AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Enquête n°1 " La Fête du Nouvel An "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 13 Jan 2013, 21:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
L'Héroïsme

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 341
ϟ Nombre de Messages RP : 252
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : V pour Vendetta
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Héros
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
     « …. Bienvenue sur la chaîne première chaîne d'info de Star City. Canal Star 1 pour vous servir en ce magnifique direct de 31 décembre ! Je suis Lila Carnay et c'est bien avec moi que vous avez pu passez cette magnifique journée sur la place du Centenaire de Star City. Il est maintenant 22h54 et la fin de cette merveilleuse année 2012 est plus que proche. Comme tout les ans cette place qui n'est autre que le cœur de notre ville s'illumine pour l'ensemble d'une journée qui se veut chaque année plus grandiose. Une tradition qui se perdure et qui prend de plus en plus d'ampleur chaque année alors que nos chers concitoyens peuvent profiter pleinement de ce jour libre pour fêter dignement en famille ou avec leur amoureux l’avènement d'un nouveau temps. Allez soyons fous reprenons le déroulement de cette fantaisie pour petits et grands depuis ce matin.
Déjà à 7 heure ce matin les premières installation apparaissaient alors que les forces de l'ordre déployaient tout un effectif afin de bloquer cette pourtant artère principale de la ville. Déviations et mise en place de signalisation sur l’ensemble de la ville on été requise pour que la place se libère de toute contrainte pour accueillir les festivaliers. Des mois de préparations et d'organisation d’après Williams Brondy, directeur des système de voies et périphérie de la ville. A peine débarrassé des quelques râleurs habituels la place c'est vu envahit par les agents municipaux qui commencèrent l'installation. En simplement quelques heures nous avons pu voir là sous nos yeux ébahis le grand marché d'hiver sortir de terre sur près d'un hectare de terrain alors que ça ne représente qu'à peine la moitié de la place. Ainsi et alors que toute la partie sud du célébrissime demi cercle s'est vu pris d'assaut par les différents exposant, forains et autres marchands de joyeusetés, de l'autre côté on pouvait voir l'apparition très technique de la patinoire artificielle qui allait accueillir pendant l'ensemble de la journée et pour une gratuité totale nos habitants. Enfin et pour suivre la tradition le reste de la place s'est simplement vu doté d'une estrade où pourrait passer discours et concert. Le reste de l'espace libre à quant à lui été agrandi par rapport à l'année dernière et selon les estimations ce n'est pas moins de 2000 personnes qui pourront se serrer dans le grand froid de l'hiver, face à la scène principale pour réaliser le décompte finale. Bref tout ça pour une journée réussie. Pour que pendant ces quelques heures de la journée, Star City devienne ni plus ni moins que le centre du réveillon.

Alors réussit me demanderez vous ? Et bien selon les organisateurs et ma propre conclusion la journée s'est pour l'instant parfaitement déroulé. D’après les estimations de la journée ce n'est pas moins de 47 000 personnes qui se sont relayées ici même toute la journée pour faire vivre cette fête du nouvel an. Vous avez pu nous suivre toute la journée et vous avez pu ainsi voir que, à l'instar de Jessica cette mère de famille, petit et grands, quelque soit la personne que nous avons interrogé, tous se trouvait plus qu'heureux du déroulement de cette célébration unique.
Et que dire maintenant ! C'est une véritable folie ! Tenez je vais prendre un peu de hauteur avec mon cameraman pour vous montrer. Attendez je grimpe ici …. Voilààààààààà . Comme vous pouvez le voir derrière moi c'est bien l'ensemble de la place qui se trouve être noire de monde. On se serre, on rit, on rencontre, on chante. Bref c'est un magnifique élan de solidarité et de proximité qui se déroule sous nos yeux et nous sommes persuadé d'une chose c'est que ce n'est pas prêt de prendre fin alors que le décompte final, qui se fera sûrement d'une seule voix, approche et tout le monde semble vouloir vaincre la température ambiante qui approche pourtant le 2°C alors que la nuit découverte nous offre de magnifiques étoiles.
Et sinon … Mais .. Qu'est ce que j'entends ! Mais oui ! Si je ne me trompe pas ne serait ce pas les 23 coups de cloches annonçant la dernière heure ! Je crois qu'il est temps de s'approcher un peu plus de ceux qui ont permis cette magnifique soirée ! Nous allons tenter de nous approcher de l'estrade principale. Oui, oui là bas ! Derrière l'immense foule ici présente, et ça pour interviewer nos chers notables. Le maire, le maire-adjoint, le député du New Jersey, Twin le super de la légion et quelques-uns de ses compatriotes. Oui messieurs un sacré gratin dont je suis sûr vous voulez tout autant que moi les avis sur ce réveillon tout particulier.
En attendant que nous puissions nous approché je vous propose de regarder le Best-Of des gags de l'année 2012. A vous les studios et à tout l'heure pour le décompte final ! .. »

     

Modalités de l'enquête


- Les RP devront faire entre 400 et 600 mots en moyenne. Il est possible d'écrire plus, mais le mieux est de s'en tenir à ce maximum. Ainsi les réponses du MdJ seront beaucoup plus rapides et efficaces. Il n'y a pas d'ordre pour poster et vous le faites quand vous voulez. Vous pouvez aussi interagir entre vous en postant plusieurs messages pour discuter ou prendre des décisions.

- Si la participation est importante et rapide, le MdJ répondra tous les trois jours environ. En cas de faible participation, il s'adaptera en fonction afin de ne pas laisser l'intrigue traîner en longueur. N'oubliez pas qu'il serait mieux de votre part que vous privilégiez l'intrigue aux autres RP !

- La situation prend place dans au moment et des les conditions citées au dessus. Les posts qui suivront ce message seront vos Rp d'introduction et mettrons en place ce qu'ont fait vos personnages et leurs états d'esprits. Suite à cela le gros du fil rouge de l'enquête pourra démarrer. Vous pouvez bien entendu réagir à des Rp de Pj en relation avec le votre sans avoir à attendre le post du Mdj. Mais lorsque celui ci interviendra un post vide sera mis pour mettre fin au relance et montrer que l’interaction est en cours d'écriture.

- Cette enquête ce situe dans une fête publique et ne se voit pas réellement axée action. Si vous vous trouvez à faire trop de barouf ou de dégats pour n'importe quelle raison n'oubliez pas que les forces de l'ordre sont présentes.

- Vous en savez autant que vos personnages, vous devrez donc poser vos questions pour découvrir de quoi il retourne réellement !

- N'hésitez pas à relancer l'intrigue selon vos envies et vos idées. Les initiatives pourront être largement récompensées ! Des détails vous seront donnés à ce sujet le moment venu !

- Les installations citées laissent un large choix. Hors de grosses structures, le marché d'hiver peut comporter toutes sortes de stand divers et variés laissez aux choix selon vos besoins. L'enquête se déroule de nuit mais les installations électriques laissent une visibilité assez bonne, la discrétion par l'obscurité n'est donc pas de mise.

La place cirulaire est donc divisée en 3 partie : Le demi cercle sud est le marché d'hiver dont les allées sont encore bondées, le quart Nord ouest est la patinoire géante, le quart nord se compose de l'estrade et de l'immense foule.

Vos personnages sont donc installés ainsi :

- Felice est à un stand du marché d'hiver apparemment heureux d'avoir retrouvé des racines de sa France natale (J'ai pensé à ton vin chaud). En effet il est à un stand présentant la culture française. Juste à côté il ne le sait pas mais Anya est quant à elle devant un stand de breloques et bijoux en tout genres situé juste à côté.

- Maya est l’électron libre. Elle choisit son emplacement de départ et si elle désire être proche de certains Pj ou non.

- Dieter et Lucrèce fêtent cette belle soirée en amoureux et sont même allez s'essayer au patinage.

- Seth a réussit à se placer en bordure de l'estrade et il récupère quelques écrits de personalités pour son travail de pigiste.

- Hermes et Svein traînent dans la foule à la recherche d'on ne sait trop quoi.

- Renan lui est aux premières loges juste devant l'estrade en première ligne de la grande masse de populace.

Allez et en espérant vous faire plaisir !
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 13 Jan 2013, 22:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
La nouvelle année, un point qui n'a jamais franchement intéressé Renan. Quelle logique y a-t-il à fêter le passage à une autre année alors que seul ce calendrier est concerné et non ceux d'autres civilisations ? Aucune. C'était bien pour cette raison que le français avait toujours soigneusement évité de se mêler à la foule pour de telles occasions, les gens devenaient particulièrement stupides lorsqu'ils étaient en groupe.
Mais pourtant, cette année le Breton avait fait une entorse à ses habitudes. C'était l'une des premières années qu'il passait en tant qu'officier de la pénombre – ayant succédé depuis peu à son oncle – et par conséquent, le sentiment de devoir se mêler de près à la vie quotidienne des habitants de la ville se faisait plus fort. Il arrivait forcément des choses lors de tels regroupements, peut-être qu'il pourrait obtenir quelques informations intéressantes ou tomber sur des individus dignes d'intérêt ? Il ne fallait négliger aucune piste et Renan faisait donc tout son possible pour se mêler à la foule sans éveiller l'attention.

Ce n'était pas un problème, loin de là. L'apparence et le comportement effacé du français l'aidaient tous deux à se fondre dans la masse et il s'était donc glissé jusqu'à l'estrade principale sans aucune difficulté. Quelques bousculades, rien de bien gênant en somme, il n'était pas accompagné et pouvait donc s’éclipser sans problèmes si quelque chose se passait ou qu'il devait se déplacer en urgence. Regardant autour de lui, il entendit les cloches qui sonnaient pour annoncer la dernière heure avant la nouvelle année, un groupe à côté de lui commença à crier, ces personnes étant apparemment déjà bien éméchées. Le jeune homme se contenta de soupirer légèrement en tournant la tête de l'autre côté avant de lever les yeux vers le ciel. La place était illuminée, mais pourtant le ciel était aussi noir que de l'encre. Qu'est-ce que la nouvelle année leur réservait ? Certainement quelque chose d'aussi pitoyable et peu intéressant que l'an passé, à moins que ce ne soit l'occasion pour SHADOW de faire parler un peu d'elle ? Tout en restant dans l'ombre, bien sûr, comme toujours.

Le groupe aux côtés de Renan commença à s'agiter un peu trop vivement, il jugea préférable de s'éloigner de quelques dizaines de mètres au cas où ils attireraient trop l'attention. Tel qu'il l'était aujourd'hui, le français avait l'air d'un civil comme un autre et son identité de façade n'avait rien à craindre d'un éventuel contrôle. Il était le citoyen parfait par excellence, son casier était blanc comme neige. Neige, il n'y en avait d'ailleurs pas ici. Le froid était à peine présent, du moins, pour le Breton qu'il était. Ses nouvelles années en France dans son enfance était bien plus froide et plus blanche, à croire que rien n'était comparable de l'autre côté de l'Atlantique.
Plus qu'une heure avant la nouvelle année, il soupira légèrement, glissant l'une de ses mains dans la poche de sa veste. Peut-être une heure quelconque, mais peut-être une qui promettait d'être longue, seul l'avenir le leur dirait.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 14 Jan 2013, 11:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Un pied, puis l’autre. En équilibre précaire sur ses lames, Dieter s’enhardissait enfin à s’écarter de la sécurité de la rambarde pour glisser prudemment, les bras écartés, à travers la surface gelée. Luka l’attendait un peu plus loin sur la patinoire, le mettant au défi de son petit sourire canaille de la rejoindre, mais la coquine reculait un peu plus à chaque fois. Elle, c’était vraiment une fille du Nord : il ne lui avait fallu qu’un demi-tour de piste avant de prendre ses marques, et maintenant elle avait l’air de danser sur la glace plutôt que de marcher. Il était bien loin du compte, avec ses deux bras battant mollement l’air comme un oiseau obèse, mais ça lui faisait tellement plaisir. Lui-même souriait avec nostalgie en songeant à ses glissades de gosses sur une mare aux canards, quand les hivers étaient assez rudes pour que la glace supporte son propre poids-plume. L’Hyperboréenne lui avait confié que cette activité était courante à Ultima Thulé, mais il n’avait pas pensé à lui demander s’il s’y était essayé durant son séjour.

« Tu m’énerves », gronda-t-il de frustration en accélérant le rythme pour combler la distance, tout en se doutant que c’était la pire chose à faire.

Il faillit de fait déraper et l’emporter dans sa chute, mais elle lui agrippa les mains juste à temps pour le stabiliser de sa poigne de fer. Un instant il resta pétrifié, sous le choc du coup de frayeur qu’il s’était fait tout seul, mais il reprit peu à peu son calme tandis qu’ils dérivaient lentement de concert sur la glace. D’un sourire attendri il posa son front contre le sien, à l’hyperboréenne, et affermit sa poigne sur ses bras graciles. D’un mot elle le défia de répéter ce qu’il venait de dire, mais il secoua la tête sans la quitter des yeux. Il se sentait bien, tout simplement, front contre front, nez contre nez, bouche contre bouche. Elle avait encore sur le bout de la langue les épices du vin chaud qu’il lui avait fait goûter sur le marché d’hiver.

Ils furent interrompus par un son de cloche au loin, témoin que le temps passait décidément trop vite. Il leva la tête pour regarder la place, noire de monde, et grimaça en songeant qu’il ne restait déjà plus qu’une heure. Ils s’étaient promis de rester au moins pour le décompte, mais pas plus tard : il devait encore se lever demain pour superviser les dernières finitions du bureau de Gregory Williams.

« On range les patins, proposa-t-il, ou tu veux encore me voir me traîner comme un phoque pour te rattraper ? »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 14 Jan 2013, 12:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
La nouvelle année ça se fêtait aussi en Hyperborée avec beaucoup de musique, de nourriture et de danse. Pas tellement avec des ventes de babioles exposées sur des étalages aux couleurs vives, mais c’était joli et attirant. Une barrette argentée torsadée, fleurie, décorée de perle et de brillant attira son attention. Chez elle c’était très commun qu’une dame ait des bijoux de cheveux, chez elle elle en avait un coffre rempli. Quand elle savait la valeur de son collier elle regrettait parfois de ne pas avoir pris l’ensemble de ses coquetteries, certain elle y tenait moins et elle les aurait vendu sans trop de remord. Doucement elle tira son compagnon par la manche pour lui montrer. A peine un œil posé dessus, elle comprit de suite que l’objet ne l’enchantait pas des masses. Certes ce n’était pas des vraies pierres de lune et des vraies perles, mais c’était joli tout de même. Dieter lui expliqua sobrement qu’elle ne pourrait pas la porter tous les jours bien que ce fut très joli. Sans insister elle reposa l’objet.

Lentement ils s’éloignèrent bras l’un sous l’autre et Luka se contenta de fixer ses pieds pour ne pas céder à d’autre envie d’achat. Dieter cependant l’arrêta à un stand de vin chaud plus loin où ils se partagèrent un gobelet plastique de la boisson, c’était loin d’être mauvais puis ça réchauffait Die plus frileux qu’elle. Elle ne portait que sa robe rouge courte et moulante qu’elle avait déjà porté à Noel, des collants en laine noire, sa parka, des caches-oreille, une écharpe et des gants. Pas même un pull… L’envie d’être belle pour la fête l’avait emporté ce soir, ses cheveux ondulaient, à ses oreilles ses boucles pendaient et ses lèvres étaient aussi rouges que sa robe. Soudain elle aperçut la patinoire, elle saisit le bras de Dieter et l’y traina à moitié aussi enthousiaste qu’une enfant. Suppliante elle lui demanda d’essayer, ça lui rappelait chez elle. Dieter fini par accepter, Luka eut un sourire radieux. Quand on lui demanda sa taille de chaussure elle fut un moment embêtée. Elle n’avait jamais quitté ses bottes si confortables et passe partout. Après avoir posé son pied sur une sorte de règle pour pied elle découvrit qu’elle faisait un taille 5.

Les pieds glissés dans ses patins elle s’élança avec hardiesse sur la piste, elle mit un tour de piste à s’habituer aux quelques différences entre les patins hyperboréens et les patins extérieurs, mais elle s’y fit. C’était tellement agréable. Dieter était un peu plus maladroit sur la glace. Elle se décida à le motiver, chaque fois qu’il avançait elle reculait. Mais il finit par s’énerver et s’élança d’un coup sec vers elle si bien qu’elle dut le rattraper. Les amants finirent par s’agripper de toute part, de véritables ventouses.


- Je t’énerve ?

Au plein milieu de la glace comme dans une comédie sentimentale américaine ils s’embrassèrent fougueusement. Et Luka aurait volontiers continué à le bécoter de longues minutes si la cloche n’avait pas sonné 11 heures comme pour les rappeler à l’ordre. Dieter proposa de quitter leurs patins. Luka hésita un moment –elle avait l’impression de n’avoir passé qu’une poignée de minute sur glace- puis opina finalement. Avant de quitter la glace elle demanda tout de même l’air sincèrement curieux.

- C’est quoi un phoque ?

Elle renfila ses bottes, Die renfila ses chaussures puis ils rendirent les patins. Attrapant le bras de Dieter ils s’éloignèrent un peu. Au bout d’un moment Luka lui fit face et glissa ses bras autour de sa nuque, pour l’embrasser dans le cou, sur la joue, le front, le nez et la bouche, une véritable sangsue.

- On va manger quelque chose ? Patiner m’a donné faim.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 14 Jan 2013, 18:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Ah ! La France ! Terre du bon goût et du savoir vivre, pays des lumières et des plus grandes réformes politiques depuis les deux cent dernières années ! Voilà comment on décrivait ce pays dans les livres qui lui étaient consacrés ... Et pour autant la réalité avait été teintée de bien plus de passion que n'aurait jamais su le démontrer le meilleur des historiens. Mais Felice n'en avait cure en cette soirée du nouvel an sur la place centrale de Star City. Il aimait les grands rassemblements populaires, toujours sources de rencontres plus subtiles qu'on aurait pu le penser. Mais pour autant ce qui l'avait amené là ce soir était un petit encadré sur la brochure de présentation de cet évènement.

Un stand avait été installé par l'ambassade de France pour présenter les marchés de noël lorrains et alsaciens au public américain. Une initiative incongrue en soi, mais qui présentait l'intérêt plus que primordial de proposer au public du vin chaud. Cette boisson hivernale avait toujours été un moment apprécié par le Comte, qui en se saisissant de son premier verre de ce breuvage, humant sa saveur avec un sourire ravi aux lèvres, se rappela la dernière fois où il en avait bu. C'était exactement le noël mille neuf cent quarante trois, dans une petite maison forestière des Ardennes où le maquis de cette région avait établi son camp de base pour la nuit.

Mais les choses, l'époque en premier lieu, étaient différentes maintenant ... D'un coup d'oeil amusé il regarda un couple d'afro-américains acheter des babioles soit disant venues de France ... Au final l'ONU avait fait de bonnes choses et la mondialisation par là même, telle était sa réflexion alors qu'il se gorgeait d'une nouvelle lampée de vin rouge. Celle ci étanchée il reprit son argumentaire auprès des commerçants français du stand, oui bien plus que vivre en France il préférait amplement parler français. Et même si cela ne faisait pas deux mois qu'il était arrivé à Star City, ce simple exercice lui avait manqué, en effet à part son assistante il ne connaissait personne qui parlait cette langue.

C'est alors que l'horloge sonna d'une façon extrêmement plus bruyante que l'on aurait pu le croire les onze coups, avec une fulgurance qui le surprit et lui fit renverser la moitié de son verre de vin chaud sur son veston. Pestant tout son saoul, le comte demanda une serviette à la serveuse du stand et épongea ce qu'il pouvait. Voilà qu'il allait sentir le vin chaud, ainsi que ses arômes de clou de girofle, de cannelle et d'orange durant tout la soirée. S'il avait été de cette époque il aurait certainement pesté qu'on son manteau hors de prix qu'il venait de foutre en l'air, mais il n'en avait cure. S'accoudant au comptoir après s'être fait servir un deuxième verre de cette boisson qu'il affectionnait particulièrement, il balaya la foule du regard. Plus qu'une heure avant le nouvel an et tellement de choses qui s'annonçait dans cette année tellement proche ...
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 15 Jan 2013, 18:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Le réveillon du nouvel an, une tradition, mais également une fête, que je ne pourrai manquer pour rien au monde ! C'est un de ces jours particuliers de l'année où l'on n'a d'autres préoccupations que de boire un verre, s'amuser, faire la fête.
Ma journée avait été des plus calmes, un de mes clients réguliers est venu se faire terminer son tatouage durant la matinée, et juste après son départ je fermais boutique. C'était le seul rendez-vous de cette journée et je n'avais pas envie que quelqu'un entre en voyant le panneau "ouvert" sur la porte d'entrée, hors de question que je passe cette journée à bosser.

En attendant les festivités sur la place du Centenaire, je me promène un peu au hasard dans la ville, en profitant pour me faire un petit casse-croûte dans un snack quelconque. Mon baladeur mp3 dans les oreilles, j'avance tranquillement dans les rues, croisant des personnes me semblant assez pressées, sans doute des achats de dernière minute à faire avant la fête de ce soir. La soirée arrive enfin et j'arrive sur la place. Elle est déjà noire de monde et je me dis qu'il va être difficile d'avancer à son aise, mais qu'à cela ne tienne, je fonce ! Je dois parfois jouer des coudes pour me frayer un chemin dans la foule compacte tout en m'arrêtant de temps en temps pour voir où je me trouve. Mon nez repère bien vite une douce odeur de hot-dog, il n'en faut pas plus pour que je change de cap direction le stand des chiens chauds pour en commander un.
Ce n'est pas très raisonnable mais bon, il faut savoir se faire plaisir de temps en temps non? Afin d'éviter qu'on me bouscule pendant que je mange, je me mets un peu à l'écart pour savourer mon en-cas encore tout chaud.

Une fois le hot-dog terminé, je me remets en route à la recherche d'un stand de boissons, car qui dit nouvel an dit forcément alcool, et justement il me vient une petite soif assez désagréable. Me voilà donc en train de fureter à gauche et à droite, fendant la foule pour espérer trouver quelque chose à boire. Je m'arrête alors, entendant l'horloge sonner; déjà 23heures? Et je n'ai encore rien bu?! Misère de misère..

Et là, comme un miracle, un oasis en plein désert, un stand se dresse devant moi, et ce stand propose du vin chaud. Je ne suis pas contre un verre de vin de temps en temps, mais chaud? Je me demande quel goût ça peut avoir. Ni une ni deux, je m'avance et réussit à m'intercaler entre deux personnes qui passent justement commande. Les deux hommes me regardent en haussant chacun un sourcil. Il faut dire que j'ai fière allure ! Une paire de boots de l'armée aux pieds, un vieux jean troué, une grosse veste kaki usée, des mitaines multicolores en laine et un bonnet en laine épaisse, rayé rouge et blanc avec un énorme pompon sur le dessus; ainsi que ma sacoche, en bandoulière. Mais je ne m'en préoccupe pas, pour l'instant, j'ai soif. Justement, un des vendeurs du stand se tourne vers moi, je lui adresse un grand sourire.

-Un vin chaud s'il vous plaît !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 18 Jan 2013, 14:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil

La jolie rousse a forte poitrine qui s’accroche à mon cou, commence à me saouler. C’est vrai qu’on a passé un bon moment, mais là je me la traîne depuis vingt quatre heures. Elle ne veut plus décoller et je viens juste de voir une petite métis qui semble s’ennuyer toute seule.
Délassant ses bras noués derrière ma nuque, je lui fais un bisou sur le front.

« Désolé, mais je dois filer… »

Sa mine déconfite ferait presque pitié. J’ai dis presque.

« Je croyais qu’on resterait ensemble tous les deux… »

Je la regarde interloqué. Elle y croyait vraiment ? La bonne blague. Ils se marièrent et vécurent heureux n’est pas dans mes projets !

« Ben tu t’es trompée ! »

Avec un salut de deux doigts portés à ma tempe, je lui tourne le dos et m’échappe à travers la foule. Goujat ? Oui et alors. Ce n’est pas parce que je suis multi centenaire que je dois satisfaire à la galanterie. Tout ça est dépassé et puis je vois là bas quelqu’un qui semble avoir besoin de moi. La métis ? Oh non, je suis déjà passé à autre chose. Un gosse à peine entré dans l’adolescence est en train de profiter de la masse d’individu pour faire les poches d’un ventripotent homme d’affaire au costume cravate. Je me glisse jusqu’à lui et lui attrape la main au moment où elle allait saisir le larfeuille du mec sous les yeux de poulets qui semblent n’attendre que ça.

« Liam ! Je te retrouve enfin ! Tu sais que maman te cherche partout ? »

Me penchant vers lui, je lui murmure à l’oreille.

« Derrière moi, il y a deux flics qui te surveillent. Viens avec moi. »

Discrètement, il regarde par-dessus mon épaule et me fait un grand sourire.

« Je m’étais égaré, Philibert. J’allais demander à ce Monsieur de m’aider »

Philibert ! Non mais il est gonflé le gosse !! Il n’a pas trouvé de prénom plus ridicule ? Je l’entraîne dans un coin où l’on pourra parler tranquillement puis le lâche. Après l’avoir rassuré sur mes intentions je lui propose sous forme de défi, de lui donner quelques « trucs », puis rajustant ma chemise de soie noire, avec un clin d’œil, je m’engage, lui sur mes talons, vers un groupe de petits frimeurs. Bouteilles de champagne à la main, ils rient avec à leurs bras des filles habillées vachement court pour la saison. Contrairement à moi, je doute qu’elles ne ressentent pas le froid.

Un clin d’œil vers mon petit compagnon et je m’insère dans le groupe, enlaçant l’une des filles et lui volant un baiser. Son copain me repousse, dans la bousculade, j’en profite pour lui subtiliser son portefeuille, que je glisse dans ma chemise en rentrant le ventre, puis les mains levées en signe de reddition, je m’écarte avec quelques excuses marmonnées. Récupérant les espèces, je laisse tomber au sol le larfeuille et tends l’argent au gamin qui m’a rejoins.

« Et voilà ! Distraire l’attention pour pouvoir arriver à ses fins. »

Les onze coups retentissent et la majorité des gens lèvent le nez vers la grosse horloge. Celui que j’ai appelé Liam en profite pour piquer deux portefeuilles qui dépassaient des poches arrière avant de me rejoindre. J’étais sûr qu’il apprendrait vite. Et voilà !
Une main sur l’épaule, je ne suis pas du style à ébouriffer les cheveux même d’un gamin, je lui souhaite bonne chance avant de reprendre mon chemin.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 19 Jan 2013, 19:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
« Je peux vous renseigner mademoiselle ? » S’enquit le vendeur en interpellant Anya dans sa pure logique commerciale. « Je… Non, merci… Je ne fais que jeter un coup d’œil. » Rétorqua-t-elle doucement en offrant un fin sourire de remerciement, avec un poil d’hésitation dans la voix. Telle était Anya, une fois qu’elle quittait le confort de sa boutique ou de son travail, notre charmante demoiselle se voulait toujours hésitante, si pas maladroite dans l’ensemble des relations humaines. Timidité ou manque de confiance en elle ? Allez savoir, certainement un mélange de ces deux notions réunies. Mais qu’importe ! Car, en fin de compte, nous étions plus présents ce soir-là pour profiter des festivités de la Saint Sylvestre que pour faire une analyse psychologique de la jeune antiquaire. Enfin, profiter des festivités… Les fêtes de fin d’années, au même titre que les célébrations de Pâques, de tout évènement à consonance religieuse ou même propre à des cadeaux, des anniversaires et compagnie n’étaient pas trop sa tasse de thé. Anya ne sortait pas en ces lieux pour l’ambiance et la chaleur humaine qui s’en dégageait, mais bel et bien pour trouver son intérêt dans de petits stands comme ce dernier. Il ne fallait jamais se fier aux apparences face à des petites échoppes de cet acabit. Oui, par expérience, notre antiquaire témoignerait sans difficultés de certaines raretés et autres merveilleux que l’on pouvait chiner au détour d’un comptoir. Elle espérait d’ailleurs pouvoir trouver, cette année encore, quelques bijoux ou autres breloqueries digne d’intérêts. La preuve ? Sans nul doute ce bracelet serti de petites pierres étincelantes et à la sculpture plus que parfaite.

-« De toute merveille… Mais tu sais bien que cela n’a aucune valeur ! »- Perdue dans sa contemplation, la voilà prise de court par la voix de Tala résonnant dans le creux de son esprit. -« Ce n’est pas parce que cela n’a aucune valeur pour toi que cet objet n’est pas digne d’intérêt ! »- Rétorqua-t-elle un peu sèchement à cette autre entité. Si l’acceptation de Tala en son sein était loin d’être encore totale et de baigner dans la plus parfaite des harmonies, Anya avait néanmoins réussi à communiquer et à échanger avec elle. Le dialogue était instauré ce qui, en soi, représentait déjà une très bonne base de départ. Certes nous étions loin de la maîtrise parfaite mais cela demeurait mieux qu’avancer à l’aveugle, vers un inconnu total, dérangeant et effrayant. -« Le jour où t’arrêteras de perdre ton temps avec ce genre de bêtises, pffff… Tu m’entends ? Anya ?! »- Oui, il y avait des instants, comme en ce moment précis, où la volonté d’Anya se voulait suffisamment forte pour ne pas laisser ressurgir son ancêtre et pour ne pas lui répondre. De par son silence, certes elle l’énerverait mais au moins, elle l’envoyait jouer ailleurs en guise de refoulement intérieur. Mais c’est à croire que, malheureusement, il y avait toujours un petit détail, toujours une volonté du Destin ou un énième coup du sort de Tala qui se mettait en place afin que l’ancienne gardienne reprenne le dessus selon sa propre volonté.

Penchée sur ce bracelet, Anya semblait véritablement hésiter quant à l’achat ou non de ce petit bijou. Du coin de l’œil, le vendeur l’observait avec un sourire en coin… Un sourire qui disparut brusquement lorsque cet inconnu surgit derrière son hypothétique cliente. « Une telle beauté sur une merveille pareille ne serait que l’image de l’excellence totale… » Interrompue dans son hésitation, Anya haussa un sourcil sans même se retourner. « Je vous demande pardon ? » Demanda-t-elle, trop polie, pour ne pas mettre en avant l’aspect totalement pitoyable de cette approche plus que cavalière. « Une manière plus originale que d’aborder une inconnue pour lui dire simplement qu’elle est belle… » Elle le sentait dans son dos. Un homme grand, certainement d’une carrure assez imposante, pour ne pas dire relativement large. Le genre de présence qui la mettait mal à l’aise et qui l’oppressait au plus profond d’elle-même. En effet, le mal être d’Anya n’était que plus grand encore vis-à-vis des hommes, et particulièrement les coureurs de jupons de grande stature. « Je… Euh… Eh bien… » « N’ayez crainte, je me permettrai de vous servir de guide pour la soirée si vous le désirez. Commençons par un vin chaud, qu’en dites-vous ? » « N… Non… Sans façon… Merci… » Répondit-elle avec hésitation. Le genre d’hésitation qui sonnait comme les trompettes de la victoire pour cet homme se croyant tout permis. Mais, une hésitation qui laissa, dans les méandres d’une personnalité à double tranchant, Tala revenir à la charge et entrouvrir, enfoncer les portes d’un accès qui lui était refusé. « Ne soyez pas timide je vous dis, nous allons passer une bonne soirée ! » Insista-t-il en raffermissant le contact de sa main.

La tenue d’Anya avait été judicieusement calculée. On ne pouvait rien remarquer en cas d’incident et, visiblement, elle avait été inspirée en cette nouvelle soirée. Acculée par ce sentiment de crainte conjugué à sa barrière spirituelle, la seconde finit par lâcher. Voilà pourquoi, face à lui, l’homme ne tourna pas le corps d’une femme au charmant regard et au visage on ne peut plus doux. Mais face à des iris aussi noirs que l’ébène et une apparence plus ténébreuse et plus assurée que jamais. « Je crois que cela voulait dire non jeune homme… » Souffla-t-elle en usant de sa main libre pour saisir son cavalier brusquement par le col. « Et je déteste lorsque l’on insiste de la sorte ! » Sa voix était moins hésitante, plus directe. Etrange revirement de situation devait-il se dire mais, qu’importe ! Il ne fallait pas brusquer de la sorte la petite Anya… Oui, oui, c’est le genre de choses qui mettait Tala dans un état, si pas de colère, de frustration assez relative. Ainsi le relâcha-t-elle pour le bousculer jusqu’au stand d’à côté, celui des vins chauds, se moquant totalement que cet idiot puisse percuter quelqu’un ou non. Elle préférait revenir avec intérêt vers le marchand de bijou dont elle saisit le fameux bracelet. Non, il n’y a rien à faire, Tala ne trouvait aucune beauté à cet objet. Mais bon, si c’était pour Anya… « Je vous le prends ! » Un large sourire on ne peut plus ravissant et envoutant alors qu’elle effectua sa transaction. L’objet en poche, il était maintenant temps que cette gardienne de l’Antiquité puisse prendre part, plus amplement, aux festivités de cette nouvelle vie… !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 20 Jan 2013, 17:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Jour de l’an… concept que Seth ne comprenait pas. « Bonne année ! » Phrase que Seth détestait par-dessus tout. C’étaient là des mots auxquels il ne croyait plus depuis déjà quelques années et qui n’avaient donc aucune signification pour lui. Il ne voulait tout simplement pas y croire. C’était bien la raison pour laquelle il ne refusait jamais de travailler ce jour-là de l’année et qu’il allait volontiers recueillir des papiers pour le journal. Aujourd’hui, cependant, il n’avait pas vraiment de chance puisqu’on l’envoyer dans une foire bondée de monde, ce qu’il détestait par-dessus tout. Mais quand il fallait, il le fallait. Après tout c’était son gagne-pain, ça lui permettait de vivre alors il n’allait pas cracher sur les missions même si ça l’emmerdait plus qu’autre chose.

Ca faisait presque deux heures qu’il était sur place. Il avait mis plus d’une heure à traverser la place jusqu’à l’estrade. Se frayant un chemin entre les milliers de personnes qui se bousculaient aux stands, puis s’arrêtant par-ci par-là aux stands qui l’attiraient, comme celui du vin chaud. Mais jamais il ne s’attardait, car il savait qu’il lui faudrait encore jouer des coudes pour se frayer un chemin jusqu’à ‘endroit stratégique. Le devant de la scène. De là, il entendrait le journal de Canal Star 1 qui couvrait l’évènement à la télévision. Pour sa part il relèverait ce qu’elle allait dire, els données essentielles puis il comparerait avec la base de données du journal et les autres interviews avant de faire son papier final. Et malgré tout ce qui avait changé dans sa vie, Seth avait conservé l’amour de l’écriture. Ca le canalisait et ça l’aidait à réfléchir à comprendre son environnement et les évènements incontrôlables qu’il constatait.

Il était dur, cependant, pour lui de se concentrer avec le monde qui le bousculait et ses nerfs qui menaçaient de prendre le pas sur sa raison. Seulement avec la puissance qu’il avait dans les muscles, un éclat de sa part et es autorités lui tomberaient forcément dessus. I fallait qu’il respire et qu’il se concentre sur sa cible. E Maire. Oui c’était ça il devait interviewer le Maire. Quelle meilleure cible pouvait-il trouver ? Ils étaient là, sous son nez. Il joua à nouveau un peu des coudes et se plaça juste devant le Maire avec son magnétophone en l’air.

« Monsieur le Maire avez-vous un mot à déclarer ? Pour vous ce nouvel an est-il à nouveau une réussite ? » hurla-t-il pour se faire entendre.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 22 Jan 2013, 20:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
L'Héroïsme

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 341
ϟ Nombre de Messages RP : 252
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : V pour Vendetta
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Héros
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Ainsi sonnèrent les onze coups de vingt-trois heures. La fête son plein et chacun semblaient tranquillement s'impatienter de découvrir ce que donnerait la dernière heure de l'année. Voir même quelle bonne surprise la grande fête du nouvel an pouvait leur réserver. On pouvait même voir de tout les côtés venir de joyeux fêtards des quatre coins de la ville venir finir cette petite soirée au centre des événements. Tout semblait parfaitement se passer. Ni destruction massive, pas de super vilain en action directe, pas d'immeuble en mouvement ou de menace de domination de la planète. Non juste une soirée parfaite pour des concitoyens heureux de pouvoir apparemment se rassembler sans subir les tracas d'un monde bien souvent bousculé. Il semblerait même que les forces de l'ordre présente pourtant massivement dans cette organisation tonitruante se laissait prendre au jeu. Quelques photos par ci par là et va y que je donne mon képi à la jolie demoiselle.
Une ambiance bonne enfant en somme.

Mais si seulement tout se passait toujours ainsi … Car voyez vous. Bien loin des combats entre grande super puissance se tiennent tout autant des combats bien plus terre à terre. Économie, politique et autres grandeurs d'un monde moderne flirtait avec le machiavélisme et la bienveillance pour s'assurer leur part de ce gâteau nommé pouvoir et influence.
Et quelle meilleur publicité et scène de démonstration qu'au beau milieu d'une foule. Quelle belle conscience que de se dire que bien que l'amusement et la tranquillité de ces braves gens seraient sous peu braver pour leur bien. Car oui c'était pour leur bien, il finirait par le comprendre.

Tout débuta quelques minutes après le tintement de cloche. Seth fut sûrement le premier touché alors que le pigiste avait chopé la chance de sa vie. Le maire de Star City lui même avait repéré le journaliste et s'était penché du haut de son estrade pour répondre à quelques questions.
L'interview semblait bien se passer mais un soudain remue ménage la coupa nette. Seth put rapidement sentir derrière lui une bousculade de tout les diables où lui même devait se sentir oppressé contre le bord de la scène. Dans l'attroupement il aurait été bien compliqué de comprendre ce qui se déroulait mais ça c'était sans compter sur une voix grave et pourtant féminine qui sortit de la masse en mouvement. Une de ces voix à l'accent tranchant et aux petits airs hautains insupportables.
Laisse moi passer débile ! Ça pourrait te coûter cher !

Il n'en fallut pas plus pour que de la foule sorte d'un coup une femme à la coloration (plus vraiment de première fraîcheur d'ailleurs ) blonde. D'environs la cinquantaine, toute vêtue d'un tailleurs bleu turquoise pétant sur un ce qui semblait être un pull noir. La rombière maquillée comme un camion volée et légèrement marquée par les kilos et les rides des fins d'année arriva finalement au niveau de Seth qu'elle dévisagea de haut en bas un petit air méprisant.
Et bien ! Tu attends quoi pour bouger ! Tu ne vois pas que je voudrais passer.

Il n'en fallut pas vraiment plus pour qu'elle se bouscule légèrement le journaliste sans un regard et qu'elle grimpe comme si ne rien était sur la scène bravant les forces de l'autorité présente qui pour le coup ne savait pas trop comment réagir, preuve en était ce petit regard de la rombière vers le maire qui n'avait pas bougé son regard d'elle.
Alors Tom surpris ? Lança t-elle un petit air de fierté sur le visage alors qu'elle s'avançait au centre de la scène et ça sans prendre en compte les notables qui s'y trouvaient pourtant présent.
Problème supplémentaire, il faut croire qu'elle n'était pas arrivée seule. Pas moins de quatre personnes la suivirent dans la foulée envahissant le plancher de préfabriqué. Deux d'entre eux déroulèrent alors sur le coup une banderole assez saisissante par son côté artisanale de toile blanche et de bombe rouge. « STOP AUX FAUX HEROS »
Le dernier apporta quant à lui, la queue entre les jambes, un mégaphone à celle qui semblait être la leadeuse du groupe. Ainsi armée, la femme au caractère trempé commença alors un discours devant les milliers d'yeux ébahis qui se déroulaient devant elle.
Pour ceux qui ne me connaissent pas encore je suis Natasha Planka, dirigeante des CODE. Vous avez peut être entendu parlé de nos actions. Ou peut être pas. Car vous devez le savoir notre association est depuis déjà quelques années victimes de malaise et de discrimination ! On nous empêche de nous exprimer et c'est pourquoi nous faisons cette action coup de poing ce soir. Pour vous démontrer la vérité qu'on vous cache ! Voilà des années qu'on nous bombarde d'infos et d'éloge sur ces prétendus héros ! Ces hommes et femmes aux pouvoirs surnaturelles qui prétendent valoir mieux que vous ! Les héros ne sont pas eux ! Sinon ils accepteraient de n'être que des citoyens ordinaires ! Car voilà les héros d'aujourd'hui ! Ceux qui triment pour leur famille et ça sans facilités ou pouvoirs démentiels. C'est eux qui par émulation apporte les méfaits qu'ils disent combattre ! Plus de pouvoirs, plus de problème ! Voilà ce que l'on tente de vous cacher ! Réveillez vous, battez vous ! Informez vous ! Nos coéquipiers traversent en ce moment même la place à l'aide de mégaphones et de tracts ! Osez leur poser des questions ! Osez découvrir un autre point de vue que celui que l'on vous impose ! Le peuple décide, pas les supers et nous demandons notre droit de parole !
Elle crachait ses mots et son venin avec la hargne d'un caniche parfaitement arrangé et pourtant enragé. Et voilà qu'elle se penchait au bord de la scène devant un petit ramassis soit de rumeur courante ou de ricanement. Car, pour l'instant personne n'osait vraiment réagir. Son regard se planta devant se type à l'air stoïque et calme, un homme un peu à part. Un homme qui ne semblait pas être un mouton. Le mégaphone masquant ses postillons elle fixa Renan qui serait sa première victime de la soirée.
Par exemple, vous ! Qu'en pensez vous ? Ne pensez vous pas que l'on vous trompe ? Apportez lui un mégaphone et allez y parlé librement !

Seth de son côté était toujours du côté de l'estrade mais, il n'était plus seule, une fringante demoiselle d'à peine la vingtaine l'avait rejoint. Une beauté timide et à l'air gentillet, une petite brune qui n'aurait pas fait de mal à une mouche et à l'air gênée. La main sur l'épaule du pigiste elle semblait un peu tracassé par les soudains événements.
Désolée, profondément désolée ! Elle avait dit qu'elle irait en douceur pour monter … Ça serait mal la connaître.
C'est ma mère et que voulez vous elle croit en ce qu'elle dit. Acceptez mes excuses pour nous deux.

L’ensemble de la foule massée pouvait l'entendre beuglé, mais loin, bien loin de l'estrade, dans le tas de personne réunis c'était bien comme promis quelques activiste qui, à coup de tracts et de discours, relayant sans attendre la voix de leur groupe. Dieter et Lucrèce était parti de la patinoire pour aller grignoter, sûrement au marché d'hiver, mais pour cela, ils s'étaient embrigadés dans le noir de monde pour ne pas arriver à en sortir avant le début de ces événements. Pas de chance pour eux c'est deux gorilles armé d'oreillettes et de costume sur mesure qui apparurent face à eux alors que leurs regards pouvaient tranquillement tomber sur l'homme que les deux gardes du corps semblaient protégés. Des tempes grisonnante, la cinquantaine sonnante et trébuchante, des tempe grisé sur un sourire parfait, l'homme serrait des mains se présentait et c'est dans ce petit jeu qu'il attrapa sans rien demander la main de Dieter qu'il serra de sa poigne de cow-boy moderne.
Bonsoir et avant tout je vous souhaite une bonne année ! Je me présente, je suis Bryan Robertson, candidat au parlement pour notre bel État du New Jersey. Ah vous m'avez l'air d'être un bon américain ! Heureux de voir des hommes comme vous dans cette foule. Réactive cette Natasha n'est ce pas ? Une de mes amies personnelle. Mais je ne suis pas là pour ça. Je suis là pour vous et notre avenir. Votez pour moi.
Et c'était peu dire qu'il la connaissait. Bryan Robertson, politicien d’extrême droite, il flirtait avec le CODE depuis bien longtemps et ses idées anti-héros étaient bien souvent relayées dans les médias au même titre que ces soit disant rapports plus ou moins flous avec des groupuscules aux idéologies assez spécifiques et que dire des rumeurs de corruptions.

Raphael lui, venait donc de bien commencer sa soirée, grappillant à droite à gauche baisés et porte-feuille, c'est assez soudainement qu'on lui attrapa le bras pour attirer son attention. Un trentenaire chauve, les yeux noir de férocités se tenait face à lui et il lui tendait un tract jaune moche mal imprimé qui pendait maintenant sous son nez. Tout était dans la communication non verbale alors que son regard à la limite de l'agressif ne semblait vouloir dire qu'une chose, qu'il attendait qu'il le prenne sans rechigner.
Et bah alors ? T'es aussi pigeon que les autres ? Tu ne crois pas que les Super soient le cancer de la société toi ? Demande moi, je peux tout t’expliquer, ils m'ont fait assez de mal comme ça.

Aux marchés d'hiver, plus éloigné du grand chambardement, on pouvait tout de même assister aux même genre de scène un peu partout et ici aussi les mégaphones et les discours appelant au réveil des consciences se laissaient entendre. La petite bousculade provoquée par Tala avait d'ailleurs déjà fait son effet, l'homme jeté de la sorte était en effet arrivé sur le comte qui venait à peine de se resservir un verre de vin chaud. Le nouveau ne dura pas plus longtemps puisque les deux hommes finirent à terre, battu par la surprise du choc. Maya elle avait obtenue son gobelet et bien heureusement elle avait réussi à se tenir à l'écart et pouvait tranquillement observer les esprits s'échauffer. En tout cas c'est peut être ce qui se serait passé si une attraction plus intéressante ne s'était pas présentée. Un blondinet tout jeunot, à peine sortie de l'université et emmitouflé dans un trench-coat marron trop long et dans une écharpe grise, venait de monter sur la devanture d'un des stands et il commençait lui aussi un petit discours.
Vous entendez ? Vous l'entendez ? C'est la voix de la raison ! Les Supers seront notre perte à tous, nous ne leur voulons aucun mal. Mais nous pensons qu'il devrait être un peu plus surveillé. Pourquoi devrait il utiliser leurs pouvoirs au nom du bien commun ? Qui leur à donné cette autorisation ? Pas moi et vous non plus je pense. Alors faisons entendre la voix du peuple, ensemble nous pouvons faire voter une loi contre ce que l'on nous impose par une loi du silence. Mon ami vous distribue des tracts. Posez moi donc vos questions vos avis, allons y discutons en ! Je suis sûr que vous finirez par comprendre.


Son air enjoué, sa conviction résonnante tranchait en tout cas pertinemment face à l'air nonchalant du soit disant ami. Une moue lasse, un air désabusé et je m'en foutiste sur le visage. Un homme un peu plus âgé au origine hispanique marquée distribuait sans regard ou envie les tracts devant le petit public improvisé. Cheveux noir et court, petit moustache parfaitement taillé, on devinait directement qu'il n'avait pas vraiment envie d'être là.
Allez, allez on prend les papiers s'il vous plaît et on répond à mon collègue.

Il était vingt-trois heure et sept minutes et voilà que la soirée ne faisait que commencer.


-Et voilà le tout est lancé o//. Vous pouvez maintenant que réagir avec les Pnj mais bien entendu sans les faire parler ou agir ce droit étant réservé au Mj.
Pour plus d'info sur le CODE, c'est ici.
- Sinon les modalités de l'enquête n'ont pas changé, le Mj s'excuse pour le nombre de fautes si présentes et au passage vous informe que pour n'importe quelle question, il suffit de contacter Gregory Williams.
Let's play o/
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 23 Jan 2013, 14:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4559
ϟ Nombre de Messages RP : 1486
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
L'agitation était trop présente pour que Renan s'embête à chercher à écouter tout ce qui se passait autour de lui. Il se contentait d'observer les personnes les plus « visibles » comme celles situées sur la scène en bois, tout en regardant de temps en temps les autres protagonistes de la soirée. Ainsi donc, lorsque le groupe de quatre ou cinq personnes émergea de la foule, le français ne manqua pas de les remarquer. Étrangement, vu les pancartes qui étaient présentes, Renan s'attendait à voir les choses tourner d'une manière qui ne plairait pas forcément à tout le monde. Quelle connerie, il fallait qu'il se trouve là à ce moment ! Son dada c'était d'observer de loin, pas d'être au centre de l'action. Il adopta donc son attitude habituelle dans une telle situation : un air neutre comme s'il ne se sentait pas concerné par tout ce qui se passait.

Le discours de la femme – que Renan connaissait de nom – était celui que l'on pouvait attendre d'une personne de ce groupe. Il n'approuvait ni ne désapprouvait ce qui était dit puisque le français était conscient que les vilains devaient aussi être concernés par ces protestations. Bien sûr, le fait que le Breton soit l'officier de la pénombre de SHADOW faisait qu'il n'aimait pas les héros et qu'il serait le premier ravi de les voir un peu malmenés par les citoyens qu'ils prétendaient vouloir défendre. Cependant, lorsque son regard croisa celui de la femme à la chevelure blonde délavée, il sentit que ce n'était pas bon pour lui. Il comprit parfaitement qu'elle allait essayer de l'utiliser pour lui faire dire ce qu'elle voulait. En bon manipulateur qu'il estimait être, Renan n'aurait pas de grosse difficulté à se débarrasser d'elle ou à dire le contraire de ce qu'elle attendait, mais il ne pouvait pas se le permettre. D'un côté s'il dénigrait les super, il s'affichait clairement comme hostile à ces personnes, puis s'il faisait leur apologie, il risquait de rallier des personnes à leur cause. Sachant que depuis toujours l'officier faisait son possible pour garder une profonde neutralité, il n'allait pas foirer sa couverture pour une pouf blonde à la langue trop pendue. Lorsqu'elle se tut, le français se contenta de froncer les sourcils avant de lâcher quelques mots dans un français qui ne laissait apparaître aucune trace d'accent Américain.

« Désolé, je ne comprends rien à ce que vous dites. Vous devriez parler à quelqu'un d'autre. »

Et si elle pensait qu'il se foutait d'elle, ma foi, elle aurait entièrement raison. Cela dit, le Breton n'avait pas pipé mot depuis qu'il était arrivé ici, ce serait donc mission impossible que de prouver qu'il parlait la langue de ce pays sans aucune difficulté. Haussant une fois de plus les épaules comme pour s'excuser de ne pas pouvoir l'aider, il se détourna de la blonde et de son groupe pour se glisser entre les personnes présentes autour de lui. Il était hors de question qu'une gourde vienne lui gâcher sa soirée et sa couverture. Cela dit, il était justement ici pour surveiller ce genre de comportement et le mieux était donc de ne pas trop s'éloigner pour surveiller ce qui se passait autour de lui.

Après avoir quitté le centre de l'action en se glissant dans la foule jusqu'à atteindre un coin où les gens étaient moins compressés comme des sardines, le français tourna la tête de l'autre côté pour s'assurer qu'il avait encore une vue sur les événements qui se passaient, inutile de trop s'écarter, du moment qu'il n'était pas le centre de l'attention, tout lui convenait.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 24 Jan 2013, 00:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
« Un phoque ? s’étonna l’Allemand en dégageant ses pieds des patins. Va pas me dire que t’en as jamais vu, y’en avait plein chez toi. C’était les espèces de gros chiens palmés, pas trop gracieux, enfin dans l’eau je sais pas comment ils sont mais sur terre… (Il hésita, relaçant ses chaussures de ville pour meubler le silence, mais au final il ne trouva rien de plus spirituel à ajouter que : ) Enfin t’as vu pour moi. »

Sur ces mots ils rendirent leurs affaires et récupérèrent la caution, avec laquelle ils avaient bien l’intention de se remplir l’estomac. Dieter se souvenait avoir vu plein de bonne chose au stand français où ils s’étaient acheté du vin chaud, c’était peut-être pas de la cuisine souabe mais ça y ressemblait pas mal. C’était censé mettre à l’honneur l’Alsace, donc un voisin du Wurtemberg, au fond il n’y avait là rien que de plus logique. Encore fallait-il arriver à destination, avec tout ce monde. Il lui semblait qu’il y en avait deux fois plus que tout à l’heure, quand ils avaient fait le chemin dans le sens inverse, mais c’était peut-être juste que son estomac ne le lancinait pas autant alors.

Serrant fermement la main de Luka pour ne pas la perdre, il tentait de leur frayer un chemin parmi la foule grouillante quand un éclat de voix au loin lui fit malgré lui lever la tête. Une femme éructait un discours dans un porte-voix, sans doute à peine intelligible pour un Américain et carrément obscure pour lui. Le ton lui semblait en tout cas peu de propos pour un jour de fête, il fronça les sourcils, consulta un bref instant sa compagne du regard avant de secouer la tête et de lui faire signe de continuer. Il avait cru apercevoir une brèche… qui se combla aussitôt devant la silhouette de deux armoires à glace accoutrés comme du personnel de sécurité. Il se raidit, prêt à leur céder le passage, mais il n’eut pas le temps de faire un pas de côté que l’homme d’âge mûr que les gorilles accompagnaient lui saisit sa main libre pour l’écrabouiller dans la sienne.

« Vo-voter pour ? », bredouilla-t-il, confus, les yeux ronds comme des soucoupes.

C’était bien sa veine, de tomber sur une manifestation électorale. Il était juste venu pour passer une belle soirée en amoureux, pas pour se faire rabâcher de discours sirupeux après s’être déjà fait écorcher les oreilles avec le charabia de l’autre sur l’estrade. Il aurait dû se méfier, quand il y pensait, toutes ces installations gratuites c’était trop beau pour être gratuit, justement. Luka ne devait rien y comprendre, la pauvre.

« Je suis Allemand, m’sieur, avoua-t-il un peu mollement, jetant des regards inquiets autour de lui. Je peux pas voter. Désolé. »

Il allait tenter de se défiler, se fondre dans la foule et emmener Luka loin de tout ça, quand un cri anonyme dans la foule éveilla chez lui une bouffée de panique : Putain de Nazi ! quelqu’un avait prononcé le mot « nazi ». Aussitôt ses yeux s’étrécirent, sa gorge se serra et d’un bond il fit volte-face dans la direction du quolibet :

« J’ai dit Allemand, pas Nazi ! » s’époumona-t-il, oubliant de colère de s’exprimer en anglais.

À l’instant il était rouge, tremblant de rage et transporté d’outrage. Puis il vit les regards se poser sur lui et son visage perdit toute couleur. Inquiet, il tenta un sourire embarrassé mais il ne parvint qu’à animer ses traits de tics nerveux. Il avait hurlé son démenti sur un coup de sang, sans prendre le temps d’y réfléchir, et soudain il réalisa que le démenti en question criait « coupable ».
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 24 Jan 2013, 22:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Main dans la main, Luka laissait Dieter lui ouvrir le chemin dans la foule qui semblait de plus en plus nombreuse en approchant minuit. Dieter avait dit qu’il y avait de bonne chose près du rayon vin chaud, en réalité il y avait surtout des plats qui ressemblaient à sa nourriture allemande. Mais pour rien au monde elle n’aurait contrarié Die en cette soirée, son boulot le prenait assez, pour une fois qu’il s’accordait un moment de répit, cela devait être parfait. Alors tant pis pour les plats des contrés exotiques qui lui avaient fait de l’œil (en particulier la cuisine dites « créole »), ils mangeraient « encore » allemand. Mais pour son anniversaire, se serait à son tour de choisir. Cela ne la gênait, son plus grand plaisir était de passer du temps avec son chef de chantier. Soudain des éclats de voix lui parvinrent aux oreilles, une personne, un homme prononçait une sorte de discours. Il parlait des super-héros, il disait que les superpouvoirs ce n’étaient pas bien. Luka ne comprenait pas, elle était née comme ça, elle se sentait normale. Dieter la consulta du regard, Luka eut un sourire un peu forcé et son amant lui fit signe d’avancer. Ce monde était décidément trop étrange pour qu’elle le comprenne complètement un jour.

Alors qu’ils allaient enfin trouver une ouverture, un homme à l’allure étrange et au sourire éclatant leur fit face. Il serra la main de Dieter, l’ignorant ce qui la vexa un peu et débuta un discours. Il parlait de parlement il lui semblait que c’était le gouvernement américain, il parla de voter pour lui. Voter ce mot lui était étranger, elle ne comprenait pas tellement la situation. Die expliqua qu’il ne pouvait pas voter parce qu’il était allemand. Luka cessa d’essayer de comprendre et elle tenta de ne pas trop se montrer perdue, se contentant d’opiner les propos de son compagnon. Même si elle était américaine à présent grâce à ses papiers.

Ils commencèrent à s’éloigner quand quelqu’un prononça le mot nazi, Luka sentit son compagnon se crisper. Luka n’ignorait pas qu’il l’ait été par le passé et elle avait lu pas mal de chose à ce propos pour comprendre. Ce peuple avait fait des choses affreuses, mais beaucoup de gens n’était pas responsable des massacres et les ignorait, volontairement elle avait classé Klaus et Dieter dedans sans oser poser véritablement la question. Die avait parfois de drôle de réaction devant les gens de couleur, mais elle ne l’avait jamais vu faire de mal à quelqu’un. Doucement elle allait lui murmurer de l’ignorer et de poursuivre. Mais Dieter s’énerva en allemand et un certain nombre de gens soudainement les fixèrent étrangement. Bien qu’elle n’en n’ait pas conscience, sa blonde chevelure et ses yeux bleus n’arrangeaient pas les choses. Elle serra la main et chercha du regard une échappatoire. Soudainement elle reconnut un homme : Mr Médicis.


- Viens mon tendre, chuchota-t-elle affectueusement en le tirant vers son ami. Felice ! hurla-elle cherchant le bon accent. Felice ! répéta-t-elle tout en approchant. Elle fut bientôt auprès de lui et lui offrit un immense sourire et d’un geste de main elle les présenta. Bonsoir Felice, je vous présente Dieter mon compagnon, Dieter je te présente Felice, c’est lui qui m’a fait cadeau de l’encyclopédie sur les aliens, fit-elle radieuse.

Maladroitement elle les avait présenté par leurs prénoms, mais encore une fois elle avait simplement oublié sans faire exprès. En Hyperborée les noms de famille n’existait pas. Les gens qui les avaient fixé étrangement n’étaient pas si loin, mais de tout cœur Luka espéra qu’ils passent à autre chose. Ils en étaient bien capables, elle les avait déjà vu passer devant un accident sans réagir.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 06 Fév 2013, 21:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Mon gobelet entre les mains, j’hume rapidement ce dernier avant d’en boire une gorgée. Tout ce que j’ai à dire, c’est que je regrette d’avoir eu à attendre si longtemps avant de découvrir cette boisson ! Je pense que j’ai trouvé là un stand auprès duquel je passerai un petit moment ce soir, en plus c’est pas cher.

Je commence à croire que j’ai de la chance. A peine ais-je bu une gorgée de mon verre tout en me reculant de quelques pas pour laisser la place aux autres personnes voulant s’offrir un petit coup, qu’un homme, sortit de je-ne-sais-où, se retrouve projeté contre un des autres clients du stand. Les voilà tous les deux par terre, le monsieur bousculé lui se retrouve avec le contenu de son gobelet déversé sur sa veste, ça c’est franchement pas de bol. Je regarde de là où provenait l’étrange projectile et ne remarque rien de spécial, des gens tout ce qu’il y a de plus normal se promenant de stand en stand… Bah, je vais pas commencer à me mêler de ce qui ne me regarde pas aujourd’hui, c’est la fête, buvons un coup voire même plusieurs et tout ira pour le mieux.

Alors que j’allais me décider à faire un petit tour dans les environs, surtout dans le coin des babioles, voilà qu’on entend une voix portée par un mégaphone, vient ensuite un gamin qui grimpe sur un des stands pour commencer à nous faire un petit speech sur les super et les dangers qu’ils représentent. Bon, je ne dirai pas que je portes spécialement les supers dans mon cœur, mais je ne leur souhaite pas spécialement de mal non plus, faut dire que pour une grande majorité d’entre eux, ils rendent d’énormes services à la ville. D’ordinaire, je laisserai couler sans réagir, mais là, c’est jour de fête, et ce môme est en train de ruiner la soirée de tout le monde.

Je termine rapidement mon gobelet de vin chaud en essayant de ne pas me brûler la langue et la gorge, j’évalue ensuite la distance me séparant de ce conférencier en herbe. J’arme mon bras, et bim, le gobelet en plastique en plein dans la tronche ! Je prends ensuite la parole, assumant totalement mon lancer.

-Je ne me rappelle pas t’avoir donné mon autorisation pour me pourrir le réveillon du nouvel an, et je doute fortement que les personnes ici présentes te l’aient donnée également. Tout ce que je comprends là, c’est que ta propagande extrémiste à deux balles, elle commence sérieusement à me gonfler. Alors soit tu dégage de là vite fait bien fait et on en reste là, soit tu persiste et je te fais descendre de ce stand à grands coups de pieds dans le luc, est-ce que c’est clair ou il faut que je te le répète ?

Je ne suis pas du genre à faire des esclandres de ce genre, surtout en public, mais là franchement, ça va trop loin. Je ne m’intéresse pas des masses à la politique, mais juste assez pour savoir qui est néfaste. Et d’aussi loin que je me souvienne, le CODE, c’est pas un groupe d’enfants de cœur, loin de là.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 07 Fév 2013, 23:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Seth était tranquille en train de faire son boulot quand soudain la foule s’agita. Il savait s’isoler du monde et oublier son entourage lorsqu’il travaillait. C’était pourquoi il se contentait de fixer son objectif, à savoir le gratin présent sur l’estrade, oubliant tout ce qui pouvait se passer autour de lui. Il pouvait bien se faire bousculer, insulter ou même renverser du café sur lui qu’il ne réagirait. Il avait le souci du détail et pour ça, il ne fallait pas qu’il loupe la moindre petite miette de l’évènement. Et il ne fut pas déçu. Une femme le bouscula presqu’à le mettre sur les roses sauf que là il se laissa affecter par son environnement et son agacement lui tordit le visage en une grimace pas du tout sympathique.

Son discours était étrange. En tout cas Seth était assez inconfortable face à ce flot de paroles qu’elle débitait avec passion et vergogne. Il ne la connaissait pas, et ce qu’elle disait ne lui donnait pas envie de la connaître plus. Une anti héros et champions. Il n’était pas dans la merde. Il se recula un peu quand une main se posa sur son épaule. Sur le coup, il ne prit pas garde, il était focalisé sur cette femme qui demandait un témoignage à un pauvre type qui était juste au mauvais endroit au mauvais moment.

« C’est une folle votre mère ! Pourquoi faire ça le jour de l’an ? Pourquoi gâcher la soirée de nouvel de tant de vies pour ça »

Il était complètement amer. Non seulement cette bonne femme avait un grain et elle parlait sans savoir il en était sûr, mais en plus il était lui-même un champion et le fait de se retrouver dans ses paroles le mettait mal à l’aise et lui donner juste une envie, aller se défouler au Circus. Mais ce soir, il n’y avait pas de Circus. Juste des tas de gens regroupés autour d’une scène où une vieille bique faisait des siennes. Il préféra laisser la fille et se diriger vers le type qui s’était fait interroger et qui essayait à présent de se fondre dans la masse pour ne plus être le centre de l’attention. Manque de bol, Seth l’avait repéré. Après tout c’était une partie de son travail de repérer les choses au premier coup d’œil.

« Hey tu la connais ? » demanda-t-il au type qui était un parfait inconnu. « C’est dingue ce qu’elle raconte non ?»

Avec ses questions, il tâtait aussi le terrain, histoire de savoir ce que pouvaient penser les gens de son discours. Commencer par un interrogé lui semblait parfait.
Revenir en haut Aller en bas



Enquête n°1 " La Fête du Nouvel An "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant


Sujets similaires

-
» Une commission d’enquête et de contrôle interne à la BRH du Cap-Haitien.
» L'île noyée... une enquête de Jack Norm...
» L'enquête sur la double nationalité de Michel Martelly
» besoin d'aventure ? d'enquête policière ?...
» besoin d'aventure ? d'enquête policière ?...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-