AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Welcome back ! Categorie2_1Welcome back ! Categorie2_3
 

Welcome back !

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 14 Avr 2019 - 15:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Abigaïl Frankenstein
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Living Dead Girl
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2019
ϟ Nombre de Messages : 113
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Lawrence Chastel
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Taylor Momsen
ϟ Âge du Personnage : 234 ans
ϟ Statut : Célibataire morte
ϟ Métier : Thanatopractrice, chanteuse
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : Une cicatrice en forme de Y sur la poitrine, dernier témoignage de son autopsie. Des cheveux presque blancs et une peau pâle, presque glacée au toucher.
ϟ Pouvoirs :
- Maîtrise de la nécromancie XXX
- Maîtrise de l'ostéomancie V
- Maîtrise de la carnomancie VI
- Moisson de vie III
- Communication avec les morts III
- Psychopompe VI
- Phylactère III
- Vigor Mortis V
- Forme spectrale V
- Vol spectral I
- Deuil (faux magique)
- La Fossoyeuse (pelle magique)
- Avatar des cimetières (serviteur)
- Désespoir (cheval de la Mort, serviteur)
Ressusciter les morts n’était pas une chose aisée. Même pour celle qui s’était fait appeler Lady Death, Porte-Mort de la Moisson, nécromancienne suprême. Réanimer un cadavre, laisser la magie le faire se mouvoir à la place de la vie, à la place de son esprit était aisé. Faire revenir un esprit du monde où il se trouvait à partir des restes de sa dépouille mortelle était aisé. Rattacher cet esprit à son cadavre pour en faire un revenant, un mort-vivant doté de conscience et capable de penser, c’était aisé. Mais ressusciter quelqu’un, lui redonner cette étincelle pour lui permettre d’arpenter le monde en tant que vivant et pas en tant que créature quelque part entre la vie et la mort, c’était compliqué.

Abigaïl avait appris à le faire après avoir lu le parchemin de Toth. Elle devait être la seule nécromancienne à ne pas être devenue folle après avoir lu les secrets du dieu égyptien. Elle avait adapté le rituel pour qu’il soit plus adéquation à sa magie à elle, qu’il ne dépende d’aucune divinité, d’aucun diable. Mais il n’en restait pas moins compliqué. Elle ne l’avait utilisé vraiment qu’une seule fois auparavant. Pour ramener Anton. Le lien qu’ils entretenaient en tant que jumeau avait facilité les choses. Le fait qu’il avait déjà préparé le chemin de sa propre résurrection aussi. Ce que faisait Abigaïl ce soir, cette nuit, ne le serait pas autant.

« Je ne vois pas pourquoi tu t’infliges ça, ma chère sœur. » Commenta le nécromancien.

Celui-ci avait offert ses services au Hell Club après la destruction d’Erehwon. Après que Lady Satan l’ait retrouvé ivre dans un caniveau probablement. Mais il était revenu assister Abigaïl dès qu’elle était revenue. Maintenant on le trouvait plus souvent dans la cave de leur funérarium à préparer les morts et sélectionner les morceaux qu’il voulait garder pour ses créations qu’en train de besogner une sorcière du Pandémonium. Malgré ses défauts, Anton était loyal envers sa famille, envers sa sœur et sa vraie passion allait envers la mort. Il avait d’ailleurs été essentiel pour ce qu’Abigaïl tentait d’accomplir. Ses sérums et talents de nécro-chirurgien avaient grandement aidé à la reconstitution du corps de Siobhan O’Reilly.

« C’est vrai qu’elle est mignonne. Je suis presque déçu de ne pas avoir pu la connaître un peu mieux. »

« Tu pourras bientôt rattraper le temps perdu. Même si je doute que vous vous entendiez. Elle est assez pénible. »

« Pourquoi la ressusciter si tu ne l’aimes pas ? Tu pourrais concentrer tes efforts sur Janet plutôt. »


« Janet est plus heureuse comme ça, même si elle ne veut pas se l’avouer. Puis ce n’est pas une question de ramener quelqu’un que j’aime. » Elle lui adressa un sourire en coin. « Mais de défaire quelque chose qui a été fait par quelqu’un que je hais. »

« Oh. Le dépit et la rancune. Je te suis à cent pour cent petite sœur. »


« Et bien allons-y. »

Abigaïl observa le corps placé sur la table en inox. Elle n’avait trouvé que des ossements calcinés dans la tombe, mais c’était déjà un bon début. Travailler avec des cendres lui aurait demandé beaucoup trop de temps. Puis elle avait pu trouver du sang aussi. Même si elle avait dû le demander à Renan. Et le purifier aussi. Quelque chose lui disait que la descendante de Morrigan n’aurait pas apprécié être ressuscité avec rien qu’une once de sang démoniaque. Heureusement, il existait de très nombreuses façons de se débarrasser de la corruption infernale. Anton s’était occupé de le raffiner pour régénérer le corps. Le reste servirait pour le rituel complet.

La nécromancienne ouvrit la bouche de la morte entre ses lèvres. Elle en but un peu à son tour. Conjurer l’esprit de Siobhan, le replacer dans son corps lui était déjà possible. Mais avec de son essence en elle, son lien avec la sorcière de sang était plus intime que jamais. Elle pouvait presque la sentir en elle, sentir les souffrances qu’elle avait dû endurer en enfer avant le petit spectacle organisé par Lady Satan. Mais Abigaïl Frankenstein ne serait qu’un conduit. Elle déposa un baiser sur les lèvres glacées de Siobhan et y déversa l’âme de la sorcière ainsi que toute la vitalité dérobée qu’elle avait pu moissonner avant ce soir.

L’esprit et la chair étaient unis à nouveau. Les yeux de la nécromancienne brûlaient d’une lueur bleutée. Les lumières de la pièce se mettaient à clignoter. Le défibrillateur qu’Anton gardait au cas où se mit à grésiller. Abigail fit glisser sa main jusqu’au cœur de Siobhan. Un cœur frais, régénéré avec soin. Il ne lui manquait plus qu’une impulsion, qu’une étincelle. Abigaïl y déversa un peu de vie. Son pouvoir tourbillonner autour d’elle. Il unissait ce que la mort avait séparé. Il réparait les ossements, les vaisseaux sanguins et les tissus que même les sérums d’Anton ou les quelques sortilèges préparatoires d’Abigaïl n’avaient pu raviver. Des spectres hurlèrent au loin et les autres cadavres, dans leurs tiroirs glacés ouvrirent les yeux et s’agitèrent. C’était plus facile qu’Abigaïl ne le pensait. Avec la bonne préparation, tout était facile.

Les ampoules explosèrent dans des gerbes d’étincelles. Abigaïl retira sa main, un sourire satisfait ourlant ses lèvres. Le cœur de Siobhan battait. Le sang bu devenait le sang qui courrait dans ses veines et l’ombre de la mort avait été chassée. La nécromancienne n’avait même pas eu besoin de sacrifier de nouveau né cette fois-ci.

« Tu as fait une bonne sieste ? » Demanda Abigaïl à la rousse.
 
Revenir en haut Aller en bas





Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 14 Avr 2019 - 17:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Super-Vilain Indépendant
Super-Vilain Indépendant

Siobhan O'Reilly
Super-Vilain Indépendant

Afficher le profil
/
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 12/04/2019
ϟ Nombre de Messages : 20
ϟ Nombre de Messages RP : 7
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Crédits : Renan
ϟ Célébrité : Deborah Ann Woll
ϟ Âge du Personnage : 30 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sans métier fixe
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : • 1m80
• Cheveux roux, silhouette fine
• Cicatrices sur ses deux avant-bras
• Accent irlandais
ϟ Pouvoirs : • Maîtrise de la magie du sang
• Gardes de sang

ϟ Liens Rapides : /
Arpenter même un peu le monde des vivants après ce qui m’avait paru être une éternité de torture en Enfer - et qui faisait suite à plusieurs années de tortures et d’humiliation sur la Terre Prime, aux mains du connard de démon qui avait pris l’ascendant sur mon âme - ne m’avait fait que du bien. Cela avait été une pause bienvenue dans mon existence maudite. Un moment de vengeance, aussi, car le spectacle que Lady Satan avait mis sur pied avait été le plus exaltant que j’ai jamais connu. Une partie de moi était définitivement morte avec Raphaël, mais je l’aurais tuée de mes mains si j’en avais été capable. Je n’avais ressenti que du soulagement, une joie renversante. Justice était faite. Pour la lignée O’Reilly. J’espérais que Morrigan pleurerait son cher démon même si j’en doutais. La garce n’avait pour seul mérite que de nous avoir laissé accès à notre pouvoir.

La destruction de mon tortionnaire m’avait aussi laissé un étrange vide dans le coeur, une sorte d’amertume : je me retrouvais dépourvue de tout but, et mon existence était toujours vouée aux Enfers. Ma fierté m’interdisait de me vendre encore, même si j’aurais pu adoucir mon quotidien, peut-être, en mettant mes capacités au service de la maîtresse des lieux. Je n’avais qu’à retourner souffrir là d’où j’étais venue. Destin cruel, qui me fut épargné par les caprices du hasard. De tous les présents, il avait fallu que je croise le regard de Lady Death. Celle que j’avais stupidement jalousé en un temps, avant de comprendre qu’elle avait été victime du même monstre que moi. Pire encore. Mon existence était un long fleuve tranquille en regard de la sienne. J’avais un peu honte de mon comportement avec elle, mais trop de fierté encore une fois pour m’en excuser. Surtout que je n’avais fait que réagir à la compulsion de la graine de Raphaël. Quelle idiote j’avais été.

Je comprenais donc encore moins la raison de ce qui se déroulait aujourd’hui. Le goût glacé de sa magie était venu saisir mon âme, l’attirer à elle. Une surprise désagréable, au moins au départ. J’aurais souhaité résister, mais une mage du sang morte n’était pas un grand prédateur, et de toute façon, la nécromancienne était dans son domaine. J’avais entendu parler de ses exploits. Des légions qu’elle avait levées à son service. Je n’étais pas de taille… et à quoi bon me battre contre elle ? Je n’avais plus rien ni à perdre ni à gagner.

A la nécromancie étrangère se substitua un flot de sensations que j’avais perdu depuis longtemps. Un flot de sensations qui me terrorisait autant qu’il soulageait la souffrance qui pesait sur mon âme meurtri. J’inspirais doucement entre mes lèvres tandis que la sensation d’une main étrangère contre mon coeur disparaissait. Mes poings se serrèrent et se desserrèrent doucement sur mon impulsion. Les battements de mon coeur me paraissait presque assourdissant, à vrai dire. Ce n’était pas juste un corps, j’en avais la conviction. C’était le mien. Et il était vivant. La complexité des préparatifs nécessaires ne m’était pas inconnue. La raison pour laquelle je respirais de nouveau, en revanche, si. J’ouvris les yeux sur un endroit que je n’avais jamais vu. Et un visage connu, sans la moindre surprise.

Un sourire satisfait soulevait ses lèvres tandis qu’elle me saluait. Je pris le temps de me redresser, observant mes mains fines avec étonnement. Ma peau de rousse. Mes cheveux longs qui cascadaient dans mon dos et sur mes épaules. Puis la responsable de ce qui me semblait être un miracle, d’un air soupçonneux. Pourquoi m’avait-elle ramenée ? Je ne comptais pas servir un maître de plus. J’avais presque envie de paniquer, mais j’avais été élevée pour diriger un clan aux abois, pour conserver mon sang-froid en toutes circonstances, alors en lieu et place de la frayeur, c’est un sourire narquois qui vint orner mes lèvres et chasser la surprise. Ne pas paraître faible était important. Surtout que la nécromancienne était accompagnée de son frère.

Un peu trop longue à mon goût, me forçais-je à répondre. Non pas que je m’en plaigne, mais que me vaut cet honneur, Lady Death ?

Un jeu. Je me retrouvais en position de devoir jouer un jeu de plus. J’avais peur, et la peur m’avait toujours fait réagir comme cela. Même ma désorientation en pouvait rien contre les mécanismes que j’avais mis en place dans les années qui avaient précédé ma mort : lorsque je me sentais menacée, je n’en devenais que plus pénible, plus moqueuse et distante. Si rien ne m’atteignait jamais vraiment, que pouvait-il m’arriver de mal ? Un rideau baissé sur mes émotions que j’entassais au fin fond de mon esprit depuis trop longtemps. Même si j’avais conscience que je ne pouvais pas dissimuler le fait que j’étais désorientée, que mon propre corps me paraissait aussi familier qu’étranger, que la simple sensation de l’air contre ma peau agressait mes sens. Alors qu’il s’agissait d’un repos des plus complets en regard des tendres attentions de l’Enfer et de ses habitants.

La peur fut toutefois décuplée par une pensée qui balaya tout le reste. Le genre de choses qui importait plus que tout. J’avais besoin de savoir ce qu’il en était de sa marque. Besoin d’être certaine que j’étais libre, qu'Abigaïl Faust ne m’avait pas ramenée ici pour souffrir de nouveau. Et si j’avais rêvé la mise à mort de Raphaël ? Lorsqu’on était en proie aux pires souffrances, un jouet pour d’autres, on perdait vite la raison. J’étais bien placée pour le savoir.

Est-ce qu’il y a un miroir, ici, demandais-je avec le coeur aux bords des lèvres, mon assurance factice disparaissant elle aussi.

J’aurais simplement pu le leur demander, mais je n’arriverais à m’apaiser qu’en constatant de mes yeux que je n’étais plus la chienne d’un démon. Il n’y avait qu’une personne à qui je faisais confiance aujourd’hui : moi-même. Tous les autres m’avaient trahie. Tous.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 14 Avr 2019 - 20:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Abigaïl Frankenstein
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Living Dead Girl
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2019
ϟ Nombre de Messages : 113
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Lawrence Chastel
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Taylor Momsen
ϟ Âge du Personnage : 234 ans
ϟ Statut : Célibataire morte
ϟ Métier : Thanatopractrice, chanteuse
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : Une cicatrice en forme de Y sur la poitrine, dernier témoignage de son autopsie. Des cheveux presque blancs et une peau pâle, presque glacée au toucher.
ϟ Pouvoirs :
- Maîtrise de la nécromancie XXX
- Maîtrise de l'ostéomancie V
- Maîtrise de la carnomancie VI
- Moisson de vie III
- Communication avec les morts III
- Psychopompe VI
- Phylactère III
- Vigor Mortis V
- Forme spectrale V
- Vol spectral I
- Deuil (faux magique)
- La Fossoyeuse (pelle magique)
- Avatar des cimetières (serviteur)
- Désespoir (cheval de la Mort, serviteur)
Lady Death. Une grimace déforma un instant le visage d’Abigaïl à la mention de ce nom. Il ressemblait peut-être un peu trop à celui de Lady Satan et les rapports entre la nécromancienne et l’Antéchrist n’étaient pas au beau fixe. Ils le seraient encore moins quand Evelyn se rendrait compte que sa fille adoptive avait dérobé une nouvelle âme aux enfers. Pas qu’aucun démon ne soit plus là pour clamer Siobhan O’Reilly pour son propre harem décadent ou quoique puissent les démons puissent faire d’une telle âme en enfer. Abigaïl n’était pas vraiment restée pour faire du tourisme quand elle y était descendue.

« C’est Living Dead Girl maintenant. » Commenta Anton en s’approchant de la ressuscitée, un sourcil levé et un stéthoscope entre les mains. « Elle n’a même pas le même corps. »

Ce qui n’avait pas empêché la sorcière de sang de la reconnaître. Cela ne surprenait pas Abigaïl. Même si elle avait placé l’esprit de Siobhan dans une autre enveloppe charnelle, elle aurait reconnu sa magie. Elles s’étaient en quelque sorte goûtées toutes deux lorsque la rousse était venue des années plus tôt au Necropolitan, jalouse. Comme si Abigaïl avait eu la moindre attention de lui dérober son tortionnaire infernal.

« Abby est très bien. Mais je n’utilise plus le pseudonyme de Lady Death. Je ne suis plus la Lady de quoique ce soit. » Si ce n’était de sa propre existence et c’était déjà très bien comme ça.

Un instant, la nécromancienne se demanda ce qu’elle devait répondre à la sorcière irlandaise. Si elle devait imaginer quelque prétexte douteux pour l’avoir ramené d’entre les morts. A quoi bon lui mentir ? Abigaïl voulait donner une nouvelle chance à Siobhan, une chance d’échapper aux enfers, d’échapper à son démon. Elle aurait juste aimée que celui-ci ait pu assister à la résurrection pour savoir que sa petite créature lui avait survécu.

« Te voir au Pandémonium m’a donné une idée. Voir Raphaël détruit était agréable, mais j’avais envie d’aller un peu plus loin. De défaire ce qu’il avait fait. Ce qui voulait dire te ramener toi, morte par sa faute et damnée par sa faute aussi. Je suis juste déçue qu’il ne soit pas là pour le voir. »

Abigaïl afficha un sourire macabre. Sa haine pour Raphaël était l’une des rares choses qu’elle avait conservées de son ancienne vie en tant que Lady Death. Sans lui, Méphistophélès n’aurait pas pu la faire tomber enceinte, elle n’aurait pas eu de fille. Elle n’aurait pas eu à détruire la seule chose qu’elle avait aimée de manière inconditionnelle depuis si longtemps. Il l’avait manipulée, il l’avait violée. En publique.

« Il est normal si vous avez l’air un peu… Négligée. »
Commenta Anton. Il avait posé son stéthoscope, remettant son examen médical à plus tard, pour tendre un miroir à la jeune femme. « Vous venez de revenir d’entre les morts. Vos nerfs doivent vous faire atrocement souffrir et il faut un peu de temps pour que votre corps se remette à fonctionner vraiment parfaitement. C’est un peu comme sortir du coma, ou être né. J’en sais quelque chose, je suis passé par là. »

« Manger aide. Mettre des vêtements aussi. » Renchérit Abigaïl.

La nécromancienne attrapa un t-shirt et un jogging qu’elle tendit à Siobhan. Elle ne pouvait vraiment cacher sa fierté devant ce qu’elle venait d’accomplir. En abandonnant sa noirceur, en abandonnant toutes les âmes que contenait Deuil, Abigaïl savait qu’elle renonçait à une partie de ses pouvoirs. Elle avait pensé qu’elle n’en aurait plus jamais besoin. Dans le vide entre les mondes des morts, à dériver pour l’éternité avec ses seuls souvenirs pour compagnons. Sauf qu’elle était revenue. Comme Siobhan maintenant. Quoique de manière différente. Et elle était toujours capable de ressusciter quelqu’un. Il y avait toujours un peu de Lady Death en elle. Elle était fière. Même si cela l’inquiétait aussi.

« Si vous voulez bien, j’aimerais réaliser un examen et une prise de sang. Pour m’assurer que tout fonctionne bien. »

Abigaïl leva une main.

« Cela peut attendre Anton. Je pense que Siobhan a besoin de sortir de la morgue pour commencer. Elle n’a plus sa place ici après tout. »
 
Revenir en haut Aller en bas





Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 15 Avr 2019 - 3:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Super-Vilain Indépendant
Super-Vilain Indépendant

Siobhan O'Reilly
Super-Vilain Indépendant

Afficher le profil
/
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 12/04/2019
ϟ Nombre de Messages : 20
ϟ Nombre de Messages RP : 7
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Crédits : Renan
ϟ Célébrité : Deborah Ann Woll
ϟ Âge du Personnage : 30 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sans métier fixe
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : • 1m80
• Cheveux roux, silhouette fine
• Cicatrices sur ses deux avant-bras
• Accent irlandais
ϟ Pouvoirs : • Maîtrise de la magie du sang
• Gardes de sang

ϟ Liens Rapides : /
J’observais l’homme que j’avais identifié comme le frère d’abigail Faust s’approcher d’un oeil méfiant. Je n’étais pas à l’aise de l’avoir près de moi, mais je ne l’aurais avoué pour rien au monde. Pour éviter de montrer ma méfiance, je reportais mon attention sur la nécromancienne. Elle avait donc changé d’identité.

J’avais remarqué le changement, en effet. J’ai connu Abigaïl de son… Vivant.

Et j’en étais encore mortifiée. Repenser à la honte que j’avais apporté sur moi-même. Je m’étais rendue ridicule. Que la magie en soit coupable en me consolait en rien. Ma fierté ne me le pardonnerait jamais. C’est sans doute pour cela que je choisis de ne pas m’enquérir de ce qu’il en était de ce changement d’identité.

Et vous êtes, ajoutais-je un peu froidement à l’intention du frère, par ailleurs.

J’avais besoin de savoir à qui je m’adressais précisément. D’avoir un peu de contrôle sur la situation. Je n’aimais pas trop l’idée de subir, un tant soit peu. Voilà que j’allais devenir coincée, essayais-je de m’amuser intérieurement. Ça ne fonctionnait pas vraiment, mais il fallait bien commencer quelque part. Comme j’avais commencé par la question qui m’importait le plus : savoir pourquoi Abigaïl avait eu l’excellente idée de me ramener parmi les vivants. La réponse fut une surprise totale. Je haussais un sourcil, essayant de garder mes attitudes habituelles.

Par sa faute et celle de Morrigan, rectifiais-je avec hargne. C’est elle qui a parié ma lignée en premier lieu. Même si c’est lui qui l’aura détruite. J’aurais aimé qu’il puisse voir ça, moi aussi.

Mon ton s’était fait mélancolique, un bref instant. Sans que je ne le veuille consciemment, ce qui me dérangeait. Beaucoup. Je me redressais en portant mon regard sur l’autre, peu intéressée par son petit discours. Je me fichais de mon apparence, il n’y avait qu’une chose qui m’importait. J’avais mal, tout me paraissait trop intense et douloureux et en même temps étrangement étouffé. Des notions antithétiques, mais je ne trouvais pas de meilleure façon de décrire les choses. Mes nerfs hurlaient sous la sollicitation, mais j’avais trop souffert pour me laisser aller à me lamenter. Et ce n’était rien.

Ce n’est pas grave. J’ai l’habitude, raillais-je en réponse au frère d’Abigail.

L’habitude de souffrir. D’être négligée à cause des épreuves. Ce n’était rien en regard de ce qui me travaillait l’esprit et qui m’empêchait de me préoccuper des choses vraiment importantes. Je me tournais sans prendre le miroir et ramenais mes cheveux sur ma poitrine, me dévissant le cou pour constater l’impossible.

Elle a disparu, soupirais-je avec étonnement.

Avec soulagement. La marque de Raphaël n'était plus qu'à peine visible, un liseré de chair un peu plus sombre que le reste de ma peau pâle.

Je suis vraiment… Libre.

J’avais besoin de me l’entendre dire à voix haute. Je tendis une main qui tremblait un peu vers les vêtements offerts par la nécromancienne que je serrais contre moi sans trop savoir quoi faire. Je n’avais jamais été très pudique, mais d’un autre côté, l’idée de me vêtir devant eux me dérangeait. Alors que j’étais nue. Idiote. En plus, j’avais peur que la sensation du frottement du tissu contre ma peau accentue encore la brûlure que je ressentais partout.

Pas de prise de sang. Pas si ce n’est pas nécessaire.

Les mots avaient fusé par réflexe. Le sang m'était sacré, mais surtout, avoir mon sang, c’était avoir du pouvoir sur moi. Je ne savais pas dans quelle mesure le fait que ce soit Abigaïl qui m’ait relevé était compromettant. Mais je ne voulais pas laisser n’importe qui mettre la main dessus. Les dieux m’en soient témoins, je ne voulais laisser personne y toucher. Plus jamais. Je passais finalement et rapidement le t-shirt et le jogging, mes traits se crispant sous la sensation avant que je ne me force à les détendre de nouveau. Glissant doucement au bas de la table pour ce faire.

Je vous remercie. Je n’ai pas besoin de vous dire de quoi vous m’avez sauvée, complétais-je avec un sourire. Mais je sais que tout se paie.

Mon ton était plus mordant que je ne l’aurais voulu, mais je me méfiais. Je n’arrivais pas à accepter l’unique souci de revanche de la nécromancienne.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 16 Avr 2019 - 21:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Abigaïl Frankenstein
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Living Dead Girl
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2019
ϟ Nombre de Messages : 113
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Lawrence Chastel
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Taylor Momsen
ϟ Âge du Personnage : 234 ans
ϟ Statut : Célibataire morte
ϟ Métier : Thanatopractrice, chanteuse
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : Une cicatrice en forme de Y sur la poitrine, dernier témoignage de son autopsie. Des cheveux presque blancs et une peau pâle, presque glacée au toucher.
ϟ Pouvoirs :
- Maîtrise de la nécromancie XXX
- Maîtrise de l'ostéomancie V
- Maîtrise de la carnomancie VI
- Moisson de vie III
- Communication avec les morts III
- Psychopompe VI
- Phylactère III
- Vigor Mortis V
- Forme spectrale V
- Vol spectral I
- Deuil (faux magique)
- La Fossoyeuse (pelle magique)
- Avatar des cimetières (serviteur)
- Désespoir (cheval de la Mort, serviteur)
« Oh, j’ai eu quelques échos de votre entrevue passée. » Commença Anton d’un ton calme.

Abigaïl ne prit même pas la peine de le foudroyer du regard ou de lever les yeux au ciel. Elle connaissait son frère. Il ne cherchait probablement pas à remuer le passé. Simplement à faire la conversation.

« Je suis Anton Frankenstein. Anciennement Faust. »

« Mon frère jumeau. » Ajouta Abigaïl au cas où ce n’était pas parfaitement clair.

La nécromancienne se rendait compte qu’elle ignorait ce que savait exactement Siobhan à son propos. La sorcière avait pu être informée de tout ce qu’avait appris Raphaël, tout comme elle avait pu être maintenue dans l’ignorance. Tout au plus, elle devait avoir eu vaguement connaissance de l’existence de la Moisson. De sa relation avec Renan ? Peut-être aussi, mais elle n’en était pas certaine. Pour Abigaïl, la sorcière de sang n’avait été qu’une extension de Raphaël. Une sorte de jouet vaguement capable de penser par lui-même. Jusqu’à ce qu’elle la voit au Pandémonium toutefois et qu’elle se remémore à quel point par certains aspects, l’archidémon, tout comme Méphistophélès avait joué avec elle.

« Détruite ? » Demanda Abigaïl avec un air interrogateur. « Ta fille est encore en vie. Elle a même été instrumentale pour te ramener. Mais ne t’inquiète pas, nous avons éliminé toute corruption démoniaque avant de faire usage de son sang. »

Abigaïl ne savait pas exactement quelle était la relation qu’entretenait Siobhan avec Elyon. A sa place, elle aurait cherché à la revoir. Peut-être parce qu’elle imaginait sa propre fille, avant qu’elle ne soit possédée par Méphistophélès, plutôt que la véritable semi-démone engendrée par Raphaël.

« Votre corps est parfaitement fonctionnel normalement. Ce n’est la fin de votre lignée que si vous le voulez. » Ajouta Anton.

La nécromancienne observa de haut en bas le corps de la sorcière de sang. Elle pouvait deviner la souffrance qu’elle devait ressentir. Elle avait été elle-même de retour parmi les vivants plus d’une fois et savait à quel point il était facile d’oublier toutes ces sensations, qu’il s’agisse du froid, ou du contact d’un tissu. Qu’il était facile d’oublier à quel point un corps était sensible, surtout quand il était tout neuf. Tout juste régénéré par les bons soins des jumeaux Frankenstein.

« J’imagine. »

Des damnés il y en avait eu des centaines, des milliers autour d’elle, en train d’être torturés, quand elle avait mené sa petite guerre en enfer. Des âmes mortes qui pour la plupart avaient rejoins ses rangs sous l’influence de sa magie. Beaucoup n’avaient été que trop heureux de pouvoir combattre leurs geôliers. Parfois, Abigaïl se demandait si ces défunts payaient encore le prix de cette petite rébellion. Avaient-ils vraiment pensé que la nécromancienne parviendrait à vaincre le Diable lui-même et à les libérer ?

« En effet. » Ajouta Abigaïl. Libre. La nécromancienne ne l’était même pas vraiment elle-même. Pas avec le statu quo qu’elle devait maintenir avec les enfers. « Je ne sais pas si c’est la résurrection qui a effacé le pacte, ou simplement le fait que Raphaël ait été vraiment détruit et qu’aucun démon n’ait été capable de récupérer ses anciens pactes. Mais tu es libre. »

Bélial aurait pu essayer de revendiquer les âmes qui appartenaient à son fils. Mais il avait déjà probablement dépouillé Raphaël de ses droits sur celles-ci avant sa fin. Siobhan avait dû faire partie de ces âmes à l’abandon, torturées en enfer sans vraiment appartenir à quelque démon que ce soit. Evelyn aurait pu la revendiquer. Elle avait tué l’archidémon, l’avait soumis. Mais elle avait décidé de faire usage d’une plume d’ange, d’annihiler son essence. Sa magie avec probablement.

« Très bien. Est-ce que vous me laisserez au moins écouter votre cœur ? » Demanda Anton d’une voix toujours posée.

Abigaïl observa son frère avec une pointe de fierté.

Il avait fait des progrès dans ses rapports avec les femmes depuis son retour parmi les vivants. Peut-être qu’il voulait vraiment être sérieux avec Piper au final.

« Et bien, des remerciements sont toujours appréciés. Surtout avec un grand sourire. » Commenta Abigaïl d’un ton léger. « Mais tu vas pouvoir commencer à payer ta dette rapidement. En rencontrant les autres colocataires à l’écart et en mangeant un morceau. Je n’aimerais pas qu’on dise que je ne traite pas bien les morts que je ramène à la vie. Bien sûr tu peux aussi aller te reposer. On t’a préparé une chambre quelque part. Si tu veux rester. Mais quelque chose me dit que tu as assez dormi pour un moment. »

La nécromancienne s’était rapprochée.

« Tu peux t’appuyer sur moi pour monter les marches si tu veux. Le sens de l’équilibre peut mettre un peu de temps à revenir. »


 
Revenir en haut Aller en bas





Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 16 Avr 2019 - 22:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Super-Vilain Indépendant
Super-Vilain Indépendant

Siobhan O'Reilly
Super-Vilain Indépendant

Afficher le profil
/
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 12/04/2019
ϟ Nombre de Messages : 20
ϟ Nombre de Messages RP : 7
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Crédits : Renan
ϟ Célébrité : Deborah Ann Woll
ϟ Âge du Personnage : 30 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sans métier fixe
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : • 1m80
• Cheveux roux, silhouette fine
• Cicatrices sur ses deux avant-bras
• Accent irlandais
ϟ Pouvoirs : • Maîtrise de la magie du sang
• Gardes de sang

ϟ Liens Rapides : /
J’eus le bon goût de me sentir gênée de savoir que le frère de la nécromancienne avait eu vent de ma première rencontre avec Abigaïl. Heureusement que je n’étais pas du genre à me laisser étouffer indéfiniment par la honte. Et que j’avais tant de choses, d’informations et de sensations qui me parvenaient qu’il était difficile de tout prendre en compte. J’avais tout de même détourné le regard en réflexe, refusant de voir la réaction de la jeune femme dont elle occupait l’enveloppe.

Le fameux, marmonnais-je avant de me forcer à me fendre d’un remerciement pour lui également.

Je n’avais pas entendu que du bien à son sujet. Je savais qui il était même et la réputation qu’il avait même si ça n’allait pas beaucoup plus loin. Raphaël m’avait plutôt parlé de Renan et de la nécromancienne. Laquelle me reprit en m’apprenant que le petit monstre qui me servait de fille était encore en vie. Celle que j’avais portée à mon corps défendant, celle que l’archidémon m’avait forcée à élever alors même qu’elle était une preuve supplémentaire de ma honte. Je me sentis perdre toute ma superbe en découvrant qu’elle existait encore. Je ne voulais pas savoir où. J’avais trop peur de ce que je pourrais faire.

Je n’ai pas de fille, soufflais-je d’une voix étouffée, les yeux baissés vers le sol, le sang battant à mes tempes. Je ne… Et je n’en aurais jamais. Mon sang est maudit. J’étais liée à Raphaël, mais avant ça, ce pacte me laissait à la merci du premier démon venu. Je ne prendrais pas le risque de le transmettre à qui que ce soit. Même maintenant.

Je voulais que ma lignée soit détruite. Je voulais qu’elle disparaisse. Je voulais que la trace humaine de Morrigan sur la Terre Prime sombre dans l’oubli. Elle ne méritait rien de mieux. Savoir que je devrais continuer à honorer nos usages pour conserver ma puissance intacte me dégoûtait par avance. M’entendre renier ainsi une enfant qui n’était peut-être que l’innocence même malgré son ascendance aussi. Même le dégoût, cependant, n’était pas suffisant pour me faire changer d’avis. Elyon était un souvenir de ma déchéance. Elle n’était associée qu’à la souffrance, à l’humiliation. Il m’avait enchaînée comme une chienne, pendant ma grossesse. Confinée comme une esclave. Et bien évidemment, il y avait eu l’accouchement. Le souvenir me tira un frisson pendant que je refermais mes mains sur mon abdomen, sursautant quand mon propre toucher me parut presque douloureux. Je devais me reprendre. Abigaïl et Anton Frankenstein n’étaient pas mes amis. Des alliés de circonstance, pour le moment.

J’étais injuste avec eux, peut-être. Ils m’avaient rendu ma liberté. Plus que celle qui avait fait détruire Raphaël. J’aurais dû me sentir redevable. Je me sentais redevable, mais par dessus tout, je me sentais aux abois. Et j’avais mal partout. Heureusement que j’avais l’habitude, comme je le disais moi-même. Néanmoins, je ne pouvais pas oublier que je devais ce corps, ce coeur qui battait aux deux personnes qui me faisaient face. Malgré toute la méfiance que je pouvais ressentir. Après un instant de réflexion pendant lequel je fixais le frère, je finis par acquiescer lentement.

Vous pouvez le faire.

Je n’allais pas sauter au plafond dès qu’on m’approchait, même si le fait de toucher quelqu’un, n’importe qui, me causait un vague sentiment de nausée. Mais je ne voulais pas l’admettre. Je laissais donc faire Anton avant de reporter mon attention vers sa soeur, qui s’était rapprochée de moi tout en parlant. Je n’avais pas pu ravaler complètement ma surprise. Quand elle avait parlé de payer ma dette, je n’imaginais pas vraiment que ce serait… Pour ce genre de demande. Avec un regard inquisiteur et malgré toute l’envie que j’avais de lui dire que je pouvais marcher seule, je finis par décider que s’étaler par terre n’était pas plus enviable que de simplement la laisser m’aider. Dieux que je détestais être dépendante d’un autre, d’une autre.

Merci, répétais-je donc en me forçant à conjurer un nouveau sourire sur mes lèvres et en me rapprochant prudemment d’elle.

Je n’avais effectivement pas la moindre envie de dormir pour le moment, mais j’appréciais au moins le fait qu’elle ne comptait pas me mettre à la porte dans cinq minutes.

Vous… Tu as l’air d’avoir changé, Abigaïl, observais-je.

Je n’étais pas certaine de ce que je pensais du changement, mais je supposais qu’il était un peu moins humiliant de dépendre de la générosité d'Abigaïl Frankenstein que de celle de Lady Death. J’avançais jusqu’à l’escalier et levais le nez vers ce qui me semblait être un palier bien trop lointain avec une petite moue agacée. J’avais mal partout, et alors ? J’avais l’impression que le monde était sans dessus dessous, et donc ? Je n’allais pas me laisser abattre pour si peu. Je n’avais qu’à commencer par foutre un pied devant l’autre, comme n’importe qui.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Hier à 16:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Abigaïl Frankenstein
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Living Dead Girl
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2019
ϟ Nombre de Messages : 113
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Lawrence Chastel
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Taylor Momsen
ϟ Âge du Personnage : 234 ans
ϟ Statut : Célibataire morte
ϟ Métier : Thanatopractrice, chanteuse
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : Une cicatrice en forme de Y sur la poitrine, dernier témoignage de son autopsie. Des cheveux presque blancs et une peau pâle, presque glacée au toucher.
ϟ Pouvoirs :
- Maîtrise de la nécromancie XXX
- Maîtrise de l'ostéomancie V
- Maîtrise de la carnomancie VI
- Moisson de vie III
- Communication avec les morts III
- Psychopompe VI
- Phylactère III
- Vigor Mortis V
- Forme spectrale V
- Vol spectral I
- Deuil (faux magique)
- La Fossoyeuse (pelle magique)
- Avatar des cimetières (serviteur)
- Désespoir (cheval de la Mort, serviteur)
« Le seul, l’unique. » Ajouta Anton de son ton détaché et professionnel. Il n’avait clairement que faire de ce que Siobhan pouvait bien avoir entendu à propos de lui.

Abigaïl eut un léger sourire en remarquant cela. Fut un temps, il aurait déjà été en train de vanter ses mérites de scientifique et de nécromancien auprès de la rousse pour qu’elle accepte peut-être de tester le sexe post-résurrection avec lui et si possible avant qu’elle n’ait repris trop l’habitude de vivre.

« Je vois. »
Commença la mort-vivante quand Siobhan commença à parler de sa fille. Elle ne savait pas trop à quoi elle s’était attendue. Selon bien des façons, sa propre fille avait aussi été le résultat d’une union démoniaque. Elle était stérile et c’était la contamination infernale de Renan, celle qui lui avait transmise, qui avait été capable de lui donner des enfants. Et uniquement parce que la volonté de Méphistophélès était-là, à guider cette corruption depuis son royaume. L’enfant n’avait été au final qu’un hôte, qu’un conduit pour le démon. Pourtant Abigaïl aurait aimée la revoir, pouvoir la prendre dans ses bras, rien qu’un instant. Quand elle fermait les yeux elle pouvait encore voir sa magie réduire son corps en poussière. « Est-ce que tu es toujours aussi… Réceptive aux démons ? Même sans lui ? »

La nécromancienne se demandait si elle devrait tout faire pour éviter que sa nouvelle petit orpheline de la mort ne croise la route de sa mère adoptive. Lady Satan était une sorcière ancienne et puissante, mais son sang démoniaque pouvait en faire une menace pour Siobhan. Abigaïl ne s’était pas amusée à ramener la descendante de la Morrigan simplement pour la pousser dans les bras de l’Antéchrist. Elle chassa ces pensées. Non. Ce que faisait Siobhan ne la concernerait bientôt plus. Elle était vivante, pas mort-vivante. Elle n’était pas l’un de ses protégés et regagnerait bientôt sa liberté. Y compris le choix de rôder auprès des puissances infernales.

Les jumeaux étaient restés en retrait quand la sorcière de sang avait posé ses mains sur son abdomen avant de sursauter. Abigaïl ne pouvait qu’essayer de deviner ce qui pouvait bien traverser son esprit. Ce n’était pas compliqué. Elle pensait à Elyon. Pas de la même façon dont Abigaïl pensait à sa propre fille.

Anton s’avança avec son autorisation et posa son stéthoscope dans le dos de la jeune femme, écoutant attentivement son cœur tout en prenant bien soin de ne pas la toucher. Les doigts du nécromancien n’effleurèrent même pas sa peau. Il déplaça l’objet avec délicatesse avant de se reculer.

« Tout m’a l’air parfait. Même si je ne peux que préconiser un examen plus approfondi quand vous vous sentirez mieux. Votre cœur est neuf, mais revenir d’entre les morts n’est pas une mince affaire et la documentation sur le sujet est… Et bien. Inexistante. »


Sans plus attendre, il se recula pour aller griffonner ses notes sur un carnet, ignorant superbement les deux femmes et leurs nouvelles discussions. L’esprit du nécromancien n’avait pas de considération pour ce genre de choses.

Abigaïl offrit son bras à Siobhan et la mena délicatement vers les escaliers.

« Tes nerfs vont bientôt s’habituer à toutes ces sensations et bientôt tu ne seras plus submergée. » Même si certaines pourraient encore avoir leur petit effet. Retrouver le goût, le toucher… Offrait des sensations inédites pour ceux qui passaient de l’état de mort à celui de vivant. Abigaïl le savait bien pour avoir fait l’aller et retour régulièrement. C’était comme manger après un jeûne. En plus intense. Pour l’instant il y avait la douleur. « Cela va aller mieux. Vers le plaisir de combler tes besoins physiologiques. Puis tout reviendra à la normale. »

La nécromancienne coula un regard discret en direction de Siobhan. Son corps pouvait-il ressentir les douleurs fantômes de son âme ? Les échos de ce qu’elle avait pu subir en enfer ? Même Abigaïl l’ignorait. Mais elle connaissait une personne qui pourrait répondre à cette question.

« J’ai changé. Je suppose que c’est normal après avoir dû tuer ma fille, vu mon royaume être détruit et fait la guerre en enfer avant d’errer désincarnée dans les autres mondes des morts. »


Un léger sourire passa sur les lèvres de la nécromancienne.

« Cela change quelqu’un. Habiter un nouveau corps aussi. L’ancien n’est plus. Malheureusement. Pas même un ossement. Mais tu as changé aussi. »

Elle plongea son regard dans celui de Siobhan.

« Tu ne t’en rends pas forcément compte. Mais revenir d’entre les morts. Cela change quelqu’un. Plus qu’on ne peut l’imaginer. Parfois il vaut mieux même qu’ils restent morts. Quoique je ne pense pas que ce soit ton cas, sinon je ne t’aurais pas ramenée et je sais où se trouvait ton âme. Cet escalier n’est pas si monstrueux en comparaison. »

Un instant, Abigaïl hésita à prendre Siobhan dans ses bras pour l’emmener à leur sommet. Mais elle préféra l’accompagner calmement et la soutenir. Son visage n’afficha pas la moindre expression et elle n’émit pas le moindre commentaire. La faiblesse de la sorcière de sang était évidente mais ne signifiait rien.

Finalement, elles arrivèrent jusqu’à la cuisine où leur entrée fut tout sauf discrète. Tous les autres colocataires, les orphelins de la mort, la joyeuse escouade cadavre était là. Gary, la tête coupée, était posé sur la table et offrit un sourire goguenard aux deux femmes. Silence était à côté de lui, son visage recouvert de bandages et ses yeux cachés par des lunettes noires. Il n’appréciait pas que les gens voient le patchwork qui lui servait de visage. Janet, ancienne call girl transformée en zombie par un nécrophile, lança un regard dédaigneux depuis un coin de la pièce. Il y avait aussi Bernie qui assit dans un fauteuil accordait sa guitare. Puis enfin Piper, la seule vivante, qui faisait cuire des œufs.

« Je vous présente Siobhan. »
Commença sobrement Abigaïl. « Elle va rester quelques temps avec nous. »

« Salut poupée ! » Lança Gary.

Silence leva la main pour la saluer sans prononcer un mot. Janet ne broncha pas. Bernie était trop absorbé par ce qu’il faisait, l’un de ses doigts venait de tomber dans la guitare avec son médiator et il essayait de le récupérer en la secouant frénétiquement.

« Enchantée, moi c’est Piper. Qu’est-ce que vous voulez manger ? Il y a des œufs, du bacon, des pancakes… »

« On est morts, mais on mange beaucoup. Moi c’est Gary d’ailleurs. Silence, remets moi une gaufre. C’est pas parce que j’ai pas de tube digestif que je n’aime pas avoir quelque chose de sucré entre les lèvres. »

Le golem de chair approcha la nourriture des lèvres de la tête coupée. Même si cette dernière semblait plus intéressée par Siobhan qu’en la dite gaufre.

« Ils sont inoffensifs. »
Commença Abigaïl. « Tu pourras quand même fermer ta chambre à clef si tu veux. »

La nécromancienne ne se faisait pas d’illusions. Siobhan ne lui faisait pas confiance et elle ferait encore moins confiance à sa bande de morts-vivants. Même si eux avaient probablement moins de raisons de s’en prendre à elle.
 
Revenir en haut Aller en bas





 
Welcome back !
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Welcome back ! Categorie2_6Welcome back ! Categorie2_8


Welcome back ! Categorie2_1Welcome back ! Categorie2_3
 Sujets similaires
-
» I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou
» Back to Hogwarts...
» Petit Come-back.
» I'm Back [Dorian & Enora]
» I knew the pathway like the back of my hand . Le 24/12 à 14h

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome back ! Categorie2_6Welcome back ! Categorie2_8
Sauter vers: