AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Tag 3 sur Star City Heroes Categorie_1Tag 3 sur Star City Heroes Categorie_2_bisTag 3 sur Star City Heroes Categorie_3

246 résultats trouvés pour 3

AuteurMessage
Sujet : Qui a commandé des œufs brouillés ?
Andrea Parker
Réponses : 27
Vues : 184

Rechercher dans : Les entreprises et laboratoires   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Qui a commandé des œufs brouillés ?    Hier à 22:37
Andrea constata avec désarrois que l’assaut ne se déroulait pas exactement comme elle l’avait escompté. Les alphas, tel qu’elle le craignait, étaient en mesure de protéger leurs semblables plus faibles et la Reine, même si l’Ultime percevait bien que le nombre de jeunes individus et de bêtas allait en s’amenuisant. Toutefois, elle était conscience qu’ils ne s’en sortiraient pas tant qu’ils ne parviendraient pas à éliminer ceux qui faisaient barrage, mais les alphas résistaient envers et contre tout. Son fusil d’assaut entre les mains, elle avisa les épaisses carapaces des aliens scarabéiformes, se demandant si l’énergie cosmique était capable de les traverser. Devait-elle en arriver là ? Non, avant il fallait voir si les armes qu’ils conventionnelles et non-conventionnelles pouvaient suffire, et notamment l’UAR 180 duquel elle attendait beaucoup. Et dans tous les cas, il fallait rapidement trouver une solution, sans quoi ils seraient rapidement submergés... À chaque fois qu’elle tournait la tête pour viser et tirer, c’était des dizaines d’individus qui remplaçaient ceux qui venaient de tomber. Même si elle dressait sporadiquement des boucliers devant ses agents, elle ne pouvait pas encore se démultiplier. Combien de temps pourraient-ils tenir ainsi ?

Lancer de dé #1
Réussite : à bout portant, l’UAR 180 neutralise les alphas.
Échec : l’UAR est inutile contre les alphas.

Lancer de dé #2
Réussite : ils sont sensibles à l’énergie cosmique.
Échec : leur carapace les protège.

Lancer de dé #3
Réussite : sa force est suffisante pour traverser la carapace.
Échec : leur carapace les protège.


Les alphas étaient parvenus à atteindre la porte. Leurs mandibules et leurs pseudopodes grattaient frénétiquement l’armature, repoussant les agents qui se trouvaient dessous. Certains manquèrent d’être emportés, sauvés in extremis par l’un de leur camarade qui, aussitôt, reprenait la cadence infernale des tirs. Mais ce n’était pas suffisant et ils étaient repoussés, petit à petit. Andrea, cependant, n’en démordait pas : si les spécimens devaient être amenés à sortir du laboratoire, la vie des citoyens de Star City était mise en péril et elle ne pouvait pas l’accepter. Elle se tourna brusquement vers l’agent qui était en charge de l’UAR 180.

« Réessayez. » Ordonna-t-elle simplement.

Malgré le calme vraisemblable de sa voix, un tremolo anxieux était audible. Mais çà non plus, elle ne pouvait pas se le permettre. Ses agents comptaient sur elle et elle ne pouvait pas faillir alors qu’ils donnaient tout ce qui était en leur pouvoir pour tenir, pour repousser l’assaut. Arme au poing, sans jamais cesser de tirer, elle observa du coin de l’œil l’un des alphas s’éloigner du groupe, se tourner brusquement pour charger dans leur direction. Plusieurs centaines de kilos de chitine, de muscles leur fonçait dessus à l’allure d’un cheval au galop. S’il les atteignait, les dégâts seraient considérables – et ils comptaient déjà quelques blessés légers dans leurs rangs. Andrea pesta, se tenant prête à s’interposer à tout instant pour encaisser le choc mais il n’y eut pas besoin ; À peine l’insecte se trouva-t-il à proximité qu’une décharge explosa près d’eux, envoyant valser son corps immobile et fumant à plusieurs mètres de là. Malgré elle, un sourire ourla sa lippe. Enfin une bonne nouvelle !

« Continuez de les repousser ! » S’exclama-t-elle simplement.

Pour la première fois depuis le début, elle avait l’impression que les choses tournaient en leur faveur. Le répit fut toutefois de courte durée. En voyant l’un de ses mâles jeté à terre, la Reine poussa un cri strident qui galvanisa les autres assaillants. Leurs coups se firent plus rapides, plus forts, plus précis. L’un d’eux atteint l’un de ses agents qui, en moins d’une seconde, fut happé par l’une des pattes ravisseuses. Le sang de l’Ultime ne fit qu’un tour ; Elle se téléporta aussitôt le dos de l’alpha qui venait de s’en prendre à l’un de ses hommes et frappa de toutes ses forces. Elle y mit sa rage et bien plus encore, faisant voler en éclats la carapace de la créature qui piailla aussitôt. Mais Andrea était bien décidée à ne pas s’arrêter là ; Furieusement, elle frappa et encore, arrachant de ses mains la chitine, attaquant la graisse, les muscules dont la chair juteuse éclata sous la force de ses poings. Le temps que l’agent ne se dégage de sous la créature, celle-ci s’était affaissée inerte.

Le spectacle ne devait pas être beau à voir, mais au moins il était sain et sauf. Sauf que la situation s’annonçait compliquée... Ils étaient coincés entre les assaillants et la Reine entourée de ses gardiens. Ainsi pris en tenaille, leur seule chance résidait dans le reste de l’escouade. Et dans certains des agents qu’elle valorisait particulièrement, comme le Caporal Aguilar. Evidemment, ils ne tardèrent pas à attirer l’attention mais plutôt que de monter à l’assaut, ce qui aurait laissé son homme à découvert, Andrea choisit de se protéger, elle et lui, derrière un bouclier. Elle tiendrait le temps qu’il faudrait mais en attendant... Ce n’était plus entre ses mains.
Sujet : Let me be your white knight — Abigaïl
Noélie A. Inagawa
Réponses : 27
Vues : 160

Rechercher dans : Funérarium Frankenstein   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Let me be your white knight — Abigaïl    Lun 14 Oct 2019 - 22:36
Je ne goûte que très moyennement l’humour d’Anton. Non mais sérieusement… Gna gna gna les pelles font sortir des morts. Oui mon brave, mais il me semble entendu que les fichus morts ne sont pas supposés prendre leurs petits pieds et se mettre à marcher tous seuls. Je me retiens et retiens aussi mon regard noir, tout à fait patiemment. J’applique à la lettre ses conseils en ronchonnant un temps, avant de me concentrer sur mes souvenirs d’Abigaïl.

J’en ai un petit paquet, mais l’important, c’est que ça finit par marcher. Quand je relève le nez de ma quasi-transe, je réalise qu’un truc a changé chez le frère de la nécromancienne. Hm. Ok. Je ne demanderais pas pourquoi il n’apparaît plus correctement sur les filtres de ma lentille. J’ai bien une idée et c’est toujours aussi déroutant de les voir jouer à “mort, vivant, vivant, mort”. De toute façon, je suis bien plus préoccupée par sa réaction devant l’apparition d’un dinosaure zombie. Je dois avoir de vrais yeux de merlan frit. Visiblement, il n’y a que moi que ça dérange. Je trouve ça plus flippant que magnifique, mais enfin, c’est chouette. On aime ce qu’on aime, hm.

En prime, comme j’ai ordonné une avancée générale, tout le monde s’élance, sauf moi, qui finit sur l’épaule d’une Siobhan qui m’apparaît de plus en plus désagréable à chaque seconde qui passe. Est-ce qu’on est obligés de la garder ? Je ne suis pas un sac de pommes de terre, vous savez ? Néanmoins, elle a apparemment pris les commandes et m’enjoint de continuer à jouer mon rôle. Comme elle n’a pas totalement tort, je reprends le contrôle de mes caméras laborieusement, les déployant autour de la bâtisse. Je recherche des caméras, des vies, quelque chose qui puissent nous poser problème. La rouquine fait pareil, à la demande d’Anton. Qui a mis fin à ses jours. Je cite. Monde de fous. Puis je réalise tout à coup.

Comment ça tu as oublié Gary ?!

Sympathique équipe. Oublier un allié sur place. J’espère que sa tête ne va pas connaître une fin funeste.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Noélie parvient à repérer leurs ennemis éventuels, au moins en partie.
    Echec : elle n’a pas plus d’informations.

    Lancer de dés #2
    Réussite : Siobhan ne détecte aucun piège à proximité.
    Echec : Il y a quelque chose qui bloque la porte.

    Lancer de dés #3 (si réussite au #3)
    Réussite : Il n’y a effectivement rien.
    Echec : Oups ?


    Lancer de dés #4 (si échec au #2 ou au #3)
    Réussite : ils parviennent à passer l’obstacle avec succès, à voir ce qui se trouvera derrière.
    Echec : Alors, certes, ils sont rentrés. Mais ça sent apparemment le roussi parce que Janet vient de tomber par terre, telle une crêpe s’échouant hors de sa poêle.


J'interviens tandis que Siobhan se concentre sur la bâtisse.

Je ne détecte personne, mais je ne suis pas certaine que quelque chose ne bloque pas les filtres de mes caméras. Le rendu est un peu étrange sur la lentille.

Est-ce qu'une seule chose dans toute cette mission n'est pas étrange ?

Il y a un sortilège déployé. Sur la porte, à coup sûr, mais j'ai l'impression que c'est pire que ça. Comme si ça enveloppait le bâtiment entier. Ça n'a pas l'air de bloquer ma magie à moi, mais j'ai peur de ce que ça fera à la vôtre, explique la sorcière doucement.

Elle a l'air salement pessimiste. Je serre les lèvres et lui tapote l'épaule pour qu'elle me laisse descendre, ce qu'elle consent finalement à faire. Ceci dit, elle me jette un regard à vous faire dresser les cheveux sur la tête. Je suppose qu'elle se tient prête à me rattraper au cas où. You-pi.

On fait quoi alors, je demande donc à la spécialiste magique du moment.
On entre. Je vais essayer de nous protéger mais je ne garantis rien.

Elle hausse les épaules et déploie de nouveau un bouclier rougeâtre. Puis elle passe la porte en premier, après l'avoir fait sauter d'un coup de pied brutal. Elle doit être un peu contrariée aussi, j'imagine. J'envoie mes caméras avant de la suivre. Le reste de la troupe fait de même. Une fois dans le hall, tout le monde se fige. Une seconde. Dix secondes. Vingt. Trente. Je commence à ouvrir la bouche pour remercier Siobhan quand un bruit de chute retentit derrière nous. Janet vient de s'écrouler au sol, totalement immobile.

Flûte. C'est quoi ça ?!
Le sortilège. Je suppose que je ne peux pas protéger tout le monde.

Après une hésitation, elle se tourne vers Anton et Silence :

Comment vous vous sentez ?

Pendant ce temps, je suis passée du hall au salon. Vieux mais propre et bien entretenu. Ensuite se trouve une grande cuisine, toute équipée. Super matériel pour ces Impérissables, dites donc. Je fais le tour du rez-de-chaussée grâce à mes drones, repère l'escalier qui mène à l'étage et une porte que je suppose donner sur celui qui va dans le sous-sol.
Sujet : Sweet but psycho - Lukaz
Cassandra Wormwood
Réponses : 23
Vues : 383

Rechercher dans : Fallaenn   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Sweet but psycho - Lukaz    Dim 13 Oct 2019 - 21:47
Cassandra avait beau ne pas savoir qu’elle était une exception dans les relations du voleur, elle restait ébahie devant le moment qu’il venait de lui offrir. Peu lui importait de se comparer à qui que ce soit, mais elle n’avait que rarement reçu de tels cadeaux. Elle sourit comme Lukaz renchérissait sur ses compliments. Elle aurait presque pu passer pour attendrie.

Puis le voleur se souvint d’autres promesses qu’il avait faite et l’instant devint bien plus excitant. Le Grand Nord laisserait des souvenirs incroyables à tout point de vue à la médium.

*** *** *** ***

Quinze jours plus tard, Cassandra contemplait l’intérieur de la Scorpio d’un air absent. Ou plutôt, les images du drone déployés sur le pare-brise. Elle avait grignoté la moitié d’un burger sans grande conviction, dans le costume que Solar lui avait conçu d’après leur discussion. Moulée dans la combinaison rouge sang, elle avait ceint plusieurs lames de ci et de là. Le décolleté plongeant qu’elle arborrait donnait un effet pour le moins… Saisissant à sa tenue. S’il était moins profond que ce que les premières propositions avaient donné, il restait relativement important. Un collier était refermé autour de son cou.

Elle n’était pas vraiment la plus patiente du monde, mais elle avait bien envie de surprendre ceux qui avaient voulu s’en prendre - qui voudraient le faire, à vrai dire. Elle n’admettait que très mal qu’on tente de vaincre ceux qu’elle aimait. A la question de Lukaz, elle réfléchit tranquillement. Il était complexe pour elle de faire le tri dans les trop nombreuses visions dont elle était affligée. Même là, elle gardait ses mains dans son giron et refusait de se laisser aller à toucher encore un élément de la voiture. Elle risquait d’être entraînée dans un passé révolu depuis longtemps si sa peau effleurait quoi que ce soit ou qui que ce soit. Dans ces conditions, elle passait parfois à côté de certaines choses.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Cassie sait précisément où et quand ils vont sortir et pour aller où, donc ils peuvent se mettre en position plus précisément.
    Echec : pas d’autres visions.

    Lancer de dés #2
    Réussite : elle a un espion fantomatique dans la place.
    Echec : Nope.

    Lancer de dés #3 (si échec au #1 et au #2)
    Réussite : leurs ennemis sortent rapidement de là, en partie au moins. Lukaz et Cassandra les suivent avec succès.
    Echec : Ils sont repérés immédiatement, oupsie.


Papillonnant des paupières, la demoiselle sourit avec une joie mauvaise à l'intention du voleur. Elle avait cherché un esprit ou un autre qu'elle pourrait prier d'espionner leurs ennemis, mais elle n'avait vu personne. En revanche, en se replongeant dans ses souvenirs, son don lui avait obligeamment renvoyé une vision de la sortie des assassins en devenir. Si bien qu'elle fut en mesure d'annoncer au blondinet où et quand ils sortiraient de là... Et quelques autres choses encore.

Ils devraient être dehors dans... Approximativement huit minutes. Par la porte ici, dit-elle tout en montrant une zone des images de surveillance. Si on se place ici, ils ne remarqueront pas la Scorpio, et on pourra les suivre jusqu'à un autre immeuble, où nos chances de succès seront plus élevées. Je crois.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Suivant les directives attentives de sa camarade, Solar les mena jusqu'à un autre immeuble. Situé dans une zone plus calme, moins haut, et moins récent, il devait probablement être moins dangereux que l'autre. De nouveau, Cassandra chercha un éventuel esprit errant, mais personne ne semblait rôder ici bas. Elle signifia à Lukaz de s'arrêter à l'arrière du bâtiment et désigna silencieusement une porte qui semblait fermée.

Un d'eux a oublié de la fermer, affirma-t-elle d'une voix amusée.

Elle se glissa hors de la voiture et s'aventura gaiement vers l'entrée.
Sujet : Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre
Lene Jensen
Réponses : 31
Vues : 211

Rechercher dans : Fremont Street   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre    Ven 11 Oct 2019 - 15:48
Les deux comparses, réunis pour une nuit par le destin, se lançaient à l’assaut tour à tour de cet homme doué d’une certaine aisance au combat. Lene n’était pas très calée dans le domaine, et elle ne devait sa puissance qu’à la force qu’elle avait acquise par la présence de la divinité en elle. Si elle dénotait maintenant d’un certain savoir faire martial avec une épée et un bouclier, il n’en était rien pour ce qui était de pratiquer des enchainements pieds poings. Aussi fut-elle repoussée par le type. Ce qui laissa une chance à Ezio d’attaquer à son tour. Il y eu un échange mouvementé et chacun essaya de prendre l’avantage, mais cela se soldat par un match nul.

A l’instar d’Ezio, Lene ne souhaitait pas que le combat s’éternise. Non seulement elle devait bosser le lendemain, mais elle ne tenait pas à ce que l’échauffourée ne rameute la police trop rapidement. Elle ne voulait pas être associée à tout ça, et conserver une certaine forme d’anonymat. Une chose semblait la rassurer néanmoins : elle ne ressentait pas de haine vis-à-vis de ce type. Elle avait peur de tomber dans une forme de rancœur de se faire maltraiter, voir de se faire tenir en échec, et de céder à des instincts bien bas de vengeance. Mais non, elle se sentait normale, dans le sens où elle n’était toujours pas décidé à lui faire payer ses actions au prix de sa vie. Son souhait premier était de le neutraliser.

La situation était donc revenue au point de départ, même si le Super était désormais seul. Cela ne semblait pas le chagriner plus que ça. De toute façon, il n’avait pas vraiment le temps de s’apitoyer sur son sort, puisque déjà, Ezio essayait d’attirer son attention en feintant une attaque calculée.

Lene qui était restée sur le côté, ou du moins, à une distance respectable des deux combattants, après s’être faite repousser, sentit que le prêtre lui procurait une ouverture. Et elle sauta sur l’occasion.

Lancer de Dé #1
Réussite : Lene parvint à ceinturer le Super.
Echec : Le Super n’étant pas un amateur éclairé, sent le coup venir et esquive.

Lancer de Dé #2 – Si réussite au #1
Réussite : Lene parvient à l’immobiliser proprement.
Echec : Lene doit se bagarrer avec lui pour parvenir à l’immobiliser.

Lancer de Dé #3 – Si échec au #1
Réussite : Lene est expédiée sur Ezio.
Echec : Il parvint à la retenir et l’immobiliser à son tour.


Et ça fonctionna. Centré sur le prêtre, le Super Vilain en oublia la seconde menace. Peut-être qu'il ne savait plus où donner de la tête à force d'être attaqué de chaque côté, ou peut-être était-ce la configuration qu'Ezio avait mis en place pour le berner qui avait fonctionné. Quoiqu'il en soit, Lene parvint à lui tomber dessus. Elle passa ses deux bras autour de lui pour le ceinturer et le plaquer au sol.

Elle entendait déjà les commentateurs de foot US gueuler dans leurs micros "quel placage magistral du numéro 7 !!" mais cette pensée saugrenue fila aussi vite que le rouler bouler qu'ils firent dans les éclats de verre. Ils s’arrêtèrent contre le mur. Alors que la jeune femme commençait à affermir sa prise pour le serrer avec une certaine force modérée, ne souhaitant pas le broyer cette fois, ce dernier se releva, occultant le poids plume de la danoise. Avec une violence extrême, il se propulsa dos contre le mur. Bien sûr, Lene faisait le tampon entre son dos, et le mur en question.
Cela ne lui fit ni chaud ni froid. Au contraire, le type était en train de s'épuiser tandis qu'elle encaissait sans sourciller. Petit à petit, elle serrait ses bras de plus en plus fort. Elle l'entendait grogner, haleter, et ses coups contre le mur étaient de plus en plus ténus.

Alors il tenta de lui écraser les pieds, sans conviction. Pour lui montrer qu'elle en avait encore dans les bras, contrairement à lui, elle lui imposa une posture, l'obligeant à se dresser de toute sa hauteur devant elle. Comme si elle le tenait pour qu'Ezio le transperce par exemple. Elle espérait qu'il ne ferait pas ça, mais il était libre maintenant de le frapper, ou de lui parler, ou autre.

Elle le tenait !
Sujet : Qui a commandé des œufs brouillés ?
Marisol Aguilar
Réponses : 27
Vues : 184

Rechercher dans : Les entreprises et laboratoires   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Qui a commandé des œufs brouillés ?    Mer 9 Oct 2019 - 21:46
Il était difficile de garder son sang-froid dans des conditions pareilles, mais l’escouade avait déjà dû intervenir dans des circonstances plus que tendues. Marisol avait des souvenirs de l’invasion Terminus très vifs. Elle avait participé à plusieurs missions, suffisamment dangereuses pour avoir quelques nuits désagréables à retourner tout ça dans sa tête. Et quelques blessures de guerre. Ce séjour dans le laboratoire et ses néons était une réminiscence trop prenante de tout cela.

Finalement, le silence retomba. Ce bref instant où il n’était troublé que par des respirations saccadées s’estompa tandis qu’on vérifiait l’état de chacun. La Caporal, elle, n’attendait que le signal de départ pour l’étage supérieur. Elle était, comme ses camarades sans doute, préoccupée par le sort de leurs coéquipiers, à l’étage. Baissant son arme, elle attendit le feu vert de sa supérieure avec une certaine impatience. Celui-ci vint bien assez tôt. L’équipe s’engagea vers la dernière pièce, qui s’avéra être parfaitement vide. Puis, tout le monde se mit en marche vers le rez-de-chaussée.

Les escaliers les attendaient, vides comme à l’aller. L’escouade monta, sans se précipiter mais avec une relative efficacité. Il s’agissait ensuite de rejoindre le reste de l’équipe, où qu’elle soit.

    Lancer de dés #1
    Réussite : L’équipe d’Andrea rejoint le reste du groupe sans difficulté.
    Echec : ils sont interceptés.

    Lancer de dés #2

    Réussite : l’autre équipe tient la menace en respect.
    Echec : ils ont été pris au piège et ont besoin d’aide.

    Lancer de dés #3 (si échec au #1)

    Réussite : Marisol parvient à contenir les assaillants pour permettre à l’essentiel de l’équipe de progresser.
    Echec : il va falloir prendre le temps de s’en débarrasser.


L'équipe progressa rapidement le long du couloir. Sur leur chemin, ils trouvèrent plusieurs portes ouvertes et cadavres de quelques bêtas, et d'autres créatures qu'ils n'avaient pas eu le déplaisir de croiser à l'étage d'en dessous. Visiblement, leurs coéquipiers avaient été aussi efficaces qu'eux. Suivant les instructions que le responsable de la seconde équipe leur avait donné lorsqu'ils avaient entamés la montée de l'escalier, les agents ne tardèrent pas à arriver devant la porte de ce qui semblait être un énième laboratoire, si ce n'était qu'il n'était pas organisé comme le sous-sol. Ses dimensions étaient plus vastes, l'espace plus dégagé, et la température bien plus élevée. Une grande baie vitrée permettait d'apercevoir un spectacle répugnant.

Il y avait moins de mucus, mais en lieu et place de celui-ci, des cellules qui n'étaient pas sans rappelées celles d'une ruche. Toutefois, celles-ci ne contenaient que des centaines d'oeufs. Quelques gardiens des nids, chargés d'oeufs, avaient été interrompus dans le déménagement de ceux-ci vers les zones d'incubations que l'équipe venait de nettoyer. La majorité des individus présents, toutefois, était à la fois plus imposants et menaçants que les autres. Au milieu d'eux trônait la Reine, dont la stature était déjà conséquente en soi, mais était accentuée par son aspect repoussant. La créature semblait agitée et Marisol aurait probablement eu envie de dire qu'elle était furieuse, si toutefois on avait pu prêter de tels sentiments à ce monstre.

Sergent, salua le responsable de l'autre équipe, à l'intention d'Andrea. Nous faisons surveiller les deux entrées du laboratoire et repoussons les individus tentant de sortir, mais ils n'ont pas attaqué. Pas encore.

Marisol jeta un oeil à la masse des créatures, avec une moue répugnée.

On croirait presque qu'ils préparent quelque chose, réagit-elle doucement.

Même si elle n'avait pas la moindre idée de ce que ce quelque chose devait être, elle se doutait que les envahisseurs du nid en seraient alors les cibles.
Sujet : Let me be your white knight — Abigaïl
Noélie A. Inagawa
Réponses : 27
Vues : 160

Rechercher dans : Funérarium Frankenstein   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Let me be your white knight — Abigaïl    Mer 9 Oct 2019 - 13:00
Tout est possible avec la magie. Sans rire.

J’en ai vraiment ras la casquette de ces… De ces fichues conneries. Aucune logique, aucune règle, aucun ordre, je râle.

Je réalise seulement sur le mot ordre que je ne me suis pas contentée de penser mais que j’ai réagi à voix haute. Je jette un coup d’œil courroucé à Anton, reprenant pied avec la réalité pour ça autant que pour jeter un regard noir à cette pelle à la noix.

J’essaye, mais ma logique me dit que ce truc est une fichue pelle. Une. Pelle. Les pelles ne font pas sortir de morts, alors laissez le temps à quelqu’un d’un tant soit peu cartésien d’accepter de toucher à… A ça. C’est votre univers, pas le mien.

Je me rends compte que je parle alors que nous sommes tout de même en fâcheuse posture. Donc je me renferme dans le silence, et essaye de réfléchir dans tout ce bazar. Mes dents sont tellement serrées que je dois grincer, et que j’ai sacrément mal à la mâchoire. J’essaye, je promets que j’essaye. Mais difficile de se concentrer quand Anton est de nouveau blessé, tout comme Janet qui travaille en pièces détachées. Ne parlons pas du zombie de Piper qui a disparu. Notre salut vient du frère d’Abigaïl. Il réussit à nous gagner quelques poignées de secondes. Un répit. Qu’il met à profit pour recommencer à m’enquiquiner. Je ne réagis pas, referme les yeux, coupe même momentanément le rapport des caméras.

Zeta, essaye de détruire ce qui nous coince ici, j’ordonne d’un ton absent.

Je me concentre sur l’image d’Abigaïl. Ses traits, ses sourires de plus en plus fréquents. Sa peau qui est parfois froide, parfois celle d’une vivante, ou presque. Ses petits retours à son sujet de prédilection presque involontaires, quand on mène une conversation qui n’a rien à voir avec ça. La mort, omniprésente mais familière, presque douce. Ce qu’elle a fait pour moi. Puis, finalement, je conjure le souvenir d’un baiser qui aurait pu être. Je me souviens de mon cœur qui bat la chamade et de mon estomac qui se retourne, et moi, qui refuse d’accepter la vérité. Notre repas qui s’en est suivi. Un moment de partage, un moment où j’ai commencé, peut-être, à réaliser ce qu’elle pourrait être pour moi. Je me sens rougir légèrement, mais je m’en moque. S’il te plaît, Abby a besoin de nous, je plaide auprès de la pelle.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Nono arrive enfin à faire sortir un petit ami de la pelle.
    Echec : Silence, Anton.

    Lancer de dés #2 (si réussite au #1)
    Réussite : l’équipe parvient à utiliser cette aide providentielle pour neutraliser leurs assaillants et se ménager un passage vers la sortie.
    Echec : Ils progressent, mais ce n’est pas encore ça. La cavalerie débarque. Très littéralement.

    Lancer de dés #3
    Réussite : Zeta arrive à détruire une des ancres du sortilège.
    Echec : Lâchez la sorcière svp.

    Lancer de dés #4 (si échec au #3)
    Réussite : Siobhan prend les choses en main avec succès.
    Echec : Elle parvient à entrouvrir la barrière, mais il va falloir sortir vite.


Je n'ai pas vraiment l'impression d'avoir changé quoi que ce soit. Je ne me sens pas bizarre, ou différente. En revanche, le soudain silence puis la vibration du sol quand… Euh… quelque chose bouge m’informe sur le fait qu’un truc à changer. Je rouvre les yeux avec hésitation – enfin, disons plutôt que je réactive les caméras, vu que je suis toujours en tailleur sur le sol, de mon côté – me fait découvrir une monstruosité qui manque d’ouvrir mes doigts. Mais je ne veux pas laisser tomber la pelle n’importe où. J’aurais peut-être dû demander ce que je risquais d’appeler.

C'est... C'est un dinosaure... Vous m’avez fait appeler un fichu dinosaure, je commence à bafouiller, totalement déboussolée.

Je suis censée garder mon calme en toutes circonstances, mais quand même. Un dinosaure. Sorti d’une pelle. Ça n’a aucun sens. L’avantage, c’est que Rex ici présent nous débarrasse rapidement des survivants : entre ceux qu’il se contente de piétiner et ceux qui finissent dans sa gueule absolument horrible, le ménage progresse à bonne allure.

Les ancres de l’autre côté du bâtiment sont détruites, Miko-sama, je lis sur mon écran, message de Zeta sans aucun doute.
Tout le monde debout et tout le monde dehors, j’ordonne aussitôt.

Je m’apprête à me relever, chancelle et rattrape le bras de Shiru, mais c’est finalement Siobhan qui m’attrape et me lance sur son épaule sans la moindre grâce en voyant que je ne suis pas revenue parmi eux. Avec un marmonnement qui me donnerait envie de la frapper si je n’avais pas peur d’elle.

Pas question que je laisse la petite princesse d’Abby se faire tuer parce qu’elle ne sait pas courir, râle-t-elle.

La petite princesse note de lui faire ravaler ses sarcasmes, mais plus tard. On avance tant bien que mal, certains en plus petits morceaux que d’autres, jusqu’à atteindre la sortie dégagée par Zeta. Je souffle un bon coup en arrivant dehors, et regarde la bâtisse principale qui nous fait face. Abigaïl est là-dedans. J’espère que ce sera un tout petit peu moins embêtant de progresser, mais j’ai comme un doute. Je me débats jusqu’à ce que la rouquine reprenne la parole :

Arrête de gigoter et fais plutôt ton… Ton truc. Tu ne peux pas avancer et regarder dans le vide.

Je m’arrête en ronchonnant intérieurement, les mains toujours crispées sur la pelle, tandis que l’étrange dinosaure zombie en kit rugit, sans doute toujours occupé à jouer au bowling avec les malheureux qui tentaient de nous agresser.
Sujet : Tout péché est le résultat d'une collaboration
Marisol Aguilar
Réponses : 37
Vues : 234

Rechercher dans : Environs de Star City   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Tout péché est le résultat d'une collaboration    Lun 7 Oct 2019 - 1:48
Marisol ne doutait pas que leurs adversaires ne se gênerait pas pour ouvrir le feu. Elle était prête à se mettre à couvert à son tour et comptait autant sur son gilet pare-balles que sur sa résistance améliorée comme sa force pour l’empêcher de claquer stupidement. Le protocole, cette vacherie sans nom, songea-t-elle lorsque les hommes firent feu. Elle n’eut pas le temps de bouger. Mais les munitions ne l’atteignirent jamais. Quelques tireurs tombèrent au sol. Une poignée de secondes plus tard, son allié involontaire était collé contre elle.

L’Espagnole se raidit, mais son avertissement évita à Tesla un vol plané regrettable dans l’autre sens. Elle avait compris qu’il préparait quelque chose et en fut pour ses frais. Pour secouer, cela secouait. Il frappa le sol du poing, soulevant un souffle profondément désagréable car surprenant, mais rien de plus dangereux pour l’ancienne soldate. Leurs ennemis, en revanche… Sidérée, Marisol se trouva muette quand il reprit la parole. Le temps qu’elle se décide à donner signe de vie, il était déjà en train de désarmer leurs adversaires.

Un homme plein de surprises, murmura-t-elle, pensive, le regardant d’un œil nouveau. Rappelle moi de ne jamais te fâcher vraiment.

La plaisanterie, de celles qu’elle aurait pu lancer à un collègue, lui avait à peine échappée qu’elle la regretta. Elle n’aurait pas dû baisser sa garde, même si peu. Elle ne ravala pas ses propos, toutefois.

    Lancer de dés #1
    Double réussite : l’objet se trouve dans la pièce et Marisol met la main dessus en premier.
    Une réussite : l'objet se trouve dans la pièce mais c'est Renan qui le trouve d'abord.
    Echec : Il va falloir continuer et en accéléré.

    Lancer de dés #2 (si deux réussites au #1)

    Réussite : Elle parvient à ouvrir le coffre.
    Echec : Il reste fermé.

    Lancer de dés #3 (si réussite au #2)

    Double réussite : Marisol se doute de quelque chose concernant l’objet et le code trouvé par Renan. Elle arrive à neutraliser le système et à le mettre en sécurité en le faisant prendre par une de ses Arcanes.
    Une réussite : elle se doute de quelque chose mais ne peut mettre l’objet en sécurité, et doit s’en remettre à Renan pour l’instant.
    Double échec : Marisol se mange une bonne décharge, ce qui laisse le temps à Renan de réagir.

    Lancer de dés #4 (si deux échecs au #1)

    Réussite : Marisol et Renan ne croisent personne avant de trouver la salle visée.
    Echec : l'artefact est gardé.


Marisol aida Tesla à neutraliser les armes de leurs ennemis. Puis elle se tourna vers lui :

Cette pièce est vaste et était plus difficile d'accès. Séparons-nous et essayons de trouver un coffre, ou l'artefact. Peu importe. Si vous trouvez quelque chose, appelez moi immédiatement. Cet objet est dangereux. Compris, cabron ?

Elle repassa à ce surnom désobligeant pour essayer de se rappeler à qui elle parlait. Puis elle mit en application ses propres conseils. Il lui fallut retourner plusieurs étagères et ouvrir de nombreuses boîtes pour finir par trouver un caisson qui apparaissait différent des autres. Entièrement noir, revêtu d'une peinture mate, le contenant avait l'air hermétiquement clos. Marisol retourna l'objet plusieurs fois avant de réaliser que l'ouverture était discrète, mais située sur le haut de l'objet. Elle utilisa le bout de ses doigts pour forcer le couvercle grâce à sa force, soigneusement maîtrisée. A l'intérieur, un clavier et un nouveau caisson. Elle crut au départ que le clavier servait à déverrouiller ce dernier, mais se rendit vite compte qu'il n'étais pas totalement fermé. Alors qu'elle tendait la main vers le tout, elle s'interrompit. Pourquoi ce code ? Y avait-il un piège. Réfléchissant rapidement, désireuse de s'occuper de cela avant que Tesla réalise qu'elle ne donnait plus signe de vie, l'ancienne soldate repoussa la Force pour en appeler à la plus dangereuse des Arcanes qu'elle maîtrisait actuellement.

Un coup de poker qu'elle allait tenter là, mais elle n'avait pas vraiment le choix, si ? Elle espérait que ses supérieurs accepteraient cette explication. La faiblesse la saisit, doublement. Elle se mettait en danger car la Force une fois arrivée à la fin de ses effets la drainait de son énergie. Sans compter que la Mort se nourrissait de sa vie.

Attrape ça et retourne d'où tu viens, ordonna-t-elle.

Les personnes dans la pièce, dans l'aura de Terreur de la Mort, s'agitaient et tentaient de fuir désespérément pour les plus conscients. L'Arcane manifesta son mécontentement d'une brusque saisie d'énergie dans les réserves de sa maîtresse, mais elle ne s'attarda pas : elle récupéra l'artefact, qui avait une forme inoffensive de peigne ornementé à l'heure actuelle et disparut, laissant derrière elle une Marisol à peine capable de bouger. Souriante malgré tout, celle-ci se laissa glisser au sol, le souffle court. Il fallait qu'elle retourne à la surface et plus vite que cela. Mais cette fois, Tesla ne risquait pas de récupérer son bien, sauf à la forcer à rappeler la Mort. Ce qu'elle se refuserait à faire.

Spoiler:
 
Sujet : Let me be your white knight — Abigaïl
Noélie A. Inagawa
Réponses : 27
Vues : 160

Rechercher dans : Funérarium Frankenstein   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Let me be your white knight — Abigaïl    Dim 6 Oct 2019 - 21:36
Je suis assez satisfaite de constater que nos alliés se débrouillent bien. De même que de voir que Zeta et Siobhan ont pu neutraliser une partie des croisés. Quand je demande au robot d’aller au secours d’Anton, je réalise cependant que ça ne sert à rien. Alors que celle qui a l’apparence d’une jeune femme aux cheveux colorés se retourne, un concert de cris à vous filer la chair de poule retentit. J’accorde mon attention au frère d’Abby, qui a l’air aussi flippant que… Ce qu’il vient de faire, très honnêtement. J’entrouve la bouche, surprise, et la referme aussitôt. Avoir l’air de contrôler la situation, tu te souviens, Nono ?

Silence et Janet s’en sortent. Mais ça ne suffit pas à nous sauver la mise : il y a d’autres membres de ce groupe à la con - pardonnez ma vulgarité, mais ça commence à me courir sur le haricot, cette histoire - qui arrivent.

Zeta, je lâche.

Avec ses tirs, elle peut déjà nous débarrasser d’une bonne partie de ces saloperies. Siobhan fait apparaître une épée dans sa vie de je ne sais où. Soit.

    Lancer de dés #1
    Double réussite : l’équipe s’en sort sans difficultés.
    Une réussite : ils arrivent à contrôler la menace, mais Nono est obligée d’intervenir. Ou d’essayer.
    Echec : Au secouuuurs.

    Lancer de dés #2 (si au moins un échec au #1)
    Réussite : Nono arrive à faire venir des amis de l’au-delà grâce à la pelle.
    Echec : oui eh bien en même temps, fallait pas non plus trop en demander.

    Lancer de dés #3
    Réussite : tout le monde survit.
    Echec : il y a des blessés.

    Lancer de dés #4
    Réussite : Sio n’est pas blessée.
    Echec : Sio est blessée.


Ils sont une dizaine à arriver. Zeta relève le canon de ses armes et tire, arrivant à en mettre plusieurs à terre. Silence et Janet sont toujours aux prises avec leurs croisés, mais Siobhan, elle, les attend de pied ferme en première ligne. Au départ, tout se passe bien. Enfin. Plutôt pas trop mal. Mais quelque chose me dérange profondément dans ce tableau. Premièrement, pour de la chair à canon, les nouveaux venus se débrouillent pour montrer une résistance tout à fait conséquente. Ensuite, ils savent que nous sommes venus en force. Et savaient que nous risquions de venir.

Ils se sont si bien préparés pour se voir défaits dès le début ? Je n'y crois pas une seule seconde.

Je resserre mes doigts sur la pelle et laisse un seul de mes drones au dessus de nous. Les deux autres commencent à couvrir le reste du bâtiment. Petit à petit, pendant que mes alliés se battent, je remarque plusieurs choses qui me dérangent légèrement.

Anton ?

J'appelle d'un ton inquiet.

Ce serait possible théoriquement parlant de nous enfermer dans le hangar mais de permettre aux leurs d'entrer sans souci ? Il y a des... Je ne sais pas, les entrées sont recouvertes d'un genre de champ de force et il y a des objets étranges disposés à chacun des angles. Et des gens entrent en continu. Enfin. Il y a deux autres groupes qui se rapprochent rapidement.

J'ouvre les yeux momentanément. Nous sommes en difficulté : Siobhan s'en sort à peu près, Zeta aussi pour le moment, mais plusieurs membres de l'équipe sont en sale posture. Cette histoire devient de plus en plus embêtante.

Il faut qu'on sorte d'ici. Je ne sais pas ce qu'ils préparent mais on va mal finir si on les laisse nous dicter les conditions de notre combat.

J'ai beau serrer les doigts et essayer de penser à Abigaïl de toutes mes forces, rien ne sort de cette fichue pelle. Je me relève et fais signe à Shiru d'aller aider les autres. Il faut absolument qu'on dégage. Maintenant. Mais avant que nous ayons eu le temps de grand chose, nous nous retrouvons encerclés par une vingtaine de crétins illuminés et un croisé survivant. Quelle joie.
Sujet : Tout péché est le résultat d'une collaboration
Esprit du Hasard
Réponses : 37
Vues : 234

Rechercher dans : Environs de Star City   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Tout péché est le résultat d'une collaboration    Dim 6 Oct 2019 - 20:11
Le membre 'Renan Le Guerec' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :
Tag 3 sur Star City Heroes Echec

--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Tag 3 sur Star City Heroes Reussite

--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :
Tag 3 sur Star City Heroes Reussite

--------------------------------

#4 'Jugement du Hasard' :
Tag 3 sur Star City Heroes Reussite
Sujet : Tout péché est le résultat d'une collaboration
Renan Le Guerec
Réponses : 37
Vues : 234

Rechercher dans : Environs de Star City   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Tout péché est le résultat d'une collaboration    Dim 6 Oct 2019 - 20:11
Elle baragouina encore en espagnol et cela persuada Renan de demander ce traducteur. Il ne voulait plus être mis à part de la sorte et pendre le risque de rater des éléments d'importance ! C'était d'autant plus vrai qu'il la soupçonnait de préparer un sale coup. En bon observateur qu'il était, Tesla avait repéré plusieurs rats qui traînaient dans le coin et qui semblaient aller dans la même direction qu'eux. De là à penser qu'il y avait un lien avec les invocations de la jeune femme, il n'y avait qu'un pas !

Gardant ses pensées pour lui, le Breton reporta son regard sur la demoiselle qui avait donc fait appel à une autre de ses invocations et qui dévoila une force plus qu'intéressante. Bon, mieux valait éviter de l'ennuyer lorsqu'elle était dans cet état-là ou il risquait d'y laisser quelques morceaux ! Et même s'ils repoussaient, il préférait ne pas avoir à passer par le stade de la douleur, n'étant pas masochiste.

Après quelques coups, la porte se déforma assez pour qu'ils puissent passer et Renan la suivit avant de se redresser, repérant lui-même des bruits de pas qui arrivaient dans leur direction. Malheureusement, avant qu'il ne puisse réagir, l'agent de l'UNISON l'avait déjà attrapé pour le traîner derrière une étagère – encore une ! – manquant presque se l'étrangler. Une chance que sa tenue soit un peu élastique ! Tournant la tête en direction des bruits, le Français garda pour lui ses remarques moqueuses, préférant attendre de voir de manière plus détaillée l'équipe qui venait de les rejoindre. Il repéra facilement plusieurs failles à exploiter, mais resta immobile jusqu'à ce que sa coéquipière lui lance quelques mots, puis se redresse pour avertir les suspects de sa présence. Renan ne se gêna pas pour lever les yeux au ciel et se tint prêt à intervenir, persuadé qu'il était que la jolie agent – qui lui montrait encore son derrière – allait bientôt servir de cible d'entraînement.

    Lancer de dé #1 :
    RÉUSSITE : ils ne tirent pas.
    ÉCHEC : il tirent.

    Lancer de dé #2 :
    RÉUSSITE : Renan peut les neutraliser.
    ÉCHEC : il ne peut pas.

    Lancer de dé #2 : (Si échec au #1 ou #2)
    RÉUSSITE : ils ont des balles normales.
    ÉCHEC : ils ont des balles démagnétisées.

    Lancer de dé #4 : (Si échec au #3)
    RÉUSSITE : il n'est pas touché.
    ÉCHEC : il l'est.


Apparemment, le charisme de l'agent était à revoir puisque Renan ne s'était pas trompé : se souciant de ses avertissements comme d'une guigne, les hommes firent feu en direction de la jeune femme. Il n'attendit pas avant de réagir, bloquant toutes les balles au vol puisqu'ils avaient eu le bon goût d'utiliser des munitions traditionnelles. Sans la moindre difficulté, l'Officier les fit pivoter avant de les renvoyer à l'envoyeur, veillant tout de même à obéir à Marisol en visant des zones non mortelles.

Certains des tireurs furent neutralisés et tombèrent sur le sol, mais il en restait toujours plusieurs campés sur leurs jambes et le Breton s'empressa de se dématérialiser pour rejoindre l'agent en se collant pratiquement à elle. Pour le coup, ce n'était pas pour en profiter puisqu'il lança aussitôt quelques mots.

« Tiens-toi bien, ça va secouer. »

Sans attendre plus longtemps, Renan concentra son énergie magnétique avant de frapper le sol de son poing, déclenchant ce que les scientifiques de SHADOW avaient appelé « une nova ». Il s'agissait d'une boule d'énergie qui explosait au contact du sol, créant un souffle d'énergie qui couchait et neutralisait tout ce qui se trouvait dans un certain rayon. Pour le coup, la pièce étant suffisamment petite, tous les hommes furent touchés de plein fouet et se retrouvèrent allongés sur le sol. De son côté, en raison de sa proximité avec l'épicentre, Marisol ne devait pas avoir senti grand-chose, hormis un souffle peut-être un peu désagréable.

Ne cherchant pas à vérifier l'état des hommes allongés sur le sol – ni des rats qui pouvaient peut-être avoir dégusté au passage – le Français se tourna pour balayer la pièce du regard. Si l'objet était là, ils devaient agir rapidement ! Au moins le temps que les hommes soient dans le coaltar.

« Bon, pour la suite ? Ta présence le ravi, mais il vaudrait mieux ne pas trop traîner ici. Ils peuvent reprendre conscience rapidement. »

En attendant qu'elle se décide, Renan s'approcha des types les plus proches et se pencha pour ramasser leurs armes de manière à neutraliser, de manière définitive, les déclencheurs qui permettaient de projeter les balles. Sans armes, ils seraient déjà moins dangereux, même si lui n'avait pas grand-chose à craindre d'elles. Que l'Espagnole ne lui dise plus qu'il n'était pas attentionné !
Sujet : Tout péché est le résultat d'une collaboration
Marisol Aguilar
Réponses : 37
Vues : 234

Rechercher dans : Environs de Star City   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Tout péché est le résultat d'une collaboration    Dim 6 Oct 2019 - 19:06
Marisol jeta un regard lourd de sens à Tesla avant de rétorquer aussitôt d’un ton plein de sarcasme.

Tu sais qu’il est très malpoli de lâcher quelqu’un dans le vide du haut d’un toit ? Je suis même sûre que c'est puni par la loi.

Silvia les regardait sans mot dire, visiblement curieuse.

Et Silvia préfère l’espagnol. Désolée.

Sur ces quelques mots, la Caporal avait repris sa route, suivie par ses alliés. Les environs étaient relativement sobres, dénués de tout point d’intérêt évident, mais l’Hermite tout comme son invocatrice gardaient leurs yeux ouverts. Jusqu’à ce qu’ils se trouvent piégés. L’Espagnole finit par solliciter son compagnon. La femme qui l’accompagnait ne pouvait pas grand-chose pour eux. Tandis que Tesla se dématérialisait, Marisol baissait les yeux sur le gaz.

Elle espérait qu’il n’irait pas les abandonner ici. Mais il réapparut bien vite. L’agent, raide comme la justice, commençait à s’inquiéter quand il envisagea de passer à la force brute. Acquiesçant, elle fit demi tour avec un signe de la main à Silvia pour qu’elle imite ses gestes. Les deux femmes ramenèrent leurs bras devant leurs yeux, baissant soigneusement la tête. Un son de brisure se fit vite entendre et un matériau inconnu tomba au sol.

Bien joué, souffla Marisol, sans moquerie pour une fois.

La fine équipe avança jusqu’à la porte. Comme son voleur préféré – il fallait bien l’admettre, même si il la rendait folle, il avait le mérite certain d’être profondément distrayant, et ses moqueries lui auraient tiré un sourire si elle n’avait pas été aussi furax – avait l’air plus dégourdi avec les technologies en tous genres, l’Espagnol l’avait laissé prendre les devants. Mais il se tourna bien rapidement vers elles.

Marisol s’avança et étudia le clavier. Elle pouvait toujours réutiliser le Chariot, mais ça impliquait de renvoyer puis rappeler l’Hermite, avec le risque que les rats qui les suivaient depuis un moment les abandonne. Et il fallait qu’elle puisse visualiser l’intérieur. Avec un peu de chance, la porte était trop peu épaisse pour résister à la force brute.

    Lancer de dés #1
    Réussite : la porte peut être ouverte par la force.
    Echec : Il va falloir faire autrement.

    Lancer de dés #2 (si échec au #1)
    Réussite : Marisol peut les faire passer de l’autre côté.
    Echec : ils se trouvent coincés.

    Lancer de dés #3
    Réussite : ils sont seuls.
    Echec : ils sont rattrapés par l’équipe ennemie.


Marisol lança un bref regard à Silvia, puis, après une longue hésitation, ordonna :

Dis à nos amis de continuer à le surveiller. J’utiliserais Anna pour savoir ce qu’il en est.

Elle acquiesça et s’exécuta puis disparut quand sa maîtresse cessa l’invocation. Celle-ci allait faire appel à l’Arcane de la Force, cette fois. Un Arcane qui finirait par la laisser affaiblie, mais il fallait ce qu’il fallait.

Plus forte que jamais, souffla-t-elle.

Marisol tira une fois sur le clavier, à l’aide de son arme de poing, espérant ainsi neutraliser une éventuelle alarme de forçage. Puis elle remit celle-ci dans son holster, inspira un bon coup… et frappa du poing le battant de la porte. Une fois, deux fois, trois fois, la quatrième étant la bonne. L’huis se déforma, libérant un passage suffisant pour les deux compères.

Allons-y.

Ils avaient à peine passés la porte que l’Espagnole, toutefois, se redressa. Elle attrapa Tesla par le col (un peu trop brutalement, d’ailleurs, ne mesurant pas toujours parfaitement sa force lorsqu’elle était sous l’influence de cet Arcane) et le fit s’accroupir derrière la première étagère venue. Elle releva le canon de son fusil, se répétant encore et encore de le traiter comme s’il avait été fait de porcelaine pour ne pas l’écraser.

Ils arrivent, signala-t-elle.

Il aurait fallu que son compagnon soit sourd pour ne pas s’en être rendu compte par lui-même : leurs ennemis faisaient un raffût conséquent, comme s’ils ne s’inquiétaient pas d’alerter qui que ce soit. Lorsqu’ils passèrent la porte, Marisol hésita. Elle avait obligation d’avertir avant de faire feu ou d’attaquer de quelque façon que ce soit, normalement. Mais le protocole commençait à la mettre sérieusement en danger. Et surtout, mettrait un civil en danger.

Mettez-vous hors de portée, demanda-t-elle à Tesla avant de s’avancer, fusil d’assaut levé. Vous êtes sur une zone d’intervention. Lâchez vos armes et mettez vos mains en l’air.

Sa voix avait retenti clairement. La dizaine d’hommes et de femmes qui lui faisait face n’eut pas tout à fait le bon goût d’avoir l’air impressionné.
Sujet : Tout péché est le résultat d'une collaboration
Renan Le Guerec
Réponses : 37
Vues : 234

Rechercher dans : Environs de Star City   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Tout péché est le résultat d'une collaboration    Dim 6 Oct 2019 - 10:40
L'agent parlait dans sa langue avec les individus qui l'accompagnaient, chacun leur tour. Ce n'était pas très surprenant, Renan ne la croyait pas totalement honnête avec lui et il la soupçonnait de prévoir comment elle allait l'arnaquer une fois qu'ils seraient devant l'objet qu'ils convoitaient. Qu'à cela ne tienne ! Il ne savait pas si elle l'avait vu ramasser le morceau de papier, mais ça lui faisait un avantage certain. Il n'y avait qu'à espérer qu'il s'en tirerait parfaitement et la victoire pourrait encore lui appartenir.

Il se tourna finalement vers l'Espagnole, lâchant quelques mots alors qu'elle venait de désigner la porte suivante.

« Tu sais que c'est très malpoli de parler dans une autre langue ? »

Surtout lorsque l'autre ne la comprenait pas. Il nota d'ailleurs de demander aux scientifiques de la base de lui trouver un traducteur à intégrer à sa tenu qui s'occuperait de lui convertir toutes les paroles de la jeune femme. Et sans qu'elle le sache bien évidemment.

La suivant docilement et en silence, le trentenaire en profita pour observer les environs et essayer de vérifier qu'ils ne passaient à côté de rien. Ce n'est finalement que lorsqu'ils se retrouvèrent pris dans un piège invisible que la jeune femme s'adressa à nouveau pour lui demander de l'aide. En toute logique, rien ne pouvait bloquer sa dématérialisation, mais on ne savait jamais. Haussant les épaules, il répondit brièvement.

« Je ne sais pas. Laisse-moi vérifier. »

Sans perdre davantage de temps, le Français se dématérialisa et tenta de traverser la barrière en verre qui se trouvait juste devant eux. Si ça fonctionnait, il n'aurait qu'à faire demi-tour pour la rechercher. Après tout, si le gaz était mortel, il ne pouvait pas l'abandonner ici : elle risquait d'y passer et il pourrait tirer un trait sur ses moments de loisir lors des missions à venir !

    Lancer de dé #1 :
    RÉUSSITE : il peut passer.
    ÉCHEC : il ne peut pas.

    Lancer de dé #2 : (Si échec au #1)
    RÉUSSITE : il peut forcer le passage.
    ÉCHEC : il ne peut pas.

    Lancer de dé #3 : (Si échec au #2)
    RÉUSSITE : c'est un gaz qui endort lentement.
    ÉCHEC : C'est un gaz mortel.


    Lancer de dé #4 : (Si réussite au #1 ou #2)
    RÉUSSITE : la porte s'ouvre facilement.
    ÉCHEC : elle est solidement fermée.


Visiblement, les propriétaires de l'endroit avaient prévu quelque chose pour parer à tous les pouvoirs puisque la forme dématérialisée de Renan se retrouva bloquée contre la vitre. Il fut contraint de reprendre forme humaine tout en réfléchissant rapidement à la suite. Le gaz qui se répandait autour d'eux ne lui disait vraiment rien de bon et même s'il était immortel, il ne tenait pas franchement à vérifier que tout fonctionnait parfaitement avec le phylactère d'Abigaïl ! Soupirant, il tourna finalement la tête vers la jeune femme.

« Cache-toi les yeux et tourne-toi, on ne sait jamais, du verre peut voler autour de nous si ça marche. »

Il attendit qu'elle s'exécute avant de concentrer tout le fer en surplus présent dans son sang jusqu'à son poing. En agissant ainsi, il pouvait généralement améliorer sa force et la faire grimper jusqu'à deux tonnes, de quoi briser pas mal de choses ! Lorsqu'il sentit que son poing était prêt, le Breton frappa le champ de force invisible à la base, là où il était généralement le plus faible, croisant les doigts pour qu'il explose.

Cela ne prit pas bien longtemps : un craquement sonore se fit entendre et le piège tomba en morceaux, envoyant quelques bouts de verre – ou une autre matière, Renan ne vérifia pas – autour d'eux. Presque aussitôt, le gaz cessa de se répandre dans la pièce et le duo put progresser jusqu'à la porte hermétiquement close. Pour une fois, l'Officier de la Pénombre ne s'amusa pas à fanfaronner. Ses prunelles détaillèrent le système de fermeture et il tenta de l'infiltrer avec ses pouvoirs. Il arrivait à dérégler des objets électroniques grâce à ses capacités, mais cette fois-ci, ces dernières se révélèrent parfaitement inutiles. Fronçant les sourcils sous son masque, il tourna la tête vers la jeune femme avant de lui annoncer la nouvelle.

« Je ne peux rien faire. Tu dois bien avoir un truc dans ta manche pour nous sortir de là, non ? »
Sujet : Let me be your white knight — Abigaïl
Noélie A. Inagawa
Réponses : 27
Vues : 160

Rechercher dans : Funérarium Frankenstein   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Let me be your white knight — Abigaïl    Dim 6 Oct 2019 - 0:30
Avec de la chance, dit Anton. Je ne crois pas vraiment à la chance et encore moins à la mienne, mais je ne réagis pas. Si je commence à leur dire que mes derniers coups d’éclat étaient des actes manqués, la confiance entre nous, déjà bien… Limitée, risque de dégringoler dans les abysses.

Peut-être, je me contente donc de dire.

Siobhan a l’air d’hésiter à dire quelque chose de probablement désobligeant, mais elle se contente d’avancer, comme nous tous. Nous ne tardons pas à nous rendre compte que c’est clairement prendre nos ennemis pour des idiots finis que de s’imaginer qu’ils ne s’attendent pas à notre visite. Leur petit piège nous a enfermé efficacement. Pour l’instant. Je regarde les autres se déployer autour de Piper et moi avec une mine pincée. Je déteste être le maillon faible mais bon. Je resserre les doigts sur la pelle en me demandant si je devrais penser à Abby maintenant ou si je risque juste de causer des ennuis à certaines de ses petites bestioles morte-vivantes. Au pire, Anton a raison : je peux toujours taper les autres avec. Plan basique mais toujours intéressant.

Des croisés, je répète, désabusée.

Vie. De. Merde.

Ils sont armés, en tous cas et ils ont l’air plutôt sûr d’eux, je réagis après sa courte explication.

Qui m’a rendu ces croisés détestables en quelques mots. Je ne sursaute même plus quand de la lumière inonde très momentanément le hangar. Siobhan sourit d’un air venimeux.

Surprise, glisse-t-elle tout bas.

Je ne sais pas pourquoi sa magie marche alors que les attaques du frère d’Abby échoue, je constate juste qu’elle commence à s’estomper peu à peu. J’inspire profondément et ferme les yeux pour me concentrer sur les images globales de la situation. Une solution, une solution, une fichue solution.

Lancer de dés #1
Double réussite : Noélie trouve un moyen de les protéger et de neutraliser une partie des croisés.
Une réussite : Noélie arrive à faire neutraliser une partie des croisés, mais la barrière de Sio a lâché et les voilà vulnérables aux autres.
Echec : Bon bah oui c’est mal parti, voilà.

Lancer de dés #2
Double réussite : les croisés sont sensibles aux attaques physiques des morts-vivants, à défaut d’être sensible à ce qui manipule la nécromancie de près ou de loin. Siobhan peut aussi les atteindre.
Une réussite : Siobhan et Shiru sont capables de frapper.
Echec : La foi, ce super-bouclier.

Lancer de dés #3 (si une réussite au #1) :

Réussite : Noélie permet de neutraliser deux croisés sur quatre.
Echec : seul un sur quatre est hors d’état de nuire.

Je m’attarde sur la façon presque rituelle dont se rapproche les quatre hommes, mais ça ne me paraît finalement pas significatif. Tout en réfléchissant, je déploie mes capacités de réflexion. Siobhan est mon meilleur atout pour se démerder seul. Pour ce qui est de la force brute…

Vous pouvez en emprisonner un, Siobhan ? S’ils sont vraiment si durs à…
Je peux faire mieux que ça. Un de mes sorts neutralisent la magie.

Je note ça. Lui demande de se tenir prête si je l’appelle. Elle s’avance et déploie ses sortilèges vers une des quatre croisés, celui qui se trouve au Sud. Derrière elle, le même mur rougeâtre se referme autour d’Anton, Shiru, Piper et moi, qui avons été blessé. Je contacte Zeta pour lui dire que nous avons besoin d’elle et de se poster non loin. Puis je finis assise en tailleur, Shiru déployant son propre bouclier autour de nous deux. Désolée pour les autres, mais la portée n’étant pas si importante.

Silence, Janet, Gary, j’ai besoin que vous teniez celui à l’Est loin de moi, je demande d’une voix décidée.

J’ordonne plus que je ne demande, et ils ont tout intérêt à s’exécuter.

Anton, tenez moi celui-ci à distance, j’ajoute en désignant le croisé au Nord, celui qui l’a blessé. Zeta, tu t’occupes de l’Ouest.

Tandis que chacun s’exécute, Zeta tire une première fois sur sa cible sur mon ordre. Quand je constate que son bouclier ne neutralise pas parfaitement les attaques physiques, je souris. Puis je fais ce que je fais de mieux : je communique au fur et à mesure avec ma petite combattante, guidant aussi de temps à autre les mort-vivants pour leur éviter un destin funeste. C’est un jeu délicat, surtout quand je leur ordonne de se baisser ou de reculer alors que leur instinct leur ferait faire autre chose. Zeta est entraînée à ça, comme tous mes Egides et s’exécute instantanément. Les autres galèrent un peu plus. Mais à force de patience, elle allonge pour le compte son adversaire et je crie à Siobhan de lui couper son accès à la magie. Des chaînes surgissent de nulle part, rouge sombre, et s’enroulent autour des chevilles du croisé un peu sonné mais pas blessé pour un sou. Puis une garde se matérialise autour de lui. Un piégé, au suivant. Enfin, c’est ce que je crois jusqu’à ce que la rousse se débrouille seule pour emprisonner le sien aussi. Deux au sol. Restent deux, mais jusque là, je garde tout le monde en vie. Le problème c’est que je doute que la sorcière puisse maintenir une prison sur les quatre simultanément. Elle a déjà l’air de galérer.

Zeta, aide Anton avec le Nord, j’ordonne, déglutissant péniblement.

Je suis tellement concentrée que j’ai l’impression d’être à deux doigts d’exploser.
Sujet : Qui a commandé des œufs brouillés ?
Marisol Aguilar
Réponses : 27
Vues : 184

Rechercher dans : Les entreprises et laboratoires   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Qui a commandé des œufs brouillés ?    Sam 5 Oct 2019 - 23:57
Marisol releva le canon de son arme et prit soin de la recharger tandis que sa supérieure s’enquérait de l’opinion de l’un de leurs experts. L’Espagnole avait salué le Sergent Parker d’un geste et d’un sourire qui disparut derrière le masque qui filtrait l’air qu’elle respirait, la préservant des miasmes répandus par les créatures qui logeaient là. Comme tous ses pairs.

Avec l’air de ne pas y toucher, l’agent écoutait tout de même ce qui se disait à propos de leurs ennemis. Quoi que totalement ignare dans le domaine, elle était curieuse. Et ce d’autant plus que de ces données dépendait la sécurité de ses collègues autant que la sienne. Le discours de l’homme eut tôt fait de tordre l’estomac de l’ancienne soldate. Tout cela la mettait profondément mal à l’aise : si ces monstres étaient des ouvriers ou ouvrières, où étaient les soldats, et surtout, où se cachait l’horreur qui avait pondu toutes les autres ? Marisol s’agita d’autant plus lorsqu’Andrea relança le scientifique de quelques questions tout à fait pertinentes. Elle était arrivée plus ou moins à la même conclusion que son sergent, si bien que lorsque l’ordre vint de transmettre ces nouvelles données à leurs alliés, elle avait déjà commencé à basculer son communicateur sur le canal de liaison avec la seconde équipe. Lorsque ses coéquipiers se repositionnèrent pour prendre d’assaut le dernier laboratoire, l’Espagnole se positionna en arrière du groupe, tout en parlant d’une voix claire aux autres agents.

Lancer de dés #1
1 à 5 : L’autre équipe a localisé la Reine et ses gardiens et garde le périmètre, en attendant de récupérer le reste de leur groupe. Ils ne risquent rien pour l’heure.
6 à 40 : L’autre équipe a localisé la Reine et ses gardiens et reste à distance, mais ils devront peut-être intervenir avant l’arrivée d’Andrea et ses troupes.
41 à 60 : L’autre équipe a localisé la Reine et ses gardiens. Le problème, c’est que l’inverse est vrai.
61 à 95 : L’autre équipe ne répond pas.
96 à 100 : L’autre équipe ne répond pas et un nouveau groupe de créatures plus résistantes arrive. Certains des fameux alphas ?

    Lancer de dés #2
    1 à 5 : Andrea et sa troupe neutralisent rapidement les créatures présentes. Ils peuvent ensuite rejoindre le rez-de-chaussée sans encombre.
    6 à 40 : Andrea et sa troupe neutralisent les créatures présentes mais l’opération prend un peu de temps.
    41 à 60 : Andrea et sa troupe neutralisent les créatures de la salle mais sont pris à revers par un autre groupe.
    61 à 95 : Andrea et sa troupe sont en difficulté : il y a suffisamment de bestioles pour qu’il soit délicat de faire le ménage. Il y a plusieurs blessés.
    96 à 100 : Andrea et sa troupe sont coincées dans la pièce. Il y a plusieurs blessés dont certains graves.

    Lancer de dés #3 (si #2 > 60)
    Réussite : Marisol n’est pas blessée.
    Echec : Marisol est blessée.


Caporal Aguilar pour l'équipe B. D'après nos nettoyeurs, la Reine et les soldats du groupe sont à votre étage. Ouvrez l'oeil et n'engagez pas le combat. On nettoie la zone et on remonte.

Le silence lui répondit dans un premier temps. Puis son oreillette lui renvoya enfin un retour.

Bien reçu Caporal. Nous avons trouvé la Reine. L'équipe tient ses positions mais les individus qui l'entourent se montrent menaçants.

Le temps qu'elle ait fini, la dernière salle avait été ouverte et dévoilé un spectacle peu ragoûtant. L'endroit grouillait de jeunes en cours de croissance, et d'autres gardiens des nids se baladaient au dedans. Il y avait là de quoi se sentir mal mais chacun garda son calme et ouvrit le feu. Il fallut un peu plus de temps pour maîtriser la situation. Le Caporal Aguilar finit par rejoindre la danse. Mais les agents de l'UNISON avaient à peine fini de mettre à terre ces monstres décidés à les écharper que l'un des combattants fut attaqué par derrière. Toujours à l'arrière du groupe, Marisol réagit immédiatement en voyant un de ses camarades emporté par les pinces de l'ennemi. Elle tira deux fois avec précision tout en lançant aussitôt :

Autre groupe de bêtas en approche.

Sa cible tomba à terre, aussitôt remplacée par un autre monstre, mais elle avait déjà attrapé son coéquipier pour le traîner à l'intérieur de la salle et se placer devant lui. Couvrant l'entrée du laboratoire, Marisol réalisa rapidement, comme tous les autres, qu'ils étaient pris au piège à l'intérieur par des dizaines de gardiens des nids sortis d'on ne sait où.
Sujet : Tout péché est le résultat d'une collaboration
Marisol Aguilar
Réponses : 37
Vues : 234

Rechercher dans : Environs de Star City   Tag 3 sur Star City Heroes Petit_pas_nvSujet : Tout péché est le résultat d'une collaboration    Sam 5 Oct 2019 - 22:56
Marisol regarda autour d’elle d’un air dubitatif. Elle se doutait bien qu’il n’y aurait pas qu’à se pointer et à mettre la main sur l’artefact. Ancien et originaire du fin fond de la Chine, il s’était retrouvé ici au fil du temps. Ses capacités supposées étaient potentiellement destructrices. Une bonne raison pour l’UNISON de le récupérer et de le mettre en sécurité… Ou de le rendre aux autorités compétentes le cas échéant. Elle savait juste que l’objet avait trois formes connues et avait changé au gré de ses voyages : il aurait peut-être encore une tête différente pour ce qu’elle en avait à faire. Restait à mettre la main dessus.

Je pense que ce sera un peu plus compliqué. Cherche une info sur l’endroit où se trouve les artefacts présents ici ?

Bien sûr, l’Espagnole espérait qu’il ferait chou blanc. Il était là pour lui servir de renfort, mais certainement pas pour dégotter le fameux objet. Sans doute était-ce pour cela que lorsqu’il s’éloigna, Marisol en appela à Silvia. L’Hermite se matérialisa rapidement, la jeune femme coiffée de ses sempiternelles tresses dont les extrémités tiraient sur un joli roux, cachée sous son ample cape.

Pourrais-tu charger un de tes amis de surveiller notre homme ? Sans s’approcher et sans en avoir l’air. Fais en sorte que ton espion n’est rien à voir avec nous.

L’agent avait pris soin de ne s’exprimer qu’en espagnol. Et sa compagne fit de même, sa voix mélodieuse s’élevant dans le silence de la pièce pour intimer aux rongeurs des environs de s’esquiver et de suivre l’homme. Restait à espérer que ces charmants espions ne se feraient pas repérer. Marisol et Silvia se séparèrent ensuite le temps de retourner la pièce.

    Lancer de dés #1
    Réussite : Marisol a trouvé quelque chose d’utile également.
    Echec : elle n’a rien trouvé.

    Lancer de dés #2
    Réussite : les trois rats qui se sont égarés dans la salle ont eu le temps de voir Tesla escamoter un objet.
    Echec : ils sont arrivés trop tard.

    Lancer de dés #3

    Double réussite : Renan et Marisol prennent le bon chemin. L’autre équipe, en arrivant emprunte le mauvais.
    Une réussite : Renan et Marisol ont trouvé le bon chemin. Malheureusement, leurs adversaires aussi et ils risquent de les rattraper.
    Double échec : Renan et Marisol ont emprunté le mauvais chemin. Pas de nouvelles de l’équipe ennemie.

    Lancer de dés #4
    Réussite : ils peuvent progresser sans difficulté.
    Echec : ils sont arrêtés.

    Lancer de dés #5 (si échec au #4)
    Réussite : c’est un piège.
    Echec : c’est un ennemi.


Ni Marisol, ni Silvia - ou ses petits amis - ne trouvèrent quoi que ce soit de concluant. Soupirant, elle secoua la tête machinalement :

Rien de mon côté.

Elle en oubliait presque de se montrer sur la défensive. La trentenaire interrogea Silvia du regard, qui lança quelques mots en espagnol à haute voix, demandant à la ronde quel chemin ses amis conseilleraient à une femme cherchant un objet à l'odeur étrange. Elle désigna ensuite l'une des deux portes sans hésiter, celle de gauche.

Silvia a un sixième sens pour ces choses-là, lâcha Marisol sans hésitation. Faisons lui confiance.

Elle avança d'un pas décidé et ouvrit la porte, découvrant un couloir sombre. Un oeil en arrière, un signe à Tesla, puis l'agent et son invocation partirent devant. Ils avancèrent en silence pendant un moment, jusqu'à ce que l'Hermite, depuis son capuchon soigneusement rabattu sur son visage doux, signale qu'ils étaient suivis. Toujours dans la langue de l'ancienne soldate, évidemment.

— Ils sont derrière nous, informa-t-elle Tesla à voix basse.

Ils avaient assez d'avance pour que déambuler dans les couloirs de l'endroit, guidés à chaque intersection par Silvia, leur laisse le temps de trouver leur cible et de filer. Enfin, cela était jusqu'à ce que Marisol heurte un obstacle invisible, à deux pas d'une énième porte - blindée, et avec un digicode à entrer. Elle voulut reculer, dépassa son allié de fortune, et fit la même amère expérience.

Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi on ne peut ni avancer ni reculer, interrogea-t-elle en regardant le Français.

L'Espagnole hésitait presque à tirer son arme. Elle ne pouvait pas se téléporter tant que Silvia était là, et avait plus besoin d'elle que d'un autre à l'heure actuelle. Qui plus était, cet endroit ne lui permettrait peut-être pas ce genre de fuite. Quelques secondes plus tard, des vannes s'ouvrirent le long du couloir, laissant pénétrer un gaz à la teinte bleutée.

Mierda. Tu peux nous sortir de là, demanda-t-elle à Tesla.

Elle ne voulait pas savoir si ce truc allait les tuer ou les endormir. Ou simplement préparer le terrain à tout autre chose.
Revenir en haut 
Page 1 sur 17Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant
Tag 3 sur Star City Heroes Categorie_6Tag 3 sur Star City Heroes Categorie_8
Sauter vers: