AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

A reason to believe - Abigaïl - Page 2 Categorie2_1A reason to believe - Abigaïl - Page 2 Categorie2_3
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

A reason to believe - Abigaïl

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 14 Avr 2019 - 20:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Abigaïl Frankenstein
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Living Dead Girl
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2019
ϟ Nombre de Messages : 113
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Lawrence Chastel
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Taylor Momsen
ϟ Âge du Personnage : 234 ans
ϟ Statut : Célibataire morte
ϟ Métier : Thanatopractrice, chanteuse
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : Une cicatrice en forme de Y sur la poitrine, dernier témoignage de son autopsie. Des cheveux presque blancs et une peau pâle, presque glacée au toucher.
ϟ Pouvoirs :
- Maîtrise de la nécromancie XXX
- Maîtrise de l'ostéomancie V
- Maîtrise de la carnomancie VI
- Moisson de vie III
- Communication avec les morts III
- Psychopompe VI
- Phylactère III
- Vigor Mortis V
- Forme spectrale V
- Vol spectral I
- Deuil (faux magique)
- La Fossoyeuse (pelle magique)
- Avatar des cimetières (serviteur)
- Désespoir (cheval de la Mort, serviteur)
Parfois Abigaïl si les choses n’étaient pas mieux comme Noélie le décrivait, si ce n’était pas mieux quand l’humanité n’avait pas conscience de ce qui se passait de l’autre côté du voile, de ce qui les attendait après la mort. Toutes les religions étaient basées sur cela après tout, sur un semblant de révélation quand à ce qui attendait les défunts, pourquoi ils ne revenaient pas, pourquoi ils ne communiquaient pas. Parfois, la nécromancienne se demandait si le monde n’aurait pas été mieux loti sans les gens comme elle, capables de tirer les gens de leur après-vie pour extirper d’eux des secrets qui auraient mieux fait de rester enfouis.

« C’est rare. » Commenta la nécromancienne avec un sourire timide. « La plupart des gens n’aiment pas du tout parler de la mort. Beaucoup son mal à l’aise. »

Aucun être vivant ne devait avoir envie d’être conscient de sa propre mortalité. Peut-être était-ce pour cela que les humains avaient tant besoin de se croire immortels, de se bercer d’illusions ou de se raconter des contes quand à ce qui les attendait. Etaient-ce ces contes qui avaient fait naître les dieux et leurs mondes ? Ou bien est-ce que les dieux alimentaient l’imaginaire des hommes ? Abigaïl aimait à croire que c’était le premier cas et que le vrai pouvoir appartenait aux vivants, aux vivants à ce qu’ils pensaient de leurs morts.

« Je ne te juge pas tu sais. Je ne suis pas une enfant de chœur. » C’était même loin d’être le cas. Elle avait précipité la fin de beaucoup de gens, leur avait fait passer le voile un peu trop tôt. Quand elle ne se contentait pas de moissonner leurs âmes pour son propre bien. « Mais tu sais, c’est normal. D’être égoïste et de vouloir se protéger ainsi que les siens. »

Qu’est-ce qu’Abigaïl n’avait pas fait pour sa famille, pour son frère ! Anton l’avait trahie si souvent, mais elle l’aimait, désespérément. Il était une part d’elle et elle savait que par bien des aspects, elle était une part de lui. Deux faces d’une même pièce. La mort et le docteur qui s’entremêlaient et jouaient continuellement aux échecs ensemble, l’un contre l’autre. Abigaïl avait tué pour lui. Elle avait bafoué certains de ses principes pour lui. Elle l’avait fait aussi pour sa fille, pour ses autres proches.

Elle avait aussi envie de le faire pour Noélie. Sans trop savoir pourquoi. Sa décision était déjà prise pourtant. Après cette conversation, avant qu’elles ne se revoient, la nécromancienne descendrait dans les profondeurs du Pandémonium. Elle confronterait Lady Satan et lui arracherait les cheveux de la jeune chanteuse. Noélie serait complète à nouveau, hors de portée des maléfices de l’Antéchrist. Abigaïl réprima un frisson. Il y aurait un prix à payer. Surtout si Evelyn refusait de coopérer.

Mais Abigaïl n’était pas gentille. Elle était implacable et elle voulait récupérer cette mèche de cheveux.

La nécromancienne contemple un instant le visage de Noélie. Ses yeux rougis par les larmes, les sillons humides sur ses joues. L’humanité toute entière peinte sur son visage de poupée. Une sensation étrange, un élan à laquelle elle n’est pas habituée, envahit Abigaïl. Voir Noélie ainsi l’attriste, mais ce sourire entremêlé de pleurs éveille quelque chose en elle. Un mélange d’espoir et de tristesse, un tourbillon d’émotions. Abigaïl observe un instant son doigt, elle sent la larme qu’elle a essuyé un instant plus tôt. Un tourbillon d’émotions. Le chaos. C’était cela être vivant.

« Je suppose oui. » Répond Abigaïl après un léger silence, dans un soupir relevé d’un sourire tendre.

Rire et pleurer en même temps. Cela ne lui était jamais arrivé à elle. Rire, oui. Pleurer aussi, quand elle ne laissait pas la mort la priver de ses propres larmes. Les deux en mêmes temps ? Comme ça ? Jamais. Ou alors ce souvenir avait disparu depuis longtemps, happé par les décennies, par les siècles qu’elle avait passé sur cette terre et parmi les morts.

Abigaïl avait envie d’essuyer le reste des larmes de Noélie. Elle avait envie de bien plus. Prendre cette tristesse pleine d’espoir, juste un petit morceau et le prendre en elle. Pour ressentir un peu ce que ressentait la vivante. Pour la soulager aussi sûrement.

« Se laisser aller n’a jamais été une option avant, tu sais. »

Pas quand on était née à son époque. Pas quand on portait tout le destin de sa famille sur ses épaules. Pas quand se laisser aller signifiait relever des morts pour organiser des affrontements clandestins avec son frère. La vie d’Abigaïl avait toujours été macabre. Se laisser aller, c’était laisser cette vie entrer en conflit avec le reste du monde. Cela ne lui avait pas semblé valoir la peine. Pas après avoir vu Anton périr une première fois dans les flammes.

« Mais tu t’en sors bien oui. Tu m’impressionnes beaucoup je dois dire. Que tu arrives à sourire comme ça après tout ça. C’est… »


Magnifique. Mais ce mot mourut sur ses lèvres et elle laissa sa phrase en suspends.

« Je pense aussi. J’aime les moments que je passe avec toi Noélie. Je me sens plus vivante à tes côtés, ou je comprends mieux en quoi cela consiste. C’est amusant. Je crois que même lorsque j’étais vraiment en vie, je ne l’étais pas vraiment. Pas comme toi. »

Les sourires de la nécromancienne n’avaient jamais été aussi radieux que ceux de la chanteuse. Ou que ceux qui semblaient vouloir naître sur ses lèvres mortes à cet instant.

« Mais tu as raison. Encore une fois. Je ne devrais pas m’inquiéter de l’avenir. » Surtout elle. Surtout alors qu’elle était là pour vivre pleinement, pour arrêter de porter le poids du monde sur ses épaules. Pour arrêter de croire que l’équilibre entre la vie et la mort était entre ses mains. « J’espère que tu mourras à quatre vingt ans, ce serait bien. »

Un compliment à la Abigaïl Frankenstein.

« Cela nous laisserait beaucoup d’années. »

Des moments sur un canapé peut-être. Si Lady Satan se faisait une raison. Si elle acceptait de rendre les cheveux à Abigaïl. Peut-être que la nécromancienne laisserait Noélie lever la protection sur son appartement. Elle en avait envie. Terriblement envie. C’était si étrange. Toutes ces sensations. Cet attachement pour cette petite femme qui aurait dû être insignifiante à l’échelle de l’existence de la nécromancienne. Cette petite femme qui grandissait pourtant à chaque larme, à chaque sourire. A chaque petite promesse, chaque petit caprice.

« D’accord. Si elle ne fait rien, je te laisserais lever la protection de ton appartement pour que je puisse y venir. Mais si elle tente quoique ce soit, tu restes en sécurité et nous trouverons une autre solution. Je suppose qu’il ne nous reste plus qu’à nous trouver un endroit où nous retrouver. J’ai peur que nous ne soyons pas tranquilles chez moi. »

Abigaïl craignait aussi que ses colocataires soient un peu trop impressionnants pour Noélie. Ou peut-être qu’elle ne voulait pas la présenter à d’autres morts-vivants. Qu’elle voulait rester la seule fille cadavre dans son quotidien.

 
Revenir en haut Aller en bas





Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 14 Avr 2019 - 22:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

Noélie A. Inagawa
Cartel Rouge

Afficher le profil
A reason to believe - Abigaïl - Page 2 181024121903977341

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 24/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 593
ϟ Nombre de Messages RP : 346
ϟ Doublons : Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Crédits : gif & vava par Renan (♥) ; code Sio
ϟ Célébrité : Yuko Suzuhana
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chanteuse dans le groupe Borderland / développeuse web / wakagashira de l'Otaku-Kai
ϟ Réputation : Niveau 3
ϟ Signes particuliers : • Incroyablement bavarde
• Sort toujours apprêtée jusqu'au bout des ongles
• Cheveux très longs, parfois méchés de bordeaux, turquoise ou rose, au rythme de ses envies et de ses concerts

ϟ Pouvoirs : • Compréhension innée des langages informatiques
• Hackeuse née
• Analyste niveau III (données et informations en tous genres, expression corporelle, détection du mensonge, calculs de probabilités et analyse situationnelle)
• I.A. (Inori)
• Book My Life
• Lentille connectée (connectée à Inori, interface d'informations, reconnaissance faciale)
• Implant neuronal (transmission d'instructions à Inori, bouclier psychique, bouclier magique)
• Drones de surveillance (connectée à Inori et donc à Noélie)
• Egide : Shiru (bouclier physique, réflexes améliorés, formation en protection rapprochée), Totsuka (Artefact : Ōtenta-Mitsuyo, grenades fumigènes, shurikens explosifs, maîtrise du ninpō no ken)

• Téléporteur de costumes 2.2
ϟ Liens Rapides :
1 rose de Susan ♥️ 2 roses de Lukaz ♥️ 1 rose de Mikhaïl ♥️ 1 rose de Natalia ♥️ 1 rose de Zeke ♥️
Le petit sourire offert par Abigaïl est adorable. Comme si elle n’ose pas vraiment s’y laisser aller, comme si elle hésite encore un peu. Je souris en retour, un peu malgré moi. Je ne me sens pas plus mal à l’aise en parlant de la mort que du temps qu’il fera demain, c’est sûr, mais en même temps, je suis curieuse de tout et ouverte d’esprit. A quoi bon se mettre à l’envers pour ce genre de petits détails inévitables ?

Eh bien, pas moi ! Même si je suis contente de voir que tu ne me juges pas parce que je ne suis pas aussi… Mignonne qu’on pourrait le croire.

Je grimace. Je me doute bien qu’elle-même dans son existence n’a pas fait que des choses adorablement mignonnes, douces, et délicates. Je veux dire, elle a menacé de me tuer cinq minutes après que l’on se soit rencontrées, ça parle de soi-même. Mais c’est important pour moi qu’elle sache que je ne suis pas inoffensive non plus. Allez savoir pourquoi. Je dois avoir envie d’être honnête, de la même honnêteté que j’ai exigé d’elle ce soir à propos de choses qui la touchent forcément d’une façon ou d’une autre. Je veux qu’elle me voit telle que je suis, ce qui ne doit pas être trop difficile vu que je ne suis pas vraiment secrète. Sauf sur ma vie au Cartel Rouge, mais je crois que je vais garder ça pour un autre jour. Peut-être.

Son regard sérieux sur ma mine de chien battu me tire un nouveau rire, accentué par le fait qu’elle accepte volontiers mes dires, le tout avec un sourire attendri. Je retrouve peu à peu mes habitudes. Elle continue à parler et je l’écoute avec attention. Je hausse les épaules quand elle avoue que je l’impressionne. Impressionnée de quoi ? Je ne suis pas si exceptionnelle. J’ai juste un tempérament plutôt solaire, qui me pousse à voir le positif au dessus du négatif et surtout à toujours, toujours aller de l’avant. Tant que je respire, je ne m’avouerais pas vaincu par les caprices du hasard. Au contraire, je leur ferais face pas à pas, sans jamais reculer.

C’est… Bizarre ? Anormal ?

Je relève en haussant un sourcil d’un air faussement surpris. Je ne sais pas ce qu’elle voulait dire - je ne pense pas que ce soit un de ceux-ci, d’ailleurs, même si c’est un peu vrai. On m’a souvent pris pour une inconsciente à cause de ma tendance à traiter le malheur par le mépris. Là, j’ai eu plus de mal que d’habitude, mais le malheur en question n’était pas vraiment un petit évènement. Chaque instant passé ici, ceci dit, me rassure un peu plus. Comme si la tempête qui sévissait sous mon crâne s’apaisait peu à peu, domptée par une certaine nécromancienne et son besoin d’être rassurée.

Je sais juste qu’arrêter de sourire ne changera pas les choses. Ou les empirera simplement. Je ne suis pas idiote, je sais que je suis dans les ennuis jusqu’au cou, mais il faut bien avancer, non ? Et puis, les choses ne sont pas si mal engagées, avec ce fichu pacte. Je pense vraiment que je ne me suis pas trop mal débrouillée.

J’espère en tout cas. Comme j’espère aussi avoir encore un beau paquet d’années avec Abigaïl dans le coin. Quand elle accepte notre compromis, je finis par craquer et je la prends dans mes bras, avec ma spontanéité habituelle. Une étreinte comme j’en offre à mes amis, généralement - sauf ceux qui s’en trouvent mal à l’aise. Une étreinte qui me soulage et m’apaise un peu plus. Je me sens plus posée, plus moi-même. Moins en colère.

Marché conclu, j’accepte donc avec enthousiasme.

Je la relâche en réfléchissant déjà à un lieu pour se retrouver.

Hmmm, c’est toi qui sait si tes colocs se tiendront bien. Mais sinon, je dois pouvoir trouver un endroit tranquille.

Une partie de moi se dit que mes parents ont des appartements vides actuellement qui leur appartiennent à Star City. Je pourrais leur demander si on peut garder l’un d’entre eux sous le coude… Mais j’ai l’impression d’exagérer un peu. D’un autre côté, ça serait chouette. Et je pourrais aussi entreposer quelques affaires là bas.

En fait… Mes parents ont sûrement certains des appartements qui leur appartiennent qui sont inutilisés habituellement. Je pourrais peut-être voir avec eux, je finis par dire.

Pas du tout excessif, Noélie. Réquisitionner un appartement pour une de tes amies en devenir. Oh, et puis zut. J’avoue, c’est que j’ai peur de la faire fuir d’une contrariété. Alors je fais bien plus attention qu’avec d’autres : ce n’est que cela.
 
Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 16 Avr 2019 - 20:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Abigaïl Frankenstein
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Living Dead Girl
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2019
ϟ Nombre de Messages : 113
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Lawrence Chastel
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Taylor Momsen
ϟ Âge du Personnage : 234 ans
ϟ Statut : Célibataire morte
ϟ Métier : Thanatopractrice, chanteuse
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : Une cicatrice en forme de Y sur la poitrine, dernier témoignage de son autopsie. Des cheveux presque blancs et une peau pâle, presque glacée au toucher.
ϟ Pouvoirs :
- Maîtrise de la nécromancie XXX
- Maîtrise de l'ostéomancie V
- Maîtrise de la carnomancie VI
- Moisson de vie III
- Communication avec les morts III
- Psychopompe VI
- Phylactère III
- Vigor Mortis V
- Forme spectrale V
- Vol spectral I
- Deuil (faux magique)
- La Fossoyeuse (pelle magique)
- Avatar des cimetières (serviteur)
- Désespoir (cheval de la Mort, serviteur)
Abigaïl observa Noélie un instant, la tête légèrement penchée sur le côté. Le visage de poupée de la chanteuse, son débit de parole qui aurait fait rougir un plongeur en apnée. Les mots glissèrent sur les lèvres de la nécromancienne sans qu’elle ne s’en rende compte.

« Oh, tu es mignonne. » Abigaïl serra les lèvres un instant. Ce genre de réflexions n’était vraiment pas son genre. Surtout envers une vivante. Une goule particulièrement petite à la limite, du genre à essayer de manger un bras plus gros qu’elle, avec des phalanges qui dégoulinaient de sa gueule. « Mais je sais que tu ne peux être que cela. » Ajouta-t-elle avec un sourire. « Peu de gens sont juste mignons. »

Pas même les enfants. Abigaïl n’avait qu’à se remémorer les quelques marmots qui avaient fait partie de sa vie pour en être certaine. Même le gamin qu’avait enfanté Renan et qui devait devenir son arme, héritier ou elle ne savait trop quoi n’était pas mignon pour elle. C’était juste psychopathe dans un costume de chair un peu trop grand. Elle en était convaincue.

De toute façon, à bien y réfléchir, elle n’imaginait pas que quelque chose de mignon puisse être issu du méta-humain. Abigaïl se demanda aussi pourquoi elle était en train de penser à son ex alors qu’elle se trouvait aux côtés de Noélie. Renan faisait partie de son ancienne vie. Il lui avait bien dit qu’il ne voulait pas faire partie de sa nouvelle existence. Par respect pour elle. Pas par haine ou méfiance.

Elle n’était pas certaine que le méta-humain aurait pu supporter ce qu’elle était devenue. Elle était trop différente de la Lady Death qu’il avait connu. La puissance ? Elle l’avait. Elle ne cherchait plus à en accumuler plus. Sinon elle ne se retrouverait pas là, sur un banc, à discuter avec Noélie, à lui livrer certains de ses secrets. Sinon elle n’envisagerait pas de se rendre au seuil de l’enfer pour récupérer quelques mèches de cheveux.

« C’est… Impressionnant. » Lâcha Abigaïl avec un sourire en coin. « Je sais à quelles horreurs tu as pu faire face. J’ai vu mon lot de monstruosités et j’ai toujours eu la chance d’avoir ce pouvoir, cette puissance pour m’aider à y faire face. Je me suis sentie insignifiante, impuissante quand même. Souvent. Cela m’a presque brisé. » Peut-être que cela l’avait dépouillé un peu de sa capacité à sourire vraiment, de manière naturelle et non pas pour le souci des apparences. Parfois elle avait l’impression qu’elle n’avait retrouvé cette capacité qu’après avoir pris possession du corps de Lily. Peut-être que son ancienne enveloppe charnelle était trop marquée pour le pouvoir. « Tu arrives à sourire malgré tout. A te tenir à côté de moi malgré tout. Tu m’impressionnes. »

Cette force vive, cet optimisme mêlé de pragmatisme était quelque chose qu’Abigaïl n’avait jamais vu. Son monde était sombre, il l’avait toujours été. Elle avait appris à faire partie des monstres plutôt que de les combattre. La façon dont Noélie le faisait, les repoussait sans même avoir besoin de prendre les armes, la façon dont elle semblait être toujours capable d’être heureuse malgré ce qu’elle avait vécu… C’était ce qui fascinait le plus Abigaïl. La chanteuse était une lueur qui repoussait les ténèbres sans même essayer.

« Toutes choses considérées tu t’en sors très bien, oui. Mieux que n’importe qui à ma connaissance même. Je ne sais pas ce que tu as fait, mais tu t’es bien débrouillée ne effet. Arracher un tel pacte à Lady Satan. Cela pourrait presque donner un conte. »

Comment la petite lueur était descendue dans l’antre du Diable. Comment elle avait fait face à toutes les horreurs qui l’attendaient en enfer, tous les démons, toutes les tortures et qu’à aucun moment, elle n’avait vacillé. Alors le Diable lui avait offert un accord. Que jamais il ne s’en prendrait à la petite lueur, tant que celle-ci ne s’en prendrait pas à ses ténèbres. Et jamais on ne saura si qui avait eu le plus peur de qui.

Un petit conte. Bien loin de la vérité probablement. Mais Abigaïl l’aimait bien alors qu’elle le retournait dans sa tête. Un jour son frère lui avait dit qu’elle aurait dû écrire des livres. Que toutes les histoires des morts qu’elle avait entendus lui avaient donné plus d’inspiration qu’aucun écrivain n’aurait su en faire.

La nécromancienne se figea un moment quand Noélie l’étreignit, sans trop savoir que faire de ce corps qui venait soudainement d’emprisonner le sien. Autrefois, elle aurait dérobé toute l’énergie vitale de Noélie, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une coquille desséchée qu’elle aurait réanimé en serviteur servile. La fille cadavre pouvait presque sentir la chaleur de la petite lueur contre sa peau glacée.

« Marché conclu. » Répéta Abigaïl dans un soupir, un sourire égaré au coin de ses lèvres.

« Ils pourraient bien se tenir. Mais ils seront curieux. Les seuls vivants qui viennent par chez nous sont mon frère et Piper, qui vit avec nous. Les deux sont des nécromanciens. Après, si tu n’as pas peur de les rencontrer… Je ne veux juste pas que ce soit trop après tout ce que tu as vu. »

Abigaïl avait envie de présenter Noélie à sa petite bande d’orphelins de la mort. Même si elle savait qu’elle ne le devait pas. Qu’il ne serait que plus difficile encore de reculer quand il le faudrait si elle lui montrait que les monstres n’étaient pas tous assoiffés de pouvoir. Que certains, même s’ils mangeaient un cerveau de temps en temps, ne cherchaient qu’à exister à leur manière. Aussi morbide soit-elle.

« Cela peut-être une idée… » Voir Noélie dans un autre appartement. Abigaïl eut un pincement au cœur en repensant à celui dans lequel elle ne pouvait plus pénétrer. Pas que l’immobilier soit une réelle préoccupation. Mais c’était le foyer de la petite chanteuse, sa maison. Pas ces autres endroits. « Après je suppose que nous pouvons essayer des endroits normaux aussi. Le parc. Je ne venais jamais au parc. Il doit y avoir d’autres endroits que tu pourrais me montrer. J’ai tendance à passer mon temps à me promener dans les cimetières. »
 
Revenir en haut Aller en bas





Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 16 Avr 2019 - 22:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

Noélie A. Inagawa
Cartel Rouge

Afficher le profil
A reason to believe - Abigaïl - Page 2 181024121903977341

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 24/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 593
ϟ Nombre de Messages RP : 346
ϟ Doublons : Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Crédits : gif & vava par Renan (♥) ; code Sio
ϟ Célébrité : Yuko Suzuhana
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chanteuse dans le groupe Borderland / développeuse web / wakagashira de l'Otaku-Kai
ϟ Réputation : Niveau 3
ϟ Signes particuliers : • Incroyablement bavarde
• Sort toujours apprêtée jusqu'au bout des ongles
• Cheveux très longs, parfois méchés de bordeaux, turquoise ou rose, au rythme de ses envies et de ses concerts

ϟ Pouvoirs : • Compréhension innée des langages informatiques
• Hackeuse née
• Analyste niveau III (données et informations en tous genres, expression corporelle, détection du mensonge, calculs de probabilités et analyse situationnelle)
• I.A. (Inori)
• Book My Life
• Lentille connectée (connectée à Inori, interface d'informations, reconnaissance faciale)
• Implant neuronal (transmission d'instructions à Inori, bouclier psychique, bouclier magique)
• Drones de surveillance (connectée à Inori et donc à Noélie)
• Egide : Shiru (bouclier physique, réflexes améliorés, formation en protection rapprochée), Totsuka (Artefact : Ōtenta-Mitsuyo, grenades fumigènes, shurikens explosifs, maîtrise du ninpō no ken)

• Téléporteur de costumes 2.2
ϟ Liens Rapides :
1 rose de Susan ♥️ 2 roses de Lukaz ♥️ 1 rose de Mikhaïl ♥️ 1 rose de Natalia ♥️ 1 rose de Zeke ♥️
Oh, tu es mignonne. La réflexion d'Abigaïl fuse du tac au tac et je me sens rougir. Rougir. Je ne m’attendais juste pas à entendre ce genre de choses de sa part, c’est tout, mais je suis encore plus gênée en imaginant la coloration de mes joues. Je fais comme si de rien n’était, ceci dit, acquiesçant avec vigueur concernant le fait que peu de gens s’avèrent n’être que mignons. Au contraire.

On n’a rarement dit choses plus véridiques, j’ajoute pour dissiper ma gêne passagère.

Les êtres humains sont souvent bourrés de défauts, des défauts que j’ai tendance à voir d’un coup d’oeil plus ou moins prolongé selon la personne. Parfois, ce n’est vraiment pas joli. Même si moi, ça tend à me fasciner. A quel point nous cachons ce que nous sommes aux autres, ce qu’il y a vraiment au fond de nous ? Les personnes réellement gentilles que j’ai rencontrées, gentilles de bout en bout, se comptent sur les doigts d’une main. Peut-être deux, soyons fous.

Malheureusement, je commence à peine à me remettre de ma surprise que la nécromancienne remet une couche. Impressionnant ? Je sais que savoir sourire malgré les difficultés est une qualité qui n’est pas si fréquente, mais enfin, de là à la qualifier d’impressionnante… Et voilà, juste comme ça, je vire au rouge vif une fois de plus. En même temps, j’aimerais vous y voir, à côté de madame-j’ai-des-siècles-au-compteur en train de trouver un petit machin de vingt-six ans impressionnant. C’est assez gratifiant. Je me force à sourire légèrement

Merci, j’imagine ?

Je retrouve mon sérieux et l’envie de la rassurer. Comment, je ne sais pas. Surtout qu’elle n’a pas l’air spécialement inquiète. J’ai du mal à imaginer Abigaïl impuissante. Moi, c’est logique, je n’ai pas un sou de magie ni de pouvoirs qui traînent là dedans, alors… Mais elle, avec toutes ses capacités ? Ça me fend le coeur de l’imaginer à la merci de qui que ce soit.

Mais ça ne t’arrivera plus, n’est-ce pas ? Tu as repris le contrôle. Et tu ne crains sûrement plus grand chose de quoi que ce soit.

Je hausse les épaules et continue d’un ton bien plus songeur.

C’est sûr que c’était… Effrayant. De se réveiller sans savoir où j’étais, déjà, avec Varvara au bout de la table. Puis le reste. Je n’avais jamais eu autant de mal à chanter devant un public, je soupire doucement en me remémorant le mélange de panique et de détermination que j’ai ressenti. Mais c’est fini, et c’est ce qui compte le plus. Je n’y suis plus. J’ai craqué un bon coup en rentrant, surtout que je ne me souviens pas d’être rentrée chez moi, juste d’avoir ouvert les yeux devant ma porte. Il faut avancer, c’est tout.

Je souris de plus belle en me souvenant de la conclusion de tout cela : je m’en suis effectivement bien sortie. L’entendre de sa bouche me fait un bien fou, s’il faut être parfaitement honnête.

Me voilà un conte en devenir, je ris. Ça fait plaisir de savoir que ce n’est pas qu’une impression.

Je ne suis pas totalement idiote et naïve. Juste un tout petit peu. Et toujours aussi amusée de sentir la façon dont Abigaïl réagit à mes démonstrations d’affection irréfléchies. Elle s’est figée, mais n’a pas l’air de s’en trouver vraiment dérangée. Tant mieux. Je la lâche pour réfléchir à cette histoire de colocataire. Je crois que c’est tout de même un peu tôt, vu le nombre de choses très mortes qui se tenaient tout à fait debout dans l’antre de Lady Satan, après mûre réflexion. Mais d’ici quelques jours… Ou quelques semaine.

Pour l’instant, c’est peut-être un tout petit tôt, je crois, j’admets finalement. Mais une fois le choc vraiment passé… Ils ne font pas partie de sa horde. Ce sont tes proches, en quelque sorte, non ? Alors je veux bien les rencontrer. Je sais me tenir. Si j’ai la trouille, j’attendrais d’être toute seule avec toi pour te le signaler, j’ajoute, me moquant de moi-même par la même occasion. En attendant, je peux te montrer le Star City des vivants !

J’ai déjà une longue si ce n’est interminable liste d’endroits potentiels.
 
Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Hier à 16:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Abigaïl Frankenstein
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Living Dead Girl
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2019
ϟ Nombre de Messages : 113
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Lawrence Chastel
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Taylor Momsen
ϟ Âge du Personnage : 234 ans
ϟ Statut : Célibataire morte
ϟ Métier : Thanatopractrice, chanteuse
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : Une cicatrice en forme de Y sur la poitrine, dernier témoignage de son autopsie. Des cheveux presque blancs et une peau pâle, presque glacée au toucher.
ϟ Pouvoirs :
- Maîtrise de la nécromancie XXX
- Maîtrise de l'ostéomancie V
- Maîtrise de la carnomancie VI
- Moisson de vie III
- Communication avec les morts III
- Psychopompe VI
- Phylactère III
- Vigor Mortis V
- Forme spectrale V
- Vol spectral I
- Deuil (faux magique)
- La Fossoyeuse (pelle magique)
- Avatar des cimetières (serviteur)
- Désespoir (cheval de la Mort, serviteur)
La gêne s’attarda et se prélassa dans l’air entre les deux femmes. Abigaïl aurait aimé pouvoir abandonner le corps de Lily, peut-être partir dans un monde des morts, rendre visite à certaines divinités funestes pour revenir un peu plus tard. Elle aurait aimé au moins pouvoir plonger son visage dans ses mains. Mais cela aurait donné peut-être un peu de trop de signification à ce qu’elle voulait de dire. Aussi elle se contenta d’afficher un sourire plaqué sur ses lèvres et de faire comme si de rien était.

Noélie ne s’en sortait pas trop mal elle-même, se contentant de dissiper le malaise à son tour. Ou tout du moins d’essayer. La nécromancienne n’y était pour rien après tout. La chanteuse était effectivement mignonne et elle était convaincue que tout le monde aurait été de son avis. Bien sûr, encore une fois, c’était un avis qui sortait rarement d’une créature aussi macabre et funeste qu’Abigaïl Frankenstein.

« De rien. » Lança Abigaïl avec un sourire qui se tordit un moment en grimace amusée.

La gêne venait de déferler de la morte à la vivante à en croire la couleur qui gagnait les joues de Noélie. Abigaïl n’était que trop heureuse de ne pas pouvoir rougir sous son état mort-vivant. Avec la peau pâle que Lily avait héritée de ses ancêtres, le moindre afflux de sang vers son visage aurait fait des ravages. Avec celui-ci complètement immobile et peut-être même un peu coagulé par endroit, il n’y avait aucun risque que cela n’arriva.

La question arracha Abigaïl à ses réflexions sur la physiologique des morts-vivants. Elle ne s’était plus sentie impuissante depuis longtemps. Même lorsqu’elle n’avait pas pu sauver la Moisson, quand elle n’avait pas pu sauver sa fille, elle n’était pas restée pétrifiée, incapable de faire face au démon qui venait de détruire son univers. Elle s’était dressée contre lui, avait invoqué tous ses pouvoirs pour l’affronter. D’abord, elle avait détruit son corps, issu de sa propre chair, elle l’avait réduit en poussière pour qu’il ne puisse plus rien rester. Puis elle avait conjuré toutes les âmes, tous les spectres et les revenants qui se trouvaient encore à Erehwon et tous s’étaient rendus en enfer. Ses anciens lieutenants et guerriers n’avaient plus de chairs décomposés, plus d’ossements, mais dans un monde de la mort ils n’en avaient plus besoin. Les démons aiment à tourmenter les damnés physiquement. Cela a sonné la fin des armées de Méphistophélès. Les légions infernales pouvaient être détruites, pouvaient être dissipées. Celles d’Abigaïl étaient rappelées, encore et encore, leur essence étant liée à Deuil, liée à la Porte-Mort de manière plus étroite que les démons mineurs l’étaient à leur maître. Elle lui avait fait ployer le genou à la fin. Pas parce qu’elle avait réussi à vaincre toutes ses forces. Mais parce qu’il avait compris que s’il continuait à l’affronter, il en ressortirait trop affaibli pour faire face à ses frères.

« Non, cela ne devrait plus m’arriver. »

Lady Satan pouvait essayer de l’asservir, d’utiliser les cheveux de Noélie comme monnaie d’échange. Mais elle ne pourrait pas avoir son âme, pas avec le pacte qu’elle avait passé. Elle ne pourrait pas avoir grand-chose. Evelyn, malgré ses pouvoirs, était en vie. La mort avait prise sur elle. Il y avait bien d’autres ennemis potentiels. L’archimage pourrait ne pas voir ses activités d’un bon œil. Les Impérissables pouvaient avoir survécu et il y avait toujours l’Opus Dei. Ils pouvaient la blesser, ils pouvaient peut-être même la bannir, voir même essayer de l’emprisonner. Mais jamais elle ne serait plus impuissnate.

« A propos de cela… Je doute que Lady Satan t’ait enlevée avec des moyens conventionnels. Tu n’as pas reçu un nouveau vêtement récemment, un vêtement ou été touché par quelqu’un que tu ne connaissais pas ? » Il n’y avait pas de démon en Noélie, il n’aurait pas pu se cacher. Mais ce n’était pas parce qu’il n’y en avait plus à cet instant qu’il n’y en avait pas eu.

« Elle t’a fait chanter en publique… »
Abigaïl ajouta d’une voix blanche.

Lady Satan avait joué avec Noélie. Elle ne s’était pas contentée de la menacer en lui montrant les horreurs qui l’attendaient si elle se dressait contre elle. Non, elle l’avait joué. Une nouvelle vague de rage glacée déferla dans l’esprit de la nécromancienne.

« Mais oui, ce n’est pas qu’une impression, tu t’en es bien sortie. »
Répéta Abigaïl.

Elle ne savait pas ce qui la peinait le plus. Que Lady Satan ait fait chanter Noélie comme si elle n’était qu’un vulgaire jouet ou alors que la démone ait pu l’entendre avant elle. Combien de moments comptait-elle dérober encore ? Abigaïl se demanda si sa mère adoptive ne savait pas exactement ce qu’elle faisait et n’avait pas pour seul but que de la pousser à la faute.

Elle était si proche d’y parvenir. Peut-être avait-elle passé un accord avec Méphistophélès pour l’amener à se dresser contre les enfers. Alors le Prince Infernal pourrait à nouveau clamer les âmes des Faust et des Frankenstein. Il pourrait tenter de la clamer elle. La nécromancienne n’avait plus d’armée pour la servir.

« Oui, je les vois un peu comme ma famille. »

Une bande de morts-vivants tristement comiques et généralement incapables. Voilà ce qu’elle avait. Pas de quoi faire ployer les enfers. De quoi se sentir un peu plus en vie sans vraiment l’être plutôt.

« Nous allons attendre un peu. Je ne doute pas que tu saches te tenir. Mais certains restent un peu impressionnants. »


Quoique moins que les horreurs qui rôdaient dans les profondeurs du Pandémonium.

« Commençons par la Star City des vivants, oui. » Ajouta la nécromancienne avec un sourire. « Tu as une idée par où commencer on dirait. »
 
Revenir en haut Aller en bas





 
A reason to believe - Abigaïl
 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Revenir en haut 
A reason to believe - Abigaïl - Page 2 Categorie2_6A reason to believe - Abigaïl - Page 2 Categorie2_8


A reason to believe - Abigaïl - Page 2 Categorie2_1A reason to believe - Abigaïl - Page 2 Categorie2_3
 Sujets similaires
-
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» The reason [PV CHASE]
» USA humiliates Toyota internationally for no reason
» Elisez vos meilleurs Rps
» HISTOIRE [Yuuki] -The reasons why one can't laugh from the heart, it's a simple reason ; that's life. | EN PAUSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A reason to believe - Abigaïl - Page 2 Categorie2_6A reason to believe - Abigaïl - Page 2 Categorie2_8
Sauter vers: