AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Une petite visite surprise. [Seth et Emeraude]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message posté : Dim 7 Avr 2013 - 20:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Il était temps d’agir. Michael avait enfin prit sa décision. On n’obtient rien si on ne se mouille pas ne serait-ce qu’un petit peu n’est-ce pas ? Alors aujourd’hui serait le grand jour. Après plusieurs semaines de suspicion, ce n’était quand même pas du luxe. En effet, un vicieux doute s’était mis à troubler Michael au sujet d’un de ses employés du Daly Star, Seth Shadow. Consciencieux dans son travail, jusque-là Michael n’avait rien eu à redire. Il lui faisait confiance et n’hésitait pas à lui donner certains de ses sujets les plus sensibles et délicats. Confiance que très peu peuvent se vanter de bénéficier. Voilà en quoi ce doute se montrait si vicieux dans la tête de Michael. Seth qui paraissait si investi, si honnête semblait renfermer dans le coin de l’œil une malignité imprévue. C’était lors d’une journée tout à fait anodine que Michael l’avait vu, dans son regard, une haine et une mesquinerie d’une profondeur imperturbable. Cet incident se produisit une fois de plus la semaine suivante ce qui suffit à Michael pour ouvrir sa propre enquête. Il s’était alors mis à le surveiller un peu plus qu’à son habitude, trouvant de plus en plus de prétextes pour le faire venir dans les locaux du journal jusqu’à ce qu’il n’y avait plus aucun doute, Seth était de ce genre de personne à avoir leur propre secret. Ce fut une raison suffisante pour que Michael s’autorise à franchir la limite. Tout avait été préparé en conséquence. Aujourd’hui, Michael avait rendez-vous avec Seth pour discuter des modalités d’un événement à couvrir. Michael l’avait convoqué dans le début de soirée, alors que l’heure de la fermeture du journal se rapprochait à grand pas. La raison en été simple, il avait l’intention de suivre son journaliste afin d’en savoir un peu plus sur ses intentions. Pour se faire, il avait préparé sa cape d’archer dissimulée dans un coin de son bureau. Ne jugeant pas l’affaire d ‘une si grande ampleur, Michael n’emporterait aucune arme particulière à par de minuscules flèches empoisonnées qui restaient toujours collées à sa cape. Le seul objectif de ce soir n’était que discrétion. C’est pourquoi la cape était plus que suffisante, idéale pour ce genre de mission. Elle permettrait un camouflage parfait dans l’obscurité ainsi qu’une liberté de mouvement sans comparable. D’autant plus que sa capuche allait être inévitable s’il voulait préserver l’anonymat de son visage en toute circonstance. D’autant plus que de notre époque, ce genre de cape ne faisait plus partie des anachronismes.

Salut Seth, content que tu aies pu venir à une heure aussi tardive. Tu me connais, je serais incapable de dormir si ce genre de détails n’était pas réglé. Je t’en prie, assieds-toi, ça ne prendra que quelques minutes.

Chose promise, chose due, quinze minutes plus tard et voilà Seth libre comme l’air de tout rendez-vous professionnel. En tout cas, c’est ce que Michael pensait. Il sourit alors à son suspect et une fois que ce dernier eu quitté la pièce, Michael sortit sa cape, l’attacha autour de son coup, releva la capuche et sortit par la fenêtre de son bureau juste après avoir vérifié à l’aide d’une caméra de sécurité que Seth était effectivement sortit des locaux. Il faut savoir que, l’on soit patron ou héros, bien choisir l’emplacement de son lieu de travail est un avantage inestimable. La fenêtre de son bureau était idéalement placée pour lui permettre de sortir du bâtiment sans être vu. Le stratagème était simple. Un bouton situé juste à l’extérieur permettait à Michael de refermer la fenêtre de l’extérieur et ensuite il n’avait plus qu’à sauter sur une rambarde juste en face, s’y agripper puis, le corps pendant dans le vide, prendre appuie sur le mur pour sauter en arrière pendant qu’au vol il n’ait plus qu’à profiter de son élan pour effectuer un demi-tour pour attraper en face de lui le bord d’une fenêtre 3 étages inférieures. Le corps toujours pendant dans le vide, il n’avait plus qu’à lâcher prise pour atterrir parfaitement sur la fermeture d’un composteur. Le tour était joué. Discrètement, il sortit la tête de son trou et pouvait profiter d’une magnifiquement vu sur la grande rue éclairée. Il aperçut Seth au loin et décida de le suivre sagement, emboitant son pas d’une allure silencieuse. La capuche sur la tête le rendait méconnaissable mais l’on pouvait voir ses yeux luire, concentré sur sa seule et unique cible, Seth.

Michael avait toujours été quelqu’un de très appliqué. Très réfléchi, lorsqu’une mission lui est confiée, il s’y concentre à 100%, guettant le moindre son ou mouvement suspect pouvant venir de tous les côtés, tout en gardant clair l’objectif principal. Une telle concentration lui fit perdre la notion du temps. La filature s’était passée comme prévue, en tout cas d’après les impressions de Michael. Malheureusement, il ne pouvait pas en dire de même pour son instinct. Lorsque Michael se donna la peine de lever la tête, caché dans un coin alors que Seth s’était arrêté, il reconnut le Circus Maximus. Il n’avait jamais eu l’occasion d’y mettre les pieds mais l’endroit était connu de la légion des étoiles. Un des pires endroits à fréquenter. Tout ça ne sentait pas bon, mais alors pas bon du tout. Le pouls de Michael commença à s’accélérer. Deux choix s’offrait à lui, soit il continuait sa mission jusqu’au bout omettant tous les risques que cela impliquait, soit il considérait qu’il en avait assez fait pour aujourd’hui et décidait de revenir un peu plus préparé. Non, Michael ne pouvait pas faire demi-tour, pas quand on ouvre une nouvelle porte. La curiosité était trop forte. Malheureusement, aussi réfléchi que Michael pouvait être, une part de son orgueil avait surtout été touchée. Michael avait fait confiance à Seth, il n’avait senti que du bien émanant de sa personnalité. Comment avait-il pu être berné si facilement ? Il se mordit la lèvre face à son incompétence. Il savait qu’il avait toujours eu quelques problèmes au niveau social mais là, cela remettait en question ses compétences en tant qu’héros de la légion des étoiles. Il ne pouvait rester sur un échec, c’était moralement impossible à accepter. Michael, d’une grande sagesse, avait besoin de se prouver de temps en temps que lui aussi pouvait faire partie de ces héros qui savaient prendre des risques. Alors que cela faisait maintenant plusieurs minutes que Seth était entré dans le circus, Michael respira profondément puis changea son regard du tout au tout. Ses traits se firent durent, accusateur. Les sourcils froncés, Michael sortit de sa cachette et s’approcha de l’entrée. Quelqu’un le bouscula alors et Michael retira brusquement sa capuche et poignarda du regard son assaillant.

J’peux rentrer ou les combats se font à l’extérieur maintenant, cracha Michael près à toute riposte.

L’individu se rapprocha de Michael, menaçant et visiblement plus grand. Michael ne perdit en rien son air menaçant et le défia sans rien lâcher.

Vas-y si tu l’oses.

Sans un mot, Michael le prit comme une invitation à entrer. Il savait exactemen où appuyait pour endormir son adversaire mais l’heure n’était pas à se faire remarquer. Il dévia alors la bête et entra dans le circus. La première étape avait été passée. La première étape qui ouvrait le pas à toute une série. Sans y manquer, Michael remit sa capuche. Voilà qu’il avait perdu Seth du regard maintenant. Observateur, il scruta chaque parcelle de l’endroit, chaque visage, avec une volonté certaine de tous les mémoriser. Il quadrilla alors l’endroit qui était encore inconnu pour lui. Il énuméra les sorties ou les entrées, cela dépend de quel point de vue on se place, éventuelles, les potentiels employés du lieu qui pourraient, à l’occasion, se montrer des adversaires si la soirée ne se passait pas comme prévue. Les réflexes de sécurité mise en place, Michael se concentra alors sur le ring, l’arène. Quelque chose à voir au moins une fois dans sa vie. C’est sûr, on ne peut pas les inventer les endroits comme ça. L’endroit imposé un respect qui mettait mal à l’aise notre héros. Cependant, il était de son devoir de le cacher. Il se contenta donc de s’installer dans un coin et de continuer à observer autour de lui jusqu’à ce qu’il retrouve la raison de sa venue.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 7 Avr 2013 - 22:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Seth avait toujours pris son travail au sérieux. Malgré son comportement, malgré la force qui l’envahissait de sa noirceur, il restait un journaliste hors pair ! Méticuleux, rigoureux et attentif à l’actualité il veillait toujours à donner des papiers bien écrits et approfondis quitte à passer des nuits blanches dessus pour qu’il soit parfait. Il évitait cependant soigneusement de trop venir au journal. Il gérait mal ses crises de colère encore, car il ne faisait pas toujours attention, et il ne souhaitait pas que son travail soit remis en question sous n’importe quel prétexte que l’on trouverait pour justifier ses sautes d’humeurs. Mais ces derniers temps son boss, Michael Malcolm le surveillait et guettait ses faits et gestes. Il l’avait remarqué, il n’était pas aveugle. Du moins, Il l’avait remarqué et Il le lui chuchotait dans ses rêves. C’était ce même Il qui lui avait demandé de se faire moins discret car il pensait que le boss savait quelque chose à propos de son objet précieux qu’il avait perdu. Seth savait ce que ça voulait dire : un futur combat. Sauf qu’il n’en n’avait pas envie, car au fond il appréciait beaucoup son boss. Droit, réglo, rigoureux dans le travail, toutes les qualités que le pigiste appréciait au sein de son activité professionnelle.

D’ailleurs, aujourd’hui, il avait rendez-vous avec son boss pour le prochain évènement. Ca ne prendrait pas longtemps mais ils avaient bien mis un quart d’heure à mettre au point les interviews à ne pas manquer ainsi que les heures de présence et mettre au point un agenda. Pas de problème de toute manière Seth pouvait se libérer quand il le souhaitait vu qu’il n’y avait pas de règles pour les combats au Circus, et qu’il était son propre chef concernant son activité d’écrivain. C’était plus simple lorsque l’on était pigiste, on pouvait ainsi être où l’on souhaitait au moment voulu.

Quoi qu’il en soit, lorsque l’entretien fut clos, Seth savait ce qu’il lui restait à faire. Ce soir, c’était combat. A mort. Ses favoris. Son défouloir. Il sentait que quelque chose était en jeu. Cela lui avait été comme dicté. Il savait aussi qu’il était suivi alors qu’il venait à peine de quitter l’établissement. Un sixième sens. Il avait appris à sentir ces choses-là lorsque c’était nécessaire. Ainsi son boss voulait être au goût du jour concernant ses activité para professionnelles ? Il n’allait pas être déçu. Il espérait juste ne pas voir Emeraude dans le public. A chacun de ses combats il la voyait, mais il faisait souvent en sorte de ne pas la croiser. La dernière fois, il s’en souvenait, cela ne s’était pas super bien passé, et puis elle l’avait suivie, et depuis, il ne savait plus trop quoi penser sur leur relation. Elle avait reparut, comme par magie, et il se rendait compte que ça le touchait encore beaucoup trop. Enfin… Il fallait qu’il se vide la tête et qu’il se concentre sur le combat.

Pendant qu’il avançait vers l’arène, il bandait ses muscles à intervalles réguliers pour les échauffer. Il en avait besoin, vu l’adversaire qu’on lui avait attitré. Un molosse de quasiment deux mètres de haut pour un poids équivalent à celui d’un rhinocéros, si cela était possible. Des muscles si bien dessinés qu’on aurait pu les mouler pour un cours d’anatomie.

Lorsqu’il fut sur la parcelle de sable fin et doux, il salua son public. Il fit un tour en courant, histoire de bien se montrer, le poing triomphant, en l’air. L’annonce de son nom devenait quelque chose de plus populaire, Psycho se faisait connaître à présent. Dans le monde du combat, il se faisait un nom. Et les affiches en témoignaient. Il en profite aussi pour essayer de voir s’il y a des gens qu’il connaît dans le public. Il ne voit pas la jeune qu’il a rencontré dans les vestiaires une fois… Livia. Par contre..

« Emeraude maudite sois-tu ! »

Et… Mickael… Il se croit à couvert, mais sa vision est bonne et il pourrait mettre sa main à couper qu’il était là quelque part. Quoi qu’il en soit, monsieur muscles venait de faire son apparition et sous les huées qui le clamaient lui, et qui clamaient aussi Seth, alias Psycho, le combat commença.

Le Molosse du nom de scène Keiko, ce qui était sombrement ridicule quand on voyait la bête, fonça directement sur Seth. Ce dernier avait largement l’avantage de la vitesse et de la corpulence. Il pouvait se faufiler où bon lui semblait et surtout dans une glissade bien calculée, entre les jambes de son assaillant. Ce qu’il fit grâce à un beau plongeon accompagné d’une roulade. Mais l’autre fut rapide malgré sa corpulence et il attaqua de nouveau Seth. Il fallait de l’endurance et de la force. Le public croyait Psycho perdu, mais la plupart étaient des nouveaux qui ne se doutaient pas de sa puissance. Il sauta alors sur le dos de Keiko, s’agrippant à son cou. Il enfonça alors un doigt dans son œil droit ce qui eut pour effet de le lui éclater. Il se laissa alors retomber au sol, courut et lui arracha un morceau de l’entrejambe qu’il présenta triomphant à son assemblée ! Avec un tel coup, Seth se croyait vainqueur, mais c’était faux ! Son agresseur ne semblait pas si douillet. Il avait hurlé, certes, mais le voilà déjà sur pieds. Qu’était-il ? Pas humain en tout cas. D2contenancé, Seth observa Emeraude dans le public, qui l’observait attentivement, puis Keiko. Il eut une idée…
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 8 Avr 2013 - 0:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Michael se trouvait dans ce genre de situation où le secret résidait dans le dosage. Savoir quand agir et savoir quand rester de retrait. Une perspicacité qui demande énormément d’expérience et de sang-froid. Forte heureusement, des qualités propres aux membres de la légion des étoiles. Et oui, rien que ça. Il allait donc falloir faire preuve de timing. Pour l’instant, l’heure se prêtait à la passivité. L’arène restait encore déserte mais le brouhaha, lui, ne cessait de rappeler à Michael à quel point l’endroit était bondé et vulgaire. Les cris se faisaient agressifs, les petites bagarres automatiques. L’envie de mettre un terme à tout ça titillait notre héros. Cependant, il n’était pas venu pour ça et soyons honnête, si la légion des étoiles avait la capacité d’intervenir dans un tel capharnaüm, cela ferait longtemps que l’endroit aurait été déserté ou même transformé en grand hôtel luxueux. Qu’on le veuille ou non, le bien existe grâce au mal. Michael allait donc devoir accepter qu’un tel lieu existe et ça pour longtemps. Il resta donc sagement dans son coin, continuant de scruter les alentours. C’est alors que les brouhaha se décuplèrent et commencèrent tant bien que mal à battre à l’unisson. Quelque chose était en train de se passer. Michael releva légèrement la tête afin de suivre du regard le mouvement de foule. Un combat allait commencer. Il allait enfin assister un l’un de ces célèbres massacres. Les rumeurs allaient tellement bon train au cercle de la légion des étoiles. La curiosité resterait un des défauts les plus vicieux chez l’homme. Sans bouger, Michael attendit patiemment qu’une ouverture s’offre à lui pour admirer le spectacle. Hors de question qu’il sorte de son trou. Il n’oubliait tout de même pas sa mission principale, la discrétion. Par la force d’esprit ou une chance inouïe, une brèche parmi les spectateurs lui permis de jouir du spectacle tout en restant tapi dans l’ombre.

Michael écarquilla les yeux. C’était lui, son pigiste. Le voir dans de tels circonstances étaient inimaginable et son cerveau eu besoin de quelques secondes pour remettre toutes les informations dans le bon ordre. Celui à qui il avait accordé toute sa confiance se trouvait là, debout, fier et rugissant, en plein milieu de l’arène, défilant dans la parade de l’arrogance et de la violence. Michael ressenti une furieuse envie de battre son point sur la table mais se retint et se contenta de se mordre une nouvelle fois la lèvre inférieur. Décidemment, il en avait eu pour son argent ce soir. Le mieux serait donc de rentrer, de profiter de ce moment qu’il pensait de discrétion pour retourner chez lui, réfléchir à toute cette affaire la tête reposée et réunir les informations nécessaires pour s’occuper du cas personnel de ce Seth Shadow. Cependant, le match commença enfin et Michael faisait malheureusement preuve de bien trop de curiosité. Il pensait si bien le connaître. Il avait besoin d’en avoir le cœur net et de vérifier à quel point il s’était parfaitement trompé. Effectivement, la tournure du combat lui donna de nouvelles preuves de son erreur. Jamais il n’aurait pu imaginer que Seth possédait une telle force. Et pourtant … il semblait bien en mauvaise posture.

Pfff regarde-les ces minables. Tous en train de beugler comme des moutons. Faut de tout pour faire un monde,
pesta un spectateur à son ami non loin de Michael ce qui permis à ce dernier de pouvoir suivre la conversation.

Deux rires gras vinrent alors s’ajouter à la beauté du lieu.

Tu l’as dit, le combat est joué d’avance. Psycho a déjà combattu bien plus menaçant que ça. Le pauvre … il devrait se retirer pendant qu’il lui reste encore un œil. Quoique, ça manque de sang par là-bas … répondit l’acolyte dans le même élan de commérage.

Alors comme ça, Psycho était le nom de scène de Seth. De plus en plus intéressant. Pendant que ce dernier s’évertuait à jouer les gros durs, Michael décida qu’il était temps de partir à la récolte d’informations. Maintenant qu’il savait sous quelle forme il était connu dans les environs, cela ne devrait pas être bien compliqué. Le tout était de ne laisser aucune trace derrière lui et de savoir jouer parfaitement la comédie pour transformer une demande d’informations en simple conversation inutile. Tout d’abord, trouver la cible parfaite. Les grands groupes, mieux vaut pas compter là-dessus. Ça demande de se méfier de chaque personne donc trop couteux en énergie comparé à la récompense. Une personne seule ? A éviter. Ce genre de profil n’est jamais le plus confortable et bien trop aléatoire. L’idéal reste les couples ou trio, tout comme celui juste à côté de lui. Au moment où Michael s’apprêtait à prendre part au duo comique situé juste à sa droite, il intercepta un regard de Seth dirigé vers une personne bien particulière. Michael ne mit pas une seconde avant de porter son regard sur ce nouveau personnage.

Hmm jolie …

Même les vilains seraient-ils capable de craquer pour la beauté féminine d’une chevelure dorée ? En tout cas, il n’y avait aucun doute quant à l’importance de ce regard. Le moment fatidique, l’intensité et la micro-expression associée, tous les éléments étaient présents pour signaler une bonne piste. Cependant, Michael allait devoir faire attention. Si cette jeune femme était sous ses feux des projecteurs, Michael allait devoir l’aborder tout en restant dans l’ombre. Le sang de Michael ne fit alors qu’un tour au sujet de la stratégie qu’il allait devoir aborder. Plusieurs possibilités s’offraient à lui. Jouer l’accident, jouer l’honnêteté ou jouer celui qui prétend en savoir plus qu’il ne sait. Michael avait déjà fréquenté chacun de ces personnages. Il ne fut donc pas particulièrement difficile pour lui de savoir lequel correspondait le mieux à la situation. Etonnement, il décida de s’entêter à aborder ses deux nouveaux informateurs. Autant utiliser les outils qu’on nous met à notre disposition …

Vous dites ça mais j’espère que vous n’avez pas trop misé sur lui. Vous voyez cette belle blonde là-bas ? Si vous regardez avec attention, vous verrez que c’est elle qui mène la danse. Et elle n’a pas décidé que ce serait pour ce soir la victoire.

Un des deux hommes s’approcha vers lui en grognant. Il l’attrapa alors par le « col ».

Comment tu sais ça toi ?

Michael esquissa alors un sourire avant de répondre, la question est plutôt, comment ça se fait que vous ne le savez pas ? Vous ne me croyez pas, alors allez-y, allez la voir et réclamez des comptes. Elle ne pourra pas nier.

Si j’apprends que tu racontes de la merde, je vais te la faire bouffer moi, ta cape.

La brute relâcha alors notre héros et s’éloigna en direction de la belle. Michael ne décocha pas alors son sourire de coin. Si seulement il savait que sur ces deux minutes d’interaction, Michael lui avait trouvé 7 failles et 3 façons différentes de le tuer sans attirer l’attention dont seulement 1 comportait l’utilisation de ses flèches empoisonnées. Il attendit donc sagement à sa place, curieux de voir la tournure des événements. Ses deux nouveaux acolytes s’approchèrent alors de la personne désignée.

Hé toi, on peut savoir ce qui se passe ? Et pas de charabia, mon pote et moi on est pas venue pour jouer à la dinette. On a entendu dire que c’était toi qui décidait quand Psycho devait gagner ou perdre … mais ça va pas être possible, c’est pas comme ça que les jeux se passent alors écoute moi bien, faudrait mieux pour toi que Psycho gagne ce soir, sinon tu verras pas le coup venir. Et t’inquiètes pas, on est plus nombreux qu’on en a l’air. Alors essaye pas de jouer à la plus maligne. La mascarade est terminée, agressa un des hommes mêlant la parole au regard menaçant.

Michael se contenta alors d’observer le combat.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 8 Avr 2013 - 21:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Seth se battait ce soir. Enfin non, il massacrait son adversaire. Comme toujours avant ces satanés combats, des flyers prônant l’invincibilité de Psycho étaient distribués dans toute la ville. Emeraude était tombée sur l’un d’entre eux, il trainait sur la table du salon de Seth. Depuis quelques temps, ils se revoyaient. Elle ne savait pas trop ce que cela allait donner mais pour le moment, elle n’avait pas trop à se plaindre. Pas de coups, presque pas d’engueulade. La routine quoi. Et ce soir, elle se rendrait au Circus pour le voir combattre. Elle savait qu’il lui avait plus ou moins demandé de ne pas venir mais c’était plus fort qu’elle. Après tout, les femmes des sportifs vont bien voir leur mari jouer. Pourquoi donc n’irait elle pas voir Seth, ou plutôt Psycho, mettre à mort l’imbécile qui aura l’audace de le défier ? Il n’y avait pas de raison. Et puis, la blonde avait un esprit de contradiction assez développé. Le fait qu’il ne veuille pas la voir là bas ne faisait qu’accroitre son désir d’y aller. Emeraude, une garce ? Non ça, c’est une légende.

Pourtant, elle détestait cet endroit. Elle détestait tous les abrutis qui s’extasiaient devant les combats, les pétasses qui essayaient par tous les moyens de rentrer dans les douches avec les survivants. La bière y était chaude, les sandwichs franchement dégueulasses. Elle détestait être confinée parmi une horde de primates qui ne savaient que beugler et lui renverser leurs gobelets de mauvais alcool sur les vêtements. Y’en avait pas un pour relever l’autre dans cette fosse aux abrutis. Mais malgré ça, dés qu’elle le pouvait, elle y allait. Et plus besoin de se cacher, maintenant qu’il savait qu’elle venait. Elle nourrissait l’espoir qu’un jour, un jour béni et miraculeux, Seth se lasse des combats à mort et trouve une autre occupation. Squatter un banc dans un parc, trouver un nouveau job au zoo, vendre des glaces, des barbes à papa… S’inscrive à un cours de poterie ou de cuisine ou de couture. Y’avait des millions et millions de choses à faire à Star City et il avait choisi le combat clandestin. Il est blond, faut pas lui en vouloir.

Alors, avant de s’y rendre, elle décida d’enfiler une tenue qui lui permettrait de passer inaperçue. Le même genre de tenue que toutes les midinettes en manque de testostérone qui trainaient aux alentours des vestiaires. Un pantalon en cuir noir qui fuselait ses jambes, un tee shirt sans manche tout aussi noir qui laissait entrevoir jusqu’il fallait. Un perfecto et des bottines plates, en cuir noir également, complétaient la tenue. Son arme était là elle aussi, bien au chaud dans son holster. Elle attacha ses cheveux en une queue de cheval assez haute et enduisit ses lèvres d’un rouge vif. Voilà, elle était prête. Que ne fallait-il pas faire pour espérer se fondre dans la masse dans ce genre d’endroit. Comme les vigiles commençaient à la connaitre, elle n’eut pas vraiment de mal à pénétrer dans l’enceinte. Le combat n’était pas encore commencé. Elle se choisit une place, assez éloignée de l’arène pour ne pas être éclaboussée de sang, mais suffisamment proche pour ne louper aucun des détails sordides dont Seth allait régaler la foule. Elle, cela lui donnait la gerbe mais bon… Chacun ses gouts comme on dit. Elle s’installa, ne prêtant pas attention à l’homme à la capuche assis à quelques mètres d’elle.

Seth, non Psycho, entra alors en scène sous les acclamations du public. Elle se contenta de le fixer, stoïque, espérant qu’il ne la repère pas avant le début du combat. Il la regardait pourtant, elle lui adressa un sourire en coin. Ca, c’est fait. Il l’avait vue, elle allait se faire engueuler. Pas grave. Un bisou, un câlin et ça serait vite oublié. Le combat commença, violent comme d’habitude. Psycho lui creva un œil avant de lui arracher son service trois pièces. Le type en face était un mastodonte pourtant, de la lignée des mammouths vu la taille et la corpulence. Mais il en fallait beaucoup plus pour intimider le champion de l’arène. Elle reporta son attention sur Seth pour remarquer qu’il la fixait, bien plus longuement qu’au début du round.

Et là, elle vécut le moment le plus embarrassant de toute sa vie. D’un même soul, toutes les personnes présentes suivirent le regard de Seth pour la fixer, elle. Elle entendait les gens murmurer, se demander qui elle était pour que le grand Psycho la regarde de cette manière. S’ils savaient… Le combattant perdrait de sa prestance et de son charme. Elle adressa un sourire charmeur et un petit geste de la main à Seth pour tenter de cacher son malaise. Etre sous le feu des projecteurs, ce n’était pas son délire. Du coin de l’œil, Emeraude remarqua alors que le type à la capuche venait de se faire empoigner par un malabar. Deux combats pour le prix d’un. Chouette. Ou pas. Les deux gaillards lâchèrent l’inconnu pour se diriger vers elle. Le combat dans l’arène reprit au même moment, les spectateurs arrêtaient de la fixer pour acclamer Psycho.

« Hé toi, on peut savoir ce qui se passe ? Et pas de charabia, mon pote et moi on est pas venue pour jouer à la dinette. On a entendu dire que c’était toi qui décidait quand Psycho devait gagner ou perdre … mais ça va pas être possible, c’est pas comme ça que les jeux se passent alors écoute moi bien, faudrait mieux pour toi que Psycho gagne ce soir, sinon tu verras pas le coup venir. Et t’inquiètes pas, on est plus nombreux qu’on en a l’air. Alors essaye pas de jouer à la plus maligne. La mascarade est terminée. » Lança un des types, menaçant avec ça.

Elle haussa un sourcil, sans daigner se lever. C’est tout juste si elle lâcha le ring du regard.

« C’est à moi que tu parles, gros lard ? Déjà tu baisses d’un ton parce qu’on est pas potes et ensuite, si t’apprenais à réfléchir, ça t’éviterait de raconter des conneries plus grosses que toi. Ce combat est un combat à mort, sombre crétin. Perdre signifie mourir. Tu crois que je vais faire tuer le type qui me rapporte un max de blé ? T’es vraiment con… Dégage de ma vue, maintenant ! »

Sauf que le gros lard n’apprécia pas et Emeraude eut juste le temps d’esquiver un coup de poing qui aurait, à coup sur, détruit son petit nez.

« Joues pas à la plus maligne, la blondasse. Le type là bas nous a dit que c’était toi qui décidais du sort de Psycho. » Il pointa l’homme à la capuche. Elle eut du mal à cacher son agacement. Elle esquissa un mouvement, juste pour montrer la crosse de l’arme au gros lard et à son débile de pote. « Hé bah il vous a raconté des conneries ! Dégage ! »

Cette fois, ils décampèrent direction la buvette. Etonnant n’est-ce pas ? Quand à elle, elle se leva et sans chercher à se cacher, elle se dirigea vers le mystérieux encapuchonné. Emeraude sentait les regards des hommes glisser sur ses jambes et sur sa chute de rein. Eurk… Ecœurant. Elle alla se mettre assise juste à côté du type à la capuche.

« Je peux savoir à quoi vous jouez ? »lança-t-elle en reprenant le fil du combat, perdu quand elle s’était levée.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 9 Avr 2013 - 13:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Les yeux de la foule étaient rivés sur elle. Damn ! Seth n’aimait pas voir Emeraude dans l’arène. Elle savait qu’elle ne devait pas être là. D’une part parce qu’elle le déconcentrait s’il la voyait, d’autre part car ce n’était pas un monde qu’elle devait côtoyer. Son âme était assez noire comme ça sans qu’en plus elle cherche à en rajouter. D’autant qu’il ne s’agissait pas d’un petit combat de boxe où on se contentait de foutre des coups et celui qui était K.O à la fin perdait. Non c’était un combat à mort, pendant lequel Seth prenait un malin plaisir à démembrer ses adversaires, à les faire pisser le sang, un sang que bien souvent il goûtait à la vue de tous et toutes. Il ne voulait pas qu’elle le voit comme ça, c’était ce qu’il était devenu, à mille lieues de ce qu’il était lorsqu’ils étaient ensemble. Parfois, il se demandait pourquoi elle s’obstinait, mais il profitait tout de même, sachant pertinemment qu’il ne pourrait plus jamais l’aimer comme avant, non seulement à cause de sa rancune, mais aussi à cause de la noirceur. Elle était là en lui et rien n’y personne ne pourrait la lui enlever. Son âme lui appartenait. Mourir ? Une solution ? Peut être pas… Parfois, Seth avait l’impression qu’il vivrait même dans la mort. La voix de la noirceur l’avait prévenue avec un murmure qui venait chatouiller ses tympans durant son sommeil. Il était coincé.

Il observait Emeraude. Son assaillant était distrait pendant quelques minutes, sa mains essayant de retenir ce qui n’existait plus au niveau de son entre jambe. Il hurlait, grognait et jurait, mais Seth n’y prêtait pas attention. Il était beaucoup plus captivé par les deux types qui s’approchaient de celle qui n’aurait dû être là. Le plus louche, c’était ce que ces miséreux semblaient envoyés par le type en cagoule, alias son boss. D’autant plus étrange. Que foutait-il ? Il n’eut pas le temps de le savoir, car son sang ne fit qu’un tour dans sa tête en voyant le gros lard essayé d’en foutre une à Emeraude. Il commença à courir vers les gradins, espérant atteindre le fauteur de trouble et oubliant totalement le molosse derrière lui qui lui fichu un coup de poing sur le crâne qui l’assomma littéralement pendant quelques secondes. Des petites étoiles dansaient devant ses yeux, pendant qu’il entendait le souffle de l’assemblée se retenir dans le suspens de la mort ou de la vie. Il était solide, il résistait au choc, même si le combat ressemblait à l’épopée de David contre Goliath.

Péniblement, il se releva, faisant de nouveau fasse à Keiko. Quel nom ridicule ! Chaque fois qu’il y pensait, il avait envie de rire. Sauf que là, Un type plein de graisse avait essayé de foutre une droite à Emeraude. Et lui, ce monstre, l’avait empêché d’aller arracher la tête du gros plein de soupe. Il observa le terrain. A son avantage. Il était grand fort mais lui, Seth Shadow, alias Psycho était rapide et fort. Avantage. Il prit alors de l’élan, fit une feinte sur la gauche et lorsque Keiko se retourna il se repositionna pour lui asséner un coup sur la colonne vertébrale à l’aide de ses deux pieds. Seth retomba sur le dos. Tout se déroula alors en quelques secondes. Il observa à nouveau les gradins et les deux types décampaient vers la buvette, mais ils ne l’atteindraient pas, au moins l’un d’eux. Il fila à toute vitesse, sautant par-dessus la rambarde, puis courant dans les escaliers.

Au passage, il donna un baiser à Emeraude, et continua pour les chopper. Le temps passait vite. Tout ne fut que l’histoire de deux petites minutes. Il attrapa le type par derrière le retourna et lui sourit. Un sourire d’une perversité ignoble et à foutre des frissons au plus doux des agneaux.

« Toi, souviens toi de mon visage, tu vas mourir »

CRAC. Plus de tête. Il la balança nonchalamment dans les marches et elle roula jusqu’en bas. Il ne fit pas vraiment attention au public qui retenait son souffle plus que jamais, mais il sentait les regards se poser sur lui. Il n’avait juste pas fait attention qu’Emeraude se dirigeait vers son boss, sinon il aurait pris le temps de l’arrêter en route. Au lieu de ça, il fit le chemin inverse. Le type sans service trois pièce et à qui il manquait un œil était furieux par la désertion si rapide de Psycho, il se rua donc sur lui, sans réfléchir. Seth esquiva en lui passant entre les jambes. Il fallait qu’il le fasse tomber. Ce n’était pas gagné. Le rendre fou ? Utiliser sa force contre lui ? Pour ça, il fallait qu’il le chope dans la bonne position. Il ne pouvait pas parier sur son intelligence tellement les réactions de son adversaire étaient imprévisible. Il décida alors de lui casser les doigts un à un s’il le fallait, puis pourquoi pas les genoux. Il suffisait d’avoir l’occasion de le frapper au bon endroit. La tactique restait à définir…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 9 Avr 2013 - 21:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
C’est bon, la bombe était lancée. Mais que pouvait bien avoir en tête Michael pour faire une chose pareille ? De un il créait des problèmes là où il n’y en avait pas et quand je parle de problème je parle bien entendu de bagarre et de deux, il grillait sa position. Et oui, Michael n’était pas bête et savait parfaitement que les probabilités qu’on remonte à lui étaient particulièrement importantes. S’il y a bien une règle importante enseignée au sein de la légion des étoiles c’est de bien de ne laisser aucune trace qui pourrait remonter vers un des héros. Cherchait-il donc à être démasqué ? Pas forcément, c’est surtout qu’en analysant bien la situation, ses libertés de mouvement étaient particulièrement minces. Il ne pouvait pas aborder directement sa cible où il grillerait ses intentions et jouer la carte de l’accident pouvait attirer plus d’attention sur lui que prévu. Il devait faire en sorte que ça soit elle qui vienne vers lui. Malheureusement, il avait laissé une variable de côté. Une variable qu’il n’aurait jamais imaginé possible. Une variable qui allait considérablement compromettre sa couverture. Alors que ses yeux étaient rivés sur son ex-ami, Seth, ce dernier arbora une expression faciale très étrange pendant que son adversaire, bientôt mort, jouait seul de son côté. Michael pu reconnaître de l’inquiétude dans le regard de Seth. Il n’arrivait pas à le croire et ne put s’empêcher d’écarquiller une nouvelle fois les yeux. Son regard se balada alors entre la scène qu’il venait de créer et le regard de Seth.

Noon ….

C’est alors que Seth semblait se préparer à quitter l’arène. Le rythme cardiaque de Michael s’emballa. Qu’avait-il fait ? Il prit alors le soin de bien rabattre sa capuche pour être sûr que son visage restait invisible au reste de la foule et continua d’espionner la scène, le cœur sur les montagnes russes. Premier jeu, l’un des hommes que Michael venait d’envoyer tenta une première agression, sans succès. Bam, le regard de Michael, peut inquiet pour la demoiselle, s’empressa d’analyser la réaction de Seth. Ce dernier était presque le pied en dehors de la scène. Cependant, bam, son adversaire le frappe par derrière et l’assomma pendant quelques instant. Michael en profita pour expirer un bon coup, il l’avait échappé belle. Si Seth avait pu intervenir, il aurait été à son cou en quelques secondes. Comment était-ce possible ? Comment Seth aurait-il pu quitter un combat de cette manière ? Et surtout pour cette raison ? Comment se faisait-il qu’il se montre si … protecteur ? Michael profita de ses quelques secondes de répit pour réfléchir à toute vitesse. Ce n’est pourtant pas ce qu’on a pu nous enseigner à la légion des étoiles. Les gens fréquentant le circus maximus sont loin d’être connus pour leur empathie et leur affection à autrui. Il savait qu’un lien unissait les deux personnes mais un lien si fort ? Jamais il n’aurait pu imaginer une seconde que c’était possible et cela, malheureusement, changeait toute la donne. Michael était maintenant en danger. Sa filature était compromise et il allait devoir trouver un moyen de s’échapper d’ici au plus vite avant d’être reconnu. Il avait, pensait-il, l’avantage énorme de l’anonymat et il était hors de question pour lui de le perdre. D’autant plus qu’il ne ferait pas long feu ici si quelqu’un décidait qu’il n’était pas digne de l’endroit. Cet endroit grouillait de personnes plus imprévisibles les unes que les autres. D’autant plus que, ne l’oublions pas, Michael n’avait pas emmené son arme fétiche.

Il faut que je sorte d’ici.

Malheureusement, à ce moment-là, son regard croisa celui de la belle blonde qui marchait en sa direction.

Trop tard …

La machine était enclenchée, ce n’était plus le moment de faire marche arrière. Il était coincé. Son cerveau prit alors une décision à une vitesse digne de son intelligence. Il dissimula tout stress et arbora de nouveau son regard confiant et apaisé. Il posa alors les yeux sur le ring et aperçut Seth, sortant du ring, courant en direction de celle qui semblait être sa petite amie. Il fit alors deux pas en arrière, près à décoller s’il le fallait. C’est alors que Seth embrassa la fille avant de s’enfuir de la direction opposée. Michael n’en croyait pas ses yeux. Jamais il n’aurait imaginé voir une telle scène un jour. Son rapport à la légion des étoiles promettait d’être particulièrement intéressant s’il en sortait vivant bien évidemment. Forte heureusement, sa fin ne semblait pas encore pour maintenant. La jeune fille était seule lorsqu’elle le rejoignit. Michael avait encore une chance de sortir de là sans trop de dégât. Effectivement, Seth n’était plus la personne qu’il avait connu. Il était, lui aussi, devenu tout autant imprévisible que ses fréquentations. Cependant, vu la manière dont il s’était battu, Michael ne se faisait pas trop de faux espoirs quant au possible accueil qu’il récolterait si Seth savait qu’il l’avait suivi jusqu’ici. Une telle violence, un tel sadisme. Tout ce que Michael détestait. Il fallait absolument qu’il sorte de cet endroit et au plus vite. D’abord, il allait devoir se débarrasser de celle qu’il avait fait expressément venir. Elle s’installa nonchalamment à ses côtés tout en regardant le ring.

Je pense qu’il serait mieux de reprendre cette discussion une autre fois. Votre petit ami semble avoir quelques problèmes. Chaque chose en son temps, répondit Michael indiquant d’un mouvement de tête, ou plutôt de capuche, le nouveau lieu de la bagarre.

C’est alors que, profitant de cette diversion pour écarter l’attention de sa nouvelle amie sur lui, il sortit discrètement une de ses mini-flèches empoisonnées. Il avait une dizaine de flèches différentes cachés sous la cape et il savait exactement où chacune d’elle se trouvait. C’est pourquoi il sorti sans aucune difficulté la flèche du vertige. Le poison est très simple. Durant les quelques minutes suivant l’administration du produit, la personne est victime de vertige voir même d’évanouissement selon la corpulence. Parfait dans ce genre de cas de figure. Silencieusement, il piqua son adversaire dans le derrière d’une de ses hanches. Instantanément, la belle blonde perdit toute faculté motrice et avant qu’elle ne touche le sol, Michael l’attrapa pour lui éviter une chute douloureuse. Il se retourna alors et s’adressa à son voisin.

Vous pouvez me la tenir s’il vous plait ? Un conseil, ne lui faite aucun mal ou je crains pour votre vie.

C’est alors qu’il jeta un bref regard sur Seth pour savoir où celui-ci en était. C’est à ce moment là qu’il aperçut le corps de son ancienne marionnette, sur le sol, sans tête. Il était vraiment temps pour Michael de s’éclipser. La situation était encore pire que ce qu’il avait pu imaginer. Seth était devenu un tueur. Un tueur froid et sans merci.

Vraiment,
continua-t-il sur sa lancée, méfiez-vous.

L’homme à qui il venait de s’adresser suivi son regard et tomba, lui aussi, sur le cadavre. Il semblait alors dérouté par la jeune fille qu’il tenait dans ses bras. Perdu, il tourna la tête pour protester mais Michael avait déjà disparu. Ce dernier tentait d’atteindre la sortit mais malheureusement, une bagarre éclata juste à l’entrée rendant le passage tout aussi dangereux qu’exposé, sous les projecteurs. Pas pratique quand on veut s’enfuir incognito. Michael se retourna et sentait qu’il manquait de temps avant que la jeune fille ne récupère entièrement ses facultés ou que Seth n’arrive à sa hauteur. Il décida alors de se poser dans un coin sombre. Toujours en scrutant la porte, il savait bien que la sortie était inutilisable pour le moment. Il ne lui restait plus que ces fameuses « sorties de secours » qu’il avait repéré au début de sa mission. Tel un fantôme, il longea les murs et profita de l’affolement général dans la pièce pour emprunter une porte située sur le côté. Il observa alors devant lui un long couloir, vide. Le doute le saisit. Etait-ce réellement une bonne idée de partir à l’aveuglette dans un endroit aussi dangereux ? Pas le choix, les brouhahas de l’autre côté de la porte se faisait de plus en plus important. Il devait s’enfuir. Il se mit donc à courir jusqu’à ce qu’il arrive … surprise … dans un autre bar. Celui-ci était beaucoup plus vide et beaucoup plus calme. Instinctivement, Michael reprit son attitude confiante et imposante. Un gros bras vint en sa direction.

J’peux t’aider ? Cracha-t-il prêt à sortir l’artillerie.

Un peu que oui, si vous faisiez votre travail aussi ! C’est n’importe quoi à côté, un vrai carnage. L’arène est vide et y’a des cadavres un peu partout. Tout le monde est débordé. Faudrait peut-être vous grouiller un peu plus si vous voulez garder votre job !

T’es un rigolo toi ! c’est quoi ton nom que je sache sur qui je vais taper.

Michael ne se laissa pas intimidé et ressorti les informations clés qu’il connaissait du circus maximus. Des informations connus par très peu de personnes que des agents de la légion des étoiles avaient donné leur vie pour obtenir.

Je suis Snide. Je dois voir Atia, j’ai sa commande de Met’. C’est moi qu’elle a été rencontré la semaine dernière dans le vieil entrepôts de la ville. Crois-moi, c’est pas en me retenant que t’auras des chances d’être récompensé. J’ai failli perdre ce que je vous ramène avec ces conneries et j’ai tendance à avoir la langue bien pendu.

Frustré, la grosse bête se contenta de grimacer avant de partir en direction de la pièce principale. Michael n’en revenait pas. Il avait réussi à se sortir de ce pétrin. Cependant, il n’en était pas sauvé pour autant. Il se retrouvait dans une impasse, prêt à se créer d’autres problèmes qu’il n’avait déjà. La situation pouvait être pire ? Difficile de le concevoir. Il décida alors d’attendre dans un coin de la pièce. Il se donnait dix minutes avant de sortir de son trou.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 10 Avr 2013 - 22:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Seth ne cessait de lui répéter que le Circus n’était pas un endroit pour elle. Que sa blondeur n’avait pas sa place dans cet univers violent et trop souvent teinté de rouge. Emeraude n’était pas dupe, ce n’était pas pour la protéger qu’il avait de tels propos. C’était surtout pour éviter d’être déconcentré s’il la voyait dans le public. Depuis le temps qu’elle venait ici, elle n’avait jamais eu d’ennuis majeurs. Quelques accrochages, certes. Les spectateurs étaient surexcités par l’adrénaline des combats, par la bière qui coulait plus que de raison et elle était sure qu’il n’y avait pas de la bière dans cette buvette clandestine. Pourtant aujourd’hui, rien ne se passait comme prévu. D’habitude, elle venait le voir combattre, elle l’attendait dehors, ils rentraient, mangeaient un truc vite fait et terminaient leur soirée sous la couette. Bon nombre de femmes ne pourraient pas coucher avec un homme aux mains aussi rouges de sang. Mais il restait Seth, il restait sa moitié. Quoi qu’il puisse se passer. Même si aujourd’hui encore, un homme allait mourir par sa faute.

Sauf que ce soir, rien ne se passait comme prévu. Tout d’abord, toute l’assemblée avait capté que Seth, enfin Psycho, et elle se connaissaient. Déjà, ce n’était pas bon pour elle. Emeraude ne pouvait pas risquer d’être ainsi sous le feu des projecteurs. Son affiliation à SHADOW demandait d’elle qu’elle soit le plus discrète possible. Là, elle était grillée. Bon ça encore, elle pourrait s’en remettre. Elle ne viendrait plus le temps que cet échange de regards entre elle et Seth soit oublié. Ensuite, il y avait cet étrange gars encapuchonné qui lui avait envoyé, pour une obscure raison, deux molosses prêts à en découdre avec elle. Elle avait du se faire passer pour la bookmaker de Seth et leur montrer son arme pour réussir à s’en débarrasser. Tout ça en ayant évité miraculeusement un coup de poing qui l’aurait expédiée trois rangs de gradins plus haut, au minimum. Elle décida alors d’aller demander des comptes à l’encapuchonné quand un mouvement de foule attira son attention. Seth venait de se faire violemment assommé par son opposant. La blonde grimaça et serra les dents. Elle n’aimait pas particulièrement le voir se faire castagner de la sorte. Ce soir, elle aurait recours à un gant rempli de glaçons pour faire désenfler la bosse qu’il allait à coups surs se chopper. Elle commença donc à se lever quand elle le vit sortir de l’arène, après s’être temporairement débarrassé du mammouth.

Il se dirigea vers elle et la scène qui suivit fut si rapide qu’elle n’eut pas le temps de réagir. Seth commença par l’embrasser, à la vue de tout le monde comme ça il n’y avait plus d’équivoque possible. Le baiser, furtif, avait un gout de sang et de sable. Désagréable. Puis, il se dirigea vers le gros lard avant de littéralement lui arracher la tête. Une expression de pur dégout se dessina sur le visage d’Emeraude. Beurk. Elle lui ferait la réflexion ce soir. Il ne faut pas tuer les gens sur un coup de tête, c’est mal élevé. Profitant de l’agitation crée par ce petit meurtre, elle alla s’installer à côté de l’homme à la capuche, pour lui demander des explications. Explications qu’il n’était trop enclin à lui fournir au vu de sa réaction.

« Il n’aime pas que l’on touche à ce qui lui appartient, je ne trouve pas que cela soit synonyme de problème. Et qui vous dis que je suis sa petite amie ? »

Le contraire serait compliqué à prouver mais à cœur vaillant, rien n’est impossible. Ce dicton était le préféré d’Emeraude, il faudrait qu’elle songe à se le faire tatouer quelque part. Comme une bleue, elle regarda dans la direction indiquée par l’inconnu. L’esclandre provoqué par Seth avait rendu l’ambiance bouillante. Des accrochages et des échauffourées naissaient à tous les coins de la salle. Le public se détournait peu à peu du combat. Elle songeait à partir d’ici et le plus vite possible. Elle irait attendre Seth dehors. Mais sans comprendre ce qu’il venait de lui arriver, elle sentit une vive douleur dans le bas de son dos, immédiatement suivie par la perte de contrôle total de son corps.

Telle une marionnette désarticulée, elle s’affala sur elle-même avant d’être rattrapée par le type à la capuche qui la colla dans les bras d’un autre spectateur. Sympa, et ce type était un pervers ? Quoi que, vu le sort réservé au plein de soupe, Emeraude doutait qu’un autre gars se risque à toucher à un seul de ses cheveux. Sa vue était brouillée, les sons lui parvenaient complètement atténués et elle peinait à tenir debout. Il allait le lui payer ! Qu’elle le retrouve, elle lui collerait une balle entre les deux yeux. Que pouvait-il bien avoir à cacher pour avoir agi de la sorte ? Qui était-il ? Elle avait beau scruter la salle, elle n’y voyait pas grand-chose. La capuche avait disparu. Et merde !

Quand elle retrouva un semblant d’équilibre, Emeraude se défit des bras du spectateur. Il fallait qu’elle le retrouve, coute que coute. Elle titubait et manquait de s’écrouler à chaque pas. Le poison était drôlement efficace et les effets plutôt longs à se dissiper. Elle peinait à se situer. Tout ce qu’elle voyait ressemblait à un amas de chose de couleurs, s’entassant les unes sur les autres. Elle n’avait même pas remarqué qu’elle se trouvait tout au bord de la fosse, les combattants se livraient un combat sans merci trois mètres plus bas. Alors qu’elle avançait plus ou moins à tâtons, quelqu’un la percuta et elle tomba. Son corps heurta le sol dans un bruit sourd, certainement couverts par le brouhaha du public. C’était la cohue et si les flics ne débarquaient pas dans les minutes à venir, c’était un miracle. Il fallait qu’elle décampe de là en vitesse. Elle resta immobile, et probablement inconsciente, pendant une poignée de secondes. Sonnée, elle poussa un grognement alors qu’elle essayait de se remettre sur ses jambes. Tout ces membres étaient ankylosés et douloureux.

« L’enflure… » Pesta la blonde, plus pour elle qu’autre chose.

Sa vision commençait à redevenir plus ou moins normale et elle distingua un combat non loin d’elle. Un petit blond et un grand borgne. Elle comprit alors. Génial… Elle était tombée dans l’arène. Que le combat commence !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 13 Avr 2013 - 23:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Il était une fois un orphelin que la vie avait privé de tout. De toute son enfance, il n’eut jamais de chance et ne trouva jamais de famille. Plus tard, alors que sa gentillesse le conduit à sauver une jeune femme des griffes de mal autrui, il devint quelqu’un pour une personne qui tenait enfin à lui. La lumière s’était insinuait dans sa sombre existence. Éperdument amoureux de sa belle, il aurait été prêt à lui offrir tout ce dont elle avait le profond désir, seulement la vie une nouvelle fois frappa, et son existence fut une nouvelle fois gâchée. Un Dieu avait décidé de prendre son âme faible et entaillée en joue et de l’asséné d’autant de coups qu’il faudrait pour qu’il lui obéisse. Afin d’arriver à ses dessins, ce Dieu provoqua la fuite de la belle lumière et son hôte brisé ne put qu’accepter sa présence et lui prêta allégeance. Il lui vendit son âme. Depuis, ce petit orphelin combat dans une arène régulièrement et ce malgré le fait qu’il ait retrouvé sa lumière. Enfin c’est plutôt elle qui l’a retrouvé.

Ce soir le combat était des plus étranges. L’ambiance était pesante, si bien que Seth n’était pas concentré. Et il l’était d’autant moins qu’Emeraude s’était glissée dans le publie. Pourquoi ne l’écoutait elle pas ? Souhaitait-elle sa mort finalement ? Ou alors voulait-elle se mettre en danger pour le tester ? Quoi qu’il en soit elle ne devrait pas être là et il se prenait des coups inutiles uniquement car il gardait un œil sur elle pour ne pas qu’il lui arrive quelque chose. Seulement, il lui fallait tout de même un minimum de concentration vu la taille de l’engin qu’il était censé tuer. Mais lorsqu’il vit qu’Emeraude était « attaquée » par un gros lard il ne put que rendre justice. Ce qu’il faisait n’avait aucun sens. Il semblait être sans cœur et complètement fermé à quelque forme de sentiments que ce soit, surtout lorsqu’on le voyait démembrer ses adversaire, mais cette fille, il était capable de la protéger, et ce même s’il la rejetait, s’il la frappait parfois et qu’il était juste imbuvable dans se spires moments. Mais sa personnalité était profondément altérée par son pacte avec Hadès et l’emprise qu’il avait sur lui. Vendre son âme au diable n’a rien d’anodin .Et il avait arraché une autre tête.

Dommage, il n’avait pas vu que ces deux types avaient été envoyés par son boss. Comment aurait-il réagit sinon ? Aucune idée. Surement très mal, mais il était difficile de l’arrêter dans ces cas-là. Et il aurait bien été capable de tuer celui qui devrait être son ami. Le seul surement. Quoi qu’il y avait Lukaz aussi, mais c’était plus pervers avec lui. Ça avait été plus pervers. Enfin… Keiko revenait à la charge. A croire que sa réserve de sang était infinie, vu sa réactivité en comparaison des blessures qu’il possédait déjà. Il lui manquait un œil et un service trois pièces et pourtant il assénait encore des coups tranchants. D’ailleurs Seth eut le souffle coupé pendant quelques secondes lorsqu’il se prit son poing en plein dans le thorax. Un coup qui le fit valdinguer et lui rendit la vision du public. Il vit alors son boss déguerpir après avoir vu Emeraude tombée contre un homme qu’il ne connaissait pas. Il grogna. Toute sa haine montait. Et il allait rejoindre celle qui était la mère de son enfant et l’élue de son cœur même s’il ne l’avouait pas lorsque Keiko l’attrapa par les jambes et le la tête prêt à le casser en deux.

Elle s’était levée. Seth avait le tournis à force que Keiko ne tourne avec lui dans ses mains. Emeraude marchait et s’approchait dangereusement du bord. Elle semblait bien et puis d’un coup ce fut la chute. La douleur en résultant allait durer bien plus de quelques jours, mais elle devait être en vie, il le fallait. Pour le voir, il fallait qu’il se libère.

« Emeraude ! » hurla-t-il avait que quoi que soit ne soit fait.

Keiko fut pris au dépourvu et le lâcha. Seth tomba à terre. Ni une ni deux il se releva se mt à courir en rond autour de son adversaire puis sauta sur son dos. Il s’agrippa fortement à lui à l’aide de ses deux jambes et d’un coup sec il lui arracha la tête. Combat finit. Ni applaudissements, ni révérences. Il accourut de suite près ‘Emeraude pour voir si elle respirait encore. Dieux merci, c’était le cas, elle semblait juste endormie. Que lui avait-il fait ? Pourquoi s’en prendre à elle ? Pour s’en prendre indirectement à lui ? Et il entendit la voit lui dire de suivre son boss, qu’il savait quelque chose. Il était sa prochaine mission. Quoi ? Qu’est-ce que tout cela signifiait ?

Il la souleva du sol et la porta dans une prise sûre loin de la foule qui débordait de partout, déçue par l’issue si rapide du combat. On ne pouvait pas toujours être au top de sa forme et surtout, des choses étranges se tramaient dans le coin. Il traversa le mur de gens, et prit la même porte par laquelle Mickael s’était glissé. Il l’avait entre-aperçu alors qu’il était suspendu dans les airs par le molosse qui reposait désormais mort sur le sol sablonneux de l’arène. Il donna un baiser sur le front d’Emeraude.

« Je vais te sortir de là ! Folle ! Je t’avais dit de pas venir ! »

Elle ne l’entendait probablement pas, mais il se devait de lui dire le fond de sa pensée sur le coup. Il avait quelques bleus qui le piquaient, mais ça irait, il espérait. I fallait juste qu’il la ramène à la maison. Il traçait sa route sans se retourner. Un seul objectif le guidait, et il sentait derrière la voix s’énerver car il ne faisait pas ce qu’il voulait. Son cœur se serrait. Quelque chose allait se passait, quelque chose n’allait pas.

« Quoiii ? Qu’est-ce que tu veux bordel ??? » hurla-t-il.

C’est là qu’il se souvint. Mais il n’était pas devin ! Comment pouvait-il retrouver un type qui pouvait être n’importe où en ville à l’heure qu’il était ! Et de nuit ? Alors il continua son chemin dans le dédale des souterrain du Circus.

« D’accord je le chercherai, laisse-moi la ramener ! »

Il ne servait à rien de parler à voix haute mais il se sentait moins fou ainsi. Le chemin touchait à sa fin lorsqu’il heurta quelqu’un de plein fouet. Il ne regardait pas où il allait concentrer sur le visage d’Emeraude. Il tomba à la renverse. Sexy pour un combattant du Circus. Lorsqu’il se releva, la jeune femme toujours dans ses bras il eut la surprise de voir : Mickael.

« Qu’est-ce que tu fous là ? Tu me surveilles ? »

Seth dans toute sa splendeur. Et surtout la question principale était :

« Qu’est-ce que tu lui as fait ? Pourquoi elle ? »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 15 Avr 2013 - 16:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Michael s’assit alors dans un coin de la pièce, la capuche sagement sur la tête. Il avait maintenant quelques minutes devant lui pour réfléchir à un plan et pas à n’importe quel plan. Il n’avait plus ce luxe désormais. Chaque décision sera décisive voire fatale. Espérons que l’enjeu ne fasse que stimuler l’intelligence de notre héros. En tout cas, ses pensées fusaient à grande vitesse. Il explora toutes ses options. 1er option, trouver une sortie de secours qui remplacerait la sortie principale. Malheureusement, Michael ne connaissait absolument pas le lieu. C’est là qu’il prit conscience à quel point la légion des étoiles connaissait très peu cet endroit. Erreur qu’il était grand temps de réparer, mais pas tout de suite. C’était difficilement le moment. Il pouvait s’aventurer vers une autre porte mais l’ornement qui entourait celle-ci n’avait rien de commun avec une sortie. Tout laissait présager que s’enfoncer dans cette direction ne ferait que lui créer de nouveaux problèmes. Déjà qu’il ne devait pas être là … Cette option était donc à balayer. Il ne lui restait plus qu’à sortir d’ici. Option numéro 2, foncer vers la porte d’entrée et sortir incognito avant de rejoindre la légion pour faire son rapport. De là, il sera plus facile de choisir un plan d’attaque. Malheureusement, c’était un plan idéaliste, complètement à l’aveuglette. Tout était tellement imprévisible dans cet endroit que Michael n’avait aucune idée de ce qu’il pourrait trouver derrière la porte qu’il avait emprunté il y a quelques minutes maintenant. Ils étaient même capables d’avoir changé de place l’arène. Est-ce que ce serait encore un vrai capharnaüm ou le « calme » serait revenu au moment où il avait reconduit le garde collé à ses baskets ? Mais surtout, le plus important, était-il réellement possible de sortir en toute discrétion ou Seth et la jeune blondinette avaient une vue imprenable sur cette fameuse porte. Les statistiques étaient en faveur de Michael. Un tel endroit, si bondé. L’endroit rêvé pour jouer à cache-cache. Cependant, une troisième option se profilait. Que se passerait-il s’il confronté son pigiste ? Après tout, ils se connaissaient … C’est là que Michael tilta. Ce genre de mission, sans aucune information sur la cible, étaient prohibées à la légion et pour une très bonne raison. Beaucoup trop dangereux. Michael ne connaissait qu’un seul côté de Seth mais il était tout à fait possible que son autre soi n’ait rien en commun avec le journaliste. Michael se rappela alors la manière dont Seth avait combattu durant toute la soirée. La possibilité que Seth n’était pas qu’un simple citoyen devenait de plus en plus probable. Raison de plus pour éviter tout contact avec lui sans préparation au préalable. Il était grand temps de sortir, plus Michael restait ici, plus il avait de chance de croiser quelqu’un qu’il regretterait.

Salut, se glissa une voix rauque.

Un étrange individu s’était approché aux côtés de Michael. Son visage était plutôt difficile à regarder. Une grande cicatrice déformée sa bouche et le regard semblait perturbé.

J’ai entendu ce que tu as dit au garde. E t’inquiète pas, je ne le dirais à personne, continua-t-il toujours avec cette voix digne d’un fumeur dans ses derniers instants de vie. Par contre, ça m’arrangerais bien que tu m’dépannes un ptit peu … Pas grand-chose hein … mais assez quand même … termina-t-il sans arriver à contrôler cette langue qui se faufilait sans cesse entre ses lèvres.

La poisse …

Je suis désolé je ne peux pas vous aider. Vous voulez stopper cette sensation de vide à l’intérieur de vous ? Arrêtez de trainer ici et surtout arrêtez le méta X. Vous m’en direz des nouvelles.

Vous êtes étrange vous, répondit-il les sourcils froncés, le regard plissait pour essayer de déchiffrer son interlocuteur. Vous devriez être content que je veuille vous acheter. Vous êtes pas clair, nan nan nan, vous êtes pas net c’est moi qui l’dis ! Y’a un truc … c’est pas bon ça.

Le cœur du drogué s’emballa. La panique le surpris. Il semblait s’exciter tout seul comme s’il se battait contre une entité invisible. Michael n’avait pas de temps à perdre pour ce genre d’histoire. Malheureusement, il ne pouvait pas passer à côté. De un parce que son cœur de super héros l’empêcherait de tournait le dos à quelqu’un, méchant ou pas, qui souffre et aussi parce que, sécurité avant tout, qui sait à quel point le manque de met’ pouvait le rendre dangereux et nuisible.

Je ne suis ici ni pour vous, ni pour les gens autour alors maintenant on se calme, reprit Michael avant qu’une idée n’éclose dans son esprit. En réalité, je suis en mission secrète ici. Il s’approcha alors calmement vers le camé. Mais attention, c’est une mission ultra secrète. Je n’ai pas le droit de la révéler à n’importe qui. Est-ce que je peux te faire confiance ?

Le camé ouvrit alors grand les yeux, intrigué par cette proposition. Il se calma et écouta attentivement son nouvel ami.

Oh oui, bien sûr. Je suis une vraie tombe. Je suis le meilleur pour garder des secrets. Tu verras ! Je suis ton homme ! Tu vas voir ! Aussi rapide que l’éclair et invisible que l’air ! Y’a pas mieux sur l’marché ! Faut m’croire !

Oui, oui, je te crois. Et surtout pipelette … Je vais te confier mon secret alors. Je suis sûr que tu ferais un bon agent. Il faut que j’atteigne la grande porte à l’entrée sans être vu mais j’ai des gens qui me recherchent. Ils savent que j’ai des informations sur eux qui les feront virer du Circus Maximus à jamais. Ils veulent faire fermer l’endroit tu te rends compte ? On doit empêcher ça. N’est-ce pas ?

Son nouvel acolyte prit alors la posture militaire ce qui montra son dévouement, sa stupidité et surtout que le plan de Michael fonctionnait. Il avait maintenant un « allié » qui pourrait potentiellement être sa sortie de secours.

Alors écoute bien, tu …

D’accord je le chercherai, laisse-moi la ramener !


Michael reconnu cette voix instantanément. Seth … Il était là, très proche, dans le couloir qui menait directement à lui. Il allait devoir se montrer très discret. Il se renfonça un peu plus sur son fauteuil, l’œil vif.

Hey, c’est quoi ton problème ? râla le camé avant que Michael fourre sa main devant sa bouche pour le forcer à se taire.

Chut. Pour l’instant, on se tait, on bouge pas et on attend, répondit-il sans quitter du regard la sortie du couloir.

Le camé était perdu. Il jonglait du regard entre le couloir et Michael. Son cœur commença à s’emballer. Alors c’était ça la vie d’agent secret. C’est alors qu’il se sentit responsable d’une très importante mission. Cet homme à la capuche avait besoin de son aide que lui seul pouvait apporter, en tout cas, c’est ce que son trip lui disait. Lui aussi était quelqu’un de spécial et on venait à l’instant de lui donner une mission. Pour le tester peut-être. Seth arriva, la jeune fille dans ses bras. Le cœur rempli d’adrénaline, le camé se leva et leur fonça dessus.

Non ! cria Michael qui, sous l’impulsion, se leva pour tenter de l’arrêter.

Il restait un gentil après tout et, sachant de quoi était capable Seth, il ne voulait pas qu’il perde la tête, au sens littérale, par sa faute. Pas lui aussi … Michael avait déjà commis une erreur, impossible qu’il en commette une deuxième. La chute fut rude entre les deux personnages. Seth tomba au sol, toujours sa belle entre les mains, ainsi que le camé. Quel beau spectacle. Si Michael voulait éviter de se retrouver avec un autre cadavre sur les bras, il allait devoir accepter la confrontation. Il s’approcha alors de la scène, décida d’enlever la capuche et de croiser le regard de Seth. En réponse aux questions de celui-ci, il posa les yeux sur sa bien-aimée. Le souffle régulier, la poitrine se gonflant de manière tout à fait normale, elle allait bien. Michael reposa alors son attention sur Seth.

Elle va bien, elle est juste endormie.

Il n’avait aucune idée de ce que Seth avait pu voir. Il décida donc d’en dire le moins possible pour éviter de se trahir. Il marchait sur des œufs dans cette affaire.

Par contre, c’est exact, je suis venu te surveiller. Cela fait maintenant quelques semaines que j’avais un doute à ton sujet. Vu ce que je viens de découvrir ce soir, pas la peine de me faire la moral. Tu me connais, enfin je pense. Tu sais que j’ai besoin d’avoir une confiance entière avec les gens avec qui je travaille. Et toi ? C’est quoi ton excuse pour être ici ?

Son ton était calme comme assuré et serein. La position de son corps et l’intonation de sa voix montrait qu’il cherchait à éviter toute bagarre. Le camé restait sage, allongé par terre, tentant tant bien que mal de suivre la conversation.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 17 Avr 2013 - 22:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Emeraude entendait la foule hurler, s’exciter. Elle savait à quoi tout cela était du. Parce que l’encapuchonné avait fait des siennes. Il avait envoyé un cinglé vers elle, Seth l’avait vu et il avait tendance à être un brin protecteur. Paradoxalement, avec tout ce qu’il lui foutait dans la gueule à longueur de journée, il semblait tenir un minimum à elle. Du coup, le gros plein de soupe s’était vu décapité sans autre forme de procès et cela avait déjà bien déchainé le public, créant des échauffourées ça et là. Il y avait aussi le fait que Seth combatte en ayant toujours un œil sur le public ce qui le rendait assez distrait et cela énervait les spectateurs. Et en plus, elle était tombée dans l’arène. Son corps avait heurté le sol sablonneux, sa tête frappant lourdement. Comme ci elle ne lui faisait pas assez mal. Non loin d’elle, elle apercevait les combattants. Elle voyait Seth aux prises du molosse parce qu’il s’inquiétait pour elle. Elle avait cru l’entendre hurler son nom. Elle essaya de se relever mais c’était comme ci son corps ne lui obéissait plus. Il ne fallait pas qu’il détourne son attention du molosse, il allait en faire de la purée. Elle maudissait l’encapuchonné, tout ça c’était de sa faute !

Petit à petit, Emeraude se sentait sombrer. Non, elle devait rester éveillée. Elle ne devait pas perdre connaissance. Pas au milieu de l’arène, pas au milieu d’un combat à mort. Elle tenta alors de se redresser, pour au moins se mettre assise. Elle réussit à se soulever mais elle s’étala de nouveau comme une carpette. Cette fois, la merde que l’encapuchonné lui avait injecté fit son effet et elle perdit complètement connaissance. Enfin, non pas complètement. Elle entendait encore tout ce qu’il se passait. Mais elle n’arrivait pas à ouvrir les yeux, ni à bouger le moindre muscle. Elle allait massacrer cet enfoiré, lui coller une balle entre les deux yeux ! Foi d’Emeraude ! Mais pour le moment, elle ressemblait plus à un pantin désarticulé qu’autre chose. Elle n’avait plus qu’à espérer que les effets se dissipent rapidement. Elle sentit deux mains s’emparer d’elle et des lèvres se poser sur son front. C’était Seth, il la traitait de folle. Oui, elle l’était. Mais uniquement de lui.

Il la sortit de l’arène. Dans ses bras, elle ne bougeait pas et elle savait très bien que c’était l’endroit où elle était le plus en sécurité. Au Circus Maximus, plus personne n’oserait l’emmerder maintenant qu’ils savaient ce qui la liait au célèbre Psycho et qu’ils connaissaient le traitement réservé à celui qui osait lever la main sur elle. Elle entendait toujours la foule, les gens qui se disputaient et qui se tapaient sur la gueule. Mais le plus étrange restait les paroles de Seth, à qui pouvait-il bien parler de la sorte ? Peut être que quelqu’un les accompagnait et qu’elle l’ignorait. Elle le savait un peu étrange mais pas pour au point de parler tout seul ! Enfin, elle n’espérait pas.

Le brouhaha ambiant se fit plus lointain. Elle avait l’impression qu’ils sortaient de l’arène. Elle ne savait pas et cela l’agaçait. Puis, il y eut une collision. Seth avait heurté quelqu’un et venait de s’étaler, avec elle dans les bras. Le choc lui fit ouvrir les yeux, pour les refermer aussi sec. Elle reprenait peu à peu conscience. Elle ne reconnut pas l’endroit, sa vue était encore trop brouillée. Par contre, elle entendait les choses plus clairement. Seth et l’encapuchonné semblaient se connaitre. Emeraude avait bien compris qu’il se tramait quelque chose d’étrange mais elle ne s’attendait pas à ça, pas du tout.

« Suis pas endormie... »

Premiers mots depuis qu’il lui avait injecté le poison. Sa bouche était pâteuse, elle peinait encore à ouvrir les yeux. Puis trois mots la tirèrent un peu de son état léthargique. L’inconnu venait de dire à Seth « Les gens avec qui je travaille. ». Elle s’extirpa des bras de Seth, devant néanmoins se maintenir à lui pour rester debout. Les effets se dissipaient peu à peu mais maintenant, elle avait des fourmis dans le corps, c’était désagréable.

« Seth… C’est qui ce gars ? »

Emeraude jaugeait l’inconnu. Il était plutôt pas mal, voire même plutôt mignon. Pas le style d’un habitué des lieux. Mais bordel, qu’est-ce qu’il leur voulait ?
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 23 Avr 2013 - 13:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Avançant dans le dédale de couloirs qui menaient à la sortie du Circus, Seth était en proie avec Hadès. Depuis le retour d’Emeraude, ce dernier avait trouvé le moyen d’interagir avec son champion par la psyché. Les rêves ne lui suffisaient plus. De fait, lorsque Seth était à moitié sonné, cela ouvrait une brèche et il pouvait l’entendre dans ses pensées. Il ne se doutait pas qu’Emeraude pouvait l’entendre alors il laissait libre court à sa frustration et son énervement. Que penserait-elle si elle l’entendait à cet instant, parler dans le vide ? Un fou… après tout, c’était bien ce qu’il était ! Il parlait dans le vide à un Dieu à qui il avait vendu son âme. Il jouait les durs alors qu’au fond celui qu’il était demeurait toujours quelque part en lui. Finalement, il n’était pas loin du dédoublement de personnalité. A ça près que seulement Emeraude connaissait l’autre partie.

Il se pressait. Il jouait des coudes en portant la blonde dans ses bras pour se frayer un passage, jusqu’à arriver dans un couloir où ils étaient seuls. Il pouvait ralentir ainsi, mais il n’en n’eut pas le temps. Il n’eut pas le temps de freiner, de ralentir son allure qu’il se fit percuter de plein fouet par un type. Sa chute fut accompagnée de moult noms d’oiseaux. Ce crétin qui était lui aussi au sol méritait de mourir. Il venait de l’énerver. Mais celui qui l’agaçait encore plus en ce moment, le responsable de cette situation c’était Malcom. Et il était là, droit come un « i », devant lui.

Il se redressa, et son regard noir plongea dans celui de son boss. Sans attendre, deux questions s’interposèrent dans le silence de mort qui s’était soudainement installé. Qu’est ce que Malcom faisait là ? Et pourquoi s’en était-il pris à Emeraude ? Était-il l’un de ces héros en puissance qui se croient les maîtres du monde ? Seth n’en avait franchement rien à faire d’eux, tout ce qu’il voulait c’est avoir la paix. Faire ce que bon lui semblait quand bon lui semblait. Ce n’était pas trop demandé dans sa vision du monde. Visiblement, pour d’autres, si.

« Seulement endormie ? Seulement ENDORMIE ? Mais elle ne devrait pas être seulement endormie… Elle devrait être sur ses deux pieds et loin d’ici ! »

Son ton de voix augmentait par l’agacement. Elle aurait dû être à son travail, ou bien chez elle en train de manger. Elle savait qu’il ne voulait pas qu’elle vienne, elle savait ce qu’elle risquait s’il la voyait traîner autour des combats. Et pourtant, elle n’avait pas pu s’en empêcher. Elle avait sacrément changé, et Seth le constatait un peu plus chaque jour. Déjà rien que l’amour à la mode je t’aime moi non plus, trois ans auparavant, elle ne l’aurait jamais accepté. Quant à lui, Seth Shadow autrement appelé Psycho dans cette arène, il avait une envie monstrueuse de faire rencontrer ses cinq phalanges droites avec le nez de son boss. Et d’autant plus en entendant sa réponse. Les mots « surveiller » et « ton excuses pour être ici » le frappèrent particulièrement.

« Euh, vie privée tu ne connais pas ? Et puis je crois que ça se voit ce que je fais ici non ? Je suis un combattant… ça te pose un problème ? Ca fait de moi un mauvais journaliste ? Non parce que je ne suis pas sûre que tu puisses virer quelqu’un parce qu’il est gay. Ca reste du domaine de la vie privée, tout comme mes combats font parties de ma vie privée Malcom ! Et ça ne me dit pas surtout pourquoi, TOI, tu t’en es pris à ELLE ? »

Seth commençait à devenir rouge. Il s’énervait et se contenait trop. Mais Malcom restait son patron et il tenait à avoir un comportement dès plus proches possible de celui qu’il avait au boulot lorsqu’il s’adressait à lui. Tout en exprimant, cependant, son agacement. Il venait tout de même d’endormir sa copine. Il avait le droit à des explications.

Puis Emeraude se réveilla enfin. Seth la laissa reposer ses pieds par terre et accompagna son geste. Solidement posé sur ses deux jambes, il la laissé se reposer sur lui pour tenir debout. Quel était cette substance qu’il lui avait injectée ?

« Oh mon cher boss, vois-tu, a décidé de me faire une visite surprise et de s’en prendre à toi ! Fun hein ? »

Seth passa son bras autour de la taille d’Emeraude pour mieux la soutenir puis continuant de jauger Malcom du regard il ajouta très froidement.

« Maintenant donne moi une seule bonne raison de continuer de te faire confiance et de ne pas t’arracher un bras… »

Sur le coup, Seth était plus déçu qu’autre chose. Comme quoi, faire confiance aux gens n’était pas une option fiable dans les relations humaines. Il se portait aussi bien en étant solitaire et en prenant que les bons côtés pour laisser tomber les autres.

Le type qui les avait percuté finit par se réveiller doucement. Il était sonné et commençait à poser des questions. Seth le fit rouler avec un grand coup de pied dans le ventre.

"Dégage va pleurer dans les jupons de ta mère et laisse les grands parler ! "

Cette voix pleine de rage menaçait de se transformer en quelque de beaucoup plus violent si personne ne calmait le combattant dans les secondes à venir.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 26 Avr 2013 - 1:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Michael écoutait sagement la répartie de Seth, préférant rester dans l’observation pour le moment. Il le connaissait si peu finalement. Il ne savait pas du tout à qui il avait à faire et devait être sur ses gardes, prêt à réagir à tout moment. Heureusement, ses réflexes étaient plus que bons. Il n’avait peut-être pas la force mais il avait l’agilité et la technique. Première chose qu’il faisait quand il rencontrait quelqu’un, réflexe de combattant, il repérait ses points d’énergie, ses faiblesses. En une seule prise il pouvait endormir son adversaire, en l’occurrence Seth, sans avoir besoin d’injecter aucun produit que ce soit. Pourtant, l’archer n’était pas une mauvaise personne, ses capacités d’attaques sont des spécialités d’auto-défense n’engageant aucune, ou du moins que très peu, de souffrance physique ou même psychique. Cependant, il devait le reconnaître, il pouvait bien avoir fait une erreur ce soir-là. Pris par la peur d’être découvert, il avait mis une tierce personne en danger sans même connaître réellement son implication dans le domaine de la criminalité. C’était loin d’appartenir au code de la légion des étoiles et il se devait de le reconnaître. Son cerveau avait été embrouillé par toutes les surprises qu’il avait eues dans la soirée. Se retrouver au Circus Maximus de cette manière, voir Seth devenir un combattant sanguinaire, le voir tuer d’autres personnes avec une hargne digne d’un psychopathe. Pas facile à diriger, même pour une personne aussi sage que lui. Sa peur d’être découvert n’avait fait que grandir jusqu’à en devenir étouffante. Il n’avait finalement agit que par désespoir. Malheureusement, il avait, une fois n’est pas coutume, mal évalué les probabilités. Forcément que ses actions allaient avoir de terribles répercutions. La chance n’avait pas été avec lui et il avait été découvert.

Toujours sans souffler mot, il observa Seth aider sa jeune amie à se relever. Il ne savait décidément pas quoi penser. Entre Seth le journaliste, le combattant ou l’amant, il y avait de quoi perdre la tête. Aucun d’entre eux ne se ressemblait. Quelque chose était étrange dans cette histoire et Michael s’était investi de manière trop profonde pour y tourner le dos maintenant. Il devait comprendre, c’était devenu sa nouvelle mission. Malheureusement, la tâche n’allait pas être simple. Michael voyait bien que Seth ou Psycho, allait savoir lequel des deux se trouvait devant lui, commençait à bouillir, telle une bombe à retardement. Il allait falloir calmer le jeu ou il ne donnait pas cher de sa peau. D’ailleurs, si la chose n’était pas assez visible, la manière dont il exclue de la scène le pauvre drogué à terre, qui venait à peine de retrouver le peu de sens qui lui restait, se chargea d’en apporter la preuve. Michael restait impassible dans son expression. On lui avait appris à être sage et il l’était. C’était maintenant le jour où il allait devoir le prouver, tout en gardant l’œil vif, prêt à toute riposte si nécessaire. Il était en terrain miné et ça, il ne pouvait pas l’oublier.

Je suis désolé pour ce que je vous ai fait, répondit-il en direction de la jeune fille, tout en baissant solennellement la tête. Ce n’était pas respectueux de ma part. Un geste désespéré qui vous a troublé et j’en suis confus. Il reposa alors son regard sur Seth. Je n’ai jamais eu l’intention de m’attaquer à qui que ce soit et encore moins à ton amie. Je tentais de protéger mon identité et cela m’a coûté d’avoir commis une erreur, je le reconnais.

Prenant le risque de tourner le dos à son adversaire, bien que son attention était toujours dirigée sur Seth en guise de défense, il s’approcha du drogué qui gémissait tout en appuyant sur son ventre et l’aida à se relever.

Merci, tu peux t’en aller maintenant.

Mais vous êtes fou !

L’homme ne prit même pas une seconde d’hésitation et en profita pour détaler en toute vitesse. Après tout, Michael n’avait plus besoin de lui, il était repéré. Le cache-cache était maintenant terminé. Michael se redressa donc pour faire face à Seth et à son amie.

Je pense qu’après tout ce temps, tu as appris à me connaître, tu as réussi à me cerner. Tu sais quel genre de personne je suis et tu sais donc ce que valent mes excuses. Tu comprendras aussi que je ne puisse cautionner de voir un de mes journalistes s’adonner à une activité illégale que ce soit durant son temps libre ou non, même si je ne te dénoncerais pas.

Michael aurait bien pu se taire sur cette dernière partie et laissait Seth revenir au journal pour ainsi le cueillir comme une fleur avec d’autres membres de la légion des étoiles. Après tout, ce dont il avait fait preuve ce soir était amplement suffisant pour le classer dans la liste des dangereux individus. Il avait même commis des meurtres sous les yeux ébahis de notre héros. Cependant, ce n’était pas ce que Michael voulait. Seth n’avait pas le même profil que tous ces criminels dont il avait l’habitude de combattre. Il était une énigme qu’il fallait résoudre avant de prendre une décision aussi importante. Michael se surprenait à toujours vouloir voir du bon en lui malgré le coup violent porté sur son orgueil. Il existait deux Seth au regard totalement différent et Michael voulait savoir pourquoi. Il espérait donc que cette dernière phrase, pleine de franchise, puisse un tant soit peu adoucir l’humeur agressive de son assaillant et l’aider à lui faire confiance, même s’il savait très bien qu’une telle chose était devenue impossible.

Qu’est-ce qui t’est arrivé ? Comment es-tu devenu si noir tout d’un coup alors que je t’ai toujours connu si … amical ?

Allait-il réussir à en tirer quelque chose juste par la force des mots ? Cela valait toujours le coup d’essayer.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 5 Mai 2013 - 22:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Emeraude détestait être dans cet état. Un pantin, voilà ce qu’elle était. Incapable de tenir debout toute seule. Ses jambes, ainsi que l’intégralité de son corps, lui faisait l’effet d’un chamallow. Mou et pas évident à bouger. Elle s’agrippait à Seth pour ne pas s’écrouler lamentablement et elle sentit vaguement qu’il passait son bras autour de sa taille. D’habitude, ce genre de geste venant de lui l’électrisait. Là, son corps était tellement engourdi qu’elle ne ressentait strictement rien. Le poison injecté par l’encapuchonné coulait encore dans ses veines. Putain, elle allait lui en coller une ! Enfin, quand ses bras répondront correctement. Là, c’est tout juste si elle pouvait les lever. La sensation était désagréable, comme une marionnette à qui le marionnettiste aurait coupé les fils. Autour d’elle, tout partait en vrille. Dans la salle d’à côté, les échauffourées menaçaient d’éclater en véritables émeutes. Mais ce qui l’inquiétait le plus, c’était l’état de Seth. Il s’énervait. Parce que l’inconnu avait osé la toucher. Ce côté protecteur, qui détonnait avec le reste de sa personnalité, valait tout les « Je t’aime » du monde. Sauf que ce soir, cela était plus dangereux qu’autre chose. Et Emeraude aurait préféré qu’il lui murmure des mots doux sur l’oreiller une fois rentrés plutôt que de vouloir frapper l’inconnu.

Inconnu qui ne l’était pas en fait. Emeraude écarquilla les yeux et si Seth ne la tenait pas si fermement, elle serait tombée sur le cul. Ce type, c’était son boss ! Non mais… De quel droit ? Seth avait bien des défauts mais sur ce coup, il n’avait pas tord. Ce qu’il faisait entre l’écriture de ses articles relevait du privé. Pourtant, la surprise passa bien vite. Mission numéro 1 : Calmer Seth. Mission numéro 2 : Sortir d’ici. Elle essaya alors de penser mais le poison semblait avoir aussi engourdi son esprit. L’homme s’excusa alors et cela tira la blonde de sa torpeur. Elle battit des paupières plusieurs fois assez rapidement, jusqu’à ce que la silhouette du boss de Seth se dessine parfaitement.

« Heu… Excuses acceptées. » Elle bafouilla, avant de se tourner vers son amoureux. Ses membres retrouvaient peu à peu leur consistance, provoquant des fourmillements assez désagréables. « Tu vois Seth, pas la peine d’en faire une montagne. Il vient de s’excuser. Et je suis sure qu’il ne recommencera pas, n’est-ce pas ? »

Elle se tourna alors vers le boss, priant pour qu’il acquiesce à ses propos. En même temps, il en allait de sa survie. Si Seth se mettait vraiment en colère, il allait lui arracher un bras ou la tête ou les deux même temps. Et pas forcément dans cet ordre là. Par contre, la jeune femme ne put s’empêcher de réagir aux paroles de l’encapuchonné. Sans animosité aucune, cela dit. Avec plus de diplomatie que Seth.

« Je crois cependant que vous empiétez largement sur sa vie privée, par contre. Etre son patron ne vous permet pas de faire irruption ici et de lui demander de telles explications. Les combats sont clandestins, certes. Et alors ? Vous ne faites jamais rien d’illégal vous ? »

La bagarre faisait rage dans la salle de l’arène. Emeraude entendait les corps tomber contre les portes du bar dans lequel ils se trouvaient. Petit à petit, elle retrouvait pleine possession de son corps et à présent, elle pouvait tenir debout seule sans chanceler. Pourtant, elle restait accrochée à Seth, qui sait la route de quel taré ils allaient encore croiser.

« S’il te plait Seth, laisse tomber… On devrait rentrer avant que les choses tournent au vinaigre. »

Machinalement, elle regarda par-dessus son épaule. Cela chauffait à côté et ce n’était pas franchement rassurant.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 6 Mai 2013 - 21:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Pas possible ! Il ne pourrait donc plus jamais être tranquille ? A croire que le sort s’acharner sur lui depuis quelques temps, et voilà qu’en plus une entité mystique qui s’introduisait dans ses pensées ne suffisait pas, il fallait en plus le boss pot de colle et tellement bon qu’il ne supportait pas de voir ce qu’était réellement son pigiste favoris. Seth, concrètement, n’avait pas d’amis. Il ne connaissait pas le concept, tout simplement car jamais encore on ne lui avait laissé l’occasion. Ce n’était donc pas maintenant qu’il allait être compatissant avec Michael, sous prétexte qu’il était son patron et qu’ils s’entendaient bien. Seth avait une personnalité, un masque, qu’il adaptait à chaque situation. Or, là, ils n’étaient pas dans le cadre professionnel et monsieur le rédacteur en chef outrepasser quelque peu les limites du copinage et du jugement. Il n’avait pas le droit d’empiéter dans la vie privée des gens même s’il faisait partie de son équipe professionnelle et encore moins pour attaquer quelqu’un proche de Seth. Il ne se laissa donc pas démonter et l’incendia comme il le put. Il ne pouvait pas non plus se décider à le tuer. Pourquoi ? Pour l’once d’humanité qu’il lui restait. Peut être…

Cependant, il était tellement énervé. Trahi, voilà ce qu’il était. Comment Michael aurait pris d’être suivi par Seth, pour savoir ce qu’il faisait en dehors du boulot ? Comment aurait il réagit ? Hein ? De rage, il se défoula sur le type qui lui était rentré dedans et qui était à moitié K.O jusqu’à présent. S’en prendre à ce type lui permettait d’oublier quelques instant Michael et de s’en prendre à lui d’une manière quelconque, mais surtout physiquement. Et voilà qu’Emeraude s’y mettait parce qu’il venait de s’excuser.

« Les excuses ne font pas tout ! Ca n’explique pas pourquoi il me suit, pourquoi il fait irruption dans ma vie. Heureusement que je ne fais confiance à personne… »

Mais Emeraude essayait d’apaiser les choses, il le sentait, il le voyait, il l’entendait à ce qu’elle disait. Tou comme Michael avait ce ton calme qui vise à apaiser les gens énervés. Sauf que sur Seth, ça avait l’effet inverse. Il était impulsif, et là il voyait des tas de moyens de faire fermer sa bouche à son patron. Enfin ce qu’il resterait de son patron s’il pétait réellement le plomb. Il n’avait qu’une chance. Celle que Seth doive soutenir Emeraude et qu’il essayait de se comporter convenablement en dehors de ses combats à mort.

« Que m’est-il arrivé ? Ahaha elle est bonne celle-là ! Mais j’ai toujours été comme ça Michael ! Sauf que j’ai la décence de ne pas te suivre en dehors du boulot pour voir d’autres facettes. Parce que si je peux me permettre depuis quand tu piques des femmes innocentes avec des fléchettes tranquillisantes ! »

Ça c’était fait. Il n’avait pas tort. Au finalement, Seth n’était pas le seul à cacher des choses. Et Michael pouvait bien dire ce qu’il voulait tous les deux en avaient contre l’autre à présent. Le pire de l’histoire, c’était qu’il aurait pu être Dieu, Seth n’en n’aurait rien eu à faire, mais là il venait d’empiéter sur sa vie privée et de toucher à Emeraude, et ça, il ne l’acceptait pas, même si elle acceptait ses excuses tout de suite. Elle était faible. Elle ne savait pas ce qu’elle faisait.

« La personne que je connais est celle du journal Michael, donc qui me dit que ta parole vaut autant aussi… moi aussi je sais avoir des doutes, tu vois. Et non Emeraude, je ne laisse pas tomber…. Mike, comprends une seule chose, les visages que je montre sont tous authentiques, mais si on me contrarie, je ne me contrôle pas spécialement, alors pour toi, pour ce qui demeure de notre relation, éloigne-toi de moi, oublie moi en dehors de la sphère du travail et tout ira bien. Okay ? Sinon je ne promets pas ce que ça pourrait donner… »
Revenir en haut Aller en bas



Une petite visite surprise. [Seth et Emeraude]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-