cet endroit comme dans un moulin ! Et son nouveau compagnon du soir avait l’air d’adorer les monologues qui ne laissaient aucune place à la réaction. Les lèvres pincées, Shahren le toisa jusqu’à ce qu’il daigne enfin se taire.

J’ai horreur de ça.

Elle baissa les yeux sur Anton. Ainsi, son immortalité était compromise…Elle l’observait, froidement et de plus en plus contrariée. Elle aurait dû être triste, paniquée, mais non, elle était en colère. En colère contre ce ridicule Tommy qui avait eu le culot de poignarder son amant et de voler l’essence du Dévoreur qu’elle affectionnait tant. Et en prime, il lui avait gâchée la soirée. Le pire dans tout ça ? Si on en croyait Méphisto, il n’était même pas très intelligent. Blessée dans son amour propre, Shahren se redressa en tournant le dos au presque cadavre d’Anton. Des ressources ? Elle se mordit la lèvre inférieure en comprenant ce que cela impliquait. En serait-elle capable ? La scientifique débordait de confiance en elle lorsqu’il s’agissait de réflexion, de création, mais le combat ? C’était le domaine d’Adam…Et il était peu probable que le cyborg soit dans les parages.

Il a des résidus d’ethereum dans le corps, ou quoi que ce soit exactement. Je le sens, vaguement, je pourrais le retrouver mais… Elle hésita. Je ne sais pas me battre, ils sont trop nombreux. Je n’ai rien pu faire tout à l’heure, je n’ai pas de fer ou de sel à portée, je ne connais rien à la magie.

Sa voix était très calme, elle ne paniquait pas, se contentant d’énoncer une série de faits.

Ce qui fait de moi la personne la moins qualifiée pour ce travail. Mais je suis tellement en colère…

Et abattue, un peu.
Un tintement métallique lui fit relever la tête. Derrière Méphisto, Shahren distinguait une silhouette qui lui était familière. A ses pieds, une barre de fer rouillée.

On est deux.

Le visage de la scientifique s’éclaira mais son ton resta neutre.

T’en as mis du temps.
Je suis jamais très loin, Maîtresse. J’ai été conditionné pour ça.

Le cyborg jeta un regard remplit de mépris au corps agonisant d’Anton Faust. Très clairement, il n’était pas là pour le sauver lui mais pour châtier ceux qui avaient posé les mains sur Shahren. Il s’approcha et lui tendit la main pour l’aider à se relever, observant son nouveau corps avant de détourner le regard.

Vous nous accompagnez ? demanda-t-elle à Méphisto. Puisque de toute manière vous n’avez pas le temps de prévenir Abigaïl. J’ai comme l’impression que vous êtes quelqu’un du genre important alors ça fera peut-être une différence…

Sans attendre sa réponse, Shahren suivit le chemin tout tracé laissé par Tommy. De l’ethereum s’était fixé à son enveloppe et la scientifique ressentait le métal au plus profond d’elle-même, comme s’il lui manquait un morceau. Suivie par Adam, elle laissa le corps d’Anton sans y jeter un regard supplémentaire. Son salut était dans la dague, de toute façon. Pragmatisme avant tout…

Elle ignorait où elle se rendait exactement. Les égouts formaient un réseau gigantesque de tunnels crasseux mais elle ne se repérait pas sur une carte, pas plus qu’elle ne faisait attention où elle mettait les pieds (ce qui était probablement mieux ainsi). Sans savoir combien de temps cela lui prit, probablement pas plus de quelques minutes, la voix de Tommy lui parvint enfin. Adam posa un doigt sur ses lèvres et murmura :

Faites diversion.

Puis il disparut de son champ de vision. Shahren resta interdite, appuyée contre la paroi de l’égout. Faire diversion ? Elle réfléchit quelques secondes puis finit par se montrer. Elle n'avait pas un panel très étendu de diversion, quant à la subtilité... C'était le niveau zéro.

Vous avez quelque chose qui m’appartient. Enfin plus ou moins, mais j’aimerais récupérer cette dague dans les plus brefs délais. Je me moque de vos contentieux avec Anton Faust mais sincèrement, c’est insulter le Dévoreur que de laisser un type comme vous toucher à son essence. Et ça me contrarie beaucoup…

Même si le manque d’émotion dans sa voix n’en donnait probablement pas l’impression.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 2 Sep 2015 - 14:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Méphisto leva le poing en l'air dans une mimique triomphante ! "Ah, je savais que je pouvais compter sur vous ! Des traces d'éthéréum parfait. Ainsi vous pourrez le retrouver sans mal. Ce qui est un peu la première étape pour sauver mon petit Dévoreur. Enfin, ça vous l'aviez déjà compris." Le démon abyssal, Dieu, ou autre étron interplanétaire dont la simple existence était douteuse et désagréable souriait à pleines dents, faisant le tour du corps inanimé d'Anton. Au moins le nécromancien était-il toujours en vie, mais pour combien de temps ? Voilà qui était une question dont il était difficile d'évaluer la réponse. Méphistophélès semblait assez sûr de la réussite de Shahren.
 
Peut-être parce qu'il comptait sur son échec plutôt que sa réussite, ou bien parce qu'il avait d'autres atouts dans sa manche. "Voyons, je vous ai vu. Je vous ai observé plusieurs fois. D'ailleurs je vous dois sûrement des excuses pour les penchants sodomites punitifs de mon pion. Enfin, quoiqu'il en soit, je sais que vous avez une armure et que vous avez des griffes. Pourquoi ne pourriez vous pas combattre ? Tant que vous avez plus de charisme que vos adversaires, c'est l'essentiel et vu qu'il va s'agir d'hommes vers..." Il laissa sa phrase en suspends, laissant bien entendre que Shahren avait plus de charme que les choses à l'allure ignoble qu'elle avait affronté quelques temps auparavant. "La colère est une force ma chère. Il suffit de la saisir, de la concentrer en un point précis pour frapper avec toute l'ardeur dont vous êtes capable. Ah, je sais que vous êtes un peu spéciale parmi votre espèce mais tout de même, j'aurais espéré que vous auriez su tirer profit de vos sentiments. C'est bien la seule chose intéressante chez les mortels."
 
Méphisto applaudit une nouvelle fois, se tournant pou observer Adam qui s'approchait. Avec une bar de fer à la main en plus ! La meilleure arme contre les fantômes et les spectres ! Enfin, à moins de faire face à la Chasse Sauvage, mais pour mériter cela il fallait sûrement avoir salopé les sièges du carrosse d'Abigaïl. "Et votre chien de garde est là ! Décidément, il semblerait que vos chances viennent de s'améliorer considérablement. Et non, je ne vous aiderais pas." Son sourire s'élargit. "Je n'ai qu'une faible influence sur votre monde. Je ne suis même plus capable de conclure de pactes avec les mortels comme je le faisais autrefois. Tout ça à cause de ce foutu Pacte justement, qu'est-ce que c'est ironique. Vous avez mes conseils, toutes mes pensées sont avec vous. Ce qui ne devrait pas vous être très utiles vu ce que j'ai l'habitude de penser. Allez, ouste ! Allez affronter le méchant croque-mitaine qui se cache dans les égouts ! Ah, on devrait en faire un Tim Burton. Et très chère. Je suis plus important que tu ne le soupçonneras jamais." La silhouette de la créature de l'Abîme disparut peu à peu, ne laissant plus que le trio amoindri que formaient Shahren, Adam et Anton agonisant.
 
 
Plus profondément dans les égouts, Tommy avait commencé un étrange rituel. Face à lui se trouvait un puits de l'Abîme. L'un des derniers, Abigaïl ayant veillé à détruire tous ceux qu'elle avait trouvé à Star City quelques mois plus tôt ainsi que tous ceux qui s'étaient trouvés en Europe. Celui-là était récent, donc petit, mais il avait un avantage que les autres n'avaient pas eu. Contrairement aux précédents, l'essence du Dévoreur était du côté des vivants et pas celui des morts. Le puits semblait constitué de chair noire, avec des morceaux d'ossements, mais aussi des yeux et des bouches qui se trouvaient le long de sa surface. En son sein, des ténèbres insondables et tout autour, les squelettes de ceux qui avaient été sacrifiés pour créer une telle abomination. Plusieurs cultistes du ver se trouvaient là.
 
Tous tournèrent la tête en direction de Shahren lorsque cette dernière s'avança. Le croque-mitaine ne put s'empêcher de sourire. "Et bien, en voilà une douce surprise. Je ne sens pas une once de peur en toi ma chère. Peut-être que je devrais changer cela, éviter que tu ne te crois plus courageuse que tu ne l'es." Le croque-mitaine utilisa aussitôt ses pouvoirs sur Shahren. Il se contenta pour le moment de raviver les souvenirs les plus terribles de son existence, les ramenant à son esprit. Ces moments où il n'avait resté que la peur dans son existence. Pour beaucoup c'étaient d'anciennes terreurs enfantines. Pour certains, comme Abigaïl Faust, cela avaient été des scènes de torture et d'impuissance.
 
Quelque chose commença à s'agiter à l'intérieur du puits. Deux créatures semblables à des sangsues et mesurant deux mètres de long extirpèrent leurs corps visqueux et élastiques de l'Abîme. Sur leurs corps se trouvaient une multitude de gueules semblables à celles des disciples du ver. "Ah, le Dieu-Ver réponds à notre appel ! Mes chers acolytes, occupez-vous de l'intruse !" Aussitôt, les sbires du croque-mitaient se précipitèrent dans la direction de Shahren. Sûrement pensaient-ils qu'elle serait paralysée par la peur et qu'elle formerait une proie facile.
 

Il n'appartenait qu'à elle de leur prouver le contraire.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 3 Sep 2015 - 14:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Mephisto parlait la même langue que Shahren mais en utilisant nombre de termes inconnus comme « Tim Burton » tout en affirmant son importance, qu’elle choisit de croire toute relative puisqu’il n’était même pas capable d’interagir dans leur monde. Ne s’étant jamais vraiment intéressé à la magie jusqu’à récemment, Shahren ignorait tout de cette histoire de pacte et même des conséquences que cela pouvait avoir sur les dieux, les créatures et autres joyeusetés du même genre. Le laissant derrière lui, elle retrouva Tommy en suivant la trace énergétique de l’ethereum et, comme Adam le lui avait demandé, fit diversion pour la première fois de son existence. Sauf si on comptait la capture du Kitsune, mais elle jouait plutôt l’appât… Etait-ce la même chose ? Il faudrait qu’elle se renseigne.

Lorsqu’elle pénétra dans l’antre des cultistes, elle remarqua l’étrange chose faute d’un meilleur terme, devant Tommy et se demanda en quoi cette illogique abomination pouvait bien servir. D’où elle était, elle ne pouvait contempler le fond, juste remarquer les squelettes tout autour et se réjouir de voir à quoi pouvait ressembler un rituel magique. Hélas pour elle, son intervention perturba leurs projets. Tous la fixèrent et Tommy utilisa un pouvoir pour raviver dans la mémoire de Shahren tous ces moments où elle avait été paralysée par la panique, où elle avait soigneusement évité de sortir de son laboratoire, où elle s’était tue devant son cousin pour éviter de devoir s’en aller. Pas un instant n’apparut l’image de l’alien terminus, pas plus que sa rencontre avec Anton Faust. Il n’y avait que des souvenirs désagréables, qu’elle revivait avec froideur et agacement. Ainsi, n’étant pas absorbée par le passé qui dansait devant ses yeux, elle vit les deux vers gluants s’extirper de ce qui devait être un passage vers une autre dimension. Fascinée par ce spectacle, Shahren ne réagit pas tout de suite et ce n’est qu’en entendant un coup de feu tiré depuis les ombres qu’elle sursauta. L’un des cultistes s’écroula à ses pieds, une balle dans la tête, aspergeant le visage de la scientifique d’hémoglobine.

Se souvenant de ce qu’avait dit Méphisto au sujet des griffes, elle s’en servit pour trancher dans l’air autour d’elle bien que ses mouvements manquaient cruellement de précisions et même de vigueur. Heureusement, l’ethereum tranchait bien les corps humains.
Enfin plus ou moins humains.
Du coup, Shahren avait un empilement de morceaux organiques à ses pieds, l’empêchant d’avancer ou de reculer sans écraser une viscère ou l’autre. Son talon se planta dans une cage thoracique et elle contempla son petit carnage sans avoir eu conscience de le réaliser. Elle avait songé qu’elle aimerait se débarrasser de ces résidus organiques esclaves d’un ridicule petit fantôme et ses griffes s’étaient animées d’elles-mêmes. La scientifique enleva un bout de chair qui s’était collé sur son armure et observa, toujours sans émotion, Tommy. Quand son regard glissait sur les deux vers, par contre, il s’animait de curiosité.

Je ne sais pas ce que vous essayez de faire, mais ça ne fonctionne pas très bien, l’informa-t-elle avec condescendance. A mon avis, et il est toujours très juste, vous êtes un incapable Tommy. Comme tous ceux qui vouent un culte à quelque chose, vous êtes un faible qui s’en remet à une puissance supérieure. Comme si le Dévoreur avait besoin de serviteurs aussi ridicules que vous, quand il a une égale telle que moi.

Des mots qu’elle tenait de la bouche même de la créature, après tout. Elle n’inventait rien et si l’essence du Dévoreur n’avait pas été coincée dans cet étrange poignard, nuls doutes qu’il aurait confirmé.

Que croyez-vous qu’il se passera, quand vous aurez terminé votre petit manège ? Il va vous détruire, vous n’aurez rien gagné. Il n’est pas si mal loti dans le corps d’Anton Faust. Alors cessez vos imbécilités et rendez-moi ce poignard.

Elle tendit la main, impérieuse, un peu trop sure d’elle en sachant Adam prêt à défoncer la gueule de Tommy à coup de barre de fer. Elle n’oubliait pas les deux vers, à qui elle coulait de fréquents regards.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 3 Sep 2015 - 16:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Tommy regarda sans broncher Shahren s'occuper de réduire en viande hachée les hommes-vers qui s'étaient élancés vers elle. Ces derniers avaient été des humains autrefois. Parfois des nécromanciens, parfois des vagabonds. Tous avaient répondu à l'appel du Dévoreur et du Dieu-Ver. Au fil des siècles, sous sa forme passé, Anton Faust avait murmuré aux oreilles de bien des créatures. Il avait charmé les deux jumeaux Navarts, leur avait enseigné comme créer des portails vers l'Abîme, comme invoquer des horreurs. Il s'était allié à plusieurs monstres, notamment Tommy, lorsqu'il s'était arrangé pour que les sorciers Navarts ne le ressuscite. Et toujours, ses autres cultistes avaient subi les influences néfastes de l'Abîme et de ce mystérieux dieu, mutant pour devenir des bêtes avides qui n'étaient finalement que des ersatz de ce qu'était le Dévoreur : des créatures vouées à consumer les vivants comme les morts.

Le croque-mitaine laissa donc ces sbires dégénérés se faire massacrer. Après tout il en avait que faire. Et Shahren avait tort en de nombreux points sur ce qu'elle clamait face à lui. Tommy s'autorisa un rire grinçant, la dague noire toujours entre les mains, pulsant toujours d'énergie ténébreuse. "Vous êtes en train de faire face à des forces dont vous ignorez tout, ma chère." Il ouvrit les bras pour montrer les deux vers. Ces derniers étaient en train d'assimiler les cadavres autour du puits abyssal et grossissaient à vu d'oeil. "Ces créatures ne sont que des hérauts, une avant-garde pour le fléau à venir, pour le Dieu-Ver ! Ils annonce simplement son retour. Vous pouvez me traiter d'incapable, si vous le désirez, vous pouvez même croire que je ne suis qu'un fanatique, vous auriez tort."

Il fit un pas en avant et aussitôt, il devint gigantesque et élancé. Un croque-mitaine se nourrissait de peur, changeant de forme à volonté et voilà qu'il surplombait parfaitement Shahren, tout en se donnant des airs d'araignée humaine. "Je ne voue un Culte au Dieu-Ver que pour une seule et unique raison. Parce que je sais que la terreur et l'effroi suivront, des denrées délectables dont je ne me lasserais jamais. Je ne suis pas un fanatique très chère. Je suis simplement un opportuniste."

Les deux vers étaient maintenant colossaux. Ils continuèrent à engloutir des cadavres, devenant de plus en plus impressionnants. L'un d'entre eux tourna son regard dans la direction de Shahren et commença à ramper dans sa direction. Les gueules qui parsemaient son corps évoquaient celles des cultistes du ver. Il commença d'ailleurs à engloutir les cadavres qui entouraient la scientifique. Tommy enjamba la créature pour se rapprocher du puits. "Vous vous considérez l'égale du Dévoreur, mais vous ne savez même pas de quoi vous voulez parler. Le Dévoreur n'est qu'une larve, la larve du Dieu-Ver. Il était censé engloutir ce monde, dévorer des âmes et ouvrir le portail entre l'Abîme et le monde des vivants."

Mais le dragon avait scellé son destin, puis la magie d'Abigaïl. "Maintenant je vais lui permettre de se transformer, de s'épanouir et de dévorer le monde. Quel dommage que votre peur soit si décevante, mais je pourrais me délecter des milliers d'âmes qui vivront dans la terreur pour les décennies à venir." Maintenant le ver se dressait face à Shahren, l'autre continuant toujours de se prélasser près du puits. Il la surplombait de toute sa taille et semblait bien décidé à l'ingérer. Tommy avait repris une taille normale et se tenait au-dessus du puits, la dague levée, murmurant des incantations. Il avait totalement ignoré le coup de feu. Quelque chose commença à s'agiter dans les ténèbres du puits. Un tremblement sourd monta des profondeurs insondables de l'Abîme, on aurait dit que de plus en plus de ténèbres remontaient pour venir enserrer la dague.

"Il va falloir faire vite, ma chère." Lâcha la voix de Méphisto, sans pour autant que le démon ne soit visible. "Cet abruti va réussir à invoquer un dieu dans ce monde. Puis notre cher Archimage va débarquer et le bannir ce qui aura fait capoter des années de préparation. Ce serait malheureux. Surtout que vous seriez totalement privée du Dévoreur. Allez, on se hâte et on renvoie ce méchant Croque-Mitaine. Vous et votre camarade n'avaient plus que de grosses larves à vaincre. Ah, je vous préviens, je crois que leur bave est acide."
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 4 Sep 2015 - 17:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Shahren se moquait pas mal des délires de Tommy, tout autant que de ses affirmations. Dans son esprit, Anton était habité par une créature absolument fascinante qui avait un ego surdimensionné et des pulsions parfois déroutantes mais avec lesquelles elle apprenait à vivre. Qui était ce Dieu-Ver ? Elle n’en avait aucune idée, si on lui avait posé la question elle aurait répondu « le Dévoreur ». Shahren était à des années lumières de toutes ces questions, tout comme le fait de voir Tommy s’allonger, grandir, et devenir prétendument effrayant la laissa de glace. Ah, la peur…Une émotion qui ne lui manquait pas le moins du monde.

Vous êtes un poil redondant.

Elle tourna la tête vers Méphisto, qui venait d’apparaître à ses côtés.

Si vous le dites.

Elle n’avait pas tout compris, mais deux choses étaient claires : Le moment était arrivé pour Adam de sauter sur Tommy et le massacrer à coup de barre de fer, et les deux vers géants risquaient de les dissoudre tous les deux ensuite. L’un d’eux finissait d’ailleurs son repas aux pieds de Shahren, qui s’était reculée avec précaution. Elle leva l’un de ses bras et claqua des doigts, ce qui constituait le signal. Adam sauta d’une anfractuosité au-dessus de Tommy et tendit la barre sous lui, qui rentra dans le crâne du fantôme, le coupant en plein monologue. La scène était étrange, puisque le fantôme était physique, sans l’être tout à fait. La barre avait pénétré dans son « enveloppe » qui était en train de se désagréger sans un bruit. Restait les deux vers.

Acide hein ? Voyons sur ça troue mon armure.

Elle laissa Adam se débrouiller pour achever Tommy, tendant ses griffes pour empêcher le verre de l’avaler. Sa main gauche se retrouva dans sa gueule, la gardant ouverte, et de bave acide glissa sur son bras. Avec un certain soulagement, elle constata que c’était surtout gluant, du moins pour le moment. Aucune fumée suspecte en vue. Utilisant sa main libre, elle planta ses griffes dans ce qui devait s’apparenter à la tête du ver, déchirant son enveloppe visqueuse, dont le contenu se répandit à ses pieds. Ne sachant pas s’il existait un moyen précis de tuer ces créatures, elle s’acharna dessus, ce qui commençait à devenir physiquement fatiguant. La scientifique avait décidément un problème d’endurance sélectif.

Une odeur de fumée lui parvint, elle constata qu’Adam avait fait flamber le second ver après avoir vidé son chargeur un peu partout dans son corps. Il lui lança un briquet, qu’elle n’attrapa pas et qui passa à travers l’enveloppe de Méphisto. Elle se précipita pour aller le chercher, sans parvenir à l’attraper avec ses griffes. Agacée, elle reprit sa forme humanoïde, se retrouvant à moitié nue puisque sa robe s’était déchirée durant sa transformation. Un thème décidément récurant…

Elle alluma le briquet et le jeta sur les restes de son ver, qui flamba très vite.

Vous croyez que ça se mange ? demanda-t-elle à Méphisto, en se demandant si Anton appréciait un banquet à base de viande de ver abyssal.

Peut-être qu’il en aurait besoin, après sa presque mort ? Qui oserait encore dire qu’elle ne se souciait de personne…
Des yeux, elle chercha la dague et la trouva près de la barre en fer, elle-même près du puit qui n’avait pas disparu. Sans savoir si c’était normal, Shahren s’avança, se baissa, ramassa ce qu’elle était venue chercher, heureuse de s’en sortir avec des vêtements fichus et de la bave de ver…Qui était en train de brûler son bras. Par réflexe, elle voulut l’enlever avec sa main, ce qui bien entendu ne fit qu’aggraver les choses. Une chance pour elle qu’Adam était là.

Comment est-ce que vous avez survécu sans moi ? demanda-t-il, agacé, en arrachant un morceau de son t-shirt pour essuyer le bras à sang de sa Maîtresse.
Excellente question.

Et elle était sincère.
Des larmes lui piquaient les yeux sous l’effet de la douleur, sa chair à vif l’élançait et elle regrettait son sérum de régénération. Adam improvisa un bandage puis s’occupa de vérifier qu’elle n’avait d’acide nul part ailleurs. Hormis ses vêtements et une blessure sur le flanc, elle s’en tirait bien. Il était maintenant temps de retrouver Anton et de lui rendre son essence, en espérant qu’il n’avait pas eu le mauvais goût de mourir entre temps.
Surtout vu tout le mal qu’elle s’était donnée pour lui.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 4 Sep 2015 - 18:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le fer était toujours utile contre les fantômes et les spectres. Bien entendu, il y avait une petite erreur dans la façon dont les gens visualisaient cette arme. Les dégâts qu'Adam infligea à Tommy étaient bien réels, perturbant l'ectoplasme et l'énergie qui constituaient la créature. Mais bien entendu, on ne pouvait pas tuer ce qui était déjà mort. Les coups furent toutefois bien suffisants pour complètement dissoudre Tommy, renvoyant son essence dans l'Abîme, le plan astral ou dans la dimension dont il était issu. Il y eut même quelques applaudissements de la part de Méphistophélès qui semblait grandement apprécier la scène. La dague tomba au sol et personne ne fit de geste pour la ramasser.
 
Peut-être parce que les deux vers géants étaient toujours là. Hérauts du Dieu-Ver qui devaient lui servir d'ancre pour l'amener dans le monde des vivants. Ils dévoraient les morts, augmentant leur puissance et remplissaient le rôle qu'aurait dû remplir, le Dévoreur.  Il tirait même une fraction de leur puissance de la dague, qui fut restituée à la véritable créature quand elles moururent. Le démon éthéré observa calmement la scène de combat, sans se départir de son sourire, comme si tout se passait de la manière dont il l'avait prévu. Les deux larves abyssales ne se révélèrent pas être des adversaires coriaces face au cyborg et à Shahren. Ce qui amena même une légère moue boudeuse sur le visage de Méphisto.
 
"Et bien, je ne savais pas qu'elles étaient aussi inflammables. Voilà qui est étrange. On ne fait vraiment plus de véritables minions des ténèbres de nos jours." Il tourna un instant autour d'Adam. "Un ouvrage remarquable. Mais la technologie est tellement surfaite. Elle finit toujours par disparaître vous savez ? J'ai vu tellement de mondes réduits à l'état de coquilles vides où il ne restait plus que de la magie, enfin ma magie principalement." Le démon abyssal était définitivement un grand adepte du monologue. "Enfin, je vous déconseille d'essayer de les manger. De toute façon, le nécroplasme est instable dans votre dimension. Une fois qu'une créature de mon monde meurt, elle se désagrège très rapidement. Enfin, vous avez la dague. Pourquoi ne pas rejoindre votre cher et tendre Dévoreur maintenant ?"
 
La créature disparut aussitôt, laissant Shahren et Adam seuls, avec à proximité seulement le puits vers l'Abîme. Ce dernier semblait être en train de se consumer lui-même. Les vers avaient assimilés tous les cadavres d'où il tirait sa puissance et avaient disparus à son tour. Aussi l'étrange édifice commençait à se désagréger. D'ici peu, ce lieu des égouts serait parfaitement à l'identique, comme si le Culte du Ver ne s'y était jamais présenté.
 
Ce qui était aussi un peu le cas de l'emplacement du nouveau laboratoire d'Anton et de Shahren. Car il n'y avait plus rien. Les corps des adeptes du Ver avaient disparus, ce qui aurait pu ne pas être un problème bien entendu, si ce n'était que celui d'Anton était aussi absent. Il n'y avait plus aucune trace conflit, même pas les lambeaux des vêtements déchirés lors de la transformation du nécromancien au Dévoreur plus tôt. Le vide, simplement. Un esprit aussi acéré que Shahren devinerait rapidement ce qu'il s'était passé. Quelqu'un avait profité de son absence pour subtiliser le corps de son amant. Plusieurs questions subsistaient donc. Est-ce que ce dernier était encore en vie ? Où se trouvait-il ? Une voix résonna dans l'esprit de Shahren.
 
"Franchement... Tomber dans un piège aussi grossier. Tommy était pas malin, ça se voyait. Mais le démon abyssal qui apparaît bizarrement pour te lancer sur ses trousses ça ne t'a pas surpris ?" La voix était identifiable, c'était celle du Dévoreur, qui se trouvait effectivement dans la dague. "Voilà que mon cher hôte ce trouve je ne sais où et j'ignore ce que Méphisto compte faire avec.  Prince des Mensonges de mes deux. Sûrement qu'il est déjà en train de s'arranger pour que le corps d'Anton le rejoigne dans l'Abîme ou qu'il s'en serve comme hôte lui-même. Il n'a pas aimé qu'Abigaïl lui subtilise une âme qui lui revenait de droit." Il y eut un silence suivi d'un grognement.
 

"Surtout qu'il ne peut pas mourir même sans moi. Franchement, tu as cru ses mensonges ? Il va te falloir des cours particuliers en magie. Alors je te propose deux choses. Soit tu appelles Abigaïl au secours, mais le temps que tu sortes des égouts et qu'on arrive au Necropolitan... Soit tu cours jusqu'au puits et tu te poignardes avec mon essence au-dessus. Tu verras, la suite sera drôle." 
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 5 Sep 2015 - 10:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Shahren trouvait la suggestion de Méphisto très bonne, à défaut de ses opinions sur la technologie. Il disparut d’ailleurs avant qu’elle ne puisse le lui faire remarquer. Combien de fois n’avait-elle pas entendu une créature magique lui rabâcher ce genre d’affirmations ? Raphaël, Bathory, Anton, Abigaïl, et maintenant cet être sur lequel elle ne pouvait pas vraiment mettre de noms en raison de ses compétences extrêmement lacunaires sur le sujet. Et cela commençait à l’agacer. Certes, elle avait lu, compris, participé au développement de deux sciences majeures et rien n’égalerait jamais cela mais Shahren baignait dans le monde de la magie, elle devait l’accepter. Le Dévoreur, Anton, les deux faisaient partie intégrante de son quotidien et si elle ne voulait pas se faire entuber (pour reprendre l’expression de son cousin) mieux valait qu’elle s’améliore sur le sujet.

Elle en était à ce point de ses réflexions quand ils découvrirent avec stupeur que le corps d’Anton avait eu le mauvais goût de disparaître. Immédiatement, une voix résonna dans son esprit, une voix qu’elle connaissait bien.

Evidemment que je l’ai cru ! Combien de fois faudra-t-il vous répéter que je n’y connais rien en magie ? Quelle ingratitude, tu ne vaux pas mieux que les autres.

Elle était contrariée mais pas tant par les mots du Dévoreur que par le fait très clair qu’on l’avait roulée, ce qui donnait raison à Renan sur sa naïveté. Et elle n’aimait pas que son cousin ait raison, même si leur relations s‘était améliorée, puisque cela signifiait toujours, par extension, qu’elle avait tort.

Maîtresse, qu’est-ce qui se passe ? demanda Adam, qui n’entendait visiblement pas la voix du Dévoreur
Apparemment nous avons été roulé par l’apparition, qui a volé le corps d’Anton. Et le Dévoreur veut que je me poignarde au-dessus du puit de tout à l’heure.

Un blanc accueillit son explication, puis Adam serra la mâchoire.

Il est peut-être temps d’arrêter tout ça, vous ne pensez pas ? La magie, ce n’est pas pour vous, vous le savez, pensez à Raphaël ! Ces deux-là ne valent pas mieux, vous êtes leur jouet, ils vous manipulent, vous n’êtes pas formée pour le terrain. Qu’est-ce qui se passera, une fois que vous vous serez poignardée hein ? Soit vous allez mourir, soit ça va déclencher tout un fourbi magique contre lequel vous ne pourrez rien. Vous n’êtes pas mage, vous n’êtes probablement même pas une alien.

Le discours d’Adam était très juste. Assez orienté, forcément, mais réaliste. L’esprit pragmatique de Shahren aurait été tenté de se laisser convaincre, mais voilà : son regard revenait sans cesse vers l’endroit où Anton avait été allongé quelques minutes plus tôt. Elle avait tenu tête à Renan pour conserver sa relation intacte, elle avait même accepter de faire des concessions pour que tout s’imbrique correctement. Elle se souvenait avec une affolante clarté de la réflexion qu’elle s’était faite au moment où elle avait cru que Renan userait de son autorité pour l’empêcher de fréquenter son égal intellectuel : Mieux valait mourir. Maintenant qu’elle l’avait trouvé, sa vie lui semblerait fade.

Toutefois, elle fixa la dague d’un œil soupçonneux.

Et qui me dit que tu ne me mens pas, toi aussi ? demanda-t-elle tout haut à l’essence du Dévoreur. Explique-moi clairement en quoi me poignarder au-dessus de ce puit va changer quoi que ce soit et ce qui va se passer une fois que je l’aurais fait. Je veux connaître les conséquences, je ne suis pas immortelle je te rappelle. Je refuse de mettre mon cerveau en péril pour un résultat qui ne me conviendrait pas.

Elle avait toutefois déjà tourné les talons pour marcher en direction du puit. Shahren ne comptait pas appeler Abigaïl, qui avait perdu toute fiabilité à ses yeux. Autant essayer de régler la question elle-même, malgré ses énormes lacunes en matière de magie. Mais elle ne se laisserait pas faire si le Dévoreur n’était pas convainquant.

Comprend moi, je veux récupérer Anton. Il est parfois agaçant et indiscipliné, mais son esprit tordu et sa créativité sont exceptionnelles, je refuse de perdre cela tout comme je me suis battue pour récupérer ton essence alors que je n’ai jamais usé directement de violence de toute ma vie. Je ne veux pas vous perdre, répéta-t-elle, les sourcils froncés, en se rendant compte que c’était vrai. Pas alors que je viens juste de vous trouver. Mais je ne me suiciderais pas pour te faire plaisir, surtout que je te soupçonne d’avoir une idée derrière la tête. Alors convainc moi ou, à défaut, je te trouverais un nouveau corps.

Elle en aurait au moins un sur deux.
Mais ç’avait un désagréable arrière-goût d’échec et d’insuffisance.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 5 Sep 2015 - 15:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un grognement guttural émergea de la dague. Pour n'être bien entendu audible que par celle qui tenait l'arme, donc Shahren. Le Dévoreur avait encore une fraction de l'intelligence d'Anton pour lui. Juste de quoi ne pas apprécier de se faire traiter d'abruti. Shahren n'y connaissait peut-être rien en magie. Mais quand une figure fantomatique nommée Méphistophélès vous poussait dans une voie, c'est qu'il fallait faire attention.
 
"T'as de la chance d'être jolie des fois." Lâcha la voix de la bête. Oui, contrairement au nécromancien complet, le Dévoreur se fichait un peu de l'intellect de Shahren. Après tout, elle aurait pu être un animal d'un point de vue cérébral, tout ce qui comptait c'était son corps de monstre, capable de supporter les assauts du Dévoreur sans mourir. "Enfin, quand je serais complet peut-être qu'il sera temps de discuter un peu sur qui est digne de confiance dans le monde magique. Un petit indice. Personne."
 
Comme ça c'était clair. Aucun magicien ne survivait bien longtemps ou ne devenait puissant s'il était parfaitement intègre et honnête. La magie n'était-elle pas une science de la mise en scène et du mensonge finalement ? Quoiqu'il en soit, la scientifique les avait mis dans de beaux draps avec ses élans héroïques. Heureusement pour le monde que Shahren n'était pas à la Légion.
 
"Je pense qu'Adam serait plus utile si je le mangeais." Lâcha l'esprit dans la dague après que le cyborg eut terminé son monologue sur la façon dont la magie était une sorte de mélasse infâme dangereuse et incompréhensible. Il n'avait pas tort. Mais le Dévoreur avait grandement envie d'être complet, de retrouver son corps et la partie la plus intelligente de son être. Car il sentait que chaque instant le rapprochait d'une bête à l'esprit primitif, qui ne cherchait plus qu'à assouvir ses pulsions.
 
"Pourquoi je ne mens pas ? Tu as vraiment besoin de poser la question ? Chaque instant qui passe et je me rapproche d'une bête. Seulement tant que je suis coincé dans cette arme, j'ai un petit problème pour ce qui est de les assouvir." Et Shahren en connaissait un rayon sur les pulsions du Dévoreur, vu qu'elle les avait subi de nombreuses fois, de nombreuses manières différentes. Imaginer ce que deviendrait cette créature purement spirituelle qui serait incapable de faire ce qu'elle faisait de mieux... "Même si le freluquet est majoritairement inutile, c'est lui qui me permet d'arpenter ce monde librement. Sinon je vais redevenir le chien de garde de sa soeur. Ce qui ne me plaît pas vraiment."
 
Surtout qu'Abigaïl n'avait pas les mêmes attentions charnelles vis à vis du Dévoreur que Shahren. Une perte colossale. La dernière fois qu'elle l'avait invoqué, c'était sur la scène du Cirque des Damnés. Il grogna d'ailleurs lorsque Shahren lui demanda des explications
 
"Le poignard a été forgé dans l'Abîme et c'est là où nous nous rendons. Mais passer par un puits, en plus en train de s'écrouler, ce n'est pas une histoire facile et ce n'est pas vraiment pour les vivants. Si tu te poignardes avec la lame, nos essences se mélangeront brièvement, si bien que pour le puits, pour les grandes ténèbres avides, tu seras une horreur revenue au bercail. Une fois que nous serons de l'autre côté tu ne pourras pas mourir. On ne peut pas mourir au pays de la mort."
 
On pouvait y souffrir éternellement par contre. Mais c'était sous-entendu n'est-ce pas ? Pas besoin de le préciser à Shahren. "Là bas, j'aurais accès à toute ma puissance, je pourrais sortir de la dague et nous pourrons retrouver le corps d'Anton, ou tout du moins son âme. Une fois que nous avons l'un ou l'autre, il suffira de dévorer tout ce qui se trouvera sur notre passage, de retrouver le docteur dans son entièreté et je retournerais à l'intérieur."
 
Il fit une pause.
 
"Tu vois la façon dont tu visualises l'enfer ? Avec des flammes partout ? L'Abîme n'a rien de toute cela, l'Abîme est pire. Elle est changeante, mais surtout morte, froide et obscure. Rien ne va ressembler à ce que tu as pu imaginer. J'ai une certaine autorité là-bas, mais bien moins que Méphistophélès, il faudra être discret, tu piges ? On va y trouver certaines des pires bestioles qu'un esprit humain complètement fêlé n'ai jamais pu imaginer. Alors quand tu veux, on y va. Sinon, bonne chance pour me trouver un corps qui ne se détériorera pas à cause de ma présence. A part les Faust... Abigaïl est trop puissante, mais tu peux essayer Sally. Seulement quelque chose me dit que tu préfèrerais un corps d'homme."
 
Si Shahren obtempérait, elle pourrait sentir un océan de douleur. Puis les ténèbres l'engloutiront, la recouvriront tout entière, se glissant dans chaque parcelle de son être, envahissant jusqu'aux recoins de son âme. Ainsi qu'une explosion de ses appétits alors que le Dévoreur devenait elle, rien que pour un bref instant, que pour quelques instants. Et lorsque ses yeux se seraient habitués à l'obscurité, elle pourrait revoir la silhouette du Dévoreur à ses côtés, ainsi que le premier paysage de l'Abîme qui s'offrirait à eux.
 
Un paysage à l'architecture étrange. Comme une version distordue de la Londres victorienne. L'architecture n'évoquant finalement rien de bien censé, comme issue d'un esprit torturé. "Ah... Nous commençons ici, logique... Enfin, c'est de toute façon la portion la plus compréhensible pour un esprit humain. Heureusement que tu n'es pas humaine. Ma chère Shahren, bienvenue dans le berceau de la mort. Là où tout atterrit quand même les démons et les dieux n'ont que faire de votre âme."

Au nom du Ver Abime10
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 6 Sep 2015 - 21:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Selon le Dévoreur, on ne pouvait faire confiance à personne dans le monde magique. Pourtant, il lui demandait quand même de se poignarder au-dessus d’un passage pour une autre dimension. Shahren releva la contradiction dans son esprit mais n’eut pas le temps d’en placer une, car la créature déblatéra toute une série d’éléments qui jouaient en sa faveur. Elle pouvait parfaitement comprendre son désir de ne pas redevenir l’esclave d’Abigaïl et c’est cela plus que tout le reste qui réussit à la convaincre de se placer au-dessus de ce puit.

Je ne visualise pas l’Enfer, crut-elle bon de préciser.

Enfin, en quelque sorte. Elle l’imaginait peuplé d’asiatiques excentriques et agaçants mais n’avait aucune idée de ce à quoi ce monde était supposé ressembler. Elle n’avait jamais lu la Bible et quand on lui avait expliqué le concept de Dieu, elle avait cru qu’on lui décrivait n’importe quel scientifique de ce nom. Quand elle avait demandé si, du coup, elle était Dieu elle aussi, on l’avait regardé avec de gros yeux puis on avait cessé de lui bourrer le crâne avec d’étranges concepts métaphysiques. Pour Shahren, la religion était à classer au rang de fictions, comme les romans, et ceux qui la transformaient en culte s’apparentaient à de sinistres abrutis.

Ah vraiment ? Qu’est-ce que les Faust ont de particulier ?

Une demande dénuée d’innocence. Shahren n’avait pas oublié ce qu’elle avait dit au Dévoreur la dernière fois qu’ils s’étaient croisés, juste après sa métamorphose. Elle voulait comprendre son fonctionnement, sa nature, la manière dont il était lié à Anton et ce que ce dernier avait de si spécial. Elle comptait les étudier, tous les deux.

Mais pour mener à bien ce beau projet, il fallait retrouver le corps d’Anton. Et pour retrouver le corps d’Anton, il fallait qu’elle se poignarde au-dessus d’un trou instable dans le sol. Heureusement, dénuée de peur, sa main ne trembla pas et n’hésita pas une seule seconde. Les arguments du monstre l’avaient convaincue, perdre Anton était beaucoup trop contrariant, aussi tomba-t-elle à genoux, la poitrine en sang, avant qu’Adam n’ait pu faire quoi que ce soit pour l’en empêcher. Sans doute était-il persuadé qu’elle n’était pas aussi naïve, pas aussi stupide, mais c’était mal connaître sa curiosité et son amour de la science.
Oui, juste de la science.

La douleur lui arracha un hurlement. Elle enfonça ses ongles dans sa poitrine, comme pour chercher à l’extraire mais très vite, elle se sentit entourée, oppressée, possédée même par des choses qu’elle ne voyait pas. Puis elle sentit un désir intense la terrasser, son estomac la brûler, des obsessions se succédèrent dans son esprit en l’espace de quelques secondes et pourtant, cela lui sembla durer une éternité. Lorsqu’elle fut à nouveau elle-même, la scientifique était à genoux, haletante, dans un décor qui ne ressemblait à rien de ce qu’elle avait pu connaître. A ses côtés, le Dévoreur, sous une forme plus élaborée que celle qu’elle avait déjà connu. Elle le détailla de bas en haut, plus fascinée par lui que par le décor qui la laissait franchement de marbre. Lorsqu’il se mit à parler, elle s’obligea à observer les ténèbres, l’architecture, d’un air absolument neutre.

Ce n’est pas vraiment mon domaine de prédilection, l’architecture. Ce n’est pas comme ça normalement ? Enfin, dans d’autres pays…

Elle se releva et tourna sur elle-même, se rendant compte qu’elle avait revêtu sa forme Etheren sans y penser.

Comment est-on censé retrouver Anton ici ? Tu le…Je ne sais pas, tu le sens peut-être ?

Et le verbe sentir avait une multitude de signification. Peut-être qu’il avait un odorat spécial Faust, ou que le corps du boucher dégageait une énergie spécifique qu’il était capable de retracer, comme elle avec l’ethereum et Tommy tout à l’heure.

Parce que mettons que ce soit au moins aussi vaste que la Terre Prime… Ou même moins, disons les Etats-Unis, sans la moindre piste on n’ira pas très loin. Et je n’ai jamais enquêté de ma vie, j’ai toujours eu quelqu’un pour… Elle tiqua. Adam n’est pas là ?

Il devait être resté à l’extérieur du puit, avec son corps… Ou peut-être pas. Etait-elle dans son enveloppe ou une entité spirituelle ? L’idée que son cerveau soit loin d’elle la perturbait profondément et l’aurait terrifiée si elle avait été capable de ressentir ce genre de sentiments.

Que de questions, mais la scientifique n’était déjà pas souvent sortie de son laboratoire avant de rencontrer Anton Faust alors voyager dans une dimension, l’Abysse en prime, qui aurait cru que cela arriverait un jour ? Elle voulut s’asseoir sur le muret derrière elle pour discuter mais ce dernier manqua de lui arracher un morceau de fesse.
Même les éléments de décor donnaient dans la résistance !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 7 Sep 2015 - 13:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le Dévoreur émit un grognement sourd lorsque Shahren lui demanda ce que les Faust avaient de particulier. C'était une question complexe et il lui fallait du temps pour tout expliquer. Surtout qu'elle n'y connaissait rien en magie. Aussi la laissa-t-il sans réponse pour le moment. Après tout, ils devaient passer dans une autre dimension. Ce qui se passa sensiblement bien.

Le Dévoreur s'étira, laissant ses griffes racler le sol de pierre, ou apparemment constitué de pierre. Car des sortes de vers noirâtres se mirent à ramper en dehors des sillons que la bête venait de tracer. "Home sweet home." Lâcha le monstre avec ce qui devait correspondre à un sourire. Il n'avait pas voyagé jusque dans l'Abîme depuis un bon moment. En fait, depuis qu'Abigaïl l'avait chassé de son corps et qu'Anton avait été enfermé dans Deuil, puis ressuscité. Le Dévoreur s'était donc retrouvé de manière permanente dans le monde des vivants et non plus dans celui des morts.

"Oublie tout ce que tu sais sur le monde. Oublie les règles de la physique, de la chimie, oublie ta petite science. Car rien n'a de tout ça n'a d'influence sur ce monde ci. Comment dire... L'Abîme est changeante, modelée par des forces supérieures, par la volonté de ses habitants. Il n'y a pas de réelle distance physique ici. Quelque chose qui se trouvait à une journée de marche peut être à seulement cinq minutes le lendemain. Enfin, cela serait si nous avions effectivement des journées." Car le ciel était totalement dénué d'astres. Pas de soleil, pas d'étoiles ou de lune. Enfin en cet instant. Certains des seigneurs Abyssaux aimaient parfois prendre la forme de la dernière. Ou bien simplement parsemer le ciel d'âmes damnées pour se créer un ciel étoilé pendant quelques instants. La poésie, une magnifique poésie. "Enfin, nous devrions faire attention. Tu es une vivante. Pas vraiment le genre de choses qu'on croise ici. Il n'y a que des morts dans l'Abîme. Enfin, je suppose que c'est voué à changer. Avec toi et Anton qui venez vous balader. Allez, monte sur mon dos. Tu ne sais pas comment te déplacer ici."

Même si finalement, le déplacement n'avait rien de bien étrange, car Anton donna surtout l'impression de simplement courir dans les rues étroites. Parfois, certaines semblaient trop petites pour lui, mais une fois qu'il s'y glissait, ce n'était plus le cas. Il courut sur des ponts, des charpentes, des toits. Rien ne semblait avoir de sens. "L'Abîme est divisée en plusieurs domaines. Ceux où un vivant peut espérer survivre et conserver un peu de santé mentale sont sur l'extérieur, comme celui où nous sommes. Anton y est probablement aussi. Pour le retrouver, nous allons avoir besoin de l'aide des locaux. Ce qui ne sera pas simple. Enfin, il va être temps que tu rencontres la belle-famille dirons-nous. Ah, voilà."

Au nom du Ver Casa_f10

Soudainement, ils étaient face à une grille à moitié tordue. Une sorte de pont de pierre se dressait au milieu d'un précipice dont le fond était invisible et au bout, une maison, ou plutôt un manoir, impacté par le même style que le reste des lieux. C'est à dire une sorte de gothisme issu d'un esprit dément. Le Dévoreur ralentit, poussant la grille de la pointe de ses griffes et s'avançant sur le pont. "Je crois qu'il est temps de parler un peu des Faust, vu que nous allons en rencontrer certains... Comment dire ça. Il existait un homme. Il a eu plusieurs noms, dans plusieurs mondes, mais disons qu'il a surtout été le premier homme à utiliser la magie de la mort. C'était il y a très longtemps et pendant un temps, certains le virent même comme un héros. Ses armées de cadavres combattant le peuple serpent à l'aube de l'humanité. Ce que peu de gens savent, c'est qu'il détruisit plusieurs autres mondes, en se servant de l'Abîme comme passerelle. Un seul échappait toujours à son emprise, celui d'où il était originaire, la Terre Prime. Pas de chance, cette dernière était dotée d'un empêcheur de tourner en rond, l'Archimage. Dans n'importe quelle autre dimension, le Premier et sont armée de Premiers Morts n'aurait eu aucun mal à détruire ce petit prétentieux. Mais le Premier fut déchu. Il perdit ses pouvoirs. Toutefois, son sang continuait à parcourir le monde, il avait laissé une lignée mortelle. Diluée, mais capable de grandes choses. Il fit forger une arme à partir de son âme. Pour que ses pouvoirs puissent être libérés par un mage suffisamment puissant lorsque le temps serait venu pour son retour, pour la Fin des Temps."

Le Dévoreur leva sa patte et toqua à la porte du manoir. "Sa lignée ne fut jamais vraiment performante par sa fertilité. Beaucoup de morts nés, d'individus stériles. Mais tu vois où elle a aboutit, Anton et Abigaïl. Le fait est qu'ils avaient un avantage sur leurs cousins éloignés. Le sang du Premier nécromancien avait été dilué génération après génération. Sauf que ces deux petits là avaient pour mère une créature d'un autre monde, une créature de l'Abîme. Ce qui donna le petit coup de pouce nécessaire pour les rendre plus puissant qu'ils ne le savent encore. C'est pour cela qu'Anton est devenu l'avatar du Ver, c'est à dire moi à ma mort et qu'Abigaïl... Et bien elle a l'âme du Premier entre les mains."

La porte s'ouvrit subitement. Laissant apercevoir une femme, aux cheveux d'un roux sombre, vêtue tout de noir. Elle paraissait humaine, parfaitement humaine, ce qui jurait presque avec l'ambiance sinistre des lieux. Elle ne sembla en aucun cas gênée par la présence du Dévoreur, ni par celle de Shahren.

"Dévoreur... Où est mon fils ? Et qui est cette personne ?"

"Madame Faust, c'est bien l'objet de ma venue. Anton et moi avons été séparés par les machinations de Méphistophélès. Je ne sais pas pourquoi. Mais l'âme et le corps de votre fils sont entre ses griffes."

"Je vois, donc tu viens me demander de l'aide pour le retrouver. Mais tu n'as pas répondu à toutes mes questions. Qui est cette jeune femme ?"

Le Dévoreur se gratta la tête, étrangement intimidé par son interlocutrice et étrangement humain aussi. "Oh je pense que le plus simple est qu'elle se présente elle-même."
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Au nom du Ver
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
Au nom du Ver Cadre_6Au nom du Ver Cadre_7_bisAu nom du Ver Cadre_8


Au nom du Ver Cadre_1Au nom du Ver Cadre_2_bisAu nom du Ver Cadre_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au nom du Ver Cadre_6Au nom du Ver Cadre_7_bisAu nom du Ver Cadre_8
Sauter vers: