Braquage à l'américaine ▬ libre Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Braquage à l'américaine ▬ libre Cadre_1Braquage à l'américaine ▬ libre Cadre_2_bisBraquage à l'américaine ▬ libre Cadre_3
 

Braquage à l'américaine ▬ libre

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 18 Nov 2019 - 13:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

Jay Lane
Cartel Rouge

Personnage
Jötunn

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 03/09/2019
ϟ Nombre de Messages : 125
ϟ Nombre de Messages RP : 39
ϟ Célébrité : Norman Reedus
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 38 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chef des Ymir
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : Environ 1m85, 90 kilos. Cheveux châtains mal coiffés, yeux bleus. Quelques cicatrices et tatouages. Porte des vêtements usés.
ϟ Pouvoirs : - Insensibilité
- Force accrue (960 T)
- Résistance améliorée (960 T)
- Résistance aux drogues/poisons
- Endurance améliorée
- Régénération améliorée
- Vague d'adrénaline
- Détection du danger
- Survie
- Blocage des influences
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Jötunn

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 03/09/2019
ϟ Nombre de Messages : 125
ϟ Nombre de Messages RP : 39
ϟ Célébrité : Norman Reedus
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 38 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chef des Ymir
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : Environ 1m85, 90 kilos. Cheveux châtains mal coiffés, yeux bleus. Quelques cicatrices et tatouages. Porte des vêtements usés.
ϟ Pouvoirs : - Insensibilité
- Force accrue (960 T)
- Résistance améliorée (960 T)
- Résistance aux drogues/poisons
- Endurance améliorée
- Régénération améliorée
- Vague d'adrénaline
- Détection du danger
- Survie
- Blocage des influences
ϟ Liens Rapides :
18 Novembre 2019

Devoir jouer les citoyens honnêtes emmerdait franchement Jay. Il avait surtout envie de tout envoyer chier et par la même occasion, d'inviter son imbécile de nouveau patron à aller se faire voir. Cela dit, il ne l'avait pas fait, même lorsque cet idiot lui avait fait savoir qu'il y avait un problème avec sa première paie et qu'il allait devoir se débrouiller seul pour avoir un rendez-vous avez quelqu'un dans un endroit dont Jay avait déjà oublié le nom. Super. Les rendez-vous, c'était justement son dada ! Arriver à une heure fixe, écouter un crétin déblatérer des trucs qui finiraient forcément par signifier « non », très peu pour lui ! Cependant, s'il avait envie d'être payé, il n'y avait pas trente-six solutions pour le coup. C'était pour cette raison que l'Américain avait dû prendre rendez-vous – avec une cabine du coin puisqu'ils n'avaient évidemment plus le téléphone chez eux – et recevoir un horaire qui l'emmerdait plus qu'autre chose. Le grand pied !

C'était pour cette raison qu'il arborait cet air contrarié dans l'ascenseur, comme toujours me direz-vous. Il était vrai que la jovialité n'était pas le principal atout du trentenaire, mais dans le fond, il s'en contrefichait, peut-être que s'il était désagréable, le mec avec qui il avait rendez-vous réglerait plus rapidement son cas ? Jay supputait qu'il aurait affaire à un homme, inutile de dire qu'avec son côté misogyne il n'apprécierait que moyennement de se retrouver face à une gonzesse, mais comme le hasard semblait s'acharner sur lui, ma foi....
À ses côtés se tenait un mec qui était zappé comme s'il allait dîner dans un grand restaurant – pas qu'il y ait déjà mis les pieds cela dit – et comme il était clair qu'ils n'évoluaient pas du tout dans les mêmes sphères, l'homme ne s'intéressa pas davantage à lui, préférant admirer le coloris des boutons du panneau de commande de l'ascenseur. La musique – comme toutes celles d'ascenseur d'ailleurs – était à chier et la montée semblait interminable, à croire qu'il allait passer la pire journée de sa vie ici. Le sentiment de faire tache dans le décor était plus présent que jamais et ajoutait encore à sa contrariété.

Arrivé au dernier étage, Jay fut satisfait de constater qu'ils n'allaient pas dans la même direction, même si au fond il était peu probable qu'un gars attifé comme celui-là, puisse avoir des problèmes avec sa paie. Sans s'attarder davantage sur ce point, l'Américain se rendit au bureau cité dans la convocation et en poussant la porte. Son déplaisir augmenta lorsqu'il posa les yeux sur une gonzesse, une nana habillée comme une gentille secrétaire avec une tête parfaitement honnête, typiquement le style de personnes avec qui il ne pourrait jamais communiquer normalement. Comme elle l'invita à s'installer, il s'exécuta en silence et elle commença à débiter toutes les raisons qui l'amenaient ici : fiches d'horaires apparemment mal complétées, salaire en baisse à cause de quelques dégâts qu'il avait faits sur des marchandises et qui seraient retirés de son salaire.... Bref, le pied intégral. Sentant la moutarde lui monter au nez, le trentenaire décida toutefois de se taire jusqu'à ce qu'elle la ferme, ce qui fut relativement long à arriver d'ailleurs. Lorsqu'elle le regarda, Jay se rendit compte qu'il n'avait pas réellement écouté tout ce qu'elle avait raconté et fit comme toujours : attaqua sur ce qui le contrariait.

« J'm'en branle d'toutes vos conneries, tout c'qu'j'veux c'est mon salaire alors arrêtez d'me faire chier avec vos papiers et donnez-moi c'qui m'revient. » Elle secoua la tête comme si elle avait affaire à un enfant capricieux.
« Monsieur Lane, ce n'est pas aussi simple que vous semblez le penser, il faut que nous révisions tous vos salaires passés avant pour vérifier votre paie. Je suis navrée, mais nous ne pouvons pas vous aider. Il faut que vous.... »

Elle n'eut pas l'occasion de poursuivre – et heureusement – car des bruits familiers se firent entendre, apparemment l'alarme sonnait. La conseillère se redressa pour se diriger vers la porte de son bureau et jeta un coup d’œil à l'extérieur avant de refermer aussi sec l'huis puis de tourner le verrou. Jay se leva à son tour histoire de la rejoindre au moment où elle se tournait vers lui.

« Ne sortez pas ! Des cambrioleurs, il faut appeler la police ! »
« La police est déjà prévenue avec l'alarme, t'es peut-être bien payée, mais pas pour enclencher ta cervelle. Pousse-toi d'là, pas question qu'j'crève dans cette pièce. »

Comme elle ne bougeait pas, il la bouscula un peu brutalement pour ouvrir le verrou avant de se glisser hors de la pièce, rapidement suivit par la conseillère qui semblait avoir compris qu'il avait plus de chances de survie qu'elle. Même si l'idée de l'avoir dans les pattes ne l'enchantait pas, Jay la laissa venir. Au pire, elle ferait un bon bouclier humain.
Des gars visitaient apparemment les bureaux pour vérifier que tout le monde était sous contrôle et l’Américain décida de s'éloigner en direction des escaliers. Mais avant d'y arriver, il tomba sur un tireur aux prises avec un gars. Profitant du fait que le tireur ne les avait pas remarqués, Jay ramassa un vase posé à côté de lui avait de le projeter sur le crâne du gars qui tomba au sol. Sans se soucier davantage des deux autres protagonistes, le trentenaire se pencha pour ramasser l'arme avant de vérifier le nombre de balles et la sécurité.

« Monsieur Lane, s'il vous plaît, ne faites pas de bêtises, nous devons sortir d'ici. » Il se tourna vers la conseillère.
« J'suis navré, mais nous n'pouvons pas vous aider. » Répétition de ce qu'elle lui avait dit quelques instants plus tôt. Désignant le mec en costume d'un geste du menton, il conclut. « Démerde-toi avec lui, c'est sûrement un super, il doit aimer les gourdes en détresse dans ton genre. Moi j'm'casse d'ici. »

Sans ajouter davantage de détails, il se détourna des deux guignols pour s'éloigner en direction des escaliers, espérant simplement qu'ils n'allaient pas être surveillés. Mais avec sa poisse actuelle, c'était peu probable.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas


   
Les têtus ont toujours le dernier mot
The secret side of me, I never let you see, I keep it caged but I can't control it, So stay away from me, the beast is ugly, I feel the rage and I just can't hold it. It's scratching on the walls, in the closet, in the halls, It comes awake and I can't control it, Hiding under the bed, in my body, in my head, Why won't somebody come and save me from this, make it end ?


Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 26 Nov 2019 - 21:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Vigilant Indépendant
Vigilant Indépendant

Steve Douglas
Vigilant Indépendant

Personnage
The Judge
ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 02/05/1987
ϟ Arrivée à Star City : 10/10/2019
ϟ Nombre de Messages : 95
ϟ Nombre de Messages RP : 33
ϟ Célébrité : Dean Ambrose/Jon Moxley
ϟ Crédits : pinterest
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Celibataire
ϟ Métier : Videur
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Cheveux court.
Barbe de 3 jours
Traces de brûlure sur le corps
Cicatrice au niveau des mains
Entaille au niveau du torse.
ϟ Pouvoirs : Pouvoir absorption d'objet: (+/- 0.1m³)
Grand force (500kg max)
Insensible à la douleur
ϟ Liens Rapides : Présentation
Carnet d'adresses
Passport
Journal
Joueur
The Judge
ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 02/05/1987
ϟ Arrivée à Star City : 10/10/2019
ϟ Nombre de Messages : 95
ϟ Nombre de Messages RP : 33
ϟ Célébrité : Dean Ambrose/Jon Moxley
ϟ Crédits : pinterest
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Celibataire
ϟ Métier : Videur
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Cheveux court.
Barbe de 3 jours
Traces de brûlure sur le corps
Cicatrice au niveau des mains
Entaille au niveau du torse.
ϟ Pouvoirs : Pouvoir absorption d'objet: (+/- 0.1m³)
Grand force (500kg max)
Insensible à la douleur
ϟ Liens Rapides : Présentation
Carnet d'adresses
Passport
Journal
Cela allait bientôt faire deux moins que j’étais dans cette putain de ville, je n’étais pas un grand fan, mais surtout, je n’allais pas pouvoir vivre dans un motel miteux toute ma vie, j’avais trouvé deux ou trois logements qui pouvait m’intéresser, mais avant tout, il fallait que je sorte de l’argent de ma poche et pour cela... Il fallait que j’aille à la banque... Je détestais ses endroits, cela puait la mauvaise foi et on passait des heures à discuter juste pour avoir un oui ou un non. Je serais claire, je ne comprenais pas du tout le fonctionnement d’une banque. Mais je n’avais pas le choix, je ne me promenais pas avec des milliers de dollars en poche.

J’éviterais d’expliquer les détails, mais quand je demandais un rendez-vous, je devais attendre un banquier pour que celui-ci fasse l’analyse de mes antécédents bancaires... Vous savez, histoire de savoir si j’étais solvable et pas une personne à risque ou d’autre connerie du genre qui ressemblait à du chinois pour moi... Mais comme d’habitude, la banque était le roi de la rapidité... Je ne saurais pas dire combien d’heure, j’avais dû attendre, mais j’avais l’impression que la journée était sur le point de passé... Au point de revoir la dame de l’accueil pour lui dire.

Finalement au bout d’un moment qui me semblait des heures, un homme en costard cravate arrivait, moi j’étais à moitié endormi avec un léger filet de bave, je me relevais presque sursautant en entendant la voix de cet homme.

Monsieur Douglas ? Si vous voulez bien me suivre.

Je suivais alors cet homme qui devait alors plus ou moins le même âge que moi... Même si on pouvait voir à notre tenue, mais aussi à notre façon de marcher qu’on venait de deux mondes diffèrent. Arriver à son bureau une série d’étage plus haut, je m’installais sur une chaise et commençais cette horrible chose qui était de discuter avec ce type sur les biens, les garanties que je pouvais mettre en place pour effectuer mon emprunt et mes possibilités de remboursement. C’était d’ailleurs à contre cœur que je parlais de ma Chevrolet comme garantie possible.

Mais durant cette conversation, j’entendais une alarme s'enclencher et quelques instants plus tard un type armée arrivait dans le bureau. Le pauvre banquier se mettait à terre tel un ver de terre alors que moi, je restais debout, le criminel s’avançait vers moi et une fois assez proche, j’agrippais le bas de son canon pour le frapper avec d’un mouvement rapide. Je le faisais tomber sur le sol et l’achevais avec une série de coups de poings. Il n’allait pas se relever avant des heures, moi, je le levais et me dirigeant vers la sortie, je disais au banquier. Cacher vous quelques parts si vous ne voulez pas mourir.

Je sortais alors de la pièce pour me diriger vers les escaliers, je me montrais prudent et méfiant, ils étaient armés et moi, je ne voulais pas me retrouver avec une arme en main et avoir des problèmes avec la justice. Finalement, j’arrivais devant les escaliers et je pouvais voir un homme me faire face, je ne prenais pas le temps de réfléchir, celui-ci avait une arme en main, et même s’il n’était pas totalement habillé comme les autres, je n’avais pas le temps de tergiverser. Je plaçais ma main sur l’arme pour détourner le canon avant de tenter de le frapper pour le mettre KO et le désarme par la même occasion.
 
Revenir en haut Aller en bas


Braquage à l'américaine ▬ libre Tumblr_pqtb6qe8bW1tuenido3_500

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 27 Nov 2019 - 19:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

Jay Lane
Cartel Rouge

Personnage
Jötunn

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 03/09/2019
ϟ Nombre de Messages : 125
ϟ Nombre de Messages RP : 39
ϟ Célébrité : Norman Reedus
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 38 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chef des Ymir
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : Environ 1m85, 90 kilos. Cheveux châtains mal coiffés, yeux bleus. Quelques cicatrices et tatouages. Porte des vêtements usés.
ϟ Pouvoirs : - Insensibilité
- Force accrue (960 T)
- Résistance améliorée (960 T)
- Résistance aux drogues/poisons
- Endurance améliorée
- Régénération améliorée
- Vague d'adrénaline
- Détection du danger
- Survie
- Blocage des influences
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Jötunn

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 03/09/2019
ϟ Nombre de Messages : 125
ϟ Nombre de Messages RP : 39
ϟ Célébrité : Norman Reedus
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 38 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chef des Ymir
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : Environ 1m85, 90 kilos. Cheveux châtains mal coiffés, yeux bleus. Quelques cicatrices et tatouages. Porte des vêtements usés.
ϟ Pouvoirs : - Insensibilité
- Force accrue (960 T)
- Résistance améliorée (960 T)
- Résistance aux drogues/poisons
- Endurance améliorée
- Régénération améliorée
- Vague d'adrénaline
- Détection du danger
- Survie
- Blocage des influences
ϟ Liens Rapides :
Jay emprunta l'escalier et dévala les marches sans prêter attention au dernier appel de sa conseillère. Elle pouvait bien crever la gueule ouverte qu'il s'en ficherait complètement ! Il n'avait aucune empathie pour les personnes qui « faisaient leur boulot » sans penser qu'il y avait des gens derrière les noms des dossiers qu'ils compulsaient ! Bon, il aurait été plus exact de dire qu'il n'avait aucune empathie pour qui que ce soit. Hormis les membres de sa famille, mais ces derniers se comptaient désormais sur les doigts d'une main avec la disparition de Charlie.

Se vidant la tête de tout ce bordel, Jay déboucha à l'étage inférieur. Des bruits lui arrivaient aux oreilles, mais ça n'avait rien de trop surprenant ! Si tous les étages étaient occupés, il devait y avoir un bon nombre de cambrioleurs et par conséquent, une tripotée de bagarres possibles ! De son côté, le Texan n'était pas ici pour se battre. Il l'avait suffisamment fait dans les arènes du Circus, mais ce n'était pas tant ça le problème. Lorsqu'on était un ancien repris de justice, il valait mieux éviter de se battre, même si c'était lors d'un cambriolage et que vous vous en preniez aux « méchants ». Il y aurait toujours un flic pour lui reprocher quelque chose.

Il s'éloigna donc des bruits les plus proches, se rapprochant des murs vitrés qui permettaient de voir les étages inférieurs. Apparemment, celui qu'il souhaitait rejoindre était occupé par une demi-douzaine d'individus armés jusqu'aux dents. Pas que cela lui pose problème, mais disons simplement qu'il préférait éviter de se faire tirer dessus s'il en avait la possibilité. Ne pas être sensible à quelque chose ne signifiait pas que vous preniez plaisir à servir de cible d'entraînement à des abrutis.

Soupirant de lassitude, Jay s'écarta des vitres avant que quelqu'un ne le repère, puis rebroussa chemin. S'il lui était impossible de passer par là, il allait tout simplement opter pour la direction opposée ! Normalement, s'il ne se plantait pas totalement, il devait y avoir des escaliers de secours dans le coin. Peut-être qu'en dénichant un plan de l'étage, il pourrait se diriger avec plus de précisions ? Ce nouvel objectif en tête, le trentenaire finit par opter pour une direction qu'il pensait bonne – mais il pouvait se planter sur toute la ligne.

Dépassant une série de portes qui devaient sans doute déboucher sur des bureaux similaires à celui qu'il venait de quitter, Jay arriva dans une sorte de petit hall au plafond haut. De nouveaux bruits de lutte étaient perceptibles et il n'y prêta guère attention, du moins jusqu'à ce que des silhouettes ne l'obligent à s'arrêter. Deux types venaient de déboucher devant lui, le regard paniqué et visiblement totalement largué. C'était des clients ou des employés, peu importait, mais ils risquaient d'attirer l'attention des cambrioleurs et Jay n'en avait aucune envie. Il s'apprêtait à leur conseiller – peu gentiment – de se tirer rapidement et d'aller se planquer dans un bureau lorsqu'un autre type débarqua tout à coup. Vu sa dégaine, ce n'était clairement pas un employé de la banque, mais Jay ne s'y attarda pas spécialement. Il préféra vérifier que le mec n'était pas armé – ce qui était le cas – avant de lui balancer quelques mots.

« Bouge pas d'la, t'as la tronche d'un cambrioleur. »

Lui aussi, sans aucun doute, mais il savait qu'il n'était pas avec ces mecs, c'était tout ce qui comptait. Jay avait récupéré une arme sur le type qu'il avait assommé à l'étage supérieur, mais il ne comptait pas s'en servir. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'il l'avait glissée à l'arrière de son pantalon – sécurité activée bien entendu. Il n'esquissa pas de geste pour s'en servir, mais considéra qu'il pourrait toujours s'amuser à les menacer si ces civils lui pompaient trop l'air. Il était ici pour se tirer de cette banque et pas pour copiner avec des inconnus.

Son avertissement lancé au type, Jay glissa son regard clair sur les civils qui s'étaient pétrifiés, semblant attendre un conseil ou un ordre sur la marche à suivre. Ils avaient besoin d'être secoués.

« Tirez-vous bande d'abrutis ! Y'a des tireurs pas loin, planquez-vous dans un bureau ou cassez-vous, mais fermez-là, j'veux pas qu'vous attiriez tout l'groupe ici ! »

Le ton n'était pas amène et la femme se redressa comme si elle venait d'être giflée avant de se carapater en direction des portes que Jay venait de dépasser. Elle fut rapidement suivie par l'autre homme, mais le dernier, celui qu'il avait pris pour un cambrioleur, ne suivit pas le mouvement. Relevant ses yeux vers lui, le Texan lui adressa une nouvelle fois la parole, toujours du même ton revêche.

« T'devrais faire pareil s't'es pas avec ces abrutis. »

Il parlait des cambrioleurs, même s'il était vrai que ce n'était pas spécialement clair. Pour sa défense, tous les gens qui n'étaient pas des Lane étaient des abrutis, on faisait donc avec le vocabulaire qu'on avait.
 
Revenir en haut Aller en bas


   
Les têtus ont toujours le dernier mot
The secret side of me, I never let you see, I keep it caged but I can't control it, So stay away from me, the beast is ugly, I feel the rage and I just can't hold it. It's scratching on the walls, in the closet, in the halls, It comes awake and I can't control it, Hiding under the bed, in my body, in my head, Why won't somebody come and save me from this, make it end ?


Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 27 Nov 2019 - 20:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Vigilant Indépendant
Vigilant Indépendant

Steve Douglas
Vigilant Indépendant

Personnage
The Judge
ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 02/05/1987
ϟ Arrivée à Star City : 10/10/2019
ϟ Nombre de Messages : 95
ϟ Nombre de Messages RP : 33
ϟ Célébrité : Dean Ambrose/Jon Moxley
ϟ Crédits : pinterest
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Celibataire
ϟ Métier : Videur
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Cheveux court.
Barbe de 3 jours
Traces de brûlure sur le corps
Cicatrice au niveau des mains
Entaille au niveau du torse.
ϟ Pouvoirs : Pouvoir absorption d'objet: (+/- 0.1m³)
Grand force (500kg max)
Insensible à la douleur
ϟ Liens Rapides : Présentation
Carnet d'adresses
Passport
Journal
Joueur
The Judge
ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 02/05/1987
ϟ Arrivée à Star City : 10/10/2019
ϟ Nombre de Messages : 95
ϟ Nombre de Messages RP : 33
ϟ Célébrité : Dean Ambrose/Jon Moxley
ϟ Crédits : pinterest
ϟ Doublons : aucun
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Celibataire
ϟ Métier : Videur
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Cheveux court.
Barbe de 3 jours
Traces de brûlure sur le corps
Cicatrice au niveau des mains
Entaille au niveau du torse.
ϟ Pouvoirs : Pouvoir absorption d'objet: (+/- 0.1m³)
Grand force (500kg max)
Insensible à la douleur
ϟ Liens Rapides : Présentation
Carnet d'adresses
Passport
Journal
Alors que je me dirigeais vers cet homme armé, je pouvais voir que ce gars n’était pas une menace comme l’était les cambrioleurs. Mais cela ne voulait pas dire que celui-ci n’était pas une menace... Dans le fond, lui et moi, on avait la même tête et le même look. Du coup, j’aurais bien voulu rire quand je l’entendais dire que j’avais une tête de cambrioleur. Avec son arme, il avait l’air d’être un criminel. On m’aurait dit que c’était un assassin que cela ne m’aurait pas surpris d’ailleurs. Mais vu qu’il portait l’arme à l’arrière, je doutais bien assez de ses mauvaises intentions pour finalement ne pas l’attaquer. Ce qui ne m’empêchait pas de lui répondre.

Tu t’es regardé ? Tu te prends pour John Mclaine?

Je l’agrippais à l’épaule, je voulais être sûr de l’avoir en face de moi. Il pouvait parler à ses bureaucrates comme il voulait, je n’en avais rien à foute, mais il y avait deux choses que je pouvais accepter. La première était que je sentais qu’il me prenait de haut et je détestais cela. Je savais que je devais des fois fermer ma gueule, mais ce type n’était ni ma mère, ni mon boss. Alors ses ordres en mode, je suis le chef, il pouvait se les mettre ou je pense, et la seconde était son plan. Je ne savais pas ce qu’il prévoyait de faire et je ne voulais pas d’un massacre intitule qui attirerait l’attention des flics sur moi.

Que cela te fasse plaisir ou non, je n’en ai rien à foutre, mais je préfère te suivre, j’ai bien compris que tu n’es pas un de ses types. Mais je n’ai pas envie d’être mêlé à un massacre et d’avoir à discuter des jours avec les flics.

Dans le fond, j’avais un peu l’impression de me voir... J’étais peut-être un peu plus doux dans ma façon de parler... Un peu plus sociable peut-être. Mais j’avais l’impression d’avoir les mêmes pensés que lui... Je décidais donc de prendre de l’avance sur lui, je voulais lui faire comprendre que je n’avais pas l’intention de suivre les ordres qu’il voulait me donner, je faisais ce que je voulais et au final ce que je voulais, c’était me tirer d’ici... Mais mon devoir de justicier me forçait à agir et cela me faisait bien chier.

Alors que je descendais vers les escaliers, je pouvais voir un homme armé et cette fois, le doute n’était pas permis, c’était un des cambrioleurs qui surveillait les escaliers, sans nul doute pour empêcher les gens de fuir par là. Je n’attendais pas un instant de plus pour agir. Je faisais un bon pour lui tomber dessus et lui fracasser le crâne d’un coup de genoux. Alors que je retombais sur le sol un peu lourdement, je retenais par le col de sa veste pour éviter qu’il tombe lourdement et que pas malchance durant sa chute, il appuie sur l’arme. Je n’étais pas un expert des armes à feu, mais j’avais déjà entendu assez d’histoire pour savoir qu’il ne fallait pas toujours appuyer très fort pour déclencher une véritable avalanche de balle. En plus, si les flics étaient déjà-là cela risquerait de les inciter à intervenir et je ne savais pas si c’était dans les intentions de ce type. Mais moi ce n’était pas mon cas. D’ailleurs, je me tournais vers lui pour finalement lui demander.

Du coup, tu as l’intention de faire quoi toi... Histoire qu’on ne se tire pas dessus.

Question légitime dans un sens, je ne savais pas exactement s’il voulait faire un massacre ou juste fuir tout seul comme un lâche. Je devais rester un minimum méfiant tant que je ne savais pas ses intentions. En tout cas, j’espérais qu’il avait compris que je n’étais pas du genre à ne pas rester là à rien faire et surtout que je savais me défendre.
 
Revenir en haut Aller en bas


Braquage à l'américaine ▬ libre Tumblr_pqtb6qe8bW1tuenido3_500

 
Braquage à l'américaine ▬ libre
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Braquage à l'américaine ▬ libre Cadre_6Braquage à l'américaine ▬ libre Cadre_7_bisBraquage à l'américaine ▬ libre Cadre_8


Braquage à l'américaine ▬ libre Cadre_1Braquage à l'américaine ▬ libre Cadre_2_bisBraquage à l'américaine ▬ libre Cadre_3
 Sujets similaires
-
» Hentaï
» Hentaï RP
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Braquage à l'américaine ▬ libre Cadre_6Braquage à l'américaine ▬ libre Cadre_7_bisBraquage à l'américaine ▬ libre Cadre_8
Sauter vers: