L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha Cadre_1L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha Cadre_2_bisL’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha Cadre_3
 

L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 22 Juin 2015 - 14:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5185
ϟ Nombre de Messages RP : 1770
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5185
ϟ Nombre de Messages RP : 1770
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Depuis la mort de Charlie, Renan n'avait pas vraiment eu l'occasion de se renseigner sur les affaires dont elle s'occupait. Il avait tout juste réussi à se rapprocher suffisamment d'elle pour qu'elle lui accorde sa confiance et voilà que l'avocate avait le mauvais goût de mourir ! Très franchement, le Breton avait été extrêmement contrarié par le décès de sa compagne du moment, non en raison des sentiments qu'il aurait dû avoir pour elle, mais tout simplement parce qu'il devait tout recommencer avec quelqu'un d'autre. Même s'il avait parfaitement su jouer la comédie avec Charlie, ses sentiments à son égard s'étaient simplement résumés à de l'intérêt professionnel : il voulait savoir ce qu'elle avait pu raconter à Kailee et ce que cette dernière avait bien pu lui raconter sur les dossiers qu'elle traitait à l'époque où elle était encore mariée avec lui. Malheureusement, avant qu'ils n'aient eu le temps d'aborder ce sujet, la situation lui avait échappée et à l'heure actuelle, Renan se demandait sérieusement s'il n'avait pas raté l'occasion idéale pour se débarrasser des éventuels dossiers problématiques. Peut-être qu'à présent c'était trop tard ? Peut-être qu'elle les avait transmis à l'UNISON en acceptant d'aller travailler avec eux et que sa mort les avait poussés à fouiller ses autres dossiers ? Il y avait une infime chance pour que ce soit le cas, toutefois le fait que la mort de l'avocate soit liée à une affaire qui concernait l'organisme et non les affaires privées de la texane pouvait l'aider.
Mais il ne devait pas trop traîner.

Naturellement, le français avait décidé d'aborder Rebekha Lawson, une collègue de l'UNISON qu'il avait déjà pu croiser avec Charlie. Même s'ils évitaient d'apparaître ensemble en public en raison de la réputation de l'avocate texane – dont la vie privée était souvent mise en avant à l'époque où elle était amie avec Chase Neutron-Grey – il leur était tout de même arrivé de sortir ensemble dans la rue. L'une de ces fois avait été l'occasion d'une rencontre avec cette fameuse Rebekha qui, après avoir reconnu Charlie de loin, était venue la saluer. Sur le coup, elle ne l'avait présenté que comme une connaissance, chose que Renan avait totalement approuvé, mais la jeune femme avait fini par lui avouer qu'elle avait parlé de leur lien avec Rebekha. Cette dernière savait donc qu'il était censé être le dernier petit ami en date de la jolie blonde, autant exploiter ce filon autant que possible ! Renan s'était renseigné sur elle et avait fini par apprendre qu'il s'agissait d'une empathe et qu'elle risquait de le démasquer en moins de deux minutes s'il ne se montrait pas un minimum convainquant. Logiquement, il lui suffirait de penser à des choses tristes lorsqu'il parlerait du décès de la jeune femme et le tour serait joué ! Mais rien n'était aussi simple dans la vraie vie que sur le papier, il ne le savait que trop bien.

Ce fut pour cette raison que le Breton passa un jour un coup de fil à Rebekha pour lui demander si elle accepterait de le voir un de ces jours, histoire de parler de quelques petites choses concernant Charlie. Il n'expliqua pas les raisons de sa demande, mais compta sur l'imagination de la jeune femme pour la persuader d'accepter, ce qu'elle fit. Malheureusement, son emploi du temps était aussi occupé que celui d'un président ou d'un premier ministre et la seule solution qui s'offrit à eux fut de sortir à une heure où elle pourrait aussi rentabiliser cette discussion. Il fut donc décidé qu'ils se retrouveraient après le travail un soir pour manger ensemble dans un restaurant sans prétention. Le genre de lieu où les collègues de travail se rendaient en somme, rien de romantique qui pourrait faire croire à Rebekha que le français comptait lui faire le coup de la drague. Ils se donnèrent donc rendez-vous à une heure précise et ne se contactèrent plus jusqu'au fameux soir.

Entre-temps, Renan s'était entraîné avec un agent mentaliste : celui-ci devait ressentir les émotions que le français mettait en avant et il avait presque réussi à le berner, ce qui était plutôt positif. Pour le reste, le Breton espérait qu'elle mettrait ses éventuels ratés sur le compte de l'émotion. Il avait toujours été doué pour manipuler les autres, ce n'était pas un agent de l'UNISON comme elle qui le démasquerait !

Arrivant un peu avant l'heure du rendez-vous, Renan s'installa à une table et lorsque la serveuse vint vers lui, il lui précisa qu'il attendait quelqu'un. Un peu plus tard – il n'avait pas encore consulté sa montre – la jeune femme finit par arriver au restaurant et il l'accueillit avec un sourire poli, mais en aucun cas enjoué. Il ne voulait pas jouer le type déprimé, mais ce serait étrange d'être enthousiaste alors qu'il lui avait demandé de parler de son ancienne compagne décédée dans des circonstances peu engageantes. Lorsqu'elle fut installée, il posa les yeux sur elle avant de prendre la parole en accentuant volontairement son accent français – les gens étaient souvent plus ouverts avec les étrangers lorsqu'ils l'étaient aussi.

« Je vous remercie d'être venue, je sais que vous êtes très occupée. J'espère que je n'ai.... »
« Une petite rose pour la dame ? » Renan tourna la tête vers un type qui se planta à leurs côtés, une brassée de roses en main.
« Pardon ? »
« Une petite rose pour dire à la dame combien vous l'aimez ? » L'occasion idéale : Renan songea à un moment gênant de sa vie pour faire apparaître l'émotion en question.
« Oh, non ! C'est juste une amie. »
« Évidemment. » Le type cligna de l’œil avant de s'éloigner et Renan regarda Rebekha.
« Je suis vraiment désolé. » Même s’il n'y pouvait rien pour le coup. « Je disais donc.... »
« Vous voulez commander ? »

Il ne pourrait rien dire apparemment, vu que la serveuse venait déjà de se pointer pour leur donner les cartes et prendre commande des boissons.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 22 Juin 2015 - 17:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha et Charlie avaient été de vraies amies. Il y avait quelque chose chez la texane qui plaisait beaucoup à l’agent de l’UNISON, sans doute sa foi en la justice et sa sincérité. La première fois qu’elle l’avait rencontrée, ç'avait été dans le cadre d’un procès. Rebekha devait témoigner en faveur du client de Charlie et elle l’avait préparée pendant longtemps, la corrigeant sur ce qu’elle pouvait dire ou non, lui conseillant de ne pas parler de ses pouvoirs car les preuves obtenues par ce biais étaient toujours irrecevables devant un tribunal. Elles s’étaient revues par la suite pour le boulot et s’appréciaient sincèrement au point que Charlie s’était déjà confié plusieurs fois à Rebekha sur des problèmes personnels. Les gens agissaient généralement de deux façons avec l'agent de l'UNISON: Soit, encouragés par son pouvoir d’empathie, ils se confiaient totalement comme si grâce à cela, elle pouvait les comprendre mieux que personne. Soit ils la fuyaient et l'observaient, méfiants, comme si elle pouvait connaître le moindre de leurs petits secrets.

C’est ainsi qu’elle apprit sa relation avec Renan.

Fidèle à elle-même, Rebekha n’avait pas pu s’empêcher de se renseigner à son sujet mais ce type était lisse au possible, à peine une contravention pour excès de vitesse datant de trois ans auparavant, un boulot pas très gratifiant mais relativement stable, la seule chose qu’il trainait dans ses valises était son ex-femme, Kailee, que Rebekha connaissait également. Mais un mariage raté ne fait pas d’un homme un salopard… Et elle n’avait rien ressenti de particulier dans sa grille émotionnelle, juste un peu de nervosité quand ils s'étaient serrés la main, mais elle avait mis cela sur le compte de la timidité.

Après le décès de Charlie, Rebekha avait été pas mal secouée et s'était plusieurs fois demandée ce que devenait son petit ami, comment il vivait la chose. Hélas, elle n'avait ni son numéro ni même un quelconque moyen de contact, alors elle ne pouvait qu'espérer qu'il surmonte cette épreuve. Heureusement, d'une certaine manière, ils n'étaient pas ensemble depuis si longtemps que cela. Rapidement, Rebekha avait oublié Renan, mais pas Charlie, évidemment. Du coup, quelle ne fut pas sa surprise en recevant son coup de fil... Elle ignorait comment il avait eu son numéro, peut être que Charlie lui avait donné un jour s’il avait un problème ou peut être avait-il simplement demandé à quelqu’un. Après tout, il n’était pas secret et c’était son téléphone pro qui avait sonné. Il souhaitait discuter avec elle, hélas Rebekha avait un emploi du temps relativement chargé, même si ce n’était rien en comparaison des semaines à venir… Ils convinrent donc de se retrouver dans un petit bistro non loin du quartier général de l’UNISON. On pouvait manger sur place, même si la cuisine était relativement simple et peu chère. Rebekha venait parfois ici en coup de vent ou pour emporter quelque chose, raison pour laquelle elle l’avait proposé à Renan. Vêtue de son tailleur pantalon bleu marine, revenant directement du bureau après s’être laissée dépasser par le temps, elle arriva quelques minutes en retard et s’en excusa bien qu’en fait, c’était Renan qui s’avérait être en avance…Elle lui sourit.

Bonsoir, excusez-moi j’étais au bureau enfin, vous savez.

Elle fit un geste vague de la main. Après tout, il était sorti avec Charlie, il savait ce que c’était. Elle s’installa et ils furent presque immédiatement interrompus par un vendeur de fleurs. Renan le remballa en précisant qu’ils n’étaient qu’amis et l’agent se contenta d’un signe de tête poli vers l’homme qui les avait dérangés. Elle n’avait même pas sérieusement songé que Renan puisse lui porter un quelconque intérêt, surtout après avoir fréquenté une femme aussi belle que Charlie. Cela dit, elle l’avait envisagé une demi-seconde quand elle s’était demandée ce qu’il pouvait bien lui vouloir. Une bonne chose à rayer de la liste ! Peut-être était-il nostalgique ou avait-il envie de parler un peu de leur amie commune ? Elle dut attendre encore un peu pour le savoir, puisque la serveuse vint leur donner la carte.

Un coca et un burger du chef, avec un supplément salade, moutardée la vinaigrette. Vous devriez essayer si vous aimez la viande, conseilla-t-elle à Renan. C’est le meilleur endroit de la ville, en plus ils sont rapides. Vous n’imaginez pas le nombre d’agents, d’avocats et de policiers qui viennent ici.

Elle y allait avec Charlie d’ailleurs et parfois avec Andrea. Elle devrait peut-être y inviter Adrian une fois ? Quoi que vu ses manières, il risquait l’infarctus si une femme l’invitait quelque part…
Elle le laissa passer la commande. Pendant ce temps, elle laissa trainer son empathie pour essayer d’en découvrir un peu plus sur ses intentions. Hélas, rien ne lui sauta aux yeux, il était relativement neutre quoi qu’un peu agacé, sûrement à force d’être interrompu.

Vous savez je suis toujours occupée alors si vous vouliez attendre le vrai moment de libre… Peut-être à la retraite, si je vais jusque-là ? Elle sourit à sa macabre plaisanterie, mais cela ne monta pas jusqu’à ses yeux. Ce n’est pas plus mal que quelqu’un me fasse prendre une pause. J’ai tendance à les négliger. Mais je dois vous avouer que j’ai été un peu surprise par votre appel. Depuis ce qui est arrivé à Charlie, on ne vous avait plus vu alors que ça a dû être très difficile pour vous aussi…

Rebekha gardait la maitrise de sa voix mais ses yeux la trahissaient. Elle avait vraiment été affectée par ce décès, ce qui était normal.

Du coup, je suppose que vous voulez me demander un service ou que vous avez besoin d’aide pour quelque chose ?

Les gens l’appelaient toujours pour ça, généralement.
Mais ce n’était pas un reproche, elle était curieuse et toujours prête à aider.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 22 Juin 2015 - 22:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5185
ϟ Nombre de Messages RP : 1770
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5185
ϟ Nombre de Messages RP : 1770
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
« Je vais prendre comme vous dans ce cas. »

Renan n'avait jamais été un grand amateur de nourriture, il en consommait uniquement parce qu'il devait le faire pour survivre, mais n'y prenait aucun plaisir. La serveuse s'éloigna et le regard du français se posa sur la jeune femme qui reprenait la parole en le rassurant sur ce qu'il avait pu causer comme dérangement, s'autorisant même une petite plaisanterie qui n'était pourtant pas vraiment amusante. Elle devait penser la même chose vu le regard qu'elle arbora et Renan se contenta donc d'un léger sourire peu convaincu, comme s'il le faisait par pure politesse. Ce n'est que lorsqu'il fut question de Charlie qu'il se força à penser à son oncle et à ce jour où il avait appris sa mort. C'était la seule et unique fois où il avait été triste et il se sentait encore capable de l'être bien des années après. S'il avait été du genre à pleurer, il y avait fort à parier qu'il aurait pu le faire même aujourd'hui, alors que le temps était passé. Un sourire qui se voulait neutre ourla ses lèvres, mais il se débrouilla pour le faire paraître factice. Chaque geste était calculé, mais cette fois-ci il devait aussi prendre garde à toutes ses émotions, ce qui compliquait grandement la tâche. Rebekha quant à elle avait sincèrement l'air troublée par la perte de son amie, Renan estima que c'était bon pour ses affaires.

Ce n'est que lorsque la question de ce qui l'avait poussé à l'appeler vint sur le tapis, qu'il décida de prendre la parole. Son expression se fit un peu plus sérieuse tandis qu'il se démenait pour garder un sentiment permanent de tristesse en lui. C'était plus difficile qu'il ne le pensait, les gens déprimés étaient vraiment doués dans leur genre !

« Non, non, pas du tout. En fait, je voulais vous poser quelques questions par rapport à Charlie. » Il sembla hésiter. « Je suis vraiment désolé de revenir là-dessus, je sais que vous devez avoir envie de penser à autre chose et reparler d'elle n'est pas la meilleure chose qui soit, mais.... » Il fronça légèrement les sourcils. Nouvelle pensée triste à propos de son oncle. « J'ai pas mal parlé avec elle avait qu'il n'arrive... que ça ne se passe et elle m'avait dit qu'il y avait des choses qu'elle voudrait me raconter d'ici quelques temps, mais qu'elle voulait trouver le bon moment. » Il mettait autant de sincérité que possible dans ses paroles. « Elle m'avait dit que ça concernait des choses qui pourraient éventuellement la mettre en danger et pour être sincère avec vous, lorsqu'on m'a appris qu'elle était à l'hôpital, au début j'étais sûr que c'était quelque chose par rapport à ces histoires. »

Il laissa le silence s'installer à nouveau. Bien évidemment, toutes ces paroles étaient fausses, Charlie ne lui avait jamais parlé de ses dossiers, mais il savait qu'elle lui faisait confiance. La jeune femme lui avait bien parlé de ses frères et des problèmes qu'elle avait avec elle, tout comme du fait que son métier était effectivement dangereux et qu'elle avait des affaires qui risquaient de lui causer des ennuis, mais ça s'était arrêté là. Il n'avait jamais eu l'occasion d'en savoir davantage, Charlie n'était pas du genre à faire des confidences sur l'oreiller et ils n'avaient pas passé assez de temps en tête-à-tête pour qu'il la pousse à se montrer plus bavarde. Manque de temps, encore et toujours ! Son regard se détourna quelques instants alors qu'il se débrouillait pour adopter une expression qui se voulait calme, mais qui était parfois troublée par un peu de tristesse – feinte, évidemment.

« Vous pouvez me le dire si ça ne me regarde pas, je ne voudrais pas vous mettre dans l'embarras, mais elle parlait souvent de vous, alors je me suis dit que vous saviez peut-être ce qu'elle voulait me dire ? » Il la regarda, sembla hésiter avant de reprendre. « Vous savez, Charlie était la meilleure amie de mon ex-femme et je sais qu'elle lui avait confié des choses sur les dossiers qu'elle traitait à l'époque. Oh, rien d'extrêmement grave de ce que j'avais compris, sans quoi Charlie n'aurait pas dit qu'elle me parlerait de ce ça.... » Il menait une vie trop banale pour qu'elle prenne le risque. « … mais j'aurais aimé être sûr que je ne pouvais rien faire. Même après tout ça. » Renan arbora alors un sourire désolé. « Je suis vraiment navré de vous demander ça à vous, mais vous êtes l'une des seules personnes à savoir qui je suis. Si je demande à quelqu'un d'autre, ils me prendront juste pour un curieux qui met son nez dans les affaires des autres. C'est pour cette raison que je ne suis plus entré en contact avec vous avant. Ce n'est pas l'envie qui me manquait, mais je ne faisais pas vraiment partie du reste de sa vie. »

Et il repensa à un moment chargé de déception, comme lorsqu'il avait appris qu'il ne serait jamais immortel, ce sentiment dût pointer le bout de son nez, du mon espérait-il être assez convainquant de ce côté-là, une empathe y accorderait certainement beaucoup d'attention !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 23 Juin 2015 - 9:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha écouta avec attention ce que lui expliquait Renan. Elle était assez surprise du sujet qu’il voulait aborder. Enfin, surprise, disons qu’elle s’était attendue à autre chose. Elle entreprit immédiatement de le rassurer.

Je ne cesserai jamais d’être triste de sa disparition mais tant que l’on parle d’elle et que l’on pense à elle, c’est comme si elle était encore présente. Les disparus vivent dans nos souvenirs, alors ne vous inquiétez pas, parlez.

Sa phrase pouvait paraître ridicule mais Rebekha le pensait sincèrement et croyait de toute façon qu’il existait une vie après la mort. Elle ignorait quoi exactement ou même si c’était la même pour tout le monde, mais elle avait envie d’y croire. Elle voulait penser que les monstres payaient leurs crimes dans l’au-delà et que les justes avaient droit à un repos bien mérité. Non pas pour se rassurer elle-même quant à son devenir mais plutôt parce qu’elle trouvait l’idée de disparaître purement et simplement encore plus horrible. Après tout, n’avaient-ils pas tous des âmes ? Le nombre de fois où un monstre lui avait dit qu’il comptait bien dévorer la sienne…

Mais là n’était pas la question.

Ainsi, elle écouta Renan lui expliquer une histoire un peu étrange de dossiers. Rebekha conserva un visage neutre tout en l’écoutant. Elle avait plusieurs hypothèses : Soit Renan avait approché Charlie suite à une affaire, en voulant obtenir des informations et son amie s’était laissée avoir, soit il vivait mal sa mort et cherchait à lui donner un sens, à comprendre ce qui avait pu se passer. Comme l’avocate était décédée dans le cadre d’une affaire liée à l’UNISON, il n’avait pas dû avoir énormément d’informations, surtout qu’il n’était « que » son petit ami, et pas depuis longtemps en plus. Elle hésitait entre ces deux possibilités, aussi choisit-elle une réponse en demi-teinte.

Plusieurs des dossiers traités par Charlie étaient dangereux. Vous savez, les avocats, comme les agents du gouvernement, se font beaucoup d’ennemis. Certains parce qu’ils défendent des criminels, parviennent à les faire relâcher et qu’à cause d’eux, des innocents deviennent des victimes. D’autres parce qu’ils ont mis ces dit-criminels en prisons et qu’ils sont victimes de vengeance… La loi est un domaine presque aussi dangereux que l’armée. Charlie le savait, elle connaissait les risques et a malgré tout décidé de s’investir corps et âme, tout en restant fidèle à elle-même.

Evidemment, tout cela, il le savait déjà. Elle avait scruté sa grille émotionnelle pendant qu’il lui parlait et elle n’avait décelé que de la tristesse, avec un peu de colère. Sans doute un reste de son sentiment d’impuissance face à la situation ? Elle voulut l’apaiser, trouver quelque chose à dire ou à faire, mais ils furent à nouveau interrompus par la serveuse qui amena leur plat. C’est en voyant la nourriture que l’agent se rendit compte qu’elle n’avait rien avalé depuis la veille au soir. Elle saliva et piocha une frite.

Je vais être franche, je ne suis pas au courant des dossiers dont vous me parlez mais ce n’est pas étonnant. Je vais dire, Charlie en traitait énormément et elle ne me parlait que de ceux où je pouvais l’aider ou auxquels j’avais déjà contribué pour préparer mon témoignage. Je connais un peu votre ex-femme, nous avons déjà travaillé ensemble mais elle a toujours été plus proche de Charlie alors si une affaire la préoccupait et qu’elle lui en a parlé, j’ai bien peur de ne pas avoir été dans la confidence. Mais je pourrai éventuellement l’appeler pour le lui demander. Sauf si vous voulez le faire vous-même ? Je ne connais rien de votre vie privée mais si c’est pour Charlie, elle acceptera peut-être de vous répondre non ?

Après quelques frites, elle prit ses couverts pour mélanger sa salade.

Je comprends que vous vouliez bien faire, que vous essayez de trouver des explications à ce qui est arrivé mais des gens meurent chaque jour dans le cadre de leur travail et pas uniquement des gens de loi. Ce qui est arrivé à Charlie est dramatique, mais vous ne pouvez rien faire contre cela. L’affaire a été résolue, classée. Vous avez bien fait de m’appeler, je pense que vous aviez besoin d’en parler avec quelqu’un et oui, si je ne vous connaissais pas, je n’aurai même pas répondu à vos interrogations. Mais je sens votre tristesse…

Elle était loin de se douter que celle-ci était feinte, même si certains étaient déjà parvenus à brouiller son radar. C’était le problème avec l’empathie, ou même la télépathie d’ailleurs, une fois qu’on connaissait le truc.

Croyez-moi quand je vous dis que toute l’agence s’est mise sur le coup et que désormais, tout est terminé. Vous pouvez tourner la page, même si c’est injuste que Charlie l’ait payé de sa vie, au moins elle a été vengée.

Mais elle ne comptait pas lui donner plus de détails que cela, puisque c’était lié à une affaire du bureau.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 23 Juin 2015 - 15:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5185
ϟ Nombre de Messages RP : 1770
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5185
ϟ Nombre de Messages RP : 1770
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
En abordant ce sujet, Renan savait bien qu'il prenait de gros risques, car il ignorait totalement ce qui se trouvait dans ces fameux dossiers. Kailee avait toujours été très secrète sur son travail et même s'ils étaient mariés, elle ne lui parlait jamais de ses articles ou de ses enquêtes. Peut-être que ce n'était rien, peut-être que la journaliste avait simplement été du genre à sembler plus dangereuse qu'elle ne l'était et du coup, Renan perdait son temps à courir après ces dossiers depuis des années ? C'était une possibilité qu'il avait sérieusement envisagée avant de venir ici, cependant les risques de laisser un agent de l'UNISON tomber dessus et faire le lien avec d'autres histoires concernant SHADOW, étaient bien trop gros pour les négliger. Cependant, plutôt que d'aiguiller Rebekha vers ce qu'elle ne devait pas surveiller, Renan décida de détourner son attention vers autre chose. Visiblement, Charlie ne lui en avait pas parlé, chose qui ne l'étonnait qu'à moitié vu la nature très secrète de la jolie blonde, mais cela ne l'empêchait pas de pouvoir le renseigner un minimum.

La serveuse arriva vers eux, puis s'éloigna rapidement pour les laisser reprendre. Le regard mordoré du laveur de vitres se baissa jusqu'à son assiette sans qu'il n'y touche immédiatement. C'était un rôle de composition que de jouer l'homme plein de culpabilité et de tristesse. Renan ignorait ce que Rebekha savait du pseudo-couple qu'il avait formé avec l'avocate, mais ils s'étaient côtoyés un long moment avant que ce ne soit « officiel », par conséquent sa démonstration était valable, mais sans en faire trop. Lorsqu'elle parla de contacter Kailee pour lui poser des questions, une vague d'inquiète parfaitement authentique le submergea, mais il savait déjà comment la justifier. Il resta silencieux jusqu'à ce qu'elle essaye de le « consoler » en lui expliquant que la texane serait vengée. Renan lui offrit finalement un regard un peu incrédule :

« Vous sentez ma tristesse ? » Charlie ne lui avait jamais parlé des dons de Rebekha, il n'était donc pas censé être au courant. « Vous savez, je ne cherche pas à la venger. Je ne suis pas stupide, je n'ai strictement aucun moyen de faire une pareille chose, je ne suis ni un Super-héros, ni un mercenaire ou un militaire. » Ce qui était parfaitement vrai. « Je sais que tout ce que je pourrais faire n'y changera rien et je l'ai assimilé depuis longtemps, mais ce n'est pas vraiment ce qui m'intéresse dans cette histoire. » Il sembla hésiter avant de se lancer. « Est-ce qu'elle vous a déjà parlé de sa famille ? » Il parlait au présent, volontairement, pour donner l'impression qu'il n'avait pas encore accepté sa mort. « De son frère cadet plus précisément. Elle n'a jamais trop été bavarde à ce sujet, mais elle m'a expliqué qu'il était mêlé à des affaires pas forcément très légales. C'est pour ça qu'elle est devenue avocate apparemment. » Il la regarda comme pour vérifier si elle suivait. « Elle m'a aussi dit qu'elle avait l'impression qu'elle avait touché une corde sensible dans l'une de ses affaires et que ça le concernait. C'est un peu brouillon expliqué comme ça, je suis désolé, mais disons que de fil en aiguille, j'ai compris que ces histoires étaient apparemment en lien avec sa famille. Ou plutôt ceux avec qui ils travaillent. » Il hésita une nouvelle fois. « Si l'UNISON s'occupe de ça, je suis persuadé que ça va leur causer des ennuis. Vous savez certainement que sa famille reste la chose la plus importante pour elle et cela même si elle ne les voit plus ? Très franchement, je me sentirais vraiment mal si j'apprenais que ses frères se retrouvent en prison à vie parce que sa mort a confié les dossiers en question à l'UNISON. »

Tout était pratiquement vrai : la passion de Charlie pour sa famille, son lien avec ses frères, le fait que ces derniers frayaient avec le Cartel Rouge qui n'était pas un regroupement d'enfants de chœur... en somme, si Rebekha décidait d'enquêter là-dessus, elle débusquerait rapidement les Lane au Cartel Rouge et SHADOW serait sauf. Même si ce serait bien mieux si rien de tout cela ne devait arriver.

« Je ne vous demande pas de violer la loi, ne vous inquiétez pas, mais j'aurais aimé être certain qu'ils ne risquaient rien. Si c'était le cas.... » Il hésita, haussa les épaules. « Je ne sais pas. C'est idiot, je ne sais même pas ce que je pourrais faire. Vous devez me trouver idiot. » Il esquissa un sourire désolé. « Vous savez, si j'avais pu appeler Kailee pour lui demander de quoi traitaient les dossiers, je l'aurais fait. Mais je ne lui ai plus parlé depuis notre divorce et je ne suis pas certain qu'elle soit très heureuse de m'entendre. » Renan la regarda avec sérieux. « Et elle n'était pas au courant pour Charlie et moi. Charlie n'a pas osé lui en parler, elle avait peur qu'elle se sente trahie, j'aimerais éviter que ça se sache.... » Ce qui était compréhensible. « Vous devez vraiment me trouver très égoïste d'avoir pu les mettre dans cette situation. » Il songea à la période où son oncle lui avait reproché l'échec d'une mission pour éprouver de la culpabilité. « Je ne cherche vraiment pas à lui nuire. J'espère que vous le savez aussi. »

Il avait l'air de s'excuser et c'était volontaire. Une fois de plus, le choix du présent était choisi avec soin, il n'y avait plus qu'à espérer que Rebekha serait sensible au discours du petit-ami plein de culpabilité.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 24 Juin 2015 - 13:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Pendant que Renan essayait de lui expliquer de quoi il en retournait exactement, Rebekha s’attaqua à son hamburger. Il était conséquent, heureusement elle avait la technique pour le manger proprement sans avoir l’air trop ridicule. Elle écouta avec attention tout en mâchant et en hochant la tête à certains moments. Le temps qu’il termine, il ne restait plus à l’agent que terminer ses frites et sa salade. Elle avait l’habitude de manger vite et de ne pas perdre de temps, déformation professionnelle. Elle s’essuya les doigts et la bouche par sécurité puis fixa Renan. Elle n’avait pas relevé, délibérément, la question qu’il lui avait posée au tout début.

J’ai déjà entendu parler de la fratrie Lane, oui.

Et somme toute, ce n’étaient pas des gens très importants. Certes, Charlie s’inquiétait beaucoup pour eux parce qu’ils trempaient dans des affaires pas très nettes mais ce n’étaient que des petites frappes sans grande envergure ni ambition. Elle était bien loin de se douter de ce que l’un d’eux était en train de devenir et peut être l’apprendrait-elle un jour mais actuellement, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi Renan s’intéressait à eux. Il n’avait jamais dû les rencontrer et même si ça avait été le cas, ça ressemblait plus à une excuse qu’autre chose.
Que cherchait-il à savoir ? Il avait évoqué des dossiers, tout à l’heure, mais à sa connaissance, Kailee n’avait jamais donné à Charlie des dossiers sur ses frères ou alors c’était resté entre elles. Le mieux aurait été qu’il en parle avec son ex-femme mais visiblement cette dernière n’était même pas au courant pour la relation qu’avait entretenue Charlie avec Renan. Certes, c’était un peu gênant et Rebekha ne cautionnait pas les mensonges quand on parlait de sentiments mais son amie était assez grande pour savoir ce qu’elle faisait. Sur un plan personnel, Rebekha aurait plus été vexée du fait qu’elle lui mente plutôt que du fait qu’elle fréquentait un de ses ex mais bon…Cela ne la regardait pas.

Ecoutez Renan, je vous trouve très prévenant de vous inquiéter du devenir des Lane mais je vais vous dire exactement ce que je disais à Charlie lorsqu’elle abordait le sujet avec moi : Ce sont de grands garçons. Ils sont adultes et ont fait leurs choix. Elle était la preuve qu’une autre voie pouvait s’ouvrir à eux s’ils l’avaient voulu. Evidemment, elle s’inquiétait de leur sort ce qui est normal, après tout ils sont ses frères…Etaient, se corrigea-t-elle. Mais ils doivent apprendre à grandir et peut-être que la prison les aidera, même si à ma connaissance personne ne s’intéresse vraiment à eux pour le moment. Les dossiers que nous avons récupéré étaient au sujet d’affaires autrement plus importantes que cela, sans vouloir déprécier la famille de Charlie. Donc ils ne risquent rien et si un jour la police les arrête, je me contenterai de leurs donner le numéro d’un bon avocat.

Et uniquement en mémoire de Charlie. De son côté, Rebekha n’avait jamais rencontré un seul des frères mais ce qu’elle en avait entendu lui avait suffi.

Et je ne pense pas que les dossiers dont vous me parlez puissent avoir un lien avec eux. Vous feriez mieux d’oublier tout cela.

Elle le trouvait suspect, à insister autant. Que cherchait-il vraiment ? Rebekha avait envie de croire qu’il faisait simplement son deuil mais son instinct lui disait que ça allait au-delà, même si son pouvoir n’appuyait pas son impression. Renan ne dégageait rien de suspect, c’était frustrant ! Elle termina sa salade et but une gorgée de son soda.

Je ne vous juge pas, comme les frères Lane, Charlie et vous étiez deux adultes consentants et libres de leurs choix. Mais je pense que c’est triste pour Kailee que Charlie n’ait pas été assez en confiance pour lui révéler cela. J’espère qu’elle ne l’apprendra jamais, parce qu’elle risque d’être blessée. Pas tant que vous ayez eu une relation, mais que vous ne le lui ayez pas dit. Ne craignez rien, je me tairai et si je peux vous donner un conseil, c’est d’oublier tout cela. Quand bien même Kailee aurait donné des dossiers à Charlie, ils étaient mineurs et n’ont rien avoir avec sa mort. Quant aux frères Lane, comme je vous l’ai dit, ce sont des adultes. Si vous voulez les aider à retourner sur le droit chemin, allez discuter directement avec eux mais vous risquez d’être reçu assez rudement. Je ne les connais pas, mais vu le portrait qu’on m’en a dressé… Je vous encourage à être prudent, Renan. Vous n’avez pas l’air d’être un mauvais gars.

Pas l’air, mais le diable ne se dissimule-t-il pas sous des dehors les plus aguicheurs ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 24 Juin 2015 - 17:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5185
ϟ Nombre de Messages RP : 1770
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5185
ϟ Nombre de Messages RP : 1770
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Rebekha était une femme très compliquée, il peinait à la pousser dans la direction qu'il souhaitait et quelque chose lui disait qu'il n'avait pas réussi à la berner autant qu'il l'aurait souhaité. Le mieux était donc de faire profil bas, de ne pas insister davantage. Comme il l'avait fait avec Charlie, Tesla décida de changer de sujet pour lui faire comprendre qu'il n'était pas aussi buté qu'il en avait l'air et que ce n'était que le geste qui s'était imposé à lui lorsqu'il avait compris qu'il ne reverrait plus la demoiselle. Le français leva donc les yeux vers elle, l'écoutant d'un air attentif comme s'il était en train d'assimiler tout ce qu'elle lui expliquait comme un gentil élève. Renan avait toujours joué le rôle du « bon gars », celui que les gens appréciaient parce qu'il était calme et obéissant, mais qui manquait parfois d'initiatives. Cela dit, connaissant Charlie, Rebekha devait se douter qu'elle ne se serait jamais mis avec quelqu'un de passif, il avait dû revoir son caractère de couverture pour lui donner plus de piquant et éveiller l'intérêt de la jolie blonde. Le problème ? Renan ignorait ce que les deux amies s'étaient dit et par conséquent, il devait rester parfaitement fidèle à ce qu'il avait dit ou fait avec l'avocate.

Le trentenaire avait à peine touché à son repas, signe qu'il avait davantage demandé à la voir pour parler que pour profiter de ce repas en tête-à-tête. Son regard se baissa sur son assiette pour ne se reposer sur la demoiselle qu'au moment où elle termina ses conseils et explications. Un sourire à la fois désolé et reconnaissant ourla ses lèvres, il repensa au jour où son oncle l'avait félicité lors d'une mission : un mélange de reconnaissance et de satisfaction.

« Je savais que je devais vous parler pour régler ce problème. » Il soupira légèrement. « Je suis vraiment désolé de vous avoir dérangée pour tout ça, maintenant j'en suis à me demander pourquoi j'ai été tant obsédé par cette affaire. » Et il essaya de le transmettre en sentiment en ressentant de l'incompréhension, assez fréquente lors des missions. « Vous savez, j'ai vraiment douté des explications sur sa mort au début. Je veux dire, avant que je ne la revois la première fois, elle avait déjà été enlevée plusieurs fois et lorsque nous étions ensemble, il lui était aussi arrivé plusieurs mésaventures. Alors, qu'elle soit... qu'elle ne soit plus là à cause de son travail pour l'UNISON... » Il haussa les épaules comme s'il ne trouvait pas comment exprimer verbalement ses sentiments. « Je pensais qu'elle serait en sécurité maintenant. Je veux dire, à l'UNISON vous savez ce que vous faites, ce n'est pas comme dans un cabinet d'avocat. »

Alors qu'il parlait, Renan avait simulé une expression aussi neutre que possible, comme s'il voulait garder contenance, mais repensait sans arrêt à l'instant où il avait appris le décès de son oncle. Normalement, elle devrait songer qu'il voulait juste se montrer pudique et ne pas étaler ses sentiments devant une femme qu'il connaissait à peine. Puis aussi parce qu'il ne voulait pas qu'elle s'imagine qu'il cherchait à se faire consoler auprès de l'amie de son ex décédée.

« Vous savez, Charlie a toujours fait confiance à Kailee. Je crois seulement qu'elle ne voulait pas la blesser. Ce n'était pas un problème de confiance, j'en suis certain. » Il secoua la tête. « Mais ce n'est pas grave, presque personne ne savait pour nous. Je crois que si vous ne nous aviez pas vus la fois de notre rencontre, vous ne le sauriez certainement pas. Mais ce n'était pas de la méfiance, je ne voulais juste pas parasiter sa vie. Elle a déjà eu son compte avec Chase. »

Il faisait référence aux articles qui parlaient de leur prétendue romance ainsi que de la grossesse qu'elle devait avoir vécu alors qu'ils n'étaient qu'amis puisque Chase était plus attiré par les voleurs luminescents que par les avocates texanes. En vérité, Renan avait toujours été satisfait que leur histoire ne soit pas étalée sur la place publique : les curieux avaient tendance à mettre leur nez dans des affaires qui ne les concernaient pas ! En bref, tout cela était raconté dans le but de donner l'impression qu'il cherchait à « protéger » la réputation de Charlie et à la présenter sous son meilleur jour, une justification qui devrait permettre à Rebekha de déduire qu'il avait posé toutes ces questions dans le même but. Enfin, si elle fonctionnait comme les autres humains, il commençait légèrement à en douter.
Après quelques secondes de silence, il termina.

« Je vais vous écouter et oublier tout ça. Je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée d'aller voir ses frères, elle m'a laissé entendre qu'ils n'avaient jamais été très compréhensifs avec ses anciens compagnons. » Et encore, c'était un euphémisme. « Je vous ai vraiment dérangée pour rien. » Nouveau sourire navré. « Mais je suis content de vous avoir un peu parlé, ça me fait plaisir de savoir que Charlie a... qu'elle avait des amies comme vous. »

Il terminait sur une bonne note, mais sans couper court à la discussion. Pourquoi ? Parce qu'il ne voulait pas qu'elle s'imagine qu'il avait simplement voulu discuter de ces dossiers avant de s'enfuir : il attendait qu'elle lui annonce devoir prendre congé pour continuer sa soirée ailleurs. Restait à espérer que tous les efforts déployés pour émailler son discours d'émotions en accord avec ses paroles, allaient porter leurs fruits !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 25 Juin 2015 - 10:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Vous faites votre deuil, c’est une phase normale, lui répondit Rebekha en essayant de le réconforter. Vous essayez de comprendre ce qui est une injustice, vous cherchez une raison valable, parce que ça n’aurait jamais dû arriver et vous avez raison : Ca n’aurait jamais dû surtout pas à elle, surtout pas en état, mais vous savez, appartenir à l’UNISON a plutôt tendance à dessiner une cible sur votre dos plutôt que l’inverse. Nous sommes des remparts mais nous ne sommes pas infaillibles…

Il s’était certes montré un peu trop insistant sur le sujet et elle n’avait toujours pas précisément compris ce qu’il cherchait en venant ici. Peut-être rien, justement. Peut-être avait-il besoin d’en parler, d’évacuer, et peut-être ne pouvait-il le faire avec personne d’autre parce qu’il ne voulait pas risquer qu’il y ait des fuites, de relancer la passion des journalistes au sujet de son amie. Elle avait toujours été au centre des médias, pour des raisons qui avaient semblées ridicules à Rebekha. L’agent ne comprendrait jamais en quoi les relations amoureuses entre deux célébrités pouvaient déchaîner à ce point les passions. Evidemment, Charlie n’avait jamais fréquenté Chase et avait encore moins été enceinte de lui, mais quoi qu’elle dise, les journaux campaient sur leur position. Alors si Renan avait parlé de cela avec un ami, et que cet ami, désireux de se faire un peu d’argent ou de publicité, avait décidé de révéler ces confidences, ces doutes ? L’UNISON s’en serait probablement prit plein la tête. Et Renan aurait été harcelé. Il devait déjà suffisamment souffrir comme cela. En tous cas, il le laissait paraître. Ce n’était pas exagéré, il ne semblait rien feindre. Ou il était très doué, ou il était sincère.

Je ne pense pas que ce soit pour rien. Après tout, vous avez pu vider votre sac et je suis sure que vous vous sentez un peu mieux qu’en arrivant non ?

Elle continuait de surveiller ses émotions, comme elle le faisait toujours avec les gens qui ne possédaient pas de protection adéquate. Une déformation professionnelle qui lui avait souvent gâchée la vie. Heureusement que certains de ses proches amis étaient protégés par des boucliers mentaux. C’était reposant.

Je suis contente qu’elle ait pu rencontrer un homme comme vous, vous aviez l’air de tenir sincèrement à elle en tant que personne. J’ai l’impression que vous êtes quelqu’un de bien, alors si par hasard vous avez à nouveau besoin de parler d’elle, n’hésitez pas à m’appeler. J’ai un emploi du temps chargé, mais ne dit-on pas que les amis de mes amis sont mes amis ?

Bien qu’il fallait avouer que sa proposition n’était pas totalement désintéressée. Si jamais il lui passait encore un coup de téléphone pour se renseigner sur les mêmes sujets, même de manière détournée, ses doutes seraient confirmés et elle pourrait se lancer dans une enquête plus approfondie. Actuellement, rien ne le justifiait hormis un début de paranoïa et Rebekha était trop occupée pour pouvoir vraiment approfondir le sujet tout de suite.
Mais elle n’oubliait jamais rien. Jamais.

Elle termina son verre de coca et se rendit compte qu’il n’avait presque pas mangé.

Vous devriez vous nourrir un peu, conseilla-t-elle.

En réalité, elle ne supportait pas le gaspillage, surtout alimentaire. Peu importe ce qu’on lui servait, qu’elle aime ou non, Rebekha s’obligeait toujours à finir son assiette, comme si cela suffirait à contrer l’injustice que chaque être humain sur terre n’ait pas droit à se nourrir selon ses besoins.

Vivez votre vie, Renan. Tournez la page. N’oubliez pas Charlie, mais avancez sans vous retourner. Elle n’aurait pas voulu autre chose, vous la connaissez.

Rebekha l’avait toujours vue comme une sorte de rayon de soleil. Savoir que des gens se rendaient malheureux et se montaient la tête « à cause » d’elle ne lui aurait certainement pas plu. Elle était de ses gens qui auraient préféré un enterrement plein de rire où l’on se souvient des bons moments plutôt que des torrents de larmes.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 25 Juin 2015 - 15:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5185
ϟ Nombre de Messages RP : 1770
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5185
ϟ Nombre de Messages RP : 1770
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Pendant un bref instant, Renan regretta de ne pas être empathe lui aussi : il se demandait sérieusement si la jeune femme avait gobé le coup du petit-ami en deuil qui cherchait à justifier la perte de sa compagne. Très honnêtement, le français regrettait vraiment que Charlie soit décédée. Non seulement tous ses efforts pour la séduire avaient été vains, mais en plus il devait admettre qu'elle lui plaisait bien. Elle avait un esprit critique, du plomb dans la cervelle – au sens figuré à cette époque – et ne se laissait pas marcher sur les pieds. Des traits de caractère qui plaisaient réellement à l'Officier de la Pénombre et il admettait volontiers qu'il n'aurait pas été contre le fait qu'elle vive encore quelques années. Mais il n'avait pas encore appris à vaincre la mort, sans quoi son oncle serait à nouveau à ses côtés, le mieux était donc de passer à autre chose pour pouvoir se concentrer sur les intérêts de SHADOW : son deuil avait été fait deux secondes après avoir appris le décès de la blonde. Il n'avait même pas été à son enterrement, même s'il justifiait ça en disant que personne n'était au courant pour eux – et qu'il serait étrange que le laveur de carreaux employé par son cabinet se pointe à son enterrement.

Lorsqu'elle lui demanda s'il ne se sentait pas mieux qu'en arrivant ici, Renan opta pour une brève expression de réflexion.

« Peut-être, si. »

Un peu de doute flottait dans son esprit, comme la fois où il avait dû prendre une décision importante et qu'il ne savait pas vers quelle direction s'orienter. Il put d'ailleurs constater que Charlie s'était attachée à une personne altruiste en la personne de Rebekha. Qu'elle lui offre la possibilité de lui reparler s'il souhaitait bavarder autour de l'avocate le montrait bien. Cela dit, Renan doutait la recontacter un jour. Même si elle avait été serviable, son intonation restait très... stricte ? Le fait qu'elle déclare ne pas faire d'exception pour aider les Lane était la preuve flagrante de ses limites : elle ne serait pas prête à tout pour l'aider et Renan craignait qu'elle ne soit pas assez malléable. Ajoutez à cela qu'elle était empathe et vous compreniez que sa tâche était grandement compliquée par toutes ces histoires. Malgré tout, un sourire reconnaissant se dessina sur ses lèvres.

« C'est gentil à vous. Mais je crois qu'il va falloir que je me débrouille autrement. »

Il voulait lui donner l'impression d'être quelqu'un d'assez fermé et de pudique, qui n'aimait pas étaler ses sentiments devant des inconnus. Elle avait dû s'en rendre compte durant leur première et brève rencontre puisqu'il ne s'était pas montré affectueux ou tendre avec Charlie, juste attentionné. Seul son regard avait « trahi » ses prétendus sentiments, mais il ignorait si elle s'en était rendu compte ou non. C'était le plus compliqué dans la manipulation : vous dire que, bien souvent, vos gestes n'étaient même pas remarqués et que vous perdiez votre temps pour rien, en quelques sortes. Mais il préférait en faire trop que pas assez.

Toujours est-il que la discussion touchait à sa fin, après avoir joué la maman attentive en lui conseillant de se nourrir, la jeune femme lui suggéra de tourner la page de son histoire avec l'avocate. C'était déjà fait, mais les gens comprenaient très mal qu'une personne dotée de sentiments puissent oublier un amour aussi rapidement. Il allait devoir jouer là-dessus encore quelques temps, même auprès de ceux qui n'étaient pas au courant, au cas où quelqu'un mènerait une enquête à ce sujet. Chaque détail était important. Renan hocha la tête comme s'il comprenait quelque chose d'important, songeant au jour où il s'était résigné à tourner la page de la mort de son oncle pour se concentrer sur la suite.

« Vous avez raison. Mais très franchement, elle n'a jamais été douée pour savoir ce qui était bon pour elle. Je crois que les personnes altruistes ne sont pas spécialement qualifiées pour savoir ce que les autres doivent faire pour elles. » Il esquissa un léger sourire. « Mais c'est un peu tard pour en parler avec elle, j'en conviens. » Son regard se détourna brièvement pour se promener sur les environs. « J'espère que vous ne faites pas comme elle mademoiselle Lawson. Je veux dire... ça ne me regarde pas, mais je n'aimerais pas apprendre qu'il vous est aussi arrivé quelque chose. » Son attention se reporta sur elle. « Nous ne nous connaissons pas vraiment, mais ça ne m'empêche pas de vouloir éviter d'apprendre que l'amie de Charlie est aussi décédée à cause de l'UNISON. » Il haussa les épaules. « Vous devez aussi avoir des gens qui ne souhaitent pas se retrouver dans ma situation. »

Même s'il savait qu’elle n'était pas mariée, ni en couple apparemment. La conversation arrivait sur la fin et après s'être exécuté en mangeant un peu, la fin du repas pointa le bout de son nez. Il avait encore abordé des sujets plus légers pour meubler la conversation et montrer qu'il n'était pas obsédé par les dossiers, puis l'addition fut demandée et lorsque le moment de payer se présenta, Renan glissa machinalement sa main jusqu'à sa poche arrière pour récupérer son porte-feuille. Mais ne rencontra que le vide. Comment ? Aussitôt, il se remémora la séance de pelotage improvisée que Raphaël lui avait imposée le matin même. Il ne serait pas étonné d'apprendre que l'Archidémon en avait profité pour lui substituer son porte-monnaie ! Une vague d'agacement très vite remplacée par une sensation de contrariété et de gêne s'installa dans son esprit. Pour quoi allait-il passer devant l'agent Lawson ? Un type qui se faisait payer son repas après avoir chialé sur son épaule. Finalement, l'embarras prit le dessus, bien qu'il aurait préféré se laisser submerger par la colère.

« Je crois qu'il y a un léger imprévu, l'un de mes collègues m'a joué un mauvais tour.... » Ce qui était la stricte vérité. « Il m'a emprunté mon porte-feuille. Vous venez parfois ici vous m'avez dit ? Vous pensez que vous pourriez persuader le patron que je ne suis pas un voleur et que je reviens ici d'ici une heure le temps de chercher du liquide chez moi ? Quitte à laisser quelque chose en gage. » Même s'il n'avait pas grand-chose de valeur sur lui. Sourire désolé. « Je vous assure que ce n'est pas un coup foireux préparé à l'avance. »

Absolument pas, la contrariété et la honte ressenties étaient parfaitement réelles !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Sam 27 Juin 2015 - 10:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Rebekha était mal à l’aise devant la sollicitude de Renan. Elle n’avait jamais su gérer ce genre d’attention à son égard, elle ne comprenait même pas pourquoi on se comporterait comme ça avec elle, bien qu’elle soit bien placée pour savoir qu’être altruiste n’appelait aucune raison logique. Elle joua avec son verre tout en l’écoutant, faisant tourner le fond de glaçons fondus, se perdant dans la contemplation du liquide. Des personnes qui tenaient à elle ? Il y avait sa grand-mère, bien entendu, qui l’avait élevée depuis la mort de ses parents dans ce tragique accident. En dehors de cela, elle n’avait pas vraiment de famille. Enfin, elle savait que son père avait une sœur et que cette sœur était mariée mais elles ne se fréquentaient pas et Rebekha était fille unique. Son équipier, Harris, n’aimerait pas apprendre sa mort et il en concevrait certainement non seulement beaucoup de tristesse mais aussi de rage. Le connaissant, l’agent n’aurait pas aimé être de l’autre côté de son flingue ! Andrea, sa protégée, quelques connaissances… L’image d’Adrian lui traversa l’esprit et elle s’attarda sur son cas quelques instants. Serait-il triste s’il lui arrivait quelque chose ? Probablement, le connaissant, mais verserait il des larmes pour elle ?

Elle secoua sa tête, chassant ces pensées un peu sombre. Ils discutèrent encore un peu de banalités, Rebekha ayant répondu par un sourire aux interrogations de Renan, peu désireuse d’approfondir le sujet. Elle n’en parlait déjà pas avec ses proches alors lui, qui était un inconnu contre lequel son instinct d’agent la mettait en garde, sans qu’il n’y ait de véritable raison à cela ? Après tout, ses émotions avaient l’air sincère… Et elle doutait qu’il soit un très grand acteur.
Mais bon, sait-on jamais.

L’addition arriva et Renan chercha son portefeuille, tout comme Rebekha, qui n’avait pas l’habitude qu’on l’invite où que ce soit. Hélas, visiblement, il avait été victime d’une méchante blague puisque quelqu’un le lui avait dérobé.
Elle le soupçonna, l’espace d’une demi-seconde, d’avoir fait exprès même si elle trouvait que c’était se donner beaucoup de mal pour un hamburger auquel il avait à peine touché, mais sa frustration ainsi que sa colère étaient sincères. Il était gêné, mal à l’aise et elle n’aurait pas aimé être à la place du petit plaisantin. Elle lui sourit.

Ce sont des choses qui arrivent. Vous êtes certain que c’est l’un de vos collègues et que ce n’est pas plutôt un pickpocket dans la rue ? Il vous fait des blagues de mauvais goût souvent ?

Visiblement ce devait être le cas. L’agent n’aurait pas pu travailler dans un climat comme celui-là. Voler le portefeuille de quelqu’un n’avait rien de comique, mais c’était peut-être un de ces trucs de mec qu’elle ne pouvait pas comprendre ?

Ne vous embêtez pas, il doit y en avoir pour 25 dollars en tout, on ne va pas chipoter ! Je vais payer pour nous deux.

Son ton était sans appel. Evidemment, elle avait conscience que cela pouvait le mettre mal à l’aise. Beaucoup d’hommes pensaient qu’une femme n’avait pas à payer ses repas au restaurant, comme un code sacré, comme si l’indépendance financière d’une femme était un concept trop dangereux. Rebekha travaillait depuis sa majorité, elle touchait un salaire correct, elle pouvait vivre tranquillement et même un peu au-dessus de la norme grâce à ses romans. Elle n’était clairement pas sur une si petite somme. Alors, faisant fi de ce que pourrait dire Renan, elle glissa cinq billets de cinq dans le livret puis elle se leva et lui tendit la main.

Ce fut un plaisir de vous revoir, j’espère que vous irez bien et que vous parviendrez à avancer. Peut-être à une prochaine fois ?

C’était plus de la politesse qu’autre chose, évidemment. A moins qu’il ne tombe dans son petit « piège » mais elle en doutait. Même si sa paranoïa lui criait qu’il n’était pas net, force était de constater que ses sentiments avaient l’air authentique.

L’avenir lui donnera-t-il raison ? A voir.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

 
L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha Cadre_6L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha Cadre_7_bisL’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha Cadre_8


L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha Cadre_1L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha Cadre_2_bisL’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha Cadre_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha Cadre_6L’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha Cadre_7_bisL’art de plaire est l’art de tromper ▬ Rebekha Cadre_8
Sauter vers: