AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

PARTY UP ft. Renan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message posté : Lun 25 Mar 2013 - 16:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil

L'air était étouffant. L'atmosphère empestait la sueur, le sexe, la gerbe, la pisse, la drogue et une légère fragrance sanguine dénotait une violence parfois mal contenue. L'endroit ressemblait à un entrepôt, les murs étaient en béton et un bar avait été monté dans un coin, deux ou trois jours auparavant. Une rave party, une fête sauvage, sans règles. On avait disposé des draps aux couleurs disparates sur le mur, pour faire ambiance. Plusieurs poufs, divans, fauteuils défoncés dont la moitié avaient été récupéré dans une décharge ou sur le trottoir, encombrait cette salle improvisée dans différents coins. Certains se trouvaient derrière des rideaux, d'autres à vue, et pour la majorité de la jeunesse, dorée ou non, cela n'avait aucune importance. On se foutait de l'âge, on se foutait de l'identité. On passait sur invitation, mais personne ne vérifiait à l'entrée. On avait reçu un sms, et on l'avait fais circuler à qui on voulait inviter.
Tout le monde avait bu, beaucoup avaient fumé de la marijuana et une bonne moitié avait pris de la drogue plus dure. Les esprits étaient échauffés, loin de la sordide réalité. Une musique électronique s'échappait des basses et retournait les tripes tant elle était violente. Sur la piste, des corps serrés qui se déhanchent les uns contre les autres, sans distinction. Livia est la. Les paupières closes, elle a écrasé le mégot de son douzième join sous ses doc martens et se frotte contre la fille derrière elle. Clélia, sans doute la moins arrachée dans toute cette soirée mais pas mal saoule malgré tout. Dans la poche intérieure de sa veste en cuir, elle a une dizaine de pastille de Meta-X. Ses clients réguliers viennent la trouver, lui glisse un billet et elle leurs donne un aller simple pour le paradis. Le but premier de sa présence n'est pourtant pas de faire du commerce. Comme toute jeune, elle aime sortir, elle aime s'amuser, elle aime fréquenter des gens. Allier plaisir et business n'était pas interdit. Levant son bras pour le passer dans les cheveux de son amie, elle baisse sa tête en arrière pour la déposer sur son épaule. Elle est loin. Elle sent que Clélia lui caresse les hanches. Elle rit. « T'a envie de moi? » Elle se colle d'avantage. « Si je te dis oui, tu baises avec moi? » Livia éclate de rire, elle secoue la tête. Clélia la suit dans son mouvement, elle sent ses épaules tressauter.

Elle la fait tourner, elles sont face à face. Elles s'amusent, elles flirtent, elles jouent. Deux amies innocentes -ou presque- qui ne demandent rien à personne. La musique change, le rythme devient plus pressent. La piste explose littéralement. Un mec en profite pour s'intercaler entre elle. Elle approche son visage de celui de Livia, il pue l'alcool et la gerbe. Elle fronce le nez. Electrochoc, elle dégrise un peu. « Ca m'excite les lesbiennes. J'peux m'joindre à vous? » Livia se tourne, fait un pas de côté, pour se retrouver près de Clélia. « Dégage, connard. » Elle lui tourne le dos, mais reste aux aguets. Une poussée d'adrénaline renforcée par la drogue présente dans son organisme lui donne le tournis, une brutale envie de violence. Ca réveille ce côté sombre en elle, qu'elle contient normalement avec sa marijuana. Le gars ne l'écoute pas, il se colle derrière elle. Contre sa jupe, Livia sent son membre dur et il bouge le bassin d'un geste évocateur. Elle veut lui donner un coup de coude, mais il l'a déjà attrapée, il la serre. Elle aura des bleus. Il approche de son oreille: « J'te demandais ton avis pour la forme. Tu crois que tu peux faire la pute en chauffant tout le monde et t'en tirer comme ça? J'te matte depuis tantôt, j'ai envie de te baiser. Je suis sure que t'es bonne, et que tu vas aimer ça. » Clélia a déjà sorti son téléphone. Il y a d'autres Centurions à la rave. Jayce n'est pas loin, Tomas non plus, fidèle au poste auprès de leur chef. Il suffit d'un mot, d'un cri. En temps normal, elle l'aurait sans doute fais. La, elle se laisse aller dans ses bras, comme vaincue. Il passe sa main sous sa jupe et va pour la toucher. Elle porte des collants, mais ce sont des résilles. L'effet prostituée est coupé par ses doc martens, et par le fait que ce soit de gros carreaux. Elle lui laisse une seconde, deux, trois...Puis son talon écrase son pied. Il n'a que des convers, il le sent passer. Il la lache, juste assez pour qu'elle puisse se retourner et lui coller un coup de genou entre les jambes. Ca l'a surpris. D'un coup, les gens s'écartent autour d'eux. Certains observent, d'autres sont trop loin pour comprendre et ont juste suivi le mouvement. Clélia l'a frappé elle aussi, il est tombé à genou. Le gars lui lance un regard assassin, elle lui met un coup de pied dans le visage. Livia est une petite fille frêle en apparence, mais l'adrénaline, la drogue, et le fait qu'elle ne supporte pas les gros lourds aidaient à la raclée qu'elle lui mettait. Les quantités industrielles d'alcool qu'il avait du avaler étaient aussi un facteur non négligeable. Si Tomas n'était pas arrivé à ce moment la, elle sortait sa lame et la lui plantait probablement dans l'estomac sans même y penser. Elle n'a pas besoin d'expliquer à son pote ce qui s'est passé. Il attrape le type et l'attire dehors, il est suivis par deux autres mecs. Il va terminer le travail, lui faire amèrement regretter d'avoir mis sa main sous la jupe de la mauvaise nana. En passant, Livia attrape le col de la chemise de Tomas, se hausse sur la pointe des pieds et lui murmure: « Eclate toi bien, bébé. » Elle lui colle un baiser sur la bouche. Il lui sourit en retour, d'un sourire qui doit être celui du sociopathe prêt à passer à l'action. Le clou de sa soirée. Elle lui fait un clin d'oeil, elle s'éloigne, lui aussi. Elle a déjà presque oublié le type.

Elle a besoin d'un petit remontant. Elle se dirige vers le bar avec son amie et commande deux vodka pure. Clélia vide son verre cul sec, ses joues sont rouges cerises. Livia boit plus doucement. Ce n'est que son troisième verre, son truc à elle c'est la drogue plus que l'alcool. Elle n'est pas saoule, elle plane. En plein trip, elle avait coupé sa pastille de Meta-X en deux pour atténuer les effets. Elle a pris la première dés qu'elle a pu passer l'entrée, la seconde est dans un pax à part, dans une autre poche. Elle va s'asseoir avec Clélia sur l'un des fauteuils et pose la pastille rose sous sa langue, la laisse fondre. Ca explose en elle, elle frissonne. Elle a chaud, elle a froid. Elle a l'impression que des étincelles sortent de ses doigts, qu'elle peut vaincre le monde entier. Elle remarque qu'il y a du sang sur sa chaussure. Elle glousse. Les jambes en travers de celle de son amie, à demi couchée, elle plane tranquillement et c'est Clélia qui finit son verre d'alcool. Les basses continuent de pénétrer sa chair, elle se sent bien. Elle se sent pleine. Vivante. Elle adore.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 27 Mar 2013 - 15:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4676
ϟ Nombre de Messages RP : 1545
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Approcher le cartel avait toujours été un point qui intéressait Renan. Pour quelle raison ? Tout simplement parce que cet organisme était déjà passé de nombreuses fois devant SHADOW, ils avaient déjà à plusieurs reprises tentés de s'accaparer certains artefacts ou informations que l'officier de la pénombre visait. Il apparaissait donc plus qu'évident au français, de s'intéresser de plus près à tout ce qui se passait de ce côté. C'est donc très naturellement que le Breton avait chargé certains de ses hommes de main de trouver des données intéressantes sur la famille César. S'il voulait toucher le Cartel, autant viser haut et essayer de cibler la famille à la tête de tout ceci.
Les retours avaient été relativement nombreux et la plupart convergeaient vers un point particulier : Livia César, la fille d'Atia. Apparemment la demoiselle semblait occuper une place assez importante auprès de sa mère. Pas forcément dans la hiérarchie du Cartel, mais en raison du lien qui la liait à la boss : étant sa fille, sa parole avait un certain poids. Si les informations fournies par les agents de SHADOW étaient exactes, ce dont Renan ne doutait pas une seule seconde, cela signifiait qu'en visant Atia, il pouvait espérer avoir quelques données intéressantes concernant le Cartel Rouge. C'était pour cette raison que le français avait commencé à concentrer une certaine partie de son attention sur l'adolescente, de manière à décrypter un peu ce qui pouvait l'intéresser. De prime abord, il avait songé à envoyer un clone relativement jeune pour essayer de l'appâter, mais il avait ensuite craint que la mission ne soit bâclée. Lorsqu'il s'agissait d'enjeux aussi importants que celui-ci, l'officier de la pénombre préférait largement s'occuper lui-même de tout superviser. Autant s'y rendre en personne dans ce cas.

C'était pour cette raison que Renan se retrouvait dans cet endroit qu'il n'aurait jamais eu l'idée de fréquenter en temps normal. Livia avait apparemment décidé d'y passer la soirée et le français avait considéré que ce serait l'occasion idéale pour pouvoir l'approcher. Que comptait-il faire une fois qu'il aurait réussi ? Bonne question, tout arriverait à point, il avait déjà plusieurs idées en tête, mais ne programmait rien de bien précis. Même si le hasard ne l'enchantait pas réellement, il préférait réagir en fonction du comportement de son interlocuteur, plutôt que de prendre le risque de voir son plan tomber à l'eau à cause d'un imprévu.

Ce ne fut pas très difficile de localiser la jeune femme : elle était assez visible à la manière dont elle se comportait et dont elle était vêtue. À l'écart, fondu dans la foule, le Breton se contentait de l'observer discrètement, jetant de temps en temps des coups d’œil dans sa direction pour voir le bon moment se présenter. C'est à ce moment qu'il vit un homme approcher de sa cible et de son amie, il semblait attendre quelque chose de bien précis de sa part, mais Livia n'avait pas l'intention de le lui donner. Renan suivit l'action de loin, sans avoir l'air de s'y intéresser et ce ne fut que lorsqu'elle l'envoya au sol avant d'être arrêtée par des personnes qui devaient l'accompagner, que l'officier de la pénombre concentra toute son attention sur elle. Le moment idéal allait bientôt arriver. Et c'était bien le cas ! Après cette petite rixe, Livia s'éloigna en direction du bar, non loin de lui d'ailleurs, puis bu quelques verres en compagnie de sa compagne, de son amie ou de tout ce qu'elle pouvait bien être d'autre. Patientant toujours, le français la vit finalement s'éloigner en direction d'un fauteuil pour s'y installer avant de se détendre à sa manière. C'était le moment qu'il attendait. Quittant l'endroit où il se trouvait, Renan approcha des deux jeunes femmes, mais pas à la manière de leur précédents « visiteurs », il ne voulait pas qu'elles se méprennent sur ses intentions. Arrivé à leurs côtés, il lança quelques mots l'air de rien.

« Pas mal comme manière de refroidir les ardeurs des gars trop entreprenants. » Entrée en matière assez légère. « J'espère que vous ne réagissez pas comme ça avec tous les gens qui viennent vous parler ? »

À comprendre, avec lui. Normalement Livia devait cerner le fait qu'il ne venait pas ici pour les mêmes raisons que l'autre homme, peut-être que cela suffirait à la convaincre qu'il n'était pas ici pour essayer de leur faire de la drague au rabais. De toute manière, son attitude et son accoutrement n'avaient rien de bien original, il se fondait dans la foule sans trop de problèmes et n'attirait donc pas l'attention. Un pari risqué lorsque vous saviez que la personne en face avait l'air d'aimer tout ce qui était extravagant et sortait de l'ordinaire, mais il comptait l'appâter avec autre chose. Renan avait considéré qu'elle pourrait s'intéresser à des choses plus difficiles à voir qu'une apparence originale, mais encore fallait-il qu'il ne se soit pas trompé à son sujet. Après un bref silence – comblé par le bruit environnant – il scruta son visage avant de reprendre la parole.

« Mais vous n'avez pas l'air très disponible, je devrais peut-être vous laisser ? »

Il ne comptait pas le faire, mais avoir l'air de vouloir être poli pouvait peut-être jouer en sa faveur. À moins qu'elle ne l'envoie sur les roses en le considérant trop ennuyeux pour pouvoir réellement l'intéresser. Encore une fois, c'était une prise de risques, mais il en fallait pour atteindre son but.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Ven 29 Mar 2013 - 14:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
L'esprit aussi déconnecté de la réalité qu'il était possible de l'être, il fallu quelques secondes à Livia pour remarquer qu'un homme s'était approché d'elle et lui avait parlé. Pourtant, elle le fixait avec intensité, comme si son inconscient prenait déjà la mesure de cette information. Elle cligna des paupières, et ses paroles montèrent enfin jusqu'à son cerveau. Il la félicitait de la façon dont elle avait remis l'autre homme à sa place. Elle sourit, cligna des yeux à nouveau et un frisson la parcourut, de froid, de chaleur aussi. Si elle avait baissé ses yeux sur sa peau, ou si quelqu'un d'autre l'avait touché, elle aurait remarqué qu'elle était brûlante, rouge, comme prise d'une fièvre vorace. Un feu la dévorait. Des réminiscences d'un pouvoir qu'elle ne possèderait jamais. Au mieux, une illusion. « Non. » s'entendit-elle répondre, comme si elle était en dehors de son corps et observait une personne différente. Elle fronça les sourcils, à la fois prise entre une réalité matérielle et métaphysique, provoquée par une drogue un peu trop bien dosée. « Quand j'aime pas les manières d'un mec, j'hésite pas à le lui faire remarquer. Ca peut-être utile dans la vie...Vous ne pensez pas? Trop d'hypocrisie, dans ce monde. Beaucoup trop. » Comme si elle était altruiste, comme si elle était perpétuellement franche. Comme si elle en avait quelque chose à foutre. Elle ne voulait pas qu'on la dérange quand elle s'amusait, encore moins de cette façon. Si elle avait eu envie de se taper un type, elle l'aurait choisie toute seule. Et elle n'aurait pas sélectionné le gros lourd à la bite explosive.

Prise à nouveau de ce tic, qui lui faisait cligner des yeux comme s'ils étaient secs, à deux doigts de tomber en poussière, elle arrêta de discuter. Un black out, un blanc, elle cale sur quelque chose. Peut-être le bouton de sa chemise, dont un fil n'avait pas été bien recousu. Un truc inutile, mais il suffit de rien pour déconcentrer une droguée en pleine phase. Un léger silence s'installa, et l'inconnu lui demanda si elle ne préférait pas qu'il la laisse. Elle entendit un gloussement sortir d'entre ses lèvres. « Putain mec, tu me fais délirer. Depuis quand on vouvoie les gens dans ce genre de soirée? » Elle se redressa légèrement, ôtant ses jambes de sur celles de Clélia, qui semblait à deux doigts de s'endormir. Cela eu pour effet de libérer la troisième place du divan, et elle invita l'inconnu à s'asseoir à côté d'elle. « L'air très disponible...C'est une bonne façon de dire que je suis morte défoncée, j'avoue...J'm'en rappellerais. Ca me conviens bien! » Elle rit et secoua sa tête, comme pour retrouver un semblant de lucidité. Le monde se mit à osciller mais la force de l'habitude l'empêcha de vomir sur son nouveau compagnon de soirée. « Dis moi, c'est sympas comme technique pour aborder les meufs. Faire genre...Le gars gentil, poli, qui a du respect, qui attend rien du tout...Je sais pas si t'es vraiment comme ça ou pas, mais tu sais quoi? Ce soir, on va dire...Que oui. » Si Livia aimait bien les jeux de rôle, son état actuel lui faisait avoir des idées parfois peu cohérentes. Elle avait apprécié la façon dont le garçon était venu vers elles. Enfin, garçon...Maintenant qu'elle prenait la peine de l'observer d'un peu plus près, elle se dit qu'il ne devait pas avoir son âge. Peut-être vingt cinq ans, ou dans ces eaux la. C'était toujours compliqué, de définir l'âge des gens. Elle-même semblait faire moins que ses dix sept ans, alors que son amie Clélia semblait plus âgée. Pour les mecs, c'était pareil.

« Je m'appelle Livia. » Elle lui tendit la main, dans une parodie de bonne manière formelle qui la fit d'abord rire doucement, puis de plus en plus. Fou rire incontrôlable, elle avait la gorge sèche, les yeux rouges explosés par la drogue, des sensations bizarres dans tout son corps. Parfois, elle agissait sans en avoir conscience. L'intérêt d'être entourée par des amis, des membres de son gang, c'est qu'ils pourraient l'empêcher d'aller trop loin. L'intérêt d'être une consommatrice régulière, c'était l'accoutumance ou plutôt ce qu'elle appelait force de l'habitude. Livia était droguée, son sang aurait pu être vendu comme une drogue tant elle avait abusé ce soir. Mais elle savait qu'il suffirait de la moindre chose, de la moindre petite alerte ou impression, pour déclencher son alarme interne. Pour la ramener à un état suffisamment censé pour faire face. C'était l'avantage, une capacité non négligeable qui faisait d'elle une associée hors pair pour le Circus et une bonne dealeuse. Elle était toujours en train d'apprendre, de faire ses preuves, « Désolée, j'ai un peu abusé ce soir. Mais je me fou pas de toi, t'inquiète. » précisa-t-elle par acquis de conscience, dans une réminiscence de lucidité.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 29 Mar 2013 - 17:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4676
ϟ Nombre de Messages RP : 1545
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Renan observait la jeune femme qui semblait réellement déconnectée de la réalité. Ce n'était pas vraiment surprenant d'un côté, s'il se basait sur le style qu'elle avait, il était aisé de se douter qu'elle devait être de ceux qui passaient leur temps à faire la fête, s'envoyer en l'air avec le premier qui passait et s'envoyer tout un tas de cochonneries dans les veines. Oh, le Breton ne jugeait pas les gens comme elle, chacun avait le droit de vivre comme bon lui semblait et lui-même aurait peut-être été pareil si son oncle n'avait pas décidé seul de le pousser dans une autre direction. De plus, il ne fallait pas se fier aux apparences, Livia – dont il connaissait déjà le nom – n'était pas une simple junkie qui abusait de la drogue.

Elle lui fit d'ailleurs savoir qu'elle se contentait d'agir comme elle venait de le faire lorsque la personne face à elle agissait d'une manière qui ne lui convenait pas. Bon leitmotiv, elle se faciliterait beaucoup la vie en s'y tenant. Lui-même avait une préférence pour la sincérité, malheureusement son « métier » ne le lui permettait pas réellement et c'était bien pour cette raison qu'il usait plus souvent d'hypocrisie et de mensonges. Comme il comptait le faire avec la jeune femme ce soir d'ailleurs. Celle-ci eut d'ailleurs un bon moment de battement pendant lequel il se demanda si elle n'allait pas le lâcher totalement. Mais non. Elle répliqua à sa question. Apparemment la manière de parler du français ne la laissait pas indifférente, mais pas forcément dans le bon sens. Est-ce que c'était une mauvaise chose pour lui ? L'avenir le montrerait bien ma foi. Il se contenta de la regarder en silence alors qu'elle dégageait ses jambes pour laisser la place de libre où elle l'invita à s'installer. À croire que le côté « gars trop poli et trop coincé » pouvait faire son petit effet, il avait donc bien joué sur ce coup-là. Restait à espérer que ça allait continuer dans ce sens.

Sans se faire prier davantage, Renan s'assit donc à côté de sa cible de la soirée tandis qu'elle avait toujours l'air amusée par l'entrée en matière du français, au moins avait-il capté son attention, c'était toujours mieux que de se faire ignorer tout simplement. Loin de se laisser démonter par le fou rire qui la prit quelques instants plus tard, le Breton attrapa sa main – même s'il savait qu'elle le faisait sans sérieux – puis la serra comme s'ils étaient au milieu d'une banque en train de parler affaires. Lorsqu'il la lâcha, ce fut pour répondre à son « excuse ».

« Il n'y a pas de mal. Ce n'est pas parce que je fais tache dans le décors que je n'ai jamais vu quelqu'un dans votre état. » Elle avait eu l'air d'apprécier le vouvoiement, pourquoi ne pas continuer sur cette voie ? « Je m'appelle Renan et histoire de jouer mon rôle jusqu'au bout : enchanté de faire votre connaissance. » Il avait plutôt l'air d'être dans un gala que dans une soirée comme la leur, mais c'était sans importance. « Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas souvent de gars polis ici que ça n'existe pas. En fait, je ne suis pas d'ici alors je n'ai pas encore compris toutes les manières de faire, je préfère m'en tenir à ce que je sais. » Une vérité déformée, il laissait sous-entendre qu'il n'était pas en ville depuis longtemps alors que c'était le cas, mais il disait la vérité en avouant ne pas être d'ici. « Puis si c'est pour éviter de finir comme mon prédécesseur, je préfère encore faire rire les filles que j'aborde. »

Jouer le rôle du gars un peu paumé pouvait déranger certains hommes, mais pour lui c'était parfaitement acceptable s'il pouvait obtenir ce qu'il voulait ensuite ! Renan détourna son attention de Livia pour regarder la fille avec qui elle traînait apparemment. Celle-ci n'avait pas l'air dans un état plus glorieux, au contraire : elle avait l'air d'être à deux doigts de piquer du nez. Considérant le fait qu'elles aient absorbé la même chose, il était logique de penser que Livia devait être plus habituée à s'enfiler toutes ces conneries. Le Breton n'avait jamais compris le réel intérêt de ces dépendances, il préférait être maître de son corps et de son esprit, tout ce qui inhibait ses réflexes était donc à oublier. Mais chacun ses goûts et ce soir, il passait pour un simple humain.
N'ayant pas nié qu'il était venu les aborder pour autre chose qu'une discussion, il ne le confirmait pas pour autant. Pourquoi ? Dans le but de pouvoir emprunter toutes les voies qui se présenteraient à lui afin d'obtenir ce qu'il voulait tout simplement. Reportant son attention sur Livia, il enchaîna donc d'un ton toujours aussi calme, malgré le bruit environnant.

« Elle a l'air plutôt indisponible votre amie. Vous avez l'air plus résistante qu'elle, peut-être plus habituée ? À moins que vous ne soyez celle qui conduit pour rentrer ? » Une simple plaisanterie qui tomberait peut-être à plat si elle n'avait jamais entendu parler de la prévention anti-alcool et anti-drogue, mais peu importait. « Vu que vous avez l'air de connaître tous les rouages de ce type de soirée, j'imagine qu'on doit vous voir souvent ici ? »

Il pouvait avoir l'air de lui sortir les vieilles répliques de drague à deux francs six sous, mais en réalité, c'était avec un réel intérêt qu'il posait cette question. L'avantage dans l'affaire, c'était que torchée comme elle l'était, Livia opposerait peut-être moins de résistance que dans son état normal.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 1 Avr 2013 - 11:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Lorsque Livia s'excusa, à sa façon, d'avoir ris, le garçon la rassura. Il ne l'avait pas mal pris du tout et même s'il faisait tâche dans le décor, il assurait avoir déjà vu quelqu'un dans son état. En l'observant, Livia se dit qu'au milieu de toute cette foule habillée de manière bariolée, avec des couleurs fluorescentes, du maquillage outrancier, des pièces de tissu qui apparemment n'auraient pas du être assemblé, le meilleur moyen pour se faire remarquer était encore de s'habiller d'une façon normale. C'était un risque à prendre, et il était payant. « Enchanté de faire votre connaissance, Renan. » répondit-elle, et elle alla jusqu'à lui serrer la main dans cette parodie d'extrême politesse qui caractérise les rendez-vous d'affaire. Comme s'il était un banquier, et elle une cliente. C'était la première image qui lui était venu à l'esprit et elle l'imaginait sans peine dans un costume trois pièce, avec une petite valise assortie. C'était drôle, vraiment, si bien que son sourire s'agrandit. C'était le genre de moment dans la vie d'un drogué qui arrive souvent. Repenser à quelque chose, imaginer quelque chose, et rire tout seul. Si la personne en face était aussi loin que vous, ça passait mieux. Ce n'était pas le cas ici, mais elle n'allait pas passer son temps à s'excuser, sans compter que le garçon, l'homme sûrement, ne s'en formalisait pas. Il lui expliqua qu'il n'était pas encore familiarisé avec les manières de faire, et qu'il préférait agir selon son habitude. Il ajouta en riant que si cela pouvait lui éviter une raclée, il en était bien heureux. « Pas compris toutes les manières? Ah je vois, tu nous viens de l'étranger? Renan, je me disais bien que ça sonnait européen...Ca vient d'où? » Elle ne décelait pas d'accent en lui, mais n'avait pas vraiment la faculté présente d'y faire grande attention. Renan. Renan. Reeeenaaaaan. Ca ne sonnait pas américain, ni même anglais. C'est tout ce qu'elle savait, d'ailleurs elle n'avait jamais entendu ce nom auparavant. Enfin si elle s'intéressait un peu plus à la musique étrangère, française par exemple, ça ne l'aurait pas étonné. Mais ce n'était pas le cas.

Son attention se porta alors sur Clélia. Les yeux à demi ouvert, elle papillonnait des paupières et semblait perdue entre le sommeil et la conscience. Elle sursautait de temps en temps, et elle oscillait comme un bateau en pleine mer. Tant qu'elle ne vomissait pas...Mais elle n'aimait pas la voir dans ce genre d'état. « C'est l'alcool. Elle tourne à l'alcool quasi exclusivement, en général elle sait s'arrêter mais comme tout le monde, ya des soirées où on en a tout simplement pas envie. Moi je bois peu, ça donne pas des sensations tip top. J'ai d'autres types de trip... » Elle n'avait pas besoin d'en dire d'avantage. S'il voulait en savoir plus, il lui poserait la question. « Non on est venu avec des amis, je ne suis pas le BOB du soir! J'ai pas mon permis voiture de toute façon, juste deux roues. » Comme elle avait un chauffeur à disposition à toutes les heures de la nuit, passer son permis voiture ne lui paraissait pas urgent. Si elle avait le deux roues, c'est parce que c'était parti d'un bête pari avec Tomas, qu'elle avait gagné haut la main. « Puis franchement, vous trouvez que je suis en état de prendre le volant? Si les flics m'arrêtent je suis bonne pour passer au moins la nuit en cellule, et ma mère va me démonter. » Elle éclata de rire, même si elle ne plaisantait pas sur la réaction d'Atia. Passer une nuit en cellule n'était pas acceptable pour une César, même si c'était pour conduite en état d'ivresse. Elle avait un pax de 10 de marijuana sur elle et encore deux pastilles de Meta-X, en plus. Le meilleur moyen d'attirer l'attention sur eux, chose qu'il fallait éviter à tout prix, surtout depuis qu'on l'avait arrêté quelques semaines auparavant. Heureusement elle s'en était bien tiré, le mouchard qui avait fourni des accusations et tenté de la piéger n'avait pas fini sa nuit en prison, et l'avocat de sa mère avait débarqué en plein milieu de l'interrogatoire pour la sortir du commissariat, criant au scandale. Ca avait bien fonctionné, même si elle s'était faite discrète et encore plus prudente suite à ce petit soucis.

« Oh vous savez...Quand on est jeune. » Elle haussa les épaules, comme si ça voulait tout dire. Puis c'était une façon de faire remarquer qu'il y avait une petite différence d'âge manifeste entre eux. Jusqu'à quel point? « Ce que j'aime ici, c'est que je peux m'asseoir n'importe où, rouler un joint sans que personne ne vienne me faire chier. Je peux fumer sans avoir la sécurité sur le dos, on peut se laisser aller sans tabou. Faut juste faire gaffe les uns aux autres, on sait jamais. D'ailleurs... » Elle fut interrompue par Clélia qui sursauta et, d'un haut le coeur violent, vomit tout l'alcool qu'elle avait ingurgité. Heureusement, elle avait eu la présence d'esprit de faire ça devant elle où il n'y avait personne. « Putain Livia j'me sens pas bien... » gémit-elle, en se tenant la tête. Normalement vomir aidait bien, mais il était peut-être temps que la soirée se finisse pour elle. Livia sortit son portable et envoya un sms à Jayce, pour lui demander de raccompagner Clélia chez les César ou chez lui. Son père allait la tuer si elle rentrait comme ça. « C'est bon chérie, Jayce va arriver ok? T'en a fini pour ce soir... » Elles n'auraient pas du s'asseoir, laisser redescendre l'adrénaline. Livia était toujours dans son trip, le corps charrié par des vagues de chaleur, la tête pulsant, des idées étranges lui traversant l'esprit. « Désolée, ça prendra pas longtemps mais quand elle est comme ça, elle est foutue pour le reste de la soirée. Enfin il est déjà presque quatre heures... » Clélia était de toute façon habituée à d'avantage de modération. Si elle tenait bien l'alcool en général, il suffisait d'un verre de trop pour l'achever. Quant à la drogue, n'en parlons pas. Elle fumait un peu de marijuana mais occasionnellement, et n'avait jamais voulu toucher à la Meta-X.

Jayce arriva à ce moment-là, et le colosse prit Clélia dans ses bras, la soulevant comme une jeune mariée. Elle posa sa tête sur son épaule en marmonnant des trucs inaudibles. « J'm'en occupe t'inquiète. J't'appelle quand on est chez moi. » Livia acquiesça. Elle ne le montrait peut-être pas, mais elle s'inquiétait un peu. C'est pour cela qu'elle l'avait confié à Jayce. Il avait ses vices mais ne lui ferait rien de mal, et en prendrait soin, parce qu'elle était une amie chère. Tomas...C'était moins sur. Livia l'adorait, pour son côté sociopathe, pour ses vices extrêmes, pour sa fidélité vis à vis d'elle, mais elle ne lui aurait pas confié Clélia. Surtout pas depuis qu'il lui avait avoué avoir envie de la baiser, voir une bonne fois pour toute si elle aimait ou non les bites. Jayce s'éloigna avec Clélia, et Livia en revint à Renan. La Meta coulait encore dans ses veines, mais elle sentait la descente arriver si bien qu'elle sortit de l'intérieur de sa veste en cuir une boîte métallique où elle rangeait son pax, ses feuilles et son tabac. Elle l'ouvrit sur ses genoux, et commença à faire sa cale. « T'en veux un peu? A mon avis tu viens pas d'Amsterdam, donc t'en a jamais goûté de la comme ça... » Montrer qu'elle possédait de la drogue douce n'était pas grave en soi. A cette soirée, la moitié avait de la cocaïne ou de l'ecstasy dans la poche si pas dans les veines. « Enfin, j'espère que si t'es flic tu seras indulgent? Faut dire, t'a l'air plus âgé que la moyenne...Mais je pense pas que tu le sois, un flic aurait essayé de se fondre dans la masse et aurait eu l'air vingt fois plus con. » Ou justement ils espéraient qu'elle arriverait à cette conclusion, mais c'était chercher un peu loin pour les agents du gouvernement. Elle rit à nouveau, et continua sa petite préparation. L'idée qu'il aurait pu être un policier venait de lui poper en tête, sans prévenir. Quelques sursauts de méfiance, qui lui revenait maintenant qu'elle se rendait compte qu'elle avait un peu trop, peut-être, abaissé ses barrières. Mais quand bien même, elle ne comptait pas se mouiller ou vendre ce qui lui restait, elle ne risquait donc rien de bien grave. « Enfin pardon...Si vous êtes policier, seriez-vous indulgent avec moi? » reprit-elle, comme une seconde prise, avec un petit sourire en coin et un regard brûlant, qui semblait promettre la lune. Elle jouait plus qu'autre chose, ce soir. Elle le trouvait sympas, ce mec.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 1 Avr 2013 - 17:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4676
ϟ Nombre de Messages RP : 1545
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Elle était encore assez éveillée pour comprendre ce que Renan ne disait pas clairement puisqu'elle cerna le fait qu'il n'était pas d'ici. Le jeune homme se contenta tout d'abord de hocher la tête, il n'avait rien à cacher sur ses origines et il était peu probable qu'elle se donna le peine de vérifier si ce qu'il lui racontait était bien la vérité. Il n'avait cependant pas un accent à trancher au couteau, son oncle ayant bien insisté sur le fait qu'il devait s'en défaire autant que possible pour se fondre dans la foule.

« C'est français. »

Il n'en dit pas plus. Déjà parce qu'ils avaient autre chose à faire que de s'intéresser à sa vie privée, puis ensuite parce qu'en général les Américains avaient tendance à ne pas savoir où se plaçait la France sur une mappemonde, inutile de la barber avec des précisions supplémentaires.
La discussion dériva alors vers la compagne de Livia, apparemment elle était plutôt du genre à se gaver d'alcool. Pas plus glorieux que la drogue de l'avis du français, cette boisson empêchait aussi de se concentrer et de garder convenablement la maîtrise de soi. Elle déclara avoir d'autres délires que son amie et sur ce point, Renan la croyait sur parole ! Si les informations données par ses hommes étaient véridiques, elle devait revendre de la drogue, ce qui signifiait qu'elle en avait certainement beaucoup dans le sang. Vu la tête qu'elle tirait de toute manière, il était aisé de comprendre qu'elle ne tournait pas à l'alcool. Livia continua en avouant qu'elle n'avait pas le permis et que, de toute manière, elle n'était absolument pas en état de conduire. Là, encore une fois, le Breton la croyait sur parole. Le fait de parler d'Atia donnait une bonne raison à Renan d'aborder ce sujet, mais il fallait le faire en douceur.

« Ah ? Votre mère n'est pas du genre à apprécier les soirées comme celle-ci ? Elle est du genre stricte ? » Il haussa légèrement les sourcils comme si l'idée le surprenait. « C'est là tout le plaisir de ne plus avoir de mère qui veille sur nous. » Il parlait bien évidemment en raison de son âgé étant donné que sa génitrice était encore en vie. « Et si ce n'est pas l'alcool qui vous branche, qu'est-ce que c'est dans ce cas ? »

Il le savait déjà bien entendu, mais comme à chaque fois qu'il abordait une personne sur qui il avait des informations, le jeune homme devait pousser l'autre à tout lui avouer. Après tout, ils étaient censé ne pas se connaître ! Le français inspira légèrement alors que le bruit autour d'eux était toujours aussi assourdissant. Ce n'était pas son type de soirée, mais il ne s'en plaignait pas pour autant. Livia reprit la parole pour parler de la jeunesse, à l'écouter il avait presque le sentiment d'être un vieux près de la retraite ! Mais ce n'était pas le cas, il avait encore de bons restes logiquement. La junkie déclara qu'elle aimait venir ici parce qu'elle pouvait consommer sa drogue sans rien craindre comme représailles. Mais est-ce qu'elle ne faisait que fumer ? Si ses informations étaient véridiques, logiquement, elle tapait dans de la drogue moins délicate.
À ce moment, sa compagne trouva la force de rendre une partie de l'alcool qu'elle venait d'ingurgiter, ayant la délicatesse de ne pas l'asperger au passage. Il masqua sans peine son dégoût en se contentant de l'observer d'un air neutre, avant de reporter son attention sur Livia qui tapotait sur son portable. Renan lui laissa le temps de faire son petit manège pour trouver le moyen d'aider son amie, puis lorsqu'un autre jeune se présenta pour s'occuper d'elle, il considéra qu'ils allaient enfin pouvoir parler tranquillement. Le français resta muet alors que le prénommé Jayce soulevait l'alcoolique demoiselle pour disparaître avec elle.

Livia reporta son attention sur son compagnon du moment, sortant de sa veste une boîte métallique où elle semblait avoir toute sa réserve personnelle. Est-ce qu'elle allait jouer les revendeuses ou se contenter de fumer comme si elle n'était qu'une simple consommatrice ? Au fond, l'officier de la pénombre s'en moquait éperdument, il n'était pas ici pour défaire le Cartel, mais bien pour s'en approcher. S'il devait acheter de la drogue pour y arriver ma foi, il le ferait. À sa grande surprise, la jeune femme lui en proposa, il ne s'y attendait pas. Renan resta silencieux alors qu'elle continuait en émettant l'hypothèse qu'il puisse être un flic. Drôle d'idée ! S'empressant de la rassurer, il secoua la tête négativement.

« Moi, policier ? N'ayez aucune crainte, c'est loin d'être le cas. » Il était plutôt dans leur collimateur, enfin, en tant que vilain, pas en tant que civil. « J'ai eu quelques démêlés avec la police moi aussi alors vous n'avez rien à craindre de ce côté. » Il sourit d'un air amusé, décidément cette possibilité était vraiment surprenante ! « Quant à votre.... délire, je ne voudrais pas vous en priver en partie. » Tournant la tête vers elle, il ajouta quelques mots. « Habituellement les gens ne sont pas aussi prompts à partager, est-ce que je dois considérer que vous avez des réserves cachées quelque part sur vous ? » Un moyen comme un autre de savoir si elle revendait, bien qu'il avait déjà la réponse. « Une chance pour vous que je ne sois pas flic, sans quoi j'aurais été obligé de vous fouiller. » Une simple plaisanterie de manière à montrer qu'il savait aussi jouer avec les mots. « Pour être franc, je n'en consomme pas normalement et je suis peut-être trop vieux pour m'y mettre vu la moyenne d'âge de cette soirée ? »
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Sam 6 Avr 2013 - 16:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Renan la renseigna sur l'origine de son prénom. Selon lui, c'était français. Livia ne connaissait pas grand chose à la France, elle savait que c'était en Europe parce qu'elle savait où se trouvait les Pays-Bas et que c'était pratiquement en dessous. Il y avait juste un petit pays entre les deux, la Belgique. Elle n'était pas trop mauvaise en géographie, et on les avait suffisamment bassiné avec les guerres mondiales pour qu'elle visualise l'endroit. Venait-il de là-bas? Peut-être, vu ses manières un peu hors du commun. Elle ne prit pas vraiment la peine de relever, afin de répondre aux questions qu'il lui posait. « Stricte? Ouais non. Elle est plutôt cool sur pas mal de points, mais elle supporte pas les flics. Alors si je me fais choper comme une merde, ça la ferait vraiment chier de devoir venir me chercher, tout ça. » Un demi mensonge. Atia considérait que de se faire attraper par la police montrait qu'on avait manqué de vigilance, donc qu'on avait fais une erreur. Voir plusieurs. Et ça, c'était ce qu'elle n'aimait pas, ce qu'elle ne pardonnait pas. Mais Livia ne pouvait décemment pas l'expliquer à un inconnu, surtout qu'elle n'avait pas donné son nom de famille. Heureusement, elle avait assez de lucidité pour ne pas commettre d'erreurs. « T'a quel âge en fait? » demanda-t-elle, intriguée, mais il n'eut pas vraiment le temps de répondre car Clélia choisit ce moment la pour se sentir mal. Après avoir réglé la situation, que Jayce l'eut emmené et promis de veiller sur elle, Livia s'installa et sortit sa boîte pour se rouler un join. Cela répondait du même coup à la question qu'il lui avait posé, quant à savoir ce qui était son trip. Ceci n'en était qu'une partie, mais c'était la partie la plus importante, surtout depuis que Livia avait découvert que la marijuana atténuait les effets négatifs de la Meta-X. C'est grâce à cela, qu'elle n'avait pas eu l'idée de vérifier si elle pouvait voler, ou si elle était plus forte qu'un camion sur l'autoroute. La drogue qu'elle revendait chaque jour en quantité faisait des ravages, et elle ne se sentait pas coupable le moins du monde. Elle ne vendait qu'aux adultes -enfin pas aux mineurs du moins, car il fallait avoir les moyens de pouvoir s'offrir ce petit bijou, et elle considérait que chacun était responsable de ses choix, de ses actions. Si une personne décidait de prendre de la Meta-X en connaissance de cause et qu'elle en mourrait, c'était pas son problème.

Lorsqu'un éclair la traversa et qu'elle lui fit partager le doute qu'elle entretenait soudain à son sujet, Renan se mit à rire. Il la rassura, d'abord en lui disant que c'était loin d'être le cas -chose qu'un policier en civil dirait sûrement- avant d'avouer avoir eu quelques démêlés avec la justice. « Ah ouais? » Elle l'observa avec un peu plus d'attention. Livia était bien placée pour savoir que l'apparence ne fait pas l'individu et que, derrière ses airs de gentil garçon, il pouvait très bien être un dangereux psychotique. Elle avait du mal à y croire mais pourquoi pas, après tout. Légèrement paranoïaque, elle n'était pas effrayée pour autant. « Des réserves? Ah! Disons que j'ai touché hier, donc j'ai acheté pas mal avant de venir. Puis je partage pas avec n'importe qui, mais c'est pas pour quelques taffes sur un joint qu'on va pleurer! Si? » Un léger mensonge, mais Livia n'aimait pas dire qu'elle revendait. Elle avait une liste de client, qu'elle faisait vérifier et qu'elle triait afin de ne pas compromettre le nom des César. La police en aurait été trop heureuse. La plupart du temps, soit on la prenait pour une petite dealeuse de quartier, soit pour une fille avec des contacts. On venait souvent la trouver pour de la marijuana sans savoir qui était son fournisseur, juste en pensant qu'il y avait quelqu'un derrière. Si, dans le milieu scolaire, des rumeurs couraient et qu'elle avait grâce à cela obtenu un statut social élevé, elle prenait toujours soin de couvrir ses arrières. « Me fouiller? Mh. » Elle venait de sortir son pax. A l'intérieur, une belle gousse, et pourtant l'homme lui fit détourner son attention de cette petite merveille. Livia lui sourit, son regard se réchauffa et elle se rapprocha un peu de lui, referma le précieux petit sachet. « C'est une invitation? » chuchota-t-elle, et elle le détailla encore d'avantage, arrêtant son regard à des endroits qui ne laissaient rien à l'imagination. Il n'était pas désagréable à regarder, loin de la. Et l'âge ne lui avait jamais posé de problèmes. Mais quelque chose l'arrêta. Elle ne savait pas vraiment quoi. Peut-être n'avait-elle pas envie de se montrer trop expansive ce soir, ou peut-être n'était-elle pas certaine de pouvoir rester suffisamment consciente, suffisamment maîtresse d'elle-même, dans son état. Ou peut-être ne le sentait-elle pas dans le trip. Il était beaucoup trop lucide à son goût. Une bonne séance de sexe lui aurait fais du bien, mais elle aimait de un faire un peu courir ses partenaires, de deux ne pas risquer que ça dérape. Puis ils s'amusaient bien comme ça. « Dommage que vous ne soyez pas flic! » s'exclama-t-elle alors, et elle se remit à rire.

« Jamais jamais? Allez, faut bien s'y mettre un jour! » s'exclama-t-elle, en effritant avec ses doigts un peu de beuh qu'elle mit sur le tabac, pour faire un tiers deux tiers. Elle comptait bien le faire fumer avec elle, mais s'il n'avait vraiment jamais tiré de taffe, elle n'allait pas lui filer un pur. « J'ai pour principe qu'il faut toujours essayer avant de rejeter. Alors essayez, et puis...On verra ensuite? Si vous ne savez pas comment tirer, je peux vous faire une soufflette. » Il s'agissait pour elle d'inspirer la fumée et de la lui souffler ensuite dans la bouche. Pour cela ils devraient en quelque sorte s'embrasser, et lui devrait se tenir prêt à inspirer. « Mais vous êtes peut-être un peu vieux pour jouer à ça? » releva-t-elle avec une pointe d'ironie. Pour le moment ils ne faisaient que jouer, et discuter gentiment. Livia porta le tout à ses lèvres, sortant le bout de sa langue pour finir de coller le join et elle le roula afin qu'il soit le plus fin possible, le plus serré aussi. Lorsque ce fut fait, elle tapota du côté de la cale, sur la table, pour tasser le tout et elle sortit un briquet de sa poche. Elle se réserva la première taffe, qui devenait une urgence. Elle sentait la Meta redescendre à grande vitesse, et elle n'aimait pas cela du tout. Elle détestait les bad trip. Fermant les yeux, elle laissa la substance pénétrer dans son corps avec une certaine satisfaction. Elle venait d'Amsterdam. Elle était divine. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle fixa son regard sur Renan et lui demanda: « Alors, monsieur le français? Vous le faites seul ou vous voulez un coup de main? » Elle agrémenta le tout d'un clin d'oeil, et tira à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 6 Avr 2013 - 19:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4676
ϟ Nombre de Messages RP : 1545
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Le simple fait que Livia parle de sa mère comme d'une femme qui ne supportait pas les flics, suffisait à amuser Renan. S'il y avait une chose dont il était certain, c'était bien que la dirigeante du Cartel Rouge ne devait pas franchement être amie avec les autorités. Bien évidemment, il se contenta de rester neutre en hochant la tête pour faire comprendre qu'il voyait de quoi elle voulait parler. Nombreux étaient les citoyens à ne pas porter les autorités dans leur cœur, il n'y avait donc rien de bien surprenant à ce qu'une mère soit agacée par l'idée de devoir venir chercher sa fille chez les policiers ! L'essentiel était de ne pas trop axer ses questions, s'il en posait une ou deux sur des sujets épineux, Livia pourrait mettre tout cela sur le compte du hasard, mais à trop s'acharner sur tout cela, il risquait d'éveiller ses soupçons. Elle avait beau être sous la coupe d'une drogue, ce n'était pas pour autant que le Breton devait la sous-estimer.

Elle lui posa une question sur son âge, mais il n'eut pas le temps d'y répondre puisque l'amie de Livia se débrouilla pour attirer l'attention à elle pendant quelques instants. Au final, lorsque les deux jeunes s'éloignèrent, la César reprit la parole pour le regarder avec une attention plus appuyée. Certainement parce qu'il venait de lui avouer qu'il connaissait les problèmes que l'on pouvait avoir avec les flics. Ce n'était certainement pas ce qu'elle attendrait, il avait juste eu des ennuis avec les autorités à cause de son boulot, mais s'était toujours débrouillé pour avoir l'air innocent. En somme, pas le type de personnes qu'elle devait aimer fréquenter. Il aurait peut-être eu plus de chances en envoyant Crystal s'occuper de Livia vu qu'elles semblaient être du même type, mais quelques fois, il fallait tenter la variété pour essayer d'appâter une cible importante. Et la jeune femme en était une ! La brune continua alors en réagissant plutôt positivement à l'idée qu'il puisse devoir la fouiller s'il avait été flic et visiblement, Renan passa le test avec un certain succès. C'était toujours bon à savoir, même si dans l'esprit de l'agent de SHADOW il n'était pas question de s'aventurer sur ce terrain-là à moins d'y être obligé. À comprendre, qu'il ait échoué avec toutes ses autres idées !

« Je suis certain que c'est préférable que je ne le sois pas. »

Parlait-il sérieusement, ou pour ce qu'il venait de suggérer ? Allez savoir, il était clair qu'ils avaient une assez grosse différence d'âge et certains étaient gênés par ce genre de détails. Pas lui, mais ce point n'était pas connu de la demoiselle. Aux yeux de l'officier de la pénombre, l'âge, le sexe, la nationalité et d'autres « détails » de ce genre n'entraient pas en ligne de compte dans une mission. Et en l’occurrence, Livia en était une.

« Et étrangement, vous ne me faites pas l'impression d'être le type de femme qui a besoin d'une invitation pour faire ce qu'elle veut. »

Il avait bien dit « femme » et pas « adolescente », même si au final Livia entrait davantage dans la seconde catégorie selon ses critères. Une manière de la flatter un peu ? Sans aucun doute ! Les individus comme Livia appréciaient généralement d'être considérés comme plus matures ou âgés qu'il ne l'étaient réellement. Mais peut-être qu'il se trompait, la brune avait l'air différente de ceux qu'il avait l'habitude de côtoyer.

Apparemment son aveu sur le fait qu'il ne consommait jamais ce genre de choses, avait étonné la jeune femme. Il prenait le risque de passer pour un coincé ou un homme qui avait peur de faire de nouvelles expériences, mais cela ne l'inquiétait guère. Lorsque vous deviez avoir l'air d'un homme irréprochable, mieux valait l'être. Il n'avait qu'une identité civile et celle-ci se devait d'être parfaite. Comme il était fort probable que Livia se renseigne sur lui s'ils étaient amenés à envisager de se revoir, Renan préférait dire la vérité en ce qui concernait son identité civile. La meilleure manière de mentir était bien souvent de dire une grande partie de vérité. Enfin vérité, sur ce qu'il voulait bien montrer, ce n'était pas demain qu'elle apprendrait qu'il n'était pas ce qu'il prétendait être ! Livia reprit alors la parole en lui annonçant qu'elle ne rejetait que les choses qu'elle avait essayées, ajoutant une boutade sur son âge. Elle ne savait même pas s'il était aussi vieux qu'elle le prétendait, mais lorsque vous n'aviez pas vingt ans, tout le monde devait avoir l'air vieux. Il esquissa un sourire amusé avant de répondre d'un ton léger.

« Je n'ai même pas trente ans et j'ai déjà l'impression d'être bon pour la maison de retraite. Vous savez calmer les hommes d'une manière efficace ! »

Il tourna la tête vers Livia alors qu'elle allumait son joint pour tirer dessus. Ce n'était certainement pas son but de le railler, l'ironie qui filtrait dans ses mots l'indiquait clairement, mais c'était simplement une manière de montrer qu'il avait compris qu'une large différence d'âge existait entre eux. Comme la jeune femme lui posait finalement une question, Renan répliqua après seulement quelques secondes de réflexion.

« Mieux vaut que je sois capable de me débrouiller seul, sans quoi je serai obligé de requérir votre aide à chaque problème que je pourrais avoir. » Pas qu'il serait gêné par l'idée de pouvoir la surveiller plus souvent. « Vous avez l'air suffisamment occupée comme ça. »

Il le pensait, même si logiquement rien ne le montrait dans son comportement. Une perche tendue pour qu'elle admette ce qu'il savait déjà. Le français attendit calmement que la demoiselle lui fasse passer son « tripe », mais ce qui l'intéressait réellement était bel et bien ce qu'elle pouvait lui dire et non ce qu'elle voulait lui donner. L'air de rien, Renan lâcha une dernière question.

« Et votre mère sait que vous avez ce genre de... Loisirs ? Je présume qu'elle ne serait pas ravie de savoir que vous traînez avec des personnes aussi vieilles que moi ? »

Il souriait légèrement, glissant une boutade pour camoufler le fait qu'il visait un sujet particulier.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 7 Avr 2013 - 17:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
« Tout dépend avec qui. » répondit Livia, avec un léger sourire. Renan n'avait pas l'impression qu'elle était du genre à avoir besoin d'une invitation. Soit il la connaissait, soit il l'avait rapidement cerné. Dans tous les cas, cela faisait de lui quelqu'un d'assez malin. Il n'avait pas tord, ceci étant dis. Livia ne demandait jamais la permission de faire quoi que ce soit. Elle y pensait -parfois- puis elle agissait et se dressait face aux conséquences, bonnes ou mauvaises. Elle était ainsi, on l'avait élevée pour qu'elle suive ses désirs et qu'elle en paie le prix. On lui avait inculqué de grandes valeurs. Son éducation avait du bon, comme du mauvais. Pas mal de mauvais, aux yeux des gens normaux, mais qui étaient-ils pour juger? Souriant à Renan, elle commençait à se poser certaines questions, derrière les réminiscences de drogue que le joint parvenait à distiller. Elle redevenait un peu plus lucide, ou du moins elle retrouvait son état normal. Il n'agissait pas comme quelqu'un qui vient à ce genre de soirée le devrait. Il était amusant, bien sur, à dénoter, mais pourquoi venir ici s'il ne connaissait personne? Ou s'il était plutôt mal à l'aise? Elle aurait pu poser toutes ces questions mais elle préféra les garder pour elle, agissant comme si elle était toujours sous influence, comme si elle ne se contrôlait pas vraiment. « Même pas trente ans? Bon à savoir, je ne voudrais pas dévergonder la vieillesse! » s'exclama-t-elle en riant, avant de tirer une autre taffe sur le pétard qu'elle avait entre les doigts. Elle se sentait beaucoup mieux. L'inconvénient de la Meta-X, c'était surtout la descente. Lorsqu'on passait au stade qui suivait l'euphorie, la substance devenait dangereuse et Livia était parvenue à la contrer de manière efficace. Elle aurait sûrement du faire partager cette découverte avec ses clients, et elle le faisait avec certains. Mais pour la plupart, ils assumaient le trip complet.

Son corps entier picotait, comme s'il se réveillait d'une longue nuit. Elle soupira d'aise, alors qu'il lui répondit préférer s'en occuper tout seul, afin de ne pas devoir recourir à son aide de manière perpétuelle. Cela aussi, déclencha une espèce d'alarme. Depuis quand est-ce qu'on refusait une occasion d'avoir un contact intime avec une jeune fille, dans ce type de soirée? Pourquoi s'y rendre? Peut-être ne voulait-il pas profiter de son "état de faiblesse" en la pensant sous trop grande influence pour prendre des décisions claires. Eviter une accusation de viol aussi, qui sait. Ou alors c'était peut-être juste une bonne personne, avec des valeurs, qui la trouvait jolie, sympas, et qui avait envie d'être respectueux. Mais ce genre de type, Livia n'en avait jamais rencontré. Aussi alimenta-t-il sa méfiance, à mesure que l'amnésia pénétrait dans son sang, chassant les relents désagréables de Meta. « Occupée? Dites donc je ne suis pas blonde, je sais faire plusieurs choses à la fois ! Tenir une conversation et dévergonder les jeunes vieux, par exemple. » Elle lui fit un clin d'oeil, et lui tendit son joint, qu'il prit presque à contre coeur. Il fit alors une nouvelle remarque sur sa mère, et cela acheva de la rendre méfiante. Il posait pas mal de question au sujet d'Atia, sans jamais la nommer, comme pour l'étudier, connaître son comportement. On avait déjà tenté de s'en prendre à Livia pour toucher la chef du Cartel, heureusement la gamine avait toujours été maligne et avait pu s'en tirer sans trop de soucis à chaque fois, jusqu'à ce qu'on comprenne qu'il valait mieux éviter ce type d'approche. Vu ce qui était arrivé au dernier...Atia avait tenu à ce que Livia observe, et c'était gravé dans sa mémoire à jamais. Pas comme un traumatisme, non, plutôt comme une grande leçon. Quoi qu'il en soit le plus sage aurait sûrement été de s'en aller. Mais Livia n'était pas sage. Elle aimait le danger, était accro à l'adrénaline, voila la vraie raison qui la poussait à rester. Elle voulait sentir le danger la caresser, démolir le mur derrière lequel il se cachait pour regarder sa vraie nature droit dans les yeux. Cette idée l'excita, physiquement parlant, et elle croisa les jambes. Puis, d'un point de vue plus louable, si cet homme voulait s'attaquer à la famille César, il était intéressant de connaître son identité et son commanditaire, car nul doute que ce n'était pas la tête pensante de l'affaire qui viendrait en personne. Son esprit échafaudait déjà tout un plan. Délire paranoïaque de drogué ou instinct de survive efficace? A voir...

Quoi qu'il en soit, elle continua à lui répondre comme si elle n'avait rien remarqué. « Ce genre de loisir? Quoi, sortir avec mes amis? Je crois que toutes les mères de cette ville savent ça, et n'ont pas trop le choix d'accepter...On est jeune, il faut bien en profiter! Non mais plus sérieusement, ma mère est cool sur le sujet tant que je reste maîtresse de moi-même. Genre, pas abuser sur les substances, pas vomir dans le hall d'entrée...C'est arrivé une fois, elle m'a engueulé parce que j'avais pas ramassé directement. Elle m'a réveillé dés qu'elle s'en est rendu compte, m'a donné un seau et m'a fait lavé, puis elle m'a dit bonne nuit et elle est partie bosser. C'est ma mère quoi. Elle a des principes un peu...Bizarre sûrement. Mais c'est ma mère, je l'aime, elle sait que je ferais jamais rien d'irrespectueux envers elle ou quoi, et comme elle a pas des masses de règles, bah je peux bien les respecter, non? Ca me coûte pas plus cher et ça aide à la bonne entente. » Elle haussa les épaules pour ponctuer sa phrase, comme si c'était logique. L'histoire du seau était véridique, et ce qu'elle racontait aussi. Atia ne lui était jamais tombé dessus pour la drogue ou pour quoi que ce soit à partir du moment où elle faisait son travail, où elle ne se faisait pas attraper par les flics. Les valeurs d'une famille criminelle...Toute une histoire! « On compare nos mères en fait? Allez, que dirais la vôtre, jeune homme, si elle savait où vous vous trouviez? » Elle riait tout en discutant, puis elle remarqua que le joint s'était éteint dans la main de Renan sans qu'il n'y touche. Elle le reprit, approcha son briquet pour le rallumer et tira dessus pour que le feu reprenne, avant de le lui rendre. « Bon je t'explique: Tu mets en bouche du côté de la cale, tu aspires la fumée en la bloquant dans ta bouche, puis une fois que tu as la quantité, tu l'aspires dans ta gorge en bloquant le réflexe qui te fait tousser. Ca a l'air compliqué comme ça mais tu vas vite piger. Une fois que toute la fumée est descendue, tu attends une ou deux secondes, limite tu comptes dans ta tête, et tu souffles le tout. Pas compliqué hein? J'en ai pas mis trop, histoire que tu sois encore en pleine possession de tes moyens! » C'était un demi mensonge car même si elle ne lui avait pas servis un pur, Renan serait défoncé à la première taffe. S'il n'avait pas menti sur le fait qu'il n'avait jamais fumé, cela le rendrait suffisamment joyeux pour peut-être délier sa langue. Il était probable que Livia se fasse des idées, mais on n'était jamais trop prudent. Si elle avait tilté plus tôt, elle aurait émietté un peu de meta-x dans le joint. Elle n'avait jamais essayé, mais ça devait avoir un effet sympathique. Elle y pensera, la prochaine fois. « Enfin vous. Désolée, parfois je perds un peu pied quand je fume trop. » s'expliqua-t-elle, et elle l'observa suivre ses instructions. C'était assez comique à voir, il semblait se concentrer pour faire les choses correctement et, bien évidemment, il se mit à tousser lors de son premier essais. « C'est normal, il faut un temps d'adaptation. Inspirez un bon coup pour que tout sorte, puis réessayez. Il faut tirer au moins la moitié du joint avant de dire si on aime ou non! » On aurait dit une mère ou une grand-mère en train de convaincre un enfant de manger un plat à l'allure étrange. Cette idée la fit rire à nouveau, mais elle ne lui expliqua pas pourquoi. Les joyeusetés de la marijuana, il en faut peu pour être joyeux!
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 7 Avr 2013 - 20:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4676
ϟ Nombre de Messages RP : 1545
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Il ne doutait pas une seule seconde du fait qu'elle soit capable de faire plusieurs choses en même temps, cependant ce n'était pas dans ses habitudes d'accepter l'assistance de la première personne venue. Il avait été éduqué pour se démerder seul et étrangement, quelque chose lui disait qu'entrer totalement dans le jeu de Livia ne lui serait pas forcément favorable. Renan se contenta de saisir le joint qu'elle lui tendit tout en l'écoutant avec patience. Elle allait certainement le prendre pour un gars vraiment étrange, il ne restait qu'à espérer que cela serve ses intérêts.
La jeune femme reprit la parole pour répondre à ce qu'il venait de lui demander à propos de sa génitrice et elle lui fit simplement savoir que la sienne était très tolérante sur ce point du moment qu'elle savait se maîtriser. Pas très surprenant vu la position qu'Atia avait, mais c'était un point qui pouvait sembler étrange venant d'une mère « normale ». Enfin d'une comme celle de Renan du moins, peut-être que celles qui vivaient en Amérique étaient différentes ? Vu le résumé que la jeune femme faisait de la relation qu'elle avait avec sa mère, il était aisé de comprendre que la vie avec Atia ne devait pas forcément être très difficile en considérant le fait que l'on était capable de respecter ce qu'elle imposait comme instructions. Ils s'étaient déjà rencontrés plusieurs fois, du moins en tant que Tesla et Atia, pas sous son identité civile. Renan avait cru comprendre qu'elle savait se faire respecter et les explications fournies par Livia ne faisaient que confirmer tout ceci. Toujours est-il qu'il ne devait pas trop s'attarder sur ce sujet et lorsqu'elle lui balança une réplique sur sa mère à lui, il se contenta de hausser les épaules.

« Elle a l'air très cool en effet, dommage qu'il n'y en ait pas plus comme elle. » Heureusement plutôt, sinon SHADOW aurait du souci à se faire. « La mienne me sermonnerait sur le fait que je parle à des inconnues. Des filles qui plus est. » L'idée était amusante à n'en pas douter, pourtant elle était véridique. Madame Le Guerec n'aimait pas voir son fils parler à des filles, surtout beaucoup plus jeunes que lui. « C'est un sujet assez bête je sais, mais disons qu'en général les jeunes aiment bien se plaindre de leurs parents, comme je ne peux pas vraiment parler de mes cours à la fac, il fallait bien que je trouve quelque chose pour briser la glace non ? »

Il ne se justifiait pas, c'était simplement en réponse à la légère moquerie qui était dissimulée derrière les paroles de Livia. Qu'elle le croit sur parole ou non était impossible à déterminer, Renan allait simplement devoir laisser ce sujet de côté pour la soirée. L’œil d'aigle de l'adolescente ne manqua pas de remarquer que le français n'avait pas encore touché à ce qu'elle lui avait donné. En avait-il l'intention ? De prime abord non, c'était mauvais pour sa concentration sur la mission. Surtout qu'il ignorait si la brune prenait ses joints purs ou encore si elle y glissait quelques autres substances. Mais à moins de la planter là et de ruiner sa tentative d'approche, il allait devoir donner de sa personne, malheureusement pour lui.

Lorsqu'elle lui rendit le joint, la demoiselle lui offrit quelques instructions supplémentaires histoire qu'il sache comment s'y prendre. Sachant que le Breton avait un peu menti sur son passif avec la drogue, il savait à peu près comment s'y prendre, mais cette période remontait à plus d'une dizaine d'années et son corps ne savait plus ce que c'était que de consommer ce genre de substances. Il craignait le pire au niveau de sa réaction, sans compter qu'il n'avait pas l'assurance qu'elle disait bien la vérité concernant la quantité de drogue glissée dans le joint. Portant ce dernier à ses lèvres, le français effectua donc toutes les opérations citées par Livia et ne parvint pas à retenir une quinte de toux qui lui venait. Bordel, il avait totalement oublié ce que ça faisait ! Après une réplique destinée à le rassurer, la jeune femme ricana sans raison valable, mais Renan ne s'en soucia pas sur le moment, il réitéra l'opération précédemment effectuée pour constater que les effets commençaient déjà à se faire sentir. Une chaleur commença par l'envahir, puis ce fut comme si son cerveau commençait petit-à-petit à se laisser envahir par une douce musique qui lui montrait les choses sous un angle légèrement moins pragmatique. C'était ce qu'il détestait le plus dans cette affaire d'ailleurs, le fait qu'il perdait sa froideur et son pragmatisme naturel. Cette fois-ci, Renan ne toussa pas, mais ce n'était pas pour autant qu'il était ravi de la situation. Son esprit oscillait entre un « je m'en fiche » et un « je suis en train de faire une connerie ». Un peu comme si les connexions entre les différentes parties de son cerveau ne fonctionnaient pas correctement. Et elle disait que c'était un joint léger ? Il eut comme un léger doute, même si son côté prétendument novice devait normalement l'empêcher de savoir ce genre de détails. Après quelques instants, il tendit le joint à Livia tout en tournant la tête vers elle.

« Et ça c'est juste un léger ? Bordel, je crois que le coup de l'âge, ce n'est pas si faux. C'est plus du mien en tous les cas. » Il essayait de débiner ? Peut-être un peu. Renan n'appréciait pas la perspective de se retrouver à la merci du premier con venu, surtout s'il se faisait contrôler par les flics. Imaginez, perdre des années d'une vie parfaite juste à cause d'une connerie comme celle-ci ! « Je crois qu'on peut laisser le vouvoiement de côté, sauf si tu y tiens. » C'était un peu plus dur de rester poli lorsque vous aviez déjà des difficultés à rester vous-même. Autant ne pas s'embarrasser de détails de ce genre. « Je pense que ça ne doit pas te faire le même effet si t'en as l'habitude. » Question rhétorique, il ne s'agissait que d'une réflexion logique. Renan détourna son attention de la jeune femme pour observer les silhouettes qui se trémoussaient sur la piste non loin de là. « Et tu donnes souvent des cours de fumette à des vieux ? » Il sourit sans raison valable avant d'ajouter quelques mots. « Pas que j'ai vu beaucoup de vieux comme moi dans le coin cela dit. »

Pas des coincés du moins, sûr qu'il devait faire tache dans le décors !
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 8 Avr 2013 - 10:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Renan lui parla de sa mère. C'était bizarre qu'il ai répondu, mais il fit bien rire Livia. Elle avait toujours pensé que les mères de garçon étaient plutôt fières de les voir s'épanouir avec les filles. Si un jour elle avait un môme, elle lui offrirait un cadeau pour sa première fois et elle s'amuserait à le voir ramener des filles. Bon bien sur, elle aimerait sûrement qu'il trouve une meuf correcte. Ou pas...C'était bizarre de penser à ça pour elle, qui n'avait pas d'attaches. Enfin elle pouvait toujours faire comme sa mère...Livia se débrouillait pas mal dans la vie sans figure paternelle. Du moins elle en avait l'impression. Les mères françaises devaient être différente. Elle avait toujours cru les européens plus libres...Ou peut-être que la mère de Renan faisait exception? Dans le genre vieille catholique coincée? La culture française se limitait, pour elle, à la nourriture et à Paris. Ce n'était pas vraiment son domaine de prédilection, même si elle avait déjà pensé à voyager un peu. Mais bon, des obligations autrement plus importante l'en empêchait.
Elle lui donna ensuite quelques explications sur la façon de procéder avec un joint, avant de répondre à ce qu'il venait de lui expliquer autant sur sa mère que sur lui. Etais-ce une manière de gagner du temps afin d'éviter d'avoir à tirer une taffe, voir plusieurs? Peut-être. Mais il n'y couperait pas, elle y veillerait. Non pas que droguer des gens fassent partie de son délire, mais dans ce cas ci cela ne pouvait être que bénéfique. Puis elle se méfiait toujours. « Ca a du être super marrant l'enfance! Je comprends un peu mieux...Quelle plaie. » ajouta-t-elle plus bas, comme pour elle-même. Cela ne faisait pas taire ses alarmes internes mais ça avait le mérite de l'amuser, que ce soit vrai ou non. Ca aurait pu constituer un justificatif acceptable à son comportement, si Livia avait été crédule. « J'espère que ça t'a pas empêché de tirer ton coup? A ton âge ce serait dommage, ça me fais penser au film la...Avec le type de quarante ans qui n'a encore jamais couché avec une meuf. Parce que si tu l'as jamais fais, il faut t'y mettre d'urgence. C'est trop bon que pour passer à côté! » s'exclama-t-elle, et on aurait pu croire que la drogue parlait encore sauf que la simple idée qu'on puisse être resté puceau pendant toutes ces années la stupéfiait sur place. Il n'avait rien dit de tel bien sur, elle avait extrapolé dans une hypothèse, au départ pour rire. Mais bon, on sait jamais...« Des études à la FAC? Pourquoi est-ce que tu ne pourrais pas en parler? En général les étudiants de fac ne peuvent pas s'empêcher d'étaler leur science et de se mettre en avant, tout fier d'être la où ils sont. Un jour tu colleras peut-être à un cliché? » Elle lui fit un clin d'oeil, pour lui montrer qu'elle était simplement taquine.

Il commençait à s'étouffer, à tousser en recrachant la fumée. Il tira une seconde fois, comme pour suivre ses instructions, et si cela semblait mieux passer qu'auparavant, il le lui rendit assez rapidement. Elle l'observait avec attention, le fait que ses paupières avaient la bougeotte était un signe clair de défonce. Sa tension devait être en train de chuter alors que son esprit montait vers des sphères plus hautes. Livia essayait de se rappeler la première fois où elle avait fumé un joint, sans vraiment y parvenir. Elle avait commencé vers l'âge de quatorze ans, et quand Atia l'avait découvert, ç'avait failli mal tourner...Jusqu'à ce qu'elles trouvent ensemble un moyen de mettre cette addiction à profit. Ainsi étaient nés les Centurions.
Renan semblait étonné que ce qu'il venait de fumer puisse être qualifié de léger. Cela fit rire Livia, toujours à moitié dans son rôle. « Bah! Je suppose que pour moi, c'est léger ouais. Parfois j'oublie ce que ça peut faire quand on a pas l'habitude. Faut dire, ça fais des années que je fume... » Elle ne le disait pas avec fierté ni même avec honte, comme la plupart des gens. Elle l'énonçait comme un fait, c'était ainsi et pas autrement. Si ça ne plaisait pas à quelqu'un, il pouvait toujours venir le lui dire en face. « Ouaip on peut faire ça! Si on se recroise à la banque ou dans un graaaaand restaurant je te vouvoierais de nouveau, mais bon ici...Ca cloche! » Il fallait bien se rendre à l'évidence, c'était amusant mais un peu ridicule à la fois. Renan lui demanda alors si elle donnait souvent des cours de fumette à des vieux, ce qui la fit rire. Il ajouta qu'il n'en avait pas vu beaucoup par ici. Elle observa alors la foule autour d'eux. La moyenne d'âge était de dix huit ans, il y avait des plus jeunes comme des plus âgés mais c'était difficile d'évaluer exactement à combien. « Oh tu sais c'est un cliché de croire qu'on arrête de faire la fête à dix neuf ou vingt ans. Il y a ici des gens plus âgés, mais on ne les remarque pas, parce qu'ils sont maquillés, habillés, qu'ils se fondent dans la foule. Puis ya l'inverse aussi. Comme par exemple tiens, tu vois la meuf la? Sur la piste, la petite blonde avec une jupe bleu électrique et des chaussures en cuir? » Elle la désigna d'un signe de tête, et laissa à Renan le temps de la trouver avant de poursuivre. « On va au même Lycée, elle a quinze ans maximum. Pourtant elle en fait largement dix huit, non? La joie des artifices...Du coup si tu veux t'en choper une, essaie de lui demander discrètement sa carte d'identité. Faudrait pas que tu finisses pédophile! Je pense pas que c'est une carrière qui t'irait bien. » Elle plaisantait toujours, même si ce n'était peut-être pas le sujet adéquat pour cela. Mais bon, Livia n'avait pas vraiment d'inhibition de base alors sous influence...C'était inutile de même penser au mot.

« Pourtant ça m'étonne, t'a dis que tu étais à la FAC. Ya pas de fêtes là-bas? On a toujours l'impression que si, dans les films. Tu sais genre...American Pie ou un truc du style. C'est un gros cliché de dire que tous les étudiants fument et boivent comme des trous? Aaaah la déception... » Soupira-t-elle d'un air théâtral. Non pas qu'elle avait pour projet d'aller étudier à la FAC, mais bon. Quoi qu'il y avait un business assez intéressant à mettre en place dans ce genre de communauté qui pourrait faire au moins doubler ses bénéfices habituels. elle verrait le moment voulu, il lui restait encore une année à tirer au Lycée. « Et tu fais quoi comme études? » Elle posait ses questions l'air de rien, comme si ça l'intéressait vraiment. Ca servait habituellement à faire la conversation, mais elle irait bien entendu vérifier si ce qu'il lui racontait était vrai, ou si comme elle le pensait, il y avait anguille sous roche. C'était peut-être aussi tout simplement un type qui mentait dans l'espoir de l'impressionner et de la mettre dans son lit, mais vu qu'il ne sautait pas sur les portes ouvertes qu'elle lui laissait, elle en doutait. C'était ce qui lui avait le plus mit la puce à l'oreille, en réalité. Non pas qu'elle se pensait irrésistible, loin de la, mais tous ceux qui étaient ici de manière réglo, si on pouvait dire, cherchaient de la drogue, du sexe, de l'éclate complète. Ce n'était visiblement pas le cas de Renan. Portant le joint à ses lèvres qui avait été déjà entamé de moitié, elle tira une longue taffe, qu'elle laissa pénétrer avec bonheur quoi qu'elle commençait à avoir faim. Elle aurait bien été se faire un McDo, quoi que sur les docks ça risquait d'être compliqué. Elle aurait pu aller jusqu'au Circus, mais voir une fille de dix sept piges y entrer aurait attiré les soupçons de Renan, s'il était clean. Puis cela restait une organisation criminelle clandestine et elle n'allait pas y amener le premier venu. « J'ai la daaaaaalle. » soupira-t-elle, mais elle continua de fumer malgré le fait que ça lui ouvrait l'appétit. Pourquoi s'en priver?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 8 Avr 2013 - 15:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4676
ϟ Nombre de Messages RP : 1545
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
L'enfance avait-elle été marrante ? D'une certaine manière oui sachant qu'il n'avait pas été élevé par sa génitrice, mais bien par son oncle qui était légèrement plus... Souple ? Pouvait-on parler d'un homme qui était le chef d'un organisme secret, comme d'une personne amusante ? Disons simplement que Jack – son oncle – avait été beaucoup moins regardant sur les mauvaises fréquentations de son neveu que sa belle-sœur ne l'aurait été. La question que Livia lui posa alors ne manqua pas de le faire rire, légèrement. Décidément, les jeunes étaient presque tous axés sur le sexe. À ses yeux c'était plus que secondaire et pour être franc, lorsqu'il avait l'âge de la jeune femme, s'il s'était intéressé à ce point, c'était surtout pour ne pas trop se démarquer des autres. Vu la manière dont elle en parlait, il pouvait sans trop de peine penser qu'elle devait être du genre à ne pas hésiter à coucher avec le premier venu. Tant mieux si elle prenait son pied de cette manière, il en fallait pour tous les goûts. La réplique sur la fac n'avait d'ailleurs pas échappée à la demoiselle qui l'interrogea sur ce sujet. Renan n'avait jamais été très doué à l'école, non par manque d'intelligence – même s'il était dans la moyenne normale et ne se distinguait pas de la masse – mais simplement par manque d'envie.

« Ça va, elle ne m'a pas pisté toute mon adolescence. » Sans compter qu'il avait été marié et que sa femme était tombée enceinte. Glissant instinctivement son regard vers sa main où son alliance avait été pendant quelques temps, il haussa finalement les épaules. « Et j'en parle pas parce que je ne suis pas doué dans mon domaine. Je ne crois pas que ce soit le meilleur moyen de me mettre en avant du coup. »

La légèreté prétendue du joint de la demoiselle la faisait apparemment rire. Si elle fumait depuis aussi longtemps qu'il le soupçonnait, il était parfaitement compréhensible qu'elle ne se rende pas compte qu'il y avait la dose ! C'était comme à l'époque où il fumait des cigarettes, la tendance à en consommer toujours plus faisait que la sensation de satisfaction après en avoir fumé une, devenait de plus en plus courte. Ils optèrent donc pour un tutoiement davantage adapté à la situation et Livia enchaîna sur le sujet de l'âge, après avoir regardé les environs. Renan la croyait sur parole lorsqu'elle déclarait que les filles présentes ici avaient rarement l'âge qu'elle avait l'air d'avoir. Le contraire était plus difficilement réalisable, mais il était évident qu'une majorité des filles ici ne devaient pas encore avoir leurs vingt-et-un ans. S'il avait décidé d'en ramener un chez lui, il aurait surtout risqué de se retrouver au commissariat avec un dossier de délinquant sexuel sur le dos. Lorsque la César lui parla d'une blondinette, il mit quelques instants avant de la repérer, mais trouva rapidement la jolie concernée. Livia lui avoua qu'elle n'avait peut-être pas quinze ans et le français ne put s'empêcher de rire légèrement. Tournant la tête vers elle, il haussa les épaules.

« Il n'y a pas de risques, je me disais bien qu'il n'y aurait rien pour moi à cette soirée, je ne compte pas en aborder une ce soir. » Une légère pause s'installa. « Et toi je dois te demander ta carte d'identité aussi ? » Sous-entendu pour lui dire qu'il comptait l'aborder finalement ? Allez savoir. « Et si ce n'est pas une carrière pour moi, je dois comprendre qu'il vaut mieux que je tape dans les Cougars ? »

Le jour où il allait se ramasser une réputation de pédophile n'était pas encore arrivé. Déjà qu'il avait du mal à s'intéresser aux femmes – pas que les hommes le branchaient évidemment – ce n'était certainement pas pour taper dans les gamines. Même si au fond, l'âge n'avait pas d'importance pour lui s'il s'agissait d'une mission, il n'avait pas de limites dans ce cas. Livia relança le sujet sur la fac, lui demandant s'il n'y avait pas de fêtes dans ce type d'endroits. Si, sans aucun doute. Il n'y avait jamais vraiment été, son oncle lui avait dit de s'y inscrire pour faire « acte de présence » et utiliser ça comme couverture, mais il n'y avait jamais vraiment mis les pieds. Apparemment Livia avait l'air impatiente de pouvoir y aller et vu qu'elle parlait du lycée, il fallait comprendre qu'elle était encore une gamine comme la plupart des personnes présentes ce soir.

« J'en sais rien pour être franc. Je n'habite pas sur le campus, j'y vais uniquement pour les cours et ça fait un moment que je n'y ai plus été. Je ne suis pas assez jeune pour étudier sans avoir besoin de bosser à côté. » Sa tête avait toujours autant de mal à se remettre sur le bon chemin, des idées lui venaient soudain à l'esprit et il devait les dire alors qu'il n'en avait pas l'envie. « En fait si j'y suis allé, c'était surtout pour faire plaisir à la personne avec qui j'étais à l'époque, mais je n'y vais plus depuis quelques temps. » Il ne mentait pas pour une fois, mais il ne comprenait pas pourquoi est-ce qu'il avait parlé d'elle. « C'était des études d'art, le truc pas très compliqué et qui permet d'avoir le sentiment de faire quelque chose si tu veux. »

Il haussa les épaules, détournant son attention de la blonde qui se dandinait toujours sur la piste, puis glissa son regard jusqu'au visage de la jeune femme à ses côtés. Elle disait avoir faim. Il ne devait pas y avoir grand-chose à manger dans le coin, ou alors des choses pas forcément très conseillées. Le français sourit légèrement, sans trop savoir pourquoi.

« Alors mange. Tu n'as pas un sandwich caché dans tes boîtes magiques ? » Il faisait référence à celle où elle avait sa drogue de dissimulée. « Et tu veux faire quoi à la fac ? À part les fêtes et les soirées un peu plus olé vu que j'ai cru comprendre que c'était ton truc. »

Il détestait parler sans avoir le temps de penser à ce qu'il allait dire, mais c'était plus fort que lui. Saleté de joint.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 9 Avr 2013 - 17:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
« Ah tu m'rassures! Sait-on jamais, je connais une fille dont les parents sont hyper protecteurs et exigeants vis à vis d'elle, et elle le vit super mal. » Il n'était peut-être pas temps d'épiloguer sur ce genre de sujet. Après tout ça devait faire quelques années que Renan ne vivait plus chez sa mère, du moins elle espérait pour lui. A son âge, enfin même si elle ne pouvait que l'estimer bien qu'elle sache qu'il aille moins de la trentaine selon ses propres dires, elle espérait être partie de chez sa mère. Non pas que Atia soit désagréable à vivre ou pose quelle que soucis que ce soit, mais l'indépendance était quelque chose de très important pour Livia. L'argent qu'elle gagnait, elle ne le dépensait pas en totalité et mettait de côté pour s'acheter un appartement bien situé, voir une petite maison. L'inconvénient des appartements, c'était le voisinage. Mais bon, ses projets d'avenir n'étaient pas spécialement à l'ordre du jour, Renan le lui rappela en expliquant qu'il ne parlait pas de la FAC simplement parce qu'il n'était pas très doué en son domaine. Elle se contenta d'hausser les épaules. Que pouvait-on répondre à ça? Personne n'est parfait, et un petit génie ne serait certainement pas à ce genre de soirée. Chacun son chemin, être doué à l'école n'était pas obligatoire pour réussir sa vie. Il suffisait de voir sa mère, son grand-père, ou bien elle-même. Ils repartirent sur un sujet plus joyeux, ou plutôt moins désagréable, évoquant parfois le gouffre qui séparait apparence physique d'âge réel. Pour appuyer son propos, Livia lui désigna une fille qu'elle connaissait du Lycée. Renan lui répondit qu'il n'y avait pas de risques qu'il aborde quelqu'un ici ce soir. Elle ne pu s'empêcher d'hausser un sourcil. Pourquoi l'avait-il aborder, dans ce cas? Ce petit commentaire ajouta une pierre à l'édifice de sa méfiance, bien qu'il essaie de rattraper son coup juste après. « Pas besoin. J'ai presque dix huit ans, si tu veux tout savoir... Je sais on dirait pas. » Livia faisait partie de ces filles qui pouvaient paraître plus vieille de cinq ans avec un peu de maquillage et la tenue adaptée, tout en pouvant paraître plus jeune de cinq années avec un tout autre style. Elle était difficile à classer, difficile à jauger, elle était passe partout et démarquée, tout à la fois. Un étrange paradoxe, et ce mot à lui seul s'auto suffisait pour qualifier Livia César. « Du coup il ne faut pas t'inquiéter. Tu ne seras ni un pédophile...Ni la victime d'une couguar! Enfin, pas avec moi. Après je sais pas, il parait que les femmes plus âgées sont plus libérées... » Elle laissa la phrase en suspend quelques secondes, plongée dans ses souvenirs. Elle voyait difficilement ce qu'on pouvait faire de mieux qu'elle. En même temps, Livia était névrosée, surtout sur un plan sexuel. « T'aura qu'à essayer un jour, tu me diras? On pourra comparer. » Elle lui fit un clin d'oeil, mais n'alla pas plus loin. Plusieurs choses étaient sous-entendues: ils pourraient se revoir, ils pourraient s'envoyer en l'air. Elle n'explicitait rien, laissait peser le doute, et essayait de trouver le bon angle pour attaquer, pour obtenir des réponses.

La drogue commençait à faire son petit effet. Il prenait beaucoup moins de gants qu'au début, il semblait s'ouvrir aussi. Il commença à lui raconter quelques morceaux de sa vie -qu'elle soit réelle ou non. Il avait été à la fac pour faire plaisir à sa copine de l'époque, mais avait du arrêter pour bosser. Tout ce passage lui semblait véridique. Elle l'observait avec grande attention, tout en essayant d'avoir l'air de caler complètement sur ce qu'il disait. « Ouais si, je comprends. » répondit-elle. Etrange, la sensation qu'elle éprouvait en ce moment-même. Elle ne prit pas la peine de s'y attarder, certaine qu'elle n'apprécierait pas les découvertes qu'elle sous-tendait. « Parfois on commence un truc pour faire plaisir à une personne chère, et on se rend compte qu'on est doué pour ça. Dommage que ça ai pas été ton cas. C'est marrant, t'as une tête d'artiste avec des manières de banquier... » Elle pencha la tête sur le côté pour le détailler, et elle eu l'impression que son cerveau glissait lui aussi pour percuter sa boîte crânienne. Une sensation à la fois désagréable et sympathique, qui chatouillait et faisait danser des étoiles devant ses yeux. Elle cligna des paupières, et se rendit compte qu'elle avait faim. Alors elle en fit part à son compagnon d'un soir, qui lui demanda si elle n'avait pas des sandwich cachés dans sa boîte magique. Elle éclata de rire, le plus franchement du monde. « Oula, ce seraient des mini-sandwichs, pas de quoi fouetter un chat! Ni même manger le chat. Beurk ça doit être dégeu... » Elle secoua la tête. Elle allait continuer sur sa lancée, mais il lui demanda ce qu'elle voulait faire à la fac. La question aurait du passer et elle aurait du lancer un mensonge, ou bien dire qu'elle voulait justement s'amuser.
Sauf que non.

Elle entr'ouvrit les lèvres pour répondre, mais rien ne sortit. Elle fronça les sourcils, se rendant compte qu'elle n'y avait pas vraiment réfléchis. La FAC, c'était un sujet qu'elle abordait pour rire en général. Elle ne s'y était jamais vu y aller pour étudier, véritablement, mais plutôt pour étendre son business, créer un nouveau marché où elle pourrait dominer et attirer les regards approbateurs de sa mère. Y avait-il vraiment un domaine où elle excellait, suffisamment pour l'étudier en FAC? Elle n'était pas très forte en littérature ou même en histoire. Pas qu'elle s'en foutait, mais elle avait un problème avec les méthodes d'enseignement qui ne lui convenait absolument pas. Elle aimait bien découvrir des trucs par elle-même. Par contre, le cours de chimie, elle ne l'avait jamais manqué. Pas une seule fois, même au trente sixième dessous, elle s'était levée pour y aller. Clélia lui avait fait la réflexion une fois, d'ailleurs Livia avait choisi une orientation dans ce sens, sans savoir pour quelle raison. Elle pensait que personne n'avait remarqué. « Je sais pas... » murmura-t-elle, toujours plongée dans ses réflexions. Mécaniquement, elle tira une taffe sur son joint et se rendit compte qu'elle l'avait terminé. Elle le jeta dans un coin, après avoir vaguement vérifié s'il était bien éteint. « J'ai jamais eu l'impression d'être vraiment douée pour un truc. Juste...La chimie et la bio, ça ouais. Qui sait, peut être que j'essaierais ça? Au pire si ça ne marche pas, il restera les beuveries et les fêtes! » Elle avait commencé d'un air très sérieux, et elle l'était, avant de se rendre compte qu'il valait peut-être mieux ne pas discuter de ce genre de détails personnels avec un type qui prévoyait peut-être de se servir d'elle, de l'enlever, ou qui sait de la tuer, pour atteindre Atia. Réminiscences de drogue, ou bon feeling avec son interlocuteur? Livia n'en savait rien, et elle n'allait pas s'attarder sur le mystère social qu'elle représentait. Elle préféra se lever. « On s'arrache? J'ai besoin de prendre l'air, puis de trouver un truc à manger. A moins que t'ai envie de continuer la soirée ici...Mais j'ai l'impression que tu kiffes pas trop. On peut choper un taxi et aller au McDo, au Burger King...Je sais toujours pas ce que tu fais dans la vie, vu que t'es plus étudiant. Si ça se trouve t'es plein aux as et on se ferait bien un restau grand luxe? » Elle riait. Elle avait assez d'argent sur son compte pour se le permettre, mais de un elle n'allait pas le lui dire, et de deux elle avait vraiment envie d'un truc rapide, pas de se coltiner une entrée, un plat, un dessert, avec l'apéritif et tout le reste. Enfin, vu l'heure de toute façon...« Fin note à c't'heure ci c'est quasi le petit déjeuner, donc pourquoi pas un Starbucks... » Elle réfléchissait tout haut, et avait commencé à s'éloigner. A moitié, elle avait oublié Renan. De l'autre, elle se demandait ce qui allait arriver une fois qu'ils seraient quasiment véritablement seul. Y avait-il une embuscade à l'extérieur? Par acquis de conscience, elle aurait du envoyer un message à quelqu'un. Sauf qu'elle décida de se la jouer imprévisible. La poussée d'adrénaline face au possible danger l'excita sur bien des plans et la fit un peu sautiller au rythme de la musique, tout en se dirigeant vers la sortie. Elle sentit alors une présence dans son dos, et elle sourit, un petit sourire satisfait qui s'effaça quand elle se retourna pour danser avec le non-étudiant à la fac.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 10 Avr 2013 - 18:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4676
ϟ Nombre de Messages RP : 1545
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Elle parlait du sexe et de tout ce qui gravitait autour avec une relative aisance qui ne se trouvait pas chez tous les jeunes de son âge. Ou même chez les gens en général, comme s'il s'agissait d'un sujet tabou. Renan ne s'était jamais senti gêné par ce genre de discussion, il en parlait comme de la pluie et du beau temps, bien qu'il s'adaptait généralement à la personne face à lui histoire de ne froisser personne. Lorsque Livia émit l'hypothèse qu'ils puissent discuter de son expérience avec un couguar, le jeune homme se contenta de la regarder. Il appréciait le sous-entendu qui laissait comprendre qu'ils pourraient se revoir, c'était le signe évident qu'il était sur la bonne voie. Mais encore fallait-il qu'il continue sans se griller. Un bref sourire passa sur ses lèvres alors qu'il détournait son attention d'elle pour lâcher quelques mots d'un ton à la fois amusé et pensif.

« Avant de te parler, j'étais persuadé que tu étais lesbienne lorsque j'ai vu comment tu te comportais avec ta copine. »

Un mensonge bien évidemment, il se doutait parfaitement du fait qu'une femme uniquement attirée par son sexe, ne se laisserait pas tripoter par un homme comme Livia l'avait fait. Mais c'était une bonne raison pour qu'elle s'imagine qu'il était venu lui parler, non pour essayer de la draguer, mais bel et bien parce qu'il avait juste envie de discuter. De ce qu'il avait cru constater, les gens avaient tendance à lâcher plus rapidement leurs relations uniquement basées sur le sexe ou tout ce qui y était lié. En parvenant à retenir son attention d'une autre manière, il parviendrait peut-être davantage à la revoir histoire d'approfondir leur relation et par extension, ses recherches sur le Cartel.

Lorsque la jeune femme lui parla de sa « tête d'artiste », il ne put s'empêcher de lui jeter un coup d’œil. C'était étrange, son oncle lui avait dit exactement la même chose par le passé lorsqu'il avait essayé de le convaincre de se faire embaucher dans une boîte axée sur l'art, comme couverture. De ce qu'il savait de ce type de personnes, Renan avait plus tendance à penser que ce n'était pas forcément un avantage pour lui : les artistes avaient souvent une réputation de junkies et de personnes qui n'étaient pas dignes de confiance. Au moins se rattrapait-il avec ses manières « de banquier ». La comparaison ne manquait pas de l'amuser sans raison véritable. Juste parce que l'idée de se faire dans ce rôle était franchement bizarre, les chiffres ce n'était pas son truc en plus. Lorsqu'elle rigola après sa réplique sur ses boîtes magiques, le français la scruta du regard, profitant de ce bref moment où elle ne le surveillait pas, pour essayer de la sonder un peu.

« Et toi tu as des habitudes d'artistes si j'en crois ce qu'en dit la sagesse populaire. »

Il faisait référence au fait qu'elle fumait apparemment fréquemment des choses qui n'étaient pas vraiment légales. Après la question du français à propos de ses études, Livia resta un moment sans voix – c'était assez amusant d'ailleurs et un sourire lui vint rapidement – puis elle déclara finalement que la chimie et toutes ces choses pouvaient l'intéresser. C'était plutôt inattendu venant d'une femme comme elle ! Mais peut-être bien qu'elle allait découvrir la nouvelle drogue du millénaire ? Une fois de plus, celle pensée ne manqua pas de l'amuser et il détourna son regard histoire qu'elle ne s'imagine pas qu'il était ouvertement en train de se moquer d'elle. Ce ne fut que lorsque la demoiselle parla à nouveau que Renan reporta son attention sur elle. Comme Livia avait l'air de vouloir s'envoler pour se remplir l'estomac, le Breton vit là l'occasion de parler un peu plus tranquillement qu'ici. Cela dit, mieux valait qu'elle ne s'attende pas à traîner avec un gars riche comme Crésus.

« C'est seulement la mi du mois et pourtant, je suis déjà fauché, je pense que ça te donne une idée de ce que je peux t'offrir. »

Pas grand-chose. Un grand bol d'air avec une paille ! Baissant ses yeux vers sa montre, il constata qu'en effet, l'heure était très avancée. Il allait faire une belle nuit blanche, la journée de demain – ou plutôt aujourd'hui – allait être amusante ! Le Breton se redressa finalement pour emboîter le pas à la jeune femme qui semblait déjà avoir oublié qu'elle n'était pas seule. Pourvu qu'il ne se mette pas à oublier des choses aussi importantes, sans quoi sa mission risquait de tourner court et ce n'était vraiment pas le moment. L'enjeu était bien trop important. Il fut pris de court lorsque Livia se retourna en sautillant sur le rythme de la musique. Autant dire que le peu de sorties qu'il effectuait n'était pas vraiment d'une grande aide pour qu'il sache comment réagir à ce type de comportement. Heureusement, il avait été jeune et ce temps ne remontait pas à si longtemps que cela, Renan se remémora donc les périodes où il était encore « juste Renan » et non un membre de SHADOW, ce qui ne fut pas très difficile en raison du joint précédemment fumé – en partie – qui aidait à se détendre.

Après quelques instants, ils se dirigèrent finalement vers la sortie et le jeune homme laissa Livia passer devant. Il n'avait rien prévu, aucun membre de son organisme n'était dans le coin, ils étaient seuls. Tournant la tête vers sa compagne du moment, le français reprit la parole.

« Est-ce que je dois m'attendre à ce que tes copains me tombent dessus parce que je te colle de trop près ? »

Le ton était léger, cependant il se posait réellement la question. Le Breton leva les yeux vers le ciel, le temps était assez clair, mais il faisait tout de même frais. Une bonne bouffée d'air frais et les vapeurs de la drogue s'atténuaient légèrement. Il inspira longuement avant de faire quelques pas aux côtés de la demoiselle. Ce n'était pas dans ses habitudes de traîner dehors à des heures pareilles. Après quelques pas, il reprit la parole, tournant la tête vers l'adolescente.

« Tu veux aller où dans ce cas ? À pieds c'est plus amusant, sauf si t'as peur qu'on te voit avec moi ? »
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 11 Avr 2013 - 11:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Renan lui avoua quelque chose qui la fit éclater de rire. En la voyant danser avec Clélia, il avait cru qu'elle était lesbienne. Cela soulevait pas mal de questions quant à savoir pourquoi il était venu lui parler. Livia ne connaissait pas de garçons qui n'avaient aucune arrière pensée, du moins pas en l'abordant. Certains considéraient que c'était un exploit digne d'être accomplit que de se taper avec succès une lesbienne présumée voir affirmée, comme si le charme de l'homme passait au dessus des préférences sexuelles. La plupart de ces filles étaient en réalité bi, mais allez l'expliquer à un gars persuadé d'avoir convaincu une lesbienne de se laisser baiser. Puis pas sur qu'il comprenne, ni même qu'il y croit. Inutile de se fatiguer. Mais Renan n'avait pas l'air d'appartenir à ce genre de type, ou alors il s'en cachait bien. Chacune de ses tentatives d'approches s'étaient soldés par un échec. Ou il n'était pas très subtil, ou il cherchait autre chose. Quant à savoir quoi, cela restait un mystère complet. Elle avait bien quelques théories d'ordre purement paranoïaque, si elle voulait se l'avouer...Parce qu'elle se fondait sur des observations qui auraient été caduque, si le type était vraiment de bonne foi et cherchait juste une personne avec qui discuter. D'ailleurs, elle se demanda ce qu'il faisait dans cette foule, sans aucun ami pour l'y avoir traîner. Cette constatation alimenta ses soupçons, mais elle ne releva pas et préféra répondre: « Ouais on me le dit souvent. Enfin on nous le dit, quand on est ensemble. Parce que Clélia est super tactile. Mais c'est pas le cas, j'avais juste envie qu'on nous laisse tranquille et même si ça en rend certains plus hardi, ça en décourage la majeure partie. Puis on peut s'amuser entre filles non? » demanda-t-elle plus à un niveau rhétorique qu'autre chose. Elle n'avait pas d'intérêt à connaître sa réponse sur le sujet.

Lorsqu'elle lui parla de sa tête d'artiste, il lui répondit qu'elle avait des habitudes d'artiste. A travers les vapeurs de drogue, le son assourdissant et l'air oppressant, il lui fallu une seconde avant de comprendre. Bien sur, le join... « Si tu savais le nombre de personnes qui fument de la marijuana...Et crois moi, il n'y a pas que les artistes! » Sa clientèle comptait bien entendu une majorité d'étudiants mais aussi de personnes issus de plus hautes sphères, des amis de sa mère, des relations de travail. Des chefs d'entreprises, des cadres dans de grandes sociétés comme dans des plus petites, et ils demandaient souvent de la Meta-X en bonus. Mais tout cela, elle n'allait pas le lui expliquer car ça en reviendrait à avouer qu'elle était une dealeuse, et pas n'importe laquelle. Ainsi, elle en profita et changea de sujet, mettant en avant son estomac. La danse, la drogue, tout cela lui avait ouvert l'appétit. C'était un effet secondaire de la marijuana, on avait souvent très faim après avoir fumé. Un bon moyen de faire régime à son avis, à partir du moment où on savait garder cette faim sous contrôle. Elle proposa à Renan d'aller manger quelque part, tout en plaisantant sur le fait qu'il était peut-être riche et pourrait lui offrir le restaurant cinq étoiles. Il lui répondit que déjà à la mi du mois il était fauché comme les blés. Elle soupira, leva les yeux au ciel mais son sourire montrait clairement qu'elle s'en fichait pas mal, de l'état de son compte bancaire. « Je serais bonne âme, je t'offrirais un pain au chocolat! » déclara-t-elle en se frayant un chemin à travers la foule. Après un petit intermède où elle dansa une dernière fois avant de sortir, elle pu respirer de l'air frais. Enfin...Frais. Tout était relatif. L'odeur du port n'était pas la plus agréable qui soit, ça avait un relent de vieille poissonnerie, et les relents de la fête n'arrangeait pas les choses. Ils puaient tous les deux la cigarette et si un flic passait par la, ils se seraient fais arrêter sans aucun doute. Livia était décoiffée, sûrement un peu démaquillée, mais elle n'en avait franchement rien à foutre. Elle ferma les yeux, inspira profondément, et sentit son corps entier picoter. Elle reprenait doucement mais sûrement ses esprits. Ce n'était pas plus mal, si jamais quelque chose leurs tombait dessus.

Renan lui demanda alors s'il n'y avait pas de risque pour que ses potes lui tombe dessus. Elle haussa les épaules et lui adressa une parodie de regard mystérieux. « Qui sait... » murmura-t-elle, et cela lui fit penser qu'il serait tout de même sage de prévenir quelqu'un. Maintenant que la drogue n'obscurcissait plus trop son jugement, et même si l'adrénaline courait encore dans ses veines, elle savait que sa mère lui arracherait la tête pour s'être montée si imprudente. Alors elle sortit son téléphone et envoya un mini texto à Tomas, pour lui indiquer qu'elle allait prendre un petit dej' et qu'elle rentrerait ensuite, que s'il n'avait pas de ses nouvelles dans une heure il pourrait s'inquiéter. Ce sous-entendu était un code, qui signifiait qu'elle n'était pas seule. Cela aurait pour mérite d'agacer le garçon et c'était un des passe-temps favoris de Livia. « Pourquoi, ils t'ont donné l'impression d'être protecteur avec moi? » lui demanda-t-elle, et elle se remémora au même moment comment Tomas avait étalé d'un seul coup le type qui l'avait touché. Cet air de tueur dans les yeux. Elle frissonna, mais pas de peur. « Tomas est mon ami d'enfance. On a grandis ensemble. Du coup il hésite pas à cogner si je le lui demande, ou si j'en ai besoin. Quand on va souvent dans des soirées de ce type c'est rassurant, d'en avoir un plus balaise que les autres avec soi, tu trouves pas? Mais bon, avec toi j'en ai pas besoin... » Ce pouvait-être pris comme une insulte. En examinant Renan, elle le trouva sec mais devinait les muscles sous sa tenue. Il devait être assez bien foutu en fait...

Tandis qu'ils marchaient, Renan lui demanda où ils allaient. « On est pas loin de Little Italy, je connais un café qui doit ouvrir dans... » Elle consulta l'écran lumineux de son portable. Presque cinq heures. « Un quart d'heure. Il nous faudra vingt minutes pour y arriver. On pourra prendre un bon petit dej', un bon café, puis on pourra aller se coucher! Enfin, moi en tous cas je vais me coucher... » Livia n'était pas du genre à avoir des cycles de sommeil régulier. Elle n'avait pas besoin de dormir huit heures de suite, tant qu'elle pouvait grappiller quelques siestes ou quelques heures dans la matinée. Ce n'était sûrement pas un mode de vie très sain, mais c'était le sien et elle s'en portait plutôt bien. « Tu sais tantôt quand je disais que j'en avais pas besoin...Je voulais pas dire que tu ressemblais à un gringalet. T'a l'air assez bien fichu. Mais bon, comme je t'ai drogué, j'ai l'avantage! » Elle se mit à rire de sa bonne plaisanterie, l'air innocent, comme si elle n'avait aucun soupçon sur sa personne. Au fond, il était plutôt agréable comme compagnie. Peut-être qu'elle se trompait à son sujet, ou peut-être pas. Elle se retourna tout en avançant à reculons, sautillant à demi. Elle pointa le doigt vers lui. « Tu devrais consommer, ça collerait bien avec ton air d'artiste. Comme ça tu colleras enfin à un cliché! Puis avoue, c'est sympas comme sensation non? On s'amuse bien, et c'est vraiment pas dangereux comme produit. Les gens pensent que si, c'est un tabou débile. » Du moins en ce qui concernait la marijuana. Livia ne touchait pas aux drogues dures, en dehors de la Meta-X mais uniquement pour ses vertus relatives aux pouvoirs temporaires. Elle aurait aimé pouvoir être une mutante. Ils étaient fascinant. « Comme ceux qui disent que les mutants sont des monstres, tu vois. Ca vient du fait qu'ils sont différents, pas dans la norme. Mais bon...On s'en fou allez, rha je rêve de mon croissant sérieux. Attend quand tu vas les goûter, les meilleurs de toute la ville! » Elle avait changé d'avis, désormais elle voulait un chocolat chaud au lieu du café. Tout ce sucre, elle s'en léchait les babines d'avance.
Revenir en haut Aller en bas



PARTY UP ft. Renan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» PARTY UP ft. Renan
» Bisounours Party | V. 2.0
» Garden Party
» Dungeon party
» Beach Party ! [ pv ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-