AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin Cadre_cat_1J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin Cadre_cat_2bisJ’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin Cadre_cat_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin

 
Message posté : Lun 4 Fév 2013 - 17:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un soir comme un autre au Circus Maximus, la foule toujours aussi présente et les adversaires toujours plus ou moins bons. Il y avait quelques familiers dans le tas, des personnes qui, comme lui, venaient ici pour passer leurs nerfs sur d'autres combattants qui n'iraient pas porter plainte auprès de la police parce qu'ils s'étaient fait refaire le portrait. Au final, lorsqu'on y regardait de plus près, cet endroit aurait dû rendre service à la police puisqu'il servait de lieu de défoulement à une bonne partie des caïds du coin. Certes il y avait aussi des personnes qui n'étaient pas volontaires, mais ce n'était que des détails sans importance. Au fond, Jay s'en contrefichait, du moment que personne ne venait l'emmerder et que ses adversaires n'abandonnaient pas après quelques coups, il n'avait aucune raison de voir son humeur se gâter. Enfin presque.

La silhouette qu'il aperçut en jetant un coup d’œil sur les spectateurs suffit à l'agacer. Légèrement. Il n'était pas très physionomiste – pas du tout même pour être honnête – mais généralement les gars qui le battaient restaient dans son esprit. Dans le cas de Gula – il avait totalement oublié son véritable prénom – ce cas gars l'avait marqué d'autant plus sûrement que les autres parce qu'il avait triché. Enfin, il avait utilisé une technique sournoise comparable, dans l'esprit de Jay, à du sable dans les yeux. Trifouiller l'esprit de son adversaire en plein combat n'avait strictement rien d'équitable et l’américain n'avait pas du tout apprécié l'expérience. Pour être sincère, si ce Gula l'avait autant marqué, c'était peut-être bien parce qu'il était le seul à l'avoir fait baliser à ce point. Habituellement, même dans les combats à mort, le trentenaire ne se sentait pas anxieux ou paniqué. Allez savoir, avec la gueule de jeune premier qu'il se ramassait, c'était peut-être ça qui faisait autant flipper les autres ?

Il songea quelques instants à rebrousser chemin et aller voir ailleurs, mais quelque chose dans son esprit lui murmurait que s'il fuyait - parce que ce serait le cas - devant ce gamin une première fois, il ne pourrait jamais plus espérer prendre le dessus. Étant donné que Jay comptait bien avoir sa revanche un jour ou l'autre, il décida donc d'aller voir ce Gula histoire de se prouver à lui-même qu'il n'avait pas les chocottes de ce gamin. Sans prêter attention aux personnes qui se trouvaient autour d'eux, l'américain approcha du combattant sans prendre la peine de se dissimuler, après tout, il n'avait rien à cacher. Arrivé aux côtés de Gula - à une bonne distance tout de même - il posa ses yeux sur lui pour lancer la discussion d'une manière qui lui était propre.

« Tu viens dispenser tes conseils aux combattants histoire de te rendre utile ? » Le ton n'était pas agressif, mais pas amical pour autant. Jay n'avait pas vraiment digéré l'idée que le gamin veuille lui donner des conseils, pourtant il était parfaitement conscient d'être moins doué que lui en matière de combat. Disons qu'il ne voulait pas d'aide d'un gars qui « trichait » tout simplement. « T'es pas en train de faire de la lèche à la patronne pour qu'elle te donne une nouvelle promotion ? » Il avait bien évidemment fini par apprendre que Gula était très proche de la César. Au fond, cela n'intéressait pas vraiment Jay, mais il avait juste remarqué que les gens étaient assez frileux sur les sujets de ce genre en général. « Ou tu veux simplement montrer à tout le monde que t'es encore en vie ? »

Il avait remarqué que les personnes qui occupaient un poste d'importance – ce qui était le cas de Gula – finissaient toujours par avoir moins de temps pour faire ce qu'elles voulaient. C'était d'ailleurs pour cette raison que Jay fuyait les responsabilités comme la peste, enfin en considérant qu'il puisse avoir une quelconque importance dans un organisme comme le Cartel bien évidemment. C'était loin d'être le cas et il ne s'en plaignait guère. L'américain n'avait pas vraiment fait attention aux autres combattants, exceptés ceux contre qui il se battait. Il était fort probable que Gula y participe encore, mais Jay ne l'aurait simplement pas remarqué. Sachant qu'il ne prêtait pas vraiment une oreille attentive aux rumeurs, inutile de dire que ce n'était pas tout cela qui pouvait le renseigner. Après une brève pause, il lâcha une dernière remarque, pas forcément hostile ou amicale, mais au fond, il n'avait rien à lui reprocher. Si ce n'était sa triche dans leur combat.

« À moins que tu ne veuilles de nouveau montrer à quel point tu sais bien te battre pour épater la galerie. »

Le ton était légèrement moqueur, comme si cette question sous-entendait quelque chose. C'était bel et bien le cas, mais en considérant que le trentenaire était incapable, ou presque, de parler de manière subtile, il était assez simple de décoder les remarques qu'il pouvait faire.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 8 Fév 2013 - 14:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

    Les derniers mois écoulés avaient été plutôt épuisants pour Colin. Sa patronne lui donnait un travail monstrueux, et s’il s’exécutait sans broncher – car il aimait son travail – il devait avouer que la situation n’avait rien de reposante. Il travaillait tellement pour le Cartel qu’il avait de moins en moins de temps à accorder à sa thèse en psychologie, il avait dû d’ailleurs demander de repousser sa date limite tant il n’avait pas avancé. C’est qu’il fallait trouver un minimum de temps pour lire sa bibliographie. Or, lorsqu’il parvenait à gratter quelques heures de repos et essayait de s’y mettre, il finissait incontestablement victime des insistances de Morphée qui utilisait sa fatigue pour l’empêcher d’étudier convenablement. Cerise sur le gâteau, lorsqu’il dormait, il avait l’impression de ne pas vraiment se reposer, comme si son sommeil lui pompait de l’énergie. Il n’avait pas encore bien analysé ce problème, mais d’après ses réveils, il faisait régulièrement des cauchemars. Mais là encore, il n’avait pas assez de temps pour se concentrer dessus. Du coup, il était facilement irritable et pouvait parfois s’énerver pour un rien. Au final, les gens qui le côtoyaient au travail s’arrangeaient pour ne pas le froisser, voire même pour ne pas croiser son chemin… encore plus qu’en temps normal. Pas de bol pour eux, Atia César semblait décidée à bien utiliser son second.

    Comme ce soir. Retenue par un dîner mondain, elle envoya Colin au Circus Maximus pour jeter un coup d’œil à ses précieux gladiateurs, il allait devoir lui faire un compte-rendu des combats, rapporter tout évènement digne d’intérêt ou encore donner des conseils. En tant qu’ancien gladiateur lui-même, le jeune homme s’y connaissait assez en combat pour faire office de sensei, même si certains avaient accompli bien plus de combat que lui, il gardait une réputation solide. Après tout, durant toute sa carrière de combattant, il n’avait pas perdu un seul combat. Enfin… cela promettait d’être une nuit longue. Mais pour l’instant, l’humeur du jeune homme était plutôt bonne, c’était le début de la soirée et il avait fait la sieste pendant une grande partie de l’après-midi, même si ce ne fut pas très requinquant… Néanmoins, ça allait bien, les gars qui s’occupaient du Circus étaient autours de lui et commentaient les matchs qui se déroulaient un peu plus loin, ils ne l’agaçaient pas encore, leur appréhension à son égard lui faisait du bien. Certes, ils avaient aussi peur lorsque Atia César était à sa place, mais la crainte était de nature différente… Avec Colin, c’était purement physique et primal. Avec Madame César en revanche, on ne sait jamais à quoi s’attendre. Pour ajouter au plaisir du mentaliste : le combat qui était en train d’avoir lieu se révélait prenant. Celui-ci venait de se finir lorsque les « coqs » - comme il les appelait – qui l’entouraient commencèrent à lui faire part de leur analyse. Heureusement pour eux, ils savaient ce qu’ils disaient et n’ennuyaient pas le jeune homme qui, en somme, apprenait pas mal de leur discours.

    Ils furent interrompus dans leur débat par l’arrivée d’un combattant régulier. Jay Lane… Colin se souvenait de lui pour trois raisons, la première c’est parce qu’il s’est battu contre lui alors qu’il était gladiateur au Circus, mais ce n’était pas la raison principale car le combat en lui-même n’avait pas réellement marqué le mentaliste en dépit de la niaque que son adversaire avait exposée. La deuxième raison consistait en la présence régulière de Jay. En effet, c’était un des rares combattants que l’on pouvait qualifier d’habitué, l’endurance était plutôt rare dans le milieu. Certes, de temps à autre, une légende apparaissait et faisait office de star-poubelle (un peu comme les idoles d’adolescentes). Mais sur du long terme… on pouvait dire que monsieur Lane était assez unique en son genre, même si ses performances, quoiqu’honorables, n’avaient rien d’extraordinaires. Enfin, dernière raison : cette grande gueule qu’il n’hésitait pas à ouvrir lorsque c’était Colin qui était chargé de s’occuper des gladiateurs, les entraîner notamment. C’est ce statut un peu particulier qui lui permit d’adresser la parole à Colin sans s’attirer immédiatement l’agacement de ce dernier. Ca plus le fait que le mentaliste était là ce soir pour booster les gladiateurs, donc il était plus sage d’éviter de les envoyer bouler. En plus, il était amusé que quelqu’un, qui en plus l’avait déjà combattu, ose venir lui parler de sa propre initiative. Gula était un peu le Vous-Savez-Qui de l’arène. Ainsi intrigué, Colin croisa les bras et écouta les déclarations du combattant.

    Un sourire amusé se grava sur son visage, le contenu des propos proférés était plutôt maigre même s’il se voulait vaguement provocateur. Colin avait l’impression que le plus important ici, c’était juste le fait qu’il lui adressait la parole et la manière dont il le faisait, un peu comme s’il voulait prouver quelque chose. Pas besoin d’être un génie pour deviner que Jay digérait mal sa défaite contre le mentaliste, ce genre de réaction n’attirait pas vraiment l’attention de ce dernier, mais l’initiative dont le combattant faisait preuve, si. Il retint un éclat de rire tandis qu’un des hommes qui l’entouraient intervint pour calmer les ardeurs de Jay.


    – Hey! Change de ton, veux-tu?

    Philip Seymour était un des arbitres/commentateurs de match au Circus, la quarantaine bien entamée, fines cicatrices assez visibles pour imposer l’admiration mais pas assez béantes pour l’empêcher de tenir son rôle d’orateur, il avait généralement le respect de ceux qui connaissent un minimum le Circus, mais dans cet univers, ce genre de chose n’était pas toujours stable. Le plus amusant, pour Colin, c’était qu’il était intervenu plus pour empêcher Gula de déchaîner ses pouvoirs sur son territoire que pour protéger ce dernier de Jay. Avec un mouvement de tête, le jeune homme s’adressa au vétéran.

    – C’est bon, Philip. Laissez-le s’exprimer. Monsieur Lane en a apparemment besoin. Il se tourna ensuite complètement vers son interlocuteur. On ne s’est toujours pas remis de la petite frayeur que je t’ai donnée pendant notre combat ? Le sourire du mentaliste s’élargit, ouvertement moqueur. Si Jay avait voulu le provoquer, c’était raté. Il en fallait un peu plus, surtout lorsque Colin agissait au nom d’Atia César, c’est à dire lorsqu’il se montrer le plus professionnel possible. Mais peut-être que je t’ai simplement manqué… Enfin, je vais pas essayer de deviner ce qui se passe dans ta tête… Doux sarcasme… Colin rirait Presque de ses propres paroles. Je suis là pour observer les combats… et pour l’instant, je constate qu’il y a un combattant qui s’ennui juste devant moi... Dans le contexte, il était difficile de ne pas comprendre qu’il parlait de Jay. … et qu’il y en a un autre dans l’arène qui attend un adversaire. Le regard du jeune homme se dirigea vers l’endroit mentionné, là où l’arbitre de service hurlait dans son micro.

    – … C’EST DU GRAND SHOW QUE NOUS AVONS CE SOIR, AVEC UN COMBATTANT HAUT EN COULEURS QUI SAIT CE QU’IL VEUT…

    A côté de lui se tenait un homme de grande taille au teint blafard dans un pantalon en cuire. Le combattant levait le poing pour répondre aux acclamations du public, un poing aussi blanc que le reste, sauf là où il y avait du sang, celui de son adversaire précédent qui était en train de se faire conduire vers l’infirmerie, d’après ce que Colin avait vu, il y avait peu de chance pour qu’il s’en sorte. Mais cela n’empêchait pas le commentateur de conserver son enthousiasme, au contraire. Bien souvent, plus les combattants étaient amochés, plus il était en forme… comme le public, en général.

    – … NOTRE STAR ATTEND SON PROCHAIN ADVERSAIRE. QUI PARMI VOUS AURA LE COURAGE DE LE DEFIER ?

    Tandis que la foule hurlait et que l’homme au micro continuait de chauffer les spectateurs, Colin posa son regard sur Jay, la tête toujours tournée vers l’arène. Le message n’était pas vraiment subtile, c’était clairement une invitation. Les hommes autours de lui se lancèrent des regards, jugeant la situation et se demandant lequel des deux gladiateurs l’emporterait dans un potentiel match. Potentiel car ils attendaient la décision de Jay, une politesse à laquelle certains combattants n’avaient pas toujours droit, soit dit en passant. Ses yeux provocateurs toujours rivés sur ceux de Jay, Colin en profitait également pour voir s’il y avait la moindre trace de peur chez le trentenaire, auquel cas, son euphorie ne manquerait pas d’être visible telle une cerise sur le gâteau que sera la décision de cet homme. Négative comme positive, le mentaliste y trouverait de la satisfaction, soit par l’humiliation de l’autre, soit par le plaisir de voir un bon combat.

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 8 Fév 2013 - 19:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Gula adopta vite un air qui ne faisait qu'accentuer l'irascibilité de Jay : ce petit sourire, il aurait grandement apprécie de pouvoir l'effacer de quelques coups de poing. Pourtant, le jeune homme ne lui avait rien fait et, au final, l'américain n'avait strictement rien contre lui. Disons simplement qu'il se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment et que les choses n'étaient pas prêtes de s'arranger entre eux. Un homme se pressa d'intervenir pour lâcher une phrase qui donnait vaguement l'impression qu'il était en train de s'adresser à un gamin. Le regard de Jay se posa sur l'homme, il le connaissait, mais de là à dire qui c'était, il y avait une marge. Que voulait ce crétin ? Est-ce qu'il avait peur pour son petit compagnon ? C'était peu probable, Gula n'avait eu aucune défaite jusqu'à ce jour et Jay de son côté en avait essuyé quelques-unes. Non, il n'y avait aucune raison pour vouloir le protéger, peut-être était-ce simplement une manière de rappeler à tout le monde que Gula n'était plus un simple combattant. Sauf que ce point, Jay s'en contrefichait éperdument.

Le gamin intervint rapidement pour imposer le silence avant de provoquer ouvertement le trentenaire. Que répondre lorsque l'autre disait la vérité ? La fierté de l'américain l'empêchait d'avouer qu'il avait eu la frousse, pourtant il l'aurait fait sans hésiter si c'était pour une bonne raison. Sauf que là, Gula avait utilisé un don pour se sortir d'un combat qu'il aurait pu perdre s'il s'était déroulé à la loyale. Ce qui énervait Jay restait donc bel et bien qu'il n'arrivait pas à mettre de raison valable sur cette putain de frousse. Le mentaliste continua en émettant des hypothèses totalement ridicules, comme s'il pouvait lui manquer. Ce n'était pas le trentenaire qui allait se plaindre de ne pas voir sa gueule de petit minet, au contraire. Cela dit, il marquait un point en avançant que Jay s'emmerdait. Il venait ici pour se battre et pas tailler une bavette. Cependant, aller se battre contre le gars qui se trouvait dans l'arène ne le branchait pas pour la bonne et simple raison que Gula allait s'imaginer que c'était lui qui imposait sa loi et non Jay qui choisissait. C'était bel et bien le cas au fond, mais la différence était palpable lorsque la personne était devant vous ou inscrivait votre nom sur une liste. Glissant son regard vers le gars dans l'arène, l'américain nota qu'il n'avait rien de bien spécial si l'on occultait son teint pâle. Il rougirait rapidement une fois le combat lancé, à moins que ce ne soit aussi un putain de mentaliste ? Tournant la tête vers Gula, Jay le sonda du regard quelques instants, se demandant si l'autre était en train de se foutre de sa gueule pour le pousser dans un piège ou si c'était simplement une manière de se débarrasser de lui. La seconde option fut la plus probable aux yeux du trentenaire qui haussa les épaules.

« T'as pas trouvé mieux que ça pour ne plus avoir à me parler ? Je m'attendais à mieux venant de toi. » En fait il ne s'attendait à rien venant de lui. Cerner les gens n'était pas dans ses capacités et un mec comme Gula encore moins, ils n'avaient rien en commun. « Mais t'as raison, je m'emmerde en te parlant, autant aller faire ce pour quoi je suis ici. » Cependant, il jugeait important d'ajouter un dernier détail histoire que le gamin ne s'imagine pas qu'il lui faisait faire ce qu'il voulait lorsqu'il le voulait. « Et c'est parce que je le veux. Pas parce que tu l'as suggéré. »

Détournant son regard de Gula, Jay décida qu'il était préférable de ne pas se farcir la tête avec les conneries qu'il venait de lui servir. De toute manière, ce mec était un manipulateur, il n'avait rien à foutre dans le Circus, si ce n'était jouer les pompon-girl pour les mecs aux tendances louches. Pourtant, l'énervement du trentenaire était palpable, le simple fait que ce minet et sa gueule de jeune premier se soit amusé à lui rappeler la frousse qu'il avait eu lors de leur affrontement, suffisait à le mettre sur les nerfs. Soupirant, il se concentra sur le gars de l'arène avant de se décider à aller le rejoindre. Il n'avait pas vu de quelle manière ce mec combattait, mais au final, c'était sans importance. Jay ne se battait pas selon une technique officielle, il frappait fort aux endroits qui étaient exposés et croisait les doigts pour que ce soit suffisant pour réussir à mettre l'autre hors d'état. Cela dit, le combat devait durer suffisamment longtemps pour offrir un peu de spectacle aux personnes venues se rincer l’œil. Si le combattant n'avait pas la technique des bons gladiateurs, il avait rapidement compris comment est-ce que tout ceci fonctionnait.

Occultant tout ce qui se passait autour de lui, Jay n'écoutait pas ce qui se racontait, il se concentra sur son adversaire, l'observant avec une neutralité non feinte. Il n'avait rien contre ce mec, c'était juste pour le boulot. Rapidement Gula sortit de son esprit, sa gueule de minet, ses répliques frustrantes, bien qu'un léger malaise plana quelques instants dans l'esprit du combattant. Et si ce sale gosse en profitait pour tricher et aider l'autre pendant le combat ? L'idée était idiote, mais pas impossible. Un léger doute s'insinua dans l'esprit de l'homme avant qu'il ne serre sa main pour se préparer au premier coup qu'il allait envoyer. Il attendit que le combat soit lancé – bien qu'il n'entendait plus rien autour de lui – et lorsque son adversaire attaquerait en premier, il se débrouillerait pour le bloquer une première fois en évitant de ramasser trop de dégâts, puis enchaînerait d'un premier coup. Après quelques passes il pourrait activer ses dons et c'est à ce moment que le plus amusant du jeu débuterait.

HP:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 9 Fév 2013 - 15:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Sans surprise, Jay répliqua par le biais d’une moquerie, prétextant qu’il s’était attendu à mieux. Colin lui servit un air dubitatif en guise de réponse mais s’abstint de commenter, ce genre d’échange serait stérile et risquerait de l’agacer en plus de lui faire perdre du temps, après tout, il n’était pas là pour ça. De plus énerver le combattant n’altérerait probablement pas ses performances sur l’arène de par son expérience en dépit de son caractère plutôt impulsif, et s’il arrivait à bien le titiller, les conséquences seraient imprévisibles et potentiellement futiles. Donc le jeune mentaliste ne répondit rien et attendit la suite.

La suite qui semblait mener vers un combat donna au sourire de Colin une teinte de satisfaction. D’une part parce qu’il avait vu juste concernant la personnalité de Jay, et d’autre part parce qu’il allait avoir ce qu’il voulait : un spectacle. Le visage du jeune homme prit ensuite un air ouvertement amusé lorsqu’il entendit l’autre lui précise qu’il faisait cela de son propre chef, et pas parce qu’on lui avait suggéré. Là par contre, Colin ne pouvait pas résister à la tentation d’une raillerie.


– Quel grand garçon !

C’était petit, certes, mais bien au niveau de monsieur Lane qui voulait se prouver son courage, une mission hautement ridicule et inutile qui n’intéressait pas Colin, ni le Circus Maximus en général. Qu’importe, le combattant se dirigeait maintenant vers l’arène, pour le plus grand plaisir du maître de scène.

- ET VOILA NOTRE CHALLENGER! LE FAMEUX JOTUNN !!! LE SPECTACLE CONTINU !!!

Jay fut accueilli par les acclamations du public et par un regard noir de la part de son adversaire. Autours de Colin, les coqs lançaient leurs pronostiques sur l'issu du combat. Gula, lui, s'avança vers la barrière devant lui et s'y accouda pour bien observer le match. Cela lui permettrait de voir comment la technique de Jay avait évolué, technique qui à la base était plus performante que la sienne mais Jötunn avait très mal réagit à la télépathie du mentaliste ce qui offrit à ce dernier une victoire plutôt facile. Ca et les pouvoirs mêmes de Gula qui l'avantageaient à la base...

La cloche marqua le début du combat. Colin pu remarquer la concentration sur le visage de Jay, c'était peut-être juste une impression, mais il lui semblait plus prudent qu'à l'époque où il s'était battu contre lui. L'autre aussi agissait avec professionnalisme, cela dit, il semblait un poil plus impatient, sûrement des restes d'adrénaline de son précédent combat. Ainsi ce fut lui qui attaqua en premier. Son coup fut paré par Jötunn qui ne se fit pas désirer pour contre-attaquer, parvenant à blesser son adversaire. Mais celui-ci ne se laissa pas déstabiliser pour autant. On le vit serrer les poings et contracter tous les muscles de son corps avant de s'étirer et de laisser une multitudes de pointes d'un noir de jais et d'une dizaine de centimètres de longueur se dresser entre les pores de sa peau sur son torse, ses bras et mains et même sa tête, lui donnant l'apparence d'une sorte de porc-épic albinos. Voilà qui offrait à Jay une certaine difficulté: parvenir à le toucher sans se blesser devenait plus délicat, surtout pour lui qui était un combattant au corps à corps. Restait aussi à voir si ces pointes avaient des propriétés particulières, avec le Circus, on pouvait s'attendre à tout.


- Vous teniez vraiment à vous débarrasser de lui, on dirait...

Toujours accoudé sur la barrière, Colin ne répondit pas au commentaire de Philip. Le vétéran n'avait pas besoin de connaître ses intentions, et surtout, le mentaliste ne voulait pas le rassurer, il tenait trop à cet effet "froid dans le dos" qu'il lui donnait. Et surtout, le gros de son attention était fixé sur le combat en cours dont il ignorait encore l'issu. Jötunn était connu pour sa ténacité, et son adversaire semblait être plein de surprises...
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 9 Fév 2013 - 20:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L'adversaire promettait de rendre le combat assez pimenté et ce n'était pas Jay qui allait s'en plaindre ! Après tout, il ne venait pas ici pour prendre le thé, mais bel et bien pour se battre contre des adversaires dignes de ce nom. Le premier coup porté fut paré avant que l'américain ne riposte en frappant aussi fort que lui permettait sa condition physique actuelle. L'adrénaline n'était pas encore suffisamment élevée pour qu'il puisse s'amuser à utiliser ses dons, mais ce n'était pas vraiment un problème : il avait déjà passé des années à se battre sans toute cette aide. Quoi qu'il en soit, l'adversaire de Jay avait reculé suite au coup qu'il venait de recevoir et contracta ses muscles d'une manière qui promettait une mauvaise surprise pour l'autre combattant. Le trentenaire ne s'y trompait pas : une quantité de pointes sortir du corps de l'homme et il n'y avait pas besoin de posséder une grande imagination pour comprendre que frapper là-dessus allait faire sacrément mal. À condition de sentir la douleur bien évidemment. De prime abord cette défense ne semblait pas apporter grand-chose de difficile, mis à part le fait qu'en frappant sans réfléchir, Jay risquait de s'ouvrir de tous les côtés, mais peut-être qu'il y avait un truc plus poussé que de simples piques ? Allez savoir, de toute manière le combattant doutait être au bout de ses surprises.

Jay se contenta de hausser les épaules avant d'approcher de sa cible d'une manière qui laissait penser qu'il n'avait pas vraiment peur de ce qui pouvait lui arriver. S'il venait combattre ici, ce n'était pas pour flipper à chaque action de son adversaire, le trentenaire ne prêtait pas attention au fait qu'il pouvait y laisser sa peau : cela faisait partie du jeu ! Il mima une première attaque à hauteur du flanc – protégé par des piques évidemment – mais changea de direction au dernier moment pour frapper le visage de l'homme. Lui casser le nez serait une bonne chose : il pisserait du sang pendant tout le combat et puis ce n'était pas franchement agréable de se battre avec un nez en compote. Jay l'avait déjà testé à l'époque où il n'utilisait pas ses dons et cela s'était soldé par une défaite pour lui. Profitant de la proximité, il s'autorisa le luxe de lâcher quelques mots d'un ton clairement moqueur, mais certainement trop bas pour être entendus des autres. Avec le bruit environnant, son adversaire devait déjà avoir du mal à le comprendre.

« J'espère que t'as mieux qu'ça en rayon, sinon on va se faire chier ! »

Une simple provocation destinée à provoquer l'homme pour lui faire perdre ses moyens. C'était bien plus amusant lorsqu'ils étaient tous les deux en train de frapper aussi fort que possible. Jay ne comptait pas esquiver les piques, de toute manière son style de combat ne lui permettait pas de rester à distance et s'il devait risquer le coup, autant que ce soit lui qui prenne les devants. L'adrénaline affluait dans ses veines et après avoir rapidement inspiré une bonne bouffée d'air, le trentenaire se débrouilla pour que son insensibilité soit de la partie. De l'extérieur, aucune différence n'était visible, que ce soit dans sa manière de se comporter ou aussi visuelle que les pointes qui sortaient de la peau de l'albinos. C'était son avantage : ceux qui ne le connaissaient pas le prenaient pour un simple combattant sans aucune particularité.

Le coup suivant fut porté avec sa force améliorée qui n'était disponible que lorsque son insensibilité était activée. Avec deux tonnes dans la tronche, l'autre allait devoir réagir assez brutalement. Depuis peu, Jay s'était découvert une résistance améliorée, au fur et à mesure qu'il avait usé de cette force, son don semblait s'acclimater et lui permettre de moins rapidement se briser les os lorsqu'il frappait une surface en béton par exemple. Est-ce que la résistance allait être suffisante pour qu'il ne s'ouvre pas toute la main en touchant les piques de l'autre ? Bonne question, il n'aurait pas la réponse tout de suite sachant que son insensibilité ne lui permettrait pas de sentir la douleur inhérente à une blessure aussi grave. Une chose était sûre : si les piques étaient empoisonnées, Jay n'était pas hors de danger. Son premier don lui permettait seulement de ne pas souffrir des blessures, mais en aucun cas des maladies ou des poisons. Peu importait, il se concentra sur le combat, envoyant un bon coup de poing au niveau du flanc de son adversaire dans l'idée de le faire se plier en deux. Ce serait déjà un bon avantage pour débuter et il pourrait surtout voir comment son don réagissait face à celui de ce gars. Après tout, c'était l'essentiel, au moins pourrait-il juger combien de temps est-ce qu'il pourrait tenir pour le spectacle avant d'essayer de mettre définitivement fin au combat.

À condition que l'autre combattant ne décide pas de faire de même de son côté. Il avait l'air sacrément résistant, mais ce n'était pas le type de réputation qui pouvait inquiéter l'américain.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 10 Fév 2013 - 14:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Tomber sur un adversaire capable de se changer en véritable bogue vivante ne semblait pas surprendre Jötunn plus que ça. Il est vrai que ce n'était plus un débutant, il en avait certainement vu d'autres. Gula aussi n'aurait probablement pas reculé d'un pouce devant un tel ennemi, même si la perspective de frapper un tel cactus lui tirerait une grimace d'appréhension; il ne faisait pas dans le SM. Jay lui ne semblait même pas y penser. On pourrait en déduire que cet homme était un cinglé qui aimait la douleur, mais Colin savait de quoi il était question. Sa télépathie lui avait permit de connaître les capacités de Jötunn, des capacités qui lui conféraient un bon potentiel de combattant. enfin, encore fallait-il qu'il les utilise de manière intelligente. Son style de combat était trop direct et pas assez subtil, il recevait généralement trop de dommages avant de finir son adversaire, quand il parvenait à le finir, ce qui n'était pas systématique. C'était d'ailleurs pour cette raison que Madame César ne s'était jamais vraiment intéressée à lui en dehors de sa capacité à "défouler le public", pas assez de ressources à son goût. Cependant, le fait est qu'il était toujours là, en un seul morceau, prêt à combattre, encore et encore. Et ça, ce n'était pas rien. De fait, Colin observait le combat en cours avec beaucoup d'attention.

Il vit d'ailleurs Jay lancer ce qui semblait être une provocation à son adversaire, le mentaliste eut un sourire, d'après ce qu'il avait comprit, le blafard surnommé Bloodth, originaire d'Europe de l'est, ne parlait pas un mot d'anglais et se contenta de répondre par un sourire vicieux. Au moins, Jay ne pourra pas dire que celui-là essaye de le manipuler pour changer le cours du combat. Par la suite, Jötunn sembla utiliser sa force améliorée pour frapper l'adversaire au visage. Bon choix. Sa cible ne mit pas longtemps à pisser le sang au niveau du nez et de la joue atteints. Mais au passage, le poing de son adversaire fut généreusement coupé, lui aussi donnait sa part de sang. Le dénommé Bloodth flancha sous le coup et sous les cris du public. Mais il ne se fit pas attendre pour se redresser, lui aussi était plus résistant que la moyenne. Mais Jay ne s'arrêta pas pour autant, envoyant un autre coup au niveau du flanc cette fois. Cette partie du corps étant également agrémentée de pics, Jötunn gagna de nouvelles coupures, mais sa cible ne resta pas insensible à ces arguments frappants. A vue d'oeil, quelques côtes en souffrirent. Mais le blessé se redressa quand même, de toute sa hauteur, il regardait Jay, pendant ce temps là, sous les yeux de son adversaire, son nez se régénéra, de même que sa joue et ses côtes, le public ne pouvait rien entendre, pourtant ses os faisaient jouer leur musique alors qu'ils se remettaient en place.


- Je paierais cher pour connaître son truc. lança Philip, légèrement intrigué. Son expérience lui avait appris à ne pas s'étonner des capacités des combattants, mais il était assez sage pour savoir qu'il n'avait pas encore tout vu. D'un air absent, sans détourner le regard, Colin répondit, bien informé par sa télépathie et ses observations.

- Le sang... Ses pics noires absorbent le sang de leur adversaire et l'utilisent pour guérir son corps...

Le genre de technique vicieuse qui offre à son utilisateur une endurance exceptionnelle. Cela dit, ce Bloodth ne s'était pas fait attendre pour terminer ses précédents combats, comme s'il voulait se dépêcher d'en finir. Après avoir bien observé ces combats et lu l'esprit de ce personnage, Gula avait comprit la raison de cet empressement, c'était d'ailleurs là que résidait la clé de sa défaite... enfin, si on était du genre patient, prêt à utiliser son cerveau pour remporter un combat. Or, ce n'était pas le style de Jötunn... Néanmoins, il y avait rarement une seule et unique façon de vaincre un ennemi.

- On a ouvert les paris ! Pour l'instant, tout le monde pense que Bloodth l'emportera. Vous voulez participer?

Colin resta immobile, les yeux toujours virés sur le combat car le dangereux Bloodth venait de s'élancer vers son adversaire, toutes pointes dehors, encouragé par la foule.

- Ça ira...
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 10 Fév 2013 - 20:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les coups portés à Jay avaient porté leurs fruits, du sang avait giclé du nez cassé de l'albinos, mais l'américain aussi avait dû en verser. Ce n'était pas le type de choses qui pouvait déranger le trentenaire, même s'il était évident qu'il aurait largement préféré s'en sortir indemne. L'attaque visant le flanc se montra elle aussi relativement efficace, mais au grand dam du combattant, c'était des efforts inutiles qui venait de produire : le blessé se redressa de toute sa hauteur. De comportement ne présageait rien de bon, un homme qui venait de se prendre un coup aussi fort dans les côtes devait forcément les avoir totalement brisées. Réussir à se tenir droit comme un « I » n'avait donc rien de logique. Les explications arrivèrent lorsque le nez brisé se soigna de lui-même, signe évident que l'albinos possédait apparemment un don de régénération relativement développé. Quelle merde ! L'expression de Jay ne changea pas beaucoup pour autant, il ne songeait pas à sa défaite. C'était le meilleur moyen pour y arriver : y penser sans arrêt. L'idée qu'il pouvait perdre ne l'effleura pas une seule seconde, il était tenace et même si l'intelligence n'était pas son premier atout – ni même le dernier – il considérait que chaque problème avait sa solution. Plusieurs solutions même parfois. Comprendre le fonctionnement du pouvoir de son adversaire aurait été un bon début, mais le trentenaire n'en avait ni le temps, ni l'envie, ni même les capacités. Il fallait faire avec les moyens du bord.

Sans laisser davantage le temps de cogiter à son adversaire, l'albinos s'élança vers son adversaire qui l'attendait de pied ferme. L'essentiel restait de ne pas se faire blesser trop gravement, car même s'il ne sentirait rien, Jay risquait de ne plus pouvoir utiliser efficacement certains de ses membres s'ils étaient trop atteints. Le style du trentenaire le poussait à aller au contact, il laissa donc son instinct prendre le dessus. Lorsque le porc-épique fut suffisamment proche, l'américain se décala sur le côté à la dernière seconde et plaça son pied de biais, de manière à bloquer l'autre. S'il ne tombait pas, l'étranger serait normalement déstabilisé, même si cela incluait aussi le fait que la jambe de Jay risquait de morfler un peu.

Peu lui chalait ! Une blessure se guérissait, il suffirait d'un peu de temps. L'essentiel était maintenant de faire perdre conscience à sa cible, il avait visiblement besoin de concentration pour se régénérer et si tel n'était pas le cas et bien, il ne pourrait plus combattre en étant dans les vapes. Les cris du public étaient toujours audibles, mais Jay n'écoutait pas ce qui se disait. Il se doutait parfaitement que les paris devaient lui être défavorables et que ses frangins devaient être en train de pester parce qu'ils pariaient toujours sur lui – la famille c'est sacré – mais tout cela lui passait au-dessus de la tête. Lorsque l'albinos passé à côté de lui, le trentenaire se contenta de le frapper une nouvelle fois au niveau du visage. Il savait que le gars allait se régénérer, mais le blesser n'était pas son but. Bien que cette technique était certainement suicidaire, Jay alla au corps-à-corps, approchant le porc-épique suffisamment près pour pouvoir lui en envoyer une en pleine mâchoire. Peut-être qu'il était résistant, mais cela ne l'empêcherait pas d'être sonné. Attendant de voir si son coup avait porté ses fruits, le trentenaire prit cette fois-ci le temps de viser une zone où son poing serait normalement épargné – en partie du moins – par les piques aiguisées : il visa l'arrière du genou de l'albinos dans le but de le faire ployer du genou et se retrouver déséquilibré.

Si son « plan » fonctionnait, le gars se retrouverait en position de faiblesse durant quelques secondes. C'était tout ce qu'il lui faudrait pour lui envoyer un bon coup de chaussure – coquée je vous prie – en plein visage, de quoi lui faire sauter quelques dents ! Après, il ne resterait qu'à s'acharner un peu sur la partie la plus sensible de l'anatomie humaine, il songeait à la tête bien évidemment. Le plus chiant était certainement qu'il ne s'agissait pas d'un combat à mort et qu'il valait mieux éviter de trop se laisser emporter sous peine de ne pas respecter les « règles » du jeu. Cependant, Jay ne vendait pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué, il faudrait attendre de voir comment l'autre réagirait. Il était peu probable qu'il se laisse maltraiter de la sorte sans rien faire, tout comme il était possible que la régénération qu'il possédait ne demande pas autant de concentration que le trentenaire ne le pensait.

Là où un individu « normal » aurait fait preuve de doigté et d'analyse, Jay continuait à frapper aussi fort qu'il le pouvait pour avoir son adversaire à l'usure. Ce n'était pas la meilleure manière de faire, mais il n'était qu'un simple combattant qui voulait se défouler, pas un champion à la gomme qui se démarquait par son intelligence. Ou sa manière de tricher dans le cas de Gula.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 11 Fév 2013 - 11:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le combat semblait gagner en violence sous les yeux des spectateurs qui n'en étaient que plus ravis, de même que les organisateurs qui virent leur chiffre d'affaire grimper en flèche avec les paris effectués et les consommations achetées, car lorsqu'on était absorbé par un spectacle et que l'on avait un produit consommable dans les mains, eh bien on ne pouvait pas s'empêcher de le consommer, par le pouvoir de l'inconscient... Et bien sûr, le personnel du Circus s’arrangeait pour que les mains soient le moins vide possible. Quelle est belle la nature humaine, tout ça avec quelques coups et quelques gouttes de sang... bon, certes, on en était à plus que quelques gouttes là.

Les attaques de Jötunn se révélèrent plus vicieuses que les capacités sanguinaires de Bloodth. La régénération de ce dernier devait inévitablement passer par un stade d'adaptation pendant lequel son pouvoir assimilait le sang recueilli pour pouvoir l'utiliser. Pour faire simple, pendant ce temps d'adaptation, relativement long, le pouvoir guérisseur ne fonctionnait pas, laissant son utilisateur sous les effets des blessures encaissées, en l’occurrence: la force et la précision de Jay sonnaient bel et bien son adversaire en plus de rendre son corps physiquement inapte à réagir rapidement. L'avantage semblait donc changer de bord pour se placer au dessus de la tête du trentenaire, pour le plus grand plaisir du public, friand de retournements de situation. Le hérisson albinos finit par tomber au sol, victime d'un coup bien placé au niveau de sa jambe qui flancha. La suite du combat se situa à un niveau de violence supérieur avec les attaques de Jay visant la tête de son adversaire. Mais c'était sans compter sur l'autre aspect des pouvoirs de Bloodth.

Peut-être pour éviter de tuer son adversaire ou encore parce qu'il commençait à souffrir des coupures qui parsemaient son corps, la cadence des coups de Jötunn ralentit progressivement. Ce qui n'était pas la meilleure idée, son adversaire n'étant pas encore complètement inconscient, mais à un stade suffisamment critique pour le faire entrer dans un état second. Avec une vitesse et une précision spectaculaire, entre deux coups, Bloodth se retourna, arrêta la jambe de Jay avec une main et la lacéra avec les pointes de son autre bras avant de s'éloigner de lui d'un bond pour finir à quatre pattes, en position animale. Ses yeux avaient prit une teinte rouge écarlate et ses dents semblaient s'être allongées pour former des crocs. L'albinos regardait son adversaire comme un loup affamé prêt à se jeter sur sa proie, un comportement bestial accompagné de rugissements qui n'avaient plus rien d'humain non plus. Le combat avait vraisemblablement prit une autre tournure, Bloodht étant sur le point d'attaquer pour tuer. Cela ne fit qu'augmenter l'enthousiasme du public et de fait, les organisateurs décidèrent de ne pas intervenir pour ne pas les décevoir et aussi parce que le Circus, ce n'était pas un refuge de bisounours, ici, les règles étaient faites pour être bafouées, pas toujours certes, histoire de dire. Mais là, il était hors de question de suspendre le combat juste parce qu'un gladiateur entrait en transe. Cela faisait partie des risques. Néanmoins, un des coqs accompagnant Colin lui demanda s'ils ne devaient pas faire quelque chose. Le jeune homme répondit de laisser faire, sachant que c'était ce que madame César aurait dit. et s'il y avait mise à mort, et bien il y aurait mise à mort. Même si les deux combattants en question possédaient un bon potentiel et qu'il serait dommage d'en perdre un... C'était le jeu.


- Il est passé Berserk on dirait...

Philip attendait peut-être une réponse à son commentaire mais il était trop élémentaire pour être approuvé. Colin et lui-même ayant vu et vécu bien assez de match pour reconnaître ce genre de phénomène. Gula se contentait donc de regarder la suite, presque aussi excité que le reste des spectateurs. Bloodth était en mode Berserk, un état qui semblait faire partie de son pouvoir, il suffisait de voir son changement d'apparence pour le comprendre. Le mentaliste ne pouvait plus entrer dans sa tête pour y récolter des informations, les pensées et images étant devenue trop bestiales pour être interprétées, mais il savait déjà ce que voulait dire ce changement. L'albinos ne pouvait plus se régénéré, mais sa vitesse et ses réflexes avaient légèrement augmentés. La grande nouveauté, c'était qu'il ne pouvait plus réfléchir de manière sensée. Pour Colin, cela allait à l'avantage de Jay dont les coups porteraient leur fruit sans ce pouvoir de régénération. Par contre, il devra aller assez vite pour ne pas se faire trucider par l'animal car son propre pouvoir avait une durée limitée, et sans, il aurait du mal à s'en sortir...
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 11 Fév 2013 - 15:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L'attaque avait porté ses fruits, la technique aussi. Du moins, si l'on pouvait appeler les coups de Jay « technique » vu que cela semblait davantage être du combat anarchique qu'une manière de faire programmée. Peu importait au final, car seul le résultat comptait et là, il était indéniable : l'albinos ne se régénérait pas et il ne semblait plus être en mesure de le faire tant qu'il n'aurait pas trouvé quelques secondes pour s'éloigner de son adversaire. Ce dernier n'était pas près à le laisser faire de toute manière et son insensibilité l'aiderait à rester maître de ses idées jusqu'à ce qu'il mène à bien son plan. Apparemment se résistance n'était pas suffisamment développée pour lui permettre de ne pas se faire ouvrir de toute part lorsqu'il frôlait ces piques, mais au moins n'étaient-elles pas empoisonnées, ce qui lui évitait de se retrouver en train de crever à cause d'un coup bas.

Les coups de Jay se mirent à ralentir pour la bonne et simple raison qu'il ne comptait pas – pas encore – tuer son adversaire. Des fois le fait de frôler la défaite suffisait à décourager certains combattants et vu que celui-ci semblait ne pas connaître l'échec vu ses combats précédents, c'était une possibilité envisageable. Mais le trentenaire se trompait lourdement : cette faiblesse, puisque s'en était une de ne pas tuer lorsqu'il en avait l'occasion, lui coûta la victoire. Du moins provisoirement puisque l'américain ne doutait pas une seule seconde du fait qu'il allait rattraper sa connerie. L'albinos se retourna, échappant aux coups de son adversaire et lacéra la jambe de ce dernier. Aucune douleur n'afflua au cerveau de Jay qui aurait très certainement perdu depuis belle lurette s'il n'avait pas la chance de posséder un don comme le sien.

S'éloignant à quatre pattes comme un animal, l'autre combattant adopta une attitude qui semblait montrer qu'il n'avait plus rien d'humain, du moins dans son esprit. Ses dents s'allongèrent et laissèrent penser qu'elles n'hésiteraient pas à arracher la gorge – ou tout ce qui passerait à portée de bouche – de Jay, sauf que ce dernier n'avait pas l'intention de se laisser faire. Il apparaissait clair que l'albinos se battait désormais pour tuer ce qui ne laissait donc qu'une solution à l'autre participant : le tuer avant. Cette idée ne gênait pas franchement l'américain qui n'en était pas à son premier combat mortel. Cependant, même sans être très attentif à ce qui l'entourait, Jay ne manqua pas de remarquer que les blessures de son adversaire ne se soignaient pas malgré le fait qu'il s'était suffisamment éloigné pour en avoir l'occasion. Est-ce que son état de « bête » l'empêchait de réfléchir comme un humain ? Peut-être bien ! Ce serait l'un des rares fois où le trentenaire aurait l'avantage de l'intelligence sur l'autre combattant !

Lorsque l'autre attaqua, l'américain comprit aussitôt qu'il allait avoir quelques difficultés à tenir longtemps. Son don finirait par cesser de fonctionner suite à la fatigue emmagasinée et s'il ne l'avait plus, il était évident qu'il n'y avait qu'une issue possible et elle ne serait pas à son goût. Il esquiva donc en partie la charge, se débrouillant pour ne pas laisser l'albinos approcher ses dents de lui, mais sans vraiment prendre la peine d'éviter les piques qui étaient de toute manière, beaucoup trop nombreuses. Jay se laissa rouler sur le sol avant d'expédier un bon coup de pied en plein dans le visage de la bête qui attaquait. Est-ce qu'il allait sentir ce que se passait ? Peut-être pas, mais l'américain ne resta pas passif en attendant de le voir : la seule solution était de le calmer définitivement et il n'y avait pas trente-six manières de faire. Se redressant tant bien que mal – sa jambe blessée réagissait légèrement moins vite que l'autre – il attrapa son adversaire à la gorge lorsque celui-ci fut suffisamment près, puis commença à frapper son visage de son autre main. Les piques étaient toujours aussi présentes et même s'il ne ressentait aucune douleur, Jay se débrouilla tout de même pour ne pas se faire planter trop gravement. Ce serait drôlement con de crever parce qu'une pique lui avait traversé le bide sans qu'il ne le remarque ! Après avoir enchaîné plusieurs coups, le trentenaire força sur ses bras en essayant d'utiliser l'emportement de l'autre pour le retourner. S'il y parvenait, il suffirait de le faire basculer sur le sol pour lui expédier un bon coup de pied en plein visage en y concentrant toute sa force améliorée. Une attaque de deux tonnes devait suffire à lui faire exploser la tête et repeindre le sol avec sa cervelle, à moins qu'il ne dissimule encore une autre capacité bien évidemment. Une chose était sûre : cette fois-ci le rythme des coups de Jay ne diminua pas une seule seconde : lorsque vous vous battiez pour votre vie, vous ne vous inquiétiez pas de la fatigue et des blessures que vous alliez récolter.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 16 Fév 2013 - 15:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

    Pas de doute possible concernant monsieur Lane, ce dernier possédait une capacité spéciale. Rien d’autre ne pouvait expliquer son endurance exemplaire et surtout son manque de réaction suite aux attaques et blessures infligées par son adversaire. Gula, lui, n’aurait certainement pas pu retenir des réactions endolories, et surtout, il ne serait pas capable de maintenir son style de combat comme si de rien était. Les pouvoirs de Jötunn, quels qu’ils étaient, faisaient de lui un parfait combattant. Cela ajouté à son caractère lui conférait un grand potentiel que le jeune mentaliste ne pouvait pas négliger. Certes, il ne pouvait pas en jeter autant que d’autres gladiateurs aux pouvoirs spectaculaires, mais il y avait en lui un esprit typiquement « Circus », le seul truc qui lui manquait pour arriver au stade de champion, c’était un minimum de jugeote, parce que voilà, aujourd’hui, de plus en plus de gladiateurs manifestaient des capacités complexes ou encore des styles de combat qui nécessitaient un minimum de réflexion pour pouvoir être parés. Cela dit, on ne pouvait pas lui enlever une chose, voire deux : d’une il commençait à avoir une bonne expérience des combats, de deux, il avait un bon instinct, à moins que ce soit juste le B.A.ba de la logique humaine…

    Le changement d’état de Bloodth ne passa pas inaperçu et Jay réagit en conséquence. Malheureusement (du point de vue de Gula), sa contre offensive manqua cruellement de subtilité. Avec une telle attitude, Jötunn serait incapable de remporter un championnat, surtout s’il était tombé sur ce genre d’adversaire dès le premier match. Car il semblait évident qu’il serait incapable de disputer un autre combat avec les blessures qu’il s’infligeait en attaquant. Certes, les capacités de son adversaire y jouaient un rôle très important, mais avec un minimum de précaution, il aurait été possible d’éviter tous ces dommages, même avec des pouvoirs comme ceux de Jay. Mais ce n’était pas le style de la maison, pas du tout même. Cependant, on ne pouvait pas lui enlever son efficacité. Sans sa capacité de régénération, Bloodth ne pouvait pas se remettre des attaques renforcées de son adversaire et les coups répétés finirent par calmer l’animal qui était en lui et il arrêta finalement de remuer. Le sang coulait de son visage tandis que ce dernier perdait ses traits bestiaux pour reprendre leur apparence d’origine. Ses chances de survie étaient minces, mais si son pouvoir d’auto guérison fonctionnait encore, il se pourrait qu’il survive, après tout, ses piques avaient tout de même absorbé pas mal de sang.

    Une fois le décompte du KO passé, l’arbitre du combat prit la parole, micro au bec :

    – ET VOICI NOTRE VAINQUEUR !!! QU’ON L’APPLAUDISSE BIEN FORT !!!

    Et le public s’exécuta, enchaînant les sifflements et les cris, on parvenait parfois à distinguer le nom de scène de Jay que les gens et connaisseurs scandaient, ceux aussi qui n’étaient pas trop faits pour pouvoir s’en souvenir et le prononcer correctement. Autours de Colin, les coqs se montraient plutôt bougons, leur argent ayant été utilisé en faveur de Bloodth, mais les plus fairplay d’entre eux se concentraient sur le match et le commentaient encore en indiquant ce qu’il aurait changé pour le rendre encore plus palpitant, une vraie attitude de metteur en scène. Gula lui ne pensait qu’à l’efficacité du combat et au long terme… et principalement au fait qu’avec un peu plus de réflexion, Jay aurait été capable de disputer un autre combat ce soir. Là, vu son état, il en doutait. Il se demandait d’ailleurs quelles étaient les limites de son pouvoir, car étant donné la quantité de sang qu’il perdait, il était étonnant de le voir encore debout et « célébrer » sa victoire.

    Colin s’arrangea pour croiser le regard de Jay et d’un signe de tête, neutre, sans montrer la moindre satisfaction ou le moindre mécontentement, il lui fit comprendre qu’il voulait lui parlait. Mais bon, il fallait encore attendre que la traditionnelle routine post rixe se termine, et aussi il fallait voir si Jay allait devoir se rendre à l’infirmerie, ou tout du moins à ce qui en faisait office. Le corps inanimé de Bloodth, en attenant, y fut traîné par les bras et les jambes sans trop de ménagement. On allait pas non plus leur dérouler un tapis rouge ou un brancard en soie. En tout cas, si Jötunn devait se rendre à l’infirmerie, Colin l’y retrouverait pour un petit débriefing, que cela plaise ou non au trentenaire. Il espérait aussi qu’il ne se vide pas de son sang, sinon, ce combat lui aurait fait perdre son temps, à défaut d’avoir plu au public. Philip, qui n’avait pas manqué le signe de tête de Colin lui parla à voix basse, ou plutôt avec un voix que personne d’autre qu’eux deux pouvaient entendre.


    – Je ne pense pas que ce Jötunn vaille vraiment la peine qu’on s’intéresse à lui. Ce mec ne pense qu’à se défouler, j’ai même l’impression qu’il se fiche de l’issue de ses combats…

    Ce à quoi Colin répondit sans baisser le volume de sa voix, car après tout, il n’avait aucune relation privilégiée avec Philip même si c’était un des coqs qu’il connaissait depuis le plus longtemps.

    – Ca commence à faire un moment que ce type se défoule ici… et je le vois mal finir en arbitre. C’est plutôt le genre à vouloir en finir le poing levé. Alors autant l’aider.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 16 Fév 2013 - 21:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La preuve était faite que les coups frappés suffisamment forts pouvaient calmer les ardeurs des mutés les plus étranges. Même avec son pouvoir de régénération, l'albinos ne parvint pas à retenir les attaques de son adversaire et ce dernier ne s'arrêta que lorsqu'il fut certain que cette horreur n'allait plus lui offrir une autre transformation. Ce fut en réalité le contraire, l'homme reprit son apparence d'origine tandis que du sang coulait de ses blessures aussi diverses que nombreuses. L'adrénaline retomba d'un coup et la douleur arriva en même temps. Le plus difficile avec le pouvoir de l’américain, c'était qu'il passait d'un stade où il se sentait invincible puisque rien ne le faisait souffrir, à un stade où il sentait la moindre ou le plus petit tiraillement qui soit. Jay grimaça en baissant ses yeux sur ses poings qui saignaient plutôt abondamment. Avait-il perdu beaucoup de sang ? Aucune idée, il y en avait une bonne quantité par terre, mais impossible de savoir de qui il provenait. Sa concentration s'envola finalement, il délaissa son observation des coupures qui parsemaient sa peau, pour se concentrer sur l'arbitre qui braillait à ses côtés. Étrangement, même s'il savait que c'était bon pour lui, Jay n'avait jamais supporté cette manière de hurler à tout va. Tout le monde avait remarqué qu'il avait gagné. Détournant son attention de l'homme, l'américain leva les yeux vers le public pour repérer ses trois frangins qui étaient restés là : le plus âgé n'avait pas l'air enchanté, certainement parce qu'il n'allait plus pouvoir combattre ce soir, mais les deux autres avaient l'air de passer un bon moment.

Le bruit dura encore un bon moment, le blessé fut sorti de l’arène pour laisser place au combat suivant et Jay estima qu'il était préférable de passer par ce qui tenait lieu d'infirmerie. Si cela n'avait tenu qu'à lui, il serait resté ici sans se soucier de ses blessures, aucune n'avait l'air mortelle après tout, mais mieux valait éviter d'énerver davantage son frangin. Puis c'était aussi dans son intérêt de pouvoir reprendre rapidement les combats. Avant de quitter la zone, le trentenaire tourna tout de même la tête vers Gula qui avait certainement assisté au spectacle et en effet, c'était le cas. Le regard qu'il lui décrocha indiquait qu'il semblait vouloir lui parler. Un bref sourire passa sur les lèvres d'un Jay persuadé qu'il allait avoir droit à une leçon pour lui enseigner comment améliorer son style de combat. S'il n'y avait que cela pour lui faire plaisir ma foi....

Quittant la zone, Jay s'éloigna de l'agitation pour rejoindre l'infirmerie de fortune qui était gardée par un être assez revêche qui ne donnait pas franchement envie d'y retourner. Tant mieux, c'était le but recherché ! Pourtant, comparé aux autres combattants, l'américain était un habitué. Il fallait soit comprendre qu'il se faisait souvent amocher ou alors qu'il avait la chance de ne pas passer par la case « morgue » contrairement à la majorité. Tout dépendait du point de vue de chacun. Arrivé sur les lieux, le combattant se contenta de dire qu'il souhaitait simplement de quoi ne pas perdre davantage de sang, pas la peine de sortir le matériel de grands blessés, il se chargerait seul du reste. À force, ses frangins et sa mégère de mère étaient devenus plutôt doués dans les soins d'urgence puisqu'il était évident qu'il n'allait pas débarquer à l'hôpital pour des soins, même si les blessures étaient très graves. Cela ne prit pas bien longtemps et dès qu'il fut sûr qu'il n'allait pas repeindre le sol du Circus avec son sang – même si c'était déjà en partie fait – Jay quitta l'infirmerie en songeant qu'il était peut-être préférable de ne pas croiser Gula. Ce dernier allait sûrement vouloir lui prodiguer ses conseils si précieux et pour être franc, Jay doutait avoir la patience de les supporter sans répliquer. Mais c'était peine perdue, en sortant dans le corridor le trentenaire tomba sur la personne à laquelle il songeait justement. Une expression de contrariété s'afficha sur le visage du combattant avant qu'il ne prenne la parole.

« Et bien ? Tu es venu dispenser tes précieux conseils à quelques combattants dans le besoin ? »

Il inspira légèrement. Inutile d'en dire davantage pour que Gula comprenne qu'il songeait à lui. Pourtant il n'y avait pas vraiment de raison que le jeune homme décide de s'intéresser à lui. Jay avait du mal à envisager qu'une personne comme le minet face à lui puisse s'amuser à gaspiller sa salive pour raconter des trucs dont son interlocuteur se moquait totalement. Puis c'était sans compter que l’américain n'avait rien du gars qui pouvait aller loin dans la vie : c'était un loser né et jamais personne n'imaginerait qu'il puisse aller loin dans la vie. Bien décidé à ne pas faire le moindre effort de sympathie à l'égard de ce tricheur, Jay enchaîna de plus bel.

« Tu devrais retourner auprès de tes fans, tu as plus de chances de te faire lécher les bottes qu'ici. »

À croire que les jolis minets et les femmes avaient le don de le rendre irritable. Pourtant, en y repensant un peu, s'il faisait l'effort de prêter une oreille attentive à son interlocuteur, l'américain aurait certainement beaucoup à apprendre. Mais apprendre demandait plus d'efforts que de faire la tête de cochon, surtout lorsque votre professeur était une personne que vous ne pouviez pas supporter.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 18 Fév 2013 - 17:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

    Voyant que Jay se dirigeait vers l’infirmerie, Coin décida de l’y rejoindre afin de lui dire deux mots, voire plus si possible. Le temps qu’il y arrive, le trentenaire en sortait. Fallait croire qu’il voulait pas perdre son temps ici, certes, on allait pas le dorloter, mais là, il donnait vraiment l’impression de s’être fait raccommodé en deux secondes. Oh et puis après tout le jeune homme s’en fichait, il avait un truc à dire et il allait le dire, que cela plaise au combattant ou non, qu’il finisse par e vider de son sang n’était pas son problème, même les meilleurs gladiateurs ne devaient pas être chouchoutés alors ça n’allait pas commencer par celui-ci, c’était un des principes de la maison… sauf peut-être exceptions, mais aucun ne vint à l’esprit de l’étudiant.

    Colin vint donc se poster devant Jay afin de l’empêcher de partir sans qu’ils aient leur petite discussion. Au passage, cela ne semblait pas réjouir le trentenaire, mais Gula s’en contrefichait, et s’il le fallait, il l’attacherait pour le forcer à l’écouter, dans son état, Jötunn ne devrait pas imposer une grande résistance, et ses frères n’étaient pas une menace bien méchante pour le mentaliste, d’autant plus qu’il avait le personnel du Circus de son côté. Certainement, Jay avait conscience de cela car la faible opposition qu’il manifesta fut de nature rhétorique, et encore, il ne lui sortit pas son arsenal le plus important. Ces pauvres répliques firent sourire le jeune homme ce qui, il le savait, devait sûrement exaspérer son interlocuteur.

    – Arrête, tu sais bien que nos plus grands fans sont ceux dont on a explosé la tronche sur le ring. C’est pour ça que je te fais plus d’effet qu’un autre plouc que tu viens de rencontrer et qui enchaîne trois victoires à la suite Impossible de résister à l’envie d’agacer cet homme, c’était tellement facile parfois, pas professionnel du tout, il fallait l’avouer. D’ailleurs le jeune homme s’en rendait bien compte et se dit en conséquence qu’il était temps de jouer carte sur table, sans toutefois préciser qu’il usera de sa télépathie pour savoir ce que Jay pensait et ainsi évaluer son potentiel. – Bon, je vais pas te mentir, quand tu te bats, le passage que je préfère, c’est celui où tu te fais latter la gueule. C’est systématique. Mais tu vois, alors que je te regardais pisser le sang sur le ring je me suis dit : « Mince, ça fait quand même un ptit moment qu’il est là ce trouffion. Il a encore tous ses doigts et même s’il se prend des raclées il continue à venir et à finir ses combats vivant. » Donc j’y ai réfléchi et je me suis dit que la seule explication possible c’était que tu avais le derrière bordé de nouilles, ou que ta marraine la bonne fée t’enfonçait une bonne étoile en suppositoire pour t’empêcher de crever sur le ring… en gros t’as une veine de cocu et c’est le seul truc qui te sauve. Le seul… parce qu’on peut pas dire que tes pouvoirs t’assurent la victoire. Pas besoin d’être un génie pour voir que t’es pas capable de t’en servir avant de t’être pris une bonne poire. Tout ça, c’était des évidences, comme dire que le ciel était bleu ou qu’un bon coca cola et un coca cola avec des bulles, mais Colin avait l’impression que ce mec n’y avait jamais pensé, ou pire encore, qu’il avait décidé de ne pas prendre en compte tous ces paramètres alors qu’il le fallait, enfin c’était du pur bon sens et cela agaçait le mentaliste au plus haut point. Voir un tel potentiel qui n’en avait rien à faire, c’était extrêmement frustrant. Du coup le jeune homme avait l’impression de jouer à la maman en donnant des leçons, sauf que bien sûr, une bonne maman ne force pas son enfant à monter sur l’arène… enfin en général. Si Jay voulait juste crever, c’était son problème, Colin n’allait pas lui tendre la main pour l’amener à se construire une maison avec une femme, des enfants et un chien, ce serait même contre productif. Le mentaliste savait que le trentenaire était accroc aux combats, seulement voilà, un vrai fan améliore sa technique, et à long terme, sa stratégie. Avec Jötunn, on avait le sentiment qu’il se laissait aller, et c’était ses pouvoirs qui lui sauvaient les fesses sans qu’il y mette vraiment du sien, alors que s’il s’investissait un peu plus, il pourrait faire des merveilles. C’était pour cela que les autres ne s’intéressaient pas à lui, ils le considéraient comme un animal stupide et divertissant, par moments, tout au plus, mais sans véritable intérêt, peut-être même ennuyeux. Et honnêtement, un mec ennuyeux, qui en savait pas mal sur le Circus et qui ne croulait pas sous la fortune, ça donnait pas envie de le garder bien longtemps. Or Colin détestait le gâchis, de même qu’il est pour le recyclage, mais ne n’était pas le moment de parler écologie et citoyenneté, pas sûr que ce soit la tasse de thé de Jay en plus. – Alors dis-moi, est-ce que ça te tuerait de réfléchir un peu plus pendant un combat ? J’pense que tu as bien passé le cap de la contre-attaque instinctive vu ton expérience.

    C’était l’évidence même, autant c’était normal de voir un combattant en début de carrière et sans aucune expérience intensive des combat réagir à l’instinct et attaquer au tac-au-tac, autant avec quelqu’un de plus rodé comme l’était assurément Jay, on était en droit de s’attendre à un minimum de profondeur dans le corps à corps. Ne réalisait-il vraiment pas qu’il pouvait atteindre des sommets s’il s’en donnait un minimum la peine ? S’il avait retiré deux ou trois coups de son précédent combat et s’il avait utilisé ce temps pour élaborer une petite stratégie d’approche, ses blessures ne l’empêcheraient pas de mener au moins un autre combat ce soir. Un seulement peut-être, parce qu’il ne fallait pas enlever à Bloodth le fait que son pouvoir était vraiment efficace et qu’avec un adversaire physique comme Jay, il était plutôt bien tombé. Les bras croisés, le regard planté dans celui de Jay, Colin attendit une réponse de celui-ci, prévoyant une réaction échauffée et stérile comme à l’habitude tu trentenaire, mais espérant tout de même y trouver un brin de volonté.

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 18 Fév 2013 - 20:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jay ne s'attendait pas vraiment à surprendre ou déstabiliser son interlocuteur avec ses répliques aussi pauvres que risibles. S'il y avait le moindre doute à ce sujet, ce n'était plus le cas : l'éloquence n'était pas son plus grand atout et il était préférable qu'il fasse parler ses coups plutôt que sa langue. Même si l'américain mourait d'envie d'effacer le sourire de Gula à l'aide de ses poings – pleins de bandages pour l'occasion en plus – il s'en abstint et se contenta de décrocher un regard noir au minet. Si ce dernier faisait de l'effet à son interlocuteur, c'était bien l'envie de lui coller une bonne raclée, comme si la première que lui s'était récoltée n'avait pas été suffisante. Le point positif lorsque vous aviez un esprit aussi sommaire que le trentenaire, c'était que vous oubliiez rapidement les défaites pour vouloir recommencer sur-le-champ alors que vos chances de victoire étaient toujours aussi minimes. Ce n'était pas de la ténacité, juste de la stupidité, mais il était aisé de confondre les deux cependant.

Les moqueries ensuite lancées par Gula n'arrangèrent rien à leur relation, bien qu'ils avaient au moins un point commun : le plaisir de voir l'autre s'en prendre plein la gueule. Cela dit, s'il y avait bien une chose que Jay devait avouer concernant le minet, c'était qu'il était loin d'être con. Il s'était aperçu en un seul combat que les pouvoirs de l'américain ne se déclenchaient que lorsqu'il avait échangé quelques coups, mais certainement qu'il n'avait pas deviné que c'était en lien avec l'adrénaline. Ce n'était guère surprenant au final, même Jay en personne ne connaissait pas réellement l’étendue de ses pouvoirs, il n'avait découvert ces derniers que très récemment après tout. Profiter d'eux était devenu une habitude, même s'il pouvait s'en passer sans problème, bien que cela rendrait ses combats beaucoup moins divertissants il fallait en convenir. Avec tout ce blabla, le trentenaire ne comprenait tout de même pas où Gula voulait en venir, mis à part montrer à tout le monde qu'il savait analyser un combat, qu'est-ce qu'il gagnait à débiter toutes ces conneries ? Jay s'apprêtait à le couper pour lui poser la question et écourter ce monologue qui avait le don de l'agacer, mais le minet lui coupa l'herbe sous le pied en annonçant ce qui semblait le tarauder. C'était juste le fait que le cariste se battait ans réfléchir ? Qu'espérait-il ? Faire du trentenaire un combattant plus futé qui analysait les combats des autres et ne frappait plus sans enclencher ce qui lui tenait lieu de cerveau ? Et bien bon courage, la sœur de Jay avait essayé en vain d'y arriver pendant des années et le résultat était là.... Étrangement, au lieu de monter sur ses grands chevaux, le trentenaire se contenta d'esquisser un bref sourire mi-moqueur, mi-amusé.

« Et ? T'es venu ici juste pour me convaincre d'enclencher mon cerveau au prochain combat ? » L'intonation du cariste montrait clairement que l'idée était aussi idiote qu'étrange et inattendue. « Tu vois, il existe deux types de combattants, ceux dans ton genre qui vont devenir des pseudo célébrités parce qu'ils sont capables de se battre comme personne et de trouver les points faibles de leurs adversaires, puis il y a ceux comme moi. Eux c'est ceux qui sont là pour permettre aux autres dans ton genre de pouvoir se faire mousser parce qu'ils n'ont ni les capacités, ni l'envie de devenir quelqu'un. » D'un côté, ce discours pouvait avoir l'air d'être celui d'un perdant, mais au fond, ce n'était que le résultat de plusieurs années d'expérience dans la vie de Jay Lane. « Je sais pas ce qui te fait croire que je pourrais, ou même que j'aurais envie de réfléchir pendant un combat. Au cas où t'aurais pas remarqué ça par toi-même, je suis pas vraiment du genre à prendre le temps de tout analyser, ça me barbe et je préfère expédier tout rapidement. Des fois ça passe, des fois ça casse, jusqu'à présent j'ai eu de la chance alors je vois pas pour quelle raison je changerais. » Vous avez dit buté ? Juste un peu, ancré dans ses habitudes plutôt et surtout, peu désireux de vouloir changer. Trop de fatigue, trop de choses à modifier, puis surtout, il ne saurait même pas comment s'y prendre. « Si t'as des rêves de grandeur tu m'en vois ravi pour toi, moi tout ce que je veux c'est pouvoir me défouler et pas devenir le meilleur. Si je dois en crever un jour, bah tant pis. Je doute que je manquerai au Circus alors je vois pas ce que ça va changer à ta vie. »

Il fixait toujours le minet, difficile de croire que ce mec n'avait jamais essuyé aucune défaite, à croire que la nature produisait des personnes bien étranges. L'esprit étriqué du trentenaire ne parvenait pas à comprendre ce que Gula cherchait à faire, simplement se donner bonne conscience en se disant qu'il avait essayé de faire son possible pour empêcher que Jay ne crève à cause de sa connerie ? À moins que ce soit pour montrer que malgré son jeune âge, il pouvait donner les leçons même aux plus anciens ? Au fond, c'était sans importance, tout ce que l'américain savait, c'était qu'il ne pourrait pas répondre à la demande du gamin. C'était l'évidence même, s'il parvenait à enclencher ce qui lui servait de cerveau durant un combat, il perdrait vite patience et finirait par retomber dans ses vieux travers. On ne change pas une habitude aussi simplement. Essayant tout de même de faire preuve d'un semblant de bonne volonté, l'homme reprit d'un ton toujours aussi lassé.

« On va le faire plus simplement. Si je te dis que je savais même pas que j'avais des pouvoirs avant qu'un mec du public ne me le dise, est-ce que tu piges que l'analyse et la réflexion c'est loin d'être mon truc ? » Il était évident qu'à ce niveau, il était aisé de comprendre que l'intelligence n'était pas un sentiment bien familier au sein de la famille Lane. Sauf chez la petite sœur à la rigueur. « T'es bien gentil de t'intéresser aux combattants, mais tu perds ton temps avec moi, tu ferais mieux d'aller trouver ce que tu cherches ailleurs. » Il ignorait toujours ce que c'était d'ailleurs. Comme s'il se souvenait d'un dernier détail, Jay ajouta quelques mots. « Et n'espère pas que je vais te remercier de m'avoir accordé quelques minutes de ton précieux temps. »

Les mauvaises habitudes avaient toujours la vie dure, c'était clairement prouvé vu la manière dont il revenait rapidement à ses répliques à deux balles.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 20 Fév 2013 - 15:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Diplomate, Colin savait l'être en général, en tout cas un minimum. Mais lorsque cela concernait l'arène du Circus, il avait appris une chose : ce n'était pas la peine de sortir les tapis rouge et les gants en velours, il fallait y aller franco et surtout faire en sorte que le message qu'on veut faire passer reste bien implanté dans la tête de l'autre. Et si le combattant réagit en t'attaquant, ça veut juste dire (le plus souvent) qu'il n'a pas compris ce que tu viens de lui dire. Dans le cas de Jay, pas de violence. Donc il avait compris, c'était déjà une victoire en soit, mais ce n'était pas assez pour sortir les lauriers, loin de là. Cependant, il y avait un petit plus : maintenant Colin commençait à avoir une idée plus nette de qui était Jay Lane et de comment il pensait. Car le mentaliste avait beau avoir fait plusieurs promenades dans la tête de cet homme, son pouvoir ne lui permettait pas de connaître une personne rien qu'en ayant accès à ses pensées. En fait il pourrait carrément faire son sujet de thèse sur le trentenaire tant il y avait à débloquer. Mais bon, ça restait hors de question, déjà il avait trouvé un sujet qui lui plaisait beaucoup trop pour l'abandonner, et surtout, non mais vous imaginez ? Colin serait certainement incapable de passer un après midi avec lui sans vouloir l'étriper à la fin, et c'était de même pour l'autre. Non, laissons tomber cette idée folle et se concentrer sur l'immédiat : rendre Jötunn plus efficace. Objectif qui commençait d'ailleurs à se réaliser car le trentenaire fit preuve d'un minimum de subtilité en insinuant par sa dernière réplique que leur conversation était terminée. Si ça ce n'était pas une surprise...



– Oh mais ne t'excuse pas tout de suite, on a pas fini.

Colin se redressa et se décala légèrement pour être bien au milieu du couloir. Si Jay voulait passer, le contact physique serait inévitable, et dans son état, cela voulait dire se retrouver délicatement plaqué au sol. Personne ne risquait d'arriver derrière le jeune homme car quelques coqs l'avaient suivi et s'assuraient que personne ne passe. On ne dérange pas l'éducation des gladiateurs, tout comme on ne doit pas interrompre le repas d'un lion, question de savoir vivre.

– D'abord dans ta séparation des combattants, il n'y a rien qui laisse entendre qu'une classe ne peut pas passer à l'autre... Question de mode, de motivation ou encore de découverte de soi... La liste des raisons expliquant un tel changement pouvait être longue et faire également l'objet d'une étude plus complète, mais là encore, ce n'était pas le moment. Ensuite je me permets de te préciser que réfléchir sur le ring ne veut pas dire rester assis en tailleur et faire le moine pendant tout le combat, ce dont je te parle c'est de quelques secondes de réflexion par manche. Tu sais ce petit laps de temps pendant lequel tu fixe amicalement ton adversaire et qu'il fait pareille alors que vous vous demandez tous les deux où est-ce que vous allez caresser l'autre avec le poing ? Ben au lieu de lui faire les beaux yeux, tu pourrais, je ne sais pas mois... Repenser à tout ce que tu sais de lui ; sa position, le type de réaction qu'il a lorsque tu l'attaque, s'il est du genre offensif ou défensif, s'il a l'air de réfléchir plus que toi... la base, en plus je suis sûr que tu le fais déjà sans t'en rendre compte. C'était obligé. Appelez cela l'instinct, l'intuition ou tout ce que vous voulez, mais il était presque impossible que Jay n'utilise pas son cerveau un minimum à chaque combat. Comme là, Colin avait bien vu que le trentenaire avait essayé d'éviter les pics de Bloodth un minimum, bon il aurait pu faire plus d'effort pour chercher un endroit sûr, mais le fait était qu'il avait réfléchi. Au final, ce que je te demande c'est au moins d'essayer, au pire tu perds quelques secondes de plaisir, au mieux tu gagnes l'occasion de combattre une deuxième fois dans la même soirée.

Jay était une tête de mule, ça l'étudiant l'avait bien compris. Aussi le trentenaire ne comprenait sûrement pas que si le mentaliste s'intéressait à lui ce soir c'était parce qu'il venait de mettre KO voire pire le seul autre combattant qui avait gagné son intérêt jusque-là. Le tout sans devoir être envoyé aux urgences, ce qui de toutes façons aurait été délicat étant donné la nature clandestine du Circus Maximus.

– Et puisqu'on en est à être sincère, que tu t'améliores ou pas, ça ne changera pas grand chose à ma vie, tu as raison. Une petite félicitation de moins d'une minute tout au plus. Mais toi, si tu gagnes plus de combats, ne me dit pas que ça changera rien à la tienne. Entre les paris et les petites compensations données aux combattants vainqueurs, il y avait de quoi gagner un peu d'argent. Et là on approchait un autre terrain qui laissait Colin indifférent mais qui avait peut-être sa valeur pour quelqu'un qui se trouvait dans la situation de Jay. Il laissa donc à son interlocuteur le temps d'imaginer les changements qu'une « évolution » pourrait apporter à sa vie. Mais pas trop non plus pour ne pas lui laisser le temps de reprendre la parole, et donc recommencer son petit numéro de : « laisse-moi tranquille, j'suis un loser ». Il était temps d'ailleurs d'ajouter une petite note philosophique, mais toute petite, parce que c'était Jay tout de même... – Ça va sûrement te surprendre, mais tu as un cerveau. Le seul truc qui t'empêche de le rendre utile, c'est toi.

Ce n'était peut-être pas assez évident pour Jay, mais ce que Colin était en train de faire, c'était de lui proposer son aide pour améliorer son score au Circus. Il ne voulait pas l'empêcher de combattre ou de se défouler, au contraire. En fait, la seule chose que Jay pourrait perdre, c'était son temps... et peut-être aussi son honneur en fin de compte, car il ne semblait pas porter Colin dans son cœur, loin de là. Pour le mentaliste, il ne perdrait pas grand chose, du temps aussi, certes, mais au moins cette tentative de motivation avait le mérite de le divertir et de lui apporter un petit challenge personnel. Car il fallait avouer que très peu de personnes pouvaient imaginer Jay Lane au sommet du Circus.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 20 Fév 2013 - 20:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Si l'on pouvait laisser quelque chose à Gula, c'était bien qu'il était tenace. Il est vrai que le trentenaire avait espéré mettre fin à la discussion – de manière subtile pour une fois – en sous-entendant qu'il n'avait rien de plus à ajouter. Preuve que seule la force apportait un résultat concluant, même s'il était fort probable qu'en rentrant dans le lard de Gula, Jay risquait fortement de finir sa journée aux urgences. Saloperie de tricheur, une fois de plus l'irritation du combattant fit un pic et il décrocha un regard plus qu'hostile à son interlocuteur histoire de lui faire une fois de plus comprendre que tout cela l'emmerdait grandement. Au cas où ça n'aurait pas été clair les dix premières fois. Le minet s'autorisa même le luxe de bloquer le couloir, comme s'il s'imaginait que ce geste pouvait dissuader un idiot comme Jay de faire un passage en force. D'un côté, en lui rentrant dedans, il se prendrait une tôlée et ne pourrait certainement plus écouter la suite du ramassis de conneries que Gula lui servait, c'était aussi une solution envisageable non ? Cependant, l'américain n'avait pas vraiment envie de se prendre une nouvelle branlée de la part du gamin, mieux valait donc la jouer finement.

D'une oreille distraite, le cariste écoutait ce que son interlocuteur lui disait. Il avait parfaitement raison, faire partie d'une classe ne signifiait pas que l'on ne pouvait pas se hisser dans l'autre, mais encore fallait-il le vouloir comme Gula le soulignait si bien et en l'occurrence, c'était loin d'être le cas de Jay. Il n'avait jamais été ambitieux et pour être franc, s'il avait accepté d'intégrer le Circus, c'était uniquement pour faire plaisir à ses frangins, sans quoi il aurait décidé de rester un simple combattant lambda. Le plus frustrant dans tout ce que sortait de la bouche du gamin restait certainement qu'il avait parfaitement raison. Qu'avait-il à perdre ? Strictement rien, puis peut-être bien que Jay pourrait finir par apprécier ce type de combat qui sait ? Il n'avait jamais essayé, il ne pouvait donc pas savoir si c'était aussi horrible qu'il le pensait. Quel sale con avec ses répliques tout à fait véridiques, une raison de plus pour se sentir comme un abruti face à un sale gamin trop bavard. La dernière phrase de Gula ne manquait pas de justesse encore une fois, même si en l'état des choses, l'américain refusait d'un croire.

« T'as dû potasser de tonne de bouquins pour me sortir des phrases de merde dans ce genre. » Le ton était légèrement moins contrarié qu'auparavant, les arguments du minet ayant fait mouche. « Vous êtes chiants à tous vouloir aider les autres à s'améliorer, ça vous coûte tellement de voir que certains s'en foutent de devenir la coqueluche du public ? » Il éprouvait toujours une grosse difficulté à comprendre pourquoi tout le monde voulait se mêler de sa vie. Encore venant de ses frères, c'était normal vu qu'ils ramassaient le pactole, mais le minet, mis à part avoir une participant de plus après le premier combat, il n'y avait aucune raison valable. « Laisse-moi simplement te dire que j'ai pas franchement une bonne mémoire, je retiens que ce qui m'intéresse et jusqu'à présent je t'avoue que j'en avais rien à carrer des techniques des autres. Je me bats pas avec une technique spéciale, avant de rentrer dans l’arène je sais même pas moi-même ce que je vais faire.... Alors deviner ce que l'autre va faire, franchement.... » Il avait l'habitude des combats de rue, mais pas franchement de ceux qui demandaient de la réflexion et c'était pour cette raison qu'il ne brillait pas au Circus. Cela dit, son ton n'était pas hostile aux paroles de Gula, il se contentait d'énoncer les problèmes inhérents à sa situation actuelle. « Je vais pas changer toutes mes habitudes juste pour ça, alors j'aviserai la prochaine fois que je me bats, puis si ça passe tant mieux, sinon tu pourras me lâcher avec tes conseils. »

Ce n'était pas un accord qu'il cherchait, Jay se contentait de dire les choses comme elles étaient, sans en laisser le choix à Gula. De toute manière il était peu probable que le gamin se fasse chier avec un loser, si jamais il se rendrait bien compte que son interlocuteur était voué à perdre lorsqu'il fallait enclencher son cerveau, il ne perdrait certainement pas plus de temps à essayer de le raisonner. Une question restait néanmoins dans l'esprit de l'américain qui n'arrivait pas à comprendre certains points de leur discussion. Puis, pour être sincère, il se demandait aussi comment Gula aurait réagi face à l'albinos.

« Et si t'as effectivement rien à gagner, pourquoi tu t'emmerdes à me parler alors ? T'es pas un bon samaritain, t'as perdu un pari ou une connerie de ce genre ? » Des soupçons, encore et toujours. « Et comment t'aurais réagi face à l'albinos alors ? T'as une solution miracle pour toucher sans devoir frapper ? » Il songea à un détail et ajouta quelques mots d'un ton ouvertement moqueur. « Et là je te parle sans triche, parce que c'est facile de deviner ce que les autres vont faire lorsque tu peux rentrer dans leur tête, ça n'a rien à voir avec de l'intelligence ou de la réflexion ça. »

Décidément, la pilule n'était jamais passée chez Jay. Il avait toujours autant de mal à accepter que le gamin puisse venir lui fouiller dans la tête. Comment ferait-il sans cette capacité ? Certainement qu'il ne serait pas capable de gagner autant de combats qu'il l'avait fait, mais il était peu probable qu'il l'admette. C'était aussi un point qui était très présent chez ceux de la première classe : ils étaient très vaniteux. Trop même.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin Cadre_cat_6J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin Cadre_cat_8


J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin Cadre_cat_1J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin Cadre_cat_2bisJ’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin
» Mon cœur bat pour toi, mais tu ne le vois pas...
» je suis seul,mais pas pour longtemps
» THEME - Une salle pour réviser pitié ! [PV]
» [FB] Deux tueurs pour une victime. Mais qui remplira sa mission?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin Cadre_cat_6J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin Cadre_cat_8
Sauter vers: