Coeur de cristal [PV : Anthony Pierce] Bouton_vote
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Coeur de cristal [PV : Anthony Pierce] Categorie2_1Coeur de cristal [PV : Anthony Pierce] Categorie2_2bisCoeur de cristal [PV : Anthony Pierce] Categorie2_3
 

Coeur de cristal [PV : Anthony Pierce]

 
Message posté : Jeu 15 Mai 2014 - 2:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Alors qu'elle regarde le sang coulant depuis le dos de sa main, Sarah comprend que cela sera certainement l'un des pires jours de l'année pour elle, pourtant elle aurait dû se douter que la journée serrait pourrie :

Cinq heures pétantes, malgré le fait que c'est le week-end Sarah est debout comme toute la petite famille, habitude instaurée par le paternel et qui viens de son passé de soldat avant qu'il ne devienne Captain Titan. Ce n'ai d'ailleurs plus un secret pour la famille depuis longtemps, cela entraine même parfois des discutions des plus particulières et amusante au dinée quand il commence à expliquer sa journée ce qui est un autre sujet, enfin diné entre elle, son père et sa mère puisque le reste sont chez eux maintenant ou en campus. Bref, c'est un légume roux qui va squatter la salle de bains le temps de se faire une beauté et de se réveiller à la douche froide avant de s'habiller, prendre son barda et prendre son petit déjeuné. Puis une fois sortie elle se rend compte qu'elle n'a rien à faire de la journée. Elle attend que son père arrange son transfert probable avec la directrice de la Star High et ses amis... Ceux qu'elle n'a pas encore suffisamment repoussés pour qu'ils se détournent d'elle seront occupés quand ils seront levés. Il est sept heures et Sarah déambule depuis une bonne demi-heure dans la rue grouillante de vie de Star City, observant ce jour radieux et se disant qu'avec son argent de poche elle pourrait se permettre de faire des folies de temps à autre. Peut-être un CD qu'elle écoutera dans un parc en profitant du soleil en cette belle matinée ? Finalement elle se dit que ça sera matinée shoping au Millenium Mall, petit encas dans un petit coin de verdure et que si elle rencontre une de ses connaissances elle improvisera.

Une fois dans son magasin préféré, enfin un de ceux qu'elle apprécie particulièrement elle laisse ses doigts glisser le long du plastique des boitiers, pour une fois que je ne porte pas de gants j'ai une impression de manque... Enfin elle a promis à son père d'essayer de ne pas les porter en permanence alors elle se doit de le faire. Si elle avait su, elle en aurait pris en cuir ou dans une matière encore plus solide pour l'occasion... Enfin soit, c'est à ce moment-là qu'elle l'a vu, pas que ce soit un mec si particulier, mais vu l'heure il n'y a pas tant de monde que ça ici. Enfin elle se dit ça, mais dans moins d'une heure ça sera littéralement inondé de personne quand elle se remémore les dernières fois et ça commence à se remplir d'ailleurs. Pourquoi pensait-elle à ce garçon ? C'est simple, trois magasins, trois fois qu'elle l'aperçoit ça lui met la puce à l'oreille... « Oh génial... » Et finalement ce qui doit arriver arriva, il commença gentiment, enfin plus ou moins à me draguer, elle lui fait comprendre timidement qu'elle n'est pas intéressée ce qui ne semble pas fonctionnel, elle continue alors en lui indiquant poliment qu'il est du mauvais sexe pour pouvoir avoir sa chance et que même si c'était le cas elle est plus conte de fées que relation d'un soir. Cela semble suffire et alors qu'elle va prendre de quoi manger plus tard sur le pouce elle l'entend à nouveau. « Mademoiselle, ton porte-feuille ! » Elle reste complètement bouche bée alors qu'elle allait lui passer une soufflante, elle reprend alors son bien et il par tout simplement... Quand elle l'ouvre elle se rend compte que quelqu'un s'est servi au passage génial, bon ce n'est pas si grave, elle a ses courses et il n'y avait plus grand-chose dedans. Néanmoins, cela ne fut que le début d'une légère queue de soucis divers.

Alors qu'elle s'apprête à sortir pour profiter du reste de la journée, paf ! Le bruit de l'orage et une pluie diluvienne, géniale. Bon, elle n'a pas assez pour se prendre un parapluie, ce n'est pas son pauvre sweet à capuche noir qui la protégera d'un temps pareil et de toute manière elle n'a pas envie de manger dehors avec cette averse. Elle se dit donc qu'elle va attendre à l'intérieur sagement puis soupire quand elle se rend compte que l'endroit moyennement peuplé et maintenant complètement inondé de personnes, forcement la plupart des gens des alentours surpris par la pluie sont ici ce qui fera au moins la joie des propriétaires de boutique, enfin je crois ? Et alors que la foule se pousse et s'entremêle, elle sent une chose sur sa fesse... Elle préfère se dire naïvement que c'est un accident au début, mais le fait que cet accident se répète deux nouvelles fois décrédibilise cette thèse. En plus comme elle ne réagit pas il en profite le cochon tien... Elle a les poings crispés et la colère se propage jusque dans sa main droite alors que je n'ai même pas senti la douleur de celle-ci trop concentrée sur l'humiliation, la peine et à la gêne qu'elle ressent à cause de ce satyre derrière son dos. En serrant les dents, le dos de sa main droite vient donc percuter la joue de son tortionnaire féminin, mais elle commence à avoir peur quant au lieu du bruit de claque qu'elle s'attendait à entendre, c'est celui de la peau qui se déchire et qu'elle voit une giclée de sang et le type finir au sol la joue largement balafrée et celui-ci en état de choc à cause de la décharge électrique.

Malédiction, elle est sous le choc alors que le mélange de paniques et de colère gagne son corps, que son cœur bat à tout rompre et que les premiers hurlements autour d'elle fusent. « Non je ne voulais pas... Je vous le jure ! » Mais sa voix timide et tremblante ne couvrira certainement pas les bruits de stupeur et le début de panique générer par effet boule de neige. Évidement, la peur, la douleur des cristaux qui s'échappe de son corps en lacèrent violemment sa peau, entrainant un stress et une panique grandissant en elle, petit à petit elle commence à être recouverte de ceux-ci alors que les vigiles s'approchent pour voir qu'est-ce qu'es la source de tout ce bordel. À ce moment la elle est agenouillée au sol, fondant en larmes alors que ses avant-bras et ses tibias son presque totalement recouvert, ses phalanges sortant d'épais et longs cristaux le tout imbibé de son sang, mais aussi de celui de sa victime qui gît au sol avec ses emplettes. « Je ne voulais pas... S'il vous plaît... » Mais voyant le bougre au sol toujours parcouru de spasme qui se réveille peu à peu. Ils appellent une ambulance et les secourent bien évidemment en implorant la demoiselle au calme, mais leurs attitudes défensives et leurs regards ne font que la plonger d'avantages dans un état qui empire sa situation.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 16 Mai 2014 - 0:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Encore heureux, cette succulente viennoiserie n'était pas réservée au Star City Police Department, contrairement à ce que la légende populaire laissait à penser. Finement recouverts d'un sucre glace légèrement croustillant sous la dent, les "doughnuts", ces moelleux anneaux de pâtes frites, étaient probablement le plus gros péché mignon d'Anthony. Sa faiblesse, son talon d'Achille. L'épicerie dégageait une douce odeur - subtilement épicée - de pain encore chaud, tout juste sorti du four. Il quitta l'établissement sous un ciel gris qui ne présageait rien de bon pour le reste de la journée, un sachet en papier brun et son contenu dans sa main droite alors qu'il guida la porte avec sa main gauche. Aujourd'hui, c'était repos, pas de travail. Ce n'était pas forcément les journées qu'il préférait. Trop calmes, elles étaient vite prônes à l'ennui. Pire, elles n'occupaient pas assez son esprit, qui se remplissait à nouveau des visions douloureuses de la guerre. Chaque fois qu'il était de repos, il s'adonnait aux seules choses à même de lui faire oublier ses souffrances : l'entraînement physique intense, et la bouffe.

Tôt ce matin, à une heure où les gens raisonnables dorment, Anthony s'était rendu aux locaux de l'UNISON, avait salué les équipes de nuit qui terminaient leur journée de travail, puis avait pris le chemin des stands de tir. Un bon moyen de commencer la journée en évacuant ses pensées négatives. Il s'était ensuite douché et changé dans les vestiaires avant de se rendre au Millenium Mall. C'est la que s'y trouvait "Dunkin' Donuts" et leurs légendaires produits. Il avait pris deux "Captain America", décorés au couleur de son pays - un rond bleu dans un rond rouge, le tout percé d'une étoile blanche. Le grondement du tonnerre ne précéda l'arrivée d'une pluie diluvienne que de quelques secondes et Anthony dut courir pour aller s'abriter, alors qu'il venait d'engouffrer l'un de ses donuts dans sa bouche. Il manqua d'ailleurs de s'étouffer devant un enfant d'un dizaine d'années qui le regarda en éclatant de rire et en le pointant du doigt. Tony s'apprêtait à le gronder, mais ça mère était mignonne. Il se contenta alors de sourire - la viennoiserie encore dans sa bouche, pour un spectacle... unique - en passant une main dans les cheveux du gamin.

C'est alors que les hurlements au loin attirèrent son attention. Il détourna son regard du bambin, et serra son poing sur le sac en papier jusqu'à s'en blanchir les phalanges. Cette fois-ci, il devait remercier les scientifiques pour sa vision d'une qualité nouvelle. Au loin, il ne pouvait pas manquer l'impressionnant spectacle, et source de la terreur qui avait gagné les clients du centre commercial. Ce qui ressemblait visiblement à une jeune femme était en train de se couvrir d'une sorte de... cristal ? Alors que le badaud moyen partait dans la direction inverse et prenait ses jambes à son cou jusqu'à ce qu'il soit à une distance suffisante pour pouvoir twitter ou filmer en sécurité, Anthony se mit à courir en direction de l'incident ou plusieurs vigiles braquaient déjà leurs armes sur celle qu'ils percevaient légitimement comme une menace.

Lorsqu'il arriva à la hauteur de la sécurité du centre commercial, il posa sa main sur le pistolet de l'agent et le baissa, sans pour autant le regarder dans les yeux ni lui dire quoi que ce soit. Non, son attention était rivée sur le cas fascinant auquel il faisait face. Une "super". Il avait beau ne pas les apprécier pour les problèmes qu'ils représentaient, Anthony était humain, et il savait reconnaître une jeune enfant en détresse quand il en voyait une. La pauvre, à son âge, devait souffrir de sa condition. Elle était à genoux. Tony s'approcha d'elle et s'accroupit, à environ deux mètres.

« Mon nom est Anthony Pierce, et je suis là pour t'aider. » Il enleva sa veste pour montrer qu'il n'était pas armé et la jeta derrière lui. Puis, à la grande surprise des agents de sécurité, il s'assit en tailleur face à elle. « J'aimerais que tu te calmes. Tu peux faire ça pour moi ? » Anthony n'était pas pressé et pouvait attendre plusieurs heures s'il le fallait. Il termina son donut avant de sortir le deuxième du sac marron. Il le tendit dans la direction que la jeune adolescente. « Tu le veux ? Je ne propose pas mes donuts à n'importe qui. » Elle était sanglotante, et hoquetante. « Visiblement non... Tu sais quoi, je vais le remettre dans le sac, et si tu parviens à te calmer... alors on pourra parler donuts. »

Il patienta encore un peu, mais la situation ne sembla pas s'améliorer. La pression des vigiles, armes à nouveaux brandies ne permettait pas vraiment à la jeune femme confuse de se détendre. Ils ne faisaient que leur travail, mais ils commençaient à taper sur les nerfs d'Anthony. Ce dernier se releva - lentement - se tourna vers la sécurité et balança le sac et le donuts sur l'un des agents. La viennoiserie parvint à trouver son chemin hors du sachet et s'étala sur l'uniforme de l'agent de sécurité, désormais décoré d'une belle tâche de gras qui s'étendit lorsque le donut glissa le long de son thorax.

« C'est pas possible ça ! » cria-t-il à leur attention en levant les bras vers le ciel « Vous avez déjà essayé de vous détendre avec une dizaine de flingues pointés sur votre tempe ? Merde, elle a pas vingt ans ! » Après s'être immobilisé quelques instants pour l'effet, il se tourna à nouveau vers "l'enfant", et s'en approcha à nouveau. Pour une adolescente de cette tranche d'âge, l'expérience devait être traumatisante, et c'est pour cette raison qu'il la traitait comme une enfant.

Il s'accroupit à côté d'elle, cette fois-ci à quelques centimètres. « Fais moi confiance, petite. Comment veux-tu que je t'appelles? » Il avait parlé ces mots doucement en posant une main amicale sur son épaule... C'était peut-être le geste de trop.

La victime qui gisait non loin avait été évacuée. L'excès de confiance d'Anthony - et la raison pour laquelle il traitait le problème nonchalamment - était facile à expliquer : il ne craignait pas pour sa vie et avait connu bien pire. Il avait vu les dégâts qu'elle avait infligé à ce garçon, mais entre sa résistance accrue et sa régénération, Anthony était le mieux placé pour recevoir les excès de frustration de la jeune femme. Il était plus à même de les encaisser et d'en récupérer que les vigiles... Ce n'allait pas pour autant être agréable.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 16 Mai 2014 - 1:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le bruit assourdissant des cris, la panique et maintenant les armes braqués sur elle, comment auriez-vous réagi ? La panique, la douleur, car, plus elle se sent en danger et plus les cristaux tente de la protéger sans qu'elle ne se rende compte de cet effort. C'est en cela que cette symbiose est un échec, sans se rendre compte des tentatives de l'un pour soutenir l'autre, alors elle ne fait que craindre l'être cristallin qui ne tente pourtant que de la protéger. Et de toute évidence elle ressentait un danger immédiat vis-à-vis des vigiles qui la pointer d'un armement qu'il ne comprendrait pas même s'il pouvait avoir la moindre conscience de son environnement. Tout ça pour dire que le danger ressenti est bien assez pour justifier sa croissance et qu'il ne s'en prive pas, formant peu à peu de grands cristaux tranchant un peu partout sur son corps, lacérant la peau comme le tissu. Ainsi elle pouvait dire adieu à ce qu'elle porte sur elle, même si ça ne devait pas encore dégénérer d'avantage ils seraient irrécupérables.

Puis est venu le chevalier à l'armure blanche... Rigolez, mais au milieu de ces hurlements et de ces vigiles menaçant il a réellement l'air d'un héros aux yeux d'une jeune fille perturbée et en pleine panique, il pourrait être la plus vile des pourritures que le moindre de ses mots ne sonnerait mieux que celui de n'importe qui d'autre rien que pas ce regard qu'il porte sur elle. Elle ne faisait plus attention au reste, au premier regard il aurait pu voir qu'elle l'observait lui et rien d'autre, pour se rassurer sur le fait qu'autour d'elle tous n'essayaient pas de la juger ou de la détruire. Comme un animal blessé, elle commença par le jauger du regard, ce manque flagrant d'hostilité en réponse à sa vue la troublait, sans encore réussir à la rassurer il attisa ce premier contact qui pourrait tout démêler.

Se calmer ? Pour qui il se prend ? Ce fut ce genre de pensées qui parcourra son esprit, puis elle commença à se rendre compte que c'était peut-être le mieux à faire, enfin pas assez pour réussir à le faire en tout cas. Le coup du donut l'aurait fait rire si elle n'était pas trop occupée à perdre petit à petit pied avec la réalité et continuer à fondre en larmes. Petit à petit il n'y avait que trois choses pour elle, la douleur, le danger représenté par les vigiles et lui. Mais il allait trop vite, elle a essayé de lui répondre, de décliner son identité, mais finalement elle ne put geindre qu'un simple. « Non ! » Comme pour essayer de le prévenir alors qu'il fit ce qu'il ne fallait pas faire.

Le cristal la défend et c'est pour ça... Qu'il ne prit pas la peine de se développer sous la main de ce Pierce au contraire s'il est attentif et il l'est certainement, ils se résorbaient comme pour s'assurer de ne PAS le toucher. Néanmoins par réflexe elle avait évacué sa main de revers de la sienne. Oui erreur... Le dos où il y a de gros cristaux, elle ne veut pas le blesser et finalement elle a certainement réussi à le faire. Malgré tout, malgré ce coup "fort", la décharge électrique produite par les cristaux de sa main ne furent même pas aussi puissant que la décharge d'une grosse pile alcaline ou même pas aussi tranchants qu'ils auraient due l'être au vue de la grave blessure du garçon de tout à l'heure, comme s'il ne représentait pas un danger pour elle et donc par la même occasion le cristal... Oui bon ça a dû quand même faire mal. Maintenant qu'il était aussi près il pourrait certainement voir les cristaux se développer à vue d'œil, tranchant la chair pour se libérer, mais bizarrement ne laissant que peu de sang couler comme si la peau se resserrer derrière pour éviter une anémie fatale à Sarah ce qui en fait est le cas. Mais, cela ne l'empêche pas d'en souffrir, de gémir de douleur alors qu'elle la confusion la gagne de plus en plus. Assez pour ne pas réfléchir calmement au problème en cours, alors qu'elle entend le bruit caractéristique ou pas, en tout cas qui ressemble bien, du mécanisme d'une arme a feu elle repousse violemment l'homme en arrière... Oui bon pas plus que ça en réalité, un homme bien bâti et entrainé face à une frêle demoiselle de 16 ans il a dû au pire faire un pas en arrière. Mais cette réaction agressive avait dû suffire ou au moins servir d'excuses aux vigiles, car, ce genre de bruit se multiplia.

« Je ne voulais pas... non... Non ! » Prise d'une panique aiguë à l'entente de ses bruits, elle fait alors l'erreur caractéristique dans ce genre de cas, elle essaye de fuir alors qu'elle n'a dans le fond rien à se reprocher... Enfin si on exclut le blesser, mais c'est à lui de voir s'il veut porter plainte et c'est une autre histoire. Sauf qu'elle n'avait pas fait plus de cinq pas, d'ailleurs difficiles dans sa condition cristalline puisque sa peau en prenait dans tous les sens et que ses articulations sont de plus en plus bloquées. Sans écouter les sommations des vigiles elle continue et c'est là que le coup a retenti, propre, net, de sorte à ne pas blesser qui que ce soit, un tir de sommation des plus académique. Paniquer encore plus ou se stopper par peur, elle n'a pas eu l'occasion de choisir, car, elle trébuche et s'écroule au sol laissant se briser quelque un de ses cristaux s'éparpillant... Heureusement qu'ils ne tentent pas de se propager en dehors de la protection de la demoiselle, ça aurait pu être encore pire. Elle est maintenant à la porte de deux possibilités, perdre tout espoir ou LUI faire confiance, n'ayant pas le loisir de pouvoir réfléchir, c'est arbitrairement que son cœur décide de la réponse : elle récupère un objet dans sa sacoche puis elle tend la main pathétiquement vers ce fameux Anthony. Oui bon, puisqu'elle n'arrive pas à le dire, elle lui tend sa carte d'identité dans un éclair de lucidité. Elle reste encore une jeune fille naïve, une demoiselle de seize ans qui sans un mot essaye de le supplier de l'aider.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 17 Mai 2014 - 23:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Anthony avait lamentablement échoué à calmer l'adolescente. Sa précipitation avait ruiné ses efforts qui semblaient pourtant payants lorsqu'il avait approché la main de l'épaule fragile de la jeune fille et avait eu la surprise de voir la carapace cristalline qui la protégeait se rétracter, comme pour l'inviter à continuer. Anthony voulait la réconforter, lui dire que tout allait bien se passer - car tout allait bien se passer - et continua ainsi de s'approcher de son épaule, où le vêtement qu'elle portait lorsque l'incident s'était produit était désormais déchiré. Dans la tête de l'agent Pierce, de nombreuses questions s’enchainaient comme s'il essayait de résoudre un mystère. Même si ses questions demeuraient sans réponse, il était capable d'établir un certain nombre de déductions rien qu'avec ce qu'il avait pu voir jusque là. Déjà, son état ne mentait pas : soit, elle n'avait pas voulu que la situation prenne cette tournure ; soit, elle était une excellente comédienne et essayait de se sortir de l'agression du jeune homme en jouant la comédie. Si la seconde option n'était pas impossible, elle paraissait franchement poussée et improbable. C'est donc sans surprise qu'Anthony décida de croire en la première option, de loin la plus vraisemblable. Parcourant la jeune fille d'un regard curieux, analytique, mais aussi et surtout plein de compassion, il essaya de comprendre sa... "condition" - les médecins le disaient eux-mêmes à leurs patients les plus graves, il s'agissait du fameux "comprendre pour mieux agir", car Anthony ne savait pas vraiment où donner de la tête et comment résoudre cette problématique. Il n'avait pas souvent eut à faire à des enfants... innocents qui plus est. La deuxième chose qu'il remarqua, c'est que le développement des cristaux semblait anarchique, et l'adolescente donnait l'impression de ne pas avoir la capacité de contrôler son "don" - ou en l'occurrence, sa malédiction. Ce dont elle était victime apparaissait comme une affliction complexe, réactive à l'intervention de tiers. Pour une raison ou une autre, Anthony était parvenu à pénétrer les défenses de l'enfant paniquée sans être repoussé ou blessé par l'enveloppe de cristal qui faisait d'elle un monstre aux yeux de la sécurité. Ce type de réaction ne pouvait techniquement pas provenir d'une mutation génétique innée, et les premières intuitions d'Anthony ne lui laissèrent penser qu'à deux options : l'origine "magique", ou l'origine "extra-terrestre".

En vérité, dire qu'il avait réussi à pénétrer les défenses de l'adolescente était une énorme exagération. Sa main n'avait toujours pas établi contact avec son épaule lorsqu'elle le frappa avec une force bien supérieure à celle d'une adolescente de cet âge. Dans la confusion, dans la panique, elle s'était relevée brusquement sous les cliquetis caractéristiques d'une sécurité qu'on enlève. Les forces de sécurité du Millenium Mall s'étaient de toute évidence mobilisée en nombre pour assurer la sécurité du magasin et établir un périmètre de sécurité autour de la "créature" qui les effrayait. Leurs armes de poing en direction de la "criminelle", ils se tenaient prêts à faire le nécessaire pour contenir la menace et venaient de toute évidence de considérer qu'Anthony avait échoué lorsqu'il effectua un pas en arrière. Ce n'était pas le cas. Dans son geste de protection, l'inconnue lui avait profondément ouvert la main droite qui saignait désormais abondamment. Sous l'impact de la frappe et suite à la douleur, l'agent de l'UNISON avait effectivement reculé - comprenez titubé - d'un ou deux pas en arrière. La blessure, en plus d'être profonde, était particulièrement large. Alors qu'il tentait de sortir de son état de surprise et de souffrance, il plaqua avec force sa main gauche par dessus sa blessure pour atténuer le saignement. Lorsqu'il réalisa que cette manipulation de fortune ne changeait pas grand chose, il se saisit de son téléphone et appuya rapidement sur l'icône de Dana qui figurait en raccourci sur le portail d'accueil de son système d'exploitation.

Au moment où elle décrocha, l'un des agents de sécurité effectua un tir de somation qui raisonna bruyamment dans le centre commercial et ne manqua pas de s'amplifier dans le micro du téléphone. Exactement ce dont il avait besoin pour rassurer sa supérieure et amie... « Dana, excuse moi de te déranger! J'ai une... situation au Millenium Mall. J'ai besoin de toi, dans l'urgence! » Visiblement, elle venait d'accepter puisqu'Anthony poussa un léger soupire de soulagement. Peut-être même avait-elle dit quelque chose d'amusant car malgré la complexité du cas présent, il se permit un sourire. « Tu veux juste m'entendre le dire une deuxième fois en fait? J'ai besoin de toi Danaaaa! » Il raccrocha - ou c'était elle - puis fit glisser avec difficulté le téléphone dans sa poche arrière avec sa main meurtrie et en avançant doucement vers celle qui avait eut l'audace de refuser son donut.

Alors qu'il entrait de nouveau dans la très proche proximité de la jeune femme, les agents de sécurité abaissèrent de nouveau leurs armes, vraisemblablement réticents à l'idée d'être responsables de dommages collatéraux et de la blessure par balle de quelqu'un d'innocent. Quelqu'un d'innocent. Au yeux de Tony, le jeune fille était, elle aussi, innocente. Les vigiles ne faisaient que leur devoir, et il ne pouvait que les comprendre. Malheureusement, c'était tout sauf ce dont la jeune adolescente avait besoin ; sauf s'ils souhaitaient la traumatiser. Dans sa course pour s'enfuir, elle était tombée car bien trop handicapée et gênée par sa métamorphose. Son regard paniquée frappa l'ex-soldat droit au cœur. Il était déterminé à l'aider, coute que coute, qu'importe le nombre de blessures que cela signifiait, et la gravité de celles-ci. Lorsqu'elle lui tendit une petite carte plastifiée, il considéra ça comme une victoire sur sa transformation qu'elle n'arrivait plus à garder sous contrôle. Doucement, en évitant le moindre geste brusque, il s'empara de la carte d'identité de sa main "non-blessée" - celle de gauche, qui était donc son bras artificiel. En s'exécutant, il tâcha la carte de son sang, et le balaya avec son pouce afin de pouvoir lire le nom. « Sarah, donc. » Il lui sourit pour la rassurer sur sa blessure, et lui montrer qu'il n'était en rien rancunier et qu'il ne lui tenait pas rigueur. Évidemment, pour Sarah, le vision du membre ensanglanté d'Anthony pouvait être intimidante. C'était à prévoir puisqu'elle ignorait que lui aussi sortait un peu de l'ordinaire, et c'est pourquoi il tâcha de dissimuler sa main droite du mieux qu'il le pouvait... sans toutefois la mettre derrière son dos, l'idée n'étant pas de rendre l'adolescente suspicieuse non plus. « Ne t'inquiètes pas, c'est rien ça. Le sang donne toujours un côté impressionnant, mais je m'en remettrai. C'est trois fois rien! » Pour lui en tout cas. Quelqu'un d'autre aurait probablement mérité un rapide séjour aux urgences. Elle n'avait pas besoin de savoir ça et le bonheur était parfois dans l'ignorance.

Anthony ne voulait plus qu'une chose désormais, c'était l'aider. La pauvre Sarah lui faisait pitié, elle était au centre d'une attention dont elle ne voulait pas. Ce qui lui arrivait, surtout à cet âge, nécessitait une aide spécialisée. L'aider à se sentir en confiance, à reprendre le contrôle. Le problème c'est qu'il ne savait pas vraiment comment s'y prendre. Il n'avait pas le sens innée du relationnel et de la douceur dont Dana avait hérité. Le regard et le sourire de l'Atlante faisait parti des choses les plus douces et apaisantes qu'Anthony ait jamais connu, et elle savait quoi dire, et quand le dire. Cette grandeur âme définissait Dana, et personne n'aurait su gérer cette situation mieux qu'elle. Anthony était avant tout un soldat, un conseiller et un tacticien, et n'avait jamais été particulièrement doué vis-à-vis des enfants. Il n'était lui même pas un père - pas qu'il le sache en tout cas. Néanmoins, il avait toujours été, et restait encore aujourd'hui, extrêmement protecteur. Son inquiétude envers Sarah était fondée sur sa détresse. « Fais moi confiance Sarah. Je ne te veux aucun mal. En fait, personne ici ne te veut du mal, et c'est pourquoi personne ne t'a tiré dessus et ne te tirera dessus. » Anthony tendit la main pour l'aider à se relever. Cette fois-ci, c'était sa main gauche, celle qui ne craignait pas de se faire couper. Lorsqu'il attrapa la sienne, les cristaux toujours présents déchirèrent en partie la peau synthétique de son membre artificielle, laissant à découvert l'alliage de métal à base de vanadium, de titane et d'acier que constituait son nouveau bras. « Je connais des gens qui peuvent t'aider, mais tu dois me faire confiance. » Avec un peu de chance, elle commençait à lui faire confiance.

Malheureusement, la chance, ce n'était pas ce qui caractérisait Anthony. Le puissant bruit d'une détonation indiqua qu'un coup de feu avait été tiré. Le coupable mit sa main devant le bouche en signe d'incompréhension. Trop crispé sur la gâchette, celui qui devait être une recrue n'avait pas de toute évidence pas fait exprès d'ouvrir le feu. Malheureusement pour lui, la balle avait frappé Sarah dans l'avant bras en projetant des éclats de cristal autour d'elle et de Tony. Mon dieu... pensa Anthony qui se préparait mentalement à encaisser un autre coup de l'adolescente, au cas où.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 18 Mai 2014 - 1:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un moment suprême, un lien qui se noue lentement, ce est-ce que pensait ressentir la demoiselle envers cet homme qui pourrait très bien être son grand-frère... enfin au niveau de l'âge, parce que sinon il n'y a pas de comparaison possible. Ce moment donc, où elle lui tend doucement ce petit morceau de plastique ensanglanté et où le sien se présenta par-dessus comme ce vieux rituel entre frères... Frère de sang c'est ça ? En fait ce ne fut qu'une éphémère pensé au milieu du chaos d'idée et d'image diverses dans son esprit. Pourtant a ce moment-là, elle lui aurait donnée le bon dieu sans confession, même maintenant elle est prête à le laisser sortir de cette situation désastreuse, même si la situation est sur un fil tout semblait aller dans le bon mis à part la précipitation qui fut qu'un faux pas sur la longue route. Évidement, le fais de l'avoir blesser la perturbée, mais pas assez pour que cela fasse évoluer cette situation dans le mauvais sens.

Mais tout ça, c'était avant qu'elle prenne un projectile dans son avant-bras. Le début de léger sourire, celui de la lumière au bout du tunnel d'une jeune fille en détresse se mua en un instant en visage crispé par la trahison. Elle n'avait pas l'esprit suffisamment clair pour faire la différence entre les vigiles qui forme un groupe bien a part de l'homme devant elle, celui qui dans son esprit vient de la trahir, qui profite de sa confiance pour la faire tuer. Sa paranoïa la conduirait bien entendu à le repousser violemment et quand on le fait avec des bras recouverts de cristaux tranchant comme des tessons de bouteille c'est encore pire. En fait s'ils n'étaient "que" tranchants cela ne serait pas aussi grave, le cristal ressentant maintenant Anthony clairement comme une menace guidée par les peurs de son hôte commença à émettre de violente décharge électrique dans le même temps pour éloigner l'impudent.

Sarah recula alors en hurlant comme une furie, comme une personne apeurée et qui souffre ce qui entre la balle dans son bras et les blessures constantes des cristaux est vrai. À ce moment précis elle ne peut presque plus bouger, elle n'est plus qu'une vague statue grossière laissant apparaitre ici et là sang et chair, mais surtout un amas chaotique de cristaux verts ensanglantés parcourus d'arc électrique réguliers. Elle est blessée, car bien que légèrement solide cela n'a certainement pas pu arrêter une balle, ni les suivantes qui partent d'arme de vigile paniqué. La chance de la demoiselle est qu'ils ne savaient pas trop où tirer au milieu de toute cette chose étrange et effrayante, cela lui a certainement évité de repartir de l'endroit les pieds devant. « Ne... m'approche... plus ! » Alors qu'elle tend un bras vers lui, essayant encore de le repousser, elle ne se rend pas compte qu'elle n'a pratiquement plus aucune mobilité, elle n'est plus qu'un animal dos au mur et agit par instinct.

Quelques instants auparavant dans un téléphone portable gisant au sol avec des courses. La situation est exceptionnellement mauvaise, même s'ils la capturent cela ne fera que répéter le processus ailleurs quand elle se réveillera, mais c'est déjà une meilleure alternative que sa probable oblitération si la situation continue de dégénérer. CABALE calcule alors les possibilités, les risques et ne trouve pas de manière d'agir en accord avec sa programmation. Difficile d'agir sans être découverte et pourtant l'intelligence artificielle devait le faire. Par chance, ou ironie, le petit appareil était tourné de sorte qu'une vitrine puisse réfléchir la scène et être perçue par la machine bloquer dans ce petit téléphone. Tiens ce sac de viande semble réceptif au danger de sa protégée, même si c'est vaguement inutile, il pousse la sonnerie de l'appareil mobile au maximum. Une alerte SMS plus tard, il laissa s'afficher un simple message: | Si Sarah = Inconsciente :alors>: Cristaux = Off = Régression | CABALE avait calculé les chances que l'homme prenne la peine de venir voir un simple portable et elles sont assez faibles, mais suffisantes pour tenter cette approche. Ce message fut suivi d'un second immédiat permettant de pouvoir contacter son père adoptif au "travail" ou son père biologique dans sa prison sécurité... Oui il n'a jamais tué et a une bonne conduite ce qui est un autre sujet et ne sortira jamais, il a bien le droit à recevoir des coup de fils.

À la deuxième alerte SMS, la demoiselle est totalement pétrifiée pour en revenir au sujet principal, ne laissant deviner que quelques très légers mouvements restreints par les cristaux. L'avantage d'être isolé dans un amas de cristaux bien que cela ne soit pas un cocon, mais plus comme un gros amas d'aiguilles entremêlée, est qu'elle a eu un peu de temps pour se calmer au moins. Enfin, la mauvaise nouvelle c'est que si sa régénération est suffisante pour colmater les blessures dues aux perforations cristallines, ce n'est pas le cas de ses blessures par balles qui peine à se refermer. « Grand frère... J'ai... sommeil... »
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Coeur de cristal [PV : Anthony Pierce]
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Coeur de cristal [PV : Anthony Pierce] Categorie2_6Coeur de cristal [PV : Anthony Pierce] Categorie2_8


Coeur de cristal [PV : Anthony Pierce] Categorie2_1Coeur de cristal [PV : Anthony Pierce] Categorie2_2bisCoeur de cristal [PV : Anthony Pierce] Categorie2_3
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Cellule 211 [DVDRiP]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeur de cristal [PV : Anthony Pierce] Categorie2_6Coeur de cristal [PV : Anthony Pierce] Categorie2_8

Sauter vers: