AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Le vol est l'envers du capitalisme ▬ Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3095
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 15 Jan - 13:54 Message | (#)

Les cris de la foule, le bruit du sang qui affluait à ses oreilles et recouvrait presque tout le reste, des repères que Jay avait l'habitude d'entendre et qui restaient graver dans son esprit encore longtemps après. Cela faisait plusieurs heures qu'il avait quitté le Circus, au courant de la nuit en réalité, mais pourtant les bruits résonnaient encore dans son esprit comme s'il n'arrivait plus à s'en débarrasser.

« T'fais quoi ? ! Magne-toi ! »

Soupirant, Jay emboîta le pas à ses aînés qui marchaient – couraient presque – devant lui. Le soleil était déjà haut, c'était un jour de semaine comme un autre et le trentenaire ne se souciait pas du fait qu'il aurait normalement dû se trouver à son boulot. Ses frangins étaient venus le trouver en lui disant qu'ils avaient besoin d'un guetteur pour une de leur affaire louche. Sur le coup, il avait songé à les envoyer sur les roses parce qu'il savait très bien qu'un jour ou l'autre, il allait se ramasser des emmerdes sur le dos par leur faute. Les aînés Lane semblaient attirer les ennuis comme des mouches sur un tas de merde. Tôt où tard, la police, un civil trop bravache ou pire, un héros, allait finir par leur tomber dessus et ils pourraient faire un tour par la case prison. Cela dit, même si l'idée de passer quelques années entre quatre murs n'enchantait pas du tout Jay, il savait très bien qu'il n'arriverait pas à rester tout ce temps seul avec la mégère qui lui servait de mère, autant dire que l'absence de ses frères serait pesante. Bien évidemment, il restait la possibilité de s'en-aller et de tout larguer, mais là, c'était revenir au point de départ : la famille c'est une chose sacrée et on ne la laisse pas tomber.

En bref, c'était pour ces raisons que Jay était en train de suivre ses frangins pour les aider à faire leurs conneries alors qu'il aurait largement préféré être ailleurs à ce moment précis. Leurs pas les menèrent dans une ruelle pas franchement du genre fréquentable, mais il était assez évident qu'ils se fondaient parfaitement dans un tel décors. Les trois aînés empruntèrent un labyrinthe de petits rues dans lequel Jay n'avait jamais mis les pieds, puis ils débouchèrent enfin devant un immeuble à la façade plutôt engageante. C'était certainement le type de bâtiment où les familles moyennes américaines vivaient, en gros le type d'endroit où ils ne mettraient jamais les pieds. Sauf pour voler. À présent il apparaissait clair aux yeux de Jay que c'était la raison de leur venue ici : ses frangins avaient dépensé tout le fric obtenu lors de précédents cambriolages et ils allaient remplir à nouveau leur pécule. Habitué à ce type de comportement de la part de ses aînés, l'américain ne pipa mot et s'exécuta lorsque le plus âgé de la fratrie lui demanda d'aller se poster au bout de la rue et de les prévenir si quelqu'un rentrait chez lui. Logiquement vu l'heure et le jour, les gens « normaux » devaient travailler et les gamins être à l'école ce qui leur laissait largement le temps de visiter la plupart des appartements.

Alors que les trois frères s'engageaient dans l'allée qui menait à l'immeuble, ils allaient certainement devoir forcer la porte d'entrée d'ailleurs, Jay se rendit au bout de la ruelle pour monter la garde. Il avait un boîtier avec un bouton poussoir dans la poche qu'il enclencherait dès que quelqu'un de louche se présenterait. Enfin de louche, quelqu'un d'honnête plutôt ! Ses frères sauraient qu'il était temps de déguerpir et s'exécuteraient. Enfin, il l'espérait.
Installé au bout de la ruelle, appuyant son épaule contre le mur en brique d'un magasin à l'abandon, le trentenaire observait la ruelle d'un air détendu. Faire le guet c'était l'histoire de sa vie. Comme c'était lui « le petit dernier » c'était toujours pour sa poire. Les années aidant, il avait acquis une certaine tranquillité d'esprit et ne s'inquiétait pas facilement pour ses frangins, ce qui aidait beaucoup à ne pas attirer l'attention d'ailleurs. Des passants se promenaient dans la rue sans se soucier de lui ou seulement pour lui décrocher des regards qui montraient clairement qu'ils n'approuvaient pas la manière dont il était vêtu ou dont il se tenait. Bref, le lot quotidien en somme. L'entrée de l'immeuble était située à une dizaine de mètres et il était donc facile de repérer qui comptait s'y rendre. Ce fut pourquoi lorsqu'il aperçut une silhouette qui tournait dans cette ruelle, Jay comprit aussitôt que cette personne allait essayer d'entrer dans le bâtiment. Il était temps d'intervenir ! Se décollant de son mur, l'américain approcha de la personne pour se glisser devant elle, sur la route menant à l'immeuble, puis il prit un air neutre pour l'informer aimablement de quelque chose.

« Si vous allez dans l'immeuble, vaudrait mieux attendre. Y'a une fuite de gaz apparemment et on a appelé les pompiers. » Il restait parfaitement calme pour prouver qu'il n'y avait aucune raison valable de paniquer. Désignant le bâtiment d'un signe de la tête, il enchaîna. « Mes frangins sont allés s'assurer qu'il n'y avait personne en difficulté, vaudrait mieux attendre ici le temps que les pompiers arrivent. »

Les mensonges avec un fond de vérité étaient toujours les meilleurs. Jay savait parfaitement que ses frères ne voleraient rien d'imposant puisqu'ils étaient venus à pied, ce qui signifiait qu'ils sortiraient certainement les mains dans les poches. Poches remplies d'argent et de bijoux bien sûr, mais c'était un détail. Il ne prévint pas ses aînés pour la bonne et simple raison qu'il était persuadé de pouvoir retenir cette personne, puis si ce n'était pas le cas ma foi, il pourrait toujours la mener dans une ruelle non loin de là soit-disant pour lui prouver ses dires, puis se débarrasser d'elle pour quelques heures. La violence était finalement le moyen le plus rapide de résoudre les emmerdes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 15 Jan - 16:33 Message | (#)

Hermès caressait l’épaule à la rondeur et la douceur de pèche de sa conquête de la nuit. Elle aurait du être au travail à cette heure, lui aussi, mais il profitait d’un repos bien mérité, la nuit ayant été plutôt mouvementée. L’appartement d’ailleurs en était le flagrant témoin.

Comment s’appelait-elle au fait ? Lydie ? Tania ? Aurora ? Amparo ? Tous ces noms se mélangeaient dans sa tête, ce n’étaient que détails sans importances. Dans un demi-sommeil la belle soupira puis se lova plus confortablement dans le creux de son épaule.

« Hmmmmm. Il est quelle heure ? »

Raphael sourit mais ne répondit pas tout de suite. Le réveil traçait sur le plafond les chiffres en caractères de trente centimètres chacun. La voix ensommeillée de la ravissante humaine trouva sa comparse à l’accent plus masculin.

« Je t’assure. Il ne vaut mieux pas que tu le saches… »

Les cils se levèrent sur un océan turquoise. A contre cœur, elle jeta un coup d’œil vers le haut et bondit soudainement comme si un serpent l’avait mordu.

« 10H43 !!!! Merde !!! J’ai un rendez-vous avec mon directeur ! »

« Fais-toi porter pâle… »

Pour le dieu, tout problème avait sa solution et ce n’était pas les considérations humaines qui éveillaient en lui quelques importances que ce soit… La blondinette elle avait déjà bondit sur ses pieds et filé dans la salle de bains afin de faire une rapide toilette et un maquillage de première nécessité. Raphael lui, un bras plié derrière la tête, jouait avec les plis des draps froissés à les aplatir, son esprit errant dans les souvenirs de cette nuitée haute en couleurs. Déjà l’humaine ressortait dans un tailleur noir impeccable, deux épingles à cheveux entre ses dents tout justes brossées et la troisième en train d’être placée dans un chignon peu réglementaire.

« Tsai encor là ?? »

Ânonna-t-elle sans desserrer ses perles ivoirines. Avec un sourire désarmant, il haussa les épaules.

« Où veux tu que je sois ? »

Retirant les filaments de métal qui l’empêchaient de parler, elle lui lança en les fichant dans sa chevelure qui prenait enfin corps.

« Ouste ! Ouste ! Ouste ! Je dois partir ! Lèves toi ! Oh et puis zut, tu claqueras la porte derrière toi. »

Attrapant sa serviette en cuir, elle vérifia sa tenue et ouvrit la porte d’entrée pour sortir lorsqu’elle se trouva nez à nez avec l’un des voleurs. Celui-ci avait été surpris agenouillé, les instruments dans la serrure. Difficile de nier son ouvrage. Le réflexe de la jeune femme fut de pousser un cri si strident qu’Hermès bondit du pieu et se précipita dans son plus simple appareil. Attrapant son amante au moment où celle-ci perdait connaissance et s'effondrait, il poussa un soupir excédé devant l’amateurisme du cambrioleur et lui claqua la porte au nez avec un « DEGAGE ! » peu agréable.

La reportant au plumard, il alla chercher rapidement une serviette qu’il trempa dans l’eau froide, puis la lui appliqua sur le front alors qu’elle reprenait ses esprits.

« C’était quoi ? » demanda t-elle hésitante

« Je sais pas. » Mentit le dieu.

« Des cambrioleurs !!! Il faut appeler la police ! » Reprenant ses esprits, elle s’était jeté sur son téléphone. Raphael s’habilla prestement le temps de l’appel.

« Moi, je rentre. J’ai pas envie de me mêler de ça. » En fait, il voulait surtout aider si besoin le voleur à se tirer, après tout, il était l’un de ses protégés.

« Tu vas me laisser toute seule avec lui ? » D’un baiser sur le bout du nez, il mit fin à la discussion.

« Crois-moi Chérie, je suis sûr qu’il a eut bien plus peur que toi, et là il doit avoir prit ses jambes à son cou… » Si tel n’était pas le cas, Hermès comptait bien le faire activer un peu. Un bruit de sirène d’alarme retentit dans l’appartement au dessus d’eux. Soit il était vraiment mauvais, soit il n’avait vraiment pas de chance. Changeant d’expression l’humaine se précipita sur le tiroir de la table de nuit et en tira une arme.

« Je vais lui montrer moi ! »

Hermès ouvrit de grands yeux d’incrédulité. S’il essayait de la retenir elle risquerait de se poser des questions, s’il la laissait partir il risquait d’y avoir des blessés. La laissant passer devant lui, il ôta sa bague qui reprit l’aspect du Caducée et du fin bâton d’or il la toucha à l’épaule avant de la recueillir et de la reporter de nouveau au lit. Elle dormait du sommeil profond de l’enfance et ne porterait aucune trace d’agression. Posant sur elle une couverture pour ne pas qu’elle attrape froid, le dieu décida d’aller secouer les puces au cambrioleur si peu discret.

A peine un pied posé dans le couloir qu’il vit trois gus courir vers lui, les poches lourdes du butin trouvé dans les autres logements. Le caducée avait reprit sa forme de chevalière et entendant les sirènes de police dans le lointain, Hermès décida de les aider.

« Tournez à droite au bout du couloir vous trouverez l’escalier de service qui mène sur une ruelle discrète. »

Les brigands ne cherchèrent pas à comprendre et obéirent, lui retourna à l’appartement et s’adossant à la fenêtre se prépara à recevoir les flics, même si cela le faisait cruellement chier.

« Anita… »

Cela venait de lui revenir. Elle s’appelait Anita. Il la secoua doucement. Puis vigoureusement.

« Hey ! Réveilles toi… Les policiers arrivent. » Puis se penchant de nouveau à la fenêtre, il les apostropha. « ICI ! Au 5ème ! Appartement 2BH »

Et voilà comment il perdit deux bonnes heures à tout expliquer, réexpliquer, donner des détails et détourner l’attention des forces de la loi. Anita avait cette fois une bonne excuse pour ne pas avoir honoré son rendez-vous professionnel et lui, après avoir pris congés et s’être engagé à revenir signer les papiers officiels au poste le lendemain, s’en fut les mains dans les poches, satisfait du devoir accompli.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3095
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 15 Jan - 17:57 Message | (#)

La personne en question – une femme qui avait l'air d'être une mère de famille – ne sembla pas trop croire ce que Jay lui racontait. Est-ce que c'était à cause de sa dégaine ou juste parce qu'elle était de nature méfiante ? Allez savoir au final, cela n'avait pas de grande importance du moment qu'il réussissait à la retenir suffisamment longtemps pour que ses frangins fassent ce qu'ils avaient à faire. Ce fut lorsque la femme ouvrit la bouche pour lui dire quelque chose, que l'alarme se fit soudain entendre. Dans le même geste, les deux protagonistes levèrent la tête en direction des appartements situés dans les derniers étages, là où semblaient s'être fait avoir ses frères. Essayant de masquer son agacement, l'américain prit les devants en baratinant la nana.

« Sûrement le problème de gaz qui a provoqué quelque chose, n'approchez pas, je vais faire le tour pour essayer de voir quelque chose de l'autre côté. » Parce que mine de rien, ses frangins s'en tiraient normalement bien dans de telles occasions, il était donc assez étrange – et inquiétant – qu'ils déclenchent les alarmes. D'ailleurs qui installait une alarme dans un immeuble comme celui-ci ? Alors qu'il s'éloignait de quelques pas, Jay se ravisa et tourna la tête vers la femme pour lui donner quelques instructions. « Ne laissez personne passer tant que les pompiers ne sont pas là. »

Sans se soucier de savoir si elle allait où non faire ce qu'il lui disait, Jay s'éloigna pour se glisser dans la ruelle qui contournait le bâtiment et menait normalement à des garages situés de l'autre côté de la façade. Au fond, si ses frangins s'étaient fait repérer les flics allaient débarquer sous peu, du coup il valait mieux cesser l'opération tout de suite et se barrer vite fait bien fait. Quelle bande de crétins, dire qu'il avait abordé cette nana, si les vols étaient confirmés – ce qui allait être le cas sans aucun doute possible – la nana pourrait bien se souvenir de son visage et le citer en tant que « participant au vol » vu qu'il avait la dégaine qu'il fallait. Ou qu'il ne fallait pas justement.
Arrivant derrière l'immeuble, il repéra rapidement les trois silhouettes qui descendaient l'escalier de secours. Au moins ils enclenchaient leurs cerveaux, même si c'était largement trop tard ! Les trois frangins sautèrent les dernières marches avant de s’éloigner en courant, rapidement suivis par Jay qui n'avait plus son rôle de guetteur à jouer vu la situation. Ils s'éloignèrent de plusieurs ruelles alors qu'au loin les sirènes se faisaient déjà entendre, certainement qu'elles allaient débarquer rapidement dans le coin et que les flics allaient quadriller le secteur. Quelle merde ! La fratrie s'arrêta dans une courette à quelques blocs de leurs vols, puis commencèrent à passer au crible ce qu'ils avaient volé. Ce n'était pas vraiment le moment et Jay ne se gêna pas pour le leur faire savoir.

« Je crois pas que ce soit franchement le moment de faire ça les gars. » L'aîné souffla comme un bœuf pour marquer son agacement avant de rétorquer aussitôt.
« Ça va, t'fais pas d'bile, on craint rien ! » C'était facile à dire, personne ne pouvait le prouver cela dit.
« Et qu'est-ce qui vous faire croire ça ? Vous avez été vu ? Y'avait du monde ? C'est la première fois que vous foirez, vous avez foutu quoi ? » Se faire rappeler leur boulette n'était pas pour plaire au plus jeune des trois qui ne se priva pas d'éluder la question.
« Y'a un mec qui nous a vu, mais il nous a dit comment sortir alors j'doute qu'il nous balance. »

L'aveu était plutôt... Surprenant en fait. Jay avait du mal à comprendre pour quelle raison le propriétaire d'un appartement qu'ils viendraient cambrioler s'amuserait à leur indiquer la sortie. Peut-être bien que c'était un voleur lui aussi et qu'il était en train de fouiller l'appartement ? Peut-être bien que c'était lui qui avait déclenché l'alarme d'ailleurs ? Vu que ses frères refusaient obstinément de dire quoi que ce soit à ce niveau et qu'il était évident qu'ils n'allaient pas cracher le morceau juste pour ses beaux yeux, Jay décida d'aller voir toute cette affaire par lui-même. Le sujet de la nana qui avait vu l'un des trois cambrioleurs ne fut pas abordé non plus et c'est donc sans autre information qu'une grossière description du gars qui les avait aidés, que le trentenaire rebroussa chemin. Il était évident que s'il avait demandé comment étaient les cuisses de la nana de l'appartement cambriolé, son frangin aurait été capable de lui faire un témoignage plus détaillé que pour la gueule de leur sauveur ! Bande de bras cassés.

Cependant, arrivé sur place il ne fut pas très difficile de repérer le gus en question. Étrangement, celui-ci se baladait d'un air qui montrait clairement qu'il n'avait pas le moindre souci sur la conscience. Ou alors il était sacrément bon comédien ! Toujours est-il que Jay l'observa se promener de loin, attendit qu'il s'éloigne un peu du bâtiment puisqu'il valait mieux éviter de tenter le diable au cas où son signalement aurait été donné par la mère de famille, puis sauta sur l'occasion dès qu'elle se présenta. Le peut-être voleur était en train de marcher dans la ruelle qui n'était pas très fréquentée en raison de l'heure, Jay se glissa à sa hauteur avant de l'aborder sans vraiment prendre de gants.

« C'est dans tes habitudes d'aider les voleurs, ou alors c'est juste parce que tu voulais toucher l'assurance ? » C'était une possibilité à ne pas exclure étant donné que Jay n'était pas censé savoir qu'il n'avait pas affaire au propriétaire de l'immeuble. Sans lui laisser le temps de répondre, il enchaîna de plus bel. « J'espère seulement pour toi que t'as pas l'intention de les balancer aux flics pour te faire mousser. Les gars dans ton genre, on s'en méfie. »

À comprendre ceux qui aidaient des personnes qu'ils ne connaissaient pas. C'était toujours bizarre après tout, quel intérêt est-ce qu'il avait à prêter main forte à des mecs qui volaient d'honnêtes citoyens ? Peut-être un mauvais gars et si c'était le cas, même si lui aussi en était un, Jay y voyait une raison de se méfier de lui. Une chose était sûre : si ce gars représentait un risque pour ses frangins, il allait falloir qu'il s'occupe de son cas. Il ne restait plus qu'à déterminer si c'était le cas. La famille, c'est sacré, on ne rigole pas avec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 15 Jan - 19:22 Message | (#)



Un dernier coup d’œil au bâtiment et Raphael reprit tranquillement son chemin.

Au bout d'un moment, un désagréablement picotement lui titilla soudainement la nuque. Il se sentait observé. A la faveur d’une vitrine, il lui sembla repérer quelqu’un qui l’observait. Vain soupçon ou fait réel ? Les pognes toujours enfoncées dans ses poches, il continua à la même allure mais obliqua vers des rues plus désertes.

Là, il ralenti son pas, sur le qui vive, prêt à prendre la poudre d’escampette.
L’altercation lui fit froncer les sourcils. Il était peu habitué à ce qu’on l’interpelle de cette manière. Etait-ce un flic qui n’avait pas gobé son histoire ? Qui voulait lui chercher des poux ? L’assurance ? Il se retint d’éclater de rire mais un sourire ironique flirta tout de même sur ses lèvres fines.

« En quoi ça te regarde ? »

Pour le moment, il n’était pas encore agressif mais demeurait prêt à rendre coup pour coup s’il le fallait. Il faut dire que son interlocuteur était taillé comme un gladiateur et affichait quelques marques confirmant cette possible profession.
La question suivante attira une répartie un peu plus agressive.

« Qu’est ce que ça peut te foutre ? T’es leur nounou ? »

Il aurait du bien sûr nier les faits reprochés. S’il s’agissait d’un poulet, sûr qu’il était en train de se mettre dans de mauvais draps. Pourtant l’homme ne lui inspirait pas être des forces de la loi.
Si cet homme était ami avec les voleurs, Hermès ne tenait pas à le blesser. Il n’en était pas pour autant prêt à subir son ire. Avec un ton un peu plus doux, il tenta une ouverture.

« Bon, écoutes. Je vous ferai pas d’ennuis. Maintenant tu m’excuseras, mais j’ai autre chose à faire que de tailler le bout de gras avec un type qui s’est même pas présenté ok ? »

« Ouais ! Nous filer tout le pez que tu as par exemple ! »

Lentement, Hermès se retourna, il y avait cinq types qui les avaient suivis. Certains armés de battes de base-ball, un de deux poings américain et le plus petit, qui ne dépassait pas le mètre cinquante, les bras croisés sur la poitrine, arborait à sa ceinture un flingue. Avec un soupir, il se passa une main fatiguée sur le visage et demanda à voix basse.

« C’est tes copains ? »

Il savait bien que ce n’était pas les voleurs, mais cela pouvait être une autre partie de la bande par exemple.
Il aurait pu bien sûr prendre la poudre d’escampette, cependant la curiosité et l’envie de jouer le poussa à continuer l’aventure.

S’adressant aux petites frappes, il ironisa.

« Désolé les gars, j’ai pas eu ma paye ce mois. J’ai pas un sous sur moi. »

La seconde partie était vraie. Cela ne sembla pas satisfaire les gars.
S’écartant du type dont il ne connaissait toujours pas le nom Hermès se mit en position alors que les premiers s’approchaient en frappant les battes de bois contre la paume de leurs mains.

« On va t’apprendre à faire le malin ! »

Un léger sourire teinte d’ironie éclaira le visage du dieu.

« Vous croyez pas que ça fait très cliché ? »

Jetant un nouveau coup d’œil vers le gladiateur pour voir dans quel camp il comptait se ranger, Raphael fit craquer les articulations de ses mains pour montrer qu’il était prêt à en découdre malgré sa faible corpulence. Vêtu d’un jeans, de baskets et d’une chemise noire ouverte jusqu’au milieu de la poitrine, l’on pouvait sans soucis constater qu’il n’avait pas d’arme sur lui. Il ne payait pas de mine. Pourtant il faut toujours se méfier de l'eau qui dort.

Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3095
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mer 16 Jan - 13:45 Message | (#)

En quoi ça le regardait ? Jay lui décrocha un regard qui faisait clairement comprendre qu'il avait ses raisons et qu'elles ne regardaient que lui. Non mais, pour qui il se prenait ce guignol ? C'était le droit le plus légitime d'un américain d'aborder les passants pour leur parler non ? Enfin aborder, d'une certaine manière. Le trentenaire contracta légèrement sa mâchoire sous le coup de l'agacement lorsque l'autre commença à se foutre de lui, avançant l'hypothèse qu'il puisse être leur « nounou ». Est-ce qu'il avait une gueule à garder des gars plus âgés que lui franchement ? Pour peu, comme ils se retrouvaient dans une ruelle peu fréquentée, Jay fut tenté de lui en retourner une, mais allez savoir pourquoi, il ne le fit pas. Peut-être à cause de la réponse tardive qui finit par arriver : le gars ne comptait pas leur attirer des ennuis, mais cela n'informait pas Jay sur la raison de cette « bonté » soudaine. Il n'eut cependant pas l'occasion de réitérer sa question puisque des gars se présentèrent derrière eux, interpellant le comique. L'américain se contenta de tourner la tête pour regarder les petites frappes qui se prenaient certainement pour les plus grands délinquants de Star City. Lorsque le bon samaritain lui demanda s'il connaissait ces gars, Jay se contenta de hausser les épaules, ajoutant quelques mots pour appuyer sa négation.

« Je les connais pas. »

Enfin, personnellement du moins. Après, il connaissait parfaitement ce type de gars, des gars qui se croyaient malins à jouer les vauriens dans les rues et qui cherchaient la bagarre à longueur de temps. En fait, ils auraient pu être avec lui étant donné que les aînés de Jay étaient exactement du même acabit. Au fond, tout cela ne le regardait pas. Lui n'était pas un bon samaritain et que ce mec se fasse arranger le portrait ne l'intéressait pas. D'une certaine manière, il pourrait même être gagnant si ce gars se faisait démonter, Jay pourrait toujours prétendre que ces gars l'avaient tué parce qu'il avait vu que c'était eux qui avaient tenté de voler dans son appartement. Puis s'il ne se faisait pas tuer, ma foi.... Il faudrait simplement finir le travail. Tout bénef pour lui en somme !

Pourtant, lorsque le gars lui jeta un coup d’œil, Jay finit par hocher la tête pour lui faire comprendre qu'il était de son côté. Après tout, ce mec avait aidé ses frangins et lui sauver la mise – parce que vu sa carrure il ne devait pas pouvoir faire grand-chose face à cinq adversaires – pourrait annuler cette dette. Régler les emmerdes de ses frères devenait une habitude à force !
Lorsque le premier adversaire attaqua, ce fut pour la pomme de l'autre. L'américain le laissa se démerder, il n'allait quand même pas jouer les chevaliers blancs qui secouraient les malheureux, pas tout de suite du moins. Et ce fut une bonne chose, apparemment les assaillants devaient avoir compris qu'il valait mieux s'en prendre aux deux en même temps pour éviter de se faire prendre à revers. Lorsque le premier délinquant se jeta sur Jay, celui-ci ne chercha pas à esquiver. Son truc c'était de rentrer dans le lard, aussi lorsque le poing de l'autre s'abattit dans ses côtes, le membre du Cartel se contenta de lui attraper la main pour la bloquer entre son flanc et son bras, puis d'une pression opposée à celle effectuée, il brisa le bras de l'homme. Le premier truc que vous appreniez dans les combats de rue c'était bien de bloquer le champ d'attaque de la personne en face. Lui briser le bras réduisait généralement à néant la force de n'importe qui, sans compter que la douleur ressentie devait devenir trop présente pour se concentrer sur autre chose. Le gars se laissa tomber à genoux lorsque Jay lui retourna encore le bras pour l'obliger à laisser tomber, puis ce dernier lui expédia un coup de genou en pleine mâchoire histoire de l'assommer pour quelques minutes.

Dans l’arène du Circus le maître mot était de faire durer suffisamment le combat pour faire plaisir au public et lui donner le temps de parier sur son favoris, mais dans la rue c'était autre chose. Jay voulait se débarrasser rapidement des envahisseurs pour secouer un peu – verbalement bien sûr – son « compagnon de combat » du moment. Il n'avait toujours pas oublié la raison de sa venue ici et n'en démordrait pas avant de connaître la raison de cette gentillesse soudaine et d'autant plus suspecte.

Voyant son collègue en détresse, un des assaillants s'était dirigé vers Jay et tenta de le frapper au moment où celui-ci laissait tomber son premier adversaire au sol. Le coup toucha le flanc gauche du membre du Cartel et le fit reculer d'un bon mètre. Il n'allait pas user de son don pour d'aussi minables adversaires, avant de savoir s'en servir il parvenait bien à gagner des combats de rue, il n'y avait donc pas de raisons qu'il n'y arrive plus ! Quelques échanges de coups se passèrent entre les deux individus avant que Jay ne se souvienne qu'il devait s'assurer que son collègue du moment n'allait pas en profiter pour se faire la malle sans qu'il ne se soit assuré de ses intentions. Il bloqua donc les coups suivants avant de retourner un bon coup de pied en plein dans le ventre de son adversaire, le faisant reculer, plié en deux. Puis il s'approcha de manière à lui donner à lui aussi un coup de genou en plein visage pour l'allonger au sol.
Une fois que ce fut fait, il se retourna vers l'autre combattant histoire de vérifier qu'il était toujours en vie.

« Besoin d'aide ? »

Ce n'était pas parce qu'il n'était pas très baraqué qu'il ne savait pas se battre, Jay avait déjà été mis à mal par plus gringalet que lui et il avait même déjà perdu des combats face à des gars taillé comme l'inconnu. Ne jamais juger d'un livre à sa couverture, c'était d'autant plus valable lorsque le livre pouvait être un muté aux pouvoirs offensifs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Jeu 17 Jan - 0:53 Message | (#)

Raphael s’amusait. Le type qui l’avait abordé ne semblait pas de bonne humeur. Lui s’en foutait. Royalement. Néanmoins avec les gus qui arrivaient, il devait s’en méfier.

Heureusement, après réflexion, il lui fit signe d'être dans son camps. S'en méfiant malgré tout, le fils de Zeus demeura sur le qui vive.

Le premier qui fonça lui écrasa sa batte sur l’avant bras qu’il avait tendu pour se protéger. Le bois avait explosé balançant des échardes un peu partout. Egratignant l’agresseur mais en rien le dieu. Profitant d’être derrière le gladiateur, il réuni son pouce et son index et fila avec un grand sourire une pichenette sur le front du malfrat qui fit trois mètres en arrière sans toucher le sol pour s’écraser sur son compère qui arrivait.
A ce moment son collègue de baston se retourna vers lui pour lui demander s’il avait besoin d’aide. Avec un sourire colgate ultra brite, il lui lança un sympathique « Je gère ! » Avant d’éviter, en se penchant vivement en arrière, sans pour autant tomber, la balle qui venait de traverser l’espace où se trouvait son cœur la seconde devant. Il allait être difficile d’expliquer cette souplesse et ce coup de chance, mais moins qu’il l’aurait été de trouver une excuse à l’inefficacité de la balle sur son corps.

Avec les deux mecs hors services mis par le gladiateur et ceux dont s’était occupé Raphael, il ne restait plus que le nabot armé de sa pétoire. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne semblait pas le moins du monde impressionné. Au contraire. Le sourire du dieu se figea. Capturant les regards des deux combattants, il désigna du pouce le bout de ciel visible entre les bâtiments de la ruelle.

« MERDE ! »

Cette fois, plus question de jouer à cache-cache. Empoignant par la taille son compère, Hermès fonça vers une porte cochère alors qu’explosait derrière eux une boule de feu venu du ciel, puis une seconde, et une troisième.

D’une main tendue en avant, il avait enfoncé la porte et était entré dans un immeuble désaffecté. Une langue de flamme les suivit et brûla la chemise du dieu. Il avait à peine posé son fardeau que pénétra à leur suite une créature de plus de deux mètres de hauteur, semi humaine, semi démoniaque. Son corps enflammé diffusait une chaleur insoutenable.
Déjà il tendait une main vers eux et une boule jaune s’y formait. Grandissante, elle prenait de plus en plus d’ampleur. De la taille d’une mandarine elle passa à celle d’un pamplemousse avant de prendre celle d’un ballon de foot. Alors il la lança vers eux et Hermès ne put que pousser violemment le gladiateur sans chercher plus loin avant de foncer vers le géant et tournant autour de lui à une vitesse ahurissante il éteignit les flammes en les privant d’oxygène. Alors s’arrêtant devant lui, il fut percuté par une nouvelle balle qui l’envoya dans les bras du mastodonte qui se mit à serrer, à serrer…
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3095
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 17 Jan - 12:02 Message | (#)

Le gars avait l'air d'être un sacré numéro. Au moins s'amusait-il en se battant ce qui n'était pas forcément le cas de tout le monde. Cela dit, vu la manière dont il « esquiva » les balles tirées sur lui, même en étant aussi stupide que Jay, il était difficile de ne pas comprendre qu'il n'était pas totalement humain. Un super ? Peut-être bien, certainement du mauvais côté de la barrière ce qui expliquerait qu'il soit venu en aide à des voleurs. L'attention fut alors portée sur le dernier pégus debout et étrangement, celui-ci semblait plutôt sûr de lui. Dans un léger froncement de sourcils, Jay se demanda ce qu'il pouvait bien leur cacher. Généralement ce n'était jamais bon pour lui lorsque ses adversaires se mettaient à ricaner ou sourire alors qu'ils étaient normalement dans la merde jusqu'au cou. La réponse ne tarda d'ailleurs pas à arriver, en tournant la tête de l'autre côté ils purent voir qu'apparemment quelqu'un d'autre venait se joindre aux réjouissances, mais le muté ne réagit pas aussi rapidement que son compagnon de baston du moment.

Il y avait fort à parier que sans l'intervention de l'autre, Jay ne serait plus là à ce jour, mais sans lui il ne se serait jamais retrouvé dans cette ruelle, ce n'était donc que justice. Toujours est-il que le membre du Cartel ne comprit pas immédiatement ce qui se passait et lorsqu'ils se retrouvèrent dans l'immeuble désaffecté alors que des flammes les suivaient, il eut juste le temps de se dire que ça sentait le roussit pour eux – au sens propre du terme – avant qu'un truc bizarre ne les suive. Vu sa tronche il était évident que cette chose n'était pas humaine, quel bol ! Jay avait beau être un muté, ses pouvoirs ne pouvaient pas rivaliser face à un tel combattant, heureusement le gars à l'apparence frêle en avait encore en réserve. Après que ce dernier lui eut – encore une fois – sauvé la mise en le poussant sur le côté au moment où la boule de flamme leur tomba dessus, il se lança vers l'enflammé pour réussir à stopper les flammes. Apparemment il devait faire cela tous les jours vu l'aisance avec laquelle il agissait ! Cependant le dernier pégus avec son arme n'avait pas dit son dernier mot et bien que Jay ne comprit pas comment Speedy Gonzales parvint à ne pas tomber par terre en se ramassant une balle, il oublia rapidement cette question. Certainement qu'il s'agissait d'un super balèze avec des pouvoirs à faire pâlir d'envie n'importe qui. En tous les cas, il se retrouvait dans une situation peu enviable et il était temps de réagir.

L'agitation avait suffisamment provoqué d'adrénaline chez Jay pour qu'il puisse sans difficulté enclencher son « don » même si au final celui-ci risquait de ne pas être suffisant. La cible était baignée dans le feu et malheureusement la peau du combattant n'était pas ignifugée, mais avec son insensibilité il ne sentirait pas grand-chose. La sensation familière inhérente à l'enclenchement de son don se fit sentir, puis alors qu'il approchait de sa cible, Jay en profita pour activer l'autre partie de son pouvoir, à comprendre sa force améliorée. Est-ce qu'un coup de 2 tonnes allait suffire à calmer un mec comme ça ? Allez savoir. Il le verrait bien à ce moment !
En enlaça Speedy, l'enflammé avait exposé son flanc et lorsque Jay se hissa à sa hauteur, il se contenta de frapper un grand coup à ce niveau. Logiquement si le mec était un minimum « humain » il devrait ressentir une vive douleur et au moins relâcher un peu sa pression sur sa proie. Il valait mieux éviter qu'il ne serre trop où la tête de Speedy risquait d'exploser comme un tube de dentifrice trop pressé ! Histoire de ne pas laisser le temps au gars de réagir, l'américain enchaîna avec un nouveau coup à hauteur de tête. La chose était plus grande que lui, mais le combattant avait déjà eu à affronter des gars qui le dépassaient largement que ce soit en taille ou en largeur. Avec sa force améliorée il pouvait espérer que ses coups soient suffisants et avec son insensibilité, qu'il ne sente rien s'il se prenait un retour – de flammes c'était le cas de le dire – mieux valait prévenir que guérir.

Les coups semblaient avoir portés leurs fruits puisque l'enflammé relâcha légèrement sa pression, suffisamment pour que Jay puisse le frapper une nouvelle fois au niveau de visage de manière à le forcer à lâcher Speedy. Celui-ci put se dégager – ou plutôt s'affaler sur le sol vu le broyeur dans lequel il venait de passer – mais ils n'étaient pas tirés d'affaire pour autant. Le gars avec l'arme à feu se mettait toujours en tête de tirer vers eux et Jay se décala de manière à placer l'enflammé en bouclier de protection. Les balles ne semblaient pas avoir d'effet sur lui ce qui n'était pas très encourageant, mais au moins le muté pouvait-il se protéger. Cela dit, l'enflammé ne semblait pas ravi de voir que l'autre se mêlait de l'affaire, vu la manière dont il avança vers Jay ce dernier comprit qu'il valait mieux reculer pour le moment. Il attrapa un gros morceau de tôle froissée qui venait de retomber au sol après avoir ramassé la première boule de feu de l'autre taré, puis il le projeta vers la torche humaine en espérant que ce soit suffisant pour le ralentir un peu. Avec sa force il avait réussi à soulever l'objet qui était assez lourd au final, restait à espérer qu'avec la force utilisée pour le projeter cela suffirait.

« Faut se débarrasser de l'autre imbécile ! »

À comprendre celui qui voulait faire un carton avec eux. Mais Jay n'était pas certain que Speedy puisse l'avoir entendu vu le bruit qu'il y avait actuellement dans l'immeuble. Dire qu'il était juste venu là pour discuter à la base, comme quoi se battre lui retombait toujours dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Jeu 17 Jan - 14:14 Message | (#)



Vous avez déjà eu l’impression de vous faire broyer par un rouleau compresseur ? Non ? Ben imaginez, là, juste pour voir. Raphael avait beau être un dieu ça faisait mal quand même. En plus, Mister Flamme se remettait à brûler, chauffant le dos du Dieu. Tout d’un coup, il fut relâché et se retrouva à terre. Roulant sur lui-même pour s’écarter, il jeta un coup d’œil vers le monstre et découvrit son comparse qui le bastonnait. Se relevant, il arracha sa chemise, puis la balança contre le géant. Elle prit feu immédiatement. Plus de preuve. Oui, le dieu avait pensé à tout, car si le gladiateur voyait les trous de balles il risquait de se poser encore plus de questions. Il se devait de limiter les dégâts pour préserver son identité réelle.

Acquiesçant aux paroles du frère des voleurs, il fonça sur le côté du tireur et chopant un conteneur d’ordures ménagères, car ils étaient dans ce qui avait du être auparavant le local poubelle, il le poussa aussi vite qu’il le put, à savoir à 400Km/h. Le nabot sous l’impact se retrouva soudainement écrasé contre le mur façon pancake tartiné de marmelade framboise... A savoir le sang qui lui dégoulinait de tous les orifices de son visage.
Reculant le véhicule improvisé, et le chopant par le colbac, Raphael ouvrit le couvercle et le fourra dans la benne avant de la claquer bruyamment et d’envoyer le tout contre l’enflammé.
Il fallait agir vite. Le temps jouait contre eux.

Les piliers de soutènement semblaient mis à mal. Rejoignant le gladiateur, le dieu désigna celui de droite.

« J’ai cru remarqué que t’avais une certaine dose de force, tu prends celui là, je prends le gauche et on fait tout effondrer »

Sûr que quelques tonnes de gravats sur la gueule les calmeraient pour de bon. Il n’eut malheureusement pas le loisir de mettre à exécution son plan qu’une boule de feu méga puissante lui arriva en pleine face. Il ne l’évita qu’en s’élevant soudain dans les airs. Cette fois sa couverture était fichue. En tout cas celle de Zip l’éclair. Car il ne comptait pas dévoiler la réelle.
Ouvrant la bouche, le monstre gonfla ses joues et se mit à cracher un jet de flamme qui arrosa en un parfait arc de cercle tout l’espace.

« Je vais l’occuper ! Quand tu seras prêt, tu cries ! »

Dessinant des arabesques dans les airs, Hermès captivait l’attention de Mister Flamme, sans réaliser que l’autre dans la poubelle était en train de s’en extirper. Rampant tel la larve qu’il était, il se carapatait vers la sortie en gémissant.
Dans le boucan du combat, Raphael ne l’entendit pas. Surveillant néanmoins le gladiateur lorsqu’il le vit prêt à détruire le pylône, il s’occupa de celui de gauche et l’ensemble de l’étage supérieur en béton s’écrasa sur la tête du géant. Le faisant vaciller.

« ON S’TIRE ! »

Veillant à ce que son compère le suive, en enroulant son bras autour de son torse, Raphael ressorti par là où ils étaient entrés alors que dans un craquement titanesque l’ensemble de l’immeuble s’effondrait comme un château de carte.

De nouveau dans la ruelle, il reposa le guerrier et atterrit de même.
De la poussière s’éleva tout autour d’eux. Lui était torse nu mais sans aucune coupure sur sa peau. Secouant sa chevelure, il constata les dégâts sur son pantalon en lambeaux. Avec une grimace, il offrit un visage angélique à l’innocence désarmante et demanda en plongeant son regard dans celui de l’humain.

« C’est à toi qu’ils en voulaient ? Non, parce que moi je ne les connais pas et j’ai rien fait ! »

Mains levées comme devant un flingue, il personnifiait la candeur. Pas sûr que l’autre le croie, pourtant il n’avait rien sur la conscience.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3095
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 17 Jan - 16:56 Message | (#)

Jay ne surveillait pas vraiment ce que faisait l'autre pour la bonne et simple raison qu'il avait suffisamment à faire de son côté. Ainsi, lorsque Speedy s'éloigna pour s'occuper du tireur, le membre du Cartel se désintéressa d'eux pour essayer de rester entier et de minimiser les dégâts qu'il pouvait se récolter. Il n'avait mal nulle part bien évidemment puisque c'était là tout le principe de son pouvoir, mais les blessures pourraient tout de même l'handicaper gravement. Après quelques instants, le voleur revint finalement vers Jay pour suggérer quelque chose d'assez culotté, mais qui fonctionnerait certainement sans aucun problème. Bon, le truc légèrement chiant c'était qu'ils allaient faire tout s’effondrer et à coup sûr rameuter tous les flics du coin. Restait à espérer qu'il n'y avait aucun clodo abrité dans l'immeuble sans quoi il pouvait faire sa prière. Sans tarder davantage, le trentenaire s'éloigna juste à temps pour éviter les nouvelles attaques de l'enflammé, puis se plaça de son côté. Speedy planait maintenant, enfin il volait plutôt à croire que ce mec possédait tous les pouvoirs qui puissent exister, mais cela n'intéressait pas franchement Jay, il se fichait pas mal des détails du moment qu'ils sortaient d'ici.

Après s'être placé correctement, l'américain frappa le pilier d'un coup de poing qui allait certainement lui coûter quelques douleurs pendant un moment. Le fait que sa force soit accrue ne l'empêchait pas de pouvoir se briser quelques os en l'utilisant. Mais tant pis ! Utilisant sa main non directrice, Jay brisa donc son pylône après avoir fait signe à Speedy qu'il était prêt, puis celui-ci décida une fois de plus de prendre les choses en main en les tirant d'ici. Cela n'emballait pas vraiment le combattant qui n'aimait pas se faire trimbaler comme s'il était incapable de se déplacer seul, mais lorsque vous étiez en danger, vous ne faisiez pas vraiment la fine bouche. Une fois qu'ils furent dehors, Jay se retourna simplement pour regarder l'immeuble qui s'effondrait, dommage que ses frangins ne soient pas là, ils auraient apprécié le spectacle. Ce fut à ce moment que l'autre reprit la parole, arborant un air limite angélique comme s'il voulait lui faire gober qu'il n'avait rien à se reprocher. Si une chose était sûre, c'était que l'américain était du genre s'emporter facilement. Il fronça les sourcils avant de s'approcher du gars dont il ignorait toujours le nom, puis fit mine de lever la main pour le chopper et le secouer un peu – et tant pis si c'était un super – mais se ravisa à la dernière seconde. Il cracha par terre pour manifester son manque de.... Crédulité ?

« Me prends pas pour un con Speedy ! Va pas me faire croire que t'as rien à te reprocher avec ce que tu viens de faire. » Il désigna les ruines à côté d'eux. « Tu démolies toujours les immeubles pour dé débarrasser des chieurs ? »

Une chose était sûre, Jay ne croyait pas une seule seconde à ce que ce mec lui faisait croire. Même s'il n'était pas très futé, pour lui les choses apparaissaient claires : ce mec avait des pouvoirs, donc c'était un super, un muté ou quelque chose de ce style. Il avait aidé ses frangins ce qui signifiait que c'était forcément un « méchant », peut-être bien qu'il s'était simplement attaqué à la mauvaise personne et que mister flammèche avait décidé de venir se venger ? En tous les cas, Jay n'avait rien à se reprocher puisqu'il n'avait jamais croisé ce mec. Puis à part dans les arènes du Circus Maximus, il ne cherchait plus beaucoup les emmerdes depuis son arrivée en ville. Secouant la tête, il enchaîna de plus bel, toujours sur le même ton.

« Je suis peut-être con, mais y'a une limite, t'es du genre à t'attirer des emmerdes toi, je suis sûr que t'as dû faire chier ces mecs et qu'ils ont voulu te régler ton compte et basta. Me rejette pas tes conneries dessus. »

Au moins les choses étaient claires. Jay ne se prenait pas la tête pendant des heures, tout était clair où il s'en contrefichait. L'adrénaline retombait doucement et le don du trentenaire s'atténua en même temps. C'était l'occasion de constater les dégâts. Après ces quelques mots, sa main commença à l'élancer très douloureusement et la peau qui était entrée en contact avec l'enflammé le démangeait aussi. Certainement qu'il s'était brûlé et brisé les os de la main en frappant ce putain de pylône. Heureusement qu'il avait été assez inspiré pour ne pas utiliser sa main directrice sans quoi les combats auraient été terminés pendant quelques temps à cause de ce péteux. Reniflant pour masquer l'agacement qui montait – et oublier la douleur de sa main – l'américain regarda rapidement autour d'eux.

« Moi je me casse, les flics et les pompiers vont bientôt rappliquer et je veux pas être là à ce moment. » Il esquissa un pas pour s'éloigner avant de s'arrêter pour se retourner vers Speedy. « Puis un conseil, tu ferais bien de me suivre parce que si t'es mêlé à deux affaires louches en une journée, ça risque de te retomber sur la gueule. Mais tu fais ce que tu veux ! »

Jay n'avait pas oublié qu'il était venu ici pour savoir quelles étaient les raisons qui avaient poussé ce mec à agir de la sorte, mais maintenant il avait comme une légère idée. Sans prendre la peine de vérifier si le gars le suivant, l'américain se dirigea vers une ruelle non loin de là pour s'éloigner le plus rapidement possible alors que les sirènes étaient déjà audibles de loin. Il ne se retourna pas pour regarder Speedy, mais si celui-ci voulait témoigner une seconde fois en se promenant à moitié à poils et plein de saletés, libre à lui de le faire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Jeu 17 Jan - 18:30 Message | (#)


Elevant un sourcil d’étonnement, le sourire disparut du visage du dieu. Non parce que l’autre ne le croyait pas, ou parce qu’il se faisait menaçant, mais parce qu’il était assez abîmé.
Il avait des fois du mal à concevoir la fragilité humaine.

Speedy était un nom intéressant, dont on ne l’avait jamais gratifié. Enfin à ses oreilles.
Contrairement à ce que le gladiateur pensait, il ne le prenait pas du tout pour un imbécile, bien au contraire. Il s’agissait de sa façon d’être, nonchalant, cool. Peut être trop aux yeux de certains.

Désolé de le voir se braquer comme ça et constatant l’état piteux de son bas, il emboita le pas du gladiateur et le rejoignit dans la ruelle. Avec un soupir, il s’adossa au mur et croisa les bras sur sa poitrine, un pied replié derrière lui, appuyé à la brique rouge de l’immeuble. Puis il prit la parole, le plus sérieusement du monde.

« Ecoutes, je suis désolé si tu as eu l’impression que je me foutais de toi, mais ce n’est pas le cas. »

Cherchant son regard, car les yeux ne mentent pas, en général, il continua sur le même ton.

« Ces mecs, je les connais pas. Parole d’honneur. Je voulais juste dissimuler ce que tu as vu. Je veux pas d’ennuis. »

En restant vague, Hermès comptait échapper à un questionnaire trop poussé. Ce gars là ne semblait pas être du genre à se laisser embobiner.

« Et non, je ne suis pas dans le BTP, mais là franchement je ne voyais pas comment m’en sortir. Si t’avais d’autre idées, fallait pas te gêner pour les proposer, mais sur le coup tu vois, il me semblait devoir agir, et vite. »

Les sirènes de police balançaient maintenant tout ce qu’elles avaient dans le cœur et l’agitation non loin lui fit tourner la tête. Se déplaçant jusqu’au coin, il zieuta discrètement, s’assurant qu’ils ne venaient pas par là.
Reportant son attention sur son compagnon de baston, il grimaça en revenant vers lui.

« Si tu es blessé, je peux t’amener à l’hosto… »

Raphael se sentait un peu coupable de s’en sortir sans une égratignure, avec pour seul dégât une chemise en moins et un pantalon cramé.
Croisant les bras sur son torse, en signe de fermeture, sur la défensive, pareillement à son interlocuteur, il soupira de nouveau avant de poursuivre.

« Les voleurs, je les ais pas dénoncés parce que d’un ça me regarde pas, et deux j’étais avec une fille là bas. J’ai préféré les aider à partir plutôt que cela dégénère et qu’il y ait des blessés. T’es content ? »

Il ne pouvait décemment pas lui dire la réalité. Qu’il les protégeait car il se devait de le faire en tant que Dieu des Voleurs. Et une semi vérité, car elle n'était pas complète, c'est mieux qu'un mensonge non ? Le gladiateur semblait avoir le sang chaud, et Hermès hésitait à lui en dire trop. Mais ne rien dire risquait aussi d’accentuer la méfiance quasi naturelle qui semblait coller à la peau du mortel.

« Je suis connu sous le nom de Zip l’éclair. J’estime qu’on est quitte ok ? Je dis rien pour ceux que tu veux protéger et toi tu dis rien sur ce que tu as vu, ca marche ? »

Normalement, je suis aussi le dieu des marchands, mais c’est bizarre, pour lui je le sens pas des masses.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3095
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Ven 18 Jan - 13:03 Message | (#)

Le gars l'avait suivi et s'installa contre le mur de la ruelle alors que le bruit des sirènes s'approchait toujours davantage. D'un ton plus sérieux que jusqu'à présent, Speedy lui raconta qu'il n'avait pas cherché à se foutre de lui, chose que Jay voulait bien croire, puis ajouta qu'il ne les connaissait vraiment pas. Okay, bah certainement qu'il ne s'agissait que d'un gros coup de « pas de bol » et que les premiers qui les avaient abordés voulaient simplement délester quelqu'un de son fric. Étant donné qu'ils s'étaient adressés en premier au super, il était logique de penser que c'était lui la cible et non l'américain qui, de toute manière, n'avait pas la dégaine de quelqu'un qui puisse avoir plus de cinq dollars en poche. Devant le silence du trentenaire, le gars continua en disant simplement qu'il avait réagi devant le danger parce qu'il se voyait mal rester comme un con à attendre que les choses se passent. C'était logique me direz-vous, mais Jay était un homme de mauvaise foi – et un mauvais perdant – et il considérait que démolir un immeuble avait été assez... Abusé ? Disons surtout qu'il n'avait aucune envie d'attirer l'attention sur sa pomme. Peut-être que l'autre s'en fichait vu qu'il semblait pouvoir se tirer de n'importe quelle situation, mais c'était loin d'être le cas du combattant.

Lorsque le sujet de l'hôpital fut abordé, l'américain se contenta de secouer la tête pour faire clairement comprendre à l'autre qu'il n'avait pas besoin de perdre son temps avec toutes ces conneries, puis après de brèves explications suivies d'une pseudo présentation, Speedy retomba dans le silence. Le marché proposé était intéressant, peut-être qu'en temps normal Jay se serait simplement contenté de se débarrasser du personnage gênant, mais vu les pouvoirs qu'il semblait posséder, c'était certainement impensable. Même si le défi aurait pu se révéler intéressant cela dit.

« Ça me va, tout ce que je voulais c'était être sûr que tu ne balancerais personne. » C'était l'entière vérité, il n'avait rien contre lui particulièrement après tout. « Habituellement tout le monde se sent concerné par les voleurs, même ceux qui n'habitent pas de l'immeuble alors je préférais m'assurer que tu ne poserais pas de problèmes. » Il était certainement aisé de comprendre que ce n'était donc pas leur premier cambriolage, puis certainement pas le dernier non plus. « Les problèmes, ça se règle toujours d'une manière ou d'une autre. »

Avec un peu d'intimidation ou de manière plus directe pour les grandes gueules. Une chose était sûre, ce gars semblait en être une, rien qu'à sa manière de se tenir, de parler ou de se comporter en général, il ne devait pas se prendre pour de la merde ! Cela dit, Jay ne pouvait pas deviner qu'il se trouvait littéralement en présence d'un Dieu. Puis de toute manière, le personnage étant athée et peu croyant, il était fort probable qu'il n'y croirait pas même avec la preuve vivante sous les yeux. Tout cela le dépassait et de loin. Sa main l'élançait encore et il savait qu'il aurait été plus prudent d'aller à l'hôpital pour que tout cela se soigne correctement et rapidement, mais il fallait toujours fournir une explication et il avait déjà subi bien pire dans les arènes du Circus. Autant dire qu'il préférait largement rentrer chez lui et laisser ses frangins – ou sa mère si elle n'était pas trop saoule – s'occuper de tout ceci !

« Et te fatigues pas, c'est pas ma première blessure et ce sera certainement pas la dernière. L'hôpital c'est pas pour ma pomme. » Tournant la tête vers les voitures de police, il décida qu'il était préférable de s'en-aller sagement avant qu'ils ne viennent fouiner de ce côté. Reportant son attention sur le super, Jay conclut. « C'est pas que je t'aime pas gars, mais.... »

Il n'eut guère le temps de développer davantage qu'un bruit se fit entendre derrière eux, près des voitures de police, puis des cris suivirent de peu avant que plusieurs personnes ne s'éloignent de la zone visible par Jay. Ce dernier fronça les sourcils en se demandant ce qui pouvait bien arriver, puis l'explication débarque rapidement. Les policiers présents s'éloignèrent en courant des gravats qui roulaient comme si quelque chose effectuait une pression en dessous. Un mauvais pressentiment s'installa dans l'esprit du trentenaire et fut rapidement confirmé lorsqu'une main plus grosse que la normale émergea des décombres. Après quelques instants, le super enflammé s'était hissé hors des gravats, bien qu'il semblait bien moins en forme qu'avant. Ses flammes étaient devenues bleutées et il se déplaçait avec plus de peine que précédemment, mais le premier coup qu'il donna en direction des flics réussit à en faire voler la moitié. Reniflant d'un air contrarié, le membre du Cartel lâcha quelques mots.

« Je suis pas un bon samaritain, je vais pas sauver les poulets, qu'ils se fassent griller ça fera un bon repas. » Il se détourna pour s'éloigner de quelques pas avant que son attention ne soit à nouveau captivée par l'enflammé qui s'éleva dans les airs, apparemment pour chercher quelque chose d'une manière plus efficace. « Je crois que ton pote te cherche Apollon. »

Simple moquerie liée au fait que le gars avait l'air d'un séducteur des films à l'eau de rose pour les nanas, il était loin de se douter qu'il était près de la vérité. Sans patienter davantage, Jay s'éloigna à nouveau de la zone, quitte à se faire attaquer mieux valait dégager d'une ruelle aussi étroite qu'ici. Ses pas le menèrent dans une courette non loin de là qui débouchait sur plusieurs autres rues – dont une principale – mais il n'eut pas le temps de vérifier que Speedy était derrière lui que déjà le grognement de l'enflammé se faisait à nouveau entendre près d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Ven 18 Jan - 16:27 Message | (#)

Si au début, il sembla le comprendre et s’amadouer au sujet de leurs secrets mutuels, il reprit très vite un ton intimidant qui fut loin de plaire au dieu et un sourire moqueur s’afficha de nouveau sur ses lèvres. Ben oui, chassez le naturel il revient au galop. Hermès prenait tout avec légèreté et les menaces en faisaient partie.
Par contre dès qu’il fut question du refus pour l’hôpital, un air soucieux s’afficha sur le visage aquilin.

« Si c’est une question d’argent, je peux régler ça. »

L’être divin était généreux par nature, avec ses biens et ceux des autres et il pensait réellement que tout un chacun méritait d’être soigné quelle que soit sa condition sociale. Bien sûr, il avait neuf chances sur dix pour que l’autre refuse son aide, il l’avait déjà poursuivit pour avoir aidé les cambrioleurs sans même citer leur lien de connaissance alors accepter l’aide d’un inconnu… Raphael pensait qu’il préfèrerait se faire couper un bras plutôt que de prendre la main tendue.
Les cris mirent fin prématurément à la discussion et bien vite tout dégénéra. Raphael n’était pas présentable pour aller donner un coup de main aux flics et bien qu’il ne les porte pas dans son cœur, toute vie gâchée pour lui le peinait.

Il ne releva même pas le prénom de son frère, en d’autres circonstance cela l’aurait fait rire, là il fut contraint de le suivre au pas de course car juste derrière arrivait Mister flamme qui passant au dessus d’eux les bloquèrent dans la courette. Il était hors de lui.

« Bâtards ! Tout aurait si bien pu se passer ! »

Frappant ses poings devant lui, il projeta des gerbes d’étincelles que les autres évitèrent de justesse, Hermès ayant attrapé son compère et l’ayant emporté dans un coin derrière une pile de cartons qui s’enflamma.

« C’était juste un test. Mon frère vous détroussait, il faisait ses preuves et entrait dans la bande ! »

Une boule de feu fut lancée dans leur direction en hauteur et fit s’effondrer sur eux une masse de brique rouges.

« Mais il a fallu que vous l’assassiniez ! Et dans une poubelle ! »

Le monstre prenait de plus en plus d’ampleur, la chaleur devenait fournaise, la situation était critique, alors Raphael s’envola vitesse grand V, donnant peut être l’impression de s’enfuir, mais il avait vu en haut de l’immeuble le plus proche une citerne qu’il alla chercher pour la lacher sur le géant de deux mètres.
Dans un PSCHIIIIIITT assourdissant et un bain de vapeur gigantesque, l’être était devenu noir, dégoulinant d’eau. Toutes ses flammes étaient éteintes. Ce fut à ce moment que le nabot sanguinolent refit lui aussi son apparition.

« Arwa !!! Non !!! »

Rejoignant son frère, il lui dit quelque chose et Raphael qui avait rejoint le gladiateur n’eut pas le temps de réagir.
S’agenouillant, comme s’il était soudainement affaibli, le géant mouillé frappa de son poing le sol et un tourbillon noir y prit naissance.
Comme dans un cyclone, tout se mit à tourner et à s’envoler étant attiré vers le cœur de l'ouragan. Accroché à une gouttière, le dieu et son comparse ne purent y résister et se retrouvèrent emportés avec le bout de métal dans une autre dimension.

Derrière eux l’ouverture sur le monde Star City se referma. Ils étaient maintenant dans un univers de volcans et de lave en fusion. Des terres désolées agrémentées ça et là de ruines antiques s'offraient à perte de vue.

« Ici je vais me recharger et mon petit frère aura tout son temps pour vous faire la peau ! Nous ramènerons vos têtes et… »

« Et il aura son badge de scout ? »

Ironisa le dieu en l’interrompant. Il aurait bien fait appel à son demi frère Vulcain si cela n’avait trahis irrémédiablement son secret. Si le monstre, dont le corps noir commençait à se craqueler et à laisser paraître le rouge d’un brasier incandescent, parlait de retourner à Star City, c’est qu’il y avait bien un moyen d’y revenir.

Le nabot s’était précipité à son arrivée vers une sorte de piédestal supportant une vasque avec un liquide rouge dedans. Un peu style bénitier d’église et trempant la main, il fut parcourut d’éclairs électriques carmins qui lui ôtèrent toute blessure. Cela n'avait pas échappé au dieu. N’ayant pas le temps d’aller en chercher, Raphael souleva l’humain et l’envoya se baigner dans la vasque.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3095
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Ven 18 Jan - 18:41 Message | (#)

Les affaires de famille c'était toujours une grosse merde. La preuve, Jay se retrouvait dans les ennuis jusqu'au cou parce qu'il avait voulu rendre service à ses frangins, puis maintenant ils se ramassaient un mec enflammé et en colère parce qu'ils avaient buté son frère. Enfin non, rectification, parce que Speedy avait buté son frère, nuance. Bon certes, c'était Jay qui l'avait invité à le faire et à sa place il aurait fait exactement la même chose, mais mauvaise foi oblige, il en voulut une fois de plus au pauvre voleur qui au final, n'avait rien fait. La chaleur était étouffante et cet abruti allait rameuter tous les flics de la ville, adieu la tranquillité s'ils restaient ici ! Enfin, en considérant qu'ils parviennent à sortir en vie de ce barbecue qui promettait de bien mauvaises choses. Dans l'état actuel des choses, l'américain ne pouvait pas faire grand-chose vu que ses pouvoirs ne lui permettaient pas se résister aux flammes, il se retrouverait cramé jusqu'à l'os avant d'avoir trouvé comment contrer les attaques de l'enflammé. Heureusement, Jay se trouvait avec un mec qui ne déconnait pas niveau pouvoirs, celui-ci parvint à neutraliser momentanément les flammes du super, suffisamment pour qu'ils puissent se barrer peut-être ? Même si l'idée de déserter n'enchantait pas Jay, il n'était pas à la hauteur et s'en rendait parfaitement compte.

Mais non ! Le petit con avec son arme à feu refit son apparition, sans rien entre les mains cette fois-ci, mais parvenant détourner l'attention suffisamment longtemps pour que l'enflammé – enfin le mouillé pour le coup – fasse un truc que Jay ne capta pas tout de suite. Même plus tard pour être franc. Les trucs des dimensions et toutes ces conneries ça le dépassait et de loin ! Toujours est-il qu'un mini cyclone débarqua et avala tout ce qui se trouvait dans la zone – flics non compris heureusement – pour les projeter dans un endroit qui ne se trouvait pas être Star City. Essayant de se repérer, Jay ne put que constater qu'une fois de plus il ne pouvait être d'aucune utilité pour se débarrasser des deux parasites qui en mettaient d'ailleurs encore une couche. Il ne pensait franchement qu'à rentrer dans son club de merde ou quoi ? L'américain souffla pour manifester son irritation, mais autant dire que cela ne changea pas grand-chose à la situation. La zone ne présageait rien de bon et Jay profita de l'instant de tranquillité pour essayer de repérer un endroit où ils pourraient se tirer pendant que l'autre était encore dans un sale état, mais apparemment Speedy avait autre chose en tête. Ne comprenant pas vraiment ce qui se passa, le trentenaire se retrouva juste à voler dans les airs pour se retrouver à baigner dans un liquide plutôt étrange. Il était parcouru d'étranges étincelles qui ne provoquaient aucune douleur, si ce n'était aux endroits blessés. Pestant contre l'autre taré qui l'avait envoyé dans un liquide qui aurait aussi bien pu le tuer en imaginant qu'il ne soit que pour les personnes originaires de cette dimension, Jay s'extirpa rapidement de la vasque en refilant au passage un coup de pied au nabot qui se trouvait juste à côté de lui.

« Tu pouvais pas te contenter de crever la gueule ouverte p'tit con ? »

C'était à cause de ce crétin qu'ils se retrouvaient ici après tout ! Celui-ci s'était contenté de tremper sa main dans le liquide et celle-ci était à nouveau en parfait état, Jay bougea la sienne, brisée juste avant, pour constater qu'elle ne le faisait plus souffrir. Super, il n'aurait pas à envoyer bouler Speedy et son fric pour payer l'hôpital.

Le coup de pied envoyé par l'humain avait repoussé de quelques pas le nabot qui ne semblait pas apprécier de voir ses cibles utiliser son système de soin, mais Jay ne comptait pas lui laisser l'occasion de se soigner davantage. Contournant la vasque, il enclencha son don – ce qui n'était pas dur vu la situation d'excitation dans laquelle il se trouvait – puis activa sa force améliorée. Avec cette dernière, l'américain commença à frapper sa cible avec toute la force dont il disposait. Logiquement un seul coup de poing donné avec deux tonnes de pression suffisait à faire exploser la tête de n'importe qui, mais ce nabot résistait plutôt bien. Vu qu'il n'avait pas crevé dans l'éboulement et tout le reste, il était logique de penser qu'il avait un pouvoir qui lui conférait une plus forte résistance. Dans son dos, Jay entendait l'enflammé protester, apparemment il voulait régler son compte à l'humain qui s'en prenait à son frangin, mais celui-ci se trouvait trop près de son frère, l'enflammé ne pouvait pas prendre le risque de lui envoyer une boule de feu dessus. Risquant un coup d’œil en arrière, l'américain espérait que Speedy en profiterait pour faire un coup d'éclat une fois de plus. Il n'eut pas le temps de voir quoi que ce soit que déjà le nabot lui envoyait un bon coup en plein visage. L'arcade ou quelque chose d'autre dû éclater vu le liquide qui se déversa sur ses yeux, mais Jay ne sentait rien en raison de son pouvoir, il continua donc à frapper avec toute la force qu'il avait sans ressentir le moindre signe de fatigue. Plusieurs boules de flamme passèrent au-dessus de lui, mais sans le viser, puis tout à coup il sentit le sol trembler et commencer à se craqueler doucement, divisant la zone en plusieurs petits ilôts bordés d'une lave qui ne donnait aucune envie de s'y baigner.

Bordel, il était hors de question qu'il crève dans cette dimension de merde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Ven 18 Jan - 19:39 Message | (#)


Hermès avait appris à voler au gladiateur. Avec un peu de recul il en aurait rit à se tenir les côtes, malheureusement là c’était très très chaud. C’était le cas de le dire. C’était pas cool. Fire’s man était en train de reprendre des forces, déjà ses pieds étaient auréolés de flammes d’un beau jaune doré… et ça remontait trop vite… Il semblait puiser dans le sol craquelé toute sa puissance et là, il n’y avait aucune citerne ou fleuve en vue, si ce n’est un fleuve de lave, ce qui n’arrangeait pas leurs cas.

Comme prévu, le gladiateur vit ses blessures cicatriser instantanément. Cela avait été risqué. Rien ne disait à Hermès que cela allait marcher, mais dans l’état où se trouvait l’humain, le dieu craignait qu’il ne tienne pas longtemps. Le voyant s’occuper du nabot, il décida de se charger du géant.

« Hey ! Essaie de me toucher connard ! »

Ce n’était pas poli, mais Raphael se devait d’attirer l’attention du géant.
Les boules de feu fusèrent, Hermès volait, riant, s’amusant, c’était jouissif pour lui, il jouait ne songeant pas un instant qu’il pouvait mourir. Comment l’aurait-il pu ? Montant haut dans le ciel, il obligeait le géant à se concentrer et puiser toujours plus d’énergie en lui pour essayer de le toucher. Remarquant qu’en touchant le sol, les boules de feu faisaient éclater la fragile écorce terrestre, une idée lui vint et il se mit à bouger d’une certaine façon, le narguant, le titillant, le rendant fou de rage et inconscient du danger. En quelques instants il arriva à ses fins et le sol se mit à bouger sous les pieds de tous les participants, hormis le dieu qui avait prit de la hauteur.

« ENVOIE LE DANS LE TROU ! »

Juste derrière le nabot, une crevasse de magma bouillonnant venait de se créer, si le gladiateur visait bien…
De toute façon, le sol devenait aussi troué qu’une crêpe mal faite et cela ne faisait qu’empirer. Passant hors du champ de vision de l’humain, Hermès ôta sa bague qui se transforma en caducée, avec il passa rapidement derrière le monstre en feu qui hurlait tandis que son petit frère était engloutit dans le lac de lave. Le cri du monstre s’arrêta alors qu’il sombrait dans un profond sommeil. Ne pouvant plus contrôler sa forme, son corps se mit à fondre se dissolvant dans le feu liquide. Restant toujours derrière le gladiateur, le dieu se précipita et toucha avec le bâton d’or offert par son frère Apollon la tête de l’humain qui s’endormit. Alors ouvrant un passage vers la dimension de son père il s’y transporta avec lui pour vite ouvrir un nouveau passage vers son appartement. Aucun mortel ne devait poser le pied sur le mont Olympe.
Dans son pied à terre sous les toits, il prit une douche et se rhabilla entièrement, ses habits ayant brûlés.
L’humain étant sur le point de se réveiller, et la nuit étant tombée sur Star City, il le prit dans ses bras et le ramena très rapidement dans la ruelle qu’ils avaient laissée. Là, il le posa au sol et lui tapota gentiment les joues.

« Hé ho… C’est l’heure de se réveiller la belle au bois dormant. Tu veux quand même pas un baiser ? »

Il sourit à cette pensée car c’est vrai que bien foutu, une petite danse horizontale avec lui ne lui aurait pas vraiment déplus. Les paupières du mortel papillonnant, un genou à terre, le soutenant, vêtu d’une chemise blanche et d’un jeans bleu nuit il lui demanda avec un grand sourire.

« Alors ? C’était fun, hein ? »
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3095
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Sam 19 Jan - 0:56 Message | (#)

Jay était encore en train de frapper lorsqu'il entendit un cri derrière lui et s'exécuta aussitôt. Dans l'arène il y avait souvent des gars qui hurlaient des « instructions » et l'américain y réagissait souvent positivement. Du moins, lorsqu'elles amusaient la galerie puisque c'était là le but de son « travail ». Attrapant le nabot par le col, le trentenaire le balança tout simplement dans la crevasse qui dégageait une chaleur presque insupportable et sans même un cri, l'autre disparut dans la lave. C'est à ce moment que l'enflammé sembla être vraiment contrarié de comprendre que cette fois-ci son frangin avait vraiment été tué et uniquement par leur faute sachant que c'était eux qui venaient de les expédier dans cette dimension. Jay se retourna pour regarder en direction du dernier danger qui restait, se demandant où était passé l'autre gus qui semblait s'être volatilisé. Étrangement, le membre du Cartel ne songea pas une seule seconde qu'en tuant les deux dangers publics, ils étaient peut-être en train de s'enfermer ici pour toujours. Frapper d'abord, réfléchir ensuite, c'était son leitmotiv.

Lorsque le regard de Jay se posa sur l'enflammé, il constata que celui-ci s'était arrêté de hurler et qu'il semblait fondre comme si son corps avait été sorti trop tôt du moule et qu'il se déformait complètement. Au bout du compte, il ressemblait aux affreux gâteaux que la mère Lane faisait de temps en temps lorsque ses gamins étaient trop jeunes pour râler sur la bouffe immangeable. Que de mauvais souvenirs en gros. Quoi qu'il en soit, ils furent rapidement débarrassés de l'autre enflammé. Enfin « ils », Jay ne voyait plus Speedy qui semblait lui avoir faussé compagnie. Regardant autour de lui, il ne vit rien venir alors qu'une brusque fatigue lui tomba dessus contre laquelle il ne put lutter.

Cette sensation d'épuisement ne s'effaça que lorsqu'il sentit quelqu'un lui tapoter la joue certainement pour essayer de le réveiller. Émergeant avec difficulté, l'américain entendit une voix étouffée, comme à travers un épais coton, puis il ouvrit les yeux pour de bon histoire de se retrouver face à Speedy qui se foutait de sa gueule. Pour changer. Sur le coup, Jay eut une vive enfin de lui effacer son sourire à coup de coup de poing histoire de lui faire comprendre qu'il ne goûtait pas à ce genre d'humour, mais il se ravisa finalement. Attaquer quelqu'un qui venait peut-être de vous sauver la mise n'était pas forcément top. Fidèle à lui-même, l'humain se redressa en repoussant sans vraiment de délicatesse, l'aide de Speedy. Même si ce gars lui avait sauvé la mise à plusieurs reprises, il n'aimait pas l'avoir trop près de lui, question de sécurité, un coup était trop vite donné.

« Un peu d'air, j'ai pas besoin d'une nounou pour me tenir debout. Et t'avises plus de me sortir ces conneries si tu veux pas bouffer de la soupe pour le mois à venir. »

L'humeur y était, Jay ne comprenait pas ce qui s'était passé. Il regarda autour de lui, s'entendant à voir de la lave et un décors pas franchement agréable à l’œil, mais il fut étonné de constater qu'ils étaient de retour à Star City et que la nuit était apparemment tombée. Putain ! Ses frangins devaient se demander ce qu'il foutait, sans compter qu'il était censé combattre au Circus et qu'il avait certainement fait faux bond à ses adversaires. C'était d'ailleurs ce qui l'énervait le plus et l'expression qui se dessina sur son visage devait clairement l'indiquer. Il décrocha un regard noir à Speedy dont il ne connaissait toujours que le surnom – qui laissait penser qu'il était du genre à courir après les nanas – puis l'agressa une fois de plus. Verbalement uniquement.

« Qu'est-ce que t'as fait ? Comment on est revenus ici ? L'autre enflammé à crevé et le nabot aussi, comment est-ce qu'on a fait le chemin inverse ? » Il se répétait malgré lui, ne pas comprendre l'énervait franchement surtout qu'il s'était endormi ou évanouit comme une gonzesse et qu'il avait raté une bonne partie de la journée. À moins que le temps ne soit passé plus vite dans l'autre dimension ? Reniflant d'un air irrité, il reprit. « Combien de temps est-ce qu'on a passé là-bas ? Et comment ça se fait que tu sois en parfait état toi ? T'étais où lorsqu'on était dans cette dimension ? » Le ton était accusateur, il questionnait beaucoup justement parce que cette situation lui échappait. C'est à ce moment qu'il remarqua que Speedy s'était apparemment changé. « Et comment t'as eu le temps de te fringuer autrement ? T'es pas clair mec et t'as intérêt à t'expliquer. »

Il était attendu, ou plutôt il devait être attendu. Tâtonnant sa poche il rechercha la vieille montre qu'il gardait généralement sur lui avant de se souvenir qu'il l'avait refilée à son aîné pour qu'ils puissent savoir combien de temps est-ce qu'ils passaient dans l'immeuble. Jurant entre ses dents, Jay regarda Speedy avant de reprendre d'un ton plus mesuré.

« Quelle heure est-ce qu'il est ? »

Peut-être qu'il n'avait pas perdu tous les combats du soir finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur











Le vol est l'envers du capitalisme ▬ Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Le vol est l'envers du capitalisme ▬ Libre
» Débat sur le communisme / Capitalisme :REPONSE A RICO
» La reforme du capitalisme selon Sarkozy
» Amis, envers et contre tout [ PV ]
» Nicolas Sarkozy imagine de refonder le capitalisme mondial en plusieurs étapes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-